Version classiqueVersion mobile

Les vaisseaux du désert et des steppes

 | 
Damien Agut-Labordère
, 
Bérangère Redon

Introduction

Dromadaires et chameaux de l’Asie centrale au Nil dans les mondes anciens (IVe millénaire av. J.‑C. – premiers siècles de notre ère)

Damien Agut‑Labordère et Bérangère Redon

Texte intégral

Un seul zoonyme, en langue sémitique, grecque et latine, pour deux espèces

1En français, l’espèce désignée par le vocable « chameau » est Camelus bactrianus ou chameau à deux bosses ; on le distingue du « dromadaire », chameau à une bosse, encore appelé chameau d’Arabie, dont l’espèce est dénommée Camelus dromedarius. Ces deux animaux (fig. 1a et b) relèvent de la même famille, celle des camélidés, et du même genre, celui du Camelus.

Fig. 1a – Camelus dromedarius du désert Oriental d’Égypte (A. Bülow-Jacobsen).

Fig. 1a – Camelus dromedarius du désert Oriental d’Égypte (A. Bülow-Jacobsen).

Fig. 1b – Camelus bactrianus de Mongolie (J. Suire).

Fig. 1b – Camelus bactrianus de Mongolie (J. Suire).
  • 1 Comme d’autres zoonymes, le terme est épicène et les articles ὁ ou ἡ servent à distinguer les mâle (...)
  • 2 Hérodote I, 80, 133 ; III, 9, 102, 103, 105 ; VII, 83, 86, 87, 125, 184 ; IX, 81. Eschyle, Les Sup (...)
  • 3 Dans l’art grec, l’une des plus anciennes représentations se trouve sur un skyphos (Munich, Antike (...)
  • 4 Hérodote III, 103 : « Je ne ferai pas la description du chameau, elle est connue des Grecs » (Τὸ μ (...)
  • 5 Aristote, Histoire des animaux 499b : αἱ κάμηλοι ἀμφότεραι, αἵ τε Βακτριαναὶ καὶ αἱ Ἀράβιαι.

2Si les Grecs connaissaient les deux espèces, ils n’utilisaient qu’un seul terme, celui de κάμηλος, pour les désigner1. Le zoonyme apparaît au milieu du ve s. av. J.‑C. chez Eschyle et Hérodote2, au moment même où la figure du dromadaire ou du chameau commence à figurer sur les vases grecs3. Si pour Hérodote, l’animal est suffisamment connu des Grecs pour qu’il préfère ne pas s’embarrasser d’une description4, on doit à Aristote un minutieux portrait des deux espèces de κάμηλος, qu’il distingue dans son Histoire des animaux en leur accolant, à chacun, une épithète géographique : le « chameau de Bactriane » et le « chameau d’Arabie »5.

  • 6 TLL, vol. III, p. 201, l. 54‑p. 203, l. 4.
  • 7 Gaius Lucilius, Saturae, frg. 149.
  • 8 Apparemment, le terme remonterait à Aristophane, d’après Edmond de Rostand, qui l’utilise dans Cyr (...)
  • 9 D’après Salluste, c’est lors de la troisième guerre mithridatique en 74 av. J.‑C. que les Romains (...)

3En latin, le terme courant est camelus, repris du grec6 ; il apparaît pour la première fois, dans un composé totalement inédit, et qui ne sera plus usité ensuite (elephantocamellos), chez l’auteur de satires Lucilius7, actif au iie s. av. J.‑C.8. Il est ensuite mentionné fréquemment dans les écrits du ier s. av. J.‑C.9. Tout comme le grec κάμηλος, camelus désigne les deux espèces de chameaux, ce que Pline énonce clairement (HN VIII, 67) :

Les Orientaux élèvent comme gros bétail les chameaux, dont il y a deux espèces, le chameau de la Bactriane et celui de l’Arabie ; la différence est que le premier a deux bosses sur le dos, le second n’en a qu’une (trad. Littré 1848).

4Ainsi, dès l’origine et par la suite aussi, le grec et le latin distinguaient les deux espèces du genre Camelus mais les réunissaient sous le même nom.

  • 10 Utilisé par exemple par Diodore XIX, 37, 6 ; Strabon XV, 2, 10 ; Flavius Josèphe A, 6, 364 ou enco (...)
  • 11 Dans les ostraca du désert Oriental, le terme de δρομάς est utilisé au féminin, tandis que le κάμη (...)
  • 12 TLL, vol. V 1, p. 2068, l. 41‑p. 2068, l. 62.
  • 13 Ce terme aura un tel succès, dans son acception de « cavalier monté sur un chameau », ou méhariste (...)
  • 14 Le terme grec de δρομεδάριος/δρομαδάριος ne désignera jamais l’animal ; il n’est utilisé qu’en tan (...)

5À partir du ier s. av. J.‑C., apparaît en grec l’expression κάμηλος δρομάς (le « chameau qui court »10), qui renvoie uniquement au chameau à une bosse (Camelus dromedarius), le camélidé le plus couramment rencontré par ses locuteurs. Ce κάμηλος δρομάς ou tout simplement ce ou cette δρομάς (terme lui aussi épicène) désigne un type de chameau à une bosse léger et rapide, facile à monter, utilisé pour le service de la poste ou par les soldats, par opposition au simple κάμηλος, qui désigne le chameau de bât, utilisé de manière privilégiée pour le transport11. Cette même distinction existe aussi en latin avec l’apparition, aux côtés du camelus, du terme de dromas12, et enfin de dromedarius13. Ce dernier terme désigne tout d’abord les méharistes de l’armée romaine, qui font leur apparition dans les sources sous les règnes de Trajan et d’Hadrien (fig. 2) puis, par extension, le chameau qui court ou le chameau léger, à une époque tardive (ive s. ap. J.‑C.)14.

Fig. 2 – « Saïd de la 2e méhariste », carte postale (collection privée). Le méhariste, sans doute campé à Palmyre, est ici monté sur un hybride.

Fig. 2 – « Saïd de la 2e méhariste », carte postale (collection privée). Le méhariste, sans doute campé à Palmyre, est ici monté sur un hybride.

6Ainsi, la distinction entre κάμηλος et δρομάς et entre camelus, dromas puis dromedarius n’est pas une distinction entre espèce (« interspécifique »), mais une distinction à l’intérieur même de l’espèce (« intraspécifique ») de ce qu’il est convenu de nommer, en français, les dromadaires, c’est‑à‑dire les chameaux d’Arabie des Anciens. Dans certains dialectes arabes, une distinction équivalente est également attestée et le voyageur Baptistin Poujoulat, qui a traversé l’Orient au début du xixe s., évoque la différence entre ce que les Bédouins appelaient, de son temps, le djemel et le hedjin :

  • 15 Poujoulat 1841, p. 108.

[Ces noms] ne désignent pas deux espèces de chameaux, mais seulement deux races distinctes. Le djemel […] est exclusivement destiné au transport de lourds fardeaux ; le hedjin ne sert qu’aux voyageurs qui veulent aller vite, au gouvernement qui envoie des courriers d’Égypte en Syrie et de Syrie en Égypte15.

  • 16 Masson 1967, p. 66 ; Casevitz 1993, p. 405‑406.
  • 17 Sur le gml arabe et ses origines, voir Sima 2000, p. 91‑94.

7Mais évidemment, le terme grec lui‑même, κάμηλος, n’est pas un mot d’origine grecque. C’est un emprunt au sémitique gml16, qui désigne indifféremment les deux espèces du genre Camelus17.

Un animal des routes

  • 18 Sur ce point, l’article de base est celui de Midant‑Reynes et Braunstein‑Silvestre 1977 : il rasse (...)
  • 19 Cette capacité ne se vérifie pas dans le Sahara égyptien. La chose est moins certaine pour des dés (...)
  • 20 Sur les capacités comparées (en termes de vitesse, de puissance, de charge portée et de besoins) d (...)

8Historiens des déserts de l’Égypte, nous souhaitions à l’origine nous pencher sur l’histoire du κάμηλος qui nous concernait le plus directement : le dromadaire. La survenue de ce dernier au sein des déserts égyptiens au cours du Ier millénaire av. J.‑C.18 semble en effet avoir transformé l’histoire de ces régions et sa présence accrue à partir du ve s. av. J.‑C. accompagne un accroissement significatif de l’activité sur les routes des déserts. Non que l’introduction des camélidés ait permis de tracer de nouveaux itinéraires19 mais leur présence paraît plutôt avoir augmenté considérablement les capacités des caravanes, autrefois composées exclusivement d’ânes ou de mulets20. Le dromadaire aurait ainsi contribué à améliorer les liaisons entre la vallée du Nil et les déserts, mais aussi entre l’Égypte et les mondes asiatique et africain.

  • 21 Frankopan 2015.
  • 22 Monod 1937, p. 142.

9Le rôle joué par le dromadaire, comme par le chameau, dans l’accroissement de la connectivité au sein des mondes anciens s’illustre par le fait que chacun de ces deux animaux est, dans les esprits modernes aujourd’hui comme déjà chez les Anciens, associé à un grand itinéraire de circulation antique. Le premier est lié à la « Route de l’encens » qui unit l’Arabie du sud à la côte levantine et à la Mésopotamie, tandis que le nom du second est attaché à l’immense « Route de la soie » qui traverse d’est en ouest le plus vaste espace continental de la planète21. Ainsi en Asie, comme plus tard en Afrique, les camélidés permirent de déplacer de grandes quantités de richesses sur plusieurs milliers de kilomètres. Chameaux et dromadaires jouèrent là un rôle voisin de celui accompli par les navires de haute mer, justifiant ainsi leur surnom arabe de « vaisseau du désert » (safînat as‑Saḥrâ’). Sans le concours de ces animaux, relier les empires chinois et romain aurait été quasi impossible mais, plus encore, les grands déserts arides du vieux continent seraient demeurés vides d’hommes : « Libyens, guerba, palmier, chameau. Et c’est une révolution grâce à laquelle le Sahara n’est pas aujourd’hui un désert australien, sans puits, sans noms de lieux et sans nomades » écrivait ainsi Théodore Monod à propos du Sahara22.

Vu d’Égypte : un animal oriental

  • 23 Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 15‑16 septembre 2016 ; Nanterre, MSH René Ginouvès (...)
  • 24 Leichty 2011, p. 87‑88, r. 1‑2.

10Au point de départ des deux rencontres scientifiques à l’origine de ce volume23 se trouvent les deux déserts égyptiens : le désert Oriental, entre Nil et mer Rouge, et le désert occidental aux portes de la Libye. Le dromadaire y est un intrus, arrivé tardivement dans l’histoire de l’Égypte, et dont l’historiographie rattache l’introduction aux envahisseurs assyriens (au début du viie s. av. J.‑C.24) ou perses (à la fin du vie s. av. J.‑C.).

  • 25 L’une des plus anciennes représentations sur un vase grec d’un chameau de Bactriane date de cette (...)

11Dans les deux cas, les camélidés sont aux mains de tribus arabes qui savent les élever, tribus qui permirent aux armées venues de l’est de franchir le Sinaï et d’atteindre l’angle nord‑ouest de l’Égypte. L’association du dromadaire avec des « Bédouins » et des « Arabes » apparaît nettement dans le récit que donne Hérodote de l’invasion de l’Égypte conduite par le roi Cambyse en 526 av. J.‑C., durant laquelle le souverain s’assure du soutien d’une caravane d’eau destinée à ravitailler les troupes lors de la traversée du nord du Sinaï25 :

Lors donc que l’Arabe se fut engagé avec les envoyés venus de la part de Cambyse, voici les dispositions qu’il prit : il remplit d’eau des outres en peau de chameau et les chargea sur tous ses chameaux vivants ; cela fait, il avança dans la région sans eau et il y attendit les troupes de Cambyse (Hérodote III, 9, trad. Legrand 1939).

  • 26 Préaux 1962, p. 160. Voir aussi les références contenues dans Boutantin 2014, p. 294, n. 7.

12L’examen de la documentation papyrologique d’époque hellénistique (de la fin du ivs. à la fin du ier s. av. J.‑C.) confirme la permanence de cette association entre le dromadaire et les Arabes. Avec l’acuité qui lui était coutumière, Claire Préaux remarqua ainsi que les notaires qui rédigeaient les contrats de vente de dromadaires signalaient régulièrement des « marques en caractères arabes » portées sur le corps des animaux. Ce trait témoignait à ses yeux que des éleveurs arabes continuaient à jouer un rôle important dans l’élevage et la diffusion des dromadaires en Égypte bien après leur introduction26. La réalité d’un tel marquage des animaux se vérifie encore à l’heure actuelle dans la vallée du Nil et dans d’autres territoires camelins (fig. 3).

Fig. 3 – Marquage au cou d’un dromadaire au moyen de lettres arabes (Gauthier-Pilters, Dagg 1981, fig. 27).

Fig. 3 – Marquage au cou d’un dromadaire au moyen de lettres arabes (Gauthier-Pilters, Dagg 1981, fig. 27).
  • 27 Selon Hérodote VII, 86, c’est lors des guerres médiques, alors que le chameau accompagnait les con (...)

13Outre les Arabes, les Perses ont spontanément été associés au dromadaire par les Égyptiens et les Grecs des ve et ive s. av. J.‑C.27. En atteste ainsi une figurine de terre cuite datée de la période perse (veive s. av. J.‑C.) découverte par W. F. Petrie à Memphis (fig. 4).

Fig. 4 – Figurine de terre cuite, période perse (Petrie Museum, Londres, UC 8762, hauteur : 13,1 cm, largeur : 12 cm).

Fig. 4 – Figurine de terre cuite, période perse (Petrie Museum, Londres, UC 8762, hauteur : 13,1 cm, largeur : 12 cm).

14L’homme assis sur un camélidé porte une coiffe pointue et une robe drapée. Le même type de bonnet est porté par un personnage qui apparaît sur une autre céramique « caméline », un vase à figure rouge, découverte elle aussi à Memphis (fig. 5).

Fig. 5 – Louvre, inv. CA 3825 (dessin tiré de Kaminski 2006, p. 496 d’après le dessin réalisé par G. Passardi pour Kahil 1972, fig. 7).

Fig. 5 – Louvre, inv. CA 3825 (dessin tiré de Kaminski 2006, p. 496 d’après le dessin réalisé par G. Passardi pour Kahil 1972, fig. 7).
  • 28 À de multiples reprises, l’auteur évoque le « sabot » de l’animal ; or les dromadaires et les cham (...)

15L’œuvre, reconstituée par Lilly Kahil, est signée du nom du potier grec Sotadès, ce qui, outre des critères stylistiques, permet de la dater de la fin du ve s. av. J.‑C. Le cône du rhyton occupe la place qui était celle du personnage au bonnet pointu sur la figurine du Petrie Museum. Il s’agit là nettement d’un Perse reconnaissable à son bonnet phrygien à pattes. Ce dernier marche au côté du camélidé dans une position qui évoque celle d’un guide (le bras qui fait mine de tenir une longe est cependant reconstitué)28. En Grande Grèce, le vase dit « au chameau » du Maître de Wurtzbourg (fig. 6) qui date de la même période que l’œuvre de Sotadès, comporte des éléments iconographiques identiques : un personnage vêtu d’un bonnet phrygien à bandes, enveloppé d’un grand manteau, juché sur un grand camélidé. Toutefois, dans le cas du vase du Maître de Wurtzbourg, il ne s’agit pas d’un dromadaire mais d’un chameau bactrien qui est guidé par le Perse.

Fig. 6 – Vase à figure rouge dit du « Maître de Würzbug », ca 440 av. J.‑C. (Martin von Wagner Museum, Würzburg, inv. n° 216607).

Fig. 6 – Vase à figure rouge dit du « Maître de Würzbug », ca 440 av. J.‑C. (Martin von Wagner Museum, Würzburg, inv. n° 216607).

16L’association entre les camélidés, qu’ils soient à une bosse ou à deux bosses, et l’Empire achéménide repose sur une réalité géographique évidente dans la perception des peuples méditerranéens : Perses et camélidés venaient d’un Orient au sein duquel l’Asie centrale du chameau se confondait avec la péninsule Arabique du dromadaire. Par ailleurs, c’est au Levant que les Méditerranéens rencontraient le plus souvent les camélidés. Or là, comme en Mésopotamie, les sources écrites attestent la présence conjointe des deux espèces. Si le Camelus dromedarius y prédomine nettement, le bactrianus ne paraît finalement avoir été totalement absent que d’Arabie et d’Égypte. La présence des deux animaux au sein des mêmes troupeaux, en particulier dans les marges anatoliennes et nord‑mésopotamiennes, aboutit parfois à des hybridations conduites par les reproducteurs, qui apprécient les hybrides pour leur robustesse. Tous ces éléments invitent à envisager l’histoire du Camelus dromedarius et celle du bactrianus comme un tout.

Une anthropozoologie des grands camélidés de l’Eurasie

17Cela impose d’étendre le périmètre géographique (fig. 7) et chronologique, de déborder de l’Égypte et de ses périphéries chamelières – l’Arabie et le Levant – (fig. 8), pour étendre l’enquête à la partie centrale du continent asiatique (fig. 9) et remonter plus haut dans la chronologie jusqu’aux origines de la domestication de l’animal.

Fig. 7 – Localisation des principaux toponymes mentionnés dans l’ouvrage – carte générale (B. Redon, fond de carte Natural Earth).

Fig. 7 – Localisation des principaux toponymes mentionnés dans l’ouvrage – carte générale (B. Redon, fond de carte Natural Earth).

Fig. 8. – Localisation des principaux toponymes mentionnés dans l’ouvrage – vue détaillée sur le Proche et Moyen-Orient (B. Redon, fond de carte Natural Earth).

Fig. 8. – Localisation des principaux toponymes mentionnés dans l’ouvrage – vue détaillée sur le Proche et Moyen-Orient (B. Redon, fond de carte Natural Earth).

Fig. 9. – Localisation des principaux toponymes mentionnés dans l’ouvrage – vue détaillée sur l’Asie centrale (B. Redon, fond de carte Natural Earth).

Fig. 9. – Localisation des principaux toponymes mentionnés dans l’ouvrage – vue détaillée sur l’Asie centrale (B. Redon, fond de carte Natural Earth).

18Dépassant très largement le cadre proche‑oriental du Ier millénaire av. J.‑C. que nous nous étions fixé au départ, Rémi Berthon, Marjan Mashkour, Pamela Burger, Canan Çakırlar, Céline Redard et Henri‑Paul Francfort proposent ainsi un aperçu de l’histoire du chameau bactrien dès le IVe millénaire av. J.‑C. en Asie centrale et sur le plateau iranien au travers des sources fauniques, iconographiques et lexicales. Bertrand Lafont fait descendre le chameau bactrien du Zagros pour le conduire jusqu’à la plaine mésopotamienne et à la cité de Sumer à la fin du IIIe millénaire av. J.‑C. où, pour la première fois, l’animal apparaît dans des sources textuelles. La documentation cunéiforme plus récente, datant des IIe et Ier millénaire av. J.‑C., examinée par Laura Cousin, prolonge ce dossier et montre l’accroissement sans précédent des mentions des camélidés à partir du ixe s. av. J.‑C. en Assyrie et en Mésopotamie. Aux mêmes époques, les camélidés sont présents dans les sources bibliques, étudiées par Martin Heide, et dans les restes fauniques découverts dans l’oasis de Taymāʾ présentés par Anja Prust et Arnulf Hausleiter. Quelques siècles plus tard, à la fin du ve s. av. J.‑C., apparaissent les premières mentions du dromadaire dans la documentation écrite du désert occidental égyptien (Damien Agut‑Labordère). Celles‑ci précèdent de peu les attestations nombreuses de l’animal dans la documentation démotique du fort de Bi’r Samut (iiie s. av. J.‑C.) dans le désert Oriental, étudiée par Marie‑Pierre Chaufray ; elles illustrent l’importance de l’animal dans les réseaux de circulation du désert Oriental au début de l’époque lagide et le succès de la greffe de l’animal sur le territoire égyptien. Du même fortin proviennent des ostraca écrits en grec, dont l’un porte une lettre évoquant en détail l’élevage des dromadaires par des « Arabes du désert » (Hélène Cuvigny). Ces données textuelles exceptionnelles se voient complétées par les analyses archéozoologiques conduites par Martine Leguilloux sur une dizaine de fortins routiers localisés sur les routes conduisant de la vallée du Nil à la mer Rouge ou dans des carrières situées au cœur du désert Oriental. Textes, éléments osseux, le dossier du dromadaire égyptien ne saurait être complet sans évoquer l’iconographie offerte par les figurines de terre cuite d’époque romaine découvertes à Coptos présentées par Geneviève Galliano. Les routes chamelières qui traversent le désert Oriental égyptien prolongent celles tracées par les Nabatéens de l’autre côté de la mer Rouge et Laïla Nehmé propose un point complet de la documentation tant épigraphique qu’archéologique provenant de la côte orientale de l’Arabie sur un animal central dans la société et l’économie nabatéennes. Pierre‑Louis Gatier enfin dresse un portrait complet des modes d’élevage et des usages du chameau au Proche‑Orient durant l’Antiquité tardive, notamment de leur rôle dans le transport des marchandises de toutes sortes, sur de longues distances mais aussi surtout pour de courts trajets, en utilisant abondamment les sources de l’époque « pré‑contemporaine », si utile pour combler les lacunes de nos données.

  • 29 Rosen, Saidel 2010. Pour l’Égypte, voir Belal et al. 2009.

19Avec la fin de l’Antiquité, nous voici parvenus au terme de la chronologie assignée à ces rencontres. Il nous a semblé opportun de prolonger nos réflexions par deux textes de la plume de collègues non‑historiens. Le premier, écrit par Bernard Faye, zootechnicien, éleveur de camélidés, et Gaukhar Konuspayeva, biochimiste, porte sur le devenir du Camelus bactrianus en Asie centrale depuis 1917 et montre que l’élevage de cet animal à l’époque contemporaine est étroitement lié à des choix politiques et soumis à des vicissitudes économiques. Ce texte permet d’aborder la question des « peuples chameliers », pour qui les camélidés ne sont pas des intrus venus du bout du monde, mais constituent les piliers de l’économie pastorale qui soutient leur existence29. À la fin de ce volume, le travail de Charlotte Marchina, anthropologue, conduira le lecteur en Mongolie pour lui permettre de s’approcher de la réalité des peuples chameliers et des nécessités techniques qu’impose l’élevage de ces grands animaux (fig. 10), réalité que les sources écrites comme la documentation archéologique ne permettent d’appréhender que difficilement.

Fig. 10 – Éleveur mongol poursuivant un chameau refusant d’entrer dans l’enclos, Mongolie, province d’Arhangai, juillet 2013 (C. Marchina).

Fig. 10 – Éleveur mongol poursuivant un chameau refusant d’entrer dans l’enclos, Mongolie, province d’Arhangai, juillet 2013 (C. Marchina).

« Le chameau est une usine énergétique, il transforme les ligneux en forces calorifiques que l’homme pompe pour prospérer sur le tapis de la steppe stérile » (Tesson 2007, p. 30).

  • 30 Bouffartigue 2003, p. 132.

20Effacer ou, à tout le moins, araser le temps de la lecture de ce volume les digues académiques qui séparent les différentes disciplines présentes ici – histoire, épigraphie, archéologie – telle est l’ambition de cet ouvrage. Confronter des données et des expériences aussi variées répond à une nécessité scientifique. Le chameau antique se signale en effet de trois manières différentes : par ses restes organiques, les mentions qui sont faites de lui dans les textes et les images qui le représentent. Chacun conviendra qu’il est aujourd’hui impossible d’être à la fois archéozoologue, papyrologue et iconographe : il est donc absolument nécessaire que les spécialistes de ces trois disciplines confrontent leurs résultats. L’apport des ethnologues et des zootechniciens est tout aussi essentiel en ce qu’ils permettent d’éclairer les usages peu ou pas documentés par les sources anciennes, tout particulièrement les questions liées à l’élevage, et d’éviter aux historiens, qui ne sont que des camélologues amateurs, d’avancer des hypothèses absurdes. À la fin, il ne s’agit pas simplement d’aller voir « ce que font les autres », mais de suivre les préceptes que Jean Bouffartigue a proposés dans un article programmatique de 2003 et intitulé « Problématiques de l’animal dans l’Antiquité grecque », dans lequel il exhorte ses collègues antiquisants de la manière suivante : « L’étude de l’animal dans l’Antiquité devrait être une anthropozoologie, c’est‑à‑dire une étude de l’animal tel que l’homme l’utilise, le chasse, le mange, le vénère, le sacrifie, le voit, le représente, le conçoit, etc. appuyée sur une connaissance aussi précise que possible de ce qu’il fut réellement dans un espace et un temps donnés »30. Nous espérons que, par la variété et la richesse des articles qu’il contient, ce volume constituera non seulement une collection de données utiles à la recherche mais aussi une source d’inspiration pour l’avenir des études camélines antiques.

Bibliographie

Agut‑Labordère D. 2018, « L’introduction du dromadaire dans le désert occidental égyptien au Ier millénaire av. J.‑C. », in G. Tallet et T. Sauzeau, Mers et déserts de l’Antiquité à nos jours : approches croisées, Rennes, p. 175‑195.

Belal A., Briggs J., Sharp J., Springuel I. 2009, Bedouins by the lake. Environment, change and sustainability in Southern Egypt, Le Caire.

Bouffartigue J. 2003, « Problématiques de l’animal dans l’Antiquité grecque », Lalies 23, p. 131‑168.

Boutantin C. 2014, Terres cuites et culte domestique. Bestiaire de l’Égypte gréco‑romaine, Leyde‑Boston.

Casevitz M. 1993, « Sur les “mots voyageurs” de l’Inde jusqu’en Grèce », Topoi 3/2, p. 401‑406.

Casevitz M. 1995, « L’Inde des poètes grecs, d’Eschyle à Nonnos », in J.-C. Carrière, E. Geny, M.-M. Mactoux, F. Paul-Lévy (éd.), Inde, Grèce ancienne. Regards croisés en anthropologie de l’espace, Collection de l’Institut des Sciences et Techniques de l’Antiquité 576, Besançon, p. 9‑19.

Cook J. 1965, « Old Smyrna : Ionic black figure and other sixth‑century figured wares », ABSA 60, p. 114‑142.

Cuvigny H. 2014, « Le système routier du désert Oriental égyptien sous le Haut‑Empire à la lumière des ostraca trouvés en fouille », in J. France et J. Nelis‑Clément, La statio. Archéologie d’un lieu de pouvoir dans l’empire romain, Scripta Antiqua 66, Bordeaux, p. 247‑278.

Dabrowa E. 1991, « Dromedarii in Roman Army : A note », in V.A. Maxfield et D.A. Dobsen (éd.), Roman Frontier Studies, Exeter, p. 364‑366.

Frankopan P. 2015, The Silk Road. A new history of the world, Londres.

Gauthier‑Pilters H., Dagg H.I. 1981, The camel : its evolution, ecology, behavior and relationship to man, Chicago.

Kahil L. 1972, « Un nouveau vase plastique du potier Sotadès du Musée du Louvre », Revue Archéologique, fasc. 2, p. 271‑84.

Kaminski G. 2006, « Busiris, Memnon und Andromeda : Aspekte des Fremdenbildes der Griechen in vorptolemäischer Zeit » in H. Beck (dir.), Ägypten Griechenland Rom‑Abwehr und Berührung‑Stadelsches Kunstinstitut und Städtisches Galerie, 26 novembre 2005‑26 février 2006, Francfort‑sur‑le‑Main, p. 104‑113.

Kitchell K.F.J. 2014, Animals in the Ancient World from A to Z. The Ancient World from A to Z, Londres‑New York.

Legrand P.-E. (éd. et trad.) 1939, Hérodote, Histoires. Livre III, Paris.

Leichty E. 2011, The royal inscriptions of Esarhaddon, king of Assyria (680‑669 BC), RINAP 4, Winona Lake.

Masson E. 1967, Recherches sur les plus anciens emprunts sémitiques en grec, Paris.

Littré E. (trad.) 1848, Histoire naturelle de Pline, t. 1, Paris.

Midant‑Reynes B., Braunstein‑Silvestre F. 1977, « Le chameau en Égypte », Orientalia 46/3, p. 337‑362.

Monod T. 1937, Méharées, Paris.

Préaux C. 1962, « Ventes de deux chamelles (P.Brooklyn gr. 3) », CdE 37, p. 155‑162.

Poujoulat B. 1841, Voyage à Constantinople, dans l’Asie Mineure, en Mésopotamie, à Palmyre, en Syrie, en Palestine et en Égypte, Paris.

Ripinsky M. 1985, « The camel in dynastic Egypt », JEA 71, p. 134‑141.

Rosen S.A., Saidel B.A. 2010, « The camel and the tent : An exploration of technological change among early pastoralists », JNES 69/1, p. 63‑77.

Sima A. 2000, Tiere, Pflanzen, Steine und Metalle in den altsüdarabischen Inschrifte, Wiesbaden.

Tesson S. 2007, L’or noir des steppes. Voyage aux sources de l’énergie, Paris.

Notes

1 Comme d’autres zoonymes, le terme est épicène et les articles ὁ ou ἡ servent à distinguer les mâles des femelles.

2 Hérodote I, 80, 133 ; III, 9, 102, 103, 105 ; VII, 83, 86, 87, 125, 184 ; IX, 81. Eschyle, Les Suppliantes, v. 284‑286 (œuvre datée de 463), fait dire au Roi s’adressant au chœur des Danaïdes : « J’ai ouï parler aussi d’Indiennes nomades, qui vont chevauchant des chameaux » (trad. Casevitz 1995, p. 10‑11).

3 Dans l’art grec, l’une des plus anciennes représentations se trouve sur un skyphos (Munich, Antikensammlungen 2008) daté du second quart du vie s. av. J.‑C (Cook 1965, p. 123‑124) ; elle figure un chameau à deux bosses. Voir Kitchell 2014, s.v. « camel », qui fait un point récent, si ce n’est tout à fait complet, sur les sources classiques (textuelles et iconographiques) relatives à l’animal.

4 Hérodote III, 103 : « Je ne ferai pas la description du chameau, elle est connue des Grecs » (Τὸ μὲν δὴ εἶδος ὁκοῖόν τι ἔχει ἡ κάμηλος, ἐπισταμένοισι τοῖσι Ἕλλησι οὐ συγγράφω·), trad. Legrand 1939.

5 Aristote, Histoire des animaux 499b : αἱ κάμηλοι ἀμφότεραι, αἵ τε Βακτριαναὶ καὶ αἱ Ἀράβιαι.

6 TLL, vol. III, p. 201, l. 54‑p. 203, l. 4.

7 Gaius Lucilius, Saturae, frg. 149.

8 Apparemment, le terme remonterait à Aristophane, d’après Edmond de Rostand, qui l’utilise dans Cyrano de Bergerac.

9 D’après Salluste, c’est lors de la troisième guerre mithridatique en 74 av. J.‑C. que les Romains auraient vu un chameau pour la première fois : Salluste, Hist. Fr. 3, 42, d’après Plutarque, Lucull. 11.

10 Utilisé par exemple par Diodore XIX, 37, 6 ; Strabon XV, 2, 10 ; Flavius Josèphe A, 6, 364 ou encore Plutarque, Alexandre 31, 3. Quinte Curce (Histoire d’Alexandre V, 2, 10, 1) en donne la définition suivante : Dromades cameli inter dona erant velocitatis eximiae. Tite‑Live les associe aux Arabes et à la guerre (Ab Urbe Condita 37, 40, 12, 3).

11 Dans les ostraca du désert Oriental, le terme de δρομάς est utilisé au féminin, tandis que le κάμηλος apparaît au masculin : Cuvigny 2014, p. 265.

12 TLL, vol. V 1, p. 2068, l. 41‑p. 2068, l. 62.

13 Ce terme aura un tel succès, dans son acception de « cavalier monté sur un chameau », ou méhariste, qu’il va, en retour, être adopté en grec sous la forme de δρομαδάριος à l’époque de Trajan (Cuvigny 2014). Il est attesté dans une demi‑douzaine de papyrus grecs des iieiiis., dont on trouvera la liste dans TLL, vol. V 1, p. 2068, l. 63‑p. 2069, l. 6. Sur les méharistes, voir Dabrowa 1991.

14 Le terme grec de δρομεδάριος/δρομαδάριος ne désignera jamais l’animal ; il n’est utilisé qu’en tant que nom de métier, pour désigner les méharistes. Nous remercions vivement P.‑L. Gatier de cette précision.

15 Poujoulat 1841, p. 108.

16 Masson 1967, p. 66 ; Casevitz 1993, p. 405‑406.

17 Sur le gml arabe et ses origines, voir Sima 2000, p. 91‑94.

18 Sur ce point, l’article de base est celui de Midant‑Reynes et Braunstein‑Silvestre 1977 : il rassemble toute la documentation censée attester la présence de chameaux en Égypte, aussi bien faunique, qu’iconographique et textuelle. Toutefois, malgré un sérieux travail d’enquête, on ressort de la lecture de cet article avec plus de doutes que de certitudes, tant les hésitations que l’on peut avoir sur la datation des trouvailles, notamment des ossements et des graffiti, sont importantes. La question a de nouveau été abordée par Ripinski 1985, sans qu’il apporte aucune nouveauté réelle, et très récemment par Agut‑Labordère 2018. Au terme d’un examen des sources, ce dernier élimine tous les témoignages de nature ou de date trop incertaine pour conclure finalement qu’il n’existe pas de preuve incontestable de la présence du chameau dans la vallée du Nil avant le début du Ier millénaire av. J.‑C., date à laquelle il commence à être utilisé sur les pistes des déserts égyptiens.

19 Cette capacité ne se vérifie pas dans le Sahara égyptien. La chose est moins certaine pour des déserts comme le Rub al‑Khali ou celui de Gobi où l’écart séparant les haltes impose de recourir aux extraordinaires capacités de résistance à la déshydratation des dromadaires et des chameaux.

20 Sur les capacités comparées (en termes de vitesse, de puissance, de charge portée et de besoins) des chameaux, ânes et mulets, voir Agut‑Labordère 2018. Pour donner quelques chiffres, les camélidés peuvent effectuer des étapes allant jusqu’à 60 km par jour contre 45 km pour les petits équidés ; ils peuvent porter jusqu’à 200 kg de charge contre la moitié pour les ânes et mulets. Ces derniers ne peuvent accomplir plus d’une étape sèche alors que les camélidés peuvent ne pas boire durant une semaine en hiver. Voir également l’article de P.-L. Gatier dans ce volume.

21 Frankopan 2015.

22 Monod 1937, p. 142.

23 Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 15‑16 septembre 2016 ; Nanterre, MSH René Ginouvès, 16 mars 2017. Les deux journées ont été organisées avec l’appui des laboratoires HiSoMA et ArScAN, et le soutien de la mission archéologique française du désert Oriental.

24 Leichty 2011, p. 87‑88, r. 1‑2.

25 L’une des plus anciennes représentations sur un vase grec d’un chameau de Bactriane date de cette période. Voir plus haut n. 3.

26 Préaux 1962, p. 160. Voir aussi les références contenues dans Boutantin 2014, p. 294, n. 7.

27 Selon Hérodote VII, 86, c’est lors des guerres médiques, alors que le chameau accompagnait les contingents arabes du Grand Roi, que les Grecs auraient vu l’animal pour la première fois.

28 À de multiples reprises, l’auteur évoque le « sabot » de l’animal ; or les dromadaires et les chameaux sont des digitigrades et non des onguligrades, ils sont donc pourvus de pieds et non de sabots. L’examen des extrémités des deux pattes antérieures montre que celles‑ci sont fendues en deux, dessinant les deux doigts caractéristiques du pied des dromadaires. Kahil 1972, p. 278 observe par ailleurs très justement que « la patte s’écarte obliquement vers l’extérieur », il ne saurait donc s’agir d’un équidé.

29 Rosen, Saidel 2010. Pour l’Égypte, voir Belal et al. 2009.

30 Bouffartigue 2003, p. 132.

Table des illustrations

Titre Fig. 1a – Camelus dromedarius du désert Oriental d’Égypte (A. Bülow-Jacobsen).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8522/img-1.JPG
Fichier image/jpeg, 916k
Titre Fig. 1b – Camelus bactrianus de Mongolie (J. Suire).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8522/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 667k
Titre Fig. 2 – « Saïd de la 2e méhariste », carte postale (collection privée). Le méhariste, sans doute campé à Palmyre, est ici monté sur un hybride.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8522/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Fig. 3 – Marquage au cou d’un dromadaire au moyen de lettres arabes (Gauthier-Pilters, Dagg 1981, fig. 27).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8522/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 541k
Titre Fig. 4 – Figurine de terre cuite, période perse (Petrie Museum, Londres, UC 8762, hauteur : 13,1 cm, largeur : 12 cm).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8522/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Fig. 5 – Louvre, inv. CA 3825 (dessin tiré de Kaminski 2006, p. 496 d’après le dessin réalisé par G. Passardi pour Kahil 1972, fig. 7).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8522/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 6 – Vase à figure rouge dit du « Maître de Würzbug », ca 440 av. J.‑C. (Martin von Wagner Museum, Würzburg, inv. n° 216607).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8522/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 770k
Titre Fig. 7 – Localisation des principaux toponymes mentionnés dans l’ouvrage – carte générale (B. Redon, fond de carte Natural Earth).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8522/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 499k
Titre Fig. 8. – Localisation des principaux toponymes mentionnés dans l’ouvrage – vue détaillée sur le Proche et Moyen-Orient (B. Redon, fond de carte Natural Earth).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8522/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 525k
Titre Fig. 9. – Localisation des principaux toponymes mentionnés dans l’ouvrage – vue détaillée sur l’Asie centrale (B. Redon, fond de carte Natural Earth).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8522/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Titre Fig. 10 – Éleveur mongol poursuivant un chameau refusant d’entrer dans l’enclos, Mongolie, province d’Arhangai, juillet 2013 (C. Marchina).
Légende « Le chameau est une usine énergétique, il transforme les ligneux en forces calorifiques que l’homme pompe pour prospérer sur le tapis de la steppe stérile » (Tesson 2007, p. 30).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/8522/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 882k

Acheter

Volume papier

LCDPU
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search