Version classiqueVersion mobile

Les vaisseaux du désert et des steppes

 | 
Damien Agut-Labordère
, 
Bérangère Redon

Note sur les chameaux bactriens attestés à Sumer

Bertrand Lafont

Texte intégral

1En guise de pièce à verser au dossier de la présence et de l’usage du Camelus bactrianus dans la haute Antiquité orientale, cette courte note souhaite simplement attirer l’attention sur une proposition faite, il y a quelques années, par un collègue assyriologue qui a repéré la présence inattendue de cet animal en Irak du sud à la fin du IIIe millénaire avant notre ère.

  • 1 Voir notamment, jusqu’à cette date de 2009, Heimpel 1980 et Potts 2004.
  • 2 Steinkeller 2009.

2Rappelons que, en Mésopotamie, ce millénaire d’histoire a connu, dans son dernier tiers, deux tentatives inédites de poussées expansionnistes : avec l’empire d’Akkad vers 2350 av. J.‑C. d’une part, puis avec l’empire d’Ur (dit Ur III) vers 2100 d’autre part, ce qui a occasionné la production d’une documentation textuelle apportant, pour la première fois, des informations sur des territoires situés hors de Mésopotamie, notamment en direction de l’est (plateau iranien et au‑delà). Jusqu’en 2009 cependant, ni l’archéologie ni les textes disponibles ne donnaient de quelconque information sur l’éventuelle existence de chameaux en Mésopotamie à si haute époque1. Cette année‑là, la publication d’un article intitulé « Camels in Ur III Babylonia »2 a changé la donne. Le présent exposé n’a pas d’autre ambition que d’attirer à nouveau l’attention sur cette découverte.

Une tablette administrative mentionnant de mystérieux animaux

  • 3 Tablette publiée par M. Hilgert (Hilgert 2008), OIP 115, 171 [P123310], datée du 13/10/Šulgi 44. R (...)

3L’article en question propose une nouvelle édition d’une petite tablette administrative, en soi très banale, conservée à l’Oriental Institute de Chicago et objet d’une première publication l’année précédente3. Voici une traduction de ce texte en sumérien, issu des archives du site de Drehem, l’ancienne Puzriš‑Dagan au cœur du pays de Sumer, où les rois d’Ur avaient mis en place et administraient, au milieu du xxie s. av. J.‑C., un grand parc à bestiaux :

  • 8 animaux‑gugur mâles, 1 animal‑gugur âgé de 3 ans, 1 animal‑gugur âgé de 2 ans, 1 animal‑gugur âgé de 1 an, 3 animaux‑gugur femelles : livraison ancienne de Šu‑Adad ;
  • 9 animaux‑gugur mâles, 4 animaux‑gugur femelles : (apportés par) Iabrad de Šimaški ;
  • 2 animaux‑gugur mâles : (apportés par) Hundahišer l’homme d’Anšan.

4Apports du mois 10, année Šulgi 44, le 13e jour.

  • 4 Tablette RA 63, 10 [P127971] : ce récapitulatif daté de Šulgi 44 à 48 comptabilise 29 chameaux (sa (...)

5Les animaux enregistrés, notés gu2‑gur5 en cunéiforme sumérien et non traduits à l’origine, demeuraient d’autant plus mystérieux qu’ils n’apparaissent, en tout et pour tout, que dans quatre textes des archives de Drehem (dont celui‑ci), tous rédigés dans un laps de temps de quelques années seulement4.

Un unique et exceptionnel troupeau d’une trentaine de chameaux

  • 5 Steinkeller 2009, p. 416. On notera avec intérêt que ce chamelier porte un nom akkadien et non pas (...)

6Pour proposer que les gugur soient des chameaux de Bactriane, P. Steinkeller a avancé les arguments suivants : l’identité de ceux qui ont apporté les animaux pointe clairement en direction de l’Iran. En premier lieu Iabrad de Šimaški, à identifier au personnage bien connu de l’époque des rois d’Ur, nommé Ebarat et souverain de la dynastie élamite dite de Šimaški. C’est lui qui a donné son nom à la grande dynastie des Épartides qui allait dominer l’Élam jusqu’au début du IIe millénaire. Et en second lieu Hundahišer, souverain d’Anšan, capitale élamite située dans la région du Fārs, encore plus à l’est en Iran. Quant au dénommé Šu‑Adad, il est connu par d’autres textes comme étant un « berger » (sumérien sipa), spécialisé dans la garde des gu2‑gur5, soit sans doute un chamelier. Il est par ailleurs connu comme étant, lui aussi, en contact avec les souverains iraniens de Šimaški5. Un autre argument en faveur de l’équation « gu2‑gur5 = chameau » repose sur le deuxième texte comptable de Drehem/Puzriš‑Dagan relatif à ces animaux, qui montre qu’ils étaient rassemblés, gardés et nourris avec des bœufs (gu4), des cerfs (lulim), des daims (šeg9‑bar) et divers équidés, soit des animaux appartenant tous à la catégorie des grands mammifères herbivores.

7Notre document enregistre au total une trentaine de bêtes : 19 mâles, 7 femelles et 3 petits, âgés de 1 à 3 ans. Cela cadre bien avec ce que l’on sait du chameau bactrien qui arrive à maturité sexuelle à 4 ans environ. Mais il faut insister sur le caractère exceptionnel de ces attestations de gu2‑gur5 : les deux seules tablettes qui les mentionnent ont été rédigées dans un laps de temps de moins de quatre années et il est très vraisemblable qu’elles concernent le même et unique groupe d’une trentaine d’animaux. La mention d’un chamelier (sipa gu2‑gur5) dans deux autres textes leur est à peu près contemporaine.

  • 6 Steinkeller 2015, p. 156‑158 et 165‑166 ; Sharlach 2017, p. 37‑45 ; Lafont, Lecompte à paraître.
  • 7 Voir Lion 1992.

8Le parc à bestiaux de Puzriš‑Dagan d’où proviennent ces textes se trouvait à proximité de la ville de Nippur et du lieu de résidence habituelle des rois d’Ur6. Or la prédilection de ces derniers pour les parcs zoologiques est bien connue7. Ils y faisaient rassembler diverses sortes d’animaux exotiques : lions, léopards, ours, sangliers, gazelles, singes, etc., qui recevaient des rations de nourriture (d’où leur mention dans les textes administratifs) et participaient aux fêtes en présence du roi. C’est sans doute là que fut gardée notre trentaine de chameaux.

  • 8 kanāšu, « to bend down », CAD K, p. 144.
  • 9 À ce sujet, voir dans ce volume l’article de L. Cousin. Un autre terme sumérien tardif pour nommer (...)

9P. Steinkeller a ajouté des considérations étymologiques pour légitimer le sens de « chameau » pour gu2‑gur5. Il suggère un possible rapprochement de ce mot avec le verbe sumérien gu2‑gur2 (akkadien kanāšu) qui signifie « baraquer »8 : ce serait alors le signe d’une dénomination de cet animal effectuée par les Sumériens eux‑mêmes. Mais ce mot pourrait tout aussi bien être un mot étranger (élamite ?) importé d’Iran, du type *ku(r)kur : l’animal serait alors arrivé en Mésopotamie avec son nom. Quoi qu’il en soit, il n’y a aucune connexion possible entre ce terme et le mot habituel connu mille ans plus tard pour désigner le chameau en sumérien ou en akkadien9.

Des chameaux d’Asie centrale à Sumer : pourquoi et comment ?

  • 10 Michalowski 2011, p. 98‑99 ; Steinkeller 2016.

10Pour expliquer cette soudaine et très fugitive présence de chameaux dans le pays de Sumer à la fin du IIIe millénaire, il faut d’abord rappeler la place importante occupée par l’Iran à l’horizon oriental des deux empires mésopotamiens d’Akkad et d’Ur III. Le plateau iranien, et au‑delà les pays encore plus à l’est, étaient sources de minerais (cuivre, étain), de pierres à bâtir, de pierres et métaux précieux (or, argent), etc., ce dont a toujours cruellement manqué le sud de l’Irak. L’étain notamment, si important en cet âge du Bronze, était alors importé depuis les lointaines régions d’Afghanistan, tout comme le lapis‑lazuli qui était alors particulièrement recherché par les élites urbaines. La plupart des guerres, des conquêtes, des alliances qu’ont engagées les souverains de ces deux empires ont visé à préserver et accroître les liens avec les régions du plateau iranien, pour pouvoir contrôler, dans cette direction, les routes commerciales ou leur libre accès10.

  • 11 Butterlin 2003.
  • 12 Voir Pinnock 1988 et 2006 ; et Archi 2017 (notamment p. 36‑39) à propos des grosses quantités de l (...)

11Tout cela n’était cependant pas nouveau : dès l’époque d’Uruk archaïque, on le sait, les échanges à longue distance s’étaient beaucoup développés en Mésopotamie, notamment en direction de l’est, et c’est même ce qui constitue une caractéristique de cette période11. D’autre part, avant même l’instauration des empires d’Akkad et d’Ur III, la documentation trouvée à Ébla, en Syrie occidentale, a montré l’importance du trafic qui s’était établi de la Méditerranée à l’Asie centrale au milieu du IIIe millénaire12. Les échanges traversaient d’ouest en est la Syrie et l’Irak et devaient emprunter ensuite, à travers l’Iran, la « Grande Route du Khorassan » (future « Route de la soie ») qui traverse le pays pour atteindre les régions d’Asie centrale. Mais rien ne laisse entrevoir comment circulaient les marchandises et quelles bêtes, bâtées ou attelées, étaient utilisées dans ces échanges.

  • 13 Frayne 1993, p. 28.

12Il est alors à noter que, à l’époque de l’empire d’Akkad (vers 2350 av. J.‑C.), ces routes commerciales à l’est de la Mésopotamie se sont quelque peu réorientées et sont devenues majoritairement maritimes, empruntant de plus en plus souvent le couloir de navigation constitué par le golfe Persique. On s’appuie souvent, pour illustrer cette situation nouvelle, sur l’inscription royale bien connue de Sargon d’Akkad13 où celui‑ci affirme qu’« il a amarré les navires de Meluhha, Magan et Tilmun au quai d’Agadé », ces trois toponymes représentant les régions maritimes du delta de l’Indus, de la péninsule d’Oman et de Bahreïn.

13À partir de l’époque d’Ur III au contraire (et c’est l’époque de notre tablette), ces routes entre la Mésopotamie et le Far East ont à nouveau emprunté la voie terrestre traversant la chaîne du Zagros pour pénétrer en Iran et au‑delà, et de multiples témoignages montrent que les rois d’Ur ont redoublé d’efforts pour les développer.

  • 14 Arbuckle 2012, p. 214. Voir R. Berthon, M. Mashkour, P. Burger, C. Çakırlar dans ce volume.

14Rien ne nous informe cependant sur le rôle éventuel du Camelus bactrianus dans tous ces échanges. On sait seulement que, à ces époques‑là, après sa domestication originelle en Asie centrale, cet animal était présent sur le plateau iranien14. Et même si l’on peut supposer qu’il a joué un rôle dès ces périodes anciennes dans le commerce à longue distance entre est et ouest (au moins pour la partie située en Iran), on ne dispose guère de preuve réelle de ce fait, en tout cas pas de nature épigraphique.

Grand commerce, animaux exotiques et cadeaux diplomatiques

  • 15 Kohl, Lyonnet 2008 ; Francfort 2009 et Francfort, Tremblay 2010 ; Michalowski 2011, p. 98‑99 ; Ste (...)

15La présence de cette trentaine de chameaux dans la basse plaine mésopotamienne vers 2050 av. J.‑C. apparaît donc comme exceptionnelle. Comment l’expliquer ? Pour répondre à cette question, il faut revenir aux lieux d’origine des personnages mentionnés dans ce texte, à savoir ceux qui ont apporté les chameaux : les rois élamites d’Anšan et de Šimaški. Ces deux potentats étaient à la tête d’un vaste ensemble régional confédéré au sud‑ouest de l’Iran et sur le flanc oriental de Sumer et d’Akkad, qui fut particulièrement puissant à cette époque (fig. 1). L’importance du rôle qu’ils ont alors joué ne fut sans doute pas étrangère à leur situation d’intermédiaire entre la Mésopotamie et l’Indus, à un moment qui fut précisément celui où s’est développée et a prospéré, en Asie centrale, la civilisation de l’Oxus (« Bactria Margiana Archaeological Complex », 2300‑1800 av. J.‑C.)15.

Fig. 1 – L’empire d’Ur III (M. Sauvage/Programme ARCANE/B. Lafont).

Fig. 1 – L’empire d’Ur III (M. Sauvage/Programme ARCANE/B. Lafont).

16Cette période du dernier tiers du IIIe millénaire a été l’une de celles où les liens unissant les différents ensembles politico‑culturels compris entre la vallée du Tigre et de l’Euphrate et celle de l’Indus ont été particulièrement forts (ils ne redeviendront aussi importants que bien plus tard, à partir de l’époque perse achéménide), marqués par toutes sortes d’échanges culturels et commerciaux. Dans cette perspective, le chameau bactrien a sans doute pu jouer un rôle important.

17Cependant, les relations des Élamites d’Anšan et de Šimaški avec les rois d’Ur ont connu bien des soubresauts. Elles furent parfois hostiles, parfois plus amicales, mais il faut certainement comprendre ici que ces chameaux dont il est question furent en réalité des cadeaux diplomatiques offerts par les souverains de ces deux villes au roi d’Ur, Šulgi, à un moment où leurs relations étaient bonnes avec lui. Ils ont été apportés jusqu’à Puzriš‑Dagan au cœur du royaume d’Ur, confiés au chamelier Šu‑Adad qui savait comment s’en occuper.

18Ainsi, la présence singulière de ces chameaux au cœur du pays de Sumer au temps des rois d’Ur n’a rien à voir avec l’usage probable de ces bêtes plus à l’est, dans le cadre du grand commerce. S’ils avaient communément servi de moyen de transport régulier entre l’Iran et le pays de Sumer, il est certain que leur mention aurait été bien plus fréquente dans les textes si abondants de cette époque. Et à supposer qu’ils soient arrivés chargés de marchandises, c’est donc surtout pour la valeur que leur conférait leur caractère exotique qu’ils ont été offerts comme présents au roi Šulgi.

19On ne sait comment ils sont parvenus à franchir les difficiles passes du Zagros. Mais une fois à Sumer, ils ont dû faire forte impression dans les rues de Puzriš‑Dagan, de Nippur ou de Tummal, avant de mourir au bout de quelques années car ils étaient en réalité inadaptables dans cette région : ces animaux peuvent résister aux fortes températures mais ne supportent pas la chaleur constante, et ils n’ont donc sans doute pas pu survivre bien longtemps, étant donné les longues périodes de très haute température du sud de l’Irak.

20Il faut donc insister sur le caractère tout à fait exceptionnel de cette mention des chameaux gugur dans la documentation sumérienne, sur un laps de temps très bref et dans un contexte n’ayant rien à voir avec leur rôle de « vaisseau du désert et des steppes ». Le chameau bactrien ne réapparaîtra qu’au Ier millénaire av. J.‑C., comme l’illustre le fameux obélisque noir de Tiglath‑Phalazar III (745‑727 av. J.‑C.).

Bibliographie

Arbuckle B. 2012, « Animals in the Ancient World », in D. T. Potts (éd.), A companion to the archaeology of the Ancient Near East (Blackwell Companions to the Ancient World), Oxford, p. 201‑219.

Archi A. 2017, « Lapis lazuli and shells from Mari to Ebla », in Ç. Maner, M.T. Horowitz, A.S. Gilbert (éd.), Overturning certainties in Near Eastern archaeology : a Festschrift in honor of K. Aslıhan Yener, SHANE 90, Leyde, p. 34‑45.

Butterlin P. 2003, Les temps proto‑urbains de Mésopotamie, Paris.

Francfort H.‑P. 2009, « L’âge du Bronze en Asie centrale. La civilisation de l’Oxus », Anthropology of the Middle East 4, p. 91‑111.

Francfort H.‑P., Tremblay X. 2010, « Marhaši et la civilisation de l’Oxus », Iranica Antiqua xlv, p. 51‑224.

Frayne D.R. 1993, Sargonic and Gutian periods, RIME 2.1.1.11, Toronto, p. 28.

Heimpel W. 1980, Reallexikon der Assyriologie V, s.v. « Kamel », Berlin, p. 330‑332.

Hilgert M. 2008, Cuneiform texts from the Ur III period in the Oriental Institute, vol. 1, OIP 115, Chicago.

Kohl P., Lyonnet B. 2008, « By Land and by sea : The circulation of materials and peoples, ca 3500‑1800 BC », in E. Olijdam, R.H. Spoor (éd.), Intercultural relations between South and Southwest Asia : Studies in commemoration of E. C. L. During Caspers (1934‑1996), BAR International Series 1826, Oxford, p. 29‑42.

Lafont B., Lecompte C. à paraître, « À propos des “palais” (e2‑gal) sumériens », in F. Rougemont (éd.), Palais, archives et territoires en Orient et en Egée. Actes de la table ronde (Nanterre, 17 novembre 2015).

Lion B. 1992, « La circulation des animaux exotiques au Proche‑Orient antique », in D. Charpin, F. Joannès (éd.), La circulation des biens, des personnes et des idées dans le Proche‑Orient ancien. Actes de la 38e Rencontre assyriologique internationale (Paris, 8‑10 juillet 1991), Paris, p. 357‑366.

Michalowski P. 2011, The correspondence of the Kings of Ur, MC 15, Winona Lake.

Pinnock F. 1988, « Observations on the trade of lapis lazuli in the 3rd millennium BC », in H. Waetzoldt, H. Hauptmann (éd.), Wirtschaft und Gesellschaft von Ebla, HSAO 2, Heidelberg, p. 107‑110.

Pinnock F. 2006, « The raw lapis lazuli in the Royal Palace G of Ebla », in M. E. Alberti, E. Ascalone, L. Peyronel (éd.), Weights in context, Studi e Materiali 13, Rome, p. 347‑357.

Potts D. T. 2004, « Camel hybridization and the role of Camelus bactrianus in the Ancient Near East », JESHO 47, p. 143‑165.

Sharlach T. 2017, An ox of one’s own. Royal wives and religion at the Court of the Third Dynasty of Ur, SANER 18, Berlin‑Boston.

Steinkeller P. 2009, « Camels in Ur III Babylonia ? », in J.S. Schloen (éd.), Exploring the longue durée. Essays in honor of Lawrence E. Stager, Winona Lake, p. 415‑419.

Steinkeller P. 2015, « The employment of labor on national building projects in the Ur III period », in P. Steinkeller, M. Hudson (éd.), Labor in the Ancient World. A colloquium held at Hirschbach (Saxony), April 2005, Dresde, p. 137‑236.

Steinkeller P. 2016, « The role of Iran in the inter‑regional exchange of metals : tin, copper, silver and gold in the second half of the third millennium BC », in K. Maekawa (éd.), Ancient Iran new perspectives from archaeology and cuneiform studies, ATSNM 2, Téhéran‑Kyoto, p. 127‑143.

Notes

1 Voir notamment, jusqu’à cette date de 2009, Heimpel 1980 et Potts 2004.

2 Steinkeller 2009.

3 Tablette publiée par M. Hilgert (Hilgert 2008), OIP 115, 171 [P123310], datée du 13/10/Šulgi 44. Rappelons que ces petits textes comptables d’Ur III sont datés au jour près (jour/mois/année) par l’administration. Dans le présent article, les références entre crochets renvoient aux numéros d’identification des tablettes dans le conservatoire numérique de la documentation cunéiforme (CDLI, <cdli.ucla.edu>).

4 Tablette RA 63, 10 [P127971] : ce récapitulatif daté de Šulgi 44 à 48 comptabilise 29 chameaux (sans doute les mêmes que ceux du texte précédent). Les tablettes DoCu 274 [P109240] (‑/1/Šulgi 46) et PDT 1, 594 [P126010] (4/3/Amar‑Suen 1) mentionnent, quant à elles, un certain Šu‑Adad décrit comme sipa gu2‑gur5 (voir ci‑après).

5 Steinkeller 2009, p. 416. On notera avec intérêt que ce chamelier porte un nom akkadien et non pas élamite ; il s’agit donc d’un Mésopotamien qui a appris à s’occuper (et a sans doute fait des tentatives d’acclimatation) de ces animaux rares.

6 Steinkeller 2015, p. 156‑158 et 165‑166 ; Sharlach 2017, p. 37‑45 ; Lafont, Lecompte à paraître.

7 Voir Lion 1992.

8 kanāšu, « to bend down », CAD K, p. 144.

9 À ce sujet, voir dans ce volume l’article de L. Cousin. Un autre terme sumérien tardif pour nommer le chameau de Bactriane est am‑si‑har‑ra‑an (voir PSD A III, p. 188).

10 Michalowski 2011, p. 98‑99 ; Steinkeller 2016.

11 Butterlin 2003.

12 Voir Pinnock 1988 et 2006 ; et Archi 2017 (notamment p. 36‑39) à propos des grosses quantités de lapis‑lazuli découvertes dans le palais G d’Ébla.

13 Frayne 1993, p. 28.

14 Arbuckle 2012, p. 214. Voir R. Berthon, M. Mashkour, P. Burger, C. Çakırlar dans ce volume.

15 Kohl, Lyonnet 2008 ; Francfort 2009 et Francfort, Tremblay 2010 ; Michalowski 2011, p. 98‑99 ; Steinkeller 2016.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – L’empire d’Ur III (M. Sauvage/Programme ARCANE/B. Lafont).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8542/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 734k

Acheter

Volume papier

LCDPUleslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search