Version classiqueVersion mobile

Dire la ville en grec aux époques antique et byzantine

 | 
Liliane Lopez-Rabatel
, 
Virginie Mathé
, 
Jean-Charles Moretti

Des hommes et des villes

Villes visibles dans les Histoires d’Hérodote

Stefania De Vido

Texte intégral

1Les Histoires d’Hérodote regorgent de villes. Il s’agit de villes grecques et orientales, de villes célèbres ou de villes presque inconnues, belles, grandes, obscures et mystérieuses. On n’en sera pas surpris : pour le Grec Hérodote, la ville constitue le cadre de référence nécessaire, la mesure de toutes les expériences personnelles et collectives.

2Toutefois, il convient avant toute chose de s’entendre sur les termes et les notions employées : chez Hérodote, de fait, le terme de polis a une valeur conceptuelle qui déplace l’attention des lecteurs – nous compris – vers l’aspect politique et communautaire, de sorte que Thémistocle peut déclarer que la cité, ce sont les citoyens :

  • 1 Toutes les traductions du texte d’Hérodote sont de Ph.‑E. Legrand (Legrand 2003 et 2009). Pour les (...)

Thémistocle, alors, dit beaucoup de choses dures et pour lui et pour les Corinthiens, démontrant qu’eux, les Athéniens, avaient une cité et un pays plus importants que les leurs tant qu’ils posséderaient deux cents vaisseaux garnis d’équipages et de troupes (VIII, 61, 2 : Τότε δὴ ὁ Θεμιστοκλέης κεῖνόν τε καὶ τοὺς Κορινθίους πολλά τε καὶ κακὰ ἔλεγε, ἑωυτοῖσί τε ἐδήλου λόγῳ ὡς εἴη καὶ πόλις καὶ γῆ μέζων ἤ περ ἐκείνοισι ἔστ’ ἂν διηκόσιαι νέες σϕι ἔωσι πεπληρωμέναι)1.

3Il s’agit d’un passage que nous connaissons tous et dont on part souvent, précisément pour souligner la dimension avant tout civique et participative de la polis. La polis aussi, naturellement, peut avoir un aspect tangible et monumental, mais, en devenant « visible », elle sait manifester les valeurs qui font d’elle une communauté authentique : agora, acropole, fontaines publiques, sanctuaires dessinent un espace habité et vécu par les politai, sans lesquels la cité serait une coquille vide.

4Cette notion qui porte en elle une valeur forte transparaît très clairement, je crois, dans les Histoires d’Hérodote. Le regard de l’historien s’adoucit quand il décrit les usages funéraires, les pratiques alimentaires, ou les comportements féminins dans les sociétés barbares ; mais quand il s’agit d’organisation politique, son jugement se durcit de nouveau au point qu’il rend irréductible la différence entre Grecs et barbares. Dans cette contribution, je voudrais montrer combien la description des cités, elle aussi, relève cette différence et met en relief la distance inéluctable entre monde grec et monde barbare, entre les poleis, au sens de communautés politiques, et les cités-palais du monde oriental.

5Repartons du proême, du passage où Hérodote annonce qu’il veut soustraire les ἔργα μεγάλα τε καὶ θωμαστά des Grecs et des barbares à l’évanescence causée par le temps :

Hérodote d’Halicarnasse expose ici ses recherches, pour empêcher que ce qu’ont fait les hommes, avec le temps, ne s’efface de la mémoire et que de grands et merveilleux exploits, accomplis tant par les Barbares que par les Grecs, ne cessent d’être renommés ; en particulier, ce qui fut cause que Grecs et Barbares entrèrent en guerre les uns contre les autres (I, 1 : ‘Ηροδότου ῾Αλικαρνησσέος ἱστορίης ἀπόδεξις ἥδε, ὡς μήτε τὰ γενόμενα ἐξ ἀνθρώπων τῷ χρόνῳ ἐξίτηλα γένηται, μήτε ἔργα μεγάλα τε καὶ θωμαστά, τὰ μὲν ῞Ελλησι, τὰ δὲ βαρβάροισι ἀποδεχθέντα, ἀκλέα γένηται, τά τε ἄλλα καὶ δι’ ἣν αἰτίην ἐπολέμησαν ἀλλήλοισι).

6Même si les uns et les autres semblent ici mis sur le même plan, il me semble qu’on peut émettre l’hypothèse que, pour les Grecs et les barbares, ces ἔργα revêtent des acceptions sensiblement différentes. Les ἔργα sont, de façon générale, les choses faites par les hommes : ils comprennent donc les monuments et les actions, c’est-à-dire tout ce qui est matière avant d’être mémoire. Mais ce qu’il reste des Grecs, ce qui rend leurs faits dignes de mémoire et de κλέος relève de la sphère de la pensée, de la parole et du geste : et même quand il s’agit d’entreprises, elles sont dans tous les cas l’expression tangible de la vertu politique et éthique des Grecs, qui les rend grandes, libres et différentes les unes des autres. Les ἔργα des barbares sont quant à eux plus traditionnels et répondent à un système de valeur intrinsèquement différent, construit à partir d’une société despotique et pyramidale.

Les rois des barbares : Gygès

Hérodote, I, 14, 2. Οὗτος δὲ ὁ Γύγης πρῶτος βαρβάρων τῶν ἡμεῖς ἴδμεν ἐς Δελϕοὺς ἀνέθηκε ἀναθήματα μετὰ Μίδην τὸν Γορδίεω, Φρυγίης βασιλέα. 3. ’Ανέθηκε γὰρ δὴ καὶ Μίδης τὸν βασιλήιον θρόνον ἐς τὸν προκατίζων ἐδίκαζε, ἐόντα ἀξιοθέητον· κεῖται δὲ ὁ θρόνος οὗτος ἔνθα περ οἱ τοῦ Γύγεω κρητῆρες. ‘Ο δὲ χρυσὸς οὗτος καὶ ὁ ἄργυρος, τὸν ὁ Γύγης ἀνέθηκε, ὑπὸ Δελϕῶν καλέεται Γυγάδας ἐπὶ τοῦ ἀναθέντος ἐπωνυμίην. 4. ’Εσέβαλε μέν νυν στρατιὴν καὶ οὗτος, ἐπείτε ἦρξε, ἔς τε Μίλητον καὶ ἐς Σμύρνην, καὶ Κολοϕῶνος τὸ ἄστυ εἷλε. ’Αλλ’ οὐδὲν γὰρ μέγα ἀπ’ αὐτοῦ ἄλλο ἔργον ἐγένετο βασιλεύσαντος δυῶν δέοντα τεσσεράκοντα ἔτεα, τοῦτον μὲν παρήσομεν τοσαῦτα ἐπιμνησθέντες.

Ce Gygès est le premier barbare à notre connaissance qui ait consacré des offrandes à Delphes, après Midas fils de Gordias, roi de Phrygie ; Midas, lui, avait consacré le trône royal sur lequel il siégeait en public quand il rendait la justice, objet digne d’être vu ; ce trône est déposé au même endroit que les cratères de Gygès. L’or et l’argent dont je viens de parler, consacrés par Gygès, sont appelés par les Delphiens Gygades, du nom de celui qui les a consacrés. Gygès, lui déjà, quand il eut pris possession du pouvoir, envahit avec une armée le pays de Milet et de Smyrne, et s’empara de la basse ville de Colophon ; mais, comme il n’accomplit pas aucune autre action d’importance durant son règne de trente-huit années, nous le laisserons de côté sans parler de lui davantage.

 

7L’acception « barbare » des ἔργα est manifeste dès le début du livre I, là où Hérodote raconte l’histoire des Lydiens. En Lydie aussi, comme en tout lieu d’Orient, l’histoire ne connaît pas d’autre temps que celui des rois et, fatalement, le récit ne peut donc que suivre le rythme de la succession au trône de Gygès à Crésus (I, 14‑25). Comme dans les grandes inscriptions royales, le rythme de l’histoire de la Lydie suit celui de la succession des Mermnades, et la figure de chacun des rois se dessine à partir des ἔργα qu’on peut lui attribuer.

8Donc, à propos de Gygès déjà, Hérodote commente : « Mais, comme il [sc. Gygès] n’accomplit aucune autre action d’importance durant son règne de trente-huit années, nous le laisserons de côté sans parler de lui davantage » (I, 14, 4). Juste avant, Hérodote avait décrit les dons votifs (ἀναθήματα) envoyés par Gygès à Delphes, rappelés aussi bien parce qu’ils furent les premiers, après ceux de Midas, à être offerts par un roi barbare à un sanctuaire grec, que parce qu’ils furent extraordinairement riches. Ainsi, on retrouve concentrés en quelques lignes tous les éléments qui scandent la partition narrative du récit généalogique royal : le temps compté selon les années de règne, la sélection des éléments narratifs selon le paramètre du « grand et merveilleux » et, surtout, l’attribution aux rois d’ἔργα de deux types : entreprises militaires (conquêtes et guerres), et – quand ils existent – objets merveilleux par leur matière et pour cela dignes de mémoire.

Les rois des barbares : Alyatte

Hérodote, I, 22, 4. καὶ δύο τε ἀντὶ ἑνὸς νηοὺς τῇ ’Αθηναίῃ οἰκοδόμησε ὁ ’Αλυάττης ἐν τῇ ’Ασσησῷ, αὐτός τε ἐκ τῆς νούσου ἀνέστη. Κατὰ μὲν τὸν πρὸς Μιλησίους τε καὶ Θρασύβουλον πόλεμον ’Αλυάττῃ ὧδε ἔσχε.

Alyatte fit construire à Assèsos deux temples d’Athéna au lieu d’un ; et, lui, releva de sa maladie. Ainsi en alla-t-il pour Alyatte dans la guerre contre les Milésiens et Thrasybule.

I, 25, 1. … μετέπειτα τελευτᾷ, βασιλεύσας ἔτεα ἑπτὰ καὶ πεντήκοντα. 2. ’Ανέθηκε δὲ ἐκϕυγὼν τὴν νοῦσον δεύτερος οὗτος τῆς οἰκίης ταύτης ἐς Δελϕοὺς κρητῆρά τε ἀργύρεον μέγαν καὶ ὑποκρητηρίδιον σιδήρεον κολλητόν, θέης ἄξιον διὰ πάντων τῶν ἐν Δελϕοῖσι ἀναθημάτων, Γλαύκου τοῦ Χίου ποίημα, ὃς μοῦνος δὴ πάντων ἀνθρώπων σιδήρου κόλλησιν ἐξεῦρε.

[Il] mourut dans la suite des temps ; il avait régné cinquante-sept ans. À l’issue de sa maladie, il avait envoyé, le second de la famille des Mermnades, des offrandes à Delphes : un grand cratère d’argent avec un support de cratère en fer, dont les parties sont soudées, offrande digne d’être vue par-dessus toutes les offrandes qui sont à Delphes, œuvre de Glaucos de Chios, le seul homme du monde qui ait trouvé l’art de souder le fer.

I, 26, 1. Τελευτήσαντος δὲ ’Αλυάττεω ἐξεδέξατο τὴν βασιληίην Κροῖσος ὁ ’Αλυάττεω, ἐτέων ἐὼν ἡλικίην πέντε καὶ τριήκοντα, ὃς δὴ ‘Ελλήνων πρώτοισι ἐπεθήκατο ’Εϕεσίοισι.

À la mort d’Alyatte, Crésus fils d’Alyatte, hérita de la royauté ; il était âgé de trente-cinq ans. Parmi les Grecs, il s’en prit d’abord aux Éphésiens.

I, 93, 1. Θώματα δὲ γῆ <ἡ> Λυδίη ἐς συγγραϕὴν οὐ μάλα ἔχει, οἷά τε καὶ ἄλλη χώρη, πάρεξ τοῦ ἐκ τοῦ Τμώλου καταϕερομένου ψήγματος. 2. ῝Εν δὲ ἔργον πολλὸν μέγιστον παρέχεται χωρὶς τῶν τε Αἰγυπτίων ἔργων καὶ τῶν Βαβυλωνίων· ἔστι αὐτόθι ’Αλυάττεω τοῦ Κροίσου πατρὸς σῆμα, τοῦ ἡ κρηπὶς μέν ἐστι λίθων μεγάλων, τὸ δὲ ἄλλο σῆμα χῶμα γῆς. ’Εξεργάσαντο δέ μιν οἱ ἀγοραῖοι ἄνθρωποι καὶ οἱ χειρώνακτες καὶ αἱ ἐνεργαζόμεναι παιδίσκαι.

En fait de merveilles qui méritent d’être consignées par écrit, le territoire de la Lydie n’en possède vraiment pas comme il y en a dans tel autre pays, si ce ne sont les paillettes d’or qui descendent du Tmolos. Il offre à l’attention un seul ouvrage, qui par ses dimensions dépasse de beaucoup tous les autres, excepté les ouvrages des Égyptiens et des Babyloniens : on y trouve le monument d’Alyatte père de Crésus. La base en est faite de grandes pierres ; le reste du monument, de terre amoncelée. L’ouvrage a été exécuté aux frais des marchands, des artisans, et de filles qui font métier de leur corps.

 

9D’Alyatte, quant à lui, on rappelle les deux temples à Athéna construits à Assèsos, localité de la région de Milet (I, 22, 4), un cratère d’argent et de fer dédié à Delphes, le premier qui unit les deux métaux différents (I, 25, 2), et surtout la grande tombe décrite en détail parce qu’elle constitue un élément qui émerge en Lydie, jugée pour le reste pauvre de θώματα (I, 93, 2). Hérodote donne également les mesures et la matière de cet ἔργον μέγιστον, de même que les catégories sociales qui en ont permis la construction (marchands, artisans, et jeunes femmes). Mais dans ce passage, Hérodote nous fournit surtout deux indices utiles à notre parcours : en mentionnant les Babyloniens et les Égyptiens, il désigne les seules populations avec lesquelles une comparaison est possible quand il s’agit d’œuvres merveilleuses construites par les hommes ; en rappelant la tombe royale, il reconnaît dans celle-ci un type d’architecture particulièrement importante quand il s’agit de décrire les œuvres des hommes dans le monde des barbares.

10Mais, même si τάφοι et σήματα sont importants pour cartographier les territoires étrangers, et même s’ils contribuent à cartographier cette altérité – une altérité concrète, je crois, et pas seulement imaginaire –, les tombes, les monuments et les pyramides ne constituent toutefois pas cet ergon bien particulier qu’est la cité, à travers laquelle se construit l’opposition entre barbares et Grecs de façon encore plus évidente et significative.

L’histoire de Déiokès

Hérodote, I, 95, 2. ’Ασσυρίων ἀρχόντων τῆς ἄνω ’Ασίης ἐπ’ ἔτεα εἴκοσι καὶ πεντακόσια, πρῶτοι ἀπ’ αὐτῶν Μῆδοι ἤρξαντο ἀπίστασθαι· καί κως οὗτοι περὶ τῆς ἐλευθερίης μαχεσάμενοι τοῖσι ’Ασσυρίοισι ἐγένοντο ἄνδρες ἀγαθοὶ καὶ ἀπωσάμενοι τὴν δουλοσύνην ἐλευθερώθησαν. 96, 1. Μετὰ δὲ τούτους καὶ τὰ ἄλλα ἔθνεα ἐποίεε τὠυτὸ τοῖσι Μήδοισι. ’Εόντων δὲ αὐτονόμων πάντων ἀνὰ τὴν ἤπειρον, ὧδε αὖτις ἐς τυραννίδα περιῆλθον. ’Ανὴρ ἐν τοῖσι Μήδοισι ἐγένετο σοϕὸς τῷ οὔνομα ἦν Δηιόκης, παῖς δὲ ἦν Φραόρτεω. 2. Οὗτος ὁ Δηιόκης ἐρασθεὶς τυραννίδος ἐποίεε τοιάδε. Κατοικημένων τῶν Μήδων κατὰ κώμας, ἐν τῇ ἑωυτοῦ ἐὼν καὶ πρότερον δόκιμος καὶ μᾶλλόν τι καὶ προθυμότερον δικαιοσύνην ἐπιθέμενος ἤσκεε, καὶ ταῦτα μέντοι ἐούσης ἀνομίης πολλῆς ἀνὰ πᾶσαν τὴν Μηδικὴν ἐποίεε, ἐπιστάμενος ὅτι τῷ δικαίῳ τὸ ἄδικον πολέμιόν ἐστι. Οἱ δ’ ἐκ τῆς αὐτῆς κώμης Μῆδοι ὁρῶντες αὐτοῦ τοὺς τρόπους δικαστήν μιν ἑωυτῶν αἱρέοντο· ὁ δὲ δή, οἷα μνώμενος ἀρχήν, ἰθύς τε καὶ δίκαιος ἦν. 3. Ποιέων τε ταῦτα ἔπαινον εἶχε οὐκ ὀλίγον πρὸς τῶν πολιητέων, οὕτω ὥστε πυνθανόμενοι οἱ ἐν τῇσι ἄλλῃσι κώμῃσι ὡς Δηιόκης εἴη ἀνὴρ μοῦνος κατὰ τὸ ὀρθὸν δικάζων, πρότερον περιπίπτοντες ἀδίκοισι γνώμῃσι, τότε, ἐπείτε ἤκουσαν, ἄσμενοι ἐϕοίτων παρὰ τὸν Δηιόκην καὶ αὐτοὶ δικασόμενοι, τέλος δὲ οὐδενὶ ἄλλῳ ἐπετρέποντο.

Les Assyriens dominaient dans la haute Asie depuis cinq cent vingt ans, quand les Mèdes les premiers commencèrent à se détacher d’eux ; ils durent, en combattant pour la liberté contre les Assyriens, se comporter vaillamment, secouèrent la servitude et se rendirent libres. À leur suite, les autres peuples aussi en firent autant qu’eux. Tous, dans l’étendue du continent, étaient alors autonomes ; voici comment, de nouveau, ils en vinrent à avoir un maître. Il y avait chez les Mèdes un homme avisé, appelé Déiokès, qui était fils de Phraorte. Épris du souverain pouvoir, ce Déiokès agit de la façon suivante. Les Mèdes vivaient disséminés dans des bourgs. Déiokès, qui dès auparavant était considéré dans le sien, s’attachait avec plus de soin encore et plus d’ardeur à pratiquer la justice ; et il agissait de la sorte alors que dans toute la Médie régnait un grand mépris de la loi, et bien qu’il sût que l’injuste est ennemi du juste. Les Mèdes qui habitaient le même bourg que lui, témoins de ses manières de faire, le choisirent pour être leur juge ; et lui, qui aspirait au pouvoir, se montrait droit et juste. Cette conduite lui valait de la part de ses concitoyens de grands éloges ; si bien que les habitants des autres bourgs apprirent que Déiokès était le seul homme qui jugeât selon l’équité ; et, lorsqu’ils eurent entendu dire cela, eux qui auparavant se heurtaient à d’injustes sentences accoururent avec joie auprès Déiokès pour lui soumettre, eux aussi, leurs procès ; finalement, ils ne s’en remettaient plus à personne d’autre.

I, 98, 1. Ταῦτά κῃ λέγοντες πείθουσι ἑωυτοὺς βασιλεύεσθαι. Αὐτίκα δὲ προβαλλομένων ὅντινα στήσονται βασιλέα, ὁ Δηιόκης ἦν πολλὸς ὑπὸ παντὸς ἀνδρὸς καὶ προβαλλόμενος καὶ αἰνεόμενος, ἐς ὃ τοῦτον καταινέουσι βασιλέα σϕίσι εἶναι. 2. ‘Ο δ’ ἐκέλευε αὐτοὺς οἰκία τε ἑωυτῷ ἄξια τῆς βασιληίης οἰκοδομῆσαι καὶ κρατῦναι αὐτὸν δορυϕόροισι. Ποιεῦσι δὴ ταῦτα οἱ Μῆδοι· οἰκοδομέουσί τε γὰρ αὐτῷ οἰκία μεγάλα τε καὶ ἰσχυρά, ἵνα αὐτὸς ἔϕρασε τῆς χώρης, καὶ δορυϕόρους αὐτῷ ἐπιτρέπουσι ἐκ πάντων Μήδων καταλέξασθαι. 3. ‘Ο δέ, ὡς ἔσχε τὴν ἀρχήν, τοὺς Μήδους ἠνάγκασε ἓν πόλισμα ποιήσασθαι καὶ τοῦτο περιστέλλοντας τῶν ἄλλων ἧσσον ἐπιμέλεσθαι. Πειθομένων δὲ καὶ ταῦτα τῶν Μήδων οἰκοδομέει τείχεα μεγάλα τε καὶ καρτερά, ταῦτα τὰ νῦν ’Αγβάτανα κέκληται, ἕτερον ἑτέρῳ κύκλῳ ἐνεστεῶτα. 4. Μεμηχάνηται δὲ οὕτω τοῦτο τὸ τεῖχος ὥστε ὁ ἕτερος τοῦ ἑτέρου κύκλος τοῖσι προμαχεῶσι μούνοισί ἐστι ὑψηλότερος. Τὸ μέν κού τι καὶ τὸ χωρίον συμμαχέει κολωνὸς ἐὼν ὥστε τοιοῦτο εἶναι, τὸ δὲ καὶ μᾶλλόν τι ἐπετηδεύθη. 5. Κύκλων <δ’> ἐόντων τῶν συναπάντων ἑπτά, ἐν δὴ τῷ τελευταίῳ τὰ βασιλήια ἔνεστι καὶ οἱ θησαυροί. Τὸ δ’ αὐτῶν μέγιστόν ἐστι τεῖχος κατὰ τὸν ’Αθηνέων κύκλον μάλιστά κῃ τὸ μέγαθος. Τοῦ μὲν δὴ πρώτου κύκλου οἱ προμαχεῶνές εἰσι λευκοί, τοῦ δὲ δευτέρου μέλανες, τρίτου δὲ κύκλου ϕοινίκεοι, τετάρτου δὲ κυάνεοι, πέμπτου δὲ σανδαράκινοι. Τῶν πέντε ὦν τῶν κύκλων οἱ προμαχεῶνες ἠνθισμένοι εἰσὶ ϕαρμάκοισι· δύο δὲ οἱ τελευταῖοί εἰσι ὁ μὲν καταργυρωμένους, ὁ δὲ κατακεχρυσωμένους ἔχων τοὺς προμαχεῶνας. 99, 1. Ταῦτα μὲν δὴ ὁ Δηιόκης ἑωυτῷ τε ἐτείχεε καὶ περὶ τὰ ἑωυτοῦ οἰκία, τὸν δὲ ἄλλον δῆμον πέριξ ἐκέλευε τὸ τεῖχος οἰκέειν. Οἰκοδομηθέντων δὲ πάντων κόσμον τόνδε Δηιόκης πρῶτός ἐστι ὁ καταστησάμενος, μήτε ἐσιέναι παρὰ βασιλέα μηδένα, δι’ ἀγγέλων δὲ πάντα χρᾶσθαι, ὁρᾶσθαί τε βασιλέα ὑπὸ μηδενός, πρός τε τούτοισι ἔτι γελᾶν τε καὶ πτύειν καὶ ἅπασι εἶναι ἀντίον τούτου αἰσχρόν. 2. Ταῦτα δὲ περὶ ἑωυτὸν ἐσέμνυνε τῶνδε εἵνεκεν, ὅκως ἂν μὴ ὁρῶντες οἱ ὁμήλικες, ἐόντες σύντροϕοί τε ἐκείνῳ καὶ οἰκίης οὐ ϕλαυροτέρης οὐδὲ ἐς ἀνδραγαθίην λειπόμενοι, λυπεοίατο καὶ ἐπιβουλεύοιεν, ἀλλ’ ἑτεροῖός σϕι δοκέοι εἶναι μὴ ὁρῶσι.

Par des discours de cette sorte, ils se persuadèrent à eux-mêmes de se donner un roi. On proposa aussitôt de choisir qui on ferait roi ; tous, avec insistance, proposèrent Déiokès et firent son éloge ; en fin de compte, l’assemblée se prononça pour que ce fût lui qui régnât. Il invita les Mèdes à lui édifier une résidence digne du titre royal et à fortifier son autorité en lui donnant une garde. Les Mèdes firent ce qu’il demandait : ils construisirent pour lui une résidence vaste et forte à l’endroit du pays qu’il désigna, et lui permirent de se choisir une garde parmi eux tous. Quand il eut pris possession du pouvoir, il contraignit les Mèdes à bâtir une ville unique et à consacrer à cette ville leurs soins en se désintéressant des autres agglomérations. Sur ce point encore les Mèdes lui obéirent ; il fit construire une vaste et puissante forteresse, celle qu’on appelle aujourd’hui Ecbatane, formée d’enceintes concentriques. La disposition de ladite forteresse est telle, qu’une enceinte ne dépasse la voisine que de la hauteur des créneaux. Le site, qui est une colline isolée, peut déjà dans une certaine mesure concourir à cette disposition ; mais elle fut aussi, pour une plus grande part, réalisée à dessein. Le nombre des enceintes est de sept en tout ; et c’est dans la dernière que se trouvent le palais et les trésors. La plus développée est à peu près la longueur de l’enceinte d’Athènes. À la première enceinte, les créneaux sont blancs ; à la seconde, noirs ; à la troisième, pourpres ; à la quatrième, bleus ; à la cinquième, d’un rouge orangé. Ainsi, les cinq enceintes ont des créneaux coloriés ; des deux dernières, l’une a des créneaux argentés, l’autre des créneaux dorés. Déiokès éleva ces murailles pour sa propre sûreté autour de sa résidence ; et il ordonna au reste du peuple d’habiter en dehors des murs. Lorsque toutes ces constructions furent faites, Déiokès établit, lui le premier, ces règles d’étiquette : que nul n’aurait accès auprès du roi, mais qu’en toutes circonstances on communiquerait avec lui par messagers ; que le roi ne serait vu par personne ; de plus, que ce serait une inconvenance, et pour tout le monde, de rire et de cracher en sa présence. S’il s’entoura de ce cérémonial, ce fut pour que les hommes de son âge, qui avaient été élevés avec lui, n’étaient pas de moins bonne maison et ne le lui cédaient pas en valeur, ne fussent point, en continuant à le voir, vexés et disposés à conspirer contre lui, mais que, ne le voyant plus, ils le tinssent pour un être d’une autre nature qu’eux.

 

11Pour arriver à trouver une cité chez les barbares, nous devons passer à une autre dynastie, à travers laquelle s’effectue l’union définitive, qui fit date, entre Mèdes et Perses. C’est précisément sur les Mèdes qu’Hérodote s’arrête longuement, en suivant de nouveau le rythme dynastique à partir de la figure de Déiokès. C’est une histoire magnifique, parmi les plus fascinantes du texte d’Hérodote : Déiokès est l’homme qui réussit à résoudre la situation des Mèdes qui viennent de se libérer des Assyriens et de tomber aussitôt dans l’anomia ; mais Déiokès est aussi, dans ce contexte, un double fondateur, de la basileia des Mèdes et de la cité d’Ecbatane. Les deux dimensions, politique et urbaine, sont liées au point d’être l’expression l’une de l’autre, si l’on en croit le récit d’Hérodote.

12Dès que les Mèdes le choisissent comme roi (βασιλέα), Déiokès prend certaines décisions irrévocables en ordonnant d’abord de lui construire une demeure (οἰκία) digne de la royauté et dotée de gardes du corps (δορυϕόρους), et puis, dans une progression inéluctable (I, 98, 3) : « Quand il eut pris possession du pouvoir, il contraignit les Mèdes à bâtir une ville unique et à consacrer à cette ville leurs soins en se désintéressant des autres agglomérations ». C’est la cité d’Ecbatane qu’Hérodote décrit avec une attention méticuleuse, en s’arrêtant sur les sept ceintures de murailles progressives – « murailles grandes, fortes » et de sept couleurs différentes – qui entourent la demeure de Déiokès en laissant au dehors, irrémédiablement exclu, le peuple qui l’avait choisi.

13La description d’Ecbatane rappelle naturellement la zigourrat mésopotamienne, où l’on connaît bien l’usage de briques colorées pour recouvrir les structures. Mais, au-delà de la réalité et de la vraisemblance de la description, je voudrais m’arrêter ici sur trois éléments qui concernent précisément les modalités descriptives et la signification historique qui dépendent du regard qu’Hérodote pose sur les cités barbares.

14Le premier signal est d’ordre lexical : pour définir Ecbatane, Hérodote utilise non pas le terme de polis, mais celui de πόλισμα ; Ecbatane n’est pas un lieu pensé et construit par le dèmos, mais une sorte de cité/palais qui conserve et protège en son intérieur le palais royal et les trésors et qui exclut volontairement le reste du peuple (I, 99, 1). Si les couleurs utilisées à Ecbatane évoquent aussitôt un monde exotique et « merveilleux », pour la construction des murailles, Hérodote – c’est là le second point – ramène brusquement le lecteur à un monument très connu, les murs d’Athènes (I, 98, 5). Ce rappel est doublement instructif : la comparaison avec un monument connu des Grecs leur permet de « mesurer » mentalement la description, en conférant au πόλισμα un caractère concret et tangible qui le place hors du plan de la pure imagination : Ecbatane, en somme, existe de la même façon qu’existent les murs d’Athènes ; l’une et l’autre ne sont pas seulement des lieux possibles, mais des lieux réels. La comparaison avec Athènes, toutefois, fait résonner un des termes-clefs de la narration hérodotéenne, ἀρχή : la construction du palais est en effet nécessairement fonction de la prise du pouvoir et trouve dans les murailles son expression monumentale la plus visible et la plus éclatante. Il est difficile de ne pas ressentir l’écho de la polémique qui accompagna la construction des Longs Murs ; il est clair qu’à Athènes comme à Ecbatane, les choses visibles disent l’indicible, en déclarant un projet idéologique par le simple fait d’exister.

15Enfin Déiokès, une fois finie la construction du palais, établit un cérémonial rigide (κόσμος) qui ratifie le comportement et l’accès au roi et, ce faisant, confère à sa royauté une aura spéciale, sur laquelle il peut fonder son propre pouvoir, surtout devant ses compagnons et ses congénères (I, 99, 2) : Hérodote – c’est là le troisième point – nous livre ici une bonne réflexion sur le pouvoir.

16À propos d’Ecbatane déjà, donc, nous voyons émerger de nombreux thèmes « sensibles » de ce parcours : l’indication lexicale, la réflexion sur le pouvoir et, c’est un élément important, la comparaison avec Athènes. Tous indiquent de façon très claire que les ἔργα des hommes, et en particulier leurs cités, ne sont pas neutres, mais sont le reflet immédiat des intentions des hommes : Ecbatane est l’expression du désir de tyrannie, de la méchanè et de la lucidité de Déiokès qui, à travers la forme que prend « sa » cité-palais envoie un message très clair à tous ses sujets.

La ville de Babylone

Hérodote, I, 178, 1. Κῦρος ἐπείτε τὰ πάντα τῆς ἠπείρου ὑποχείρια ἐποιήσατο, ’Ασσυρίοισι ἐπετίθετο. Τῆς δὲ ’Ασσυρίης ἐστὶ μέν κου καὶ ἄλλα πολίσματα μεγάλα πολλά, τὸ δὲ ὀνομαστότατον καὶ ἰσχυρότατον καὶ ἔνθα σϕι Νίνου ἀναστάτου γενομένης τὰ βασιλήια κατεστήκεε, ἦν Βαβυλών, ἐοῦσα τοιαύτη δή τις πόλις. 2. Κεῖται ἐν πεδίῳ μεγάλῳ, μέγαθος ἐοῦσα μέτωπον ἕκαστον εἴκοσι καὶ ἑκατὸν σταδίων, ἐούσης τετραγώνου· οὗτοι στάδιοι τῆς περιόδου τῆς πόλιος γίνονται συνάπαντες ὀγδώκοντα καὶ τετρακόσιοι. Τὸ μέν νυν μέγαθος τοσοῦτόν ἐστι τοῦ ἄστεος τοῦ Βαβυλωνίου, ἐκεκόσμητο δὲ ὡς οὐδὲν ἄλλο πόλισμα τῶν ἡμεῖς ἴδμεν. 3. Τάϕρος μὲν πρῶτά μιν βαθέα τε καὶ εὐρέα [καὶ] πλέη ὕδατος περιθέει, μετὰ δὲ τεῖχος πεντήκοντα μὲν πήχεων βασιληίων ἐὸν τὸ εὖρος, ὕψος δὲ διηκοσίων πήχεων· ὁ δὲ βασιλήιος πῆχυς τοῦ μετρίου ἐστὶ πήχεος μέζων τρισὶ δακτύλοισι.

Quand Cyrus eut rangé sous sa domination la totalité du continent, il attaqua les Assyriens. Il y a sans doute en Assyrie beaucoup de villes importantes, mais la plus renommée et la plus forte, celle où depuis la destruction de Ninive le pouvoir royal avait son siège, était Babylone. Voici comment elle est faite. Elle est située dans une vaste plaine ; elle est carrée, et mesure cent vingt stades sur chaque face ; ainsi, le périmètre de la ville a en tout quatre cent quatre-vingts stades. Telle étant l’étendue de l’agglomération urbaine de Babylone, sa belle ordonnance n’avait d’égale dans aucune autre ville que nous connaissions. D’abord, tout autour d’elle court un fossé profond et large, plein d’eau ; ensuite, un mur qui a de large cinquante coudées royales et deux cents de hauteur ; la coudée royale est de trois doigts plus longue que la coudée ordinaire.

I, 180, 1. ’Ετετείχιστο μέν νυν ἡ Βαβυλὼν τρόπῳ τοιῷδε. ῎Εστι δὲ δύο ϕάρσεα τῆς πόλιος· τὸ γὰρ μέσον αὐτῆς ποταμὸς διέργει, τῷ οὔνομά ἐστι Εὐϕρήτης, ῥέει δὲ ἐξ ’Αρμενίων, ἐὼν μέγας καὶ βαθὺς καὶ ταχύς· ἐξιεῖ δὲ οὗτος ἐς τὴν ’Ερυθρὴν θάλασσαν. 2. Τὸ ὦν δὴ τεῖχος ἑκάτερον τοὺς ἀγκῶνας ἐς τὸν ποταμὸν ἐλήλαται· τὸ δὲ ἀπὸ τούτου αἱ ἐπικαμπαὶ παρὰ χεῖλος ἑκάτερον τοῦ ποταμοῦ αἱμασιὴ πλίνθων ὀπτέων παρατείνει. 3. Τὸ δὲ ἄστυ αὐτὸ ἐὸν πλῆρες οἰκιέων τριορόϕων καὶ τετρορόϕων κατατέτμηται τὰς ὁδοὺς ἰθέας, τάς τε ἄλλας καὶ τὰς ἐπικαρσίας τὰς ἐπὶ τὸν ποταμὸν ἐχούσας. 4. Κατὰ δὴ ὦν ἑκάστην ὁδὸν ἐν τῇ αἱμασιῇ τῇ παρὰ τὸν ποταμὸν πυλίδες ἐπῆσαν, ὅσαι περ αἱ λαῦραι, τοσαῦται ἀριθμόν· ἦσαν δὲ καὶ αὗται χάλκεαι, ϕέρουσαι [καὶ αὐταὶ] ἐς αὐτὸν τὸν ποταμόν. 181, 1. Τοῦτο μὲν δὴ τὸ τεῖχος θώρηξ ἐστί, ἕτερον δὲ ἔσωθεν τεῖχος περιθέει, οὐ πολλῷ τεῳ ἀσθενέστερον τοῦ ἑτέρου τείχεος, στεινότερον δέ. 2. Εν δὲ ϕάρσεϊ ἑκατέρῳ τῆς πόλιος ἐτετείχιστο ἐν μέσῳ ἐν τῷ μὲν τὰ βασιλήια περιβόλῳ τε μεγάλῳ [τε] καὶ ἰσχυρῷ, ἐν δὲ τῷ ἑτέρῳ Διὸς Βήλου ἱρὸν χαλκόπυλον, καὶ ἐς ἐμὲ ἔτι τοῦτο ἐόν, δύο σταδίων πάντῃ, ἐὸν τετράγωνον. 3. ’Εν μέσῳ δὲ τοῦ ἱροῦ πύργος στερεὸς οἰκοδόμηται, σταδίου καὶ τὸ μῆκος καὶ τὸ εὖρος, καὶ ἐπὶ τούτῳ τῷ πύργῳ ἄλλος πύργος ἐπιβέβηκε, καὶ ἕτερος μάλα ἐπὶ τούτῳ, μέχρις οὗ ὀκτὼ πύργων. 4. ’Ανάβασις δὲ ἐς αὐτοὺς ἔξωθεν κύκλῳ περὶ πάντας τοὺς πύργους ἔχουσα πεποίηται· μεσοῦντι δέ κου τῆς ἀναβάσιός ἐστι καταγωγή τε καὶ θῶκοι ἀμπαυστήριοι, ἐν τοῖσι κατίζοντες ἀμπαύονται οἱ ἀναβαίνοντες. 5. ’Εν δὲ τῷ τελευταίῳ πύργῳ νηὸς ἔπεστι μέγας· ἐν δὲ τῷ νηῷ κλίνη μεγάλη κεῖται εὖ ἐστρωμένη καί οἱ τράπεζα παράκειται χρυσέη. ῎Αγαλμα δὲ οὐκ ἔνι οὐδὲν αὐτόθι ἐνιδρυμένον· οὐδὲ νύκτα οὐδεὶς ἐναυλίζεται ἀνθρώπων ὅτι μὴ γυνὴ μούνη τῶν ἐπιχωρίων, τὴν ἂν ὁ θεὸς ἕληται ἐκ πασέων, ὡς λέγουσι οἱ Χαλδαῖοι, ἐόντες ἱρέες τούτου τοῦ θεοῦ.

Voilà comment était l’enceinte de la ville. Il y a dans celle-ci deux parties ; car elle est divisée en son milieu par un fleuve, nommé l’Euphrate ; il vient du pays des Arméniens ; c’est un grand fleuve, profond, au cours rapide ; il débouche dans la mer Érythrée. De chaque côté, les bras du mur d’enceinte sont poussés jusqu’au fleuve ; à partir de là, en retour, s’étend le long de chaque berge du fleuve un mur sans mortier en briques cuites. La ville même est remplie de maisons à trois et à quatre étages ; les rues qui la coupent sont droites, en particulier les rues transversales qui se dirigent vers le fleuve. En face de toutes celles-ci, il y avait dans le mur bordant le fleuve des poternes, en nombre égal à celui des voies ; elles étaient elles aussi en airain, et menaient au bord même du fleuve. La muraille dont je viens de parler est la cuirasse de la ville ; à l’intérieur court une autre muraille ; qui n’est guère moins puissante que la première, mais plus étroite. Et, dans chacun des deux parties de la ville, il y avait un groupe central fortifié : dans l’une, la résidence royale, entourée d’une enceinte grande et forte ; dans l’autre, le sanctuaire aux portes d’airain de Zeus Bèlos ; ce sanctuaire existait encore de mon temps ; il forme un carré, de deux stades sur toutes ses faces. Au milieu du sanctuaire est bâtie une tour massive, longue et large d’un stade ; sur cette tour se dresse une autre tour, sur celle-ci de nouveau une autre, jusqu’à huit tours. La rampe qui y monte est construite extérieurement, en spirale autour de toutes les tours ; vers son milieu on trouve une station et des sièges pour se reposer, où ceux qui montent s’asseyent et se délassent. Dans la dernière tour, il y a un grand temple ; dans ce temple, un grand lit garni de belles couvertures ; et, auprès de ce lit, une table d’or. Aucune statue de divinité n’est placée en ce lieu, et aucun être humain n’y passe la nuit, si ce n’est une seule femme du pays, que le dieu a choisie entre toutes, à ce que disent les Chaldéens, qui sont les prêtres de ce dieu.

 

17La ville de Babylone est différente et plus extraordinaire encore. Cyrus se tourne contre elle, déterminé à conquérir aussi les Assyriens. La description de la Babylonie est à juste titre très célèbre et, elle aussi, a longuement attiré l’attention des savants : il s’agissait de reconnaître les éléments de la réalité, à partir des questions traditionnelles portant sur les sources d’Hérodote et sur la possibilité qu’il ait lui-même visité la cité. Mais, là encore, il ne s’agit pas d’établir la véracité de la description d’Hérodote, qui hasarde, à propos du temple, une référence à son temps (I, 181, 2 : « il existait encore de mon temps »), ni d’examiner si un voyage jusqu’à des contrées si lointaines de la côte est plausible ou non. Ce qui nous intéresse, c’est une fois de plus de suivre les stratégies narratives qui sont ici à l’œuvre, pour vérifier si, ici aussi, le regard de l’historien est guidé non pas seulement par le goût du grand et du merveilleux, mais par la conscience d’une différence.

18L’incipit de la description de Babylone est très clair et suggère immédiatement une ressemblance intrinsèque avec Ecbatane (I, 178, 1) : ici aussi, on trouve un πόλισμα, de nouveau le critère d’une grandeur propre à rendre digne de mémoire et donc célèbre (τὸ δὲ ὀνομαστότατον), un lieu, un lien fort avec la royauté. Même si Hérodote, en entamant cette section essentiellement descriptive (quasi technique), utilise de façon un peu inattendue le terme de polis (« Voici comment la polis est faite » : ἐοῦσα τοιαύτη δή τις πόλις), elle est désormais dépourvue de toute valeur politique, parce qu’il est dès lors évident que Babylone elle aussi est une sorte de cité-palais. Deux éléments constitutifs de cette cité sont aussitôt signalés et sont par la suite repris dans le détail dans les chapitres suivants : le puissant apparat défensif et la beauté des décorations (I, 178, 2) ; la cité est défendue par un fossé profond, large et bien équipé pour éviter les effondrements (I, 178, 3 - 179, 2), et par des murs de briques d’où s’ouvrent cent portes de bronze (I, 179, 3), aussi nombreuses que les routes qui débouchent sur le fleuve (I, 180). Le mur est comme une cuirasse (I, 181, 1) et conserve dans sa partie interne, au centre des deux quartiers où l’Euphrate divise la ville, les deux lieux les plus importants, le palais royal (I, 181, 2) et le sanctuaire dédié à Zeus Bèlos (I, 181, 2), à l’intérieur duquel il faut signaler une sorte de tour à grands paliers, où monte une rue qui l’embrasse jusqu’au temple, au sommet (I, 181, 3‑5). La description insiste donc autant sur les rites qui se déroulent dans ce temple et dans les temples qui se trouvent plus bas, que sur l’emploi massif de l’or dans les statues des rois, vénérées par Darius, mais pas par Xerxès. Hérodote conclut pour finir :

Telle étant, Babylone a sans doute eu beaucoup de rois, dont je parlerai dans l’histoire d’Assyrie, et qui embellirent murailles et sanctuaires ; parmi ces souverains, figurent en particulier deux femmes (I, 184, 1 : Τῆς δὲ Βαβυλῶνος ταύτης πολλοὶ μέν κου καὶ ἄλλοι ἐγένοντο βασιλέες, τῶν ἐν τοῖσι ’Ασσυρίοισι λόγοισι μνήμην ποιήσομαι, οἳ τὰ τείχεά τε ἐπεκόσμησαν καὶ τὰ ἱρά, ἐν δὲ δὴ καὶ γυναῖκες δύο).

19Même si c’est un thème fascinant, notre propos n’est pas ici de retracer le profil de Sémiramis ou de la fantastique Nicotris, mais plutôt de reconnaître dans la progression descriptive d’Hérodote un changement significatif : la description de la grande Babylone est faite, il est vrai, à travers un regard d’ensemble qui permet d’en reconnaître les quartiers et les maisons, mais elle en vient dans sa partie finale aux murs, au palais royal et au sanctuaire, les seuls éléments caractérisant le centre urbain, c’est-à-dire ceux où l’on perçoit manifestement la volonté et la marque du roi. Ainsi, Babylone laisse transparaître à travers ses propres structures visibles un monde à la fois merveilleux et étranger.

20Les deux exemples que nous avons évoqués mettent en évidence une sorte de mouvement qui est double. D’un côté, dans la description de ces villes, Hérodote met en relief un aspect qui provoque l’émerveillement : la grandeur, les couleurs, les techniques de construction sont mises en évidence parce qu’elles confèrent à ces πολίσματα l’aura d’une altérité magnifique. Aucune cité grecque n’est semblable à celles-ci et, dans tous les cas, aucune des cités grecques connues par Hérodote n’a ce privilège d’être décrite de façon aussi détaillée. D’un autre côté, toutefois, πόλεις et πολίσματα ne sont pas des ἔργα comme les autres, et ne peuvent être considérés seulement comme les œuvres du génie et de la technique humaine. Ils n’activent pas seulement la curiosité et l’admiration de toute façon irréductibles. Manifestation tangible de la grandeur et de la science des cultures qui les ont voulues, qui les ont dessinées et construites, les cités orientales sont aussi un élément de rapprochement possible avec l’ἑλληνικόν, qui avait trouvé dans la forme de la πόλις son expression la plus achevée. Et c’est sur leur forme, et surtout sur leur sens symbolique et abstrait, que se manifeste la différence irrémédiable entre les cités des Grecs et les cités des barbares.

Le meson des Grecs

21En décrivant Ecbatane et Babylone, nous l’avons vu, l’historien ramène les formes et les espaces à des schémas familiers, à une géométrie reconnaissable ; quelles que soient ses sources, il sait en tout cas recomposer les fragments d’informations dans un dessin d’ensemble : les nombreuses enceintes des murailles, les quartiers dessinés par les voies orthogonales, le rôle de division que joue le fleuve, l’emploi de couleurs et de matériaux différents expriment en tout cas une idée d’ordre et de κόσμος. L’espace urbain est maîtrisé, au même titre que l’espace géographique des pinakes qu’Hérodote connaît certainement ; cet espace est réduit à un système, comparé à des schémas connus et mesurables. La curiosité et le merveilleux ne dérivent pas vers les utopies atemporelles des Éthiopiens et vers l’opposition un peu abstraite des Scythes, mais, aux prises avec les somptueuses villes de l’Empire perse, ils se mêlent aux instruments les plus raffinés de la recherche. Dans ces villes, Hérodote sait reconnaître la beauté et la richesse, la solide science constructive, l’harmonie des formes urbaines auxquelles on peut avec profit appliquer également l’analogie, cet instrument inégalable de la connaissance.

22Mais c’est précisément l’organisation de l’espace qui devient révélatrice : à Ecbatane, les enceintes sont l’une à l’intérieur de l’autre et, toutes ensemble, elles entourent (περί) le palais de Déiokès en le protégeant et en en cachant la vue. À Babylone, le mur externe est comme une cuirasse et entoure un autre mur, plus étroit ; au centre (ἐν μέσῳ) d’un des deux quartiers protégé par une enceinte grande et forte, il y a le palais royal, τὰ βασιλήια. C’est là le point essentiel. Il est bien indiqué, bien qu’il soit interprété en mauvaise part par le Cyrus d’Hérodote, qui déclare avec mépris au héraut spartiate :

Je n’ai jamais eu peur jusqu’à présent d’hommes de cette espèce qui ont au milieu de leur ville un endroit désigné pour s’y réunir et se tromper les uns les autres par des serments (Ι, 153, 1 : Οὐκ ἔδεισά κω ἄνδρας τοιούτους, τοῖσί ἐστι χῶρος ἐν μέσῃ τῇ πόλι ἀποδεδεγμένος ἐς τὸν συλλεγόμενοι ἀλλήλους ὀμνύντες ἐξαπατῶσι).

23Même si l’allusion à l’agora est évidente, l’expression utilisée par Cyrus a un degré d’abstraction plus élevé, et devient le paramètre le plus sûr pour distinguer les espaces grecs des espaces des barbares. Les cités des barbares n’ont ni places ni lieux ouverts, elles sont toutes refermées sur elles-mêmes et, surtout, elles conservent en leur centre ce qu’il y a de plus précieux et dont elles sont l’émanation directe. Le μέσον des cités grecques est en revanche libre, vide, rempli non pas de monuments mais d’hommes ; symboliquement et avec un mouvement centripète, il organise aussi autour de lui l’espace qui l’entoure et le fait de façon équidistante. C’est la cité isonomique, parfaitement circulaire, de quelque façon déjà annoncée par le κύκλος – d’hommes et non de murs ! – du bouclier d’Achille (Il. XVIII, 503‑504 : οἳ δὲ γέροντες εἵατ’ ἐπὶ ξεστοῖσι λίθοις ἱερῷ ἐνὶ κύκλῳ).

24Nous avons appris à reconnaître dans cette circularité la manifestation tangible de l’expérience communautaire des Grecs, qui se déploient autour de leur propre centre et préservent à l’intérieur de celui-ci le feu sacré, symbole et garant de la communauté. Je voudrais m’arrêter sur un dernier point : le centre des cités des barbares, précisément parce qu’il est concret – un ἔργον grand et visible – est nécessairement immuable et toujours égal à lui-même. Le centre, le μέσον, des cités des Grecs, est mobile, dynamique, et à certains égards changeant comme le sont les gestes et les mots qui le définissent à chaque fois. C’est une sorte de vide qui se définit et se circonscrit à chaque fois que quelqu’un y dépose ce qui doit être partagé. Il est vrai que le Grand Roi aussi peut parfois poser un problème ἐς μέσον, pour le soumettre à l’évaluation de ses conseillers, mais, dans le monde grec d’Hérodote, le geste du partage détermine une nouvelle forme de vie en communauté, marquée par la participation. Dans le dialogue sur les formes du pouvoir, Otanès conseille aux Perses de déposer dans le milieu les affaires : « Otanès engageait à remettre à la disposition de tous les Perses la direction des affaires » (ΙΙΙ, 80, 1 : ’Οτάνης μὲν ἐκέλευε ἐς μέσον Πέρσῃσι καταθεῖναι τὰ πρήγματα) ; au lendemain de la mort de Polycrate, Maiandrios déclare : « Or donc, Polycrate a accompli sa destinée ; et moi je mets le pouvoir en commun, je proclame pour vous l’égalité » (III, 142, 3 : ‘Πολυκράτης μέν νυν ἐξέπλησε μοῖραν τὴν ἑωυτοῦ, ἐγὼ δὲ ἐς μέσον τὴν ἀρχὴν τιθεὶς ἰσονομίην ὑμῖν προαγορεύω’) ; Démonax accomplit sa réforme à Cyrène en posant « en commun pour le peuple tout le reste de ce que possédaient précédemment les rois » (IV, 161, 4 : τὰ ἄλλα πάντα τὰ πρότερον εἶχον οἱ βασιλέες ἐς μέσον τῷ δήμῳ ἔθηκε) ; Cadmos de Cos avant de partir en Sicile « avait remis l’autorité au peuple de Cos » (VII, 164, 1 : ‘Ο δὲ Κάδμος […] ἐς μέσον Κῴοισι καταθεὶς τὴν ἀρχὴν οἴχετο ἐς Σικελίην).

25Cet espace conserve une forte valeur abstraite et symbolique et relève de cette écriture géométrique que nous avons déjà rencontrée dans la description des cités orientales, mais, comme ces cités, il a également une dimension concrète qui, à travers le texte d’Hérodote, résonne dans l’expérience réelle de ceux qui en jouissent ; parmi ces derniers, tous les Grecs savaient bien que ce μέσον correspondait toujours aussi à un lieu concret et réel de leurs cités. Un espace vide, précisément, qui a du sens seulement dans la mesure où se réalisent en lui les plus véritables et mémorables ἔργα des Grecs, ceux qu’ils font par le λόγος et la comparaison, irrémédiablement étrangers aux barbares, exclus du cœur de leurs villes occupées par des palais inaccessibles. Ainsi, on comprend bien la méfiance avec laquelle les grands rois regardent les places, ces endroits où les hommes n’obéissent pas, mais dialoguent, ne se plient pas au pouvoir supérieur, mais échangent.

26Un espace que nous pouvons nous représenter comme semblable, à leurs yeux, à la Mélanie imaginaire d’Italo Calvino, qui la décrit en ces termes dans la bouche du Marco Polo des Villes invisibles :

  • 2 It. Calvino, Les villes invisibles, 1996 (1972 pour l’édition originale), Paris, p. 98 (trad. J. T (...)

À Mélanie, chaque fois qu’on arrive sur la place, on se trouve au milieu d’un dialogue : le soldat fanfaron et le parasite qui sort de chez quelqu’un se rencontrent avec le jeune homme dépensier et la courtisane […] On retourne à Mélanie des années plus tard et on retrouve le même dialogue qui se poursuit […]. La population de Mélanie se renouvelle : les acteurs meurent l’un après l’autre et pendant ce temps viennent au monde ceux qui à leur tour prendront place dans le dialogue, celui-ci dans un rôle, celui-là dans un autre2.

Bibliographie

Auteurs anciens

Hérodote, Histoires, livre I, Clio, texte établi et traduit par P.‑E. Legrand, CUF, série grecque 72, Paris, 2009 (1er tirage, 1932).

Hérodote, Histoires, livre III, Thalie, texte établi et traduit par P.‑E. Legrand, CUF, série grecque 92, Paris, 2003 (1er tirage, 1939).

Études

Asheri D. 2005, Erodoto. Le Storie. Libro I. La Lidia e la Persia (7e éd.), Milan.

Brehm J. 2013, Generationenbeziehungen in den « Historien » Herodots, Wiesbaden.

Caliò’ L.M. 2008, « La città insensata. Erodoto e la rappresentazione delle città orientali », RAL IX/19, p. 335‑381.

Caliò’ L.M. 2012, Asty. Studi sulla città greca, Rome.

Dorati M. 2000, Le Storie di Erodoto : etnografia e racconto, Pise.

Hansen M.H., Fischer-Hansen T. 1994, « Monumental Political Architecture in Archaic and Classical Greek Poleis. Evidence and Historical Significance », in D. Whitehead (éd.), From Political Architecture to Stephanus Byzantius, Stuttgart, p. 23‑90.

Hartog F. 1980, Le Miroir d’Hérodote. Essai sur la représentation de l’autre, Paris (2e éd., 2001).

Kuhrt A. 2002, « Babylon », in E.J. Bakkert, I.J.F. de Jong et H. van Wees (éd.), Brill’s Companion to Herodotus, Leyde, p. 475‑496.

Marconi C. 1996, « La città visibile e i suoi monumenti », in S. Settis (éd.), I Greci. Storia, Cultura, Arte, Società, 2. Una storia greca, I. Formazione, Turin, p. 755‑784.

Marconi C. 2001, « L’agora e il santuario. I centri della vita pubblica nella polis di età arcaica e classica », in M. Vetta (éd.), La civiltà dei Greci. Forme, luoghi, contesti, Rome, p. 225‑267.

Meier M., Patzek B., Walter U. et Wiesehöfer J. 2004, Deiokes, König der Meder : eine Herodot-Episode in ihren Kontext, Stuttgart.

Nenci G. (éd.) 1990, Hérodote et les peuples non grecs, Vandœuvres-Genève.

Powell J.E. 1938, A Lexicon to Herodotus, Cambridge.

Vernant J.-P. 1971, Mythe et pensée chez les Grecs. Études de psychologie historique, Paris.

Notes

1 Toutes les traductions du texte d’Hérodote sont de Ph.‑E. Legrand (Legrand 2003 et 2009). Pour les commentaires des passages d’Hérodote cités dans cet article, voir les études de Powell 1938 et de Asheri 2005. Pour la représentation des cités barbares chez Hérodote, voir Hartog 1980, Nenci 1990, Dorati 2000 et Caliò 2008. Sur Déiokès, voir Meier, Patzek, Walter et Wiesehöfer 2004 ; sur Babylone, voir Kuhrt 2002. À propos des éléments importants de la cité grecque, voir Marconi 1996 et 2001. On trouvera une belle étude de la cité grecque, assortie d’une riche bibliographie, dans Caliò 2008. On peut également se reporter aux études développées par le Copenhagen Polis Center et en particulier à Hansen, Fischer-Hansen 1994. Enfin, pour la relation entre espace civique et dimension politique dans la polis grecque, voir Vernant 1971.

2 It. Calvino, Les villes invisibles, 1996 (1972 pour l’édition originale), Paris, p. 98 (trad. J. Thibaudeau).

Auteur

Università Ca’ Foscari Venezia

Acheter

Volume papier

lcdpu.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search