Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fabrique de la déclamation antique

 | 
Catherine Schneider
, 
Rémy Poignault

Un Ludus entre instruction et distraction des élites

Les status et les petites déclamations du Pseudo-Quintilien

Gualtiero Calboli

Résumé

On ne saurait dissocier la rhétorique du droit, comme en témoigne la relation complexe entre exercices déclamatoires et doctrine des status, en particulier concernant la condition de l’inofficiosum testamentum. On sait que la doctrine des status a été très influencée par l’exercice de la déclamation, mais l’inverse est également vrai. Les Declamationes minores prennent, à cet égard, valeur de Schuldeklamationen et servent d’exercices d’application des états de la cause et d’apprentissage de la pratique judiciaire, comme il ressort de l’examen des Declamationes minores 256 et 314, où l’on trouve deux status – le status principal, à savoir la qualitas iuridicialis absoluta (ποιότης δικαιολογική, ἀντίληψις) et le status secondaire (incidens) correspondant au status de la definitio (ὅρος). D’autre part Cicéron a pris des libertés correspondant à son pragmatisme dans sa référence aux parties du procès, même si cela n’a pas été compris par la critique moderne.

Rhetoric should not be disjoined from the law. The complex relation which existed between status-theory and declamations is a proof of such relationship, e. g. in the case of the inofficiosum testamentum. It is well known that the status-theory has been influenced by the use of declamation, but the contrary also happened. The Declamationes minores were employed, therefore, as Schuldeklamationen and were exercises for the application of the status in particular causes and occasions to learn the juridical practice. This can be confirmed through the study of the Minor Declamations 256 and 314 where it is possible to recognize two status: the primary status, namely the qualitas iuridicialis absoluta (ποιότης δικαιολογική, ἀντίληψις) and a secondary status (incidens) which corresponded to the status of definitio (ὅρος). On the other hand, Cicero described with great freedom the parts of a process and this corresponded to his own pragmatism, although it was not acknowledged by any scholar in the new studies on this subject.

Texte intégral

  • 1 Bonner 1969, p. 16, observait déjà : « The historical significance of this relationship between dec (...)
  • 2 Calboli Montefusco 1972, p. 282‑286 ; Calboli Montefusco 1986, p. 204‑206 ; Heath 1994a, p. 122‑123 (...)
  • 3 Dingel 1988.
  • 4 Winterbottom 1984, p. XIV-XVI.

1Il n’est plus à démontrer que la doctrine des status a beaucoup influencé l’exercice de la déclamation1. Alors je voudrais plutôt prendre en considération l’idée suivante : le fait aussi que dans les déclamations mineures on n’a pas des déclamations complètes, mais seulement des parties de déclamation a été en partie et d’une certaine façon influencé par le status que l’on appliquait et exemplifiait dans une déclamation. Il était en effet difficile de se limiter à un seul status dans une controverse entière : on trouve ainsi souvent deux états même dans ces morceaux de déclamations que sont les Petites déclamations. En d’autres termes, si Quintilien a beaucoup discuté des status2 et en a fait l’historique, c’est qu’il s’est trouvé en grande difficulté pour les expliquer et a dû en passer par de nombreux exercices pour en étudier l’application pratique. Cette hypothèse se fonde bien entendu sur l’idée que les Petites déclamations sont de la plume de Quintilien, ou de son école, ou d’un rhéteur proche de Quintilien. Mais pourquoi cette fragmentation des déclamations ? Pour diverses raisons dont certaines nous échappent, mais peut-être aussi parce qu’il y avait un status principal et des status incidentes dans toute déclamation comportant une question simple : traiter des déclamations complètes revenait à donner de l’espace aux status incidentes et à brouiller en quelque sorte la façon de travailler de chaque status principal, et ce même en admettant qu’un état pouvait se développer dans un autre, comme l’on pouvait, par exemple, passer du status de la définition au status de la qualitas. Il suffit de relire l’ouvrage de Joachim Dingel pour en trouver plusieurs exemples, que l’auteur rapporte tous à la doctrine énoncée dans l’Institution oratoire de Quintilien3. Michael Winterbottom, qui attribue pourtant à un rhéteur inconnu la paternité des Petites déclamations, a de même souligné la dépendance doctrinaire et linguistique de ce rhéteur à l’égard de Quintilien4. Or Quintilien estime qu’il y a dans chaque controverse une seule question principale, « celle qui constitue le pivot du litige » :

  • 5 Quint., III, 11, 1‑2 : « Une fois trouvés les états de la cause, il nous faut examiner successiveme (...)

His [scil. statibus] inventis intuendum deinceps Hermagorae videtur quid sit quaestio, ratio, iudicatio, continens, vel, ut alii vocant, firmamentum. Quaestio latius intellegitur omnis, de qua in utramque partem vel in plures dici credibiliter potest. In iudiciali autem materia dupliciter accipienda est : altero modo, quo dicimus multas quaestiones habere contro­versiam, quo etiam minores omnis complectimur, altero, quo significamus summam illam, in qua causa vertitur5.

2Avant lui, Cicéron avait déjà opéré la distinction entre cause simplex, comportant une seule quaestio, et cause (con)iuncta, constituée ex pluribus quaestionibus :

  • 6 Cic., Inv. I, 17 : « Dès que l’état de cause a été trouvé, il convient de considérer si celle-ci es (...)

Constitutione causae reperta statim placet considerare utrum causa sit simplex an iuncta ; et, si iuncta erit, utrum sit ex pluribus quaestionibus iuncta an ex aliqua conparatione. Simplex est quae absolutam in se continet unam quaestionem […] Coniuncta ex pluribus quaestionibus in qua plura quaeruntur […] Ex conparatione in qua per contentionem utrum potius aut quid potissimum quaeritur6.

  • 7 Calboli Montefusco 1983, p. 537.

3Lucia Montefusco a élucidé ce point important, en citant tous les auteurs qui, de Quintilien (III, 10, 1 et suivants) à Isidore (Orig. II, 6, 1), se sont appuyés sur ce passage de Cicéron : il y avait, selon elle, dans le cas des causes coniunctae, plusieurs quaestiones et donc plusieurs status qui pouvaient être de type identique ou différent, mais qui étaient toujours indépendants les uns des autres et traités sur le même plan, à l’inverse des causes simples qui présentaient un status principalis, pour reprendre la dénomination de Fortunatianus, et un ou plusieurs status incidentes7. Il ne faut pas oublier non plus que chaque état de cause avait sa iudicatio, mais que le juge devait uniquement rendre son verdict sur le status causae qui formait le status principal. Elle précise plus loin :

  • 8 Calboli Montefusco 1983, p. 540.

La differenza sostanziale infatti tra le vere cause coniunctae e quelle simplices, ma con più iudicationes, consisteva nel fatto che nelle prime i vari status, dello stesso tipo o diversi tra loro, avevano tutti la medesima importanza, in quanto corrispondevano alle varie quaes­tiones provocate dalle accuse distinte mosse dall’accusatore, nelle seconde invece i vari status presenti non avevano tutti la medesima importanza, in quanto il reo all’unica accusa mossagli dall’accusatore opponeva una prima ratio, cui naturalmente seguiva una iudicatio, e poi altre rationes di appoggio che a loro volta provocavano altrettante iudicationes, sempre vincolate però all’unica quaestio corrispondente all’unica accusa8.

  • 9 Calboli Montefusco 1983, p. 541 : « Cicerone, diversamente da quanto farà Quintiliano, non si pone (...)

4En outre, Cicéron ne se donnait pas pour mission de définir le status le plus important dans une cause simplex, au contraire de Quintilien9 :

  • 10 Quint., III, 6, 9‑10 : « Une cause simple, même défendue par des moyens divers, ne peut offrir plus (...)

Simplex autem causa, etiamsi varie defenditur, non potest habere plus uno de quo pronuntietur, atque inde erit status causae, quod et orator praecipue sibi obtinendum et iudex spectandum maxime intellegit ; in hoc enim causa consistet. Ceterum quaestionum possunt esse diversi10.

5L’emploi des status était donc extrêmement compliqué et il paraît naturel que les déclamations aient pu être employées comme exercices d’apprentissage de la pratique judiciaire, autrement dit comme Schuldeklamationen. Quintilien le dit lui-même :

  • 11 Quint., II, 10, 9‑10 : « Il n’y aura donc pas de différence de genre entre l’éloquence du forum et (...)

Nihil ergo inter forense genus dicendi atque hoc declamatorium intererit ? Si profectus gratia dicimus [Schuldeklamationen], nihil. Vtinamque adici ad consuetudinem posset ut nominibus uteremur et perplexae magis et longioris aliquando actus controversiae fingerentur et verba in usu cotidiano posita minus timeremus et iocos inserere moris esset : quae nos, quamlibet per alia in scholis exercitati simus, tirones in foro inveniunt11.

6Johannes Stroux, en fin connaisseur de la grammaire ancienne (dont Théophraste) et du droit romain, avait déjà attiré l’attention sur la connexion entre la doctrine des status et les déclamations de Quintilien :

  • 12 Stroux 1930, p. 342.

Die Sache hat ein anderes Gesicht, sowie nach den Änderungen gefragt wird, welche die Stasislehre in der rednerischen Praxis, namentlich der römischen, erfuhr ; und zwar der Praxis, sowohl was die Schuldeklamationen angeht, die für die Anwendung des Status-Systemes und damit auch für die Behandlung theoretischer Fragen wichtig waren, wie die forensische Beredsamkeit, und hier nicht nur die gleichzeitige, sondern die Erläuterung der großen Meister (Cicero) im Hinblick auf ihre Verwendung des Status12.

  • 13 L’Hermagoras d’Apulée confirme aussi la connaissance que l’on avait de cet auteur en Afrique, selon (...)
  • 14 Woerther 2012, p. XLVII, qui accepte une suggestion fantaisiste de Michel Patillon.

7Pour ce qui est de la doctrine des états de cause, j’adopte les positions de Lucia Montefusco, parce que j’ai appris d’elle presque tout ce que j’en sais – et je l’en remercie –, et qu’elle a, surtout, exploité les rhéteurs grecs et romains sans jamais oublier les juristes romains. C’est une lacune des travaux de Malcolm Heath, et de Frédérique Woerther à sa suite, que de les avoir omis, car ils ont modifié cette doctrine sans en tenir compte et en laissant explicitement de côté la grande rhétorique africaine du IVe siècle13, en excluant les Capita Rhetorica d’Augustin, tenus pour anonymes, et en donnant une interprétation arbitraire et fausse de l’incipit et de l’explicit du manuscrit Ottobonien Lat. 1968 pour ce qui est de Iulius Victor14.

  • 15 Winterbottom 1984, p. VIII.

8Un grand spécialiste de rhétorique grecque et romaine tel que Michael Winterbottom a en revanche bien compris que l’on ne pouvait négliger le droit romain. Dans sa préface aux Declamationes minores « ascribed to Quintilian », il écrit : « I very much hope that this book will encourage Roman lawyers to correct my errors and exploit a neglected corner of their territory »15 ; je l’ai pris au mot. Je ne suis pas spécialiste de droit romain, mais l’on a, d’après moi, négligé dans la Declamatio minor 314 une question attentivement examinée par des spécialistes tels qu’Antonio Guarino, Enzo Nardi et Oliviero Diliberto. Elle porte sur un individu qui a été absous du crime de parricide et qui, ensuite devenu fou, fait un aveu public explicite en déclarant : Ego te, pater, occidi. Il est donc condamné par le magistrat, qui est à son tour accusé d’homicide – reus est caedis. Le magistrat se défend :

  • 16 Ps.-Quint., Decl. min. 314, 19 : « C’est moi, père, qui t’ai assassiné » … Ce n’est pas de la démen (...)

« Ego te, pater, occidi ». Non est dementia. « Ego te, pater, occidi », Hoc si vos furorem vocatis, idem pars dixit iudicum. Nihil variatum, nihil ex more aliorum insanientium mutatum est. […] Non potest fieri, ut per dementiam videatur totiens confessus, qui numquam negavit. Ite nunc et paribus absolvite16.

  • 17 Winterbottom 1984, p. 468 comm. ad loc.

9Que signifie idem pars dixit iudicum ? Selon Μ. Winterbottom, le sens de cette expression serait : « … half the judges agreed he was guilty, and they were sane »17. Le sens est plutôt selon moi : « … if you call this madness, you have the same meaning half the judges had. This was however not a case of madness (Non est dementia), but a parricidium ». Le témoignage d’un fou était en effet irrecevable et telle était l’opinion de la moitié des juges qui avaient acquitté le jeune homme. Mais le magistrat se défend en arguant qu’il ne s’agit pas de dementia, mais d’un aveu (totiens confessus). Nous nous trouvons alors dans l’un de ces cas de définition (ὅρος), où l’on se demandait si le témoignage en question était un témoignage ou une manifestation de folie ; le magistrat dit que l’accusé a fait un aveu et à l’objection At enim confessio habenda non est nisi quae a sano proficiscitur, il répond :

  • 18 Ps.-Quint., Decl. min. 314, 6 : « Je ne vois pas pourquoi on interprète de la sorte le sens de ce m (...)

Non video cur ad hanc interpretationem deducatur vis istius verbi, quod lege comprehensum est. Ego enim confessionem existimo qualemcumque contra se pronun­tiationem18.

  • 19 Ps.-Quint., Decl. min. 314, 7 : « Tout aveu est de nature à faire paraître dément l’auteur de l’ave (...)
  • 20 Dingel 1988, p. 95‑96.
  • 21 Calboli Montefusco 1986, p. 108‑113, mais il pourrait s’agir d’un cas de γνώμη νομοθέτου, qu’Herm (...)
  • 22 Calboli Montefusco 2007, p. 164 et 171.

10On peut en effet voir, selon le magistrat, une preuve de folie dans toute confession : Ea natura est omnis confessionis ut possit videri demens qui de se confitetur. Furore impulsus est19. J. Dingel pense également qu’il y a ici un état de définition auquel s’ajoute, selon lui, un status scripti et voluntatis, ῥητὸν καὶ διάνοια20, tandis que je pencherais plutôt pour l’état de qualitas, ποιότης, et plus précisément pour la qualitas iuridicialis absoluta, δικαιολογικὴ ἀντίληψις21. Et je pense à l’ἀντίληψις, parce que le magistrat insiste non pas seulement sur sa défense de la loi, mais aussi de la nature, de l’aequum et bonum, et c’est le color qu’il emploie22 :

  • 23 Ps.-Quint., Decl. min. 314, 11 : « On accuse un être humain d’avoir assassiné son père, d’avoir tru (...)

Obiectum est alicui mortalium quod patrem occidisset, quod eum cui lucem, cui haec beneficia rerum naturae debebat, sua manu trucidasset23.

11Il ajoute d’ailleurs à la fin de la déclamation :

  • 24 Ps.-Quint., Decl. min. 314, 20 : « Pouvez-vous imaginer le tableau qui l’a poussé à cela ? Son père (...)

Ecquid concipitis animis imaginem illam, quae hoc coegit ? Stabat profecto ante oculos laceratus et adhuc cruentus pater, ostendebat effusa vitalia24.

12J’aimerais approfondir cette question pour démontrer deux points importants : (1) que la loi change et (2) qu’elle change, parce qu’elle est liée à des faits concrets ; elle se réfère à la fois à des lois générales et à des cas particuliers, tout à fait concrets, qui se sont réellement produits, tandis que la rhétorique se réfère plutôt à des lois générales et use de cas déclamatoires fictifs pour ce qui est de leur application : c’est le résultat de la séparation progressive, mais constante, de la rhétorique d’avec le droit romain et la pratique judiciaire.

13La Declamatio minor 256 offre un autre cas très intéressant de furiosus pour comprendre dans quelle situation d’absolu manque de contrôle était imaginé qu’il se trouvait un furiosus : un père de trois garçons en a tué deux dans sa folie et, revenu à la raison, il renonce à la patria potestas sur son troisième fils (abdicat eum) pour éviter de le tuer, s’il retombe dans la folie :

  • 25 Ps.-Quint., Decl. min. 256, 1 : « Toujours je tremble pour ma fortune, toujours pour mon humeur si (...)

Omnia de fortuna mea timeo, omnia de tam fragili ac tam mutabili mente, et propter hoc dimittendus mihi a domo filius erat, ne incideret in meum furorem25.

  • 26 Du livre VII de son De officio proconsulis.
  • 27 Comme cela a été souligné par Nardi 1980, p. 109 n. 5.
  • 28 Diliberto 1984, p. 8 n. 18 ; Diliberto 1988, p. 190 n. 37, qui ajoute Dig. I, 18, 14, de Macer, Lib(...)
  • 29 Diliberto 1988, p. 190 n. 37 : « Il principio dell’irresponsabilità penale del furiosus è radicato (...)

14Un mot de l’irresponsabilité pénale du furiosus : cette disposition figure au titre I, 18, 13, 1 du Digeste, qui provient d’Ulpien26 et qu’on l’attribue aux divi fratres, Marc Aurèle et Lucius Verus27. Ce point a été repris par Oliviero Diliberto28 qui juge l’irresponsabilité pénale du furiosus antérieure à la disposition de Marc Aurèle et Lucius Verus29. Cette déclamation apporte selon moi plutôt la preuve du contraire, car le magistrat était dans l’impossibilité absolue de condamner un furiosus s’il existait une disposition légale empêchant de le condamner, tandis que notre magistrat s’engage seulement à démontrer que la folie ne démentait pas la confession et qu’il a appliqué la loi (c’est la couleur qu’il emploie). Nous disposerions ainsi d’un terminus ante quem, à savoir le règne de Marc Aurèle et Lucius Verus, pour cette déclamation.

  • 30 Sur cette question il y a encore les interventions récentes de deux juristes, Di Ottavio 2012 (qui (...)

15Telle est la situation judiciaire vers l’époque de Quintilien. On y était parvenu au terme d’une évolution qui trouve son origine dans un autre cas mentionné dans le traité cicéronien De l’invention II, 18 et dans la Rhétorique à Herennius I, 13, 23 avec une loi que l’on fait remonter aux Lois des Douze Tables. Chez Cicéron et dans la Rhétorique à Herennius, on recourt au status du συλλογισμός (ratiocinatio) lors du procès de Malleolus qui, après avoir été condamné pour matricide à la peine du culleus en l’année 101 avant notre ère, avait fait testament en déshéritant son frère (inofficiosum testamentum)30 ; or son frère soutenait que Malleolus n’avait pas la faculté de tester. Ne disposant, pour faire valoir ses droits, d’aucune loi interdisant à un parricide de tester, il recourt à la loi stipulant qu’un individu devenu furiosus sera placé avec ses biens sous la curatelle de ses parents et agnats (agnatum gentiliumque in eo pecuniaque eius potestas esto) et emploie à cet effet le status de la raciocinatio, συλλογισμός. Il n’y a dans ce cas aucune loi empêchant de condamner un parricide s’il est furiosus, car le frère de Malleolus en appelle à l’état du συλλογισμός pour démontrer que Malleolus ne pouvait tester en tant que furiosus.

  • 31 Voir sur ce point Agnati 2005, p. 247‑248.

16Je me contenterai de citer ici, faute de temps, la Rhétorique à Herennius, en ajoutant que l’on y trouve quatre lois mentionnées, mais seulement trois chez Cicéron, et que la Rhétorique à Herennius offre des précisions qui ne figurent pas chez Cicéron31 :

  • 32 Rhet. Her. I, 23 : « La discussion repose sur le raisonnement quand l’affaire qui vient en jugement (...)

Ex ratiocinatione controversia constat, cum res sine propria lege venit in iudicium, quae tamen ab aliis legibus similitudine quadam aucupatur. Ea est huiusmodi : Lex : Si furiosus existet, agnatum gentiliumque in eo pecuniaque eius potestas esto. Et lex : Qui parentem necasse iudicatus erit, ut is obvolutus et obligatus corio devehatur in profluentem. Et lex : Paterfamilias uti super familia pecuniave sua legaverit, ita ius esto. Et lex : Si paterfamilias <intestato moritur, familia> pecuniaque eius agnatum gentiliumque esto. Malleolus eqs.32.

  • 33 Ce passage de la finitio à la qualitas est le plus fréquent selon Dingel 1988, p. 107 : « Statt ein (...)
  • 34 Il ne connaît pas le commentaire de Calboli Montefusco 1979, p. 337‑341 sur ce point, ni Calboli Mo (...)

17Nous avons identifié dans la Petite déclamation 314 deux status, ceux de l’ὅρος et de l’ἀντίληψις33. Compte tenu du problème des status principales et incidentes évoqué plus haut et ignoré par Joachim Dingel34 et de la couleur de cette ἀντίληψις, il s’agit selon moi d’une déclamation simple dont l’état principal – ce que le magistrat accusé veut surtout démontrer – est l’ἀντίληψις. Il a obéi à la loi, sans qu’il y ait d’interférence de la disposition de Marc Aurèle et Lucius Verus interdisant de condamner un furiosus (au culleus) et même si l’on établissait déjà un lien entre le fou et le parricide dans le traité De l’invention et dans la Rhétorique à Herennius.

  • 35 Matthes 1958, p. 171 et 174, et Adamietz 1966, p. 213‑214 ont souligné les problèmes que pose ce te (...)

18Pour démontrer l’attention que l’on portait aux détails dans cette doctrine des états, j’examinerai seulement un point du système du procès, qui fonctionnait en étroite relation avec les états et où il me faut souligner un point difficile sur lequel se sont exprimés de façon problématique Dieter Matthes, Joachim Adamietz et, très récemment, Malcolm Heath et Frédérique Woerther35.

19La doctrine du procès est exposée aux livres I, 18‑19 et II, 52 du De inventione, mais c’est seulement dans cette dernière section (II, 52) que l’on rencontre une subdivision en six parties, à propos du procès intenté contre le père du tribun C. Flaminius qui, fort de sa patria potestas, avait empêché son fils de présenter une loi agraire dont le sénat ne voulait pas :

  • 36 Cic., Inv. II, 52 : « Thèse de l’accusation : “Tu as porté atteinte à la majesté du peuple puisque (...)

[1] Intentio est : « Maiestatem minuisti, quod tribunum plebis de templo deduxisti. » [2] Depulsio est : « Non minui maiestatem. » [3] Quaestio est : maiestatemne minuerit ? [4] Ratio : « In filium enim quam habebam potestatem, ea sum usus ». [5] Rationis infirmatio : « At enim, qui patria potestate, hoc est privata quadam, tribuniciam potestatem, hoc est populi potestatem, infirmat, minuit is maiestatem. » [6] Iudicatio est : minuitne is maiestatem qui in tribuniciam potestatem patria potestate utatur ? Ad hanc iudicationem argumentationes omnes affere oportebit36.

20Au livre I, 18‑19 du De inventione de Cicéron, figure en revanche une référence incomplète à quatre moments du procès dans le status de scripti et rationis et le firmamentum (qui correspond au continens et συνέχον) y vient à la suite de la iudicatio, mais il est également spécifié à la fin que l’on rencontre aussi les iudicationes en conclusion des autres constitutiones (status) :

  • 37 Cic., Inv. I, 18‑19 : « Puis, une fois le genre de cause examiné et l’état de la cause reconnu, qua (...)

Ac tum, considerato genere causae, cognita constitutione, cum simplexne an iuncta sit intellexeris et scripti an rationis habeat controversiam videris, deinceps erit videndum, quae quaestio, quae ratio, quae iudicatio, quod firmamentum causae sit. […] Firmamentum est firmissima argumentatio defensoris et appositissima ad iudicationem37.

  • 38 Sur le sens de appositissima, v. ThLL II, 303, 31‑79, en particulier 65‑79, aptus, idoneus.

21Cicéron a indiqué non point toutes les parties, mais seulement les plus importantes du procès, et la dernière mentionnée se trouve être le firmamentum ; il conclut par ailleurs en déclarant que le firmamentum est l’argumentation la plus forte du défenseur et appositissima ad iudicationem. Il a voulu souligner que le firmamentum (que l’on appelait continens ou συνέχον), qui relevait de la défense, représentait aussi la part la plus importante et la mieux adaptée à la iudicatio ou κρινόμενον. Elle en formait la partie la plus importante et s’il la mentionne à la suite des différentes parties et de la iudicatio, c’est qu’il a conservé le plus important pour la fin sans les énumérer par ordre chronologique. Cicéron déclare par ailleurs lui-même, au livre I, 19 que l’on ne doit pas observer un ordre fixe pour les différentes parties, parce que ce que l’on doit dire au début peut être tiré de ce qui vient après. Si l’on reprend l’exemple d’Oreste, le firmamentum ne représente pas la partie finale, qui ne peut être que la iudicatio, mais seulement la firmissima argumentatio defensoris et appositissima ad iudicationem38 :

  • 39 Cic., Inv. I, 19 : « On trouvera nécessairement dans une cause exactement le même nombre de questio (...)

Quot autem in causa constitutiones aut earum partes erunt, totidem necesse erit quaestiones, rationes, iudicationes, firmamenta reperire. His omnibus in causa repertis, tum denique singulae partes totius causae considerandae sunt. Nam non ut quidque dicendum primum est, ita primum animadvertendum videtur ; ideo quod illa, quae prima dicuntur, si vehementer velis congruere et cohaerere cum causa, ex iis ducas oportet quae post dicenda sunt39.

22C’est seulement après avoir défini la iudicatio et traité tous les arguments s’y référant (il précise bien : se référant à la iudicatio, non au firmamentum) qu’il faudra ordonner les autres parties du discours :

  • 40 Cic., Inv. I, 19 : « Aussi lorsque le point à juger et les arguments qu’il faut trouver pour l’appu (...)

Quare cum iudicatio et ea quae ad iudicationem oportet argumenta inveniri, diligenter erunt artificio reperta, cura et cogitatione pertractata, tum denique ordinandae sunt ceterae partes orationis. Eae partes sex esse omnino nobis videntur : exordium, narratio, partitio, confirmatio, reprehensio, conclusio40.

  • 41 Pierre Chiron 2011, p. 189, a très récemment attribué à Malcom Heath tout le mérite d’avoir employé (...)

23Mais quelle importance de savoir si le firmamentum vient avant ou après la iudicatio ? C’est de bien comprendre que dans la doctrine des états et du κρινόμενον41, on ne devait pas être trop rigide, car les états étaient sujets à des changements, et l’on pouvait aussi modifier l’ordre des arguments dans le développement de la cause ou mieux encore : il existait un ordre théorique et l’on devait trouver un équilibre entre cet ordre théorique et la liberté s’avérant nécessaire dans la pratique judiciaire. On ne doit pas oublier ce que Cicéron dit du système d’Hermagoras dans le Brutus :

  • 42 Cic., Brut. 263 : « Gaius Sicinius […] mérite quelque estime et en obtint de son vivant. Il sortait (...)

C. Sicinius igitur, […] probabilis orator, iam vero etiam probatus, ex hac inopi ad ornandum, sed ad inveniendum expedita Hermagorae disciplina. Ea dat rationes certas et praecepta dicendi ; quae si minorem habent apparatum (sunt enim exilia), tamen habent ordinem et quasdam errare in dicendo non patientes vias42.

  • 43 Cic., Orat. 69, dit lui-même que la victoire est la chose plus importante et qu’on peut l’obtenir à (...)

24On comprend donc mieux pourquoi Cicéron s’est excusé dans son traité De l’invention d’avoir mentionné le firmamentum après la iudicatio. On aurait pu songer à une transgression de l’ordre théorique, si important dans le système d’Hermagoras, mais dans la pratique judiciaire on devait se laisser la liberté exigée par la situation. C’est ce que Cicéron a fait dans son activité au forum, en se limitant par exemple à l’intentio dans l’actio prima in Verrem (Cic., Verr. I, 56). Dans ce cas, il a renoncé à faire son oratio après avoir mis en lumière la nécessité de conclure rapidement l’action contre C. Verrès avant l’entrée en charge de tous ses protecteurs, puis, en vaillant étudiant de rhétorique, il a ajouté l’actio secunda après sa victoire pour démontrer toute sa capacité oratoire. Cicéron n’a donc pas démenti le célèbre pragmatisme romain : il avait tout au contraire bien compris, dès cette œuvre de jeunesse, qu’il fallait aller directement à la substance de la cause, à ce qui pouvait lui offrir la victoire, car tel était le but de l’orateur43. L’orateur ne pouvait se passer de la procédure judiciaire, mais il devait combiner la doctrine rhétorique avec ses règles, la science juridique et la procédure judiciaire.

Bibliographie

Achard G. (éd., trad.) 1994, Cicéron, De l’invention, Paris.

Adamietz J. (éd., comm.) 1966, M. F. Quintiliani Institutionis Oratoriae liber III, Munich.

Agnati U. 2005, « Sequenze decemvirali : analisi di Cicerone De inventione 2.148 e Rhetorica ad Herennium 1.23 », in M. Humbert (éd.), Le Dodici Tavole. Dai Decemviri agli Umanisti, Pavie, p. 239‑264.

Barwick K. 1965, « Probleme in den Rhet. II. Ciceros und der Rhetorik des sogenannten Auctor ad Herennium », Philologus 109, p. 57‑74.

Berti E. 2007, Scholasticorum Studia. Seneca il Vecchio e la cultura retorica e letteraria della prima età imperiale, Pise.

Bonner St. F. 1969, Roman Declamation in the Late Republic and Early Empire (2e éd.), Liverpool (1re éd. 1949).

Calboli G. (éd., trad., comm.) 1993, Cornifici Rhetorica ad C. Herennium (2e éd.), Bologne (1re éd. 1969).

2010, « Quintilien et les déclamateurs », in P. Galand-Hallyn, F. Hallyn, C. Lévy, W. Verbaal (éd.), Quintilien ancien et moderne, Turnhout, p. 11‑28.

Calboli Montefusco L. 1972, « La dottrina del κρινόμενον », Athenaeum n. s. 50, p. 276‑293.

— (éd., trad.) 1979, Consulti Fortunatiani Ars rhetorica, Bologne.

— 1983, « Status principales e status incidentes nella dottrina retorica antica », Athenaeum, n. s. 61, p. 534‑545.

— 1986, La dottrina degli « status » nella retorica greca e romana, Hildesheim-Zurich-New York.

— 2007, « La funzione strategica dei colores nella pratica declamatoria », in L. Calboli, Montefusco (éd.), Papers on Rhetoric, VIII. Declamation, Rome, p. 157‑177.

— 2010, « L’austera suavitas de l’orateur (Cic. De Or. 3, 103) », in P. Chiron, C. Lévy (éd.), Les noms du style dans l’Antiquité gréco-latine, Louvain-Paris-Walpole (Mass.), p. 113‑129.

Chiron P. 2011, « Hermogène : 1913‑2009 », Lustrum 53, p. 151‑232.

Courbaud E. (éd., trad.) 1928, Cicéron. De l’Orateur, tome II : Livre II, Paris.

Cousin J. (éd., trad., comm.) 1976, Quintilien. Institution oratoire, tome II : Livres II et III, Paris.

Diliberto O. 1984, Studi sulle origini della cura furiosi, Naples.

— 1988, « Il testamento del matricida », Studi economico-giuridici 52, p. 177‑196.

Dingel J. 1988, Scholastica materia. Untersuchungen zu den Declamationes minores und der Institutio oratoria Quintilians, Berlin-New York.

Di Ottavio D. 2012, Ricerche in tema di querela inofficiosi testamenti, vol. I. Le origini, Naples.

Heath M. 1994a, « The Substructure of Stasis-Theory from Hermagoras to Hermogenes », CQ 44, p. 114‑129.

— 1994b, « Zeno the Rhetor and the Thirteen staseis », Eranos 92, p. 17‑22.

— 2002, « Hermagoras : Transmission and Attribution », Philologus 85, p. 287‑298.

Kroll W. (comm.) 1958, M. Tullii Ciceronis Orator (2e éd.), Berlin (1re éd. 1913).

Martha J. (éd., trad.) 1923, Cicéron, Brutus, Paris.

Matthes D. 1958, « Hermagoras von Temnos 1904‑1955 », Lustrum 3, p. 58‑214.

Nardi E. 1980, L’otre dei parricidi e le bestie incluse, Milan.

Perry B. E. 1927, « On Apuleius’ Hermagoras », AJPh 48, p. 263‑266.

Querzoli S. 2013, Scienza giuridica e cultura retorica in Ulpio Marcello, Naples.

Stroux J. 1930, « Textprobleme aus Quintilian », Philologus 85, p. 322‑354.

Thiele G. 1893, Hermagoras. Ein Beitrag zur Geschichte der Rhetorik, Strasbourg.

Winterbottom M. (éd., comm.) 1984, The Minor Declamations Ascribed to Quintilian, Berlin-New York.

Woerther Fr. (éd., trad., comm.) 2012, Hermagoras. Fragments et témoignages, Paris.

Yon A. (éd., trad.) 1964, Cicéron. L’Orateur. Le meilleur genre d’orateurs, Paris.

Notes

1 Bonner 1969, p. 16, observait déjà : « The historical significance of this relationship between declamatory exercises and the status-doctrine is further seen in the seventh book of Quintilian, where scholastic themes closely parallel to the Senecan declamation [and I must add to the Declamationes minores as been showed by Dingel 1988] are inextricably intermingled with genuine cases from the Roman courts and both are used to illustrate the rhetorical doctrine. »

2 Calboli Montefusco 1972, p. 282‑286 ; Calboli Montefusco 1986, p. 204‑206 ; Heath 1994a, p. 122‑123 ; Woerther 2012, p. LXVII-LXXI.

3 Dingel 1988.

4 Winterbottom 1984, p. XIV-XVI.

5 Quint., III, 11, 1‑2 : « Une fois trouvés les états de la cause, il nous faut examiner successivement, suivant Hermagoras, le point à débattre, le système de défense, le point à juger, le moyen fondamental (continens) que certains appellent l’assiette du procès (firmamentum). On entend par quaestio (question), au sens élargi, ce sur quoi on peut exposer deux ou plusieurs thèses plausibles. En matière judiciaire, le mot quaestio doit recevoir deux acceptions : l’une, quand nous disons qu’une controverse contient beaucoup de questions, qu’ainsi elle embrasse même les moins importantes, l’autre, qui désigne la principale, celle qui constitue le pivot du litige » (traduction de Jean Cousin, retouchée au début, où elle s’avère trop générale).

6 Cic., Inv. I, 17 : « Dès que l’état de cause a été trouvé, il convient de considérer si celle-ci est simple ou complexe ; et si elle est complexe, de voir si elle est constituée de plusieurs questions ou d’une alternative. Est simple la cause qui comporte une seule question, faisant un tout. […] Elle est complexe, avec plusieurs questions, quand on examine plusieurs points. […] Elle comporte une alternative quand on cherche, en comparant, si une chose est préférable à une autre ou à plusieurs autres » (éd. Achard 1994).

7 Calboli Montefusco 1983, p. 537.

8 Calboli Montefusco 1983, p. 540.

9 Calboli Montefusco 1983, p. 541 : « Cicerone, diversamente da quanto farà Quintiliano, non si pone il problema dell’individuazione dello stato più importante, cioè dello status causae, tra i vari status che intervengono in un’unica causa. »

10 Quint., III, 6, 9‑10 : « Une cause simple, même défendue par des moyens divers, ne peut offrir plus d’un point à décider, et, précisément, de là dérivera l’état de la cause : c’est là ce que l’orateur comprend qu’il lui faut retenir et le juge considérer avec la plus vive attention ; c’est sur cette base, en effet, que s’établira la cause. D’ailleurs, pour les questions, il peut y avoir divers états de cause. »

11 Quint., II, 10, 9‑10 : « Il n’y aura donc pas de différence de genre entre l’éloquence du forum et celle des déclamations ? Si l’on parle avec l’intention de faire des progrès, il n’y en a pas. Je souhaiterais même qu’on apportât certains compléments à la pratique usuelle : donner des noms aux personnages, imaginer des controverses plus embrouillées et parfois plus longues à démêler, avoir moins peur des termes usuels, prendre l’habitude d’y insérer des plaisanteries ; sous tous ces rapports, quoique les écoles nous aient entraînés sur d’autres points, on nous trouve bien novices, quand nous abordons le forum. »

12 Stroux 1930, p. 342.

13 L’Hermagoras d’Apulée confirme aussi la connaissance que l’on avait de cet auteur en Afrique, selon Perry 1927, p. 264‑265 : « The name Hermagoras, which constitutes the title, was presumably that of the leading character. […] In thus putting a realistic or burlesque narrative into the mouth of a rhetorician, Apuleius would be following the outstanding example of Petronius, whose work must have been the chief representative in Roman literature of this type of romance […]. To his academic mind Hermagoras must have been almost synonymous with rhetoric and criticism, hence, we can scarcely doubt that if the protagonist in the lost work was named Hermagoras, Apuleius saw to it that he displayed his wares. »

14 Woerther 2012, p. XLVII, qui accepte une suggestion fantaisiste de Michel Patillon.

15 Winterbottom 1984, p. VIII.

16 Ps.-Quint., Decl. min. 314, 19 : « C’est moi, père, qui t’ai assassiné » … Ce n’est pas de la démence. « C’est moi, père, qui t’ai assassiné ». Si vous appelez cela de la folie, vous êtes du même avis que la moitié des juges. Il n’y a eu aucune variation, aucune modification, comme chez les autres malades mentaux. […] Il n’est pas possible d’imaginer qu’il ait si souvent avoué sous le coup de la démence, sans avoir jamais nié. Allez donc l’acquitter maintenant avec la moitié des juges » (éd. Winterbottom 1984).

17 Winterbottom 1984, p. 468 comm. ad loc.

18 Ps.-Quint., Decl. min. 314, 6 : « Je ne vois pas pourquoi on interprète de la sorte le sens de ce mot, qui est inclus dans la loi. J’estime en effet que tout aveu est une déclaration contre soi-même. »

19 Ps.-Quint., Decl. min. 314, 7 : « Tout aveu est de nature à faire paraître dément l’auteur de l’aveu. C’est la folie qui l’a poussé aux aveux. »

20 Dingel 1988, p. 95‑96.

21 Calboli Montefusco 1986, p. 108‑113, mais il pourrait s’agir d’un cas de γνώμη νομοθέτου, qu’Hermogène considère comme un locus de l’ἀντίληψις ; dans ce cas, il n’y pas de grande différence par rapport au ῥητόν.

22 Calboli Montefusco 2007, p. 164 et 171.

23 Ps.-Quint., Decl. min. 314, 11 : « On accuse un être humain d’avoir assassiné son père, d’avoir trucidé de sa propre main l’être à qui il devait le jour, à qui il devait ces bienfaits de la nature. »

24 Ps.-Quint., Decl. min. 314, 20 : « Pouvez-vous imaginer le tableau qui l’a poussé à cela ? Son père se tenait là, debout, devant ses yeux, tailladé et encore sanguinolent, il étalait ses organes vitaux. »

25 Ps.-Quint., Decl. min. 256, 1 : « Toujours je tremble pour ma fortune, toujours pour mon humeur si fragile et changeante, et c’est pourquoi il m’a fallu chasser mon fils de la maison, pour lui éviter d’être victime de ma folie. »

26 Du livre VII de son De officio proconsulis.

27 Comme cela a été souligné par Nardi 1980, p. 109 n. 5.

28 Diliberto 1984, p. 8 n. 18 ; Diliberto 1988, p. 190 n. 37, qui ajoute Dig. I, 18, 14, de Macer, Lib. II De iud. publicis ; Dig. XLVIII, 9, 9, 2, de Modestinus, Lib. XII Pand.

29 Diliberto 1988, p. 190 n. 37 : « Il principio dell’irresponsabilità penale del furiosus è radicato anche nella giurisprudenza meno recente. »

30 Sur cette question il y a encore les interventions récentes de deux juristes, Di Ottavio 2012 (qui a traité de façon très pertinente la querela inofficiosi testamenti) et Querzoli 2013, p. 147‑183.

31 Voir sur ce point Agnati 2005, p. 247‑248.

32 Rhet. Her. I, 23 : « La discussion repose sur le raisonnement quand l’affaire qui vient en jugement n’est pas concernée par une loi particulière, mais que l’on y cherche une certaine analogie avec d’autres lois. En voici un exemple : “Si quelqu’un est fou, il doit, lui et ses biens, être sous la curatelle de ses agnats et des membres de sa gens”. Autre loi : “Celui qui a été reconnu coupable d’un parricide sera roulé et enfermé dans un sac de cuir puis transporté et jeté au fleuve”. Autre loi : “Ce que le chef de famille a décidé par testament pour ses esclaves et pour ses biens sera de droit”. Autre loi : “Si le chef de famille meurt intestat, ses esclaves et ses biens reviendront à ses agnats et aux membres de sa gens”. Malleolus, etc. » (la traduction française est empruntée à Guy Achard ; le texte latin est de Calboli 1993).

33 Ce passage de la finitio à la qualitas est le plus fréquent selon Dingel 1988, p. 107 : « Statt eines Abstiegs von der qualitas zur finitio finden wir regelmäßig einen Aufstieg von der finitio zur qualitas : 272 (Orbata proditrix) ist dafür ein Beispiel. »

34 Il ne connaît pas le commentaire de Calboli Montefusco 1979, p. 337‑341 sur ce point, ni Calboli Montefusco 1983. La distinction entre status principales et status incidentes est laissée de côté aussi par Berti 2007, qui a pourtant consacré un livre entier aux déclamations.

35 Matthes 1958, p. 171 et 174, et Adamietz 1966, p. 213‑214 ont souligné les problèmes que pose ce texte et Adamietz 1966, p. 214, relève que le firmamentum de Cic., Inv. I, 18, placé après la iudicatio, ne devrait pas seulement concerner l’accusé, mais aussi l’accusateur, comme c’est le cas en Cic., Part. or. 103 ; quant à Heath 1994a, p. 117 et Woerther 2012, p. 142‑144, ils soutiennent que le continens et le firmamentum viennent après la iudicatio. Calboli Montefusco 1972, p. 277 et 289 a fait l’historique de cette question et en a donné les éléments : elle a démontré que la iudicatio (κρινόμενον) se trouvait à la fin du procès et que toutes les argumentations comme le firmamentum devaient se référer à la précédente iudicatio, à en croire Cic., Inv. II, 52 ; Part. or. 109 et Rhet. Her. I, 16, 26. Cicéron place en effet le firmamentum après la iudicatio (Inv. I, 19) et dit qu’il faut adapter à la iudicatio toutes les argumentations et toutes les parties du discours (quare cum iudicatio et ea, quae ad iudicationem oportet argumenta inveniri, diligenter erunt artificio reperta, cura et cogitatione pertractata, tum denique ordinandae sunt ceterae partes orationis). Thiele 1893, p. 71 déclare que placer le firmamentum après la iudicatio et l’attribuer seulement au défenseur est dépourvu de sens (« Unsinn ») et trouve la référence à l’accusateur dans Part. or. 109 et Rhet. Her. I, 16, 26. La difficulté consiste en effet dans le fait qu’après avoir mentionné dans l’ordre la quaestio, l’intervention du défenseur et la iudicatio, Cicéron voulait signaler quelle était l’argumentation la plus importante de la défense (firmamentum est firmissima argumentatio defensoris, Inv. I, 18). Mais Cicéron ajoute aussi qu’elle est la part appositissima ad iudicationem. Barwick 1965, p. 71‑72, a également relevé une difficulté dans le texte de Cic., Inv. I, 18 ; il songe à deux « verschiedene Bestimmungen der iudicatio », où Cicéron serait suivi par Quint., III, 11, 9‑10. En effet Cicéron est clair si on lit ensemble les deux paragraphes, Inv. I, 18‑19, car il dit au § 19 que la iudicatio vient à la fin et que c’est d’après elle et à elle que l’on doit conformer toutes les parties du discours, même si l’orateur doit avoir présente à l’esprit la iudicatio dès qu’il commence à se préparer.

36 Cic., Inv. II, 52 : « Thèse de l’accusation : “Tu as porté atteinte à la majesté du peuple puisque tu as chassé de la tribune un tribun de la plèbe” ; thèse de la défense : “Non, je n’y ai pas porté atteinte”. Le point à débattre consiste à chercher : s’il a porté atteinte à cette majesté ; la justification étant : “J’ai usé à l’égard de mon fils du pouvoir dont je disposais” ; la réfutation de la justification étant : “Non, quelqu’un qui affaiblit, en usant de sa puissance paternelle, qui est d’ordre privé, la puissance tribunitienne, qui est d’ordre public, porte atteinte à cette majesté”. Le point à juger consiste à savoir si celui qui use de la puissance paternelle pour affaiblir le pouvoir d’un tribun porte atteinte à la majesté du peuple. Il faudra rapporter toutes les argumentations à ce point à juger ». Calboli Montefusco 1972, p. 283‑284, a expliqué qu’il existe deux séries différentes pour ce qui est de la deuxième énumération : l’αἴτιον porté par l’accusateur, le συνέχον présenté par le défenseur, et finalement le κρινόμενον (iudicatio). C’est l’ordre que l’on trouve chez Augustin (p. 144, 11‑145, 33 Halm), Fortunatianus 1, 2 (Calboli Montefusco 1979, p. 67) et dans les Excerpta Rhetorica (p. 585, 9‑10 Halm), tandis que la Rhet. Her. I, 16, 26 et Cic., Inv. I, 18 ; Part. or. 102‑103 ; Top. 95 proposent l’ordre suivant : la ratio, présentée par le défenseur, la rationis infirmatio, présentée par l’accusateur et la iudicatio (κρινόμενον). La raison de cette inversion se trouve selon Calboli Montefusco 1979, p. 269‑270 dans la différence entre le procès à procédure ordinaire, où l’accusateur prenait le premier la parole, suivi de l’accusé, et le procès attique paragraphique, où l’accusé parlait le premier. Je présenterai dans une intervention future ma position (négative) sur la solution de M. Heath et Fr. Woerther.

37 Cic., Inv. I, 18‑19 : « Puis, une fois le genre de cause examiné et l’état de la cause reconnu, quand on aura compris si elle est simple ou complexe, quand on aura vu si elle comporte une controverse sur un texte ou sur une argumentation, il faudra alors considérer quel est le point à débattre, la justification, le point à juger, le moyen fondamental. […] Le moyen fondamental est l’argument le plus solide de la défense et le plus capable de déterminer les juges. »

38 Sur le sens de appositissima, v. ThLL II, 303, 31‑79, en particulier 65‑79, aptus, idoneus.

39 Cic., Inv. I, 19 : « On trouvera nécessairement dans une cause exactement le même nombre de questions, de justifications, de points à juger, de moyens fondamentaux qu’il y aura d’états de la cause ou de subdivisions d’états. Une fois que toutes ces questions concernant la cause ont été résolues, il faut enfin considérer une à une les parties de l’ensemble du discours. En effet il ne faut pas examiner, semble-t-il, les choses dans l’ordre où l’on doit les dire. Car, si l’on veut que le début du discours soit en rapport et en accord étroits avec la cause, il faut le tirer de ce que l’on doit dire ensuite. »

40 Cic., Inv. I, 19 : « Aussi lorsque le point à juger et les arguments qu’il faut trouver pour l’appuyer auront été découverts avec soin grâce aux règles de l’art et traités avec application et réflexion, alors seulement il faudra ordonner les parties du discours. D’après nous, ces parties sont en tout au nombre de six : l’exorde, la narration, la division, la confirmation, la réfutation et la conclusion. » L’ordre s’applique ici aux partes orationis, mais le désordre des partes orationis – comme, par exemple, de placer la narratio avant l’exordium – obéit à une identique exigence de ne pas se laisser emprisonner par des règles.

41 Pierre Chiron 2011, p. 189, a très récemment attribué à Malcom Heath tout le mérite d’avoir employé la doctrine du κρινόμενον pour étudier les status, mais c’est déjà exactement ce qu’avait fait, vingt-deux ans avant lui, Lucia Calboli Montefusco (1972) dans un article qui a par ailleurs été employé par Heath 1994a, lui-même, p. 115.

42 Cic., Brut. 263 : « Gaius Sicinius […] mérite quelque estime et en obtint de son vivant. Il sortait de cette école qui ne vaut rien pour l’élocution, mais qui pour l’invention est pleine de ressources, l’école d’Hermagoras. Elle donne des méthodes bien définies et des formules. Ces formules, dans leur sécheresse, ont quelque chose d’assez déplaisant, mais elles s’enchaînent logiquement et tracent des chemins qui empêchent de s’égarer » (trad. Martha 1923). Voir, à propos de ce fragment d’Hermagoras (T4), Woerther 2012, p. 63‑64.

43 Cic., Orat. 69, dit lui-même que la victoire est la chose plus importante et qu’on peut l’obtenir à l’aide du movere : Erit igitur eloquens […] is, qui in foro causisque civilibus ita dicet ut probet, ut delectet, ut flectat. Probare necessitatis est, delectare suavitatis, flectere victoriae ; nam id unum ex omnibus ad obtinendas causas potest plurimum, « Donc sera éloquent […] celui qui au forum et dans les causes civiles parlera de manière à prouver, à charmer, à fléchir. Prouver est la part de la nécessité ; charmer, de l’agrément ; fléchir, de la victoire : c’est en effet cette dernière chose qui de toutes peut le plus pour gagner les causes » (éd. Yon 1964) ; De orat. II, 215 : Qua re qui aut breuiter aut summisse dicunt, docere iudicem possunt, commovere non possunt ; in quo sunt omnia, « L’orateur concis, dont le ton ne s’élève jamais, peut instruire les juges, il ne peut les émouvoir ; et cependant tout est là » (éd. Courbaud 1928) ; cf. Kroll 1958, p. 72 ; Calboli Montefusco 2010, p. 115.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.