Version classiqueVersion mobile

Les vaisseaux du désert et des steppes

 | 
Damien Agut-Labordère
, 
Bérangère Redon

Les chameaux en terre cuite d’époque romaine de Coptos

Geneviève Galliano

Texte intégral

  • 1 Mission archéologique de Coptos (IFAO‑Université Lyon 2), dirigée par Laure Pantalacci. Sondage et (...)
  • 2 Ballet 2000 ; Cuvigny 1998.
  • 3 Reinach 1912, p. 66‑82 ; Reinach 1913, p. 87‑97 et 102‑115.

1À Coptos, le dégagement d’une butte de décombres (le kôm el‑Ahmar) par Adolphe Reinach, en février 1911, permit la mise au jour de ce qui fut probablement un dépotoir d’atelier de potiers et de coroplastes. D’après le sondage réalisé en 2009 et 2010 par la Mission archéologique de Coptos, cet atelier fut utilisé entre la fin des Flaviens et le règne d’Hadrien1. En un peu plus de trois semaines, Reinach exhuma des centaines de vases (cruches, gobelets, couvercles, pots miniatures, etc.), de lampes à huile, de terres cuites, quelques faïences et des tessons et bouchons d’amphore2. L’helléniste qu’il était se passionna pour les images de terre cuite, qu’il entreprit de classer et d’interpréter3.

  • 4 Sur l’histoire des collections mises au jour par Adolphe Reinach et Raymond Weill à Coptos, en 191 (...)

2À la suite du transfert des collections de la galerie égyptienne de l’ancien musée Guimet de Lyon en 1969, ces objets sont aujourd’hui conservés au musée des Beaux‑Arts de Lyon4. Les terres cuites, toutes fragmentaires, sont au nombre de mille trois cent quatre‑vingt‑dix. Les sujets très divers (images de divinités, personnages profanes, armes, animaux, etc.) sont représentés sur différents supports (figurines, têtes ou bustes munis de lampes miniatures, lanternes, boucliers, etc.).

  • 5 Un cochon fragmentaire a été mis au jour en 2010.

3Les représentations animales constituent près de 11 % de l’ensemble. Il s’agit principalement d’animaux de charge et de monte (chameaux et chevaux), d’animaux de sacrifice (coqs, pigeons et canards) ou de combat (coqs affrontés)5 ; les animaux divins sont principalement des chiens, ainsi que quelques ibis couronnés, taureaux Apis et béliers d’Amon. Le thème de la divinité chevauchant un animal n’apparaît qu’une seule fois sous le type d’Harpocrate assis sur une oie.

  • 6 P. ex. sur les 199 figurines d’animaux répertoriés à Karanis (Allen 1985), Georges Nachtergael (Na (...)

4Les chameaux et les chevaux, en quantité à peu près égale (une soixante de fragments pour chaque espèce), représentent environ 60 % des terres cuites animales. Une importance qui n’a rien de rare pour les équidés mais qui est tout à fait exceptionnelle pour les chameaux si l’on compare à d’autres sites égyptiens6.

  • 7 Boutantin 2014, p. 186 : « Très peu de figurines [de chevaux] sont dépourvues de couronnes ».

5Les chevaux coptites sont relativement proches de ceux provenant d’autres localités de la chorâ – le corps, le plus souvent harnaché, repose sur les antérieurs et les postérieurs traités par paire –, aucun cependant ne porte de couronne de fleurs7 ; un trou perfore les naseaux pour le passage du mors. Certains conservent la figurine du gladiateur qui les chevauchait, fixée à la selle par de la barbotine, et deux fragments d’une double croupe derrière laquelle se tient un aurige se rapportent à des chevaux de biges.

6Les types iconographiques des chameaux coptites sont, en revanche, beaucoup plus originaux. Sur le plan technique ils ont été fabriqués, comme la plupart des figurines animales, à partir de moules bivalves assemblés sur le plan sagittal. Les coroplastes ont utilisé l’argile calcaire locale caractéristique de la zone entre Qena et Tôd. Quelques exemplaires présentent des restes plus ou moins nets de polychromie, un fond rouge sombre ou jaune brun pour le pelage, et du rouge et du noir pour souligner un élément en relief (couronnes et sangles de poitrail, yeux, etc.) ou le dessiner (brides, rubans, etc.).

7Comme toutes les terres cuites issues du kôm el‑Ahmar, les figurines de chameaux sont fragmentaires (têtes, têtes avec cou et corps), mais comme les éléments proviennent d’un atelier de production, certains exemplaires se révèlent issus d’un même moule ou de moules dérivés, ce qui a permis d’établir des séries. Deux séries de chameaux comptent ainsi respectivement huit et sept exemplaires de différentes parties du corps permettant de restituer l’image dans sa globalité.

  • 8 En 2009, une tête a été mise au jour dans le sondage de la Mission archéologique de Coptos ; une a (...)

8Sur les soixante‑quatre fragments de camélidés mis au jour à Coptos, en 19118, trente‑quatre têtes, soit plus de la moitié, ne peuvent être attribuées à un type iconographique précis (fig. 1). Elles permettent toutefois de noter une caractéristique coptite : la couronne de fleurs, simple ou agrémentée de rubans, qui coiffe la quasi‑totalité des têtes (quatre seulement n’en portent pas). Toutes les têtes présentent, en outre, un orifice percé en travers du museau pour le passage d’une bride.

Fig. 1 – Tête de chameau, terre cuite, traces de couleur jaune sur une base préparatoire blanche, 6,5 x 4,1 x 5,6 cm, inv. E 501‑1908 (musée des Beaux‑Arts de Lyon, A. Basset).

Fig. 1 – Tête de chameau, terre cuite, traces de couleur jaune sur une base préparatoire blanche, 6,5 x 4,1 x 5,6 cm, inv. E 501‑1908 (musée des Beaux‑Arts de Lyon, A. Basset).
  • 9 Inv. E 501‑473, E 501‑476 et E 501‑1894.
  • 10 Boutantin 2014, p. 314‑318, no 201, 202, 207, 209‑211.

9Dans une série de trois têtes, la bride et la longe sont matérialisées en relief9. La bride se compose d’une têtière et d’une muserolle d’où pend la longe ; autour du cou, le licou est décoré de larges clous ou de phalères (l’ornementation des sangles semble un élément assez courant des harnais de camélidés)10. Sur un fragment de cette série (inv. E 501‑476), le sommet de la couronne de fleurs et de bandelettes a été percé de deux petits orifices dans lesquels des éléments rapportés devaient être plantés.

  • 11 Série : inv. E 501‑467, E 501‑481, E 501‑1889, E 501‑1895, E 501‑1913, E 501‑1918, E 501‑1936 ; Sé (...)
  • 12 On n’en connaît qu’un seul exemplaire en Égypte : Harpocrate‑Dionysos dans un palanquin sur un dro (...)
  • 13 Boutantin 2014, p. 316, no 205‑206.
  • 14 Catalogue La Reine Margot, 1985, n° 11.
  • 15 Visible sur la figurine CG 27198 du Musée égyptien du Caire (Boutantin 2014, p. 316, n° 205) et su (...)

10Le type le plus représenté, avec vingt‑deux fragments répartis dans quatre séries, est celui illustrant l’animal chargé d’un palanquin11 (fig. 2‑4), une iconographie rare dans le répertoire de l’Égypte romaine12. À cet ensemble on peut ajouter deux exemplaires intacts conservés au Musée égyptien du Caire (CG 27198 et JE 25363)13, provenant probablement des fouilles de Gaston Maspero à Coptos en 1883 mais dont l’origine a été perdue ou confondue avec du matériel d’Edfou, et un troisième connu par le catalogue d’une galerie parisienne paru en 198514. Les différences entre les séries sont minimes : bandelettes dans la couronne florale, ornementation du licou. L’animal est figuré debout sur une fine plinthe. Le palanquin (une double nacelle attachée de part et d’autre de la bosse et recouverte de tissu ou de cuir, comme ceux encore récemment en usage dans des pays arabes) recouvre le dos et retombe le long des flancs et de la croupe. La structure est maintenue par un licou et une bricole autour du poitrail ; la sangle attachée sous le ventre de l’animal est dissimulée par les pans du tissu à large et épaisse bordure. Le pavillon est totalement clos mais une petite fenêtre dessinée au trait noir dans la partie supérieure – un double rectangle imbriqué – suggère que des personnes voyageaient à l’intérieur15. La morphologie du crâne de l’animal est traitée avec réalisme, ainsi que les détails comme les phanères. La bride était matérialisée par un trait rouge visible au moins sur un fragment (inv. E 501‑1898). Les quatre pattes se détachent en léger relief sur le fond, mais deux exemplaires (E 501‑481 et E 501‑1889) témoignent d’une tentative de découpe pour séparer les membres antérieurs des postérieurs sous la bordure du palanquin. Une fine et longue queue dépasse du palanquin entre les pattes arrière. Outre la couronne florale colorée en rouge, les bêtes étaient parées de rubans peints en rouge et en noir fixés au licou et flottant dans le cou (inv. E 501‑481).

Fig. 2 – Corps de chameau chargé d’un palanquin, terre cuite, 13,3 x 9,5 x 6 cm, inv. E 501‑529 ; et avant-train de chameau (même série), terre cuite, traces de couleur rouge et jaune-rouge sur une base préparatoire blanche, 12,8 x 4,8 x 6 cm, inv. E 501‑1892 (musée des Beaux‑Arts de Lyon, A. Basset).

Fig. 2 – Corps de chameau chargé d’un palanquin, terre cuite, 13,3 x 9,5 x 6 cm, inv. E 501‑529 ; et avant-train de chameau (même série), terre cuite, traces de couleur rouge et jaune-rouge sur une base préparatoire blanche, 12,8 x 4,8 x 6 cm, inv. E 501‑1892 (musée des Beaux‑Arts de Lyon, A. Basset).

Fig. 3 – Chameau chargé d’un palanquin, terre cuite, 9,3 x 5,2 x 10,1 cm, inv. E 501‑1889 (musée des Beaux‑Arts de Lyon, A. Basset).

Fig. 3 – Chameau chargé d’un palanquin, terre cuite, 9,3 x 5,2 x 10,1 cm, inv. E 501‑1889 (musée des Beaux‑Arts de Lyon, A. Basset).

Fig. 4 – Tête de chameau, terre cuite, traces de couleurs jaune et ocre sur une base préparatoire blanche, 8,4 x 3,8 x 4,8 cm (inv. E501‑1895) et corps de chameau chargé d’un palanquin, terre cuite, fond blanc et motifs rouge et noir, 10,3 x 9,5 x 5,5 cm (inv. E 501‑481). Même série que E 501‑1889 (musée des Beaux‑Arts de Lyon, A. Basset).

Fig. 4 – Tête de chameau, terre cuite, traces de couleurs jaune et ocre sur une base préparatoire blanche, 8,4 x 3,8 x 4,8 cm (inv. E501‑1895) et corps de chameau chargé d’un palanquin, terre cuite, fond blanc et motifs rouge et noir, 10,3 x 9,5 x 5,5 cm (inv. E 501‑481). Même série que E 501‑1889 (musée des Beaux‑Arts de Lyon, A. Basset).
  • 16 Inv. E 501‑468, E 501‑474, E 501‑1906, E 501‑1917, E 501‑1925.

11Un autre type, connu par une série de cinq exemplaires16, indice d’un gros tirage, figure le dromadaire, harnaché d’un licou orné de larges clous ou phalères et d’une bricole, monté par un personnage vêtu d’un long manteau, assis en amazone, qui s’agrippe aux poils de la tête de l’animal (fig. 5). Le voyageur ne semble pas être le chamelier généralement figuré assis sur la bosse, les jambes croisées, mais l’état de conservation limitée à la partie inférieure du corps ne permet de reconnaître ni la nature ni le sexe du personnage.

Fig. 5 – Avant‑train de chameau portant un personnage, terre cuite, traces de couleur jaune sur une base préparatoire gris‑bleu, 9,7 x 7,2 x 11,4 cm, inv. E 501‑474 (musée des Beaux‑Arts de Lyon, A. Basset).

Fig. 5 – Avant‑train de chameau portant un personnage, terre cuite, traces de couleur jaune sur une base préparatoire gris‑bleu, 9,7 x 7,2 x 11,4 cm, inv. E 501‑474 (musée des Beaux‑Arts de Lyon, A. Basset).
  • 17 Inv. E 501‑1938.

12Un autre type, celui du chameau simplement sellé, peut être identifié dans un fragment de flanc droit rebondi d’un animal dont la selle présente une forte inclinaison17. Le harnais est maintenu par une bricole autour du poitrail, et la selle, décorée d’un double sillon sur la bordure, attachée par une sous‑ventrière.

  • 18 Cuvigny 2003, p. 343‑345.

13Enfin, deux fragments conservent l’image partielle d’un petit personnage debout à côté du chameau, le bras levé pour saisir la longe flottant sur l’encolure (fig. 6), une représentation qui ne semble pas avoir de parallèle dans le répertoire iconographique des terres cuites de l’Égypte romaine. Sur le fragment E 501‑466, seuls sont conservés la tête frisée et le bras gauche à peine esquissé tendu vers la longe qui devait être peinte à l’origine ; la cassure à l’arrière du cou suggère que l’animal portait une charge. Sur le second fragment (inv. E 501‑600), la longe est figurée en relief et le personnage semble porter une cuirasse au‑dessus d’une tunique plissée et une coiffe (casque ?), ce qui pourrait le désigner comme un méhariste, dont on trouve quelques mentions dans les ostraca du désert Oriental18.

Fig. 6 – Chameliers tenant l’animal par la longe, terre cuite, 5,4 x 4,5 x 2 cm, inv. E 501‑600 ; et 8 x 4,6 x 7 cm, inv. E 501‑466 (musée des Beaux‑Arts de Lyon, A. Basset).

Fig. 6 – Chameliers tenant l’animal par la longe, terre cuite, 5,4 x 4,5 x 2 cm, inv. E 501‑600 ; et 8 x 4,6 x 7 cm, inv. E 501‑466 (musée des Beaux‑Arts de Lyon, A. Basset).
  • 19 Galliano 2011, en cours de publication.

14L’étude de l’ensemble des terres cuites mises au jour en 1911 a montré que les coroplastes coptites avaient copié et adapté de nombreux types iconographiques provenant d’autres centres de production, mais qu’ils avaient aussi créé leurs propres types inspirés des croyances et de la vie quotidienne de la métropole de Coptos19. L’extrême variété des sujets et des supports proposés permettait de répondre à la demande d’une large clientèle.

  • 20 Pour la route de Myos Hormos : Brun 2003, p. 97‑198 ; pour les praesidia de Didymoi et de Dios sur (...)
  • 21 Bülow‑Jacobsen 2003, p. 405 : au moins jusqu’à la mise en service des fortins, dont les points d’e (...)
  • 22 En raison des imprécisions dans les provenances souvent relevées dans les catalogues de musées et (...)
  • 23 Nachtergael 1989, p. 330‑336.

15L’image du chameau chargé d’un palanquin a ainsi pour origine le grand commerce entre le port fluvial de Coptos sur le Nil et les ports de Myos Hormos et de Bérénice sur la mer Rouge via les pistes du désert Oriental (qui étaient en train d’être équipées de postes militaires, ensuite fortifiés et pourvus de puits et de citernes à partir de Vespasien et au début du iie s.)20. Dans ce trafic caravanier, le chameau était probablement le principal mode de transport des marchandises et des personnes21. Ce sont ces chameaux véhiculant des voyageurs qui ont servi de modèles aux coroplastes coptites. Le nombre important de fragments (vingt‑deux) mis au jour en 1911, plus les trois exemplaires du Musée égyptien du Caire et de la galerie parisienne, suggèrent qu’il s’agissait là d’une image familière particulièrement appréciée de la clientèle (de la même façon que les chameaux chargés d’amphores, de paniers ou de fûts vides ou remplis de raisin, proviennent en majorité du Fayoum, région réputée pour ses activités agricoles22). La couronne de fleurs qui coiffe les chameaux de Coptos évoque la participation de l’animal à une procession en l’honneur de divinités locales, comme celles, nombreuses, qui animaient les villes et les villages à l’époque romaine. Toutes les catégories de la population s’y retrouvaient, des plus humbles aux plus nanties, afin de bénéficier de la protection et de la prospérité dispensées par la présence divine23. À Coptos, négociants et agents employés dans le transport caravanier devaient se joindre à ces cortèges populaires accompagnés de leur « instrument de travail » dans le but de s’assurer la bienveillance des dieux dans leurs activités ; sans doute s’y trouvait‑il aussi, mêlés à une foule cosmopolite et variée, des voyageurs en instance de départ ou reconnaissants d’être revenus sains et saufs d’un déplacement périlleux vers ou depuis les rives de la mer Rouge, voire au‑delà, ainsi, bien sûr, que des soldats de la garnison de Coptos en poste sur les routes du désert Oriental. La butte de décombres – et donc probablement l’atelier de production et de vente – se situait à proximité du téménos des temples, lieu de départ ou d’arrivée des processions, ce qui suppose une étroite relation entre les cultes et le répertoire iconographique des coroplastes. Comme la plupart des terres cuites trouvées sur d’autres sites de la chorâ proviennent de contextes d’habitat, il est probable qu’à Coptos aussi les consommateurs achetaient ces modestes objets pour les ramener chez eux afin de perpétuer le souvenir de la fête religieuse et de bénéficier encore longtemps de la protection divine.

Bibliographie

Allen M.L. 1985, The Terracotta figurines from Karanis : a study of technique, style and chronology in Fayoumic coroplastics I‑II, University Microfilms International, Ann Arbor.

Ballet P. 2000, « La ville de Coptos à l’époque romaine : Le mobilier du Haut‑Empire. Les figurines de terre cuite. L’atelier de Coptos », Coptos. L’Égypte antique aux portes du désert. Catalogue de l’exposition (Lyon, musée des Beaux‑Arts, 3 février‑7 mai 2000), Lyon‑Paris, p. 176‑185.

Boutantin C. 2014, Terres cuites et culte domestique. Bestiaire de l’Égypte gréco‑romaine, Religions in the Graeco‑Roman World 179, Leyde‑Boston.

Breccia E. 1930, Terrecotte figurate greche e greco‑egizie del Museo di Alessandria, Monuments de l’Égypte gréco‑romaine 2, fasc. 1, Bergame.

Brun J.‑P. 2003, « Chronologie de l’équipement de la route à l’époque gréco‑romaine », vol. 1, in H. Cuvigny (éd.), La route de Myos Hormos. L’armée romaine dans le désert Oriental d’Égypte. Praesidia du désert de Bérénice I, FIFAO 48/1, Le Caire, p. 187‑205.

Bülow‑Jacobsen A. 2003, « The traffic on the road and the provisioning of the stations », in H. Cuvigny (éd.), La route de Myos Hormos. L’armée romaine dans le désert Oriental d’Égypte. Praesidia du désert de Bérénice I, FIFAO 48/2, Le Caire, p. 399‑426.

Cuvigny H. 1998, « Bouchons cachetés des fouilles d’Adolphe Reinach à Coptos », Bulletin des musées et monuments lyonnais 4, p. 2‑7.

Cuvigny H. 2003, « Le fonctionnement du réseau », in H. Cuvigny (éd.), La route de Myos Hormos. L’armée romaine dans le désert Oriental d’Égypte. Praesidia du désert de Bérénice I, FIFAO 48/2, Le Caire, p. 295‑359.

Cuvigny H. 2010, « The shrine in the praesidium of Dios (Eastern Desert of Egypt) : graffiti and oracles in context », Chiron 40, p. 245‑299.

Dixneuf D. 2010, « Coptos. Kom al‑Ahmar », in B. Midant‑Reynes, S. Denoix, Travaux de l’Institut français d’archéologie orientale 2009‑2010, BIFAO 110, p. 348.

Galliano G. 2000, « Les fouilles de 1910‑1911, Adolphe Reinach et Raymond Weill », Coptos. L’Égypte antique aux portes du désert. Catalogue de l’exposition (Lyon, musée des Beaux‑Arts, 3 février‑7 mai 2000), Lyon‑Paris, p. 44‑54.

Galliano G. 2011, Les images religieuses en terre cuite de Coptos à l’époque romaine : production et consommation, Thèse de doctorat, Université de Poitiers (inédit).

Mond R., Myers O.H. 1934, The Bucheum 1 et 3, ExcMem 41, Londres.

Nachtergael G. 1989, « Le chameau, l’âne et le mulet en Égypte gréco‑romaine. Le témoignage des terres cuites », CdE 64, fasc. 127‑128, p. 287‑336.

Petrie W.M.F. 1905a, Ehnasya 1904, ExcMem 26, Londres.

Petrie W.M.F. 1905b, Roman Ehnasya (Herakleopolis Magna) 1904:  plates and text supplementary to Ehnasya, ExcMem, Super Extra Publication, Londres.

Petrie W.M.F. 1910, Meydum & Memphis (III), British School of Archaeology in Egypt and Egyptian research account sixteenth year, Londres.

Reinach A. 1912, « Rapport sur les fouilles de Koptos, deuxième campagne (janvier‑février 1911) », BSFFA 3, Paris.

Reinach A. 1913, Catalogue des antiquités égyptiennes recueillies dans les fouilles de Koptos en 1910 et 1911 exposées au musée Guimet de Lyon, Chalon‑sur‑Saône.

Schwartz J., Wild H. 1950, Fouilles franco‑suisses : Rapports 1 Qasr‑Qarun/Dionysias 1948, Le Caire.

Notes

1 Mission archéologique de Coptos (IFAO‑Université Lyon 2), dirigée par Laure Pantalacci. Sondage et étude du matériel céramique réalisés par Delphine Dixneuf (Centre Camille Jullian, Aix‑en‑Provence) : Dixneuf 2010.

2 Ballet 2000 ; Cuvigny 1998.

3 Reinach 1912, p. 66‑82 ; Reinach 1913, p. 87‑97 et 102‑115.

4 Sur l’histoire des collections mises au jour par Adolphe Reinach et Raymond Weill à Coptos, en 1910 et 1911, voir Galliano 2000.

5 Un cochon fragmentaire a été mis au jour en 2010.

6 P. ex. sur les 199 figurines d’animaux répertoriés à Karanis (Allen 1985), Georges Nachtergael (Nachtergael 1989, p. 325‑326) a recensé 85 chevaux (43 %), 42 chiens (21 %) et 29 chameaux (15 %).

7 Boutantin 2014, p. 186 : « Très peu de figurines [de chevaux] sont dépourvues de couronnes ».

8 En 2009, une tête a été mise au jour dans le sondage de la Mission archéologique de Coptos ; une autre est conservée au Petrie Museum of Egyptology University College, Londres (inv. UC 48028, considérée à tort comme de provenance memphite), Boutantin 2014, p. 320, n° 218. Deux autres fragments : un arrière‑train de quadrupède bâté chargé de deux (?) amphores (inv. E 501‑1891) et le corps acéphale et corpulent d’un autre quadrupède portant un bât à armature recouvert d’une housse de selle frangée (inv. E 501‑1940) ne sont pas assurément identifiés comme des chameaux.

9 Inv. E 501‑473, E 501‑476 et E 501‑1894.

10 Boutantin 2014, p. 314‑318, no 201, 202, 207, 209‑211.

11 Série : inv. E 501‑467, E 501‑481, E 501‑1889, E 501‑1895, E 501‑1913, E 501‑1918, E 501‑1936 ; Série : inv. E 501‑477, E 501‑529, E 501‑1892, E 501‑1893, E 501‑1914, E 501‑1921, E 501‑1923, E 501‑1937 ; Série : inv. E 501‑469, E 501‑1898, E 501‑1916, E 501‑1927, E 501‑3256 ; Série : inv. E 501‑1896, E 501‑1901.

12 On n’en connaît qu’un seul exemplaire en Égypte : Harpocrate‑Dionysos dans un palanquin sur un dromadaire, sans provenance, acquis par le musée du Louvre en 2005 (inv. E 32783). Le thème existait également dans la Syrie romaine : deux terres cuites également conservées au musée du Louvre représentent l’animal chargé d’une nacelle ouverte où ont pris place, dans un cas, deux divinités féminines (inv. AO 6619), et dans l’autre, deux musiciennes (inv. AO 6608).

13 Boutantin 2014, p. 316, no 205‑206.

14 Catalogue La Reine Margot, 1985, n° 11.

15 Visible sur la figurine CG 27198 du Musée égyptien du Caire (Boutantin 2014, p. 316, n° 205) et sur le fragment E 501‑481 du musée des Beaux‑Arts de Lyon dont la polychromie est exceptionnellement bien conservée.

16 Inv. E 501‑468, E 501‑474, E 501‑1906, E 501‑1917, E 501‑1925.

17 Inv. E 501‑1938.

18 Cuvigny 2003, p. 343‑345.

19 Galliano 2011, en cours de publication.

20 Pour la route de Myos Hormos : Brun 2003, p. 97‑198 ; pour les praesidia de Didymoi et de Dios sur la route de Bérénice : Cuvigny 2010, p. 245.

21 Bülow‑Jacobsen 2003, p. 405 : au moins jusqu’à la mise en service des fortins, dont les points d’eau à intervalles réguliers permettaient d’abreuver des équidés (des ânes, notamment, plus robustes et endurants que les chevaux).

22 En raison des imprécisions dans les provenances souvent relevées dans les catalogues de musées et de collections anciennes, il n’a été pris en compte ici que les exemplaires dont l’origine archéologique est assurée par les publications de fouilles. Parmi la quarantaine d’exemplaires de camélidés d’époque romaine (ieriiie s.) mis au jour du Delta à la Haute‑Égypte, seule une douzaine permet une identification du type iconographique (sur les types des chameaux en terre cuite d’Égypte, voir Nachtergael 1989 et Boutantin 2014, p. 292‑321). Le plus grand nombre provient du Fayoum, trouvés pour la plupart dans des contextes d’habitat : à Karanis, le chameau est figuré chargé d’amphores (un exemplaire provient d’un secteur cultuel), de paniers de fruits, et monté par un chamelier (Allen 1985, p. 266, n° 7 ; p. 475, n° 112 ; p. 565‑566 et 573), à Soknopaiou Nesos, chargé d’amphores (Allen 1985, p. 541, n° 155) et à Dionysias, monté par un chamelier (Schwartz, Wild 1950, p. 117, fig. 56), aucun chameau n’a été mis au jour à Tebtynis (renseignement fourni par Gisèle Hadji‑Minaglou, que je remercie) ; dans le Delta, la nécropole alexandrine de Gabbari a livré un chameau chargé d’amphores (Breccia 1930, p. 76, n° 498, pl. 40, 7) ; dans la région memphite, à Memphis, un chameau portant une charge indéterminée (Petrie 1910, p. 45, pl. XL, 44), dans le village d’Hermonthis, un animal semble‑t‑il sellé (Mond, Myers 1934, p. 90, pl. 82) ; en Moyenne‑Égypte, dans une maison d’Héracléopolis Magna, un chameau transportant des sacs (Petrie 1905a, p. 27 ; Petrie 1905b, p. 3, n° 154, pl. LIIA).

23 Nachtergael 1989, p. 330‑336.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Tête de chameau, terre cuite, traces de couleur jaune sur une base préparatoire blanche, 6,5 x 4,1 x 5,6 cm, inv. E 501‑1908 (musée des Beaux‑Arts de Lyon, A. Basset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8582/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Titre Fig. 2 – Corps de chameau chargé d’un palanquin, terre cuite, 13,3 x 9,5 x 6 cm, inv. E 501‑529 ; et avant-train de chameau (même série), terre cuite, traces de couleur rouge et jaune-rouge sur une base préparatoire blanche, 12,8 x 4,8 x 6 cm, inv. E 501‑1892 (musée des Beaux‑Arts de Lyon, A. Basset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8582/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 822k
Titre Fig. 3 – Chameau chargé d’un palanquin, terre cuite, 9,3 x 5,2 x 10,1 cm, inv. E 501‑1889 (musée des Beaux‑Arts de Lyon, A. Basset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8582/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 818k
Titre Fig. 4 – Tête de chameau, terre cuite, traces de couleurs jaune et ocre sur une base préparatoire blanche, 8,4 x 3,8 x 4,8 cm (inv. E501‑1895) et corps de chameau chargé d’un palanquin, terre cuite, fond blanc et motifs rouge et noir, 10,3 x 9,5 x 5,5 cm (inv. E 501‑481). Même série que E 501‑1889 (musée des Beaux‑Arts de Lyon, A. Basset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8582/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre Fig. 5 – Avant‑train de chameau portant un personnage, terre cuite, traces de couleur jaune sur une base préparatoire gris‑bleu, 9,7 x 7,2 x 11,4 cm, inv. E 501‑474 (musée des Beaux‑Arts de Lyon, A. Basset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8582/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Titre Fig. 6 – Chameliers tenant l’animal par la longe, terre cuite, 5,4 x 4,5 x 2 cm, inv. E 501‑600 ; et 8 x 4,6 x 7 cm, inv. E 501‑466 (musée des Beaux‑Arts de Lyon, A. Basset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8582/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 578k

Auteur

Conservateur en chef du Patrimoine, chargé du département des Antiquités, musée des Beaux‑Arts de Lyon

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search