Version classiqueVersion mobile

Les vaisseaux du désert et des steppes

 | 
Damien Agut-Labordère
, 
Bérangère Redon

Labourer avec des gml.w à ‘Ayn Manâwir (oasis de Kharga, Égypte, fin du ve siècle av. J.‑C.)

Damien Agut‑Labordère

Texte intégral

  • 1 Agut‑Labordère 2016 contient l’essentiel de la bibliographie ancienne et récente ayant trait à ce (...)
  • 2 Chauveau 2001, p. 140‑141 ; Chauveau 2005, p. 161.

1Fouillé par l’IFAO, dans le cadre de la mission de Douch, entre 1994 et 2011, le site de ‘Ayn Manâwir, qui se situe dans le sud de l’oasis de Kharga, a livré les vestiges d’un village paysan peuplé au ve s. et durant la première moitié du ive s. av. J.‑C. Outre un temple en brique crue, l’équipe dirigée par le regretté Michel Wuttmann a dégagé deux sites d’habitat ainsi que plusieurs systèmes d’irrigation désignés sous le terme de qanats1. Environ un demi‑millier d’ostraca démotiques ont par ailleurs été mis au jour. Sous la direction de Michel Chauveau, 460 de ces documents ont été publiés en ligne sur le site www.achemenet.com. Parmi ces derniers, deux documents semblent contenir les plus anciennes mentions du dromadaire connues en langue égyptienne. La lecture de gmr.w « dromadaires » dans les ostraca de ‘Ayn Manâwir a été proposée à titre d’hypothèse par Michel Chauveau en 20012. Cette lecture concernait alors l’O.Man. 3928, un document daté du début de l’hiver 410 av. J.‑C. Il s’agit d’une déclaration exécutée devant notaire par laquelle un certain Hor fils de Horoudja loue sept jours et demi mensuels d’irrigation, propriété d’un autre particulier, Harsiésé fils d’Ounamenheb. Le locataire s’engage à « labourer » (skȝ) le « jardin » (km) du propriétaire. Pour irriguer celui‑ci, il disposera d’un volume d’eau calculé en temps, soit sept jours et demi d’eau tous les trente jours.

O.Man. 3928 (NP 661 ; TM 81496)

  • 3 Nous reprenons ici la translittération présente sur le site achemenet.com réalisée sous la directi (...)
  • 4 Si l’on se fie à l’actuel calendrier des activités agricoles à Balât, voir Hivernel 1996, fig. 25 (...)

2L’acte3 est daté du mois de Mésoré de l’an 14 de Darius II, soit entre le 30 octobre et le 28 novembre 410 av. J.‑C. Si l’on se réfère au calendrier agricole oasien, l’accord fut conclu juste avant les semailles des céréales d’hiver, au terme de la période de jachère qui suit la moisson du printemps4.

3Translittération

4Partie externe de la poterie (recto)

(1) ḥȝ.t‑sp 14 ỉbd‑4 šmw n Pr‑῾ȝ ῾.w.s. Tryhwš ḏd Ḥr sȝ Ḥr‑wḏȝ

(2) mw.t=f Tȝ‑šr.t‑n‑Is.t n Ḥr‑sȝ‑Is.t sȝ Wn‑Imn‑Hb ỉr=k sḥn n=y pȝy hrw mw 7 1/2

(3) pȝ mw n pȝ šy r‑ỉr=w r ḥn [pȝ] km nty ỉw(=y) r skȝ.ṱ=f

(4) [ ]

(5) n ḥȝ.t‑sp 14 ỉbd‑4 šmw r ḥȝ.t‑sp 23 ỉbd‑3 šmw r rnp.t

(6) 10 mtw(=y) (r) dỉ.t n=k w῾.t n 6 n nty nb nty ỉw=w r ḫpr n [tȝy=k ḥrw mw] 22 1/2

(7) tws nȝy=w wp‑s.t Ḥr‑sȝ‑Is.t hrw mw 7 1/2

(8) Ḥr sȝ Ḥr‑ḫb hrw mw 15 r hrw mw 22 1/2 ῾n

(9) mtw=k ṯȝy tȝ pš n nȝy=k bny.(w)t

(10) ỉw=s [ẖn=f]

5Partie interne (verso)

(1) mtw=k ṯȝy pȝ 1/3 n nȝ ḫt nty ỉw=w ḫpr n pȝy

(2) ȝmḥ ḥry mtw=y ṯȝy pȝ 2/3 ḥȝ mtw=k pȝy=k sḫy

(3) gmr.w ˹῾n˺ ỉw(=y) (r) tm [ỉr] nȝy hn nty sẖ r ḥry ỉw(=y) r

(4) dỉ.t n=k sttr ḥḏ 5 r ḥḏ dbn 1 sttr ḥḏ 5 ῾n ỉw=k sṯȝ

(5) tȝy=k mw n‑ṯȝy ỉtn km bny.t (n) nty nb nty ỉw=w ḫpr n‑ỉm=f

(6) ỉwṱ md.t nb.t pȝ tȝ r‑ḏd.ṱ=s ỉrm=k m‑sẖ Ns‑ỉn‑ḥr sȝ Ḥr ỉ.ỉr‑ḥr

(7) pȝ rmt s 4 tws nȝy=w rn Ḥr‑whr sȝ Pȝ‑dỉ‑Ḥr Ḥr sȝ Ns‑Ḥr … (sȝ) Pȝ‑dỉ‑Wsỉr

(8) Pȝ‑dỉ‑Wsỉr sȝ Imn‑ỉ.ỉr‑dỉ.t‑s sȝ …

6Traduction

7Partie externe de la poterie (recto)

(1) En l’an 14, mois de Mésoré du pharaonvp.s. Darius, Hor fils de Horoudja

(2) et de Tshenisé déclare à Harsiésé fils d’Ounamenheb : « Tu m’as loué ces sept jours et demi d’eau

(3) (provenant) de l’eau du bassin que l’on a conçu pour irriguer (?) (le) jardin que je (devrai) labourer

(4) [ ]

  • 5 Il y a une ambiguïté quant à la durée de la location ; si l’on se fie aux dates, il s’agirait de 9 (...)

(5) du mois de Mésoré de l’an 14 jusqu’au mois d’Epeiph de l’an 23, ce qui fait 10 années5

(6) et je te donnerai un sixième de tout ce qui sera produit de [tes] 22 [jours d’eau] et demi.

(7) Voici leur répartition : Harsiésé, 7 jours d’eau et demi ;

(8) Hor fils de Horkheb, 15 jours d’eau ce qui fait encore 22 jours d’eau et demi

(9) et tu prendras la moitié (des fruits) de tes palmiers

(10) s’il [s’en trouve (sur la zone irriguée)]

8Partie interne de la poterie (verso)

(1) et tu prendras le tiers du bois qui poussera dans cet

(2) enclos (?) supérieur mais auparavant je prendrai les deux (autres) tiers. À toi est ton…

(3) dromadaires ˹à nouveau˺. Si je n’accomplis pas les accords écrits ci‑dessus, je devrai

(4) te donner 5 statères qui font un dében qui fait encore 5 statères tandis que tu retireras

(5) ton eau à partir du sol du jardin de palmiers et de tout ce qui y est produit

(6) sans que rien au monde n’ait été dit contre toi ». Écrit par Nesinher fils de Hor en présence de

(7) quatre personnes dont voici les noms : Herouher fils de Pétéhor, Hor fils de Neshor… (fils) de Pétosiris

(8) Pétosiris fils d’Amenirdis fils de… »

  • 6 Le sixième des récoltes obtenues sur les 22,5 jours équivalent à la moitié des 7,5 jours loués par (...)

9À l’initiative de cette opération se trouve Harsiésé fils d’Ounamenheb, un cacique du village, qui dispose de trente « jours d’eau » tirée d’une adduction dite « l’eau du bassin ». Dans la mesure où à ‘Ayn Manâwir le calcul du temps d’irrigation est établi sur une base mensuelle, le fait que Harsiésé possède trente « jours » signifie qu’il dispose de la totalité du temps d’irrigation sur cette « eau ». Le propriétaire cultive déjà directement les terres alimentées par 7,5 de ses jours d’eau, et en a préalablement loué 15 autres à un certain Hor fils de Horkheb. En O.Man. 3928, il concède à un nouveau locataire Hor fils de Horoudja les 7,5 jours restants. Cette location est assortie d’une clause particulière : le loyer que devra verser Hor fils de Horoudja n’est pas proportionnel à la récolte effectivement obtenue sur les terres qu’il s’apprête à travailler mais est indexé sur les récoltes tirées des 22,5 jours d’eau cultivées par lui et son propriétaire6.

  • 7 En égyptien, la racine trilitère gml/gmwl/gmlȝ désigne les camélidés du genre Camelus. Vycichl 198 (...)
  • 8 O.Man. 3928 est de la main du Ns‑ỉn‑ḥr sȝ Ḥr, O.Man. 4304 de celle Sṯȝ.ṱ‑Imn‑˹r‑ḥtp˺ sȝ Ns‑ỉn‑ḥr.

10La mention de camélidés, qui nous intéresse ici, se trouverait à la fin de l’acte. L’hypothèse de traduire par « dromadaire » la forme ImageImage , située au début de la ligne 3 du recto, repose sur la lecture des trois premiers signes : g‑m‑r7. La barre verticale finale constituerait la marque du pluriel. Le chevron dont la pointe est tournée vers la gauche serait alors le déterminatif du mot gmr.w. On retrouve la même séquence de signes en O.Man. 4304 v° l. 3 dans la graphie ImageImage . Ce dernier ostracon servait de support à un autre document juridique dont l’état ne permet pas de déterminer la nature. Nous savons cependant qu’il fut, lui aussi, rédigé sous le règne de Darius II (422‑404 av. J.‑C.) par un autre scribe que celui mentionné à la fin d’O.Man. 39288. Dans ce dernier document, la marque du pluriel ne se justifie pas dans la mesure où gmr est précédé par l’article défini au singulier (voir la translittération de ce document donnée ci‑après).

11Le mot gmr est donc attesté dans deux actes de ‘Ayn Manâwir datant de la fin du ve s. av. J.‑C. Cependant, seul O.Man. 3928 est suffisamment complet pour donner une idée du rôle que jouaient ces gmr.w dans la transaction. C’est dans le contexte d’un engagement pris par un locataire à labourer un espace agricole qu’il convient d’interpréter la clause les mentionnant. Après avoir décrit le mode de calcul du loyer et avant de présenter les pénalités auxquelles Hor fils de Horoudja s’expose en cas de non‑respect de ses engagements, s’adressant à son propriétaire, il déclare :

12r° l. 32-3.

mtw=k pȝy=k sḫy gmr.w ˹῾n˺

À toi est ta propriété (de) gmr.w ˹à nouveau˺.

  • 9 Cette graphie est très différente de celles que l’on trouve dans l’expression ḥtr n nȝ ỉh.w, P.Lou (...)

13On aimerait pouvoir lire avec sûreté la forme ImageImage qui précède les gmr.w. Celle‑ci résiste malheureusement à nos efforts. L’idée de l’interpréter comme ḥtr, un « attelage », donnerait un sens satisfaisant « un attelage de gmr.w », parfaitement adapté, de surcroît, à un engagement à labourer. Cette lecture est cependant difficile à justifier sur le plan paléographique9. Faut‑il l’interpréter comme sḫy « propriété » ? Cette proposition demeure hypothétique. Quoi qu’il en soit, durant les dix années que devait durer l’engagement, Harsiésé fils d’Ounamenheb demeurait le propriétaire de cet instrument employé dans les travaux agricoles de son locataire.

14L’autre mention de gmr.w dans les ostraca de ‘Ayn Manâwir, en O.Man. 4304, intervient dans un contexte juridique apparemment très proche. Nous ne donnerons pas ici de translittération et de traduction du recto qui est très lacunaire et nous commencerons par la clause concernant les dispositions liées au non‑respect de l’engagement par la partie déclarante.

O.Man. 4304 (NP 1113 ; TM 369169)

15Au recto, en lacune, il faudrait restituer la formule suivante : « L’homme qui viendra vers toi pour contester l’engagement, … »

16Partie interne de la poterie (verso)

(1) ỉw=f dỉ.t n=t ḥḏ 2 n pȝ Pr‑ḥḏ

(2) Ptḥ wtḥ ỉ(w=t) m‑sȝ n tȝ/nȝ …

(3) ḥnʽ pȝ gmr.w ʽn ỉwṱ ḏd ˹qnb.t˺ [nb.t]

(4) md.t nb.t pȝ tȝ r‑ḏd.ṱ=s ỉrm=t sẖ Sṯȝ.ṱ‑Imn‑˹r‑ḥtp˺

(5) sȝ Ns‑ỉn‑ḥr

17Suivent les noms des témoins.

18Partie interne de la poterie (verso)

(1) il devra te donner deux débens d’argent fondus du Trésor de

(2) Ptah et (tu) demeureras encore en possession de la / des…

(3) avec le gmr à nouveau. Sans qu’[aucun] ˹acte˺,

(4) ni aucun argument puisse t’être opposé. » Écrit par Setjamen˹erhotep˺

(5) fils de Nesinher.

  • 10 Chauveau 2001, p. 141 (qui cite l’ostracon sous son numéro provisoire 661). Jusque‑là, la plus anc (...)

19Le déclarant s’adresse à une femme comme l’atteste l’emploi du pronom =t. C’est elle qui conservera la propriété du gmr après paiement de la pénalité en cas de rupture du contrat, ainsi que celle d’un autre type de bien dont il est impossible de préciser la nature. En dépit de ces lacunes, il est certain que, dans les deux exemples manâwirites, le ou les gmr(.w) sont temporairement cédés à l’une des parties par l’autre. Au terme de l’engagement, qu’il ait été honoré (O.Man. 3928) ou pas (O.Man. 4304), le(s) gmr(.w) reviennent à leur propriétaire qui, en O.Man. 3928, est aussi le bailleur. Dans la mesure où ce dernier impose à son locataire de labourer le terrain que son eau lui permettra d’irriguer, il est très probable que les gmr(.w) aient été des animaux de trait, en l’occurrence des dromadaires dressés au labour, et on peut conclure avec Michel Chauveau : « Il faudrait alors y voir des animaux prêtés par le propriétaire au fermier pour les travaux préliminaires de mise en valeur du terrain, remplaçant ainsi les bovins utilisés dans la Vallée »10.

  • 11 Pestman 1994, tome II, p. 15*.
  • 12 Voir les graphies rassemblées, par exemple, en Erichsen 1954, p. 41.

20Traduire gmr par « dromadaire » (ici, de labour) permet d’expliquer le déterminatif présent dans les deux formes étudiées dans ce cas : le chevron basculé la pointe vers la gauche. Il pourrait en effet s’agir du signe Image  = Image11. Le dromadaire serait alors déterminé comme le bœuf, qu’il remplace à ‘Ayn Manâwir dans sa fonction aratoire. Près d’un siècle plus tard, dans les ostraca de Bi’r Samut (voir l’article de Marie‑Pierre Chaufray dans ce volume), le déterminatif du gmr/gml est, en général, celui de la peau de bête Image . On observera toutefois que le mot ỉḥ « bœuf » est déterminé en démotique archaïque (qui correspond aux périodes saïte et perse) par Image et par Image à partir de l’époque hellénistique12. Le changement de déterminatif du gmr semble finalement suivre celui des bovins.

Le rôle du chameau de labour à ‘Ayn Manâwir

  • 13 Knoess 1976.

21Employé dans l’agriculture oasienne du Sahara, le dromadaire présente trois avantages évidents. D’abord, il souffre moins de la chaleur et du rayonnement solaire que les bœufs ou les ânes (fig. 1). Ensuite, son système digestif est bien adapté aux fourrages secs et ligneux des marges arides. Enfin, c’est un animal puissant, capable de dégager de 1 à 1,2 cheval‑vapeur en traction. Au labour, il est, à l’exception du cheval, le plus performant de toutes les espèces domestiques. Dans le Moyen Awash, en Éthiopie, une mission de la Food and Agriculture Organization a estimé la vitesse de labour à 500 m² de terrain labouré à l’heure (avec un sillon de 16 cm de profondeur). À ce rythme, l’hectare est travaillé en une vingtaine d’heures, soit trois jours13. Le labour au dromadaire est donc particulièrement adapté à la céréaliculture en plein champ. Reste à savoir si ce type d’agriculture était pratiquée à ‘Ayn Manâwir à l’époque perse.

Fig. 1 – Labour à l'araire avec un âne au Maroc. Marchant à l’amble, le dromadaire a tendance à dériver sur la gauche ou la droite, faussant le tracé du sillon. L’âne sert ici à lisser la trajectoire du grand camélidé (B. Faye 1995).

Fig. 1 – Labour à l'araire avec un âne au Maroc. Marchant à l’amble, le dromadaire a tendance à dériver sur la gauche ou la droite, faussant le tracé du sillon. L’âne sert ici à lisser la trajectoire du grand camélidé (B. Faye 1995).
  • 14 Pareille estimation a été proposée par Donker van Heel 1996, p. 46‑47 à partir de trois reçus prov (...)
  • 15 Le volume indiqué est calculé en supposant que l’unité de mesure est l’artabe de 60 hin d’environ (...)

22Or, en extrapolant à partir des données contenues dans les ostraca démotiques, il est possible de proposer une estimation de la taille des domaines agricoles aux ve et ive s. av. J.‑C. qui laisse entrevoir un univers dominé par des micropropriétés. La documentation fiscale, et notamment les prélèvements opérés par les institutions religieuses en blé amidonnier (dém. bdt) permettent d’établir une première estimation des surfaces plantées avec cette céréale. Ce résultat repose sur un enchaînement d’hypothèses dont la conclusion est néanmoins assez proche des données ethnographiques recueillies sur le site voisin de Balât (oasis de Dakhla). Nous supposons que le montant prélèvé par les temples à ‘Ayn Manâwir est le même que celui appliqué à Thèbes à la fin de l’époque saïte, soit 10 % de la récolte en blé amidonnier. Il est alors possible de donner une estimation du volume de la récolte par propriétaire et, de là, d’estimer la surface plantée par ce dernier en blé amidonnier14. Les ostraca de ‘Ayn Manâwir contiennent au moins trois listes très effacées où des noms de particulier sont associés à des quantités de blé‑bdt. Je fais ici l’hypothèse qu’il s’agit là de documents utilisés par des collecteurs de taxe comme aide‑mémoire lors de leurs tournées fiscales : chaque ligne contient le nom d’un redevable suivi de la quantité de céréale due. Nous n’avons retenu que les chiffres dont la lecture est certaine (tabl. 115).

Tabl. 1 – Estimation de la taille des surfaces plantées en blé amidonnier à ‘Ayn Manâwir (époque perse).

Références Position dans le texte Quantité de bdt mentionnée Quantité de la récolte pour un prélèvement estimé à 10 % Volume de la récolte exprimé en litres de grain Surface du champ
(en aroures)
Estimation de la taille de la surface agricole impliquée
(en ha)
O.Man. 3929 v° 2 5,5 55 1540 13,75 3,45
O.Man. 3988 v° x + 4
v° x + 5
4
3
40
30
1120
840
10
7,5
2,5
1,87
O.Man. 4146 r° 2
r° 3
r° 4
3
1
2
30
10
20
840
280
560
7,5
2,5
6,2
1,87
0,62
1,25

23La surface moyenne obtenue serait alors de 1,92 ha de champs semés en blé‑bdt par tenancier (soit une ou plusieurs parcelles de la taille d’un peu moins de trois terrains de football de 0,7 ha).

  • 16 De Sainte Marie 1989, p. 80.
  • 17 Beadnell donne une description des champs oasiens au début du xxe s. : « the main irrigating chann (...)

24Ces résultats recoupent ceux obtenus à partir d’un autre type de données permettant, elles aussi, d’estimer les surfaces agricoles. À côté de la documentation fiscale, on peut en effet aussi recourir à la quarantaine de textes « hydrauliques », attestant principalement la vente mais aussi la location de temps d’irrigation, de « jours d’eau ». Ici encore, il faut accepter de se prêter au jeu des estimations (graph. 1). Les quantités d’eau impliquées dans l’arrosage des champs par gravitation au Fayoum dans les années 1960 permettent d’établir un rapport entre les temps d’irrigation et la surface arrosée. Dans le Fayoum, 1 faddān de terre (soit 0,42 ha) pouvait être irrigué en une heure d’ouverture des vannes effectuée tous les sept jours, soit 4 à 5 heures d’irrigation mensuelles16. Cela pourrait équivaloir à 1/6 ou 1/5 de « jour d’eau » à ‘Ayn Manâwir, si l’on suppose que les « jours » d’irrigation démotiques duraient bien 24 heures (ce qui n’est pas toujours le cas dans les systèmes hydrauliques oasiens). Si l’on se fie à ces estimations, 1/4 de jour d’eau permettait donc d’irriguer près de 0,5 ha. Cela signifierait alors que près des deux tiers des actes mentionnant des « jours d’eau » concernent l’arrosage de surfaces agricoles inférieures à deux hectares17.

Graph. 1 – Volume des « jours d’eau » attestés dans les ventes et les locations (O.Man.).

Graph. 1 – Volume des « jours d’eau » attestés dans les ventes et les locations (O.Man.).

1/12 j, 1 mention : O.Man. 5509 ; 1/10 + 1/30 + 1/60 + 1/120 j, 1 mention : O.Man. 6855 ; 1/6 j, 1 mention : O.Man. 5462 ; 1/4 j, 5 mentions : O.Man. 5504, O.Man. 5437, O.Man. 5557, O.Man. 3975, O.Man. 3974 ; 1/3 j, 2 mentions : O.Man. 6025, O.Man. 5435 ; 2/3 j, 1 mention : O.Man. 5446 ; 1/2 j, 6 mentions : O.Man. 5578, O. Man. 4980, O.Man. 5555, O.Man. 5432, O.Man. 5485, O.Man. 5562 ; 1/3 + 1/10 + 1/30 j, 1 mention : O.Man. 5994 ; 1 j, 7 mentions : O.Man. 6837, O.Man. 5445, O.Man. 5454, O.Man. 5534, O.Man. 3946, O.Man. 5540, O.Man. 5482 ; 2 j, 2 mentions : O.Man. 4149, O.Man. 5464 ; 3 ou 4 j, 1 mention : O.Man. 6817 ; 4 + 1/10 j, 1 mention : O.Man. 3423 ; 5 j, 2 mentions : O.Man. 5525, O.Man. 5493 ; 7 + 1/2 j, 1 mention : O.Man. 3928 ; 9 j, 2 mentions : O.Man. 4613, O.Man. 5494 ; 11 j, 1 mention : O.Man. 5451.

  • 18 Hivernel 1996, p. 161.

25Ainsi, en comparant les deux types d’estimation, on obtient une surface moyenne en céréales de 1,92 ha par propriétaire et des parts d’eau cédées correspondant à des superficies qui excédent rarement deux ou trois hectares. Cette estimation de la surface des exploitations est conforme à celle attestée à Balat, dans l’oasis voisine de Dakhla. Là, dans les années 1990, la superficie moyenne des exploitations était de 5 faddān (soit 2,1 ha)18. À l’époque perse comme aujourd’hui, deux ou trois hectares semblent donc constituer ce qu’une famille peut mettre en valeur dans le cadre d’une agriculture non mécanisée.

  • 19 Agut‑Labordère, Newton 2013, p. 14‑17 ; Newton et al. 2013.
  • 20 À Balat, Hivernel 1996, p. 97 : « on remplit d’eau les bassins dont on a restauré les bordures et (...)

26Ces superficies pourraient se prêter au labour attelé longitudinal justifiant ainsi la présence d’un dromadaire de labour dans la documentation agricole découverte à ‘Ayn Manâwir. À condition, toutefois, que les domaines aient été non seulement d’un seul tenant mais aussi, et surtout, plantés en céréales dont la culture se prête aux champs ouverts. Or, l’analyse des données textuelles et archéobotaniques montre que la culture de la vigne mais aussi du ricin jouait un rôle majeur dans l’économie oasienne19. Contrairement à la céréaliculture, ces deux productions, mais aussi celles des légumineuses, ne nécessitent pas le plein champ et se prêtent assez bien à la culture en casiers (fig. 2 et 3) que privilégient les agriculteurs oasiens en raison de son extrême sobriété en eau. L’encadrement par des bordures permet en effet au sol de s’imprégner très lentement de l’eau reçue au moment du tour d’irrigation20. Dans les actes concernant des « jours d’eau » découverts à ‘Ayn Manâwir, le temps d’irrigation est ainsi toujours vendu avec des « accessoires » parmi lesquels se trouvent des wn.w (n) ry.t nb.t que l’on peut traduire par des « bordures (dans) chaque parcelle ». En démotique, le mot wn désigne le plus souvent une « digue », il pourrait ici désigner les petits talus qui servent à délimiter les ry.t « pièce, chambre », c’est‑à‑dire les « pièces de terre » qui composent le terroir irrigué.

Fig. 2 – Prise en décembre 2010 sur le terroir du village de Baris, non loin du site de ‘Ayn Manâwir, cette photographie montre un champ préalablement planté en céréales (des restes des chaumes sont encore visibles au sol, mêlés à la terre) avec un aménagement des bassins en planches, qui permettra un travail longitudinal (D. Agut).

Fig. 2 – Prise en décembre 2010 sur le terroir du village de Baris, non loin du site de ‘Ayn Manâwir, cette photographie montre un champ préalablement planté en céréales (des restes des chaumes sont encore visibles au sol, mêlés à la terre) avec un aménagement des bassins en planches, qui permettra un travail longitudinal (D. Agut).

Fig. 3 – Casiers de culture laissés en jachère à la lisière d’une langue de sable et de cailloux. Photographie prise en décembre 2010 sur le terroir du village de Baris, non loin du site de ‘Ayn Manâwir (D. Agut).

Fig. 3 – Casiers de culture laissés en jachère à la lisière d’une langue de sable et de cailloux. Photographie prise en décembre 2010 sur le terroir du village de Baris, non loin du site de ‘Ayn Manâwir (D. Agut).
  • 21 Hivernel 1996, p. 97.

27Il est évident que le labour attelé n’a pas sa place dans cette agriculture méticuleuse où les champs sont divisés en unités fermées. Les données ethnographiques montrent par ailleurs que, même dans le cas de la céréaliculture, le labour attelé ne s’impose pas dans les oasis du désert occidental. À Balat, Jacques Hivernel note que « les semailles sont espacées et se font successivement, car les tours d’eau en hiver n’ont lieu que tous les quinze jours pour une durée de vingt‑quatre heures »21. Autrement dit, le champ n’est ni semé, ni moissonné d’une seule traite. Le labour attelé est un moyen trop puissant pour ce type d’agriculture où même la céréaliculture a quelque chose du jardinage. Vincent Battesti observe la même réalité dans le Jérid tunisien (la région qui s’étend au sud‑ouest de la Tunisie) :

  • 22 Battesti 2005, p. 129.

La charrue, la traction animale ? Au Jérid, les cultivateurs n’ont pas souvenir de s’en être jamais servis (à l’exception des néo‑agriculteurs, récents sédentarisés (sic), qui pratiquaient – et pratiquent parfois encore – les cultures de céréales sur les oueds intermittents des régions de steppes avoisinantes à l’aide d’une charrue ou maintenant d’un tracteur loué). Au contraire, les jardiniers jéridis continuent à défier les modernes techniques de leur sape, la mesha, pour travailler le sol22.

28Tout – des estimations à partir des documents démotiques aux données agrotechniques et ethnographiques – converge finalement pour montrer que les dromadaires n’avaient pas leur place dans l’agriculture oasienne. Que faire alors des attestations de gmr.w en O.Man. 3928 et 4304 ? Si, comme nous l’avons vu un peu plus haut, le contexte du second de ces documents nous échappe, il n’en est pas de même d’O.Man. 3928.

  • 23 Erichsen 1954, p. 117.

29D’abord, il est clair que ce texte est bel et bien établi comme un « engagement à labourer ». Ensuite, de manière tout à fait exceptionnelle par rapport aux ventes ou aux locations de jour d’eau, aucun champ (ȝ) n’est mentionné pas plus que de divisions de l’espace agricole en « parcelles » ou en « casiers » (ry.t). La ligne 5 du verso montre qu’O.Man. 3928 concerne un km bny.t littéralement un « jardin de palmier(s) » autrement dit une palmeraie23. Le locataire s’engage donc à convertir un espace agricole jusque‑là dédié à la palmiculture en terre à céréales. En attestent l’importance prise par le partage du bois entre les deux parties dans l’acte locatif, mais aussi l’absence, par rapport au formulaire de vente de jours d’eau, du mot ḳḥ qui désigne la terre arable, l’humus, où se mêlent dépôts quaternaires et résidus organiques vestiges des cultures antérieures. Au contraire, dans la clause de pénalité qui se trouve sur la partie interne, aux lignes 4 et 5, la zone irriguée se voit désignée par le mot ỉtn, terme plus neutre que ḳḥ désignant le « sol » quelle que soit sa nature. Il semble bien que Harsiésé fils d’Ounamenheb espérait que Hor fils de Horoudja transforme, en dix ans, une palmeraie en champs verdoyants.

30C’est dans ce contexte tout à fait spécifique qu’il faut analyser la présence du dromadaire dans l’O.Man. 3928. À quelles tâches Hor fils de Horoudja employa‑t‑il les animaux prêtés par son propriétaire ? La puissance du camélidé était précieuse à maints égards : d’abord, pour dessoucher les palmiers (aujourd’hui cette opération s’effectue à l’aide d’une pelleteuse) mais aussi pour niveler le terrain et, enfin, pour effectuer les labours profonds nécessaires à la préparation de la terre. Le prêt de cet animal pourrait indiquer que la surface à travailler était importante. Les données rassemblées dans le graph. 1 montrent que le volume de 7,5 jours d’eau est tout à fait exceptionnel dans les transactions. Si l’on se tient aux estimations proposées un peu plus haut (1/4 de jour d’eau permettrait d’irriguer 0,5 ha), un tel temps d’irrigation pourrait concerner une quinzaine d’hectares. Même si l’on divise la surface par deux ou par trois, on imagine difficilement Hor fils de Horoudja se lancer dans l’aménagement d’une pareille surface agricole à la seule force de ses bras. Pour cela, il avait besoin de toute la puissance des gmr.w, tracteurs du désert.

Bibliographie

Agut‑Labordère D., Newton C. 2013, « L’économie végétale à ‘Ayn‑Manâwir à l’époque perse : archéobotanique et sources démotiques », ARTA : Achaemenid Research on Texts and Archaeology 2013/005, www.achemenet.com/document/ARTA_2013.005‑Agut‑Newton.pdf (consulté le 07/11/2019).

Agut‑Labordère D. 2016, « De l’amidonnier contre de l’orge : le sens de la conversion des quantités dans les ostraca démotiques de ‘Ayn Manâwir (Oasis de Kharga, Égypte) », Comptabilités, http://journals.openedition.org/comptabilites/1945 (consulté le 07/11/2019).

Battesti V. 2005, Jardins au désert. Évolution des pratiques et savoirs oasiens. Jérid tunisien, Paris.

Beadnell H.J.L 1909, An Egyptian oasis; an account of the Oasis of Kharga in the Libyan desert, with special reference to its history, physical geography, and water‑supply, Londres.

Chauveau M. 2001, « Les qanâts dans les ostraca de Manâwir », in P. Briant (éd.), Irrigation et drainage dans l’Antiquité. Qanats et canalisations souterraines au Moyen‑Orient, en Égypte et en Grèce, Séminaire du Collège de France, Paris, p. 137‑142.

Chauveau M. 2005, « Irrigation et exploitations de la terre dans l’oasis de Kharga à l’époque perse », in J.C. Moreno García, L’agriculture institutionnelle en Égypte ancienne : état de la question et perspectives interdisciplinaires, CRIPEL 25, Lille, p. 157‑163.

De Sainte Marie C. 1989, « État et paysans dans les systèmes hydrauliques de la vallée du Nil (Égypte) », Études rurales 115‑116, p. 59‑91.

Donker van Heel K. 1996, Abnormal hieratic and early demotic texts collected by the Theban Choachytes in the reign of Amasis. Papyri from the Louvre Eisenlohr lot, Thèse de doctorat, Leyde (inédit).

Erichsen W. 1954, Demotisches Glossar, Copenhague.

Hallock C. 1960, « A new look at the Persepolis treasury tablets », JNES 19, p. 90‑100.

Hivernel J. 1996, Balât. Étude ethnologique d’une communauté rurale, Le Caire.

Hoffmann F. 1996, Der Kampf um den Panzer des Inaros, Vienne.

Knoess K. 1976, Assignment report on animal production in the Middle Awash Valley, Rome.

Monson A. 2012, From the Ptolemies to the Romans : Political and economic change in Egypt, Cambridge.

Newton C., Whitbread T., Agut‑Labordère D., Wuttmann M. 2013, « L’agriculture oasienne à l’époque perse dans le sud de l’oasis de Kharga (Égypte, veive s. AEC) », Revue d’ethnoécologie 4, http://ethnoecologie.revues.org/1294 (consulté le 07/11/2019).

Pestman P.W. 1994, Les papyrus démotiques de Tsenhor (P. Tsenhor). Les archives privées d’une femme égyptienne du temps de Darius Ier, Studia demotica IV, Louvain.

Quack J.F. 2005, « Zu den vorarabischen semitischen Lehnwörtern des Köptischen », in B. Burtea, J. Tropper, H. Younansardoud (éd.), Studia Semitica et Semito‑Hamitica. Fest. Für Rainer Voigt anlässlich seines 60. Geburtstages am 17. January 2004, Münster, p. 307‑338.

Thompson H. 1934, A family archive from Siut, from papyri in the British Museum, Oxford.

Vittmann G. 1996, « Semitisches Sprachgut im Demotischen », Festschrift für Hans Hirsch zum 65. Geburtstag, Wiener Zeitschrift für die Kunde des Morgenlandes 86, Vienne, p. 435‑447.

Vos. R.L. 1993, The Apis embalming ritual. P. Vindob3873, Louvain.

Vycichl V. 1984, Dictionnaire étymologique de la langue copte, Louvain.

Notes

1 Agut‑Labordère 2016 contient l’essentiel de la bibliographie ancienne et récente ayant trait à ce site.

2 Chauveau 2001, p. 140‑141 ; Chauveau 2005, p. 161.

3 Nous reprenons ici la translittération présente sur le site achemenet.com réalisée sous la direction de Michel Chauveau. Une édition complète du document sera présentée dans le volume à paraître, Ostraca démotiques d’époque perse découverts à ‘Ayn Manâwir. I. Documents relatifs aux « jours d’eau » (IFAO).

4 Si l’on se fie à l’actuel calendrier des activités agricoles à Balât, voir Hivernel 1996, fig. 25 (p. 124 non numérotée).

5 Il y a une ambiguïté quant à la durée de la location ; si l’on se fie aux dates, il s’agirait de 9 années et non pas de « 10 » comme indiqué dans le document.

6 Le sixième des récoltes obtenues sur les 22,5 jours équivalent à la moitié des 7,5 jours loués par Hor fils de Horoudja (22,5/6 = 7,5/2). Il s’agit donc d’un métayage dont le montant est indexé sur le rendement des autres « jours d’eau » que ceux qui sont l’objet de ce document, Chauveau 2005, p. 162.

7 En égyptien, la racine trilitère gml/gmwl/gmlȝ désigne les camélidés du genre Camelus. Vycichl 1984, p. 341 ; Vittmann 1996, p. 435, 444, 447 ; Quack 2005. En hiératique : Vos 1993, p. 192, n. 2. Ce terme trilitère peut aussi désigner une pièce d’armure : Hoffmann 1996, p. 279, n. 1540.

8 O.Man. 3928 est de la main du Ns‑ỉn‑ḥr sȝ Ḥr, O.Man. 4304 de celle Sṯȝ.ṱ‑Imn‑˹r‑ḥtp˺ sȝ Ns‑ỉn‑ḥr.

9 Cette graphie est très différente de celles que l’on trouve dans l’expression ḥtr n nȝ ỉh.w, P.Louvre Eisenlohr, n° 19, l.3, 7, 11, 16 et P.Louvre Eisenlohr, n° 20, l. 4 (Donker van Heel 1996). En outre, dans cette construction, le nom de l’animal attelé est précédé par un article, ce qui ne semble pas être le cas ici.

10 Chauveau 2001, p. 141 (qui cite l’ostracon sous son numéro provisoire 661). Jusque‑là, la plus ancienne attestation de dromadaire en démotique se trouvait dans le P.BM 10591, daté de 170 av. J.‑C. Provenant de Lycopolis, ce document contenait la mention d’un certain Hor qui exerçait la profession de mn (n) gmwr(.w) « gardien (de) chameaux » (P.BM 10591 r° l. 24, Thompson 1934).

11 Pestman 1994, tome II, p. 15*.

12 Voir les graphies rassemblées, par exemple, en Erichsen 1954, p. 41.

13 Knoess 1976.

14 Pareille estimation a été proposée par Donker van Heel 1996, p. 46‑47 à partir de trois reçus provenant de la région thébaine et datés du règne d’Amasis.

15 Le volume indiqué est calculé en supposant que l’unité de mesure est l’artabe de 60 hin d’environ 28 litres équivalente à l’irtiba de 30 qa (d’une contenance de 27,6 à 28,1) attestée dans les Tablettes de Persépolis (Hallock 1960, p. 92, n. 5). Pour calculer la surface du champ, Monson 2012, p. 170‑171 mentionne plusieurs rendements à l’aroure variant du simple au double. Nous retenons ici une valeur estimative de 4 artabes (soit 112 litres de grain) à l’aroure.

16 De Sainte Marie 1989, p. 80.

17 Beadnell donne une description des champs oasiens au début du xxe s. : « the main irrigating channel generally runs in a southerly direction, the cultivated lands being of triangular form, with the apex at or near the source of the water, and raised little, if at all, above the general level of the surrounding plain » (Beadnell 1909, p. 69).

18 Hivernel 1996, p. 161.

19 Agut‑Labordère, Newton 2013, p. 14‑17 ; Newton et al. 2013.

20 À Balat, Hivernel 1996, p. 97 : « on remplit d’eau les bassins dont on a restauré les bordures et on laisse le sol s’en imprégner lentement ».

21 Hivernel 1996, p. 97.

22 Battesti 2005, p. 129.

23 Erichsen 1954, p. 117.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Labour à l'araire avec un âne au Maroc. Marchant à l’amble, le dromadaire a tendance à dériver sur la gauche ou la droite, faussant le tracé du sillon. L’âne sert ici à lisser la trajectoire du grand camélidé (B. Faye 1995).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8562/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Graph. 1 – Volume des « jours d’eau » attestés dans les ventes et les locations (O.Man.).
Légende 1/12 j, 1 mention : O.Man. 5509 ; 1/10 + 1/30 + 1/60 + 1/120 j, 1 mention : O.Man. 6855 ; 1/6 j, 1 mention : O.Man. 5462 ; 1/4 j, 5 mentions : O.Man. 5504, O.Man. 5437, O.Man. 5557, O.Man. 3975, O.Man. 3974 ; 1/3 j, 2 mentions : O.Man. 6025, O.Man. 5435 ; 2/3 j, 1 mention : O.Man. 5446 ; 1/2 j, 6 mentions : O.Man. 5578, O. Man. 4980, O.Man. 5555, O.Man. 5432, O.Man. 5485, O.Man. 5562 ; 1/3 + 1/10 + 1/30 j, 1 mention : O.Man. 5994 ; 1 j, 7 mentions : O.Man. 6837, O.Man. 5445, O.Man. 5454, O.Man. 5534, O.Man. 3946, O.Man. 5540, O.Man. 5482 ; 2 j, 2 mentions : O.Man. 4149, O.Man. 5464 ; 3 ou 4 j, 1 mention : O.Man. 6817 ; 4 + 1/10 j, 1 mention : O.Man. 3423 ; 5 j, 2 mentions : O.Man. 5525, O.Man. 5493 ; 7 + 1/2 j, 1 mention : O.Man. 3928 ; 9 j, 2 mentions : O.Man. 4613, O.Man. 5494 ; 11 j, 1 mention : O.Man. 5451.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8562/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Fig. 2 – Prise en décembre 2010 sur le terroir du village de Baris, non loin du site de ‘Ayn Manâwir, cette photographie montre un champ préalablement planté en céréales (des restes des chaumes sont encore visibles au sol, mêlés à la terre) avec un aménagement des bassins en planches, qui permettra un travail longitudinal (D. Agut).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8562/img-14.JPG
Fichier image/jpeg, 967k
Titre Fig. 3 – Casiers de culture laissés en jachère à la lisière d’une langue de sable et de cailloux. Photographie prise en décembre 2010 sur le terroir du village de Baris, non loin du site de ‘Ayn Manâwir (D. Agut).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8562/img-15.JPG
Fichier image/jpeg, 860k

Acheter

Volume papier

LCDPU
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search