Version classiqueVersion mobile

Dire la ville en grec aux époques antique et byzantine

 | 
Liliane Lopez-Rabatel
, 
Virginie Mathé
, 
Jean-Charles Moretti

Introduction

Liliane Lopez‑Rabatel , Virginie Mathé et Jean‑Charles Moretti

Texte intégral

  • 1 Moles 1993.

1Les sociétés grecques aux époques antique et byzantine ne se sont pas développées dans un monde où la majorité de la population habitait dans des villes, mais elles ont valorisé la vie urbaine et se sont progressivement caractérisées par l’existence d’agglomérations, centres du pouvoir politique et économique, qui ont aussi été les lieux par excellence de la production de textes écrits. Même s’ils n’habitaient pas tous dans des villes, les Grecs se définissaient par leur rattachement à une ville dont le nom était lié au leur : cité indépendante possédant un territoire, capitale d’un royaume, d’une confédération ou d’un empire, avec parfois des imbrications de ces différentes unités politiques. Le terme κοσμοπολίτης (cosmopolitès), citoyen du monde, est rare dans la littérature grecque antique. Il apparaît pour la première fois au iiie s. av. J.‑C. dans les œuvres de Chrysippe. Selon Diogène Laërce (VII, 63), il aurait été employé dès le ive s. par Diogène, qui, quand on lui demandait d’où il était, répondait qu’il était « cosmopolite ». Le philosophe de Sinope l’était entre autres par son choix de vivre dans un pithos, refusant ainsi son intégration à la ville d’Athènes et affichant plus généralement l’hostilité des cyniques envers l’urbain et l’urbanité1. Cette marginalisation volontaire marquait aussi à sa manière l’importance de la ville pour les Grecs. S’interroger sur les façons dont ils ont parlé de leurs villes consiste donc à aborder l’une des questions essentielles de leur mode de vie et de leur rapport à leur environnement.

  • 2 N. Bresch (IRAA-USR 3155, CNRS), R. Bouchon (HiSoMA-UMR 5189, université Lumière Lyon 2), V. Chank (...)

2Le colloque Dire la ville aux époques antique et byzantine, qui s’est tenu à l’université Paris-Est Créteil les 10 et 11 juin 2016 et dont le présent ouvrage constitue les actes, tire son origine des travaux menés dans le cadre du séminaire Les mots grecs de la ville antique. Celui-ci réunit des chercheurs issus d’horizons divers2 qui se sont donné pour tâche depuis novembre 2012 de traduire, commenter et illustrer les § 6 à 50 du livre IX de l’Onomasticon que Pollux de Naucratis composa pour l’empereur Commode. Dans ce vaste recueil de termes grecs permettant de parler d’une façon juste et belle de toutes sortes de sujets, la dizaine de pages occupée par ces paragraphes est consacrée à la polis envisagée surtout dans sa dimension géographique de territoire et d’espace urbain, les aspects proprement politiques de la cité-État faisant l’objet du livre VIII. Ces listes de mots choisis essentiellement dans une longue tradition littéraire par le titulaire de la chaire impériale de rhétorique à Athènes n’ont pas aujourd’hui pour seul intérêt d’attester l’existence de tel ou tel terme relatif à la ville. Elles laissent entrevoir des manières de concevoir la polis, depuis Homère jusqu’à la fin du iie s. ap. J.‑C. Relevant d’abord les mots afférant à la fondation d’une cité, Pollux déploie ensuite le vocabulaire permettant de la qualifier. Dans ce thésaurus dont une des fonctions est d’aider l’empereur à la rédaction de discours, les termes sont parfois classés selon qu’ils peuvent être utilisés pour dénigrer ou louer et les catégories retenues par Pollux répondent aux cadres habituels de l’éloge des cités : situation géographique et possibilités d’accès et d’approvisionnement, ancienneté, peuplement, taille. Le lexicographe évoque aussi les différentes « parties » (μέρη, mérè) de la ville, infrastructures et édifices caractéristiques de l’environnement urbain. Pollux ne propose pas la description d’une ville en particulier, ni même d’un archétype de ville, mais des mots qui permettent de décrire des villes : l’abondance lexicale offre une variété d’images urbaines, passées et contemporaines, réelles et fictives. L’approche adoptée dans le séminaire Les mots grecs de la ville antique n’est donc pas principalement linguistique. Elle relève surtout de l’histoire littéraire et culturelle, puisqu’il s’agit d’être attentif aux phénomènes de transmission des textes, des mots et des idées ; elle tient aussi de l’histoire urbaine, puisqu’il est question d’analyser les rapports entre les manières de concevoir la ville qui se dégagent du vocabulaire rassemblé par Pollux et ce que les études archéologiques, architecturales et topographiques enseignent de la matérialité des espaces urbains.

3L’organisation de la rencontre de Créteil a répondu au désir de comparer ce que nous pouvions percevoir des façons dont les Grecs se représentaient la ville à travers ce lexique écrit par un professeur à Athènes à l’époque impériale avec ce qui ressort de l’analyse de textes d’autres auteurs, d’autres genres et d’autres époques. En intitulant le colloque Dire la ville en grec aux époques antique et byzantine – et non, par exemple, « le vocabulaire de la ville » –, nous entendions mettre l’accent sur les pratiques discursives, souligner ce que l’on gagne à considérer les contextes d’élaboration et de réception des textes, leurs genres et leurs publics, et susciter des études sur la capacité des mots à exprimer, mais aussi à façonner un certain rapport à l’urbain.

État de l’art et objectifs du colloque

  • 3 Hellmann 1992, p. 1‑12, dont nous résumons ici le propos.
  • 4 Choisy 1884.
  • 5 Lattermann 1908.
  • 6 Orlandos, Travlos 1986.
  • 7 Ginouvès, Martin 1985 ; Ginouvès 1992 ; Ginouvès 1998.
  • 8 Kalopissi-Verti, Panayotidi-Kesisoglou 2010.
  • 9 L’ouvrage d’Aurenche (dir.) 1977, s’inscrit dans le même mouvement en cherchant à « relever les em (...)

4Notre projet s’appuie sur les travaux menés sur la terminologie architecturale grecque. Comme le rappelle M.‑Chr. Hellmann dans l’introduction de ses Recherches sur le vocabulaire de l’architecture grecque, d’après les inscriptions de Délos3, celui-ci a fait l’objet d’études dès la seconde moitié du xixe siècle. C’est surtout à partir du moment où furent découvertes des inscriptions relatives à l’architecture (devis, cahiers des charges, comptes) que les analyses se firent plus précises et plus techniques ainsi que l’attestent les Études épigraphiques sur l’architecture grecque d’A. Choisy, publiées en 18844, et les Griechische Bauinschriften d’H. Lattermann, parues en 19085. Si l’inflation documentaire eut raison des tentatives de lexique exhaustif lancées dans la première moitié du xxe siècle, elle permit le développement d’études centrées sur des mots précis, des éléments architecturaux particuliers ou des corpus spécifiques. Celles-ci dépassèrent parfois le cadre strict dans lequel elles avaient d’abord été conçues pour être utiles à des chercheurs travaillant sur d’autres contextes : tel est le cas des Recherches de M.‑Chr. Hellmann. Ces travaux dispersés nourrirent aussi, au tournant des xxe et xxie siècles, des synthèses élaborées collectivement : le Λεξικόν αρχαίων αρχιτεκτονικών όρων d’A. K. Orlandos et I. N. Travlos6, le Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine de R. Ginouvès et R. Martin7 et le Πολύγλωσσο Εικονογραφημένο Λεξικό Όρων Βυζαντινής Αρχιτεκτονικής και Γλυπτικής de S. Kalopissi-Verti et M. Panayotidi-Kesisoglou8. Ces trois derniers ouvrages sont devenus des usuels pour qui s’intéresse aux textes grecs relatifs à l’architecture. Ils se fixent deux objectifs principaux, dont l’un est parfois affirmé de manière préférentielle, sans que l’autre soit totalement absent. D’une part, ils visent à faciliter la compréhension des documents antiques et, dans le cas des deux lexiques en grec moderne, des écrits médiévaux ; d’autre part, ils entendent proposer aux archéologues un langage normalisé, à défaut d’être normatif, afin de rendre plus accessibles la rédaction et la lecture des ouvrages sur l’architecture et l’urbanisme antiques9. Dans ces deux cas, la question référentielle, souvent technique, prime : il s’agit surtout d’associer le bon mot à la chose observée sur le terrain et la bonne chose au mot lu dans le texte.

  • 10 Robert 2016.

5C’est une autre voie que suit le volume collectif Dire l’architecture dans l’Antiquité, dirigé par R. Robert10. Plus que sur des mots isolés, les auteurs des différentes contributions de ce colloque qui s’est tenu à Aix-en-Provence en 2010 s’appuient sur des textes suivis et réfléchissent aux rapports entre architecture et langage. Ils cherchent à mettre au jour l’implicite culturel et social des allusions aux bâtiments et des descriptions architecturales dans la littérature, les traités techniques, les écrits juridiques et les inscriptions.

  • 11 Ginouvès 1998, p. 172‑190.
  • 12 Pour une réflexion critique sur la sociolinguistique urbaine, voir Calvet 2005 ; pour une bibliogr (...)
  • 13 Pour ne citer que des travaux d’actualité au moment où nous écrivons ces lignes, nous signalerons (...)
  • 14 Topalov, Coudroy de Lille, Depaule, Marin (dir.) 2010. L. Coudroy de Lille a prononcé les conclusi (...)

6Toutes ces publications ont principalement pour objets des éléments d’architecture ou des édifices. La ville y apparaît parfois comme un cadre, mais n’y est pas saisie comme une entité, exceptée dans l’une des dernières sections du Dictionnaire méthodique11. C’est essentiellement à cette échelle qu’entendait se placer le colloque cristolien. Il rejoint par là les études menées depuis une vingtaine d’années par des spécialistes des villes modernes et contemporaines sur les mots et les discours de l’urbain. À côté d’une approche sociolinguistique des manières dont parlent de la ville ceux qui y vivent, ceux qui la dirigent et ceux qui la conçoivent12, se sont récemment développés des questionnements sur la capacité des mots à agir sur le réel et à modifier sa perception, questionnements dans lesquels l’examen des implications sociales et politiques du langage, dans ses modalités de production et de réception, n’est pas absent13. Mais, dans la genèse du séminaire Les mots grecs de la ville antique et du colloque Dire la ville aux époques antique et byzantine, c’est L’aventure des mots de la ville, dirigée par Chr. Topalov, L. Coudroy de Lille, J.‑Ch. Depaule et Br. Marin14, qui a été déterminante. Cette entreprise collective retrace le cheminement dans l’espace et dans le temps de termes issus de huit langues vivantes, l’allemand, l’anglais, l’arabe, l’espagnol, le français, l’italien, le portugais et le russe. En 264 articles, quatre grands thèmes sont abordés : les catégories de ville, les divisions de la ville, les types d’habitat, les voies et espaces découverts. S’il ne s’agit pas de transposer telle quelle la démarche pour l’appliquer au grec antique et byzantin, nous faisons nôtre le postulat de l’ouvrage :

  • 15 Topalov, Coudroy de Lille, Depaule, Marin (dir.) 2010, p. XVII‑XVII.

Les mots de la ville ne font pas que décrire le monde urbain, ils contribuent à le constituer […]. En désignant des objets, les mots rassemblent ceux-ci en famille, les séparent d’autres objets ou classes d’objets. Les mots ordonnent, qualifient, évaluent – avant même, souvent, d’être inscrits dans des propositions ou des conversations. L’usage des mots réalise constamment des opérations de classement, dans des systèmes catégoriels plus ou moins complexes – faits de différenciations, de gradations, d’oppositions, de hiérarchisations. Les mots ne font donc pas que décrire, ils constituent des formes de l’expérience du monde et des moyens d’agir dans et sur celui-ci. Les mots sont un donné social, un héritage qui préexiste aux locuteurs, ils résultent aussi d’initiatives des acteurs historiques, ils sont des outils pour la connaissance et l’action. Les mots sont des moyens de s’entendre, ils sont aussi des armes. Ainsi, écrire des histoires de mots est pour nous une façon, inhabituelle sans doute, mais efficace croyons-nous, d’approcher l’histoire sociale et matérielle des villes15.

7L’appel à communications du colloque Dire la ville aux époques antique et byzantine invitait donc à comprendre les mots non comme de simples étiquettes appliquées plus ou moins arbitrairement aux réalités urbaines, mais comme des outils de leur description, comme le résultat des manières de les percevoir et comme des guides du regard que les Anciens et les Byzantins portaient sur celles-ci. Il s’agissait d’étudier le vocabulaire et le langage relatifs à la ville dans les territoires hellénophones de l’Antiquité et du Moyen Âge pour saisir les représentations mentales qui sous-tendaient l’usage des mots et que, dans un mouvement inverse mais simultané, ces derniers construisaient. Sans imposer de restrictions quant à la nature des textes, nous avions suggéré aux contributeurs trois pistes d’analyse, dont ils étaient libres de s’écarter. Tout d’abord, ils pouvaient réfléchir aux diverses manières de dire la ville dans le temps et retracer l’histoire des mots et de leur sens en prêtant attention à la fréquence de leur usage et aux réalités qu’ils recouvrent, selon les contextes, dans un champ lexical ou un champ sémantique particuliers. Ensuite, ils étaient conviés à s’interroger sur les singularités locales ou régionales au sein de l’aire hellénophone et sur les interférences culturelles et linguistiques qui eurent lieu quand les Grecs furent en contact avec d’autres langues et d’autres conceptions de l’espace urbain. Enfin, ils avaient la possibilité d’étudier les milieux dans lesquels ces mots furent employés et ces discours sur la ville furent élaborés.

Présentation des actes

8Les dix-huit contributions qui, lors du colloque, ont abordé ces thématiques ont été réparties dans les actes en quatre chapitres qui reprennent les quatre sections de la rencontre. Le premier, « Des hommes et des villes », composé de quatre articles, évoque les mots pour dire les relations que les Grecs entretiennent avec leurs cités et les visions qu’ils ont de celles des autres. C. Bearzot analyse les termes employés pour exprimer l’amour pour la cité dans un vaste corpus qui embrasse la longue période qui sépare Thucydide au ve s. av. J.‑C. de Pollux de Naucratis au iie ap. J.‑C. Th. Grandjean s’intéresse dans le Banquet des Sophistes d’Athénée à la distinction entre les petites et les grandes cités et à la tension politique et morale qu’elle révèle. St. de Vido analyse quant à elle en quoi la description des « villes visibles » d’Hérodote instaure une frontière infranchissable entre les πόλεις (poleis) et les cités-palais d’Orient, étude à laquelle fait écho celle de Fl. Frisone et de M. Lombardo qui se proposent de mettre en lumière les différences dans l’emploi du terme πόλις (polis) pour qualifier les cités non grecques d’Occident dans les œuvres d’Hécatée de Milet, de Thucydide et d’Hérodote.

9Le chapitre « Composantes et composition de l’espace urbain » regroupe cinq articles relatifs aux édifices qui font la ville et aux différentes formes urbaines. Le premier est consacré à une enquête menée par St. Maillot sur l’habitat collectif et locatif dans le monde égéen aux époques classique et hellénistique à travers une étude du mot συνοικία (synoikia). C’est à l’architecture domestique en milieu urbain qu’est également consacré l’article écrit par S. Rougier-Blanc. La contribution de C. Durvye et de J.‑Ch. Moretti porte sur l’adjectif θεατροειδής (theatroeidès) et explicite les rapports morphologiques et fonctionnels que la métaphore établit entre l’édifice théâtral et les villes qui ont « l’aspect d’un théâtre », au nombre desquelles figure Jérusalem, dont la topographie antique et moderne est étudiée par A. Dan et D.‑M. Cabaret, qui reprennent une partie des développements de l’article précédent. Enfin, G. Larguinat-Turbatte s’attache à analyser la façon de nommer les composantes urbaines, espaces, lieux ou édifices comme éléments de repérage en Carie et en Ionie à l’époque hellénistique.

10Dans le troisième chapitre, « Nommer et classer les villes », les cinq contributeurs s’intéressent aux différentes manières dont le vocabulaire traduit ou impose une typologie. Dans une première étude, V. Tosti se demande si la définition de Sparte comme πόλις κατὰ κώμας (polis kata kômas), propre à Thucydide, relève de la classification ou de la description d’une matérialité urbaine. C’est en Macédoine que les deux articles suivants nous conduisent : Fr. Landucci s’intéresse à l’emploi du vocabulaire de la cité au cours d’une période qui va du règne d’Archélaos à celui de Cassandre (413 à 297 av. J.‑C.), tandis que J. Demaille retrace l’histoire de la dénomination des cités de Dion et de Philippes, dans le but de préciser l’évolution de leur statut juridique. C. Saliou se propose, quant à elle, à travers l’analyse des occurrences du terme κάστρον (kastron) dans les sources de l’Antiquité tardive, d’établir une typologie des implantations urbaines ainsi désignées et d’en dégager l’enjeu historique. À partir de sources de la période byzantine, essentiellement épirotes, ce sont les villes d’Épire et la façon de les nommer qui sont étudiées par Br. Oswald dans le dernier article de cette section.

11Enfin, le chapitre « Des villes dans un empire » réunit quatre articles portant sur Dion de Pruse, Aelius Aristide et Pausanias, dans les ouvrages desquels les discours sur les villes rejoignent des considérations politiques et culturelles propres à l’époque impériale. Dans une étude consacrée aux Discours aux villes de Dion de Pruse, É. Guerber a pour objectif d’examiner en quoi la mention des monuments de la ville permet de cerner un modèle de cité sur lequel le sophiste évergète entend s’appuyer pour servir sa politique édilitaire. M. di Franco analyse ensuite dans le discours En l’honneur de Rome d’Aelius Aristide quelle description de Rome est présentée, avec quels mots, et quelle est la portée politique de ce discours prononcé par un membre de l’élite hellénophone de l’Empire romain. L’article suivant porte également sur des textes relevant de l’éloge des villes propres à la Seconde Sophistique, mais cette fois sur les discours relatifs à Smyrne d’Aelius Aristide : J.‑L. Vix y étudie comment le sophiste dépasse, en décrivant la ville comme un corps vivant, le recours aux topoi du genre pour définir un espace urbain plus personnel destiné à mettre en valeur l’importance culturelle de la cité de Smyrne. En clôture de cette section, O. Gengler s’appuie sur la description de la cité phocidienne de Panopée pour tenter de proposer une définition de la ville dans l’œuvre de Pausanias.

Sources et méthodes d’analyse

12De la poésie homérique à la Chronique des Tocco et des tablettes mycéniennes aux inscriptions de la mosaïque de Madaba représentant Jérusalem, que nous avions retenue pour l’affiche de la rencontre, il ne manque pas de textes qui mentionnent des villes réelles ou fictives, de Marseille à Ecbatane, les nomment, désignent leurs composantes, décrivent leur composition et les modes de vie de leurs habitants. Le présent colloque a été l’occasion d’invoquer beaucoup de textes littéraires à commencer par les poèmes homériques : l’Iliade, poème d’une ville assiégée, et l’Odyssée, errance d’Ulysse retournant dans sa ville d’origine. Les historiens ont été souvent cités : pour la fin de l’époque archaïque et l’époque classique, Hécatée de Milet, Hérodote, Thucydide et, dans une moindre mesure, Xénophon ; pour les époques hellénistique et impériale, Diodore de Sicile, Polybe, Flavius Josèphe, Arrien et Appien ; pour la période byzantine, Jean Malalas et plusieurs chroniqueurs. La présence de géographes, et en particulier de Strabon, de Pausanias, des auteurs d’éloges de villes (Dion de Pruse, Aelius Aristide) et des lexicographes était attendue. Mais bien d’autres textes se sont révélés être d’importantes sources d’information comme ceux des orateurs attiques, les Caractères de Théophraste, les Mimes d’Hérondas, la Lettre d’Aristée à Philocrate, les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes ou les œuvres de Libanios. Les inscriptions n’ont pas été oubliées bien qu’elles fournissent des informations plus riches sur le vocabulaire des bâtiments, publics surtout, que sur celui de la ville. Elles ont surtout été évoquées pour étudier des mots désignant des réalités dont on a cherché à comprendre le sens et l’usage, pour attester la présence de tel ou tel type d’édifice dans une ville ou pour connaître des noms de villes, recherches pour lesquelles les papyrus et les légendes monétaires ont ponctuellement été invoqués. Tous les passages mentionnés et commentés n’ont pas été cités in extenso et traduits, mais les plus importants l’ont été, soit au fil des contributions, soit dans des corpus rassemblés à la fin de tel ou tel article, ce qui fait du présent volume un recueil de textes, dont beaucoup sont peu connus et auxquels les indices verborum et locorum facilitent l’accès.

13Les sources prises en compte par les auteurs des articles ici rassemblés témoignent d’une grande diversité, tant du point de vue typologique et chronologique que de celui du contexte de leur production et de leur réception : textes narratifs à visée historique, écrits émanant des autorités ou encore discours performatifs. Tout aussi variées sont les méthodes d’analyse mises en œuvre, conditionnées par le genre des textes et la nature du corpus étudié.

14Les auteurs des contributions ont souligné, chaque fois que cela était possible, l’écart entre l’énoncé et son référent et la part du subjectif ou de l’implicite, variable selon le statut des textes. Les écrits historiques, comme l’évocation de la cité de Sparte par Thucydide ou les cités des « autres » décrites par Hérodote, les discours encomiastiques de Dion de Pruse ou d’Aelius Aristide ou encore les inscriptions déliennes, pour ne prendre que quelques exemples, ont été étudiés en tenant compte de l’intention des auteurs et de la charge conative contenue dans ces différentes façons de discourir sur la ville, en relation avec le statut socioculturel et politique des auteurs.

15L’ampleur du corpus considéré a également conduit à des approches différentes. Dans le cadre d’un corpus nettement délimité, qu’il s’agisse de l’œuvre d’un auteur, considérée dans son intégralité ou partiellement étudiée, d’un ensemble de textes dont le regroupement obéit à des logiques lexicales, thématiques, géographiques ou architecturales, on a pu par exemple analyser toutes les occurrences connues de l’adjectif θεατροειδής (theatroeidès), présenter une étude statistique des citations de monuments publics dans l’œuvre de Pausanias, ou encore classer, après leur recension presque exhaustive dans les inscriptions des cités d’Ionie et de Carie de l’époque hellénistique, les mentions de lieux, d’espaces ou d’édifices considérés comme autant de repères relatifs dans le tissu urbain. D’autres études ont embrassé un large ensemble de textes pour retracer l’histoire de l’emploi d’un mot, comme κάστρον (kastron) dans les sources de l’Antiquité tardive, ou pour analyser la façon de désigner une composante de la ville, comme l’habitat domestique dans la poésie et la prose de l’époque archaïque à l’époque hellénistique, pour ne citer que deux exemples. Certains corpus sont constitués de textes et de vestiges archéologiques qui ont été mis en regard : ont ainsi été étudiés, entre autres, les traces d’occupation de l’époque géométrique à l’époque hellénistique de la cité de Sparte pour les confronter à la vision thucydidéenne de cette πόλις κατὰ κώμας (polis kata kômas) ou les vestiges d’édifices dédiés à l’habitat collectif, les συνοικίαι (synoikiai) du Céramique, d’Olynthe ou de Délos. Enfin, d’autres sources ont été convoquées ponctuellement comme éléments de comparaison ou de référence éclairant les corpus délimités par les contributeurs.

16Certains articles portent ainsi sur un mot pris isolément, étudié le plus souvent aussi bien dans sa famille lexicale que dans son spectre sémantique. Ce sont dans la plupart des cas des substantifs, qui se réfèrent à la forme et au statut de la ville : πόλις (polis), en regard de πόλισμα (polisma), πολίχνιον (polichnion), ἄστυ (astu), κάστρον (kastron) et ses synonymes, ὀχύρωμα (ochyrôma), παρεμβολή (parembolè), φρούριον (phrourion). Plus rarement ces mots désignent l’architecture domestique et privée ou dévolue à l’activité artisanale comme οἶκος (oikos), οἴκημα (oikèma), δῶ (), δῶμα (dôma), συνοικία (synoikia). Une locution lexicale, la πόλις κατὰ κώμας (polis kata kômas) fait l’objet principal d’un article, mais est aussi citée dans d’autres études. Les emplois de deux adjectifs et de certains de leurs dérivés, φιλόπολις (philopolis) et l’adjectif substantivé τὸ φιλόπολι (to philopholi), θεατροειδής (theatroeidès) et son équivalent adverbial, ont été analysés ainsi que des associations de mots de nature différente mais se rapportant à la même notion comme c’est le cas de μεγαλόπολις (megalopolis), μικροπολίτης (mikropolitès) – μικρόπολις (mikropolis) n’étant pas attesté – et de μητρόπολις (mètropolis).

17L’objectif de ce colloque n’étant pas essentiellement linguistique, ces mots ont le plus souvent été étudiés en fonction du contexte culturel, historique, politique, archéologique et social dans lesquels ils furent employés. Si l’on a cependant parfois prêté attention à la variation d’emploi et de sens entre le singulier et le pluriel ou à la portée de la dimension bilingue (grec, latin) ou multilingue (grec, latin, syriaque) de certains usages, les contributions ne proposent ni étude étymologique approfondie, ni étude de la fonction normative ou prescriptive de certains passages, comme on peut le faire pour l’Onomasticon de Pollux de Naucratis, qui est cité de temps à autre comme corpus de référence. De telles recherches n’étaient pas attendues dans le cadre du colloque.

18L’étude des noms propres de villes, en revanche, n’a pas été délaissée. Faire l’histoire de la dénomination de plusieurs cités macédoniennes antiques, actuellement connues comme Thessalonique, Dion ou Philippes, a été l’occasion de retracer leur évolution urbanistique et juridique. Dans les cités d’Ionie et de Carie, l’enquête sur les noms des lieux ou des édifices structurants de la ville a dévoilé la part importante accordée aux termes génériques, noms parfois assortis d’un adjectif, en même temps qu’elle laisse apparaître pour certains monuments publics la trace des dynastes et des évergètes qui ont contribué à leur construction.

19Si le titre de la plupart des contributions annonce comme préalable une étude portant sur les mots et les modalités d’expression du fait urbain, de ses réalités et de ses représentations réalistes ou fictives, elles dépassent toutes ce premier niveau : l’objectif ultime est toujours d’interroger les façons de dire la ville pour en comprendre les enjeux. De façon récurrente – et attendue – sont analysés le rapport entre ville et cité, le lien entre le nom des villes et leur statut juridique, notamment à l’époque impériale pour les colonies ou à l’époque byzantine pour les villes issues d’implantations militaires.

20La question de la forme de la ville est omniprésente. On s’est interrogé d’une part sur le processus d’agglomération d’habitats isolés tout en analysant la portée politique de ce mouvement et en étudiant, dans de rares cas, les liens entre la ville et son territoire. On l’a ainsi fait pour les villes de l’Épire byzantine à travers l’étude du terme χώρα (chôra), désignant traditionnellement la « campagne », le « pays » ou la « région », mais employé ici de façon plus inattendue pour nommer une partie du κάστρον (kastron), ou sa totalité et comme synonyme du mot πόλις (polis). On s’est d’autre part interrogé sur le degré de monumentalisation des villes en considérant la présence ou l’absence de murailles, d’édifices dévolus à l’activité politique et, dans une moindre mesure, à l’activité religieuse. Ce sont, d’après Hérodote, les ἔργα (erga) qui définissent la ville grecque par rapport aux cités-palais des peuples barbares. Dès lors, on a tenté de repérer les références – parfois implicites – à la ville grecque ou romaine en tant que cité pourvue d’une architecture emblématique, dont on s’est demandé selon quels rapports elle définit l’urbanité ou le statut politique en fonction des contextes géographiques et historiques.

21Mais les termes qui disent la ville ne font pas seulement connaître des ensembles architecturaux réels ou imaginés, les composantes qui s’y trouvent, leurs dispositions et leur statut juridique. Ils sont porteurs de jugements, de valeurs, de sensibilités, qui n’ont pas moins été pris en compte et qui, pour beaucoup, s’expriment avec des mots – des adjectifs particulièrement – que Pollux a consciencieusement recueillis dans son Onomasticon, dont l’un des grands intérêts consiste justement à avoir associé dans des mêmes champs lexicaux substantifs, adjectifs, verbes et adverbes. Le rapport des Grecs à la ville paraît avoir relevé de l’ἦθος (èthos), d’un caractère qui s’exprimait par des jugements moraux, politiques et esthétiques, voire religieux et philosophiques. Étudier les manières de dire la ville revient ainsi à chercher à comprendre les manières d’habiter un espace urbain qui n’est pas un simple cadre architectural produit par ses habitants et ceux qui les ont précédés, mais un environnement social et culturel qui façonne l’individu et la communauté.

Remerciements

22Le colloque s’est inscrit dans la tradition des études sur la ville menées à l’université Paris-Est Créteil, au sein de son équipe d’historiens, le Centre de recherche en histoire européenne comparée (EA 4392), et dans le cadre du Labex Futurs Urbains à travers le groupe transversal « Usages de l’histoire et devenir urbain » : les financements accordés par ces trois institutions ont rendu possible cette rencontre. Il en va de même de l’Institut universitaire de France par l’intermédiaire de P. Chiron, de l’École pratique des hautes études grâce à l’implication de C. Saliou, de l’Institut de recherche sur l’architecture antique (CNRS, AMU, université Lumière Lyon 2, UPPA) et de plusieurs des établissements de rattachement des orateurs. Sans ces soutiens, le colloque n’aurait pu avoir lieu. Outre les trois éditeurs scientifiques de ces actes, le comité scientifique du colloque était composé de V. Azoulay (alors à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée, EA 3350 ACP, IUF), J. du Bouchet (université Paul-Valéry Montpellier, EA 4424 CRISES), P. Chiron (université Paris-Est Créteil, EA 4395 LIS, IUF), L. Coudroy de Lille (Institut d’urbanisme de Paris, EA 3482 Lab’Urba), S. Gotteland (université Bordeaux Montaigne, UMR 5607 Ausonius), S. Milanezi (université Paris-Est Créteil, EA 4392 CRHEC), A. Papaconstantinou (University of Reading) et C. Saliou (université Paris 8, HPSS-EA 1571 et UMR 8167, EPHE) : qu’ils soient tous remerciés pour leur travail de sélection des communications et leur participation active aux discussions lors des deux journées cristoliennes. Il faut enfin saluer l’action de B. Moquillon, G. Liarte, Cl. Bourdille, M.‑A. Paquita et S. Marty, qui ont veillé à la mise en œuvre pratique de ce colloque.

23La publication des actes a été portée essentiellement par le CRHEC, la ville restant une des thématiques fortes de l’axe « Mobilités, frontières, territoires » du projet scientifique du laboratoire dans les cinq années à venir. L’IRAA a également contribué à la réalisation de cet ouvrage. Nos derniers remerciements vont aux éditions de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée pour avoir accepté le manuscrit, à l’ensemble de son service des publications pour avoir mené à bien l’édition de cet ouvrage et tout particulièrement à Clarisse Lachat, qui a assuré le secrétariat d’édition et la composition de l’ouvrage.

24Nous dédions ce travail à la mémoire de G. Rougemont, sans lequel nous ne nous serions pas rencontrés, en hommage à la grande qualité de son enseignement et en souvenir de son amour des mots grecs et français.

Avertissement

25Si nous avons veillé à la cohérence des manières de translittérer les mots grecs, notamment les toponymes, au sein d’un même article, nous n’avons pas souhaité le faire dans l’ensemble de l’ouvrage : les usages, selon la langue utilisée par les auteurs des articles et selon les auteurs eux-mêmes, sont variables (kappa transcrit par c ou par k, upsilon par u ou par y, voyelles longues avec ou sans accent, etc.). Dans l’index, nous reprenons généralement les choix des auteurs.

Bibliographie

Aurenche O. (dir.) 1977, Dictionnaire illustré multilingue de l’architecture du Proche Orient ancien, Collection de la Maison de l’Orient méditerranéen ancien 3, Série archéologique 2, Lyon.

Calvet L.‑J. 2005, « Les voix de la ville revisitées. Sociolinguistique urbaine ou linguistique de la ville ? », Revue de l’Université de Moncton 36/1, Signalétiques et signalisations linguistiques et langagières des espaces de villes (configurations et enjeux sociolinguistiques), p. 9‑30.

Choisy A. 1884, Études épigraphiques sur l’architecture grecque, Paris.

Fijalkow Y. (dir.) 2017, Dire la ville, c’est faire la ville : la performativité des discours sur l’espace urbain, Villeneuve d’Ascq.

Ginouvès R. 1992, Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine, t. II, Éléments constructifs : supports, couvertures, aménagements intérieurs, CEFR 84, Rome.

Ginouvès R. 1998 Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine, t. III, Espaces architecturaux, bâtiments et ensembles, CEFR 84, Rome.

Ginouvès R., Martin R. 1985, Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine, t. I, Matériaux, techniques de construction, techniques et formes du décor, CEFR 84, Rome.

Hellmann M.‑Chr. 1992, Recherches sur le vocabulaire de l’architecture grecque, d’après les inscriptions de Délos, BEFAR 218, Athènes.

Kalopissi-Verti S., Panayotidi-Kesisoglou M. 2010, Πολύγλωσσο Εικονογραφημένο Λεξικό Όρων Βυζαντινής Αρχιτεκτονικής και Γλυπτικής, Héracleion.

Lattermann H.W.A. 1908, Griechische Bauinschriften, Dissertationes philologicae Argentoratenses selectae 13/3, Strasbourg.

Mathé V., Moretti J.‑Ch., Rabatel L. 2015, « Les mots grecs de la ville antique d’après l’Onomasticon de Pollux », Histoire urbaine 42, p. 163‑178.

Moles J. 1993, « Le cosmopolitisme cynique », in M.‑O. Goulet-Cazé et R. Goulet (éd.), Le Cynisme ancien et ses prolongements : actes du colloque international du CNRS (Paris, 22‑25 juil. 1991), Paris, p. 258‑280.

Orlandos A.K., Travlos I.N. 1986, Λεξικόν αρχαίων αρχιτεκτονικών όρων, Βιβλιοθήκη της εν Αθήναις Αρχαιολογικής Εταιρείας 94, Athènes.

Ratouis O. 2003, « Bibliographie de sémantique urbaine », Mots. Les langages du politique 72, p. 91‑93.

Robert R. (dir.) 2016, Dire l’architecture dans l’Antiquité, Paris.

Topalov Chr., Coudroy de Lille L., Depaule J.‑Ch., Marin Br. (dir.) 2010, L’aventure des mots de la ville, Paris.

Notes

1 Moles 1993.

2 N. Bresch (IRAA-USR 3155, CNRS), R. Bouchon (HiSoMA-UMR 5189, université Lumière Lyon 2), V. Chankowski (HiSoMA-UMR 5189, université Lumière Lyon 2), C. Durvye (IRAA-USR 3155, Aix-Marseille Université), S. Gotteland (Institut Ausonius-UMR 5607, université Bordeaux Montaigne), L. Lopez-Rabatel (IRAA-USR 3155, CNRS), J.‑J. Malmary (IRAA-USR 3155, CNRS), V. Mathé (CRHEC-EA 4392, université Paris-Est Créteil), Chr. Mauduit (AOrOr-UMR 8546, ENS Paris), J.‑Ch. Moretti (IRAA-USR 3155, CNRS), C. Palermo (IRAA-USR 3155, université Lumière Lyon 2), B. Redon (HiSoMA-UMR 5189, CNRS), C. Saliou (HPSS-EA 1571, université Paris 8 et EPHE) et H. Wurmser (IRAA-USR 3155, université Lumière Lyon 2). Une première présentation des travaux est parue dans Mathé, Moretti et Rabatel 2015.

3 Hellmann 1992, p. 1‑12, dont nous résumons ici le propos.

4 Choisy 1884.

5 Lattermann 1908.

6 Orlandos, Travlos 1986.

7 Ginouvès, Martin 1985 ; Ginouvès 1992 ; Ginouvès 1998.

8 Kalopissi-Verti, Panayotidi-Kesisoglou 2010.

9 L’ouvrage d’Aurenche (dir.) 1977, s’inscrit dans le même mouvement en cherchant à « relever les emplois spécifiques du jargon archéologique » (p. 8).

10 Robert 2016.

11 Ginouvès 1998, p. 172‑190.

12 Pour une réflexion critique sur la sociolinguistique urbaine, voir Calvet 2005 ; pour une bibliographie, Ratouis 2003.

13 Pour ne citer que des travaux d’actualité au moment où nous écrivons ces lignes, nous signalerons le livre de Fijalkow (dir.) 2017, ainsi que les journées d’étude La ville et les mots : marqueurs, masques et interprétations, 6‑7 décembre 2017, Paris, organisées par É. Chauvier, I. Chesneau, V. Dufoix, A. Esposito, N. Lancret, V. Negri et le colloque international Récits de ville, usages de l’histoire et changement urbain, 6 et 7 juin 2019, Paris et Ivry-sur-Seine, organisé par E. Bellanger, Fl. Bourillon, M. Castrillo Romón, L. Coudroy de Lille, C. Jaquand, V. Pérez Eguíluz, L. Santos Ganges, L. Vadelorge.

14 Topalov, Coudroy de Lille, Depaule, Marin (dir.) 2010. L. Coudroy de Lille a prononcé les conclusions du colloque.

15 Topalov, Coudroy de Lille, Depaule, Marin (dir.) 2010, p. XVII‑XVII.

Acheter

Volume papier

LCDPU
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search