Version classiqueVersion mobile

Dire la ville en grec aux époques antique et byzantine

 | 
Liliane Lopez-Rabatel
, 
Virginie Mathé
, 
Jean-Charles Moretti

Des hommes et des villes

Dire les villes des « Autres »

Les établissements des peuples non grecs de l’Occident dans l’historiographie grecque, d’Hécatée à Thucydide

Flavia Frisone et Mario Lombardo

Texte intégral

  • 1 Il suffira ici de renvoyer à Hansen et Nielsen 2004, p. 39‑48.

1On commencera par rappeler les difficultés inhérentes au thème proposé, liées avant tout à la nature polysémique du terme de πόλις, qui désigne la ville comme « établissement », centre « urbain » (avec son territoire), et en même temps comme communauté de citoyens et comme structure politique et étatique. Cela implique la possibilité que dans nos sources ce terme soit employé chaque fois en référence à l’un ou à l’autre de ces aspects, même en parlant d’établissements/communautés/États non grecs, sans qu’il soit toujours aisé, ou même possible, d’en distinguer le sens précis1.

  • 2 Voir p. 45‑55.

2Il convient également de considerer que, comme l’a montré déjà Stefania De Vido2, πόλις est, et devient de plus en plus, un mot chargé de fortes valeurs politiques et idéologiques. Il suffira ici de rappeler le début de la Politique (I, 2, 9 [1253a]), où Aristote identifie la πόλις comme le cadre « naturel » de la vie de l’homme (grec) en tant que ζῶον πολιτικόν.

  • 3 Flavia Frisone est auteure de la partie intitulée « Thucydide et une Sicile de villes des “Autres” (...)

3En considérant cela, nous avons choisi de restreindre le champ de notre exposé essentiellement aux témoignages sur « les villes » des peuples non grecs de l’Occident offerts par les fragments conservés de la Périégèse tardo-archaïque d’Hécatée de Milet et par les œuvres des deux principaux historiens grecs du ve s. av. J.‑C., Hérodote et Thucydide. On analysera donc, assez rapidement, les occurrences où le terme et la notion de πόλις sont employés en référence aux établissements des peuples non grecs de l’Occident, en attirant l’attention, en particulier, sur quelques aspects et quelques cas d’étude qui nous semblent donner matière à réfléchir3. Notre objectif est celui de mettre en lumière les sensibles différences entre ces auteurs dans l’utilisation de πόλις par rapport aux communautés non grecques et même par rapport à l’idée qu’ils en veulent donner.

Hécatée de Milet

  • 4 On en trouve neuf pour la Péninsule ibérique [FGrHist 1 FF 38 (Elibyrghe), 39 (Kalathe), 41 (Mastì (...)
  • 5 Whitehead 1994, p. 117.
  • 6 Hansen 1997, p. 17‑18.
  • 7 Hansen 1997, p. 17.
  • 8 Hansen 1997, p. 18‑19 ; cf. les conclusions p. 27.

4Dans sa Périégèse, le plus ancien historien/géographe grec, Hécatée de Milet (floruit ante Medikà) qualifiait de πόλεις des établissements de peuples non grecs de l’Occident méditerranéen, de l’Italie aux Colonnes d’Héraclès. Certes, les nombreuses références dans les Ethnikà d’Étienne de Byzance à des πόλεις non grecques comme figurant dans la description de l’Europe par Hécatée4 ne sont pas nécessairement des preuves. En effet, comme l’a souligné Mogens Hermann Hansen, reprenant les conclusions d’un travail de David Whitehead sur la fiabilité de la classification des sites dans l’œuvre d’Étienne de Byzance5, quand l’auteur des Ethnikà se limite à mentionner sa source, on ne peut pas être sûr que la qualification d’un centre comme πόλις y figurait effectivement et n’était pas l’œuvre d’Étienne de Byzance lui-même6. Mais il en va tout autrement quand il cite littéralement sa source : alors, il est « remarquably reliable »7. Or, il y a au moins quelques cas, parmi ceux qui nous intéressent ici, où la qualification de πόλις figure à l’intérieur de ce qui apparaît comme une citation littérale du texte de la Périégèse. Rappelés et discutés dans une perspective plus ample par M.H. Hansen8, ce sont les cas suivants :

Sixos : FGrHist 1 F 43 dans Étienne de Byzance, Ethn., s.v. Σίξος· πόλις Μαστιηνῶν. Ἑκαταῖος « μετὰ δὲ Σίξος πόλις ». Sixos : ville des Mastiènes. Hécatée : « après vient la ville de Sixos ».

Hyops : FGrHist 1 F 48 dans Étienne de Byzance, Ethn., s.v. Ὕοψ· πόλις ἐν Ἰβηρίαι χερρονήσου. Ἑκαταῖος Εὐρώπηι. « μετὰ δὲ Ὕοψ πόλις, μετὰ δὲ Λεσυρὸς ποταμός ». « Hyops : ville en Iberie dans la péninsule ». Hécatée dans (la Périégèse) de l’Europe : « vient après la ville de Hyops, après encore le fleuve Lesyros ».

Ixias et Menekine : FGrHist 1 FF 67a et 67b dans Étienne de Byzance, Ethn., s.v. Ἰξιάς· πόλις Οἰνώτρων ἐν μεσογείαι. Ἑκαταῖος Εὐρώπηι· « ἐν δὲ Ἰξιὰς πόλις, ἐν δὲ Μενεκίνη πόλις ». « Ixias : ville des Œnotriens dans l’arrière-pays ». Hécatée dans (la Périégèse de) l’Europe : « il y a la ville de Hyxias, il y a aussi la ville de Menekine ».

Chandane : FGrHist 1 F 88 dans Étienne de Byzance, Ethn., s.v. Χανδάνη· πόλις Ἰαπυγίας. Ἑκαταῖος Εὐρώπηι « ἐν δὲ Χανδάνη πόλις. μετὰ δὲ Πευκαῖοι ». « Chandane : ville de l’Iapygie ». Hécatée dans (la Périégèse de) l’Europe : « il y a la ville de Chandane ; après il y a les Peucetiens ».

  • 9 Hansen 1997, p. 19.

5On notera, avec M.H. Hansen, que pour l’ensemble de ces cinq établissements non grecs d’Occident qui étaient – avec sept autres de Macédoine (Therme et Chalastre : FGrHist 1 F 146), Thrace (Boryza : FGrHist 1 F 166), Phrygie (Alazia : FGrHist 1 F 217), Médie (Parikane et Hyope : FGrHist 1 FF 282 et 287), Chorasmie (FGrHist 1 F 292), Égypte (Atharambe : FGrHist 1 F 304) – qualifiés expressément de πόλεις par Hécatée, on ne trouve pas d’autres références dans nos sources, et que pour deux d’entre eux (Sixos et Hyops), il n’y a même pas d’entrée dans la Real Enzyklopädie9.

6En tout cas, même avec toute la prudence nécessaire en raison de la nature fragmentaire de ces témoignages, ils nous permettent de dire que dans l’œuvre géographique d’Hécatée le terme, et la notion, de πόλις étaient employés pour qualifier (aussi) les établissements des peuples non grecs de l’Occident méditerranéen, ou au moins certains d’entre eux. Et on pourrait même penser qu’ils l’étaient assez régulièrement, si on peut donner quelque poids aux « simples » références d’Étienne de Byzance à Hécatée à propos de πόλεις d’Ibérie ou d’Italie. Des références qui, comme nous l’avons dit, sont relativement nombreuses, et qui nous offrent aussi quelques indices intéressants.

  • 10 Étienne de Byzance. Ethn., s.v. « Πατυκός », « Πύξις » et « Σέστιον ».
  • 11 Nenci 1987. Voir aussi Ronconi 1993 ; Greco 1993 ; Lombardo 2001, p. 336‑337 ; Frisone 2013.
  • 12 Voir surtout Denys d’Halicarnasse, Ant. Rom. I, 11‑13, en particulier I, 12, 1 ; sur ces tradition (...)

7Je me réfère en particulier au cas des nombreuses πόλεις Οἰνώτρων citées dans les Ethnikà, presque toujours avec renvoi à la Périégèse, et qui sont les seules pour lesquelles Étienne de Byzance souligne constamment la situation particulière ἐν (τῆι) μεσογέιαι ou ἐν (τῶι) μεσογέιωι : en plus des cas d’Ixias et de Menekine figurant dans une citation littérale d’Hécatée, nous trouvons ceux d’Arinthe (FGrHist 1 F 64), Artemision (FGrHist 1 F 65), Erimon (FGrHist 1 F 66), Kossa (FGrHist 1 F 68), Kyterion (FGrHist 1 F 69), Malanios (FGrHist 1 F 70) et Ninaia (FGrHist 1 F 71), auxquels on peut ajouter les cas de Patykos, Pyxis et Sestion10 pour lesquels on a même pu envisager, sur la seule base de leur collocation ἐν μεσογέιαι dans les Ethnikà, qu’ils pouvaient provenir de l’œuvre d’Hécatée. Or, comme l’a montré jadis Giuseppe Nenci, suivi par d’autres chercheurs11, cette indication géographique particulière et exclusive pour les πόλεις Οἰνώτρων trouve des éléments intéressants d’explication dans l’histoire et l’archéologie de la région des Œnotriens (la Calabre et la Lucanie actuelles) à l’époque archaïque, et quelque support aussi dans les traditions, remontant au ve s. av. J.‑C., sur les « origines arcadiennes » de ces mêmes Œnotriens12.

  • 13 Hansen 1997, p. 27.

8Cela pourrait indiquer qu’Hécatée qualifiait leurs établissements de πόλεις en se référant essentiellement à leur nature d’établissements / « centres urbains » dont la particularité était celle d’être situés dans l’arrière-pays. En effet, au terme de son analyse des occurrences du terme πόλις dans les citations littérales du texte de la Périégèse, employé à propos des villes grecques aussi bien que non grecques, Hansen concluait que ce terme « in the Periegesis was used principally in the sense of town rather then in the sense of city-state », tout en ajoutant que « it seems in the case of Hellenic poleis to have been applied exclusively to communities which were poleis in the political sense as in the urban sense »13.

  • 14 Je me contente ici de renvoyer aux éditions et commentaires de Peretti 1979 pour le Ps.-Scylax et (...)

9Même ainsi, cet emploi par Hécatée de πόλις en référence à des centres non grecs de l’Occident méditerranéen n’est pas dépourvu d’intérêt, si nous considérons ce qu’on voit dans les Périples plus récents du Pseudo-Scylax et du Pseudo-Scymne, où, pour ce qui concerne la Méditerranée occidentale, on trouve presque toujours des ἔϑνη non grecs et des πόλεις ἑλληνίδες, qualifiées souvent d’ἀποικίαι14.

10Mais il l’est encore plus à la lumière de ce qui semble émerger d’un examen de l’œuvre d’Hérodote.

Hérodote

  • 15 Hansen et Nielsen 2004, p. 36.

11Comme il a été relevé par les éditeurs de l’Inventory of Archaic and Classical Poleis, « forty-seven named barbarian towns are labelled polis in Herodotos »15. Mais à examiner, même très rapidement, les occurrences en question, on peut se rendre compte, bien que cela ne soit pas surprenant, qu’il y a des différences très marquées, d’ordre soit quantitatif soit qualitatif, entre les occurrences qui concernent, respectivement, la partie orientale et la partie occidentale de l’écoumène circumméditerranéenne, qui constitue l’horizon général du récit d’Hérodote.

  • 16 Hérodote, II, 177, 1 ; il en nomme directement plusieurs dans son deuxième livre, de Memphis à Thè (...)
  • 17 Voir Hansen et Nielsen 2004, p. 36.
  • 18 Voir Stefania De Vido, supra, p. 45‑55.

12En effet, les régions auxquelles se rapporte le plus grand nombre de telles occurrences sont les régions orientales, de l’Anatolie (par exemple Sardes plusieurs fois appelée πόλις dans le premier livre des Histoires) à la Mésopotamie (Babylone : I, 178‑183), de la Phénicie (par exemple Sidon : III, 136, 1) à la Syrie (Cadytis et Ienisos : III, 5), à l’Égypte surtout, où, dit Hérodote, il y avait 20 000 poleis16, employant ce terme, vraisemblablement, dans le sens de « nucleated settlements »17. Mais les régions orientales sont aussi celles où se trouvent les villes les plus extraordinaires, objets de descriptions particulièrement évocatrices de la part de l’historien, parce qu’elles répondent aux catégories du θαυμαστόν et/ou du μέγιστον, par leur antiquité, leur rôle et leur histoire, mais aussi par leurs dimensions et leurs étonnantes particularités urbaines et monumentales : il suffira ici de faire référence à la description de Babylone (I, 177‑183) , à propos de laquelle Stefania De Vido a souligné les profondes différences par rapport aux πόλεις grecques18.

  • 19 Voir infra.
  • 20 Voir Hérodote, I, 163 et IV, 15 pour Tartessos, et V, 47 pour Ségeste.

13Par contre, parmi ces 47 « named barbarian towns labelled polis » dans l’œuvre d’Hérodote, non seulement celles de l’Occident sont très peu nombreuses (pas plus de 5 ou 6 occurrences)19, mais, comme on va le voir, elles sont pour la plupart qualifiées par Hérodote en des termes particuliers, surtout en référence à leurs « origines », tandis que le terme πόλις n’est pas employé à propos d’établissement comme Tartessos ou Ségeste, pour lesquels il aurait pu être bien approprié, à la lumière même de ce qu’en dit l’historien20.

  • 21 Nenci 1989, p. 308 ; sur les honneurs rendus par les Ségestans à Philippe, voir Frisone 2000.

14Il y a quelques années, Giuseppe Nenci, dans l’Entretien Hardt dédié à Hérodote et les peuples non grecs, proposait une lecture de la représentation qu’il donne des peuples de l’Occident centrée sur la notion de « barbarie ». Il écrivait : « i Greci in Occidente sono come gli altri Greci, ma i barbari non sono come gli altri barbari, ma aree senza ethne (Sardegna, Enotria)… Barbari senza etnografia, barbari senza etnologia, e addirittura barbari senza città ; fra le città “barbariche” emerge l’interno di una sola, Segesta, della quale Erodoto ricorda che rendeva onori funebri particolari (un tempietto sulla tomba) a Filippo di Butacida [V 47, 2]… »21, mais, comme on l’a dit, sans même employer, en référence à celle-ci, le terme de πόλις.

15Si la lecture proposée par Nenci est convaincante lorsqu’elle souligne, même du point de vue qui nous intéresse ici, la différence radicale qui court entre la représentation des peuples de l’Ouest et celle des peuples de l’Est dans les Histoires, je crois qu’on peut aller un peu plus loin en analysant de plus près les quelques cas où Hérodote utilise le terme πόλις pour qualifier les villes des peuples non grecs de l’Occident.

  • 22 Hartog 1980.

16Pour ce faire, on peut partir d’un passage que je trouve particulièrement éclairant pour notre sujet, bien que, à proprement parler, il n’entre pas dans l’horizon ethnique et géographique de l’Ouest, mais plutôt dans celui de la Scythie et du « Grand Nord », qui, dans l’image qu’en donne Hérodote dans le quatrième livre des Histoires, se présente comme un « miroir » du monde grec, ainsi que François Hartog l’a bien souligné22.

  • 23 Hérodote, IV, 108‑109 : Βουδῖνοι δέ, ἔθνος ἐὸν μέγα καὶ πολλόν, γλαυκόν τε πᾶν ἰσχυρῶς ἐστι καὶ πυ (...)

17Je me réfère à la description du seul établissement non grec dans cet horizon que l’historien qualifie de πόλις, Gélonos, la ville des Gélons, qui est l’unique ville dans la vaste région des peuples nomades sans établissements permanents, mais aussi une ville très particulière, entièrement construite en bois, les longs et hauts murs comme les maisons, les temples et les autels, où – et c’est cela qui nous intéresse le plus ici – les Gélons pratiquaient « leurs cultes grecs », en particulier leurs fêtes en l’honneur de Dionysos, étant, à la différence des Budins nomades parmi lesquels ils vivaient, « un peuple d’origine hellénique, descendant des migrants venus jadis des emporia du Pont ». Comme tels, en outre, ils différaient des Budins par leur langue, par la couleur de leur peau ainsi que par leur genre de vie : en effet, ils n’étaient pas des nomades, mais des cultivateurs sédentaires23. On dirait que ces origines grecques des Gélones ont pu jouer quelque rôle dans la qualification comme πόλις par Hérodote, d’un établissement si spécial, pour ne pas dire unique.

  • 24 Hérodote, II, 33. Voir Crespo et Ramon 2010.

18Si maintenant on en vient aux rares exemples de l’utilisation du terme πόλις en référence aux établissements non grecs de l’Occident, on peut constater, en effet, qu’il s’agit pour la plupart – les seules exceptions semblent être le cas de la mystérieuse ville de Pyrène dans le pays des Celtes aux sources de l’Istros/Danube, mentionnée dans le 2e livre24 et celui de la πόλις d’Hybla, où le tyran de Géla Hippocrate aurait trouvé la mort (Hérodote, VII, 155) – d’établissements dont les origines, plus ou moins éloignées dans le temps (de l’histoire ou du mythe), pouvaient être reliées, au moins aux yeux d’Hérodote et de ses sources, à la Méditerranée orientale, et dans quelques cas plus spécifiquement au monde égéen.

  • 25 Hérodote, I, 94 : Λαχόντας δὲ αὐτῶν τοὺς ἑτέρους ἐξιέναι ἐκ τῆς χώρης [καὶ] καταβῆναι ἐς Σμύρνην κα (...)
  • 26 Hérodote, VII, 167 : Ἀφανισθέντι δὲ Ἀμίλκᾳ τρόπῳ εἴτε τοιούτῳ ὡς Φοίνικες λέγουσι εἴτε ἑτέρῳ [ὡς Κ (...)

19Au premier type ressortissent les πόλεις dans le pays des Ombriens, jadis fondées par des Lydiens venus de l’Asie Mineure et qui auraient pris plus tard le nom de Tyrrhéniens25, ainsi que Carthage et « toutes les πόλεις τῶν ἀποικίδων », on dirait les « colonies » phéniciennes d’Occident26.

20Dans la plupart des cas du deuxième type, il n’est pas toujours facile de savoir si, et comment, l’emploi du terme πόλις se rapporte aux liens originels ou « actuels » avec les Grecs des centres non grecs ainsi qualifiés.

  • 27 Hérodote, I, 167 : Οἱ δὲ αὐτῶν ἐς τὸ Ῥήγιον καταφυγόντες ἐνθεῦτεν ὁρμώμενοι ἐκτήσαντο πόλιν γῆς τῆ (...)

21Tel est le cas de la « πόλις τῆς γῆς τῆς Οἰνωτρίης », que, vers 540 av. J.‑C. les Phocéens réfugiés à Rhégion après la bataille d’Alalia, auraient achetée, ou fondée – le sens du texte, qui présente les deux formes verbales ἐκτήσαντο et ἐκτίσαντο, n’est pas tout à fait clair –, celle qui aujourd’hui, écrit l’historien, s’appelle Hyele27 : en tout cas, l’appellation de πόλις semble faire référence à la ville fondée par les Phocéens en terre œnotrienne, plutôt qu’à une ancienne ville des Énotriens.

  • 28 Hérodote, VII, 153 : Τοῦ δὲ Γέλωνος τούτου πρόγονος, οἰκήτωρ [ὁ] ἐν Γέλῃ, ἦν ἐκ νήσου Τήλου τῆς ἐπ (...)

22Dans le cas de la πόλις de « Μακτώριον τὴν ὑπὲρ Γέλης οἰκημένην » aussi, il est possible que la ville ainsi qualifiée en référence à un épisode ancien mais difficile à dater avec quelque précision, et généralement identifiée avec Monte Bubbonia, soit à envisager comme un centre en quelque sorte lié à la πόλις grecque de Géla28.

  • 29 Hérodote, VII, 170 : Ἀνὰ δὲ χρόνον Κρῆτας (…) ἀπικομένους στόλῳ μεγάλῳ ἐς Σικανίην πολιορκέειν ἐπ’ (...)

23Une telle incertitude se trouve aussi pour le cas de la πόλις de Kamikos, ancienne capitale du roi des Sicanes Kokalos, qu’Hérodote introduit sur la scène en parlant du long siège qui lui avait été imposé par les Crétois jadis venus en Sicanie pour venger la mort de Minos, mais qu’il présente aussi comme « la polis de Camicos, que, de mon temps, habitaient les Agrigentins »29.

  • 30 Hérodote, VII, 170 : (suivant le passage cité à la note précédente) τέλος δὲ οὐ δυναμένους οὔτε ἑλ (...)

24Particulièrement explicite, au contraire, est le cas des πόλεις des Iapyges, dont la première, Hyrie, aurait été jadis fondée par ces mêmes Crétois qui étaient venus en Occident pour venger la mort de Minos et qui, après avoir échoué dans leur but, au cours de leur voyage de retour en Crète, avaient été contraints par la tempête de s’installer en Iapygie où ils s’étaient transformés de Crétois en Iapyges Messapiens. En partant de la πόλις de Hyrie, continue Hérodote, ils avaient fondé « les autres », que les Tarentins cherchèrent à détruire beaucoup plus tard, subissant alors la plus sanglante des défaites30.

  • 31 Voir encore les références bibliographiques à la note précédente.

25Le point de vue d’Hérodote, et/ou de ses sources, est ici clairement orienté, comme on l’a souvent remarqué, par une attitude très peu chaleureuse envers les Tarentins, étroitement liée à une considération positive des leurs ennemis, dont il a – pas par hasard – souligné les anciennes origines égéennes, et qualifié les établissements de πόλεις31.

  • 32 Je renvoie encore une fois à Lombardo 1991 et 2014.
  • 33 Cléarque, fr. 48 Wehrli (= Athénée, XII, 522d) : Ταραντίνους δέ φησι Κλέαρχος ἐν τετάρτῳ βίων (…) (...)
  • 34 Strabon, VI, 3, 5 : Εὐάνδρησε δέ ποτε καὶ τοῦτο σφόδρα τὸ χωρίον σύμπαν καὶ ἔσχε πόλεις τρισκαίδεκ (...)

26Ce genre d’attitude, et cette représentation en termes « poléographiques » de la Messapie-Iapygie, liée souvent aux origines attribuées à ses habitants et à ses établissements – outre Hyrie-Oria, on attribuait des origines grecques ou crétoises au moins à Brindisi, Otrante et Castrum Minervae32 –, revient aussi dans d’autres sources, comme Cléarque qui qualifiait Karbina de πόλις33, et trouvera sa « codification », pour ainsi dire, dans l’œuvre de Strabon, qui parle de l’existence, autrefois, dans la région de douze villes en plus de Tarente, ajoutant que les Salentins étaient réputés être Κρητῶν ἄποικοι34.

27En revenant à Hérodote, on peut conclure que lorsqu’il qualifiait de πόλις un des établissements non grecs de l’Occident, il était probablement amené à le faire en considération des rapports qui liaient ces centres, dans leurs origines ou dans leur présent, aux Grecs ou à d’autres peuples de la Méditerranée orientale, les soustrayant ainsi à la « barbarie » dont parlait Nenci.

Thucydide et une Sicile de villes des « Autres »

  • 35 Lombardo 2007, p. 523‑524.
  • 36 Sur les Messapiens et leur organisation à l’époque de l’alliance d’Artas avec Athènes, voir Lombar (...)
  • 37 Cf. Thucydide, VII, 55, 2 ; Ampolo 1992, p. 27‑30 ; Zahrnt 2006, p. 630 ; en général Cataldi 2007  (...)

28Parmi les auteurs grecs, la dernière source de l’époque classique sur laquelle nous arrêtons notre attention dans ce récit des villes des « Autres » de l’Occident est l’œuvre de Thucydide. Même dans le cas de l’historien athénien, comme dans celui d’Hérodote, nous sommes face à un intérêt très limité et – presque nécessairement – notre champ d’observation se concentrera sur la Sicile. En dehors de cette région, en fait, la part accordée à l’Occident est minime : Carthage, objet des desseins secrets d’Alcibiade (VI, 15, 2 ; 90, 2) et grande puissance méditerranéenne inquiétée, à son tour, par une attaque directe d’Athènes (VI, 34, 2), reste un interlocuteur silencieux dans les pressions diplomatiques entre les deux protagonistes qui se disputent la Sicile (VI, 34, 2 ; 88, 6 ; 90). Depuis la lointaine Tyrrhénie, des πόλεις anonymes offrent spontanément leur alliance aux Athéniens (VI, 88, 6) et envoient des troupes pour combattre à leur côté dans la phase finale du conflit. Dans la région stratégique du cap Iapyge, ligne de partage entre les ambitions thalassocratiques occidentales et orientales35, parmi l’ἔϑνος iapygien des Messapiens, le dynaste local Artas est en mesure de conclure des accords durables d’alliance avec les Athéniens (une παλαιὰ φιλία : VII, 33, 4), de garantir à leur force expéditionnaire un lieu sûr pour leur halte et de fournir un nombre limité d’auxiliaires (150 akontistai)36. Le reste est omis, ce qui témoigne d’un manque d’intérêt tel qu’il peut paraître étrange de la part de l’historien, en particulier par rapport à l’arrière-pays des cités grecques de l’Italie du Sud, si proche pourtant de l’échiquier sicilien, plein d’antagonismes et de conflits souterrains, dans lequel l’impérialisme athénien sut savamment s’infiltrer37.

  • 38 Munch 1935, p. 50‑55 ; Tsakmakis 1995, p. 157‑175 ; Alonso-Nunes 2000, p. 70‑77.
  • 39 Gomme, Andrewes et Dover 1970, p. 198 ; Funke et Haake 2006, p. 381. Sur la contextualisation à di (...)
  • 40 Zahrnt 2006, p. 639‑640. Selon Fantasia 2003, p. 25‑26, au regard des expéditions précédant celle (...)

29De ce point de vue, la description du peuplement non hellénique de la Sicile, dans laquelle l’historien athénien expose l’organisation du territoire et des zones touchées par la présence des indigènes, semble déjà en soi une anomalie. En particulier, parce que Thucydide a considéré cela comme partie intégrante de l’archéologie siciliote qui précède au début du livre VI l’histoire de la naissance des cités grecques. À partir de cette description/excursus38, qui sert mal le propos de l’entreprise initiale de Thucydide (VI, 1, 1‑6, 1)39, l’historien entreprend de suivre de près le cours de la grande expédition d’Athènes des années 415‑413 av. J.‑C., sujet principal des livres VI et VII. Dans cette narration, contrairement à ce qu’il avait fait dans son récit aux livres III et IV où il présentait de manière synthétique et sélective les événements de l’expédition d’Athènes des années 427‑424 et 422 av. J-C.40, Thucydide mentionne plusieurs établissements et communautés non grecs au fur et à mesure de leur implication, à différents titres, dans les événements de la guerre.

  • 41 Sieveking 1964, p. 73 ; Funke et Haake 2006, p. 373‑375.
  • 42 Cf. Gomme, Andrewes et Dover 1970, p. 466‑484. Pour l’utilisation de ces sources dans le but de la (...)
  • 43 Thucydide, I, 10, 1‑3, en particulier (…) oὐδὲ τὰς ὄψεις τῶν πόλεων μᾶλλον σκοπεῖν ἢ τὰς δυνάμεις. (...)
  • 44 Hansen 2007, p. 135‑155 et, à plusieurs reprises dans divers travaux, souligne que parmi les 849 o (...)

30Dans ce large espace narratif, il faut cependant noter un point important : même dans l’exotique scénario sicilien – comme ailleurs dans son étude –, Thucydide ne semble intéressé par la description des établissements que dans une mesure strictement limitée à la présentation de la guerre41. C’est ainsi que l’on peut comprendre, par exemple, les références détaillées aux faubourgs et au port de Syracuse pour lesquels cet auteur est une source essentielle42. Comme tout le monde le sait, l’historien athénien expose dans son œuvre sa réticence à suivre l’argumentum urbanistique et architectural pour reconnaître la réelle importance d’une ville (à savoir son potentiel hégémonique) et suggère de ne pas se laisser tromper par les villes « visibles » (τὰς ὄψεις τῶν πόλεων) pour considérer la puissance réelle des cités plutôt que leur aspect extérieur43. Ainsi, en ce qui concerne les établissements non helléniques de l’Occident et de la Sicile, Thucydide ne se fie pas à l’apparence extérieure des villes, mais à un élément qui lui semble intrinsèquement plus significatif, à savoir qu’ils sont constitués en communautés centrées autour d’une organisation politique44.

  • 45 Thucydide, I, 2, 1 : Φαίνεται γὰρ ἡ νῦν Ἑλλὰς καλουμένη οὐ πάλαι βεβαίως οἰκουμένη, ἀλλὰ μεταναστά (...)
  • 46 Thucydide, I, 7 : Tῶν δὲ πόλεων ὅσαι μὲν νεώτατα ᾠκίσθησαν καὶ ἤδη πλωιμωτέρων ὄντων, περιουσίας μ (...)
  • 47 Thucydide, III, 94, 4 : Tὸ γὰρ ἔθνος μέγα μὲν εἶναι τὸ τῶν Αἰτωλῶν καὶ μάχιμον, οἰκοῦν δὲ κατὰ κώμ (...)

31D’autre part, le processus d’organisation des communautés a un rôle défini dans l’idée que se fait l’auteur du progrès historique : un chemin linéaire illustré par l’histoire même du monde hellénique. Dans ce contexte, l’instabilité et la discontinuité des établissements représentaient une étape primitive de développement45, en opposition au développement d’habitats sûrs, à l’augmentation des ressources et à l’apparition de nouvelles opportunités relationnelles et commerciales. Des conditions de sécurité meilleures avaient permis aux communautés fondées plus récemment d’accéder aux voies de communication, en particulier maritimes, desquelles les anciennes villes surtout s’étaient tenues à distance46. L’examen de ces phénomènes d’installation selon le point de vue du progrès avait permis à l’historien athénien d’établir une relation significative et mesurable entre le degré de civilisation ou le retard de certaines communautés et leur forme d’implantation. Et s’il est possible, en général, d’identifier dans le monde non hellénique des modes de vie correspondant au passé, une espèce d’ancien régime, l’Hellas elle-même connut un décalage similaire et certaines communautés, bien qu’elles fussent organisées politiquement, avaient un type d’organisation de l’habitat moins avancé parce qu’elles vivaient dans des villages sans murs et de plus éloignés les uns des autres, ne pouvant compter que sur la solidarité du voisinage47.

  • 48 Frisone 2009, p. 151‑152 : Fantasia 2012, p. 24.

32Ces considérations historiographiques générales ont leur poids dans la compréhension du début du livre VI et dans le récit sans description que Thucydide fait de la Sicile – île démesurée, par son grand nombre d’habitants, peuples grecs et barbares48 – contre laquelle les Athéniens s’apprêtaient à faire la guerre. Un « autre monde » qui se révéla cependant très proche et tout à fait semblable à ce que les Athéniens connaissaient.

  • 49 Thucydide, III, 88, 2 : Nέμονται δὲ Λιπαραῖοι αὐτάς, Κνιδίων ἄποικοι ὄντες. Οἰκοῦσι δ᾽ ἐν μιᾷ τῶν (...)
  • 50 Cf. Pearsons 1987, p. 26‑28 ; Hornblower 1991, p. 495‑496 sur la comparaison avec d’autres sources (...)
  • 51 Thucydide, VI, 49, 4 ; 94. Sur cette question, de façon plus générale, Mackill 2004.
  • 52 Thucydide, VI, 8, 2 ; 33, 2 ; 48 ; 50, 4 ; 76, 2 ; 79, 2 ; 77, 1 ; 84, 2. Cf. De Wever et Van Comp (...)
  • 53 Thucydide, V, 4, 2‑4 : Λεοντῖνοι γὰρ ἀπελθόντων Ἀθηναίων ἐκ Σικελίας μετὰ τὴν ξύμβασιν πολίτας τε (...)
  • 54 Thucydide, VI, 11, 1 ; 17, 2 ; 20, 2 ; 86, 3 ; VII, 58, 4. Voir aussi Berger 1991.
  • 55 Thucydide, VI, 17, 2‑3 : Ὄχλοις τε γὰρ ξυμμείκτοις πολυανδροῦσιν αἱ πόλεις καὶ ῥᾳδίας ἔχουσι τῶν π (...)
  • 56 Voir supra n. 45.
  • 57 Thucydide, VII, 77, 7. Pour les nombreux passages similaires à partir d’Alcée, fr. 112, 10 ; 426 L (...)

33La description des villes grecques de la Sicile suggère déjà une altérité, par rapport même à celle de l’Hellas qui connut une grande diversité de développements. Ces communautés – qui sont des πόλεις sans aucun doute, des ἀποικίαι de communautés helléniques nées de κτίσεις définies (VI, 3‑6) – sont cependant des πόλεις empreintes de spécificités qui se manifestent dans des cas exceptionnels, comme la cité des Liparéens, colons de Cnide, qui habitent les îles dites d’Éole et, bien que vivant en permanence (οἰκοῦσι) dans la plus grande (Lipara), se rendent dans les autres (Didymè, Strongylè et Hiéra) pour les cultiver comme une χῶρα sui generis49. Décrite, non par hasard, dans le cadre de l’expédition de Lakhès et Khareadès (427‑426 av. J.‑C.)50, l’étrange πόλις des Liparéens est un exotisme à part dans la grécité de Sicile, où, à côté des villes existantes, on remarque une πόλις-fantôme, comme Megara Hyblaea, qui n’existe plus que par la mémoire de sa χῶρα51 et des πόλεις-suicides, comme Léontinoi, que les Athéniens sont venus refonder52, communauté disparue parce qu’elle s’était désintégrée de l’intérieur et avait laissé sa ville à l’abandon, dont quelques quartiers furent ensuite réoccupés par quelques habitants, la réduisant ainsi à l’état de simple garnison (φρούριον)53. À l’inverse, de façon récurrente et presque insistante, quand Thucydide évoque les traits communs des villes de Sicile, il s’agit de leur taille importante et du grand nombre de leurs habitants54. Ce sont par ailleurs des villes peuplées de personnes d’origines diverses et sujettes aux mouvements de population et aux croisements dans la composition ethnique55, ce que leur confère un caractère d’instabilité essentielle – qu’on peut qualifier également d’extrême et primordial : ce n’est pas par hasard s’il la compare presque textuellement avec celle de la Grèce des origines (I, 2, 1‑3)56 – au moins dans la mesure où, selon une longue tradition qui l’a précédé, la ville n’est pas constituée par ses murs, mais par les hommes disposés à défendre leur unité57.

34Pour résumer, cette singularité des villes grecques de Sicile s’inscrit dans une région qui représente par elle-même différents systèmes d’habitats, qui distinguent les peuples non helléniques de l’île. Cela permet d’exprimer en même temps leur diversité et leur altérité, mais aussi de décrire une sorte de parabole historique des possibilités d’implantation des communautés organisées, qui explique les rapports d’hégémonie existants.

  • 58 Thucydide, VI, 2, 2 et 4‑5 : Σικανοὶ δὲ μετ᾽ αὐτοὺς πρῶτοι φαίνονται ἐνοικισάμενοι, ὡς μὲν αὐτοί φ (...)
  • 59 Hybla Geleatis, communauté des Sicules, avec son propre nom et sa chora, située entre Kentoripa et (...)

35Les Sicaniens et les Sicules ont quant à eux réalisé ce que l’on appelle une « occupation territoriale » (οἰκοῦσι), qui ne s’identifie pas avec l’établissement de πόλεις, en tant que « villes », ou centres urbanisés58, bien que dans différents cas, Thucydide désigne l’une ou l’autre de ces « petites villes » par les termes πολίχνια ou πολίσματα59.

  • 60 Thucydide, VI, 2, 3 : Ἰλίου δὲ ἁλισκομένου τῶν Τρώων τινὲς διαφυγόντες Ἀχαιοὺς πλοίοις ἀφικνοῦνται (...)

36Les Élymes ont constitué un ξυνόν ethnique (qui peut aussi accueillir des étrangers, comme les Phocéens : VI, 2, 3) et ont occupé un territoire, tout en vivant dans une πόλις, ou plus exactement dans deux πόλεις Éryx et Ségeste (Egesta)60.

  • 61 Thucydide, VI, 2, 6 : ᾬκουν δὲ καὶ Φοίνικες περὶ πᾶσαν μὲν τὴν Σικελίαν ἄκρας τε ἐπὶ τῇ θαλάσσῃ ἀπ (...)

37Les Phéniciens, enfin, n’ont pas recherché de continuité territoriale, mais leur présence, réduite au littoral et leur installation sur des promontoires et de petites îles en ἐμπόρια est, dans un certain sens, une alternative au fait de vivre dans la ville/πόλις. En effet, leur mode de « vivre ensemble », par l’occupation de Motye, Soloenta et Panormos est garanti et soutenu par les Élymes, leurs σύμμαχοι ὅμοροι (alliés et voisins), et assuré par la proximité de Carthage, État véritable et grande puissance de référence61.

  • 62 Gomme, Andrewes et Dover 1981, p. 427, mais voir Fantasia 2012, p. 14‑20.
  • 63 On ne doit probablement pas attendre une rigoureuse conformité des descriptions de Thucydide à la (...)
  • 64 Gomme, Andrewes et Dover 1971, p. 98‑205 ; Luraghi 1991, p. 41‑48, 56‑57 ; Cuscunà 2003, p. 13‑21.
  • 65 Consolo Langher 1996 ; Galvagno 1991.
  • 66 Diodore, XI, 78, 5 ; 88, 6 ; 90, 1 ; 91, 1 ; XII, 8, 1‑4. Voir Figueira 2008, p. 497.
  • 67 Thucydide, VII, 1, 4 : (…) καὶ τῶν Σικελῶν τινές, οἳ πολὺ προθυμότερον προσχωρεῖν ἑτοῖμοι ἦσαν τοῦ (...)

38Cependant, il convient de souligner, une fois encore62, que Thucydide fait ici le choix de se placer au niveau de l’archéologie ou de l’ethnographie archéologique. Le but de l’écrivain dans ce cas n’est pas de livrer clairement un récit historique cohérent et fidèle, au sens strict63. Par rapport au développement des Sicules, par exemple, il n’y a aucune trace de l’expérience de Ducétius qui eut des résonances dans la Grèce métropolitaine (en particulier à Corinthe) même s’il est probable que cet événement n’était pas inconnu de Thucydide, surtout si l’on admet que sa source principale est Antiochos64. « Tyrannos » à la manière des Grecs (ou mieux encore « à la manière des Deinoménides »), plus encore que roi ethnique des Sicules65, Ducétius fut surtout un fondateur de villes, et principalement de Menai, une « ville capitale » au système territorialement défini66. Bien que balayé par la réaction de Syracuse, ce système constitue une étape sans retour pour la croissance politique des Sicules. Cela aurait été probablement un élément essentiel pour comprendre les situations critiques dans lesquelles les Athéniens se retrouvèrent au cours de l’expédition, comme en 414, quand la mort imprévue de leur allié Archonidès, basileus des Sicules d’Herbita et figure éminente reliée à l’héritage de Ducétius, provoqua le passage d’un certain nombre de communautés sicules du côté des Syracusains67.

  • 68 Bejor 1973.
  • 69 Thucydide, VI, 88, 4 : Καὶ οἱ μὲν πρὸς τὰ πεδία μᾶλλον τῶν Σικελῶν, ὑπήκοοι ὄντες τῶν Συρακοσίων, (...)
  • 70 Thucydide, VI, 34, 1 ; 45 ; 88, 5.

39Pourtant, malgré Ducétius, les Sicules sont décrits comme une société parfaitement similaire à celle des phantasmatiques Sicaniens. Mais, contrairement à eux, qui disparaissent immédiatement après la description archéologique, les Sicules sont de véritables partenaires entretenant des relations cohérentes avec les Athéniens et faisant preuve d’une organisation particulièrement remarquable dans le cadre des récits des livres VI et VII de Thucydide. En témoignent quelques détails topographiques, tels que ceux qui font allusion au contrôle qu’ils semblent avoir sur les routes à l’intérieur de l’île68, ou encore la distinction établie entre les Sicules qui gravitent autour de la plaine (de Catane) et ceux qui sont à l’intérieur. Cela suggère aussi quelques diversités d’organisation politique entre eux, c’est-à-dire la différenciation entre les Sicules αὐτόνομοι qui choisissent presque toujours le camp athénien et les Sicules contrôlés par Syracuse69 qui, dès le début de l’expédition, reçoivent immédiatement les garnisons syracusaines, et sont, bon gré mal gré, du côté des Siciliotes70.

40De même, au-delà du lointain cadre ethnographique-mythographique suggéré par l’archéologie sicilienne, les Élymes des temps passés correspondent dans la réalité uniquement aux Ségestains et à leur πόλις bicéphale : d’un côté, au riche sanctuaire d’Aphrodite à Éryx qu’ils contrôlent et font passer pour leur réserve de liquidités (Thucydide, VI, 8, 2), de l’autre, à la ville de Ségeste, où se tiennent, dans des maisons privées et des lieux publics, des rencontres diplomatiques trompeuses de la part de rusés Ségestains, aux dépens des envoyés athéniens (Thucydide, VI, 46, 4).

  • 71 Lanza et Vegetti 1975 ; Morrison 1994. Sur l’analogie chez Thucydide : Canfora 1988, p. 8‑9 ; Canf (...)

41Les villes dont Thucydide choisit de parler en Sicile retracent, en définitive, une histoire des communautés humaines organisées et, en un sens, une summa des villes possibles. Celle-ci révèle la nature et l’identité des forces en présence pendant l’expédition athénienne des années 415‑413 av. J.‑C., en donnant une image de la grande île organisée en communautés ethniques, et parfois en πόλεις/communautés. L’historien peut ainsi faire ressortir les caractéristiques de celles qui se prêtent à une enquête et qui peuvent être mises efficacement en évidence par le procédé de l’analogie71 et réalise, dès lors, sa prophétie post eventum.

  • 72 Thucydide, VII, 55, 2 : Πόλεσι γὰρ ταύταις μόναις ἤδη ὁμοιοτρόποις ἐπελθόντες, δημοκρατουμέναις τε (...)
  • 73 Sordi 1992 ; Robinson 2000 ; Rutter 2000 ; Cuscunà 2004, p. 153‑154 ; Mattaliano 2012 ; Intrieri 2 (...)
  • 74 Mais voir Corcella 2007, p. 65.
  • 75 Thucydide, VI, 20, 3.

42En fait, la description des villes introduite par l’archéologie sicilienne est mise en œuvre par la relation détaillée des événements et la réflexion analytique des discours et trouve son aboutissement naturel dans le passage bien connu du livre VII (55, 2) où les Athéniens, après la défaite navale infligée par les Syracusains au Grand Port, expriment, après leur désespoir, le regret d’avoir entrepris l’expédition contre des « villes qui étaient les seules semblables à la leur, soumises au régime démocratique, comme eux [les Athéniens], parce qu’elles possédaient une flotte, une cavalerie, avaient des ressources considérables. Ils ne pouvaient y introduire des changements de régime pour exploiter la division à leur profit ; ils ne pouvaient pas non plus les effrayer par la supériorité de leur armement »72. Ce passage, d’un intérêt majeur, n’a pas manqué d’attirer l’attention des historiens. Ils se sont en effet concentrés sur la similitude – ou ὁμοιοτροπία entre Athènes et Syracuse, qui constitue sans aucun doute l’élément central de cette réflexion de Thucydide73. Toutefois, si l’ennemi principal des Athéniens fut la colonie corinthienne74, qui peut être considérée comme leur image réfléchie dans le « miroir de Thucydide », la phrase fait référence non seulement à une cité, mais à « des πόλεις », ce qui ne peut pas être considéré comme anodin. L’expression laisse apercevoir, au-delà de la confrontation directe, une sorte d’homologie de contexte dans laquelle on peut également inscrire d’autres villes siciliotes75, mais aussi des villes comme Carthage, pour ce qui est de leur puissance. Par la référence insistante, qui se présente comme une sorte d’hendiadys, au cadre unitaire constitué par « les habitants de l’île, Grecs et Barbares » que Thucydide utilise dès le début du livre VI, la lumière de cette analogie jette son pâle reflet y compris sur une partie des communautés non helléniques qui, dans ce contexte, ont interagi avec les Athéniens.

Bibliographie

Sources antiques

Hérodote, Histoires, livre I, Clio, texte établi et traduit par P.‑E. Legrand, CUF, série grecque 72, Paris, 2009 (1er tirage, 1932).

Hérodote, Histoires, livre IV, Melpomène, texte établi et traduit par P.‑E. Legrand, CUF, série grecque 100, Paris, 2003 (1er tirage, 1945).

Hérodote, Histoires, livre VII, Polymnie, texte établi et traduit par P.‑E. Legrand, CUF, série grecque 113, Paris, 2003 (1er tirage, 1951).

Strabon, Géographie, tome III, livres V et VI, texte établi et traduit par Fr. Lasserre, CUF, série grecque 178, Paris, 2003 (1er tirage, 1967).

Thucydide, La Guerre du Péloponnèse, tome I, introduction - livre I, texte établi et traduit par J. de Romilly, CUF, série grecque 117, Paris, 2009 (1er tirage, 1953).

Thucydide, La Guerre du Péloponnèse, tome II, 2e partie, livre III, texte établi et traduit par R. Weil, CUF, série grecque 190, Paris, 2003 (1er tirage, 1969).

Thucydide, La Guerre du Péloponnèse, tome III, livres IV‑V, texte établi et traduit par L. Bodin, CUF, série grecque 187, Paris, 2003 (1er tirage, 1968).

Thucydide, La Guerre du Péloponnèse, tome III, livres VI‑VII, texte établi et traduit par L. Bodin, CUF, série grecque 125, Paris, 2003 (1er tirage, 1955).

Études

Alonso-Nunes J.M. 2000, Die Archäologie des Thukydides, Constance.

Ampolo C. 1992, « Gli Ateniesi e la Sicilia nel V secolo. Politica e diplomazia, economia e guerra », Opus 11, p. 25‑35.

Ampolo C. 1996, « Il sistema della “polis”. Elementi costitutivi e origini della città greca », in S. Settis (éd.), I Greci. Storia Cultura Arte Società, vol. II/1, Turin, p. 297‑342.

Ampolo C. (éd.) 2011, Siracusa. Immagine e storia di una città, Pise.

Asheri D. 1996, « Ferecide ateniese e le origini arcadiche degli Enotri », in L. Breglia (éd.), Incidenza dell’antico. Studi in memoria di Ettore Lepore, vol. II, Naples, p. 51‑163.

Bejor G. 1973, « Tucidide 7, 32 e le vie διὰ Σικελῶν nel settentrione della Sicilia », ASNP III/3, p. 741‑765.

Berger Sh. 1991, « Great and Small Poleis in Sicily : Syracuse and Leontinoi », Historia 40/2, p. 129‑142.

Bondì S.F. 1989, « I Fenici in Erodoto », in G. Nenci et O. Reverdin (éd.), Hérodote et les peuples non grecs, Entretiens sur l’Antiquité classique 35, Vandœuvres-Genève, p. 259‑291.

Canfora L. 1988, Tucidide. L’oligarca imperfetto, Pordenone.

Canfora L. 1996, « Libro I, Note », in L. Canfora (éd.), Tucidide, La guerra del Peloponneso, Turin.

Cataldi S. 2007, « Atene e l’Occidente : trattati e alleanze dal 433 al 424 », in E. Greco et M. Lombardo (éd.), Atene e l’Occidente. I grandi temi. Le premesse, i protagonisti, le forme della comunicazione e dell’interazione, i modi dell’intervento ateniese in Occidente. Atti del Convegno internazionale, Atene 25‑27 maggio 2006, Athènes, p. 421‑461.

Consolo Langher S.N. 1996, Siracusa e la Sicilia greca tra età arcaica e alto ellenismo, Rome.

Corcella A. (éd.) 1993, Erodoto. Le Storie. Libro IV. La Scizia e la Libia, Milan.

Corcella A. 2007, « Atene e l’Occidente nella storiografia del V sec. a.C. », in E. Greco et M. Lombardo (éd.), Atene e l’Occidente. I grandi temi. Le premesse, i protagonisti, le forme della comunicazione e dell’interazione, i modi dell’intervento ateniese in Occidente. Atti del Convegno internazionale, Atene 25‑27 maggio 2006, Athènes, p. 53‑68.

Crespo C. et Ramon D. 2010, « Sull’uso di Pyrene in Strabone », MEFRA 122, p. 175‑180.

Cuscunà Cr. 2003, I frammenti di Antioco di Siracusa. Introduzione, traduzione e commento, Alexandrie.

Cuscunà Cr. 2004, « Le poleis siceliote tra autonomia ed egemonia nei discorsi di Tucidide », in S. Cataldi (éd.) Poleis e Politeiai. Atti del Convegno Internazionale di Storia Greca (Torino, 29‑31 maggio 2002), Alexandrie, p. 153‑165.

De Wever J. et Van Compernolle R. 1967, « La valeur des termes de “colonisation” chez Thucydide », AntCl 36/2, p. 510‑57.

Fantasia U. 2003, « Tucidide e l’Atene di Pericle : guerra, democrazia, impero », in Tucidide, La guerra del Peloponneso, Libro II (testo, traduzione e commento con saggio introduttivo a cura di U. Fantasia), Pise.

Fantasia U. 2012, « Quanto è “grande” la Sicilia ? L’archaiologhia siciliana (Th. 6, 2‑5) nel suo contesto », in M. Congiu, C. Miccichè et S. Modeo (éd.) Dal mito alla storia. La Sicilia nell’Archaiologia di Tucidide. Atti del VIII Convegno di studi, Caltanissetta, 21‑22 Maggio 2011, Caltanissetta-Rome, p. 13‑29.

Figueira Th.J. 2008, « Greek Colonisation in the Classical Period », in G. Tsetskhladze (éd.), Greek colonisation : an account of Greek colonies and other settlements overseas, vol. 2, Leiden-Boston, p. 427‑523.

Frasca M. 2012, « Tucidide e l’archaiologhia di Leontinoi », in M. Congiu, C. Miccichè et S. Modeo (éd.), Dal mito alla storia. La Sicilia nell’Archaiologia di Tucidide. Atti del VIII Convegno di studi, Caltanissetta, 21‑22 Maggio 2011, Caltanissetta-Rome, p. 135‑147.

Frisone Fl. 2000, « Le thysiai dei Segestani sulla tomba di Filippo di Butacide (Hdt. 5, 47) alla luce della “lex sacra” selinuntina », in Terze Giornate internazionali di Studi sull’Area Elima, vol. I, Pise, p. 499‑515.

Frisone Fl. 2009, « L’isola improbabile. L’ “insularità” della Sicilia nella concezione greca di età arcaica e classica », in C. Ampolo (éd.), Immagine e immagini della Sicilia e delle altre isole del Mediterraneo antico. Workshop G. Nenci. Atti Seste Giornate Internazionali di Studi sull’Area Elima e la Sicilia occidentale nel contesto mediterraneo, Pise, p. 149‑153.

Frisone Fl. 2013, « In volo con Trittolemo : le fonti greche di età classica e l’orizzonte geografico-territoriale del mondo “enotrio” », in Fl. Raviola, M. Bassani, A. Debiasi et E. Pastorio (éd.), L’indagine e la rima. Scritti per Lorenzo Braccesi, Rome, p. 705‑725.

Funke P. et Haake M. 2006, « Theatres of War : Thucydidean Topography », in A. Tsakmakis (éd.), Brill’s Companion to Thucydides, Leiden-Boston, p. 369‑384.

Galvagno E. 1991, « Ducezio “eroe” : storia e retorica in Diodoro », in E. Galvagno et C. Molè Ventura (éd.), Mito storia tradizione : Diodoro Siculo e la storiografia classica. Atti del Convegno internazionale, Catania-Agira, 7‑8 dicembre 1984, Testi e studi di storia antica 1, Catane, p. 99‑124.

Gomme K.J., Andrewes A.W. et Dover K.J. 1970, A Historical Commentary on Thucydides (2e éd.), vol. IV, Oxford.

Gomme K.J., Andrewes A.W. et Dover K.J. 1981, A Historical Commentary on Thucydides (2e éd.), vol. V, Oxford.

Greco E. 1993, « L’impero di Sibari. Bilancio archeologico-topografico », in A. Stazio (éd.), Sibari e la Sibaritide. Atti del XXXII Convegno internazionale di studi sulla Magna Grecia, Tarente, p. 459‑485.

Greco G. 2012, « Elea : dalla fondazione alla formazione della città », in M. Lombardo (éd.), Alle origini della Magna grecia. Mobilità. Migrazioni. Fondazioni. Atti del L Convegno internazionale di studi sulla Magna Grecia, Tarente, p. 1015‑1075.

Hall J.M. 2001, « Contested Ethnicities : Perceptions of Macedonia within Evolving Definitions of Greek Identity », in I. Malkin (éd.), Ancient Perceptions of Greek Ethnicity, Cambridge (Mass.)-Londres, p. 159‑186.

Hansen M.H. 1995, « Kome. A Study in How the Greeks Designated and Classified Settlements which were not Poleis », in M.H. Hansen et K. Raaflaub (éd.), Studies in the Ancient Greek Polis, Papers from the Copenhagen Polis Centre 2, Historia Einzelschriften 95, Stuttgart, p. 45‑81.

Hansen M.H. 1997, « Hekataios’ Use of the Word Polis in his Periegesis », in Th.H. Nielsen (éd.), Yet more Studies on Greek Polis, Copenhagen Polis Centre Papers 4, Historia Einzelschriften 117, Stuttgart, p. 17‑27.

Hansen M.H. 2007, « Thucydides », in M.H. Hansen (éd.), The Return of the Polis : the Use and Meanings of the Word Polis in Archaic and Classical Sources, Papers from the Copenhagen Polis Centre 8, Stuttgart, p. 135‑155.

Hansen M.H., Nielsen Th.H. 2004, An Inventory of Archaic and Classical Poleis, Oxford.

Hartog Fr. 1980, Le miroir d’Hérodote, Paris.

Hornblower S. 1991, A Commentary on Thucydides, vol. I, Books I‑III, Oxford.

Hornblower S. 2008, A Commentary on Thucydides, vol. III, Books 5.25‑8.109, Oxford.

Intrieri M. 2013, « Immagini della polis in Tucidide », in M. Intrieri et P. Siniscalco (éd.), La città. Frammenti di storia dall’antichità all’età contemporanea, Rome, p. 37‑63.

Intrieri M. 2014, « Reinterpretare l’insularità : nota a Thuc. IV.64 », Kokalos 22, p. 49‑79.

Lanza D. et Vegetti M. 1975, « L’ideologia della città », QS 2, p. 1‑37.

Lombardo M. 1991, « I Messapi : aspetti della problematica storica », in A Stazio (éd.), I Messapi. Atti del XXX Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Naples, p. 35‑109.

Lombardo M. 2001, « Enotri e Lucani : continuità e discontinuità », in M. Bugno et C. Masseria (éd.), Il mondo enotrio tra VI e V secolo a.C. Atti dei seminari napoletani (1996-1998), Naples, p. 329‑345.

Lombardo M. 2007, « Conclusioni », in E. Greco et M. Lombardo (éd.), Atene e l’Occidente. I grandi temi. Le premesse, i protagonisti, le forme della comunicazione e dell’interazione, i modi dell’intervento ateniese in Occidente Atti del Convegno internazionale, Atene 25‑27 maggio 2006, Athènes, p. 515‑524.


Lombardo M. 2014, « Iapygians : The Indigenous Populations of Ancient Apulia in the Fifth and Fourth Centuries B.C.E. », in T.H. Carpenter, K.M. Lynch, E.G.D. Robinson (éd.), The Italic People of Ancient Apulia. New Evidence from Pottery for Workshops, Markets, and Customs, Cambridge, p. 36‑68.

Luraghi N. 1991, « Fonti e tradizioni nell’« archaiologhia » siciliana di Antioco di Siracusa », in L. Braccesi (éd.) Hesperìa, 2. Studi sulla grecità d’Occidente, Rome, p. 41‑62.

Mackill E. 2004, « Wandering Cities : Alternatives to Catastrophe in the Greek Polis », AJA 108/4, p. 493‑516.

Malkin I. 2016, « Migration and Colonization », in M. Dabag, D. Hiller, N. Jaspert, A. Lichtenberger (éd.), New Horizons. Mediterranean Research in the 21st Century, Paderborn, p. 285‑307.

Marcotte D. 2000, Géographes Grecs, tome I, Introduction générale, Pseudo Scymnos : Circuit de la Terre, CUF, série grecque 403, Paris.

Mari M. 2011, « Tucidide e la frontiera settentrionale dell’Hellenikon », in J.‑L. Lamboley et M.P. Castiglioni (éd.), L’Illyrie méridionale et l’Épire dans l’antiquité. V, Actes du Ve colloque international de Grenoble (10‑12 octobre 2008), vol. II, Paris, p. 535‑558.

Mattaliano Fr. 2012, Atene e Siracusa poleis homoiotropoi, Palerme.

Morel J.‑P. 2006, « Un demi-siècle de recherches sur Velia et les Phocéens d’Occident », in A. Stazio (éd.), Velia. Atti del XLV Convegno internazionale di studi sulla Magna Grecia, Tarente, p. 23‑61.

Morrison J.V. 1994, « A key topos in Thucydides : the comparison of cities and individuals », AJPh 115, p. 525‑541.

Müller K.E. 1972, Geschichte der antiken Ethnographie und ethnologischen Theoriebildung I, Wiesbaden.

Munch H. 1935, Studien zu den Exkursen des Thukydides, Heidelberg.

Nafissi M. 2007, « Sibariti, Ateniesi e Peloponnesiaci. Problemi storici e storiografici nel racconto di Diodoro », in E. Greco et M. Lombardo (éd.), Atene e l’Occidente. I grandi temi. Le premesse, i protagonisti, le forme della comunicazione e dell’interazione, i modi dell’intervento ateniese in Occidente. Atti del Convegno internazionale, Atene 25‑27 maggio 2006, Athènes, p. 385‑420.

Nenci G. 1976, « Il barbaros polemos fra Taranto e gli Iapigi e gli anathemata tarentini a Delfi », Annali della Scuola Normale Superiore di Pisa. Classe di Lettere III/6, p. 719‑738.

Nenci G. 1978, « Per una definizione della Iapyghìa », Annali della Scuola Normale Superiore di Pisa. Classe di Lettere III/8, p. 43‑58.

Nenci G. 1987, « Gli insediamenti fino alla colonizzazione greca », in S. Settis (éd.), Storia della Calabria antica I, Reggio de Calabre, p. 325‑346.

Nenci G. 1989, « L’Occidente barbarico », in G. Nenci et O. Reverdin (éd.), Hérodote et les peuples non grecs, Entretiens sur l’Antiquité classique 35, Vandœuvres-Genève, p. 301‑321.

Pagliara C. 1968‑1969, « La presunta alleanza tra Atene e i Messapi e la tradizione relativa ad Άρτας βασιλεύς των Μεσσαπίων », AFLL 4, p. 33‑51.

Pearson L. 1987, Greek Historians of the West. Timaeus and his Predecessors, Atlanta.

Peretti A. 1979, Il Periplo di Scilace. Studio sul Primo Portolano del Mediterraneo, Pise.

Petropoulos E.K. 2015, « Ancient Greek Colonisation and Modern Scholarship : Colonial Endeavours in the Black Sea Region », in M. Dabag, P. Adam-Veleni, D. Tsangari (éd.), Greek Colonisation. New Data, Current Approaches, Athènes, p. 93‑112.

Robinson E.W. 2000, « Democracy in Syracuse, 466‑412 B.C. », HSCPh 100, p. 189‑205.

Ronconi L. 1993, « Ecateo e le poleis degli Enotri », in L. Braccesi (éd.), Hesperìa, 3. Studi sulla Grecità di Occidente, Rome, p. 45‑51.

Rutter N.K. 2000, « Syracusan Democracy : “Most Like the Athenian” ? », in R. Brock, S. Hodkinson (éd.), Alternatives to Athens : varieties of Political Organization and Community in Ancient Greece, Oxford, p. 137‑151.

Sammartano R. 2012, « Tucidide e gli Elimi : quali barbari ? », in M. Congiu, C. Miccichè et S. Modeo (éd.), Dal mito alla storia. La Sicilia nell’Archaiologia di Tucidide. Atti del VIII Convegno di studi, Caltanissetta, 21‑22 Maggio 2011, Caltanissetta-Rome, p. 159‑179.

Sieveking F. 1964, « Die Funktion geographischer Mitteilungen im Geschichtswerk des Thukydides », Klio 42, p. 73‑179.

Sordi M. 1992, « Homoiotropos in Tucidide », in M. Sordi (éd.), Autocoscienza e rappresentazione dei popoli nell’antichità, Vita e pensiero, CISA 18, Milan, p. 33‑38.

Spatafora Fr. 2012, « Tucidide e la colonizzazione fenicia in Sicilia », in M. Congiu, C. Miccichè et S. Modeo (éd.), Dal mito alla storia. La Sicilia nell’Archaiologia di Tucidide. Atti del VIII Convegno di studi, Caltanissetta, 21‑22 Maggio 2011, Caltanissetta-Rome, p. 251‑265.

Tsakmakis A. 1995, Thukydides über die Vergangenheit, Tübingen.

Vannicelli P. 2017, « Introduzione e Commento », in P. Vannicelli (éd.), Erodoto. Le Storie, Libro VII. Serse e Leonida, Milan.

Vecchio L. 2012, « Velia », Bibliografia Topografica della Colonizzazione Greca in Italia e nelle Isole Tirreniche 21, p. 588‑719.

Westlake H.D. 1969, Essays on the Greek Historians and Greek History, Manchester.

Whitehead D. 1994, « Site-Classification and Reliability in Stephanus of Byzantium », in D. Whitehead (éd.), From Political Architecture to Stephanus Byzantius. Sources for the study of the ancient Greek polis, Copenhagen Polis Centre Papers 1, Historia Einzelschriften 87, Stuttgart, p. 99‑124.

Zahrnt M. 2006, « Sicily and Southern Italy in Thucydides », in A. Tsakmakis (éd.), Brill’s Companion to Thucydides, Leyde-Boston, p. 629‑656.

Notes

1 Il suffira ici de renvoyer à Hansen et Nielsen 2004, p. 39‑48.

2 Voir p. 45‑55.

3 Flavia Frisone est auteure de la partie intitulée « Thucydide et une Sicile de villes des “Autres” », Mario Lombardo, l’auteur de la partie intitulée « Hécatée de Milet » et « Hérodote ».

4 On en trouve neuf pour la Péninsule ibérique [FGrHist 1 FF 38 (Elibyrghe), 39 (Kalathe), 41 (Mastìa), 42 (Mainobora), 43 (Sixos), 44 (Molybdine), 45 (Sikane), 46 (Krabasìa), 48 (Hyops)], au moins une pour la Keltiké (FGrHist 1 F 56 : Nyrax), onze pour la Péninsule Italienne, dont deux en Campanie [FGrHist 1 FF 61 (Nola polis Ausonon) et 62 (Kapya : polis Italias)] et neuf en Oenotrie [FGrHist 1 FF 64 (Arinthe), 65 (Artemision), 66 (Erimon), 67a (Ixias), 67b (Menekine), 68 (Kossa), 69 (Kyterion), 70 (Malanios), 71 (Ninaia)], auxquelles on peut ajouter Krotalla, polis Italias (FGrHist 1 F 85) et peut-être aussi les Lametinoi de FGrHist 1 F 80 ; pour la Sicile on trouve au moins les deux villes « phéniciennes » de Motye et Solous (FGrHist 1 FF 76 et 77), et deux aussi pour les Pouilles, la Japyghìa de FGrHist 1 F 86 et la Chandane de FGrHist 1 F 88. Enfin on peut rappeler que des références à des πόλεις des peuples non grecs figurent aussi dans les fragments d’Hécatée regardant le monde illyrien (FGrHist 1 FF 97, 98, 99), ainsi que d’autres régions de l’Europe (par exemple la Thrace), comme de l’Asie et de la Libye.

5 Whitehead 1994, p. 117.

6 Hansen 1997, p. 17‑18.

7 Hansen 1997, p. 17.

8 Hansen 1997, p. 18‑19 ; cf. les conclusions p. 27.

9 Hansen 1997, p. 19.

10 Étienne de Byzance. Ethn., s.v. « Πατυκός », « Πύξις » et « Σέστιον ».

11 Nenci 1987. Voir aussi Ronconi 1993 ; Greco 1993 ; Lombardo 2001, p. 336‑337 ; Frisone 2013.

12 Voir surtout Denys d’Halicarnasse, Ant. Rom. I, 11‑13, en particulier I, 12, 1 ; sur ces traditions, voir Asheri 1996 et maintenant Frisone 2013.

13 Hansen 1997, p. 27.

14 Je me contente ici de renvoyer aux éditions et commentaires de Peretti 1979 pour le Ps.-Scylax et de Marcotte 2000 pour le Ps.-Scymnos.

15 Hansen et Nielsen 2004, p. 36.

16 Hérodote, II, 177, 1 ; il en nomme directement plusieurs dans son deuxième livre, de Memphis à Thèbes, d’Éléphantine à Boubastis, de Saïs à Eliopolis à Boutoe.

17 Voir Hansen et Nielsen 2004, p. 36.

18 Voir Stefania De Vido, supra, p. 45‑55.

19 Voir infra.

20 Voir Hérodote, I, 163 et IV, 15 pour Tartessos, et V, 47 pour Ségeste.

21 Nenci 1989, p. 308 ; sur les honneurs rendus par les Ségestans à Philippe, voir Frisone 2000.

22 Hartog 1980.

23 Hérodote, IV, 108‑109 : Βουδῖνοι δέ, ἔθνος ἐὸν μέγα καὶ πολλόν, γλαυκόν τε πᾶν ἰσχυρῶς ἐστι καὶ πυρρόν. Πόλις δὲ ἐν αὐτοῖσι πεπόλισται ξυλίνη, οὔνομα δὲ τῇ πόλι ἐστὶ Γελωνός· τοῦ δὲ τείχεος μέγαθος κῶλον ἕκαστον τριήκοντα σταδίων ἐστί, ὑψηλὸν δὲ καὶ πᾶν ξύλινον, καὶ <αἱ> οἰκίαι αὐτῶν ξύλιναι καὶ τὰ ἱρά. Ἔστι γὰρ δὴ αὐτόθι Ἑλληνικῶν θεῶν ἱρὰ ἑλληνικῶς κατεσκευασμένα ἀγάλμασί τε καὶ βωμοῖσι καὶ νηοῖσι ξυλίνοισι, καὶ τῷ Διονύσῳ τριετηρίδας ἀνάγουσι καὶ βακχεύουσι. Εἰσὶ γὰρ οἱ Γελωνοὶ τὸ ἀρχαῖον Ἕλληνες, ἐκ τῶν δὲ ἐμπορίων ἐξαναστάντες οἴκησαν ἐν τοῖσι Βουδίνοισι· καὶ γλώσσῃ τὰ μὲν Σκυθικῇ, τὰ δὲ Ἑλληνικῇ χρέωνται. Βουδῖνοι δὲ οὐ τῇ αὐτῇ γλώσσῃ χρέωνται καὶ Γελωνοί, οὐδὲ δίαιτα ἡ αὐτή· οἱ μὲν γὰρ Βουδῖνοι ἐόντες αὐτόχθονες νομάδες τέ εἰσι καὶ φθειροτραγέουσι μοῦνοι τῶν ταύτῃ, Γελωνοὶ δὲ γῆς τε ἐργάται καὶ σιτοφάγοι καὶ κήπους ἐκτημένοι, οὐδὲν τὴν ἰδέην ὅμοιοι οὐδὲ τὸ χρῶμα. « Les Budins forment une grande et nombreuse nation ; tous ont les yeux très bleus et le poil roux. Chez eux est construite une ville de bois, ville qui a nom Gélonos ; le mur d’enceinte a sur chaque face une longueur de trente stades ; il est élevé, et tout entier en bois ; les maisons des habitants sont aussi en bois, ainsi que leurs sanctuaires. Car il y a en ce lieu des sanctuaires de dieux grecs, comportant à la mode hellénique des statues, des autels et des temples en bois ; tous les deux ans, on célèbre des fêtes en l’honneur de Dionysos et on observe les rites bacchiques. C’est que les Gélons descendent d’ancêtres grecs, qui émigrèrent des comptoirs de la côte et se sont établis chez les Budins ; et la langue qu’ils parlent est moitié scythique moitié grecque. Les Budins n’emploient pas la même langue que les Gélons, et leur genre de vie n’est pas non plus le même ; les Budins, qui sont autochtones, sont nomades et, seuls des peuples de ces régions, mangent des amandes de pin ; les Gélons travaillent la terre, se nourrissent de blé, possèdent des jardins ; leurs formes et leur teint sont tout à fait différents » (trad. Legrand 2003). Sur ce passage, voir Müller 1972, p. 112‑113 ; Hartog 1980, p. 132‑134 ; Corcella 1993, p. 317‑318 et tout dernièrement Malkin 2016, p. 296. Sur les aspects géographiques et archéologiques dans les recherches concernant la ville de Gélonos, voir maintenant Petropoulos 2015, p. 95‑96, avec la bibliographie essentielle.

24 Hérodote, II, 33. Voir Crespo et Ramon 2010.

25 Hérodote, I, 94 : Λαχόντας δὲ αὐτῶν τοὺς ἑτέρους ἐξιέναι ἐκ τῆς χώρης [καὶ] καταβῆναι ἐς Σμύρνην καὶ μηχανήσασθαι πλοῖα, (…) ἀποπλέειν κατὰ βίου τε καὶ γῆς ζήτησιν, ἐς ὃ ἔθέα πολλά παραμειψαμένους ἀπικέσθαι ἐς Ὀμβρικούς ἔνθα σφέας ἐνιδρύσασθαι πόλιας καὶ οἰκέειν τὸ μέχρι τοῦδε. Ἀντὶ δὲ Λυδῶν μετονομασθῆναι αὐτοὺς ἐπὶ τοῦ βασιλέος τοῦ παιδός, ὅς σφεας ἀνήγαγε· ἐπὶ τούτου τὴν ἐπωνυμίην ποιευμένους ὀνομασθῆναι Τυρσηνούς. « Ceux des Lydiens qui furent désignés par le sort pour quitter le pays descendirent à Smyrne, construisirent des vaisseaux, (…) et s’éloignèrent par mer, en quête d’un territoire et de moyens de vivre jusqu’à ce que, après avoir côtoyé beaucoup de peuples, ils arrivèrent chez les Ombriens ; là, ils établirent des villes qu’ils habitent jusqu’à maintenant. Mais ils changèrent leur nom de Lydiens contre un autre, tiré de celui du fils du roi qui les avait conduits ; prenant pour eux-mêmes son nom, ils s’appelèrent Tyrrhéniens » (trad. Legrand 2009). Sur ce passage, très discuté, je me limite ici à renvoyer à Asheri 1988, p. 324‑325.

26 Hérodote, VII, 167 : Ἀφανισθέντι δὲ Ἀμίλκᾳ τρόπῳ εἴτε τοιούτῳ ὡς Φοίνικες λέγουσι εἴτε ἑτέρῳ [ὡς Καρχηδόνιοι καὶ Συρηκόσιοι], τοῦτο μέν οἱ θύουσι, τοῦτο δὲ μνήματα ἐποίησαν ἐν πάσῃσι τῇσι πόλισι τῶν ἀποικίδων, ἐν αὐτῇ τε μέγιστον Καρχηδόνι. « Qu’Amilcar ait disparu d’une telle façon, comme le disent les Phéniciens, ou d’une autre façon, ils lui offrent des sacrifices et lui ont érigé des monuments dans toutes les villes de leurs colonies, à Carthage même un très grand » (trad. Legrand 2003). Sur ce passage, qui soulève bien de problèmes tant sur le plan textuel qu’herméneutique, voir Bondì 1989, p. 278‑283 et maintenant Vannicelli 2017, p. 508‑509.

27 Hérodote, I, 167 : Οἱ δὲ αὐτῶν ἐς τὸ Ῥήγιον καταφυγόντες ἐνθεῦτεν ὁρμώμενοι ἐκτήσαντο πόλιν γῆς τῆς Οἰνωτρίης ταύτην ἥτις νῦν Ὑέλη καλέεται. Ἔκτισαν δὲ ταύτην πρὸς ἀνδρὸς Ποσειδωνιήτεω μαθόντες ὡς τὸν Κύρνον σφι ἡ Πυθίη ἔχρησε κτίσαι ἥρων ἐόντα, ἀλλ’ οὐ τὴν νῆσον. « Ceux d’entre eux [des Phocéens] qui s’étaient réfugiés à Rhégion, partant de là, se rendirent maîtres d’une ville du pays d’Œnotrie, celle qui s’appelle aujourd’hui Hyélè. Ils colonisèrent cette ville après qu’ils eurent appris d’un homme de Poséidonia qu’en parlant de Kyrnos la Pythie avait ordonné de fonder un sanctuaire en l’honneur d’un héros de ce nom, et non pas une colonie dans l’île » (trad. Legrand 2009). Sur ce passage, voir les discussions récentes dans Morel 2006, p. 37‑43 et Greco 2012, p. 1015‑1019. Les sources et la bibliographie sont recueillies dans Vecchio 2012.

28 Hérodote, VII, 153 : Τοῦ δὲ Γέλωνος τούτου πρόγονος, οἰκήτωρ [ὁ] ἐν Γέλῃ, ἦν ἐκ νήσου Τήλου τῆς ἐπὶ Τριοπίῳ κειμένης · ὃς κτιζομένης Γέλης ὑπὸ Λινδίων τε τῶν ἐκ Ῥόδου καὶ Ἀντιφήμου οὐκ ἐλείφθη. Ἀνὰ χρόνον δὲ αὐτοῦ οἱ ἀπόγονοι γενόμενοι ἱροφάνται τῶν Χθονίων Θεῶν διετέλεον ἐόντες, Τηλίνεω ἑνός τεο τῶν προγόνων κτησαμένου τρόπῳ τοιῷδε. Ἐς Μακτώριον πόλιν τὴν ὑπὲρ Γέλης οἰκημένην ἔφυγον ἄνδρες Γελῴων στάσι ἑσσωθέντες· τούτους ὦν ὁ Τηλίνης κατήγαγε ἐς Γέλην, ἔχων οὐδεμίαν ἀνδρῶν δύναμιν ἀλλὰ ἱρὰ τούτων τῶν θεῶν. « Un des ancêtres de ce Gélon, colon de la première heure de Géla, était originaire de l’île de Télos, île située au large du Triopion ; quand Géla fut fondée par des Lindiens de Rhodes et par Antiphèmos, il ne resta pas en arrière. Ses descendants devinrent avec le temps hiérophantes des Déesses Infernales et se succédaient dans cette dignité, que Télinès, un de leurs ancêtres, avait acquise de la façon suivante. Des citoyens de Géla, ayant eu le dessous dans une discorde civile, s’étaient réfugiés à Mactorion, ville sise au-dessus de Géla. Télinès les ramena chez eux, n’ayant à sa disposition aucune force armée mais seulement les objets sacrés du culte de ces déesses » (trad. Legrand 2003). Sur ce passage, voir maintenant Vannicelli 2017, p. 489‑490, avec la bibliographie essentielle.

29 Hérodote, VII, 170 : Ἀνὰ δὲ χρόνον Κρῆτας (…) ἀπικομένους στόλῳ μεγάλῳ ἐς Σικανίην πολιορκέειν ἐπ’ ἔτεα πέντε πόλιν Καμικόν, τὴν κατ’ ἐμὲ Ἀκραγαντῖνοι ἐνέμοντο. « Au bout de quelque temps, les Crétois (…) se seraient rendus avec une grande flotte en Sicanie et y auraient assiégé pendant cinq années la ville de Camicos, que, de mon temps, habitaient les Agrigentins » (trad. Legrand 2003).

30 Hérodote, VII, 170 : (suivant le passage cité à la note précédente) τέλος δὲ οὐ δυναμένους οὔτε ἑλεῖν οὔτε παραμένειν λιμῷ συνεστεῶτας, ἀπολιπόντας οἴχεσθαι. Ὡς δὲ κατὰ Ἰηπυγίην γενέσθαι πλέοντας, ὑπολαβόντα σφέας χειμῶνα μέγαν ἐκβαλεῖν ἐς τὴν γῆν· συναραχθέντων δὲ τῶν πλοίων (οὐδεμίαν γάρ σφι ἔτι κομιδὴν ἐς Κρήτην φαίνεσθαι), ἐνθαῦτα Ὑρίην πόλιν κτίσαντας καταμεῖναί τε καὶ μεταβαλόντας ἀντὶ μὲν Κρητῶν γενέσθαι Ἰήπυγας Μεσσαπίους, ἀντὶ δὲ <τοῦ> εἶναι νησιώτας ἠπειρώτας. Ἀπὸ δὲ Ὑρίης πόλιος τὰς ἄλλας οἰκίσαι, τὰς δὴ Ταραντῖνοι χρόνῳ ὕστερον πολλῷ ἐξανιστάντες προσέπταισαν μεγάλως ὥστε φόνος Ἑλληνικὸς μέγιστος οὗτος δὴ ἐγένετο πάντων τῶν ἡμεῖς ἴδμεν. « (…) à la fin, ne pouvant ni s’en emparer ni rester davantage à souffrir la faim, ils renoncèrent et partirent. Comme, au cours de leur navigation, ils se trouvaient sur la côte d’Iapygie, une violente tempête les aurait surpris et jetés contre la terre ; leurs vaisseaux fracassés, ne voyant plus aucun moyen pour eux de retourner en Crète, ils auraient fondé en ce pays la ville d’Hyrié et s’y seraient fixés, devenant, par un changement de nom, de Crétois des Iapygiens-Messapiens et, d’insulaires qu’ils étaient, des habitants du continent. D’Hyrié, ils auraient colonisé les autres villes que, longtemps après, les Tarentins tentèrent de détruire ; en laquelle circonstance ils subirent un tel désastre, qu’il se serait produit alors le plus grand massacre de Grecs dont nous ayons connaissance » (trad. Legrand 2003). Je me limite ici à renvoyer à Nenci 1976 et 1978 ; Lombardo 1991, p. 98‑106, et maintenant Lombardo 2014 et Vannicelli 2017, p. 512‑513.

31 Voir encore les références bibliographiques à la note précédente.

32 Je renvoie encore une fois à Lombardo 1991 et 2014.

33 Cléarque, fr. 48 Wehrli (= Athénée, XII, 522d) : Ταραντίνους δέ φησι Κλέαρχος ἐν τετάρτῳ βίων (…) Ὕστερον δ’ ὑπὸ τῆς τρυφῆς εἰς ὕβριν ποδηγηθέντες ἀνάστατον μίαν πόλιν Ἰαπύγων ἐποίησαν Κάρβιναν, ἐξ ἧς παῖδας καὶ παρθένους καὶ τὰς ἐν ἀκμῇ γυναῖκας ἀθροίσαντες εἰς τὰ τῶν Καρβινατῶν ἱερὰ σκηνοποιησάμενοι γυμνὰ πᾶσι τῆς ἡμέρας τὰ σώματα παρεῖχον θεωρεῖν. « Mais les Tarentins, dit Cléarque dans le IVe livre des Vies (…), poussés par le luxe à l’hybris, détruisirent par la suite une ville des Iapyges, Carbina, dont ils rassemblèrent les garçons et les filles dans la fleur de l’âge dans les sanctuaires des Carbinates pour en exposer les corps nus pendant le jour aux yeux de tous ».

34 Strabon, VI, 3, 5 : Εὐάνδρησε δέ ποτε καὶ τοῦτο σφόδρα τὸ χωρίον σύμπαν καὶ ἔσχε πόλεις τρισκαίδεκα, ἀλλὰ νῦν πλὴν Τάραντος καὶ Βρεντεσίου τἆλλα πολισμάτιά ἐστιν· οὕτως ἐκπεπόνηνται καὶ τεταπείνωνται. Τοὺς δὲ Σαλεντίνους Κρητῶν ἀποίκους φασίν. « Dans ce district [la Messapie] a vécu autrefois une population très nombreuse. On pouvait y compter treize cités, mais elles ne sont plus aujourd’hui, à part Tarente et Brentésion, que de toutes petites villes, tant elles ont souffert de la guerre et perdu de leur importance. Les Salentins, dit-on, seraient venus de Crète comme colons » (trad. Lasserre 2003).

35 Lombardo 2007, p. 523‑524.

36 Sur les Messapiens et leur organisation à l’époque de l’alliance d’Artas avec Athènes, voir Lombardo 1991, p. 96‑99. Sur la localisation du pays d’Artas : Pagliara 1968‑1969, p. 39‑40.

37 Cf. Thucydide, VII, 55, 2 ; Ampolo 1992, p. 27‑30 ; Zahrnt 2006, p. 630 ; en général Cataldi 2007 ; Nafissi 2007. Sur le silence de Thucydide, voir Corcella 2007, p. 63‑64.

38 Munch 1935, p. 50‑55 ; Tsakmakis 1995, p. 157‑175 ; Alonso-Nunes 2000, p. 70‑77.

39 Gomme, Andrewes et Dover 1970, p. 198 ; Funke et Haake 2006, p. 381. Sur la contextualisation à distance entre l’excursus historique sur la Sicile et les discours de Nicias et d’Alcibiade à l’Assemblée d’Athènes, voir Fantasia 2012.

40 Zahrnt 2006, p. 639‑640. Selon Fantasia 2003, p. 25‑26, au regard des expéditions précédant celle de 415 av. J.‑C. Thucydide ne donne pas à ses lecteurs une idée claire de la place de l’Occident dans les projets stratégiques d’Athènes et il tend plutôt à les minimiser. Pour l’expédition de Phaeax, en 422 av. J.‑C., cf. Thucydide, V, 4‑5.

41 Sieveking 1964, p. 73 ; Funke et Haake 2006, p. 373‑375.

42 Cf. Gomme, Andrewes et Dover 1970, p. 466‑484. Pour l’utilisation de ces sources dans le but de la reconstruction d’une topographie archéologique de Syracuse, voir désormais Hansen et Nielsen 2004, p. 225‑230 et Ampolo (éd.) 2011.

43 Thucydide, I, 10, 1‑3, en particulier (…) oὐδὲ τὰς ὄψεις τῶν πόλεων μᾶλλον σκοπεῖν ἢ τὰς δυνάμεις. « [Il ne faut donc pas] … s’arrêter à l’apparence des villes plutôt qu’à leur puissance » (trad. de Romilly 2009).

44 Hansen 2007, p. 135‑155 et, à plusieurs reprises dans divers travaux, souligne que parmi les 849 occurrences du terme πόλις dans l’œuvre de Thucydide, dans les deux tiers des cas le terme fait référence au sens de « communauté » dans sa dimension politique. Pour une réflexion sur l’idée de πόλις chez Thucydide, voir récemment Intrieri 2013.

45 Thucydide, I, 2, 1 : Φαίνεται γὰρ ἡ νῦν Ἑλλὰς καλουμένη οὐ πάλαι βεβαίως οἰκουμένη, ἀλλὰ μεταναστάσεις τε οὖσαι τὰ πρότερα καὶ ῥᾳδίως ἕκαστοι τὴν ἑαυτῶν ἀπολείποντες, βιαζόμενοι ὑπό τινων αἰεὶ πλειόνων. « On voit, en effet, que la Grèce actuelle n’était pas anciennement habitée de façon stable ; on émigrait, dans les premiers temps, et tous quittaient facilement leurs résidences, sous la pression, chaque fois, d’éléments plus nombreux » (trad. de Romilly 2009). Voir Hornblower 1991, p. 7‑19 avec bibliographie.

46 Thucydide, I, 7 : Tῶν δὲ πόλεων ὅσαι μὲν νεώτατα ᾠκίσθησαν καὶ ἤδη πλωιμωτέρων ὄντων, περιουσίας μᾶλλον ἔχουσαι χρημάτων, ἐπ᾽ αὐτοῖς τοῖς αἰγιαλοῖς τείχεσιν ἐκτίζοντο καὶ τοὺς ἰσθμοὺς ἀπελάμβανον ἐμπορίας τε ἕνεκα καὶ τῆς πρὸς τοὺς προσοίκους ἕκαστοι ἰσχύος · αἱ δὲ παλαιαὶ διὰ τὴν λῃστείαν ἐπὶ πολὺ ἀντίσχουσαν ἀπὸ θαλάσσης μᾶλλον ᾠκίσθησαν, αἵ τε ἐν ταῖς νήσοις καὶ ἐν ταῖς ἠπείροις (ἔφερον γὰρ ἀλλήλους τε καὶ τῶν ἄλλων ὅσοι ὄντες οὐ θαλάσσιοι κάτω ᾤκουν), καὶ μέχρι τοῦδε ἔτι ἀνῳκισμένοι εἰσίν. « Quant aux villes, celles qui furent fondées tard, à une époque de navigation plus développée, et qui avaient dans une plus large mesure de l’argent en réserve, étaient alors construites, avec des remparts, en bordure même de la mer ; et elles occupaient les isthmes, à la fois pour le commerce et pour avoir, vis-à-vis de leurs voisins respectifs, plus de force. Mais celles d’autrefois, étant donné l’usage persistant de la piraterie, avaient été fondées plutôt à l’écart de la mer – qu’il s’agît des îles ou du continent ; car les gens exerçaient le pillage non seulement entre eux, mais contre tous ceux qui, sans être marins, habitaient près des côtes ; et les habitants sont restés jusqu’à nos jours établis dans l’intérieur » (trad. de Romilly 2009).

47 Thucydide, III, 94, 4 : Tὸ γὰρ ἔθνος μέγα μὲν εἶναι τὸ τῶν Αἰτωλῶν καὶ μάχιμον, οἰκοῦν δὲ κατὰ κώμας ἀτειχίστους, καὶ ταύτας διὰ πολλοῦ, καὶ σκευῇ ψιλῇ χρώμενον οὐ χαλεπὸν ἀπέφαινον, πρὶν ξυμβοηθῆσαι, καταστραφῆναι. « Les Étoliens étaient sans doute un peuple important et belliqueux, mais comme ils vivaient dans des bourgades non fortifiées, très isolées qui plus est, et comme leur armement était léger, les Messéniens représentaient qu’on les soumettrait sans peine avant qu’ils pussent former un secours collectif » (trad. Weil 2003). Hansen 1995 souligne la différence entre la vision de Thucydide (où πόλις, dans un sens politique organisationnel, et κώμη, compris comme forme d’établissement, ne sont pas exclusifs l’un de l’autre) et la vision évolutive d’Aristote et des auteurs du ive s. av. J.‑C. Sur les peuples de la Grèce du Nord, voir aussi Hall 2001, p. 172 et Mari 2011, p. 546‑547, qui pensent plutôt que la réalisation d’un certain niveau de civilisation correspond chez Thucydide à l’identification avec le monde hellénique.

48 Frisone 2009, p. 151‑152 : Fantasia 2012, p. 24.

49 Thucydide, III, 88, 2 : Nέμονται δὲ Λιπαραῖοι αὐτάς, Κνιδίων ἄποικοι ὄντες. Οἰκοῦσι δ᾽ ἐν μιᾷ τῶν νήσων οὐ μεγάλῃ, καλεῖται δὲ Λιπάρα· τὰς δὲ ἄλλας ἐκ ταύτης ὁρμώμενοι γεωργοῦσι, Διδύμην καὶ Στρογγύλην καὶ Ἱεράν. « Les Liparéens, qui exploitent ces îles [les îles dites d’Éole], sont des colons de Cnide. Ils vivent dans l’une d’elles, qui n’est pas grande, appelée Lipara ; ils partent de là pour cultiver les autres, Didymè, Strongylè et Hiéra » (trad. Weil 2003). Cf. Diodore, XII, 54, 4 mais voir aussi V, 7, 5 ; Pausanias, X, 11, 3 ; Westlake 1969, p. 104, n. 12.

50 Cf. Pearsons 1987, p. 26‑28 ; Hornblower 1991, p. 495‑496 sur la comparaison avec d’autres sources sur le même épisode historique (FGrHist 577, 2).

51 Thucydide, VI, 49, 4 ; 94. Sur cette question, de façon plus générale, Mackill 2004.

52 Thucydide, VI, 8, 2 ; 33, 2 ; 48 ; 50, 4 ; 76, 2 ; 79, 2 ; 77, 1 ; 84, 2. Cf. De Wever et Van Compernolle 1967, p. 510‑517.

53 Thucydide, V, 4, 2‑4 : Λεοντῖνοι γὰρ ἀπελθόντων Ἀθηναίων ἐκ Σικελίας μετὰ τὴν ξύμβασιν πολίτας τε ἐπεγράψαντο πολλοὺς καὶ ὁ δῆμος τὴν γῆν ἐπενόει ἀναδάσασθαι. Oἱ δὲ δυνατοὶ αἰσθόμενοι Συρακοσίους τε ἐπάγονται καὶ ἐκβάλλουσι τὸν δῆμον. Kαὶ οἱ μὲν ἐπλανήθησαν ὡς ἕκαστοι· οἱ δὲ δυνατοὶ ὁμολογήσαντες Συρακοσίοις καὶ τὴν πόλιν ἐκλιπόντες καὶ ἐρημώσαντες Συρακούσας ἐπὶ πολιτείᾳ ᾤκησαν. Kαὶ ὕστερον πάλιν αὐτῶν τινες διὰ τὸ μὴ ἀρέσκεσθαι ἀπολιπόντες ἐκ τῶν Συρακουσῶν Φωκαίας τε, τῆς πόλεώς τι τῆς Λεοντίνων χωρίον καλούμενον, καταλαμβάνουσι καὶ Βρικιννίας, ὂν ἔρυμα ἐν τῇ Λεοντίνῃ. Kαὶ τῶν τοῦ δήμου τότε ἐκπεσόντων οἱ πολλοὶ ἦλθον ὡς αὐτούς, καὶ καταστάντες ἐκ τῶν τειχῶν ἐπολέμουν. « En effet, lorsque les Athéniens eurent quitté la Sicile à la suite de l’accord, les Léontins admirent beaucoup de nouveaux citoyens et le parti populaire projeta un partage de terres. Ceux qui avaient des moyens, comprenant cela, appelèrent chez eux les Syracusains et expulsèrent les gens du peuple ; ceux-ci se dispersèrent à l’aventure ; quant à ceux qui avaient des moyens, ils s’entendirent avec les Syracusains, quittèrent la ville, désormais inhabitée et s’installèrent à Syracuse, avec droit de cité. Mais dans la suite, certains d’entre eux, mécontents, quittèrent Syracuse et revinrent occuper un endroit appelé Phocée, qui fait partie du territoire de Léontinoi, et Brikinniai, une place forte du pays. Alors, la plupart des gens du peuple, qui avaient, à l’époque, été chassés, vinrent les rejoindre ; et, établis là, ils faisaient la guerre depuis leurs deux forts » (trad. Bodin 2003). Pour une comparaison avec l’archéologie de Léontinoi, voir récemment Frasca 2012.

54 Thucydide, VI, 11, 1 ; 17, 2 ; 20, 2 ; 86, 3 ; VII, 58, 4. Voir aussi Berger 1991.

55 Thucydide, VI, 17, 2‑3 : Ὄχλοις τε γὰρ ξυμμείκτοις πολυανδροῦσιν αἱ πόλεις καὶ ῥᾳδίας ἔχουσι τῶν πολιτῶν τὰς μεταβολὰς καὶ ἐπιδοχάς· καὶ οὐδεὶς δι᾽ αὐτὸ ὡς περὶ οἰκείας πατρίδος οὔτε τὰ περὶ τὸ σῶμα ὅπλοις ἐξήρτυται οὔτε τὰ ἐν τῇ χώρᾳ νομίμοις κατασκευαῖς, ὅ τι δὲ ἕκαστος ἢ ἐκ τοῦ λέγων πείθειν οἴεται ἢ στασιάζων ἀπὸ τοῦ κοινοῦ λαβὼν ἄλλην γῆν, μὴ κατορθώσας, οἰκήσειν, ταῦτα ἑτοιμάζεται. « Les cités [de Sicile] y sont très peuplées, mais de masses hétérogènes, et changements ou nouvelles admissions de citoyens s’y opèrent facilement. Par suite, nul n’ayant le sentiment qu’il s’agit de sa vraie patrie ne s’y est procuré ni des armes pour se défendre personnellement ni une installation régulière pour sa vie dans le pays. Chacun ne cherche qu’à mettre à sa portée ce qu’il suppose pouvoir prendre à la communauté, soit grâce à l’ascendant de sa parole, soit par des procédés révolutionnaires, quitte à aller, s’il ne réussit pas, habiter ailleurs » (trad. Bodin 2003).

56 Voir supra n. 45.

57 Thucydide, VII, 77, 7. Pour les nombreux passages similaires à partir d’Alcée, fr. 112, 10 ; 426 L-P, voir Ampolo 1996, p. 298 ; Intrieri 2013, p. 40.

58 Thucydide, VI, 2, 2 et 4‑5 : Σικανοὶ δὲ μετ᾽ αὐτοὺς πρῶτοι φαίνονται ἐνοικισάμενοι, ὡς μὲν αὐτοί φασι, καὶ πρότεροι διὰ τὸ αὐτόχθονες εἶναι, ὡς δὲ ἡ ἀλήθεια εὑρίσκεται, Ἴβηρες ὄντες καὶ ἀπὸ τοῦ Σικανοῦ ποταμοῦ τοῦ ἐν Ἰβηρίᾳ ὑπὸ Λιγύων ἀναστάντες. Kαὶ ἀπ᾽ αὐτῶν Σικανία τότε ἡ νῆσος ἐκαλεῖτο, πρότερον Τρινακρία καλουμένη· οἰκοῦσι δὲ ἔτι καὶ νῦν τὰ πρὸς ἑσπέραν τὴν Σικελίαν. (…) Σικελοὶ δὲ ἐξ Ἰταλίας (ἐνταῦθα γὰρ ᾤκουν) διέβησαν ἐς Σικελίαν, φεύγοντες Ὀπικούς, ὡς μὲν εἰκὸς καὶ λέγεται, ἐπὶ σχεδιῶν, τηρήσαντες τὸν πορθμὸν κατιόντος τοῦ ἀνέμου, τάχα ἂν δὲ καὶ ἄλλως πως ἐσπλεύσαντες. Εἰσὶ δὲ καὶ νῦν ἔτι ἐν τῇ Ἰταλίᾳ Σικελοί· καὶ ἡ χώρα ἀπὸ Ἰταλοῦ βασιλέως τινὸς Σικελῶν, τοὔνομα τοῦτο ἔχοντος, οὕτως Ἰταλία ἐπωνομάσθη. Ἐλθόντες δὲ ἐς τὴν Σικελίαν στρατὸς πολὺς τούς τε Σικανοὺς κρατοῦντες μάχῃ ἀνέστειλαν πρὸς τὰ μεσημβρινὰ καὶ ἑσπέρια αὐτῆς καὶ ἀντὶ Σικανίας Σικελίαν τὴν νῆσον ἐποίησαν καλεῖσθαι, καὶ τὰ κράτιστα τῆς γῆς ᾤκησαν ἔχοντες, ἐπεὶ διέβησαν, ἔτη ἐγγὺς τριακόσια πρὶν Ἕλληνας ἐς Σικελίαν ἐλθεῖν· ἔτι δὲ καὶ νῦν τὰ μέσα καὶ τὰ πρὸς βορρᾶν τῆς νήσου ἔχουσιν. « Il est constant que les premiers après eux à avoir fondé des établissements dans l’île sont les Sicanes – après eux, même avant, si on les en croit, puisqu’ils seraient autochtones ; mais on peut établir qu’il s’agissait, à la vérité, d’Ibères, délogés par les Ligures des rives du Sicanos en Ibérie. C’est de ces Sicanes que l’île, appelée auparavant Trinacrie, tira son nom de Sicanie. Ils habitent aujourd’hui encore la partie occidentale de la Sicile. (…) Les Sikèles, eux, étaient venus d’Italie (c’était là qu’ils habitaient) pour échapper aux Opiques. Il est vraisemblable, et la tradition le veut, qu’ils avaient passé sur des radeaux, en guettant pour traverser le moment où le vent se levait ; mais il se peut aussi qu’ils soient arrivés autrement. (Il y a, aujourd’hui encore, des Sikèles en Italie, et c’est d’Italos, un de leurs rois qui portait ce nom, que le pays a reçu celui d’Italie.) Venus en force en Sicile, les Sikèles, victorieux des Sicanes par les armes, les rejetèrent vers les parties méridionales et occidentales de l’île et firent prendre à celle-ci, au lieu de Sicanie, le nom de Sikélie (Sicile). À dater du moment où ils y étaient passés, ils y vécurent en y possédant les meilleures terres, près de trois cents ans, jusqu’à la venue des Grecs ; ils en possèdent aujourd’hui encore le centre et les parties septentrionales » (trad. Bodin 2003).

59 Hybla Geleatis, communauté des Sicules, avec son propre nom et sa chora, située entre Kentoripa et Catane, n’est pas définie en tant qu’établissement (Thucydide, VI, 62, 5 ; 94, 3) ; Hyccara, πόλισμα Σικανικὸν mais aussi πόλις (Thucydide, VI, 62, 3) ; Inessa, Σικελικὸν πόλισμα, avec une ἀκρόπολις occupée par les Syracusains (Thucydide, III, 103, 1). Πόλισμα Σικελῶν (Thucydide, VI, 94, 3) ; Aliciae et d’autres communautés des Sicules alliées d’Athènes contrôlaient τὴν δίοδον « la route vers l’intérieur du pays » (Thucydide, VII, 32, 1) ; Ietas, τεῖχος ἐν τῇ παρόδῳ τῶν Σικελῶν « forteresse sur la route menant à la région des Sicules » (Thucydide, VII, 2, 3). Les Sicules voisins et sauveteurs des Naxiens qui vivent sur les hauteurs (ὑπὲρ τῶν ἄκρων) qui entourent la ville et même ceux dans les environs du chemin vers Messine (Thucydide, IV, 25, 9).

60 Thucydide, VI, 2, 3 : Ἰλίου δὲ ἁλισκομένου τῶν Τρώων τινὲς διαφυγόντες Ἀχαιοὺς πλοίοις ἀφικνοῦνται πρὸς τὴν Σικελίαν, καὶ ὅμοροι τοῖς Σικανοῖς οἰκήσαντες ξύμπαντες μὲν Ἔλυμοι ἐκλήθησαν, πόλεις δ᾽ αὐτῶν Ἔρυξ τε καὶ Ἔγεστα. Προσξυνῴκησαν δὲ αὐτοῖς καὶ Φωκέων τινὲς τῶν ἀπὸ Τροίας τότε χειμῶνι ἐς Λιβύην πρῶτον, ἔπειτα ἐς Σικελίαν ἀπ᾽ αὐτῆς κατενεχθέντες. « Lors de la prise d’Ilion, des Troyens, qui avaient, en s’embarquant, échappé aux Achéens, arrivèrent en Sicile. Ils se fixèrent au voisinage des Sicanes et prirent en commun le nom d’Élymes, tout en formant deux cités : Éryx et Égeste. À eux vinrent également se joindre quelques Phocidiens, qui, en quittant Troie avaient, à cette époque, été jetés par la tempête d’abord en Libye, puis de là en Sicile » (trad. Bodin 2003). Sur la particularité représentée par cette disposition des Élymes, ainsi que par leur organisation explicite en villes : Hornblower 2008, p. 269 « The Elymoi are barbarians, like the other peoples in this ch[apter] ; it follows that for Th[ucydides], as for other Greek authors, there were such things as barbarian poleis ». Pour la tradition sur l’origine des Élymes, voir récemment Sammartano 2012 avec bibliographie.

61 Thucydide, VI, 2, 6 : ᾬκουν δὲ καὶ Φοίνικες περὶ πᾶσαν μὲν τὴν Σικελίαν ἄκρας τε ἐπὶ τῇ θαλάσσῃ ἀπολαβόντες καὶ τὰ ἐπικείμενα νησίδια ἐμπορίας ἕνεκα τῆς πρὸς τοὺς Σικελούς· ἐπειδὴ δὲ οἱ Ἕλληνες πολλοὶ κατὰ θάλασσαν ἐπεσέπλεον, ἐκλιπόντες τὰ πλείω Μοτύην καὶ Σολόεντα καὶ Πάνορμον ἐγγὺς τῶν Ἐλύμων ξυνοικήσαντες ἐνέμοντο, ξυμμαχίᾳ τε πίσυνοι τῇ τῶν Ἐλύμων, καὶ ὅτι ἐντεῦθεν ἐλάχιστον πλοῦν Καρχηδὼν Σικελίας ἀπέχει. Βάρβαροι μὲν οὖν τοσοίδε Σικελίαν καὶ οὕτως ᾤκησαν. « Des Phéniciens également habitaient la Sicile : sur tout son pourtour, ils s’étaient ménagés, avec diverses hauteurs dominant la mer, les petites îles côtières, pour leur commerce avec les Sikèles ; mais, lorsque les Grecs, à leur tour, se mirent à arriver en nombre, ils abandonnèrent la majeure partie de leurs positions et se contentèrent d’exploiter, en s’y concentrant, Motyè, Soloeis et Panorme au voisinage des Élymes, à la fois parce qu’ils se reposaient sur leur alliance avec ces Élymes et parce que c’est de là que la traversée est la plus courte de Carthage en Sicile. Voilà, pour les barbares, quels furent exactement ceux qui se fixèrent en Sicile, et dans quelles conditions ils le firent » (trad. Bodin 2003). Sur les Phéniciens, voir aussi Spatafora 2012, avec bibliographie.

62 Gomme, Andrewes et Dover 1981, p. 427, mais voir Fantasia 2012, p. 14‑20.

63 On ne doit probablement pas attendre une rigoureuse conformité des descriptions de Thucydide à la réalité : e.g. alors que l’historien a beaucoup insisté sur la caractérisation de l’ethnos des Sicaniens comme habitants de l’arrière-pays, un des rares endroits d’installation de ce peuple qu’il mentionne est Hyccara, πόλισμα (…) παραθαλασσίδιον (« petite place […] près de la mer »), dont le triste sort reste célèbre (Thucydide, VI, 62, 3).

64 Gomme, Andrewes et Dover 1971, p. 98‑205 ; Luraghi 1991, p. 41‑48, 56‑57 ; Cuscunà 2003, p. 13‑21.

65 Consolo Langher 1996 ; Galvagno 1991.

66 Diodore, XI, 78, 5 ; 88, 6 ; 90, 1 ; 91, 1 ; XII, 8, 1‑4. Voir Figueira 2008, p. 497.

67 Thucydide, VII, 1, 4 : (…) καὶ τῶν Σικελῶν τινές, οἳ πολὺ προθυμότερον προσχωρεῖν ἑτοῖμοι ἦσαν τοῦ τε Ἀρχωνίδου νεωστὶ τεθνηκότος, ὃς τῶν ταύτῃ Σικελῶν βασιλεύων τινῶν καὶ ὢν οὐκ ἀδύνατος τοῖς Ἀθηναίοις φίλος ἦν (…) : « (…) et de même quelques peuples sikèles ; ceux-ci étaient beaucoup plus énergiquement disposés à les seconder étant donné la mort récente d’Archonidès, qui régnait sur une partie d’entre eux dans la région, et qui était pour Athènes un ami assez puissant (…) » (trad. L. Bodin).

68 Bejor 1973.

69 Thucydide, VI, 88, 4 : Καὶ οἱ μὲν πρὸς τὰ πεδία μᾶλλον τῶν Σικελῶν, ὑπήκοοι ὄντες τῶν Συρακοσίων, οὐ πολλοὶ ἀφειστήκεσαν· τῶν δὲ τὴν μεσόγειαν ἐχόντων αὐτόνομοι οὖσαι καὶ πρότερον αἰεὶ καὶ οἰκήσεις εὐθὺς πλὴν ὀλίγοι, μετὰ τῶν Ἀθηναίων ἦσαν, καὶ σῖτόν τε κατεκόμιζον τῷ στρατεύματι καὶ εἰσὶν οἳ καὶ χρήματα. « Parmi ces derniers [les Sikèles], ceux des plaines, qui étaient soumis à Syracuse, n’avaient fait défection qu’en petit nombre ; mais ceux de l’intérieur, dont les installations avaient toujours été autonomes déjà auparavant, étaient, à peu d’exceptions près, du côté athénien, et descendaient à l’armée des vivres, certains même de l’argent » (trad. Bodin 2003).

70 Thucydide, VI, 34, 1 ; 45 ; 88, 5.

71 Lanza et Vegetti 1975 ; Morrison 1994. Sur l’analogie chez Thucydide : Canfora 1988, p. 8‑9 ; Canfora 1996, p. 1230‑1231 ; Mattaliano 2012, p. 7‑8.

72 Thucydide, VII, 55, 2 : Πόλεσι γὰρ ταύταις μόναις ἤδη ὁμοιοτρόποις ἐπελθόντες, δημοκρατουμέναις τε, ὥσπερ καὶ αὐτοί, καὶ ναῦς καὶ ἵππους καὶ μεγέθη ἐχούσαις, οὐ δυνάμενοι ἐπενεγκεῖν οὔτ᾽ ἐκ πολιτείας τι μεταβολῆς τὸ διάφορον αὐτοῖς, ᾧ προσήγοντο ἄν, οὔτ᾽ ἐκ παρασκευῆς πολλῷ κρείσσονος (…) « Ils voyaient que, de toutes les cités qu’ils eussent attaquées, celles-ci, parce qu’elles présentaient les mêmes caractères que la leur, comme elle démocratiquement gouvernées et possédant navires, chevaux, puissance, étaient les seules auprès de qui ils ne pussent faire intervenir ni un changement quelconque dans leur forme de gouvernement, capable d’apporter la différence de conditions qui les eût alors mises de leur côté, ni non plus une grande supériorité de moyens militaires (…) » (trad. Bodin 2003). Cf. Thucydide, VIII, 96, 5.

73 Sordi 1992 ; Robinson 2000 ; Rutter 2000 ; Cuscunà 2004, p. 153‑154 ; Mattaliano 2012 ; Intrieri 2014, p. 57‑59.

74 Mais voir Corcella 2007, p. 65.

75 Thucydide, VI, 20, 3.

Acheter

Volume papier

lcdpu.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search