Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les vaisseaux du désert et des steppes

 | 
Damien Agut-Labordère
, 
Bérangère Redon

Le chameau de Bactriane dans les vicissitudes de l’histoire depuis 1917

Bernard Faye et Gaukhar Konuspayeva

Texte intégral

Introduction : état des lieux de la population mondiale de Bactriane et évolution démographique récente

  • 1 La population de chameaux de Bactriane en Iran étant en danger d’extinction, les chercheurs iranie (...)
  • 2 Faye, Konuspayeva 2012.

1Il est difficile de disposer de statistiques spécifiques au chameau de Bactriane, les données officielles de la FAO (Food and Agriculture Organisation des Nations unies) ne permettant pas de distinguer les espèces de grands camélidés entre elles. Tout au plus peut‑on s’appuyer sur la répartition géographique connue des deux espèces – chameau d’Arabie à une bosse et chameau de Bactriane à deux bosses – les pays d’Asie centrale et orientale étant plutôt associés à ce dernier. Cependant, la cohabitation des deux espèces à l’intérieur de certains pays rend l’exercice de recensement de la population cameline par espèce quelque peu problématique. En effet, si des pays comme l’Iran1, l’Afghanistan, le Pakistan et l’Inde possèdent un cheptel de Bactriane marginal en termes d’effectif, la cohabitation au Kazakhstan (et dans une moindre mesure en Ouzbékistan) est en revanche plus importante car les effectifs de dromadaires (de race Arvana et en provenance uniquement du Turkménistan voisin) y représentent près de 10 % de la population cameline et la pratique d’hybridation dromadaire x Bactriane y est largement répandue pour améliorer la productivité laitière du cheptel camelin2.

2Au‑delà des « pays du Bactriane » (Chine, Mongolie et ex‑républiques soviétiques d’Asie centrale), il existe des implantations résiduelles parfois historiquement anciennes. En témoigne le cheptel camelin de Crimée, reste probable des animaux des caravanes de la « Route de la soie » dont certains terminaux se situaient dans les ports de la mer Noire. En témoignent également les chameaux d’Astrakhan au nord de la mer Caspienne, génétiquement très proches de ceux de Crimée. On peut citer aussi la petite population turque qui comprend une majorité d’hybrides destinée à la lutte cameline pour les festivités hivernales en Anatolie. Pour être complet, il existe aussi des implantations de circonstance (au‑delà des parcs zoologiques et des cirques), notamment en Europe du Nord et en Scandinavie, mais qui ne jouent pas de rôle dans la production et sont plutôt liées à des activités d’écotourisme.

3Au total, on peut estimer la population actuelle de chameaux de Bactriane à moins d’un million de têtes au niveau mondial, et ces effectifs sont en lente croissance depuis le début des années 2000 après une longue période de déclin, sur laquelle nous reviendrons, et qui débute avec la révolution bolchévique.

4En s’appuyant sur les seules statistiques mondiales (site www.FAOstat.org) disponibles depuis 1961, et en ne comptabilisant que les pays à population de Bactriane exclusive ou largement dominante, on constate de fait un déclin important au début des années 1990 après une longue période de stabilité démographique (fig. 1). Ce déclin est à mettre en relation avec un phénomène politique, la chute de l’Union Soviétique en 1991, et un phénomène climatique au début des années 2000 qui a touché surtout la Mongolie et la Chine, le zud, terme désignant une situation hivernale catastrophique, caractérisée par une épaisse couche neigeuse, un froid intense et une couverture gelée empêchant le cheptel de se nourrir sur les pâturages d’hiver.

Fig. 1 – Évolution démographique de la population des chameaux de Bactriane à l’échelle mondiale depuis 1961 (source : FAOstat).

Fig. 1 – Évolution démographique de la population des chameaux de Bactriane à l’échelle mondiale depuis 1961 (source : FAOstat).

5Cependant, le cheptel de chameaux de Bactriane croît de nouveau depuis une dizaine d’années grâce à un regain d’intérêt pour l’espèce. La situation est pourtant contrastée et les évolutions diffèrent d’un pays à l’autre (fig. 2). Si le déclin en Turquie a été continu jusqu’à la fin des années 1980, suivi d’une stabilité des effectifs, la Chine a connu une chute importante de son cheptel camelin au moment de la politique de libéralisation engagée après la mort de Mao Tsé‑toung au début des années 1980. L’URSS, puis l’ensemble des nouveaux états indépendants d’Asie centrale sont marqués par la concomitance entre la dislocation du bloc soviétique et la chute des effectifs, tandis que la Mongolie a connu un déclin régulier. Pourtant, dans tous les cas, une lente remontée des effectifs s’observe depuis une quinzaine d’années. Ces changements démographiques depuis 1992 sont comparables dans toutes les ex‑républiques soviétiques devenues indépendantes, mais c’est au Kazakhstan que le renouveau de l’élevage camelin apparaît le plus soutenu.

Fig. 2 – Évolution démographique du cheptel de chameaux de Bactriane par pays depuis 1961. Pour comparer des effectifs très différents, tous les pays ont été ramenés à un indice 100 en 1961 (source : FAOstat).

Fig. 2 – Évolution démographique du cheptel de chameaux de Bactriane par pays depuis 1961. Pour comparer des effectifs très différents, tous les pays ont été ramenés à un indice 100 en 1961 (source : FAOstat).

6Avant ces évolutions récentes et positives, le chameau de Bactriane a connu une phase de déclin sans précédent, au cours du xxe siècle.

L’élevage de chameaux de Bactriane avant 1917

  • 3 Grousset 1965.
  • 4 Faye et al. 2017.

7Avant 1917, le chameau de Bactriane était essentiellement élevé dans des pays d’ancienne tradition nomade, la Mongolie, le Kazakhstan, le Kirghizstan et la Russie méridionale (Kalmoukie, Bachkirie, Tatarstan). Dans ces pays relevant de la civilisation des steppes3, l’organisation sociale était tribale et placée sous l’autorité traditionnelle du Bai (chef de tribu). À ces systèmes de production extensifs, entièrement voués à l’élevage, s’ajoutaient des systèmes associant l’agriculture et l’élevage, apanage de la culture oasienne (surtout dans les territoires des Ouzbeks et des Turkmènes). Ailleurs, on pouvait observer une faible culture citadine centrée sur les oasis qui servaient de relais le long des voies commerciales traditionnelles qui ont fait la réputation de la « Route de la soie » et où les caravansérails en Chine et au Kazakhstan (Urumqi, Kachgar, Tachkent, Taraz, Samara, Yasi, Turkestan) permettaient les échanges entre les mondes de l’Orient et de l’Occident4. Plus au sud, s’épanouissait enfin une civilisation urbaine qui connut une authentique renommée culturelle et politique à des époques plus lointaines (Samarcande, Boukhara, Merv). En définitive, l’économie de ces régions s’appuyait essentiellement sur l’économie pastorale et le commerce caravanier, deux activités impliquant le chameau de Bactriane et sa mobilité.

8Trois systèmes de production pastorale basés sur les types de mobilité ont pu être décrits (Kerven et al. 2006) :

  • un système complètement nomade ;
  • un système semi‑nomade comprenant un point d’hivernage permanent ;
  • un système transhumant de type alpin qui concernait essentiellement chevaux et moutons le long des étages altitudinaux.

9Seuls les deux premiers pouvaient impliquer des chameaux, en particulier dans les régions les plus arides autour des déserts du Karakoum (Turkménistan‑Ouzbékistan), Kyzylkoum (Kazakhstan, Ouzbékistan) et Muyunkoum (Kazakhstan) ainsi que dans les gobis de Mongolie et de Chine.

La révolution bolchévique : le chameau de Bactriane dans la tourmente

  • 5 Ohayon 2006.

10À la veille de révolution bolchévique, 70 % de la population du Kazakhstan pratiquait encore un nomadisme intégral. Les débuts de la révolution d’octobre 1917 eurent indéniablement des effets bénéfiques sur les activités d’agriculture et d’élevage, notamment grâce à la politique de récupération des terres des colons russes et au développement de la petite industrie agricole. En revanche, des effets catastrophiques suivirent la politique imposée par Staline pour lequel le nomadisme, comme mode de production « archaïque », était incompatible avec la modernisation socialiste. Il s’ensuivit une véritable descente aux enfers pour les populations locales et leurs animaux entre 1927 et 1932 avec la destruction méthodique de l’organisation tribale en trois phases5 :

  • la « dékoulakisation », c’est‑à‑dire la destruction de l’autorité traditionnelle des Bai, tous assimilés à des fermiers riches (koulak), qui s’est traduite par l’arrestation et la déportation de la plupart des Bai, du moins ceux qui n’avaient pas migré vers les pays voisins (Chine, Afghanistan) ;
  • la sédentarisation forcée via l’interdiction de tout mouvement saisonnier des troupeaux, même s’il a fallu revenir ultérieurement sur cette décision face aux contraintes du milieu ;
  • la collectivisation des systèmes de production, conduisant à la destruction totale de l’organisation spatiale antérieure et à la diminution dramatique des effectifs animaux, tout particulièrement ceux élevés par les nomades (moutons, chevaux, chameaux).

11Dans une société essentiellement consommatrice de produits animaux, cette politique déboucha sur une famine durant laquelle 1,3 millions de personnes (1/3 des nomades kazakhs) périrent.

12L’impact de ces réformes sur le cheptel camelin fut tout aussi colossal : la population cameline perdit ainsi 90 % de ses effectifs, pour passer de 1,2 millions de têtes en 1927 à 120 000 à la veille de la seconde guerre mondiale. Le chameau fut l’une des espèces les plus affectées par ces bouleversements, d’une part parce que son élevage, essentiellement basé sur la mobilité, ne pouvait résister à une telle perturbation de son mode de production, et d’autre part parce que l’animal était considéré comme un animal du passé, contrairement à la vache, vue comme l’animal de la modernité socialiste. L’élevage du chameau ne put ainsi bénéficier de l’appui des services de l’agriculture mis en place au début des années 1930.

Le chameau de Bactriane durant la période soviétique

13Devant l’ampleur des dégâts induits par la politique de Staline, des ajustements furent apportés dès les années 1930 et plus encore dans les années d’après‑guerre (assouplissement sur la mobilité, régénération des pâturages, sécurisation alimentaire pendant les périodes hivernales) appuyés par une recherche agronomique soviétique connaissant un essor considérable au sein d’une myriade d’instituts et d’universités. À titre d’exemple, l’Université agraire d’Almaty (à l’époque Alma‑Ata) fut fondée dès 1929, avec toutefois des difficultés venues du fait que l’approche des zootechniciens et vétérinaires demeura très « top‑down », les « savants » soviétiques imposant leurs solutions techniques sans considération des pratiques et objectifs des producteurs locaux.

14Au cours de cette période, le chameau de Bactriane, dont la viande était destinée à la fabrication du « corned‑camel » pour l’Armée rouge, connut un certain regain d’intérêt dans la perspective d’une production plus intensive.

15Cependant, le programme de « valorisation des terres vierges » lancé par N. Khrouchtchev en 1953, qui visait la conversion des pâturages en terres agricoles, entraîna un surpâturage lié aux contraintes nouvelles imposées aux déplacements des troupeaux, une chute du niveau des nappes phréatiques près des rivières et fleuves, tout particulièrement autour de la mer d’Aral, et, en conséquence, une désertification et salinisation des terres désormais devenues impropres au pastoralisme. Dans le même temps, au sein des structures agricoles, la planification dirigée (kolkhoze) ou administrée (sovkhose), qui s’appuyait sur une demande décidée d’en haut (le plan quinquennal), ne permit pas nécessairement de satisfaire les besoins de la base. Par ailleurs, la spécialisation des métiers de l’agriculture, qui conduisit de fait à la fin des paysans aux activités polyvalentes et à la perte de compétences individuelles reprises théoriquement par le collectif, obéra également l’efficacité de l’agriculture soviétique dont la productivité demeura assez faible et en inadéquation avec les besoins de la population.

  • 6 Tasov, Alybaev 2004.

16Pourtant, en dépit d’une telle situation, les effectifs camelins augmentèrent régulièrement pour atteindre 263 000 têtes à la veille de la chute de l’URSS. Outre l’intensification de la production de viande évoquée plus haut, les zootechniciens soviétiques furent sans doute pionniers dans l’intensification laitière. Ils furent ainsi les premiers à utiliser la machine à traire et l’injection d’ocytocine pour induire la traite sans la présence du chamelon dans les élevages de chameaux ; les premiers également à pratiquer une sélection génétique à long terme pour augmenter les performances individuelles des chameaux, tant en termes de croissance que de production laitière6.

La chute de l’URSS

17Si les effectifs de chameaux de Bactriane ont augmenté régulièrement après la seconde guerre mondiale (de l’ordre de 5 % par an), ils ont globalement stagné, voire baissé à partir des années 1980 à cause de la mauvaise alimentation du bétail, de la gestion inégale des unités de production et des distorsions liées à la planification dirigée.

18Or, cette stagnation, observée dès les années 1980, s’accentua au moment de l’indépendance avec la privatisation, bien que les statistiques disponibles soient discutables durant cette période : probablement surévalués pour satisfaire la demande du plan dans les années 1980, les effectifs étaient sous‑déclarés après l’indépendance pour s’abstraire du paiement de la taxe instaurée sur les animaux privés. Toutefois, la chute fut bien réelle car les éleveurs furent conduits à déstocker pour payer les intrants désormais à leur charge. Qui plus est, de spécialistes mono‑actifs dans des fermes collectives, les éleveurs, redevenus paysans multivalents sans en avoir les compétences, enchaînèrent les erreurs de gestion avec des conséquences parfois désastreuses sur la santé ou l’alimentation des animaux qui provoquèrent un surcroît de mortalité. L’absence de trésorerie entraîna également un déstockage important du cheptel. Ainsi, le nombre de chameaux au Kazakhstan chuta de 44 % entre 1992 et le début des années 2000, dans une proportion moindre cependant que les autres espèces (fig. 3).

Fig. 3 – Évolution des effectifs animaux au Kazakhstan depuis l’indépendance – indice 100 en 1992 (source : FAOStat).

Fig. 3 – Évolution des effectifs animaux au Kazakhstan depuis l’indépendance – indice 100 en 1992 (source : FAOStat).

19La privatisation induisit à nouveau un brutal changement des systèmes d’élevage avec trois grands types de fermes :

  • des grandes entreprises agricoles privées, plus ou moins directement issues des structures collectives soviétiques ;
  • des structures familiales de petite taille plus ou moins à la limite de la survie ;
  • des grandes fermes nées de la concentration des fermes familiales en faillite.

20Ces trois types de fermes se retrouvent encore à l’heure actuelle dans le secteur camelin ; les fermes familiales sont les plus nombreuses, mais des concentrations continuent de s’opérer.

21Depuis le début des années 2000, la plupart des pays d’Asie centrale se sont engagés dans une politique parfois ambitieuse de modernisation de l’agriculture, à coup de subventions et de formation des nouveaux agriculteurs. Toutefois, cette agriculture demeure peu subventionnée par rapport à d’autres régions du monde (USA, Union européenne) et la priorité est donnée aux grandes structures. Par conséquent, l’élevage « familial » a des difficultés à sortir de la survie et le chameau de Bactriane est un parent pauvre de ce développement. Dans un tel contexte, quel pourrait être le futur du chameau de Bactriane, qui a subi presque plus que d’autres espèces domestiques les vicissitudes de l’histoire ?

Quel avenir pour le Bactriane ?

  • 7 Faye et al. 2008.

22Le chameau de Bactriane est un faible producteur de lait, comparé au dromadaire et bien entendu à la vache : sa production journalière est de l’ordre de 2‑3 l par jour, parfois un peu plus. Néanmoins, ce lait est beaucoup plus riche en vitamine C, en matières grasses, en acides gras polyinsaturés ou en fer7. Par ailleurs, il est très recherché car il entre dans des procédés de transformation, notamment pour faire du lait fermenté appelé shubat en Chine et au Kazakhstan ou khoormog en Mongolie, très apprécié pour ses effets bénéfiques, réels ou supposés, sur la santé des consommateurs. La filière du lait de chamelle en Asie centrale tend à se moderniser avec une production qui s’engage dans l’approvisionnement des grandes surfaces en émergence dans tous ces pays, d’autant plus que ce lait bénéficie d’un différentiel de prix avantageux par rapport au lait de vache. Les Chinois, pour leur part, se positionnent sur le marché international en proposant, via leur plateforme d’e‑distribution « Ali‑Baba », de la poudre de lait de chamelle à des prix prohibitifs pour les marchés occidentaux.

23L’hybridation, évoquée en introduction, se développe pour améliorer la productivité laitière et la qualité du lait. Toutefois ce métissage a peu de risque de conduire à une érosion génétique, car le croisement d’un hybride (pourtant fertile) avec un autre hybride conduit à un animal (dénommé Jarbaï au Kazakhstan) difficilement gérable, vu son caractère. Seuls les croisements alternatifs d’absorption (avec un dromadaire ou un Bactriane de race pure) sont donc pratiqués.

  • 8 Raiymbek et al. 2015.

24La consommation de viande de chameau est encore marginale bien qu’elle possède des qualités intrinsèques incontestables : la viande est pauvre en cholestérol (50‑60 mg / 100 g de viande) et en matières grasses, possède un index protéique (index des acides aminés essentiels) très élevé, et est riche en vitamines8. Sa marginalisation tient à sa faible valorisation en termes de découpe, d’âge d’abattage et de finition, et sa consommation se limite aux zones steppiques. Toutefois, des améliorations récentes permettant de présenter sur le marché de nouveaux produits carnés tels que le Qazy (sorte de saucisson populaire au Kazakhstan) sont prometteuses pour le développement de la filière.

25La laine de Bactriane est également un atout pour la filière. C’est en effet le principal avantage comparatif par rapport au dromadaire. Des travaux ont été réalisés en Mongolie sur la sélection des animaux en fonction de la qualité de leur laine et sa transformation à l’échelle industrielle, dans le but de proposer des produits finis sur le marché international. Cette filière connaît un fort développement en Chine où la collecte de la laine au peigne et non par tonte a permis d’assurer un produit de qualité comparable au cachemire.

26Enfin, le chameau de Bactriane est intégré, comme élément de la culture nomade, dans de nombreuses manifestations de loisir et de sport dont sont friandes des populations de plus en plus urbaines qui cherchent à renouer le contact avec leurs racines.

27Des travaux de génétique ont également souligné que la biodiversité génétique du chameau de Bactriane était peut‑être plus importante qu’attendu. C’est ainsi que le « chameau sauvage de Tartarie », dont l’aire de répartition se limite aux confins désertiques de la Mongolie et de la Chine, longtemps considéré comme la version sauvage du chameau de Bactriane, s’est avéré être une espèce à part entière, différente génétiquement, avec une physiologie particulière (il résiste notamment à de fortes salinités). Ayant un ancêtre commun avec le chameau domestique, il a été baptisé Camelus bactrianus ferus. Il est désormais une espèce protégée car ses effectifs sont faibles (environ 2 000 individus).

Conclusion

28Le chameau de Bactriane, ses effectifs (qui ont connu une forte érosion) et son mode d’élevage ont assurément été affectés par les soubresauts de l’histoire du xxe siècle. Toutefois l’arrêt du déclin de la population mondiale de Bactriane depuis le début des années 2000, à mettre en relation avec la revalorisation des produits de son élevage (lait fermenté, viande, laine), permet d’espérer un avenir meilleur pour l’animal. Sans doute restera‑t‑il l’animal emblématique des steppes d’Asie centrale pour longtemps encore, mais son entrée dans une certaine « modernité » semble acquise.

Bibliographie

Faye B., Konuspayeva G. 2012, « The encounter between Bactrian and dromedary camels in Central Asia », in E‑M. Knoll, P. Burger (éd.), Camels in Asia and North‑Africa – Interdisciplinary perspectives on their past and present significance, Austrian Academy of Sciences press, Vienne, p. 27‑33 (Photos, p. 248‑250).

Faye B., Konuspayeva G., Messad S., Loiseau G. 2008, « Discriminant milk components of Bactrian camel (Camelus bactrianus), dromedary (Camelus dromedarius) and hybrids », Dairy Sciences and Technology 88, p. 607‑617.

Faye B., Senoussi H., Jaouad M. 2017, « Le dromadaire et l’oasis : du caravansérail à l’élevage périurbain », Cahiers d’Agriculture 26, http://www.cahiersagricultures.fr/articles/cagri/full_html/2017/01/cagri160215/cagri160215.html (consulté le 05/11/2019).

Grousset R. 1965, L’empire des steppes : Attila, Gengis‑Khan, Tamerlan, Paris.

Kerven C., Alimaev I., Behnke K., Davidson G., Smailov A., Temirbekov S., Wright I. 2006, « Fragmenting pastoral mobility : changing grazing patterns in post‑Soviet Kazakhstan », in D. Bedunah, E. Mc Arthur, M. Fernandez‑Gimenez, (éd.), Rangelands of Central Asia : transformations, issues and future challenges, Rocky Mountain Research Station Serial, US department of Agriculture, Fort Collins, p. 99‑110.

Niasari‑Naslaji A., Nikjou D., Skidmore J.A., Moghiseh A., Mostafaey M., Razavi K., MoosaviMovahedi A.A. 2009, « Interspecies embryo transfer in camelids : the birth of the first Bactrian camel calves (Camelus bactrianus) from dromedary camels (Camelus dromedarius) », Reproduction, Fertility and Development 21/2, p. 333‑337.

Ohayon I. 2006, La sédentarisation des Kazakhs dans l’URSS de Staline. Collectivisation et changement social (1928‑1945), Paris.

Raiymbek G., Kadim I., Konuspayeva G., Mahgoub O., Serikbayeva A., Faye B. 2015, « Discriminant amino‑acid components of Bactrian (Camelus bactrianus) and dromedary (Camelus dromedarius) meat », Journal of food composition and analyses 41, p. 194‑200.

Tasov А., Alybaev N. 2004, « Camel genetic resources and ways of camel breeding products use for population of Kazakhstan arid areas », in B. Faye, P. Esenov (éd.), Desertification combat and food safety : the added value of camel producers, NATO Sciences Series Life and Behavioural Sciences 362, Amsterdam, p. 121‑123.

Notes

1 La population de chameaux de Bactriane en Iran étant en danger d’extinction, les chercheurs iraniens ont mis en place un programme de sauvegarde notamment par la pratique du transfert d’embryons de Bactriane dans des matrices de dromadaire, afin d’augmenter les naissances de cette catégorie d’animaux (Niasari‑Naslaji et al. 2009).

2 Faye, Konuspayeva 2012.

3 Grousset 1965.

4 Faye et al. 2017.

5 Ohayon 2006.

6 Tasov, Alybaev 2004.

7 Faye et al. 2008.

8 Raiymbek et al. 2015.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Évolution démographique de la population des chameaux de Bactriane à l’échelle mondiale depuis 1961 (source : FAOstat).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8597/img-1.jpeg
Fichier image/jpeg, 227k
Titre Fig. 2 – Évolution démographique du cheptel de chameaux de Bactriane par pays depuis 1961. Pour comparer des effectifs très différents, tous les pays ont été ramenés à un indice 100 en 1961 (source : FAOstat).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8597/img-2.jpeg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 3 – Évolution des effectifs animaux au Kazakhstan depuis l’indépendance – indice 100 en 1992 (source : FAOStat).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8597/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k

Acheter