Version classiqueVersion mobile

Les vaisseaux du désert et des steppes

 | 
Damien Agut-Labordère
, 
Bérangère Redon

Camelus ou Equus ?

Le rôle des dromadaires dans les stathmoi et praesidia du désert Oriental d’Égypte

Martine Leguilloux

Texte intégral

1Cette synthèse sur le rôle des animaux de tâche dans le désert Oriental d’Égypte vient en complément d’études précédemment réalisées sur l’alimentation, l’artisanat et le ravitaillement des populations anciennes installées ou de passage dans la région, autant d’activités qui n’auraient pu du reste se développer sans la présence d’ânes et de dromadaires.

  • 1 La zone été explorée par plusieurs missions mais la plupart des analyses ici présentées ont été ré (...)

2Ces dernières années, l’histoire du dromadaire dans le désert Oriental a été relancée par les fouilles menées dans la zone comprise entre la bordure maritime et la vallée du Nil, entre les villes de Coptos et Syène d’une part, de Myos Hormos et Bérénice d’autre part (fig. 1)1. Des études archéozoologiques y ont été conduites qui ont concerné une dizaine de sites présentant une chronologie, une localisation et une fonction variées, avec comme point commun d’assurer la surveillance d’axes routiers ou de carrières durant les périodes ptolémaïque et/ou romaine. Les premières analyses ont permis d’établir que le dromadaire était, à ces périodes, un animal largement répandu dans les assemblages fauniques mis au jour dans la région. Au fil des analyses, des tendances sont apparues, montrant que les ossements de dromadaire devenaient plus nombreux dans certains contextes, indiquant que le choix de cet animal de tâche s’y imposait de préférence tandis que, dans d’autres, l’âne prévalait.

Fig. 1 – Localisation des sites utilisés pour la synthèse dans le désert Oriental égyptien (M. Leguilloux).

Fig. 1 – Localisation des sites utilisés pour la synthèse dans le désert Oriental égyptien (M. Leguilloux).

3La base de données archéozoologiques s’est à présent enrichie d’un grand nombre d’ensembles ostéologiques provenant de sites de natures variées permettant d’aborder l’étude de cette espèce sous plusieurs angles. Trois questions seront examinées dans cet article : peut‑on situer les débuts de l’utilisation des dromadaires dans le désert Oriental égyptien ? Quelles missions leur étaient affectées ? Leur place dans les activités humaines a‑t‑elle évolué en fonction des développements économiques ou politiques de la région ?

Les occupations grecques et romaines du désert Oriental : contextes archéologiques et mobiliers

4Pour l’époque romaine, les mobiliers ostéologiques à notre disposition couvrent les trois premiers siècles de notre ère. Sans surprise, ils comptent globalement un grand nombre de restes d’animaux de tâche pour l’ensemble des sites, à l’exception néanmoins des sites de la côte de la mer Rouge. Leurs proportions dans les mobiliers étant le reflet des activités humaines qui se tenaient sur chaque site, chaque lot adopte un profil qui permet de caractériser la fonction du site. Deux types de sites émergent ainsi : les praesidia (forts) routiers qui assuraient la protection des populations qui traversaient le désert, et les praesidia liés à des carrières.

Les fortins d’axes routiers

  • 2 Malheureusement de nombreux sites n’ont pas conservé leurs décharges, qui ont été dévastées par de (...)

5La majorité du matériel étudié dans cet article provient des dépotoirs formés à l’extérieur des fortins et généralement situés devant les entrées2. Ces dépotoirs offrent d’excellentes opportunités d’analyse en raison de leur nature : ces dépôts primaires ont en effet conservé l’intégralité de leur contenu, des déchets non modifiés et non détruits grâce à des conditions optimales de conservation.

6Les dépotoirs de quatre praesidia chargés de surveiller les axes de circulation et les points d’eau du désert Oriental ont été explorés. Les sites sont situés sur les deux principaux axes routiers entre la vallée du Nil et les ports de la mer Rouge, de Coptos vers Myos Hormos (Maximianon et Krokodilô) et de Coptos vers Bérénice (Didymoi et Dios) (fig. 1).

  • 3 Leguilloux 2006a, tabl. 1.

7Le praesidium de Maximianon est fondé sous les Flaviens et abandonné au début du iiie s. Trois contextes distincts ont été isolés pour la valeur de leurs échantillons3. Le premier lot correspond aux déchets accumulés par le premier poste militaire au ier s. ap. J.‑C. (MX 1 : phase A, vers 50‑80 ap. J.‑C.). Dans le dernier quart du ier s., cette première installation a été remplacée par un praesidium plus important, dont l’occupation a généré une importante décharge devant la porte nord du rempart, utilisée jusqu’au début du iiie s. Deux phases principales y ont été distinguées, correspondant à des aménagements importants dans le fort : une phase d’occupation allant de la fin du ier s. ap. J.‑C. à la première moitié du iie s. (MX 2 : phase B1‑B2‑B3, 90‑150 ap. J.‑C.) puis une phase de remaniement du plan et des aménagements entre la seconde moitié du iie s. et le début du iiie s. (MX 3 : phases B4‑B5‑C, 150‑210 ap. J.‑C.).

  • 4 Leguilloux 2006a, tabl. 2.

8Le praesidium de Krokodilô, également fondé sous les Flaviens, est abandonné plus tôt que celui de Maximianon, dans le second quart du iie s. Ses dépotoirs ont été très abîmés par des crues fréquentes, mais l’un d’entre eux, situé au sud et avec un mobilier ostéologique très homogène4, a conservé des niveaux datant du règne de Trajan et des premières années de celui d’Hadrien (KK : 105‑125 ap. J.‑C.).

  • 5 Brun 2018.
  • 6 Leguilloux 2011.

9Les deux autres gisements sont situés sur la route Coptos‑Bérénice. Le plus septentrional, le praesidium de Didymoi, est fondé en 76‑77 ap. J.‑C. Il connaît l’occupation la plus longue des quatre sites étudiés, et est abandonné seulement dans le troisième quart du iiie s.5. Plusieurs phases de construction et d’aménagement se sont succédé au cours de cette période. Un important dépotoir face à l’entrée du fort a conservé des niveaux de décharge datés de la fin du ier au milieu du iie s. (phases 1 à 3 : DD 1, 76‑88 ap. J.‑C. ; phases 4 à 7 : DD 2, 96‑110 ap. J.‑C. ; phases 8 à 9 B : DD 3, 110‑150 ap. J.‑C.). Puis de la fin du iie au début du iiie s. se met en place une occupation marquée par des phases de constructions et aménagements du plan. À partir de cette période les déchets sont principalement accumulés à l’intérieur des casernements, jusqu’à leur abandon (DD 4 : 175‑210 ap. J.‑C.). L’ampleur de la fourchette chronologique des dépôts explique l’abondance des taxons analysés sur le site, avec des rejets particulièrement abondants pour le faciès de la fin du ier et du iie s. ap. J.‑C.6.

  • 7 Leguilloux à paraître a.

10Plus au sud sur le même axe routier, le praesidium de Dios (dénommé Iovis dans l’Itinéraire Antonin) est fondé plus tard, vers 115 ap. J.‑C. Son riche dépotoir extérieur est utilisé jusqu’au début du iiie s. (DS 1 : 115‑210 ap. J.‑C.)7. Le site connaît ensuite une dernière phase d’occupation, durant laquelle les accumulations de déchets à l’intérieur du fort laissent supposer un changement d’administration et de gestion du site qui est abandonné dans le troisième quart du iiie s., comme les autres fortins de la route (DS 2 : 210‑270 ap. J.‑C.).

11Les assemblages fauniques de cette première série de sites (fig. 2) reflètent des activités et des modes de ravitaillement particuliers. Ils se composent en effet d’animaux de tâche, dont les dromadaires, de quelques espèces commensales (canidés domestiques), faune sauvage non consommée, mais surtout d’espèces assurant le ravitaillement en viande des habitants des forts.

Fig. 2 – La faune dans les dépotoirs de praesidia d’axes routiers : les exemples de la route de Myos Hormos et de Bérénice. Pourcentages du nombre de restes identifiés par espèce ou groupe d’espèces (M. Leguilloux).

Fig. 2 – La faune dans les dépotoirs de praesidia d’axes routiers : les exemples de la route de Myos Hormos et de Bérénice. Pourcentages du nombre de restes identifiés par espèce ou groupe d’espèces (M. Leguilloux).

12Les espèces les plus fréquentes (en quantité de fragments osseux) sont les espèces dites « de boucherie », en particulier les porcs dont les ossements sont présents en abondance dans toutes les décharges, et représentent en moyenne 30 à 50 % des restes dans les assemblages ostéologiques.

  • 8 Leguilloux 2011.
  • 9 Leguilloux 2006a.

13Dans la catégorie des animaux de tâche, les dromadaires sont les plus fréquents en termes de nombre de restes identifiés, y compris dans les premières fortifications romaines du désert Oriental, telles que le praesidium de Didymoi sur l’axe Coptos‑Bérénice8. Dans la première phase du praesidium de Maximianon (phase A, vers 50‑60 ap. J.‑C.), les restes d’équidés sont exceptionnellement nombreux (31,3 % des fragments)9, une situation hors normes, qui s’explique par la découverte de carcasses complètes d’ânes dans un mobilier restreint taxonomiquement.

14L’augmentation numérique des taxons dans le contexte de la fin du ier s. ap. J.‑C. rend plus visible la place et le rôle des dromadaires au sein des fortins. Même si les ossements d’animaux de boucherie, élevés et abattus dans un but alimentaire tel le porc, représentent à toutes les époques la proportion la plus importante d’ossements jetés dans ces décharges (plus de la moitié des assemblages ostéologiques), les ossements de chameaux sont sensiblement plus nombreux dans les assemblages à partir du dernier quart du ier s., pour conserver ensuite des taux relativement constants (au minimum le quart des restes identifiés) jusqu’au début du iiie s. Cela vient du fait que les dromadaires, presque systématiquement consommés, fournissaient d’importantes quantités de viande lors de leur abattage. Pour cette raison la viande de dromadaire représente la seconde catégorie la plus souvent consommée, si on se réfère à la fréquence de rejet de leurs ossements dans les décharges, qui dépasse celle des équidés et surtout du petit bétail.

15Ces caractéristiques se retrouvent dans tous les praesidia de route, qu’ils soient situés sur l’axe Coptos‑Myos Hormos (Maximianon et Krokodilô) ou sur l’axe Coptos‑Bérénice (Dios et Didymoi) et pendant les principales phases de l’occupation romaine du désert Oriental, entre le dernier quart du ier s. et le début du iiie s. ap. J.‑C.

Les sites de carrières

16Les carrières impériales ont livré du mobilier archéozoologique qui provient des dépotoirs constitués par les carriers et leurs familles ainsi que par les occupants des praesidia qui assuraient la surveillance des sites. Bien que moins nombreux (trois gisements ont été explorés à ce jour, fig. 1), les échantillons sont très riches car ces sites ont abrité d’importantes populations civiles et militaires qui ont produit d’abondants déchets.

  • 10 Hamilton‑Dyer 2001.

17Le plus vaste de ces gisements est celui de la carrière du Mons Claudianus. Le mobilier ostéologique vient de dépotoirs extérieurs et intérieurs, de la période d’exploitation de la carrière, entre le milieu du ier s. et le début du iiie s.10.

  • 11 Hamilton‑Dyer 2007.

18Les contextes de découvertes sur le site du Porphyritès sont similaires mais couvrent une période qui s’étend du milieu du iie s. au milieu du iiie s.11.

  • 12 Leguilloux à paraître b.

19Le praesidium et le village de carriers de Domitianè‑Kainè Latomia (Umm Balad) constituent enfin des ensembles plus homogènes chronologiquement. Le fort contrôlait les carrières de granodiorite sur les flancs sud‑ouest de la montagne du Porphyritès. La granodiorite locale étant de médiocre qualité, le site fut exploité peu de temps, quelques années pendant le règne de Domitien, sous le nom de Domitianè, puis de Kainè Latomia sous Trajan (KL 1 : 96‑105 ap. J.‑C.). La carrière est à nouveau exploitée peu de temps sous Antonin le Pieux (KL 2 : 145‑150 ap. J.‑C.). Pendant ces deux séquences chronologiques, les déchets des soldats et des carriers se sont accumulés dans le dépotoir situé devant l’entrée du praesidium12.

20La composition des assemblages osseux sur les trois sites est très différente de celle des restes mis au jour dans les sites de plaine. Les ossements d’animaux de tâche atteignent des concentrations très élevées, ce qui prouve la présence de troupeaux plus volumineux. Le corollaire est une diminution des ossements d’animaux de boucherie, porcs, moutons et chèvres (fig. 3). Seul le mobilier osseux découvert dans les décharges du fort du Porphyritès offre des proportions équivalentes entre les ossements d’animaux de bât et les restes de porcs.

Fig. 3 – La faune dans les dépotoirs de carrières. Pourcentages du nombre de restes identifiés par espèce ou groupe d’espèces (M. Leguilloux).

Fig. 3 – La faune dans les dépotoirs de carrières. Pourcentages du nombre de restes identifiés par espèce ou groupe d’espèces (M. Leguilloux).

21Si les ossements d’animaux de bât sont plus nombreux dans les praesidia de carrières pour d’évidentes raisons liées à leur rôle au sein des carrières (voir infra), la répartition des ossements parfaitement identifiés du point de vue de l’espèce dévoile une autre caractéristique de ces sites par rapport aux fortins routiers : dans ces derniers, les dromadaires étaient les animaux les plus fréquemment utilisés pour les tâches de portage. À l’inverse, dans les sites de carrières, les restes d’équidés et plus spécifiquement les ossements d’ânes sont plus élevés.

Les sites urbains portuaires

  • 13 Hamilton‑Dyer 2011.

22L’usage spécifique des animaux de tâche, dromadaires en particulier, justifiant leur large présence sur les sites de praesidia, apparaît clairement lorsque l’on compare ces résultats avec les analyses de la faune des sites côtiers de la mer Rouge. Le port de Myos Hormos a en effet livré des échantillons intéressants permettant de donner quelques informations sur les pratiques alimentaires des zones urbaines portuaires du désert Oriental aux ier et iie s.13.

  • 14 Van Neer, Lentacker 1996, p. 349 ; Van Neer 1997, p. 141‑143.
  • 15 Van Neer, Ervynck 1998, fig. 17‑23.
  • 16 Van Neer, Lentacker 1996 ; Van Neer, Ervynck 1998 ; Van Neer, Ervynck 1999.

23Le port de Bérénice est quant à lui faiblement documenté en termes de mobilier ostéologique. Pour l’époque romaine, seuls deux contextes, l’un du Haut‑Empire14, l’autre de l’Antiquité tardive15, fournissent quelques informations sur le sujet. Pourtant ce grand port de la mer Rouge d’où partaient les caravanes de dromadaires à destination de la vallée du Nil a connu plusieurs phases de développement à partir de l’époque ptolémaïque, après la création de l’itinéraire Edfou‑Bérénice et du réseau des stathmoi, puis à l’époque romaine (du ier s. au milieu du iiie s. ap. J.‑C.) lorsque la piste de Coptos à Bérénice fut équipée d’un réseau de puits et de praesidia16.

24La composition des ensembles ostéologiques est très différente dans ces zones urbaines de la bordure maritime. Dans les contextes romains des ports de Myos Hormos et de Bérénice les résultats indiquent une alimentation carnée plus variée, dominée par un grand nombre de restes d’animaux de boucherie (bovidés, suidés et volailles). Les os de dromadaires apparaissent très peu nombreux dans ces contextes d’époque romaine (fig. 4). La rareté des os de camélidés s’explique par l’origine domestique et alimentaire des dépôts. De ce point de vue, le dromadaire, bien que largement consommé sur les sites du désert, ne semble pas avoir été perçu comme un animal de boucherie à part entière au cours de la période romaine, mais comme un animal purement utilitaire éventuellement consommé après réforme.

Fig. 4 – La faune sur les sites urbains de la bordure maritime orientale : Bérénice et Myos Hormos. Pourcentages du nombre de restes identifiés par espèce ou groupe d’espèces (M. Leguilloux).

Fig. 4 – La faune sur les sites urbains de la bordure maritime orientale : Bérénice et Myos Hormos. Pourcentages du nombre de restes identifiés par espèce ou groupe d’espèces (M. Leguilloux).

La diffusion des dromadaires dans le désert Oriental

25Le degré d’implantation des dromadaires dans les contextes anciens du désert Oriental est encore difficile à déterminer avec précision, les périodes immédiatement antérieures au ier s. ap. J.‑C. étant mal documentées d’un point de vue archéozoologique.

  • 17 Sur ce district, voir en dernier lieu Redon, Faucher 2017 ; Redon 2016 [2017] ; Redon 2018 ; Fauch (...)

26Les premiers résultats pour la période ptolémaïque montrent cependant une fréquence élevée de découvertes d’ossements de Camelus dromedarius dans les dépotoirs des sites étudiés, dès la fin du ive s. av. J.‑C. Ces données proviennent de trois ensembles mis au jour sur deux sites voisins du district de Samut17 situé sur l’axe reliant Bérénice à Edfou, occupé durant le premier siècle de la domination lagide en Égypte (fig. 1).

27Le premier ensemble est le plus ancien lot analysé jusqu’à présent dans la zone. Il provient du site de Samut Nord, un site minier équipé d’installations très variées et bien préservées (deux grands bâtiments pour l’habitat des mineurs‑prisonniers, des soldats et de l’administration, et des installations de traitement du minerai) dédiées à l’exploitation de veines de quartz aurifère. Il connaît une durée de fréquentation très courte située à la fin du ive s., peut‑être autour de 310 av. J.‑C. Malgré cette courte occupation, les niveaux de fréquentation et d’abandon du bâtiment 1 contenaient des ossements. Les traces relevées sur ces restes indiquent que les carcasses animales étaient transformées dans un but alimentaire ou artisanal (il ne s’agit donc pas de cadavres abandonnés). Ce mobilier est particulièrement important, car il démontre une présence précoce et massive des dromadaires dans le désert Oriental d’Égypte dès la fin du ive s. av. J.‑C. : leurs ossements forment en effet près de la moitié du mobilier ostéologique (fig. 5).

Fig. 5 – La faune dans les contextes ptolémaïques du désert Oriental. Pourcentages du nombre de restes identifiés par espèce ou groupe d’espèces (M. Leguilloux).

Fig. 5 – La faune dans les contextes ptolémaïques du désert Oriental. Pourcentages du nombre de restes identifiés par espèce ou groupe d’espèces (M. Leguilloux).
  • 18 Ces données corroborent les informations que l’on peut tirer de l’examen des ostraca grecs et démo (...)

28Les deux autres lots viennent du site de Bi’r Samut, situé à environ 5 km du premier, fréquenté durant une période plus longue au iiie s. av. J.‑C. La première installation, datée du début du iiie s., était consacrée au traitement du minerai d’or. Les niveaux associés ne contenaient aucun mobilier ostéologique. La seconde période d’occupation voit la construction d’un fort (stathmos) vers 260‑250 av. J.‑C. Le fort servait de point d’approvisionnement en eau et d’étape sur la route reliant le port de Bérénice à Apollônos polis (Edfou). Il fut abandonné à l’extrême fin du siècle, vers 207‑206 av. J.‑C., lors de l’éclatement de la révolte de Thébaïde. Ce fort‑étape abritait une population mixte, civile et militaire, qui a constitué des décharges à l’extérieur et à l’intérieur du fort. Pendant toute la durée d’occupation du site les dépôts de faune sont homogènes, avec une forte présence de restes de dromadaires, utilisés comme à Samut Nord comme animaux de tâche mais également comme ressource alimentaire et fournisseurs de matières premières18 (fig. 5).

  • 19 L’échantillon est cependant très restreint, il provient du dépotoir d’une aire artisanale dédiée à (...)

29Les ossements de dromadaires sont présents dans tous les assemblages ptolémaïques du désert Oriental étudiés jusqu’à présent. La fréquence de leurs restes est très élevée, dès les premières décennies de la domination gréco‑macédonienne de l’Égypte, et les sites de Samut Nord et Bi’r Samut sont plus riches en mobilier ostéologique camelin que les fortins romains. La forte présence des dromadaires semble cependant se limiter aux zones intérieures du désert Oriental, le long des axes de communication ou sur les sites miniers, à l’intérieur des zones d’échanges. En effet, les ensembles ostéologiques de la fin de l’époque hellénistique (ier s. av. J.‑C.) à Bérénice ne montrent aucune trace d’ossements de dromadaire19.

L’usage des animaux de charge sur les sites du désert Oriental : fonctions respectives de Camelus dromedarius et Equus asinus

  • 20 Dans les dépotoirs des sites d’extraction, les ossements d’équidés sont des ossements d’ânes, les (...)

30Les différences de composition des assemblages ostéologiques mis au jour sur les sites du désert Oriental présentés plus haut indiquent que l’utilisation des animaux de tâche, dromadaires et ânes, était adaptée à la localisation des sites et à leurs activités, suggérant que l’on attribuait des fonctions bien particulières à Camelus dromedarius et Equus asinus20.

Fonctions des dromadaires et équidés sur les sites du désert Oriental

  • 21 Les ânes d’Arcadie (Varron II, 1 ; Columelle VII, 1) et de Réate en Italie (Varron II, 1 ; Strabon (...)
  • 22 Rostovtzeff 1922, 114 ; Hauben 1984‑1986.

31Les hommes ont toujours recherché, comme animal de bât, l’animal de portage le plus polyvalent, robuste tout en étant rustique. En Occident ce sera le mulet21, en Orient on optera pour les croisements d’ânes domestiques et d’ânes sauvages (onagres, hémiones) dès la période hellénistique22.

32Le dromadaire remplit toutes les conditions d’une bonne bête de bât, capable de transporter des charges lourdes sur une grande distance, parcourant 20 km par jour en été, 25 km en hiver et pouvant rester sans boire 3 à 5 jours en été, 5 à 7 jours en hiver. Il devance les équidés par son caractère polyvalent et sa plus grande résistance à la chaleur ; plus rustique et moins exigeant pour sa nourriture, il apportait également plus de ressources après son abattage de réforme.

33Comment expliquer dès lors qu’en dépit de leur polyvalence dans de nombreux domaines les dromadaires soient supplantés par les ânes sur les sites de carrières du désert Oriental ? Pourquoi sont‑ils en revanche plus appréciés dans les sites de plaine (fig. 6) ?

Fig. 6 – Proportions des restes d’animaux de charge (dromadaires et ânes) dans les différentes catégories de sites (M. Leguilloux).

Fig. 6 – Proportions des restes d’animaux de charge (dromadaires et ânes) dans les différentes catégories de sites (M. Leguilloux).
  • 23 Pour le halage des pierres, les sources écrites laissent entendre qu’un grand nombre de solutions (...)
  • 24 Aristote, au ive s. av. J.‑C., mentionne des équipements réservés aux dromadaires afin de protéger (...)

34La prédominance des ânes comme animaux de bât dans les sites de carrières tient assurément à la localisation des sites et aux activités pratiquées : l’extraction et le halage de blocs de granit et de porphyre dans les carrières impliquaient des déplacements sur des terrains montagneux et accidentés23. Les dromadaires, mieux adaptés aux terrains plats et sablonneux, avaient plus de difficulté à se déplacer sur ces terrains que les ânes, en particulier lorsqu’il s’agissait de tracter ou de porter des charges très lourdes au milieu de pierres et d’éclats de taille, présents par nature sur les carrières : leurs pieds, très larges et formés de coussinets élastiques sont mieux adaptés à la marche sur le sable alors que, sur les pierres, les dromadaires se blessent facilement24. Les ânes étaient donc utilisés de préférence pour le déplacement et le transport de blocs de granit et de porphyre dans les carrières mêmes, et convoyaient les blocs de pierres jusqu’aux pieds des carrières et dans les plaines, où les dromadaires prenaient le relais.

  • 25 Adams 2007, p. 243.
  • 26 Adams 2007, p. 221.
  • 27 Cuvigny 2006, vol. 2, p. 273.

35Les sources écrites ne sont pas unanimes lorsqu’il s’agit de la constitution des caravanes sur les sites de plaine. On sait qu’elles étaient composées généralement d’une seule espèce, soit d’ânes, soit de dromadaires, et appartenaient à des négociants spécialisés dans l’une ou l’autre espèce25. Aucune autre précision n’est apportée concernant l’importance des cheptels, même s’il semble y avoir une certaine préférence pour le dromadaire dans les caravanes circulant dans le désert, tandis que les ânes sont plus fréquemment mentionnés dans les oasis du nord‑ouest du Fayoum26. Les caravanes étaient de petite taille, probablement en raison des taxes payées sur les animaux et les marchandises et perçues à chaque passage dans la zone contrôlée par les praesidia27. Sur ce dernier point, les analyses archéozoologiques font donc apparaître une spécialisation plus poussée pour les animaux de tâche que ne le laissent envisager les textes, avec une préférence plus marquée pour le dromadaire lorsqu’il s’agit de services de portage ravitaillant les sites du désert Oriental en produits de consommation courante.

Autres usages des animaux de tâche

  • 28 Leguilloux 2018.
  • 29 Van der Veen, Hamilton‑Dyer 1998, p. 103‑104.
  • 30 Van der Veen, Hamilton‑Dyer 1998.
  • 31 Au xive s., les populations les plus pauvres, qui ne pouvaient se procurer de viande de mouton, de (...)

36Au‑delà de leur usage courant d’animaux de bât, les deux espèces, dromadaires et ânes, pouvaient être consommées à l’occasion d’abattage de réforme (les animaux trop âgés ou blessés étaient abattus et consommés). Sur tous les sites analysés du désert Oriental, ils étaient effectivement presque toujours consommés comme l’attestent les nombreuses traces de découpe et de décarnisation sur les os (dromadaires et ânes étaient traités de façon identique, démembrés et désossés)28. Les occupants des forts ne perdaient aucune occasion d’assurer leur ravitaillement en viande et ces abattages occasionnels devaient fournir ponctuellement de grandes quantités de nourriture. La consommation de viande équine est une spécificité des sites implantés dans le désert pour pallier les insuffisances du ravitaillement : les conditions difficiles d’approvisionnement et les situations récurrentes de pénuries conduisaient à la recherche de nouvelles ressources alimentaires, grâce notamment à la consommation d’animaux ordinairement délaissés, comme les équidés. Dans le large éventail de dépotoirs fouillés au Mons Claudianus, qui regroupaient autant de déchets de civils que de militaires, la viande apportée par les ânes représentait, avec celle des porcs, l’essentiel des aliments carnés consommés29. Les dépotoirs de ce site contenaient pourtant une faune variée indiquant une alimentation parfois recherchée, avec de nombreuses espèces de poissons et de volailles domestiques qui entraient dans la composition des mets de qualité30. En dehors des contextes du désert Oriental, les équidés n’étaient pas perçus comme une ressource alimentaire. Il n’existe aucune donnée attestant la consommation de viande d’équidés dans les gisements hors zone désertique, sur les sites portuaires de Bérénice et Myos Hormos par exemple. La viande équine et cameline resta du reste très longtemps déconsidérée et peu appréciée31.

  • 32 Praesidium de Didymoi : Leguilloux 2006a, fig. 6, 7. Emploi de peau brute sur les praesidia Dios e (...)
  • 33 Pour Xénophon une troupe armée devait se déplacer avec un équipement nécessaire mais surtout avec (...)

37Second usage, dans la plupart des praesidia, les carcasses de gros animaux fournissaient également une matière première indispensable à un petit artisanat local à base de produits recyclés. La pratique d’un artisanat de cordonnerie à partir des peaux récupérées sur les carcasses, séchées et grossièrement épilées, offrait la possibilité lorsque cela était nécessaire d’assurer la disponibilité de certains objets de la vie quotidienne (vêtements, chaussures, harnachement) fabriqués ou réparés sur place par des individus s’improvisant tabletiers, cordonniers (réalisation de chaussures) ou corroyeurs (confection de harnachements). La qualité des pièces exécutées était toutefois très médiocre avec l’utilisation de peaux brutes séchées et grossièrement préparées32. Les réalisations d’objets en peau brute de dromadaire étaient fréquentes sur les sites romains ; sur les sites ptolémaïques, les objets en cuir sont plus rares, mais la présence de chutes avec traces de découpe en courbe brute de dromadaires sur le site minier de Samut Nord indique bien que la pratique existait déjà à l’époque hellénistique33.

  • 34 Sur les sites de Samut Nord et Bir’ Samut pour la période ptolémaïque, voir Leguilloux 2018. Dans (...)

38Si le travail des peaux semble systématique dans les sites du désert Oriental, la tabletterie était plus occasionnelle. Néanmoins, les déchets de tabletterie ne sont pas rares, et sont attestés dans plusieurs gisements et à toutes les périodes34. Il s’agissait de réaliser des objets en os pour la vie quotidienne (épingles et cuillères) en utilisant des ossements de dromadaires. Cet artisanat réclamait certaines techniques de base : la sélection de la matière osseuse, sa préparation, son découpage, le sciage et enfin le polissage des objets.

  • 35 Dercy 2015, p. 17.

39En cordonnerie et en tabletterie, les ossements et peaux d’équidés semblent très rarement utilisés comme matières premières : alors que, selon les sources écrites, on employait pour fabriquer du cuir la peau de nombreuses espèces, y compris des espèces non consommées (chiens et dromadaires), les mentions de cuir d’équidés sont absentes35. Les rares citations d’une utilisation de la peau d’équidés apparaissent dans des sources grecques pour désigner des contextes barbares (Hérodote VII, 70).

40Par ailleurs on ne connaît aucune attestation de l’usage d’ossements d’équidés pour la réalisation de pièces de tabletterie sur les sites du désert Oriental, contrairement aux os de dromadaires.

Une sélection des animaux ?

41La fonction des dromadaires étant presque exclusivement utilitaire, la plupart des individus identifiés dans les contextes archéozoologiques étaient adultes au moment de la mort. La grande majorité des animaux étaient consommés à l’occasion d’abattage de réforme des bêtes blessées ou trop âgées pour assurer leur charge de travail. Les abattages de jeunes animaux sont rares sur l’ensemble des sites du désert Oriental de l’époque hellénistique aux phases précoces de l’occupation romaine. La présence de ces jeunes individus n’indique pas nécessairement la pratique d’un élevage sur un site mais la sélection de quelques individus fournissant de la viande de meilleure qualité.

42La présence d’ossements d’adultes, épiphysés, est l’occasion de relever des mesures ostéométriques sur les pièces. Elles seront néanmoins limitées à quelques éléments anatomiques, la consommation systématique des dromadaires ayant fortement fragmenté les restes. Par conséquent, seuls certains éléments peu ou pas consommés comme les pieds et plus particulièrement les phalanges (phalanges 1 et phalanges 2) ont fourni des séries suffisamment importantes de mesures.

43Ces relevés nous permettent d’observer la variabilité d’une population animale – taille et gracilité des individus – au fil du temps. Le mobilier des premiers niveaux de Didymoi, datés du dernier quart du ier s. de notre ère (DD 1, phases 1 et 2 : 76‑90 ap. J.‑C.) a été sélectionné pour le grand nombre de mesures relevées sur les ossements. Les nuages de points (celui des phalanges 1 et celui des phalanges 2) obtenus à partir de ces mesures montrent deux groupes distincts qui correspondent à la différence entre mâles et femelles (fig. 7). La comparaison de cette série à celle des niveaux ptolémaïques des sites de Samut Nord et Bi’r Samut nous apprend qu’il n’y eut aucun changement dans la taille et le gabarit (la gracilité) des dromadaires entre la période ptolémaïque et la période romaine. Il n’y a donc pas eu de volonté d’améliorer l’aspect des animaux, de développer des animaux plus performants, de plus haute stature, comme cela sera le cas pour d’autres espèces, notamment les équidés. Peut‑être est‑ce en raison d’une parfaite adaptabilité, d’un gabarit et d’une gracilité des animaux qui correspondaient déjà en tout point à l’attente des négociants qui devaient gérer le transport des marchandises.

Fig. 7 – Analyse ostéométrique des dromadaires à partir des phalanges 1 et des phalanges 2 (M. Leguilloux).

Fig. 7 – Analyse ostéométrique des dromadaires à partir des phalanges 1 et des phalanges 2 (M. Leguilloux).

Marqueurs culturels et stabilité économique

44L’analyse des restes archéozoologiques permet d’étudier les conditions de vie des habitants du désert Oriental et de mettre en lumière l’existence de choix alimentaires de la part de ces populations.

45Ces choix ont varié au fil des siècles et sont probablement d’ordre culturel, suivant l’origine des populations abritées au sein des fortins du désert. Les résultats obtenus pour les sites de carrières ne sont pas utilisables pour une telle étude, car leur durée d’exploitation est relativement limitée dans le temps, en fonction des besoins en matériaux ou de la qualité des veines exploitées. Les fortins surveillant les axes routiers en revanche se prêtent à cet exercice, puisqu’ils matérialisent une occupation à peu près continue allant du début de l’époque ptolémaïque (avec une interruption de deux siècles et demi dans nos données, entre la fin du iiie s. av. J.‑C. et le milieu du ier s. ap. J.‑C.) à l’Antiquité tardive.

Changements alimentaires révélateurs d’un changement de population ?

46L’analyse des résultats fait ressortir trois périodes aux caractéristiques affirmées sur le plan des pratiques alimentaires. La période I couvre le début de l’époque ptolémaïque, la période II correspond à l’occupation romaine et la période III à la dernière phase d’utilisation des axes routiers dans le désert Oriental. Deux grandes catégories de cheptel se côtoyaient alors sur les sites : les animaux de tâche et le petit bétail (fig. 8).

Fig. 8 – Le rôle des espèces dans les praesidia du désert Oriental : fluctuation et stabilité (M. Leguilloux).

Fig. 8 – Le rôle des espèces dans les praesidia du désert Oriental : fluctuation et stabilité (M. Leguilloux).
  • 36 Van Neer, Ervynck 1998, fig. 17‑23.

47Durant la première période, datée de la fin du ive s. (Samut Nord) à la fin du iiie s. av. J.‑C. (Bi’r Samut), les restes de dromadaires relèguent au second plan les ossements de petits ongulés, porcs, moutons et chèvres (fig. 8, période I). À la fin du ive s., dans la catégorie du petit bétail, la viande de petits ruminants, moutons et chèvres, semble avoir eu la primauté sur celle de suidés, tandis que dans la deuxième moitié du iiie s., un certain équilibre prévaut entre ces espèces. En dehors du désert Oriental, les petits ruminants tenaient également une place importante dans l’alimentation : les analyses de faune des niveaux hellénistiques de Bérénice démontrent ainsi la place majeure des ovins‑caprins dans les décharges domestiques (89 % des restes déterminés proviennent de quartiers de moutons ou de chèvres tandis que les restes de porcs et de dromadaires sont absents36).

  • 37 Cuvigny 2006, p. 570 ; Cuvigny 2011.
  • 38 Boak 1933, p. 88‑92.

48Durant la deuxième phase, le mobilier devient très abondant, ce qui tranche nettement avec les taxons de tailles modestes issus des sites ptolémaïques. Dans les ensembles ostéologiques du début de l’époque romaine, on observe une première inversion des courbes, les ossements du petit bétail devenant plus abondants que les ossements des animaux de tâche (fig. 8, période II). Un changement intervient également dans la sélection des espèces de petit bétail consommé, avec une nette progression des restes de porcs dans les décharges. Cette évolution alimentaire peut s’expliquer par l’omniprésence de la viande de porc dans la diète des populations fréquentant les premiers praesidia romains, en particulier les militaires. Les mentions dans les papyrus et ostraca d’époque romaine de cet animal sont fréquentes à l’occasion du ravitaillement des fortins37. Mais les populations civiles avaient également largement introduit cette viande dans leur alimentation, y compris dans les régions où des alternatives étaient possibles comme la consommation de bovidés pendant l’époque romaine en Égypte38. Les dépotoirs tardifs de la ville de Karanis contenaient ainsi de fortes quantités d’ossements porcins, qui dépassent en nombre les ossements de moutons‑chèvres et surtout de bœufs, en dépit des facilités d’élevage qu’offrait le Fayoum. Les proportions de restes du petit bétail (moutons, chèvres et porcs) et des animaux de tâche (dromadaires et équidés) sont stables tout au long de cette seconde période (fig. 8, période II), signe d’un ravitaillement efficace des populations par l’administration militaire durant les deux premiers siècles de la domination romaine.

49À cette époque, les dromadaires représentent un quart du mobilier ostéologique identifié, et l’une des populations animales les mieux représentées dans les fortins, signe que l’usage des dromadaires, répandu aux époques antérieures, s’est imposé naturellement dans l’organisation des nouvelles installations romaines pour le portage de marchandises. L’arrivée de l’armée romaine ne changera pas le rôle de cette espèce dans l’économie et les activités des installations humaines du désert Oriental. En outre, les proportions en nombre de restes des animaux de charge et des dromadaires en particulier, demeurent constantes pendant toute la durée d’occupation des forts, du début de leur installation jusqu’à leur abandon, y compris à partir du début du iiie s., alors que des changements importants interviennent dans le fonctionnement, l’organisation et les populations occupant les praesidia.

  • 39 L’aile des Palmyréniens est présente à Coptos à partir de 183‑185 mais leur déploiement le long de (...)
  • 40 Leguilloux 2018.

50Ces changements correspondent à la troisième période étudiée ici, qui est marquée par une nouvelle modification de l’alimentation : en effet une seconde inversion des courbes apparaît dans la répartition des espèces domestiques dites « de boucherie » (moutons, chèvres, porcs). La première apparaît à la fin du iiie s. av. J.‑C. alors que les quartiers de suidés deviennent plus abondants dans les dépôts, la seconde intervient au début du iiie s. ap. J.‑C. : les taxons porcins, abondants dans les niveaux des ier et iie s., diminuent très sensiblement au profit des taxons d’ovins‑caprins, indiquant que ces derniers sont devenus les principaux fournisseurs de viande dans les ultimes phases d’occupation des forts (fig. 8, période III). Ce changement dans la composition de l’alimentation carnée est perceptible dans le mobilier des derniers niveaux de dépotoirs de Didymoi (fig. 8, DD 4) et la tendance est confirmée dans l’ultime phase du praesidium de Dios, vers le milieu du iiie s. (fig. 8, DS 2). Sur ce site en particulier le changement est flagrant lorsque l’on compare la composition de l’alimentation au cours de la période antérieure, à la fin du iie s. (fig. 8, DS 1). La fréquence de consommation de la viande de porc dans les sites militaires au Haut‑Empire peut s’expliquer par la présence d’auxiliaires romains, puis sa régression au iiie s., par un changement d’origine des populations fréquentant les forts au cours de cette période. En effet, à partir du règne de Caracalla, les forts de la route de Bérénice sont fréquentés par des détachements d’archers palmyréniens39. Une évolution du recrutement impliquant l’arrivée d’une population orientale qui sans aucun doute modifia la composition du ravitaillement des fortins, à la suite de l’émergence d’attentes alimentaires différentes. Ce changement d’origine des populations a également eu un impact sur l’architecture intérieure des forts (cloisonnements), la gestion du ravitaillement (multiplication des fours et silos de stockage), la gestion des déchets (les espaces de vie intérieurs des fortins ne sont plus nettoyés régulièrement, les déchets s’accumulent et entraînent un exhaussement rapide des sols), et l’habillement (textiles et techniques de tissage orientaux)40.

  • 41 La présence de quartiers de viande salée s’observe par la répartition des différents segments anat (...)

51Ces modifications qui touchent la sélection des espèces consommées s’accompagnent également d’un changement dans la nature des viandes consommées : le petit bétail, moutons et suidés, est désormais entièrement abattu localement pour fournir de la viande fraîche. Aux époques antérieures, une partie seulement des animaux était abattue sur place, la viande de porc en particulier était conditionnée sous la forme de rations de viande salées qui ne constitueront plus la base des mets préparés dans les niveaux tardifs des praesidia41. Cette évolution importante dans la nature des rations semble correspondre à un changement dans l’organisation du ravitaillement des praesidia obligeant les populations locales à se fournir auprès de troupeaux locaux. Il est intéressant de noter que ces changements d’orientation alimentaire touchèrent également les sites civils. Ces nouvelles orientations alimentaires s’accentuèrent aux siècles suivants, au fur et à mesure de la perte d’influence de l’administration romaine : les quartiers d’ovins et de caprins fourniront ainsi l’essentiel du ravitaillement en viande du port de Bérénice au ive s., où les restes osseux des petits ongulés représentent 96 % des restes identifiés dans les dépotoirs (fig. 9).

Fig. 9 – Utilisation du dromadaire aux périodes tardives sur les sites du désert Oriental et les sites urbains côtiers(M. Leguilloux).

Fig. 9 – Utilisation du dromadaire aux périodes tardives sur les sites du désert Oriental et les sites urbains côtiers(M. Leguilloux).
  • 42 Sidebotham 1994 ; Van Neer, Sidebotham 2002.
  • 43 Wendrich, Van Neer 1994 ; Van Neer, Sidebotham 2002.
  • 44 Wendrich, Van Neer 1994, p. 183.

52Au ive s., les fortins installés dans le désert, à l’intérieur des terres, sont abandonnés, les occupations se concentrant sur la bordure maritime, avec notamment l’installation du fort d’Abu Sha’ar situé sur l’axe routier qui longeait le bord de mer jusqu’au port de Bérénice, et implanté à proximité d’un praesidium du Haut‑Empire, Bi’r ‘Abu Sha’ar al‑Qibli. Ce fort tardif, fondé en 309‑310, est vaste, mais son occupation militaire fut de courte durée, ne dépassant pas le milieu du ive s.42. Après une période d’abandon, une communauté chrétienne, probablement de cénobites, réoccupa le fort à la fin du ive s. ou au début du ve. Le mobilier43 offre un aperçu de l’évolution de l’alimentation à une époque où les sites des axes routiers de la zone désertique étaient abandonnés. La consommation de porc semble avoir été réduite, les ossements ne représentant que 15 % du matériel, alors que les restes de mammifères ne représentent qu’une petite partie du mobilier, la faune marine constituant la principale source d’approvisionnement en nourriture avec 80 % en moyenne des restes récoltés44.

Conclusion : le dromadaire, élément de stabilité économique

  • 45 Voir les articles d’H. Cuvigny et de M.‑P. Chaufray dans ce volume.

53Grâce à l’analyse des restes fauniques d’une demi‑dizaine de sites du désert Oriental occupés entre les premières décennies de la période ptolémaïque et la fin de l’époque romaine, plusieurs constats peuvent être formulés. On notera tout d’abord l’importance des dromadaires dans le transport des hommes et marchandises au travers du désert Oriental dès la fin du ive s. av. J.‑C., ce que les ostraca mis au jour à Bi’r Samut confirment pour la seconde moitié du siècle suivant45. Les acteurs du commerce romain ne feront que reprendre des pratiques déjà bien établies sous les Lagides. Les dromadaires ne cesseront d’être largement utilisés sur le réseau d’axes routiers équipés d’abris et de puits du désert Oriental, créé par les Ptolémées puis développé par la puissance romaine à partir du milieu du ier s. ap. J.‑C.

54Pour autant, l’usage des dromadaires n’est pas généralisé à l’ensemble des sites du désert et l’emploi des animaux de tâche s’est en effet spécialisé en fonction de la nature des activités et des terrains dans lesquels se développaient les sites. Le dromadaire, animal a priori parfaitement adapté au désert, résistant et robuste, n’est pas systématiquement choisi comme animal de charge, et l’on pouvait selon les circonstances lui préférer d’autres espèces, les équidés en particulier. Ainsi, sur les sites de carrières romaines, qui sont également des sites d’altitude –  le Porphyritès et le Mons Claudianus – c’est l’âne qui est prédominant : l’extraction de granite implique en effet des déplacements sur des terrains accidentés, impraticables pour les dromadaires en particulier lorsqu’il s’agit de tracter ou porter des charges très lourdes au milieu de pierres.

55La parfaite adaptation des dromadaires aux terrains plats explique en revanche leur constante utilisation comme animal de bât sur les routes du désert Oriental, pour ravitailler les villes et les fortins de la région en produits de consommation courante. L’importance du rôle du dromadaire transparaît dans la grande stabilité en termes de nombre de restes, quels que soient le site ou la période envisagée (fig. 8), alors que les autres espèces animales, notamment les espèces de boucherie, connaissent des destinées plus contingentes, avec un ravitaillement en viande assuré majoritairement par les ovins‑caprins (période ptolémaïque et Antiquité tardive) ou par les suidés (époque romaine).

56Cette parfaite stabilité du cheptel camelin au fil des siècles dans les sites caravaniers du désert Oriental est à la fois un bon marqueur de la continuité des échanges économiques qui n’ont cessé de traverser la région, mais aussi le signe que le dromadaire y a joué un rôle essentiel.

Bibliographie

Adams C. 2007, Land transport in the Roman Egypt. A study of economics and administration in a Roman Province, Oxford.

Ashtor E. 1968, « Essai sur l’alimentation des diverses classes sociales dans l’Orient médiéval », Annales 23‑5, p. 1017‑1053.

Bagnall R.S. 1985, « The camel, the wagon, and the donkey in Later Roman Egypt », BASP 22, p. 1‑6.

Boak A.E.R. 1933, Karanis : The temples, coin hoards, botanical and zoological reports. Seasons 1924‑1931, Ann Arbor.

Brun J.‑P. 2018, « Chronologie des forts des routes de Myos Hormos et de Bérénice », in J.‑P. Brun, T. Faucher, B. Redon, S. Sidebotham (éd.), Le désert oriental d’Égypte durant la période gréco‑romaine : bilans archéologiques, Paris, http://books.openedition.org/cdf/5155 (consulté le 25/03/2018).

Cuvigny H. 2006, « Annexe III : les protéines animales dans les ostraca », in H. Cuvigny (dir.), La Route de Myos Hormos. L’armée romaine dans le désert Oriental d’Égypte. Praesidia du désert de Bérénice I, Le Caire, p. 569‑574.

Cuvigny H. (dir.) 2011, Didymoi. Une garnison romaine dans le désert Oriental d’Égypte. Praesidia du désert de Bérénice IV.1. Les fouilles et le matériel, Le Caire.

Cuvigny H. (dir.) 2012, Didymoi. Une garnison romaine dans le désert Oriental d’Égypte. Praesidia du désert de Bérénice IV.2. Les textes, Le Caire.

Dercy B. 2015, Le travail des peaux et du cuir dans le monde grec antique. Tentative d’une archéologie du disparu appliquée au cuir, Paris.

Faucher T. 2018, « L’or des Ptolémées : l’exploitation de l’or dans le désert Oriental », in J.‑P. Brun, T. Faucher, B. Redon, S. Sidebotham (éd.), Le désert oriental d’Égypte durant la période gréco‑romaine : bilans archéologiques, Paris, http://books.openedition.org/cdf/5143 (consulté le 25/03/2018).

Hamilton‑Dyer S. 2001, « The faunal remains », in V.A. Maxfield, D.P.S. Peacock (dir.), Survey and excavation Mons Claudianus 1987‑1993. Vol. II Excavations. Part 1, Le Caire, p. 251‑310.

Hamilton‑Dyer S. 2007, « Faunal remains », in D. Peacock, V.A. Maxfield, The Roman Imperial quarries survey and excavations at Mons Porphyrites. Vol. II The Excavations, Londres, p. 144‑175.

Hauben H. 1984‑1986, « Onagres et hémionagres en Transjordanie au iiie siècle avant J.‑C. À propos d’une lettre de Toubias », AncSoc 15, p. 89‑111.

Leguilloux M. 2005, « Les équidés dans l’armée romaine d’Égypte : l’exemple des fortins du désert Oriental égyptien », in A. Gardeisen (éd.), Les équidés dans le monde méditérranéen antique, Lattes, p. 267‑274.

Leguilloux M. 2006a, « Les animaux et l’alimentation d’après la faune : les restes de l’alimentation carnée des fortins de Krokodilô et Maximianon », in H. Cuvigny (dir.), La Route de Myos Hormos. L’armée romaine dans le désert Oriental d’Égypte. Praesidia du désert de Bérénice I, Le Caire, p. 549‑568.

Leguilloux M. 2006b, « Les salaisons de viande : l’apport de l’archéozoologie », in A. Curci, D. Vitali (dir.), Animali tra uomini e Dei, archeozoologia del mondo preromano, Bologne, p. 131‑152.

Leguilloux M. 2011, « Les animaux à Didymoi, d’après les restes fauniques du dépotoir extérieur », in H. Cuvigny (dir.), Didymoi. Une garnison romaine dans le désert Oriental d’Égypte. Praesidia du désert de Bérénice IV.I Les fouilles et le matériel, Le Caire, p. 165‑202.

Leguilloux M. 2018, « L’exploitation des animaux dans les praesidia des routes de Myos Hormos et de Bérénice : alimentation, transports et matières premières artisanales », in J.‑P. Brun, T. Faucher, B. Redon, S. Sidebotham (éd.), Le désert oriental d’Égypte durant la période gréco‑romaine : bilans archéologiques, Paris, http://books.openedition.org/cdf/5175 (consulté le 25/03/2018).

Leguilloux M. à paraître a, La faune du praesidium de Dios‑Iovis. Praesidia du désert de Bérénice, Le Caire.

Leguilloux M. à paraître b, « La faune de Kainè Latomia (Umm Balad) », in H. Cuvigny et al., Kainè Latomia, forteresse et carrières antiques. Praesidia du désert de Bérénice, Le Caire.

Leguilloux M. à paraître c, Le mobilier en cuir des praesidia de la route Coptos‑Bérénice, Dios et Xeron Pelagos. Praesidia du désert de Bérénice, Le Caire.

Redon B. 2016 [2017], « Exploiter et traverser le désert Oriental d’Égypte sous les premiers Ptolémées : recherches récentes dans le district de Samut », CRAI, p. 1323‑1339.

Redon B. 2018, « La prise en main du désert Oriental par les Lagides : nouvelles données archéologiques », in J.‑P. Brun, T. Faucher, B. Redon, S. Sidebotham (éd.), Le désert oriental d’Égypte durant la période gréco‑romaine : bilans archéologiques, Paris, http://books.openedition.org/cdf/5142 (consulté le 25/03/2018).

Redon B., Faucher T. 2017, « Forts et mines d’or du désert Oriental d’Égypte : découvertes récentes dans le district de Samut », RA, Bulletin de la SFAC 1, p. 101‑109.

Redon B., Faucher T. (éd.) à paraître, Samut Nord. L’exploitation de l’or du désert Oriental à l’époque ptolémaïque, avec deux chapitres sur les occupations pharaonique et médiévale du district minier, Le Caire.

Rostovtzeff M. 1922, A large estate in Egypt in the third century BC. A study in economic history, Madison.

Sidebotham S.E. 1994, « Preliminary report on the 1990‑1991 seasons of fieldwork at ‘Abu Sha’ar (Red Sea coast) », JARCE 31, p. 133‑158.

Van der Veen M., Hamilton‑Dyer S. 1998, « A life of luxury in the desert ? The food and fodder supply to Mons Claudianus », JRA 11, p. 101‑116.

Van Neer W. 1997, « Archaeozoological data on the food provisioning of Roman settlements in the Eastern Desert of Egypt », in A. Gautier (éd.), Animals and people in the Holocène of North Africa, Archaeozoologica 9, Grenoble, p. 137‑154.

Van Neer W., Ervynck A. 1998, « The faunal remains », in S.E. Sidebotham, W.Z. Wendrich, Berenike 1996. Report of the 1996 excavations at Berenike (Egyptian Red Sea Coast) and the survey of the Eastern Desert, Leyde, p. 349‑388.

Van Neer W., Ervynck A. 1999, « The faunal remains », in S.E. Sidebotham, W.Z. Wendrich, Berenike 1997. Report of the 1997 excavations at Berenike and the survey of the Egyptian Eastern Desert, including excavations at Shenshef, Leyde, p. 325‑348.

Van Neer W., Lentacker A. 1996, « The faunal remains », in S.E. Sidebotham, W.Z. Wendrich, Berenike 1995. Preliminary report of the 1995 excavations at Berenike (Egyptian Red Sea Coast) and the survey of the Eastern Desert, Leyde, p. 337‑357.

Van Neer W., Sidebotham S. 2002, « Animal remains from the fourth‑sixth century AD. Military installations near Abu Sha’ar at the Red Sea Coast, Egypt », in J. Jennerstrasse (éd.), Tides of the desert – Gezeiten der Wüste. Contributions to the archaeology and environmental history of Africa in honour of Rudolph Kuper, Africa Praehistorica 14, p. 171‑195.

Wendrich W.Z., Van Neer W. 1994, « Preliminary notes on fishing gear and fish at the late Roman fort at ‘Abu Sha’ar (Egyptian Red Sea coast) », in W. Van Neer (éd.), Fish exploitation in the past. Proceeding of the 7th meeting of the ICAZ. Fish remains working group, Tervuren, p. 183‑189.

Notes

1 La zone été explorée par plusieurs missions mais la plupart des analyses ici présentées ont été réalisées dans le cadre de la Mission archéologique française du désert Oriental dirigée de 1993 à 2013 par Hélène Cuvigny (CNRS‑IRHT) et de 2013 à 2017 par Bérangère Redon (CNRS, HiSoMA, UMR 5189).

2 Malheureusement de nombreux sites n’ont pas conservé leurs décharges, qui ont été dévastées par des crues soudaines et par la fréquentation humaine du désert. C’est pourquoi, en dépit d’une très large exploration de la zone, le nombre d’échantillons archéozoologiques disponibles reste faible.

3 Leguilloux 2006a, tabl. 1.

4 Leguilloux 2006a, tabl. 2.

5 Brun 2018.

6 Leguilloux 2011.

7 Leguilloux à paraître a.

8 Leguilloux 2011.

9 Leguilloux 2006a.

10 Hamilton‑Dyer 2001.

11 Hamilton‑Dyer 2007.

12 Leguilloux à paraître b.

13 Hamilton‑Dyer 2011.

14 Van Neer, Lentacker 1996, p. 349 ; Van Neer 1997, p. 141‑143.

15 Van Neer, Ervynck 1998, fig. 17‑23.

16 Van Neer, Lentacker 1996 ; Van Neer, Ervynck 1998 ; Van Neer, Ervynck 1999.

17 Sur ce district, voir en dernier lieu Redon, Faucher 2017 ; Redon 2016 [2017] ; Redon 2018 ; Faucher 2018. Les fouilles du site minier de Samut Nord sont sous presse : Redon, Faucher (éd.) à paraître.

18 Ces données corroborent les informations que l’on peut tirer de l’examen des ostraca grecs et démotiques mis au jour sur le site de Bi’r Samut : voir les articles de M.‑P. Chaufray et d’H. Cuvigny dans ce volume, qui montrent que les animaux étaient élevés dans le désert Oriental par des populations arabes pour le compte des Grecs.

19 L’échantillon est cependant très restreint, il provient du dépotoir d’une aire artisanale dédiée à la fabrication de briques au ier s. av. J.‑C. (trench 96‑11) : Van Neer et Ervynck 1998, table 17.8, fig. 17.23.

20 Dans les dépotoirs des sites d’extraction, les ossements d’équidés sont des ossements d’ânes, les restes de chevaux sont pratiquement absents comme dans les fort routiers. Dans le mobilier du fortin de Didymoi, les restes de chevaux représentent seulement 3 % du mobilier global en moyenne. Et encore s’agit‑il là d’une exception : dans les autres ensembles analysés sur les routes de Myos Hormos et de Bérénice, les restes de chevaux ne représentent que 1 à 2 % des ossements d’équidés identifiés (Leguilloux 2005).

21 Les ânes d’Arcadie (Varron II, 1 ; Columelle VII, 1) et de Réate en Italie (Varron II, 1 ; Strabon V, 3, 1) produisaient les meilleures mules.

22 Rostovtzeff 1922, 114 ; Hauben 1984‑1986.

23 Pour le halage des pierres, les sources écrites laissent entendre qu’un grand nombre de solutions étaient possibles dans les carrières antiques, avec l’utilisation de l’âne, du dromadaire, voire de l’homme : Adams 2007, p. 199‑205.

24 Aristote, au ive s. av. J.‑C., mentionne des équipements réservés aux dromadaires afin de protéger leurs pieds, la karbatina (Histoire des animaux 2, 2), une enveloppe de cuir rustique ou de peau. Cet équipement spécifique aux soins des dromadaires souligne leur principale faiblesse, c’est pourquoi l’usage de l’âne, dont le pied est plus sûr, semble logique sur des terrains accidentés (Bagnall 1985).

25 Adams 2007, p. 243.

26 Adams 2007, p. 221.

27 Cuvigny 2006, vol. 2, p. 273.

28 Leguilloux 2018.

29 Van der Veen, Hamilton‑Dyer 1998, p. 103‑104.

30 Van der Veen, Hamilton‑Dyer 1998.

31 Au xive s., les populations les plus pauvres, qui ne pouvaient se procurer de viande de mouton, de bovidés ou du poisson, consommaient de la viande de cheval, d’âne et de dromadaire : Ashtor 1968, p. 1034‑1035.

32 Praesidium de Didymoi : Leguilloux 2006a, fig. 6, 7. Emploi de peau brute sur les praesidia Dios et Xèron : Leguilloux à paraître c.

33 Pour Xénophon une troupe armée devait se déplacer avec un équipement nécessaire mais surtout avec des artisans, dont les cordonniers (Cyropédie VI) : Dercy 2015, p. 60.

34 Sur les sites de Samut Nord et Bir’ Samut pour la période ptolémaïque, voir Leguilloux 2018. Dans les niveaux anciens de Didymoi, sur le praesidium de Dios pour la période romaine, voir Leguilloux à paraître a.

35 Dercy 2015, p. 17.

36 Van Neer, Ervynck 1998, fig. 17‑23.

37 Cuvigny 2006, p. 570 ; Cuvigny 2011.

38 Boak 1933, p. 88‑92.

39 L’aile des Palmyréniens est présente à Coptos à partir de 183‑185 mais leur déploiement le long de la route de Bérénice ne semble pas antérieur au début du iiie s. comme semblent l’attester les mentions de noms de palmyréniens dans les ostraca qui circulaient alors dans la zone : Cuvigny 2012, p. 1315.

40 Leguilloux 2018.

41 La présence de quartiers de viande salée s’observe par la répartition des différents segments anatomiques, dans le mobilier des deux premiers siècles de notre ère des praesidia, les restes de suidés étaient représentés par une majorité de quartiers ordinairement sélectionnés pour les salaisons (sections costales, épaules et cuisses) : Leguilloux 2006b ; Leguilloux 2018, fig. 4.

42 Sidebotham 1994 ; Van Neer, Sidebotham 2002.

43 Wendrich, Van Neer 1994 ; Van Neer, Sidebotham 2002.

44 Wendrich, Van Neer 1994, p. 183.

45 Voir les articles d’H. Cuvigny et de M.‑P. Chaufray dans ce volume.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation des sites utilisés pour la synthèse dans le désert Oriental égyptien (M. Leguilloux).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8577/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Titre Fig. 2 – La faune dans les dépotoirs de praesidia d’axes routiers : les exemples de la route de Myos Hormos et de Bérénice. Pourcentages du nombre de restes identifiés par espèce ou groupe d’espèces (M. Leguilloux).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8577/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Fig. 3 – La faune dans les dépotoirs de carrières. Pourcentages du nombre de restes identifiés par espèce ou groupe d’espèces (M. Leguilloux).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8577/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Titre Fig. 4 – La faune sur les sites urbains de la bordure maritime orientale : Bérénice et Myos Hormos. Pourcentages du nombre de restes identifiés par espèce ou groupe d’espèces (M. Leguilloux).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8577/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Fig. 5 – La faune dans les contextes ptolémaïques du désert Oriental. Pourcentages du nombre de restes identifiés par espèce ou groupe d’espèces (M. Leguilloux).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8577/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Fig. 6 – Proportions des restes d’animaux de charge (dromadaires et ânes) dans les différentes catégories de sites (M. Leguilloux).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8577/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 7 – Analyse ostéométrique des dromadaires à partir des phalanges 1 et des phalanges 2 (M. Leguilloux).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8577/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Fig. 8 – Le rôle des espèces dans les praesidia du désert Oriental : fluctuation et stabilité (M. Leguilloux).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8577/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Fig. 9 – Utilisation du dromadaire aux périodes tardives sur les sites du désert Oriental et les sites urbains côtiers(M. Leguilloux).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8577/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 146k

Acheter

Volume papier

LCDPU
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search