Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Fabrique de la déclamation antique

 | 
Catherine Schneider
, 
Rémy Poignault

Avant-propos

Rémy Poignault e Catherine Schneider

Testo integrale

  • 1 Fénelon dans sa Lettre à l’Académie française sur la grammaire, la rhétorique, la poétique et l’his (...)
  • 2 Quint., II, 4, 41 : fictas ad imitationem fori consiliorumque materias.

1« Chez les Grecs, disait Fénelon, tout dépendait du peuple, et le peuple dépendait de la parole »1 ; pour gagner le peuple à sa cause, il fallait donc être éloquent, et pour devenir éloquent, il fallait s’entraîner. Aussi les rhéteurs grecs ont-ils très tôt répertorié les contextes d’éloquence appelant la parole publique, selon leur genre : le genre judiciaire, qui juge du passé dans les assemblées juridiques et tranche entre le juste et l’injuste ; le genre délibératif, qui décide du futur dans les assemblées politiques et tranche entre l’opportun et l’inopportun ; le genre démonstratif, qui commémore le présent dans les assemblées civiles et fait apparaître le bien et le mal, le beau et le laid. Aux deux premiers genres, ils ont associé des exercices scolaires, promis à une immense fortune : la controverse et la suasoire, qui imitent plaidoyers et harangues et forment ce qu’on appelle la déclamation antique. L’art de la déclamation consiste de fait, comme le dira Quintilien, à « traiter des sujets fictifs à l’imitation des vrais procès et des assemblées délibératives »2 : ce n’est donc, au départ, rien d’autre qu’un simulacre des activités oratoires sociopolitiques.

2Née dans un cadre scolaire, conçue à l’origine comme un instrument de formation et d’instruction de la jeunesse, la déclamation, qui n’était d’abord qu’un moyen, suscita un tel engouement qu’elle devint aussi très vite une fin en soi : si l’on déclamait à l’origine pour apprendre à parler, on déclamera aussi très tôt pour le plaisir de déclamer ; le genre oscille donc entre instruction et distraction des élites. Quelques témoins nous en sont parvenus : outre la collection de Sénèque le Père, il faut citer, du côté latin, les noms de Calpurnius Flaccus, du Pseudo-Quintilien, de Dracontius ou d’Ennode de Pavie et, du côté grec, les représentants de la Seconde Sophistique (Polémon, Ælius Aristide, Lucien de Samosate, par exemple), puis de la Troisième Sophistique (Libanius, Himérius, notamment) et au-delà (Procope de Gaza, Chorikios, etc.).

  • 3 D. A. Russell, Greek Declamation, Cambridge-New York, 1983.
  • 4 M. Winterbottom, The Elder Seneca. Declamations, I-II, Cambridge (Mass.)-Londres, 1974 ; Id., The M (...)
  • 5 L. Håkanson, Calpurnii Flacci Declamationum excerpta, Stuttgart, 1978 ; Id., Declamationes XIX maio (...)
  • 6 D. R. Shackleton Bailey, M. Fabii Quintiliani Declamationes minores, Stuttgart, 1989 ; Id., [Quinti (...)
  • 7 A. Stramaglia, « An International Project on the Pseudo-Quintilianic Declamationes maiores », Rheto (...)
  • 8 Un second volume, centré sur les jeux de genre de la déclamation ainsi que sur ses prolongements au (...)

3Pourtant, bien que ces exercices aient été au cœur du système éducatif antique et qu’ils soient devenus l’un des passe-temps favoris des élites grecques et romaines, les déclamations n’ont que très peu retenu l’attention des spécialistes jusqu’à l’étude fondatrice de Donald Russell3 et aux éditions pionnières de Michael Winterbottom4, de Lennart Håkanson5 ou de David Shackleton Bailey6 parmi d’autres. Ces dernières années, toutefois, ont vu naître et se développer un regain d’intérêt de la critique moderne pour cette pratique culturelle antique, sous l’impulsion, notamment, de la collection de l’université de Cassino dirigée par Antonio Stramaglia7. Ces textes si décriés, et trop longtemps considérés comme une production mineure, sans grand intérêt littéraire, et d’un abord ingrat, s’avèrent en réalité d’une inépuisable richesse et se prêtent à toutes sortes d’approches, linguistique, rhétorique et littéraire, mais aussi historique et politique ou encore anthropologique et sociologique. C’est cette infinie richesse que font ressortir les contributions ici rassemblées et présentées lors du double colloque international Présence de la déclamation antique, qui s’est tenu en novembre 2011 à l’université de Clermont-Ferrand et en juin 2012 à l’université de Strasbourg8.

4Les textes qui suivent prennent donc en compte la déclamation antique, aussi bien grecque que latine, de Sénèque le Père jusqu’aux déclamateurs de la Troisième Sophistique, et au-delà. Les approches croisées lexicologiques, littéraires et historiques font ressortir ce qu’elles nous disent elles-mêmes de leur forme, de leurs éléments constitutifs, mais aussi de leur nature et de leur statut littéraire. Leur contenu est également pris en compte pour préciser les rapports qu’elles tissent avec leur contexte littéraire, géographique, juridique et politique.

5Les trois études qui ouvrent la première section du volume se concentrent sur ce que les déclamations peuvent nous apprendre de leur auteur et sur l’image du rhéteur tel qu’il se donne à voir à travers les textes conservés.

6Les allusions à des conventions didactiques et à des questions technico-rhétoriques internes aux Declamationes maiores y forment une sorte de « métarhétorique » soulignant les modes d’élaboration de ces discours, mais permettant aussi de préciser la question de leur chronologie. La critique moderne a tendance à établir une distinction nette entre « school declamations » et « show declamations », déclamations d’école et déclamations d’apparat, même si Quintilien montre que les principes en sont identiques, seul variant leur degré d’élaboration. La finalité didactique des interventions « métarhétoriques » du « rhéteur » dans les Maiores par rapport au « déclamateur fictif » en fait pourtant d’abord des « school declamations ». C’est leur haute valeur littéraire qui leur donne la même réputation et la même diffusion que les « show declamations », le public ne traçant pas, d’ailleurs, dans l’Antiquité, de frontière nette entre les deux. Le recueil des Declamationes maiores rassemble les textes de plusieurs auteurs s’échelonnant du début du IIe siècle au milieu du IIIe siècle de notre ère ; tous ne relèvent peut-être pas forcément de professionnels de l’enseignement rhétorique et certains d’entre eux pourraient provenir d’étudiants confirmés ou d’amateurs (Antonio Stramaglia).

7Andrea Balbo jette ensuite les bases d’un réexamen des Excerpta de Calpurnius Flaccus à travers une approche lexicologique : la démarche statistique et l’étude de quelques cas précis (portant notamment sur les emplois de adulescens, iuvenis, instar, peraequatio, reddere in senatu, etc.) apportent un éclairage nouveau sur leur date de composition, qui pourrait être postérieure aux Ier-IIe siècles de notre ère, ce qui remet en cause l’identification de ce rhéteur avec le correspondant et ami de Pline le Jeune, destinataire de Ep. V, 2.

8Fabrice Robert s’attache, quant à lui, à l’incidence du contexte de composition et d’énonciation de la déclamation en dissipant quelques idées reçues concernant Ælius Aristide. Contrairement à ce qu’on a affirmé, l’examen des témoignages dont nous disposons nous apprend qu’Ælius Aristide ne se contentait pas de déclamations virtuoses de cabinet : il ne dédaignait pas les discours fictifs et il lui arrivait même de se livrer à des improvisations, considérées comme des exercices d’entraînement, sous la houlette d’Asclépios.

9Les trois analyses suivantes examinent les déclamations dans leur dimension « auto-réflexive » : on y examine les informations qu’elles nous livrent sur leur élaboration, sur la façon dont elles se fabriquent et fonctionnent comme une sorte de laboratoire.

10Nous entrons dans les aspects techniques de la déclamation avec Thorsten Burkard, qui se propose de définir les divisiones et les colores d’après Sénèque le Père, lequel adopte comme principe d’organisation de ses excerpta la distinction entre sententiae, divisiones et colores. Les divisiones consistent en questions ouvertes visant à démêler l’affaire ; on devait y distinguer nettement les aspects juridiques techniques (le ius) de l’aequitas. Le système des questions est plus souple que celui des status, qu’il précède en quelque sorte. La divisio est utile pour déterminer le color. Après avoir relevé six catégories de définitions des colores dans la critique rhétorique en général, Thorsten Burkard s’efforce de définir spécifiquement les colores chez Sénèque le Père : il s’agit de colores qui n’appartiennent pas en propre au thème, qui ne sont pas étroitement liés à la doctrine des status, qui ne servent pas à enjoliver le propos ou à interpréter les faits, mais œuvrent souvent à renforcer l’argumentation et sont des éléments fictifs – motifs, traits de caractère – ajoutés à la fiction posée par le thème.

11C’est la conception globale du moi tel qu’il transparaît dans les déclamations qu’étudie Lucia Pasetti, qui propose une « stylistique de l’intériorité » dans les Declamationes maiores. Celles-ci, à l’instar, par exemple, du théâtre de Sénèque, mettent en scène un moi instable en proie à des conflits. Ainsi les formes passives et médio-passives ou encore la métonymie des partes mettent-elles en lumière le déchirement intérieur d’un moi qui assiste, impuissant, à cette lutte ; l’animus semble, comme dans les tragédies de Sénèque, doué d’une vie autonome et soumis à des forces inconscientes, d’où, en particulier, le recours à l’indéfini nescioquis pour évoquer ce que le sujet ressent sans pouvoir le nommer. La déclamation atteint ainsi les confins de la philosophie et de la tragédie.

12Christopher Van den Berg, enfin, propose une lecture de la Declamatio maior 13 comme défense de la déclamation : l’image de la ruche y est emblématique du travail du déclamateur, tant du point de vue de la réécriture du patrimoine culturel que de l’intérêt porté à la composition de détail et d’ensemble. La structure de la déclamation est comparée à celle de la ruche, et l’accent est mis sur l’importance de la culture littéraire, non tant pour insister sur la savante intertextualité de ce texte, que pour instituer une sorte de métalangage mettant en lumière la haute valeur culturelle de la déclamation.

13Les quatre études suivantes envisagent la déclamation du point de vue du lusus, dont l’ambiguïté sémantique va du jeu à l’école.

14Erik Gunderson étudie la valeur allégorique de l’image de l’école, du lusus gladiatorius et du théâtre dans la déclamation. La déclamation est dans le même rapport à la réalité avec le forum que le lusus gladiatorius avec l’arène de l’amphithéâtre ; elle se trouve au carrefour des genres, entre comédie et tragédie, comique et sérieux, représentation et réalité, à la fois distincte de l’éloquence et en étroite relation avec elle, mais elle utilise assez peu les références à l’école, aux gladiateurs, ou même au théâtre, même si sa présence est indéniable, car elle apparaît comme un genre en quête de reconnaissance culturelle.

15La déclamation est tributaire de ses conditions d’énonciation : les lieux de la performance oratoire ne manquent pas d’exercer leur influence sur le style oratoire, comme le remarquait déjà Tacite dans le Dialogue des orateurs. Michael Trapp soulève la question de l’espace dans les déclamations grecques de la Seconde Sophistique en s’attachant surtout à l’œuvre de Philostrate et aux Discours sacrés d’Ælius Aristide, où, parfois, le jeu est impressionnant et subtil entre le lieu où le discours est proféré et les lieux qui s’y trouvent évoqués, lieux géographiques et culturels, à une époque où les sophistes parcourent le monde. Cette enquête portant aussi sur les discours qui ont Troie pour foyer appelle des compléments pour la déclamation romaine comme pour l’Antiquité tardive.

16La dimension ludique de la déclamation ne doit pas oblitérer sa valeur pragmatique et sa dimension éthique. Ainsi la sententia n’est-elle pas un simple ornement du discours, relevant du goût du public pour les traits brillants, induit précisément par la pratique déclamatoire et dont Quintilien va se défier ; Sénèque le Père souligne qu’elle doit s’intégrer au propos, à son color, servir son argumentation et contribuer à l’efficacité du discours en raison de son caractère éthique en manifestant la persona du rhéteur ou de l’orateur (Marion Faure-Ribreau).

17Le rapport entre déclamation et monde réel, par le biais des questions de droit, est particulièrement net dans les Declamationes minores du Pseudo-Quintilien : leur fragmentation pourrait s’expliquer par la volonté d’étudier un status à la fois sans se laisser distraire par les status incidentes, en rapport aussi bien avec les observations de Quintilien que celles de Cicéron. Les questions de droit y sont très importantes, les déclamations fonctionnant comme des exercices d’application de l’emploi, complexe, des états de cause (Gualtiero Calboli).

18La seconde section du volume porte sur les valeurs culturelles, éthiques et politiques à l’œuvre dans le genre déclamatoire.

19La déclamation est, pour une large part, un espace d’affirmation des valeurs romaines. Le rhéteur grec Cestius Pius qui, à l’époque augustéenne, déclame en latin, cherche, en dépit de ses difficultés, à s’intégrer parfaitement à la culture latine. Il traite à cet effet de thèmes historiques récents, comme la mort de Cicéron, utilise l’intertexte virgilien ou cicéronien et tente même de dialoguer avec Cicéron en se proposant de prononcer un discours contre Milon. On perçoit là l’importance de la dimension latine de la déclamation ainsi qu’une nette volonté d’acculturation du rhéteur (Pablo Schwartz Frydman).

20Il en va différemment dans le milieu grec du IVe siècle de notre ère. Les controverses fictives de la Diairesis Zêtêmatôn de Sopatros, en qui Nicholas Kalospyros voit l’apogée du modèle grec ainsi qu’un retour à l’atticisme et dont il analyse l’importance de l’inventio, de la dispositio, du rythme, de l’argumentation, révèlent l’importance de la déclamation grecque pendant l’Antiquité tardive, ce qui permet de poser l’existence d’un genre attique de la déclamation, distinct de la déclamation romaine.

21L’étude croisée, par Bé Breij, des relations riche/pauvre et père/fils dans la Declamatio maior 7 du Pseudo-Quintilien met en jeu ses valeurs socio-culturelles sous-jacentes. Le conflit entre le riche, cruel, et le pauvre, faible, mais fier et qui met en avant sa libertas, soulève, à propos de l’emploi de la torture, la question de la lettre et de l’esprit de la loi. Les rapports entre père et fils sont ici marqués, de manière originale, par une affection et une pietas réciproques, mais le fils n’a de valeur qu’à travers son père. Le problème de la responsabilité indirecte du père dans la mort de son fils ouvre des rapports d’intertextualité avec les tragédies de Sénèque, Médée ou Thyeste, la déclamation touchant à des notions de droit en même temps qu’elle joue avec l’espace littéraire de la déclamation et de la tragédie.

22La déclamation entretient par ailleurs des rapports privilégiés avec la morale et le droit dans la collection de Sénèque le Père, où les références au culte de Vesta révèlent des compétences précises en matière de droit pontifical. Ces thèmes, dont l’intérêt n’est pas seulement littéraire, sont à mettre en rapport avec le contexte augusto-tibérien, où castitas, pudicitia et consolidation du culte de Vesta sont à l’ordre du jour : les thèmes déclamatoires peuvent donc rencontrer, ou plutôt accompagner, l’idéologie politique (Ida Mastrorosa).

23Si la littérature apprécie fort les amours paradoxales, la déclamation antique, dans son goût pour l’artifice et le paradoxe, n’est pas en reste avec ses eunuques amoureux, ses prostitué(e)s et autres. La déclamation latine, moins légère en la matière que la déclamation grecque, met toutefois bien plus l’accent sur la dimension morale de ces textes. Ainsi la condamnation explicite des perversions sexuelles y est-elle beaucoup plus fréquente et les potentialités expressives du vocabulaire de l’obscénité font-elles l’objet de réserves de la part de Sénèque le Père et de Quintilien, dans le sillage du decorum cicéronien (Giovanna Longo).

24La morale traditionnelle paraît pourtant parfois bafouée dans la déclamation latine, comme dans les cas où la rapta se voit dans l’obligation de choisir entre la mort de son ravisseur ou l’obligation pour lui d’un mariage sans dot ; la patria potestas s’y trouve en effet affaiblie. L’espace déclamatoire semble refléter une évolution progressive des modèles familiaux, mais il s’agit d’un espace virtuel analogue à celui des Saturnales et c’est le retour à l’ordre qui prime en définitive, comme il ressort des textes juridiques postérieurs veillant à garantir la patria potestas (Graziana Brescia).

25Le genre déclamatoire peut aussi nous renseigner sur les conceptions antiques de la masculinité : la critique moderne a déjà relevé le rôle que les déclamations ont pu jouer, au début de l’Empire, dans la formation de l’idéal masculin des élites. Dans les déclamations plus tardives de l’auteur grec – et sans doute chrétien – Chorikios de Gaza (VIe siècle), si le vêtement est un marqueur important de l’identité sexuelle, le travestissement n’en affecte pas pour autant la nature humaine. À la différence d’un certain nombre d’auteurs chrétiens, qui considèrent que l’apparence révèle l’essence, il y a, chez lui, dissociation entre apparence et réalité ; on voit ainsi poindre la notion d’intimité, qui permet à un être de mener une vie personnelle différente de son image publique, voire opposée à elle (Fotini Hadjittofi).

26Les liens entre politique et déclamation sont évidents dans certaines d’entre elles. Ainsi la controverse VII, 2 de Sénèque le Père portant sur Popillius, l’assassin de Cicéron, montre comment un événement politique peut devenir objet d’exercice déclamatoire. Cicéron était assurément devenu dans les écoles de rhétorique une icône de l’éloquence latine, mais c’est sa dimension politique, et non culturelle ou littéraire, qui entre ici en jeu. La responsabilité de l’assassinat de l’orateur est entièrement reportée sur Marc-Antoine grâce à l’invention (très probable) du personnage de Popillius, ancien obligé de Cicéron, envoyé par le triumvir : au thème rhétorique traditionnel de l’ingratitude s’ajoute la question politique. Auguste se trouve ainsi dédouané du meurtre d’un homme à qui il devait tant, mais c’est aussi un moyen pour les rhéteurs de prôner une conception du pouvoir éloigné de la tyrannie (Mario Lentano).

27Gianluca Ventrella recourt à la Quellenforschung pour analyser le discours de Dion de Pruse, Diogène ou Sur la tyrannie. Ce discours procède assurément de la tradition cynique, mais relève aussi de la topique du tyran, en même temps que de l’expérience politique propre à Dion : l’auteur eut en effet à souffrir de Domitien et réactualise sans doute ainsi le topos de l’amitié impossible pour un tyran, en faisant allusion à son propre statut d’amicus principis sous Trajan. La déclamation s’ouvre de la sorte à la réalité politique contemporaine.

28L’exercice scolaire de la déclamation est aussi tourné vers la réalité politique chez Fronton : loin de le considérer comme un simple jeu, Fronton en souligne le sérieux. Les deux sujets complets conservés dans sa correspondance sont en effet des sujets historiques, qui s’insèrent dans une certaine mesure dans l’actualité, car ils mettent en jeu, dans les deux cas, des membres de la famille des Acilii Glabriones, très en vue sous les Antonins. Fronton y pose, en outre, la question, d’ailleurs courante dans les déclamations, du conflit entre légalité et droit naturel, en tendant à dépasser le droit humain dans l’universel (Pascale Fleury).

29L’empreinte latine et la marque du présent sont tout aussi nettes chez Ælius Aristide. Dans sa Déclamation 7, il répond au portrait des Athéniens brossé par les Corinthiens dans Thucydide, I, 70. Ce sont le discernement et l’intelligence politiques qui, selon Ælius Aristide, caractérisent les Athéniens, deux traits que revendiquent les Lacédémoniens chez Thucydide et auxquels Appien attribue les succès romains. Le rhéteur, qui incite parallèlement les Athéniens à faire preuve de douceur et de modération dans l’exercice de la puissance, se fait ainsi le chantre d’une bonne politique impériale, celle précisément de la Pax Romana, se livrant à une lecture romaine de l’histoire grecque (Estelle Oudot).

30On verra, à travers les pages qui suivent, la richesse de ces apports, qui sont loin d’avoir épuisé le sujet. Pendant plusieurs siècles, dans l’Antiquité et au-delà, la déclamation a joué un rôle fondamental dans l’éducation des Grecs et des Romains et a été un élément essentiel de la vie littéraire du temps, par ses jeux d’intertextualité et ses jeux de genre, notamment, mais aussi par les rapports plus étroits qu’elle entretient avec la société et la politique, fonctionnant parfois comme une sorte de laboratoire des idées et des formes. On comprend que, pendant un millénaire, et même deux, elle ait été – et soit restée – la norme de toute culture supérieure, concourant à la transmission des valeurs, esthétiques, éthiques, juridiques, politiques, et à la fabrique des élites.

Note

1 Fénelon dans sa Lettre à l’Académie française sur la grammaire, la rhétorique, la poétique et l’histoire.

2 Quint., II, 4, 41 : fictas ad imitationem fori consiliorumque materias.

3 D. A. Russell, Greek Declamation, Cambridge-New York, 1983.

4 M. Winterbottom, The Elder Seneca. Declamations, I-II, Cambridge (Mass.)-Londres, 1974 ; Id., The Minor Declamations Ascribed to Quintilian, Berlin-New York, 1984.

5 L. Håkanson, Calpurnii Flacci Declamationum excerpta, Stuttgart, 1978 ; Id., Declamationes XIX maiores Quintiliano falso ascriptae, Stuttgart, 1982 ; Id., L. Annaeus Seneca Maior. Oratorum et rhetorum sententiae, divisiones, colores, Leipzig, 1989.

6 D. R. Shackleton Bailey, M. Fabii Quintiliani Declamationes minores, Stuttgart, 1989 ; Id., [Quintilian], The Lesser Declamations, Cambridge (Mass.).-Londres, 2006.

7 A. Stramaglia, « An International Project on the Pseudo-Quintilianic Declamationes maiores », Rhetorica 27, 2009, p. 237-239.

8 Un second volume, centré sur les jeux de genre de la déclamation ainsi que sur ses prolongements au-delà de l’Antiquité classique, est publié sous le titre Présence de la déclamation antique (controverses et suasoires) dans la collection « Caesarodunum – Présence de l’Antiquité », vol. XLVI-XLVII bis.

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).