Version classiqueVersion mobile

Les vaisseaux du désert et des steppes

 | 
Damien Agut-Labordère
, 
Bérangère Redon

Le dromadaire (Camelus dromedarius) dans le Proche‑Orient ancien au Ier millénaire av. J.‑C.

Présentation de la documentation épigraphique et retour sur quelques documents iconographiques

Laura Cousin

Texte intégral

  • 1 Je remercie vivement Baptiste Fiette pour ses patientes relectures, et Louise Dorso pour m’avoir p (...)
  • 2 À propos des deux animaux, voir la note de synthèse de Potts 2005.

1En akkadien1, langue notée par l’écriture cunéiforme, les camélidés sont désignés par différents termes, qui ne permettent pas forcément à l’historien de déterminer si les documents évoquent un chameau à une bosse (Camelus dromedarius) ou un chameau à deux bosses (Camelus bactrianus)2. Deux termes génériques renvoyant à ces animaux seraient, d’une part, gammalu, aussi noté anše gam‑mal ou anše gam‑ma‑lu, et d’autre part, anše.a.ab.ba. anše est le déterminatif sumérien précédant les noms d’équidés ou de camélidés : anše seul désigne l’âne, anše.kur.ra le cheval et anše.a.ab.ba ou anše gam‑mal, le chameau.

  • 3 Salonen 1956, p. 84‑90.

2La terminologie relative aux camélidés est composée d’au moins cinq termes, en akkadien et en sumérien3 :

  • gammalu, que l’on propose de traduire par « chameau » dans son acception générale et qui est un emprunt à un ancien dialecte arabe4 ;
  • anše.a.ab.ba, qui donne en akkadien le terme peu usité ibilu, une transposition du mot local arabe ‘ibil. Ce terme ne serait pas d’origine sémitique, bien qu’il apparaisse dans les langues de cette famille. D’autre part, dans les textes sabéens du premier millénaire, il évoque toujours le chameau à une bosse5. L’expression en sumérien anše.a.ab.ba, « âne de la mer », renvoie à son origine géographique, l’animal étant sûrement issu de la péninsule Arabique6. Il est également à noter qu’anše.a.ab.ba a sûrement été construit en opposition à « l’âne de la montagne » (anše.kur.ra), qui désigne le cheval. De même que gammalu, il agit comme un terme générique qualifiant les camélidés. Dans certains documents, il est précisé que le gammalu ou l’anše.a.ab.ba « porte deux bosses », ou qu’il a « un dos double » (šá 2 gungulīpī ou ša 2‑a‑a karruni)7 ;
  • udru était sûrement employé par les Assyriens pour désigner spécifiquement les chameaux de Bactriane, mais seulement à partir du viiie s. av. J.‑C.8. Ce mot apparaît uniquement dans les inscriptions royales (inscriptions monumentales commandées par le souverain afin de commémorer un haut fait ou un acte de piété)9. Il est à noter qu’il existe un féminin pluriel, udrātu, utilisé pour désigner les chamelles ;
  • anaqātu (d’origine arabe, dérivant de la racine nwq et du terme nāqa10, uniquement attesté au pluriel dans les sources akkadiennes) servant à désigner les chamelles ;
  • bakrū ou bakkarū (venant de l’arabe bakru11 et uniquement attesté au pluriel en akkadien) désignant les chamelons.
  • 12 Weidner 1939 propose l’édition de quatre documents provenant du Palais Sud de Babylone et mentionn (...)

3Pour le premier millénaire av. J.‑C., la documentation palatiale néo‑assyrienne est la plus instructive au sujet des camélidés. Elle est composée d’inscriptions royales, de la correspondance et des archives palatiales, ainsi que de représentations iconographiques commandées par la couronne. Pour l’époque néo‑babylonienne, peu de données sur ces animaux ont pu être rassemblées. Si l’on prend comme hypothèse qu’en Mésopotamie, l’animal est en lien étroit avec l’institution royale – comme cela semble être le cas à l’époque néo‑assyrienne –, le fait que les archives du palais de Babylone demeurent encore largement inconnues12 pourrait expliquer sa relative absence des sources de cette époque.

  • 13 Mitchell 2000.
  • 14 Bulliet 1975.

4Les chameaux à une bosse (Camelus dromedarius) au Proche‑Orient ont fait l’objet d’études régulières, notamment celle de T.C. Mitchell au sujet des sources iconographiques assyriennes13, ainsi que celle de R. Bulliet sur les origines et la diffusion du chameau et du dromadaire14. Nous présenterons ici les données que l’on peut tirer des attestations de l’animal dans les documentations épigraphique et iconographique proche‑orientales.

Le dromadaire dans les documentations religieuse et sapientiale

Le dromadaire dans l’hymne Ni. 9602

  • 15 Hesse 1995, p. 217.
  • 16 Jasmin 2005, p. 54‑55.
  • 17 Sur la domestication, voir l’article de synthèse d’Almathen et al. 2016.

5Les dromadaires sont sûrement issus de la péninsule Arabique, tandis que les chameaux dits « de Bactriane » sont originaires d’Asie centrale15. Ces animaux sont capables de rester plusieurs jours sans boire, en se nourrissant de végétaux épineux, ce qui rend possible leur adaptation aux conditions climatiques désertiques. Les dromadaires ont pu être initialement chassés pour leur viande et leur peau, puis domestiqués pour leur lait à des époques très anciennes16. La domestication de cet animal a sûrement eu lieu à la fin du deuxième millénaire17. Les dromadaires apparaissent en effet dans quelques documents religieux et sapientiaux, dont certains auraient pu être compilés à partir du deuxième millénaire. En premier lieu, l’hymne en sumérien Ni. 9602 dédié au dieu Dumuzi présente la séquence suivante :

  • 18 CAD I, p. 2b.

Ô Dumuzi, apporte‑moi du lait de chamelle (am.si.har.ra.an.na) ! Le lait de chamelle est doux18.

  • 19 Landsberger 1934, p. 6‑7, l. 55 : am.si.kur.ra = i‑bi‑lu.

6Dumuzi est un dieu berger, lié au printemps, aux végétaux et au bétail. Ce passage induit qu’il serait courant que les gardiens de troupeaux s’occupent de dromadaires. En outre, la séquence am.si.har.ra.an.na se retrouve dans la liste lexicale bilingue sumérien/akkadien, ur5.ra = hubullu, plus précisément sur la tablette 14 qui recense les animaux sauvages, et dont la composition remonte au début du deuxième millénaire. Ainsi la liste présente le parallèle suivant : am.si.har.ra.an.na = ibilu, « éléphant venant par‑delà le chemin = chameau à une bosse (?) »19.

Le dromadaire et le mythe de l’Enūma eliš

  • 20 Les attributions de cette fonction cultuelle ne sont pas clairement identifiées pour l’époque néo‑ (...)

7Le deuxième document, SAA 3 39, est très atypique. Cette tablette, longue d’environ 70 lignes, a été recopiée sous le règne d’Aššurbanipal (668‑627 av. J.‑C.) par l’exorciste Kiṣir‑Aššur, haut fonctionnaire de l’Ešarra, l’un des temples principaux de la ville d’Aššur, la capitale religieuse de l’Assyrie. Il est le fils de Nabû‑bessunu, également exorciste du temple d’Aššur, et petit‑fils du zabardabbû20 et exorciste Babu‑šumu‑iddin. Le texte fait référence au mythe de l’Enūma eliš, composé lors du règne de Nabuchodonosor Ier au xiie s. av. J.‑C., qui relate l’ascension du dieu de Babylone, Marduk, au statut de roi des dieux. Cette promotion a lieu après un combat entre Marduk et la déesse marine Tiamat :

Le dromadaire (anše.a.ab.ba = âne de la mer) est le fantôme de Tiamat. Bēl a coupé ses cornes, a fendu ses pieds et a coupé sa queue.

  • 21 Lambert 2013, p. 246.

8Tiamat est une déesse marine, dont les organes ont servi au dieu Marduk pour constituer l’univers. L’association d’un chameau à une bosse à une divinité liée à la mer et à l’océan n’est alors sûrement pas un hasard, l’animal étant issu de la péninsule Arabique, baignée par la mer Rouge et surtout le golfe Arabo‑Persique, appelé « mer inférieure » par les Babyloniens21.

Dans le texte VAT 14586

9Enfin, le texte VAT 14586, daté de l’époque néo‑babylonienne et dégagé à Uruk, présente la séquence suivante :

  • 22 Voir De Zorzi 2014, p. 814 (verso l. 9’) : be munus.anše anše.a.ab.ba ù.tu ˹x˺ […].

Si une ânesse donne naissance à un dromadaire […]22.

  • 23 De Zorzi 2011, p. 44.

10Il est considéré comme un document parallèle à la série tératologique šumma izbu, « Si un fœtus malformé… », liste dont la compilation a commencé pendant la période paléo‑babylonienne23.

Le dromadaire et ses usages d’après les sources néo‑assyriennes

Le dromadaire et les Bédouins arabes (tabl. 1)

  • 24 À propos des Arabes, voir la synthèse d’Eph’al 1982.

11D’après les sources néo‑assyriennes, le chameau à une bosse est étroitement associé aux Bédouins arabes24, à la fois dans l’iconographie et dans les sources textuelles. Le lien est évident par exemple dans la lettre SAA 1 82, adressée au roi néo‑assyrien Sargon II (721‑705 av. J.‑C.) par l’un de ses hauts fonctionnaires, Ṭab‑ṣilli‑Ešarra, le gouverneur de la ville d’Aššur. Ce dernier lui écrit à propos des problèmes rencontrés avec les populations arabes :

Concernant les Arabes, au sujet desquels le roi, mon seigneur, m’a écrit : « Pourquoi font‑ils paître leurs moutons et leurs dromadaires (anše.a.ab.ba) dans le désert, [un endroit] où ils doivent avoir recours au pillage lorsqu’ils ont faim ? ».

  • 25 Dorso 2014, p. 54.

12La récurrence du sujet des dromadaires dans les sources de cette époque s’explique par le fait que les Assyriens ont besoin des Arabes et de leurs animaux pour traverser les déserts, mais également pour les aider à contrôler certains points d’accès. Ainsi, à l’époque de Tiglath‑Phalazar III (745‑727 av. J.‑C.) et de Sargon II (721‑705 av. J.‑C.), des tribus arabes du sud de la Palestine étaient chargées de surveiller la zone frontalière avec l’Égypte, qui se situe sûrement à l’entrée du Sinaï25. Dans la lettre SAA 17 122, envoyée par Nabû‑šum‑lišir depuis la région de Gambulu, située au sud‑est de la ville de Nippur, au roi Sennachérib (704‑681 av. J.‑C.), il est question de la préparation du voyage d’Abu‑erība, qui emmène deux dromadaires afin d’effectuer très certainement un déplacement vers des zones désertiques. La documentation épigraphique témoigne également de l’importance reconnue aux chameliers, sûrement arabes, par la royauté assyrienne. Dans le recensement de Harrân (SAA 11 213), il est question d’un chamelier, nommé Ašîra (col. iv, l. 12’), tandis que SAA 6 138 atteste la vente d’esclaves, parmi lesquels se trouve un lú.uš.anše.ab.ba (rēdi gammali, littéralement un « meneur de dromadaire »).

Tabl. 1 (1/4) – Les dromadaires (Camelus dromedarius) dans les documents de la pratique néo‑assyriens (de SAA 1 à SAA 20).

Tabl. 1 (1/4) – Les dromadaires (Camelus dromedarius) dans les documents de la pratique néo‑assyriens (de SAA 1 à SAA 20).

Le dromadaire, animal prisé des souverains assyriens (tabl. 1 et 2)

  • 26 Voir par exemple Grayson 1996, p. 18 (col. ii, l. 21‑24).

13Au même titre que les lettres, les inscriptions royales néo‑assyriennes (annales et inscriptions monumentales) présentent de nombreuses attestations de dromadaires et de chameaux de Bactriane. L’étude de cette documentation est indispensable pour connaître les tributs imposés par les rois assyriens à leurs ennemis. Les énumérations sont souvent très complètes : il est question d’objets de valeur (souvent des bijoux), de métaux utiles et précieux, d’étoffes de luxe, d’équipement militaire, d’animaux (chevaux, ânes, mulets, bœufs, moutons et parfois des chameaux), de personnes et dans certains cas des dieux des vaincus26.

  • 27 Voir à ce sujet Graslin‑Thomé 2009 et 2016, notamment p. 50.
  • 28 Grayson 1991, p. 175, l. 78 (30 ud‑ra‑te).
  • 29 Grayson 1991, p. 200 (col. i, l. 97 : ud‑ra‑a‑te).
  • 30 Tadmor, Yamada 2011, p. 78, l. 12 (anše.a.ab.ba.meš munus.anše a‑na‑qa‑a‑te a‑di anše ba‑ak‑ka‑ri‑ (...)

14Plusieurs tributs de l’époque néo‑assyrienne comprennent des butins de dromadaires, utilisés alors comme bêtes de somme pour transporter des biens précieux vers l’Assyrie, dans un contexte de commerce à longue distance27. Le premier tribut identifié est imposé par Tukulti‑Ninurta II (891‑884 av. J.‑C.) au royaume du Hindanu sur le moyen Euphrate28 ; cette même livraison se retrouve plus tard sous le règne d’Aššurnaṣirpal II (883‑859 av. J.‑C.)29. Puis, sous Tiglath‑Phalazar III (745‑727 av. J.‑C.), plusieurs souverains, parmi lesquels la reine des Arabes Zabibe, Rezin de Damas, Menahem de Samarie, Hiram de Tyr ainsi que des rois d’Anatolie, de Syrie et de Phénicie, se voient imposer un tribut composé de dromadaires, de chamelles et de leurs petits, aux côtés de nombreux autres produits (or, argent, étain, fer, peaux d’éléphants, tissus, animaux)30.

  • 31 Tadmor, Yamada 2011, p. 106, l. 20’ (30 lim anše.a.ab.ba.meš).
  • 32 Mitchell 2000, p. 191.
  • 33 Lie 1929, p. 23 et Dorso 2014, p. 40.

15Toujours sous Tiglath‑Phalazar III, les tributaires précédemment cités se révoltent en 733‑732 av. J.‑C., mais sont défaits. Les Arabes ont alors à leur tête la reine Samsi et doivent livrer, entre autres, 30 000 dromadaires31. Les bas‑reliefs du palais de Kalhu, l’actuelle Nimrud, témoignent peut‑être de la reddition de la souveraine : l’orthostate BM 118901 (fig. 1), conservé au British Museum, représente une prisonnière arabe voilée, généralement identifiée avec la reine Samsi, accompagnée de dromadaires32. Dans les annales de Sargon II, Samsi est à nouveau mentionnée comme tributaire pour l’année 716 av. J.‑C. Elle donne au roi assyrien de l’or, des plantes, des chevaux et des dromadaires33. Cette attestation trouve un écho dans la lettre SAA 11 162, qui rappelle les dromadaires possédés par Samsi.

Fig. 1 – Orthostate du palais de Kalhu, l’actuelle Nimrud, montrant une femme prisonnière (la reine arabe Samsi ?) conduisant un groupe de quatre dromadaires, BM 118901 (British Museum, Creative Commons).

Fig. 1 – Orthostate du palais de Kalhu, l’actuelle Nimrud, montrant une femme prisonnière (la reine arabe Samsi ?) conduisant un groupe de quatre dromadaires, BM 118901 (British Museum, Creative Commons).

16Sous Tiglath‑Phalazar III ou sous Sargon II, deux lettres venant des provinces de l’ouest de l’Assyrie mentionnent des butins de dromadaires, dont une partie est originaire du Suhum (SAA 19 175 et 177). Sous Sargon II, la lettre SAA 5 48, adressée au roi assyrien par l’un de ses fonctionnaires, Aššur‑patinu, raconte qu’un certain Ilu‑illika, portant le titre de lú šá é ku‑din, « préposé aux étables des mules », lui a donné 15 mules, 52 ânes, plusieurs dromadaires (anše.a.ab.ba) ainsi que des moutons.

  • 34 Mitchell 2000, p. 191‑192.
  • 35 Dorso 2014, p. 14 et 47.
  • 36 Leichty 2011, p. 19 (col. iv, l. 17 : 65 anše gam‑mal.meš).
  • 37 Leichty 2011, p. 19 (col. iv, l. 21 : 50 anše gam‑mal.meš).

17Plus tard, pendant le règne de Sennachérib (704‑681 av. J.‑C.), les bas‑reliefs de la prise de Lakiš montrent des prisonniers, peut‑être Palestiniens, menant un dromadaire34. Sous Assarhaddon (680‑669 av. J.‑C.), il est, cette fois, question de l’oasis d’Adummatu, située dans la province du Jauf, dans le nord‑ouest de l’actuelle Arabie saoudite et conquise par Sennachérib35, qui apporte des dromadaires36. Assarhaddon impose également un tribut constitué de 65 dromadaires à Hazael, chef des Arabes de l’oasis d’Adummatu. À la mort de Hazael, c’est son fils Yautha qui prend la tête de son peuple : il doit alors livrer un tribut constitué de 50 dromadaires supplémentaires, à la hauteur du tribut demandé à son père37. On trouve ensuite une mention de dromadaires dans les annales d’Aššurbanipal (668‑627 av. J.‑C.), les Arabes s’étant révoltés sous le commandement de Yautha :

  • 38 Streck 1916, p. 75‑76.

J’ai divisé les dromadaires comme du petit bétail et je (les) ai partagés entre les gens du pays d’Aššur. Dans mon pays, on achetait les dromadaires pour un sicle ou (?) un demi‑sicle (?) d’argent à la porte du marché. La cabaretière, comme en cadeau, le brasseur pour une cruche, le jardinier pour une brassée d’herbes, reçurent des dromadaires et des esclaves38.

  • 39 Fales 1996, p. 30.

18Comme l’avait déjà remarqué F.M. Fales, ce passage doit être considéré comme une hyperbole qui poursuit deux buts. En premier lieu, il s’agit de suggérer que les dromadaires sont abondants en Assyrie à l’époque d’Aššurbanipal, et en deuxième lieu, selon les prédictions de ses devins et prophètes, que son règne sera marqué par une époque faste, pendant laquelle même les plus faibles seront favorisés39.

Tabl. 2 – Les camélidés dans les butins et tributs assyriens, d’après les inscriptions royales de Tukulti‑Ninurta II à Aššurbanipal.

Souverain Butins et tributs de chameaux Précisions sur les animaux
Tukulti‑Ninurta II
(890‑884 av. J.‑C.)
oui udrāte
Aššurnaṣirpal II
(883‑859 av. J.‑C.)
oui udrāte
Salmanazar III
(858‑824 av. J.‑C.)
oui Chameaux de Bactriane
Šamši‑Adad V
(823‑811 av. J.‑C.)
oui Chameaux de Bactriane
Adad‑nērārī III
(810‑783 av. J.‑C.)
non
Salmanazar IV
(782‑773 av. J.‑C.)
non
Aššur‑dan III
(772‑755 av. J.‑C.)
non
Adad‑nērārī V
(754‑745 av. J.‑C.)
non
Tiglath‑Phalazar III
(745‑727 av. J.‑C.)
oui Chameaux à une bosse et chameaux de Bactriane
Salmanazar V
(726‑722 av. J.‑C.)
non
Sargon II
(721‑705 av. J.‑C.)
oui Chameaux à une bosse et chameaux de Bactriane
Sennachérib
(704‑681 av. J.‑C.)
oui Chameaux à une bosse et chameaux de Bactriane
Assarhaddon
(680‑669 av. J.‑C.)
oui Chameaux à une bosse et chameaux de Bactriane
Aššurbanipal
(668‑627 av. J.‑C.)
oui Chameaux à une bosse

Le dromadaire comme animal de transport et de guerre

  • 40 Mitchell 2000, p. 190.

19L’iconographie est très précieuse pour connaître les fonctions assignées au chameau à une bosse. D’ailleurs, ce sont ces animaux qui sont majoritairement représentés sur les bas‑reliefs et non les chameaux de Bactriane. L’armée assyrienne les utilise pour transporter l’équipement militaire : on l’observe sur les portes de Balawat, retraçant les campagnes de Salmanazar III (858‑824 av. J.‑C.) et dont les bandeaux sont en grande partie conservés au British Museum40. Des dromadaires sont représentés une fois, sur la quatrième bande consacrée à la campagne contre Daginu du Bīt Adini, territoire situé sur le moyen Euphrate.

20Par ailleurs, les dromadaires participent aux campagnes d’Égypte menées par Assarhaddon, en 673 av. J.‑C. et en 671 av. J.‑C. Les annales racontent comment les Arabes ont apporté leur soutien pour atteindre le pays en passant par le Sinaï :

  • 41 Leichty 2011, p. 87‑88, r. 1‑2.

Quand l’ordre d’Aššur, mon seigneur, arriva à mes oreilles, mon cœur se réjouit et j’ai rassemblé les chameaux (gammalu) de tous les rois arabes. Je les ai chargés d’outres d’eau et de poches de cuir remplies d’eau41.

21Les textes ne précisent pas le nombre de dromadaires envoyés, mais il est manifeste que les tribus arabes semblent agir en coopération avec le roi assyrien.

  • 42 Grayson 1996, p. 23 (col. ii, l. 94).
  • 43 Mitchell 2000, p. 191.

22Si le dromadaire est une bête de somme avant tout, les Arabes l’emploient, quant à eux, comme monture de guerre. La bataille de Qarqar, qui opposa en 853 av. J.‑C. Salmanazar III à douze rois coalisés, atteste la présence de « Gindibu l’Arabe » et de ses mille gammalu42. On observe également des personnages arabes montant des dromadaires sur des bas‑reliefs datant du règne de Tiglath‑Phalazar III, et provenant de son palais de Kalhu43.

Les camélidés dans les sources néo‑babyloniennes et perses‑achéménides

Usage des camélidés sous le règne de Nabonide (556‑539 av. J.‑C.)

  • 44 Beaulieu 1989, p. 180‑183.
  • 45 Lambert 1972.

23À l’époque néo‑babylonienne, le roi Nabonide s’absenta environ dix ans de Babylonie (entre sa troisième et sa dixième année de règne) pour s’installer en Arabie, à Taymāʾ. Les raisons qui présidèrent au départ du souverain sont sans doute multiples : le roi babylonien a pu vouloir étendre commercialement et économiquement son empire, voire contrôler certains flux commerciaux en Arabie44. Une autre raison pourrait être plus personnelle : Nabonide souhaitait modifier la tête du panthéon babylonien en remplaçant le dieu Marduk, le chef du panthéon depuis la fin du deuxième millénaire et dieu poliade de Babylone, par le dieu Lune Sîn, ce qui a fortement déplu au clergé de Marduk et à son principal temple, l’Esagil45.

  • 46 Pour la traduction de YOS 6 134, voir Beaulieu 1989, p. 154.
  • 47 Kleber 2008, p. 304.
  • 48 Beaulieu 1989, p. 153.

24Toutefois, les contacts entre Nabonide et la Babylonie n’étaient pas rompus : des caravanes de dromadaires sont attestées dans au moins deux documents de la pratique de l’époque, YOS 6 134 et GCCI 1 294. Dans le premier, il est question d’un dromadaire (anše.a.ab.ba) conduit à Taymāʾ avec les provisions du roi46. Ce texte présente également un élément unique au sein de la documentation rassemblée pour le premier millénaire : le dromadaire en question aurait dû être rendu « à la Dame d’Uruk », soit au temple de l’Eanna, sanctuaire de la déesse Ištar, mais il est sûrement mort pendant le trajet47. Ce détail confirme que les animaux semblaient surtout aux mains des grandes institutions, et atteste des liens qui existaient toujours entre Nabonide et la Babylonie, même pendant le séjour du souverain en Arabie. Dans le deuxième texte, provenant aussi d’Uruk, on apprend qu’un certain Nabû‑mušētiq‑uddê, a reçu 50 sicles d’argent pour son dromadaire (anše.a.ab.ba) et ses provisions, alors qu’il se rendait à Taymāʾ en l’an 5 de Nabonide48. Si Nabû‑mušētiq‑uddê n’a pas pu être précisément identifié, son nom trahit son origine babylonienne.

Les camélidés dans les documents perses‑achéménides

  • 49 Quack 2011.
  • 50 Hérodote III, 9.

25Dans les sources d’époque achéménide, des dromadaires apparaissent, en premier lieu, sous Cambyse (529‑522 av. J.‑C.) qui, comme Assarhaddon avant lui, s’appuie sur les Arabes pour mener sa campagne en Égypte en 526‑525 av. J.‑C.49. Il doit auparavant traverser le Sinaï : ainsi Hérodote écrit‑il que le roi des Arabes fournit l’armée perse en eau et que les dromadaires sont chargés d’outres d’eau50. L’inscription rupestre de Behistun (version akkadienne) évoque, quant à elle, des dromadaires, lorsque Darius Ier (522‑486 av. J.‑C.) mate la rébellion de Nidintu‑Bēl (aussi connu sous le nom de Nabuchodonosor III), montrant une nouvelle fois l’utilisation de cet animal dans un contexte militaire :

  • 51 Voir les traductions de von Voigtlander 1978 et Lecoq 1997 (Behistun, l. 33‑36). Pour la version é (...)

Le roi Darius déclare : « Puis je suis allé à Babylone vers ce Nidintu‑Bēl qui proclamait : “Je suis Nabuchodonosor”. L’armée de Nidintu‑Bēl se tenait sur les rives du Tigre et détenait le fleuve. Le Tigre était en crue. Alors j’ai embarqué avec mes troupes sur des bateaux de peau avec les chevaux, les dromadaires (anše.a.ab.ba.meš), et nous avons ainsi traversé le Tigre. Ahuramazdā m’apporta son soutien. C’est grâce à la protection d’Ahuramazdā que nous avons traversé le Tigre. J’ai défait l’armée de ce Nidintu‑Bēl »51.

  • 52 Dorso 2014, p. 86. Je tiens à remercier Pierre Briant et Rémy Boucharlat pour leur aide dans la re (...)

26Ces animaux sont enfin représentés sur la « frise des Tributaires » de l’apadana de Persépolis (fig. 2)52. Les Arabes en font partie, et l’animal qui les accompagne est un dromadaire.

Fig. 2 – Photographie de la « frise des Tributaires » de l’apadana de Persépolis (K. Mohammadkhani).

Fig. 2 – Photographie de la « frise des Tributaires » de l’apadana de Persépolis (K. Mohammadkhani).

27En conclusion, la documentation épigraphique proche‑orientale permet de mettre en lumière quelques particularités des usages des camélidés au Proche‑Orient au premier millénaire av. J.‑C.

28Comme cela est courant dans les textes mésopotamiens combinant lectures idéogrammatiques et syllabiques, plusieurs mots, en akkadien et en sumérien, sont utilisés pour désigner les chameaux, parmi lesquels gammalu et anše.a.ab.ba (« âne de la mer ») qui agissent comme des termes génériques qualifiant les camélidés. Dans les textes, il semble que l’animal le plus couramment mentionné soit le chameau à une bosse ; lorsqu’il s’agit d’un chameau de Bactriane, les textes n’oublient pas de spécifier que l’animal a deux bosses.

29En Mésopotamie, le chameau est majoritairement attesté dans les archives palatiales et les documents en lien avec le pouvoir royal. Pour l’instant, aucun texte d’ordre privé n’atteste la présence ou l’emploi du chameau par des particuliers. Les inscriptions royales et les archives palatiales néo‑assyriennes contiennent en particulier de précieuses informations quant à cet animal et ses usages, qui restent moins bien connus durant la période néo‑babylonienne, en raison d’un manque de données palatiales (les archives du palais de Babylone n’ont pas encore été éditées).

30Pour l’époque néo‑babylonienne, il est difficile de déterminer si l’animal était seulement réservé à la Couronne. Les documents issus des archives familiales donnent des renseignements qui concernent plutôt des activités liées au commerce local et non des échanges à longue distance, et cette documentation n’indique pas que des chameaux étaient utilisés par des particuliers afin de commercer. En outre, les archives des sanctuaires (Ebabbar de Sippar ou Eanna d’Uruk) ne mentionnent pas plus de chameau.

31Animal aux multiples usages, le chameau semble très prisé des populations du Proche‑Orient, certainement pour ses capacités physiques. Il est utilisé aussi bien dans le commerce à longue distance que dans un contexte militaire, comme bête de somme ou comme monture, notamment par les populations arabes auxquelles il est étroitement lié. Somme toute, les mentions de camélidés dans les sources qui nous sont parvenues restent confinées à la documentation émanant du pouvoir royal, ou en lien avec ce dernier. Néanmoins, on peut tout de même s’interroger sur la présence du chameau à une bosse et du chameau de Bactriane en Assyrie et en Babylonie. On peut ainsi se demander si ce dernier n’aurait pas été plus présent en Assyrie à cause de sa proximité géographique avec le Zagros. Beaucoup d’autres questions méritent par ailleurs d’être soulevées, comme celles relatives aux compétences nécessaires pour élever des camélidés et les faire se reproduire, données complétement absentes des textes étudiés.

  • 53 Voir les annexes dans Fales 1996.

32Enfin, les documents d’époque néo‑assyrienne renseignent sur la valeur marchande de l’animal : si les annales d’Aššurbanipal qui donnent le prix d’un sicle, voire d’un demi‑sicle, procèdent très certainement par exagération afin de mettre l’accent sur de possibles années fastes qui s’annoncent pendant le règne du souverain, deux documents de la pratique sous Sargon II évoquent les prix de 100 sicles pour un chameau (SAA 15 182) et d’une mine d’argent (60 sicles) pour deux chamelles (SAA 17 139). D’après une étude globale des prix, ces sommes pourraient équivaloir au prix d’un esclave à la même période, ce qui montre que l’animal reste avant tout un bien précieux en Assyrie et très certainement en Babylonie53.

Bibliographie

Almathen F., Charruau P., Mohandesan E. et al. 2016, « Ancient and modern DNA reveal dynamics of domestication and cross‑continental dispersal of the dromedary », PNAS 113, p. 6707‑6712.

Al‑Zaidi S.‑A. 2017, « Betwixt and between the bactrian camel and the dromedary : The semantic evolution of the lexeme udru during the 11th to 8th centuries BCE », Arabian Epigraphic Notes 3, p. 11‑18.

Baker H.D. 2017, Neo‑Assyrian specialist. Crafts, offices, and other professional designations, PNA 4/1, Helsinki.

Beaulieu P.‑A. 1989, The reign of Nabonidus King of Babylon 556‑539 BC., Yale Near Eastern Researches 10, New Haven.

Bulliet R.W. 1975, The camel and the wheel, Cambridge (MA).

De Zorzi N. 2011, « The omen series šumma izbu : Internal structure and hermeneutic strategies », Kaskal 8, p. 43‑75.

De Zorzi N. 2014, Le serie teratomantica šumma izbu. Testo, tradizione, orizzonti culturali, HANE/M 15/1 et 15/2, Padoue.

Dorso L. 2014, L’Arabie dans le contexte mésopotamien (Ier millénaire avant Jésus‑Christ), Mémoire de Master 2, Université Paris 1 Panthéon‑Sorbonne (inédit).

Eph’al I. 1982, The Ancient Arabs : Nomads on the borders of the Fertile Crescent 9th‑5th centuries BC, Leyde‑Jérusalem.

Fales F.M. 1996, « Prices in neo‑assyrian sources », SAAB 10/1, p. 11‑55.

Graslin‑Thomé L. 2009, Les échanges à longue‑distance en Mésopotamie au Ier millénaire, OM 5, Paris.

Graslin‑Thomé L. 2016, « New institutional economics and ancient camel drivers : in which way modern economical concepts can help to understand the changes in long distance trade in the first millennium BC in Mesopotamia », in. K. Droß‑Krüpe, S. Föllinger, K. Ruffing (éd.), Antike Wirtschaft und ihre kulturelle Prägung. The cultural shaping of the ancient economy, PHILIPPIKA 98, Wiesbaden, p. 47‑62.

Grayson A.K. 1991, Assyrian rulers of the early first millennium BC I (1114‑859 BC), RIMA 2, Toronto‑Buffalo‑Londres.

Grayson A.K. 1996, Assyrian rulers of the early first millennium BC II (858‑745 BC), RIMA 3, Toronto‑Buffalo‑Londres.

Heide M. 2011, « The domestication of the camel », Ugarit‑Forschungen 42, p. 331‑384.

Hesse B. 1995, « Animal husbandry and human diet in the Ancient Near East » in. J.M. Sasson (éd.), Civilizations of the Ancient Near East, vol. I et II, New York, p. 203‑222.

Jasmin M. 2005, « Les conditions d’émergence de la route de l’encens à la fin du IIe millénaire avant notre ère », Syria 82, p. 49‑62.

Kleber K. 2008, Tempel und Palast. Die Beziehungen zwischen dem König und dem Eanna‑Tempel im spätbabylonischen Uruk, AOAT 358, Münster.

Lambert W.G. 1972, « Nabonidus in Arabia », PSAS 2, p. 53‑64.

Lambert W.G. 2013, Babylonian creation myths, MC 16, Winona Lake.

Landsberger B. 1934, Die Fauna des alten Mesopotamien nach der 14. Tafel der Serie ḫar‑ra = ḫubullu, Leipzig.

Lecoq P. 1997, Les inscriptions de la Perse achéménide, Paris.

Leichty E. 2011, The royal inscriptions of Esarhaddon, King of Assyria (680‑669 BC), RINAP 4, Winona Lake.

Lie A.G. 1929, The inscriptions of Sargon II, King of Assyria. Part I The annals, Paris.

Militarev A., Kogan L. 2005, Semitic etymological dictionary. Vol. II Animal names, AOAT 278/2, Münster.

Mitchell T.C. 2000, « Camels in the Assyrian bas‑reliefs », Iraq 62, p. 187‑194.

Parian P.A. 2017, « A new edition of the elamite version of the Behistun inscription (I) », CDLB 2017/3.

Pedersén O. 2005, Archive und Bibliotheken in Babylon : die Tontafeln der Grabung Robert Koldewey, 1899‑1917, ADOG 25, Berlin.

Potts D.T. 2005, « Bactrian camels and bactrian‑dromedary hybrids », The Silk Road 3/1, p. 49‑58.

Quack J.F. 2011, « Zum Datum der persischen Eroberung Ägyptens unter Kambyses », JEH 4, p. 228‑246.

Salonen A. 1956, Hippologica Accadica, Helsinki.

Schmitt R. 1991, Corpus Inscriptionum Iranicarum. Part I Inscriptions of Ancient Iran. Vol. I The Old Persian inscriptions Texts I The Bisitun inscriptions of Darius the Great Old Persian text, Londres.

Streck M. 1916, Assurbanipal und die letzten assyrischen Könige bis zum Untergange Niniveh’s, VAB 7/1‑3, Leipzig.

Tadmor H., Yamada S. 2011, The royal inscriptions of Tiglath‑pileser III (744‑727 BC) and Shalmaneser V (726‑722 BC), Kings of Assyria, RINAP 1, Winona Lake.

von Voigtlander E. 1978, The Bisitun inscription of Darius the Great (Babylonian version), Londres.

Weidner E.F. 1939, « Jojachin, König von Juda, in babylonischen Keilschrifttexten », Mélanges syriens offerts à monsieur René Dussaud, vol. II, Paris, p. 923‑935.

Notes

1 Je remercie vivement Baptiste Fiette pour ses patientes relectures, et Louise Dorso pour m’avoir permis de consulter et d’utiliser son mémoire de Master 2 afin d’enrichir cet article. Les abréviations utilisées dans cette étude suivent la liste établie par le Cuneiform Digital Library Initiative (CDLI, consulter http://cdli.ox.ac.uk/wiki/abbreviations_for_assyriology).

2 À propos des deux animaux, voir la note de synthèse de Potts 2005.

3 Salonen 1956, p. 84‑90.

4 Militarev, Kogan 2005, p. 116‑118.

5 Militarev, Kogan 2005, p. 4‑5 ; Heide 2011, p. 346, n. 26.

6 CAD I, p. 2.

7 Voir par exemple SAA 6 241.

8 Au sujet de l’évolution du terme udru, voir Al‑Zaidi 2017. L’auteur propose de dater l’utilisation du terme udru pour désigner les chameaux de Bactriane du viiie s. av. J.‑C. Auparavant, entre les xie et ixe s., udru aurait servi de terme générique pour évoquer aussi bien les chameaux à une bosse que les chameaux de Bactriane, comme en attestent d’ailleurs les annales de Salmanazar III, qui évoquent des « chamelles à deux bosses » (Grayson 1996, p. 15, l. 28 : 2 ud!‑ra‑a‑te ša 2 gungulīpī amhur).

9 CAD U, p. 22.

10 Militarev, Kogan 2005, p. 212‑213 ; Heide 2011, p. 366, n. 95.

11 Salonen 1956, p. 89 ; Militarev, Kogan 2005, p. 78‑80.

12 Weidner 1939 propose l’édition de quatre documents provenant du Palais Sud de Babylone et mentionnant, entre autres, le roi de Juda, Jojakin. Voir Pedersén 2005 pour un catalogue raisonné des tablettes découvertes sur le site de Babylone, lors des fouilles allemandes menées par R. Koldewey.

13 Mitchell 2000.

14 Bulliet 1975.

15 Hesse 1995, p. 217.

16 Jasmin 2005, p. 54‑55.

17 Sur la domestication, voir l’article de synthèse d’Almathen et al. 2016.

18 CAD I, p. 2b.

19 Landsberger 1934, p. 6‑7, l. 55 : am.si.kur.ra = i‑bi‑lu.

20 Les attributions de cette fonction cultuelle ne sont pas clairement identifiées pour l’époque néo‑assyrienne (Baker 2017, p. 236).

21 Lambert 2013, p. 246.

22 Voir De Zorzi 2014, p. 814 (verso l. 9’) : be munus.anše anše.a.ab.ba ù.tu ˹x˺ […].

23 De Zorzi 2011, p. 44.

24 À propos des Arabes, voir la synthèse d’Eph’al 1982.

25 Dorso 2014, p. 54.

26 Voir par exemple Grayson 1996, p. 18 (col. ii, l. 21‑24).

27 Voir à ce sujet Graslin‑Thomé 2009 et 2016, notamment p. 50.

28 Grayson 1991, p. 175, l. 78 (30 ud‑ra‑te).

29 Grayson 1991, p. 200 (col. i, l. 97 : ud‑ra‑a‑te).

30 Tadmor, Yamada 2011, p. 78, l. 12 (anše.a.ab.ba.meš munus.anše a‑na‑qa‑a‑te a‑di anše ba‑ak‑ka‑ri‑ši‑na).

31 Tadmor, Yamada 2011, p. 106, l. 20’ (30 lim anše.a.ab.ba.meš).

32 Mitchell 2000, p. 191.

33 Lie 1929, p. 23 et Dorso 2014, p. 40.

34 Mitchell 2000, p. 191‑192.

35 Dorso 2014, p. 14 et 47.

36 Leichty 2011, p. 19 (col. iv, l. 17 : 65 anše gam‑mal.meš).

37 Leichty 2011, p. 19 (col. iv, l. 21 : 50 anše gam‑mal.meš).

38 Streck 1916, p. 75‑76.

39 Fales 1996, p. 30.

40 Mitchell 2000, p. 190.

41 Leichty 2011, p. 87‑88, r. 1‑2.

42 Grayson 1996, p. 23 (col. ii, l. 94).

43 Mitchell 2000, p. 191.

44 Beaulieu 1989, p. 180‑183.

45 Lambert 1972.

46 Pour la traduction de YOS 6 134, voir Beaulieu 1989, p. 154.

47 Kleber 2008, p. 304.

48 Beaulieu 1989, p. 153.

49 Quack 2011.

50 Hérodote III, 9.

51 Voir les traductions de von Voigtlander 1978 et Lecoq 1997 (Behistun, l. 33‑36). Pour la version élamite, voir très récemment Parian 2017 (p. 6, § 17 : mention d’anše.a.ab.ba.meš). Pour la version vieux‑perse, voir Schmitt 1991 (p. 55, col. i, l. 83‑90 : mention d’ušābarim).

52 Dorso 2014, p. 86. Je tiens à remercier Pierre Briant et Rémy Boucharlat pour leur aide dans la recherche de cette photographie de la « frise des Tributaires ».

53 Voir les annexes dans Fales 1996.

Table des illustrations

Titre Tabl. 1 (1/4) – Les dromadaires (Camelus dromedarius) dans les documents de la pratique néo‑assyriens (de SAA 1 à SAA 20).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8547/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 439k
Titre Tabl. 1 (2/4)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8547/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Tabl. 1 (3/4)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8547/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Titre Tabl. 1 (4/4)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8547/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 1 – Orthostate du palais de Kalhu, l’actuelle Nimrud, montrant une femme prisonnière (la reine arabe Samsi ?) conduisant un groupe de quatre dromadaires, BM 118901 (British Museum, Creative Commons).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8547/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 846k
Titre Fig. 2 – Photographie de la « frise des Tributaires » de l’apadana de Persépolis (K. Mohammadkhani).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8547/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 466k

Auteur

Membre associée, ArScAn (UMR 7041), Nanterre

Acheter

Volume papier

LCDPU
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search