Version classiqueVersion mobile

Dire la ville en grec aux époques antique et byzantine

 | 
Liliane Lopez-Rabatel
, 
Virginie Mathé
, 
Jean-Charles Moretti

Des hommes et des villes

Μικροπολῖται et μεγαλόπολις dans le Banquet des Sophistes d’Athénée

Thierry Grandjean

Texte intégral

  • 1 Thompson 2000.
  • 2 Braund 2000.
  • 3 Smith 1926, p. 1‑40 ; Möller 2000.
  • 4 Glotz 1925, p. 205.

1Originaire de Naucratis, comme le lexicographe Pollux, l’érudit et grammairien Athénée était fort bien placé pour parler des grandes cités de l’Empire gréco-romain. Sa patrie Naucratis est située à 72 km au sud-est d’Alexandrie, la mégapole égyptienne et cosmopolite où Athénée a fait ses études en fréquentant le Musée et la Bibliothèque1. Il s’est ensuite rendu à Rome, la plus grande cité, à l’époque de Commode, sous le règne duquel a lieu le fameux banquet des savants, réunis chez le riche Romain P. Larensis2. Plusieurs de ses compatriotes ont étudié à Athènes à l’époque d’Hadrien, en particulier trois sophistes : le lexicographe Pollux, Apollonios et Proclus. D’ailleurs, Naucratis a été le seul port ouvert aux commerçants grecs depuis sa fondation au viie s. jusqu’à l’avènement des Lagides3. Naucratis est donc reliée aux plus grandes cités : selon la formule de Gustave Glotz, c’est une « sorte de Shanghai antique », un « prototype d’Alexandrie »4. Mais en raison de la corruption qui règne dans ce complexe portuaire, Naucratis est aussi un exemple fameux de ville formée de « petits citoyens » (μικροπολῖται), c’est-à-dire indignes d’être des citoyens honorables.

  • 5 Athénée, Deipnosophistes (éd. Kaibel) : II, 53 ; III, 15 ; VI, 48 ; VI, 103 ; VII, 64 ; VIII, 1 ; (...)
  • 6 Pausanias, VIII, 27 ; Meyer et Lafond 1999, col. 1135, datent la fondation des années 368‑367, tan (...)

2Dans son Banquet des Sophistes, Athénée mentionne de nombreuses cités de toutes les époques, mais aussi de toutes les tailles, à commencer par Mégalopolis, « la Grande Cité », mentionnée quinze fois5, dont le nom a bien été choisi par ses fondateurs : selon Pausanias, cette cité d’Arcadie a été fondée en 371 avant J.‑C. par le synœcisme d’une quarantaine de cités arcadiennes, pour surveiller Lacédémone et s’imposer par sa population6.

  • 7 Athénée, VIII, 331a (incipit du livre VIII). Sur Polybe et Mégalopolis, cf. Henderson 2001.
  • 8 Goulet-Cazé et López Cruces 1994, avec un avis réservé sur le cynisme de Cercidas, p. 276‑279.
  • 9 Athénée, Deipnosophistes VIII, 347d : Cynulque affirme que Cercidas de Mégalopolis est son compatr (...)
  • 10 Romeri 2002, p. 282, traduit le nom de Cynulque (κύων ἕλκειν) par « celui qui (at)tire des chiens  (...)

3Mégalopolis, chez Athénée, est signalée comme la patrie de l’historien Polybe7 et de plusieurs philosophes cyniques : le fameux Cercidas8, et Cynulque9 – dont le nom signifie étymologiquement « le Meneur de chiens »10 –, le chef de file des cyniques attablés chez Larensis lors du Banquet des Sophistes. Ce Cynulque rapporte de nombreuses chries (sentences mémorables) et plaisanteries racontées par le cithariste Stratonikos, en particulier des reproches visant des agissements de « petits citoyens » (μικροπολῖται), terme qui prend un relief singulier quand on pense qu’il est prononcé par Cynulque de Mégalopolis (« de la Grande Cité »).

4Cette opposition entre « grandes » et « petites cités » chez Athénée révèle une tension alimentée par des valeurs politiques et morales, que nous nous proposons d’examiner. Comment distinguer et nommer une grande et une petite cité ? Qu’est-ce qui fait la vraie grandeur ou la bassesse d’une polis ? Quelles relations ces cités entretiennent-elles entre elles ? Sont-elles antagonistes ou complémentaires ? Quel regard ces πόλεις ont-elles sur elles-mêmes et sur les autres ?

  • 11 Cf. entre autres Topalov, Coudroy de Lille, Depaule et Marin 2010 ; Pumain, Paquot et Kleinschmage (...)

5Notre étude s’inscrit dans le courant actuel de la recherche sur le vocabulaire des cités11 et s’appuie notamment sur l’Onomasticon de Pollux. Nous exploitons les travaux les plus récents sur la rhétorique épidictique et la sociologie urbaine.

6Pour mener à bien cette enquête, nous allons partir d’une étude lexicale des concepts de πόλις, de μεγαλόπολις, de μικροπολίτης (car le terme μικρόπολις n’existe pas en grec), mais aussi de μητρόπολις. Comme ces concepts s’opposent en fonction de valeurs, d’un point de vue axiologique, nous poursuivons par une étude rhétorique et philosophique : nous examinons les bons mots de Stratonikos rapportés par Cynulque, en les situant dans la réflexion des rhéteurs sur les topoi encomiastiques (les lieux communs du blâme) et les catégories rhétoriques de ces traits d’esprit (εὐτραπελία entre ἀγροικία et βωμολοχία, « enjouement » entre « rusticité » et « bouffonnerie »). Enfin, nous montrerons, par une étude sociologique, que le regard des grandes cités, centres intellectuels fixant des normes et des valeurs, peut s’analyser en tenant compte des théories de Georg Simmel énoncées dans son ouvrage majeur sur Les grandes villes et la vie de l’esprit (Die Großstädte und das Geistesleben), publié en 1903.

Étude lexicale

  • 12 Athénée emploie 450 fois πóλις (y compris deux occurrences de πτóλις) et 86 fois πολίτης (y compri (...)
  • 13 Hansen 2000, p. 152‑154 ; Hansen 2001, p. 49 ; Hansen 2008, p. 73‑78.

7Quelle définition donner de πóλις chez Athénée12 ? Ce terme possède un vaste champ d’application comme l’ont montré les travaux de Mogens Herman Hansen : dans les sources grecques, on compte au moins sept sens principaux13. Il peut être employé comme synonyme d’acropole/forteresse (ἀκρόπολις), d’ἄστυ (ville), de χώρα (territoire), de πολῖται (citoyens), d’ἐκκλησία (assemblée), de πολιτικὴ κοινωνία (communauté politique) ou d’ἔθνος (peuple). Chez Athénée, πóλις conserve sa polysémie, mais revêt surtout le sens classique de cité-État, composée de la ville et de son territoire, surtout quand les interlocuteurs du dialogue présentent les cités qu’ils nomment, telle une courte notice à la manière de Stéphane de Byzance ou de Strabon. Mais il est frappant de constater que πóλις est souvent mis en relation avec les bourgades et l’hinterland (arrière-pays), parce que c’est à la campagne ou sur les côtes que se trouvent les produits culinaires mentionnés lors du Banquet, en particulier le vin et les poissons. Autre sens très fréquent, celui de « citoyens » (πολῖται) ou même d’« habitants réunis dans une même cité ».

  • 14 Athénée, II, 33 (éd. Kaibel).

8Assez souvent, le nom πóλις est qualifié de μικρά, ou de οὐ μακρά : c’est précisément la petitesse de la cité qui justifie que les convives éprouvent le besoin d’en parler et de la présenter ; dans ce cas, « la petite ville » a un sens descriptif et renvoie uniquement à sa taille. Mais la valeur subjective est fréquente, surtout pour les épithètes dans l’éloge de cité : ainsi, à propos des prunes de Damas, Athénée loue Damas comme « une grande et fameuse ville » (Δαμασκοῦ τῆς πόλεως ἐνδόξου οὔσης καὶ μεγάλης)14.

  • 15 Athénée, I, 36.

9Parmi les épithètes laudatives ou péjoratives les plus intéressantes, citons « la ville de Rome, l’abrégé de l’univers » (πόλιν ἐπιτομὴν τῆς οἰκουμένης)15, parce que « Rome présente un peuple réuni de toutes les parties du globe » (οἰκουμένης δῆμον τὴν Ῥώμην φησί) et que « l’on y voit toutes les villes du monde y former des établissements » (ἐν ᾗ συνιδεῖν ἔστιν οὕτως πάσας τὰς πόλεις ἱδρυμένας). Ce jugement d’Athénée montre l’influence du cosmopolitisme sur la conception de la cité, à l’instar des géographes de l’époque impériale (tels Strabon, Pomponius Mela et Ptolémée) qui ont recensé les villes de l’Imperium, comme le suggère le même passage :

  • 16 Athénée, I, 36, 20c : ἐπιλείποι δ’ ἄν με οὐχ ἡμέρα μία ἐξαριθμούμενον τὰς ἐν τῇ Ῥωμαίων οὐρανοπόλε (...)

Un jour ne suffirait pas, que dis-je un jour ! tous les jours de l’année pris en somme ne seraient pas un temps assez long pour compter les villes qui se trouvent dans cette céleste Rome, tant le nombre en est grand. On y voit des peuples entiers établis, de la Cappadoce, du Pont, de la Scythie, et beaucoup d’autres, qui tous réunis font ainsi un peuple composé de toutes les nations de la terre16.

  • 17 Athénée, VIII, 43.
  • 18 Athénée, VIII, 41.
  • 19 Théognis, Poèmes élégiaques I, v. 39.
  • 20 Allègre 1889, p. 207.

10Ainsi, Athénée célèbre la capitale de l’Empire comme le condensé de nombreux peuples réunis dans une cité cosmopolite. Il affectionne également les métonymies et les analogies : la cité, ce sont ses habitants ; mieux même, par un jeu sur μητρόπολις, la « cité-mère », la ville est rapprochée, par le biais d’une analogie, d’une mère qui a porté un enfant. Ainsi, le citharède « Stratonikos disait qu’il était surtout étonné de la mère de Satyrus le sophiste, en ce qu’elle l’avait porté pendant dix mois, et qu’aucune ville ne pouvait le supporter pendant dix jours »17. De même, une vieille femme de Corinthe dit à Stratonikos : « Je ne sais si ta mère t’a porté dix mois sans que le ventre lui éclate, car il n’y a qu’un jour que tu es dans cette ville, et elle en est déjà toute souffrante »18. Ces bons mots ont sans doute pour origine les élégies de Théognis, où la cité est en train d’accoucher (κύει πόλις)19, mais on peut suggérer aussi une influence de l’iconographie des monnaies représentant la Tychè de la cité à couronne tourelée sous des traits féminins20, associant la ville à une femme.

  • 21 Pausanias, VIII, 27, 2.
  • 22 Pindare, Pythiques II, 1 ; VII, 1.

11En somme, la « grande cité » chez Athénée peut revêtir un sens objectif, notamment Mégalopolis, la cité arcadienne de grande taille, formée par synœcisme21, mais aussi un sens subjectif, comme « la grande cité de Damas », de même que dans les Pythiques de Pindare μεγαλοπόλιες est employé pour l’éloge d’Athènes et de Syracuse, « immense ville »22.

  • 23 Stéphane de Byzance, Ethnica, s.v. « Πολίχνη ».
  • 24 Le terme est employé seulement cinq fois dans les textes du TLG : chez Aristophane (fragment 854 K (...)
  • 25 Fragment 854 Kassel-Austin = fragment 819 Kock.
  • 26 Pédech 1984, p. 15‑69.

12Inversement, « petite cité » chez Athénée est pris dans un sens objectif, aussi bien μικρά, οὐ μεγάλη πόλις que les diminutifs πολίχνιον et πολίχνη (comme Πολίχνη, ville de Crète, chez Stéphane de Byzance)23. En revanche, le composé suffixé en -ικός μικροπολιτικός, rarement attesté dans la littérature grecque24, est pris chez Athénée dans un sens subjectif. Pour en comprendre l’emploi dans les Deipnosophistes, il est nécessaire de se référer à ses modèles des époques classique et hellénistique. Aristophane est le premier à l’avoir employé ; peut-être même l’a-t-il créé comme antonyme péjoratif à partir du terme laudatif μεγαλόπολις, mais le fragment 854 (Kassel-Austin)25 ne contient que le mot μικροπολιτικός et ne permet ni d’identifier la comédie, ni de saisir les nuances du mot. Le deuxième auteur à l’employer est Callisthène26 ; or, ce sont précisément ses Apomnemoneumata de Stratonikos qui forment la source d’Athénée : le texte est identique chez Callisthène, Athénée et le compilateur byzantin auteur de l’Épitomé des Deipnosophistes, donc n’apporte pas de précision supplémentaire. Quant à Pollux de Naucratis, il l’emploie en relation avec le terme μικροπολίτης, le « citoyen d’une petite cité », et en mentionnant sa source, Aristophane. Voici la définition que Pollux donne de μικροπολίτης :

  • 27 Pollux, Onomasticon IX, 25‑26, p. 153 (éd. Bethe, t. II) : Ἀλλ’ ὁ μὲν μεγάλης πόλεως πολίτης μεγαλ (...)

Mais le citoyen d’une grande cité serait appelé μεγαλοπολίτης, tandis que celui d’une petite cité μικροπολίτης, d’où l’expression employée aussi par Aristophane « le fait d’être citoyen d’une petite cité » (τὸ μικροπολιτικόν)27.

13Le témoignage de Pollux éclaire non seulement la formation du mot μικροπολιτικόν, mais aussi l’antonymie entre μεγαλοπολίτης et μικροπολίτης : cette analogie permet de conjecturer le sens péjoratif de μικροπολιτικόν en général et en particulier chez Aristophane, puisque son antonyme μεγαλόπολις est utilisé dans les éloges adressés aux cités.

  • 28 D’après le TLG, μικροπολίτης et μικροπολιτεία sont employés 28 fois.
  • 29 Aristophane, Cavaliers 817‑818 : Σὺ δ’ Ἀθηναίους ἐζήτησας μικροπολίτας ἀποφῆναι / διατειχίζων καὶ (...)

14Pour approfondir le sens de μικροπολιτικός et ses implications, il faut donc, comme le suggère l’Onomasticon, élargir la recherche aux autres composés de la famille de μικροπολιτικός, surtout μικροπολίτης, un peu plus attesté28. Le premier auteur à l’avoir employé est encore Aristophane : on trouve dans les Cavaliers la forme μικροπολίτας. Au Paphlagonien (c’est-à-dire Cléon), qui prétend avoir rendu plus de services à Athènes que Thémistocle, le charcutier adresse ces reproches : Thémistocle a assuré la subsistance et la prospérité de la ville, « mais toi, tu n’as cherché qu’à réduire les Athéniens à l’état de pauvre petit peuple (μικροπολίτας), en les murant et en leur chantant des oracles, et tu te mets au-dessus de Thémistoklès ! »29.

  • 30 Scholies aux Cavaliers, v. 817 : μικροπολίτας : διὰ τὴν ἐκ τοῦ πολέμου στενοχωρίαν τῶν ἀναλωμάτων (...)

15Le nom μικροπολῖται, péjoratif, désigne dans cette pièce représentée en 424 les citoyens athéniens à l’époque du démagogue Cléon, qui vient de remporter un succès en 425 lors de la bataille de Pylos. Le Paphlagonien, nouvel esclave arrivé dans la maison de Dèmos (personnification du peuple athénien), trompe le maître par ses flatteries énoncées comme des oracles. Voilà pourquoi le charcutier reproche au Paphlagonien de chanter des oracles. Les autres allusions politiques sont expliquées dans les scholies aux Cavaliers30 :

Petits citoyens : À cause de la restriction des dépenses et du manque d’hommes, [les Athéniens] se replièrent dans les Longs Murs.

16Ainsi, on comprend que μικροπολῖται désigne un nombre réduit de citoyens du fait de leur confinement et de la guerre, mais aussi, dans ce contexte, une situation misérable.

  • 31 Xénophon, Helléniques II, 2, 10 ; Denys d’Halicarnasse, Antiqu. VIII, 26, 4 ; Plutarque, Vie d’Ara (...)

17Ce terme μικροπολίτης est repris par les historiens, par Philon d’Alexandrie31 et par le sophiste Dion de Pruse, qui, dans son Second discours à Tarse, admoneste les Tarsiens de se plaindre trop vite aux autorités romaines :

  • 32 Dion de Pruse, Or. XXXIV, 46‑47 : Ἀλλ’ ἔγωγε ἠξίουν ἐπιτιμῆσαι λόγῳ πέμψαντας αὐτούς· τοῦτο γὰρ ἦν (...)

Eh bien, pour ma part, je pense qu’il eût été bon d’envoyer une délégation pour leur adresser des reproches – c’eût été là le comportement de gens supérieurs et avisés –, tandis que s’exciter plus qu’il ne faut, s’en remettre tout de suite aux autorités et s’estimer outragés, c’est plutôt se comporter en citoyens d’une toute petite cité32.

  • 33 Dion de Pruse, Or. XXXIV, 47 : « citoyens d’une toute petite cité » (trad. Bost-Pouderon 2011).
  • 34 Pernot 1993, p. 192 ; Grandjean 2005, p. 389‑407.
  • 35 Pernot 1993, p. 212‑214 ; Grandjean 2005, p. 516‑518.

18Dion oppose clairement deux attitudes politiques : ceux qui se comportent bien sont « des gens supérieurs et avisés », alors que ceux qui agissent mal sont des « citoyens d’une toute petite cité (μικροπολιτῶν) »33. Ainsi, la grandeur ou la petitesse d’une cité ne dépend plus de sa taille ou du nombre d’habitants34, mais des actions, qui sont la manifestation des vertus ou des vices, selon le topos encomiastique de la rhétorique35. Par conséquent, la valeur morale de μικροπολῖται est bien attestée sous l’Empire.

19Dans le Banquet des Sophistes, Cynulque, le philosophe cynique, exploite à son tour la valeur péjorative de μικροπολῖται/μικροπολιτικός en citant un nouveau bon mot de Stratonikos :

  • 36 Athénée, VIII, 351d : Ἐκ τῆς δ’ Ἡρακλείας ὡς ἐξῄει τὰς πύλας καὶ περιεσκόπει, ἐρομένου τινὸς τί πε (...)

Comme [Stratonikos] passait les portes d’Héraclée et regardait de tous côtés, quand quelqu’un lui demanda pourquoi il regardait ainsi, il lui dit qu’il avait autant de honte d’être vu en train de sortir de cet endroit que s’il sortait d’un bordel. Apercevant deux criminels attachés au pilori : « Comme c’est agir en citoyens de petite cité (μικροπολιτικόν), dit-il, que de ne pas pouvoir achever complètement son devoir »36.

  • 37 Gilula 2000, p. 425‑426.
  • 38 Sur la tyrannie à Héraclée pontique, voir le témoignage capital de l’historien Memnon, cité par Ph (...)
  • 39 Toutefois, Gilula 2000, p. 423‑433, montre qu’Athénée associe des citations de sources différentes (...)
  • 40 Daléchamps a rédigé en latin un commentaire des Deipnosophistes (édité en 1597 à Genève). Cf. Schw (...)
  • 41 Marchiori 2001, p. 870, note 6.

20La phrase précédente situe le contexte de l’anecdote dans la cité d’Héraclée, très vraisemblablement Héraclée pontique, compte tenu des voyages du cithariste itinérant Stratonikos37 et de la réputation d’Héraclée, cité tyrannique38. Ce pourrait être également le lieu où Stratonikos a vu deux criminels mis au pilori, puisque le récit de Cynulque ne précise pas de nouvelle ville, alors qu’il citait les lieux dans les anecdotes précédentes39. Le terme μικροπολιτικόν fustige les habitants de cette cité, mais que signifie exactement cet adjectif et que reproche précisément Stratonikos aux citoyens de cette πόλις ? Le sens de μικροπολιτικόν a été diversement interprété : selon J. Daléchamps, cité par J. Schweighäuser40 dans son édition des Deipnosophistes, ce terme évoquant la « petite cité » désignerait par antiphrase41 Mégalopolis (la « Grande Cité »), « une ville qui n’est pas sans renommée, et en même temps [Athénée] montre qu’il aurait fallu que ces criminels fussent punis de la peine capitale et pas seulement d’un déshonneur ». Selon cette interprétation, μικροπολιτικόν serait une antiphrase stigmatisant les travers des Mégalopolitains en Arcadie. Mais aucune source ne parle d’un voyage de Stratonikos dans cette région, alors qu’il se rend souvent en Asie. En outre, ce bon mot du cithariste est rappelé aux symposiastes par le cynique Cynulque, qui est précisément originaire de Mégalopolis : le devisant aurait vraisemblablement passé sous silence ce blâme de sa patrie. Or, il est une cité qu’Athénée mentionne à plusieurs reprises dans ces railleries de Stratonikos. Il s’agit d’Héraclée du Pont, parce qu’elle figurait dans une des sources principales, les Mémorables de Stratonikos compilées par Callisthène :

  • 42 Athénée, VIII, 351c‑d (trad. Lefebvre de Villebrune 1789, p. 31‑302, remaniée).

Stratonikos appelait les Rhodiens des Cyrénéens blancs, et Rhodes la ville des amants, Héraclée la Corinthe des hommes, Byzance l’aisselle de la Grèce, les Leucadiens des Corinthiens éventés ou rapides, et les Ambraciotes des Membraciotes. Comme [Stratonikos] passait les portes d’Héraclée…42.

  • 43 Plusieurs commentateurs conjecturent en effet qu’il s’agit plutôt d’Héraclée pontique : cf. Newman (...)

21Dans cette compilation d’anecdotes, Héraclée pourrait bien être la cité visée. Cette identification trouve une autre justification dans le châtiment employé. En effet, l’instrument de supplice appelé κύφων est attesté à Héraclée, sans doute Héraclée du Pont43. Dans la Politique, Aristote mentionne le pilori :

  • 44 Aristote, Politique V, 6, 14‑15, 1306a 31 - 1306b 2 : [14] Γίγνονται δὲ στάσεις καὶ ἐκ τοῦ περιωθε (...)

Des séditions naissent aussi lorsque, au sein de l’oligarchie elle-même, une faction, évincée par une autre, est victime de luttes à propos de mariages ou de procès : comme exemples de ces querelles nées de causes d’ordre matrimonial, il y a celles dont on a parlé, et aussi le cas d’Érétrie, où Diagoras, victime d’une injustice à propos d’un mariage, renversa l’oligarchie des cavaliers ; et c’est à la suite du jugement d’un tribunal qu’une sédition éclata à Héraclée et à Thèbes : le châtiment infligé pour cause d’adultère, justifié en principe, fut appliqué de manière partisane, à Héraclée, contre Euétion, à Thèbes, contre Archias (leurs adversaires poussèrent le ressentiment jusqu’à les faire attacher au pilori, sur l’agora)44.

  • 45 Newman 1902, p. 362‑363.
  • 46 Cette étymologie est confirmée par les savants modernes : cf. Chantraine 1999, p. 601, s.v. « κύπτ (...)
  • 47 Scholies anciennes au Ploutos, v. 476d-e (κύφων), éd. Chantry 2009, p. 390.

22La mise au pilori est désignée de la même manière, avec le verbe δεῖσθαι et le même complément de lieu chez Aristote (δεθῆναι ἐν ἀγορᾷ ἐν τῷ κύφωνι) et Athénée (ἐν τῷ κύφωνι δεδεμένους). Concernant cet instrument de supplice, Newman précise que le κύφων est un joug en bois placé derrière la nuque, qui la maintenait inclinée45. Les scholies anciennes au Ploutos d’Aristophane, en donnant l’étymologie de κύφων, décrivent la posture du condamné : « On dit κύφων en partant du fait que les prisonniers sont obligés de κύφειν46 (courber la tête)47. »

23Mais porter cet instrument n’était pas mortel en soi. C’est pourquoi Stratonikos reproche aux citoyens d’Héraclée de n’avoir pas été jusqu’au bout de leur sanction : avec son cynisme outrancier, il sous-entend que les citoyens auraient dû exécuter directement les deux criminels, plutôt que de se contenter de les attacher à la cangue et de les exposer à la réprobation publique. Selon le cithariste cynique, c’est agir en citoyens de petite cité que de ne pas condamner des criminels à la peine capitale.

24Ainsi, le terme μικροπολιτικός revêt une valeur péjorative chez Athénée, qu’il implique une conception négative des μικροπολῖται, blâmés dans une anecdote rapportée par un symposiaste cynique, alors que Μεγαλοπολίτης a un sens objectif, désignant le citoyen de Mégalopolis : pour faire l’éloge d’une grande cité, Athénée recourt à πόλις avec une épithète méliorative.

25Or, le blâme du comportement de « citoyens de petite cité » a aussi des implications rhétoriques et philosophiques. En effet, les divers reproches adressés aux cités par Stratonikos révèlent les valeurs civiques, mais aussi le regard philosophique porté sur des citoyens qui ne se comportent pas comme ils le devraient.

Étude rhétorique et philosophique

26Pour analyser la rhétorique du blâme de Stratonikos, nous devons d’abord mieux cerner le milieu culturel où il a vécu. Athénée donne sur ce cithariste quelques indications assez précises au livre VIII. Ainsi, on apprend qu’il aurait vécu sous le roi Ptolémée :

  • 48 Ptolémée Ier Sôter : cf. Das Gelehrtenmahl, note à 8.350c, p. 354, et Athenaeus, The Learned Banqu (...)
  • 49 Q. Pompeius Capito, poète épique d’Alexandrie.
  • 50 Philopappos fut consul en 109 après J.‑C.
  • 51 Athénée, VIII, 350c : Πτολεμαίου δὲ τοῦ βασιλέως περὶ κιθαριστικῆς πρὸς αὐτὸν διαλεγομένου φιλονικ (...)

Le roi Ptolémée48, parlant à Stratonikos, et même avec plus de chaleur qu’il n’aurait dû, sur l’art du cithariste, celui-ci lui dit : « Ô roi, manier le sceptre et le plectre sont deux choses bien différentes », comme l’affirme Capiton49, poète épique, au livre IV de ses Commentaires adressés à Philopappos50 […]51.

  • 52 Will 1966, p. 64 et 82.
  • 53 Will 1966, p. 23.

27Si ce témoignage était exact, Stratonikos serait encore vivant sous Ptolémée Ier Sôter, qui régna sur l’Égypte de 305 à 28552 ; en effet, le cithariste l’interpelle avec le vocatif ὦ βασιλεῦ et désigne clairement son attribut royal avec le terme σκῆπτρον ; Ptolémée n’était donc plus satrape (fonction qu’il occupa de 323 à 305)53. Or, nous avons un autre indice sur la période de la mort de Stratonikos :

  • 54 Athénée, VIII, 352d : Φασὶ δὲ καὶ τελευτῆσαι αὐτὸν διὰ τὴν ἐν τῷ γελοίῳ παρρησίαν ὑπὸ Νικοκλέους τ (...)

On affirme aussi que, en raison de sa franchise dans ses plaisanteries, il mourut sur l’ordre de Nicoclès, roi de Chypre, en buvant un poison pour s’être moqué de ses fils54.

  • 55 Sur l’orthographe incertaine du nom « Nicoclès » dans les manuscrits, cf. Schweighäuser, p. 617 (3 (...)
  • 56 Maas 1931, col. 326.
  • 57 Gilula 2000, p. 431.
  • 58 Goulet-Cazé 1999, p. 703, note 4 à Diogène Laërce, Vies et doctrines des philosophes illustres VI, (...)

28Ce Nicoclès55 est probablement le roi de Salamine de Chypre, auquel Isocrate a adressé deux discours ; en effet, il a régné de 374 à 358, alors que Nicoclès, roi de Paphos (Chypre), devait son trône à Ptolémée Ier et mourut en 306. Or, d’après ses anecdotes et ses allusions à l’actualité, Stratonikos a beaucoup plus probablement vécu de 410 à 36056. Le cithariste est donc un contemporain de Nicoclès de Salamine et l’anecdote rapportée par Capiton est assurément apocryphe57. En conséquence, Stratonikos est aussi un contemporain du fameux philosophe cynique Diogène de Sinope, né en 412‑403 et mort en 324‑32158, dont plusieurs blâmes de cités rappellent les chries du cithariste athénien.

  • 59 Athénée, VIII, 348d : Οὐκ ἄκαιρον δ’ εἶναι νομίζω ἔτι καὶ αὐτός, ἐπειδήπερ ἐμνήσθην τοῦ κιθαριστοῦ (...)

29Dans le Banquet des Sophistes, Cynulque de Mégalopolis loue Stratonikos pour son « habileté », sa « sagacité » (εὐστοχία) dans les bons mots59. Ses plaisanteries sont rappelées à la fois dans son portrait en acte et dans l’analyse d’Athénée/Cynulque :

  • 60 Athénée, VIII, 352 b-c : Τοὺς δὲ Ῥοδίους ὁ αὐτὸς Στρατόνικος σπαταλῶνας καὶ θερμοπότας θεωρῶν ἔφη (...)

Stratonikos, voyant que les Rhodiens étaient débauchés et buvaient chaud, les appelait des Cyrénéens blancs. Il nommait Rhodes la ville des amants, trouvant, il est vrai, que pour la débauche les uns différaient seulement des autres par la couleur, mais que, pour le penchant déterminé aux plaisirs, celui de la ville de Rhodes ressemblait parfaitement à celui des amants de Pénélope60.

  • 61 Diogène Laërce, VI, 70‑71.

30Dans ce passage, le citharède blâme la mollesse des Rhodiens, qui veulent éviter de boire froid, alors que les cyniques recommandaient l’ascèse et une vie conforme à la nature61. Stratonikos raille les Rhodiens en les assimilant aux prétendants de l’Odyssée, qui buvaient et festoyaient. Après ce blâme en acte, Athénée analyse succinctement la rhétorique du blâme, en citant un concept-clé de la rhétorique d’Aristote :

  • 62 Athénée, VIII, 352c : Ζηλωτὴς δὲ τῶν εὐτραπέλων λόγων τούτων ἐγένετο ὁ Στρατόνικος Σιμωνίδου τοῦ π (...)

Stratonikos était, à l’égard de ces plaisanteries, l’émule du poète Simonide, selon ce que dit Éphore dans son livre 2 des Inventions : celui-ci ajoute même que Philoxène de Cythère se plaisait aussi à ces bons mots62.

  • 63 Aristote, Rhétorique II, 12, 1389b : Καὶ φιλογέλωτες· διὸ καὶ εὐτράπελοι. Ἡ γὰρ εὐτραπελία πεπαιδε (...)
  • 64 Aristote, Éthique à Nicomaque II, 7, 13, 1108a : Περὶ δὲ τὸ ἡδὺ τὸ μὲν ἐν παιδιᾷ ὁ μὲν μέσος εὐτρά (...)

31Cynulque mentionne les εὐτράπελοι λόγοι, c’est-à-dire des « plaisanteries enjouées, agréables, aimables, spirituelles ». Dans la Rhétorique, Aristote définit la plaisanterie enjouée ou taquinerie (εὐτραπελία) comme « une impertinence polie », « un outrage éduqué » (πεπαιδευμένη ὕβρις)63. Selon l’Éthique à Nicomaque, l’εὐτραπελία est « l’enjouement », une plaisanterie modérée, alors que le vice par excès est désigné par la « bouffonnerie » (βωμολοχία) et le vice par défaut la « rusticité » (ἀγροικία)64. Toutefois, Stratonikos ne se limite pas à cet enjouement plein d’urbanité : il a parfois l’audace de recourir à la liberté de parole, à la παρρησία des philosophes cyniques, ce qui le fait tomber dans l’excès de la bouffonnerie. Cette παρρησία entraîna sa mort à l’époque du roi Nicoclès.

32Mais la plupart du temps, Stratonikos fait des plaisanteries spirituelles, pleines d’urbanité. C’est dans ce milieu urbain, où se diffusent le mieux les valeurs de la παιδεία grecque, que nous trouvons l’origine du blâme des « petits citoyens ».

Étude sociologique et politique

  • 65 Simmel 1995, p. 116‑117 ; Simmel 2013, p. 41‑43 ; Simmel 2007, p. 9‑11.
  • 66 Simmel 1995, p. 118, ligne 1.
  • 67 Simmel 2013, p. 43 ; Simmel 1995, p. 118. Cf. Jonas 2008, p. 64, sur ce passage et l’intellectuali (...)
  • 68 Simmel 2013, p. 58 ; Simmel 1995, p. 125. Sur la liberté des citoyens dans les métropoles modernes (...)
  • 69 Simmel 2013, p. 58‑59 ; Simmel 1995, p. 125.
  • 70 Simmel 2013, p. 59 ; Simmel 1995, p. 125.

33Pour connaître le regard des citadins sur la vie et les valeurs des campagnards à l’époque d’Athénée, le roman pastoral Daphnis et Chloé est très révélateur : le narrateur s’amuse de l’ignorance et de la naïveté des bergers vivant à Lesbos, malgré Théocrite et Sappho. En effet, il peut exister un écart important entre la vision des citadins et celle de simples ruraux. À l’époque contemporaine, le sociologue berlinois G. Simmel explique la mentalité des grandes et des petites cités dans son essai de 1903 : Les grandes villes et la vie de l’esprit (Die Großstädte und das Geistesleben). La grande métropole se caractérise par son intellectualité65 (Verstandesmäßigkeit)66, « reconnue comme une protection de la vie subjective à l’encontre du pouvoir oppresseur de la grande ville »67 : cette qualité s’impose pour Athènes, Alexandrie et Rome. Mais globalement, la cité antique a les traits de la petite ville : G. Simmel l’explique par « la menace constante que des ennemis proches et lointains faisaient peser sur son existence », d’où « la surveillance du citoyen par le citoyen »68. Or, Stratonikos, comme les philosophes cyniques qui voulaient être des chiens de garde pour la πόλις, incarne une certaine mentalité du surveillant de la petite cité, bien qu’il formule le reproche de « petits citoyens » pour d’autres raisons, des raisons morales et non existentielles. G. Simmel a clairement souligné une tension entre deux forces à Athènes : cette métropole avait des citoyens doués d’une individualité exceptionnelle, mais ils étaient obligés de lutter contre la pression d’une petite ville qui réduisait l’individualité69. De là vient l’hostilité des Athéniens pour Socrate et pour les personnalités politiques qu’ils ont ostracisées, mais aussi l’attachement au cosmopolitisme et à l’humaine condition. Car, en abaissant les plus faibles et en incitant les forts à s’affirmer eux-mêmes, Athènes a favorisé l’essor de « l’humain universel » dans le développement spirituel de l’humanité70.

  • 71 Moles 1993, p. 278‑279, montre que l’élément le plus distinctif du cosmopolitisme cynique est l’in (...)

34Toutefois, les reproches de Stratonikos visant les « petits citoyens » se démarquent du cosmopolitisme auquel adhéraient les cyniques comme Diogène71. Le cithariste multiplie les bons mots hostiles à la bigarrure ethnique et aux étrangers. Voici une des plaisanteries les plus virulentes :

  • 72 Athénée, VIII, 351a-b : Ἐν Τειχιοῦντι δὲ τῆς Μιλήτου μιγάδων οἰκούντων ὡς ἑώρα πάντας τοὺς τάφους (...)

Se trouvant à Teichionte, bourgade du district de Milet, et dont les habitants étaient un mélange de gens de diverses nations, il vit qu’il n’y avait que des tombeaux d’étrangers : « Éloignons-nous d’ici, dit-il à son esclave, car il paraît qu’il n’y a que les étrangers qui meurent ici, et non les citoyens »72.

  • 73 Athénée, VIII, 352a : Ἐν μικρᾷ δὲ πόλει διδάσκων ἔφη « Αὕτη οὐ πόλις ἐστίν, ἀλλὰ μόλις » (trad. Le (...)

35Ainsi, Stratonikos incarne le surveillant et le contempteur des cités de l’époque classique. C’est pourquoi il critique les petites cités qui s’écartent des normes et valeurs de la cité autarcique. De la vient qu’une de ses plaisanteries raille l’immoralité des petites villes, comme dans ce calembour : « Donnant quelques leçons dans une petite ville, il dit : “Ce n’est pas ici une ville, mais une vilenie !” »73.

  • 74 Weber 2014, p. 43‑47, sur les critères définitionnels de la ville antique (notamment le statut jur (...)

36Dans le Banquet des Sophistes d’Athénée, la grandeur et la petitesse des cités sont étroitement liées aux réalités géographiques, à la fois à la géographie physique (la στενοχωρία ou étroitesse des territoires) et à la géographie humaine (ὀλιγανθρωπία ou manque de population)74, surtout à l’époque où les cités-États étaient autonomes et aspiraient à vivre en autarcie.

  • 75 Bertrand 2014, p. 35‑45, notamment, p. 39‑43, sur la perfection des villes et l’éloge des cités ch (...)

37Petitesse et grandeur des villes sont également liées aux normes et idées morales soutenues par les élites politiques et intellectuelles. Pour mériter le nom de πόλις, une cité doit avoir des citoyens à la hauteur de ces conceptions éthiques : pour Stratonikos, ces valeurs sont celles de la cité-État classique, alors en pleine mutation à l’époque hellénistique. En revanche, Athénée lui-même, influencé par les concepts de la Seconde Sophistique et par la nostalgie de l’hégémonie athénienne, considère comme grandes cités les grandes métropoles cosmopolites de son époque : Rome, Alexandrie et surtout Athènes. En sophiste rompu à l’éloge, il estime aussi comme grande cité celle qui mérite d’être louée pour une excellence75.

38Pour les sociologues, la grandeur et la petitesse des cités antiques ne sont pas liées strictement à la géographie physique ou humaine. Elles dépendent du regard porté par les citoyens sur les cités : les cités antiques sont de petites cités, car les citoyens n’accèdent pas à l’anonymat des grandes villes, sauf peut-être à Rome, à Alexandrie et à Athènes, ni à l’indépendance : ils sont contrôlés par les élites politiques et intellectuelles. Le regard de Dion de Pruse sur les Tarsiens, comme celui de Stratonikos sur de nombreuses cités, montre que la πόλις antique ne peut pas accéder au statut de grande cité, non seulement pour le comportement des citoyens, mais aussi pour l’obligation de se conformer à un modèle grec de la πόλις.

39Toutefois, une des caractéristiques des grandes cités concerne directement la cité antique : l’importance de la παιδεία, de l’intellectualisation de la vie politique. Les différences de culture et de niveau de culture sont hautement significatives. Athènes reste une grande cité pour Athénée et la plupart des sophistes en raison de son prestige intellectuel et de son capital culturel, alors qu’elle est supplantée par Rome et Alexandrie à tous égards.

40La question du cosmopolitisme et de la ghettoïsation de certains quartiers des cités (comme le quartier juif à Alexandrie) fait difficulté, car elle divise la population entre partisans de l’universalisme du modèle civique et partisans du particularisme des peuples habitant les cités. Athénée semble dépasser ce clivage en considérant Rome comme une grande cité, à la fois parce qu’elle représente un modèle civique pour la terre habitée, et parce qu’elle comprend en son sein une somme de peuples différents, un patchwork culturel qui ne forme pas un creuset, mais au contraire une bigarrure (ποικιλία) à l’image du banquet encyclopédique d’Athénée, de sa compilation de dialogues sur tous les sujets et de son style chatoyant.

Bibliographie

Auteurs anciens

Aristide A., Éloge de Rome, dans Éloges grecs de Rome, traduits et commentés par L. Pernot, Paris, 1997.

Aristophane, Comédies, tome V, L’Assemblée des femmes, texte établi par V. Coulon et J. Irigoin, traduit par H. Van Daele, CUF, série grecque 55, Paris, 2018 (1er tirage, 1983).

Aristophane, Comédies, tome I, Introduction, Les Acharniens, les Cavaliers, Les Nuées, éd. V. Coulon et H. Van Daele, CUF, série grecque 11, Paris, 1972 (1er tirage, 1923).

Aristophane, fragments, in R. Kassel et C. Austin (éd.), Poetae Comici Graeci, vol. III/2, Berlin, 1984.

Aristophane, Traduction nouvelle, tome I : (…) Les Chevaliers, Paris, traduction d’E. Talbot, Paris, 1897.

Aristote, Éthique à Nicomaque, nouvelle traduction avec introduction, notes et index par J. Tricot, Paris, 1994 (1er tirage, 1959).

Aristote, Politique, tome II, 2e partie : livres V‑VI, texte établi et traduit par J. Aubonnet, CUF, série grecque 221, 2002, (1er tirage, 1973).

Aristote, Rhétorique, introduction, traduction, notes, bibliographie et index par P. Chiron, Paris, 2007.

Athénée de Naucratis, Animadversiones in Athenaei Deipnosophistas, Bd. 4, éd. J. Schweighäuser, Strasbourg, 1803.

Athénée de Naucratis, Das Gelehrtenmahl, traduction de C. Friedrich et commentaire de Th. Nothers, vol. III, Buch VII‑X, Stuttgart, 1999.

Athénée de Naucratis, Dipnosophistarum Epitome, éd. S.P. Peppinki, pars I, libri III‑VIII, Leiden, 1937, p. 166, l. 36.

Athénée de Naucratis, Dipnosophistarum libri XV, éd. G. Kaibel, 3 vol., Stuttgart, 1887-1890.

Athénée de Naucratis, I Deipnosofisti. I Dotti a banchetto, éd. L. Citelli et M.L. Gambato (dir.), vol. II, libri VI‑XI, Rome, 2001.

Athénée de Naucratis, Le Banquet des savants, traduit par M. Lefebvre de Villebrune, tome III, livres VII‑VIII, Paris, 1789.

Athénée de Naucratis, Les Deipnosophistes, livres I et II, éd. A.-M. Desrousseaux et Ch. Astruc, Paris, 1956.

Athénée de Naucratis, The Deipnosophists, éd. Ch.B. Gulick, vol. I (LCL, n° 204) ; vol. IV (LCL, n° 235), Londres-Cambridge (Mass.), 1961.

Athénée de Naucratis, The Learned Banqueters, ed. and translated by S. Douglas Olson, vol. IV, Books 8‑10, Londres-Cambridge (Mass.), 2008.

Callisthène, Apomnemoneumata de Stratonikos, in F. Jacoby (éd.), Fragmente der griechischen Historiker, 124 F, fragment 5, l. 35.

Cratinos, Némésis, in R. Kassel et C. Austin (éd.), Poetae Comici Graeci, Berlin, 1983.

Diogène Laërce, Vies et doctrines des philosophes illustres, traduction française sous la direction de M.‑O. Goulet-Cazé, Paris, 1999.

Dion de Pruse dit Dion Chrysostome, Œuvres. Premier discours à Tarse (Or. XXXIII), Second discours à Tarse (Or. XXXIV), Discours à Célènes de Phrygie (Or. XXXV), Discours Borysthénitique (Or. XXXVI), texte établi et traduit par C. Bost-Pouderon, CUF, série grecque 480, Paris, 2011.

Dion de Pruse dit Dion Chrysostome, Œuvres. Discours olympique (Or. XII). À Athènes, sur sa fuite (Or. XIII), texte établi et traduit par G. Ventrella, Th. Grandjean et L. Thévenet, CUF, série grecque 535, Paris, 2017.

Pausanias, Description de la Grèce, tome VIII, L’Arcadie, texte établi par M. Casevitz avec la contribution de J. Marcadé, traduction de M. Jost, CUF, série grecque 345, Paris, 2002 (1er tirage, 1998).

Photius, Bibliothèque, tome IV (« codices » 223‑229), éd. R. Henry, Paris, 1965.

Pindare, Pythiques, texte établi et traduit par A. Puech, CUF, série grecque 8, Paris, 2018 (1er tirage, 1922).

Pollux, Onomasticon, texte établi par E. Bethe, I‑III, Leipzig, 1900‑1937.

Pseudo-Aristote, Rhétorique à Alexandre, éd. P. Chiron, Paris, 2002.

Scholia in Aristophanem, vol. I/2, Scholia in Equites (scholia vetera et scholia Tricliniana), éd. D.M. Jones et N.G. Wilson, Groningen, 1969.

Scholies anciennes aux Grenouilles et au Ploutos d’Aristophane, présentation, traduction et commentaire par M. Chantry, Paris, 2009.

Stéphane de Byzance, Stephani Byzantii Ethnica, éd. M. Billerbeck et A. Neumann-Hartmann, vol. IV (Pi‑Ypsilon), Berlin, 2015.

Théognis, Poèmes élégiaques, texte établi et traduit par J.-Cl. Carrière, CUF, série grecque 109, Paris, 2003 (1er tirage, 1948).

Études

Allègre F. 1889, Étude sur la déesse grecque Tyché : sa signification religieuse et morale, son culte et ses représentations figurées, Bibliothèque de la Faculté des Lettres de Lyon, tome XIV, Paris.

Badian E. 1999, « Kallisthenes », Der Neue Pauly. Enzyklopädie der Antike VI, Stuttgart, col. 203‑204.

Beekes R. 2010, Etymological Dictionary of Greek, vol. I, Leyde.

Bernand A. 1966, Alexandrie la Grande, Paris.

Bertrand J.‑M. 2014, « Quelques mots grecs de la ville antique », in F. Leimdorfer (dir.), Dire les villes nouvelles, Paris, p. 35‑45.

Bittner A. 1998, Gesellschaft und Wirtschaft in Herakleia Pontike. Eine Polis zwischen Tyrannis und Selbstverwaltung, Asia Minor Studien 30, Bonn.

Bost-Pouderon C. 2006, Dion Chrysostome. Trois discours aux villes (Orr. 33‑35), tome II, Commentaires, bibliographie et index, Salerne.

Braund D. 2000, « Learning, Luxury and Empire : Athenaeus’ Roman Patron », in D. Braund et J. Wilkins (éd.), Athenaeus and His World. Reading Greek Culture in the Roman Empire, Exeter, p. 3‑22.

Bresson A. 2007, L’économie de la Grèce des cités (fin vie-ier siècle a.C.), tome I, Les structures et la production, Paris.

Chabot G. 1970, Vocabulaire de géographie urbaine, Strasbourg.

Chantraine P. 1999, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, nouvelle édition avec supplément, Paris (1re édition, 1968).

Choay Fr. et Merlin P. 1988, Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement, Paris.

Dalby A. 2000, « Lynceus and the Anecdotists », in D. Braund et J. Wilkins (éd.), Athenaeus and His World. Reading Greek Culture in the Roman Empire, Exeter, p. 372‑394.

Dorier-Apprill E. 2001 (dir.), Vocabulaire de la ville, Paris, 2001.

Gärtner H.A. 2001, « Stratonikos », Der Neue Pauly. Enzyklopädie der Antike XI, Stuttgart, col. 1047‑1048.

Gilula D. 2000, « Stratonicus, the witty Harpist », in D. Braund et J. Wilkins (éd.), Athenaeus and His World. Reading Greek Culture in the Roman Empire, Exeter, p. 423‑433.

Glotz G. 1925, Histoire grecque, tome I, Des origines aux guerres médiques, Paris.

Goulet-Cazé M.‑O. et Lopez Cruces J.L. 1994, « Cercidas de Mégalopolis », in R. Goulet (dir.), Dictionnaire des Philosophes Antiques, tome II, Paris, p. 269‑281.

Grandjean Th., 2005, Le blâme des cités chez Dion de Pruse, thèse de doctorat, Strasbourg (inédit).

Halm-Tisserant M. 1998, Réalités et imaginaire des supplices en Grèce ancienne, Paris.

Hansen M.H. 1993, La démocratie athénienne à l’époque de Démosthène : structure, principes et idéologie, Paris.

Hansen M.H. 2000, A comparative study of thirty city-state cultures : an investigation, Copenhague.

Hansen M.H. 2001, Polis et cité-État : un concept antique et son équivalent, Paris.

Hansen M.H. 2008, Polis : une introduction à la cité grecque, Paris.

Henderson J. 2001, « From Megalopolis to Cosmopolis », in S. Goldhill (éd.), Being Greek under Rome, Cambridge, p. 29‑49.

Jacob Ch. 2004, « La citation comme performance dans les Deipnosophistes d’Athénée », in C. Darbo-Peschanski (dir.), La citation dans l’Antiquité. Actes du colloque du PARSA (Lyon, ENS LSH, 6‑8 novembre 2002), Grenoble, p. 147‑174.

Jonas S. 2008, « Simmel et Berlin : de la Grande Ville à la Métropole », in S. Füzesséry et Ph. Simay (dir.), Le choc des métropoles. Simmel, Krakauer, Benjamin, Paris.

Legras B. 2010, Hommes et femmes d’Égypte (ive s. av. n. è. - ive s. ap. n. è.) : droit, histoire, anthropologie, Paris.

Lenfant D. 2007, Athénée et les fragments d’historiens. Actes du colloque de Strasbourg (16‑18 juin 2005), Paris.

Lipse J. 1606, De Cruce libri tres, editio ultima, serio castigata, Paris.

Maas S.P. 1931, « Stratonikos (n° 2) », RE IV/A/1, col. 326‑328.

Marchiori A. 2001, Ateneo, I Deipnosofisti. I Dotti a banchetto, vol. II, libri VI‑XI (libro VIII a cura di A. Marchiori), Rome.

Meyer E. et Lafond Y. 1999, « Megale Polis », Der Neue Pauly. Enzyklopädie der Antike VII, Stuttgart, col. 1135‑1137.

Moles J. 1993, « Le cosmopolitisme cynique », in M.‑O. Goulet-Cazé et R. Goulet (dir.), Le Cynisme ancien et ses prolongements, Actes du Colloque international du CNRS (Paris, 22‑25 juillet 1991), Paris, p. 259‑280.

Möller A. 2000, « Naukratis », Der Neue Pauly. Enzyklopädie der Antike VIII, Stuttgart, col. 747‑749.

Newman W.L. 1902, The Politics of Aristotle, vol. IV, Oxford.

Nielesen Th.H. 1999, « The Concept of Arkadia – The People, their Land, and their Organisation », in Th.H. Nielsen et J. Roy (éd.), Defining Ancient Arkadia : symposium, April, 1‑4 1998, Acts of the Copenhagen Polis Centre, vol. 6, Copenhague, p. 16‑79.

Paquet L. 1992, Les Cyniques grecs. Fragments et témoignages, Paris.

Pédech P. 1984, Historiens compagnons d’Alexandre. Callisthène, Onésicrite, Néarque, Ptolémée, Aristobule, Paris.

Pernot L. 1993, La rhétorique de l’éloge dans le monde gréco-romain, Paris.

Pumain D., Paquot Th. et Kleinschmager R. 2006, Dictionnaire La ville et l’urbain, Paris.

Rafele A. 2010, La métropole. Benjamin et Simmel, Paris.

Romeri L. 2002, Philosophes entre mots et mets. Plutarque, Lucien et Athénée autour de la table de Platon, Grenoble.

Simmel G. 1995, Die Großstädte und das Geistesleben, in R. Kramme, A. et O. Rammstedt (éd.), Aufsätze und Abhandlungen 1901‑1908, Band I, Francfort, p. 116‑131.

Simmel G. 2007, Les grandes villes et la vie de l’esprit, traduction par F. Ferlan, Paris.

Simmel G. 2013, Les grandes villes et la vie de l’esprit, Paris.

Smith E.M. 1926, Naukratis : A chapter in the History of the Hellenization of Egypt, Vienne.

Thompson D. 2000, « Athenaeus in his Egyptian Context », in D. Braund et J. Wilkins (éd.), Athenaeus and His World. Reading Greek Culture in the Roman Empire, Exeter, p. 77‑84.

Topalov Chr., Coudroy de Lille L., Depaule J.‑Ch. et Marin Br. (dir.) 2010, L’Aventure des mots de la ville à travers le temps, les langues, les sociétés, Paris.

Weber M. 2014, La Ville, traduit de l’allemand par A. Berlan, Paris (1921, réédition).

Wilkins J. 2000, « Dialogue and Comedy. The Structure of the Deipnosophistae », in D. Braund et J. Wilkins (éd.), Athenaeus and His World. Reading Greek Culture in the Roman Empire, Exeter, p. 23‑37.

Will É. 1966‑1967, Histoire politique du monde hellénistique (323‑30 av. J.‑C.), tomes I‑II, Paris.

Zecchini G. 1989, La cultura storica di Ateneo, Milan.

Notes

1 Thompson 2000.

2 Braund 2000.

3 Smith 1926, p. 1‑40 ; Möller 2000.

4 Glotz 1925, p. 205.

5 Athénée, Deipnosophistes (éd. Kaibel) : II, 53 ; III, 15 ; VI, 48 ; VI, 103 ; VII, 64 ; VIII, 1 ; VIII, 39 ; X, 11 ; XII, 80 ; XIV, 22 ; XIV, 65 ; Épitomé, vol. II.1, 96 ; II.1, 135 ; II.1, 156 ; vol. II.2, 142.

6 Pausanias, VIII, 27 ; Meyer et Lafond 1999, col. 1135, datent la fondation des années 368‑367, tandis que, pour Nielsen 1999, p. 17‑29, la confédération arcadienne date de 370.

7 Athénée, VIII, 331a (incipit du livre VIII). Sur Polybe et Mégalopolis, cf. Henderson 2001.

8 Goulet-Cazé et López Cruces 1994, avec un avis réservé sur le cynisme de Cercidas, p. 276‑279.

9 Athénée, Deipnosophistes VIII, 347d : Cynulque affirme que Cercidas de Mégalopolis est son compatriote.

10 Romeri 2002, p. 282, traduit le nom de Cynulque (κύων ἕλκειν) par « celui qui (at)tire des chiens ».

11 Cf. entre autres Topalov, Coudroy de Lille, Depaule et Marin 2010 ; Pumain, Paquot et Kleinschmager 2001 ; Choay et Merlin 1988 ; Chabot 1970.

12 Athénée emploie 450 fois πóλις (y compris deux occurrences de πτóλις) et 86 fois πολίτης (y compris les formes poétiques et une occurrence du féminin πολιτίδι).

13 Hansen 2000, p. 152‑154 ; Hansen 2001, p. 49 ; Hansen 2008, p. 73‑78.

14 Athénée, II, 33 (éd. Kaibel).

15 Athénée, I, 36.

16 Athénée, I, 36, 20c : ἐπιλείποι δ’ ἄν με οὐχ ἡμέρα μία ἐξαριθμούμενον τὰς ἐν τῇ Ῥωμαίων οὐρανοπόλει Ῥώμῃ ἀριθμουμένας πόλεις, ἀλλὰ πᾶσαι αἱ κατὰ τὸν ἐνιαυτὸν ἀριθμούμεναι διὰ τὸ πλῆθος. καὶ γὰρ ὅλα ἔθνη ἀθρόως αὐτόθι συνῴκισται, ὡς τὸ Καππαδοκῶν καὶ Σκυθῶν καὶ Ποντίων καὶ ἄλλων πλειόνων. οὗτοι οὖν πάντες, ὁ σύμπας δῆμος τῆς οἰκουμένης.

17 Athénée, VIII, 43.

18 Athénée, VIII, 41.

19 Théognis, Poèmes élégiaques I, v. 39.

20 Allègre 1889, p. 207.

21 Pausanias, VIII, 27, 2.

22 Pindare, Pythiques II, 1 ; VII, 1.

23 Stéphane de Byzance, Ethnica, s.v. « Πολίχνη ».

24 Le terme est employé seulement cinq fois dans les textes du TLG : chez Aristophane (fragment 854 Kassel-Austin) ; Athénée, Deipnosophistes VIII, 44 et Épitomé, vol. II.1, 166 ; Callisthène (source d’Athénée), fragment 5 Jacoby 2b, 124 F ; Pollux, Onomasticon IX, 26.

25 Fragment 854 Kassel-Austin = fragment 819 Kock.

26 Pédech 1984, p. 15‑69.

27 Pollux, Onomasticon IX, 25‑26, p. 153 (éd. Bethe, t. II) : Ἀλλ’ ὁ μὲν μεγάλης πόλεως πολίτης μεγαλοπολίτης ἂν λέγοιτο, ὁ δὲ μικρᾶς μικροπολίτης, ὅθεν καὶ Ἀριστοφάνει (fr. 819 Kock) εἴρηται τὸ μικροπολιτικόν.

28 D’après le TLG, μικροπολίτης et μικροπολιτεία sont employés 28 fois.

29 Aristophane, Cavaliers 817‑818 : Σὺ δ’ Ἀθηναίους ἐζήτησας μικροπολίτας ἀποφῆναι / διατειχίζων καὶ χρησμῳδῶν, ὁ Θεμιστοκλεῖ ἀντιφερίζων (trad. Talbot 1897, p. 117).

30 Scholies aux Cavaliers, v. 817 : μικροπολίτας : διὰ τὴν ἐκ τοῦ πολέμου στενοχωρίαν τῶν ἀναλωμάτων καὶ τὴν τῶν ἀνδρῶν σπάνιν συνέστειλαν τὰ τείχη (Scholia in Aristophanem, Jones et Wilson 1969, p. 197).

31 Xénophon, Helléniques II, 2, 10 ; Denys d’Halicarnasse, Antiqu. VIII, 26, 4 ; Plutarque, Vie d’Aratos 9 ; Philon, De somniis I, 39.

32 Dion de Pruse, Or. XXXIV, 46‑47 : Ἀλλ’ ἔγωγε ἠξίουν ἐπιτιμῆσαι λόγῳ πέμψαντας αὐτούς· τοῦτο γὰρ ἦν ὑπερεχόντων καὶ φρονούντων· τὸ δὲ μᾶλλον τοῦ δέοντος κεκινῆσθαι καὶ καταφεύγειν ἐπὶ τὴν ἐξουσίαν εὐθὺς καὶ νομίζειν ὑβρίζεσθαι μικροπολιτῶν μᾶλλον ἀνθρώπων ἐστίν.

33 Dion de Pruse, Or. XXXIV, 47 : « citoyens d’une toute petite cité » (trad. Bost-Pouderon 2011).

34 Pernot 1993, p. 192 ; Grandjean 2005, p. 389‑407.

35 Pernot 1993, p. 212‑214 ; Grandjean 2005, p. 516‑518.

36 Athénée, VIII, 351d : Ἐκ τῆς δ’ Ἡρακλείας ὡς ἐξῄει τὰς πύλας καὶ περιεσκόπει, ἐρομένου τινὸς τί περισκοπεῖ, ‘αἰσχύνεσθαι, ἔφη, μὴ ὀφθῇ, ὥσπερ ἐκ πορνείου ἐξιών’. Ἰδὼν δ’ ἐν τῷ κύφωνι δεδεμένους δύο ‘ὡς μικροπολιτικόν, ἔφη, τὸ μὴ δύνασθαι συμπληρῶσαι’.

37 Gilula 2000, p. 425‑426.

38 Sur la tyrannie à Héraclée pontique, voir le témoignage capital de l’historien Memnon, cité par Photius, Bibliothèque, tome IV, codex 224, p. 48‑58.

39 Toutefois, Gilula 2000, p. 423‑433, montre qu’Athénée associe des citations de sources différentes : lorsqu’il emprunte à Callisthène, les villes sont souvent mentionnées, alors qu’elles ne le sont pas chez d’autres auteurs.

40 Daléchamps a rédigé en latin un commentaire des Deipnosophistes (édité en 1597 à Genève). Cf. Schweighäuser 1803, p. 606.

41 Marchiori 2001, p. 870, note 6.

42 Athénée, VIII, 351c‑d (trad. Lefebvre de Villebrune 1789, p. 31‑302, remaniée).

43 Plusieurs commentateurs conjecturent en effet qu’il s’agit plutôt d’Héraclée pontique : cf. Newman 1902, p. 363.

44 Aristote, Politique V, 6, 14‑15, 1306a 31 - 1306b 2 : [14] Γίγνονται δὲ στάσεις καὶ ἐκ τοῦ περιωθεῖσθαι ἑτέρους ὑφ’ ἑτέρων τῶν ἐν τῇ ὀλιγαρχίᾳ αὐτῶν καὶ καταστασιάζεσθαι κατὰ γάμους ἢ δίκας, οἷον ἐκ γαμικῆς μὲν αἰτίας αἱ εἰρημέναι πρότερον, καὶ τὴν ἐν Ἐρετρίᾳ δ’ ὀλιγαρχίαν τὴν τῶν ἱππέων Διαγόρας κατέλυσεν ἀδικηθεὶς περὶ γάμον· [15] ἐκ δὲ δικαστηρίου κρίσεως ἡ ἐν Ἡρακλείᾳ στάσις ἐγένετο καὶ ἐν Θήβαις, ἐπ’ αἰτίᾳ μοιχείας δικαίως μὲν στασιαστικῶς δὲ ποιησαμένων τὴν κόλασιν τῶν μὲν ἐν Ἡρακλείᾳ κατ’ Εὐετίωνος, τῶν δ’ ἐν Θήβαις κατ’ Ἀρχίου (ἐφιλονείκησαν γὰρ αὐτοὺς οἱ ἐχθροὶ ὥστε δεθῆναι ἐν ἀγορᾷ ἐν τῷ κύφωνι).

45 Newman 1902, p. 362‑363.

46 Cette étymologie est confirmée par les savants modernes : cf. Chantraine 1999, p. 601, s.v. « κύπτω » ; Beekes 2010, p. 805‑806, s.v. « κύπτω ».

47 Scholies anciennes au Ploutos, v. 476d-e (κύφων), éd. Chantry 2009, p. 390.

48 Ptolémée Ier Sôter : cf. Das Gelehrtenmahl, note à 8.350c, p. 354, et Athenaeus, The Learned Banqueters (éd. Olson 2008, p. 101, n. 156).

49 Q. Pompeius Capito, poète épique d’Alexandrie.

50 Philopappos fut consul en 109 après J.‑C.

51 Athénée, VIII, 350c : Πτολεμαίου δὲ τοῦ βασιλέως περὶ κιθαριστικῆς πρὸς αὐτὸν διαλεγομένου φιλονικότερον, « Ἕτερόν ἐστιν, εἶπεν, ὦ βασιλεῦ, σκῆπτρον, ἕτερον δὲ πλῆκτρον », ὥς φησι Καπίτων ὁ ἐποποιὸς ἐν δʹ τῶν πρὸς Φιλόπαππον ὑπομνημάτων. Nous avons remanié la traduction de Lefebvre de Villebrune 1789, p. 297, dont voici le texte original : « Capiton, poète épique, dit, liv. 4 de ses Commentaires adressés à Philoppapus, que le roi Ptolémée, parlant à Stratonicus, et même avec plus de chaleur qu’il n’aurait dû, sur l’art du Cithariste, celui-ci lui dit : Prince, manier le sceptre, et le plectre, sont deux choses bien différentes. »

52 Will 1966, p. 64 et 82.

53 Will 1966, p. 23.

54 Athénée, VIII, 352d : Φασὶ δὲ καὶ τελευτῆσαι αὐτὸν διὰ τὴν ἐν τῷ γελοίῳ παρρησίαν ὑπὸ Νικοκλέους τοῦ Κυπρίων βασιλέως φάρμακον πιόντα διὰ τὸ σκώπτειν αὐτοῦ τοὺς υἱούς.

55 Sur l’orthographe incertaine du nom « Nicoclès » dans les manuscrits, cf. Schweighäuser, p. 617 (352d) et p. 594 (349f).

56 Maas 1931, col. 326.

57 Gilula 2000, p. 431.

58 Goulet-Cazé 1999, p. 703, note 4 à Diogène Laërce, Vies et doctrines des philosophes illustres VI, 20. Cf. Paquet 1992, p. 71 et 118.

59 Athénée, VIII, 348d : Οὐκ ἄκαιρον δ’ εἶναι νομίζω ἔτι καὶ αὐτός, ἐπειδήπερ ἐμνήσθην τοῦ κιθαριστοῦ Στρατονίκου, λέξαι τι περὶ τῆς εὐστοχίας αὐτοῦ τῶν ἀποκρίσεων ; Gärtner 2001, col. 1047.

60 Athénée, VIII, 352 b-c : Τοὺς δὲ Ῥοδίους ὁ αὐτὸς Στρατόνικος σπαταλῶνας καὶ θερμοπότας θεωρῶν ἔφη αὐτοὺς λευκοὺς εἶναι Κυρηναίους. Καὶ αὐτὴν δὲ τὴν Ῥόδον ἐκάλει μνηστήρων πόλιν, χρώματι μὲν εἰς ἀσωτίαν διαλλάττειν ἐκείνων ἡγούμενος αὐτούς, ὁμοιότητι δ’ εἰς καταφέρειαν ἡδονῆς τὴν πόλιν μνηστήρων εἰκάζων.

61 Diogène Laërce, VI, 70‑71.

62 Athénée, VIII, 352c : Ζηλωτὴς δὲ τῶν εὐτραπέλων λόγων τούτων ἐγένετο ὁ Στρατόνικος Σιμωνίδου τοῦ ποιητοῦ, ὥς φησιν Ἔφορος ἐν δευτέρῳ περὶ εὑρημάτων, φάσκων καὶ Φιλόξενον τὸν Κυθήριον περὶ τὰ ὅμοια ἐσπουδακέναι.

63 Aristote, Rhétorique II, 12, 1389b : Καὶ φιλογέλωτες· διὸ καὶ εὐτράπελοι. Ἡ γὰρ εὐτραπελία πεπαιδευμένη ὕβρις ἐστί. « Ils aiment le rire, c’est la raison pour laquelle ils sont taquins. Car la taquinerie est un outrage éduqué » (trad. Chiron 2007).

64 Aristote, Éthique à Nicomaque II, 7, 13, 1108a : Περὶ δὲ τὸ ἡδὺ τὸ μὲν ἐν παιδιᾷ ὁ μὲν μέσος εὐτράπελος καὶ ἡ διάθεσις εὐτραπελία, ἡ δ’ ὑπερβολὴ βωμολοχία καὶ ὁ ἔχων αὐτὴν βωμολόχος, ὁ δ’ἐλλείπων ἄγροικός τις καὶ ἡ ἕξις ἀγροικία. « Passons à l’agrément, et voyons d’abord celui qu’on rencontre dans le badinage : l’homme qui occupe la position moyenne est un homme enjoué, et sa disposition une gaieté de bon aloi ; l’excès est bouffonnerie, et celui qui la pratique, un bouffon ; l’homme qui pèche au contraire par défaut est un rustre, et son état est la rusticité » (trad. de J. Tricot 1994).

65 Simmel 1995, p. 116‑117 ; Simmel 2013, p. 41‑43 ; Simmel 2007, p. 9‑11.

66 Simmel 1995, p. 118, ligne 1.

67 Simmel 2013, p. 43 ; Simmel 1995, p. 118. Cf. Jonas 2008, p. 64, sur ce passage et l’intellectualisation (Vergeistigung) de la vie du citadin dans la métropole.

68 Simmel 2013, p. 58 ; Simmel 1995, p. 125. Sur la liberté des citoyens dans les métropoles modernes et sur l’assujettissement et la perte de liberté dans les petites villes d’autrefois, cf. Rafele 2010, p. 49‑51.

69 Simmel 2013, p. 58‑59 ; Simmel 1995, p. 125.

70 Simmel 2013, p. 59 ; Simmel 1995, p. 125.

71 Moles 1993, p. 278‑279, montre que l’élément le plus distinctif du cosmopolitisme cynique est l’interprétation primitiviste du principe κατὰ φύσιν ζῆν (vivre en accord avec l’ordre naturel).

72 Athénée, VIII, 351a-b : Ἐν Τειχιοῦντι δὲ τῆς Μιλήτου μιγάδων οἰκούντων ὡς ἑώρα πάντας τοὺς τάφους ξενικοὺς ὄντας « Ἀπίωμεν, ἔφη, παῖ· ἐνταῦθα γὰρ οἱ ξένοι ἐοίκασιν ἀποθνῄσκειν, τῶν δ’ ἀστῶν οὐδείς » (trad. Lefèvre de Villebrune 1789).

73 Athénée, VIII, 352a : Ἐν μικρᾷ δὲ πόλει διδάσκων ἔφη « Αὕτη οὐ πόλις ἐστίν, ἀλλὰ μόλις » (trad. Lefèvre de Villebrune 1789).

74 Weber 2014, p. 43‑47, sur les critères définitionnels de la ville antique (notamment le statut juridique et le concept économique de la ville de consommateurs). Cette définition a été récemment remise en cause par les économistes modernes : sur ce point, cf. A. Bresson 2007, p. 14‑18. Sur l’économie des villes et l’« idéal-type » de Max Weber, cf. Hansen 2000, p. 156‑165 ; Hansen 2008, p. 105‑117.

75 Bertrand 2014, p. 35‑45, notamment, p. 39‑43, sur la perfection des villes et l’éloge des cités chez les grands orateurs de la Seconde Sophistique. Cf. Aristide, Éloge de Rome, traduit par L. Pernot.

Auteur

Université de Strasbourg, CARRA (EA 3094)

Acheter

Volume papier

lcdpu.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search