Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fabrique de la déclamation antique

 | 
Catherine Schneider
, 
Rémy Poignault

Un Ludus entre instruction et distraction des élites

Présence et fonctions de la sententia dans la déclamation latine

Marion Faure-Ribreau

Résumé

Les propos critiques de Quintilien (VIII, 5) sur l’usage de la sententia par ses contemporains mènent à se demander si la sententia, dans la déclamation, est un ornement gratuit et isolé. En étudiant les commentaires de Sénèque le Père sur les sententiae qu’il cite, on constate que la sententia doit selon lui s’intégrer de façon cohérente au discours, notamment à son color, et qu’elle n’est pas dénuée d’une efficacité pragmatique, que lui confère en particulier sa dimension éthique : la sententia manifeste l’auctoritas de l’orateur.

Reading the Institutio oratoria excerpt (VIII, 5) where Quintilian criticizes the way his contemporaries made use of the sententia, one can wonder whether the sententia, in Roman declamation, is nothing but a free and isolated ornament. According to Seneca the Elder, as we can see when he comments the sententiae he quotes in his Controversiae, the sententia should fit in with the whole speech, and especially with its color; he considers that the sententia has a pragmatic efficiency, because of its ethical function: as a matter of fact, the sententia shows the orator’s auctoritas.

Texte intégral

1Dans le livre VIII, 5 de son Institution oratoire, Quintilien s’intéresse aux genres et aux emplois de la sententia. Après avoir rapidement défini les sens de ce terme latin, et l’avoir distingué des termes sensa et sensus, Quintilien introduit et justifie son développement sur les sententiae en ces termes :

  • 1 Quint., VIII, 5, 2 : « [Nous appelons] sententiae les traits brillants, et surtout ceux qui sont si (...)

[…] lumina autem praecipueque in clausulis posita sententias ; quae minus crebrae apud antiquos nostris temporibus modo carent1.

  • 2 Quint., VIII, 5, 12 ; 20 ; 22‑24.
  • 3 Quint., VIII, 5, 22.

2Il développe ensuite son propos en deux temps, traitant tout d’abord des différentes formes de sententiae, avec de nombreux exemples à l’appui, avant de s’intéresser à l’opportunité et aux modalités de leur utilisation. Les nombreux exemples qu’il cite dans la première partie de ce chapitre sont tirés tant de Cicéron, et de quelques poètes, que d’orateurs contemporains, et notamment de déclamateurs2, ces derniers étant essentiellement cités pour illustrer les formes systématiquement mauvaises de sententiae, désignées par le terme péjoratif inventiunculae (« minables inventions »)3.

3Car Quintilien, s’il n’estime pas que la sententia doit être absolument bannie de l’art oratoire, mais seulement utilisée avec modération, blâme à plusieurs reprises le goût de ses contemporains pour le trait brillant qui vise les applaudissements du public et dessert le sens :

  • 4 Quint., VIII, 5, 13‑14 : « Mais ce qu’on veut aujourd’hui est tout autre : que tout passage, toute (...)

Sed nunc aliud volunt, ut omnis locus, omnis sensus in fine sermonis feriat aurem. Turpe autem ac prope nefas ducunt respirare ullo loco qui adclamationem non petierit. Inde minuti corruptique sensiculi et extra rem petiti. Neque enim possunt tam multae bonae sententiae esse quam necesse est multae sint clausulae4.

  • 5 Quint., VIII, 5, 31 : « Et pour la plupart des orateurs, ce n’est pas qu’ils disent beaucoup de sen (...)
  • 6 Quint., VIII, 5, 27‑29.
  • 7 Quint., VIII, 5, 28.
  • 8 Quint., VIII, 5, 33.
  • 9 Berti 2007, p. 26, considère d’ailleurs que la sententia est le trait dominant de la déclamation, l (...)

4La sententia envahit tout, comme il le note un peu plus loin : Nec multas plerique sententias dicunt, sed omnia tamquam sententias5. Trop nombreuses, les sententiae se nuisent entre elles, et nuisent surtout à l’ensemble du discours6, qui ressemble alors à un vêtement bariolé, que Quintilien oppose implicitement à l’éclat mesuré de l’unique bande de pourpre de la toge prétexte7. L’auteur de l’Institution oratoire ne limite pas ses remarques aux seuls déclamateurs, mais semble blâmer dans l’excès de sententiae un goût répandu chez tous ses contemporains. Il est cependant tentant de supposer que cette mode, apparemment moderne, et critiquée par ceux qui se réclament du style des Anciens8, tire son origine de la pratique de la déclamation, où l’orateur vise l’agrément et les applaudissements plus que l’argumentation et la persuasion9. En effet, les propos de Quintilien semblent faire écho à ceux que Sénèque le Père, dans la préface du neuvième livre de son recueil intitulé Sentences, divisions et couleurs des orateurs et des rhéteurs, place dans la bouche de l’orateur Votienus Montanus :

  • 10 Sen., Contr. IX, pr. 1‑2 : « Celui qui prépare une déclamation écrit non pour vaincre, mais pour pl (...)

Qui declamationem parat, scribit non ut vincat, sed ut placeat. Omnia itaque lenocinia conquirit ; argumentationes, quia molestae sunt et minimum habent floris, relinquit. Sententiis, explicationibus audientis delinire contentus est. Cupit enim se approbare, non causam. Sequitur autem hoc usque in forum declamatores vitium, ut necessaria deserant, dum speciosa sectantur10.

  • 11 Voir Sen., Contr. II, I, 24 : certains déclamateurs se laissent détourner de la couleur choisie (ne (...)
  • 12 Sen., Contr. VII, 4, 10.

5Ainsi, la sententia participerait du superflu et du brillant que privilégient les déclamateurs en quête d’applaudissements, ou du moins relèverait de l’ornement qui, quand il est recherché pour lui-même et non plus au service de l’argumentation, rend les discours hachés, quand il ne les rend pas parfaitement idiots11. Et l’on peut rapprocher la description que fait Quintilien d’une quête de la clausule qui frise souvent l’absurde chez ses contemporains, d’une anecdote rapportée par Sénèque : Porcius Latron, pour mettre en garde ses élèves contre la séduction facile des sententiae qui sonnent bien par un effet de compositio, leur tendit un piège ; il conclut un développement grandiloquent par une sententia dépourvue de sens, mais dont la compositio provoqua les applaudissements des écoliers ; leur maître put ainsi les sermonner et leur montrer que l’on ne peut applaudir indifféremment tout ce qui est bien dit12.

6La sententia n’est-elle donc, dans les déclamations, que cet ornement dont l’usage abusif nuit au sens et à la cohérence du discours ? Est-elle un trait isolé, isolable, qui n’est recherché que pour son agrément, et ne participe pas du fonctionnement global de l’oratio ? Le recueil de Sénèque le Père, qui isole les sententiae des controverses et suasoires dont il conserve la trace, rapportant ces traits de ses contemporains comme autant de mots que l’on applaudit et que l’on répète, semble confirmer cette vision de la sententia comme manifestation ponctuelle de la virtuosité oratoire. Dans le contexte scolaire et spectaculaire, autrement dit ludique, qui est celui de la déclamation, la sententia devient-elle un ornement gratuit ?

7Pour comprendre quelle est la fonction de la sententia dans la déclamation, nous nous attacherons principalement à étudier les jugements et les commentaires de Sénèque le Père sur les sententiae qu’il cite. En effet, une analyse de l’intégration des sententiae dans les déclamations que nous avons conservées s’avère fort ardue, voire hasardeuse : de fait, que ce soit à la lecture du chapitre de Quintilien, ou à l’examen du recueil de Sénèque le Père, il semble difficile de proposer une définition de la sententia qui permette de la reconnaître et de l’isoler au sein d’un discours. C’est donc dans les discours tenus par Sénèque le Père sur les pratiques et usages de la sententia que nous trouverons des réponses à nos interrogations, après avoir abordé rapidement, dans un premier temps, le délicat problème de la définition de la sententia.

Qu’est-ce que la sententia ?

  • 13 Voir notamment Kriel 1961 ; Delarue 1979.
  • 14 Pour une synthèse sur les différentes définitions de la γνώμη et de la sententia, voir aussi Paré-R (...)
  • 15 Quint., VIII, 5, 3.

8Pour tenter de comprendre ce qu’est la sententia, il nous faut revenir au chapitre de l’Institution oratoire qui lui est consacré ; ce chapitre a beaucoup intrigué les chercheurs, qui ont notamment tenté d’en élucider la structure13, afin de mieux comprendre les différentes formes et sous-formes de la sententia. Nous ne reviendrons pas en détail sur ces questions14. Nous nous concentrerons ici uniquement sur le caractère double de la sententia, reconnu par tous les chercheurs, quelle que soit la structure qu’ils identifient dans le développement de Quintilien. On distingue ainsi généralement la sententia-gnomè, maxime à valeur de vérité générale, que Quintilien identifie explicitement à la γνώμη grecque15, de la sententia-trait, formule frappante ou pointe, dépourvue de valeur universelle.

  • 16 Quint., VIII, 5, 3 : Antiquissimae sunt quae proprie, quamvis omnibus idem nomen sit, sententiae vo (...)
  • 17 Sen., Contr. I, pr. 23 : Solebat autem et hoc genere exercitationis uti, ut <aliquo die> nihil praeter epiphone</aliquo> (...)

9Quintilien identifie la première comme la forme la plus ancienne, celle que désigne en propre (proprie) le terme sententia, et la définit comme une parole à valeur universelle (vox universalis), indépendante de tout contexte16. Notons que Sénèque le Père opérait la même distinction implicite, avec le même emploi de l’adverbe proprie, dans la préface du premier livre de son recueil17 : ce que l’on appelle proprement des sententiae, ce sont des sententiae translaticiae, c’est-à-dire transmises par la tradition, ou habituelles (Henri Bornecque traduit par « lieux communs », mais le terme latin loci conviendrait mieux dans ce sens ; il semble que l’adjectif translaticius renvoie ici davantage à l’origine des sententiae, qui sont véhiculées par la tradition, qu’à leur caractère universel, que soulignait Quintilien) ; les deux auteurs ont également en commun d’intégrer, dans leur définition de la sententia, son autonomie par rapport au sujet du discours et sa capacité à s’adapter à tout contexte.

  • 18 Bonner 1949, p. 54‑55, a relevé des exemples de ces sententiae gnomiques de Sénèque le Père.
  • 19 Remarquons également que, dans l’énumération des figures possibles de la sententia-gnomè, Quint., V (...)
  • 20 Sen., Contr. I, pr. 23, désigne d’ailleurs les sententiae gnomiques (translaticiae) par les mots ho (...)

10Cependant, si l’on observe les sententiae rapportées par Sénèque le Père dans son recueil, une faible proportion semble correspondre à ce que nous appellerions la maxime, c’est-à-dire la sentence à valeur de vérité générale18 : la majeure partie de ces sententiae entretiennent un lien direct, souvent explicite, avec le sujet de la controverse ; un grand nombre d’entre elles, par exemple, sont énoncées à la première personne du singulier, ou adressées à un « tu » qui, tout aussi fictif que le « je », renvoie à l’un des personnages de la fiction à l’origine de la controverse. De même, dans le chapitre de Quintilien, à partir du paragraphe 9, et ce sans que l’auteur signale explicitement qu’il passe à une seconde catégorie de sententiae, les formules citées perdent toute valeur gnomique19 ; on remarque d’ailleurs que Quintilien explicite fréquemment le contexte des sententiae qu’il cite à partir de ce moment-là, mis à part pour quelques-unes bien connues (et tirées de Cicéron, le plus souvent) ; ce contexte est en effet nécessaire pour comprendre ces sententiae, ce qui les distingue de la sententia-gnomè. Celle-ci semble donc ne constituer qu’une forme de sententia parmi d’autres20.

  • 21 Quint., VIII, 5, 2.
  • 22 Notamment Kriel 1961 ; Delarue 1979.
  • 23 Berti 2007, p. 166‑172.
  • 24 Berti 2007, p. 166‑171. Voir également Connolly 2009, p. 331‑332, 338‑339.
  • 25 Chez Sénèque, des centaines d’exemples de cette construction ont été identifiés par Bonner 1949, p. (...)
  • 26 Sen., Contr. I, 2, 17 [Marullus] : « Racontez donc qu’on l’abordait toujours comme une prostituée, (...)
  • 27 Il en repère également dans la sententia-gnomè (Berti 2007, p. 164‑165).
  • 28 Voir Sen., Contr. IX, 1, 13 : pour justifier la reprise par un Romain d’une sententia composée par (...)
  • 29 Berti 2007, p. 163.
  • 30 Quint., VIII, 5, 5.

11Qu’est-ce qui caractérise donc ce second type de sententiae ? Et surtout, quels sont les points communs des deux formes de sententiae ? Il semble en effet à première vue surprenant que le terme sententia recouvre deux phénomènes bien distincts, la maxime et le trait. Peut-on parvenir à une définition unique de la sententia ? Sénèque, qui prend les sententiae pour objet principal de son recueil, n’en donne jamais de définition ; quant à Quintilien, il ne donne qu’une courte définition générale de la sententia, celle que nous avons citée au début de cet article : « les traits brillants, et surtout ceux qui sont situés à la fin des périodes » (lumina autem praecipueque in clausulis posita)21. Définition peu technique, et qui ne nous éclaire que très peu. Il semble même mal aisé de déterminer à quel moment de son développement Quintilien passe de la sententia-gnomè à la sententia-trait – c’est en tout cas un problème qui a intrigué les commentateurs22. Nous devons donc nous contenter d’observer les sententiae citées par Quintilien et par Sénèque. Comme l’a noté Emanuele Berti dans son ouvrage récent consacré au recueil de Sénèque le Père23, il semble difficile de dégager les règles de composition de la sententia ; tout au plus pouvons-nous observer des phénomènes récurrents, que le chercheur italien s’est attaché à identifier24, comme la recherche du paradoxe, signalé fréquemment par l’adjectif novus, et rendu notamment à l’aide de l’antithèse combinée au parallélisme de construction (l’isocolon)25. Pour prendre un exemple parmi tant d’autres, on peut citer une sententia de Marullus, le maître de Sénèque, admirée par Latron : narrate sane omnes tamquam ad prostitutam venisse, dum tamquam a sacerdote discesserint26. Si les formes de sententiae sont aussi nombreuses que leurs contextes, conclut Emanuele Berti, il est possible de repérer des mécanismes ou des modules préconstitués27, favorisés par la récurrence de situations typiques dans les sujets de déclamation. La sententia illustre ainsi le goût des déclamateurs pour l’antithèse et le paradoxe, même si ceux-ci ne suffisent pas à la définir. Nous sommes alors réduits à nous contenter d’une définition de la sententia subjective et peu technique, celle de toute formule frappante qui exprime une idée de façon brillante, originale et concise28, ou du moins concentrée29. Une définition qui peut convenir également à la sententia-gnomè, qui exploite selon Quintilien30 toutes les figures de style existantes pour frapper l’auditeur.

12Il semble donc que la sententia doive être définie comme toute formule « coup de poing » employée par un orateur, et ne puisse être envisagée globalement que du point de vue de son effet sur l’auditeur, effet recherché par les déclamateurs en quête d’applaudissements, effet réussi quand la sententia devient objet de mémoire et de louange (ou de raillerie).

Une pointe ornementale ?

  • 31 Par exemple Sen., Contr. IX, 3, 12 ; X, 4, 20 ; X, 5, 20.
  • 32 Berti 2007, p. 178‑179 (notamment n. 2‑3 p. 179 pour les exemples).
  • 33 Sen., Contr. I, 8, 12 ; II, 4, 7 ; IX, 4, 22.
  • 34 Sen., Contr. I 1 23 ; VII 2, 9.
  • 35 Sen., Contr. X, 1, 13.
  • 36 Sen., Contr. VII, 6, 19.
  • 37 Sen., Contr. VII, 6, 15.
  • 38 Sen., Contr. I, 7, 10 et 18.
  • 39 Sen., Contr. III, 7, 3 ; IX, 6, 11‑13 ; X, 1, 13‑14.
  • 40 Sen., Contr. IX, 2, 27.

13Car, le recueil de Sénèque le Père en témoigne doublement, la sententia est un élément isolable du discours et l’objet d’une réception particulière : immédiatement après avoir été prononcée, elle est applaudie ou raillée par les auditeurs ; elle est ensuite répétée, rapportée, parfois même réutilisée par d’autres orateurs, qui l’empruntent avec plus ou moins d’honnêteté et de bonheur31. Sénèque le Père fait état de ces différents phénomènes de réception de la sententia32, notant que l’une a été laudata33, qu’elle a soulevé les clamores34 ou suscité l’adsensus35 du public, qu’une autre a même été excepta36, voire circumlata37, ou au contraire qu’elle a été l’objet de la dérision du public (il emploie le verbe deridere)38 et de commentaires acérés39. Son ouvrage même illustre ce phénomène, puisqu’il a pour principal objet les sententiae des orateurs contemporains de Sénèque le Père, celles qu’il juge dignes de mémoire, parce qu’elles montrent ce qui doit être imité ou évité40. Dans ses préfaces, il définit à plusieurs reprises les sententiae comme l’objet de son ouvrage, qui répond ainsi au goût et à la demande de ses fils :

  • 41 Sen., Contr. I, pr. 22 : « À certains endroits, j’intercalerai le plan des controverses […] et je n (...)

Interponam itaque quibusdam locis quaestiones controversiarum […] nec his argumenta subtexam, ne et modum excedam et propositum, cum vos sententias audire velitis et quidquid ab illis abduxerit, molestum futurum sit41.

  • 42 Sen., Contr. I, pr. 5.
  • 43 Sen., Contr. I, pr. 23.

14La divisio est ainsi présentée comme un élément secondaire, annexe, une adjonction intercalée (interponam) dans le corps de l’ouvrage, constitué de sententiae, dont il convient de ne pas trop s’écarter. Et si le recueil les classe par sujets de déclamation, les sententiae n’en restent pas moins des objets isolables et isolés, objets d’une mémoire ponctuelle qui les conserve indépendamment du discours dans lequel elles s’inséraient, voire même indépendamment du sujet de la controverse. Plus tôt dans la même préface, Sénèque s’excuse en effet de citer en différents endroits des sententiae relevant de la même controverse, imputant ce désordre aux aléas de la mémoire, qui lui présente les sententiae d’une manière capricieuse et parfois arbitraire42. La sententia s’offre donc à la mémoire isolément. Elle est d’ailleurs également l’objet d’un entraînement spécifique, puisque l’un des progymnasmata consistait en un travail isolé de la sententia43.

  • 44 Sen., Contr. II, 7.
  • 45 Jugement émis par Berti 2007, p. 160.

15Mais est-elle pour autant ce trait ponctuel qui ne vise que l’agrément immédiat de l’auditeur, et qui entrecoupe le discours proprement dit ? N’a-t-elle rien à voir avec le sujet, mais aussi avec les autres éléments constitutifs du discours, division, argumentation, couleur ? Faut-il, en d’autres termes, suivre le jugement violemment négatif que Quintilien porte sur la sententia telle que l’utilisent ses contemporains ? Nous avons fait état, dans notre introduction, des difficultés d’identification que rencontre le chercheur qui voudrait repérer des sententiae dans les déclamations du Pseudo-Quintilien, ou dans la déclamation de Porcius Latron transmise intégralement par Sénèque le Père dans le second livre de son ouvrage44. Cette difficulté a certes pour cause la définition subjective et limitée que nous avons de la sententia, mais elle est renforcée par le fait que les sententiae s’intègrent au discours, dont elles constituent certains « pics » stratégiques, sans qu’il s’en trouve pour autant hérissé, morcelé, privé d’unité et de développements45.

  • 46 Sen., Contr. VII, 5, 11 ; IX, 2, 27 (Sénèque note d’ailleurs que dans les tricola et autres sentent (...)
  • 47 Sen., Contr. II, 6, 8.
  • 48 Sen., Contr. X, 5, 23.
  • 49 Sen., Contr. X, 5, 27 (insanit).

16Les commentaires et jugements que Sénèque émet à propos des sententiae qu’il cite permettent de confirmer cette impression. En effet, il ne les évalue pas en vertu de seuls critères formels, qui jugeraient la sententia pour elle-même. Non seulement il critique (ou cite d’autres déclamateurs critiquant) des sententiae en fonction de leur sens, jugeant certaines ridicules parce qu’elles sont absurdes ou illogiques46, mais il les évalue également en lien avec le contexte dans lequel elles s’insèrent : il fait alors intervenir le critère de la vraisemblance (telle sententia est critiquée à l’aide de l’expression incredibile est47, une autre énonce quod fieri non potest48, une troisième enfin fait qualifier son auteur de fou, parce qu’il imaginait que des vautours pourraient pénétrer dans un temple49). Il stigmatise également les traits qui s’écartent du sujet donné ; ainsi, parmi les res ineptas qu’a suscitées la blessure d’une femme, trouvée couchée, à peine égratignée, aux côtés du cadavre de son époux, et soupçonnée d’adultère et de complicité de meurtre, Sénèque cite cette sententia :

  • 50 Sen., Contr. VII, 5, 10 [Senianus] : « Sénianus lança une sententia dans le style de ces imbéciles  (...)

SAENIANVS ex illa stultorum nota sententiam protulit : « Non vulneravit, inquit, novercam sed viri sui sanguine aspersit »‚ cum illa vulnerata ponatur50.

17Le verbe ponatur renvoie à l’énoncé du sujet tel qu’il a été donné au début de la section, sujet qui doit être respecté par le déclamateur.

  • 51 Cette analyse vaut surtout pour les livres I, II, VII, IX et X, car les livres III à VI et le livre (...)
  • 52 Sur cette notion de color et ses différentes interprétations par les théoriciens de la rhétorique à (...)
  • 53 Sen., Contr. I, 2, 21.
  • 54 Sen., Contr. I, 3, 9 : Hic color fere sententiis, quas praeposui, permixtus est, « Ici la couleur e (...)
  • 55 Voir aussi Sen., Contr. I, 4, 7.
  • 56 Voir par exemple Sen., Contr. VII, 3, 10.
  • 57 Sen., Contr. II, 1, 37 : Solebat hos colores, qui silentium et significationem desiderant, bene <dicere> ; </dicere> (...)
  • 58 Sen., Contr. I, 4, 9 [Cestius] : « [Cestius] prononça cette dernière sententia : ‟Il est certes hon (...)

18La sententia ne tire pas sa cohérence uniquement de son sens, de sa vraisemblance ou du sujet de la controverse, elle doit aussi être en accord avec l’ensemble du discours prononcé par le déclamateur, avec son argumentation et sa tonalité. La structure même du recueil de Sénèque le montre51 : pour chaque déclamation, son propos se présente en trois temps, les sententiae proprement dites, la divisio (plan du discours) et le color, qui correspond à la position adoptée par le déclamateur, c’est-à-dire à la fois à l’idée directrice de son argumentation et à la tonalité qu’il emploie52 ; or les sententiae ne sont jamais commentées dans le premier de ces trois temps, où elles sont livrées sous forme de listes, précédées simplement du nom de leur auteur ; c’est donc dans la présentation de la divisio et, principalement, du color, que des sententiae sont l’objet de jugements et de commentaires. S’il semble alors que dans le recueil de Sénèque la sententia est partout, il est aussi évident que, loin d’être isolée, elle n’est pas indépendante des autres éléments d’une déclamation, et qu’en particulier elle est étroitement liée à la couleur du discours. On relève plusieurs passages où Sénèque lie explicitement sententia et color : il est possible par exemple de déduire une couleur à partir des sententiae qui ont été citées (on relève, à propos de la couleur, l’expression ex sententiis apparet, « elle ressort des traits »53 ; ailleurs, « la couleur est mêlée à presque toutes les sententiae » citées par Sénèque54). La sententia est ainsi au service du color55 ; elle sert en effet à l’exprimer56. Sénèque cite l’exemple d’Othon qui s’illustrait dans les couleurs qui nécessitent silences et sous-entendus ; il n’explicitait pas sa couleur, mais « utilisait toutes ses sententiae dans ce sens »57. La sententia peut aussi constituer, sous la forme d’une formule frappante, la conclusion et la synthèse d’une couleur, comme dans le cas de Cestius racontant comment un jeune homme, à qui son père demandait de tuer sa mère adultère, en a été empêché par les supplications de sa mère ; après une narration qui faisait appel à bon nombre d’oppositions entre les demandes contraires du père et de la mère, Cestius ultimam sententiam dixit : « Occidere matrem <si> turpe est noluisse, non potui »58. L’ultima sententia résume donc de façon efficace, grâce à l’opposition entre noluisse et non potui, la couleur qui était elle-même déjà exprimée sous forme de sententiae.

19La sententia n’est donc pas seulement un ornement, elle sert l’argumentation, par sa forme frappante comme par son sens, et en particulier elle exprime la couleur de la déclamation. C’est ainsi dans le cadre de l’évocation d’une couleur, qui consistait à justifier l’acte d’un homme qui avait chassé son neveu, qu’il avait adopté, parce qu’il avait nourri son père malgré son interdiction, par la description de la haine implacable entre deux frères, que Sénèque envisage une sententia d’après son effet ou son efficacité :

  • 59 Sen., Contr. I, 1, 21 [Syriacus Vallus] : « On trouvait qu’il avait rendu avec la même force cette (...)

Aeque efficaciter odium videbatur expressisse fraternum hac sententia : « Vos, iudices, audite quam valde eguerim ; fratrem rogavi ! »59.

20Ainsi, même si la déclamation s’inscrit dans un contexte ludique et n’a donc pas pour fonction de convaincre des juges et un auditoire, mais seulement de placere, de gagner applaudissements et approbation des connaisseurs, elle n’est pas dénuée d’une certaine recherche de l’efficacité pragmatique ; les effets visés sont certes différents, mais Sénèque n’en juge pas moins les déclamations, et notamment les sententiae, en fonction de leur efficacité.

Oculos eloquentiae (Quint., VIII, 5, 34) : la sententia, un signe éthique

21Cette perspective pragmatique est par exemple présente quand Sénèque s’intéresse à la dimension éthique des déclamations, dimension à laquelle participent la couleur et, avec elle, la sententia, comme le montre un passage du livre II où une sententia citée sert une couleur qui consistait à mettre en scène la persona du locuteur pour la faire paraître sévère :

  • 60 Sen., Contr. II, 4, 9 [Hispo Romanius] : « Quant à ceux qui parlèrent pour le jeune homme, tous n’a (...)

A parte adulescentis non unus omnibus color placuit. Quidam personam eius, qualem acceperant, introduxerunt duram et asperam ; ex quibus fuit et Hispo Romanius : hoc unum aiebat efficiendum, ut non durus videretur, sed severus. In hac parte dixit nobilem illam sententiam, quam Fabius Maximus circumferebat : « Venit adsidue in domum meretrix, non recedit ; paulum abest, quin noverca sit »60.

22Ce passage, qui associe sententia et persona du locuteur, permet de préciser notre interrogation sur la valeur pragmatique de la sententia : dans un contexte ludique où l’orateur prête sa voix à un locuteur fictif, sa parole l’engage-t-elle comme elle le fait sur le forum ? Son auctoritas est-elle alors mise en jeu, notamment par la sententia ? Celle-ci est en effet directement associée, par Quintilien, à la notion d’auctoritas, en lien avec la persona de celui qui la prononce :

  • 61 Quint., VIII, 5, 7‑8 : « Pour ce genre de sententiae, il faut veiller, comme partout, à ce qu’elles (...)

In hoc genere custodiendum est et id, quod ubique, ne […] a quocumque dicantur. Magis enim decet eos in quibus est auctoritas, ut rei pondus etiam persona confirmet. Quis enim ferat puerum aut adulescentulum aut etiam ignobilem si iudicet in dicendo et quodam modo praecipiat ?61

  • 62 Quint., VIII, 5, 32‑34 : Quod enim tantum in sententia bona crimen est ? Non causae prodest ? Non i (...)
  • 63 Les yeux sont définis comme les signes des motus animi de l’orateur chez Cic., De or. III, 221 : Se (...)

23La sententia, qui donne du poids au discours, ne peut le faire qu’associée à l’auctoritas de celui qui la prononce, car elle est elle-même un signe éthique porteur d’auctoritas, qui assimile l’orateur à un juge ou à censeur ; elle est donc incompatible avec une persona dénuée des qualités éthiques qui rendent la parole publique légitime. Quintilien revient, à la fin de son chapitre sur la sententia, sur son efficacité pragmatique : la sententia bona est utile à la cause, fait impression sur le juge, recommande l’orateur, c’est-à-dire sa persona62. Et Quintilien de décrire la sententia comme les yeux de l’éloquence, oculos eloquentiae – or l’on sait depuis Cicéron, et le De oratore, que les yeux sont l’un des principaux supports des signes éthiques que produit l’orateur pour movere son auditoire63. Mais Quintilien situe alors la sententia dans un contexte judiciaire, où l’orateur doit movere des juges. L’articulation entre sententia et auctoritas, et plus largement entre la sententia et la dimension éthique du discours, fonctionne-t-elle encore dans la déclamation, dès lors que l’orateur ne doit pas nécessairement convaincre, mais cherche avant tout à plaire ?

  • 64 Sen., Contr. I, 4, 10 ; X, 5, 23.
  • 65 Par exemple Sen., Contr. X, 4, 22.
  • 66 Sen., Contr. I, 5, 3 ; VII, 5, 14.
  • 67 Sen., Contr. X, 5, 27.
  • 68 Sen., Contr. X, 5, 23 et 27.
  • 69 Sen., Contr. IX, 2, 25.
  • 70 Sen., Contr. IX, 6, 12.
  • 71 Sen., Contr. I, 4, 10.
  • 72 Sen., Contr. X, 4, 21.
  • 73 Sen., Contr. IX, 6, 16.
  • 74 Sen., Contr. IX, 2, 23‑24 [Florus] : Illud, quod tamquam Latronis circumfertur, non esse Latronis p (...)

24L’ouvrage de Sénèque le Père semble accorder une place importante au critère éthique quand il juge les sententiae qu’il rapporte : on relève ainsi bon nombre d’adjectifs ou d’expressions qui les décrivent en termes moraux ; Sénèque considère ainsi qu’une sententia renferme aliquid corrupti (« quelque chose de corrompu »)64 ou est elle-même corrupta65, ou encore qu’elle est improba66, voire turpis67, sans que cela tienne nécessairement à l’inconvenance de son contenu, puisqu’en deux endroits ces notations morales sont associées à l’accusation d’invraisemblance68. D’autres termes, s’ils ne sont pas explicitement connotés moralement, viennent qualifier la sententia en des termes éthiques : telle sententia est sordidioris notae, « d’un genre assez vil, méprisable » (Bornecque traduit par « vulgaire »)69 ; les adverbes pueriliter70, frigidius71, virilius72 ou encore modestius73 servent à qualifier des sententiae. Ces jugements sur les sententiae rejaillissent sur ceux qui les prononcent et les décrivent tout autant qu’ils qualifient leurs paroles. Peut-être est-ce dans ce sens qu’il faut également interpréter la critique détaillée74 que produit Sénèque d’une sententia attribuée à tort, selon lui, à Porcius Latron, et qu’il juge parfaitement indigne de ce prince des déclamateurs, en vertu de son invraisemblance (incredibilis) mais aussi de sa compositio (l’agencement des mots), qui produit un rapprochement incongru (privata pocula). En effet, Sénèque qualifie la compositio de la fin de cette sententia en utilisant l’adjectif mollis qui, s’il peut constituer un qualificatif stylistique, est porteur en latin d’une dimension morale spécifique. Il renvoie en effet à la mollitia, que Sénèque stigmatise, dans la première préface de son ouvrage, chez les jeunes gens de son époque, associant décadence morale et décadence rhétorique dans un même développement. La sententia, si elle est mollis, trahirait ainsi les faiblesses éthiques de celui qui la prononce, dans une évaluation qui englobe qualités morales et qualités rhétoriques sans les distinguer.

  • 75 Sen., Contr. II, pr. 2.
  • 76 Sen., Contr. III, pr. 2. Plus loin (18), elles sont également qualifiées de vivae, sans que l’on pu (...)
  • 77 Sen., Contr. III, pr. 3.
  • 78 Sen., Contr. VII, pr. 2 : Sententiae, quas optime Pollio Asinius albas vocabat, simplices, apertae, (...)
  • 79 Sen., Contr. X, pr. 15 : sententias dicebat excitatas, insidiosas, aliquid petentis.
  • 80 Voir aussi celui d’Hermagoras (Sen., Contr. II, 6, 13).

25La sententia constitue ainsi aux yeux de Sénèque le Père un signe éthique, qui manifeste la persona de l’orateur, et c’est en ce sens qu’elle participe de l’efficacité pragmatique du discours. Il est d’ailleurs intéressant de ce point de vue de constater que, dans la plupart des portraits d’orateurs que livre Sénèque dans ses préfaces, intervient une notation concernant les sententiae : celles de Fabianus, dans le livre II, sont dulces75, celles de Cassius Severus vigentes76, pleines de force, et s’accordent ainsi parfaitement avec la vigueur qui se dégage de sa présence physique et de sa voix77 ; celles d’Albucius sont simplices, apertae, si bien que Pollion les décrit comme albas, blanches78 ; celles de Turrinus sont « vives, insidieuses, dirigées vers un but »79. La mention des sententiae apparaît aussi dans des portraits d’orateur présents ponctuellement dans le corps de l’ouvrage, comme dans celui d’Agroitas80 :

  • 81 Sen., Contr. II, 6, 12 [Agroitas] : « Agroitas parlait avec un art fruste et l’on voyait bien qu’il (...)

Dicebat autem Agroitas arte inculta, ut scires illum inter Graecos non fuisse, sententiis fortibus, ut scires illum inter Romanos fuisse81.

  • 82 Sen., Contr. X, 1, 13‑14 [Bassus Iulius] : Bassus Iulius […] consectari autem solebat res sordidas (...)

26Notons ici que des sententiae fortes sont, pour Sénèque, le propre de l’esprit romain, et qu’encore une fois les dimensions stylistique et éthique semblent étroitement mêlées, voire indissociables. Ainsi, pour ne prendre qu’un seul exemple concret82, quand il compare les sententiae de plusieurs déclamateurs sur une même controverse, au sujet d’un leno qui a pris au piège et assassiné chez lui dix jeunes gens, Sénèque semble faire porter ses jugements sur la personne des orateurs autant que sur la forme des sententiae : celles qu’il juge sordidae sont triviales, car elles reposent sur une référence au chien traditionnellement attaché aux portes des maisons (sans que cela ait de rapport avec le sujet) ou sur un jeu d’opposition chiffrée ; c’est surtout en les comparant avec celles de Porcius Latron, que Sénèque juge évidemment excellentes, et qualifie ici de fortes, que l’on comprend ce que Sénèque entend par sordidus ; les sententiae de Latron font appel, quand elles évoquent le deuil des pères, au sentiment de pietas, ou encore jouent sur la confusion paradoxale entre meurtre et sacrifice, entre le lupanar, espace de la débauche, et les espaces sacrés que sont un temple ou un tombeau ; ces références aux rites et aux espaces de la religion ont ainsi une valeur symbolique dont les sententiae de bas étage sont dépourvues ; les paroles de pères endeuillés sont empreintes d’une gravitas qui fait défaut chez les orateurs dont Sénèque ne prise pas les sententiae.

  • 83 Il s’agit des préfaces des livres III et IX. Les critiques de la déclamation comme exercice gratuit (...)
  • 84 Sen., Contr. I, pr. 9.

27On peut donc en déduire que pour Sénèque, comme pour Quintilien plus tard, la sententia est un signe éthique qui manifeste la persona de l’orateur et son auctoritas, autant qu’un outil efficace ; et l’on peut ainsi comprendre dans ce double sens éthique et pragmatique, ces deux points de vue semblant indissociablement liés, l’emploi par Sénèque de termes renvoyant à la force ou à la vigueur (fortis, virilis, vigentes, par exemple) pour rendre compte des sententiae qu’il cite ou du style des orateurs qu’il loue. La sententia n’est donc pas un ornement isolé et gratuit aux yeux de Sénèque qui attache, quoique implicitement, une grande importance à la dimension éthique du discours, se faisant ainsi l’héritier de Cicéron. La déclamation est certes un exercice d’école, coupé de la réalité du forum, comme Sénèque le rappelle dans deux de ses préfaces83 ; mais il semble possible de lui appliquer les principes de l’art oratoire tels que Cicéron les a théorisés, et de donner ainsi une dimension éthique aux discours, en même temps qu’une vertu morale à la pratique même de la déclamation. Les sententiae participent ainsi de la perspective éthique et morale du recueil de Sénèque, puisqu’elles sont le lieu où peut s’exprimer la persona d’un orateur doué d’auctoritas, de gravitas et exempt de bassesse, un orateur qui illustrerait le mot de Caton, que Sénèque reprend à son compte84 : vir bonus dicendi peritus.

Bibliographie

Berti E. 2007, Scholasticorum studia. Seneca il Vecchio e la cultura retorica e letteraria della prima età imperiale, Pise.

Bonner S. F. 1949, Roman Declamation in the Late Republic and Early Empire, Berkeley-Los Angeles.

Bornecque H., Bornecque J.‑H. (éd., trad., ann.) 1992, Sénèque le Père. Sentences, divisions et couleurs des orateurs et des rhéteurs (Controverses et Suasoires) [3e éd.], Paris (réimpr. corr. de la 2e éd. de 1932).

Bornecque H. (éd., trad., ann.) 1932, Sénèque le Rhéteur, Controverses et suasoires (2e éd.), Paris (1re éd. 1902).

Connolly J. 2009, « The Strange Art of the Sententious Declaimer », in Ph. Hardie (éd.), Paradox and the Marvellous in Augustan Literature, Oxford, p. 330‑351.

Cousin J. (éd., trad., comm.) 1976, Quintilien, Institution oratoire, tome III. Livres IV et V, Paris.

Delarue F. 1979, « La sententia chez Quintilien », in Formes brèves. De la γνώμη à la pointe : métamorphoses de la sententia, La Licorne 3, Poitiers, p. 97‑124.

Håkanson L. (éd.) 1989, L. Annaeus Seneca Maior. Oratorum et rhetorum sententiae, divisiones, colores, Leipzig.

Kriel D. M. 1961, « The Forms of the sententia in Quintilian VIII, 5, 3‑24 », AClass 4, p. 80‑89.

Levy C. 2006, « La notion de color dans la rhétorique latine : Cicéron, Sénèque le Rhéteur, Quintilien », in A. Rouveret, S. Dubel, V. Naas (éd.), Couleurs et matières dans l’Antiquité. Textes, techniques et pratiques, Paris, p. 185‑199.

Paré-Rey P. 2012, Flores et acumina. Les sententiae dans les tragédies de Sénèque, Paris.

Notes

1 Quint., VIII, 5, 2 : « [Nous appelons] sententiae les traits brillants, et surtout ceux qui sont situés à la fin des périodes ; moins fréquents chez les Anciens, ils sont employés sans mesure aujourd’hui. » Nous reprenons, en les modifiant au besoin, les traductions de Cousin 1976 pour Quintilien et de Bornecque et Bornecque 1992 pour Sénèque le Père. Pour le texte latin, nous suivons respectivement les éditions de Cousin 1976 et de Håkanson 1989.

2 Quint., VIII, 5, 12 ; 20 ; 22‑24.

3 Quint., VIII, 5, 22.

4 Quint., VIII, 5, 13‑14 : « Mais ce qu’on veut aujourd’hui est tout autre : que tout passage, toute pensée qui termine une période frappe l’auditeur. Et l’on juge honteux, voire scandaleux, de reprendre haleine sans avoir provoqué des acclamations. De là ces petits traits, insignifiants et de mauvais goût, que l’on cherche en dehors du sujet. En effet, il ne peut exister autant de bonnes sententiae que de périodes à terminer. »

5 Quint., VIII, 5, 31 : « Et pour la plupart des orateurs, ce n’est pas qu’ils disent beaucoup de sententiae, mais qu’ils disent tout comme des sententiae. »

6 Quint., VIII, 5, 27‑29.

7 Quint., VIII, 5, 28.

8 Quint., VIII, 5, 33.

9 Berti 2007, p. 26, considère d’ailleurs que la sententia est le trait dominant de la déclamation, la marque de ce genre nouveau.

10 Sen., Contr. IX, pr. 1‑2 : « Celui qui prépare une déclamation écrit non pour vaincre, mais pour plaire. Il est donc en quête de toutes les séductions ; le développement des preuves, qui est ennuyeux et peu capable d’ornements, il le laisse de côté. Il lui suffit de charmer l’auditoire par des sententiae et par des développements. C’est qu’il veut que le succès lui revienne à lui, non à la cause. Ce travers suit les déclamateurs jusqu’au forum, où ils abandonnent le nécessaire pour courir après le brillant. »

11 Voir Sen., Contr. II, I, 24 : certains déclamateurs se laissent détourner de la couleur choisie (ne pas insulter l’un des personnages) par tentation de faire des sententiae (alicuius sententiae dulcedo) ; Sénèque les oppose aux déclamateurs qui, ayant un style dépouillé, s’en tiennent à leur couleur et ne se laissent pas tenter par les sententiae (aridi declamatores fidelius quos proposuerunt colores tuentur ; nihil enim illos sollicitat, nullum schema, nulla sententia). La sententia, qui sert la couleur, peut donc aussi la trahir.

12 Sen., Contr. VII, 4, 10.

13 Voir notamment Kriel 1961 ; Delarue 1979.

14 Pour une synthèse sur les différentes définitions de la γνώμη et de la sententia, voir aussi Paré-Rey 2012, p. 17‑31 (et le tableau synthétique p. 32), qui adopte une perspective résolument diachronique, tant dans la description d’une évolution unique qui relierait la γνώμη grecque à la sententia latine (de la maxime à la pointe, la sententia latine étant à l’origine équivalente à la γνώμη), que dans l’évolution du sens du terme sententia en latin. Mais cette perspective, outre qu’elle gomme les différences entre les démarches des différents auteurs cités et entre les contextes culturels de la γνώμη grecque et de la sententia latine, ne permet pas d’expliquer totalement les rapports qu’entretiennent les deux formes de sententia : si la sententia gnomique est considérée comme première, elle serait également pour l’auteur une sous-catégorie de la sententia-trait.

15 Quint., VIII, 5, 3.

16 Quint., VIII, 5, 3 : Antiquissimae sunt quae proprie, quamvis omnibus idem nomen sit, sententiae vocantur, quas Graeci gnomas appellant : utrumque autem nomen ex eo acceperunt quod similes sunt consiliis aut decretis. Est autem haec vox universalis, quae etiam citra complexum causae possit esse laudabilis, « À la plus ancienne forme, quoique aujourd’hui toutes reçoivent le même nom, s’applique en propre le terme sententia – c’est ce que les Grecs appellent gnomai : les noms grecs et latins dérivent du fait que la sententia ressemble à un conseil ou à une décision. C’est une parole à valeur universelle, qui peut être appréciée même en-dehors du contexte d’une cause. »

17 Sen., Contr. I, pr. 23 : Solebat autem et hoc genere exercitationis uti, ut <aliquo die> nihil praeter epiphonemata scriberet, aliquo die nihil praeter enthymemata, aliquo die nihil praeter has translaticias quas proprie sententias dicimus, quae nihil habent cum ipsa controversia implicitum, sed satis apte et alio transferuntur, tamquam quae de fortuna, de crudelitate, de saeculo, de divitiis dicuntur ; hoc genus sententiarum supellectilem vocabat, « Il avait coutume aussi de pratiquer les exercices suivants : un jour, il n’écrivait que des épiphonèmes, un autre que des enthymèmes, un autre jour que ces formules traditionnelles auxquelles appartient en propre le nom de sententia ; elles n’ont pas de lien étroit avec la controverse même, mais peuvent se transporter ailleurs avec suffisamment d’à-propos, comme celles sur la fortune, la cruauté, le siècle, les richesses ; il appelait ce genre de sententiae son magasin. »

18 Bonner 1949, p. 54‑55, a relevé des exemples de ces sententiae gnomiques de Sénèque le Père.

19 Remarquons également que, dans l’énumération des figures possibles de la sententia-gnomè, Quint., VIII, 5, 6‑7 cite deux cas qui s’écartent de la définition stricte de la maxime, puisqu’ils font intervenir le particulier, et notamment les première et seconde personnes du singulier. Quintilien suppose cependant (explicitement dans le premier cas) qu’une sentence générale correspondante est sous-entendue, ou constitue l’origine implicite de la sententia.

20 Sen., Contr. I, pr. 23, désigne d’ailleurs les sententiae gnomiques (translaticiae) par les mots hoc genus sententiarum (« ce genre de sententiae »), ce qui montre bien qu’elles ne constituent qu’une sous-catégorie de la sententia. Voir aussi Contr. I, 8, 15, où une sententia est jugée digne d’un genre plus « solide » (in solidiore aliquo scripti genere) que la déclamation parce qu’elle énonce un locus (cum locum […] diceret) : il est alors clair que la sententia ne constitue pas systématiquement l’énoncé d’un locus, et n’est donc pas gnomique par définition.

21 Quint., VIII, 5, 2.

22 Notamment Kriel 1961 ; Delarue 1979.

23 Berti 2007, p. 166‑172.

24 Berti 2007, p. 166‑171. Voir également Connolly 2009, p. 331‑332, 338‑339.

25 Chez Sénèque, des centaines d’exemples de cette construction ont été identifiés par Bonner 1949, p. 67‑69.

26 Sen., Contr. I, 2, 17 [Marullus] : « Racontez donc qu’on l’abordait toujours comme une prostituée, mais qu’on la quittait toujours comme une prêtresse. »

27 Il en repère également dans la sententia-gnomè (Berti 2007, p. 164‑165).

28 Voir Sen., Contr. IX, 1, 13 : pour justifier la reprise par un Romain d’une sententia composée par un Grec, Sénèque cite l’exemple de Salluste améliorant, sur le plan de la brièveté, une sententia attribuée à Thucydide. Le commentaire détaillé que donne Sénèque de cette reprise confirme l’importance de la brièveté (pensée comme économie d’expression) comme qualité première de la sententia.

29 Berti 2007, p. 163.

30 Quint., VIII, 5, 5.

31 Par exemple Sen., Contr. IX, 3, 12 ; X, 4, 20 ; X, 5, 20.

32 Berti 2007, p. 178‑179 (notamment n. 2‑3 p. 179 pour les exemples).

33 Sen., Contr. I, 8, 12 ; II, 4, 7 ; IX, 4, 22.

34 Sen., Contr. I 1 23 ; VII 2, 9.

35 Sen., Contr. X, 1, 13.

36 Sen., Contr. VII, 6, 19.

37 Sen., Contr. VII, 6, 15.

38 Sen., Contr. I, 7, 10 et 18.

39 Sen., Contr. III, 7, 3 ; IX, 6, 11‑13 ; X, 1, 13‑14.

40 Sen., Contr. IX, 2, 27.

41 Sen., Contr. I, pr. 22 : « À certains endroits, j’intercalerai le plan des controverses […] et je n’y joindrai pas le développement, pour ne pas m’écarter de la mesure et de mon dessein : en effet, ce sont des sententiae que vous voulez entendre, et tout ce qui vous en éloignerait vous paraîtrait ennuyeux. »

42 Sen., Contr. I, pr. 5.

43 Sen., Contr. I, pr. 23.

44 Sen., Contr. II, 7.

45 Jugement émis par Berti 2007, p. 160.

46 Sen., Contr. VII, 5, 11 ; IX, 2, 27 (Sénèque note d’ailleurs que dans les tricola et autres sententiae du même genre, on se soucie du numerus et non du sensus) ; IX, 6, 13.

47 Sen., Contr. II, 6, 8.

48 Sen., Contr. X, 5, 23.

49 Sen., Contr. X, 5, 27 (insanit).

50 Sen., Contr. VII, 5, 10 [Senianus] : « Sénianus lança une sententia dans le style de ces imbéciles : ‟Ma belle-mère, dit-il, il ne l’a pas blessée, mais seulement arrosée du sang de son mari”, pourtant, l’énoncé du sujet établit qu’elle a été blessée. »

51 Cette analyse vaut surtout pour les livres I, II, VII, IX et X, car les livres III à VI et le livre VIII, qui nous ont été transmis sous la forme mutilée d’Excerpta plus tardifs (Bornecque 1932, I, p. VII ; Håkanson 1989, p. V), présentent essentiellement des sententiae, rarement des couleurs et aucune division ; ces livres ne donnent que peu de noms d’auteurs des sententiae, et comportent très peu de commentaires.

52 Sur cette notion de color et ses différentes interprétations par les théoriciens de la rhétorique à Rome, voir Lévy 2006.

53 Sen., Contr. I, 2, 21.

54 Sen., Contr. I, 3, 9 : Hic color fere sententiis, quas praeposui, permixtus est, « Ici la couleur est mêlée à presque toutes les sententiae que j’ai déjà citées. »

55 Voir aussi Sen., Contr. I, 4, 7.

56 Voir par exemple Sen., Contr. VII, 3, 10.

57 Sen., Contr. II, 1, 37 : Solebat hos colores, qui silentium et significationem desiderant, bene <dicere> ; itaque et hanc controversiam hoc colore dixit, tamquam in emendationem abdicatorum et reconciliationis causa faceret. Hoc non detegebat, sed omnibus sententiis utebatur ad hoc tendentibus, « [Othon] avait coutume de bien manier les couleurs qui demandent du silence et des sous-entendus ; aussi traita-t-il cette controverse avec une couleur d’après laquelle le but [du pauvre] était de corriger les fils chassés et de les réconcilier [avec leur père]. Cette idée, il ne l’explicitait pas, mais il utilisait toutes ses sententiae dans ce sens. » Voir aussi l’emploi par Sénèque de l’expression hoc loco pour décrire l’utilisation de sententiae pour développer une couleur (VII, 2, 10) ; il semble qu’ici locus n’ait pas un simple sens spatio-temporel, mais un sens rhétorique (« pour ce lieu du discours », c’est-à-dire « pour cette couleur ») ; même chose pour l’expression in hac parte (II, 4, 9).

58 Sen., Contr. I, 4, 9 [Cestius] : « [Cestius] prononça cette dernière sententia : ‟Il est certes honteux de n’avoir pas voulu tuer sa mère, mais moi je n’ai pas pu”. »

59 Sen., Contr. I, 1, 21 [Syriacus Vallus] : « On trouvait qu’il avait rendu avec la même force cette haine fraternelle dans cette sententia : ‟Ô vous, mes juges, connaissez toute l’étendue de ma détresse : je me suis adressé à mon frère !” »

60 Sen., Contr. II, 4, 9 [Hispo Romanius] : « Quant à ceux qui parlèrent pour le jeune homme, tous n’adoptèrent pas la même couleur. Certains donnèrent à ce personnage, comme on le leur indiquait, une personnalité cruelle et dure, par exemple Romanius Hispon lui-même, qui disait qu’il fallait uniquement s’attacher à le faire paraître non pas cruel, mais austère. C’est dans ce rôle qu’il lança cette fameuse sententia que vantait partout Fabius Maximus : ‟Cette courtisane vient continuellement dans notre maison, elle ne la quitte plus ; peu s’en faut qu’elle ne soit ma belle-mère”. » Voir aussi Sen., Contr. II, 4, 8, pour l’emploi de l’adverbe ethicos pour qualifier une sententia.

61 Quint., VIII, 5, 7‑8 : « Pour ce genre de sententiae, il faut veiller, comme partout, à ce qu’elles […] ne soient pas placées dans la bouche de n’importe qui. Elles conviennent mieux, en effet, aux personnes qui ont de l’autorité, de sorte que la personnalité ajoute même du poids à la chose. Souffrirait-on, en effet, qu’un enfant ou un tout jeune homme ou même un homme de condition très modeste parlât avec l’autorité d’un juge et, pour ainsi dire, d’un donneur de leçons ? »

62 Quint., VIII, 5, 32‑34 : Quod enim tantum in sententia bona crimen est ? Non causae prodest ? Non iudicem movet ? Non dicentem commendat ? […] Ego vero haec lumina orationis velut oculos quosdam esse eloquentiae credo, « Qu’y a-t-il en effet de répréhensible dans une bonne sententia ? N’est-elle pas utile à la cause ? Ne fait-elle pas impression sur le juge ? Ne recommande-t-elle pas l’orateur ? […] Pour ma part, je considère ces points lumineux du discours comme les yeux de l’éloquence. »

63 Les yeux sont définis comme les signes des motus animi de l’orateur chez Cic., De or. III, 221 : Sed in ore sunt omnia. In eo autem ipso dominatus est omnis oculorum ; quo melius nostri illi senes, qui personatum ne Roscium quidem magnopere laudabant. Animi est enim omnis actio et imago animi vultus, indices oculi. Nam haec est una pars corporis, quae, quot animi motus sunt, tot significationes et commutationes possit efficere. Neque vero est quisquam qui eadem contuens efficiat, « Mais tout dépend du visage. Et dans le visage lui-même ce sont les yeux qui dirigent tout ; c’est pourquoi chez nous les vieillards avaient raison quand ils refusaient de donner sérieusement leur approbation à un acteur masqué, même Roscius. En effet, l’action tout entière dépend de l’âme, et le visage représente l’âme, les yeux la signifient. Car c’est la seule partie du corps qui puisse produire autant de significations et de changements qu’il existe de mouvements de l’âme. Et de fait il n’existe personne qui puisse produire les mêmes effets sans se servir de son regard. »

64 Sen., Contr. I, 4, 10 ; X, 5, 23.

65 Par exemple Sen., Contr. X, 4, 22.

66 Sen., Contr. I, 5, 3 ; VII, 5, 14.

67 Sen., Contr. X, 5, 27.

68 Sen., Contr. X, 5, 23 et 27.

69 Sen., Contr. IX, 2, 25.

70 Sen., Contr. IX, 6, 12.

71 Sen., Contr. I, 4, 10.

72 Sen., Contr. X, 4, 21.

73 Sen., Contr. IX, 6, 16.

74 Sen., Contr. IX, 2, 23‑24 [Florus] : Illud, quod tamquam Latronis circumfertur, non esse Latronis pro testimonio dico et Latronem a sententia inepte tumultuosa vindico. Ipse enim audivi Florum quendam, auditorem Latronis, dicentem […], ille dixit in Flaminino : « Refulsit inter privata pocula publicae securis acies. Inter temulentas ebriorum reliquias humanum everritur caput ». Numquam Latro sic composuisset, ut, quia « publicam » securem dicturus erat, diceret « privata » pocula, nec in tam mollem compositionem sententia eius evanuisset ; nec tam incredibilis umquam figuras concipiebat, ut in ipso triclinio inter lectos et mensas percussum describeret, « Une sententia, que l’on cite partout comme de Latron, n’est pas de lui, je viens en témoigner et je défends Latron contre cette sententia absurdement tapageuse. Je l’ai entendue moi-même prononcée par un certain Florus, auditeur de Latron […], il dit, à propos de Flamininus : ‟Dans un festin particulier, on vit reluire le tranchant de la hache publique. Avec tous les restes de l’ivrognerie, on balaye la tête d’un homme.” Jamais Latron n’aurait rapproché ces mots, et jamais, parce qu’il devait parler de ‟hache publique”, il n’aurait parlé de ‟festin particulier” ; sa sententia ne se serait pas évanouie en une fin de phrase si languissante et jamais il n’imaginait des figures de rhétorique aussi incroyables que de décrire cette exécution faite dans la salle à manger même, parmi les lits et les tables. »

75 Sen., Contr. II, pr. 2.

76 Sen., Contr. III, pr. 2. Plus loin (18), elles sont également qualifiées de vivae, sans que l’on puisse déterminer s’il s’agit d’une qualité ou d’un défaut.

77 Sen., Contr. III, pr. 3.

78 Sen., Contr. VII, pr. 2 : Sententiae, quas optime Pollio Asinius albas vocabat, simplices, apertae, nihil occultum, nihil insperatum adferentes, sed vocales et splendidae, « Ses sententiae, qu’Asinius Pollion appelait très justement ‟blanches”, étaient simples, transparentes, sans piège, sans artifice, mais sonores et éclatantes. »

79 Sen., Contr. X, pr. 15 : sententias dicebat excitatas, insidiosas, aliquid petentis.

80 Voir aussi celui d’Hermagoras (Sen., Contr. II, 6, 13).

81 Sen., Contr. II, 6, 12 [Agroitas] : « Agroitas parlait avec un art fruste et l’on voyait bien qu’il n’avait pas fréquenté les Grecs, mais ses sententiae avaient de la force et l’on voyait bien qu’il avait fréquenté les Romains. »

82 Sen., Contr. X, 1, 13‑14 [Bassus Iulius] : Bassus Iulius […] consectari autem solebat res sordidas et inveniebat, qui illas unice suspicerent. Memini illum declamantem controversiam de lenone, qui decem iuvenibus denuntiavit, ne in lupanar accederent, et foveam igne repletam terra superiecta obruit, in quam adulescentibus lapsis et consumptis accusatur rei publicae laesae. Audit illum declamantem Albucius, fastidiosus auditor eorum, quibus invidere poterat ; admirabatur hanc Bassi sententiam : « Non mehercules te ferrem, si canem ad ostium alligasses ». (Idem Latronis illas sententias aiebat tumidas magis esse quam fortes, <quae> summa hominum admiratione circumferebantur : « Legunt argumenta patres et ossa liberorum coniectura dividunt ». Et illam : « Produc iam sacerdotes tuas ». Et illam : « Supra cineres liberorum nostrorum lupanar de<di>catum est ».) Ipse autem laudabat haec utique <quae> adaequaret, nam in hac ipsa controversia, ne Bassus videretur aliquid dixisse sordidius, dixit ipse : « Itane sic peribunt decem iuvenes propter dipondios tuos ? » « Julius Bassus […] avait coutume de rechercher des expressions triviales et il se trouvait des gens pour les admirer plus que tout le reste. Je l’entends encore, déclamant dans la controverse du proxénète qui conseilla à dix jeunes gens de ne pas venir dans son lupanar ; il avait creusé une fosse pleine de feu, dissimulée avec de la terre ; les jeunes gens y tombèrent et périrent brûlés ; aussi est-il accusé d’avoir causé un préjudice à l’État. Ce jour-là, il avait pour auditeur Albucius, qui écoutait avec dédain ceux qui pouvaient exciter sa jalousie ; il admirait cette sententia de Bassus : ‟Je ne te supporterais pas, même si tu avais attaché ton chien à la porte”. Par contre, il disait qu’il y avait plus d’enflure que de force dans ces sententiae de Latron, qu’on répétait partout avec admiration : ‟Les pères choisissent leurs preuves et séparent, par conjecture, les ossements de leurs enfants”. Et celle-là : ‟Maintenant, fais entrer tes prêtresses”. Et celle-ci : ‟Au-dessus des cendres de nos enfants, c’est un lupanar qu’on a consacré”. Pour sa part, il louait, dans tous les cas, ce qui était à son niveau ; car, dans cette controverse justement, pour que Bassus ne semblât pas trop trivial, il dit lui-même : ‟Ainsi dix jeunes gens périront pour tes femmes de rien ?” »

83 Il s’agit des préfaces des livres III et IX. Les critiques de la déclamation comme exercice gratuit et coupé de toute pragmatique ne sont pas directement le fait de Sénèque, qui les attribue à deux orateurs dont il fait le portrait, Cassius Severus et Votienus Montanus. Elles lui permettent ainsi d’introduire une perspective pragmatique dans ses propos, sans dénoncer ouvertement les travers de la déclamation.

84 Sen., Contr. I, pr. 9.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.