Version classiqueVersion mobile

Les vaisseaux du désert et des steppes

 | 
Damien Agut-Labordère
, 
Bérangère Redon

Les vestiges et les représentations du Camelus bactrianus en Asie centrale entre le IIIe et le Ier millénaire av. J.‑C.

Henri‑Paul Francfort

Texte intégral

1L’Asie centrale est le domaine d’origine du Camelus bactrianus que nous connaissons. Cet animal pesant, majestueux et frugal, y a jadis vécu, et il y vit toujours, à l’état sauvage, mais aussi comme animal domestiqué. Bête de somme et monture, le Camelus bactrianus fait partie du quotidien de la vie des sociétés nomades des steppes depuis des siècles, ainsi que de celui de quelques groupes d’agriculteurs et d’éleveurs, comme ceux de la vallée de la Keriya (région autonome ouïgoure du Xinjiang, République populaire de Chine) dont nous reparlerons plus bas (fig. 1 et 20). Mais qu’en fut‑il par le passé ?

Fig. 1 – Caravane de chameaux de la Mission archéologique franco-chinoise de la Keriya dans le désert du Taklamakan, Xinjiang, RPC (I. Abdurasul, Mission archéologique franco-chinoise du Xinjiang).

Fig. 1 – Caravane de chameaux de la Mission archéologique franco-chinoise de la Keriya dans le désert du Taklamakan, Xinjiang, RPC (I. Abdurasul, Mission archéologique franco-chinoise du Xinjiang).
  • 1 Marco Polo, Devisement du monde ou Livre des merveilles, Manuscrit français 2810, daté de 1410‑141 (...)
  • 2 Voir par exemple, au Musée national des arts asiatiques Guimet : Chameau bâté et son chamelier épo (...)
  • 3 Pirazzoli‑t’Serstevens, Bujard 2017, notamment p. 62‑65, 125‑128, 261‑267.

2Le Camelus bactrianus était connu des Européens depuis le Moyen Âge (nous n’abordons pas ici la question de l’Antiquité), ainsi que le montrent par exemple des enluminures du Livre des merveilles de Marco Polo sur un manuscrit conservé à la Bibliothèque nationale de France1, et même des peintres de la Renaissance, comme sur le célèbre panneau central du triptyque de l’adoration des mages de Mantegna du musée des Offices à Florence, qui date de 1461. À l’autre extrémité du continent, et à date plus ancienne, tout le monde connaît les célébrissimes sculptures en céramique vernissée (et autres représentations) principalement d’époque Tang, de chameaux et de chameliers, caravaniers sur la « Route de la soie »2. Les Chinois ont connu très tôt le chameau domestiqué, par le truchement des peuples de la steppe d’Asie centrale, les Xiongnu notamment avec lesquels ils ont été en relation depuis la période Han3.

3Le propos de la présente note n’est en aucune façon de proposer un panorama complet des images de Camelus bactrianus en Eurasie au cours des âges. Il s’agit de présenter, de manière non exhaustive, une partie de ce corpus d’images, et de montrer que, même s’il a moins fait l’objet d’études précises, le Camelus bactrianus est aussi très nettement, à côté des bovinés et du cheval, un animal de première importance pour les civilisations de l’Eurasie, dans les domaines économique, militaire et symbolique.

  • 4 Trinks et al. 2012. Nous remercions vivement N. Boroffka d’avoir attiré notre attention sur cette (...)

4Les études génétiques (génétique actuelle et paléo‑génétique), tout d’abord, montrent que le Camelus bactrianus domestique n’est pas issu du Camelus ferus actuel, mais d’une autre souche, aujourd’hui disparue4. Toutes les conséquences de cette découverte n’ont pas encore été tirées pour l’histoire de la domestication, en particulier sur le lieu et l’époque où elle s’est produite. Les vestiges osseux anciens apparaissent relativement rarement dans les fouilles archéologiques, comme nous le verrons plus bas, ce qui ne facilite pas cette recherche.

  • 5 Roux 1959.
  • 6 Voir Bulliet 1990 : « It seems that the domesticated Bactrian camel was first encountered by the I (...)
  • 7 Mackenzie 1990.
  • 8 Lubotsky 2001.

5Dans le domaine linguistique touchant à l’Asie centrale, les noms du Camelus bactrianus dans la région sont divers, dans toutes les langues. Les termes qui le désignent dans les langues turkes (deve, bughra)5 et en chinois (luoto) n’ont rien à voir ni avec la dénomination gréco‑latine (camelus, gr. κάμηλος, du sémitique gemel) d’origine moyen‑orientale, ni avec l’iranienne et l’indienne anciennes, c’est‑à‑dire en avestique et en sanskrit védique. Cette dénomination indo‑iranienne, apparemment très ancienne, remonte semble‑t‑il à une époque antérieure à la séparation des deux langues indienne et iranienne (histoire longue et complexe), peut‑être à 1400 sinon à 1800 av. J.‑C. Le terme en question, uštra‑ (utilisé dans des anthroponymes comme l’avestique *Zaraṱ.uštra‑ « celui qui possède de vieux chameaux »)6, n’appartient, qui plus est, ni à la famille des racines indo‑iraniennes, ni aux indo‑aryennes, ni aux indo‑européennes, d’après les linguistes, mais il serait issu d’un emprunt à l’akkadien7, ou directement d’une langue d’un substrat centrasiatique plus ancien8. Dans ce dernier cas, l’emprunt aurait pu être fait inversement par l’akkadien à une langue de l’Asie centrale.

  • 9 Briant 1996 ; Francfort et al. 1989.
  • 10 Schiltz 1994.

6C’est là une raison de plus pour nous intéresser au Camelus bactrianus dans les civilisations des hautes époques, du Chalcolithique et de l’âge du Bronze, dans l’Asie centrale des steppes, mais aussi attentivement dans celle des oasis. Nous distinguons ainsi deux domaines étroitement reliés entre eux à toutes les époques, mais qui diffèrent par leurs modes de vie et leurs cultures depuis des millénaires. L’Asie centrale des oasis, dans le domaine méridional de la zone, est celle où se développa une civilisation de type urbain, à partir du Ve millénaire av. J.‑C., sur la base d’un agropastoralisme fondé sur la culture, le plus souvent irriguée, de l’orge et du blé. Elle appartint à ou fut en relation avec de grands empires comme ceux de l’Iran ou de la Mésopotamie, avec les Perses et les royaumes hellénistiques d’un côté, l’Inde du nord‑ouest de l’autre9. L’Asie centrale des steppes, plus au nord, connut de son côté un agropastoralisme qui, sur la base d’une agriculture plus légère, développa des techniques d’élevage au cours de la Protohistoire pour évoluer ensuite vers le pastoralisme bien connu des nomades Scythes ou Saka (pour le dire simplement), à partir principalement du début du Ier millénaire av. J.‑C.10.

7Nous verrons la place qu’a occupée le Camelus bactrianus dans ces deux domaines et examinerons successivement les vestiges et les images du Camelus bactrianus en respectant la progression suivante :

  • âge du Bronze, civilisation de l’Oxus (2400‑1700 av. J.‑C.), vestiges et images : l’animal ne semble pas être domestiqué, avec certitude, avant l’âge du Bronze, mais pourrait avoir été utilisé dès le Chalcolithique ; il possède dans cette civilisation un statut symbolique très important ;
  • âge du Bronze récent (1700‑1500 av. J.‑C.) : à cette époque, le Camelus bactrianus fait son apparition en Inde du nord‑ouest, au Baloutchistan, sur le site de Pirak notamment ;
  • les images rupestres du Camelus bactrianus dans le monde des steppes : le corpus des pétroglyphes, du Chalcolithique‑Bronze jusqu’à l’âge du Fer, montre des représentations remarquables de ce ruminant et de la manière dont il a été chassé, attelé et monté ;
  • au Ier millénaire av. J.‑C. : les anciens nomades des steppes, du fleuve Jaune à la mer Noire, ont abondamment représenté le Camelus bactrianus sous diverses formes et sur tout support, dans leur art mobilier.

8Pour terminer, nous tenterons de dégager quelques conclusions sur la manière dont ces civilisations anciennes ont utilisé et imaginé le Camelus bactrianus.

Âge du Bronze, civilisation de l’Oxus (2400‑1700 av. J.‑C.)

9Les vestiges osseux de chameau découverts lors des fouilles sont recueillis dans les habitats ou dans des tombes. Il est cependant à noter que les ossements collectés dans les habitats ne traduisent certainement pas correctement l’utilisation du Camelus bactrianus, dans la mesure où il ne s’agit pas d’un animal de boucherie et que les restes des chameaux morts étaient probablement mis à l’écart des habitations. Quant aux os de chameau déposés dans les sépultures, ils doivent être considérés comme reflétant une intention particulière, parmi les dépôts funéraires.

  • 11 Kircho 2004.
  • 12 Sataev 2016, avec renvois aux études antérieures.
  • 13 Dubova 2008a ; Dubova 2008b ; Dubova 2012 ; Dubova 2015.
  • 14 Sarianidi 1998a, p. 73‑76.
  • 15 Luneau 2014.

10Dans les habitats des sites d’Asie centrale, d’après les relevés de restes fauniques du site urbain d’Altyn Depe (piémont du Kopet Dagh, fig. 2), les ossements sont absents des niveaux chalcolithiques ou énéolithiques, et n’apparaissent pas avant le Bronze, en petite quantité, ce qui peut sembler normal dans des cités11. À Gonur Depe, cité de la Margiane (delta ancien du Murghab), autre site correctement étudié datant de 2400‑1500 av. J.‑C. cal., des restes apparaissent dans certaines parties du site d’habitat, dans une proportion des faunes de 1 à 3 % (pour 60‑80 % d’ovicaprinés et 13‑32 % de bovinés)12. Les restes découverts en contexte funéraire se composent de parties de chameaux ou d’animaux entiers tués (sacrifiés) lors d’inhumations. Selon N. Dubova, dans le cimetière dit « royal », 23 des 74 tombes renfermaient des restes fauniques : 1 cheval, 6 ânes, 6 bovins, 15 chiens, 4 béliers, 3 porcs, 8 chameaux. Ces chameaux, selon l’auteur, étaient destinés à « servir le mort dans l’au‑delà ». Un autre dénombrement fait apparaître 18 Camelus bactrianus dans 11 tombes de Margiane où l’on a également découvert 84 humains, 58 ovicapridés, 57 chiens et 10 bovins13. L’on peut ajouter à ce catalogue la tombe prestigieuse ou monumentale (c’est‑à‑dire à abondant matériel) dite « à l’agneau et au chameau » d’un autre site, Togolok‑21, où ce ruminant est accompagné dans la tombe par des biens en quantité, dont une sorte de « sceptre » de pierre, comme s’il se fût agi d’un humain de statut social élevé14. Selon une compilation réalisée en 2014, le chameau représente 12,6 % des espèces présentes dans les tombes (après les caprinés et les chiens, mais avant les bovinés) et le même ordre des espèces apparaît par occurrences dans les sépultures : l’ordre d’importance quantitative demeure le même15. Bien que le sens de ces dépôts funéraires soit assez peu clair, leur importance, et donc l’importance du chameau, est flagrante.

Fig. 2 – Figurine de chariot à chameau d’Altyn Depe, Turkménistan (d’après Kirtcho 2009, fig. 8).

Fig. 2 – Figurine de chariot à chameau d’Altyn Depe, Turkménistan (d’après Kirtcho 2009, fig. 8).
  • 16 Sarianidi, Dubova 2010.
  • 17 Francfort, Tremblay 2010, p. 118‑120 sur la date et les rapprochements ; pour de telles roues, voir (...)
  • 18 Voir Kuz’mina 2007 par exemple.

11Une découverte récente (2009) mérite une mention spéciale. Il s’agit d’une sépulture intacte du site de Gonur Depe au Turkménistan (tombe n° 3900), datée de 2400‑2200 av. J.‑C., qui se rattache à la période ancienne de la « nécropole royale » du site16. Les parois de la chambre funéraire sont ornées de mosaïques décoratives. Le mobilier découvert compte des vases en céramique et en bronze, dont un très grand chaudron, ainsi que des objets de pierre et notamment un grand bâton ou sceptre. Trouvaille exceptionnelle, un chariot en bois à quatre roues pleines munies de bandages et de jantes en alliage cuivreux avait été inhumé, attelé à deux chameaux, dont l’intégralité des squelettes a été retrouvée. Ce type de roue est connu, par exemple à Suse à une époque proche, sur des chars datés des environs de 1900 av. J.‑C.17. Sept squelettes humains et ceux de deux gros chiens ont également été découverts. Les auteurs interprètent le rituel funéraire pratiqué dans ce remarquable mausolée à l’aide d’une symbolique qu’ils mettent en rapport avec une forme très ancienne de zoroastrisme. Une autre tombe riche (n° 3880) appartient à ce même ensemble des « tombes royales ». Des squelettes de chiens et des restes de chameaux y étaient associés aux inhumations humaines et à de nombreux objets funéraires et éléments de décor architectural. Ceux‑ci permettent une fois encore de souligner les liens que les élites de la civilisation de l’Oxus entretenaient avec le Moyen‑Orient et avec la civilisation de l’Indus. À cette époque où fonctionnait ce que l’on a pu appeler la « sphère d’interaction de l’Asie moyenne » (Middle Asian Interaction Sphere ou MAIS), les prestigieuses tombes à char des élites ne renferment encore que des chariots à quatre roues pleines attelés de bovins (Moyen‑Orient, Caucase, Europe, Asie centrale) ou de chameaux, en Asie centrale, comme nous venons de le voir. Des équidés, asiniens, précèdent dans ces tombes les attelages de chevaux et les chars légers à deux roues qui font leur apparition plus tard et dont les plus anciens seraient ceux des sépultures fouillées dans les steppes de la région ouralienne durant les premiers siècles du IIe millénaire18.

  • 19 Kasparov 2006 ; Sataev 2016, n. 12 ci‑dessus.
  • 20 Rossi‑Osmida 2008, p. 92 et tabl. III.
  • 21 Kirtcho 2009.
  • 22 Pittman 1984, fig. 10‑11, p. 42 : figurines de cuivre du Metropolitan Museum.
  • 23 Sarianidi 2002, p. 271 : cachet en pierre en losange à degrés (= Sarianidi 1998b, 1635.1 et 2) ; p (...)
  • 24 Sarianidi 2005, fig. 56 = Sarianidi 2007, fig. 30, p. 151 : extrémité d’une épingle en argent.
  • 25 Sarianidi 2005, fig. 96 : deux chameaux repoussés et gravés sur un gobelet cylindrique en argent ; (...)
  • 26 Sarianidi 1998a, fig. 15.1, p. 45 = Sarianidi 2002, fig. p. 98.

1220 % des représentations d’animaux en Margiane figurent le Camelus bactrianus, tandis que les ovicaprinés ne représentent que 14 % du corpus et les bovins 35 %19. Selon G. Rossi‑Osmida et un comptage général effectué sur des objets, le chameau n’apparaît que sur 1,73 % des figurations bactriennes et 2,7 % des représentations margiennes ; il se place ainsi en treizième position seulement, après des animaux composites et mythiques, et est le dernier des mammifères20. Mais ces études sont encore partielles et ne tiennent pas compte de tout le matériel recueilli. En tout état de cause, et malgré les disparités de tels dénombrements, le chameau est bien présent et même très représenté dans la civilisation de l’Oxus, sous forme de figurines en terre cuite tout comme dans le piémont du Kopet Dagh à Altyn Depe, d’où provient une figurine de chameau qui paraît symboliquement attelé à un chariot miniature à quatre roues21 (fig. 2). Mais notre camélidé apparaît aussi, comme le montrent les exemples suivants, sous forme de figurine22, sur des sceaux23 (fig. 3 et 4), des bijoux24, des vases précieux25 (fig. 5, 6 et 7), et même plus modestement en graffiti sur la panse de poteries26 de Margiane et de Bactriane, de toute la civilisation de l’Oxus.

Fig. 3 – Combat de chameaux. Dos de cachet de Togolok Depe, Turkménistan (photo avec l’aimable autorisation de V.I. Sarianidi).

Fig. 3 – Combat de chameaux. Dos de cachet de Togolok Depe, Turkménistan (photo avec l’aimable autorisation de V.I. Sarianidi).

Fig. 4 – Chameau tenu à la longe et divinité anthropomorphique à tête de rapace tenant deux serpents-dragons. Sceau, amulette du Murghab (d’après Sarianidi 1998b, n° 916).

Fig. 4 – Chameau tenu à la longe et divinité anthropomorphique à tête de rapace tenant deux serpents-dragons. Sceau, amulette du Murghab (d’après Sarianidi 1998b, n° 916).

Fig. 5 – Flacon en alliage cuivreux en forme de chameau (d’après Ligabue, Salvatori 1984, fig. 81).

Fig. 5 – Flacon en alliage cuivreux en forme de chameau (d’après Ligabue, Salvatori 1984, fig. 81).

Fig. 6 – Gobelet en argent de Gonur Depe, Turkménistan (photo avec l’aimable autorisation de V.I. Sarianidi).

Fig. 6 – Gobelet en argent de Gonur Depe, Turkménistan (photo avec l’aimable autorisation de V.I. Sarianidi).

Fig. 7 – Dessin déroulé du gobelet de Gonur Depe (d’après Sarianidi 2005, fig. 96).

Fig. 7 – Dessin déroulé du gobelet de Gonur Depe (d’après Sarianidi 2005, fig. 96).
  • 27 Sarianidi 2005, fig. 97.

13Plus intéressant encore, des chameaux (d’apparence juvénile) sont finement gravés d’un trait simple sur le fond de vases en or et en argent de la nécropole « royale » de Gonur Depe, parfois associés à un arc27 (fig. 8). S’agit‑il de marques de propriété personnelles, familiales, claniques, de rébus ? Nous l’ignorons, mais hormis l’antilope saïga, le chameau est le seul animal à figurer ainsi. Pourrions‑nous imaginer par exemple le blason d’une tribu ou d’un clan aristocratique, celui des « untel‑*uštra » par exemple ?

Fig. 8 – Chamelon et arc gravés à la pointe sur le fond d’un vase en argent de Gonur Depe (d’après Sarianidi 2005, fig. 97).

Fig. 8 – Chamelon et arc gravés à la pointe sur le fond d’un vase en argent de Gonur Depe (d’après Sarianidi 2005, fig. 97).
  • 28 Sarianidi 2002, p. 139.
  • 29 Kirtcho 2009 ; Kozhin 2004.
  • 30 Kohl 2007 insiste sur le char à bœufs, bien mieux connu et étudié, et sur le char léger à chevaux  (...)
  • 31 Drews 2004 ; Francfort 2002, parmi bien d’autres publications.

14Ces images représentent parfois l’animal en action, dans des combats (fig. 3) illustrant le comportement saisonnier des mâles au printemps. Cette composition, opposant deux Camelus bactrianus qui tentent de se mordre28, connaît un vif succès dans toute l’Eurasie au cours des siècles. Mais le camélidé est aussi une bête de somme (nous n’en possédons pas de représentation datant de ces périodes) et un puissant animal de trait. Il est certainement le seul qui permette la traversée des déserts par les équipages, comme l’ont bien fait observer L. Kircho et X. Kozhin29. Il s’agit là d’une remarque très importante car le Camelus bactrianus, attelé à de pesants chariots aux roues pleines, est représenté aussi bien dans la civilisation de l’Oxus que dans les pétroglyphes du monde des steppes30. Cela prouve que ce mode d’utilisation s’est répandu le premier, alors que des témoins plus récents ne le montrent que monté comme animal de selle. Cette évolution, moins nette pour les bovins, peut aisément être mise en parallèle avec celle de l’usage des chevaux qui, d’abord attelés à des chariots et à des chars, ont été ensuite montés31.

  • 32 Potts 2005 est une utile mise au point correctement documentée pour le Moyen‑Orient ; Novozhenov 2 (...)
  • 33 Mashkour et al. 2013.

15Des vestiges de Camelus bactrianus ont été signalés en Iran à Tepe Sialk, à Anau (mais les dates paraissent trop hautes et, outre ces problèmes de datation, des questions d’identification se posent), Zagheh, Tepe Qabrestan, Shahr‑i Sokhta (curieusement le Camelus bactrianus n’apparaît pas sous forme de figurine, sur les quelque 1 500 qui sont répertoriées). Ces trouvailles montrent la présence du Camelus bactrianus à l’ouest de l’Asie centrale, dans la première moitié du IIIe sinon à la fin du IVe millénaire32. Curieusement, pour l’instant, il est absent du Kerman, de Konar Sandal sud (daté du Chalcolithique), mais présent à Konar Sandal nord (qui est daté de l’âge du Fer, ce qui est normal)33. De plus, l’iconographie des vases en chlorite de Jiroft, gravés d’un riche répertoire animalier, ne donne aucune place au chameau. Si les restes de chameau d’époque chalcolithique étaient confirmés (identifications des restes et confirmation des dates – voir dans ce volume R. Berthon et al.), il deviendrait indispensable de considérer la domestication comme se produisant, sinon en Asie centrale dès le Chalcolithique, soit dans le domaine des oasis, soit plus au nord, dans celui des steppes (voir infra).

  • 34 Potts 2005 ; Steinkeller 2009, voir aussi B. Lafont dans ce volume.

16La domestication et la prise en main du Camelus bactrianus par les élites de la civilisation de l’Oxus ont‑elles pu donner lieu à l’organisation de caravanes chamelières ou même au commerce de chameaux vers le plateau iranien et au‑delà ? Cela ne peut pas être exclu, tout comme ne peut être exclu un trafic de ces animaux en direction du plateau iranien et au‑delà34. Sur la manière dont de telles caravanes ont pu fonctionner, nous reviendrons plus bas (voir l’excursus).

Âge du Bronze récent (1700‑1500 av. J.‑C.) et apparition du Camelus bactrianus en Inde du nord‑ouest, sur le site de Pirak (Baloutchistan, Pakistan)

  • 35 Cet objet a été souvent publié, voir par exemple Lamberg‑Karlovsky 1969.
  • 36 La présence du Camelus bactrianus dans la civilisation de l’Indus est malgré tout régulièrement ré (...)
  • 37 Francfort et al. 1989, p. 167, pl. 82, 1, XLI, 5 : provenant de couches remaniées à l’époque hellé (...)

17Si le Camelus bactrianus domestiqué est bien présent dans l’Asie centrale à l’époque de la civilisation de l’Oxus, et dans ses possibles extensions vers le sud, le sud‑est (Khurab, au sommet d’une épingle en bronze trouvée par A. Stein35) et le sud‑ouest, il est absent dans la civilisation de l’Indus (un squelette est mal daté et des restes douteux pourraient être ceux d’un dromadaire indien)36. La figurine de chameau découverte à Shortughaï provient certes d’un contexte de l’Indus, mais l’établissement est situé dans le nord‑est de la Bactriane37. L’Inde n’est pas un habitat naturel du Camelus bactrianus, si bien que sa présence dans le Balouchistan, et plus encore dans la vallée de l’Indus, appelle une explication historique cohérente.

  • 38 Jarrige, Santoni 1979, p. 13, 32‑33, 42‑43, 48‑49 (ateliers), 92‑93, 177‑179, fig. 94‑95, pl. XLII (...)

18Après 1800‑1700 av. J.‑C., lorsque survient la fin de la civilisation de l’Oxus, et jusqu’à 1400 environ, il est parfaitement attesté sur le site de Pirak, bien fouillé par la Mission de l’Indus sous la direction de J.‑F. Jarrige. Des os de Camelus bactrianus y ont été utilisés comme matière première et des figurines de terre cuite, parfois peintes, le représentent abondamment. Ces témoignages indubitables et bien datés sont de la plus haute importance pour la question qui nous occupe38 (fig. 9).

Fig. 9 – Figurine de chameau de Pirak, Pakistan (d’après Jarrige, Santoni 1979, pl. XLIIB).

Fig. 9 – Figurine de chameau de Pirak, Pakistan (d’après Jarrige, Santoni 1979, pl. XLIIB).
  • 39 Pour un aperçu, voir Francfort 2005.

19Le chameau, apparemment – avec le cheval qui est aussi présent à Pirak mais n’est pas non plus attesté plus tôt avec certitude dans les régions de l’Indus – a donc franchi l’Hindou Kouch en venant de l’Asie centrale, par la passe de Bolan qui sépare Kandahar de Quetta et la plaine de Kachi, et a atteint le nord‑ouest de l’Inde. L’a‑t‑il fait avec des populations en migration, comme on le pense parfois ? Ou plus ponctuellement lors de migrations saisonnières ? Cela n’est pas impossible, mais cette question est compliquée car elle touche au difficile problème des migrations indo‑iraniennes et indo‑aryennes de l’Asie centrale vers l’Inde, qui demanderait de dresser un panorama complet depuis le IIIe millénaire au moins39.

20En tout cas, dans le cours de la seconde moitié du IIe millénaire, le Camelus bactrianus est bien présent partout en Asie centrale des oasis et dans le nord‑ouest de l’Inde, dans le Balouchistan du nord mais aussi, et bien normalement, en Asie centrale des steppes, domaine où les représentations rupestres constituent un riche corpus.

Les images rupestres dans le monde des steppes, le corpus des pétroglyphes, du Chalcolithique – âge du Bronze jusqu’à l’âge du Fer

21Les représentations de Camelus bactrianus dans l’art rupestre sont très nombreuses, réparties sur un vaste territoire qui comprend l’Ouzbékistan, le Kazakhstan, le Tadjikistan, la Sibérie et la Mongolie. Elles ne sont pas toujours faciles à dater. Cependant, l’apport raisonné des parallèles dans d’autres arts, de la présence de realia, des superpositions d’images et de la succession connue des styles font que les images des divers animaux forment des groupes chronologiques cohérents, même si leur datation ne peut afficher une très grande précision. Dans l’ensemble, les répartitions chronologiques proposées sont stables et satisfaisantes pour établir une séquence chronologique globale et utile. Les restes de chameaux sont en revanche très peu nombreux, d’autant plus que l’archéologie des steppes est le plus souvent funéraire et que les ossements trouvés sur les sites d’habitat au Bronze datent pour l’essentiel du IIe millénaire, les plus anciens (IIIe millénaire), comme les plus récents (Ier millénaire) étant très rares.

  • 40 Khudjanazarov 2006 ; Khuzhanazarov 2001.
  • 41 Novozhenov 1993 ; Novozhenov 2002, p. 26‑28 et pl. représentant ce camélidé dans de nombreuses sit (...)
  • 42 Kadyrbaev, Mar’jashev 1977, passim et infra n. 44 ; Sala 2017. Dans son ouvrage de 2012, V. Novozh (...)
  • 43 Jacobson‑Tepfer 2015, p. 135 : archer monté ; Jacobson‑Tepfer, Meacham, Tepfer 2010, p. 14‑15 : ch (...)
  • 44 Kadyrbaev, Mar’jashev 1977, fig. 22 : chameaux attelés ; fig. 33 : grand chameau ; fig. 43 : photo (...)
  • 45 Jacobson‑Tepfer 2015.

22Les images rupestres de Camelus bactrianus qui sont considérées comme les plus anciennes parmi les pétroglyphes de l’Asie centrale des steppes sont celles du site de Sarmyshsay (Ouzbékistan, entre Samarcande et Boukhara, fig. 10)40, de Sary‑Arka (près de Baïkonour où les figures de chameau représentent 20,8 % du corpus, à la suite immédiate du cheval [21,2 %] et avant les humains [9,2 %], fig. 11‑12)41, d’Arpauzen (fig. 13), de Ters (fig. 14) et de Bayan‑Dzhuruk (au Kazakhstan)42, ainsi que de Zhaltyrak‑Tash (Kirghizstan, fig. 15), et en Mongolie43 pour l’âge du Fer ancien. J’ai personnellement eu la chance, grâce aux coopérations avec mes collègues d’Asie centrale dans le cadre du programme d’étude des pétroglyphes d’Asie centrale, de pouvoir voir et documenter beaucoup de ces images, notamment celles de Sarmyshsay, dont la très grande ancienneté ne fait pas de doute. Quant aux suivantes, la manière dont les animaux sont attelés à des chariots à quatre roues en représentation éclatée (split representation), ce qui est la manière « archaïque » dont les véhicules attelés sont figurés44, permet de les placer au Chalcolithique ou à l’âge du Bronze. Au IIe millénaire, les images de char à deux roues attelé à des chevaux prennent le pas, et les humains sont représentés différemment. Le Camelus bactrianus est alors bien moins fréquemment présent sur les parois rocheuses, évolution qui se poursuit au Ier millénaire, alors qu’il devient abondant dans les arts mobiliers des nomades scythes (voir plus bas). Ce déclin est aussi celui de l’art rupestre en général, auquel on se mit à préférer l’art mobilier, comme l’a bien observé E. Jacobson45.

Fig. 10 – Panneau rupestre à chameaux du Chalcolithique ou Bronze de Sarmyshsaj, Ouzbékistan (photo avec l’aimable autorisation de M. Khuzhanazarov).

Fig. 10 – Panneau rupestre à chameaux du Chalcolithique ou Bronze de Sarmyshsaj, Ouzbékistan (photo avec l’aimable autorisation de M. Khuzhanazarov).

Fig. 11 – Composition rupestre à chameaux du Chalcolithique ou Bronze de Bajkonur II, Kazakhstan (d’après Novozhenov 2002, pl. 24).

Fig. 11 – Composition rupestre à chameaux du Chalcolithique ou Bronze de Bajkonur II, Kazakhstan (d’après Novozhenov 2002, pl. 24).

Fig. 12 – Composition rupestre à chameaux du Chalcolithique ou Bronze de Bajkonur III, Kazakhstan (d’après Novozhenov 2002, pl. 33).

Fig. 12 – Composition rupestre à chameaux du Chalcolithique ou Bronze de Bajkonur III, Kazakhstan (d’après Novozhenov 2002, pl. 33).

Fig. 13 – Compositions rupestres à chameaux du Chalcolithique ou Bronze d’Arpauzen III, Kazakhstan (d’après Kadyrbaev, Mar’jashev 1977, fig. 62 et 63).

Fig. 13 – Compositions rupestres à chameaux du Chalcolithique ou Bronze d’Arpauzen III, Kazakhstan (d’après Kadyrbaev, Mar’jashev 1977, fig. 62 et 63).

Fig. 14 – Composition rupestre à chameaux du Bronze de Ters, Kazakhstan (H.‑P. Francfort, Mission archéologique française en Asie centrale).

Fig. 14 – Composition rupestre à chameaux du Bronze de Ters, Kazakhstan (H.‑P. Francfort, Mission archéologique française en Asie centrale).

Fig. 15 – Composition rupestre à chameaux du Fer ancien de Zhaltyrak Tash, Kirghizstan (H.‑P. Francfort, Mission archéologique française en Asie centrale).

Fig. 15 – Composition rupestre à chameaux du Fer ancien de Zhaltyrak Tash, Kirghizstan (H.‑P. Francfort, Mission archéologique française en Asie centrale).
  • 46 Novozhenov 2002, fig. 14 ; Novozhenov 2012 ; Novozhenov 2015 ; Mukhareva 2007, fig. 5.

23Il est intéressant d’observer sur ces gravures anciennes, au caractère narratif prononcé, comment le Camelus bactrianus est mené à la longe, entravé, monté, et utilisé dans la chasse et à la guerre, à côté du cheval par exemple. Ces pétroglyphes dépeignent le lien étroit entre l’animal et nombre des activités des peuples de la steppe et leurs déplacements, avec le chameau, attelé au char comme animal de trait, ou le suivant s’il ne le tire pas. Les scènes de combats de chameaux deviendront l’un des motifs classiques de ces arts des steppes et leur silhouette sera reproduite à l’envi selon les canons mis au point durant l’âge du Bronze, voire au Chalcolithique, tant dans les pétroglyphes que dans les arts mobiliers des nomades46.

  • 47 Chlenova 2000.

24Au début du Ier millénaire, le chameau est gravé selon une stylisation caractéristique de l’art des steppes (comme d’autres animaux, léopards, etc.) appelée « style animalier scytho‑sibérien ». On l’utilise monté, peut‑être depuis la fin du IIe millénaire, pour la chasse au cerf, dit parfois « à bec », selon une expression qui caractérise les images de cervidé au très long museau sur des stèles appelées « pierres à cerf », répandues dans une grande partie de l’Asie centrale steppique entre 1200 et 800 av. J.‑C. environ47.

  • 48 Mukhareva 2007.
  • 49 L’article de D.T. Potts qui s’inspire en partie de l’article « camel » rédigé par W. Bulliet (1990 (...)
  • 50 Novozhenov 2012, p.  43‑144 : « Two‑humped camel was an important draught animal during this perio (...)
  • 51 Jacobson‑Tepfer 2015, p. 177.

25Ces documents, si précieux soient‑ils, ne nous permettent toutefois pas, en l’état de nos connaissances, d’aller au‑delà de l’hypothèse d’une domestication du Camelus bactrianus située entre la Bactriane et le Kazakhstan central (sans parler de la Mongolie, de l’Altaï en général ou du bassin de Minoussinsk étudié lui aussi48) entre les Ve et IIIe millénaires. Nous ne pouvons exclure qu’elle ait pu se produire plus au sud, sur le territoire de la civilisation de l’Oxus ou de ses prédécesseurs immédiats, mais nous avons vu qu’il convenait d’être prudent avec les vestiges collectés49. La zone steppique demeure cependant la plus probable, étant celle où le cheval a été domestiqué et où le Camelus bactrianus avait son habitat d’origine (tout comme le toujours vivant Camelus ferus). C’est là aussi, dans la steppe du Kazakhstan et au‑delà, que l’on peut voir les figures rupestres les plus nombreuses et les plus anciennes50. E. Jacobson a bien souligné que dans l’Altaï, en Mongolie (mais l’observation peut être étendue à l’ensemble de ce vaste massif montagneux), le chameau n’a été introduit que vers l’âge du Bronze final, vers 1000 av. J.‑C., peut‑être en même temps que le cheval et après le yak51. Mais préciser toute hypothèse de foyer de domestication, même vaste, demande encore bien des recherches de terrain.

Les anciens nomades des steppes du fleuve Jaune à la mer Noire : un art mobilier sur tous supports

26Nous ne traiterons pas ici des vestiges osseux, mais nous illustrerons seulement, de nouveau par des exemples, les usages, dans les régions de steppes, du Camelus bactrianus, animal familier des nomades de ces contrées, tout comme des sédentaires des oasis, mais particulièrement bien représenté dans les arts des premiers.

  • 52 Son étude, d’abord parue en russe, a été publiée ensuite en anglais, si bien que nous renvoyons ic (...)

27E. Korolkova a rassemblé naguère une centaine de représentations de toute la zone steppique, du fleuve Jaune (plaques de ceinture Xiongnu) à la mer Noire (le poignard de Datchi, fig. 16) en passant par l’Oural méridional (Filippovka)52. Dans toutes ces steppes, sans parler des pétroglyphes, le Camelus bactrianus figure sur tous supports, à plat, en relief ou en ronde‑bosse, chez les Scythes, les Saka (Scythes d’Asie) et les Xiongnu (nomades contemporains des Saka en Mongolie). Tous ont représenté le chameau, dont on trouve l’image partout où ces nomades sont allés, jusque sur des plaques de bronze ajourées Saka de Bactriane au ier s. av. J.‑C.

Fig. 16 – Chameau en relief sur le pommeau en or incrusté du poignard de Datchi, Russie (d’après Schiltz 2001, n° 238).

Fig. 16 – Chameau en relief sur le pommeau en or incrusté du poignard de Datchi, Russie (d’après Schiltz 2001, n° 238).
  • 53 Chugunov 2008 ; Chugunov, Parzinger, Nagler 2010, fig. 126, le chameau est chassé par un archer à (...)
  • 54 Francfort 1998 ; Wang 2000, par exemple, fig. 17‑19 et 29.
  • 55 Très nombreuses, représentant des chameaux seuls, symétriques, affrontés, avec ou sans végétation (...)

28Les représentations les plus anciennes viennent du kourgane d’Arzhan‑2, en Touva, daté de vers 800 av. J.‑C. L’animal y figure sur des bijoux, mais il est également gravé sur des dalles de la construction du tertre funéraire53. Puis on voit apparaître des objets du Taklamakan (Xinjiang, RPC) dont les plus anciens, du site de Zhaghunluk, seraient datables des viiieviie s. av. J.‑C.54. Les nombreuses plaques de bronze ajourées des Xiongnu datent des alentours du début de notre ère55.

  • 56 Mattet 2008, p. 415 : combat de chameaux et notice p. 510 par Bunker ; Mukhareva 2007 ; Ilyasov, R (...)

29À l’issue d’une étude des représentations de Camelus bactrianus du Ier millénaire dans le bassin de Minusinsk (Sibérie occidentale), A.N. Mukhareva a proposé un récapitulatif des thèmes récurrents et signalé, en particulier, la fréquence des affrontements et des combats de Camelus bactrianus, qui apparaissent sur des plaques‑boucles de ceinture, dans l’art rupestre ou encore d’autres supports56.

  • 57 Kubarev 2005.
  • 58 Tasmagambetov 2003, s.v. « Berel ».
  • 59 Lupaknova 2015.
  • 60 Aruz et al. 2000 ; Korol’kova 2007.

30La steppe – de l’Altaï (ainsi au kourgane de Tuekta et dans d’autres sites de la culture de Pazyryk, où le Camelus bactrianus est sculpté dans le bois57) au Kazakhstan (avec un brûle‑parfum en cuivre portant des figurines de chameaux en ronde‑bosse58), ou à Taksaj‑1 (en protomé sur un chaudron de cuivre59) – a livré de belles variations, entre les ve et ive s. av. J.‑C. et le début de notre ère, autour de l’image du chameau en bois et en bois doré à la feuille. Un bon exemple vient des kourganes de Filippovka, au sud de l’Oural, datés des environs du ive s. et qui ont aussi livré des trouvailles achéménides, dont les objets dépeignent le Camelus bactrianus dans de belles stylisations, en silhouette ou en ronde‑bosse, entier ou en protomé, et en grand nombre, sur des objets très divers60 (fig. 17‑18).

Fig. 17 – Applique en or figurant un combat de chameaux, d’un ensemble de quatre de Filippovka, Russie (d’après Aruz et al. 2000, n° 98).

Fig. 17 – Applique en or figurant un combat de chameaux, d’un ensemble de quatre de Filippovka, Russie (d’après Aruz et al. 2000, n° 98).

Fig. 18 – Pendeloque en alliage cuivreux figurant un combat de chameaux de Filippovka, Russie (d’après Aruz et al. 2000, n° 13).

Fig. 18 – Pendeloque en alliage cuivreux figurant un combat de chameaux de Filippovka, Russie (d’après Aruz et al. 2000, n° 13).
  • 61 Brosseder 2011, avec images de tigre attaquant un chameau couché.

31Enfin, vers le iie et le ier s. av. J.‑C. (à la période des mouvements de populations Xiongnu, Yuezhi et Saka vers l’ouest rapportés par les textes chinois et gréco‑romains), des plaques de ceinture ajourées en bronze d’un autre type apparaissent. Elles se répandent jusqu’en Bactriane après la chute du royaume gréco‑bactrien61 (fig. 19).

Fig. 19 – Carte de répartition des plaques ajourées à chameaux en alliage cuivreux (d’après Brosseder 2011, fig. 35).

Fig. 19 – Carte de répartition des plaques ajourées à chameaux en alliage cuivreux (d’après Brosseder 2011, fig. 35).
  • 62 Sassezkaja, Minasjan 2010 ; Schiltz 2001, n° 238.
  • 63 Schiltz 2001, n° 238, p. 214‑218.

32Plus loin à l’ouest, dans les parages de la mer Noire, le poignard en or incrusté de Datchi (mer d’Azov, fin du ieriie s. ap. J.‑C.)62 représente le camélidé dans un style steppique proche de celui d’un objet analogue mis au jour dans une tombe du site de Tillya Tepe en Bactriane afghane (fig. 16)63.

  • 64 Frachetti et al. 2017 ; Kuz’mina 2007 ; Kuzmina 2008.

33L’impression générale qui se dégage de ces collectes et recherches documentaires est encore une fois celle de l’importance du Camelus bactrianus, de son intégration et de ses usages multiples par les sociétés d’Asie centrale : transport (charge ou attelage), monture pour la transhumance et la migration, la chasse et la guerre (bien qu’il soit moins véloce que le cheval). Le succès de l’animal est intimement lié à son adaptation au mode de vie des peuples pasteurs mobiles sinon nomades. Chez les agriculteurs sédentaires de la région, sa diffusion est davantage le fait de son utilisation, à côté de traditions pouvant remonter à une pratique ancestrale de nomadisme, dans les transports locaux et les échanges caravaniers. Les itinéraires de la « Route de la soie » sont en effet mis en place dès cette époque, dans les oasis mais aussi dans les steppes, sur des tracés connus au moins depuis l’âge du Bronze64.

Excursus (avec la participation de Corinne Debaine‑Francfort) (fig. 20 a-f)

34Pour évoquer les caravanes de la « Route de la soie » antique, il est utile de prendre en compte certains facteurs pratiques d’utilisation du Camelus bactrianus dans le monde des oasis à l’heure actuelle (pour la steppe, voir dans ce volume l’article de C. Marchina). D’abord, seul un petit nombre de ces ruminants est parqué à l’année dans des enclos attenants aux habitats ; la plupart du temps, ils paissent libres dans les espaces de steppes ou de ripisylves (« jungles ») du voisinage. De nos jours, les grands prédateurs, loups et félins, ne sont plus un danger important. Reconnaissables à leurs marques, selon les propriétaires, les chameaux sont rassemblés lorsque cela est nécessaire, pour faire caravane. Leurs bâts sont de simples bâtons attachés horizontalement de part et d’autre des bosses, et munis de cordages et de petits tapis ou coussins pour lier les charges. Une corde tient lieu de sous‑ventrière et leurs brides sont attachées à une muserolle, ou une cheville de bois passée dans un trou perforant la cloison nasale pour les plus rétifs (opération que doit pratiquer le chef chamelier sur les jeunes chameaux, maintenus par des assistants à cette occasion).

35Au printemps, les chamelons suivent les mères lors des déplacements, y compris dans les caravanes qu’ils accompagnent, mais ils ne portent rien. Ils sont intégrés peu à peu aux caravanes, portant des charges adaptées à leur robustesse et se familiarisant avec la marche en file. Dans une grande caravane, au moins l’un des chameaux porte au cou une cloche qui rythme la marche et, au dire des chameliers, rassure les animaux. Ils avancent en file, en petits groupes attachés les uns aux autres par des longes, tandis que les petits gambadent autour. Les files comptent quelques chameaux, il est nécessaire de disposer, chez les Ouïgours de la Keriya, d’un chamelier pour s’occuper de huit animaux environ. Après quelques kilomètres, dans les dunes par exemple, une halte est nécessaire pour faire uriner les bêtes, action indispensable à la bonne conduite de leur hydratation.

36La constitution de la caravane et la mise en place des charges représentent l’opération la plus longue et la plus délicate, elle prend des heures. Le chameau est couché et le chamelier doit bien connaître chaque animal, non seulement par son nom, qu’il entend, mais aussi pour ce qu’il est capable ou non de faire ou de supporter, pour son caractère même. Les chameliers disposent de tout un répertoire de huchements adaptés à chaque circonstance pour diriger ou accompagner une action. Les chameaux ne blatèrent pas seulement, ils émettent toute une gamme de sons, grognements, cris, respirations, grincements de dents, etc., et leurs attitudes sont variées et nuancées. Certains chameaux doivent en suivre d’autres ou l’inverse, et il ne s’agit pas de disposer n’importe comment les jeunes, les mâles et les femelles, surtout au printemps, période du rut. Les chargements sont déposés au sol de chaque côté des flancs de chaque animal de bât et ensuite, il est nécessaire d’attacher de manière symétrique et équilibrée les charges qui peuvent peser jusqu’à 80‑100 kilogrammes sur chaque flanc pour les mâles les plus robustes.

37Lors de l’étape du soir, il est indispensable de faire coucher les chameaux et de les débâter, afin qu’ils puissent boire et manger, tout d’abord, puis qu’il soit possible de les charger de nouveau le lendemain. Les chameaux détachés sont entravés et ils se nourrissent et boivent à proximité du lieu de halte. Lorsque l’étape a lieu dans un désert, de cailloux ou de sable, les chameaux boivent ensemble dans des récipients posés devant eux et une jonchée de grain et de fourrage (herbe, feuilles, roseau) est jetée à leur portée, disposée en carré sur une bâche. Les plus rétifs sont nourris à part. Une caravane qui doit traverser une étendue désertique doit prévoir de faire étape dans les caravansérails aménagés sur la route, avec citerne (comme celui du Dasht‑i Abdan – « désert à la citerne » – dans le « dasht » entre Kunduz et Tash Kurghan en Bactriane afghane). À défaut, il est indispensable de transporter eau et fourrage en quantité suffisante. Parfois, les chameliers creusent des puits sommaires dans des dépressions interdunaires pour abreuver d’une eau saumâtre les bêtes qui n’en souffrent pas le moins du monde.

  • 65 Bernard 2005.
  • 66 De précieux renseignements sur les caravanes et les chameaux apparaissent sur des documents kharoṣ (...)

38Ces circonstances particulières et ces contraintes doivent nous inciter à penser les caravanes du commerce ancien, depuis l’âge du Bronze, de manière concrète et pratique. La durée considérable de la mise en route quotidienne, et les départs en pleine nuit, ont été joliment décrits par Gobineau dans les Nouvelles asiatiques. Mais on peut ajouter que, si les marchands pouvaient suivre et accompagner leurs marchandises sur de très longs parcours, du Taklamakan au Pamir ou même du Gansu à Bactres par exemple, il n’est pas du tout certain que les chameliers et leurs animaux se soient aventurés sur d’aussi longs parcours. On connaît bien sûr le port de rupture de charge à Tash Kurghan (Pamir), dont parlent les textes, où se rencontraient les caravanes venues de Chine et celles qui arrivaient du monde méditerranéen65. Il n’est pas impossible que des relais de chameaux et de conducteurs aient été nécessaires, à certaines époques ou sur certaines portions des trajets, pour ménager au mieux les participants66. Pour certains produits même, nous pouvons supposer que des ânes ou des mules faisaient aussi bien sinon mieux l’affaire. Quant aux humains, montés ou marchants, il était nécessaire qu’ils veillent aux approvisionnements et à la sécurité. Ces ensembles composites que sont les caravanes requièrent des compétences diverses. Les nomades des steppes, vivant constamment au contact des Camelus bactrianus, étaient‑ils plus aptes à conduire de telles caravanes ? Il est certain que leur utilisation du Camelus bactrianus pour les produits laitiers, la laine, la peau et le combustible et leur grande familiarité avec les bêtes qu’ils montaient avec aisance, tout comme leur sens aigu de l’orientation et des espaces étaient un atout. Mais furent‑ils réellement ceux à qui les marchands faisaient appel pour le long cours ? L’histoire que nous connaissons ne permet pas d’être affirmatif sans plus d’enquête car, si nous comprenons que ces grands nomades pratiquaient un important trafic à leur profit de la Chine à la mer Noire, nous ne pouvons pas affirmer qu’ils furent réellement intégrés dans les circuits d’un véritable commerce international au long cours. Un système d’échanges et de rétributions, de biens précieux et de prestige, complété par des captures et des razzias, semble avoir prévalu aux hautes époques, et encore tardivement. Un champ d’investigation reste à défricher pour lequel un examen, attentif aux diverses denrées et à la chronologie, sera indispensable.

Fig. 20a – Caravane de transhumance nomade dans les Tianshan, région de Hami, Xinjiang, RPC (H.‑P. Francfort, Mission archéologique franco‑chinoise du Xinjiang).

Fig. 20a – Caravane de transhumance nomade dans les Tianshan, région de Hami, Xinjiang, RPC (H.‑P. Francfort, Mission archéologique franco‑chinoise du Xinjiang).

Fig. 20b – Chargement des chameaux de la caravane de la Mission archéologique franco-chinoise dans le désert du Taklamakan (C. Debaine‑Francfort, Mission archéologique franco‑chinoise du Xinjiang).

Fig. 20b – Chargement des chameaux de la caravane de la Mission archéologique franco-chinoise dans le désert du Taklamakan (C. Debaine‑Francfort, Mission archéologique franco‑chinoise du Xinjiang).

Fig. 20c – Chargement des chameaux de la Mission archéologique franco‑chinoise dans le désert du Taklamakan, suite (C. Debaine‑Francfort, Mission archéologique franco‑chinoise du Xinjiang).

Fig. 20c – Chargement des chameaux de la Mission archéologique franco‑chinoise dans le désert du Taklamakan, suite (C. Debaine‑Francfort, Mission archéologique franco‑chinoise du Xinjiang).

Fig. 20d – Nourrissage des chameaux de la Mission archéologique franco‑chinoise dans le désert du Taklamakan (C. Debaine‑Francfort, Mission archéologique franco‑chinoise du Xinjiang).

Fig. 20d – Nourrissage des chameaux de la Mission archéologique franco‑chinoise dans le désert du Taklamakan (C. Debaine‑Francfort, Mission archéologique franco‑chinoise du Xinjiang).

Fig. 20e – Nourrissage des chameaux de la Mission archéologique franco‑chinoise dans le désert du Taklamakan, suite (I. Abdurasul, Mission archéologique franco‑chinoise du Xinjiang).

Fig. 20e – Nourrissage des chameaux de la Mission archéologique franco‑chinoise dans le désert du Taklamakan, suite (I. Abdurasul, Mission archéologique franco‑chinoise du Xinjiang).

Fig. 20f – À un point d’eau, les chameaux de la Mission archéologique franco‑chinoise dans le désert du Taklamakan (C. Debaine‑Francfort, Mission archéologique franco-chinoise du Xinjiang).

Fig. 20f – À un point d’eau, les chameaux de la Mission archéologique franco‑chinoise dans le désert du Taklamakan (C. Debaine‑Francfort, Mission archéologique franco-chinoise du Xinjiang).

Conclusion

  • 67 Sajjadi, Moghaddam 2004 ; Sajjadi 2007.

39Revenons, pour conclure, à l’Asie centrale. Les Assyriens et les Perses achéménides ont bien connu le Camelus bactrianus comme le montrent les célèbres bas‑reliefs des tributaires de l’apadana de Persépolis du vieve s. av. J.‑C. où chaque province ou satrapie apporte, en présent ou tribut, ce qu’elle produit de mieux. Aussi la Bactriane amenait‑elle des chameaux. Les Perses achéménides étaient en relation étroite avec les Scythes ou Saka, nomades des steppes de l’Asie centrale, comme nous l’avons vu et comme le disent les textes. Les chameaux amenés de la part des Bactriens (et/ou Parthes, Arachosiens, Ariens ?), figuraient à côté par exemple des étalons de prestigieux chevaux néséens ou autres que conduisaient des Mèdes ou des Arméniens (fig. 21). Le site de Dahan‑i Ghulaman au Séistan a également livré des images de chameau d’époque achéménide67.

Fig. 21 – Relief de Persépolis, Iran. Bactriens (?) conduisant un chameau (H.-P. Francfort).

Fig. 21 – Relief de Persépolis, Iran. Bactriens (?) conduisant un chameau (H.-P. Francfort).
  • 68 Pitschikjan 1992, fig. 16‑17, p. 143.

40En Bactriane, sur le site de Takht‑i Sangin, sanctuaire gréco‑bactrien dédié à la divinité « Oxus » sur la frontière sud du Tadjikistan, une plaquette en or cloisonnée et émaillée de style achéménide montre un chameau mené à la longe, comme à Persépolis, par un personnage en costume dit « mède », à la coiffe arrondie. Mais, de façon énigmatique pour nous, ce chameau n’est pas un Camelus bactrianus, sa bosse est unique68. Comment le comprendre ? S’agirait‑il d’un hybride ?

  • 69 Pirazzoli‑t’Serstevens 1982, fig. 56, p. 96.

41De leur côté, les Han considéraient le Camelus bactrianus, à l’instar de l’éléphant, comme un animal exotique et il apparaît aux côtés d’un bestiaire mythique dans des représentations figurées taoïstes. Les Chinois donc, sur un décor de char incrusté du iieier s. av. J.‑C., le montrent en compagnie des animaux exotiques (éléphants) et imaginaires69. Pour la Chine, le Camelus bactrianus fit toujours partie des exotica, jusque sous les Tang, et leurs terres cuites représentent des chameliers europoïdes aux longs nez coiffés de bonnets, représentés buvant ou jouant de la musique.

  • 70 Metzger 1951, n° 79, pl. xix/1.

42Les textes grecs, qui auraient pu apporter des informations sur le Camelus bactrianus, sont peu nombreux et peu instructifs, même après la conquête de l’Asie centrale par Alexandre. On relèvera une scène sur un célèbre lécythe aryballisque du British Museum où Dionysos est dépeint revenant de l’Inde assis « en amazone » sur un chameau de Bactriane sellé et accompagné de danseurs70. Pour l’Inde toujours, un curieux témoignage rapporté par Hérodote (III, 102‑105) narre la collecte de l’or des fourmis par les Indiens montés sur des chameaux (qui ne pourraient être que notre camélidé) ; dans ce passage, l’imaginaire le dispute à une connaissance floue et erronée de peuples qui seraient évidemment des Saka des montagnes de l’Inde du nord‑ouest, des régions de l’Himalaya et du Karakoram dont les sables aurifères sont connus. On remarquera le rôle intéressant que le père de l’histoire donne aux chamelles et à l’attachement qu’elles vouent à leurs chamelons ; ce dernier leur confère une vélocité extrême pour prendre la fuite et échapper aux féroces fourmis gardiennes de l’or, au dire des Perses. En réalité, il ne s’agit apparemment pas du monde de l’Inde proprement dit qui utiliserait là le chameau, mais bel et bien de peuples des montagnes habitant les confins de l’Asie centrale.

  • 71 Bopearachchi, Landes, Sachs 2003, n° 121, p. 142, ill. p. 160.

43Moins connus sont les chameaux gravés et frappés au revers de monnaies du début de l’époque indo‑grecque (Ménandre I, ca 160‑130 av. J.‑C.) et kouchane (Kujula Kadphisès, ca 30‑80 ap. J.‑C.). Mais l’attention est surtout attirée par un bronze du Cabinet des médailles émis par le roi indo‑scythe Azès I (ca 57‑30 av. J.‑C.), où le chameau apparaît comme la monture royale : le roi est armé de ses attributs de souverain guerrier, un arc dépassant du goryte placé au flanc gauche et un pic d’arme brandi de la main droite (fig. 22)71. Le statut de sa monture est alors le même que serait celui du cheval ou de l’éléphant, pour ne citer qu’eux, qui, sur leurs émissions monétaires, portent généralement les rois nomades. Les monnaies indo‑scythes d’Azès I où le souverain s’affiche en guerrier monté sur un Camelus bactrianus comme il pourrait l’être sur un cheval, restent exceptionnelles ; elles résument donc à la fois, et tout autant, son importance et sa marginalité.

Fig. 22 – Monnaie en bronze d’Azès I représentant au droit le roi monté sur un chameau (d’après Bopearachchi, Landes, Sachs 2003, n° 121).

Fig. 22 – Monnaie en bronze d’Azès I représentant au droit le roi monté sur un chameau (d’après Bopearachchi, Landes, Sachs 2003, n° 121).
  • 72 Novozhenov 2012 ; Kuz’mina 2007.

44Enfin, dans les hymnes de l’Avesta, parmi d’autres mentions du chameau, le Bahman Yasht (n° 14 § 4. 11‑13) se distingue. Il est dédié à Verethragna, héros et dieu de la guerre, qui y est comparé au puissant Camelus bactrianus, parmi dix êtres évoquant aussi la force : vent, taureau, cheval, sanglier, jeune homme, corbeau, bélier, bouc, homme. Cependant, son importance sacrificielle, mythologique et imaginaire paraît être moindre que celle du cheval, du bœuf ou du mouton en milieu iranien avestique, même si, selon E.E. Kuz’mina et V. Novozhenov, le Camelus bactrianus aurait été l’animal sacrificiel le plus important à l’époque indo‑iranienne, celle qui précéda la scission des deux groupes72. Toutefois, ces hypothèses manquent de solidité dans la mesure où, entre l’archéologie du monde des steppes et celle de la civilisation de l’Oxus, il n’est guère possible, faute de documentation textuelle ou épigraphique, de localiser les « Indo‑Iraniens ».

45Finalement, le Camelus bactrianus, tout bien adapté qu’il fût au transport de charges et à la monte, n’a apparemment jamais été un animal absolument indispensable pour les agriculteurs des oasis de l’Asie centrale méridionale, malgré les avantages qu’il pouvait apporter aux organisateurs de caravanes au long cours par rapport aux équidés, notamment pour transporter de lourdes charges au long des étapes désertiques. En revanche, chez les habitants de la steppe, nomades principalement, ce camélidé s’avère primordial. Aucune autre civilisation de l’ancien ou du nouveau monde, dans les zones de steppe ou de savane, ne peut rivaliser avec des cultures de l’Eurasie steppique qui, ayant domestiqué ovins, bovins, équins et camélidés, ont mis en œuvre le mode de vie appelé « nomadisme pastoral monté ». Ce mode de vie et ses avantages économiques et guerriers (à l’aide de techniques et tactiques très élaborées) ont souvent donné l’avantage à ces peuples sur les empires des agriculteurs. C’est là une histoire bien connue qu’il n’y a pas lieu de redire ici, mais dans le domaine de l’Asie centrale, l’interaction constante des agriculteurs avec les éleveurs au cours des siècles confère une place de choix au Camelus bactrianus. Il ne fait guère de doute ainsi que dans la civilisation de l’Oxus la possession d’un chariot et d’un attelage de chameaux était un élément de très grand prestige chez les élites, avec tout ce que cela pouvait nécessiter comme personnel et comme compétences pour l’élevage, l’entretien et le dressage de ces grands animaux ainsi que pour la manufacture et le fonctionnement des véhicules (charrons et métallurgistes pour les bandages de roues). En somme le chameau n’a été supplanté que par le cheval comme animal de prestige associé au pouvoir et comme monture de guerre. Seul le potentiel économique, essentiellement « civil » du Camelus bactrianus, pour son utilité quotidienne et ses produits secondaires, ainsi que pour le transport dans des conditions particulières, a pu traverser les siècles.

 

46Note additionnelle :

On signale la découverte toute récente, en 2017, d’un chameau peint datant du Paléolithique supérieur dans l’Oural, dans la grotte de Kapova (Shulgan Tash) en Bachkirie (Fédération de Russie), qui était recouvert de calcite ; il s’agit de la plus ancienne représentation connue de Camelus bactrianus datée de plus de 14 000 ans ; voir Devlet E.G., Guillamet E., Pakhunov A.S., Grigoriev N.N., Gainullin D.A. 2018, « Preliminary results of studies of the camel figure at the chamber of chaos at Shulgan-Tash (Kapova) cave », Ural’skij Istoricheskij Vestnik 58/1, p. 141‑148, https://doi.org/​10.30759/​1728-9718-2018-1(58)-141-148 (consulté en 12/2019).

Bibliographie

Amiet P. 1989, « Antiquities of Bactria and outer Iran in the Louvre collection », in G. Ligabue, S. Salvatori (dir.), Bactria. An ancient oasis civilization from the sands of Afghanistan, Venise, p. 159‑188.

Aruz J., Farkas A., Alekseev A., Korolkova E. (dir.) 2000, The Golden Deer of Eurasia. Scythian and Sarmatian treasures from the Russian steppes, New York‑New Haven‑Londres.

Bernard P. 2005, « De l’Euphrate à la Chine avec la caravane de Maès Titianos (c. 100 AP. N. E.) », Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles‑lettres, juillet‑octobre, p. 929‑969.

Bopearachchi O., Landes C., Sachs C. (dir.) 2003, De l’Indus à l’Oxus. Archéologie de l’Asie centrale. Catalogue de l’exposition, Lattes.

Briant P. 1996, Histoire de l’empire perse de Cyrus à Alexandre, Paris.

Brosseder U. 2011, « Belt plaques as an indicator of East‑West relations in the Eurasian steppe », in U. Brosseder, B.K. Miller (dir.), Xiongnu archaeology. Multidisciplinary perspectives of the First Steppe Empire in Inner Asia, Bonn Contributions to Asian Archaeology, Bonn, p. 349‑424.

Bulliet R. 1990, Encyclopaedia Iranica IV/7, s.v. « Camel », p. 730‑739.

Bunker E.C. 2002, Nomadic art of the Eastern Eurasian steppes. The Eugene V. thaw and other New York collections, New York‑New Haven‑Londres.

Bunker E.C., Kawami T.S., Linduff K.M., Wu E. 1997, Ancient bronzes of the Eastern Eurasian steppes from the Arthur M. Sackler collections, New York.

Burrow T. 1940, A translation of the Kharoṣṭhi documents from Chinese Turkestan, vol. 20, Royal Asiatic Society, Londres.

Calkin V.I. 1972, « Fauna iz raskopok andronovskikh pam’jatnikov v Priuralje », Osnovnye problemy teriologii, p. 66‑81 (non vidi).

Chlenova N.L. 2000, « Oleni, koni i kopyta », Rossijskaja Arkheologija 1, p. 90‑106.

Chugunov K.V. 2008, « Plity s petroglifami v komplekse Arzhan‑2 (k khronologii arzhano‑majemirskogo stilja) », in D.G. Savinov, O. Sovetova (dir.), Tropoju tysjacheletij : k jubileju M. A. Devlet, Trudy SAIPI 4, Kemerovo, p. 53‑69.

Chugunov K.V., Parzinger H., Nagler A. 2010, Der skythenzeitliche Fürstenkurgan Arzan 2 in Tuva, Archäologie in Eurasien Band 26, Steppenvölker Eurasiens Band 3, Mayence.

Cui P., Ji R., Ding F., Qi D., Gao H.G., Meng H., Yu J., Hu S., Zhang H. 2007, « A complete mitochondrial genome sequence of the wild two‑humped camel (Camelus bactrianus ferus) : an evolutionary history of camelidae », BMC genomics 8/1, p. 241.

Drews R. 2004, Early riders. The beginning of mounted warfare in Asia and Europe, Londres‑New York.

Dubova N.A. 2008a, « Pogrebenija zhivotnykh v ritual’noj obrjadnosti Gonur‑Depe », in S. Pidaev (dir.), Cultures of nomadic peoples of Central Asia, Samarkand, p. 84‑97.

Dubova N.A. 2008b, « Ritual’nye zakhoronenija zhivotnikh na Gonur Depe », in V.I. Sarianidi, P.M. Kozhin, M.F. Kosarev, N.A. Dubova (dir.), Trudy Margianskoj arkheologicheskoj ekspedicii, Trudy Margianskoj Ekspedicii 2, Moscou, p. 50‑61.

Dubova N.A. 2012, « Pogrebenija zhivotnikh v strane Margush », in V.I. Sarianidi, P.M. Kozhin, M.F. Kosarev, N.A. Dubova (dir.), Trudy Margianskoj arkheologicheskoj ekspedicii. Issledovanija Gonur Depe v 2008‑2011 gg., Trudy Margianskoj Ekspedicii 4, Moscou, p. 101‑139.

Dubova N.A. 2015, « Animal burials and their cults in Margiana », in N. Laneri (dir.), Defining the sacred. Approaches to the archaeology of religion in the Near East, Oxford-Philadelphie, p. 13‑23.

Frachetti M.D, Smith C.E., Traub C.M., Williams T. 2017, « Nomadic ecology shaped the highland geography of Asia’s Silk Roads », Nature 543/7644, p. 193‑198.

Francfort H.‑P. 1998, « De l’art des steppes au sud du Taklamakan », Bulletin of the Asia Institute 12, p. 45‑58.

Francfort H.‑P. 2002, « Images du char en Eurasie orientale des origines à la fin du 1er millénaire av. J.‑C. », in V.V. Bobrov (dir.), Pervobytnaja arkheologija. Chelovek i iskusstvo. Sbornik nauchnykh trudov, posvjashchennyj 70‑letju po dnja rozhdenija Jakova Abramovicha Shera, Novosibirsk, p. 80‑89.

Francfort H.‑P. 2005, « La civilisation de l’Oxus et les Indo‑Iraniens et Indo‑Aryens », in G. Fussman, J. Kellens, H.‑P. Francfort, X. Tremblay (dir.), Aryas, Aryens et Iraniens en Asie centrale, Collège de France, Publications de l’Institut de civilisation indienne 72, Paris, p. 253‑328.

Francfort H.‑P., Tremblay X. 2010, « Marhaši et la civilisation de l’Oxus », Iranica Antiqua XLV, p. 51‑224.

Francfort H.‑P. avec des contributions de Boisset C., Buchet L., Desse J., Echallier J.‑C., Kermorvant A., Willcox G. 1989, Fouilles de Shortughaï : recherches sur l’Asie centrale protohistorique, Mémoires de la Mission archéologique française en Asie centrale 2, Paris.

Fussman G., Kellens J., Francfort H.‑P., Tremblay X. 2005, Aryas, Aryens et Iraniens en Asie centrale, Collège de France, Publications de l’Institut de civilisation indienne 72, Paris.

Hansen V. 2017, The Silk Road : A New history with documents with coverage of the Mongols and Marco Polo, New York-Oxford.

Ilyasov J., Rusanov D. 1997‑1998, « A study on the bone plates from Orlat », Silk Road Art and Archaeology 5, p. 107‑159.

Itina M.A. 1977, Istorija Stepnikh Plemen Juzhnogo Priaral’ja (II ‑nachalo I tysjacheletija do n.e.), Trudy Khorezmskoj Ekspedicii 10, Moscou.

Jacobson‑Tepfer E. 2015, The hunter, the stag, and the mother of animals. Image, monument, and landscape in Ancient North Asia, New York.

Jacobson‑Tepfer E., Meacham J.E., Tepfer G. 2010, Archaeology and lanscape in the Mongolian Altai : an atlas, Redlands.

Jarrige J.‑F., Santoni M. 1979, Fouilles de Pirak, Fouilles du Pakistan 2, Paris.

Ji R., Cui P., Ding F., Geng J., Gao H., Zhang H., Yu J., Hu S., Meng H. 2009, « Monophyletic origin of domestic bactrian camel (Camelus bactrianus) and its evolutionary relationship with the extant wild camel (Camelus bactrianus ferus) », Animal genetics 40/4, p. 377‑382.

Kadyrbaev M.K., Mar’jashev A.N. 1977, Naskal’nye izobrazhenija khrebta Karatau, Alma‑Ata.

Kasparov A.K. 2006, « Novye dannye po faune Altyn‑Depe. Nekotorye detali evolucii skotovodchestvo khozjajstva protogorodskikh sociumov », Arkheologicheskie Vesti 13, p. 69‑76.

Khudjanazarov M. 2006, « Exploration of rock drawings of Sarmyshsay », Bulletin IICAS 4, p. 50‑55.

Khuzhanazarov M. 2001, « Drevejshie naskal’nye izobrazhenija Sarmishsaja », Istorija Material’noj Kul’tury Uzbekistana 32, p. 24‑30.

Kircho L. B. 2004, « Formirovanie drevnejshej protogorodskoj civilizacii bronzovogo veka srednej Azii (po materialam Altyn‑Depe) », in M.F. Kosarev, P.M. Kozhin, N.A. Dubova (dir.), U istokov civilizacii. Sbornik statej k 75‑letiju Viktora Ivanovicha Sarianidi, Kollektiv avtorov, Moscou, p. 142‑160.

Kirtcho L.B. 2009, « The earliest wheeled transport in Southwestern Central Asia : New finds from Altyn‑Depe », Archaeology, Ethnology & Anthropology of Eurasia 37/1, p. 25‑33.

Kohl P.L. 2007, The making of Bronze Age Eurasia, Cambridge World Archaeology, Cambridge.

Korol’kova E.F. 1999, « Obrazy verbljudov i puti ikh razvitija v iskusstve rannykh kochevnikov Evrazii », Arkheologicheskij Sbornik 34, p. 68‑96.

Korol’kova E.F. 2006, Zvernyj stil’ Evrazii. Iskusstvo plemen nizhnego Povolzh’ja i juzhnogo Priulral’ja v skifskuju epokhu (VII‑IV vv. do n.e.). Problemy stilja i etnokul’turnoj prinadlezhnosti, Saint‑Pétersbourg.

Korol’kova E.F. 2007, « Camel imagery in animal style art », in J. Aruz, A. Farkas, E. Valtz Fino (dir.), The Golden Deer of Eurasia. Perspectives on the steppe nomads of the Ancient World, The Metropolitan Museum of Art Symposia, New York‑New Haven‑Londres, p. 196‑207.

Kozhin P.M. 2004, « Kolesnyj ekipazh vpervye preodolevaet pustyni », in M.F. Kosarev, P.M. Kozhin, N.A. Dubova (dir.), U istokov civilizacii. Sbornik statej k 75‑letiju Viktora Ivanovicha Sarianidi, Kollektiv avtorov, Moscou, p. 282‑289.

Kubarev V.D. 2005, « Diadems and torques from the burial mounds of the Altai », Archaeology, Ethnology & Anthropology of Eurasia 21 (55‑69), p. 65‑81.

Kuz’mina E.E. 1980, « Etapy razvitija kolesnogo transporta v Turkmenii », Vestnik Drevnej Istorii 4, p. 11‑35.

Kuz’mina E.E. 2007, The origin of the Indo‑Iranians, Leiden Indo‑European Etymological Dictionary Series 3, Leyde‑Boston.

Kuzmina E.E. 2008, The Prehistory of the Silk Road, Encounters with Asia, Philadelphie.

La Vaissière E. de 2004, Histoire des marchands sogdiens, Bibliothèque de l’Institut des hautes études chinoises 32, Paris.

Lamberg‑Karlovsky C.C. 1969, « Further notes on the shaft‑hole pick‑axe from Khurāb, Makrān », Iran 7, p. 163‑68.

Ligabue G., Salvatori S. (dir.) 1989, Bactria an ancient civilization from the sands of Afghanistan, Venise.

Lubotsky A. 2001, « The Indo‑Iranian substratum », in C. Carpelan, A. Parpola, P. Koskikallio (dir.), Early contacts between Uralic and Indo‑European : Linguistic and archaeological considerations, Mémoires de la Société finno‑ougrienne 242, Helsinki, p. 301‑318.

Luneau E. 2014, « Les dépôts funéraires animaliers de la civilisation de l’Oxus : diversité et singularité du rapport entre l’animal et la mort en Asie centrale méridionale à l’âge du Bronze (2300‑1500 avant n.è.) », in I. Bede, M. Detante (dir.), Rencontre autour de l’animal en contexte funéraire. IVe rencontre du Groupe d’anthropologie et d’archéologie funéraire. 30‑31 mars 2012. Musée d’archéologie nationale Saint‑Germain‑en‑Laye, Paris, p. 195‑209.

Lupaknova J.A. 2015, « Znakovvaja funkcija predmetov s zoomorfnymi izobrazhenijami iz kurgana n° 6 kompleksa Taksaj‑1 (Stepnoe Priural’e) », in Z. Samashev (dir.), Sak culture of saryarka in the context of the study of ethnic and sociocultural processes of steppe Eurasia. The collection of scientific articles, dedicated to the memory archaeologist Kemal Akishev, Almaty, p. 154‑159.

Mackenzie D.N. 1990, Encyclopaedia Iranica IV/7, s.v. « Camel, Etymology », p. 730‑739.

Margulan A.K. 1979, Begazy‑Dandybaevskaja kul’tura central’nogo Kazakhstana, Alma‑Ata.

Mashkour M., Tengberg M., Shirazi Z., Madjidzadeh Y. 2013, « Bio‑archaeological studies at Konar Sandal, Halil Rud basin, southeastern Iran », Environmental Archaeology 18/3, p. 222‑246.

Mattet L. (dir.) 2008, Le profane et le divin. Arts de l’Antiquité de l’Europe au Sud‑Est asiatique. Fleurons du musée Barbier‑Mueller, Genève.

Metzger H. 1951, Les représentations dans la céramique attique du ive siècle, BEFAR 172, Paris.

Mukhareva A.N. 2007, « Camel scenes in the rock art of the Minusinsk basin », Archaeology, Ethnology & Anthropology of Eurasia 32, p. 102‑108.

Novozhenov V.A. 1993, « Petroglify doliny reki Bajkonur », in O. Sovetova (dir.), Sovremennye problemy izuchenija petroglifov, Kemerovo, p. 143‑159.

Novozhenov V.A. 2002, Petroglify Sary Arki, Almaty.

Novozhenov V.A. 2012, Chudo kommunikacii i drevnejshij kolësnyj transport Evrazii, Moscou (nous renvoyons à la pagination de la version en anglais : Communications and the earliest wheeled transport of Eurasia, Moscou).

Novozhenov V.A. 2015, « Wheeled transport and Eurasian communications of the early nomads », Stratum Plus Journal 3, p. 57‑88.

Nurumov T.N., Makarova L.A. 1988, « Domashnye i dikie zhivotnye epokhi neolita i bronzy Central’nogo i Severnogo Kazakhstana (osteologicheskij obzor k probleme drevnego skotovodstva i okhoty) », in K.A. Akishev (dir.), Problemy paleoekonomiki Kazakhstana po arkheologicheskim dannym, Alma‑Ata, p. 7‑35.

Pang T. (dir.) 1998, Treasures of the eurasian steppes. Animal art from 800 BC to 200 AD, New York.

Pitschikjan I.R. 1992, Oxos‑Schatz und Oxos‑Tempel : achämenidische Kunst in Mittelasien, Berlin.

Pirazzoli‑t’Serstevens M. 1982, La Chine des Han, Fribourg.

Pirazzoli‑t’Serstevens M., Bujard M. 2017, Les dynasties Qin et Han. Histoire générale de la Chine (221 av. J.‑C.‑220 ap. J.‑C.), Paris.

Pittman H. 1984, Art of the Bronze Age. Southeastern Iran, Western Central Asia and the Indus Valley, New York.

Potts D.T. 2005, « Bactrian Camels and Bactrian‑Dromedary Hybrids », The Silk Road 3/1, p. 49‑58.

Rossi‑Osmida G. 2008, « Arte animalistica e Via delle Oasi », in G. Ligabue, G. Rossi‑Osmida (dir.), Animali e Mito nel Vicino Oriente Antico, Trebaseleghe, p. 82‑101.

Roux J.‑P. 1959, « Le chameau en Asie centrale. Son nom, son élevage, sa place dans la mythologie », Central Asiatic Journal 5, p. 35‑76.

Sajjadi S.M.S. 2007, « Wall painting from Dahaneh‑ye Gholaman (Sistan) », Ancient Civilizations from Scythia to Siberia 13, p. 129‑154.

Sajjadi S.M.S., Moghaddam F.S. 2004, « Peintures et gravures murales découvertes à Dahan‑e Gholâmân, Sistân », Studia Iranica 33, p. 285‑296.

Sala R. 2017, « The domestication of camel in the literary, archaeological and petroglyph records », Journal of Arid Land Studies 26/4, p. 205‑211.

Sarianidi V.I. 1998a, Margiana and protozoroastrism, Athènes.

Sarianidi V.I. 1998b, Myths of Ancient Bactria and Margiana on its seals and amulets, Moscou.

Sarianidi V.I. 2002, Margush. Ancient Oriental Kingdom in the Old Delta of Murghab River, Ashgabat.

Sarianidi V.I. 2005, Gonurdepe. City of Kings and Gods, Ashgabat.

Sarianidi V.I. 2007, Necropolis of Gonur, Athènes.

Sarianidi V.I., Dubova N.A. 2010, « Nouvelles sépultures sur le territoire de la “nécropole royale” de Gonur Dépé », Arts Asiatiques 65, p. 5‑26.

Sassezkaja I.P., Minasjan R.S. 2010, « Die goldene Dolscheide aus dem Kurgan Datschi », in W. Seipel (dir.), Das Gold der Steppe. Fürstenschätze jenseits des Alexanderreichs, Mannheim, p. 75‑83.

Sataev R.M. 2016, Zhivotnye v kul’ture drevnej Margiany, Margianskaja Arkheologicheskaja Ekspedicija, Moscou.

Schiltz V. 1994, Les Scythes et les nomades des steppes. viiie siècle avant J.‑C.‑ier siècle après J.‑C., L’univers des formes, Paris.

Schiltz V. (dir.) 2001, L’or des Amazones. Peuples nomades entre Asie et Europe. visiècle av. J.‑C.‑ive siècle ap. J.‑C., Paris.

Schmitt R., Encyclopaedia Iranica, s.v. « Zoroaster i. The Name », http://www.iranicaonline.org/articles/zoroaster-i-the-name (consulté le 06/11/2019).

So J.F., Bunker E.C. 1995, Traders and raiders on China’s Northern frontier, Seattle‑Londres.

Steinkeller P. 2009, « Camels in Ur III Babylonia ? », in J.D. Schloen (dir.), Exploring the longue durée. Essays in honor of Lawrence E. Stager, Winona Lake, p. 415‑419.

Tallon F. 1987, Métallurgie susienne I. De la fondation de Suse au xviie siècle avant J.‑C., Notes et documents, Paris.

Tasmagambetov I. 2003, The Centaurs of the Great Steppe, Almaty.

Trinks A., Burger P., Benecke N., Burger J. 2012, « Ancient DNA reveals domestication process : The case of the two‑humped camel », in E.‑M. Knoll, P. Burger (dir.), Camels in Asia and North Africa. Interdisciplinary perspectives on their past and present significance, Österreichische Akedemie der Wissenschaften Philosophisch‑Historische Klasse Denkschriften 451, Vienne, p. 79‑86.

Wang B. 2000, « The n° 1 cemetery at Zhaghunluk (Jaganluq), Jumo, Xinjiang », China Archaeology and Art Digest III/4, p. 431‑435.

Notes

1 Marco Polo, Devisement du monde ou Livre des merveilles, Manuscrit français 2810, daté de 1410‑1412, folio 21v, représentant un camp de pasteurs du Xinjiang, http://mandragore.bnf.fr/jsp/classementThema.jsp.

2 Voir par exemple, au Musée national des arts asiatiques Guimet : Chameau bâté et son chamelier époque Tang, deuxième moitié du viie s. en terre cuite polychrome et fer (H. 43,5 cm ; L. 36 cm ; don Bernard Arnault, 2000 MA 6721), http://www.guimet.fr/fr/collections/chine/137‑chameau‑bate‑et‑son‑chamelier ; ou au musée Cernuschi un chameau bâté en trois couleurs de la première moitié du viiie s. (H. 84,3 cm ; L. 61 cm ; M.C. 2001‑10), http://www.cernuschi.paris.fr/fr/collections/chameau.

3 Pirazzoli‑t’Serstevens, Bujard 2017, notamment p. 62‑65, 125‑128, 261‑267.

4 Trinks et al. 2012. Nous remercions vivement N. Boroffka d’avoir attiré notre attention sur cette publication. Voir aussi Cui et al. 2007 ; Ji et al. 2009. Voir aussi l’article de R. Berthon et al. dans ce volume.

5 Roux 1959.

6 Voir Bulliet 1990 : « It seems that the domesticated Bactrian camel was first encountered by the Indo‑Iranians after their separation from the other Indo‑European tribes. In both the Avesta and the Rig Veda the camel is mentioned as a valuable domestic animal ; in the latter (8.6.48 ; tr. Geldner, II, p. 299) the phrase “granting four pairs (yokes) of camels” occurs, an indication that the animal was used for labor, and in the Gathas (Y. 44.18) Zarathustra asks the Wise Lord how he can win a prize of ten horses and a camel (Insler, p. 72‑73) ». Voir aussi Schmitt 2002 ainsi que l’article de C. Redard dans ce volume. Rappelons qu’à cette haute époque, celle des « Indo‑Iraniens » antérieure à la séparation entre les branches linguistiques et culturelles indienne et iranienne, ces groupes se trouvaient peut‑être en Asie centrale, mais pas encore en Inde (voir infra l’absence du chameau dans la civilisation de l’Indus et ses restes et figurines du site de Pirak ; voir aussi Fussman et al. 2005).

7 Mackenzie 1990.

8 Lubotsky 2001.

9 Briant 1996 ; Francfort et al. 1989.

10 Schiltz 1994.

11 Kircho 2004.

12 Sataev 2016, avec renvois aux études antérieures.

13 Dubova 2008a ; Dubova 2008b ; Dubova 2012 ; Dubova 2015.

14 Sarianidi 1998a, p. 73‑76.

15 Luneau 2014.

16 Sarianidi, Dubova 2010.

17 Francfort, Tremblay 2010, p. 118‑120 sur la date et les rapprochements ; pour de telles roues, voir Tallon 1987, p. 301‑307, n° 1304‑1308.

18 Voir Kuz’mina 2007 par exemple.

19 Kasparov 2006 ; Sataev 2016, n. 12 ci‑dessus.

20 Rossi‑Osmida 2008, p. 92 et tabl. III.

21 Kirtcho 2009.

22 Pittman 1984, fig. 10‑11, p. 42 : figurines de cuivre du Metropolitan Museum.

23 Sarianidi 2002, p. 271 : cachet en pierre en losange à degrés (= Sarianidi 1998b, 1635.1 et 2) ; p. 275 : sceau en cuivre ; Sarianidi 1998b, n° 108‑111 : compartimenté en cuivre ; n° 916.2 : en pierre, chamelier et chameau à la longe ; n° 919.2 : en pierre, chameau cornu (?) = Amiet 1989, Louvre AO 26500, n° 958.1 : en pierre, chameau ailé du site de Shamshir Ghar ; n° 1458 : cylindre en pierre à la bouterolle, avec scènes d’accouplement d’animaux (dont des chameaux) et humains.

24 Sarianidi 2005, fig. 56 = Sarianidi 2007, fig. 30, p. 151 : extrémité d’une épingle en argent.

25 Sarianidi 2005, fig. 96 : deux chameaux repoussés et gravés sur un gobelet cylindrique en argent ; Ligabue, Salvatori 1989, fig. 81 : figurine, flacon en cuivre et épingle.

26 Sarianidi 1998a, fig. 15.1, p. 45 = Sarianidi 2002, fig. p. 98.

27 Sarianidi 2005, fig. 97.

28 Sarianidi 2002, p. 139.

29 Kirtcho 2009 ; Kozhin 2004.

30 Kohl 2007 insiste sur le char à bœufs, bien mieux connu et étudié, et sur le char léger à chevaux ; V. Novozhenov traite aussi de la domestication et des attelages de chameaux (Novozhenov 2012, p. 95, 121, 143‑144, etc.).

31 Drews 2004 ; Francfort 2002, parmi bien d’autres publications.

32 Potts 2005 est une utile mise au point correctement documentée pour le Moyen‑Orient ; Novozhenov 2012 donne une documentation très complète. Voir également l’article de R. Berthon, M. Mashkour, P. Burger et C. Çakırlar dans ce volume.

33 Mashkour et al. 2013.

34 Potts 2005 ; Steinkeller 2009, voir aussi B. Lafont dans ce volume.

35 Cet objet a été souvent publié, voir par exemple Lamberg‑Karlovsky 1969.

36 La présence du Camelus bactrianus dans la civilisation de l’Indus est malgré tout régulièrement répétée comme s’il s’agissait d’un fait acquis, information que je dois à R. Meadow que je remercie vivement ici.

37 Francfort et al. 1989, p. 167, pl. 82, 1, XLI, 5 : provenant de couches remaniées à l’époque hellénistique, son appartenance à l’âge du Bronze n’est pas absolument certaine, même si elle est très probable.

38 Jarrige, Santoni 1979, p. 13, 32‑33, 42‑43, 48‑49 (ateliers), 92‑93, 177‑179, fig. 94‑95, pl. XLII‑XLIII.

39 Pour un aperçu, voir Francfort 2005.

40 Khudjanazarov 2006 ; Khuzhanazarov 2001.

41 Novozhenov 1993 ; Novozhenov 2002, p. 26‑28 et pl. représentant ce camélidé dans de nombreuses situations de la vie des agropasteurs des steppes de l’âge du Bronze ; un choix : pl. 12, n° 34.1, 34.3 ; pl. 24, n° 4b20 ; pl. 33, n° 17.7 : entravé ; pl. 22, n° 3.2, 3.3 : au combat ; pl. 24, n° 4b5 ; pl. 33, n° 17.10‑13, 15‑19, 17.34 (avec des humains) : à la longe ; pl. 33, n° 17.33 : attelé à un char à deux roues.

42 Kadyrbaev, Mar’jashev 1977, passim et infra n. 44 ; Sala 2017. Dans son ouvrage de 2012, V. Novozhenov reprend l’ensemble de la documentation de toute l’Asie centrale, y compris les sites anciennement étudiés.

43 Jacobson‑Tepfer 2015, p. 135 : archer monté ; Jacobson‑Tepfer, Meacham, Tepfer 2010, p. 14‑15 : chameau monté de l’âge du Bronze.

44 Kadyrbaev, Mar’jashev 1977, fig. 22 : chameaux attelés ; fig. 33 : grand chameau ; fig. 43 : photo ; fig. 53 : chameau au combat ; fig. 55 : chasses ; fig. 57 : chameau courant ; fig. 59 : chasse ; fig. 61 : chasse ; fig. 62 et 63 : dressage, longe ; fig. 69 : chameau en contour ; fig. 71 : longe ; fig. 79 : avec chasseurs ; fig. 103 : attelages de chameaux à des chars ou à chariots ; fig. 108 : combat. Voir aussi Francfort 2002.

45 Jacobson‑Tepfer 2015.

46 Novozhenov 2002, fig. 14 ; Novozhenov 2012 ; Novozhenov 2015 ; Mukhareva 2007, fig. 5.

47 Chlenova 2000.

48 Mukhareva 2007.

49 L’article de D.T. Potts qui s’inspire en partie de l’article « camel » rédigé par W. Bulliet (1990) de l’Encyclopedia Iranica, rappelle pourtant cette nécessité de prudence pour la zone des oasis (Potts 2005).

50 Novozhenov 2012, p.  43‑144 : « Two‑humped camel was an important draught animal during this period. A very early invention in Turan of a shaft harnessing method, best suited the anatomy of camel, might be propelled by the need to use this animal perfectly convenient under conditions of semiarid and arid regions. Interesting that all vehicle images known in petroglyphs with harnessed camels were found in such areas : Baikonur, Karatau, Bukantau. Most likely, the camel was eventually domesticated at the same time as the horse. Anatomical features of the two humped Bactrian camel, namely the presence of a ledge between the humps, led to inventing of a natural and convenient form of a yoke, which enabled an efficient transmission of the animal’s draught effort directly to a vehicle. Based on osteological material from the archeological monuments of Kazakhstan, findings of camel bones are rare in Neolithic monuments, with dramatic increase in number in the Bronze Age burial grounds : Telzhan‑Kuze, Aksu‑Ayuly, Begazy, Mily‑Kuduk and settlements : Atasu, Alexeyevsky (Nurumov, Makarova 1988, p. 25 ; Calkin 1972, p. 77 ; Margulan 1979, p. 258‑259). Camel‑breeding, obviously, was practiced in this period only in Central Asia, and later, by natives of the Andronovo and Tazabagiyab cultures (Itina 1977, p. 138, 185‑190 ; Kuz’mina 1980, p. 30). There is only one kind of camel, two humped Bactrian, in petroglyphs of Middle and Central Asia, while in the ancient Near East habituated one‑humped dromedary. Therefore, images of the Bactrian, and not dromedary, fixed in the earliest records as a harnessing animal in Turan’s wheeled vehicles is an important evidence of local innovation in the design of a harness of locally used vehicles ». Kuzmina 2008, p. 66‑70 et fig. 33‑35 donne un panorama synthétique des origines de la domestication du chameau en Asie centrale et au Kazakhstan dès le IVe millénaire, ainsi que de sa large utilisation dans les steppes (jusqu’à la culture de Kel’teminar en Chorasmie : Tumek‑Kichidjik, Tolstova) et chez les agriculteurs des oasis au IIIe millénaire (restes et représentations à Shor‑depe, Altyn‑depe, Khapuz‑depe, Namazga‑depe, Kelleli‑1, Ulug‑depe, Tekkem‑depe, Madau, Sapalli‑tepe, Taichanak‑depe, Taip, Takhirbai‑3, Togolok‑1, 2, Gonur‑1, Takhta‑Bazaar, à Shah‑tepe – culture de Hissar) où la culture d’Andronovo emprunta à son tour l’animal.

51 Jacobson‑Tepfer 2015, p. 177.

52 Son étude, d’abord parue en russe, a été publiée ensuite en anglais, si bien que nous renvoyons ici au catalogue qu’elle a si bien dressé : Korol’kova 1999 ; Korol’kova 2006 ; Korol’kova 2007, chapitre p. 84‑104, pl. 50‑56, carte pl. 57.

53 Chugunov 2008 ; Chugunov, Parzinger, Nagler 2010, fig. 126, le chameau est chassé par un archer à pied.

54 Francfort 1998 ; Wang 2000, par exemple, fig. 17‑19 et 29.

55 Très nombreuses, représentant des chameaux seuls, symétriques, affrontés, avec ou sans végétation environnante : Aruz et al. 2000 ; Bunker 2002 ; Bunker et al. 1997 : site de Daodunzi, n° A127, A128 ; So, Bunker 1995, fig. 32, p. 74 ; Pang 1998, n° 108, 138 et 139 par exemple.

56 Mattet 2008, p. 415 : combat de chameaux et notice p. 510 par Bunker ; Mukhareva 2007 ; Ilyasov, Rusanov 1997‑1998 : plaque incisée d’Orlat (Ouzbékistan).

57 Kubarev 2005.

58 Tasmagambetov 2003, s.v. « Berel ».

59 Lupaknova 2015.

60 Aruz et al. 2000 ; Korol’kova 2007.

61 Brosseder 2011, avec images de tigre attaquant un chameau couché.

62 Sassezkaja, Minasjan 2010 ; Schiltz 2001, n° 238.

63 Schiltz 2001, n° 238, p. 214‑218.

64 Frachetti et al. 2017 ; Kuz’mina 2007 ; Kuzmina 2008.

65 Bernard 2005.

66 De précieux renseignements sur les caravanes et les chameaux apparaissent sur des documents kharoṣṭhi de Niya au Xinjiang, découverts par A. Stein, datables de 235 à 325 environ ap. J.‑C. et publiés par Burrow (1940). Avec d’autres découvertes plus récentes, ils seront l’objet d’une étude détaillée par C. Debaine‑Francfort dans le cadre de la publication des fouilles de Karadong, dans la vallée voisine de celle de Niya, par la Mission archéologique franco‑chinoise de la Keriya. Voir, sur les caravanes à des époques plus récentes, La Vaissière 2004 ; Hansen 2017.

67 Sajjadi, Moghaddam 2004 ; Sajjadi 2007.

68 Pitschikjan 1992, fig. 16‑17, p. 143.

69 Pirazzoli‑t’Serstevens 1982, fig. 56, p. 96.

70 Metzger 1951, n° 79, pl. xix/1.

71 Bopearachchi, Landes, Sachs 2003, n° 121, p. 142, ill. p. 160.

72 Novozhenov 2012 ; Kuz’mina 2007.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Caravane de chameaux de la Mission archéologique franco-chinoise de la Keriya dans le désert du Taklamakan, Xinjiang, RPC (I. Abdurasul, Mission archéologique franco-chinoise du Xinjiang).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8532/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Fig. 2 – Figurine de chariot à chameau d’Altyn Depe, Turkménistan (d’après Kirtcho 2009, fig. 8).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8532/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre Fig. 3 – Combat de chameaux. Dos de cachet de Togolok Depe, Turkménistan (photo avec l’aimable autorisation de V.I. Sarianidi).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8532/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 593k
Titre Fig. 4 – Chameau tenu à la longe et divinité anthropomorphique à tête de rapace tenant deux serpents-dragons. Sceau, amulette du Murghab (d’après Sarianidi 1998b, n° 916).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8532/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 5 – Flacon en alliage cuivreux en forme de chameau (d’après Ligabue, Salvatori 1984, fig. 81).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8532/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 6 – Gobelet en argent de Gonur Depe, Turkménistan (photo avec l’aimable autorisation de V.I. Sarianidi).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8532/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Fig. 7 – Dessin déroulé du gobelet de Gonur Depe (d’après Sarianidi 2005, fig. 96).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8532/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Titre Fig. 8 – Chamelon et arc gravés à la pointe sur le fond d’un vase en argent de Gonur Depe (d’après Sarianidi 2005, fig. 97).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8532/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 9 – Figurine de chameau de Pirak, Pakistan (d’après Jarrige, Santoni 1979, pl. XLIIB).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8532/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 625k
Titre Fig. 10 – Panneau rupestre à chameaux du Chalcolithique ou Bronze de Sarmyshsaj, Ouzbékistan (photo avec l’aimable autorisation de M. Khuzhanazarov).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8532/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 11 – Composition rupestre à chameaux du Chalcolithique ou Bronze de Bajkonur II, Kazakhstan (d’après Novozhenov 2002, pl. 24).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8532/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Fig. 12 – Composition rupestre à chameaux du Chalcolithique ou Bronze de Bajkonur III, Kazakhstan (d’après Novozhenov 2002, pl. 33).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8532/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Titre Fig. 13 – Compositions rupestres à chameaux du Chalcolithique ou Bronze d’Arpauzen III, Kazakhstan (d’après Kadyrbaev, Mar’jashev 1977, fig. 62 et 63).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8532/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 438k
Titre Fig. 14 – Composition rupestre à chameaux du Bronze de Ters, Kazakhstan (H.‑P. Francfort, Mission archéologique française en Asie centrale).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8532/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 15 – Composition rupestre à chameaux du Fer ancien de Zhaltyrak Tash, Kirghizstan (H.‑P. Francfort, Mission archéologique française en Asie centrale).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8532/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 16 – Chameau en relief sur le pommeau en or incrusté du poignard de Datchi, Russie (d’après Schiltz 2001, n° 238).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8532/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 17 – Applique en or figurant un combat de chameaux, d’un ensemble de quatre de Filippovka, Russie (d’après Aruz et al. 2000, n° 98).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8532/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 674k
Titre Fig. 18 – Pendeloque en alliage cuivreux figurant un combat de chameaux de Filippovka, Russie (d’après Aruz et al. 2000, n° 13).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8532/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 19 – Carte de répartition des plaques ajourées à chameaux en alliage cuivreux (d’après Brosseder 2011, fig. 35).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8532/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 20a – Caravane de transhumance nomade dans les Tianshan, région de Hami, Xinjiang, RPC (H.‑P. Francfort, Mission archéologique franco‑chinoise du Xinjiang).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8532/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 581k
Titre Fig. 20b – Chargement des chameaux de la caravane de la Mission archéologique franco-chinoise dans le désert du Taklamakan (C. Debaine‑Francfort, Mission archéologique franco‑chinoise du Xinjiang).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8532/img-21.JPG
Fichier image/jpeg, 379k
Titre Fig. 20c – Chargement des chameaux de la Mission archéologique franco‑chinoise dans le désert du Taklamakan, suite (C. Debaine‑Francfort, Mission archéologique franco‑chinoise du Xinjiang).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8532/img-22.JPG
Fichier image/jpeg, 431k
Titre Fig. 20d – Nourrissage des chameaux de la Mission archéologique franco‑chinoise dans le désert du Taklamakan (C. Debaine‑Francfort, Mission archéologique franco‑chinoise du Xinjiang).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8532/img-23.JPG
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 20e – Nourrissage des chameaux de la Mission archéologique franco‑chinoise dans le désert du Taklamakan, suite (I. Abdurasul, Mission archéologique franco‑chinoise du Xinjiang).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8532/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Titre Fig. 20f – À un point d’eau, les chameaux de la Mission archéologique franco‑chinoise dans le désert du Taklamakan (C. Debaine‑Francfort, Mission archéologique franco-chinoise du Xinjiang).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8532/img-25.JPG
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 21 – Relief de Persépolis, Iran. Bactriens (?) conduisant un chameau (H.-P. Francfort).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8532/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 22 – Monnaie en bronze d’Azès I représentant au droit le roi monté sur un chameau (d’après Bopearachchi, Landes, Sachs 2003, n° 121).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8532/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 697k

Auteur

AIBL et ArScAn, Nanterre

Acheter

Volume papier

LCDPUleslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search