Version classiqueVersion mobile

Les vaisseaux du désert et des steppes

 | 
Damien Agut-Labordère
, 
Bérangère Redon

Le nom du chameau dans les langues iraniennes anciennes

Céline Redard

Texte intégral

  • 1 Une seule attestation en DB1.86 dans le composé adjectival ušabāri‑ « monté sur un chameau, à dos (...)
  • 2 Pour de plus amples informations à propos du nom du chameau dans les dialectes iraniens, voir Reda (...)
  • 3 Par textes les plus anciens, nous entendons, du côté indien, le corpus védique et, du côté iranien (...)
  • 4 Debrunner 1954, p. 701‑707.
  • 5 Voir par exemple Pokorny 1959, p. 1171‑1172 ; MacKenzie 1990, p. 730 ; à noter que Mayrhofer a for (...)
  • 6 Il montre son désaccord avec l’étymologie proposée : « I find no necessity for… Avestan uštrō “cam (...)

1Le mot employé pour désigner le chameau dans les langues indo‑iraniennes est *uštra : véd. úṣṭra‑, av. uštra‑, vp. uša°1, mp. uštar‑, pers. šotor / oštor2. Le terme est attesté dès les textes les plus anciens (1000‑500 av. J.‑C.)3 jusqu’à la période moderne. Autant le sens donné ne fait aucune difficulté, autant la racine sous‑jacente pour sa formation ne fait pas l’unanimité. Uštra est un substantif formé au moyen du suffixe ‑tra, utilisé normalement pour des substantifs neutres désignant la plupart du temps un outil ou un lieu. Première constatation, uštra fait partie des exceptions en étant un masculin désignant un animal4. Quant à la racine verbale, apparaissant au degré zéro dans uštra, il n’y a pas consensus à son propos. La racine la plus couramment donnée est ie. *u̯es‑ « être mouillé, être humide »5. L’une des difficultés réside dans la relation entre la racine et le nom du chameau, qui nécessite une petite acrobatie sémantique puisque l’on passe par la virilité du chameau en faisant référence à son sperme pour expliquer le rapprochement. Remarquons que cette étymologie a été rejetée, par exemple par Hamp (1969, p. 159)6, ou encore par Schwartz (1982, p. 194), qui propose la racine *waź‑ « enfler, gonfler ; être rempli de subsistance » par référence à la bosse du chameau. Force est de constater que l’étymologie n’est pas encore assurée, et que de ce fait, nous ne pouvons pas davantage exclure qu’il s’agisse d’un emprunt.

  • 7 L’Avesta est un corpus de textes rituels zoroastriens composé avant l’époque achéménide (vie s. av (...)
  • 8 Y44.18 ; Yt8.24 ; Yt9.30 ; Yt14.11‑12 ; Yt14.39 ; Yt17.13 ; Yt19.68 ; V7.42 ; V9.37 ; V14.11 ; V22 (...)
  • 9 L’ajout des termes uxšan‑ et aršan‑ « mâle » d’un côté et de daēnu‑ « femelle » de l’autre permet (...)

2L’Avesta7 contient quinze attestations de chameau8, dont la majeure partie ne fait que citer l’animal. Il ne nous semble pas inintéressant de relever deux passages, à savoir le V7.42 et le V9.37 où l’on voit apparaître une hiérarchie des animaux. Dans ces deux passages, on donne le prix à payer d’une part pour soigner la femme d’un chef (°paitināirikā‑), d’autre part pour purifier un chef (paiti‑). Ce prix correspond à un animal, et l’on peut ainsi constater que le chameau est tout en haut de la pyramide9 :

V9.37 : prix à payer pour purifier un chef
chef de maison (nmānō.paiti‑) vache pleine (gauaziiā‑)
chef de clan (vīspaiti‑) taureau (gauuxšan‑)
chef de tribu (zatu.paiti‑) cheval (aspaaršan‑)
chef de nation (daŋ́hu.paiti‑) chameau (uštraaršan‑)

 

V7.42 : prix à payer pour soigner l’épouse d’un chef
ânesse (kaθβādaēnu‑) femme du chef de maison
vache (gaudaēnu‑) femme du chef de clan
jument (aspadaēnu‑) femme du chef de tribu
chamelle (uštradaēnu‑) femme du chef de nation
  • 10 Sur les difficultés de ce passage et le chameau en rut, voir Pirart 1999, p. 481‑485.

3Signalons pour terminer le Yašt 14, hymne dédié au dieu Vǝrǝθraɣna (littéralement « celui qui brise l’obstacle ») et narrant, notamment, les dix métamorphoses de ce dernier, exprimant toutes la vigueur offensive : un vent impétueux, un taureau, un cheval blanc, un chameau en rut, un sanglier, un homme de quinze ans, un faucon, un bélier, un bouc féroce et pour finir un héros. La quatrième métamorphose en un chameau en rut (uštravaδairiiu‑), symbole d’une grande force au Yt14.11‑12, contient une longue description : « en se mouvant sous la forme d’un chameau en rut, qui mord, au galop rapide, ruant, aux poils qui servent à vêtir les hommes [?, pour gaēθumaṣ̌iiō.vaŋha‑] ; qui, parmi les mâles émettant leur semence, manifeste la plus grande force et la plus grande fougue ; qui couvre les femelles, car ces femelles sont le mieux protégées quand c’est un chameau en rut qui les protège, avec ses membres forts, ses bosses puissantes, son regard vif [?, pour smaršnō.daēman‑], sa tête intelligente, riche, haut, impétueux »10.

  • 11 Se reporter à Macuch 2009 pour plus d’informations sur le contenu des textes moyen‑perses.
  • 12 Même information donnée au WīZ3.59.

4Les textes moyen‑perses (iveixe s. ap. J.‑C.)11, quant à eux, apportent un peu plus d’informations sur le chameau lui‑même, comme on peut le voir dans ces exemples : le chameau fait partie de la catégorie des quadrupèdes à double sabot ou sabot fendu (Bd13.10, WīZ3.54), deux espèces de chameaux sont répertoriées : « celui de la montagne et celui digne de paître, car l’un est à garder dans la montagne, et l’autre dans la plaine, l’un à une bosse et l’autre à deux bosses » (Bd13.1512, trad. Gignoux‑Tafazzoli 1993, p. 154), la durée de gestation du chameau est de 12 mois (Bd15.8‑9), le chef des chameaux est le chameau à deux bosses avec des poils blancs aux genoux (Bd17.4) ou encore la viande de chameau fait partie des viandes bonnes et excellentes (HKR30). Évidemment, les attestations du terme uštar (écrit soit au moyen de l’araméogramme GMRA, soit phonétiquement ‘wštl) sont plus nombreuses, mais seules les plus pertinentes pour le propos ont été répertoriées ici.

5Le terme du chameau a survécu, d’une manière indirecte, dans le nom même du zoroastrisme, formé sur le nom du prophète Zoroastre. En effet, le terme Zoroastre est une adaptation grecque (due à un rapprochement populaire avec le nom de l’étoile) du terme avestique zaraθuštra‑, litt. « Celui qui possède de vieux chameaux ». Dans l’onomastique avestique, les noms propres formés avec un nom d’animal en second membre sont nombreux. Néanmoins, autant le nom du cheval est fréquent – par exemple dans Vištāspa « Celui dont les cheveux sont désharnachés », Hitāspa « Celui dont les chevaux sont attachés », Kǝrǝsāspa « Celui dont les chevaux sont maigres », Jāmāspa « Celui dont les chevaux sont desséchés », Pourušāspa (à savoir le père de Zaraθuštra) « Celui dont les chevaux sont grisâtres » ou encore Druuāspā « Celle dont les chevaux sont en bonne santé », autant le nom du chameau n’est attesté que dans Zaraθuštra et F(ǝ)rasaōštra (l’un des premiers disciples de Zaraθuštra), « Celui dont les chameaux sont séveux ». Il est bien sûr très délicat d’affirmer que le nom même indique de manière discrète une gradation, mais il n’est pas illégitime de se poser la question au vu des éléments à disposition.

Bibliographie

Debrunner A. 1954, Altindische Grammatik. Die Nominalsuffixe II/2, Göttingen.

Filippone E. 2016, « Goat‑skins, horses and camels : How did Darius’ army cross the Tigris ? », in Redard C. (éd.), Des contrées avestiques à Mahabad, via Bisotun, Études offertes en hommage à Pierre Lecoq, Neuchâtel, p. 25‑60.

Gignoux P., Tafazzoli A. 1993, Anthologie de Zādspram. Édition critique du texte pehlevi traduit et commenté, Paris.

Hamp E.P. 1969, « *u̯es in Indo‑European », Acta Linguistica Hafnensia 12/2, p. 151‑169.

Herzfeld E. 1938, Altpersische Inschriften, Berlin.

Hintze A. 2009, « Avestan Literature », in Emmerick R.E., Macuch M. (éd.), The literature of Pre‑Islamic Iran. Companion Volume I to A History of Persian Literature, Londres‑New York, p. 1‑71.

Lecoq P. 2016, Les livres de l’Avesta. Textes sacrés des Zoroastriens. Textes présentés, traduits et annotés, Paris.

MacKenzie D.N. 1990, Encyclopedia Iranica IV/7, s.v. « Camel‑Etymology », p. 730.

Macuch M. 2009, « Pahlavi Literature », in Emmerick R.E., Macuch M. (éd.), The literature of Pre‑Islamic Iran. Companion Volume I to A History of Persian Literature, Londres‑New York, p. 116‑196.

Mayrhofer M. 1956, Kurzgefasstes etymologisches Wörterbuch des Altindischen I, Heidelberg.

Mayrhofer M. 1986, Etymologisches Wörterbuch des Altindoarischen I, Heidelberg.

Pirart É. 1999, « Les Métamorphoses de Vr̥thragna », Journal Asiatique 287/2, p. 465‑522.

Pokorny J. 1959, Indogermanisches Etymologisches Wörterbuch, vol. I, Berne‑Munich.

Redard G. 1964, « Camelina. Notes de dialectologie iranienne II », Indo‑Iranica. Mélanges présentés à Georg Morgenstierne à l’occasion de son soixante‑dixième anniversaire, Wiesbaden, p. 155‑162.

Schwartz M. 1982, « Blood in Sogdian and Old Iranian », Monumentum Georg Morgenstierne (= Acta Iranica 22), Leyde, p. 189‑196.

Notes

1 Une seule attestation en DB1.86 dans le composé adjectival ušabāri‑ « monté sur un chameau, à dos de chameau », où le second terme remonte à la racine bar‑ « porter » (sur ce passage et son interprétation, voir Filippone 2016, p. 25‑60). Signalons que nous attendrions d’un point de vue phonétique *uštrabari (forme par ailleurs attestée dans l’emprunt akkadien ustarabari dans un document de Nippur, cf. Herzfeld 1938, p. 95) ; à ce propos, voir le résumé fait par Redard 1964, p. 155.

2 Pour de plus amples informations à propos du nom du chameau dans les dialectes iraniens, voir Redard 1964, p. 155‑162.

3 Par textes les plus anciens, nous entendons, du côté indien, le corpus védique et, du côté iranien, les corpus avestique et vieux‑perse. Le corpus vieux‑perse, composé d’inscriptions achéménides, est daté des vieive s. av. J.‑C. (datation assurée par des inscriptions gravées dans la pierre à la même époque). En revanche, la datation des corpus védique et avestique repose uniquement sur des critères linguistiques, qui indiquent qu’ils ont été mis en place entre 1000 et 600 av. J.‑C. (les manuscrits les plus anciens qui nous sont parvenus datent du xiiie s. seulement, à cause, notamment, d’une longue période de transmission orale avant la mise par écrit au iveve s. ap. J.‑C.).

4 Debrunner 1954, p. 701‑707.

5 Voir par exemple Pokorny 1959, p. 1171‑1172 ; MacKenzie 1990, p. 730 ; à noter que Mayrhofer a fortement nuancé son avis entre la première édition de son dictionnaire « zu idg. *wes‑ “feucht sein” » (1956, p. 113) et la seconde édition lorsqu’il écrit « Weiteres bleibt unklar » concernant l’étymologie et indiquant en note « eine beliebte [und belangose] Wurzeletymologie bezieht vor iir. *ust° auf eine Wortsippe für “feucht, nass” » (1986, p. 237‑238).

6 Il montre son désaccord avec l’étymologie proposée : « I find no necessity for… Avestan uštrō “camel, buffalo” to be either “wet”, or even metaphorically so by its fertility » (p. 159), puis réfute l’existence même d’une racine « être mouillé » au profit d’une racine signifiant « to pasture, to herd » (p. 168) mais sans mentionner que uštra‑ serait formé à partir de cette racine.

7 L’Avesta est un corpus de textes rituels zoroastriens composé avant l’époque achéménide (vie s. av. J.‑C.) ou peu après. Quant à la place de composition, on ne peut qu’affirmer que les textes n’ont pas été rédigés dans la région du Fārs et que les indications géographiques dans les textes rendent très vraisemblable une origine dans l’Iran oriental. Pour plus de précision sur le contenu de l’Avesta, voir Hintze 2009, et pour une traduction de l’Avesta précédée d’une longue introduction, voir Lecoq 2016.

8 Y44.18 ; Yt8.24 ; Yt9.30 ; Yt14.11‑12 ; Yt14.39 ; Yt17.13 ; Yt19.68 ; V7.42 ; V9.37 ; V14.11 ; V22.3 ; V22.20 ; Ā3.10 et P32.

9 L’ajout des termes uxšan‑ et aršan‑ « mâle » d’un côté et de daēnu‑ « femelle » de l’autre permet d’exprimer sans ambiguïté possible le sexe de l’animal.

10 Sur les difficultés de ce passage et le chameau en rut, voir Pirart 1999, p. 481‑485.

11 Se reporter à Macuch 2009 pour plus d’informations sur le contenu des textes moyen‑perses.

12 Même information donnée au WīZ3.59.

Auteur

School of Oriental and African Studies, Londres

Acheter

Volume papier

LCDPU
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search