Version classiqueVersion mobile

Dire la ville en grec aux époques antique et byzantine

 | 
Liliane Lopez-Rabatel
, 
Virginie Mathé
, 
Jean-Charles Moretti

Composantes et composition de l’espace urbain

Synoikia : remarques sur l’habitat locatif et collectif dans le monde égéen classique et hellénistique

Stéphanie Maillot

Texte intégral

  • 1 Brunet Ferras Théry 1993, « ville », cité par Prost 2007, p. 237.
  • 2 Holtzmann 2000, p. 585 : « Si l’on excepte les cas tardifs et exceptionnels de quelques très grand (...)
  • 3 Finley 1985, p. 64‑65.
  • 4 Hellmann 1992.
  • 5 Hennig 1999.
  • 6 Ault 2005 ; Rougier-Blanc 2014.
  • 7 Voir par exemple Trümper 1998 ; Ault et Nevett 2005.

1Les géographes définissent la ville comme une agglomération d’immeubles qu’habite une population non engagée principalement dans la production de sa propre nourriture, et qui, à ce titre, se distingue de la campagne1. Cette étude porte sur ce qui définit essentiellement la ville, à savoir l’habitat privé, plus que la parure monumentale qui relève en grande partie de la Cité. Elle a pour but de montrer que, contrairement à l’opinion commune qui voit dans la maison individuelle le mode d’habitat dominant2, une grande partie des populations des villes grecques était logée dans un type d’habitat collectif et locatif, à la fois par nécessité juridique et économique, mais aussi peut-être par nécessité urbanistique. D’un point de vue historiographique, la question est relativement neuve : on trouve quelques développements à ce sujet chez M.I. Finley dans son étude sur la terre et le crédit en Attique3, M.‑Chr. Hellmann dans ses travaux sur le vocabulaire de l’architecture grecque4, D. Hennig sur les pratiques locatives en général dans l’ouvrage de W. Hoepfner sur l’habitat en Grèce ancienne5, B.A. Ault et S. Rougier-Blanc dans des articles sur les espaces de la pauvreté et l’habitat modeste6 ; de façon générale les recherches récentes sur l’habitat intègrent une approche sociologique7. Cependant le logement locatif et collectif, ce que nous appelons « immeuble », n’a pas en lui-même fait l’objet d’une synthèse.

  • 8 Le mot revêt deux autres sens : la fondation ou colonie et la communauté de vie, notamment chez le (...)
  • 9 On dénombre trois occurrences du mot synoikia dans les papyrus : 1) P. Petrie (2) 1 13, 238‑237 av (...)
  • 10 Cette définition est reprise par le grammairien Ammonios au ive ap. J.‑C., Περὶ ὁμοίων καὶ διαφόρω (...)

2Les attestations du mot grec synoikia, littéralement « l’habitat en commun/maison commune », qui renvoie le plus clairement à la notion d’habitat collectif et locatif8, sont abondantes et d’une grande variété : elles sont essentiellement épigraphiques et littéraires, mais on trouve également quelques attestations papyrologiques9. Ces attestations, dont les plus anciennes peuvent être datées de la seconde moitié du ve av. J.‑C. (Aristophane, Thucydide, Pseudo-Xénophon) suffisent à affirmer qu’il s’agit d’une réalité de premier plan, dont les auteurs avaient une conscience nette. On possède en effet une définition claire de ce terme dans Eschine, Contre Timarque 124, qui associe la dimension locative et collective10 :

Ὅπου μὲν γὰρ πολλοὶ μισθωσάμενοι μίαν οἴκησιν διελόμενοι ἔχουσι, συνοικίαν καλοῦμεν, ὅπου δ’ εἷς ἐνοικεῖ, οἰκίαν.

Ainsi, nous appelons synoikia l’habitation que se partagent plusieurs locataires différents, et maison tout court celle dans laquelle habite une seule famille.

3Cette enquête porte sur le mot synoikia comme habitat commun, le contexte de ses attestations, la connotation de ce terme et les questions qui se posent à sa traduction, ses réalités juridiques, économiques et sociales aussi bien du côté des propriétaires que des locataires. Elle sera également l’occasion de quelques remarques sur les réalités physiques d’une synoikia et les problèmes archéologiques que pose sa reconnaissance.

Du côté des propriétaires : des « immeubles de rapport », un investissement productif

Statut des propriétaires, valeur de la synoikia

4Les propriétaires de synoikiai sont de riches citoyens, mais ces immeubles constituent aussi une part de la fortune publique civique, comme propriété de dème, d’associations ou de sanctuaires.

  • 11 IG I3, 424, frg. a, l. 10‑11.
  • 12 Voir corpus, 1.

5Pour les personnes privées, la possession d’une synoikia est indubitablement un signe et un facteur de richesse. C’est une entreprise privée destinée à produire une rente élevée, un type d’investissement productif pratiqué aussi bien parmi les riches eupatrides que parmi les nouveaux riches, de liberté et de citoyenneté récente. Ainsi Axiochos, l’oncle paternel d’Alcibiade lui-même stratège, est propriétaire d’une synoikia mentionnée dans les stèles attiques qui inventorient les biens confisqués aux Hermocopides, jeunes aristocrates soupçonnés de complot oligarchique en 41511. Autre grand propriétaire de synoikiai, le célèbre banquier Pasion, esclave affranchi des deux premiers banquiers connus à Athènes à la fin du ve av. J.‑C. Sa fortune, estimée à plus de 60 talents, est la plus importante que l’on connaisse pour le ive s. à Athènes. Dans le Pour Phormion de Démosthène, on apprend que Pasion a prêté de l’argent sur ses biens fonciers et ses synoikiai. L’un de ces immeubles de rapport fait partie de l’héritage du fils aîné de Pasion, Apollodore, qu’il hypothèque pour 1600 drachmes ; un autre constitue la dot d’Archippè, la femme que Pasion lègue à son propre affranchi Phormion, selon les termes de son testament cité dans le Contre Stéphanos12.

  • 13 Isée, La succession de Ménèklès 27, 6 ; La succession de Dikaiogénès 26‑27 ; Démosthène, Pour Phor (...)
  • 14 Voir le corpus, 2.
  • 15 Théophraste, Caractères XXIII (« Le vantard »), 9 : καὶ ἐν μισθωτῇ οἰκίᾳ οἰκῶν φῆσαι ταύτην εἶναι (...)
  • 16 Plutarque, Vie d’Aristide IX : Ἀλλὰ γὰρ ὁ μὲν Δημήτριος οὐ μόνον Ἀριστείδην, ἀλλὰ καὶ Σωκράτην δῆλ (...)

6De façon générale, l’importance des attestations de synoikiai chez les orateurs attiques, dans le cadre de contestations d’héritage, est significative : elles apparaissent dans huit discours, chez Isée, Démosthène et Eschine13 ; elles sont présentées comme un moyen normal d’existence des gens honnêtes au même titre que la terre et les esclaves. C’est encore de cette façon, comme richesse respectable, que la synoikia apparaît chez Dion de Pruse, Lucien, Athénée et Alciphron aux ier et iie ap. J.‑C., Libanios au ive ap. J.‑C. et dans l’Anthologie palatine14. Elle constitue un seuil de richesse supérieur à celui de la propriété immobilière en général, seuil attesté par exemple chez Théophraste15, où le vantard prétend qu’il est riche et propriétaire alors qu’il loue son oikia, ou chez Plutarque dans la vie d’Aristide16 : Socrate n’est pas pauvre puisqu’il est propriétaire.

  • 17 Isée, La succession de Dikaiogénès 26‑27.
  • 18 Voir plus haut.
  • 19 Ce chiffre est obtenu à partir du recensement des prix de vente des oikiai chez les orateurs attiq (...)

7Quelle est la valeur de ces immeubles de rapport ? Elle est sans doute variable, selon la taille, l’équipement et l’emplacement du bien, mais il est notable que certaines atteignent des sommes très élevées : 40 mines pour une synoikia au Céramique donnée comme dot par un Dikaiogénès à sa nièce chez Isée17, 100 mines pour celle qui constitue la dot d’Archippè épouse de Pasion18. À titre de comparaison, le prix moyen des maisons dans le corpus des orateurs attiques est d’environ 20 mines19.

  • 20 Voir la liste chez Vial 1984, p. 346‑347.
  • 21 IG XI, 2, 287, A, l. 183.
  • 22 IG XI, 2, 144, A, l. 3.
  • 23 Sa synoikia est vendue en 250 à Manthineos fils d’Aphthonetos. Cf. IG XI, 2, 287, A, l. 16‑17.
  • 24 Nikanor achète une synoikia à Théodôridès en 250 av. J.‑C. (IG XI, 2, 287, A, l. 127‑129) et la la (...)
  • 25 ID 362, B, l. 11‑12.

8Le corpus épigraphique délien apporte aussi de nombreux renseignements sur l’importance du locatif en général et plus précisément sur celle de l’habitat collectif attesté sous les mots synoikia et synoikidion, alors même que la ville ne connaît pas encore la formidable expansion qui a été la sienne entre 150 et 88 av. J.‑C., dans le contexte de la seconde domination athénienne et de la main mise romaine sur l’emporion. En effet les nombreuses inscriptions attestant la location immobilière dans les comptes et les inventaires des hiéropes datent essentiellement de l’époque de l’Indépendance entre 314 et 167 av. J.‑C. et disparaissent totalement après 150 av. J.‑C. Il faut donc imaginer que l’importance des synoikiai s’est par la suite fortement accrue du fait de l’augmentation considérable de la population délienne, population étrangère résidente ou en transit. On connaît dans ce contexte 7 synoikiai20, dont les propriétaires appartiennent manifestement à l’élite délienne : Phérékleidès I fils d’Eukleidès hypothèque sa synoikia pour garantir un emprunt de ses frères auprès de la caisse d’Apollon avant 282 av. J.‑C.21 : il est connu comme hiérope22, fermier de propriété agricole, auteur de décret23. Nikanor I fils de Télésôn I24 et Mennis I fils de Nikarchos I25 sont membres des deux plus grandes familles de magistrats à Délos.

  • 26 IG II², 2500 = I. Eleusis 176 (fin ive av. J.‑C.) :
    frg. a + b, l. 1‑6
    [κατὰ τάδε μισθοῦσιν οἱ Ἐλε (...)
  • 27 ID 442. Voir aussi ID 1417 : location par Eurèmos fils de Zénon Anaphlystios et Timokleidès de Chi (...)
  • 28 ID 1416, 156 av. J.‑C. :
    l. 74‑78
                                                                       (...)

9Si les immeubles locatifs sont d’un rapport très intéressant pour les citoyens, ils le sont aussi pour les instances publiques, cités, sanctuaires, dèmes ou autres. À Athènes, un décret du dème des Éleusiniens comporte le contrat de location de synoikiai des Éleusiniens autour de l’agora avec un bail de 10 ans, pour un montant annuel de 700 drachmes payable en quatre échéances26. À Délos, des synoikiai sont propriétés du sanctuaire d’Apollon : en 179 av. J.‑C., Iatriklès loue au dieu la synoikia qui était auparavant celle d’Archias27 ; elles sont aussi patrimoine de trittyes : la synoikia des Mapsichidai est louée à Sarapiôn d’Histiée pour 620 drachmes en 156 av. J.‑C., puis à Sôtèrichos de Naxos28.

Mode de gestion et de location

  • 29 Mot attesté dans Isée, Sur la succession de Philoctemon 21 (voir corpus, 3) et dans Libanios, Decl (...)
  • 30 Publié pour la première fois par Szanto en 1889. Voir aussi Peek 1941, n° 168 et Bull. ép. 1942, n (...)
  • 31 Théophraste, Caractères X (« Le mesquin »), 2 : ὁ δὲ μικρολόγος τοιοῦτός τις, οἷος ἐν τῷ μηνὶ ἡμιω (...)
  • 32 Voir corpus, 3.
  • 33 Pseudo-Xénophon, Constitution des Athéniens I, 18, 1 : Πρὸς δὲ τούτοις ὁ δῆμος τῶν Ἀθηναίων τάδε κ (...)

10On possède quelques indications sur la durée des baux de location de synoikiai dans leur ensemble – notamment à Éleusis et Délos comme on vient de l’évoquer –, et le montant et la fréquence de versement du loyer, l’enoikion29. On possède même un ostrakon attique qui porte un contrat de location dont l’objet est un oikèma, une pièce, pour un synoikos, un locataire. Le texte est très mutilé30, mais la lecture des deux mots semble certaine. Il est cependant probable que la plupart du temps l’engagement n’ait été que verbal. Les versements de loyer pouvaient être mensuels comme en témoigne le mesquin de Théophraste qui va avant la fin du mois réclamer une demi-obole31 ; dans un dialogue d’Isée, le riche Euktémon se rend à sa synoikia du Céramique, très régulièrement, à chaque échéance de loyer32. Mais le mode de paiement et la durée de location étaient sans doute très variables et le temps du séjour pouvait se compter en jours, ou semaines : la synoikia relevait en partie de ce que nous appelons un hôtel, par ailleurs exprimé en grec par le terme katagôgia. C’est ce qui ressort d’un passage de la Constitution des Athéniens du pseudo-Xénophon : l’auteur souligne que la fréquentation d’Athènes par les alliés de la ligue de Délos est financièrement intéressante pour les Athéniens qui ont à louer des esclaves, des attelages ou une synoikia33.

  • 34 Voir corpus, 3.
  • 35 Démosthène, Contre Aphobos 3 : διασκευασάμενος τὴν οὐσίαν, καὶ παραδοὺς τὴν μὲν συνοικίαν Αἰσίῳ, τ (...)
  • 36 Isée, Sur la succession de Philoctémon 6, 19 et 20. Voir corpus, 3.
  • 37 Le mot est attesté chez trois auteurs de la fin du ier et du iie siècle ap. J.‑C. : Ptolémée Chenn (...)
  • 38 ID 372, A, l. 132‑134.
  • 39 ID 442, A, l. 143‑144.

11La gestion d’une synoikia était la plupart du temps confiée à un tiers, souvent de statut servile ou affranchi. Ainsi Isée, toujours dans La succession de Philoctémon (19, 3), rapporte qu’Euktémon avait une affranchie qui gérait pour son compte sa synoikia au Pirée et qu’il avait installé une ancienne prostituée du nom d’Alkè comme tenancière d’une autre de ses synoikiai, située au Céramique, près de la poterne où se tenait le marché au vin (20, 8)34. Dans le discours de Démosthène Contre Aphobos, la gestion indirecte est même présentée comme un moyen de dissimuler sa fortune35. Les deux termes qui désignent la gestion sont les verbes ναυκληρεῖν et ἐπιμελεῖσθαι36. L’intendant de la synoikia, qui récoltait les loyers ou sous-louait des chambres à son compte, portait à Athènes, au témoignage des lexicographes, le nom de nauklêros, patron du « vaisseau immeuble »37. La sous-location est par ailleurs attestée à Délos : une synoikia, anciennement propriété d’un Archias vers 20038, devenue maison sacrée en 17939 est louée 340 drachmes par un Iatroklès, qui devait la sous-louer en divers lots.

  • 40 Dubouloz 2011, notamment p. 539 sq.
  • 41 Sur la non-spécificité architecturale de certaines synoikiai, voir plus bas la troisième partie.

12Ce qui semble définir économiquement une synoikia, c’est précisément son mode de gestion indirecte. Cette hypothèse rejoint l’analyse proposée par J. Dubouloz sur la propriété immobilière à Rome et en Italie à l’époque impériale40, selon laquelle les mots domus et insula ne renvoient pas essentiellement à une typologie architecturale41 – même si la recherche de rentes les plus élevées possible a conduit à la construction d’édifices spécifiques caractérisés par la modularité des unités et la hauteur de la construction –, ou à des catégories juridiques – les deux termes ne se distinguent pas en termes de droit de la location, de la propriété ou de la succession –, mais sont deux acceptions différentes d’un même praedium urbanum. Quand domus a une dimension familiale et sociale, insula renvoie à une réalité économique gérée par un esclave institor, son but premier est de produire une rente locative.

  • 42 Voir par exemple le décret du dème de Myrrhinonte, IG II2, 1183 (après 340 av. J.‑C.) :
    l. 27‑29 :
      (...)
  • 43 Finley 1985, p. 192, 171F (voir aussi Agora XIX, Horoi H126, Hesp. Suppl. 9, 1951, 24, 33) ; 1985 (...)
  • 44 Hellmann 1992, p. 397‑398 et 1994, p. 145. Par exemple, une oikia, dite de Théodôrides puis de Nik (...)
  • 45 Par exemple, ID 104‑33, A, l. 3 : ο[ἰ]κία καὶ ὑπε̣[ρῶιον. Voir dans la troisième partie, la format (...)
  • 46 Parmi les maisons sacrées de Délos, la « maison d’Éphésos » est un local commercial (cf. Vial 1984 (...)
  • 47 Husson 1983, p. 271‑275.
  • 48 Voir plus bas, la troisième partie.

13Pour clore cette première partie, on peut affirmer que les réalités d’une synoikia sont bien distinguées de celle d’une oikia, notamment dans les textes littéraires. Les choses sont sans doute moins claires dans les sources épigraphiques : si certains témoignages montrent sans équivoque des attestations conjointes et distinctes d’oikiai et de synoikiai42, d’autres contextes sont moins clairs. En effet dans le corpus athénien, il est probable que certaines attestations d’oikiai renvoient en fait à des synoikiai, comme M.I. Finley en émet l’hypothèse à propos des horoi attiques43 ; en contexte délien, le fait est avéré44. On peut par ailleurs ajouter que l’emploi du mot oikia est très large : il ne renvoie pas à une unité indissociable et peut désigner seulement une partie d’un bâtiment dévolue à l’habitation, par exemple le rez-de-chaussée45, ou renvoyer à un bâtiment qui revêt des fonctions commerciales ou artisanales : certaines maisons sacrées de Délos sont manifestement des locaux commerciaux et artisanaux46. Le même type de remarque vaut pour les attestations papyrologiques47. Cette polysémie épigraphique du mot oikia s’explique en partie parce qu’il n’y a pas forcément de différence structurelle entre l’oikia et la synoikia48. Il paraît en tout cas que si certaines oikiai sont peut-être des synoikiai, le mot synoikia lui-même est toujours épigraphiquement employé en connaissance de cause. On peut donc en conclure que l’importance de la pratique locative et des bâtiments de synoikiai est sans doute bien plus grande que les attestations épigraphiques et papyrologiques ne le laissent supposer.

Du côté des locataires : les lieux et les hommes

Statut et condition des locataires

  • 49 Voir plus haut.
  • 50 Corpus, 4.
  • 51 Corpus, 3.

14Les habitants attestés de synoikiai ne sont pas favorisés. Il y a les étrangers de passage, attestés par le Pseudo-Xénophon49. Cette fonction d’hôtel semble par ailleurs attestée dans un passage du Contre Timarque d’Eschine, où Timarque, accusé de débauche, a été retrouvé dans sa jeunesse, attablé avec des xenoi dans une synoikia50. Ces xenoi sont peut-être des étrangers de passage dans une synoikia-auberge. Mais il est aussi probable que le mot xenos est ici employé dans un sens plus large, comme antithèse du mot citoyen : il désigne des personnes de condition méprisable, quel que soit leur statut exact (esclave, affranchi, métèque, étrangers de passage). C’est ce que laisse à penser le fait que les tuteurs de Timarque menacent d’emmener ces xenoi à la prison pour avoir séduit un adolescent de condition libre. La synoikia peut donc être un lieu de mauvaise fréquentation. Chez Isée, dans La succession de Philoctémon 19, elle est un lieu de prostitution servile puisque l’affranchie qui gère l’immeuble d’Euktémon au Pirée y entretient des paidiskai. C’est un lieu où résident des prostituées, des affranchis : en effet Euktémon tombe amoureux de l’une des paidiskai, l’esclave Alkè qui vivait dans la synoikia avec un affranchi dont elle eut deux enfants. Après la fuite du père et lorsqu’Alkè se retire du métier, « de l’oikèma » du Pirée, pour cause de vieillesse, Euktémon l’installe avec ses enfants dans sa synoikia au Céramique dont il en fait la gestionnaire51.

  • 52 V. 85 : τοῦτο τίτθην ἐν συνοικίαι τινὶ. Voir aussi Fragment 560, 2 (Kock) : θύων οὐδεπώποτ’ ηὐξάμη (...)

15Un fragment de La Samienne de Ménandre évoque une nourrice dans une quelconque synoikia52 : or une grande partie des nourrices était de statut ou d’origine servile, comme en témoignent les sources littéraires et l’onomastique des nourrices dans les épitaphes attiques.

  • 53 Voir corpus, 5.

16Au témoignage d’Hérondas, ce sont également les ressortissants des classes populaires ou de la petite classe moyenne qui occupent des synoikiai. Dans le mime Le maître d’école, Métronimè se plaint du manque d’assiduité et de travail de son fils à l’école : en effet il passe son temps sur le toit de la synoikia en cassant des tuiles qui se brisent comme des biscuits ; elle doit alors payer trois demi-oboles pour le remplacement de chaque tuile53. Quelques indices permettent de penser à une condition modeste de la famille : l’enfant va certes à l’école, mais les trois demi-oboles représentent une somme importante pour la mère ; l’expression de Métronimè est manifestement populaire et la grand-mère est illettrée. La majorité des témoignages fait donc allusion à un milieu populaire.

  • 54 Pour Athènes, Faguer 2017 (sous presse). Huit décrets athéniens entre le milieu du iie av. J.‑C. e (...)
  • 55 Certaines laveries sont intégrées à un complexe multifonctionnel qui servait au stockage et au log (...)
  • 56 Hellmann 1992, p. 293.
  • 57 Karvonis et Malmary 2012.
  • 58 Trümper 2005, qui étudie les boutiques/ateliers qu’elle nomme du terme romain de tabernae, seules (...)

17Peut-on préciser l’analyse du profil social et le statut juridique des locataires ? Il faut souligner qu’un important facteur institutionnel s’impose aux pratiques habitatives dans les cités grecques : le droit d’accès à la propriété est strictement limité aux citoyens. Il impose donc la location du logement et du lieu d’activité à tous ceux qui ne sont pas citoyens : étrangers de passage, étrangers résidents métèques, habitants de naissance libre non citoyens (bâtards exclus par la double ascendance citoyenne) et affranchis, voire une partie des esclaves, soit une très grande part des habitants des villes. L’exception à cette règle existe par le privilège de l’enktèsis, mais il est rare, réservé à une élite de la population résidente et limité pour la valeur des biens immobiliers54. À cette nécessité juridique s’ajoute bien sûr pour une grande partie de ces populations, comme pour une partie également de la population citoyenne, un impératif d’ordre économique. Dans quelle mesure ces populations non-citoyennes pouvaient être candidates au logement dans une synoikia ? Il est très probable que le logement de la population servile en contexte urbain est en grande partie pris en charge par les maîtres soit dans le cadre domestique de l’oikos, soit, en cas de concentration plus grande de la main-d’œuvre artisanale, dans des ateliers ou des installations près des lieux de production comme en témoignent certains vestiges du Laurion55 ; de même on trouve mention dans les inscriptions déliennes d’andrônes, d’andrônitis ou de gynaikônitis, atelier ou local des hommes et des femmes56. Par ailleurs, certains d’entre eux logeaient sans doute dans leur lieu de travail, ergasteria et kapeleia, dans les mezzanines, l’équivalent des pergulae romaines : le caractère multifonctionnel des locaux de travail est mis en avant à Délos par les travaux de P. Karvonis et J.‑J. Malmary sur les boutiques57 ou l’étude de M. Trümper sur l’habitat modeste à Délos58. Mais on ne peut cependant exclure qu’une partie des esclaves, qui accédait à une certaine indépendance dans leur vie familiale et professionnelle, ait pu être locataire de synoikiai : Alkè, la prostituée chez Isée, a élevé ses enfants dans une synoikia.

  • 59 Rougier-Blanc 2014.

18Quoi qu’il en soit de la présence des esclaves, c’est en tout cas là qu’il faut à coup sûr chercher une bonne partie des métèques, affranchis ou étrangers résidents, et les étrangers de passage. Cela ne dit pas tout de leur condition sociale : ces catégories ne signifient pas grande pauvreté ou misère qui excluait sans doute de l’habitat collectif. En effet, S. Rougier-Blanc a bien montré que les espaces de la pauvreté dans les cités étaient souvent en deçà du cadre architectural privé59. Il est en tout cas certain que les citoyens aisés et les propriétaires ne logent majoritairement pas dans ces immeubles. La synoikia loge ceux que les textes désignent de façon générale du terme plèthos, la multitude ou la masse.

Les lieux

  • 60 Voir corpus, 4. Oikèma est utilisé dans le sens de local ou chambre de prostitution ; c’est encore (...)
  • 61 ID 104‑11, A, l. 31‑32 : συνοικία καὶ οἴκη-[μα.
  • 62 Voir la loi des astynomes de Pergame, MDAI(A) 27, 1902, 47, 71, l. 122, où l’on trouve l’expressio (...)

19Que loue-t-on dans une synoikia, quelles sont les unités constitutives de l’ensemble ? L’unité d’habitation porte le nom d’oikèma. C’est le terme attesté chez Isée60, que l’on rencontre dans le contrat de location attique ou dans une inscription délienne mentionnant une synoikia et son oikèma ou ses oikèmata61. Mais le mot désigne parfois l’ensemble d’une habitation62 et signifie de façon très générale « local » où l’on peut résider mais aussi travailler.

  • 63 IG III, App. 68, cf. corpus, 6.
  • 64 Corpus, 3. Sur le sens de kapeleion, voir Aristophane, Lysistrata 427. Voir aussi le mot chez Lysi (...)
  • 65 ID 104‑11, A, l. 24‑27 (352 av. J.‑C.) :
                                                               (...)
  • 66 I. Eleusis 176 (330 av. J.‑C.), frg. o + p + l, l. 3. Le texte, présentant une description très la (...)
  • 67 BCH 71‑72, 1947, n° 2, p. 271 (deuxième moitié du iie av. J.‑C.) :
    Θεοδέκτης Δημοφῶντος τὴν συνοικ (...)
  • 68 Voir corpus, 6.
  • 69 XXX, 1‑2 : Προνοεῖν δὲ καὶ τὰ ἐπὶ πράσει εἰσαγόμενα καὶ εἰς τὴν ἀγορὰν ἐκτιθέμενα ὅπλα τά τε ἐπὶ τ (...)

20Si la définition exacte des unités louées est délicate, c’est que la synoikia est vraisemblablement un ensemble multifonctionnel. À ce titre, un témoignage est particulièrement intéressant : il s’agit une tablette de défixion où la malédiction touche des travailleurs ainsi que leur atelier (ergasia ou ergasterion) et leurs équipements63. Sont cités un meunier, un boxeur, des prostituées (charitopolis et mastropos), des petits commerçants, aubergistes hommes et femmes (kapelos/kapelis). On note la présence d’un esclave et la majorité des noms cités relève d’une onomastique servile (Parthénion, Lydè, Lykios, Kilika, Lakaina pallakè d’un Mélanos) et témoigne, sinon du statut d’esclave, du moins de l’origine ou de l’ascendance non-libre des porteurs de ces noms. Or la malédiction est également appelée sur une synoikia et tous ses habitants (panta synoika). Dans ce contexte, la synoikia apparaît clairement comme un lieu de vie des couches défavorisées d’Athènes, mais elle est aussi probablement leur lieu de travail. Les ergasteria cités, au nombre de dix-huit, doivent faire partie de l’ensemble : ils en sont des boutiques attenantes. C’est aussi un lieu de restauration et de rencontre car les kapeleia, tavernes/auberges, attestées chez les auteurs classiques, en font aussi probablement partie et on peut rappeler que le Timarque d’Eschine est attablé dans une synoikia64. Si la synoikia est fréquemment attestée dans un contexte de prostitution, c’est qu’elle est de façon générale un lieu de travail. Cette hypothèse d’une polyvalence de l’immeuble est appuyée par d’autres témoignages épigraphiques. Ainsi, une attestation délienne associe le mot synoikia à pithôn, cellier,65 et laisse à penser qu’un atelier ou une boutique fait partie de la synoikia ; le contrat de location des synoikiai du dème d’Éleusis comporte une description du bâtiment avec mention d’un ergasterion66 et une dédicace de Thasos67 mentionne une synoikia et les ergasteria qui en font probablement partie. Un témoignage papyrologique éclaire également la multifonctionnalité des synoikiai : une lettre datée du iiie av. J.‑C. provenant du nome arsinoïte évoque la location mensuelle à un certain Petesouchos, gérant de la synoikia d’Artemidôros, de l’un des tameia, offices ou celliers, de l’immeuble pour l’entrepôt ou le commerce de conteneurs en terre cuite68. Enfin, la dimension commerciale d’une synoikia apparaît clairement d’un passage d’Énée69. Le tacticien du ive av. J.‑C. cite des lieux de vente d’armes importées dans la ville : dans un premier temps l’agora et les boutiques (kapeleia et pantopoleia), puis l’agora et les synoikiai. Les synoikiai abritent donc toutes sortes de boutiques.

  • 70 CIL IV, 138.
  • 71 CIL IV, 1136.
  • 72 CIL VI, 29791.
  • 73 Gros 2001, p. 121‑127.

21Le caractère polyvalent des « immeubles » est par ailleurs attesté bien plus tard pour les domus-insulae romaines tardo-républicaines ou impériales, par l’épigraphie et l’archéologie : à Pompéi, le propriétaire d’une insula délègue à l’un de ses esclaves la gestion immobilière de son domaine. Il propose à la location des cenaculae à l’étage, des pergulae et des tabernae70 ; Julia Felix loue boutiques, mezzanine et appartements à l’étage tout en conservant pour son usage personnel et sa famille l’essentiel de sa domus ou insula71 ; une inscription peinte sur le linteau du départ de l’escalier dans un immeuble romain du iie ou iiie s., l’Insula Sertoriana située sur le Forum Boarium, précise que la fille du propriétaire restera en possession de 6 appartements (cinaculae) et 11 tabernae72. Cette imbrication des lieux d’activité économique et de logement apparaît dans les vestiges archéologiques : l’habitat collectif à Ostie présente des bâtiments d’habitation associés à des boutiques qui ouvrent sur l’extérieur ou sur la cour intérieure ; on fait la même constatation à Herculanum dans le cas de l’Insula Orientalis73.

  • 74 I. Teos 26, l. 20‑23 :
                                                                                (...)
  • 75 Bruneau et Ducat 2005, n° 57.
  • 76 Majuri 1921‑1922.
  • 77 Peek 1969, n° 18.
  • 78 Gros 2001, p. 127 : le collège fournit un substitut de vie politique mais aussi un succédané de lu (...)

22Pour finir avec la composition d’une synoikia, il faut évoquer rapidement le lien entre l’habitat collectif et le phénomène associatif. Une inscription de Téos rapporte le legs d’une synoikia à une association d’Attalistes74 : maison commune d’habitation et d’activité ou immeuble de rapport géré par l’association ? On ne peut trancher dans ce cas. Mais de nombreuses inscriptions attestent par ailleurs l’importance de la propriété collective des locaux de réunion, de culte, d’activité (marchande ou autre), de séjour temporaire, voire de résidence pour les membres d’associations. L’établissement (oikos) des Poseidoniastes de Berytos, entrepositaires et nauklères à Délos, en est l’un des plus célèbres75, mais on peut citer l’exemple de la maison possédée par un koinon d’Aphrodisiastai Hermogeneioi à Rhodes, dont on a conservé l’acte d’achat76 et le cas d’une association de Phrygiens à Astypalée77, sans doute groupement d’affranchis, qui organisent une souscription pour libérer d’une hypothèque la maison commune (oikia). Comme dans le cas des scholae romaines, on peut émettre l’hypothèse que le phénomène associatif est en partie lié à l’habitat collectif78.

  • 79 Finley 1985, p. 255, n. 66.

23Pour toutes ces raisons, la traduction de synoikia proposée par Finley79, « multi-dwelling », ne paraît pas satisfaisante. Finley la préfère légitimement à « lodging-house », « apartment-house » ou à « tenement-house » puisqu’elle n’a pas de connotation architecturale ; elle ne rend cependant pas compte du caractère polyvalent de la synoikia.

À la recherche archéologique de synoikiai

  • 80 Remarque d’Hellmann 1992, p. 293‑294 et p. 397‑398.
  • 81 Voir corpus, 3.

24L’identification sur le terrain est difficile ; cette difficulté tient à deux choses, la multifonctionnalité de l’ensemble et sa formation matérielle : une synoikia n’était pas toujours une construction ad hoc ; elle était sans doute souvent issue soit d’une pratique habitative différente d’un bâti préexistant soit de sa restructuration : ainsi elle n’était souvent pas structurellement différente d’une oikia80. Ce fait est d’ailleurs souligné par Eschine, dans le contexte même où il donne la définition d’une synoikia (Contre Timarque 124) ; cette définition est purement fonctionnelle et n’a rien d’architectural81.

Une évolution du bâti préexistant

  • 82 Hellmann 1994, p. 141.
  • 83 Voir plus haut.
  • 84 Hoepfner et Schwandner 1994, p. 110‑112 ; voir aussi Ault 2005, p. 144 ; cités par Rougier-Blanc 2 (...)

25Une synoikia peut se former par deux processus opposés : la division (l’utilisation d’une partie d’oikia dévolue à la location) et l’agglutination. La division d’une oikia par sous-location d’une de ses parties est probable comme en témoigne la distinction commune entre une oikia, au sens de partie principale, rez-de-chaussée dévolu à l’habitation, et son étage, hyperôion : cette distinction est attestée par une inscription de Kellion en Chalcidique où Menippos achète une οἰκίην καὶ τὸ ὑπερῶιον et par des contrats de Tinos qui traitent de la vente de la moitié d’une oikia82 ; elle est par ailleurs épigraphiquement attestée pour des insulae de Pompéi83. Dans ce cas, le propriétaire peut éventuellement résider lui-même dans l’habitation qui constitue ainsi un habitat socialement mixte. D’un point de vue archéologique, Olynthe présenterait un exemple concret de division dans le cas de la maison Aviii10, divisée au rez-de-chaussée en quatre par un couloir, qui possédait par ailleurs un étage avec escalier indépendant : Hoepfner et Schwandner ont proposé d’y voir une synoikia84. Quant aux vestiges déliens, ils permettent également de proposer des hypothèses de subdivision du bâti. L’importance des étages indépendants dans l’habitat délien est en particulier attestée par les accès : portes, seuils et escaliers spécifiques.

  • 85 Par exemple, la Maison ID au sud-est de l’Insula I du quartier du Théâtre ou la Maison IIB d’une s (...)
  • 86 Trümper 2005, p. 129. Vingt-deux pour cent seulement des tabernae dont on connaît bien l’environne (...)

26À l’inverse, on connaît de multiples exemples d’évolution du bâti à Délos montrant la restructuration par agglutination, même si nous ne pouvons les associer précisément aux mentions de synoikiai. On les trouve dans le quartier ancien du Théâtre (ce qui paraît attendu au vu des caractéristiques de l’urbanisme de ce quartier ancien) mais aussi dans les quartiers Nord et du Stade, plus récents et à l’urbanisme orthogonal85. D’autre part l’imbrication des ateliers/boutiques dans l’habitat est remarquable : selon l’étude de M. Trümper, plus de quarante pour cent de ce qu’elle nomme des tabernae est combiné à l’architecture domestique (maisons ou « mixed-complex »), qui relèverait dans sa très grande majorité d’une architecture de catégorie moyenne ou modeste86.

  • 87 Hesperia 5, 1936, p. 401, n° 10, l. 117‑153 = Agora XIX, Poletai, 26, l. 462‑467 :
    […] Εὐθυκλ[ῆς]
    Ε (...)
  • 88 Finley 1985.
  • 89 SEG 35, 1483 ; 73‑74 ap. J.‑C. Cf. Feissel 1985.

27Faut-il voir une attestation épigraphique du phénomène de formation de synoikia par agglutination dans les stèles des polètes rapportant la vente de biens confisqués87 ? M.I. Finley88 a émis l’hypothèse que la synoikia mentionnée au Pirée près de Mounychie dans la stèle des polètes était constituée de trois oikiai adjacentes et que le mot synoikia renverrait à un terme légal désignant un pâté de maisons, un îlot. Si ce dernier sens est par ailleurs attesté plus tard à Antioche89, ce n’est pas ce dont il s’agit ici : les oikiai mentionnées sont en fait des éléments d’adresse aux quatre points cardinaux pour situer la synoikia, au sens habituel d’immeuble de rapport.

Des constructions ad hoc

  • 90 L’habitat urbain grec a sans doute connu des évolutions qui ont ensuite été celles de l’habitat ro (...)
  • 91 Aristophane, Cavaliers 1001 : ἐμοὶ δ᾽ ὑπερῷον καὶ ξυνοικία δύο.

28Ces remarques sur l’évolution du bâti n’excluent cependant pas qu’une partie des synoikiai ait pu aussi être conçue comme des bâtiments ad hoc90, dont le corps principal était dévolu à l’habitat de multiples familles et qui se distinguait par ses dimensions : c’est sans doute ainsi qu’il faut comprendre l’évocation des synoikiai dans un passage des Cavaliers d’Aristophane91 : un charcutier, porteur d’un fardeau plein d’oracles, se vante d’en avoir de telles quantités qu’ils remplissent une maison à étage et deux synoikiai.

  • 92 Knigge 1988 ; p. 88‑94 ; Knigge 2005. L’auteur évoque cette hypothèse mais privilégie une identifi (...)
  • 93 Ault 2005, p. 147‑150.
  • 94 Holleaux 1904, p. 737.
  • 95 Kraynak 1987, p. 90‑108.
  • 96 Chamonard 1933.

29Des constructions ad hoc pourraient se signaler archéologiquement par la modularité des pièces (les oikèmata des textes littéraires), leur superficie au sol, leur plan et éventuellement leur hauteur. C’est la modularité des pièces d’un bâtiment du Céramique à Athènes, dit « Bau Zèta », qui a été un des fondements de son identification par U. Knigge avec la synoikia-lieu de prostitution évoquée chez Isée92. Par ailleurs sa localisation près du Pompeion correspond au texte d’Isée qui évoque la proximité d’une porte de la muraille. Vers 420 av. J.‑C., le bâtiment présentait une vingtaine de petites pièces uniformes ; dans un quatrième état, il contenait une quantité importante de vaisselle et de restes de repas. Il s’agissait donc probablement d’une auberge, principalement occupée par des femmes, au vu du nombre de pesons et d’objets féminins, bijoux évoquant Aphrodite et l’Orient. B.A. Ault a proposé d’y voir un pandocheion, taverne-cabaret qui était aussi un lieu de prostitution93. À Délos, l’identification d’une synoikia a été proposée par M. Holleaux, à propos du bâtiment situé au nord du Magasin à la baignoire94. Les pièces se répartissent en quatre groupes, nettement séparés les uns des autres, qui forment « une sorte de petit logis », des appartements, qui sont établis chacun à des niveaux différents et se superposent en terrasses. On ajoutera très rapidement que le grand édifice appelé hôtellerie à Délos95 présente des caractéristiques qui pourraient convenir à un habitat collectif et locatif (modularité des pièces, très grande taille de la citerne, etc.), ainsi que l’îlot de la Maison des masques96, pour des raisons différentes. Cet ensemble se distingue par la variété des unités architecturales, apparemment contemporaines, qui le composent : quatre boutiques indépendantes, une maison à péristyle au centre, deux petites maisons à cour. Mais l’îlot présente aussi un accès communautaire à un puits-citerne d’une taille hors du commun.

  • 97 ID 1417, C, l. 53. Cf. Hellmann 1992, p. 295.
  • 98 Aristophane cité par Pollux, Onomasticon, VII, 125, 6 : Ἔργον δὲ τοῦ οἰκοδόμου καὶ τὸ ὑπερῷα ἐγεῖρ (...)
  • 99 Bruneau 1978. Ces colonnades sont présentes devant environ 13 édifices ou groupes d’édifices, nota (...)

30Enfin, il semble que l’imbrication de fonctions commerciales dans un bâtiment de logement a pu aussi intervenir dans des constructions ad hoc et donner lieu à des installations spécifiques et notamment à des galeries ou à des promenades extérieures, sous lesquelles étaient installés des kapeleia ou des ergasteria. En effet la synoikia de Kaibôn mentionnée dans les inscriptions de Délos comporte un prooikodoma97, une « construction en avancée », et un fragment d’Aristophane mentionne le peridromos d’une synoikia : Pollux y fait référence à deux reprises lorsqu’il évoque l’élévation architecturale98. Il semble possible de rapprocher ces attestations textuelles de la réalité archéologique des rues à colonnes à Délos. En effet on note la présence d’une colonnade en façade de bâtiments souvent occupés par des boutiques99. Leurs colonnes de granit ou de marbre non poli, d’entraxes souvent inégaux, sont trop grosses pour avoir supporté un auvent : elles soutenaient probablement une saillie de l’étage, balcon ou appartement en avancée, comme il en est conservé à Herculanum.

La localisation des immeubles

  • 100 P. Petrie 2, 1 13.
  • 101 Thucydide, III, 74, 2 : Γενομένης δὲ τῆς τροπῆς περὶ δείλην ὀψίαν, δείσαντες οἱ ὀλίγοι μὴ αὐτοβοεὶ (...)
  • 102 Énée le Tacticien, XXX, 1‑2, voir n. 69. 
  • 103 Hérondas, Mimes VI, 52‑53 : ὁ δ ἕτερος ἐγγὺς τῆς συνοικίης οἰκέων τῆς Ἑρμόδωροuτὴν πλατεῖαν ἐκβάντ (...)

31Les synoikiai sont susceptibles d’être construites partout : elles sont attestées dans les dèmes attiques de Pambotidai, Colone (Eschine, Contre Timarque 125), Éleusis. Mais elles se trouvent plus fréquemment dans les zones de forte concentration démographique, les zones d’activité productives ou marchandes et les zones de concentration d’étrangers de passage. Ainsi elles sont attestées dans les cités portuaires, à Délos, au Pirée d’après les témoignages d’Isée – plus précisément à Mounychie d’après la stèle des polètes – et à Alexandrie : un testament de 238‑237 av. J.‑C. découvert à Crocodilopolis dans le Fayoum distingue une oikia située dans le village arsinoïte de Boubastis d’une synoikia à Alexandrie100. Elles se situent précisément dans les quartiers marchands et artisanaux en centre urbain, à proximité ou autour des agoras : au Céramique dans le cas d’Athènes, autour de l’agora de Corcyre au témoignage de Thucydide101, dans le centre commercial des villes selon Énée le tacticien102. La pression urbaine et l’attractivité économique des centres sont donc clairement la cause du développement des synoikiai. Elles sont devenues des éléments structurants du tissu urbain et sont utilisées, au même titre que les sanctuaires ou certaines oikiai importantes, comme des éléments d’adresse : dans le mime d’Hérondas Les amies ou les intimes, Metro s’enquiert de l’identité d’un artisan du nom de Kerdon ; l’un des représentants du nom habite « à côté de la synoikia d’Hermodoros, après la place »103.

  • 104 La première attestation littéraire du terme apparaît chez Cicéron dans une lettre à Atticus (15, 1 (...)

32L’habitat locatif et collectif est une réalité grecque avant de devenir la réalité romaine de l’insula104. Le terme spécifique désignant cette pratique, synoikia, est attesté depuis la seconde moitié du ve s. av. J.‑C. À l’époque classique, les attestations littéraires sont essentiellement athéniennes (Thucydide, Pseudo-Xénophon, Aristophane, Théophraste, Ménandre, Démosthène, Eschine, Isée), mais ce biais de source n’est pas propre à la question : il tient à l’importance dans cette cité de la littérature juridique, dont le patrimoine immobilier est l’un des grands enjeux, et du théâtre comique, source majeure pour sa peinture des pratiques sociales. Si les synoikiai ont pu apparaître plus rapidement et en plus grand nombre dans la mégapole d’Athènes qu’ailleurs, en lien avec la forte urbanisation de la cité au ve s. av. J.‑C., les mentions de synoikiai chez Hérondas, dont certains mimes se rapportent à la ville de Cos, chez Énée le tacticien, qui présente une réflexion générale sur la ville et la guerre, ou l’évocation de synoikiai à Corcyre par Thucydide montrent bien que les immeubles sont un fait urbain présent dans toutes les villes grecques. On note également un déséquilibre des sources dans le corpus épigraphique : les contextes d’Athènes et Délos sont particulièrement représentés, en raison du développement de la publication des comptes publics sur ces sites et des conditions archéologiques et épigraphiques remarquables à Délos. Le cas délien ne témoigne cependant pas d’une situation urbaine particulièrement favorable : les attestations de synoikiai sont en effet antérieures à l’explosion urbaine dans l’île. Là encore, des attestations éparses, à Thasos, à Téos, et les témoignages papyrologiques ne permettent pas de doute sur l’étendue du phénomène.

33La réalité matérielle à laquelle le terme synoikia se rapporte se caractérise par sa multifonctionnalité : hôtel de passage ou de passe, auberge, immeuble, garni d’ateliers et de boutiques. Si beaucoup d’oikiai ont pu être habitées comme synoikiai et être en partie louées, comme l’ont été les domus romaines, il est en tout cas certain que les textes littéraires n’emploient pas l’un pour l’autre et distinguent, plus que des structures architecturales, des cultures habitatives différentes. Ainsi l’importance du phénomène de l’habitat collectif et locatif dépasse largement l’emploi du mot synoikia, mais la connotation du mot est très chargée : il signifie explicitement la richesse et l’investissement immobilier de son propriétaire, la nécessité économique, l’infériorité statutaire et le travail du côté de ses habitants. Enfin, si la pratique locative a pu apparaître dans des contextes architecturaux non spécifiques, les synoikiai ont sans doute rapidement pris un visage architectural propre, destiné à augmenter leur rentabilité, se distinguant certainement par leurs grandes dimensions et des installations particulières : ergasteria et kapeleia parfois protégés par des galeries-promenades. Elles sont un signe essentiel de l’urbanisation et de la pression démographique des villes en partie dues à la concentration des fonctions de production et de vente.

Corpus

1. Les synoikiai du banquier Pasion

Démosthène, Pour Phormion 6, 5

Μισθούμενος οὖν ὅδε τὴν ἐργασίαν αὐτὴν τῆς τραπέζης καὶ τὰς παρακαταθήκας [λαμβάνων], ὁρῶν ὅτι, μήπω τῆς πολιτείας αὐτῷ παρ’ ὑμῖν οὔσης, οὐχ οἷός τ’ ἔσοιτ’ εἰσπράττειν ὅσα Πασίων ἐπὶ γῇ καὶ συνοικίαις δεδανεικὼς ἦν. 

Or Phormion, en prenant à ferme l’exploitation de la banque et des dépôts, se rendit compte que, n’ayant pas le droit de cité, il ne pourrait faire rentrer l’argent que Pasion avait prêté sur des terres et des synoikiai.

34 : Ὅταν μὲν τοίνυν τὴν διαθήκην ἀρνῆται, ἐκ τίνος τρόπου πρεσβεῖα λαβὼν τὴν συνοικίαν κατὰ τὴν διαθήκην ἔχει, τοῦτ’ ἐρωτᾶτ’ αὐτόν.

Quand il niera l’existence du testament, demandez-lui de quel droit il possède la synoikia qu’il a reçue en préciput (privilège d’aîné) en vertu de ce testament.

Démosthène, Contre Stéphanos I, 28

ΔΙΑΘΗΚΗ
Τάδε διέθετο Πασίων Ἀχαρνεύς· δίδωμι τὴν ἐμαυτοῦ γυναῖκα Ἀρχίππην Φορμίωνι, καὶ προῖκα ἐπιδίδωμι Ἀρχίππῃ τάλαντον μὲν τὸ ἐκ Πεπαρήθου, τάλαντον δὲ τὸ αὐτόθεν, συνοικίαν ἑκατὸνμνῶν, θεραπαίνας καὶ τὰ χρυσία, καὶ τἄλλα ὅσα ἐστὶν αὐτῇ ἔνδον, ἅπαντα ταῦτα Ἀρχίππῃ δίδωμι.

Pasion du dème d’Acharnes a disposé comme suit : je donne en mariage ma femme Archippè à Phormion et je donne en dot à Archippè 1 talent, placé à Péparéthos, plus 1 talent à prendre ici même, plus une synoikia de 100 mines, des servantes, des objets d’or, et par ailleurs tout ce qu’elle possède dans la maison, le tout légué à Archippè.

2. La synoikia comme signe de richesse

Démosthène, Contre Nausimachos et Xeinopeithès 7

Ἐγὼ δ’ οἶδ’ ἀκούων ὅτι τὴν οὐσίαν Ξενοπείθης καὶ Ναυσικράτης ἅπασαν χρέα κατέλιπον, καὶ φανερὰν ἐκέκτηντο μικράν τινα· εἰσπραχθέντων δὲ τῶν χρεῶν καί τινων σκευῶν πραθέντων, ἔτι δ’ ἀνδραπόδων, καὶ τὰ χωρία καὶ τὰς συνοικίας ἐπρίανθ’ οἱ ἐπίτροποι, ἃ παρέλαβον οὗτοι.

Pour ma part, je sais pour l’avoir entendu dire que la succession de Xeinopeithès et Nausicratès ne comportait guère que des créances, et très peu de biens apparents ; les tuteurs, ayant recouvré les créances et vendu quelques meubles et quelques esclaves, achetèrent les terres et les synoikiai que nos adversaires ont recueillies.

Eschine, Contre Timarque 105

Ἀλλ’ οὐκ ἔστι τούτῳ λοιπὸν οὐδέν, οὐκ οἰκία, οὐ συνοικία, οὐ χωρίον, οὐκ οἰκέται, οὐ δάνεισμα, οὐκ ἄλλ’ οὐδὲν ἀφ’ ὧν ἄνθρωποι.

Eh bien non ! il n’a rien conservé (de son héritage), ni maison, ni synoikia, ni ferme, ni esclaves, ni créances ni rien de ce qui constitue les moyens d’existence des gens honnêtes.

Dion de Pruse, 7, 104

Εἶεν δή, περὶ τῶν ἐν ἄστει καὶ κατὰ πόλιν πενήτων σκεπτέον ἂν εἴη τοῦ βίου καὶ τῶν ἐργασιῶν, πῶς ἂν μάλιστα διάγοντες καὶ ποῖ’ ἄττα μεταχειριζόμενοι δυνήσονται μὴ κακῶς ζῆν μηδὲ φαυλότερον τῶν δανειζόντων ἐπὶ τόκοις συχνοῖς, εὖ μάλ’ ἐπισταμένων τὸν ἡμερῶν τε καὶ μηνῶν ἀριθμόν, καὶ τῶν συνοικίας τε μεγάλας καὶ ναῦς κεκτημένων καὶ ἀνδράποδα πολλά.

Eh bien, il nous faudrait maintenant considérer la vie et les occupations de ceux qui vivent à la capitale ou dans quelque autre ville, pour savoir par quelle conduite et quelle activité ils pourraient vivre plutôt bien, et pas plus mal que ceux qui prêtent à intérêt, trop cher, et comprennent bien le nombre des jours et des mois, ou que ceux qui possèdent de grandes synoikiai, des navires et nombre d’esclaves.

Lucien, Traversée 15, 2

Ἐγὼ δὲ ἅτε μηδὲν ἔχων ἐνέχυρον ἐν τῷ βίῳ, οὐκ ἀγρόν, οὐ συνοικίαν, οὐ χρυσόν, οὐ σκεῦος, οὐ δόξαν, οὐκ εἰκόνας, εἰκότως εὔζωνος ἦν.

Moi, au contraire, qui ne possédais rien au monde, ni domaine, ni synoikia, ni or, ni meubles, ni renommée, ni statues, j’étais tout prêt à partir.

Lucien, Saturnalia 20

Καὶ ἧττον ἄν, εὖ ἴσθι, ἠνιώμεθα ἂν ἐπ’ αὐτοῖς, εἰ μὴ τοὺς πλουσίους ἑωρῶμεν τοσαύτῃ εὐδαιμονίᾳ συνόντας, οἳ τοσοῦτον μὲν χρυσόν, τοσοῦτον δὲ ἄργυρον ἐγκλεισάμενοι, ἐσθῆτας δὲ ὅσας ἔχοντες, ἀνδράποδα δὲ καὶ ζεύγη καὶ συνοικίας καὶ ἀγρούς.

Notre misère pourtant, sache-le bien, serait plus supportable, si nous ne voyions pas le bonheur des riches qui ont sous clef tant d’or et tant d’argent, avec des vêtements dont nul ne sait le nombre, des esclaves, des chars, des synoikiai, des domaines agricoles.

Alciphron, III, 14, 1

Οὐ γὰρ δαπανᾶται εἰς αὐτὴν χρυσίον μόνον καὶ ἀργύριον, ἀλλὰ καὶ συνοικίας καὶ ἀγρούς.

Pour elle, il ne dépense pas seulement de l’or et de l’argent, mais des synoikiai et des domaines.

Athénée, XII, 60

Καρύστιος δὲ ὁ Περγαμηνὸς ἐν τρίτῳ Ὑπομνημάτων ‘Δημήτριος, φησίν, ὁ Φαληρεὺς […] ὡς δ’ ἐπλούτησε, Μοσχίωνα τὸν ἄριστον τῶν τότε μαγείρων καὶ δειπνοποιῶν ἐωνήσατο, καὶ τοσαῦτα ἦν τὰ παρασκευαζόμενα καθ’ ἡμέραν ὥστε χαρισαμένου τῷ Μοσχίωνι τὰ λείψανα Μοσχίων ἐν ἔτεσι δύο τρεῖς συνοικίας ἐωνήσατο.

Carystios de Pergame, dans le livre III de ses Souvenirs, dit : « Démétrios de Phalère […] quand il devint très riche, acheta Moschion, le cuisinier le plus réputé de son temps. Dès lors, les repas quotidiens confectionnés par ce Moschion furent grandioses, et les restes que celui-ci reçut en guise de pourboire furent si abondants qu’il parvint en deux années de temps à acheter trois riches synoikiai ».

  • 105 Voir aussi Orationes 1, 54, 3 ; 23, 4, 6 ; Epistulae 872, 2, 3 ; Declamationes 32, 1, 20, 3.

Libanios105, Orationes 7, 9, 5

Ἀλλὰ πολλοὺς μὲν οἰκέτας, πολλὰς δὲ συνοικίας ἀφελομένους, πολλοὺς δὲ ἀγρούς, πολλὰς δὲ ὁλκάδας, χρυσόν, ἄργυρον, ἐσθῆτα.

De nombreux serviteurs, de nombreuses synoikia éloignées, de nombreux domaines agricoles, de nombreux navires de transport, de l’or, de l’argent, des vêtements.

Libanios, Orationes 8, 1, 4

Ἄργυρος καὶ γῆ καὶ ἀνδράποδα καὶ οἰκία καὶ συνοικίαι καὶ νῆες καὶ βοσκήματα.

De l’argent, une terre, des esclaves, une maison, des synoikiai, des navires, du bétail.

Libanios, Declamationes 38, 1, 16, 4

Τίς γὰρ ὑμῶν οὐκ οἶδε τὸν τούτου πλοῦτον μέγαν, τὸ χρυσίον, τὰς συνοικίας, τὰ ἀνδράποδα, τὰ βοσκήματα, τὴν γῆν.

Qui de vous ne sait pas la grande richesse de celui-ci, or, synoikiai, esclaves, bétail, terre.

Anthologie palatine, Epigrammata exhortatoria et supplicatoria 123

Ἄλλοις γυναῖκες, συγγενεῖς, φίλοι, τέκνα, ἄλλοις δὲ πλοῦτος, οἰκίαι, συνοικίαι, ἄλλοις δὲ κάλλος, σεμνότης, ἀρχαὶ, θρόνοι.

À d’autres femmes, parents, amis, enfants, à d’autres richesse, maisons, synoikiai, à d’autres beauté, majesté, commandements, trônes.

3. La gestion de ses synoikiai par Euktémon

Isée, La succession de Philoctémon 19‑21

Ἀπελευθέρα ἦν αὐτοῦ, ὦ ἄνδρες, ἣ ἐναυκλήρει συνοικίαν ἐν Πειραιεῖ αὐτοῦ καὶ παιδίσκας ἔτρεφε. Τούτων μίαν ἐκτήσατο ᾗ ὄνομα ἦν Ἀλκή, ἣν καὶ ὑμῶν οἶμαι πολλοὺς εἰδέναι. Αὕτη δὲ ἡ Ἀλκὴ ὠνηθεῖσα πολλὰ μὲν ἔτη καθῆστο ἐν οἰκήματι, ἤδη δὲ πρεσβυτέρα οὖσα ἀπὸ μὲν τοῦ οἰκήματος ἀνίσταται, (20.) διαιτωμένῃ δὲ αὐτῇ ἐν τῇ συνοικίᾳ συνῆν ἄνθρωπος ἀπελεύθερος – Δίων ὄνομα αὐτῷ – ἐξ οὗ ἔφη ἐκείνη τούτους γεγονέναι· καὶ ἔθρεψεν αὐτοὺς ὁ Δίων ὡς ὄντας ἑαυτοῦ. Χρόνῳ δὲ ὕστερον ὁ μὲν Δίων ζημίαν εἰργασμένος καὶ δείσας ὑπὲρ αὑτοῦ ὑπεχώρησεν εἰς Σικυῶνα· τὴν δ’ ἄνθρωπον ταύτην, τὴν Ἀλκήν, καθίστησιν Εὐκτήμων ἐπιμελεῖσθαι τῆς ἐν Κεραμεικῷ συνοικίας, τῆς παρὰ τὴν πυλίδα, οὗ ὁ οἶνος ὤνιος. (21.) Κατοικισθεῖσα δ’ ἐνταυθοῖ πολλῶν καὶ κακῶν ἦρξεν, ὦ ἄνδρες. Φοιτῶν γὰρ ὁ Εὐκτήμων ἐπὶ τὸ ἐνοίκιον ἑκάστοτε, τὰ πολλὰ διέτριβεν ἐν τῇ συνοικίᾳ, ἐνίοτε δὲ καὶ ἐσιτεῖτο μετὰ τῆς ἀνθρώπου, καταλιπὼν καὶ τὴν γυναῖκα καὶ τοὺς παῖδας καὶ τὴν οἰκίαν ἣν ᾤκει. Χαλεπῶς δὲ φερούσης τῆς γυναικὸς καὶ τῶν ὑέων οὐχ ὅπως ἐπαύσατο, ἀλλὰ τελευτῶν παντελῶς διῃτᾶτο ἐκεῖ καὶ οὕτω διετέθη εἴθ’ ὑπὸ φαρμάκων εἴθ’ ὑπὸ νόσου εἴθ’ ὑπ’ ἄλλουτινός, ὥστε ἐπείσθη ὑπ’ αὐτῆς τὸν πρεσβύτερον τοῖν παίδοιν εἰσαγαγεῖν εἰς τοὺς φράτερας ἐπὶ τῷ αὑτοῦ ὀνόματι. 

Il avait, juges, une affranchie qui gérait pour son compte (enauklerei) une synoikia au Pirée et y entretenait des filles. Elle en acquit une du nom d’Alkè, que beaucoup d’entre vous connaissent aussi j’imagine. Cette Alkè, après qu’elle eut été achetée, vécut pendant de longues années comme pensionnaire de l’établissement (en oikèmati) ; puis déjà au déclin de l’âge, elle se retira du métier (de l’oikèma). Tandis qu’elle était dans la synoikia, elle avait des relations avec un affranchi du nom de Dion : ce fut à ce qu’elle prétendit, le père de ces jeunes gens. En fait Dion les a nourris comme s’ils étaient de lui. Plus tard Dion, ayant quelque chose à se reprocher et craignant pour lui, se retira à Sicyone. Quant à cette fille, cette Alkè, Euktèmon l’installa comme intendante (epimelesthai) de sa synoikia au Céramique, près de la poterne où se tient le marché aux vins. Son installation en ce lieu fut l’origine de mille maux, juges. Euktèmon y allait à chaque terme de loyer, il passait le plus clair de son temps dans la synoikia, souvent même il y mangeait avec cette fille, abandonnant femme, enfants et son domicile. Le chagrin de sa femme et de ses fils ne le fit pas changer de conduite ; mais finalement il y vécut complètement, et il tomba dans un tel état, par l’effet de drogues, d’une maladie ou de toute autre cause, qu’il se laissa persuader par cette fille de présenter dans sa phratrie l’aîné des deux enfants qu’elle avait, sous son propre nom.

4. Fonctions d’une synoikia

Eschine, Contre Timarque 43, 11

Παρωξυμμένος δὲ πρὸς τὸ πρᾶγμα ὁ Μισγόλας, ζήτησιν αὐτοῦ ἐποιεῖτο μετὰ τοῦ Φαίδρου, ἐξαγγελθέντος δ’ αὐτοῖς εὑρίσκουσι τοῦτον ἐν συνοικίᾳ μετὰ ξένων τινων συναριστῶντα. Διαπειλησαμένου δὲ τοῦ Μισγόλα καὶ τοῦ Φαίδρου τοῖς ξένοις, καὶ κελευόντων ἤδη ἀκολουθεῖν εἰς τὸ δεσμωτήριον, ὅτι μειράκιον ἐλεύθερον διέφθειραν, φοβηθέντες οἱ ξένοι φεύγοντες ᾤχοντο, καταλιπόντες τὰ παρεσκευασμένα.

Furieux, Misgolas part à sa recherche, accompagné de Phaidros. Sur les indications qu’on leur donne, ils le trouvent attablé dans une synoikia, en compagnie de quelques étrangers. Migolas et Phaidros adressent à ces gens de violentes menaces et ils leur ordonnent de se laisser emmener sur-le-champ à la prison, pour avoir séduit un adolescent de condition libre.

Eschine, Contre Timarque 123‑124

Οὐ γὰρ τὰ οἰκήματα οὐδ’ αἱ οἰκήσεις τὰς ἐπωνυμίας τοῖς ἐνοικήσασι παρέχουσιν, ἀλλ’ οἱ ἐνοικήσαντες τὰς τῶν ἰδίων ἐπιτηδευμάτων ἐπωνυμίας τοῖς τόποις παρασκευάζουσιν. (124.) Ὅπου μὲν γὰρ πολλοὶ μισθωσάμενοι μίαν οἴκησιν διελόμενοι ἔχουσι, συνοικίαν καλοῦμεν, ὅπου δ’ εἷς ἐνοικεῖ, οἰκίαν. Ἐὰν δ’ εἰς ἓν δήπου τούτων τῶν ἐπὶ ταῖς ὁδοῖς ἐργαστηρίων ἰατρὸς εἰσοικίσηται, ἰατρεῖον καλεῖται· ἐὰν δ’ ὁ μὲν ἐξοικίσηται, εἰς δὲ τὸ αὐτὸ τοῦτο ἐργαστήριον χαλκεὺς εἰσοικίσηται, χαλκεῖον ἐκλήθη, ἐὰν δὲ κναφεύς, κναφεῖον, ἐὰν δὲ τέκτων, τεκτονεῖον· ἐὰν δὲ πορνοβοσκὸς καὶ πόρναι, ἀπὸ τῆς ἐργασίας εὐθὺς ἐκλήθη πορνεῖον. Ὥστε σὺ πολλὰ πορνεῖα τῇ τῆς πράξεως εὐχερείᾳ πεποίηκας. Μὴ οὖν, ὅπου ποτὲ ἔπραττες, ἐρώτα, ἀλλ’ ὡς οὐ τοῦτο πεποίηκας, ἀπολογοῦ.

En effet, ce ne sont pas les locaux (oikèmata) ni les lieux de séjour (oikèsis) qui donnent leur nom à ceux qui y résident (enoikèsantes), mais bien plutôt ces derniers qui imposent aux locaux les dénominations attachées à ce qu’ils font. Ainsi, nous appelons synoikia l’habitation que se partagent plusieurs locataires différents, et oikia celle dans laquelle habite une seule famille. Ou bien qu’un médecin vienne s’établir dans une de ces échoppes (ergastèrion) qui bordent nos rues, celle-ci prend le nom de cabinet médical. Et si, dans ce même endroit, le médecin étant parti, s’établit un forgeron, le local s’appelle alors forge ou atelier de foulon si c’est un foulon qui l’occupe ou atelier de charpentier si c’est un charpentier ; enfin, quand des prostituées viennent s’installer avec leur patron, le local est aussitot appelé porneion d’après l’activité qui s’y pratique. En sorte qu’avec la facilité avec laquelle tu t’adonnais à ton vice, tu as fait de bien des maisons des mauvais lieux. Ne nous demande pas de dire où tu te livrais à la débauche : établis plutôt que tu ne t’y es pas livré.

5. Habitants de synoikiai

Hérondas, Mimes III (Le Maître d’école), 34‑48

Ἄπολλον … Ἀγρεῦ …, « τοῦτο » φημὶ « κἠ μάμμη,
τάλης, ἐρεῖ σοι – κἠστὶ γραμμάτων χήρη – (35)
κὠ προστυχὼν Φρύξ. » ἢν δὲ δή τι καὶ μέζον
γρῦξαι θέλωμεν, ἢ τριταῖος οὐκ οἶδεν
τῆς οἰκίης τὸν οὐδόν, ἀλλὰ τὴν μάμμην,
γρηῢν γυναῖκα κὠρφανὴν βίου, κείρει,
ἢ τοῦ τέγευς ὔπερθε τὰ σκέλεα τείνας (40)
κάθητ’ ὄκως τις καλλίης κάτω κύπτων.
τί μευ δοκεῖς τὰ σπλάγχνα τῆς κάκης πάσχειν
ἐπεὰν ἴδωμι ; κοὐ τόσος λόγος τοῦδε·
ἀλλ’ ὀ κέραμος πᾶς ὤσπερ ἴτ<ρ>ια θλῆται,
κἠπὴν ὀ χειμὼν ἐγγὺς ἦι, τρί’ ἤμαιθα (45)
κλαίουσα ἐκάστου τοῦ πλατύσματος τίνω·
ἒν γὰρ στόμ’ ἐστὶ τῆς συνοικίης πάσης,
« τοῦ Μητροτίμης ἔργα Κοττάλου ταῦτα ».

A-pol-lon ma-ti-nal « Mais malheureux, que je lui fais, ta grand-mère en dira autant, bien qu’illettrée, ou n’importe quel esclave phrygien. » Si alors nous nous avisons de grogner un peu plus fort, de trois jours il ne connaît plus le seuil de la maison, c’est sa grand-mère, une vieille femme sans ressources qu’il va dépouiller. Ou bien le voilà sur le toit, jambes allongées, perché comme un singe, la tête en bas. Et ce n’est pas tant pour lui encore, mais la tuile se casse de tous côtés comme gâteaux secs et quand l’hiver approche il me faut, les larmes aux yeux, débourser trois demi-oboles, pour chacune de ces galettes-là, car toute la synoikia dit d’une seule voix : « c’est l’ouvrage de Cottalos, le garçon à Métrotimè ».

6. La synoikia comme édifice multifonctionnel

Tablette de défixion athénienne, IG III, App. 68

a.1 Φιλέαν τὸμ μυλωθρὸν χεῖρας πόδας γλ[ῶτταν] ῥήματα . . ΑΛ . . ΙΛ . . . Ο̣ΠΙΝΙΚ . . . . . .
Ι . ΣΑΝΑ χεῖρας πόδας καὶ [ἐργ]ασίαν τὴμ [μνή]μην χεῖρας καὶ πόδας καὶ ἐργαστήριον
[Φύλ]λιδα Β . . φορον . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ἐργαστήρι[ον . . . . .]κλ[έους]
γυνὴ χεῖρας πόδας γλῶτταν καὶ ΗΤ . . . . . . . . . . . . . . ρίαν Τ . . . . . . . . . . . . .
  5 Παρθένιον τὴν κάπηλιν χεῖρας πόδας· Λυ[δ]ὴν τὸ [ἐ]ργαστήριον πα . . . . . . Ναυσ[ίπο]-
ρον χεῖρας πόδας τὴν συνοικίαν πᾶσαν καὶ σύνοικα πάντα συ . . . . . . . . . . χαριτο-
πῶλιν χεῖρας καὶ πόδας καὶ ἐργαστήριον καὶ τὰ ἐν τῶι ἐργαστηρίωι ἅπαντα.
ΧΡ̣Ε̣Σ . ΚΙΣΕΑΗΝΑΛ̣ ὀπίσω καὶ ΚΛΗΣ . . . χεῖρας πόδας [ἐργαστήριον καὶ τὰ ἐν τῶι]
ἐργαστηρίωι ἅπ[α]ντα . . . . Λυδ[ὸν] τὸμ . ΟΓ . . . . . ΙΝ τὸμ πύγ[μαχον καὶ] χεῖρας πόδ[ας]
10 [τ]οὺς . . . α . τοὺς μάρτ[υρας] τοῦ Π . . ΣΤΑ . . . . . . . . . . . ΙΜΗΝ . . . . . . . . . . . . . .
τὸ ἐργαστήριον καὶ ΠΟ . . . . . . . ΤΟΝ . . . . . . . . . . . . . . ΜΙΓΟΤ . . . ΑΝ [χεῖρας] καὶ πόδας
καὶ . . . . . . κάπηλο[ν . . . . . . . . . .] . Η . Ν . . . . . . χεῖρας πόδας [ἐρ]-
γαστήριον τὴν κάπηλιν χεῖρας πόδας τὸ ἐ̣[ργαστήριον καὶ τὰ ἐν τῶι ἐργαστηρίωι]
ἅπαντα· Ἀρέσκουσαν τὴμ μαστρ[ο]π[ὸν] χεῖρας πόδας γλῶ[τταν] τὸν ΕΛΕ . . . . . . ΡΩΤΑΝ
15 . . ΤΟΝ . . . . . . . . . γυν]αῖκα χεῖρας [πόδας . . . . . . . . . . . . . . .]αν Νικο[κλέους] χεῖρας κ[αὶ] πόδας.
b.1 Διφίλην καὶ χ[ε]ῖρας καὶ πόδας καὶ γλῶτταν καὶ πόδα[ς καὶ ἐργαστήριον καὶ]
τὰ ἐν τῶι ἐργαστηρίωι ἅπαντα· Πόσιν χεῖρας καὶ [πόδας καὶ γλῶτταν]
καὶ τὸ ἐργαστήριον καὶ τὰ ἐν τῶι ἐργαστηρίωι ἅπαν[τα . . . . . . . . χεῖρας]
καὶ πόδας καὶ γ[λῶ]τταν καὶ [τὸ ἐργαστήριον] καὶ τὰ ἐν [τῶι ἐργαστη]ρίωι [ἅ]-
  5 παντα. Λ<ύ>σανδ[ρ]ον χεῖρ[α]ς καὶ π[ό]δας καὶ ἐργαστήρι[ον καὶ τὰ ἐν τῶι] ἐ[ργα]-
[σ]τηρίωι ἅπαντα· Ἀνύ[τ]α̣ν τὴν [κά]πη<λι>ν χ[ε]ῖρας καὶ [πό]δα[ς καὶ τὸ ἐργασ]τήρι[ον]
καὶ τὰ ἐν τῶι ἐ[ρ]γαστηρίωι ἅπαν[τ]α ΕΡΡ̣ . . ΕΟ νατον Λυ . . . . . . . . . . . . ον χε[ῖ]-
ρας καὶ πόδας καὶ γλῶτταν καὶ ἐργαστήριον καὶ τὰ ἐν τῶι [ἐργαστηρίωι ἅπαντα].
Λύκιον χεῖρας καὶ πόδας καὶ γλῶτταν καὶ ἐργαστή[ριον καὶ] τὰ ἐν τῶι ἐρ-
10 γαστηρίωι ἅπαντα. Λυδὴν χεῖρας καὶ πόδας καὶ γλῶτ[ταν καὶ ἐργασ]τήριον
καὶ τὰ ἐν τῶι ἐργα[σ]τηρίωι ἅπαντα. Κίλικα Ν . . ΡΜΑΚΡ[. . . χεῖρας πόδας]
καὶ ἐγαστήρι[ον] καὶ τὰ [ἐν τῶι] ἐργ[ασ]τηρί[ω]ι ἅπαντα. Μέλα[να χεῖρας καὶ π]όδας
καὶ πό[δ]ας καὶ [γλῶ]τταν [κ]αὶ [ἐρ]γαστήριον κ[αὶ] τὰ ἐν [τῶι ἐργαστηρίωι ἅπα]ντα.
Λάκαιναν τὴμ Μέλανος πάλ(λ)ακα χεῖρας πόδας καὶ . . . . . . . . . . . . . . .
15 κα[τ]αδῶ τὸν [δ]ο[ῦ]λο(μ) Μέλανος Ο̣Γ̣ΗΕΝΙΑ χεῖρας καὶ πόδας καὶ ἐργαστή[ριον . . . . . . . .]

 

  a  
(Je lie) Phileas le meunier, ses mains, ses pieds, sa langue, ses paroles […]
[untel] ses mains, ses pieds et l’affaire, la mémoire, les mains, les pieds et l’atelier de Phyllis
[…] l’atelier […]
la femme de […], ses mains, ses pieds, sa langue […]
  5 Parthénion l’aubergiste, ses mains, ses pieds. Lydè, son atelier, Nausiporos,
ses mains, ses pieds, toute la synoikia et tous les locataires […], [untel]
vendeuse de charmes, ses mains, ses pieds, son atelier et tout ce qu’il y a dedans
[…] à l’arrière […], ses mains, ses pieds [son atelier] et
tout ce qu’il y a dedans, Lydon le […], [untel] boxeur, ses mains, ses pieds
10 les témoins de […]
l’atelier et […], les mains, les pieds
et […] aubergiste […], les mains, les pieds
l’atelier, la femme aubergiste, les mains, les pieds, l’atelier et tout ce qu’il y a dans l’atelier
Areskousa, la prostituée, ses mains, ses pieds, sa langue […]
15 […] femme, ses mains, ses pieds, […] de Nikoklès, ses mains, ses pieds.
  b  
Diphilè, ses mains, ses pieds, sa langue, ses pieds, son atelier
et tout ce qu’il y a dedans. Posis, ses mains ses pieds, sa langue,
son atelier et tout ce qu’il y a dedans […]
ses pieds, sa langue, son atelier et tout ce qu’il y a dedans
  5 Lysandros, ses mains, ses pieds, son atelier et tout ce qu’il y a dedans,
Anyta l’aubergiste, ses mains, ses pieds, son atelier
et tout ce qu’il y a dedans […], Lu[…]
ses mains, ses pieds, son atelier et tout ce qu’il y a dedans
Lykios, ses mains, ses pieds, son atelier
10 ses mains, ses pieds, son atelier
et tout ce qu’il y a dedans, Lydè, ses mains, ses pieds,
son atelier et tout ce qu’il y a dedans, Kilika, ses mains, ses pieds,
son atelier et tout ce qu’il y a dedans, Melas, ses mains, ses pieds,
ses pieds, sa langue, son atelier et tout ce qu’il y a dedans,
Lakaina la concubine (pallakè) de Melas,
je lie [untel] l’esclave de Melas, ses mains, ses pieds, son atelier […]

 

P. Petrie 3, 73, Gurob (299‑200 av. J.‑C.)

Διονυσοδώρωι παρὰ
Πιστοθέου.
μεμίσθωμαι παρὰ
Πετεσούχου τοῦ π[ρο-]
  5 εστηκότος τῆς λεγο-
μένης Ἀρτεμιδώρου
συνοικίας ταμιεῖον εἰσι-
όντων ἐν δεξιᾷ ὄγδοον
οὗ [ἐ]πίσημον Ν ὡς τοῦ
10 [μ]ηνὸς (δραχμῶν) ϛ ἐν ὧι   ̣  ̣ 
[  ̣  ̣  ̣  ̣]υ συν  ̣[ - ca ? - ] 
[ - ca ? - ] κε(ράμια) ρνζ [ - ca ? - ] 
-- -- -- -- -- -- -- -- -- --

 

   À Dionysodôros auprès de Pistotheos.
   J’ai loué à Peteouchos
   le chef de la synoikia dite
   d’Artémidôros un cellier (un office),
   le huitième à droite en entrant
   dont la lettre est N, pour 6 drachmes par mois […]
   157 vases de terre cuite

 

Bibliographie

Auteurs anciens

Anthologie palatine = Anthologia Graeca, édité par H. Beckby, Munich, 1957.

Athénée = Athenaei Naucratitae deipnosophistarum libri XV, édité par G. Kaibel, Leipzig, 1887‑1890.

Alciphron, Lettres = Alciphronis rhetoris epistularum libri IV (lettre III), édité par M.A. Schepers, Leipzig, 1905.

Ammonios, Περὶ ὁμοίων καὶ διαφόρων λέξεων = Ammonii qui dicitur liber de adfinium vocabulorum differentia, édité par K. Nickau, Leipzig, 1966.

Démosthène, Plaidoyers civils, tome I, discours XXVII-XXXVIII, texte établi et traduit par L. Gernet, CUF, série grecque 2, Paris, 2002 (1er tirage, 1957).

Démosthène, Plaidoyers civils, tome II, discours XXXIX-XLVIII, texte établi et traduit par L. Gernet, CUF, série grecque 1, Paris, 2002 (1er tirage, 1954).

Démosthène, Plaidoyers civils, tome III, discours XLIX‑LVI, texte établi et traduit par L. Gernet, avec la contribution de R. Clavaud, CUF, série grecque 3, Paris, 2002 (1er tirage, 1959).

Diogène Laërce, Diogenis Laertii vitae philosophorum, vol. 2, édité par H.S. Long, Oxford, 1964.

Énée le Tacticien, Poliorcétique, texte établi par A. Dain et traduit par A.M. Bon, CUF, série grecque 182, Paris, 2002 (1er tirage, 1967).

Eschine, Discours, tome I, texte établi et traduit par G. Budé et V. Martin, CUF, série grecque 1, Paris, 2018 (1er tirage, 1927).

Harpocration, Lexeis of the Ten Orators, édité par J.J. Keaney, A.M. Hakkert, Amsterdam, 1991.

Hésychius, Hesychii Alexandrini Lexicon, texte établi par K. Latte et P.A. Hansen, Sammlung griechischer und lateinischer Grammatiker 11/3‑4, Copenhague, puis Berlin-New York, 1953‑2009.

Isée, Discours, texte établi et traduit par P. Roussel, CUF, série grecque 38, Paris, 2003 (1er tirage, 1926).

Lexicon rhetoricum Cantabrigiense dans Lexica Graeca minora (éd. K. Latte, H. Erbse), Hildesheim, 1965.

Libanius, Opera (Orationes), vol. I.1 et I.2, texte édité par R. Foerster, Leipzig, 1963 (1er tirage, 1903).

Libanius, Opera (Declamationes), vol. V, VI et VII, texte édité par R. Foerster, Leipzig, 1963 (1er tirage, 1905‑1913).

Lucien, La Traversée ou Le Tyran = Lucian, vol. 2, texte traduit par A.M. Harmon, Loeb Classical Library, Cambridge, 1968 (1er tirage, 1915).

Lucien, Saturnalia = Lucian, vol. 6, texte traduit par K. Kilburn, Loeb Classical Library, Cambridge, 1968 (1er tirage, 1959).

Photius = Φωτίου τοῦ πατριάρχου λέξεων συναγωγή, édité par R. Porson, Cambridge, 1822.

Plutarque, Vies, tome V, texte établi et traduit par É. Chambry et R. Flacelière, CUF, série grecque 5, Paris, 2003 (1er tirage, 1969).

Pollux, Onomasticon, texte établi par E. Bethe, Stuttgart, 1967 (1er tirage, 1900).

Pseudo-Xénophon, Constitution des Athéniens, texte établi et traduit par D. Lenfant, CUF, série grecque 532, Paris, 2018 (1er tirage, 2017).

Théophraste, Caractères, texte établi et traduit par O. Navarre, CUF, série grecque 5, Paris, 1921 (1er tirage, 1912).

Thucydide, La Guerre du Péloponnèse, tome II, 2e partie, livre III, texte établi et traduit par R. Weil, CUF, série grecque 190, Paris, 2003 (1er tirage, 1969).

Études

Ault B.A. 2005, « Housing the Poor and Homeless in Ancient Greece », in Ault et Nevett (éd.) 2005, p. 140‑159.

Ault B.A., Nevett L. (éd.) 2005, Ancient Greek Houses and Households : Chronological, regional and Social Diversity, Philadelphie.

Bruneau Ph1978, « Deliaca (II) », BCH 102, p. 115‑124.

Bruneau Ph., Ducat J. 2005, Guide de Délos (4e éd.), Paris.

Brunet R., Ferras R., Théry H. 1993, Les mots de la géographie. Dictionnaire critique (3e éd.), Paris.

Cahill N. 2002, Household and City Organization at Olynthus, New Haven-Londres.

Chamonard J. 1933, « Fouilles à Délos (juillet-septembre 1930) », BCH 57, p. 98‑169.

Dubouloz J. 2011, La propriété immobilière à Rome et en Italie, ier-ve siècles, BEFAR 343, Rome.

Faguer J. 2017 (sous presse), « Statuts et propriété foncière dans l’Athènes des iiie et iie siècles av. J.‑C. : la question de l’enktésis », in S. Maillot et J. Zurbach (éd.), Statuts personnels et main-d’œuvre en Méditerranée hellénistique, Clermont-Ferrand.

Feissel D. 1985, « Deux listes de quartiers d’Antioche astreint au creusement d’un canal (73‑74 ap. J.‑C.) », Syria 62, p. 77‑103.

Finley M.I. 1985, Studies in Land and Credit in Ancient Athens, 500‑200 B.C., New Brunswick.

Gros P. 2001, L’architecture romaine, t. 2, Maisons, palais, villas et tombeaux, Paris.

Hellmann M.‑Chr. 1992, Recherches sur le vocabulaire de l’architecture grecque d’après les inscriptions de Délos, Athènes.

Hellmann M.‑Chr. 1994, « La maison grecque : les sources épigraphiques », Topoi 4/1, p. 131‑146.

Hennig D. 1999, « Rechtliche und wirtschaftliche Aspekte », in W. Hoepfner (éd.), Geschichte des Wohnens. 5000 v. Chr.-500 n. Chr. Vorgeschichte-Frühgeschichte-Antike, Stuttgart.

Hoepfner W., Schwander E.L. 1994, Haus und Stadt in klassischen Griechenland, Wohnen in der klassischen Polis I, Munich.

Holleaux M. 1904, « Rapport sur les travaux exécutés dans l’île de Délos par l’École française d’Athènes pendant l’année 1904 », CRAI, p. 726‑748.

Holtzmann B. 2000, « L’habitat gréco-romain », Encyclopaedia Universalis, Paris, p. 585‑602.

Husson G. 1983, OIKIA. Le vocabulaire de la maison privée en Égypte d’après les papyrus grecs, Paris.

Jones J.E. 2007, « “Living above the shop” : domestic aspects of the ancient industrial workshops of the Laurion area od south-east Attica », in R. Westgate, N. Fisher et J. Whitley (éd.), Building Communities : House, Settlement and Society in the aegean and Beyond, Londres, p. 267‑280.

Karvonis P., Malmary J.‑J. 2012, « Du quartier à l’agora, étude de cas dans le quartier du théâtre à Délos », in V. Chankowski et P. Karvonis (éd.), Tout vendre, tout acheter ? Structures et équipements des marchés antiques, Bordeaux-Athènes, p. 263‑275.

Knigge U. 1988, Der Kerameikos von Athen : Führung durch Ausgrabungen und Geschichte, Athènes.

Knigge U. 2005, Der Bau Z, Kerameikos XVII, Munich.

Kraynak L.H. 1987, Hostelries of Ancient Greece, Berkeley.

Kreeb M. 1988, Untersuchungen zur figürlichen Ausstattung delischer Privathaüser, Chicago.

Laumont J.L. 2015, « A new commercial Curse Tablet from Classical Athens », ZPE 196, p. 159‑174.

Majuri A. 1921‑1922, « Un nuovo decreto di associazioni a Rodi », ASAA 3‑4, p. 223‑232.

Peek W. 1941, Inschriften, Ostraka, Fluchtafeln, Kerameikos III, Berlin.

Peek W. 1969, Inschriften von der dorischen Inseln, Berlin.

Pirson H. 1999, Mietwohnungen in Pompeij und Herculaneum. Untersuchungen zur Architektur, zum Wohnen und zur Sozial und Wirtschaftsgeschichte der Vesuvstädte, Studien zur antiken Stadt 15, Munich.

Pritchett W.K., Pippin A. 1956, « The Attic Stelai : Part II », Hesperia 25, p. 178‑328.

Prost Fr. 2007, « Les villes de la Grèce égéenne ; mutations économiques et sociales entre le ive et le iie siècle av. J.‑C. », in Économies et sociétés en Grèce classique et hellénistique, Pallas 74, p. 237‑261.

Rougier-Blanc S. 2014, « Architecture et/ou espaces de la pauvreté ? Habitats modestes, cabanes et “squats” en Grèce ancienne », in E. Galbois et S. Rougier-Blanc (éd.), La pauvreté en Grèce ancienne. Formes, représentations, enjeux, Bordeaux.

Saba S. 2013, The Astynomoi Law of Pergamon. A new commentary, Heidelberg.

Szanto E. 1889, « Zu attischen Inschriften I. Ein attischer Mietvertrag », MDAI(A) 14, p. 137‑145.

Tang B. 2005, Delos Carthage Ampurias. The Housing of Three Mediterranean trading Centres, Analecta Romana Instituti Danici Suppl. XXVI, Rome.

Trümper M. 1998, Wohnen in Delos. Eine baugeschichtliche Untersuchung zum Wandel der Wohnkultur in hellenistischer Zeit, Internationale Archäologie 46, Rahden.

Trümper M. 2005, « Modest Housing in late hellenistic Delos », in Ault et Nevett (éd.) 2005, p. 119‑139.

Vial Cl. 1984, Délos indépendante (314‑167 avant J.‑C.). Étude d’une communauté civique et de ses institutions, BCH Suppl. X, Athènes.

Notes

1 Brunet Ferras Théry 1993, « ville », cité par Prost 2007, p. 237.

2 Holtzmann 2000, p. 585 : « Si l’on excepte les cas tardifs et exceptionnels de quelques très grandes villes comme Alexandrie (?), Rome et Ostie, où des maisons à appartements ont existé, la maison, à Rome comme en Grèce est individuelle (oïkos ou oïkia en Grèce, domus en Italie) ».

3 Finley 1985, p. 64‑65.

4 Hellmann 1992.

5 Hennig 1999.

6 Ault 2005 ; Rougier-Blanc 2014.

7 Voir par exemple Trümper 1998 ; Ault et Nevett 2005.

8 Le mot revêt deux autres sens : la fondation ou colonie et la communauté de vie, notamment chez les auteurs chrétiens.

9 On dénombre trois occurrences du mot synoikia dans les papyrus : 1) P. Petrie (2) 1 13, 238‑237 av. J.‑C. 2) P. Petrie (3) 65b, 299‑200 av. J.‑C. Dans ces deux textes, le mot est employé de façon concurrente et distincte du mot oikia. 3) P. Petrie (3) 73, 299‑200 av. J.‑C. : cf. corpus, 6. Ce faible nombre d’attestations papyrologiques ne présume pas de l’importance de l’habitat collectif et locatif à Alexandrie notamment. Comme on le verra, le mot oikia renvoie aussi à cette réalité ; il faudrait par ailleurs ajouter les mentions du mot tristegos désignant un bâtiment à trois étages, vraisemblablement en partie destiné à la location.

10 Cette définition est reprise par le grammairien Ammonios au ive ap. J.‑C., Περὶ ὁμοίων καὶ διαφόρων λέξεων 350 : οἶκος, οἰκία, συνοικία, οἴκημα, οἰκίσκος καὶ δῶμα διαφέρουσιν. οἶκος μὲν γὰρ λέγεται ἡ πᾶσα οὐσία, οἰκία δὲ ἡ ὑπὸ ἑνὸς ἢ δευτέρου κατοικουμένη, συνοικία δὲ ἡ πολλοῖς καὶ μισθουμένη : « oikos, oikia, synoikia, oikèma, oikiskos et dôma diffèrent. Est appelé oikos l’ensemble du patrimoine, alors que l’oikia est habitée par un ou deux de ces oikoi et la synoikia par plusieurs, et cette dernière est louée ».

11 IG I3, 424, frg. a, l. 10‑11.

12 Voir corpus, 1.

13 Isée, La succession de Ménèklès 27, 6 ; La succession de Dikaiogénès 26‑27 ; Démosthène, Pour Phormion 34 ; Contre Stéphanos I, 28 ; Contre Nausimachos et Xeinopeithès 7 ; Contre Nikostratos 13‑14 ; Contre Aphobos 3 ; Eschine, Contre Timarque 105, cité dans le corpus, 2.

14 Voir le corpus, 2.

15 Théophraste, Caractères XXIII (« Le vantard »), 9 : καὶ ἐν μισθωτῇ οἰκίᾳ οἰκῶν φῆσαι ταύτην εἶναι τὴν πατρῴαν πρὸς τὸν μὴ εἰδότα, καὶ διότι μέλλει πωλεῖν αὐτὴν διὰ τὸ ἐλάττω εἶναι αὑτῷ πρὸς τὰς ξενοδοκίας. « Bien qu’il habite dans une maison de location, il prétend à qui n’est pas au courant que c’est sa demeure paternelle, mais qu’il songe à la vendre faute d’espace pour loger des hôtes ».

16 Plutarque, Vie d’Aristide IX : Ἀλλὰ γὰρ ὁ μὲν Δημήτριος οὐ μόνον Ἀριστείδην, ἀλλὰ καὶ Σωκράτην δῆλός ἐστι τῆς πενίας ἐξελέσθαι φιλοτιμούμενος ὡς μεγάλου κακοῦ· καὶ γὰρ ἐκείνῳ φησὶν οὐ μόνον τὴν οἰκίαν ὑπάρχειν, ἀλλὰ καὶ μνᾶς ἑβδομήκοντα τοκιζομένας ὑπὸ Κρίτωνος. « D’ailleurs, ce n’est pas seulement Aristide que Démétrios se montre désireux d’arracher à la pauvreté comme à un grand malheur, mais aussi Socrate : il prétend en effet que celui-ci non seulement était propriétaire de sa maison, mais aussi de soixante-dix mines placées à intérêt par Criton ».

17 Isée, La succession de Dikaiogénès 26‑27.

18 Voir plus haut.

19 Ce chiffre est obtenu à partir du recensement des prix de vente des oikiai chez les orateurs attiques dans Pritchett et Pippin 1956, p. 271. Il faut par ailleurs noter que le prix de vente moyen des oikiai dans les stèles de polètes du ive s. est beaucoup plus faible et s’élève seulement à 12 mines, sept montants sur dix étant compris entre 145 et 500 drachmes.

20 Voir la liste chez Vial 1984, p. 346‑347.

21 IG XI, 2, 287, A, l. 183.

22 IG XI, 2, 144, A, l. 3.

23 Sa synoikia est vendue en 250 à Manthineos fils d’Aphthonetos. Cf. IG XI, 2, 287, A, l. 16‑17.

24 Nikanor achète une synoikia à Théodôridès en 250 av. J.‑C. (IG XI, 2, 287, A, l. 127‑129) et la laisse à sa mort à son fils Xénôn I (ID 290, l. 13).

25 ID 362, B, l. 11‑12.

26 IG II², 2500 = I. Eleusis 176 (fin ive av. J.‑C.) :
frg. a + b, l. 1‑6
[κατὰ τάδε μισθοῦσιν οἱ Ἐλευσίνιοι τὰς] συνοικία̣ς vvv ὁ μ̣[ισθωσάμενο]ς τὴν συ[νοικ]-
[ίαν . . . . . . . . . . 19 . . . . . . . . . . Ἐλευσι]νίων, ἀ̣ποδώσει τ̣[ῆς μισ]θώσεως τῶι δήμω[ι τῶι]
[Ἐλευσινίων δέκα ἔτη, τοῦ ἐνιαυτοῦ : 𐅅Η]Η : δρ[α]χμά[ς]· ]· τῆι [δεκάτη]ι ἱσταμένου το[ῦ μὲν Ἑ]-
[κατομβαιῶνος :Η: τοῦ δὲ Ποσιδεῶνος :]ΗΗ : τοῦ δὲ [Μ]ου[νιχιῶνο]ς :ΗΗ: ἑκατὸν [δὲ δραχ]-
[μὰς τῆς μισθώσεως τὰς ἔτι λοιπὰς ὑπὸ τ]οῦ δημάρχ[ο]υ [εἰς τὴν ἀ]γορὰν καταβά[λλεσθαι]
[. . . . . . . . . . . . 26 . . . . . . . . . . . . τῆι ὀγ]δόηι [τ]οῦ Ἐ[λαφηβολι?]ῶνος μηνὸς ἐπ’ ἔ[τη δέκα.]

27 ID 442. Voir aussi ID 1417 : location par Eurèmos fils de Zénon Anaphlystios et Timokleidès de Chios.

28 ID 1416, 156 av. J.‑C. :
l. 74‑78
                                                                     … συνοικίαν Μαψιχιδῶν
ἣν ἐμεμίσθωτο Σαραπίων Ἱστιαιεὺς δραχμῶν 𐅅ΗΔΔ, διὰ τὸ ἀπελη-
λυθέναι Σαραπίωνα ἐκ τῆς νήσου, ἐμισθ[ώσ]ατο Σωτήριχος Δ̣ι̣ο̣-
νυσί̣ου Νάξιος δραχμῶν 𐅅ΗΔ𐅂 εἴς τε τὸν ἐπίλοιπον χρόνον τοῦ
ἐνιαυτοῦ καὶ εἰς ἔτη πέντε τὰ μετὰ ἄρχοντα Ἀνθεστήριον·…

29 Mot attesté dans Isée, Sur la succession de Philoctemon 21 (voir corpus, 3) et dans Libanios, Declamationes 32, 1, 48, 5 : πόσον ἐνοικίου κατέβαλε τῆς συνοικίας ὁ ναύκληρος ; πόσων ἔτι μηνῶν χρεωστεῖ ; πόσος ὁ τῶν ἐργαστηρίων μισθός ;

30 Publié pour la première fois par Szanto en 1889. Voir aussi Peek 1941, n° 168 et Bull. ép. 1942, n° 38.

31 Théophraste, Caractères X (« Le mesquin »), 2 : ὁ δὲ μικρολόγος τοιοῦτός τις, οἷος ἐν τῷ μηνὶ ἡμιωβόλιον ἀπαιτεῖν ἐπὶ τὴν οἰκίαν. « Voici comment est le mesquin : sans attendre la fin du mois il va réclamer à l’oikia une demi-obole ». Le mot oikia renvoie sans doute à la réalité de la synoikia (sur les emplois indifférenciés de synoikia et oikia voir plus bas).

32 Voir corpus, 3.

33 Pseudo-Xénophon, Constitution des Athéniens I, 18, 1 : Πρὸς δὲ τούτοις ὁ δῆμος τῶν Ἀθηναίων τάδε κερδαίνει τῶν δικῶν Ἀθήνησιν οὐσῶν τοῖς συμμάχοις. πρῶτον μὲν γὰρ ἡ ἑκατοστὴ τῇ πόλει πλείων ἡ ἐν Πειραιεῖ, ἔπειτα εἴ τῳ συνοικία ἐστίν, ἄμεινον πράττει· ἔπειτα εἴ τῳ ζεῦγός ἐστιν ἢ ἀνδράποδον μισθοφοροῦν. « De plus, le peuple d’Athènes tire profit du fait que les procès concernant les alliés se déroulent à Athènes : d’abord, la taxe du centième, levée au Pirée, rapporte davantage à la cité ; puis, si quelqu’un a des logements à louer (une synoikia), il augmente son revenu ; et si quelqu’un a un attelage ou un esclave, il touche un salaire de leur location ».

34 Voir corpus, 3.

35 Démosthène, Contre Aphobos 3 : διασκευασάμενος τὴν οὐσίαν, καὶ παραδοὺς τὴν μὲν συνοικίαν Αἰσίῳ, τὸν δ’ ἀγρὸν Ὀνήτορι, « pour donner le change sur sa fortune, il a fait passer la maison qu’il louait sous le nom d’Aesios, son domaine rural sous celui d’Onetor ».

36 Isée, Sur la succession de Philoctémon 6, 19 et 20. Voir corpus, 3.

37 Le mot est attesté chez trois auteurs de la fin du ier et du iie siècle ap. J.‑C. : Ptolémée Chennos, 402, 21 (repris par Ammonios, 330, 5) : ἐλέγοντο δὲ ὁμοίως ναύκληροι καὶ οἱ μισθωτοὶ τῶν συνοικιῶν « et on appelle aussi naukleroi les bailleurs de synoikia » ; Pollux, Onomasticon I, 74‑75 : ἄλλως δὲ ὁ δεσπότης τῆς οἰκίας στεγανόμος· παρὰ δὲ τοῖς Δωριεῦσι καὶ Αἰολεῦσιν ἑστιοπάμων ὀνομάζεται. ἔνιοι δ’ αὐτὸν καὶ ναύκληρον ἐκάλεσαν, καὶ τὸν ὑπὲρ τῆς καταγωγῆς μισθὸν ναῦλον, ὅπερ ἐνοίκιον οὐ παρὰ τοῖς πολλοῖς μόνον ἀλλὰ καὶ παρὰ τοῖς παλαιοῖς καλεῖται, παρὰ δὲ ἐνίοις καὶ στεγανόμιον : « et on appelle aussi le maître d’une oikia steganomos ; chez les Doriens et les Eoliens il est appelé hestiopamon [maître du foyer]. Quelques-uns l’appellent aussi nauclère, et le revenu de l’hôtellerie (katagôgè) naulon, nommé enoikion chez la majorité des auteurs et chez les plus anciens, steganomion chez quelques-uns » ; enfin, Harpocration, citant Hypéride, le comique Sannyrion (fin du ve s.) et le poète de la nouvelle comédie Diphilos dans son Lexique des orateurs attiques, s.v. ναύκληρος : Ὑπερείδης ἐν τῷ περὶ τοῦ ταρίχους οὐ μόνον ὡς ἡ συνήθεια χρῆται τῷ ὀνόματι, ἀλλὰ καὶ ἐπὶ τοῦ μεμισθωμένου ἐπὶ τῷ τὰ ἐνοίκια ἐκλέγειν ἢ οἰκίας ἢ συνοικίας, ὡς ὁ αὐτὸς ῥήτωρ δηλοῖ ἐν τῷ πρὸς Ἀριστογείτονα καὶ Σαννυρίων Γέλωτι καὶ Δίφιλος Ἐμπόρῳ: « Hypéride, dans son discours Sur les Salaisons utilise ce terme non seulement selon l’usage courant, mais aussi pour désigner celui qui a donné en location parce qu’il récolte les loyers d’une oikia ou d’une synoikia, comme le même orateur le montre aussi dans le Contre Aristogiton et Sannyrios dans le Gélôs et Diphilos dans l’Emporos ».
Harpocration est ensuite repris par Photius (ixe ap. J.‑C.), s.v. ναύκληρος : Ὑπερίδης οὐ μόνον ὡς ἡ συνήθεια κέχρηται τῶι ὀνόματι, ἀλλὰ καὶ ἐπὶ τοῦ μεμισθωμένου ἐπὶ τῶι τὰ ἐνοίκια ἐκλέγειν, ἢ οἰκίας ἢ συνοικίας (repris par la Souda au xe ap. J.‑C. s.v. ναύκληρος et le Lexicon rhetoricum Cantabrigiense, s.v. ναύκληρος). Chez Photius voir aussi s.v. ναυκληρεῖν : καὶ τὸ οἰκίας δεσπόζειν: « être nauklère : être le maître d’une oikia ».
Le nauklère d’immeuble apparaît par ailleurs chez Libanios, cf. n. 29, et le lexicographe Hésychius au vie ap. J.‑C., s.v. ναύκληρος· ὁ συνοικίας προεστώς. ἢ μεμισθωμένος ὅλην καὶ ἀπομισθῶν κατὰ μέρος καλούμενος σταθμοῦχος « nauklère : le chef de la synoikia ; soit il la loue en son entier, soit il l’exploite par partie étant alors appelé stathmouchos ».

38 ID 372, A, l. 132‑134.

39 ID 442, A, l. 143‑144.

40 Dubouloz 2011, notamment p. 539 sq.

41 Sur la non-spécificité architecturale de certaines synoikiai, voir plus bas la troisième partie.

42 Voir par exemple le décret du dème de Myrrhinonte, IG II2, 1183 (après 340 av. J.‑C.) :
l. 27‑29 :
                                                                  … ἐὰν δέ τ[ινι δέ]-
ει ἀργύριον, δανείζειν τοὺς̣ ἱερέα[ς] ἀξιοχρείωι ἐπ[ὶ χωρίω]-
ι ἢ οἰκίαι ἢ συνοικίαι καὶ ὅρον ἐφ̣[ισ]τάναι …
Les prêtres peuvent « faire des prêts en prenant comme garantie de solvabilité un terrain, une maison ou une synoikia et qu’ils y placent des bornes ».

43 Finley 1985, p. 192, 171F (voir aussi Agora XIX, Horoi H126, Hesp. Suppl. 9, 1951, 24, 33) ; 1985 p. 65. L’argument principal est que l’on ne connaît qu’une attestation de synoikia dans les horoi, alors que les sources littéraires attestent clairement les synoikiai comme un élément fréquent des riches patrimoines. Par ailleurs, le vocabulaire des horoi attiques est très peu précis : toute forme de propriété foncière, lots urbains ou terrain avec fermes, y est désignée par le mot chôrion. Le montant élevé de l’hypothèque sur trois horoi du Pirée (1 000, 1 800 et 3 000 drachmes), comparable au montant de l’hypothèque de la synoikia d’Apollodore (1 600 drachmes) permet d’imaginer que ces hypothèques touchent des immeubles.

44 Hellmann 1992, p. 397‑398 et 1994, p. 145. Par exemple, une oikia, dite de Théodôrides puis de Nikanor (287, A, l. 127‑129), est désignée du terme synoikia (290, 13), à un moment où elle appartient à un certain Xenôn I et oikia désigne de façon générale un bâtiment d’habitation de quelque nature qu’il soit.

45 Par exemple, ID 104‑33, A, l. 3 : ο[ἰ]κία καὶ ὑπε̣[ρῶιον. Voir dans la troisième partie, la formation des synoikiai par division.

46 Parmi les maisons sacrées de Délos, la « maison d’Éphésos » est un local commercial (cf. Vial 1984, p. 349), la « maison d’Orthoklès » une forge et l’oikia dite de la Charèteia est composée de plusieurs lots (2 à 5), le plus souvent trois ateliers pour hommes (andrônitis ou andrôn) et un pour femmes (gynaikônitis).

47 Husson 1983, p. 271‑275.

48 Voir plus bas, la troisième partie.

49 Voir plus haut.

50 Corpus, 4.

51 Corpus, 3.

52 V. 85 : τοῦτο τίτθην ἐν συνοικίαι τινὶ. Voir aussi Fragment 560, 2 (Kock) : θύων οὐδεπώποτ’ ηὐξάμην ἐγὼ τὸ σῷζον τὴν ἐμὴν συνοικίαν ἀλλὰ παρέλιπον οἰκετῶν εἶναι στάσιν. « Jusqu’ici quant à moi, je n’ai jamais loué par des sacrifices ce qui pouvait préserver ma synoikia, mais j’ai laissé les habitants se faire la guerre civile ».

53 Voir corpus, 5.

54 Pour Athènes, Faguer 2017 (sous presse). Huit décrets athéniens entre le milieu du iie av. J.‑C. et 165 ap. J.‑C. limitent le droit à l’enktésis par l’établissement de valeurs maximales, 3 000 drachmes pour une maison ; 6 000 pour un bien foncier. Cf. Finley 1985, note 47, p. 252.

55 Certaines laveries sont intégrées à un complexe multifonctionnel qui servait au stockage et au logement des ouvriers, majoritairement esclaves. Cf. Jones 2007, p. 267‑280.

56 Hellmann 1992, p. 293.

57 Karvonis et Malmary 2012.

58 Trümper 2005, qui étudie les boutiques/ateliers qu’elle nomme du terme romain de tabernae, seules ou attenantes à une ou deux pièces d’habitation, ou parfois comprises dans des ensembles plus vastes avec cour et adduction d’eau, qu’elle nomme « mixed-complex ». Cf. pour le monde romain Pirson 1999.

59 Rougier-Blanc 2014.

60 Voir corpus, 4. Oikèma est utilisé dans le sens de local ou chambre de prostitution ; c’est encore le sens qu’il revêt chez Diogène Laërce, dans la vie de Phédon : Φαίδων Ἠλεῖος, τῶν εὐπατριδῶν, συνεάλω τῇ πατρίδι καὶ ἠναγκάσθη στῆναι ἐπ’ οἰκήματος· « Phédon d’Élis, issu d’une famille noble, fut réduit en esclavage lors de la prise de sa patrie et forcé de se tenir dans l’oikèma ».

61 ID 104‑11, A, l. 31‑32 : συνοικία καὶ οἴκη-[μα.

62 Voir la loi des astynomes de Pergame, MDAI(A) 27, 1902, 47, 71, l. 122, où l’on trouve l’expression ὑπερῶιον οἴκημα pour « bâtiment à étage », s’opposant à un οἴκημα ἁπλοῦν. Cf. Hellmann 1994, p. 19 ; Saba 2013.

63 IG III, App. 68, cf. corpus, 6.

64 Corpus, 3. Sur le sens de kapeleion, voir Aristophane, Lysistrata 427. Voir aussi le mot chez Lysias, I, 24 ; Isocrate, VII, 49 ; Eschine le Socratique, 4 ; une comédie de Théopompe est intitulée Les kapelides. Cf. Laumont, 2015, p. 165, n. 18.

65 ID 104‑11, A, l. 24‑27 (352 av. J.‑C.) :
                                                                                                         τὰ κερ-
[αμεῖα — — — — — — — — — καὶ χαλκεῖ]ον ἃ ἦν Λευκίππο· οἰκίαι ΙΙ
— — — — — — — — — — — — — — — — συνοικία καὶ πιθών, ἃ ἦν Ἀφ-
[— — — — — — — — — — — — — — — Τ]ύννωνος·

66 I. Eleusis 176 (330 av. J.‑C.), frg. o + p + l, l. 3. Le texte, présentant une description très lacunaire des pièces, mentionne différents types de portes : syndromades, kattaraktoi, monothyros, un escalier et un ergasterion.

67 BCH 71‑72, 1947, n° 2, p. 271 (deuxième moitié du iie av. J.‑C.) :
Θεοδέκτης Δημοφῶντος τὴν συνοικίαν
καὶ τὰ ἐργαστήρια ἐπέδωκεν τῆι πόλει.

68 Voir corpus, 6.

69 XXX, 1‑2 : Προνοεῖν δὲ καὶ τὰ ἐπὶ πράσει εἰσαγόμενα καὶ εἰς τὴν ἀγορὰν ἐκτιθέμενα ὅπλα τά τε ἐπὶ τῶν καπηλείων καὶ παντοπωλείων, <ὧν> ἀθροισθέντων πλῆθός τι γένοιτ’ ἄν, ὅπως μηδενὶ ἕτοιμα ᾖ τῶν βουλομένων νεωτερίζειν. Εὔηθες γὰρ τῶν μὲν ἀφικνουμένων ἀνδρῶν παραιρεῖσθαι τὰ ὅπλα, ἐν δὲ τῇ ἀγορᾷ καὶ ταῖς συνοικίαις ἀθρόα ὑπάρχειν σωράκους τε ἀσπιδίων καὶ ἐγχειριδίων κιβώτια. « Il faut aussi surveiller par précaution les armes importées pour la vente et exposées à l’agora ou dans les petites boutiques et les bazars, dont la quantité pourrait être énorme si quelqu’un les rassemblait, afin qu’elle ne tombe pas dans les mains des révolutionnaires. Car il est absurde de confisquer les armes de tout homme qui arrive, tandis que sur le marché et dans les synoikiai, on trouve en masse des cabas de petits boucliers et des caisses de poignards ».

70 CIL IV, 138.

71 CIL IV, 1136.

72 CIL VI, 29791.

73 Gros 2001, p. 121‑127.

74 I. Teos 26, l. 20‑23 :
                                                                            […] ὃ καὶ
ζῶν καθιερώκει τοῖς Ἀτταλισταῖς, ἀνατίθησιν καὶ τὴν συν-
οικίαν τὴν πρὸς τῶι βασιλείωι τὴν πρότερον οὖσαν Μικ-
ρ<ί>ου.

75 Bruneau et Ducat 2005, n° 57.

76 Majuri 1921‑1922.

77 Peek 1969, n° 18.

78 Gros 2001, p. 127 : le collège fournit un substitut de vie politique mais aussi un succédané de luxueuse maison à péristyle.

79 Finley 1985, p. 255, n. 66.

80 Remarque d’Hellmann 1992, p. 293‑294 et p. 397‑398.

81 Voir corpus, 3.

82 Hellmann 1994, p. 141.

83 Voir plus haut.

84 Hoepfner et Schwandner 1994, p. 110‑112 ; voir aussi Ault 2005, p. 144 ; cités par Rougier-Blanc 2014, p. 133. D’autres maisons olynthiennes présentent des divisions similaires, cf. Cahill 2002, p. 210 (maison Aiv7).

85 Par exemple, la Maison ID au sud-est de l’Insula I du quartier du Théâtre ou la Maison IIB d’une superficie au sol de 670 m2 dans la partie sud de l’Insula II formée de deux maisons jointes ; la Maison dite de Cléopâtre (Maison III I Insula III), elle aussi composée de deux maisons ; la Maison I‑II de l’Îlot des bronzes. Cf. Chamonard 1933, p. 107‑110 ; Kreeb 1988 ; Trümper 1998 ; Tang 2005.

86 Trümper 2005, p. 129. Vingt-deux pour cent seulement des tabernae dont on connaît bien l’environnement architectural sont combinés à des maisons à cour péristyle. Au contraire, à Pompéi, cinquante-six pour cent des tabernae sont incluses dans les riches domus : cf. Pirson 1999, p. 130 (« tabernae were clearly linked to lower statuts housing and thus probably to the lower social strata ») et p. 137‑141.

87 Hesperia 5, 1936, p. 401, n° 10, l. 117‑153 = Agora XIX, Poletai, 26, l. 462‑467 :
[…] Εὐθυκλ[ῆς]
Εὐκλέους : ἐκ Κ : Εὐθυκλῆς Εὐθυμενίδου Μυρρ [: ἀ]-
πέγραψεν συνοικίαν ἐμ Πειραεῖ ὑπὸ Μουνιχ-
ίαι : ἧι γ : βορ : Εὐθυκλέους : Μυρ : οἰκία : νοτό : δὲ Πρ-
ωτάρχου : Πειρ : οἰκία πρὸς ἡλίο ἀνίο : ἡ ὁδὸς ἡ ἀ-
στία δυομέ : δὲ Εὐθυμάχου Μυρ : οἰκία οὔσης τῆ-
ς συνοικίας ταύτης Μειξιδήμου Μυρ :

88 Finley 1985.

89 SEG 35, 1483 ; 73‑74 ap. J.‑C. Cf. Feissel 1985.

90 L’habitat urbain grec a sans doute connu des évolutions qui ont ensuite été celles de l’habitat romain. P. Gros souligne que si les « appartements bon marché » apparaissent archéologiquement comme des domus divisées, et à l’étage d’officines et de boutiques sur trois ou quatre niveaux (ex : l’Insula orientalis d’Herculanum), il existe aussi dès le iie s. av. J.‑C. et peut-être même avant des « immeubles à caractère spéculatif », autrement dit des édifices ad hoc, à Rome ou Ostie : l’Insula Orientalis II d’Herculanum est le premier cas concret de ce genre que l’on puisse observer.

91 Aristophane, Cavaliers 1001 : ἐμοὶ δ᾽ ὑπερῷον καὶ ξυνοικία δύο.

92 Knigge 1988 ; p. 88‑94 ; Knigge 2005. L’auteur évoque cette hypothèse mais privilégie une identification avec le bâtiment voisin Bau Y.

93 Ault 2005, p. 147‑150.

94 Holleaux 1904, p. 737.

95 Kraynak 1987, p. 90‑108.

96 Chamonard 1933.

97 ID 1417, C, l. 53. Cf. Hellmann 1992, p. 295.

98 Aristophane cité par Pollux, Onomasticon, VII, 125, 6 : Ἔργον δὲ τοῦ οἰκοδόμου καὶ τὸ ὑπερῷα ἐγεῖραι, ὡς Ὑπερείδης (fg 120 T) ἔφη, καὶ περίδρομον ἐργάσασθαι· Ἀριστοφάνης γὰρ ἐν Γήραι (fg 133) ἔφη ἐκ τοῦ περιδρόμου στᾶσα τῆς συνοικίας. « C’est le travail du maçon d’élever aussi les combles, comme Hypéride le dit, et aussi la promenade (la galerie) : Aristophane dans Gera dit aussi : “se tenant hors de la promenade de la synoikia” ».
Onomasticon IX, 39, 1‑3 : Καὶ τὸ μὲν πλῆθος τῶν οἰκοδομημάτων οἰκίαι καὶ συνοικίαι, καὶ οἰκίας περίδρομος, ὡς ἐν τῷ Γήραι Ἀριστοφάνους (fg 133) ἐπὶ τοῦ περιδρόμου στᾶσα τῆς συνοικίας. « La plus grande partie des bâtiments sont des oikiai ou des synoikiai ; et on dit ainsi “la promenade de l’oikia”, comme Aristophane dans Gera : “se tenant devant la promenade” ».

99 Bruneau 1978. Ces colonnades sont présentes devant environ 13 édifices ou groupes d’édifices, notamment devant les édifices à l’est du péribole du Sanctuaire d’Apollon, au nord de la Maison aux stucs, au nord et à l’est de l’îlot de la Maison des masques, au sud de la Maison des dauphins, dans la partie sud du quartier du Stade, devant une habitation à l’ouest de l’établissement des Poseidoniastes de Berytos.

100 P. Petrie 2, 1 13.

101 Thucydide, III, 74, 2 : Γενομένης δὲ τῆς τροπῆς περὶ δείλην ὀψίαν, δείσαντες οἱ ὀλίγοι μὴ αὐτοβοεὶ ὁ δῆμος τοῦ τε νεωρίου κρατήσειεν ἐπελθὼν καὶ σφᾶς διαφθείρειεν, ἐμπιπρᾶσι τὰς οἰκίας τὰς ἐν κύκλῳ τῆς ἀγορᾶς καὶ τὰς ξυνοικίας, ὅπως μὴ ᾖ ἔφοδος, φειδόμενοι οὔτε οἰκείας οὔτε ἀλλοτρίας, ὥστε καὶ χρήματα πολλὰ ἐμπόρων κατεκαύθη. « Quand leur déroute [celles des aristocrates] fut survenue, vers le soir, les aristocrates craignirent que du premier élan le peuple, attaquant l’arsenal maritime, ne l’enlevât et ne les massacrât ; ils mirent alors le feu aux maisons autour de l’agora, y compris les synoikiai, pour supprimer tout accès, sans épargner leurs biens ni ceux d’autrui, de sorte que beaucoup de marchandises brûlèrent entièrement ».

102 Énée le Tacticien, XXX, 1‑2, voir n. 69. 

103 Hérondas, Mimes VI, 52‑53 : ὁ δ ἕτερος ἐγγὺς τῆς συνοικίης οἰκέων τῆς Ἑρμόδωροuτὴν πλατεῖαν ἐκβάντι.

104 La première attestation littéraire du terme apparaît chez Cicéron dans une lettre à Atticus (15, 17, 1 du 12 juin 44 av. J.‑C.), mais la réalité de l’immeuble à trois étages la plus anciennement attestée se trouve chez Tite-Live, 21, 62, 3, à propos du [dans un contexte du ?] iiie s. av. J.‑C. : en 218 av. J.‑C., un bœuf monte au troisième étage d’une habitation du forum boarium.

105 Voir aussi Orationes 1, 54, 3 ; 23, 4, 6 ; Epistulae 872, 2, 3 ; Declamationes 32, 1, 20, 3.

Acheter

Volume papier

LCDPU
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search