Version classiqueVersion mobile

Les vaisseaux du désert et des steppes

 | 
Damien Agut-Labordère
, 
Bérangère Redon

Le chameau de transport dans le Proche‑Orient antique

Pierre‑Louis Gatier

Texte intégral

  • 1 Lizet (éd.) 2002 ; Palgrave 1865.
  • 2 Irwin 2010.

1Il n’est pas d’ouvrage, livre ou article, consacré aux quadrupèdes du genre Camelus sans une leçon de vocabulaire au début. Traditionnellement, trois possibilités s’ouvrent aux auteurs. Soit, comme tout un chacun désormais, on déclare que le dromadaire possède une seule bosse dorsale et le chameau deux. Soit, avec Waclav Rzewuski, William Palgrave et beaucoup d’autres auteurs d’antan, on nomme « dromadaire » le fin coursier à une bosse, et « chameau » le solide animal de bât, également à une bosse, sans s’occuper de leur cousin à deux bosses1. Soit encore on adopte la solution de Robert Irwin qui appelle « dromadaire » celui qui n’a qu’une bosse et « bactrien » l’animal à deux bosses2.

  • 3 Gatier 2017b, p. 284.

2Je choisis pourtant une quatrième issue, tout en admettant avec Irwin que la bataille terminologique est perdue. Ici, les termes de « chameau bactrien » ou plus simplement de « bactrien » désigneront le chameau à deux bosses, Camelus bactrianus. Quant au Camelus dromedarius, celui qui pour les Anciens était le « chameau arabe » et que de nos jours on appelle le plus souvent « dromadaire », qu’il soit chameau de course ou chameau de transport, je me contenterai de le désigner simplement comme « chameau » – puisque je ne m’occuperai que de lui ou presque – et comme « chameau à une bosse », dans les rares cas où il y aurait une ambiguïté. Le terme latin dromedarius a été forgé dans l’armée romaine à l’époque impériale, à partir du grec dromas, « coureur », pour nommer des soldats montés sur des chameaux « coureurs ». On traduirait dromas par « méhari » et dromedarius par « méhariste », deux mots que la langue militaire coloniale française a empruntés à son tour, mais à l’arabe maghrébin3. Le latin de l’Antiquité tardive a repris dromedarius, en détournant son sens, non plus pour désigner le soldat spécialisé, mais l’animal qu’il monte. Cet usage nouveau, riche de confusions et d’embrouillaminis, qui a été plus ou moins adopté à la suite du latin tardif, mais que différentes langues dont la grecque n’ont jamais suivi, est à l’origine du « dromadaire » en français. Handicap supplémentaire du mot « dromadaire », cet adjectif substantivé n’a pas lui‑même engendré d’adjectifs ni de noms dérivés. Faute de « dromadairier », c’est un « chamelier » qui conduit ses dromadaires.

  • 4 Je remercie Jean‑Charles et Janine Balty, ainsi que Widad Khoury, pour m’avoir amicalement confié (...)
  • 5 Il ne faut pas pour autant supposer que, même si on peut les qualifier de « traditionnelles », les (...)

3Il sera question du transport chamelier dans le Proche‑Orient antique, essentiellement aux époques hellénistique, romaine et protobyzantine. Je m’efforcerai d’utiliser les différentes sources disponibles, textes, images4 et travaux archéozoologiques, sans négliger les comparaisons qu’offrent, concernant la société bédouine traditionnelle, les recherches ethnographiques ou les simples descriptions des voyageurs européens conduites entre le xviie s. et le début du xxe, époque qu’on peut définir comme « précontemporaine »5. J’emploie par commodité, bien qu’ils soient piégés et réducteurs, deux termes peu précis, celui de « Bédouin », qui nommera les nomades et semi‑nomades du Proche‑Orient, et celui de « tribu », qui désignera les diverses formations sociales auxquelles les Bédouins appartenaient, du clan à la confédération tribale.

  • 6 Voir l’article d’H. Cuvigny dans ce volume à propos des éleveurs arabes du désert Oriental d’Égypt (...)
  • 7 Le nomade précontemporain utilisait certains chameaux comme bêtes de somme, d’une part pour déplac (...)

4Dans le Proche‑Orient précontemporain, l’élevage complet des chameaux, contrairement à celui de tous les autres animaux domestiques – y compris les bêtes de somme comme le mulet ou l’âne – ne se pratique pas dans la société agricole des villages et moins encore dans les villes6. Il est réservé aux nomades, qui sont les seuls à pouvoir utiliser pleinement les possibilités qu’ont ces animaux de se nourrir dans un environnement aride, là où les ovins et caprins ont de la peine à survivre. L’élevage traditionnel du chameau dans les tribus nomades est destiné à maintenir ou faire croître des troupeaux qui donnent d’abord du lait, secondairement de la viande et accessoirement d’autres produits comme la laine ou le cuir. Aucune de ces productions du chameau, vitales pour le nomade, n’est très intéressante pour un agriculteur ou pour un citadin ni, je dirais, concurrentielle par rapport à celles des autres animaux d’élevage, menu et gros bétail. Restent deux services : la monte, mais elle est de fait réservée aux gens du désert ou du moins aux voyageurs qui se déplacent dans des zones désertiques, et le transport. Dans cette dernière fonction, le chameau a des avantages par rapport à ses concurrents et cela explique, semble‑t‑il, son succès au Proche‑Orient dans l’Antiquité. En effet, et longtemps avant l’époque islamique, le chameau de transport, bien loin d’être réservé au commerce caravanier ou confiné dans les tribus nomades7, se rencontre partout dans le monde sédentaire des villes et des villages.

Les conditions

L’élevage

La reproduction

  • 8 Élien, La personnalité des animaux 4, 55 ; Pline, HN VII, 67‑68.
  • 9 Quarante ans, selon Horwitz, Rosen 2005, p. 126 ; Faye 2014, p. 171. Voir aussi Irwin 2010, p. 30 (...)

5La longévité des chameaux est relativement forte. Aristote, Élien et Pline fixent leur durée de vie à cinquante ans, mais parfois au double pour les bactriens8. Les zoologues actuels considèrent que Camelus dromedarius peut vivre entre trente et cinquante ans9.

  • 10 Entre 330 et 400 jours, Horwitz, Rosen 2005, p. 122.
  • 11 Musil 1928a, p. 333.
  • 12 Aristote, De la génération des animaux 771a ; Timothée de Gaza, Sur les animaux 32, 26.
  • 13 Entre 8 et10, selon Wapnish 1984.

6Les chameaux ont un cycle reproductif particulièrement lent, avec une longue gestation d’environ treize mois10 et un âge élevé de maturité sexuelle, puisque la femelle atteint la puberté vers trois ou quatre ans et qu’elle n’est guère mise à reproduction avant quatre ou cinq ans, voire dans sa sixième année chez les Rouala selon Musil11. Dès Aristote, les Anciens savent que la chamelle est unipare12. Il s’écoule souvent deux années entre deux mises bas et vers l’âge de vingt ans le cycle reproductif de la chamelle est terminé. Dans l’idéal, les chamelles ont donc entre huit et treize petits au cours de leur vie13. La saison de la reproduction, du rut des mâles, est l’hiver, de décembre à février, mais les femelles ne sont en chaleur que pendant une très courte période et ne sont réceptives que quelques jours par an. En conséquence, la fécondation n’est pas garantie pour chaque femelle couverte, même après avoir été présentée plusieurs fois à l’étalon. Aristote, Pline et Élien décrivent assez précisément ce cycle de reproduction.

  • 14 Estimée à 30 %, Horwitz, Rosen 2005, p. 122. Les chamelles sont assez souvent stériles et les faus (...)
  • 15 Estimé à 1,5‑1,7 % par an, Horwitz, Rosen 2005, p. 123.
  • 16 Lewis 1987, p. 134.

7La forte mortalité juvénile des chamelons14 fait que, de nos jours encore, la productivité purement numérique des élevages reste médiocre. Le croît du troupeau est donc très faible15. Ainsi, on expliquait parfois, de manière un peu mécaniste, les razzias de naguère – où un groupe bédouin s’emparait d’une partie du troupeau de chameaux d’une autre tribu – par la nécessité, faute de croît naturel, de compenser en période de crise les pertes excessives16.

  • 17 Horwitz, Rosen 2005, p. 129.
  • 18 Gilbert 2002, p. 20‑21 ; Irwin 2010, p. 17. Ce voile est le diverticule palatin, nommé en arabe du (...)
  • 19 Aristote, Histoire des animaux 571b. Irwin 2010, p. 54‑55.
  • 20 Bulliet et al. 2000. On peut remarquer d’assez nombreux points communs entre le chameau et l’éléph (...)
  • 21 Musil 1928a, p. 349.

8Les mâles peuvent être considérés comme des reproducteurs vers l’âge de six ans. Si un étalon peut couvrir cinquante à quatre‑vingts femelles par saison, le nombre des mâles par rapport aux femelles demeure, dans les sociétés bédouines traditionnelles, supérieur à cette proportion ; on l’estime à environ un mâle entier adulte pour vingt‑cinq femelles adultes, dans un troupeau laitier17. Pendant la période du rut, le mâle blatère bruyamment et il gonfle hors de sa bouche le voile qu’il a sur le palais à la manière d’un ballon de baudruche, tout en bavant, pour impressionner les femelles et intimider les autres mâles18. Les mâles peuvent s’affronter et se battre férocement entre eux. Pour Aristote déjà, le chameau est alors particulièrement vindicatif contre l’homme, les autres chameaux et les chevaux19. Certains animaux s’attaquent aux humains, par des morsures très dangereuses, des coups de tête et de pied, ou même en les écrasant de leur poids. C’est alors que se manifeste « la rancune du chameau », proverbiale dans les sociétés moyen‑orientales contemporaines, qui lui ferait tirer vengeance des mauvais traitements endurés précédemment20. L’éleveur n’est pas à la fête dans la période de la reproduction, puisqu’il doit constamment veiller à se protéger, à fournir des compléments alimentaires à l’étalon – qui ne pense plus à se nourrir et qui tombe d’épuisement en février21 – et à trouver des stratagèmes pour favoriser l’accouplement quand l’un des deux partenaires refuse l’autre ou fait preuve de maladresse.

9Une sélection plus ou moins poussée est pratiquée dans le monde bédouin traditionnel précontemporain. Elle permet de disposer de chameaux de charge pour transporter l’équipement des uns et des autres, en particulier les lourdes tentes. Outre la sélection, deux stratégies visent à renforcer les capacités de portage des animaux : l’hybridation et la castration.

Les hybrides

  • 22 Irwin 2010, p. 184‑185.
  • 23 Uerpmann 1987, p. 48 et Wilson, Reeder 2005, vol. 1, p. 646 disent que les hybrides mâles sont plu (...)
  • 24 Çakırlar, Berthon 2014.

10Les deux espèces chamelières domestiques peuvent être croisées pour produire des hybrides. Ces derniers n’ont qu’une seule bosse avec parfois une indentation, sorte de vestige de la deuxième bosse, qui délimite une partie avant un peu plus basse que la partie arrière. Les animaux issus d’un mâle bactrianus et d’une femelle dromedarius sont considérés comme plus grands et plus vigoureux que chacun de leurs parents. Ils sont donc coûteux, très appréciés comme bêtes de somme et aussi – dans l’Anatolie contemporaine – de combat, du moins quand il s’agit de mâles en période de rut22. Un point étonnant, d’ailleurs contesté par certains auteurs, est la fertilité de ces hybrides qui semblent, les femelles plus que les mâles23, pouvoir sans difficulté être croisés avec des individus de pure espèce pour donner naissance à des animaux réputés eux aussi pour leurs qualités de bêtes de somme, que l’on continue à croiser à des animaux de pure espèce. En revanche, le croisement entre deux hybrides de première génération donnerait des animaux dégénérés24.

  • 25 Lizet (éd.) 2002, p. 478. Voir Burckhardt 1822, p. 637.

11Les Turcomans et les Kurdes, des nomades qui vivaient au contact de l’Anatolie et de la Syrie – c’est‑à‑dire des domaines de chacune des deux espèces chamelières – étaient réputés pour la production de ces animaux hybrides, qui sont communément désignés en Asie centrale sous le nom de « turcomans ». Comme l’écrivait au début du xixe s. le comte Rzewuski : « [Les chameaux] des Turcmènes […] sont immenses et portent jusqu’à mille livres. Les Arabes n’en peuvent porter que six cents à sept cents »25.

  • 26 En dépit du fait que le texte de Diodore II, 54, 6‑7 a été pris à contre‑sens. Voir infra.
  • 27 Bulliet 1975, p. 142‑143 et 168‑171.

12La documentation antique est assez limitée sur cette hybridation que je crois pourtant avoir été répandue et qu’un article déjà ancien de Daniel Potts a mis en valeur26. De même, Bulliet jadis avait insisté sur l’importance des hybrides dans le monde iranien à partir de l’époque parthe, pour le commerce des caravanes de la « Route de la soie » vers l’Asie centrale et nord‑orientale, mais les documents invoqués sont insuffisants27. Un passage de Diodore de Sicile a semblé être le premier témoignage à indiquer que l’hybridation était déjà connue des Anciens. Il s’agit d’une description d’une Arabie en bordure de la mer, « juste au‑dessus » de l’Arabie Heureuse, une région où il y a des marais et des troupeaux d’éléphants :

  • 28 Diodore II, 54, 6‑7 : καὶ διπλοῦν ἀνατετακότων τὸ κατὰ τὴν ῥάχιν κύρτωμα καὶ διὰ τοῦτο διτύλων ὀνο (...)
  • 29 Diodore II, 54, 6‑7 : αἱ δὲ… ἀνάκωλοι καὶ λαγαραὶ ταῖς συστάσεσι δρομάδες εἰσι.

Elle nourrit des chameaux appartenant à des races très nombreuses et très variées, qui sont sans poils ou velus, ou qui présentent deux bosses dorsales et sont appelés pour cela des chameaux dityloi (à double bosse) ; certains d’entre eux donnent du lait et ont une chair comestible, fournissant ainsi aux indigènes une nourriture très abondante28 ; d’autres, habitués à la charge de leur bât, portent du blé sur leur dos à raison de dix médimnes chacun ou supportent le poids de cinq personnes étendues sur un palanquin ; d’autres enfin, courts sur pattes et élancés de stature, sont des chameaux de course29, et ils parcourent d’une traite de très grandes distances, notamment pour effectuer des marches à travers la région dépourvue d’eau et déserte.

  • 30 Bulliet 1975, p. 167 ; Bulliet et al. 2000 ; Potts 2004.
  • 31 Macdonald 2009, p. 25.

13Ce texte a suscité des débats sur la localisation de l’Arabie décrite. Bernard Eck, son traducteur dans le volume de la collection Budé (CUF) paru en 2003, place cette contrée en Afrique, sans bon argument. Auparavant, Richard Bulliet l’avait située dans les marais de Mésopotamie du Sud, mais Daniel Potts préférait y voir une région de la côte orientale de l’Arabie30. Michael Macdonald, en rappelant que le texte était tiré du récit romancé du voyage fantastique d’un certain Iamboulos, a repoussé les lieux décrits par Diodore dans le monde de la géographie imaginaire31. Il me semble que, quelle que soit sa part de fiction, le texte a été mal interprété et surexploité. La première phrase de la séquence a été comprise par Bulliet comme la description de trois catégories bien différentes : d’une part le chameau sans poils, qui serait Camelus dromedarius, d’autre part le chameau velu, qui serait l’hybride et enfin le chameau ditylos, c’est‑à‑dire Camelus bactrianus. Il paraît beaucoup plus logique de séparer les deux éléments de la description. Sont exposés d’abord les caractères physiques des animaux, plus ou moins velus et à une ou deux bosses, sans qu’il ne soit aucunement question des hybrides. Vient ensuite l’énumération des fonctions de ces chameaux répartis en trois catégories, qui ne sont pas organisées selon les critères précédents : ceux qui fournissent lait et viande, puis les bêtes de somme et enfin les chameaux de monte. C’est en effet aux yeux des nomades la meilleure manière de distinguer les animaux de leur cheptel, puisqu’ils les élèvent de manière différente selon le rôle qu’ils leur destinent.

14Si l’on peut retirer du débat le texte de Diodore, cela ne signifie pas que l’hybridation n’était pas connue des Anciens. Des savants se sont efforcés de la démontrer en se fondant sur des figurines de chameaux à une bosse où certains caractères, comme la pilosité ou le cou goitreux, paraissent plus proches de ceux de bactrianus. Mais cette méthode fondée sur le coup d’œil reste impressionniste et donc discutable. Pour ma part, je donne la préférence aux témoignages qui montrent la présence du chameau bactrien, plus résistant au froid qu’à la chaleur, dans le territoire où les conditions naturelles sembleraient l’exclure, c’est‑à‑dire au sud du Taurus et à l’ouest du Zagros. Plusieurs pétroglyphes du désert sud, particulièrement en Jordanie, représentent avec parfois beaucoup de détails, totalement en dehors de leur habitat, des bactriens dont les deux bosses sont clairement visibles. On en tirera la conclusion que ces animaux étaient présents dans le monde de ceux qui les ont gravés, autrement dit dans les tribus bédouines qui étaient en contact avec les sédentaires et qui se livraient à l’hybridation, vraisemblablement dans le but de les vendre à des transporteurs.

15Un seul texte semble confirmer cette information : dans la Vie d’Hilarion de saint Jérôme (ive s. ap. J.‑C.), un récit qui se situe dans le monastère de ce saint moine au sud de Gaza. Hilarion y opère des miracles :

  • 32 Jérôme, Vie d’Hilarion 14, 1‑2 : In quibus Bactrum camelum enormis magnitudinis, qui multos iam ob (...)

Entre autres un chameau bactrien d’une taille gigantesque, qui avait déjà broyé plusieurs personnes, lui fut amené à grands cris par trente hommes et plus, qui le retenaient de tous côtés par des cordages d’une extrême solidité. Ses yeux étaient injectés de sang, sa bouche écumait, il tournait sans arrêt une langue gonflée et faisait entendre d’effroyables rugissements à terrifier au‑delà de toute expression32.

  • 33 Jérôme, Vie d’Hilarion 14, 1‑2 : Ad quem cum furens et quasi deuoratura eum bellua peruenisset, st (...)

16Le moine ordonne qu’on le délie, va à sa rencontre et parle en araméen au démon qu’il chasse : « au moment où la bête qui s’avançait furieuse comme prête à le dévorer fut parvenue à lui, elle s’écroula et baissa la tête jusqu’à terre… »33. La présence d’un chameau bactrien en rut dans la zone qui borde le désert du Sinaï est typique d’un élevage destiné à vendre de bons animaux de transport pour les marchandises qui circulent sur les voies de terre entre la Palestine et l’Égypte.

La castration

17L’agressivité dont font preuve les mâles pendant la période du rut pose la question de leur abattage, jeunes, pour être mangés ou de leur castration. La castration se pratique sur des chameaux de plus de quatre ans et de moins de sept ans, et elle facilite surtout leurs fonctions de bêtes de somme robustes et dociles pour le bât, mais les chameaux hongres peuvent aussi se comporter en bons animaux de selle.

  • 34 P.Ness. III 89, 27 : [καμηλί]ου ἀσινοῦ.

18Là encore, la documentation antique est assez lacunaire. Aristote, Pline, Élien, Timothée de Gaza parlent de la castration à propos de l’usage militaire de la bête. Il est question dans les comptes que contient le papyrus 89 de Nessana (vers la fin du vie s.), parmi d’autres types de chameaux qui sont achetés par un groupe de marchands, d’un chameau entier, « non castré », des Saracènes34.

  • 35 Studer, Schneider 2008, p. 584‑585.
  • 36 On pourrait la comparer avec l’élevage des mulets, qui était une activité spécialisée, un véritabl (...)

19À l’heure actuelle, les travaux d’archéozoologie n’ont pas permis de déterminer, parmi les lots d’ossements étudiés, à Pétra par exemple35, si les chameaux qui présentent les caractères de robustesse les plus notables les doivent à l’hybridation, à la sélection opérée par les éleveurs, ou même à la castration. Dans les années à venir, il est probable que les recherches nouvelles permettront des avancées sur ces questions. Seules les sociétés nomades étaient capables de maîtriser la reproduction, l’hybridation ou la sélection des chameaux dans le Proche‑Orient précontemporain. Cette spécialisation s’expliquait, entre autres, par la nécessité de disposer d’un cheptel important pour pouvoir assurer une reproduction efficace des troupeaux. Au Proche‑Orient, la situation pourrait bien avoir été semblable dans l’Antiquité36.

Les capacités

Les animaux

  • 37 Köhler‑Rollefson 1993.
  • 38 Aristote, Histoire des animaux 499a ; De la génération des animaux 771b.
  • 39 Sévère, Homélie 32, Sur Jean le Baptiste, p. 402‑403.

20L’un des éléments anatomiques qui distinguent nettement le chameau des autres grands herbivores est la nature de son pied. Dépourvu de sabot au sens propre du mot, ce qui le range dans le groupe des digitigrades et non des onguligrades, Camelus dromedarius a un pied large et élastique, doté d’une sole épaisse et bien adaptée à la marche sur des sols sableux, moins alerte sur des sols glissants. On le comparerait facilement à un pneu dont la chambre à air est remplacée par un tissu adipeux qui donne à l’ensemble une souplesse remarquable37. Aristote décrit déjà son pied fourchu et son dessous de pied charnu en précisant qu’on chausse de cuir les chameaux qui vont à la guerre38. Au vie s., le patriarche Sévère d’Antioche est catégorique : le chameau est justement classé par l’Écriture dans la catégorie des animaux impurs : « Le fait de n’avoir pas le sabot fendu se dit des animaux impurs. Or le sabot du chameau également n’est pas fendu, grâce à la semelle placée sous ses doigts »39.

  • 40 Voir aussi l’étude de M. Leguilloux dans ce volume, à propos des carrières du désert Oriental d’Ég (...)
  • 41 Grant 1907, p. 155.
  • 42 Cyrille de Scythopolis, Vie de saint Sabas 92, 186.

21Le pied du chameau a également ses faiblesses. Il s’adapte assez mal aux terrains humides et aux montagnes, par exemple au Mont Liban qui reste le domaine traditionnel du mulet40. Elihu Grant, dans son étude sur Ramallah au début du xxe s., écrivait que des files de chameaux transportaient alors les récoltes de céréales, mais qu’on ne pouvait utiliser ces bêtes que par temps sec, parce que leurs pieds dérapaient sur les terrains boueux et qu’ils chutaient jambes écartées, ce qui pouvait leur coûter la vie41. Dans un récit que rapporte Cyrille de Scythopolis (vie s.), un chameau chargé de blé destiné au monastère de la Grande Laure glisse dans un ravin et il faut un miracle de saint Sabas pour sauver la bête et son chargement42.

22Le chameau que l’on dira de bât ou de transport doit être un adulte de quatre à six ans au minimum et d’une vingtaine d’années au maximum, de préférence une femelle ou un castrat. Les transports à moyenne ou longue distance se font volontiers la nuit. Au cours d’une période de chaleur, Louis Lortet, dans les années 1870, rencontre un convoi de blé de quatre cents chameaux et autant d’ânes et de mulets :

  • 43 Lortet 1893, p. 202.

Après avoir cheminé toute la nuit, elle se prépare à camper pendant le jour pour permettre aux animaux déchargés de se reposer et de paître. Les sacs de blé sont régulièrement dressés au bord du sentier, ainsi que les selles et les bâts, près desquels les Bédouins bivouaqueront pour une demi‑journée et pour la nuit43.

23L’ouïe, l’odorat et la vue du chameau, remarquables, lui permettent de retrouver des parcours qu’il connaît déjà ou que des caravanes ont parcourus auparavant et aussi de pouvoir se déplacer la nuit en période chaude en retrouvant son chemin. Dans un convoi, la chamelle de tête marque régulièrement son passage en urinant, ce qui indique le chemin aux animaux qui suivent. La pèlerine Égérie, au ive s., connaît ces voyages de jour et de nuit dans le Sinaï :

  • 44 Égérie, Itinéraire 6, 2 : Faranite autem, qui ibi consueuerunt ambulare cum camelis suis, signa si (...)

Les gens de Pharan, qui ont l’habitude d’y circuler avec leurs chameaux, disposent, de place en place, des repères d’après lesquels ils se dirigent, et c’est ainsi qu’ils circulent de jour. De nuit, ce sont les chameaux qui se dirigent d’après ces repères. Bref, grâce à cette habitude, les gens de Pharan circulent de nuit en ces lieux avec plus de précision et de sûreté que ne peut le faire qui circule en des lieux où existe une route tracée44.

  • 45 Bulliet 1975, p. 196 et 200‑201. Voir aussi l’article de D. Agut dans ce volume pour un exemple tr (...)
  • 46 Jaussen 1908, p. 246 et 249 ; Dalman 1932, vol. 2, p. 81, 109‑112 et 160, fig. 37‑38.
  • 47 Il y a des exceptions qui semblent rarissimes, dont témoignent quelques photos modernes dans la pé (...)
  • 48 Adams 2007, p. 73.
  • 49 Bulliet 1975, p. 176‑215.

24L’emploi du chameau dans l’Antiquité comme animal de trait reste problématique. Pour le labourage, cet usage est clairement établi en Tripolitaine, comme l’illustrent quelques reliefs d’époque romaine45. Au Proche‑Orient, on n’a pas d’exemple antique. Cependant, le labour au chameau, attelé avec un âne ou seul, est attesté exceptionnellement, par quelques voyageurs et ethnographes des deux derniers siècles, mais il n’est observé que chez des semi‑nomades et dans le seul Néguev46. Ces pratiques semblent donc marginales. Par ailleurs, contrairement au bactrien, le chameau à une bosse ne s’attèle pas à des chariots47, bien que certains auteurs modernes admettent – à dire vrai sans arguments probants – que des chameaux ont été harnachés à des traîneaux ou des chariots pour déplacer des blocs de pierre dans les carrières de l’Égypte romaine48. Richard Bulliet a consacré de longs développements de son influent ouvrage, The camel and the wheel, à l’emploi de chameaux attelés à des chariots, mais, hormis quelques exemples tunisiens, il s’agit essentiellement de chameaux bactriens et de chariots de l’Inde et de l’Asie centrale ou orientale49.

  • 50 Timothée de Gaza, Sur les animaux 32, 9‑11 : ὅτι αἱ κάμηλοι μέγα φορτίον φέρειν ἠδύναιντο εἰ μὴ εἰ (...)

25Les callosités des articulations des pattes du chameau lui permettent de rester au sol, agenouillé ventre à terre, en position baraquée. À la différence des autres bêtes de somme, on charge toujours un chameau alors qu’il baraque, et son premier effort pour se relever sur ses pattes permet d’apprécier l’équilibrage ou l’excès de la charge. Timothée de Gaza, vers le début du vie s. ap. J.‑C., semble le premier auteur antique à signaler, bien qu’il dépende beaucoup de la tradition aristotélicienne par ailleurs, « que les chameaux pourraient porter une grosse charge s’ils n’étaient pas habitués à être chargés accroupis et ainsi à se lever chargés »50.

Les charges

  • 51 Safrai 1994, p. 289 ; Adams 2007, p. 57‑58, donne des chiffres très supérieurs : jusqu’à 150 kg po (...)
  • 52 Raepsaet 2002, p. 33 et 69.

26Ze’ev Safrai, en se fondant sur la Mishnah où il est question des poids de blé que l’on a droit de déplacer selon la Loi juive, a calculé qu’un homme portait jusqu’à 32 kg, un âne 96, un chameau 192 et une charrette 57651. En réalité, tout ceci dépend des distances parcourues. Georges Raepsaet, pour sa part, compare, sur la base de calculs contemporains, les capacités des principales bêtes de somme52. Pour la force de traction et la puissance, dans l’ordre descendant se succèdent le chameau, le cheval, le bœuf, le mulet et l’âne ; pour la vitesse, le cheval, le mulet et l’âne, à égalité, l’emportent sur le chameau et le bœuf, à égalité. Son tableau des charges et des distances pour une journée de 6 à 8 heures propose pour un chameau du Moyen‑Orient « normal » 230 kg sur 40 km ou, pour une courte distance, jusqu’à 450 kg ; pour un chameau de l’armée britannique en Égypte, seulement 170 kg ; pour un chameau en Inde, 300 à 320 kg sur 32 km ; pour un chameau en Australie, 400 kg, sans préciser la distance. En revanche, un chameau bactrien du Moyen‑Orient porterait 250 kg sur 48 km.

  • 53 Meistermann 1909, p. XXXV.
  • 54 Lortet 1893, p. 202 : « chaque chameau ne peut guère porter que trois cents kilogrammes ». Cuinet  (...)
  • 55 Musil 1928b, p. 200‑202.

27Le Père Meistermann dans un guide à l’usage des voyageurs attribue à Camelus dromedarius une charge de 200 à 300 kg53. D’autres estimations tournent autour de ces quantités54. Musil raconte une anecdote où, vers 14 h, les chameaux épuisés de ses compagnons de voyage, « chargés d’au moins 130 kg », ne peuvent plus avancer dans une mare, se couchent dans la boue et sont incapables de se relever avant qu’on les débarrasse de leur fardeau55.

Les coûts

  • 56 Trad. du palmyrénien, I, 12‑13, par Teixidor 1984, p. 100 ; voir Matthews 1984, p. 175.
  • 57 Teixidor 1984, p. 70.

28Sur le premier des quatre panneaux occupés par le texte composite nommé « le Tarif de Palmyre », on a gravé le décret du Conseil de la cité de Palmyre, daté d’avril 137 av. J.‑C. Au‑dessous, curieusement placée, on rencontre, en grec et en palmyrénien, une phrase qui semble un rajout tardif, détaché des indications tarifaires placées sur les trois autres panneaux : « Charge de charrette de tout genre quelle qu’elle soit : on exigera la taxe de quatre charges de chameaux »56. C’est la seule mention de chariots dans tout le Tarif, où les taxes sont calculées fréquemment sur des chargements de chameaux et d’ânes. Le nouveau Tarif, par exemple, indique des chargements de chameaux variables du simple au double, par exemple, deux ou quatre outres d’huile d’olive ou bien deux ou quatre outres de graisse. Les montants des taxes prouvent clairement que – si, comme l’explique Teixidor, on ne tient pas compte de la taxe individuelle d’un denier que paie chaque animal de bât chargé ou non – le poids porté par l’âne est estimé à la moitié de celui du chameau57.

  • 58 Jones 1964, p. 841‑842.
  • 59 Édit du Maximum (Giacchero) 14, 9‑11.

29L’édit du Maximum, ou édit de Dioclétien, autorise par mille parcouru de faire payer 20 deniers pour un chariot de 1 200 livres romaines (ca 390 kg), 8 deniers pour une charge de chameau de 600 livres (ca 195 kg) et 4 deniers pour un âne, chargé d’un poids qui n’est pas précisé, mais qui doit correspondre à 300 livres (ca 97 kg). Arnold H.M. Jones avait ainsi calculé, en appliquant les prix de l’édit et à partir d’un modius de blé de 20 livres (selon Pline) valant 100 deniers, qu’un contenu d’un chariot de blé de 60 modii valant au point de départ 6 000 deniers doublait de prix au bout de 300 milles romains (ca 440 km) et que ce doublement de prix se produisait avec un trajet de 375 milles (ca 555 km) pour une charge de chameau de 30 modii de blé valant auparavant 3 000 deniers58. Cette constatation montre que le transport de blé coûte moins cher à dos de chameau qu’en chariot, mais ne dit pas grand‑chose sur les avantages comparatifs des deux modes de transport, particulièrement en vitesse. La question de la disponibilité des différents animaux – chevaux, mulets, bœufs pour les chariots, chameaux, mulets, ânes pour le portage – et donc de leur concurrence, dans chaque région et chaque site, doit également être posée. Néanmoins, l’édit permet de donner des ordres de grandeur, en particulier pour le poids des chargements. Ailleurs, dans le passage où il est question du transport du bois et des poteaux, les proportions relatives sont différentes : 1 200 livres (ca 390 kg) de bois à 150 deniers pour un chariot ; 400 livres (ca 130 kg) à 50 deniers pour un chameau ; 300 livres (ca 97 kg) à 30 deniers pour un mulet et 200 livres (ca 65 kg) à un prix inconnu pour un âne59. Le transport du bois paraît plus avantageux à dos de mulet, et surtout le rapport entre le poids théorique supporté par le chameau et par le chariot n’est plus du simple au double, mais de 1 à 3.

  • 60 Bulliet 1975, p. 20.

30Si l’on revient au « Tarif de Palmyre », la disproportion entre la taxe sur la charge du chameau et celle du chariot, du simple au quadruple, a été comprise de deux manières différentes. Pour Richard Bulliet, les autorités municipales palmyréniennes mènent une politique protectionniste délibérée, de surtaxation d’un moyen de transport concurrent de leurs chameaux60. Pour Javier Teixidor, la taxe correspond au chargement véritable du chariot et du chameau de bât, ce qui le conduit – pour un chariot de 387 kg – à estimer la charge d’un chameau à un poids absurdement bas de 97 kg.

  • 61 Diodore II, 54, 6‑7. Voir supra, n. 26‑29.
  • 62 Adams 2007, p. 53, n. 18, considère sans raison qu’il s’agit de bactriens et évalue ces 10 médimne (...)
  • 63 Pline, HN VIII, 67‑68.
  • 64 Irwin 2010, p. 50‑51.
  • 65 Blunt 1879, vol. 2, p. 152‑153.

31Diodore de Sicile, dans le texte déjà évoqué où il décrit une Arabie proche de la mer, classe les chameaux par catégories. L’une d’entre elles est constituée des bêtes de somme : « habitués à la charge de leur bât, [ils] portent du blé sur leur dos à raison de dix médimnes chacun ou supportent le poids de cinq personnes étendues sur un palanquin »61. On peut estimer que ces dix médimnes ou ces cinq personnes font entre 310 et 400 kg62 et que les affirmations de Diodore correspondent aux maxima envisageables sur de petites distances, à moins que les animaux concernés ne soient des bactriens, meilleurs porteurs. Pline indique que le chameau ne supporte pas de porter plus que sa charge habituelle ou de marcher plus que ses étapes habituelles63. Ces remarques sont corroborées par celles des Modernes qui constatent que, contrairement aux chevaux et aux mulets, les chameaux surchargés et épuisés ne recouvrent pas leurs forces et meurent fréquemment64. De même, du fait de la bosse, la fixation du bât et l’équilibrage des charges constituent des opérations délicates, si l’on veut éviter les blessures dues aux frottements et les protestations de l’animal65.

32On résumera cela en considérant que le chameau peut porter deux fois la charge d’un âne et une fois et demie celle d’un mulet. Bref, c’est un camion, face à des camionnettes. Le chamelier se garde bien d’alourdir un chargement où le bât compte déjà pour 25 kg environ. Il marche à côté de ses bêtes, quand elles sont chargées, et le trajet journalier peut atteindre environ 35 km. Certaines figurines ou mosaïques représentent des passagers installés sur le bât, mais ce sont des enfants, voire des putti, ou des singes (fig. 1 et 2).

Fig. 1 – Figurine de chameau baraqué et de singe (Rostovtzeff 1957, pl. 48, 4).

Fig. 1 – Figurine de chameau baraqué et de singe (Rostovtzeff 1957, pl. 48, 4).

Fig. 2 – Enfant juché sur le bât d’un chameau, mosaïque syrienne de provenance imprécise, à Genève (Martiniani‑Reber 2015, p. 277).

Fig. 2 – Enfant juché sur le bât d’un chameau, mosaïque syrienne de provenance imprécise, à Genève (Martiniani‑Reber 2015, p. 277).

L’équipement

33Le chameau n’a pas de mors et son harnachement de tête se compose d’un simple licol, qui semble le même pour l’animal de selle et pour celui de bât. Parfois ce licol est remplacé par un anneau nasal fixé à une corde ou une longe. Si les animaux vont en groupe, la longe est fixée au bât du chameau qui précède (fig. 35). Les chameaux des mosaïques protobyzantines portent souvent une cloche autour du cou et ils peuvent être ornés d’une aigrette dressée sur la muserolle du licol (fig. 2‑6).

Fig. 3 – Convoi de chameaux, mosaïque de la Grande colonnade d’Apamée (J.-C. et J. Balty).

Fig. 3 – Convoi de chameaux, mosaïque de la Grande colonnade d’Apamée (J.-C. et J. Balty).

Fig. 4 – Mouchasos le chamelier, mosaïque de Deir el-Adas (Donceel‑Voûte 1988, vol. 1, p. 49).

Fig. 4 – Mouchasos le chamelier, mosaïque de Deir el-Adas (Donceel‑Voûte 1988, vol. 1, p. 49).

Fig. 5 – Mosaïque aux rinceaux habités, à Suwayfiyah (Piccirillo 2002, p. 193).

Fig. 5 – Mosaïque aux rinceaux habités, à Suwayfiyah (Piccirillo 2002, p. 193).

Fig. 6 – Tayyibet el-Imam, Syrie centrale, mosaïque de l’église (W. Khoury).

Fig. 6 – Tayyibet el-Imam, Syrie centrale, mosaïque de l’église (W. Khoury).
  • 66 Musil 1928a, p. 350‑355 ; voir Monteil 1952, p. 91‑93, pour le vocabulaire français.

34Musil a montré que, chez les Rouala du début du xxe s., les bâts comme les selles étaient en bois, à arçons, de type « nord‑arabique ». Les différences principales entre bâts et selles se trouvaient dans l’absence de pommeau au‑dessus des deux arcades du bât et dans les éléments qui reliaient sur le côté les raquettes de ces arcades : des entretoises croisées pour les selles, mais deux simples traverses fixées horizontalement sur le haut des arcades des bâts66. La matelassure du bât et de la selle, un long sac en tissu plié en deux, sorte de gros boudin rembourré de paille, entourait la bosse. L’amarrage était assuré en trois points : sous le ventre entre la saillie sternale et les membres antérieurs, au poitrail entre la jonction du cou et les membres antérieurs, et derrière la queue sur la croupe. Il se faisait soit par trois sangles différentes, le poitrail, la sous‑ventrière et la croupière, soit par une corde unique. Un bât, nommé ḥedâǧe, paraît cependant appartenir parfaitement au type « sud‑arabique », placé à l’arrière de la bosse, ce qui montre que, du moins à l’époque de Musil, plusieurs techniques pouvaient coexister.

  • 67 Dostal 1967 (entre autres).

35Il ne sera pas question ici des théories controversées de Walter Dostal sur la révolution qu’aurait opérée la selle à arçons par rapport à la selle légère de type sud‑arabique67, parce qu’elles s’attachent surtout à la position du méhariste sur le coursier et qu’elles ne s’occupent guère des bâts. La plupart des représentations figurées de chameaux de transport illustrent la présence de bâts à arçons, dont les traverses sont bien visibles (fig. 2 et 49). Cependant, l’utilisation de sacs et de filets sans bât est connue dans la littérature ethnographique et pourrait être représentée sur certaines mosaïques (fig. 10).

Fig. 7 – Orbikos le chamelier, mosaïque de Kissufim (Hachlili 2009, pl. VII).

Fig. 7 – Orbikos le chamelier, mosaïque de Kissufim (Hachlili 2009, pl. VII).

Fig. 8 – Mannos le chamelier, mosaïque de Khirbet Daraiya, Jordanie (Karashneh 1997, p. 33*).

Fig. 8 – Mannos le chamelier, mosaïque de Khirbet Daraiya, Jordanie (Karashneh 1997, p. 33*).

Fig. 9 – La voûte des artisans à Qusayr ‘Amra (archives IGLS).

Fig. 9 – La voûte des artisans à Qusayr ‘Amra (archives IGLS).

Fig. 10 – Chamelier dans des rinceaux, mosaïque de Beershema (Hachlili 2009, pl. VII).

Fig. 10 – Chamelier dans des rinceaux, mosaïque de Beershema (Hachlili 2009, pl. VII).

Les usages

Les récoltes et produits agricoles

  • 68 Lortet 1893, p. 202.
  • 69 Lortet 1893, p. 350.

36Au cours d’un de ses voyages au Levant dans les années 1870, le médecin lyonnais Louis‑Charles Lortet croise, non loin du Thabor, « une immense caravane de chameaux apportant des régions transjordaniennes des blés qui vont être embarqués à Haifa ou à Saint‑Jean‑d’Acre. Chaque chameau ne peut guère porter que trois cents kilogrammes ; aussi faut‑il bien des journées d’un rude travail pour amener quelques charges, des plateaux lointains du Hauran, jusque sur les bords de la Méditerranée »68. Cette caravane « compte quatre cents chameaux et autant d’ânes et de mulets ». Plus tard, en bordure de l’Hermon, Lortet dépasse « de nombreux chameaux qui portent du charbon à Damas »69.

  • 70 Par exemple, Diodore II, 54, 6‑7.
  • 71 Le pré spirituel 107.
  • 72 Cyrille de Scythopolis, Vie de saint Sabas 92, 186.
  • 73 The Talmud of the Land of Israel, vol. 2, Peah, 1, 2, I A‑C, p. 79 (grain) ; vol. 28, Baba qamma, (...)

37Dans l’Antiquité, des témoignages relativement nombreux signalent le transport à dos de chameau du grain, certainement le produit le plus fréquent dans nos sources70. Une anecdote du Pré spirituel montre un chamelier venu de la province d’Arabie qui a passé le Jourdain et a volé l’âne de la Laure de Gérasimos71. Après quelque temps, il revient avec trois chamelles liées ensemble, à la queue leu leu derrière l’âne, et chargées de blé pour le vendre à Jérusalem. Le récit fait de ce chamelier à la fois un commerçant et un transporteur habitué à un trajet vers la ville sainte. Dans sa Vie de saint Sabas, Cyrille de Scythopolis montre que l’économe de la Grande Laure, dans le désert de Judée, loue des chameaux à des Saracènes pour transporter du blé acheté à Machéronte sur le plateau jordanien72. Dans le Talmud de Jérusalem, il est question du transport du grain, blé et orge, à dos de chameau, mais aussi du lin, des fagots et des pierres de carrière73.

  • 74 The Talmud of the Land of Israel, vol. 3, Demai, 1, 3, 22a, I, p. 44.
  • 75 The Talmud of the Land of Israel, vol. 30, Baba batra, 9, 6, II A, p. 164‑165.

38La littérature ethnographique et de voyage des siècles derniers décrit fréquemment la participation des chameaux aux travaux agricoles et plus particulièrement aux récoltes. Dans l’Antiquité, on a peu de témoignages sur cet aspect de l’activité cameline, sauf dans le Talmud où, à plusieurs reprises, il est question de transport de blé, sans qu’on puisse savoir s’il s’agit de récolte ou de commerce. Cependant, le chameau et l’âne transportent l’orge depuis l’aire à battre74. Une anecdote talmudique raconte qu’à la fin d’une année sabbatique les radis avaient été si abondants qu’on pouvait sentir leur odeur de chameau, ce qui veut dire qu’il avait fallu des chameaux pour les transporter75. Les images de chameaux chargés d’amphores sont relativement nombreuses (fig1, 4 et 7). Peut‑être faut‑il y voir un effet d’exposition : on insiste sur un produit de qualité, lié au banquet, plus facile à représenter et à reconnaître sur une mosaïque et plus prestigieux que le charbon ou le grain.

  • 76 Libanios, Or. 50 (Norman), 4‑5 ; 16‑17 ; 32. Il semble qu’il s’agisse de propriétés de la cité, qu (...)

39Les agriculteurs n’ont pas de raison de posséder un chameau, qui ne participe qu’au transport des récoltes, contrairement au bœuf et à l’âne qui effectuent de multiples travaux tout au long de l’année. La meilleure solution pour les sédentaires consiste à louer un animal pendant la période nécessaire, en particulier au moment des moissons, et bien entendu cela concerne particulièrement les grands propriétaires qui doivent acheminer les quantités les plus importantes sur les distances les plus longues. Mais il est arrivé que des grandes propriétés possèdent leurs chameaux : le rhéteur Libanios, au ive s., montre que certains domaines de l’Antiochène disposent d’ânes et de mulets, mais aussi de chameaux qui semblent leur appartenir76.

Les chantiers de construction

  • 77 Voir n. 73 et 83.
  • 78 Fiema et al. 2001, p. 312.
  • 79 Vibert‑Guigue, Bisheh 2007, pl. 57‑58, 62‑63 et 131 ; Gatier 2017a.

40Quelques textes éclairent le transport de matériaux de construction à dos de chameau, qu’il s’agisse des briques mentionnées dans le dossier des papyrus de Zénon ou des pierres des carrières évoquées dans le Talmud77. Trois représentations figurées viennent les compléter. Dans un tombeau d’époque impériale, encore inédit, à Capitolias de la Décapole, Bayt Ras non loin de la moderne Irbid, une paroi peinte est couverte par la représentation d’un chantier de construction. De nombreux chameaux figurent sur les parois, mais aussi des ânes ou des mulets, qui transportent des matériaux pour l’édification d’un long mur d’enceinte. Les chameaux sont chargés des pierres extraites de carrières puis taillées par les ouvriers. Les peintres ont même représenté les scènes de paye des chameliers et des âniers ou muletiers. À Pétra, sur la mosaïque d’une église protobyzantine (fig. 11), on voit un chameau, accompagné de deux chameliers et chargé d’une longue pièce de bois, poutre, solive ou poteau, s’agenouiller, probablement pour être déchargé de son fardeau78. Enfin, dans la résidence omeyyade de Qusayr ‘Amra datée du milieu du viiie s., des scènes de chantier sont peintes sur une voûte dans la salle de réception, dont – sur plusieurs vignettes – des images de la taille des blocs de pierre suivie de leur chargement sur un chameau baraqué puis de leur transport sous la conduite d’un chamelier (fig. 9), avec une iconographie qui emprunte à la tradition romano‑byzantine et qui, dans le cas de ces représentations, se montre très proche de celle de Capitolias, malgré six siècles d’écart79.

Fig. 11 – Transport d’une pièce de bois à dos de chameau, mosaïque de Pétra (Fiema et al. 2001, p. 312).

Fig. 11 – Transport d’une pièce de bois à dos de chameau, mosaïque de Pétra (Fiema et al. 2001, p. 312).
  • 80 Libanios, Or. 50.

41Un discours de Libanios (ive s.) peut s’ajouter à ces témoignages80. Le rhéteur antiochéen proteste contre la réquisition des ânes, mulets et chameaux des agriculteurs. Ces derniers viennent apporter en ville leurs productions et se voient contraints par les autorités d’évacuer les gravats des chantiers de démolition des bâtiments urbains. Il apparaît que les personnes lésées ne sont pas seulement les conducteurs des animaux astreints à la corvée, mais aussi les propriétaires des exploitations, petites ou grandes, d’où viennent ces bêtes de somme. Dans le cas des chameaux, il doit s’agir de grandes propriétés. En tout cas, la participation de chameaux, à côté d’autres animaux, aux travaux du bâtiment semble banale. N’oublions pas cependant que la morphologie de l’animal contraint d’équilibrer deux charges sur ses flancs, de part et d’autre de la bosse, ce qui permet de transporter au maximum deux pierres de 150 kg chacune, de préférence déjà taillées, mais certainement pas un seul bloc de 300 kg.

Les autres produits

  • 81 P.Cair.Zen. I 59008 recto ; Durand 1997, p. 133‑136, n° 16.
  • 82 P.Cair.Zen. I 59010 ; Durand 1997, p. 140‑143, n° 18.
  • 83 P.Col. III 2 ; Durand 1997, p. 136‑140, n° 17.

42Les papyrus du « dossier syrien des archives de Zénon de Caunos » (261‑252 av. J.‑C.) font à plusieurs reprises mention de chameaux de transport en Palestine et en Transjordanie. Dans l’un des documents, apparaissent des attributions de paille pour nourrir des bêtes de somme en partance vers le Hauran, trois sacs par jour pour les ânes, mulets attelés et mulets de bât, et deux sacs pour les chameaux81. Deux des papyrus de ce dossier témoignent du transport à dos de chameau. L’un d’eux, peu explicite, mentionne les villes d’Alexandrie, Sidon et Ascalon, donne une liste de comptes comprenant des produits divers et fait état de chameaux mais aussi de nauclères82. L’autre papyrus contient une liste de versements, indiqués parfois comme misthos, μισθός, faits à des gens qui ne peuvent être que des chameliers avec des indications sur les déplacements et les marchandises83. Deux chameaux partis de Sidon à vide vers Gaza ont reçu en route un chargement de briques, puis, d’un point nommé « Les Tentes », mal situé mais certainement proche de Gaza, ce sont quatre chameaux avec quatre charges de dattes qui se sont rendus en Égypte. Un autre voyage est mentionné, de Gaza vers l’Égypte. Ensuite, d’Égypte à Gaza sont revenus quatre chameaux, deux avec des nattes et deux avec du poisson salé. Finalement, il est question de deux transports de grain, de Sidon peut‑être vers la Galilée, très probablement par chameaux. Les trajets depuis et vers l’Égypte sont sinon du long commerce, du moins du commerce à moyenne distance. Ils prolongent les trafics régionaux, qui peuvent être relativement étendus, comme le montre la distance de Sidon à Gaza, pour des produits assez ordinaires, par exemple des briques. Le papyrus témoigne d’un transport de marchandises banales avec des petits convois de deux à quatre animaux, bien éloignés de l’image traditionnelle des caravanes. On a l’impression d’opérations commerciales opportunistes qui se succèdent un peu à la faveur des circonstances. Nous en aurions la trace, grâce à cette liste de ce que le commerçant – qui pourrait être également le transporteur, propriétaire plutôt que locataire des animaux – aurait versé aux chameliers qu’il emploie.

  • 84 Teixidor 1984, p. 100‑101 ; Matthews 1984, p. 175‑177.
  • 85 Adamnanus, De locis sanctis 2, 12.

43Le « Tarif de Palmyre », règlement municipal, ne concerne pas le grand commerce qui transite par le territoire palmyrénien, mais uniquement les produits qui sont destinés à la ville de Palmyre ou qui en proviennent. En ce sens, il donne une idée des consommations et des transports régionaux à l’époque romaine, bien que le texte bilingue soit assez lacunaire, en grec comme en araméen. Sont explicitement mentionnés, parmi les marchandises taxées déplacées à dos de chameau, les matières sèches, le blé, la paille, le vin, les huiles parfumées en alabastres ou en outres, l’huile d’olive, la graisse animale, le poisson en conserve84. Le récit du pèlerinage au viie s. de l’évêque gaulois Arculfe, écrit par Adomnan ou Adamnanus, abbé d’Iona, souligne l’usage de transporter le bois de chauffage depuis la région d’Hébron jusqu’à Jérusalem à dos de chameau, en même temps que la rareté des chariots en Palestine85. On voit que les chameaux sont choisis pour déplacer des objets lourds, mais aussi des produits encombrants et volumineux.

  • 86 Vie syriaque de saint Syméon le stylite 16.

44On pourrait ajouter de multiples récits et anecdotes concernant des transports par chameau. Un moine de Nisibe fait venir en Palestine ses livres en louant un chameau ; saint Syméon stylite l’Ancien, lui aussi, apporte ses bagages, ou plutôt ce qui reste de ses biens, à dos de chameau, depuis son village natal aux confins de la Syrie et de la Cilicie, jusqu’à la filiale du monastère de Téléda où il commence sa vie monastique86.

Le transport militaire

  • 87 Diodore XX, 73.
  • 88 Tacite, Annales 15, 12.
  • 89 Procope, Anekdota 30, 15‑16.
  • 90 Pseudo‑Hygin, Des fortifications du camp 29. Voir, par exemple, l’arc de Galère à Thessalonique, L (...)

45En Orient, le train des armées repose largement sur le chameau. À l’automne 306 av. J.‑C., par exemple, Antigone le Borgne, pour sa campagne contre l’Égypte de Ptolémée fait rassembler par des Arabes à Gaza des chameaux pour transporter du fourrage et 130 000 médimnes de blé87. De même, sous Néron, l’expédition de Corbulon en Arménie est accompagnée, en plus du train habituel, d’une grande quantité de chameaux chargés de blé88. Plus tard, l’historien Procope accuse l’empereur Justinien d’avoir affaibli l’armée romaine en ayant cessé de financer l’entretien des chameaux qui transportaient le ravitaillement militaire89. Parallèlement, dans des contextes d’illustrations de victoires orientales sur des bas‑reliefs de monuments, les chameaux sont fréquemment représentés, à la fois comme butin et comme moyen d’emporter le butin mobilier90.

Les destinations et localisations

  • 91 Gatier 2018.

46Si la résistance du chameau à la chaleur, la soif et la déshydratation n’est plus à souligner et si cette qualité lui permet de tenir la première place dans les caravanes du grand commerce, vers le golfe Arabo‑Persique ou l’Arabie du Sud, il serait faux de croire que le transport chamelier est réservé aux régions arides. L’archéozoologie a permis d’étudier, dans des sites très différents, des restes de chameaux, jamais en très grandes quantités, mais présents un peu partout. Les ports, comme Bérytus (Beyrouth) ou Césarée de Palestine, et les villes considérées comme caravanières, à l’image de Palmyre, de Bostra et de Pétra, ont livré des ossements de chameaux adultes qui portent souvent des traces de découpe, prouvant que l’on consommait la viande des bêtes de somme, abattues à la suite d’accidents ou réformées. Cette nourriture, de piètre qualité, était peu appréciée et donc réservée aux plus pauvres parmi les citadins. Je renvoie à une étude parue récemment sur cette question91.

  • 92 Acta Graeca S. Dometii Martyris (éd. J. Van der Gheyn, AB 19, 1900), p. 307.
  • 93 Julien, Misopogon 26, 355.
  • 94 Théodoret de Cyr, Histoire Philothée 28, 5.

47On ne s’étonnera pas de voir circuler des convois chameliers dans des zones relativement arrosées. Ainsi, saint Domèce se rend depuis Théodosioupolis‑Rhesaina jusqu’aux environs de Cyrrhus avec des marchands et leurs chameaux92. L’animal se rencontre dans toutes les grandes villes, comme à Antioche où, selon l’empereur Julien, chameaux et ânes empruntent les portiques à colonnades, très probablement pour le transport des produits vendus dans les boutiques93. On le trouve aussi sur la côte syrienne, par exemple à Gabala où vit en reclus le moine Thalélaios dont, grâce à la prière, « la sollicitude ne profite pas seulement aux hommes, mais aussi aux chameaux, aux ânes et aux mulets »94.

L’économie du transport

48Textes et images du Proche‑Orient antique suggèrent des groupes comprenant jusqu’à 10 chameaux, mais plutôt de 3 ou 4, liés entre eux à la queue leu leu, accompagnés par un homme à pied, le chamelier. Celui‑ci, vêtu d’une simple tunique, le plus souvent sans manches – suivant un modèle de représentation des travailleurs fréquent à l’époque protobyzantine – et en général pieds nus, marche devant la ou les bêtes, équipé d’un bâton long ou d’un aiguillon (fig. 4‑5 et 7‑11).

Les chameliers

Les noms

49En grec, deux mots sont généralement utilisés pour désigner les conducteurs de chameaux, ceux que je nommerai les chameliers, de la même façon que l’on désigne les conducteurs d’ânes ou de mulets comme des âniers ou des muletiers.

  • 95 En Égypte, le terme est utilisé au iiie s. av. J.‑C. dans le désert Oriental pour désigner des cha (...)
  • 96 Aristote, Histoire des animaux 630b ; de même, pour le sens de « gardien » ou d’« éleveur », Timot (...)
  • 97 Strabon XVI, 1, 27 ; XVI, 4, 23 ; XVII, 1, 45.

50Le nom camèlitès, καμηλίτης, est connu chez Aristote, qui désigne ainsi le gardien d’un troupeau ou l’éleveur95. Il peut nommer un conducteur de chameaux, mais il a un sens beaucoup plus général et s’applique également à celui qui monte sur le chameau, le « jockey » ou le « méhariste »96. Strabon l’utilise pour désigner les caravaniers qui vont de Syrie en Babylonie, mais il emploie le terme de camèl‑emporos, καμηλέμπορος, « marchand‑chamelier », hapax dont il est le seul témoin, pour les caravaniers sur la route de Pétra à Leukè Kômè en Arabie et pour ceux de la route de Coptos à Myos Hormos en Égypte97.

  • 98 P.Euphrates 16, 9‑11.
  • 99 Hérodien IV, 15, 2‑5.

51On rencontre aussi camèlatès, καμηλάτης, mot qui semble particulièrement désigner le transporteur, qui est fréquent dans les papyrus et qu’on trouve dans l’un de papyrus dits « de l’Euphrate » au iiie s., où il désigne celui qui accompagne des chameaux de transport de Béroia (Alep) à Zeugma98. Chez Hérodien cependant, dans son récit de la bataille de Nisibe, le même mot désigne clairement des combattants à dos de chameaux, des méharistes99.

  • 100 Également en grec ἡμιονηγός et ἡμιονίτης, « muletier », aux périodes anciennes, par exemple dans l (...)
  • 101 O.BuNjem 5 ; 7 ; 8 ; 76 ; 77 ; 78 ; 88. On trouve les formes camelarius, camellarius et kamellariu (...)
  • 102 En latin et en grec, Édit du Maximum (Giacchero), 7, 17 ; en latin, Digeste, 50, 4, 18, 11. Zénon (...)
  • 103 Balty 1977, p. 148‑151 ; Donceel‑Voûte 1988, vol. 1, p. 45‑54, cf. 46‑49. Voir mes remarques sur l (...)

52En revanche, camelarius latin, avec le suffixe ‑arius caractéristique d’une activité ou d’une profession, et camèlarios grec, καμηλάριος, qui en est issu, ont une acception plus précise. Le mot latin, constitué à la manière d’asinarius et de burdonarius, « ânier » et « muletier »100, semble d’origine militaire puisqu’on le connaît dès le iiie s. dans les ostraca de Bu Njem, où il s’applique à des chameliers indigènes qui ravitaillent le fort romain101. Camelarius/καμηλάριος désigne bien le seul transporteur, l’homme qui mène un chameau de bât102. En ce sens, on le rencontre assez fréquemment à l’époque protobyzantine, où il s’applique à tout type de personne qui accompagne des chameaux de charge. Sur une mosaïque d’église de Syrie du Sud, à Deir el‑Adas, un donateur nommé Mouchasos le chamelier, Μουχασος καμιλάρις, s’est fait représenter marchant fièrement (fig. 4), suivi de quatre de ses bêtes chargées d’outres et d’amphores103.

Le métier et la fonction

  • 104 Édit du Maximum (Giacchero), 7, 1‑19.

53L’activité du chamelier manque de prestige, du moins pour ce qui concerne son degré zéro, c’est‑à‑dire le simple fait d’entretenir et de conduire des animaux, avec les opérations de chargement et de déchargement associées. L’édit du Maximum fixe la journée de travail du chamelier, du muletier et de l’ânier à 25 deniers plus les repas, des salaires égaux à ceux des ouvriers agricoles et inférieurs à ceux de tous les autres métiers, sauf celui de berger104.

  • 105 Palladius, Histoire Lausiaque 32, 9 : un monastère pachômien de Thébaïde, avec quinze tailleurs, s (...)
  • 106 Dorothée de Gaza, Instructions diverses 11, 119. Je ne pense pas que ces chameliers soient des com (...)
  • 107 Mondésert 1960, p. 123‑125.
  • 108 Fowden 1999, p. 35‑37. Objet censé, par erreur, venir de Palestine ; Musée d’art et d’archéologie, (...)
  • 109 Chronique de Michel le Syrien, t. 2, 10, chap. 23‑24, p. 374‑377.

54Dans les monastères protobyzantins, en Égypte et au Proche‑Orient, des moines qui sont affectés au transport des produits divers et à l’entretien des bêtes de somme reçoivent la fonction de muletier ou d’ânier, moins fréquemment celle de chamelier, plus commune cependant en Égypte105. Dans l’ensemble pourtant fourni des récits qui concernent le monachisme palestinien, on ne rencontre pas cette fonction monastique. Dans la région de Gaza, au monastère de Séridos, un moine exerce la charge d’hôtelier qui l’épuise, parce que le soir il doit d’abord s’occuper des hôtes puis des chameliers (καμηλάριοι) ; en ce cas, il doit s’agir de chameliers laïcs loués pour le service du monastère106. En revanche, quelques exemples de cette fonction sont connus dans les couvents de Syrie du Nord‑Est. Deux objets inscrits se rapportent probablement au sanctuaire de saint Serge et à son monastère à Résapha, dans le Barbarikon pedion. Un bracelet byzantin en bronze, avec une représentation de saint Serge à cheval et une inscription, ☩ Καμηλάρ(ιος) τοῦ ἁγίου Σεργί[ου τ]οῦ Βαρβαρικοῦ, serait une plaque d’identification d’un des chameliers dépendants du sanctuaire de pèlerinage107. On connaît aussi un élément de fixation en bronze, peut‑être de harnachement, avec un médaillon central où l’image de saint Serge cavalier accompagne le texte : ☩ Καμηλάρις τοῦ ἁγίου Σεργίου108. Plus au nord, issu du monastère de Qenneshré, le moine Athanase fut surnommé « le chamelier », Gammālā, parce qu’il était préposé à cette tâche, en particulier pour convoyer le sel du lac Jabboul jusqu’à son couvent, ce dont il s’occupait le jour où il fut choisi comme patriarche d’Antioche (594/595‑631) par les jacobites. Un an plus tard quand il dut prendre son poste patriarcal, on le surprit dans son monastère, occupé à pétrir de la boue pour recrépir l’étable des chameaux109.

  • 110 The Talmud of the Land of Israel, vol. 11, Shabbat, 24, 3, p. 12 et 492 ; 5, 3, p. 177‑179 ; 15, 1 (...)

55Il est question à plusieurs reprises de chameliers, certainement juifs, dans le Talmud, puisque d’assez nombreux textes traitent des règles qu’on doit appliquer dans son comportement avec les animaux, par exemple le jour du sabbat110. Plusieurs récits et préceptes concernent la profession de chamelier :

  • 111 The Talmud of the Land of Israel, vol. 26, Qiddushin, 4, 11, VII B‑C, p. 251‑252.

Il a été enseigné qu’un homme ne doit pas apprendre à son fils d’être un conducteur d’ânes, un conducteur de chameaux, un barbier, un potier, un conducteur de chariot, un berger ou un boutiquier, parce que ces métiers sont des métiers de voleurs. Abba Gurion de Sidon dit au nom d’abba Saül : « la plupart des conducteurs d’ânes sont mauvais, la plupart des conducteurs de chameaux sont corrects, la plupart des marins sont saints »111 (trad. Neusner 1984).

  • 112 The Talmud of the Land of Israel, vol. 20, Hagigah and Moed qatan, p. 192 ; vol. 31, Sanhedrin and (...)
  • 113 The Talmud of the Land of Israel, vol. 22, Ketubot, 5, 7, F, p. 188.
  • 114 The Talmud of the Land of Israel, vol. 12, Erubin, 1, 8, I A, p. 53.

56Les comparaisons entre ces trois derniers métiers se répètent, par exemple entre l’homme qui mène un navire pour un autre et celui qui mène des chameaux également pour un autre, ou entre les convois d’âniers ou de chameliers allant de lieu en lieu112. Un précepte concernant le devoir conjugal le fixe à un rythme journalier pour celui qui ne travaille pas ; celui qui travaille l’accomplira deux fois par semaine, l’ânier une fois par semaine, le chamelier une fois par mois et le marin une fois tous les six mois113. Une autre instruction indique la manière de constituer dans une caravane un espace de partition pour la prière, avec des tapis de selle, des selles (ou des bâts ?) et même des chameaux114. Contrairement à d’assez fréquentes allégations qu’on rencontre dans la littérature moderne, la profession de chamelier n’a rien de déshonorant pour les Juifs du Proche‑Orient à l’époque romaine, en dépit du classement du chameau dans les animaux impurs aux yeux de la Loi juive, et elle leur est même familière. On voit par là que cette activité n’est pas monopolisée par les gens du désert.

Des hommes d’affaires

Le commerce des chameaux

57On ne possède guère de renseignements sur le commerce et les prix des animaux dans le Proche‑Orient antique. À l’époque précontemporaine, on doit, pour se procurer des chameaux, aller les acheter aux nomades, leurs producteurs naturels, mais on peut aussi s’adresser à des intermédiaires qui sont en contact avec les tribus et qui eux‑mêmes achètent des chameaux pour les revendre ou pour les louer comme bêtes de somme à des chameliers, ou encore pour les faire travailler au transport de marchandises à leur propre intérêt.

  • 115 P.Cair.Zen. V 59802 ; Durand 1997, p. 89‑92, n° 7.
  • 116 Toubias est le propriétaire d’un grand domaine en Transjordanie, petit potentat en contact avec le (...)

58Dans les papyrus du « dossier syrien des archives de Zénon de Caunos » (261‑252 av. J.‑C.), qui font à plusieurs reprises mention de chameaux en Palestine et en Transjordanie, une liste de plusieurs distributions d’orge pour des animaux mentionne un chameau, deux ânes, un mulet, au moins trois chevaux de types différents (cheval de selle, hongre, poulain)115. Le petit nombre et la grande diversité de ces animaux ne plaide pas en faveur du convoi caravanier que Xavier Durand, le dernier éditeur de ce document, pensait reconnaître, d’autant que les indications répétées, « à ceux qui viennent de Toubias »116 et « à ceux qui viennent d’Artémidore », montrent que les animaux ont deux provenances différentes. Dans cette liste, on serait donc tenté de voir des animaux récemment achetés ou bien destinés à la vente. Quoi qu’il en soit, l’information qui ne concerne qu’un seul chameau reste assez limitée.

  • 117 The Talmud of the Land of Israel, vol. 13, Yerushalmi Pesaḥim, 4, III D, p. 164, et vol. 33, Avoda (...)

59Le Talmud de Jérusalem témoigne de ventes de chameaux d’un utilisateur à un autre, donc de transactions secondaires : un Juif ne doit pas vendre un chameau à un « Araméen » parce que ce dernier pourrait le mettre au travail le jour du sabbat ; de même se pose la question de savoir comment vendre le premier chameau d’un groupe de dix attachés les uns derrière les autres117.

  • 118 Édit du Maximum (Giacchero), 30, 1‑13.
  • 119 Le mot est un hapax, de sens très clair, de gibbus, « bosse ».
  • 120 C’est le plus ancien exemple d’emploi de dromadarius/dromedarius pour désigner l’animal et non plu (...)

60Quelques chiffres donnent un ordre d’idée des prix des animaux. On trouve dans l’édit du Maximum de Dioclétien, daté de 301, des prix à ne pas dépasser pour les bêtes de somme ou de monte118, avec pour les deux types de mulets, mula optima primae formae et burdo optimus, le même prix de 36 000 deniers. Tandis qu’un cheval de selle, equus curulis, revient à 100 000 deniers au maximum, le prix d’un cheval de trait, equus optimus militaris primae formae, ne doit pas dépasser 36 000 deniers – comme celui d’un mulet – et celui d’une jument, equa optima pullata, seulement 10 000 deniers. Les ânes coûtent jusqu’à 15 000 deniers pour un étalon, asinus admisarius optimus, comme pour une ânesse, asina optima fetualis, et seulement 7 000 deniers pour un âne de bât, asinus dorsuarius optimus. D’autres maxima s’appliquent à trois catégories de chameaux à deux bosses : 25 000 deniers pour camelus optimus bactrianus, 60 000 deniers pour camelus bigibbius et 30 000 deniers pour femina bigibbis. La différence considérable de prix entre « bactrien », bactrianus, et « double bosse », bigibbius119, est peut‑être liée au fait que bactrianus désignerait ici une simple bête de somme à deux bosses, alors que bigibbius s’appliquerait à un étalon de la même espèce ou même à un hybride mâle, bien qu’en principe à la première génération la seconde bosse soit atrophiée. Pour ce qui concerne les chameaux à une seule bosse, le texte indique deux prix : 12 000 deniers seulement pour un arabicus optimus et 20 000 pour un dromadarius optimus, en distinguant ainsi la bête de somme du chameau de selle120. On ne peut qu’être surpris par la faiblesse des prix des chameaux à une bosse. Serait‑ce le signe de l’abondance de ces animaux, en particulier en Égypte ? Est‑ce plutôt un reflet d’une politique volontariste d’encadrement des prix du transport militaire pour faciliter le ravitaillement de l’armée romaine d’Orient ?

  • 121 P.Ness. III 89.

61L’un des papyrus de Nessana mentionne quelques sommes payées vers la fin du vie s. par un groupe de marchands à des Saracènes nomades du Sinaï : pour un chameau, 6 sous (solidi) 1/3 ; pour un autre, 4 sous 1/3 ; pour un gros chameau ([τὸ] μαίγα καμαίλιν), 15 sous ; pour une chamelle (κ[α]μα[ίλ]ιν θελ), 7 sous ; pour un chameau, 5 sous 1/3 ; pour un chameau enlevé par les Saracènes et récupéré, 4 sous ; pour un chameau, 6 sous ; pour un gros chameau, 6 sous121. On comparera avec le prix d’achat ou de vente des esclaves et des autres animaux dans le même document : pour une ânesse, 2 sous 1/3 ; pour une autre ânesse, 5 sous 1/3 ; pour une jument, 3 sous ; pour un poulain, 1 sou ; pour une jeune esclave, 3 sous ; pour un garçon esclave, 6 sous. Il s’agit, pour les chameaux et probablement pour les autres êtres vendus, de la transaction primaire, de l’éleveur au premier acheteur.

Les réseaux commerciaux précontemporains

  • 122 Musil 1928a, p. 348‑349.

62À la fin du xixe s., Alois Musil a montré que les prix pouvaient varier de 1 à 8 entre une chamelonne d’un an et une chamelle de six ans en âge de vêler, de 1 à 20 entre la même chamelonne et une bonne chamelle de selle122. Il considérait aussi les origines des chameaux de ses accompagnateurs en 1915, tous en provenance des Rouala, mais sans qu’aucun n’ait été élevé dans cette tribu :

  • 123 Musil 1928b, p. 46, 70, 135‑136, 179, n. 99.

Ma chamelle noire Malḥa avait été rapportée comme butin d’un raid sur les tribus du Sud par un fils du chef Fahad. Il l’avait vendue dans la ville de Brejda où elle avait été acquise par un ‘Aḳejli, à qui les Shararat l’avaient volée. Ces derniers l’avaient envoyée à an‑Nûri comme contribution123.

  • 124 Musil 1928a, p. 279‑281.
  • 125 Bulliet 1975, p. 109.

63Musil exposait comment les marchands de chameaux d’Arabie du Nord, les ‘Aḳejl (dits parfois’Ageyl), habitants des oasis d’al‑Ḳaṣîm (al‑Qasim) et plus particulièrement de la ville de ‘Aneiza (Unayzah, Anayza), une étape importante d’une des routes du pèlerinage à la Mecque, allaient dans les tribus au printemps pour acheter des chameaux. Ils faisaient du transport et du commerce entre l’Irak, l’Arabie et Damas, mais aussi l’Égypte, où ils vendaient pour leur viande les chamelles grasses âgées de plus de vingt ans. Musil les décrivait comme des intermédiaires appartenant aux réseaux concurrents tissés autour de trois familles, « Eben Bassâm, Âl Sâlem, Âl ‘Îsa », dont les activités concernaient des tribus différentes et des produits divers et s’étendaient de Bombay au Caire pour les plus influentes. Les trois groupes familiaux se livraient essentiellement au commerce des chameaux depuis les tribus vers des marchés différents. Véritables Fugger et Walser arabes, ils y rajoutaient des activités de prêt d’argent et de vente, aux tribus mais aussi à d’autres, de café, d’épices, de riz, de tissus et d’armes, avec des antennes dans toute l’Arabie, qui utilisaient des moyens de transport s’étendant du bateau au chemin de fer et à la caravane. Les grands commerçants ne se rendaient pas eux‑mêmes dans les tribus et les affaires se traitaient par le truchement de leurs compatriotes ‘Aḳejli, en intéressant financièrement les chefs bédouins et en embauchant des Bédouins comme bergers124. Ces ‘Aḳejl ou ‘Aḳeil sont décrits, sous le nom de ‘Uqail, par Bulliet, qui en fait à tort une « caste de marchands de chameaux », mais qui les compare non sans raison aux Palmyréniens anciens125. Dans les années 1920, Carl Raswan en parle comme de maquignons, presque tous originaires des oasis d’Aneiza et Bouraïda en Arabie centrale et répandus partout, de l’Irak à l’Égypte. Il en rencontre un groupe de quatre hommes qui sont accompagnés d’une vingtaine de chameaux et de six chevaux qu’ils viennent d’acheter chez les Bédouins de l’Euphrate :

  • 126 Raswan 1936, p. 170.

Ils se rendent au printemps dans les tribus écartées et obtiennent des dromadaires et de jeunes étalons contre du riz, du café, du sucre, des armes, des munitions et de l’or. [Ils] peuvent parcourir toute l’Arabie sans être molestés. En contrepartie, ils payent une petite somme au chef de la tribu où ils ont acheté des dromadaires et des chevaux. Chaque trafiquant est en relation avec une tribu particulière, à laquelle il rend régulièrement visite chaque année126.

64Pierre Loti, dans sa traversée du désert de Tih en mars 1894, avait rencontré un groupe semblable :

  • 127 Loti 1895, p. 212.

Ce sont des marchands arabes, partis depuis sept jours de Gaza où nous allons et se rendant à l’oasis d’Akabah que nous avons quittée. Ils passent ainsi, chaque année, pour approvisionner de robes et de burnous les tribus du désert. Nombreux et bien armés, ils ont des chameaux tout chargés de marchandises127.

  • 128 Cuinet 1896‑1901, p. 168 et 274‑275.

65Pour sa part, Cuinet signalait à la fin du xixe s. des petites villes de la côte syrienne comme Jebleh, l’ancienne Gabala, ou de l’arrière‑pays immédiat, comme Zahleh au Liban, où les hommes, « presque tous experts dans la profession de moukres (muletiers, chameliers, conducteurs de caravanes) », entre autres commerces se rendent dans les tribus pour y acheter des troupeaux de brebis128.

  • 129 Boucheman 1939, p. 120‑121.
  • 130 Boucheman 1939, p. 100.
  • 131 Boucheman 1939, p. 85‑93.

66Albert de Boucheman a étudié les rapports qui liaient dans la Syrie de l’époque mandataire d’une part les grandes villes commerçantes de l’ouest, Alep, Hama, Homs et Damas, d’autre part les oasis et les petites cités caravanières, comme Soukhné (Suḫné), et enfin le monde des tribus nomades. Soukhné et d’autres petites villes, comme Palmyre, Qaryateyn, Geroud et Dmeir, servaient comme avant‑postes et intermédiaires entre les tribus et ces grandes villes, de la même manière qu’en Irak des petites villes équivalentes, comme Qubeysé, jouaient ce rôle vis‑à‑vis de Baghdad129. Les habitants de Soukhné, qu’il comparait avec les ‘Aḳejl (‘Ageyl)130, étaient d’anciens Bédouins issus de tribus et de clans différents, exerçant l’activité de tondeurs de chameaux, de puisatiers, d’exploitants des ressources végétales et animales de la steppe, mais surtout de chameliers et de commerçants. Si l’on « ne trouve guère parmi eux de grands négociants, […] il s’en rencontre plusieurs […] dans les colonies soukhniotes des villes de Syrie », ce que nous nommerions des communautés d’expatriés, avec qui s’organisait le commerce des chameaux et surtout des brebis. Constamment en relation avec les nomades, les Soukhniotes étaient à la fois « colporteurs en tribu » et chameliers transportant à Alep en caravane la soude végétale destinée au savon131. Après avoir livré la soude, qu’ils fussent propriétaires ou locataires de leurs animaux, ils transportaient comme chameliers de louage le savon vers d’autres villes parfois éloignées, et ils revenaient à Soukhné avec des marchandises destinées à la vente en tribu.

  • 132 Bien décrit par Yon 2002, p. 100‑106.

67Il n’est pas utile ici de reprendre la question des « caravan cities » qui a un double aspect, géographique et institutionnel. Rappelons que dans l’Antiquité des villes du Proche‑Orient, dont Palmyre est le meilleur exemple132, auquel on peut ajouter Pétra, ont été à la tête d’un commerce international à longue distance de caravanes chamelières très organisées, encadrées et protégées. Les caravanes issues de Palmyre nécessitaient l’utilisation de chameaux de bât que les transporteurs palmyréniens devaient nécessairement se procurer dans les tribus proches de l’oasis. Est‑ce que Damas et Bostra, Édesse et Nisibe, Zeugma, Béroia et Hiérapolis ont, elles aussi, appartenu à ce groupe restreint des cités caravanières ? De même, des zones entières, comme la région de Gaza avec le Néguev et une partie du Sinaï, paraissent aussi avoir vécu de l’activité chamelière, mais – du moins à partir du iie s. ap. J.‑C. – dans un contexte de commerce intérieur et non pas international, moins encadré qu’à Palmyre et plus propre au fourmillement d’activités dispersées. Par ailleurs, je fais l’hypothèse que des oasis et de petites villes situées en bordure de la steppe, habitées par des nomades sédentarisés, aient pu, quelques siècles avant Soukhné, occuper une place comparable dans la vie économique et dans les rapports entre l’oïkoumène et la steppe, les sédentaires et les nomades, en abritant de dynamiques réseaux de transporteurs commerçants. Nessana pourrait avoir été l'une de ces petites villes.

Les propriétaires et marchands

  • 133 Julien, Misopogon 26, 355 (οἱ μισθωτοί).
  • 134 P.Col. III 2 ; Durand 1997, p. 136‑140, n° 17. Voir supra, n. 83.
  • 135 P.Euphrates 16. Les éditeurs (p. 199, n. 169) comprennent, l. 8, ἐκ τῶν ἀράβω̣[ν], pour ὀρόβω̣[ν], (...)

68Comme on le constate d’après une remarque de l’empereur Julien, les habitants d’Antioche louaient les ânes et les chameaux dont ils utilisaient en ville les services133. Cela implique certainement que l’animal ou les animaux étaient loués, là comme ailleurs, avec le service d’un ânier ou d’un chamelier. En effet, pour la construction comme pour le transport des produits agricoles, il n’est pas utile de posséder des chameaux parce qu’il est rarement possible de les employer à longueur d’année. Certes, certains établissements religieux importants et très fréquentés peuvent avoir besoin d’un ravitaillement constant, qui expliquerait l’existence d’une fonction de chamelier dans quelques monastères. De même, de grands propriétaires peuvent avoir des productions suffisamment régulières et volumineuses pour qu’elles entraînent la possession de moyens de transport considérables, comme des chameaux, ce qui semblerait le cas de certains domaines de l’Antiochène du ive s. Cependant, les propriétaires des chameaux semblent plutôt, dans l’Antiquité, des hommes d’affaires liés aux tribus, des intermédiaires organisés en réseaux, qui rayonnent à partir des villes proches du désert et qui ont leurs antennes dans les principales places de commerce que constituent les ports et les grandes villes. Trois papyrus pourraient illustrer ce phénomène. Dans le dossier de Zénon de Caunos, daté du milieu du iiie s. av. J.‑C., un compte de frais de transport, dont il a été question supra, semble concerner un petit groupe de commerçants chameliers parcourant la région comprise entre Sidon, Gaza et Alexandrie134. Cinq siècles plus tard, un certain Ourôdès, très probablement de Beth Phouraia sur le moyen Euphrate, évoque dans une lettre à son fils, au milieu du iiie s. ap. J.‑C., les sommes que lui doit un chamelier qui a donné en location des chameaux, et probablement son travail, pour transporter des marchandises entre Béroia (Alep) et Zeugma135. On pourrait comprendre qu’Ourôdès est le propriétaire de ces animaux et que le chamelier est vraisemblablement son employé.

  • 136 P.Ness. III 89.

69Plus tard encore, vers la fin du vie s., l’un des papyrus de Nessana contient les comptes d’un groupe de commerçants qui ne sont pas originaires de ce bourg du Néguev, mais qui paraissent associés à des habitants de Nessana. À la suite du déplacement du groupe dans le Sinaï, le papyrus récapitule des ventes, d’un bât de chameau et de blé ; des achats surtout, de différents chameaux, de deux esclaves, de chevaux et d’ânesses, de laine, d’amandes, de poissons et de vin ; peut‑être des reventes de laine et de chevaux. On constate surtout que ces « colporteurs en tribu » itinérants sont en contact avec des Saracènes, mais aussi avec le monastère du Mont Sinaï, pour qui ils accomplissent un travail de forgeron et de qui ils reçoivent une grosse somme d’argent, certainement destinée à une opération financière particulière (prêt ?). L’éditeur de ce papyrus a probablement raison de considérer que ces feuilles de comptes sont destinées à un responsable supérieur, le chef extérieur de ces commerçants, que je situerais volontiers à Nessana136. On peut trouver dans ce groupe de marchands polyvalents, maquignons et manieurs d’argent, se rendant dans les tribus, des points communs avec leurs équivalents du xixe s., les Soukhniotes ou les ‘Aḳejl.

  • 137 Sans surinterpréter l’onomastique, on notera les deux noms « indigènes », Mouchasos et Mannos.
  • 138 Cuinet 1896‑1901, p. 274‑275 et 347‑350.

70Si l’on excepte quelques figurines en terre cuite (fig. 1), prises à tort par les Modernes pour des illustrations du grand commerce caravanier, et quelques tessères palmyréniennes, les chameaux de bât sont assez peu représentés dans l’art antique. Le cas des illustrations des chantiers de construction a été abordé ci‑dessus, mais on doit signaler aussi les mosaïques des églises byzantines des provinces de Palestine et d’Arabie où l’on rencontre des figurations de chameliers accompagnant leurs animaux. Certaines, assez banales, avec des chameliers anonymes, dans les rinceaux animés qui couvrent les sols d’images de la vie agricole, rappellent cependant le rôle des différentes bêtes de somme au moment des récoltes (fig. 5 et 10). En revanche, d’autres, exceptionnelles, appartiennent à la catégorie extrêmement étroite des représentations de donateurs dans les églises. Autre point exceptionnel, les donateurs figurés et nommés ne sont jamais montrés dans l’exercice d’une activité professionnelle ou d’une fonction, hormis les ecclésiastiques. Cependant, trois panneaux de mosaïques montrent dans l’exercice de leur métier des chameliers clairement nommés (fig. 4 et 7‑8) : Orbikos à Kissufim, dans la région de Gaza ; Mannos à Khirbet Daraiya, en Jordanie du Nord ; Mouchasos à Deir el‑Adas, au sud de la Damascène137. Bien que, vêtus d’une modeste tunique de travailleur et pieds nus, ils conduisent leurs bêtes chargées, on ne doit pas les considérer comme les simples accompagnateurs mal rémunérés dont traite l’édit du Maximum. Ce sont plutôt des hommes d’affaires, à la tête d’entreprises de transport et de commerce, fiers de leur réussite qu’ils affichent par leurs dons aux établissements religieux. Vital Cuinet, à la fin du xixe s., avait décrit le rapport de force très inégal entre les transporteurs chameliers tout-puissants qui acheminaient les céréales vers les ports et les producteurs de blé et d’orge du Hauran contraints à céder leurs récoltes à des prix très désavantageux138.

Conclusion

71Deux stéréotypes teintés d’orientalisme me semblent devoir être abandonnés. Le premier est l’idée d’un Levant antique d’où les chameaux se seraient absentés entre Alexandre et Héraclius, attendant depuis la fin de l’âge du Fer le retour d’une authenticité « orientale » provisoirement disparue. Le second est celui du chameau comme grand voyageur, pur et simple symbole des caravanes, « vaisseau du désert » nabatéen ou palmyrénien. Au contraire, pendant l’Antiquité, cet animal aux ressources multiples est un transporteur polyvalent, un outil important de la vie économique de tout le Proche‑Orient, villes et campagnes, terroirs cultivés et déserts. Tel le camion, il sert particulièrement pour déplacer des produits lourds ou encombrants, sans malheureusement que notre documentation permette d’apprécier les évolutions chronologiques de son rôle. Le chameau est aussi un élément essentiel du rapport complexe entre les nomades, qui sont les producteurs de ce moyen de transport, et les sédentaires qui l’utilisent largement, grâce au rôle d’intermédiaires qu’occupent les chameliers.

Bibliographie

Adams C. 2007, Land transport in Roman Egypt, Oxford.

Balty J. 1977, Mosaïques antiques de Syrie, Bruxelles.

Blunt A. 1879, Bedouin tribes of the Euphrates, vol. 1‑2, Londres.

Boucheman Ade 1939, Une petite cité caravanière, Suḫné, Documents d’études orientales 6, Damas.

Brière M., Graffin F., Lash C.J.A., Sauget J.‑M. (éd.) 1976, Les Homiliae cathedrales de Sévère d'Antioche : Homélies I à XVII, Turnhout.

Bulliet R.W. 1975, The camel and the wheel, Cambridge (MA).

Bulliet R.W., Ḡolāmreżaʾī M.-N., Yaḡmāʾī E., Omidsalar M. 2000, Encyclopaedia Iranica IV, s.v. « Camel », New York, p. 730‑739.

Burckhardt J.L. 1822, Travels in Syria and the Holy Land, Londres.

Çakırlar C., Berthon R. 2014, « Caravans, camel wrestling and cowrie shells : toward a social zooarcheology of camel hybridization in Anatolia and adjacent regions », Anthropozoologica 49, p. 237‑252.

Cuinet V. 1896‑1901, Syrie, Liban et Palestine. Géographie administrative, statistique, descriptive et raisonnée, fasc. 1‑4, Paris.

Dalman G. 1928‑1942, Arbeit und Sitte in Palästina, vol. 1‑7, Gütersloh.

Donceel‑Voûte P. 1988, Les pavements des églises byzantines de Syrie et du Liban. Décor, archéologie et liturgie, vol. 1‑2, Louvain‑La‑Neuve.

Dostal W. 1967, Die Beduinen in Südarabien : Eine ethnologische Studie zur Entwicklung der Kamelhirtenkultur in Arabien, Wiener Beiträge zur Kulturgeschichte und Linguistik 16, Vienne.

Durand X. 1997, Des Grecs en Palestine au iiie siècle avant Jésus‑Christ. Le dossier syrien des archives de Zénon de Caunos (261‑252), Cahiers de la Revue Biblique 38, Paris.

Faye B. 2014, « The camel today : assets and potentials », Anthropozoologica 49, p. 167‑176.

Fiema Z.T., C. Kanellopoulos, T. Waliszewski, Schick R. 2001, The Petra Church, Amman.

Fowden E.K. 1999, The Barbarian Plain. Saint Sergius between Rome and Iran, Berkeley‑Los Angeles‑Londres.

Gatier P.‑L. 2012, « Inscriptions grecques, mosaïques et églises des débuts de l’époque islamique au Proche‑Orient (viieviiie s.) », in A Borrut, M. Debié, A. Papaconstantinou, D. Pieri, J.‑P. Sodini (éd.), Le Proche‑Orient de Justinien aux Abbassides. Peuplement et dynamiques spatiales, Bibliothèque de l’Antiquité tardive 19, Turnhout, p. 7‑28.

Gatier P.‑L. 2017a, « L’Ariane et le chamelier de Quṣayr ‘Amra. Iconographie omeyyade et mosaïques byzantines », in A. Zouache (éd.), Pouvoir et culture dans le monde arabe et musulman médiéval, à la mémoire de Thierry Bianquis, Bulletin d’études orientales 66, p. 59‑96.

Gatier P.‑L. 2017b, « Méharistes et cavaliers romains dans le désert jordanien », in L. Nehmé et A. al‑Jallad (éd.), To the Madbar and back Again. Studies in the languages, archaeology, and cultures of Arabia dedicated to Michael C.A. Macdonald, Studies in Semitic Languages and Linguistics, Leyde‑Boston, p. 270‑297.

Gatier P.‑L. 2018, « Le chameau et l’onagre, viandes des Ismaélites », Syria 95, p. 73-109.

Gilbert A.S. 2002, « The native fauna of the Ancient Near East », in B.J. Collins (éd.), A history of the animal world in the Ancient Near East, Leyde‑Boston‑Cologne, p. 3‑75.

Grant E. 1907, The peasantry of Palestine, Boston‑New York.

Hachlili R. 2009, Ancient mosaic pavements. Themes, issues, and trends. Selected Studies, Leyde‑Boston.

Horwitz L.K., Rosen B. 2005, « A review of camel milking in the Southern Levant », in J. Mulville, A.K. Outram (éd.), The zooarchaeology of fats, oils, milk and dairying. Proceedings of the 9th Conference of the International Council of Archaeozoology. Durham, August 2002, Oxford, p. 121‑131.

Irwin R. 2010, Camel, Londres.

Jaussen A. 1908, Coutumes des Arabes au Pays de Moab, Paris.

Jones A.H.M. 1964, The Later Roman Empire, vol. 1‑2, Oxford.

Karasneh W. 1997, « Excavation of the church of Khirbat Dariya / az‑Za’tara / Ṣamad 1995 », ADAJ 41, p. 21‑36 (en arabe).

Köhler‑Rollefson I. 1993, « Camels and camel pastoralism in Arabia », Biblical Archaeologist 56/4, p. 180‑188.

Laubscher H.P. 1975, Der Reliefschmuck des Galeriusbogens in Thessaloniki, Berlin, 1975.

Lizet B. (éd.) 2002, Rzewuski W.S., Impressions d’Orient et d’Arabie. Un cavalier polonais chez les Bédouins, 1817‑1819, Paris.

Lewis N.N. 1987, Nomads and settlers in Syria and Jordan, 1800‑1980, Cambridge‑Londres.

Lortet L.‑C. 1893, La Syrie d’aujourd’hui, Paris.

Loti P. 1895, Le désert, Paris.

Macdonald M.C.A. 2009, « Arabians, Arabia, and the Greeks : contacts and perceptions », in M.C.A. Macdonald (éd.), Literacy and identity in Pre‑Islamic Arabia, Variorum Collected Studies 906, Farnham, p. 1‑35.

Martiniani‑Reber M. (éd.) 2015, Byzance en Suisse, Genève.

Matthews J.F. 1984, « The tax law of Palmyra : Evidence for economic history in a city of the Roman East », JRS 74, p. 157‑180.

Meistermann B. 1909, Guide du Nil au Jourdain par le Sinaï et Pétra, Paris.

Mondésert C. 1960, « Inscriptions et objets chrétiens de Syrie et de Palestine », Syria 37, p. 116‑130.

Monteil V. 1952, Essai sur le chameau au Sahara occidental, Études mauritaniennes 2, Saint‑Louis du Sénégal.

Musil A. 1928a, The manners and customs of the Rwala Bedouins, New York.

Musil A. 1928b, Northern Neǧd. A topographical itinerary, New York.

Neusner J. (éd.) 1984, The Talmud of the Land of Israel, Volume 26, Qiddushin, Chicago.

Palgrave W. 1865, Narrative of a year’s journey through central and eastern Arabia, vol. 1‑2, Londres‑Cambridge.

Piccirillo M. 2002, L’Arabie chrétienne, Paris.

Potts D. 2004, « Camel hybridization and the role of Camelus bactrianus in the Ancient Near East », Journal of the Economic and Social History of the Orient 47, p. 143‑165.

Raepsaet G. 2002, Attelages et techniques de transport dans le monde gréco‑romain, Bruxelles.

Raswan C.R. (trad. Montandon G.) 1936, Au pays des tentes noires. Mœurs et coutumes des Bédouins, Paris.

Rostovtzeff M. 1957, The social and economic history of the Roman Empire, vol. 1‑2, 2e éd., Oxford.

Safrai Z. 1994, The economy of Roman Palestine, Londres‑New York.

Studer J., Schneider A. 2008, « Camel use in the Petra region, Jordan : 1st century BC to 4th century AD », in E. Vila, L. Gourichon, A.M. Choyke, H. Buitenhuis (éd.), Archaeozoology of the Near East, VIII/2, TMO 49, Lyon, p. 581‑596.

Teixidor J. 1984, Un port romain du désert : Palmyre et son commerce d’Auguste à Caracalla, Semitica 34, Paris.

Thoumin R. 1936, Géographie humaine de la Syrie centrale, Tours.

Uerpmann H.P. 1987, The ancient distribution of ungulate mammals in the Middle East, Beihefte zum TAVO A 27, Wiesbaden.

Vibert‑Guigue C., Bisheh G. 2007, Les peintures de Qusayr ‘Amra. Un bain omeyyade dans la bâdiya jordanienne, BAH 179, Beyrouth.

Wapnish P. 1984, « The dromedary and Bactrian camel in Levantine historical settings : the evidence from Tell Jemmeh », in J. Clutton‑Brock, C. Grigson (éd.), Animals and archaeology, vol. 3, Early herders and their flocks, BAR Int. Series 202, Oxford, p. 171‑200.

Wilson D.E., Reeder D.M. 2005, Mammal species of the world. A taxonomic and geographic reference, 3e éd., vol. 1‑2, Baltimore.

Yon J.‑B. 2002, Les notables de Palmyre, BAH 163, Beyrouth.

Notes

1 Lizet (éd.) 2002 ; Palgrave 1865.

2 Irwin 2010.

3 Gatier 2017b, p. 284.

4 Je remercie Jean‑Charles et Janine Balty, ainsi que Widad Khoury, pour m’avoir amicalement confié des photos de mosaïques d’Apamée et de Tayyibet el‑Imam.

5 Il ne faut pas pour autant supposer que, même si on peut les qualifier de « traditionnelles », les sociétés bédouines sont immuables, particulièrement à l’intérieur de cette période « précontemporaine ».

6 Voir l’article d’H. Cuvigny dans ce volume à propos des éleveurs arabes du désert Oriental d’Égypte.

7 Le nomade précontemporain utilisait certains chameaux comme bêtes de somme, d’une part pour déplacer campement, nourriture, tentes et ustensiles, et d’autre part pour tirer l’eau des puits et la transporter dans de volumineuses outres.

8 Élien, La personnalité des animaux 4, 55 ; Pline, HN VII, 67‑68.

9 Quarante ans, selon Horwitz, Rosen 2005, p. 126 ; Faye 2014, p. 171. Voir aussi Irwin 2010, p. 30 et 40.

10 Entre 330 et 400 jours, Horwitz, Rosen 2005, p. 122.

11 Musil 1928a, p. 333.

12 Aristote, De la génération des animaux 771a ; Timothée de Gaza, Sur les animaux 32, 26.

13 Entre 8 et10, selon Wapnish 1984.

14 Estimée à 30 %, Horwitz, Rosen 2005, p. 122. Les chamelles sont assez souvent stériles et les fausses couches sont fréquentes. L’hiver peut être rude dans le désert syrien, ce qui accroît la mortalité des nouveaux‑nés, Irwin 2010, p. 175.

15 Estimé à 1,5‑1,7 % par an, Horwitz, Rosen 2005, p. 123.

16 Lewis 1987, p. 134.

17 Horwitz, Rosen 2005, p. 129.

18 Gilbert 2002, p. 20‑21 ; Irwin 2010, p. 17. Ce voile est le diverticule palatin, nommé en arabe dulaa.

19 Aristote, Histoire des animaux 571b. Irwin 2010, p. 54‑55.

20 Bulliet et al. 2000. On peut remarquer d’assez nombreux points communs entre le chameau et l’éléphant. Sévère d’Antioche, Homélie 13 (éd. Brière et al. 1976), p. 395 : « Nous ne consentons pas à pardonner à notre prochain […], et comme des chameaux nous gardons cette colère en notre esprit et nous n’avons pas de cesse que nous ne rendions le mal à la place de ce mépris […] ».

21 Musil 1928a, p. 349.

22 Irwin 2010, p. 184‑185.

23 Uerpmann 1987, p. 48 et Wilson, Reeder 2005, vol. 1, p. 646 disent que les hybrides mâles sont plus ou moins stériles. Çakırlar, Berthon 2014 écrivent que tous les hybrides, mâles et femelles, sont fertiles. C’est déjà le cas de Bulliet et al. 2000, où les hybrides sont même déclarés interféconds.

24 Çakırlar, Berthon 2014.

25 Lizet (éd.) 2002, p. 478. Voir Burckhardt 1822, p. 637.

26 En dépit du fait que le texte de Diodore II, 54, 6‑7 a été pris à contre‑sens. Voir infra.

27 Bulliet 1975, p. 142‑143 et 168‑171.

28 Diodore II, 54, 6‑7 : καὶ διπλοῦν ἀνατετακότων τὸ κατὰ τὴν ῥάχιν κύρτωμα καὶ διὰ τοῦτο διτύλων ὀνομαζομένων, ὧν αἱ μὲν γάλα παρεχόμεναι καὶ κρεαφαγούμεναι πολλὴν παρέχονται τοῖς ἐγχωρίοις δαψίλειαν…

29 Diodore II, 54, 6‑7 : αἱ δὲ… ἀνάκωλοι καὶ λαγαραὶ ταῖς συστάσεσι δρομάδες εἰσι.

30 Bulliet 1975, p. 167 ; Bulliet et al. 2000 ; Potts 2004.

31 Macdonald 2009, p. 25.

32 Jérôme, Vie d’Hilarion 14, 1‑2 : In quibus Bactrum camelum enormis magnitudinis, qui multos iam obtriuerat, triginta et eo amplius uiri distentum solidissimis funibus cum clamore adduxerunt. Sanguinei erant oculos, spumabat os, uolubilis lingua turgebat, et super omnem terrorem rugitus personabat immanis.

33 Jérôme, Vie d’Hilarion 14, 1‑2 : Ad quem cum furens et quasi deuoratura eum bellua peruenisset, statim corruit, submissumque caput terrae coaequauit

34 P.Ness. III 89, 27 : [καμηλί]ου ἀσινοῦ.

35 Studer, Schneider 2008, p. 584‑585.

36 On pourrait la comparer avec l’élevage des mulets, qui était une activité spécialisée, un véritable métier, mais qui était le fait des sédentaires, dans certains villages.

37 Köhler‑Rollefson 1993.

38 Aristote, Histoire des animaux 499a ; De la génération des animaux 771b.

39 Sévère, Homélie 32, Sur Jean le Baptiste, p. 402‑403.

40 Voir aussi l’étude de M. Leguilloux dans ce volume, à propos des carrières du désert Oriental d’Égypte, où les ânes supplantent les chameaux dans les assemblages ostéologiques.

41 Grant 1907, p. 155.

42 Cyrille de Scythopolis, Vie de saint Sabas 92, 186.

43 Lortet 1893, p. 202.

44 Égérie, Itinéraire 6, 2 : Faranite autem, qui ibi consueuerunt ambulare cum camelis suis, signa sibi locis et locis ponent, ad quae signa se tendent et sic ambulant per diem. Nocte autem signa cameli attendunt. Et quid plura ? Diligentius et securius iam in eo loco ex consuetudine Faranitae ambulant nocte quam aliqui hominum ambulare potest in his locis, ubi uia aperta est.

45 Bulliet 1975, p. 196 et 200‑201. Voir aussi l’article de D. Agut dans ce volume pour un exemple très précoce dans les oasis occidentales d’Égypte.

46 Jaussen 1908, p. 246 et 249 ; Dalman 1932, vol. 2, p. 81, 109‑112 et 160, fig. 37‑38.

47 Il y a des exceptions qui semblent rarissimes, dont témoignent quelques photos modernes dans la péninsule indienne. Les quadriges de Néron attelés à des chameaux selon Suétone, Néron 11, 1, rendent compte du stéréotype de l’excentricité orientalisante des empereurs déments.

48 Adams 2007, p. 73.

49 Bulliet 1975, p. 176‑215.

50 Timothée de Gaza, Sur les animaux 32, 9‑11 : ὅτι αἱ κάμηλοι μέγα φορτίον φέρειν ἠδύναιντο εἰ μὴ εἰώθεσαν καθεζόμεναι ἐπιφορτίζεσθαι καὶ οὕτως αὐτοις φορτίοις ἀνίστασθαι.

51 Safrai 1994, p. 289 ; Adams 2007, p. 57‑58, donne des chiffres très supérieurs : jusqu’à 150 kg pour un âne et 170 kg pour un cheval.

52 Raepsaet 2002, p. 33 et 69.

53 Meistermann 1909, p. XXXV.

54 Lortet 1893, p. 202 : « chaque chameau ne peut guère porter que trois cents kilogrammes ». Cuinet 1896‑1901, fasc. 1‑4, p. 44, « la charge moyenne d’un chameau est de 200 kilos, et ne saurait dépasser un maximum de 300 kilos » ; p. 346‑347, « durant cinq mois, chaque année, l’exportation des produits du sol du Haourân donne lieu à un mouvement de départ journalier moyen de 6 000 chameaux chargés de 210 kilos chacun, soit ensemble 1 260 000 kilos ». Thoumin 1936, p. 189‑191, indique que selon les statistiques officielles un chameau porte 200 kg, un mulet 80 et un âne 50, mais que dans la réalité les charges sont bien supérieures, pour le chameau fréquemment 250 kg, parfois 300, et pour l’âne 80 à 100 kg ; un convoi de chameaux chargés fait des étapes de 25 à 30 km par jour, mais de plus de 40 km à vide. Irwin 2010, p. 24, dit qu’un chameau à une bosse peut sans difficultés porter 273 kg et un bactrien 455 kg.

55 Musil 1928b, p. 200‑202.

56 Trad. du palmyrénien, I, 12‑13, par Teixidor 1984, p. 100 ; voir Matthews 1984, p. 175.

57 Teixidor 1984, p. 70.

58 Jones 1964, p. 841‑842.

59 Édit du Maximum (Giacchero) 14, 9‑11.

60 Bulliet 1975, p. 20.

61 Diodore II, 54, 6‑7. Voir supra, n. 26‑29.

62 Adams 2007, p. 53, n. 18, considère sans raison qu’il s’agit de bactriens et évalue ces 10 médimnes à 900 livres anglo‑américaines, environ 408 kg.

63 Pline, HN VIII, 67‑68.

64 Irwin 2010, p. 50‑51.

65 Blunt 1879, vol. 2, p. 152‑153.

66 Musil 1928a, p. 350‑355 ; voir Monteil 1952, p. 91‑93, pour le vocabulaire français.

67 Dostal 1967 (entre autres).

68 Lortet 1893, p. 202.

69 Lortet 1893, p. 350.

70 Par exemple, Diodore II, 54, 6‑7.

71 Le pré spirituel 107.

72 Cyrille de Scythopolis, Vie de saint Sabas 92, 186.

73 The Talmud of the Land of Israel, vol. 2, Peah, 1, 2, I A‑C, p. 79 (grain) ; vol. 28, Baba qamma, 6, 8, C‑E, p. 148 (lin) ; vol. 29, Baba mesia, 10, 5, I T‑U et Z, p. 205‑206 et 229 (pierres de carrière) ; 6, 4, A‑I, p. 148‑149 (grain, blé et orge) ; vol. 30, Baba batra, 2, 13‑14, F‑H, p. 51 (lin, fagots). Plusieurs de ces produits peuvent aussi bien être déplacés à une échelle régionale que sur de très courtes distances.

74 The Talmud of the Land of Israel, vol. 3, Demai, 1, 3, 22a, I, p. 44.

75 The Talmud of the Land of Israel, vol. 30, Baba batra, 9, 6, II A, p. 164‑165.

76 Libanios, Or. 50 (Norman), 4‑5 ; 16‑17 ; 32. Il semble qu’il s’agisse de propriétés de la cité, qui sont prises à ferme par des curiales pour leur propre compte et exploitées avec l’aide de bêtes de somme qui leur appartiennent. Libanios semble dire que d’autres notables, officiales et militaires, ont également des grands domaines avec le même cheptel.

77 Voir n. 73 et 83.

78 Fiema et al. 2001, p. 312.

79 Vibert‑Guigue, Bisheh 2007, pl. 57‑58, 62‑63 et 131 ; Gatier 2017a.

80 Libanios, Or. 50.

81 P.Cair.Zen. I 59008 recto ; Durand 1997, p. 133‑136, n° 16.

82 P.Cair.Zen. I 59010 ; Durand 1997, p. 140‑143, n° 18.

83 P.Col. III 2 ; Durand 1997, p. 136‑140, n° 17.

84 Teixidor 1984, p. 100‑101 ; Matthews 1984, p. 175‑177.

85 Adamnanus, De locis sanctis 2, 12.

86 Vie syriaque de saint Syméon le stylite 16.

87 Diodore XX, 73.

88 Tacite, Annales 15, 12.

89 Procope, Anekdota 30, 15‑16.

90 Pseudo‑Hygin, Des fortifications du camp 29. Voir, par exemple, l’arc de Galère à Thessalonique, Laubscher 1975, pl. 14, 1, et pl. 28, 3.

91 Gatier 2018.

92 Acta Graeca S. Dometii Martyris (éd. J. Van der Gheyn, AB 19, 1900), p. 307.

93 Julien, Misopogon 26, 355.

94 Théodoret de Cyr, Histoire Philothée 28, 5.

95 En Égypte, le terme est utilisé au iiie s. av. J.‑C. dans le désert Oriental pour désigner des chameliers employés au service du roi (voir l’article d’H. Cuvigny dans ce volume).

96 Aristote, Histoire des animaux 630b ; de même, pour le sens de « gardien » ou d’« éleveur », Timothée de Gaza, Sur les animaux 32, 29 ; Héliodore, Éthiopiques 10, 5 et Hérodien, Histoire IV, 15, 2, l’emploient pour des hommes circulant à dos de chameau et des guerriers sur leurs montures. Dans des papyrus d’époque romaine, on rencontre καμηλάτης, P.Bas. 2, 2 ; BGU Ι 14, 6, 12.

97 Strabon XVI, 1, 27 ; XVI, 4, 23 ; XVII, 1, 45.

98 P.Euphrates 16, 9‑11.

99 Hérodien IV, 15, 2‑5.

100 Également en grec ἡμιονηγός et ἡμιονίτης, « muletier », aux périodes anciennes, par exemple dans le même papyrus des archives de Zénon de Caunos, P.Cair.Zen. I 59004 ; Durand 1997, p. 55‑72, n° 4. De même, ὁνηλάτης, « ânier ».

101 O.BuNjem 5 ; 7 ; 8 ; 76 ; 77 ; 78 ; 88. On trouve les formes camelarius, camellarius et kamellarius.

102 En latin et en grec, Édit du Maximum (Giacchero), 7, 17 ; en latin, Digeste, 50, 4, 18, 11. Zénon de Vérone (ive s.), Tractatus, 1, 24, 3, désigne Jean‑Baptiste le Précurseur comme un camelarius, vraisemblablement en se souvenant de son vêtement. En grec, voir par exemple Jean Moschos, Pré spirituel 107.

103 Balty 1977, p. 148‑151 ; Donceel‑Voûte 1988, vol. 1, p. 45‑54, cf. 46‑49. Voir mes remarques sur la date des mosaïques de cette église, Gatier 2012, p. 11, n. 46, et p. 19.

104 Édit du Maximum (Giacchero), 7, 1‑19.

105 Palladius, Histoire Lausiaque 32, 9 : un monastère pachômien de Thébaïde, avec quinze tailleurs, sept forgerons, quatre charpentiers, douze chameliers et quinze foulons.

106 Dorothée de Gaza, Instructions diverses 11, 119. Je ne pense pas que ces chameliers soient des commerçants ou des caravaniers de passage, mais des moines du monastère.

107 Mondésert 1960, p. 123‑125.

108 Fowden 1999, p. 35‑37. Objet censé, par erreur, venir de Palestine ; Musée d’art et d’archéologie, Université du Missouri‑Columbia.

109 Chronique de Michel le Syrien, t. 2, 10, chap. 23‑24, p. 374‑377.

110 The Talmud of the Land of Israel, vol. 11, Shabbat, 24, 3, p. 12 et 492 ; 5, 3, p. 177‑179 ; 15, 1, B, p. 400 ; vol. 17 ; Sukkah, 2, 4, p. 49 et 54 ; vol. 18, Besah and Taanit, 5, 2, III H, p. 114.

111 The Talmud of the Land of Israel, vol. 26, Qiddushin, 4, 11, VII B‑C, p. 251‑252.

112 The Talmud of the Land of Israel, vol. 20, Hagigah and Moed qatan, p. 192 ; vol. 31, Sanhedrin and Makkot, Sanhedrin 10, 7, B, p. 363. Voir vol. 11, Shabbat, 15, 1, B, p. 400, sur la permission ou non de faire un nœud pour un chameau ou un navire.

113 The Talmud of the Land of Israel, vol. 22, Ketubot, 5, 7, F, p. 188.

114 The Talmud of the Land of Israel, vol. 12, Erubin, 1, 8, I A, p. 53.

115 P.Cair.Zen. V 59802 ; Durand 1997, p. 89‑92, n° 7.

116 Toubias est le propriétaire d’un grand domaine en Transjordanie, petit potentat en contact avec les Arabes nabatéens.

117 The Talmud of the Land of Israel, vol. 13, Yerushalmi Pesaḥim, 4, III D, p. 164, et vol. 33, Avodah zarah, 1, 6, IV D, p. 36 ; vol. 26, Qiddushin, 1, 4, I B, p. 67‑68.

118 Édit du Maximum (Giacchero), 30, 1‑13.

119 Le mot est un hapax, de sens très clair, de gibbus, « bosse ».

120 C’est le plus ancien exemple d’emploi de dromadarius/dromedarius pour désigner l’animal et non plus son méhariste.

121 P.Ness. III 89.

122 Musil 1928a, p. 348‑349.

123 Musil 1928b, p. 46, 70, 135‑136, 179, n. 99.

124 Musil 1928a, p. 279‑281.

125 Bulliet 1975, p. 109.

126 Raswan 1936, p. 170.

127 Loti 1895, p. 212.

128 Cuinet 1896‑1901, p. 168 et 274‑275.

129 Boucheman 1939, p. 120‑121.

130 Boucheman 1939, p. 100.

131 Boucheman 1939, p. 85‑93.

132 Bien décrit par Yon 2002, p. 100‑106.

133 Julien, Misopogon 26, 355 (οἱ μισθωτοί).

134 P.Col. III 2 ; Durand 1997, p. 136‑140, n° 17. Voir supra, n. 83.

135 P.Euphrates 16. Les éditeurs (p. 199, n. 169) comprennent, l. 8, ἐκ τῶν ἀράβω̣[ν], pour ὀρόβω̣[ν], « plus plausible au regard du contexte que Ἀράβω̣[ν] ». Il semble au contraire que le contexte conviendrait mieux à cette dernière solution. Il serait question de produits fournis par les Arabes. On aurait un témoignage sur le colportage dans les tribus.

136 P.Ness. III 89.

137 Sans surinterpréter l’onomastique, on notera les deux noms « indigènes », Mouchasos et Mannos.

138 Cuinet 1896‑1901, p. 274‑275 et 347‑350.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Figurine de chameau baraqué et de singe (Rostovtzeff 1957, pl. 48, 4).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8592/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Titre Fig. 2 – Enfant juché sur le bât d’un chameau, mosaïque syrienne de provenance imprécise, à Genève (Martiniani‑Reber 2015, p. 277).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8592/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 3 – Convoi de chameaux, mosaïque de la Grande colonnade d’Apamée (J.-C. et J. Balty).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8592/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 889k
Titre Fig. 4 – Mouchasos le chamelier, mosaïque de Deir el-Adas (Donceel‑Voûte 1988, vol. 1, p. 49).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8592/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 609k
Titre Fig. 5 – Mosaïque aux rinceaux habités, à Suwayfiyah (Piccirillo 2002, p. 193).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8592/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Titre Fig. 6 – Tayyibet el-Imam, Syrie centrale, mosaïque de l’église (W. Khoury).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8592/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 7 – Orbikos le chamelier, mosaïque de Kissufim (Hachlili 2009, pl. VII).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8592/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 8 – Mannos le chamelier, mosaïque de Khirbet Daraiya, Jordanie (Karashneh 1997, p. 33*).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8592/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 735k
Titre Fig. 9 – La voûte des artisans à Qusayr ‘Amra (archives IGLS).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8592/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 975k
Titre Fig. 10 – Chamelier dans des rinceaux, mosaïque de Beershema (Hachlili 2009, pl. VII).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8592/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 939k
Titre Fig. 11 – Transport d’une pièce de bois à dos de chameau, mosaïque de Pétra (Fiema et al. 2001, p. 312).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8592/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M

Auteur

CNRS, HiSoMA (UMR 5189), MOM, Lyon

Acheter

Volume papier

LCDPUleslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search