Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voter en Grèce, à Rome et en Gaule

 | 
Aldo Borlenghi
, 
Clément Chillet
, 
Virginie Hollard
, 
et al.

Troisième partie. Le monde gaulois

Voter dans les sanctuaires en Gaule romaine

Espaces architecturaux, indices matériels et cadre institutionnel1

Matthieu Poux

À Serge Lewuillon

Texte intégral

  • 1 Je remercie très chaleureusement Michel Aberson et Michel Tarpin, pour le temps qu’ils ont consacr (...)
  • 2 Peyre 2001 ; Fichtl 2010a-b.
  • 3 Metzler, Méniel et Gaeng 2006 ; C. Gaeng, P. Méniel et J. Metzler dans ce volume.
  • 4 Poux (dir.) 2012 ; Poux, Demierre (dir.) 2016.
  • 5 Ruby, Auxiette 2010.
  • 6 Marc 2011 ; Dondin-Payre 2012a ; Marc 2014.

1L’intitulé de ce volume postule comme une évidence l’existence de pratiques de vote exercées, avant l’époque romaine, au cœur des oppida et des principaux lieux de culte de la Gaule indépendante. Formulée par différents auteurs depuis une quinzaine d’années, sur la base des fouilles des oppida de Villeneuve-Saint-Germain2, du Titelberg3 et de Corent4, cette hypothèse a suscité de vives critiques, fondées sur la reprise de ces mêmes données de fouille5 ou sur des considérations plus générales, mettant en cause la validité des comparaisons convoquées par les archéologues6. Le débat, qui est loin d’être clos, illustre surtout la difficulté qu’ont ces derniers à passer de l’étude de la culture matérielle à l’histoire des institutions – davantage encore, à les faire admettre aux yeux des historiens antiquisants.

  • 7 Voir la contribution d’E. Mitzakis dans ce volume.

2On admettra volontiers que la restitution des pratiques civiques qui avaient cours en Gaule préromaine repose surtout, en l’absence de témoignages littéraires et épigraphiques, sur une lecture littérale du récit césarien7 servant de support à un échafaudage de spéculations qui demeure fragile et laisse en suspens de nombreuses interrogations : ces élections mettaient-elles en œuvre des procédures identiques à celles connues en Grèce ou à Rome ? Faisaient-elles appel aux mêmes dispositifs architecturaux et aux mêmes accessoires, impliquant de facto les mêmes procédures complexes de convocation, de comptabilisation des votants, de contrôle des modalités de vote et de dépouillement des suffrages ? Ces pratiques, si elles ont existé, entretenaient-elles véritablement un lien avec la sphère religieuse – lien érigé au rang d’évidence par les spécialistes des sanctuaires de la fin de l’âge du Fer alors qu’il ne va pas forcément de soi ?

  • 8 Pour une discussion approfondie des enjeux et implications idéologiques qui sous-tendent l’histori (...)
  • 9 Dondin-Payre 1997 ; Bérard 1999 ; Dondin-Payre 2006 ; Dondin-Payre 2011 ; Dondin-Payre 2012a.

3La présente contribution ne prétend pas arbitrer une discussion qui mobilise, de part et d’autre, nombre de préjugés et de biais épistémologiques liés au cloisonnement des disciplines inhérent à la recherche française8. Elle s’attachera plutôt à démontrer que ces questions peuvent également être abordées de façon régressive, à partir des procédures électorales qui avaient cours en Gaule romaine d’époque impériale. Il existe malheureusement très peu d’attestations textuelles ou épigraphiques faisant état du mode d’élection et de nomination des assemblées et des magistrats, constat qui s’applique plus largement à l’ensemble des provinces de l’Occident romain où la praxis institutionnelle demeure mal connue. L’existence de spécificités provinciales et locales, documentées de façon sibylline par les inscriptions, complique encore la tâche. Dans ce contexte, il n’est pas surprenant que l’hypothèse d’une pratique électorale en Gaule préromaine suscite de fortes oppositions, de la part d’historiens qui doutent de son existence même pour l’époque romaine9.

Votes et acclamations en Gaule romaine : la preuve par l’épigraphie ?

  • 10 Jacques 1984.
  • 11 Même si ce choix était préalablement limité par le nombre et la répartition des postes à pourvoir (...)

4Il a longtemps été admis qu’il n’existait, dans les provinces d’époque impériale, pas davantage d’espace pour la pratique démocratique qu’à Rome. F. Jacques10 a rappelé que des procédures électorales étaient mentionnées dans certaines circonstances, en Italie comme dans le reste de l’Empire. En dehors de l’Urbs, l’existence de comices locaux est encore attestée au iie s. dans le Latium, à Ostie (CIL XIV, n° 375 et 2410, in comitio facto), à Bovillae (CIL XIV, n° 2410, comitia magistratuum) ou encore, à Pompéi jusqu’en 79 ap. J.‑C. Dans ce dernier cas, c’est le peuple, non l’ordo, qui élit formellement les magistrats, enjeu d’âpres compétitions électorales bien attestées par l’épigraphie11. Le choix des candidats à certaines magistratures, à l’organisation de munera ou à l’érection de statues, était le plus souvent confié à l’ordo decurionum. Il semble néanmoins que ce dernier ait tenu compte, dans certains cas, de la « pression populaire », à l’approbation du populus réuni en foule sur les places publiques ou dans les édifices de spectacle (AE, 1914, n° 130 ; CIL III, n° 289‑290 et 6812). Plus explicite est l’expression IIvir suffragio populi creatus utilisée au sujet d’un duumvir de Catane, sur une inscription datée du iie s. (CIL X, n° 7023). Si une interrogation demeure quant au mode de désignation de certaines magistratures, par nomination (nominatio) ou par élection (creatio), l’existence d’élections locales semble donc bel et bien correspondre à une réalité institutionnelle bien ancrée dans les institutions provinciales, exposée et débattue de manière approfondie dans ce volume par A. Borlenghi, X. Dupuis et F. Hurlet.

  • 12 Vipard 2008 ; F. Hurlet, dans ce volume.

5En ce qui concerne la Gaule Lyonnaise, elle n’est attestée en pointillé que par quatre documents épigraphiques datés des iie et iiie s. ap. J.‑C. découverts, pour les trois premiers, dans la colonie de Lugdunum et pour le quatrième à Vieux en Normandie. Une inscription découverte dans l’église Saint-Étienne à Lyon (CIL XIII, n° 1921) mentionne les ludi circenses offerts par S. Ligurius Marinus, qui a exercé entre autres charges celle de « questeur honoré des ornements duumviraux par le suffrage du sanctissime ordre, duumvir désigné à la demande du peuple » (IIviralibus ornamentis suffragio sanctissimi ordinis honoratus, IIvir designatus ex postulatione populi). Une autre, issue des fouilles de l’odéon (AE, 1966, n° 252), honore T. Aquius Apollinaris, qualifié lui aussi de « duumvir à la demande du peuple » (IIvir designatus ex postulatione populi). La même expression se retrouve sur une dernière inscription lyonnaise non localisée précisément (CIL XIII, n° 1929). Enfin, le marbre de Thorigny, résumant la carrière de T. Sennius Solemnis (CIL XIII, n° 3162), stipule qu’il a été élu duumvir « sans qu’il y ait eu recours au tirage au sort » (sine sorte), c’est-à-dire qu’il a toujours obtenu l’ensemble des suffrages et n’a jamais été soumis à la loterie pour départager les votes12.

  • 13 Rosenstein 1995.
  • 14 Jacques 1984, p. 388 ; dans le même sens Laffi 2006, p. 124. Sur la postulatio populi, voir en der (...)
  • 15 Bérard 1999.
  • 16 Jullian 1920‑1926, p. 332. Il est parfaitement possible, au demeurant, que ces procédures régissen (...)

6Ces formules renvoient à des procédures de vote bien distinctes. Le tirage au sort épargné à C. Sennius Solemnis revêt un caractère formel, voire quasiment sacré si l’on se réfère à l’usage des sorts en tant qu’instruments divinatoires, exprimant l’assentiment des divinités13. La référence à la postulatio populi traduit, selon F. Jacques, une « demande populaire intégrée à la vie institutionnelle », qui pouvait s’exprimer aussi bien dans un contexte électoral que de manière plus informelle, lors des munera donnés dans l’amphithéâtre, le théâtre et l’odéon, où l’une d’elles a été retrouvée14. Plus nuancé, F. Bérard15 y voit préférentiellement une forme de recommandation populaire précédant la décision de l’ordo, à caractère honorifique plutôt que politique, rejoignant en cela l’opinion de C. Jullian16. On peut néanmoins objecter que cette procédure, qualifiée « d’exceptionnelle », concerne tout de même trois des six duumvirs lyonnais documentés par l’épigraphie.

  • 17 Le droit accordé par Auguste aux citoyens de Narbonne, de prendre en compte dans les tribunaux les (...)
  • 18 Lex Vrs., 101 ; Rodríguez Neila 2008.

7L’usage de la même formule sur une inscription de Nîmes (CIL XII, n° 3185), qui fait écho au statut de candidatus Arelatensium dont se prévaut C. Iunius Priscus sur le podium de l’amphithéâtre d’Arles (CIL XII, n° 697), tend à indiquer qu’elle n’avait cours que dans les colonies de droit romain17. Rien n’interdit cependant de penser qu’elle fait référence à une procédure électorale régulière, telle que décrite par la loi d’Urso en Hispanie Ultérieure : convocation annuelle des colons dans les comices (comitia) pour y élire (creare) les magistrats ordinaires (duumvirs et édiles), ou à titre plus exceptionnel, de les remplacer (subrogare)18. L’élection du magistrat par l’assemblée populaire, fondement de sa légitimité institutionnelle (imperium potestatemve colonorum suffragio geret), est clairement énoncée même si elle s’inscrit peut-être dans un cadre juridique spécifique aux colonies de droit romain fondées à la fin de l’époque césarienne – 44 av. J.‑C. pour Urso, un an plus tard pour Lugdunum. Le fait que les institutions municipales de Malaca aient recours, à l’époque flavienne, aux mêmes procédures pour l’élection des magistrats (duumvirs, édiles et questeurs, Lex Municipii Malacitani, CIL II, n° 1964) et la formule IIvir suf(fragio) popul[i] creatus mentionnée par l’inscription de Catane au iie s. ap. J.‑C. témoignent pourtant d’une pratique plus largement répandue et plus pérenne qu’il n’y paraît. À magistrature équivalente, ces trois exemples autorisent à penser que la postulatio populi a pu représenter davantage qu’une simple formule de recommandation, bien que l’épigraphie lyonnaise soit beaucoup moins explicite sur ce point que dans les exemples hispaniques.

  • 19 Abrégés 139.
  • 20 Larsen 1955, p. 135 ; Deininger 1965, p. 22, n. 5 ; Fishwick 1987‑2005, p. 101, 580.
  • 21 Le passage cité ne précise pas comment la candidature de Vercondaridubnus a émergé. Il est parfait (...)
  • 22 La pertinence de cette comparaison est relativisée par les différences qui séparent les deux proce (...)

8Une dernière procédure d’élection est attestée à Lyon, qui concerne le grand-prêtre de l’autel de la Confluence, chargé d’un rôle politique majeur en tant que futur représentant de la Gaule chevelue auprès des gouverneurs et de la maison impériale. L’épitomateur de Tite-Live19 affirme en effet que le premier d’entre eux, l’Éduen C. Iulius Vercondaridubnus, n’a pas été désigné par Auguste mais élu (creatus) par et parmi les délégués des cités gauloises réunis chaque année à Condate20. Les modalités pratiques de cette élection, réservée à quelques candidats présélectionnés à l’avance ou ouverte à tous les délégués présents, soulèvent autant de questions auxquelles la documentation épigraphique ne permet pas de répondre21. L’épisode fait néanmoins écho aux mentions, plus tardives, de sévirs désignés a conspirante populo (CIL X, n° 112) ou a suffragio populi (CIL V, n° 5600)22. Les gradins inscrits de l’amphithéâtre attenant au sanctuaire, témoins de places réservées à chaque délégation, permettent d’imaginer qu’ils étaient désignés par acclamatio populaire. Une étape préalable résidait dans le choix de ces mêmes délégués au sein de leur cité d’origine, pour lequel on ne disposait jusqu’à présent d’aucun témoignage, mais dont il sera question en conclusion de cet article.

Sanctuaires et lieux de convergence populaire

  • 23 Hollard 2010.
  • 24 M. Humm, dans ce volume.
  • 25 Cette notion ne concerne pas uniquement les sanctuaires urbains dotés d’un temple de type gréco-it (...)

9La question du vote sur les sanctuaires n’est pas spécifique à la Gaule romaine ou préromaine. Dans la Rome républicaine, la procédure électorale constitue un acte rituel à part entière, indissociable de la sphère religieuse, qu’il s’agisse de l’obligation d’organiser les comices dans un templum inauguratum ou de leur délocalisation devant le temple de Castor et Pollux et du Divus Iulius23. Le terme même de saepta ou de locus consaeptus renvoie à la notion « d’enclos sacré » défini par la puissance augurale, pourvu des mêmes propriétés symboliques et juridiques que l’enceinte des sanctuaires24. En Italie comme dans les provinces, tout lieu sacré consaeptus, enceint par un mur d’enclos de type murus, maceria ou saeptum délimité par les augures municipaux, a théoriquement pu accueillir de telles opérations25.

  • 26 Lamoine 2010, p. 391‑399.

10En Gaule romaine, le lien qui unit les sanctuaires à la vie institutionnelle et politique de la cité est bien mis en évidence par les témoignages épigraphiques faisant état de constructions, d’offrandes et d’inscriptions réalisées en l’honneur, à l’initiative et/ou avec l’autorisation des autorités compétentes à l’échelle de la civitas, du pagus ou du vicus : gouverneurs, assemblées et notables locaux y rivalisent d’actes d’évergétisme à la gloire de l’empereur, afin de renforcer leur emprise territoriale et relayer leur autorité en tout point de la cité26. Dans les décennies qui suivent la conquête, les sanctuaires implantés sur ou à proximité d’anciens chefs-lieux font l’objet à ce titre d’une attention toute particulière. Loin d’être relégués au rang de « lieux de culte secondaires », certains d’entre eux continuent manifestement à assumer un rôle institutionnel de premier plan (Ribemont-sur-Ancre, Naix-aux-Forges, Mandeure, Le Titelberg, Le Martberg, Meaux, Corent, Vendeuvre-du-Poitou).

  • 27 Fincker, Tassaux 1992.

11L’étendue et la monumentalité de certaines installations, dont l’architecture se déploie parfois sur plusieurs hectares (fig. 1) et témoigne d’un effort financier équivalent à celui investi dans les sanctuaires du chef-lieu, suggèrent qu’ils ont été le cadre d’assemblées à caractère religieux mais aussi politique, dont la nature reste pour une grande part inconnue. Aux cérémonies et ludi scaenici organisés dans le cadre du culte impérial27 ont pu s’ajouter d’autres événements, comme les assemblées civiques, les opérations de recensement et les élections.

Fig. 1 – Esplanades monumentales d’Avenches et de Vendoeuvres-du-Poitou (d’après Van Andringa 2002).

Fig. 1 – Esplanades monumentales d’Avenches et de Vendoeuvres-du-Poitou (d’après Van Andringa 2002).
  • 28 Jacques 1991.
  • 29 Picard 1968‑1969 ; Picard 1983.
  • 30 Dondin-Payre 2012a-b.

12Reconnaître aux lieux de culte cette dimension institutionnelle n’équivaut en aucun cas à réhabiliter la notion de conciliabulum, longtemps utilisée pour qualifier les sanctuaires ruraux gallo-romains en tant que lieux de convergence politique et civique et disqualifiée à juste titre par F. Jacques28. S’il désigne bien des lieux de réunion, qui ont pu coïncider dans un certain nombre de cas avec des lieux de culte, le terme est spécifique à l’Italie d’époque républicaine et ne saurait en aucun cas s’appliquer à la Gaule du Haut-Empire. Par retour de balancier, cette correction lexicale a amené la plupart des auteurs à dénier la fonction de « centre civique », assignée par G.‑Ch. Picard29 à certains sanctuaires dotés d’équipements monumentaux disproportionnés (triptyque théâtre, temple et thermes, parfois complété d’une basilique) et organisés sur le modèle d’un forum urbain comme celui de Vendœuvres-en-Brenne30.

13Du point de vue de l’archéologie, il est plus que jamais pertinent de s’interroger sur la fonction de ces édifices et espaces monumentaux déconnectés des chefs-lieux et directement empruntés au répertoire architectural urbain. La présence de certains équipements comme les théâtres et les basiliques, par nature publics et polyvalents, n’implique pas obligatoirement la tenue en leur sein de pratiques d’ordre politique ou civique. Mais elle en crée les conditions matérielles, dès lors qu’ils sont intégrés dans un vaste dispositif adapté au rassemblement de foules nombreuses, que l’absence d’agglomération associée (ou sa taille réduite) ne saurait justifier.

Théâtres et allées monumentales

  • 31 Étienne 1985, p. 16 ; Hufschmid 2009, p. 183.
  • 32 Hufschmid 2009, p. 183.

14Au premier rang de ces équipements figurent les édifices de spectacle, lieux de convergence par excellence de la communauté civique et de ses représentants. Il est désormais bien établi que certains d’entre eux ont assumé une fonction religieuse et politique, dont la preuve la moins contestable est donnée à l’échelle provinciale par les gradins inscrits de l’amphithéâtre adossé à l’Ara ad Confluentem à Lyon, qui le désignent comme le lieu d’assemblée annuelle des représentants de chaque cité des Tres Galliae31. Selon Th. Hufschmid32, l’expression postulante populo in theatro, répétée sur plusieurs inscriptions d’Orient (AE, 1914, n° 130 ; CIL III, n° 289‑290 et 6812) tendrait à prouver que des théâtres ont été le cadre d’expressions populaires, dont l’objet demeure cependant indéterminé. Probablement assumée, à titre occasionnel ou régulier, par la plupart des grands édifices de spectacle érigés au cœur des colonies et des municipes, cette fonction sociopolitique peut théoriquement être étendue aux théâtres équipant les agglomérations secondaires de Gaule romaine.

  • 33 Fincker et Tassaux 1992.
  • 34 Dumasy 2011.
  • 35 Hufschmid 2009 ; Hufschmid 2011.
  • 36 Sur l’épigraphie des théâtres dans les Trois Gaules et les Germanies, voir en dernier lieu : Spick (...)

15Ces théâtres, anciennement qualifiés de « ruraux », sont fréquemment érigés à l’intérieur ou au voisinage des sanctuaires, sur des terrains vierges, plus propices au déploiement de complexes architecturaux que des centres urbains déjà saturés. Leur capacité, variant de quelques centaines à plusieurs milliers de places assises, apparaît souvent surdimensionnée en regard du réservoir de populations résidentes. À la suite de M. Fincker et F. Tassaux33, F. Dumasy34 et Th. Hufschmid35 ont souligné de concert leur rôle d’instruments de légitimation des élites. Hormis le gain politique afférent à l’organisation régulière des ludi scaenici, la construction ou la réfection de ces édifices a fréquemment donné lieu à des actions évergétiques consignées par l’épigraphie, qui ont mobilisé l’intervention directe des représentants des plus hautes autorités de la cité (duumvirs, décurions, préfets de pagus, magistri vici)36. Ces édifices sont généralement perçus comme un moyen de rivaliser d’évergétisme et de s’attirer la faveur populaire par l’organisation de spectacles profanes ou religieux, plus rarement, comme un lieu d’exercice, de légitimation ou de renouvellement du pouvoir institutionnel.

  • 37 Dumasy 2011, p. 207‑208 ; Poux 2016 ; Dondin-Payre 2006, p. 153 ; Poux, Fichtl, à paraître.
  • 38 Dumasy 2016, p. 124.
  • 39 Balty 1991, en particulier p. 574 sq.
  • 40 Poux 2016 ; Poux, Fichtl, à paraître.
  • 41 Dumasy 2011, p. 206‑209. C’est peut-être dans ce sens qu’il faut comprendre la curieuse associatio (...)

16Dans les théâtres les mieux documentés comme ceux d’Argentomagus, de Saint-Cybardeaux, de Dalheim, ainsi que dans celui de Corent, le cloisonnement de la cavea et la mise en évidence de sièges d’honneur accréditent pourtant l’hypothèse selon laquelle duumvirs, membres de l’ordo et/ou leurs représentants locaux (magistri pagi, magistri vici, édiles) assistaient physiquement à certaines représentations organisées hors des chefs-lieux37. Équivalent du gradus decurionum des théâtres urbains, cette proédrie placée au contact direct de l’orchestra suggère que ces notables n’y jouaient pas un simple rôle de spectateurs passifs, mais qu’ils constituaient les principaux acteurs du déroulement des cérémonies38. Ce n’est peut-être pas un hasard si leur plan et leurs dimensions rapprochent les plus petits théâtres gallo-romains des curies urbaines, longtemps confondues avec des odéons39. Le lien de filiation qui unit les plus anciens représentants de la série aux hémicycles d’assemblée connus dans le monde grec (bouleuteria, ekklesiasteria), démontré par la fouille des édifices en bois de Corent et la reprise des données de fouille d’Alba-la-Romaine40, renforce cette parenté typologique (voir infra fig. 3). Bien qu’elle ne soit pas explicitement attestée par l’épigraphie, la possibilité qu’ils aient servi de cadre à des assemblées politiques locales ou à des sessions délocalisées de l’ordo peut se déduire de certaines particularités architecturales : en particulier l’étroit proscaenium central qui remplace la large estrade scénique des théâtres urbains, directement accessible à partir de l’orchestra et de la proédrie, qui offrait une tribune particulièrement propice aux déclarations de candidature, aux discours électoraux et aux votes par acclamation41.

  • 42 Kolb 1981.
  • 43 AE, 1914, n° 130 : [pa]/trono col(oniae) [pos]/tul(ante) po[p(ulo) i]n [thea]tro. Formule reprise (...)
  • 44 Hufschmid 2011, p. 277 ; dans le même sens Van Andringa 2002, p. 115, n. 118.

17Le corpus épigraphique lié aux édifices de spectacle gallo-romains est trop restreint pour pouvoir affirmer avec certitude qu’ils ont servi de cadre à des pratiques électorales. On peut néanmoins le déduire en filigrane du titre singulier de candidatus Arelatensium inscrit par C. Iunius Priscus sur le podium de l’amphithéâtre d’Arles : qu’il se réfère à une élection en bonne et due forme ou à une acclamation plus informelle, le support et le contexte de l’inscription plaident pour une faveur obtenue in situ. En Orient, l’usage des théâtres à des fins électorales et judiciaires est suggéré en filigrane par les textes42 : une inscription d’Antioche de Pisidie les désigne même expressément comme le lieu de la désignation, par le peuple rassemblé, du patron de la cité43. En Gaule, où ces attestations écrites font défaut, il est admis de façon implicite par la plupart des auteurs44 : cavea, orchestra et proscaenium, bien que soigneusement cloisonnés de sorte à respecter la hiérarchie sociale, formaient un « espace d’interaction politique » entre le peuple et les autorités de la cité, qui se prêtait particulièrement bien à l’organisation de consultations populaires (postulatio, acclamatio, creatio).

  • 45 Étienne 1985.
  • 46 Marc, Blin 2011.
  • 47 Fincker, Tassaux 1992, p. 41‑76.
  • 48 Cadoux 1975 ; Brunaux (éd.) 1999.
  • 49 Tranoy (dir.) 2008.

18Les vastes esplanades qui précèdent et relient au théâtre les temples d’Avenches (fig. 1, a)45, de Mandeure46, de Vendeuvre-du-Poitou (fig. 1, b), de Sanxay47 ou de Ribemont-sur-Ancre48 ont pu compléter ce dispositif en rendant ces événements accessibles au plus grand nombre. Leur surface aménagée sur plusieurs hectares et leur cadre monumental en faisaient des espaces tout aussi adaptés aux rassemblements civiques que le forum du chef-lieu. Il convient de s’interroger, de façon plus précise, sur la destination des « allées monumentales » ouvertes ou couvertes qui conduisent au temple principal des grands sanctuaires de Gaule Aquitaine (Barzan), Narbonnaise (Alba-la-Romaine) ou Belgique (Eu, Bois l’Abbé). L’esplanade de la Grande Avenue, qui s’étend devant le grand sanctuaire du Moulin du Fâ à Barzan (fig. 2, a), a été explorée au cours des dernières années par L. Tranoy49. Cet espace repéré sur près de 500 de long par 20 de large, bordé au nord au moins un portique à exèdres, continue l’épine dorsale d’un vaste espace public de plan triangulaire reliant sanctuaire, théâtre et complexe portuaire. La vocation de cette allée monumentale, qui participe « de programmes d’urbanisme comparables à ceux qui furent élaborés dans les capitales de l’empire », est d’autant plus difficile à établir que sa forme étroite et très allongée ne trouve de parallèle ni en Aquitaine, ni ailleurs en Gaule. Aux hypothèses déjà proposées, de via sacra pour les processions et de « cache-misère » destiné à masquer les divergences d’orientation du réseau viaire, on peut en proposer une autre : celle d’un espace destiné à organiser et répartir les foules lors d’élections et/ou d’opérations de recensement.

  • 50 Dupraz 2001.
  • 51 En particulier sur les oppida du Titelberg et de Villeneuve-Saint-Germain, ou dans le sanctuaire d (...)
  • 52 Voir la contribution d’A. Borlenghi, dans ce volume.

19Il s’agit là, bien entendu, d’une possibilité purement théorique qui ne bénéficie, à Barzan, d’aucun argument archéologique ou épigraphique. La même configuration se retrouve devant le temple extra-urbain d’Alba-la-Romaine, chef-lieu des Helviens (fig. 2, b)50. Dans les deux cas, ces espaces de voirie démesurés ménagent un parvis qui pourrait constituer, sur un plan fonctionnel, l’équivalent des saepta du champ de Mars. Cette possibilité peut parfaitement être envisagée, parmi d’autres fonctions qui ne sont guère mieux attestées par l’épigraphie (rassemblement des populations lors des cérémonies du culte impérial, des recensements, etc.). La mise en évidence ou la restitution de systèmes de cloisonnement ou de passerelles, provisoires ou pérennes, ne constitue pas non plus une condition sine qua non puisque l’existence de tels dispositifs, postulée par les archéologues sur certains sites de Gaule protohistorique51, semble désormais remise en cause en Italie même52.

Fig. 2 – Allées monumentales de Barzan et d’Alba-la-Romaine (d’après Tranoy et al. 2008 ; Dupraz 2001).

Fig. 2 – Allées monumentales de Barzan et d’Alba-la-Romaine (d’après Tranoy et al. 2008 ; Dupraz 2001).

Fig. 3 – Théâtres gallo-romains de Corent, Gué-de-Sciaux, Trèves-Altbachtal et Arleuf (d’après Poux 2016).

Fig. 3 – Théâtres gallo-romains de Corent, Gué-de-Sciaux, Trèves-Altbachtal et Arleuf (d’après Poux 2016).

Basiliques et diribitoria

  • 53 Mantel, Dubois Devillers 2006 ; Mantel (dir.) 2010.

20C’est vers un autre sanctuaire qu’il faut se tourner pour trouver des éclaircissements sur l’appellation et la vocation de ce type d’aménagement. Localisé dans l’agglomération de Briga au lieu-dit Bois-l’Abbé à Eu (Seine-Maritime), il comporte un temple de type classique (du moins, dans son dernier état daté de la fin du iie-début du iiie s. ap. J.‑C.) inséré au centre d’une esplanade bordée de portiques, elle-même prolongée au sud par un long bâtiment de plan basilical, partiellement enchâssé dans le péribole au niveau de son extrémité nord (fig. 4)53. Cette dernière se présente sous la forme d’une étroite construction de 69 par 17 m hors œuvre, contrefortée au niveau des angles et subdivisée en trois nefs d’un peu plus de 5 m de large par de solides fondations linéaires en craie damée. Ces cloisonnements internes sont interprétés comme des murs stylobates, même si aucune base ni élément de colonne ne semblent avoir été retrouvés in situ ou dans les niveaux de destruction de l’édifice. Une porte d’accès, large de 6 m, est signalée au centre de sa façade sud par les négatifs d’arrachage des blocs de piédroits et de seuil, qui ouvrait sur un petit bâtiment carré accolé à l’extrémité sud de la construction. Les éléments de toiture (tegulae, imbrices, clous de charpente) ainsi que les débris de dalles de sol et de placages en marbre récupérés qui en jonchaient le sol témoignent d’un espace intégralement couvert et pourvu de décors élaborés.

Fig. 4 – Complexe cultuel et édifice basilical de Briga/Bois l’Abbé à Eu (d’après Mantel 2010).

Fig. 4 – Complexe cultuel et édifice basilical de Briga/Bois l’Abbé à Eu (d’après Mantel 2010).
  • 54 Vipard 2009.
  • 55 Gros 2011, p. 235‑260.

21La nature du monument est attestée par son inscription dédicatoire brisée en place, qui mentionne la dédicace par P. Magnius Belliger d’une basilica érigée à ses frais en l’honneur de l’empereur, du pagus Catuslovius et du Mercure de Briga54. L’inscription, attribuable à l’époque antonine ou sévérienne, se réfère au dernier état du complexe remanié à la fin du iie ou au début du iiie s. ap. J.‑C. La « basilique » de Briga correspond bien, du point de vue formel, à une halle couverte et subdivisée en trois nefs, dont la travée centrale était probablement surélevée. Hormis ses proportions inhabituelles, elle ne possède qu’une lointaine parenté architecturale avec les plans de basilicae forenses documentés en Italie et en Gaule55, disposées transversalement au temple, dont la subdivision interne est généralement réalisée au moyen d’un péristyle rectangulaire centré et non de trois soubassements continus, comme c’est le cas ici. Cette configuration bien attestée sur l’île de Bretagne (par exemple à Saint-Albans/Verulamium ou à Silchester) ne s’oppose pas à l’identification d’une basilique. Mais elle n’exclut pas non plus l’interprétation, proposée initialement par les fouilleurs, d’une allée processionnelle empruntée par des cortèges religieux ou civiques. Du fait de sa disposition axiale, l’édifice a forcément servi de couloir d’accès au temple dont il prolonge l’entrée et peut être considéré, de ce point de vue, comme l’avatar architecturé des avenues monumentales de Barzan et d’Alba.

  • 56 Vipard 2009.
  • 57 Gros 2003, p. 196‑197 ; Van Andringa 2002, p. 110‑112.
  • 58 Sur la question plus générale des « basiliques de sanctuaire » en Aquitaine : Fincker, Tassaux 199 (...)

22Cette singularité fonctionnelle s’ajouterait aux fonctions classiques de la basilica comme halle polyvalente dédiée aux procès, aux transactions commerciales et financières ou aux affaires publiques au sens large. Comme le souligne P. Vipard, l’hypothèse d’une basilica forensis n’est pas la seule envisageable dans le contexte du sanctuaire de Briga56. Ce terme architectural revêt sur les sanctuaires gallo-romains un sens plus générique, de la halle couverte (subdivisée ou non) aux ailes de portique57. Cette ambiguïté explique sans doute sa double mention, au singulier puis au pluriel, sur une inscription de Vendœuvres-en-Brenne où il est associé à un autre terme beaucoup plus précis, celui de diribitorium. Le terme de basilicae au pluriel est également attesté à Périgueux (CIL XIII, n° 950‑954), où il semble désigner des annexes au temple utilisées comme lieux de réunion (ILA Pétrucores, n° 19‑21)58. L’expression basilica templi mentionnée dans une dédicace à Mars Mullo découverte à Rennes (AE, 1969‑1970, n° 405a) milite elle aussi pour un édifice directement accolé au lieu de culte. Cette lecture convient parfaitement à la configuration des vestiges de Bois-l’Abbé, mais elle n’en éclaire pas totalement la fonction.

  • 59 Van Andringa 2002, p. 111.

23Un rapprochement peut être indirectement opéré entre ce type de dispositif et les diribitoria mentionnés sur cinq inscriptions retrouvées en Gaule Aquitaine, à Vendœuvres-en-Brenne (fig. 5 ; CIL XIII, n° 11151), à Neriacum/Néris-les-Bains (CIL XIII, n° 1378, terme restitué sur deux autres inscriptions très similaires CIL XIII, n° 1376‑1377) et à Lemonum/Poitiers (CIL XIII, n° 1132). Associés à la pratique des sportulae et aux thermes à Lemonum, aux thermes publics, aux boutiques et aux portiques de Nerciacum, ils sont qualifiés par W. Van Andringa59 de simples « lieux de distribution » à caractère profane et évergétique. Le terme s’intègre pourtant, dans l’inscription de Vendœuvres, à un complexe monumental comprenant plusieurs basiliques et des portiques, qualifié explicitement de forum.

Fig. 5 – Inscriptions de Vendoeuvres-en-Brenne (a) et de Néris-les-Bains (b) mentionnant la construction de basiliques et de diribitoria (d’après Dondain-Payre 2012a).

Fig. 5 – Inscriptions de Vendoeuvres-en-Brenne (a) et de Néris-les-Bains (b) mentionnant la construction de basiliques et de diribitoria (d’après Dondain-Payre 2012a).
  • 60 Dondin-Payre 2011 ; Dondin-Payre 2012a ; Dondin-Payre 2012c.

24M. Dondin-Payre s’oppose catégoriquement à une lecture institutionnelle et civique de cet ensemble60. Faisant valoir, à juste titre, que les diribitoria ne désignent pas à Rome le lieu du vote lui-même mais celui du dépouillement des suffrages, elle conclut que « l’association systématique de diribitorium à vote, par le biais d’installations de répartition est absolument contredite par les sources ». Cette affirmation s’appuie, de façon paradoxale, sur la subordination du diribitorium aux saepta, dont la fonction polyvalente – comme espace pour les jeux gymniques, les munera, certaines réunions du sénat, comme lieu d’exposition et de promenade – est effectivement bien établie.

  • 61 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle XVI, 76, 2.
  • 62 Lex Malac. 2, 4.
  • 63 Cicéron, Pour P. Quinctius 3, 4 ; Contre Pison, 15.
  • 64 Cicéron, Sur la loi agraire II, 2 ; Pour Cn. Plancius 6 ; 20 ; Varron, 3, 2, 1 ; 5, 7, 18.
  • 65 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle 11, 15 ; 24, 30.
  • 66 Actions de Grâce 3.

25L’auteure omet cependant de préciser que ce terme n’apparaît jamais, dans la littérature latine, dans un autre sens ni même dans un autre contexte que celui des élections du Champ de Mars. Les seules mentions d’un usage détourné concernent, au Haut-Empire, son utilisation pour le passage des troupes en revue, la distribution de la solde et l’assignation des conscrits, canalisés et répartis selon le même principe que les files d’électeurs61. Le diribitorium correspond, sur un plan étymologique, à l’édifice dans lequel les diribitores procédaient au décompte des voix62. L’étymologie (dishibere) du verbe diribeo et ses dérivés (diribitio, diribitor) s’oppose à toute autre lecture : il n’est utilisé au sens propre que pour l’action de « compter, dénombrer, trier » des tablettes63 ou des suffrages64. Son acception plus large de « partager, distribuer » n’apparaît qu’une seule fois au figuré65 tandis que la fonction de diribitor est encore mentionnée, dans un contexte électoral, par l’Aquitain Ausone au ive s.66. Les procédures électorales réglementées par la Lex Municipii Malacitani confirment que le terme avait également cours en milieu provincial (CIL II, n° 1964, qui suffragia custodiant / diribeant).

26Ce n’est donc pas avec l’aval, mais bien à contre-courant de toutes les sources textuelles que M. Dondin-Payre opte pour l’identification d’un « système de distribution de l’eau », au motif que le terme est corrélé dans les inscriptions de Néris et de Poitiers, à des thermes ou à des sources. Cette lecture procède pour partie d’un raisonnement circulaire puisqu’à Vendœuvres, la référence aux thermes est entièrement reconstituée (por/[ticus quibus thermae cinguntur]) sur le modèle des inscriptions de Néris, qui précisent que les diribitoria comptent parmi d’autres aménagements (boutiques, portiques) reliant la source aux thermes. L’appellation diribitoria est, en l’occurrence, immédiatement associée à d’autres édifices (basiliques, portiques, boutiques) sans rapport direct avec la répartition de l’eau. Aucune source textuelle ni épigraphique n’a recours à cette expression pour décrire une installation hydraulique, les dispositifs voués à cet usage étant désignés par d’autres termes beaucoup plus courants qu’il serait surprenant de ne pas retrouver ici (dividiculum, castellum divisorium ou aquarum). Si le complexe éponyme du Champ de Mars a pu être utilisé à diverses fins en dehors des périodes d’élections, de solde ou de conscription, cet usage générique ne saurait justifier que le terme soit précisément mentionné à quatre reprises dans l’épigraphie gallo-romaine, pour qualifier des installations hydrauliques ou de simples espaces de promenade et de détente.

  • 67 Dion Cassius, Histoire Romaine LV, 8 ; LIX, 7 ; LXVI, 24.
  • 68 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle XVI, 201.
  • 69 Gros 2005 ; Suétone, Vie de Caligula 21, 2 : amphitheatrum iuxta saepta.
  • 70 M. Humm, dans ce volume.
  • 71 Gros 2005 ; sur les basiliques de sanctuaires en Gaule : Van Andringa 2002, p. 110.

27Érigé sous Auguste en bordure méridionale des saepta Iulia, le diribitorium est bien localisé sur la Forma Urbis mais son plan et son aspect en élévation demeurent pour une large part méconnus. D’après les sources, il se présente comme une vaste construction longiligne de 120 m de longueur par 43 m de largeur hors tout, entièrement recouverte par un toit charpenté (fig. 6)67. Pline insiste en effet sur ses trabeae aux dimensions inégalées, dont un échantillon était exposé sur place68. Un relief de la Chancellerie découvert dans le voisinage du tombeau d’Hirtius en représente peut-être la charpente complexe, supportée par deux rangées de colonnes corinthiennes, abritant un édifice circulaire en voie d’achèvement identifié par P. Gros comme le chantier de l’amphithéâtre de Caligula mentionné par Suétone69. Sa surface au sol d’un demi-hectare ne peut s’expliquer que par une fonction d’accueil des foules électorales, le décompte des votes pouvant être effectué dans un local de quelques mètres carrés. L’étymologie du terme n’implique pas forcément un espace subdivisé en travées, mais ne l’exclut pas non plus au seul motif que les saepta répondaient déjà à cet usage puisqu’il est désormais établi que l’adjectif consaeptus ne désigne qu’un espace enclos70. Avec ou sans cloisonnements intérieurs, son aspect extérieur ne devait pas différer fondamentalement de celui d’une basilica terme qui désigne à l’époque impériale toutes sortes d’espaces couverts quo populus se recipiat et de façon plus générique, les lieux de la convergence populaire71.

Fig. 6 – Diribitorium du champ de Mars à Rome : plan restitué, extrait de la Forma Urbis et représentation en coupe sur le relief de la Chancellerie (d’après Carandini et Carafa 2012 ; Gros 2005).

Fig. 6 – Diribitorium du champ de Mars à Rome : plan restitué, extrait de la Forma Urbis et représentation en coupe sur le relief de la Chancellerie (d’après Carandini et Carafa 2012 ; Gros 2005).
  • 72 Carandini, Carafa 2012.

28Dans la restitution récemment proposée par A. Carandini et P. Carafa dans l’Atlante di Roma72, le diribitorium se présente comme une halle surdimensionnée, précédée d’une vaste place à quadriportique elle-même attenante aux saepta (fig. 6). On peut relever l’analogie entre ce dispositif et le diptyque formé par l’area publica et sa basilica forensis, qui intègre souvent un tribunal placé en position terminale et dominante. En Gaule romaine, certaines cours à quadriportique et basiliques intégrées à l’aménagement des sanctuaires représentent peut-être la transposition provinciale de ce type d’édifice. Leur identification ne saurait, toutefois, faire l’économie d’une analyse architecturale plus approfondie, menée sur chacun des sites concernés. L’état actuel de nos connaissances relatives à la fonction des divers espaces et bâtiments associés aux temples et « fana » des Tres Galliae ne s’oppose pas, en tous les cas, à l’existence de dispositifs dédiés, entre autres fonctions, à la supervision des votes et au décompte des voix, désignés selon les cas sous le terme de basilica ou de diribitorium, voire les deux à la fois comme à Vendœuvres-en-Brenne et Néris-les-Bains.

  • 73 L’aedes Castoris est mentionné explicitement par les sources textuelles de lieu d’assemblées civiq (...)

29Il est également possible que sur l’inscription de Vendœuvres-en-Brenne, les deux termes renvoient à une seule et même entité fonctionnelle : telle qu’elle est restituée, la halle du Champ de Mars ne présente en effet guère de différences avec les « basiliques » à trois nefs reconnues sur un grand nombre de sanctuaires de Gaule romaine. Elles y sont fréquemment associées à de petits théâtres, dont la probable fonction institutionnelle et la parenté avec les curies urbaines ont été évoquées plus haut. Dans le cas d’Eu, le terme de diribitorium pourrait également s’appliquer, de façon plus restrictive, à la pièce carrée qui s’inscrit à son extrémité sud en vis-à-vis du temple, laquelle a pu faire aussi bien office de tribunal que de salle de conseil ou de local de décompte des votes. Sa disposition ante templum n’est pas sans rappeler l’exemple de la tribune installée à Rome devant le temple de Castor et Pollux pour certaines assemblées civiques et électorales, occultant l’escalier frontal du podium qui en constituait en temps normal le seul accès73.

  • 74 Le fait que les cinq attestations épigraphiques de diribitoria connues dans le monde romain soient (...)

30Dans le cas de Vendœuvres-en-Brenne, le recours à un terme aussi spécifique et chargé de sens que diribitorium pour désigner un édifice civil mérite d’autant plus d’attention qu’il est corrélé à la seule mention connue, dans l’épigraphie des Trois Gaules, d’un forum extra-urbain74. Le pluriel de diribitoria fait ici écho à celui de basilicae ainsi, peut-être, que de porticus. La juxtaposition des trois termes suggère un ensemble empreint de monumentalité et d’unité architecturale – une place circonscrite par plusieurs halles ou ailes de portiques, qui pourrait s’apparenter à la restitution d’A. Carandini et P. Carafa ? Mais elle souligne aussi leurs fonctions bien distinctes, le décompte des votes (diribitio) étant clairement mis en exergue des autres activités classiquement hébergées par la basilique et les portiques attenants.

Voter hors des chefs-lieux : le cadre institutionnel du pagus et du vicus

31L’identification, dans l’épigraphie gallo-romaine, de dispositifs comparables aux diribitoria du champ de Mars à Rome, suggère l’existence de procédures électorales régissant l’accès à certaines fonctions politiques, sacerdotales ou collégiales qui sont rarement précisées. La question de savoir quelles magistratures sont susceptibles d’y avoir été élues ou désignées est assurément prématurée à ce stade, encore très embryonnaire, de nos connaissances des lieux et des modalités du vote en Gaule.

32Il est probable que la désignation des duumvirs, édiles, ainsi que certaines magistratures coloniales ou municipales définies dans les lois d’Urso et de Malaca avait plutôt lieu dans les chefs-lieux, sur le forum (qui comprend lui-même une area sacra) et dans les grands édifices de spectacle urbains ou périurbains. Les diribitoria de Vendœuvres-en-Brenne, de Poitiers et de Néris-les-Bains prouvent que des procédures électorales ont également été mises en œuvre dans les sanctuaires et les théâtres de type « gallo-romain » édifiés dans les campagnes, dont on peut supposer, de façon symétrique, qu’elles servaient à désigner d’autres magistratures locales de rang inférieur. Il est désormais bien établi que la plupart de ces « fana » et theatra dits « ruraux » se rattachaient en fait à des agglomérations plus ou moins étendues qui, quoique distinctes du caput civitatis, ont également pu assumer une fonction de centre civique et religieux.

  • 75 Pline le Jeune, Lettres IX, 38.

33Cette hypothèse est loin d’aller de soi puisqu’elle s’oppose frontalement à la vision d’un monde rural retranché de la vie politique urbaine, ponctué d’agglomérations « secondaires » n’entretenant aucun rapport institutionnel avec les chefs-lieux. L’intervention régulière des magistrats et/ou des autorités de la cité dans la mise en place, l’embellissement et le fonctionnement de sanctuaires parfois très éloignés du caput civitatis, élevés au rang d’instrument politique à part entière, témoigne pourtant de liens plus étroits qu’il n’y paraît, induits par le double statut d’élites partageant leur existence entre résidences urbaines placées au cœur du negotium et domaines ruraux dédiés à l’otium. L’existence, évoquée par Pline75, de lieux de culte domaniaux fréquentés par les populations environnantes, suggère – même si l’auteur ne l’affirme pas explicitement – que ces derniers formaient le cadre privilégié de leur intervention dans la vie institutionnelle locale.

  • 76 Dondin-Payre 1997 ; Dondin-Payre 2011 ; Dondin-Payre 2012a ; Dondin-Payre 2012c.

34Nombreuses sont les inscriptions qui font état, en Gaule, de magistratures particulières comme les magistri vici, les magistri pagi ou les praefecti pagi, pour ne citer que les plus fréquentes, dont les compétences s’exerçaient majoritairement en dehors des chefs-lieux. Régulièrement contestée par M. Dondin-Payre76, qui insiste à juste titre sur la confusion fréquemment opérée entre les termes magistri et magistratus, l’existence de ces institutions ou autorités locales ne fait pourtant guère de doutes et mérite que l’on s’attarde brièvement sur leur nature.

  • 77 Tarpin 2009.
  • 78 Tarpin 2003, p. 257, n. 1.

35Selon M. Tarpin77, ces différentes responsabilités sont de nature très différente, la notion de pagus désignant une unité territoriale liée au cens, au fisc et à la maîtrise foncière, celle de vicus, une entité institutionnelle dédiée à l’administration politique du territoire de la cité. L’auteur a également démontré le recoupement sémantique entre les termes de magistratus et celui de magister, utilisé pour désigner des « magistrats » locaux principalement affectés à la gestion des agglomérations et des territoires ruraux, même s’ils sont parfois attestés dans les colonies à l’exemple des magistri de Narbonne, de Vienne, de Lyon, d’Avenches ou de Trèves78.

  • 79 Sur le glissement du terme magister à celui de magistratus et la validité de ce dernier terme, voi (...)

36Si la réalité institutionnelle du pagus fait encore débat, l’existence de magistrats affectés à leur gestion est bien attestée par l’épigraphie sous l’appellation de magistri pagi, praefecti pagi et autres quaestores pagi79. Celle d’assemblées délibérant à l’échelle du pagus l’est tout autant, quoique de façon plus implicite : une inscription de Nasium/Naix-aux-Forges en territoire Leuque (CIL XIII, n° 4636) utilise la formule ex decreto ordinis pagi, une autre, découverte à Cabillionum/Châlon-sur-Saône (CIL XIII, n° 2608), témoigne d’un l(ocus) d(atus) ex d(ecreto) pag(i). Pour la première, le modèle de l’ordo decurionum des chefs-lieux vient immédiatement à l’esprit. L’existence de vingtimviri (XXvirum pagi) à Séguret chez les Voconces (CIL XII, n° 1376) renvoie peut-être aux mêmes formes d’assemblée.

  • 80 Tarpin 2002a ; Tarpin 2009.

37Le terme de vicus, longtemps utilisé par l’archéologie pour définir une catégorie matérielle d’agglomérations – qualifiées de « secondaires » car subordonnées au caput civitatis –, qualifie plutôt le rôle administratif dévolu à certaines d’entre elles : celui de « relais du chef-lieu » dans les campagnes80. Ces agglomérations, trop éloignées ou trop modestes pour justifier l’intervention de l’empereur ou de ses gouverneurs dans la mise en place de leurs instances dirigeantes, ont manifestement bénéficié d’une certaine autonomie politique.

  • 81 Ce passage de Festus a fait l’objet d’une retraduction par Letta 2005. Voir à ce sujet Todisco 201 (...)
  • 82 Contra, Dondin-Payre 1997, p. 296.
  • 83 Le fait que cette charge ne soit jamais mentionnée dans l’épigraphie des Trois Gaules et des Germa (...)

38C’est ce que tend à indiquer l’expression vici qui habent rem publicam utilisée par Festus dans sa version abrégée du De significatione verborum de Verrius Flacus, rédigé à l’époque augusto-tibérienne81. En tant qu’institution locale, le vicus avait ses propres règles de fonctionnement et probablement aussi, sa propre assemblée. C’est peut-être dans ce sens qu’il faut traduire le terme dérivé de vicani qui, selon M. Tarpin, désigne moins une communauté d’habitants que de véritables corps constitués. Les decem lecti du vicus Aquensis mentionnés sur une inscription d’Aix-les-Bains (CIL XII, n° 2461) laissent entrevoir les contours d’une organisation calquée sur l’ordo decurionum des colonies et des municipes. Même si elle demeure isolée, l’expression l(ocus) d(atus) d(ecreto) vicanorum utilisée sur une inscription d’Aquae Helveticae/Baden (CIL XIII, n° 5233) témoigne à l’évidence d’une décision prise par une assemblée. L’absence de témoignages faisant explicitement état d’un ordo vici82 ne constitue pas un argument : les mentions d’ordo pagi ne sont guère plus nombreuses, tandis que les décisions de l’assemblée des décurions ne sont souvent invoquées que par le seul génitif decurionum (ex decurionum decreto, LDDD) dont le génitif vicanorum, attesté à Vendœuvres-en-Brenne et ailleurs (CIL III, n° 6226 ; CIL XIII, n° 389), constitue peut-être le pendant83. Si les membres de ces assemblées locales ne sauraient être formellement qualifiés de decuriones – ce terme étant réservé aux ordines de cités, d’où la formule distincte decreto ordinis, en lieu et place de decreto decurionum –, ils assumaient probablement les mêmes fonctions avec moins de compétences toutefois, le pagus ou le uicus restant dépendant de la cité à laquelle il est rattaché pour un certain nombre de domaines.

  • 84 Poèmes X : consules fiunt quotannis et noui proconsuls.
  • 85 Tous les praefecti n’étaient pas nécessairement désignés par une instance extérieure à la communau (...)
  • 86 Pour une synthèse de ces magistratures et de leurs compétences locales, voir Tarpin 2003 ; Tarpin  (...)

39Assemblée permanente ou simple corps de citoyens, l’entité administrative du vicus était forcément régie par des procédures de délibération et de désignation des magistrats placés à leur tête (magistri, praefecti, quaestores, curatores vici), qui ont pu prendre la forme d’un vote en bonne et due forme. Même s’il en est rarement fait état, les sources littéraires sont relativement claires sur ce dernier point : à la suite du passage cité plus haut, Festus précise en effet que les plus hauts représentants du vicus étaient élus chaque année, en des termes (magistri vici, item magistri pagi quotannis fiunt) qui correspondent à ceux utilisés par Florus au sujet des consuls et des proconsuls84. De même, la lex vicana de Furfo, datée de 58 av. J.‑C. (CIL IX, n° 3513), mentionne expressément l’élection d’un édile chargé de la gestion du vicus et de son sanctuaire. Cette procédure s’applique également, selon Florus, au représentant du pagus et probablement aussi à ses autres magistrats, dont les appellations sont calquées sur celles des chefs-lieux – magistri, quaestores, vingtiviri pagi, à l’exception des praefecti, généralement désignés par le gouverneur ou les autorités de la cité85. Tout porte donc à croire qu’en Gaule comme en Italie, les élites présidant aux destinées des vici les plus importants assumant probablement une fonction de chef-lieu – ou de quartiers délocalisés du chef-lieu – comme Sens, Vertault, Nantes, Angers, Metz ou Amiens, étaient élus chaque année à l’instar de leurs homologues coloniaux et municipaux86.

  • 87 Balty 1991, p. 249, 412, qui restitue en revanche une curie à l’extrémité de la première basilique (...)
  • 88 Fincker, Tassaux 1992, en particulier p. 64‑73.

40Sur un plan matériel, ces procédures délibératives et électorales impliquent l’existence de salles de réunion et d’assemblée similaires à celles des collèges (curies, basiliques, théâtres), d’espaces de vote (saepta) et de dépouillement (diribitoria) clairement identifiés. À ce jour, aucun édifice d’assemblée de type curie n’a été clairement identifié dans les agglomérations secondaires des Trois Gaules, à l’exception des cas litigieux de Vervoz, de Boutae/Annecy et de Grand87. Mais on a vu plus haut que cette fonction a pu être assumée par les théâtres de type gallo-romain, dont la parenté architecturale avec les bouleuteria grecs a également été soulignée. Si cette possibilité est rarement mise en avant dans les études qui leur sont consacrées, c’est probablement par crainte de réhabiliter la notion contestée et contestable de conciliabulum. En Aquitaine, M. Fincker et F. Tassaux insistent davantage sur le rôle pratique et symbolique joué par les sanctuaires et leur apparat monumental (temples, théâtres) dans l’exercice du culte impérial88. Dans certains cas, la présence d’équipements sans rapport direct avec l’activité liturgique et plutôt liés à l’exercice de la vie politique ou judiciaire (basiliques, diribitoria, tribunal) permet pourtant de supposer que le vicus, dans sa dimension institutionnelle, a pu prolonger en Gaule le rôle des conciliabula italiques en tant que centres civiques monumentalisés.

  • 89 Dondin-Payre 2002a et Dondin-Payre 2002c.
  • 90 L’objection de M. Dondin-Payre (Dondin-Payre 2012a, p. 157), pour qui basiliques, portiques et dir (...)
  • 91 La restitution ordinis Neriomag(ensium) proposée par M. Dondin-Payre (Dondin-Payre 2011, p. 297) v (...)

41Rappelons, à l’appui de cette hypothèse, que c’est précisément « à l’usage des vicani » (usibusque uicanorum) que sont destinés les diribitoria de Vendœuvres-en-Brenne. La restitution proposée par M. Dondin-Payre de l’inscription de Néris-les-Bains (AE, 1967, n° 303)89 postule elle aussi que le diribitorium offert par L. Iulius Equestris était voué « à l’usage de la République des Bituriges Cubes et des vicani de Neriacum » (usibus rei publicae Biturigum Cuborum et vicanorum Neriomagensium)90. Dans les deux cas, l’expression ex decreto ord(inis) semble indiquer que leur construction a été autorisée par les décurions de la cité, le génitif decurionum étant le plus souvent sous-entendu : en s’appuyant sur l’inscription déjà citée de Baden, on peut également se demander si une référence à « l’assemblée vicinale » n’est pas envisageable, comme le supposait d’ailleurs la restitution ex decreto vicanorum figurant dans l’édition originale de l’inscription de Néris (CIL XIII, n° 1378)91.

42Même s’ils ne sont pas associés à des diribitoria, la basilique offerte par leur curateur aux vicani de Vendeuvre-du-Poitou (AE, 2011, n° 749), le campus et ses portiques offerts aux vicani Portenses de Nantes (CIL XIII, n° 3107), le théâtre dédié par les magistri vici Eburomagi à Bram (AE, 1969‑1970, n° 388), le proscaenium offert aux vicani [Br]ioratenses à Briord (CIL XIII, n° 2462 et 2464) ou encore, le théâtre construit à Belginum/Wederath par les vicani Belginates eux-mêmes (CSIR-D 4.3), ont pu remplir la même fonction. On peut noter, de façon plus générale, qu’un grand nombre d’inscriptions de vicani proviennent d’agglomérations dotées de sanctuaires et de théâtres (Vertault, Lillebonne, Néris-les-Bains, Vendeuvre-du-Poitou, Ribemont-sur-Ancre, Saint-Bertrand-de-Comminges, Bram, Briord, Lausanne-Vidy, Wederath-Belginum, Dalheim, etc.) dont la présence ne va pas de soi à l’échelle d’agglomérations secondaires, d’étendue souvent modeste par ailleurs. Ils sont l’expression architecturale d’une urbanitas affirmée qui fait précisément écho à la réalité institutionnelle du vicus. Plus qu’une simple faveur des instances du chef-lieu et des évergètes locaux à l’égard des vicani, la construction d’édifices de réunion et de spectacle, de sanctuaires, de basiliques, de campus, de portiques et de diribitoria visait peut-être plus concrètement à mettre à leur disposition une palette d’équipements monumentaux et polyvalents, adaptés à la tenue de leurs assemblées délibératives et électorales.

  • 92 Dondin-Payre 2006.

43Souvent articulés au sein d’un même complexe architectural et scénographique, centré autour d’une vaste esplanade propice au rassemblement des foules, ils constituent le « théâtre » privilégié des pratiques institutionnelles exercées en dehors du cadre urbain : élections, votations, allocutions, acclamations, recensements, etc. L’attention particulière dont ils ont bénéficié de la part des autorités du chef-lieu et des élites locales est attestée par une multitude d’inscriptions honorifiques ou commémoratives, valorisant des actes d’évergétisme qui impliquent leur venue régulière, même s’il n’y est jamais question de leur élection sur place. Hormis leur statut de possessores ruraux, leur présence témoigne des liens de complémentarité qui unissent les chefs-lieux aux agglomérations dites « secondaires » et à leurs sanctuaires92. Ce n’est sans doute pas un hasard si l’une des rares mentions connues de diribitoria s’inscrit dans un « forum » extra-urbain qui a mobilisé l’intervention des décurions de la cité (?) pour son aménagement et son embellissement. On peut en déduire qu’il constituait l’un de leurs principaux lieux d’élection, au sens propre et figuré du terme : à la fois d’acquisition et de confirmation de leur légitimité politique.

L’urne du vergobret à Argentomagus et la question de l’héritage institutionnel gaulois

  • 93 Tarpin 2009, p. 25.
  • 94 Tarpin 2002b, p. 202.
  • 95 Fichtl 2012, p. 21‑27.

44La question de savoir si les notions de pagus et de vicus correspondent à une réalité institutionnelle romaine importée avec la conquête est débattue depuis longtemps par les historiens. M. Tarpin voit dans la première une forme d’organisation purement romaine « dans laquelle, hors de toute nostalgie archaïsante, on peine à trouver grand-chose d’indigène »93. Les onze apparitions du terme dans le De Bello Gallico l’amènent pourtant à concéder que certains pagi gallo-romains ont pu correspondre à la « fossilisation d’anciens territoires communautaires »94. Si cet héritage topographique n’implique pas automatiquement une continuité institutionnelle, la question mérite d’être posée au moins pour les pagi formés à partir d’ethnonymes ou de patronymes à consonance celtique. Si l’on reconnaît leur rôle politique et civique, en tant qu’entités territoriales de base fédérées au sein de la civitas95, il est possible qu’ils aient préfiguré l’institution du pagus et du vicus dans les cités d’époque romaine, en tant que « relais du chef-lieu » dans les campagnes.

  • 96 Tarpin 2003 ; Tarpin 2009.
  • 97 Liste non exhaustive : Vertault/Vertillium, Jouars-Pontchartrain/Diodurum, Angers/Iuliomagus, Lill (...)

45Pour ce qui est des vici, ce lien de filiation est d’autant plus difficile à établir que le terme n’apparaît pas chez César pour la Gaule préromaine. Si du point de vue juridique et épigraphique, le vicus semble correspondre à un mode de subdivision administrative importé d’Italie96, la situation apparaît moins claire du point de vue de l’archéologie : en effet, une large majorité des agglomérations secondaires associées à ce qualificatif sont précédées d’une occupation antérieure d’époque gauloise. La plupart des cités où sont mentionnés des corps de vicaniont conservé un toponyme indigène évoquant, pour certaines, un rôle de convergence économique (suffixe -magus, préfixe condato ou conde-) ou politique (ethnonyme)97. Dans bien des cas, les fouilles ont confirmé que leur urbanisme s’inscrit dans la continuité d’un oppidum ou d’une agglomération ouverte de La Tène finale à l’exemple d’Agedincum/Sens, Vertillium/Vertault, Andemantunnum/Langres, Juliomagus/Angers, Divodurum Mediomatricorum/Metz, Samarobriva/Amiens ou Belginum/Wederath. Comme pour le pagus, on est en droit de se demander si cette coïncidence topographique et territoriale ne traduit pas aussi une forme de continuité institutionnelle entrouvrant la possibilité d’une conservation, au moins partielle, des instances dirigeantes antérieures à la romanisation.

  • 98 Dans ce volume.

46On ne reviendra pas ici sur les termes, examinés et discutés très en détail par E. Mitzakis98, utilisés par César pour décrire les institutions gauloises auxquelles il se retrouve confronté : lex, comitia, senatus et fora sont autant de qualificatifs précis et évocateurs, s’il en est, du degré de complexité atteint par ces sociétés indigènes au ier s. avant notre ère. La question de savoir s’ils recouvrent le même sens que dans le monde romain n’est pas non plus fondamentale dans la problématique qui nous occupe : tels que décrits dans le De Bello Gallico, les « sénats » gaulois dont il est question fonctionnent bien comme des assemblées délibératives et les « comices » voient s’affronter des magistrats opposés dans un cadre électoral.

47Ces deux faits incontestables suffiraient, en soi, à postuler une équivalence avec l’ordo du pagus et du vicus, d’une part, les magistri pagi et vici, d’autre part, mentionnés à l’époque romaine sur des sites pouvant effectivement se prévaloir d’un passé préromain (Cabillionum/Châlon-sur-Saône, Nasium/Boviolles, Eburomagus/Bram, Condate/Lyon, Cemelonum/Cimiez, Divodurum Mediomatricorum/Metz, etc.). Elle s’accorderait bien avec l’identification, proposée par E. Mitzakis dans ce volume, des sénateurs gaulois cités par César à des « représentants de groupes familiaux ayant un ancrage territorial à l’échelle du pagus, ou de la fraction de pagus ». L’absence de documents épigraphiques antérieurs à la conquête ne permet pas, cependant, de l’établir avec certitude.

  • 99 Sur ces différentes attestations et la pérennité de la charge du vergobret au Haut-Empire, voir en (...)
  • 100 Lewuillon 2002.
  • 101 Guerre des Gaules VII, 33.

48Un trait d’union réside dans la magistrature du vergobret, attestée à la fois dans le texte de César (Guerre des Gaules I, 16), sur les monnaies gauloises contemporaines et sur quelques inscriptions d’époque romaine. L’originalité et l’archaïsme du titre, encore mentionné à Saintes au milieu du ier s. (ILA, Santons, n° 10 et 20), s’opposent en soi à l’image d’une Gaule précocement et totalement acquise au système politique impérial mis en place dans les centres urbains99. En l’espèce, il est clairement précisé par César que le détenteur de cette charge éminente (summus magistratus) était élu chaque année (creatur annuus). La forme verbale praeerant et la légende monétaire « Cisiambos Cattos Vercobreto » laissent par ailleurs entrevoir la possibilité d’une magistrature collégiale100 qui renvoie peut-être au pluriel magistri pagi de l’inscription de Bram, ainsi qu’au modèle des dummvirs ou des consuls, dont l’élection annuelle est décrite par Festus et Florus dans les mêmes termes (quotannis fiunt). Particulièrement intéressantes, pour notre propos, sont les modalités pratiques d’élection du ou des vergobret(s), telles que décrites par César101. En territoire éduen, la creatio a lieu en public, dans le cadre de comices annuels (comitia) convoquées ad hoc en même temps que le sénat, soumis au contrôle du corps sacerdotal des druides, en tant que garants des institutions. Si aucun texte ni aucune inscription n’attestent la survivance de ces pratiques électorales à l’époque romaine, la conservation de la magistrature du vergobret au ier s. implique probablement le maintien d’une partie de ses prérogatives à l’échelle de la civitas et du pagus (apparentées à celles d’un préteur urbain ?), mais aussi, des procédures qui régissent son élection.

  • 102 Allain, Fleuriot, Chaix 1981.

49Une découverte effectuée sur le sanctuaire d’Argentomagus/Argenton-sur-Creuse (Creuse) en fournit peut-être une trace archéologique (fig. 7). Au voisinage du mur d’enceinte du petit temple, le long de son côté nord, la fouille d’une fosse rectangulaire longiligne, profonde de 4 m, a livré un dépôt formé d’un couteau de boucherie, de restes animaux abattus, découpés et consommés dans le cadre du rite sacrificiel (tête de porc fendue en deux, porcelet en quatre quartiers, associés à des os de bœuf, d’ovicapridés et d’oiseaux) et de vaisselle céramique (gobelets à paroi fine, sigillée, lampe et céramique commune), qui date sa constitution aux alentours de 20 ap. J.‑C.102. Au sein de ce dépôt figurait une grande urne en terre noire, qui comporte un graffite tracé à la pointe au niveau de son épaulement : VIIRGOBRETOS RIIADDAS (fig. 7).

Fig. 7 – Sanctuaire d’Argentomagus/Argenton-sur-Creuse, localisation de la découverte de « l’urne du vergobret » (étoile), photographie et dessin de l’urne, avec détail de l’inscription (d’après Allain et al. 1981).

Fig. 7 – Sanctuaire d’Argentomagus/Argenton-sur-Creuse, localisation de la découverte de « l’urne du vergobret » (étoile), photographie et dessin de l’urne, avec détail de l’inscription (d’après Allain et al. 1981).
  • 103 Lambert 2003, p. 137‑138.
  • 104 Voir par exemple Nickel 2009, p. 120.

50Si le premier terme renvoie indubitablement à la magistrature du vergobret mentionnée par les textes, les monnaies et les inscriptions, le terme readdas a donné lieu à plusieurs lectures. La première, proposée par L. Fleuriot peu de temps après la découverte, restitue un verbe à la troisième du singulier signifiant « brûler, sacrifier » (*re-az-d-as, « a brûlé / consumé entièrement »), qui s’appliquerait aux offrandes animales déposées dans et en périphérie d’un vase identifié selon les critères de l’époque à un pot à cuire. Une lecture plus récente, avancée par P.‑Y. Lambert103, lui substitue le verbe « placer, poser, mettre » (*ro-ad-sta-, « placed / setted up / beigesetzt » ou *ro-ad-da-s-t, « a donné / a posé »). Dans le second cas, il est possible que l’offrande visée correspond non pas (ou pas uniquement) aux mobiliers d’accompagnement, mais à l’urne elle-même. L’existence, sur les sanctuaires, de vases ou de parties de vase consacré(e)s par un graffito104 rend cette hypothèse tout à fait plausible. Or, l’avancée des études céramologiques a montré depuis qu’il ne s’agit pas en l’occurrence d’un pot à cuire, mais d’une olla en terra nigra à pied annulaire, appartenant plutôt au service à boisson. Différents usages peuvent dès lors être envisagés, comme cratère ou comme vase à libations, comme réceptacle pour les exta et le sang sacrificiel, parmi lesquels on pourrait ajouter celui… d’urne électorale.

  • 105 Morinini 2005 ; Reusser 2005 ; Bérard, Silvino, à paraître.
  • 106 Aberson 2001.
  • 107 Raepsaet-Charlier 2015, p. 111.
  • 108 Morinini 2005, p. 283‑316, en particulier p. 284‑291, qui établit un lien avec la découverte, dans (...)

51Cette dernière hypothèse est moins gratuite qu’il n’y paraît : trois inscriptions retrouvées en milieu péri-alpin, la première à Forum Claudii Vallensium/Martigny dans le Valais (AE, 2001, n° 1307 ; fig. 8), la deuxième à Bourbonne-les-Bains (CIL XIII, n° 5923) et la dernière sur le sanctuaire de Bioggio dans le Tessin (AE, 2005, n° 651 ; fig. 9), mentionnent l’offrande d’une « urne avec ses sorts » (urna cum sortibus). Deux autres inscriptions récemment découvertes, l’une dans la fosse du théâtre de Vienne (Isère), l’autre dans le vicus d’Eisenberg (Palatinat, D), utilisent une formule proche (urna et sortes, urna cum [sorti]bus et phiala). Une majorité d’éditeurs105 privilégient l’hypothèse d’instruments liés à des pratiques oraculaires, en arguant du contexte cultuel de l’inscription de Bioggio et de leur association avec une phiale sur l’inscription d’Eisenberg. Une autre lecture proposée par M. Aberson y voit plutôt ceux d’une élection par tirage au sort, dans le cadre d’une organisation politique ou économique, ou encore d’un collège106. Une lecture médiane est envisagée par M.‑Th. Raepsaet-Charlier à partir de l’inscription de Bourbonne-les-Bains, la dédicace aux mancipes salinarum militant pour des pratiques religieuses exercées par les membres des collegia107. Dans les trois cas de figure, l’urne constitue l’objet principal d’une dédicace accomplie dans le cadre ou à l’issue de pratiques électives, qu’elles soient d’ordre politique ou religieux. La situation de l’autel en pierre de Bioggio, enfoui intentionnellement avec d’autres offrandes (fragments architecturaux, labrum) dans une fosse située dans l’axe d’un petit temple prostyle à deux colonnes, rappelle celle de l’urne inscrite d’Argentomagus108.

Fig. 8 – Sanctuaire de Bioggio, localisation de la découverte de la base inscrite et proposition de restitution de la « machine à voter » (d’après Morinini 2005 ; Rapsaet-Charlier 2015).

Fig. 8 – Sanctuaire de Bioggio, localisation de la découverte de la base inscrite et proposition de restitution de la « machine à voter » (d’après Morinini 2005 ; Rapsaet-Charlier 2015).

Fig. 9 – Martigny, table en bronze inscrite et proposition de restitution de la « machine à voter » (d’après Aberson 2001 ; Rapsaet-Charlier 2015).

Fig. 9 – Martigny, table en bronze inscrite et proposition de restitution de la « machine à voter » (d’après Aberson 2001 ; Rapsaet-Charlier 2015).
  • 109 Dans ce sens déjà Fincker et Tassaux 1992, p. 64.
  • 110 Dans ce contexte, on peut aussi relever la proximité phonétique du gaulois readdas et du latin cre (...)
  • 111 Raepsaet-Charlier 2015, p. 108‑110.

52Quelle que soit l’interprétation retenue pour le verbe readdas, son association avec le nom du vergobret témoigne a minima du lien de relation étroite qui unit ce magistrat aux sanctuaires du territoire109. L’obligation de recourir au « contrôle des prêtres » pour garantir son élection, stipulée par César au sujet de Convictolitavis, en constitue peut-être le principal ressort. Faut-il voir dans l’offrande accomplie par le vergobret d’Argentomagus et le sacrifice qui l’a précédé la trace ou la commémoration d’un tel événement, destinée à remercier les divinités et les prêtres chargés de la médiation d’avoir permis ou favorisé sa désignation110 ? À supposer que l’objet « placé » dans la fosse correspond à l’urne qui a permis son élection, rien n’autorise évidemment à affirmer qu’elle a eu lieu sur place. Le parallèle avec le bloc inscrit du sanctuaire de Bioggio, que M.‑Th. Raepsaet-Charlier identifie à l’instrument-même du tirage au sort placé devant le temple111, apporte un solide argument en ce sens (fig. 9 et infra). Tout aussi remarquable est la localisation d’Argentomagus à équidistance des trois diribitoria mentionnés à Vendœuvres-en-Brenne, Poitiers et Néris les Bains, dont la carte de répartition se superpose en Aquitaine à celle des attestations épigraphiques et numismatiques du vergobret (fig. 10).

Fig. 10 – Carte de localisation des mentions des diribitoria et de vergobret dans l’épigraphie de Gaule Aquitaine (carte/infographie M. Poux).

Fig. 10 – Carte de localisation des mentions des diribitoria et de vergobret dans l’épigraphie de Gaule Aquitaine (carte/infographie M. Poux).

53Le dépôt d’Argenton-sur-Creuse atteste à la fois la survivance de magistratures héritées de la période gauloise et leur intervention directe dans la vie d’un sanctuaire d’agglomération secondaire dont le centre public comprend un ensemble de « fana » de tradition indigène et l’un des théâtres de type gallo-romains les mieux documentés de Gaule romaine. Le nom celtique d’Argentomagus, qui évoque un lieu de convergence à l’instar d’une majorité de toponymes de vici en Gaule, peut être relié à l’oppidum des Mersans qui a précédé l’agglomération et dont seul le rempart a été exploré à ce jour. Notre connaissance très lacunaire des occupations d’époque gauloise, le fait qu’il n’en subsiste aucune trace sous les édifices publics d’époque romaine et l’absence de témoignages épigraphiques attestant, par exemple, l’existence d’un ordo vicanorum ou d’un diribitorium, interdisent de pousser plus loin la réflexion.

De l’architecture aux mobiliers : polyvalence des espaces, ambiguïté des objets

  • 112 Poux, Fichtl, à paraître.
  • 113 Poux 2016 ; Poux, Fichtl, à paraître.

54Cet héritage indigène se perçoit plus clairement dans d’autres agglomérations de Gaule centrale, à travers l’architecture des sanctuaires et théâtres de type « gallo-romain ». Pendants des grands templa et theatra urbains érigés au cœur des grandes capitales de cités, ils s’en distinguent notoirement par leur plan et leur mode de construction spécifiques, souvent déterminés par la présence d’états anciens, antérieurs à la conquête romaine. L’hypothèse d’une origine gauloise des « fana » à cella centrée et galerie périphérie est confortée par le résultat des fouilles récemment menées sur les sanctuaires de Nitry, Pommern-Martberg et Corent112. Sur ce dernier site, elles ont révélé l’ancienneté du petit théâtre accolé à l’angle du péribole, qui recouvre un premier édifice en matériaux périssables doté d’un hémicycle central et de gradins en bois, édifié dès la fin du iie s. av. J.‑C.113. Au vu de la superposition des plans, dont l’évolution s’échelonne sur plusieurs siècles entre le iie s. av. J.‑C. et le iie s. ap. J.‑C., il devient de plus en plus difficile d’ignorer le lien de filiation topographique et architectural qui unit ces monuments maçonnés aux vestiges de constructions en bois qui les précèdent.

  • 114 Voir en dernier lieu : Metzler, Gaeng et Méniel 2016 ; Poux 2006 ; Poux (dir.) 2012.
  • 115 Brunaux (éd.) 1999.
  • 116 Fouilles inédites (2015‑2016). Information orale S. Meylan-Krause, que je remercie vivement.
  • 117 Renseignement oral fourni par L. Tranoy, que je remercie vivement.
  • 118 Poux 2016.

55Si l’on accepte le fait qu’à l’époque romaine, sanctuaires et théâtres ont pu assumer une fonction civique, pour la tenue des assemblées et l’élection des magistrats, ce lien doit également témoigner d’une certaine continuité fonctionnelle. Les vastes esplanades qui précèdent les sanctuaires édifiés dans les oppida du Titelberg et de Corent sont interprétées depuis longtemps comme des espaces dédiés au rassemblement de foules nombreuses conviées lors d’assemblées religieuses, mais aussi politiques, civiques et électorales114. Sur les deux sites, l’abandon de l’oppidum en tant que chef-lieu de cité marque le développement d’une agglomération secondaire dotée d’un centre monumental (temple monumental au Titelberg, temple et théâtre à Corent), qui en pérennise à moindre échelle les fonctions religieuses, politiques et civiques. À Ribemont-sur-Ancre, la place protohistorique qui prolonge le sanctuaire est délimitée au ier s. av. J.‑C. par un enclos de plan trapézoïdal, qui a été repris et monumentalisé à l’époque romaine (fig. 11)115. Ce dispositif scénographique est renforcé, au début de l’Empire, par l’édification d’un grand théâtre inscrit dans son axe central. La même configuration se retrouve à Avenches, où les fouilles récentes ont révélé l’existence d’un premier espace à vocation cultuelle et/ou funéraire, probablement adossé à une agglomération ouverte occupée entre la fin du iie et la fin du ier s. av. J.‑C.116. Les dispositifs scénographiques qui précèdent l’entrée des sanctuaires de Barzan et de Briga/Eu s’inscrivent peut-être dans la même filiation. Pour le premier, dont l’origine gauloise ne fait aucun doute, il est désormais établi que l’allée attenante a été aménagée dès le ier s. av. J.‑C. sous la forme d’un long portique sur poteaux plantés, récemment mis en évidence par L. Tranoy117. À Briga, la fouille des niveaux sous-jacents au temple et à la basilique attenante a également livré de nombreux vestiges d’occupation ou de fréquentation datés de la fin de l’époque gauloise. D’autres cas de superposition similaires sont soupçonnés à l’emplacement ou dans le voisinage immédiat des théâtres d’Alésia, de Javols, de Vertault ou de Blicquy118.

Fig. 11 – Ribemont-sur-Ancre : plan général des sanctuaires d’époque protohistorique (en haut) et romaine (en bas) (d’après Brunaux et al. 1999).

Fig. 11 – Ribemont-sur-Ancre : plan général des sanctuaires d’époque protohistorique (en haut) et romaine (en bas) (d’après Brunaux et al. 1999).
  • 119 Poux, Demierre (dir.) 2016.

56Si la superposition topographique et architecturale des constructions milite, dans la plupart des cas, pour une continuité des pratiques religieuses, politiques, civiques et institutionnelles qui avaient cours dans leur enceinte, il est impossible d’être affirmatif en l’absence d’inscriptions ou de témoignages littéraires explicites. Aménagés en matériaux périssables, ces espaces publics protohistoriques se prêtent d’autant moins facilement à une interprétation univoque qu’ils étaient probablement polyvalents. Un hémicycle à gradins comme celui de Corent, si l’on écarte une fonction ludique, a pu servir aussi bien de lieu d’assemblée pour le sénat arverne, que de tribunal (fig. 3 et 12). Seule sa parenté morphologique avec les bouleuteria grecs fait pencher la balance en faveur de la première hypothèse. Il en va de même pour le sanctuaire qui le jouxte (fig. 12), tout à la fois espace de commémoration dynastique et d’autoreprésentation des élites arvernes, lieu de culte, de banquet, atelier de frappe monétaire et cadre de pratiques communautaires dont la signification nous échappe en grande partie119.

Fig. 12 – Corent : plan du sanctuaire et de l’édifice à gradins d’époque protohistorique (à gauche) et romaine (à droite). En bas : restitution du centre de l’oppidum vers 80 av. J.‑C. (d’après Poux et al. 2012).

Fig. 12 – Corent : plan du sanctuaire et de l’édifice à gradins d’époque protohistorique (à gauche) et romaine (à droite). En bas : restitution du centre de l’oppidum vers 80 av. J.‑C. (d’après Poux et al. 2012).
  • 120 Poux et al. 2002 ; Poux 2006 ; Poux (dir.) 2012, p. 162‑163 ; Poux, Demierre (dir.) 2016, p. 591‑6 (...)
  • 121 Tite-Live, X, 24, 18.
  • 122 M. Humm, dans ce volume.
  • 123 Poux, Demierre (dir.) 2016, p. 591‑609 ; R. Guichon, dans ce volume.
  • 124 Poux (dir.) 2012, p. 36‑40.

57L’hypothèse d’un espace de vote a été avancée dès les premières années de fouille, sur la base des écrits de Poseidonios d’Apamée et par analogie avec les espaces publics de Villeneuve-Saint-Germain et du Titelberg120. Délimité par de hauts murs qui le retranchent du monde profane et permettent d’en trier les acteurs et de masquer leurs activités, il s’apparente morphologiquement au comitium primitif décrit par Tite-Live121, sorte « d’isoloir collectif » se présentant à l’origine sous la forme d’un espace enclos (locus consaeptus), probablement quadrangulaire et doté d’une seule entrée orientée à l’est à l’instar du templum122. Cet unique point d’accès concentre un nombre impressionnant de monnaies, de rondelles en céramiques et d’anneaux en matériaux divers (verre, métal, os), dont l’accumulation résulte indubitablement de pratiques collectives : cependant, ils peuvent aussi bien correspondre à des bulletins de vote, qu’à des offrandes monétaires ou monétiformes, à des tessères, ou à de simples moyens de comptage utilisés lors des banquets, par exemple123. La grande place qui prolonge le sanctuaire, bordée de bassins et d’échoppes d’artisans, a pu servir de cadre aux cérémonies religieuses autant qu’aux concilia armata décrits par César, accueillir des foires au bétail, des marchés ou d’autres activités profanes en relation avec l’oppidum environnant124. Cette polyvalence se reflète bien dans la diversité du mobilier découvert à sa périphérie, qui mêle pièces d’armement, crânes humains, nombreux restes de boucherie, monnaies et amphores importées.

  • 125 Metzler, Gaeng, Méniel 2016 ; C. Gaeng, P. Méniel et J. Metzler, dans ce volume.
  • 126 Peyre 2001, p. 173‑175 ; Dondin-Payre 2012a, p. 62 ; Ruby et Auxiette 2010, p. 59‑66.

58Cette ambiguïté ressort bien des dernières analyses consacrées par J. Metzler et C. Gaeng à l’espace public fouillé sur l’oppidum contemporain du Titelberg, où l’hypothèse du vote avancée dans les premières années tend à se diluer parmi un faisceau d’interprétations, qui rejoignent en grande partie celles avancées à Corent125. À Villeneuve-Saint-Germain, où les « fossés couverts » qui structurent l’oppidum avaient été rapprochés des saepta du Champ de Mars, elle a été tout simplement abandonnée au profit de celle d’installations dédiées à la circulation de l’eau126.

  • 127 Piette 1981 ; Piette, Depeyrot 2008 ; R. Guichon, dans ce volume.
  • 128 Poux 2006 ; Bataille 2008.

59Dans ce nouveau cadre interprétatif, les petits mobiliers (rouelles, perles, jetons) retrouvés en association avec les vestiges se voient désormais attribuer une fonction domestique ou artisanale. Pour autant, cette lecture prosaïque ne saurait s’appliquer aux exemplaires du sanctuaire de Corent, pas plus qu’aux dizaines de milliers de rouelles en métal accumulées au niveau de l’entrée de l’enclos cultuel de La Villeneuve-au-Châtelot (fig. 13)127. Même en contexte cultuel avéré, ces mobiliers revêtent un caractère fortement polysémique, qui renvoie à différentes facettes de l’activité liturgique (offrande, sacrifice, banquet, divination)128.

Fig. 13 – Rouelles métalliques du sanctuaire de la Villeneuve-au-Châtelot et de Villeneuve-Saint-Germain (d’après Peyre 2001 ; Piette, Depeyrot 2008).

Fig. 13 – Rouelles métalliques du sanctuaire de la Villeneuve-au-Châtelot et de Villeneuve-Saint-Germain (d’après Peyre 2001 ; Piette, Depeyrot 2008).

60La distinction est encore plus délicate, s’agissant de pratiques aussi difficiles à caractériser que le vote, la délibération ou le tirage aux sorts. Hormis l’argument contextuel, le seul critère valable réside dans la sélection et l’accumulation numérique de séries d’objets susceptibles d’être comparées, morphologiquement, aux psèphoi et aux rouelles héliastiques des électeurs athéniens, aux tabellae ou aux sortes du vote comitial. Tout l’enjeu est de réussir à faire « parler » ces séries d’objets, par une analyse intrinsèque qui doit précéder toute velléité de comparaison à plus grande échelle.

Les « Zifferkugeln » du Martberg, témoignage d’une sortitio électorale chez les Trévires ?

  • 129 Nickel, Thoma, Wigg-Wolf 2008.
  • 130 Poux, Fichtl, à paraître.

61Pour en revenir à l’époque romaine, on conclura ce tour d’horizon par l’analyse d’un lot de mobiliers qui a surtout valeur d’exemple méthodologique. Il provient des fouilles menées sur le site de l’oppidum du Martberg, près de Pommern (D), l’un des principaux sanctuaires du peuple trévire où une occupation cultuelle est attestée dès La Tène D2, dans la première moitié du ier s. av. J.‑C.129. Le sanctuaire préromain se présente, à l’instar de celui de Corent comme un quadrilatère irrégulier d’environ 60 par 70 m de côté, délimité par un étroit fossé palissadé, remplacé à l’époque romaine par un quadriportique maçonné. Son espace interne est occupé par plusieurs bâtiments sur poteaux, caractérisés par un porche et une tranchée périphérique qui préfigurent déjà le plan canonique des « fana » gallo-romains à cella centrée et galerie périphérique130. Il comporte lui aussi un petit théâtre qualifié de « cultuel » (« Kulttheater »), inscrit ici dans l’angle nord-est du péribole, à l’emplacement d’un ancien enclos palissadé interprété comme un « lieu de réunion » (« Versammlungsort »). La juxtaposition des plans témoigne d’une parfaite continuité architecturale et fonctionnelle entre les aménagements cultuels d’époque laténienne et romaine. Inscrit au cœur d’un vaste oppidum qui évolue, après la conquête, en une petite agglomération secondaire, cet ensemble est associé topographiquement à un second sanctuaire installé au pied du plateau, dans la commune de Karden (D).

62Parmi les nombreux objets qui parsèment la cour du sanctuaire, plusieurs séries d’objets retiennent l’attention : hormis les pièces d’armement d’époque gauloise (épées et fourreaux, fers et talons de lance, umbos de bouclier), probablement dédiées à une divinité guerrière équivalente au Lenus Mars mentionné sur une inscription bilingue d’époque romaine, ils comprennent de nombreuses monnaies, rouelles, jetons et vases miniatures, accumulés dans certains secteurs ou contextes particuliers (édifices, fosses) qui montrent que leur usage s’inscrivait dans un cadre précis : ils correspondent donc moins à des « offrandes », liées à de vagues conceptions ou entités religieuses, qu’aux instruments d’une praxis liturgique dont le sens nous échappe, là encore, en grande partie.

  • 131 Cf. Denys d’Halicarnasse 4, 15, qui affirme que pour estimer la population des pagi, dont l’organi (...)

63La signification ambiguë des monnaies, rouelles et autres rondelles découpées dans le métal ou la céramique a déjà été évoquée plus haut et dans ce volume par R. Guichon. On peut noter que comme à Corent, les premières se concentrent à l’entrée des temples, évoquant de possibles rites d’offrande a jactatio ou l’acquittement de droits d’accès, et que les rouelles métalliques ont été produites sur place, comme en témoigne un moule découvert in situ. Des jetons circulaires, retaillés dans des tôles en plomb, ont été retrouvés pour certains empilés, ce qui suggère un usage comme moyen de comptage. Malgré l’attention particulière portée sur leur répartition spatiale, leurs contextes de découverte et leurs caractéristiques, l’interprétation de ces objets anépigraphes demeure mal assurée : offrandes de monnaies ou de substituts monétiformes ? Comptage des entrées, des fidèles, des sacrifices ou des dévotions ? Opérations de recensement des populations, passant par l’offrande de stips telle que décrite par les textes pour la Rome archaïque131 ?

  • 132 Nickel 2009, p. 112‑115, fig. 6 ; Nickel, Thoma, Wigg-Wolf 2008, p. 98‑151.

64Tous ne sont cependant pas muets, puisqu’une dernière série d’artefacts circulaires ou plutôt sphériques, comporte des inscriptions : il s’agit de 27 billes en terre cuite, de taille très normalisée (diamètre oscillant entre 1,4 et 1,9 cm), inscrites de numéros en chiffres romains tracés à la pointe sèche avant cuisson (fig. 14). Comme le montre la carte de répartition de la fig. 15, la quasi-totalité d’entre elles ont été mises au jour à l’intérieur et sous la galerie de l’un des cinq temples à galerie de type « gallo-romain », désigné sous la lettre M et inscrit dans l’angle sud du péribole, à gauche de l’entrée. La description des contextes indique que les sphères ont été retrouvées en position secondaire, éparpillées sur les niveaux de surface ou piégées dans le remplissage de tranchées de fondation d’un état tardif du bâtiment. Le mobilier associé (monnaies, fibules, sigillées) donne une fourchette de datation assez large mais relativement haute, comprise entre le milieu du ier s. av. J.‑C. (La Tène D2) et la fin du ier ou le début du iie s. ap. J.‑C.132.

Fig. 14 – Sphères inscrites du Martberg, de Karden et de Nida-Heddernheim (d’après Nickel, Thoma, Wigg-Wolf 2008 ; Nickel 2009).

Fig. 14 – Sphères inscrites du Martberg, de Karden et de Nida-Heddernheim (d’après Nickel, Thoma, Wigg-Wolf 2008 ; Nickel 2009).

Fig. 15 – Plan de localisation des sphères inscrites découvertes sur le sanctuaire du Martberg (d’après Nickel, Thoma, Wigg-Wolf 2008).

Fig. 15 – Plan de localisation des sphères inscrites découvertes sur le sanctuaire du Martberg (d’après Nickel, Thoma, Wigg-Wolf 2008).
  • 133 Nickel 2009, p. 112, n. 11.

65Trois sphères absolument semblables ont été mises au jour sur le sanctuaire voisin de Karden, en contrebas de l’oppidum et une trentaine d’autres, identiques, sont conservées parmi les collections du site de Nida-Heddernheim (Hessen, D)133. Les chiffres relevés sur chacune d’entre elles sont synthétisés sur le tableau de la fig. 16. Il est remarquable d’observer que les numéros, qui s’échelonnent de I à CI, ne se répètent jamais au sein d’une même série et ne coïncident que dix fois d’une série à l’autre, ce qui permet d’affirmer qu’il s’agit bien de lots distincts. L’occurrence, au Martberg comme à Karden, du même numéro LXXXXIIII prouve, par ailleurs, qu’elles ne proviennent pas d’un même lot dispersé sur deux sanctuaires.

Fig. 16 – Tableau de représentation des chiffres inscrits sur les sphères du Martberg, de Karden et de Nida-Heddernheim (infographie M. Poux, d’après Thoma 2004).

Fig. 16 – Tableau de représentation des chiffres inscrits sur les sphères du Martberg, de Karden et de Nida-Heddernheim (infographie M. Poux, d’après Thoma 2004).
  • 134 Nickel, Thoma, Wigg-Wolf 2008, p. 98‑99.
  • 135 Dion Cassius, LXI, 18, 2.
  • 136 Virlouvet 1995, p. 346‑347, qui conteste par ailleurs l’assimilation de ces missilia à certains ty (...)

66Ces « sphères numérotées » (« Zifferkugeln ») ont déjà donné lieu à plusieurs tentatives d’analyse. L’hypothèse envisagée dans la publication princeps134 est celle de jetons de sparsio de missilia, offerts aux foules dans le cadre de cérémonies ou de réjouissances publiques. Ces dons, s’ils correspondaient souvent à des monnaies sonnantes et trébuchantes, ou à des denrées jetées à la volée, pouvaient effectivement prendre la forme de bons de loterie convertibles, désignés sous différentes appellations qui n’en précisent pas la forme (tesserae, nomismata). Dion Cassius135 décrit celles lancées par l’empereur Titus comme de « petites boules de bois (σφαιρία) portant un signe »136. Cette pratique aurait parfaitement sa place sur un sanctuaire, dans le cadre de l’évergétisme impérial du Haut-Empire. Mais le matériau des sphères du Martberg diffère de celui évoqué par Dion et les parallèles archéologiques de tessères numérotées convoqués par les auteurs ne sont guère convaincants : hormis le fait qu’ils représentent le plus souvent des animaux ou des fruits, leur numéro le plus élevé ne dépasse jamais la quinzaine.

  • 137 Nickel 2009, p. 113, n. 12.
  • 138 Poux 2006, p. 197.

67De même, l’hypothèse de billes de compte ou de jeu peut difficilement être retenue eu égard au contexte de découverte. En faisant abstraction de leur localisation, dans la cella d’un temple, la numérotation des sphères permet théoriquement de les associer à un système d’abaque semblable à celui conservé au musée Kircher, lequel utilise cependant des billes anépigraphes dont le nombre maximal n’excède pas la cinquantaine. Si les textes latins indiquent bien l’existence de jeux de billes (nuces), ils n’en précisent pas le matériau et aucun ne fait état de sphères inscrites, tandis que les numéros relevés sur certains pions de jeu en pierre ou en terre cuite (calculi) ne dépassent jamais la vingtaine137. Des dés à jouer, osselets ou calculi sont parfois signalés sur les sanctuaires de Gaule romaine, où ils sont interprétés comme des pièces de jeu, alors qu’ils ont tout aussi bien pu intervenir dans le cadre de rites divinatoires138.

  • 139 Thomas 2004.
  • 140 Reusser 2005 ; Bérard, Silvino, à paraître.
  • 141 La Divination II, 69.
  • 142 Raison 1972.
  • 143 Champeaux 1990.
  • 144 La Germanie X, 6 : « Les auspices et les sorts n’ont pas d’observateurs plus attentifs ; pour les (...)
  • 145 Poux 2006, p. 197.

68Cette dernière hypothèse est néanmoins privilégiée par M. Thoma, qui voit dans les sphères du Martberg l’instrument inédit d’une sorte de « loterie à caractère oraculaire »139. Elle est également retenue par Chr. Reusser, F. Bérard et T. Silvino pour les sortes associés aux urnae des inscriptions d’Eisenberg et de Vienne140. Elle peut, de fait, s’appuyer sur certaines procédures décrites par Cicéron141 et sur d’autres parallèles, extérieurs cependant à la période et au territoire considérés. L’usage divinatoire de boules en terre cuite inscrites est attesté dans le monde grec dès la période minoenne, mais beaucoup plus rarement aux époques postérieures142. En Italie, J. Champeaux a recensé toute une série de galets inscrits présentant une forme sphérique ou torique, utilisés aux mêmes fins143. Leur surface est recouverte de formules divinatoires ou incantatoires, mais jamais de chiffres. Dans un contexte culturel plus proche de la cité trévire, Tacite décrit les pratiques divinatoires en vigueur chez les Germains à la fin du ier s. : elles font appel à des baguettes de bois144 qui évoquent plutôt certains dés-bâtonnets en os attestés en Gaule préromaine, dont l’usage oraculaire a déjà été suggéré145.

  • 146 Cette objection rejoint celle formulée au sujet des sortes mentionnés sur l’inscription d’Eisenber (...)

69Le principal obstacle à un usage divinatoire des sphères du Martberg et de Kaden réside, toutefois, dans leur mode de numérotation. La valeur maximale, supérieure à cent, paraît en effet trop élevée dans le cadre d’une pratique divinatoire qui fonctionne généralement sur un mode binaire ou un nombre de possibilités réduites (les quatre faces d’un astragale, les six faces d’un dé, les deux faces d’une monnaie ou d’un jeton). Une autre objection tient à la nature même des divinités honorées sur le sanctuaire du Martberg, identifiées par le biais de deux statuettes et de la célèbre inscription bilingue trouvée à l’entrée même du temple M : Mars et Minerve ne comptent pas au rang des divinités oraculaires et ne sont presque jamais sollicités pour des consultations divinatoires, à l’exception notable des questions relatives à la guerre. S’il s’accorde bien avec le caractère belliqueux prêté aux Trévires et les nombreuses pièces d’armement retrouvées parmi les mobiliers du sanctuaire, cet aspect est moins prégnant à l’époque romaine, qui voit la disparition des offrandes d’armes et l’effacement du Mars guerrier au profit d’un Mars « guérisseur » (Lenus)146.

  • 147 Occurrences compilées par Aberson 2001, p. 260, n. 4 : Tite-Live, XXIII, 3, 7 ; Valère Maxime, 6, (...)

70Sans exclure ces différentes hypothèses, une dernière possibilité est envisageable, qui justifie la place de ces découvertes dans notre exposé : celle d’accessoires utilisés pour le tirage au sort à des fins électorales. Un examen attentif des bulletins utilisés dans le cadre des scènes de vote comitial représentées sur les monnaies montre, en effet, qu’elles ne correspondent pas exclusivement à des tablettes inscrites en bois comme on l’affirme souvent, mais à des sphères nommées pilae (fig. 17). À Rome, la lex Valeria Cornelia promulguée en 5 ap. J.‑C. mentionne explicitement l’usage de boules inscrites (pilas… scribantur aequenturque) pour la désignation des « centuries de César » chargées de nommer consuls et préteurs. Les rares sources iconographiques et épigraphiques relatives aux pilae n’en précisent ni le matériau, ni la nature des inscriptions. Il ressort des sources littéraires qu’en contexte électoral, les sorticula portent plus fréquemment des formules ou des noms, permettant de départager candidats et corps électoraux de façon nominative147. Façonnés et inscrits à chaque élection, ils peuvent être considérés comme des bulletins à usage unique contrairement aux sorticula numérotés, réutilisables à volonté.

Fig. 17 – Représentations de pilae électorales (bulletins sphériques) et de « machines à voter » de type urna versatilis sur le monnayage de la fin de la République (d’après Crawford 1989, vol. I, p. 306‑307, n° 292/1 et vol. II, pl. XL, n° 8 ; Crawford 1989, vol. I, p. 439‑440, n° 412 et vol. II, pl. LXVIII, n° 101, pl. LXIX, n° 181 ; Nicolet, Beschaouch 1991, p. 498, fig. 16).

Fig. 17 – Représentations de pilae électorales (bulletins sphériques) et de « machines à voter » de type urna versatilis sur le monnayage de la fin de la République (d’après Crawford 1989, vol. I, p. 306‑307, n° 292/1 et vol. II, pl. XL, n° 8 ; Crawford 1989, vol. I, p. 439‑440, n° 412 et vol. II, pl. LXVIII, n° 101, pl. LXIX, n° 181 ; Nicolet, Beschaouch 1991, p. 498, fig. 16).
  • 148 II, 6 (trad. H. Clouard).

71Pourtant, l’usage de pilae numérotées est clairement attesté dans un passage fameux de la Casina de Plaute148, décrivant les tractations dont est l’objet la jeune esclave éponyme de la part de ses deux prétendants, finalement départagés par tirage aux sorts. Malgré son caractère satirique, le texte fournit de précieuses informations quant aux modalités de cette opération :

 

Chalinus (Chalinus)

Adsunt, quae inperavisti omnia, uxor, sorteis, situla, atque egomet. […]

Voici tout ce que tu as demandé : ta femme, les sorts, l’urne et moi. […]

Lysidamus (Lysidame)

Optumum atque aequissumum istud esse, iure iudico. Postremo, si illuc, quod volumus, eveniet, gaudebimus : Sin secus, patiemur animis aequis. Tene sortem tibi. Vide quid scribtum st. 

C’est le meilleur moyen et le plus juste, je le déclare en conscience. Enfin, si l’événement est conforme à nos souhaits, nous nous en réjouirons ; sinon, nous nous résignerons avec constance. Tiens, voilà ton sort : vois quel [numéro] est inscrit.

Olympio (Olympion)

Unum.

Le un.

Chalinus (Chalinus)

Iniquom st, quia isti prius, quam mihi est.

Ce n’est pas juste ; on a commencé par lui, au lieu de moi.

Lysidamus (Lysidame)

Adcipe hanc sis.

Voici le tien ; veux-tu le prendre ?

Chalinus (Chalinus)

Cedo ; mane : unum venit in mentem modo. Vide, ne qua illeic insit alia sortis sub aqua. […]

Donne. Un moment. Il me vient une pensée. Prenons garde qu’il n’y ait un autre sort au fond de l’eau. […]

Olympio (Olympion)

Quia enim metuo, ne in aqua summa natet.

Il surnagerait à la surface de l’eau.

Lysidamus (Lysidame)

Euge : cave : coniicite sorteis nunc iam ambo huc : eccere. Uxor, aequa. […]

Très bien ; regarde. Maintenant, jetez vos sorts tous deux ici. (Ils jettent dans l’urne.) Voilà. Femme, remue. […]

Chalinus (Chalinus)

Deos quaeso, ut tua sors ex sitella ecfugerit.

Si les dieux m’entendent, ton sort se sera enfui de l’urne.

Olympio (Olympion)

Ain tu ? quia tu es fugitivos, omneis te imitari cupis ? Utinam tua quidem sicut Herculeis praedicant quondam prognatis, ista in sortiendo sors deliquerit.

Vraiment ? Parce que tu es un fugitif, tu voudrais trouver partout tes pareils. Fasse plutôt le ciel qu’il t’arrive ce qui arriva aux Héraclides ; que ton sort fonde pendant l’épreuve.

  • 149 Sitellam deferre : Cicéron, De la nature des dieux I, 38, 6 ; Asconius, 71 (éd. A. Clark) ; Pline (...)

72Le diptyque urne et sorts renvoie à l’iconographie monétaire (fig. 17) et à d’autres textes faisant état d’un récipient de type situle apporté pour le tirage au sort aux comices149, qui ne précisent pas qu’elle était remplie d’eau comme c’est le cas ici. La nature même des sorts n’est pas précisée mais peut être déduite logiquement de certains détails donnés par l’auteur. Ils sont inscrits (scribtum) et plus précisément numérotés, comme l’indique le tirage du chiffre un (unum). Certains surnagent (in aqua summa natet), d’autres sont susceptibles de s’échapper (ecfugerit) : ils se composent donc d’un matériau léger excluant, par exemple, la pierre ou le bronze, le second terme militant en faveur de sphères qui roulent plutôt que de tablettes. Enfin, le souhait exprimé par Olympion de voir « fondre » le sort de son adversaire (in sortiendo sors deliquerit) milite en faveur d’un matériau friable qui exclut le bois : l’hypothèse de boules numérotées en terre crue ou (mal) cuite s’impose donc d’elle-même.

  • 150 Asconius, 71 (éd. A. Clark), cf. (dans un tout autre contexte) Tite-Live XXI, 42 : ut sors excĭder (...)
  • 151 Aberson 2001, p. 621, n. 5, qui considère que les bulletins de vote ne sont jamais désignés comme (...)

73La scène constitue, à l’évidence, une transposition satirique des procédures d’élection dans le cadre des comices, ses détails reproduisant fidèlement les modalités de tirage au sort des centuries, dont l’ordre de vote était déterminé par les premiers bulletins qui « s’échappaient » de la situle150. La forme sphérique des pilae figurées sur les monnaies prend alors tout son sens (fig. 17). Le parallèle vise, dans l’esprit de Plaute, à conférer une solennité comique et déplacée à la scène, mais il peut tout aussi bien renvoyer à une pratique usuelle de tirage aux sorts, mise en œuvre dans un cadre aussi bien ludique que public. La mise en parallèle du texte de Casina et des légendes monétaires permet de supposer qu’elle faisait appel, dans les deux cas, à des boules en argile inscrites d’un numéro, comparables à celles du Martberg, de Karden et d’Heddernheim. On se gardera, bien entendu, d’établir un lien systématique entre la procédure de tirage aux sorts et celle du vote en lui-même, dont les bulletins pouvaient prendre bien d’autres formes et appellations151.

  • 152 Rosenstein 1995.
  • 153 Tite-Live, XLI, 18, 7‑8 : Valeriun auspicato sorritum constahat, quod in templo fuisset.
  • 154 Rosenstein 1995, p. 56.
  • 155 AE, 1928, n° 189 : Cossus Frontonis f(ilius) sortil(egus) ex visu, v. s. l. m. Fonction également (...)

74Il est bien entendu impossible, en l’espèce, de trancher avec certitude entre l’identification de sorts divinatoires ou de pilae électorales. Ces deux hypothèses ne sont d’ailleurs pas incompatibles, les mêmes sortes ou sorticula étant utilisés à Rome indistinctement pour le tirage au sort dans les comices et pour la consultation des divinités152. Tite-Live précise d’ailleurs que la sortitio avait lieu dans l’enceinte du templum augural, les sorticula étant pieusement conservées dans les arcanae du temple de Jupiter153. Cette règle a pu être étendue à certains sanctuaires provinciaux, inaugurés ou non, en tant que lieu d’exercice d’une autorité divine qui garantissait la validité du tirage au sort. Même pratiqué à des fins politiques et profanes, il représente un acte rituel à part entière, confié de préférence aux prêtres auguraux comme l’illustrent les légendes monétaires associant sitella et lituus154. Ce n’est peut-être pas un hasard si c’est précisément à Trèves, dans le sanctuaire de l’Altbachtal près de Trèves, qu’a été découverte l’une des seules inscriptions des Trois Gaules mentionnant l’existence d’un prêtre (?) spécialisé dans la manipulation et l’interprétation des sorts (sortilegus)155.

  • 156 L’utilisation des termes sortes (au lieu de pilae) et d’urna (au lieu de sitella) ne s’oppose pas (...)
  • 157 Reusser 2005 ; Bérard, Silvino 2018.
  • 158 Raepsaet-Charlier 2015, p. 107‑108.
  • 159 Tertullien, Les spectacles 16.

75Cette hypothèse nous ramène à la mention « d’urne avec ses sorts » (urna cum sortibus, urna et sortes) relevée sur les inscriptions déjà citées de Forum Claudii Vallensium/Martigny, de Bourbonne-les-Bains, de Bioggio, d’Eisenberg et de Vienne156. Comme on l’a déjà relevé plus haut, seules la base inscrite de Bioggio et la tablette de Bourbonne, découvertes en contexte cultuel avéré, ou la mention supplémentaire d’une phiale sur l’inscription d’Eisenberg, peuvent faire pencher la balance en faveur d’un nécessaire divinatoire157. Si l’association des sorts et de l’urne n’exclut pas cette hypothèse, son caractère systématique évoque un usage plus spécifique. Comme le rappelle M.‑Th. Raepsaet-Charlier, le binôme urna et sortes est tout aussi voire bien plus fréquemment utilisé dans un cadre profane, pour l’élection des magistrats, l’ordre de vote des tribus, le tirage au sort des provinces au sénat, l’assignation des lots centuriés dans les colonies, dans les tribunaux pour la constitution des jurys, pour définir l’ordre de départ dans les jeux158. Au reste, ce dernier cas de figure est le seul dans lequel l’expression urna cum sortibus est employée telle quelle dans une source littéraire159, qui fournit une clé de lecture supplémentaire pour l’inscription découverte dans la fosse de scène du théâtre de Vienne.

  • 160 Aberson 2001.
  • 161 Raepsaet-Charlier 2015.
  • 162 Nicolet, Beschaouch 1991.
  • 163 Raepsaet-Charlier 2015, fig. 8 et 9.

76Écartant ces différents usages, les éditeurs des inscriptions de Martigny et de Bourbonne optent plutôt pour une procédure particulière de recrutement collégial. La première est interprétée par M. Aberson comme une offrande effectuée par un membre de collège en remerciement d’un succès électoral160 ; la seconde, comme l’inscription dédicatoire d’une machine de vote installée et utilisée in situ161. En l’absence d’urne ou de base conservée, on ne saurait trancher dans le cas du Martberg. Il est également impossible de déterminer si le tirage aux sorts faisait appel à une « machine à voter » de type urna versatilis (fig. 17), comparable à celles analysées par C. Nicolet162 à partir des sources iconographiques et restituées par M.‑Th. Raepsaet-Charlier163.

77Localisées dans la cella ou sur le parvis des temples, à l’instar de la base de Bioggio, les pilae numérotées du Martberg et de Karden pourraient, en tout état de cause, offrir un témoignage tangible des procédures de sortitio qui avaient cours en milieu cultuel, connues jusqu’à présent sur la seule base des textes et des inscriptions. Il serait tentant d’élargir cette clé de lecture aux autres objets circulaires (rouelles, rondelles de plomb, monnaies) retrouvés dans le temple M et de façon plus générale, dans l’enceinte du sanctuaire. Leur polyvalence et l’absence de signes distinctifs (visibles ?) ne permettent cependant pas de leur attribuer une fonction identique, dans le cadre du tirage au sort. Un usage complémentaire, pour le recensement des votants ou le droit d’accès aux espaces de vote, par exemple, est envisageable mais ne repose sur aucun indice tangible.

Des objets aux pratiques institutionnelles : un lien difficile à établir

  • 164 Dans le cadre d’une élection, la nécessité d’obtenir un nombre impair peut également expliquer le (...)

78Il reste à établir dans quel cadre ces sorts sont susceptibles d’avoir été utilisés. Devant l’impossibilité de déterminer s’ils ont été découverts en position primaire, sur leur lieu d’utilisation, ou s’ils constituent un dépôt secondaire apporté de l’extérieur en remerciement d’un tirage au sort couronné de succès, seul leur mode de numérotation peut contribuer à éclaircir ce point. Le nombre maximal répertorié à Heddernheim et à Karden est le chiffre CI. Le dernier chiffre attesté au Martberg en étant peu éloigné (LXXXXIX), il semble que l’on soit en présence de trois séries précisément constituée de cent sphères si l’on tient compte de l’absence du zéro, introduit par le système algébrique arabe164.

  • 165 Paul, Digeste 50, 2, 7, 2. Sur ce chiffre, rarement attesté par les sources et l’épigraphie mais c (...)
  • 166 Scheid 1991.
  • 167 Aberson 2001, p. 622, n. 10.
  • 168 Raepsaet-Charlier 2015, p. 108‑110.
  • 169 Raepsaet-Charlier 2015, p. 104.

79La première hypothèse qui vient à l’esprit est la désignation des duoviri élus chaque année parmi les membres de l’ordo decurionum165. Les modalités d’élection de T. Sennius Solemnis au duumvirat, telles que rappelées sur le marbre de Thorigny (ornamentis suffragio, designatus ex postulatione populi), suggèrent que le recours à la sortitio pour départager les candidats en cas d’impasse était suffisamment fréquent pour que son absence mérite d’être soulignée (sine sorte). Cette explication est envisageable dans le cadre institutionnel de la Colonia Augusta Treverorum (CIL XIII, n° 3693). La procédure aurait sa place dans l’un des principaux lieux de culte consacrés à sa divinité tutélaire, Lenus Mars166, mais il serait très surprenant qu’elle n’ait pas eu lieu à Trèves même, dans l’un des quatre sanctuaires dédiés au deus patrius de la colonie. Dans son édition de la table en bronze de Forum Claudii Vallensium/Martigny, M. Aberson avance brièvement la lecture d(ecurionum) d(ecreto) avant de l’écarter au profit de d(onum) d(edit), qui lui apparaît plus conforme « à la dédicace d’une urne de tirage au sort dans ce qui semble être un environnement politico-social fort modeste »167. Cette objection tombe dans l’hypothèse où l’on a affaire à un dispositif de vote pérenne168, qui a pu être utilisé dans un cadre aussi bien privé qu’institutionnel et à ce titre, installé sur décret des décurions. M.‑Th. Raepsaet-Charlier n’exclut pas, pour sa part, que la machine à voter de Bourbonne ait pu être installée sur décision de l’ordo des Lingons169. La possibilité d’une intervention directe des plus hautes autorités civiques de la cité dans la vie d’un sanctuaire de cette importance laisse entrevoir la possibilité d’une offrande apportée au Martberg par un duumvir fraîchement élu, peut-être en raison de son origine locale.

80Dans un contexte d’agglomération secondaire, dotée d’un sanctuaire qui a pu jouer un rôle de centre civique à l’échelle du pagus ou du vicus, un lien avec l’élection annuelle de magistratures locales de rang inférieur apparaît autrement plausible si l’on se réfère au texte de Festus (magistri vici, item magistri pagi quotannis fiunt). Il est toutefois difficile d’admettre qu’ils aient été désignés par tirage au sort, parmi un nombre fixe de cent candidats. Sauf à supposer, comme cela a été suggéré plus haut, que ces structures locales étaient régies par des assemblées de décurions fidèlement calquées sur l’ordo des colonies. L’exemple des decemlecti d’Aix-les-Bains ou des vingtimviri de Séguret montre cependant qu’une configuration de ces ordines locaux à cent membres ne saurait être érigée en règle générale et devait obéir à de fortes variations régionales. On peut noter en revanche qu’à la lumière des inscriptions de Naix-aux-Forges, de Baden et de Chalon-sur-Saône (ex decreto ordinis pagi, locus datus ex decreto pagi, locus datus decreto vicanorum), la mention d. d. de la table de Martigny peut tout aussi bien faire référence à un décret des décurions du pagus ou de la cité.

81Dans une autre direction, la sortitio a également pu servir à désigner des corps électoraux ou à déterminer leur ordre de préséance, sur le modèle du vote comitial tardo-républicain à l’aide de pilae. Cette procédure est explicitement mentionnée par la Lex Municipii Malacitani, dans le cadre d’élections municipales organisées sous Domitien en milieu provincial (CIL II, n° 1964, sortitione curiarum et is qui curiarum numero partes erunt). Il serait là encore surprenant qu’elle ait été mise en œuvre dans un sanctuaire extra-urbain, hors les murs de la colonie. La différence pourrait s’expliquer par le fait qu’elle s’appliquait non pas à une communauté urbaine organisée en curies, mais aux représentants des pagi ou vici de la cité trévire répartis en différents points du territoire. Le nombre cent n’est évidemment pas sans rappeler le découpage en centuries, qui n’est pas explicitement attesté en Gaule mais a pu être adopté, par mimétisme, dans certaines colonies pour le recensement et le tirage au sort d’un corps électoral.

  • 170 Guerre des Gaules V, 56.
  • 171 Jullian 1920‑1926, p. 52‑53.
  • 172 Scheid 2006, p. 42‑43.

82Ces comices provinciaux, explicitement mentionnés dans le règlement électoral de la colonie d’Urso, avaient déjà cours en Gaule avant l’arrivée de César, qui qualifie de comitia les réunions électorales du peuple éduen. Chez les Trévires, il est uniquement question d’assemblées du peuple en armes170. C. Jullian a établi depuis longtemps un rapprochement entre ces concilia armata et les comices centuriates de la Rome archaïque, « formés de la nation en armes, réunie pour élire son préteur de guerre »171. De façon plus générale, la primauté accordée par les Trévires au culte de Mars, dont le patronage renvoie selon J. Scheid « à un univers structuré, à une cité avec un espace précis à défendre, avec des citoyens en arme qui se battent collectivement », est interprétée par ce dernier comme une marque particulière d’attachement aux institutions de Rome172. Leur mode de fonctionnement électoral a pu faire référence, dans les premières décennies d’existence de la Colonia Augusta : ses magistrats étaient-ils élus par une assemblée militaire structurée sur le modèle des comices centuriates, convoquée comme à Rome en dehors de l’espace urbain, dans un lieu à forte dimension symbolique et identitaire équivalent au campus Martius ?

  • 173 Metzler, Méniel, Gaeng 2006, p. 195, 204‑205.
  • 174 Poux, Demierre (dir.) 2016, p. 604‑605.
  • 175 Nickel, Thoma, Wigg-Wolf 2008, p. 288‑290, 428 ; Poux 2016, p. 107‑108.
  • 176 Nickel, Thoma, Wigg-Wolf 2008, p. 55‑56, pl. 16.
  • 177 Sur le recours au tirage au sort pour départager les soldats, voir par exemple Vopiscus, Vie de Pr (...)

83Implanté au cœur d’un oppidum fondé dès la fin du iie s. av. J.‑C., correspondant à l’un des principaux chefs-lieux du territoire avec celui du Titelberg, le sanctuaire du Martberg réunit ces deux conditions. À l’instar des grandes places publiques du Titelberg173 et de Corent174, il a été réaménagé à l’époque de la conquête pour accueillir ce type de manifestations : son angle oriental est recoupé, à La Tène D2, par un grand enclos quadrangulaire interprété comme un lieu d’assemblée (« Versammlungsplatz »), qui préfigure d’une certaine manière le petit « théâtre cultuel » édifié au même emplacement durant le Haut-Empire175. C’est peut-être dans ce contexte qu’il faut interpréter les nombreuses pièces d’armement retrouvées sur le sanctuaire dans les niveaux d’époque laténienne, qui témoignent probablement d’un culte rendu au dieu Mars et de sa fréquentation régulière par des guerriers en arme. Elles sont associées, dans les mêmes niveaux, à des rouelles en métal produites sur place, comme en témoignent les fragments de moule mis au jour en différents emplacements du péribole176 : comme au Titelberg, à Flaviers-Mouzon ou à La Villeneuve-au-Châtelot, ces dernières ont pu être utilisées pour compter, représenter et départager les votants ou certains corps militaires177. Même si elles appartiennent à une période plus récente et font appel à des pilae numérotées, les pratiques de tirage au sort mises en œuvre dans le temple M attestent peut-être la perduration de ces pratiques à l’époque impériale.

  • 178 Raepsaet-Charlier 2015, p. 107, qui ne fournit aucune référence à l’appui de cette assertion.
  • 179 Rüger 1972. Hypothèse catégoriquement rejetée par M. Dondin-Payre (Dondin-Payre 2012b, p. 89), qui (...)
  • 180 Raepsaet-Charlier 2015, p. 111.

84Ce contexte particulier pourrait également plaider pour une élection à des responsabilités de nature religieuse, plutôt que politique. Celle de l’édile de Furfo, chargé de l’entretien des sanctuaires, vient immédiatement à l’esprit (CIL IX, n° 3513). L’éventualité de procédures de nomination tournante pour certains sacerdoces est évoquée par M.‑Th. Raepsaet-Charlier178. Elles ont pu se dérouler au sein de ces « curies religieuses » calquées sur le modèle de l’ordo municipal et étudiées par C. Rüger, dont le nom est fréquemment abrégé par un C retourné (cent), qui désigne également les centuriae, avec ou sans signification militaire179. Dans le même ordre d’idées, le recours au tirage aux sorts dans le cadre de collèges privés, est envisagé pour les inscriptions de Martigny, de Bourbonne-les-Bains et de Bioggio malgré leur contexte religieux. Ce qui conduit M.‑Th. Raepsaet-Charlier à supposer que des scholae de collège ont pu être implantées dans l’enceinte même de certains sanctuaires180. On peut objecter que dans le cas présent, les sphères ont majoritairement été mises au jour dans l’emprise d’un bâtiment dont la forme architecturale (celle d’un temple à cella centrée et galerie périphérique) ne laisse planer aucune équivoque sur sa vocation strictement religieuse.

  • 181 Même si les Trévires n’y sont pas mentionnés par l’épigraphie (Van Andringa 2002, p. 36), leur app (...)

85Un dernier domaine d’utilisation de la sortitio, qui n’est pas incompatible avec les propositions précédentes, est suggéré dans ce volume par F. Hurlet. Il concerne la désignation, parmi les membres de l’ordo, des ambassadeurs (legati) dépêchés auprès du concilium Augusti qui se tenait chaque année auprès de l’ara ad confluentem à Lyon181. Cette piste s’accorderait bien avec le contexte religieux et la conservation des sortes dans l’un des principaux sanctuaires de la cité trévire, qui fait écho à l’allusion transmise par l’épitomateur de Tite-Live. Elle nous ramène à Lugdunum, où l’épitomateur de Tite-Live fait état au sujet des prêtres de Rome et d’Auguste d’une élection (creatio) en bonne et due forme. Là encore, la découverte des sortes dans le sanctuaire ne signifie pas forcément que cet événement a eu lieu sur place, puisqu’il peut tout aussi bien s’agir d’un ex-voto introduit par le lauréat avant son départ ou à sa sortie de fonction.

Conclusions

86Les quelques exemples égrenés dans cette contribution, qui ressortissent aussi bien du domaine de l’épigraphie, de l’architecture que des mobiliers, forment les éléments disparates d’un dossier encore très lacunaire, qui sera sans doute amené à s’étoffer dans les années à venir. Si aucun d’entre eux – à l’exception notable des diribitoria d’Aquitaine – n’a valeur de preuve en soi, leur juxtaposition souligne, en filigrane, l’existence de pratiques civiques et électorales qui avaient largement cours dans les villes et les campagnes des Trois Gaules.

87Lieux de spectacle, d’assemblée et de convergence populaire (sanctuaires, théâtres, amphithéâtres, esplanades et allées monumentales), espaces dédiés au vote ou au dépouillement des bulletins (diribitoria, basiliques), instruments du tirage au sort (urnes, sortes, pilae), ainsi que les inscriptions qui en mentionnent l’existence, forment les membra disjecta d’un édifice interprétatif qui peut apparaître fragile si on les considère isolément. Sa cohérence est néanmoins assurée par les sources littéraires et épigraphiques, par les prescriptions de la Lex Ursonensis et de la Lex Malacitana qui fixaient les règles de fonctionnement électoral des coloniae et des municipia, ainsi que par le cadre institutionnel et civique qui régissait celui des agglomérations secondaires et de leur territoire environnant.

  • 182 Il a été démontré depuis longtemps que la situation décrite sur ces documents constitue moins une (...)

88Concernant les premiers, on a pu écrire au sujet des inscriptions de Narbonne, de Nîmes ou de Lyon que l’accession aux magistratures des colonies et des chefs-lieux se faisait uniquement par désignation ou cooptation, par simple acclamatio et postulatio populi. Il faudrait donc admettre que les colonies gauloises étaient régies par d’autres règles que leurs homologues hispaniques ou africaines, ce qu’aucune source épigraphique ne vient étayer. Les inscriptions d’Urso et de Malaca documentent moins des procédures électorales spécifiques à l’Hispanie ultérieure, que la conservation, exceptionnelle, de tables en bronze reproduisant probablement des dispositions communes à une majorité de chefs-lieux, colonies et ou municipes de l’Occident romain, dont il ne subsiste aucune trace182. Si l’on admet cette hypothèse, le nombre de duoviri, quattuorviri, préteurs, questeurs, édiles et autres magistrats honorés sur les inscriptions, dont la charge était régulièrement renouvelée dans chacune des cités des Trois Gaules, permet de mesurer la fréquence des pratiques électorales qui y avaient cours.

89Pour ce qui est des autres agglomérations du territoire, leur pendant réside probablement dans les nombreuses attestations épigraphiques de magistri, de curatores et d’aediles pagi ou vici et autres magistratures locales, qui étaient probablement élues sur un mode identique ou simplifié comme le stipule la glose de Festus qui précise expressément que les premiers étaient élus annuellement (quotannis fiunt). L’existence d’assemblées locales (ordines), assurée par quelques inscriptions très explicites en dépit de leur nombre limité (ex ordine pagi, locus datus ex decreto vicanorum, decemlecti ou vingtiviri), l’omniprésence des corps de vicani en tant que corps constitués de citoyens (élus ?), acteurs et bénéficiaires de pratiques évergétiques, ou encore, l’élection de l’édile mentionnée par la lex Furfensis, témoignent d’une vitalité institutionnelle et civique qui n’a rien d’imaginaire.

90Admettre l’existence de ces procédures électorales propres aux territoires ruraux et aux agglomérations secondaires, permet de donner un sens aux mentions de diribitoria, basilicae templa, tribunales ainsi qu’à un certain nombre d’esplanades monumentales ou de théâtres aménagés loin des chefs-lieux, qui en constituaient probablement le cadre architectural. Le recours au terme de diribitorium, attesté sur trois sites d’Aquitaine, prouve de façon indubitable l’existence de pratiques de vote sur les sanctuaires, puisque son sens initial de local de décompte des voix n’a jamais varié et est encore admis par Ausone au ive s. La discussion ne peut donc porter que sur la forme et l’ampleur des espaces mis en œuvre pour ces opérations.

91L’usage probable de certains « théâtres gallo-romains » comme lieux d’assemblée et « curies » locales est suggéré par le lien de parenté qui unit leurs plus anciens représentants (Corent, Alba) aux bouleuteria grecs – la polyvalence de ces édifices à gradins laissant naturellement la place à bien d’autres utilisations, religieuses ou profanes. L’édification de ces équipements monumentaux par et bien plus souvent, pour certains corps de vicani, tire un trait d’union entre réalités architecturales et civiques, conforté par la mention d’installations de vote (diribitoria) dédiées à la res publica et « à l’usage » (usibus) des autorités de la cité Biturige et de ses vicani.

  • 183 Tarpin 2009.
  • 184 Cette variabilité s’observe même dans les colonies. A. Pelletier (Pelletier 2000) a rappelé, au su (...)

92Ces mêmes équipements ont bien entendu pu répondre à d’autres usages, comme les banquets publics, les procès, les réunions de collèges ou les jeux. Les analyser par le seul prisme de l’évergétisme ou du cadre impérial revient, cependant, à subordonner toute la vie institutionnelle des territoires extra-urbains à une sorte de relation exclusive de leurs populations avec l’Empereur, ses gouverneurs et les magistrats des chefs-lieux, sans faire grand cas des nécessités de gestion administrative à l’échelle locale, rappelées par M. Tarpin183. La situation n’est sans doute pas uniforme et il serait illusoire de chercher à restituer un cadre commun à toutes les cités, qui ont adopté des règlements propres à leur statut et à leur tradition comme l’indique la répartition régionale de certaines magistratures d’origine indigène (vergobret, praitor, etc.)184. S’il convient encore de s’interroger sur la part « d’héritage » préromain qui se dissimule derrière certains termes latins d’origine gauloise, leur survivance au ier s. de notre ère témoigne d’une certaine continuité institutionnelle qui a pu générer autant de particularismes institutionnels locaux, dont les rares témoignages épigraphiques à disposition ne rendent pas compte.

93Une trace matérielle de ces pratiques réside peut-être dans les urnes et les sorts (sortes, pilae) découverts physiquement sur les sanctuaires ou mentionnés par l’épigraphie, qui sont moins associés au vote qu’à la sortitio qui le précède ou l’accompagne. L’astucieuse restitution de véritables « machines à voter », comparables à l’urna versatilis des sources iconographiques, ouvre une piste stimulante pour les recherches archéologiques futures dont la série de pilae numérotées du Martberg, de Karden et de Nida-Heddernheim peut donner une première idée. La poursuite des fouilles de sanctuaires permettra peut-être un jour de mettre en relation ce type de découvertes avec une base inscrite semblable à celle de Bioggio ou avec l’un des diribitoria d’Aquitaine, lorsque ceux-ci auront été formellement identifiés sur le plan architectural. Il est, là encore, révélateur de constater que la plupart de ces documents n’ont pas été découverts dans des chefs-lieux, mais en contexte d’agglomérations dites « secondaires ».

94En ce qui concerne la période préromaine et la part de survivance des structures et pratiques civiques décrites par César à son arrivée en Gaule (sénats, comices, magistratures), l’analyse des données est plus délicate et outrepasse, quoi qu’il en soit, le cadre chronologique assigné à cette étude. L’archéologie corrobore, dans une certaine mesure et à l’image de l’urne du vergobret à Argentomagus, l’existence d’un cadre institutionnel tout aussi évolué même s’il ne saurait être identique à celui qui prévaudra quelques décennies plus tard, dans le contexte des processus de romanisation et de réorganisation administrative mis en œuvre à partir d’Auguste. La superposition topographique et le lien de filiation architecturale observés sur un nombre croissant de sanctuaires, souvent dotés de théâtres et interprétés comme des lieux de pratiques civiques pour la période romaine (Corent, Le Titelberg, Le Martberg, Alésia, Vertault), offrent un terrain prometteur pour des analyses régressives, qui demeurent encore balbutiantes et incertaines en l’état actuel des données. Autrement hasardeuse – ou à tout le moins prématurée – serait toute tentative de rapprochement des mobiliers circulaires retrouvés sur ces mêmes sanctuaires avec les sortes du Martberg auxquels ils sont associés : outre le fait qu’ils ne comportent pas d’inscription, ils s’en distinguent par une grande diversité de formes, de matériaux et surtout d’usages, qui interdisent de franchir le pas à ce stade des recherches.

  • 185 Dondin-Payre 2012a ; Marc 2014.

95En l’absence de documents épigraphiques, l’appréhension de ces pratiques à l’époque préromaine procède forcément d’une démarche spéculative, aiguillée par les rares sources écrites à disposition. Cette difficulté s’inscrit à l’origine du « délit de surinterprétation » dénoncé par J.‑Y. Marc ou M. Dondin-Payre185, qui doutent de la possibilité d’appréhender ces phénomènes à l’aune de la seule culture matérielle, jusqu’à nier, en contradiction avec les textes et les inscriptions, l’existence de pratiques électorales et civiques exercées à l’époque romaine hors des chefs-lieux. Commencer par en reconnaître l’existence à l’échelle des agglomérations secondaires de Gaule romaine, en s’attachant à concilier réalités architecturales et épigraphiques d’un point de vue diachronique et transdisciplinaire, permettra peut-être d’ouvrir de nouveaux terrains de collaboration entre protohistoriens et antiquisants.

Principales inscriptions citées dans le texte

Aix-les-Bains

CIL XII, n° 2461 = ILN 5‑3, n° 665

Aram deceml[ecti] / Aquenses et pa/troni de suo / ob donum fig/lin(arum) quem LIV[ // ] / [possessoribus(?) vici] / [Aqu]arum(?) [---] / et vicanis don(averunt) / ad epulum la[c]/um cum suo / fructu / pat[ro]ni Ruf(ius) Iulianus / Smer(ius) Ma(n)suetus dec[e]/mlecti Can(ius) Decimu[s] / Tit(ius) Hyginus Tinc(ius) De[r]/co Iul(ius) Spinter Smer(ius) L[i]/cinianus Rom(anius ?) Valerius / Cac(usius) Decimianus Ael(ius ?) / Decumanus Sol(lius) Se[---] / [---]ius R[

ILN 5‑3, n° 666 = CAG 73, p. 108 = AE, 1934, n° 165

[Decemlecti pos]/[se]sso[r]um Aq[uen]/sium donaver(unt) / lucum cum sua vi/nea vicanis Aquens(ibus) ad ludos / celebrand(os) pro / salute Imp(eratoris) Aug(usti) / Zmertuccius Ti/tianus p(atronus) v(ici) aram / d(e) s(uo) d(edit)

Bram

AE, 1969‑1970, n° 388

Numini / Augustor(um) et Apollini / Q(uintus) Marius Quartus / L(ucius) Plutius Viator L(ucius) Decumius Celadus / magistri vici Eburomagi / theatrum de sua pecunia f[ecer(unt)] / idemque ded[icaverunt]

Briord

CIL XIII, n° 2462

Deo Mer(curio) // In honorem / domus divinae / deo Mercurio / proscaenium om/ni i<m=N>pendio suo / Camulia Attica / d(onum) d(edit)

CIL XIII, n° 2464

[vicani Br]ioratenses

Châlon-sur-Saône

CIL XIII, n° 2608

Aug(usto) sacr(um) / deo Mercu/rio / Sex(tus) Orgius / Suavis / d(e) s(ua) p(ecunia) d(at) / l(ocus) d(atus) ex d(ecreto) pag(i)

Naix-aux-Forges

CIL XIII, n° 4636

Augus]/tali absti[nentissimo(?) viro(?)] / ex d(ecreto) o(rdinis) p(agi) [Nasiens(ium) p(osuit ?)]

Nantes

CIL 13, n° 3107

[N(uminibus)] Aug(ustorum) de[o] Vol[cano] / [p]orticum c[um] camp[o] / [co]nsacratam L(ucius ?) Mart[in(ius) ---] / M(arcus) Luccei[us] Genialis [---] / vicanis portensib(us) conces[serunt]

Néris-les-Bains

CIL XIII, n° 1376

[Numini]b(us) Aug(ustorum) et Nerio deo usibusq(ue) r(ei) p(ublicae) B[i]t(urigum) Cub(orum) et vic(anorum) Ner(iomagensium)] / [L(ucius) Iul(ius) Equestris(?) fil(ius) Equ]ester IIvir II flamen Rom(ae) et Aug(ustorum) itemque flamen pr[ov(inciae) Aquitanicae ?] / [et Luc]ii Iulii Equestris filii Cimber et Equester flamin[es Rom(ae) et Aug(ustorum)] / [diribitoria t]abernas porticus quibus fontes Neri[i et] thermae p[ublicae ? cinguntur] / [cu]m omnibus suis ornamentis ob hono[r(em)] flam[o]ni(i) c[onsummaverunt ?]

CIL XIII, n° 1377

[Nu]minib(us) Au[g(ustorum)] et Neri[o deo usibusq(ue) r(ei) p(ublicae) Bit(urigum) Cub(orum) et vic(anorum) Ner(iomagensium)] / [L(ucius) Iul(ius) Equestr]is(?) fil(ius) Eques[t]er IIvir II [flam(en) Rom(ae) et Aug(ustorum) itemque flamen prov(inciae) Aquitanicae ?] / [et] Lucii Iulii Eq[u]estris filii Cimber et Equester flamines Rom(ae) et Aug(ustorum)] / [diribitoria tabern]as porticus quibus fontes [Nerii et thermae publicae ? cinguntur] / [cu]m omnibus suis ornamentis [ob honor(em) flamoni(i) consummaverunt ?]

CIL XIII, n° 1378

L(ucius) Iul(ius) Iuli Eq[uestris fil(ius) Equester ?] / ex decreto [ordinis Neriomag(ensium) --- diri]/bitoria ta[bernas porticus

CIL XIII, n° 1379

Numinibus Augus]tis [et Ner]io d[eo usibus]que [rei publ(icae) Bi]t(urigum) Cu[b(orum) et vicanorum Neriomagensium] / [--- Equester IIvir flam(en)] Ro[m]ae et A[ugus]t(i) it[em civit]ati[s B]it(urigum) [Cub(orum) ---]I[---]T a f[undamentis ?] / [--- Cimb]er e[t Equeste]r(?) [---] th[ermae --- ob hon]or(em ?) [---]OR[---] / [---] Luc[i ---] / [et fla]moni(i) c[onsummaverunt ?

Séguret

CIL XII, n° 1376

D(is) M(anibus) / Valeri Maximi / fil(ii) defunct(i) ann(orum) / XIII(!) / praef(ectus) vigintivi/rorum pagi / Deobensis / Valeria mater et / Cass(ius) Eros maritus / eius

Vendeuvre-du-Poitou

AE, 2011, n° 749

[---] Augusto [sac]rum / [---]VRA[---]R[---] / [---]MI[---] / [--- ae]des p[o]rt[ic]u[s // [N]um(ini) A[ug(usti)] deo [Apo]ll[ini ---] / [---] Pomp(eius ?) Sabi[n]us [---] / [---]RIS[---] fla[men ---] / [---] Rom(ae) et [Aug(ustorum) ---]MA[---]ICC[---]L / [---] curator [---] vic(us ?) Pa[---]m / [--- ba]silic(am) per[ficiendam curavit(?)] / [---]eis S[---] / [---]F[---] templi I[---]ato / [

Vendœuvres-en-Brenne

CIL XIII, n° 1151

Num(inibus) Aug(ustorum) ---]li deae / [--- usibusq]ue vicanor(um) / [---]r IIvir bis flam(en) / [e]t ex decreto ordin(is) / [flamen A]ug(usti) basilicam cum su/[is ornamentis --- b]asilicas diribitoria por/[ticus…] et a foro adeuntur / [s(enatus) p(opulusque) fecerunt et titulu]m posuerunt

Bibliographie

Sources antiques

Asconius, Q. Asconii Pediani Orationum Ciceronis quinque enarratio, texte établi par A. Clark, Scriptorum classicorum bibliotheca Oxoniensis, Oxford, 1947.

Hygin Gromatique = Corpus agrimensorum Romanorum. I, 1, Opuscula agrimensorum veterum. Editio stereotypa editionis anni 1913 cum addendis, texte établi par C. Thulin, Bibliotheca scriptorum Graecorum et Romanorum Teubneriana, Stuttgart, 1971 (1er tirage 1913).

Plaute, Théâtre, Tome 2, traduction nouvelle de H. Clouard, Classiques Garnier, Paris, 1935.

Tacite, La Germanie, texte établi et traduit par J. Perret, CUF, série latine 125, Paris, 2003 (1er tirage 1949).

Études

Aberson M. 2001, « Urnam cum sortibus. Plaquette de bronze inscrite provenant de Martigny », Vallesia 56, p. 619‑630.

Allain J., Fleuriot L., Chaix L., 1981, « Le vergobret des Bituriges à Argentomagus. Essai d’interprétation d’une fosse cultuelle », RAE 32, p. 11‑32.

Balty J.‑C. 1991, Curia Ordinis. Recherches d’architecture et d’urbanisme antiques sur les curies provinciales du monde romain, Mémoires de la classe des beaux-arts. Collection in-4°, 2e série 15/2, Bruxelles.

Bataille G. 2008, Les Celtes : des mobiliers aux cultes, Art, archéologie et patrimoine, Dijon.

Bérard F. 1999, « L’organisation municipale de la colonie de Lyon », in M. Dondin-Payre, M.‑T. Raepsaet-Charlier (éd.), Cités, municipes, colonies. Les processus de municipalisation en Gaule et en Germanie sous le Haut-Empire romain, Histoire ancienne et médiévale 53, Paris, p. 97‑126.

Bérard F., Silvino T. 2018, « Deux nouvelles inscriptions religieuses, à Lyon et à Vienne », in F. Bérard, M. Poux (éd.), Lugdunum et ses campagnes, actualité de la recherche. Actes de la Commission des antiquités régionales du XVIIe congrès international de l’Association Guillaume Budé, Lyon 26‑29 août 2013, Archéologie et histoire romaine 38, Drémil-Lafage, p. 225‑243.

Biundo R. 2003, « La propaganda elettorale a Pompei : la funzione e il valore dei programmata nell’organizzazione della campagna », Athenæum 91, p. 53‑116.

Brunaux J.‑L. (éd.) 1999, « Ribemont-sur-Ancre (Somme) : bilan préliminaire et nouvelles hypothèses », Gallia 56, p. 177‑283.

Cadoux J.‑L. 1975, « Ribemont-sur-Ancre : le théâtre gallo-romain », Cahiers archéologiques de Picardie 2, p. 29‑54.

Carandini A., Carafa P. 2012, Atlante di Roma antica : biografia e ritratti della città, Milan.

Champeaux J. 1990, « Sors oraculi : les oracles en Italie sous la République et l’Empire », MEFRA 102, p. 271‑302.

Crawford M.H. 1989, Roman Republican Coinage (4e éd.), Cambridge, 2 vol.

Deininger J. 1965, Die Provinziallandtage der römischen Kaiserzeit : von Augustus bis zum Ende des dritten Jahrhunderts n. Chr, Vestigia 6, Munich.

Dondin-Payre M. 1997, « Réexamen des magistratures municipales des Gaules d’après l’épigraphie », CCG 8, p. 285‑300.

Dondin-Payre M. 2006, « Sanctuaires publics et territoire civiques : réflexion à partir de l’exemple du Bois-l’Abbé (cité des Ambiens) », in M. Dondin-Payre, M.‑T. Raepsaet-Charlier (éd.), Sanctuaires, pratiques cultuelles et territoires civiques dans l’Occident romain, Bruxelles, p. 135‑158.

Dondin-Payre M. 2011, « Vendœuvres-sur-Brenne (Indre), Vicus et sanctuaire du territoire des Bituriges Cubes », Gallia 68/2, p. 291‑311.

Dondin-Payre M. 2012a, « Forum et structures civiques dans les Gaules : les témoignages écrits », in A. Bouet (dir.), Le forum en Gaule et dans les régions voisines, Mémoires 31, Bordeaux, p. 55‑63.

Dondin-Payre M. 2012b, « À côté des collèges : les curies des provinces nord-occidentales de l’empire romain », in M. Dondin-Payre, N. Tran (éd.), Collegia. Le phénomène associatif dans l’Occident romain, Scripta Antiqua 41, Bordeaux, p. 81‑101.

Dondin-Payre M. 2012c, « L’organisation du territoire civique en Gaule : l’exemple des cités des Gaules centrales », in C. Cribellier, A. Ferdière (éd.), Agglomérations secondaires antiques en région Centre. Actes de la Table ronde d’Orléans, 18‑19 novembre 2004, RACF. Supplément 42, Tours, p. 153‑162.

Dumasy F. 2011, « Théâtres et amphithéâtres dans les cités de Gaule romaine : fonction et répartition », in M.E. Fuchs, B. Dubosson (éd.), Theatra et spectacula. Les grands monuments des jeux dans lAntiquité, EL 288, Lausanne, p. 193‑222.

Dumasy F. 2016, « La mise en scène des dieux et des hommes dans les théâtres des agglomérations et des sanctuaires des Trois Gaules », in T. Hufschmid (éd.), Theaterbauten als Teil monumentaler Heiligtümer in den nordwestlichen Provinzen des Imperium Romanum : Architektur, Organisation, Nutzung, Forschungen in Augst 50, Augst, p. 117‑130.

Dupraz J. 2001, « Alba-la-Romaine », in Carte archéologique de la Gaule 07, Ardèche, Paris, p. 97‑194.

Étienne R. 1985, « Un complexe monumental du culte impérial à Avenches », Pro Aventico 29, p. 5‑26.

Fichtl S. 2010a, « Les places publiques dans les oppida », L’archéologue 108, p. 36‑40.

Fichtl S. 2010b, « Les premières villes celtiques », L’archéologue 108, p. 12‑17.

Fichtl S. 2012, Les peuples gaulois, iiie-ier siècle av. J.‑C., Paris.

Fincker M., Tassaux F. 1992, « Les grands sanctuaires « ruraux » d’Aquitaine et le culte impérial », MEFRA 104, p. 41‑76.

Fishwick D. 1987‑2005, The imperial cult in the Latin West. Studies in the ruler cult of the western provinces of the Roman Empire, vol. I ; vol. II ; vol. III, Provincial cult : Part I, Institutions and evolution. Part II, The provincial priesthood. Part III, The provincial centre ; Provincial cult. Part IV, Biblography, Indices, Addenda, EPRO 108, Leyde.

Franklin Jr. J.L. 2001, Pompeis difficile est : studies in the political life of imperial Pompeii, Ann Arbor.

Frederiksen M.W. 1965, « The Republican municipal laws : errors and drafts », JRS 55, p. 183‑198.

Giovannini A. 2008, « Die Tabula Heracleensis. Neue Interpretationen und Perspektiven. Teil II : Die Lex Iulia municipalis », Chiron 38, p. 47‑62.

Gros P. 2003, « Basilica sous le Haut-Empire. Ambiguïtés du mot, du type et de la fonction », BABesch 78, p. 191‑204.

Gros P. 2005, « Le rôle du peuple de Rome dans la définition, l’organisation et le déplacement des lieux de la convergence sous l’Empire », in G. Urso (éd.), Popolo e potere nel mondo antico, Atti del convegno internazionale, Cividale del Friuli, 23‑25 settembre 2004, I convegni della Fondazione Niccolò Canussio 4, Pise, p. 191‑214.

Gros P. 2011, L’architecture romaine du début du iiie siècle av. J.‑C. à la fin du Haut-Empire. 1, Les monuments publics (3e éd.), Les Manuels d’art et d’archéologie antiques, Paris.

Guichon R. 2006, « Les rondelles de céramique du sanctuaire de Corent (Puy-de-Dôme) », in SFECAG, Actes du congrès de Pézenas, Marseille, p. 517‑524.

Hollard V. 2010, Le rituel du vote : les assemblées romaines du peuple, Histoire pour aujourd’hui, Paris.

Hufschmid T. 2009, Amphitheatrum in Provincia et Italia. Architektur und Nutzung römischer Amphitheater von Augusta Raurica bis Puteoli, Forschungen in Augst 43/2, Augst.

Hufschmid T. 2011, « Funktionale Gesichtspunkte des Theaters und des Amphitheaters im architektonischen, sozialen und politischen Kontext », in M.E. Fuchs, B. Dubosson (éd.), Theatra et spectacula. Les grands monuments des jeux dans l’Antiquité, EL 288, Lausanne, p. 263‑292.

Jacques F. 1984, Le privilège de liberté. Politique impériale et autonomie municipale dans les cités de lOccident romain (161‑244), CEFR 76, Rome.

Jacques F. 1991, « Statut et fonction des conciliabula d’après les sources latines », in J.‑L. Brunaux (dir.), Les sanctuaires celtiques et leurs rapports avec le monde méditerranéen. Actes du Colloque de Saint-Riquier (08‑11 novembre 1990), Archéologie aujourd’hui, Dossiers de Protohistoire 3, Paris, p. 58‑65.

Jullian C. 1920‑1926, Histoire de la Gaule. IV, Le gouvernement de Rome, Paris.

Kolb F. 1981, Agora und Theater : Volks- und Festversammlung, Archäologische Forschungen 9, Berlin.

Laffi U. 2006, « La struttura costituzionale nei municipi e nelle colonie romane. Magistrati, decurioni, popolo », in L. Capogrossi, E. Gabba (éd.), Gli Statuti Municipali, Pubblicazioni del CEDANT 2, Pavie, p. 109‑132.

Lambert P.‑Y. 2003, La langue gauloise : description linguistique, commentaire dinscriptions choisies, Collection des Hespérides, Paris.

Lamoine L. 2009, Le pouvoir local en Gaule romaine, Histoires croisées, Clermont-Ferrand.

Lamoine L. 2010, « Le quotidien municipal et la vie des sanctuaires. Introduction de la 4e partie », in L. Lamoine, C. Berrendonner, M. Cebeillac-Garvasoni (éd.), La praxis municipale dans l’Occident romain, Histoires croisées, Clermont-Ferrand, p. 391‑399.

Larsen J.A.O. 1955, Representative government in Greek and Roman history, Sather classical lectures 28, Berkeley-Los Angeles.

Letta C. 2005, « Vicus rurale e vicus urbano nella definizione di Festo (pp. 502 e 508 L.) », RCCM 47, p. 81‑96.

Lewin A. 1995, Assemblee popolari e lotta politica nelle città dell’impero romano, Florence.

Lewuillon S. 2002, « Le syndrome du vergobret. À propos de quelques magistratures gauloises », in V. Guichard, F. Perrin (éd.), L’aristocratie celte à la fin de l’âge du Fer (iie s. avant J.‑C. - ier s. après J.‑C.), Bibracte 5, Glux-en-Glenne, p. 243‑258.

Mantel É. (dir.) 2010, Briga ou l’histoire d’une bourgade antique peu à peu dévoilée en forêt dEu, Brangy-sur-Bresle.

Mantel É., Dubois S., Devillers S. 2006, « Une agglomération antique sort de l’anonymat (Eu, “Bois-l’Abbé”, Seine-Maritime) : Briga ressuscitée », RAPic 3‑4, p. 31‑50.

Marc J.‑Y. 2011, « Un excès de la romanisation ? L’identification dans les villes gauloises de monuments civiques romains », in M. Reddé et al. (dir.), Aspects de la romanisation dans l’est de la Gaule, Bibracte 21/1, Glux-en-Glenne, p. 309‑317.

Marc J.‑Y. 2014, « Gaulois, Gallo-Romains et Romains vus des bords du Rhin », in G. Alberti, C. Féliu, G. Pierrevelcin (éd.), Transalpinare, mélanges offerts à Anne-Marie Adam, Mémoires 36, Bordeaux, p. 23‑58.

Marc J.‑Y., Blin S. 2011, « Le grand sanctuaire de Mandeure à l’époque impériale et ses destinataires », Bulletin de la Société démulation de Montbéliard 133, p. 23‑31.

Metzler J., Gaeng C., Méniel P. 2016, L’espace public du Titelberg, Dossiers d’archéologie 17, Luxembourg.

Metzler J., Méniel P., Gaeng C. 2006, « Oppida et espaces publics », in C. Haselgrove (dir.), Celtes et Gaulois. L’archéologie face à l’histoire. 4, Les mutations de la fin de l’âge du fer. Actes de la table ronde de Cambridge (7‑8 juillet 2005), Bibracte 12/4, Glux-en-Glenne, p. 201‑224.

Morinini M. 2005, « L’area sacra di Bioggio », NAC 34, p. 283‑316.

Mouritsen H. 1988, Elections, magistrates and municipal élite : studies in Pompeian epigraphy, Analecta Romana Instituti Danici. Supplementum 15, Rome.

Nickel C. 2009, « Martberg und Karden an der Mosel : Keltischer und römischer Kult », in S. Zimmer (éd.), Kelten am Rhein. Akten des dreizehnten Internationalen Keltologiekongresses, 23. bis 27. Juli 2007 in Bonn = Proceedings of the Thirteenth International Congress of Celtic Studies, vol. 1, Archäologie. Ethnizität und Romanisierung, Beihefte der Bonner Jahrbücher 58, Mayence, p. 109‑122.

Nickel C., Thoma M., Wigg-Wolf D. 2008, Martberg. Heiligtum und Oppidum der Treverer. I, Der Kultbezirk. Die Grabungen 1994‑2004, Berichte zur Archäologie an Mittelrhein und Mosel 14, Coblence.

Nicolet C., Beschaouch A. 1991, « Nouvelles observations sur “la mosaïque de chevaux” et son édifice à Carthage », CRAI, p. 471‑507.

Nielsen I., Poulsen B. 1992, The temple of Castor and Pollux, Lavori e studi di archeologia dalla soprintendenza di Roma 17, Rome.

Pelletier A. 2000, « Les inscriptions viennoises des jumeaux Coelii et le recrutement des décurions en Gaule », RAN 33, p. 2‑7.

Peyre C. 2001, « Documents sur l’organisation publique de l’espace dans la cité gauloise. Le site de Villeneuve-Saint-Germain et la bilingue de Verceil », in S. Verger (dir.), Rites et espaces en pays celte et méditerranéen : étude comparée à partir du sanctuaire d’Acy-Romance (Ardennes, France), CEFR 276, Rome, p. 155‑206.

Picard G.‑C. 1968‑1969, « Les théâtres ruraux de la Gaule », RA 3, p. 185‑192.

Picard G.‑C. 1983, « Les centres civiques ruraux dans l’Italie et la Gaule romaine », in Architecture et société : de larchaïsme grec à la fin de la République. Actes du colloque international organisé par le Centre national de la recherche scientifique et lÉcole française de Rome (Rome 2‑4 décembre 1980), CEFR 66, Rome, p. 415‑423.

Piette J. 1981, « Le fanum de la Villeneuve-au-Chatelot (Aube). État de la recherche en 1979 », in L’âge du Fer en France septentrionale, Mémoires de la Société archéologique champenoise 2 (supplément au bulletin n° 1), Reims, p. 367‑375.

Piette J., Depeyrot G. 2008, Les monnaies et les rouelles du sanctuaire de la Villeneuve-au-Châtelot (Aube) : 2e s. av. J.‑C. - 5e s. ap. J.‑C., Moneta 74, Wetteren.

Poux M. 2006, « Religion et société à la fin de l’âge du fer : systèmes (en)clos et logiques rituelles », in C. Haselgrove (dir.), Celtes et Gaulois. L’archéologie face à l’histoire. 4, Les mutations de la fin de l’âge du fer. Actes de la table ronde de Cambridge (7‑8 juillet 2005), Bibracte 12/4, Glux-en-Glenne, p. 181‑199.

Poux M. 2008, « Du Nord au Sud : définition et fonction de l’espace consacré en Gaule indépendante », in X. Dupre Raventos, S. Ribbichini, S. Verger (dir.), Saturnia Tellus. Definizioni dello spazio consacrato in ambiente etrusco, italico, fenicio-punico, iberico e celtico, Monografie scientifiche, Rome, p. 171‑200.

Poux M. (dir.) 2012, Corent. Voyage au cœur dune ville gauloise (2e éd.), Paris.

Poux M. 2016, « Früheste Theater und theaterartige Bauten in Gallien : neue Ansätze », in T. Hufschmid (éd.), Theaterbauten als Teil monumentaler Heiligtümer in den nordwestlichen Provinzen des Imperium Romanum : Architektur, Organisation, Nutzung, Forschungen in Augst 50, Augst, p. 85‑114.

Poux M., Deberge Y., Foucras S., Pasquier D., Gasc J. 2002, « L’enclos cultuel de Corent (Puy-de-Dôme) : festins et rites collectifs », RACF 41, p. 57‑110.

Poux M., Demierre M. (dir.) 2016, Le sanctuaire de Corent (Puy-de-Dôme, Auvergne). Vestiges et rituels, Gallia. Supplément 62, Paris.

Poux M., Fichtl S. (à paraître), « Fana, theatra et villae : trois innovations “gallo-romaines” en Gaule intérieure (iie-ier s. av. J.‑C.) », in V. Guichard (éd.), Les modèles italiques dans l’architecture des iie-ier s. av. J.‑C. en Gaule et dans les régions voisines, Actes du colloque de Toulouse, octobre 2013.

Raepsaet-Charlier M.‑T. 2015, « L’urna cum sortibus de Bourbonne dans le contexte des pratiques religieuses des collegia en Germanie supérieure », in S. Agusta-Boularot, E. Rosso (éd.), Signa et tituli 2. Corpora et scholae : lieux, pratiques et commémoration de la vie associative en Gaule méridionale et dans les régions voisines, Bulletin de l’École antique de Nîmes 31, Arles, p. 97‑114.

Raison J. 1972, « Émilia Masson, “Étude de vingt-six boules d’argile inscrites trouvées à Enkomi et Hala Sultan Tekké (Chypre)” », REG 85, 404‑405, p. 184‑185.

Reusser C. 2005, « Ein römisches Orakelheiligtum (?) in Bioggio (Tessin) », NAC 34, p. 319‑348.

Rodríguez Neila J.F. 2008, « Los comitia municipales y la experiencia institucional romana », in C. Berrendonner, M. Cébeillac-Gervasoni (éd.), Le quotidien municipal dans lOccident romain, Histoires croisées, Clermont-Ferrand, p. 301‑315.

Rosenstein N. 1995, « Sorting out the lot in Republican Rome », AJPh 116, p. 43‑75.

Ruby P., Auxiette G. 2010, « 1977‑2007 : trente années de recherches sur les “fossés en croix” de l’oppidum de Villeneuve-Saint-Germain (Aisne) », RAPic 3‑4, p. 39‑94.

Rüger C. 1972, « Gallisch-Germanische Kurien », Epigraphische Studien 9, p. 251‑260.

Spickermann W. 2016, « Inschriftlich bezeugte Stiftungen von Theatern und Kultgebäuden in Gallien und Germanien », in T. Hufschmid (éd.), Theaterbauten als Teil monumentaler Heiligtümer in den nordwestlichen Provinzen des Imperium Romanum : Architektur, Organisation, Nutzung, Forschungen in Augst 50, Augst, p. 37‑47.

Tarpin M. 2002a, Vici et pagi dans l’Occident romain, CEFR 299, Rome.

Tarpin M. 2002b, « Les pagi gallo-romains, héritiers des communautés celtiques ? », in D. Garcia, F. Verdin (dir.), Territoires celtiques : espaces ethniques et territoires des agglomérations protohistoriques d’Europe occidentale. Actes du XXIVe colloque international de l’AFEAF, Martigues, 1‑4 juin 2000, Paris, p. 199‑204.

Tarpin M. 2003, « Les magistrats des vici et des pagi, et les élites sociales des cités », in M. Cébeillac-Gervasoni et L. Lamoine (éd.), Les élites et leurs facettes : les élites locales dans le monde hellénistique et romain, CEFR 309, Erga 3, Rome - Clermont-Ferrand, p. 257‑266.

Tarpin M. 2009, « Organisation politique et administrative des cités d’Europe occidentale sous l’Empire », Pallas 80, p. 127‑145.

Thoma M. 2004, « Weissagung und Auslosung, römische Ziffernkugeln an der Mosel im Kreis Cochem-Zell », Archäologie in Rheinland-Pfalz, p. 70‑71.

Todisco E. 2011, I vici rurali nel paesaggio dell’Italia romana, Documenti e studi 50, Bari.

Tranoy L. (dir.), Moizan E., Batigne-Vallet C., Mathé V., Druez M., Bardot A. 2008, « La “Grande Avenue” à Barzan (17) : les acquis des premières campagnes de fouilles (2006‑2008) », Aquitania 24, p. 77‑104.

Scheid J. 1991, « Sanctuaires et territoire dans la Colonia Augusta Treuerorum », in J.‑L. Brunaux (éd.), Les sanctuaires celtiques et leurs rapports avec le monde méditerranéen. Actes du colloque de Saint-Riquier, 8 au 11 novembre 1990, Archéologie aujourd’hui. Dossiers de protohistoire 3, Paris, p. 42‑57.

Scheid J. 2006, « Réflexions sur le Mars trévire », in V. Brouqier-Redde, E. Bertrand, M.‑B. Chardenoux, K. Gruel, M.‑C. L’Huilier (éd.), Mars en Occident. Actes du colloque international « Autour d’Allones (Sarthe), les sanctuaires de Mars en Occident », Le Mans, 4‑5‑6 juin 2003, Archéologie et culture, Rennes, p. 35‑44.

Van Andringa W. 2002, La religion en Gaule romaine : piété et politique (ier-iiie siècle ap. J.‑C.), Collection des Hespérides, Paris.

Vipard P. 2008, Marmor tauriniacum. Le Marbre de Thorigny (Vieux, Calvados) : la carrière d’un grand notable gaulois au début du troisième siècle ap. J.‑C., Gallia Romana VIII, Paris.

Vipard P. 2009, « À propos de la dédicace de la basilique du sanctuaire du pagus Catuslouius par P. Magnius Belliger à Bois-l’Abbé (Eu, Seine-Maritime, France) », Latomus 68, p. 972‑980.

Virlouvet C. 1995, Tessera frumentaria : les procédures de distribution de blé public à Rome à la fin de la République et au début de l’Empire, BEFAR 286, Rome.

Notes

1 Je remercie très chaleureusement Michel Aberson et Michel Tarpin, pour le temps qu’ils ont consacré à la relecture de ce manuscrit et les remarques, toutes pertinentes, qu’ils m’ont transmises en vue de son amélioration.

2 Peyre 2001 ; Fichtl 2010a-b.

3 Metzler, Méniel et Gaeng 2006 ; C. Gaeng, P. Méniel et J. Metzler dans ce volume.

4 Poux (dir.) 2012 ; Poux, Demierre (dir.) 2016.

5 Ruby, Auxiette 2010.

6 Marc 2011 ; Dondin-Payre 2012a ; Marc 2014.

7 Voir la contribution d’E. Mitzakis dans ce volume.

8 Pour une discussion approfondie des enjeux et implications idéologiques qui sous-tendent l’historiographie des recherches consacrées à la Gaule préromaine et « gallo-romaine » depuis le xixe s. : J.‑Y. Marc (Marc 2014), qui milite pour leur subordination à une appréhension plus globale des provinces de l’Occident romain, recentrée sur l’étude des textes, des inscriptions et de l’architecture monumentale d’époque impériale. Reprochant aux archéologues protohistoriens l’approche simplificatrice et tronquée des sociétés classiques qu’ils adoptent dans leur démarche comparative, l’auteur verse de façon caricaturale dans le même travers, lorsqu’il réduit à un faisceau d’interprétations infondées le résultat de plusieurs décennies de fouilles d’oppida, d’analyse des architectures en matériaux périssables et des mobiliers.

9 Dondin-Payre 1997 ; Bérard 1999 ; Dondin-Payre 2006 ; Dondin-Payre 2011 ; Dondin-Payre 2012a.

10 Jacques 1984.

11 Même si ce choix était préalablement limité par le nombre et la répartition des postes à pourvoir (4 candidats pour 2 postes, voire, pour les IIvirs, peut-être 2 candidats pour 2 postes). Voir notamment Mouritsen 1988 et en dernier lieu, Franklin 2001, Biundo 2003.

12 Vipard 2008 ; F. Hurlet, dans ce volume.

13 Rosenstein 1995.

14 Jacques 1984, p. 388 ; dans le même sens Laffi 2006, p. 124. Sur la postulatio populi, voir en dernier lieu Lewin 1995, qui invite à appréhender la situation de manière différenciée en fonction des provinces, des cités et des statuts juridiques concernés.

15 Bérard 1999.

16 Jullian 1920‑1926, p. 332. Il est parfaitement possible, au demeurant, que ces procédures régissent moins un processus de sélection, parmi un nombre pléthorique de candidats, qu’une forme de désignation d’office destinée à contraindre les membres de l’élite à assumer des charges souvent peu attractives. L’accès aux magistratures représentant moins une faveur publique qu’un devoir institutionnel, auquel il n’était pas aisé de se dérober, postulatio populi et tirage au sort constitueraient, dans cette hypothèse, l’antithèse d’un processus électoral au sens actuel du terme.

17 Le droit accordé par Auguste aux citoyens de Narbonne, de prendre en compte dans les tribunaux les votes de la plèbe (judicia plebis decurionibus conjunxit), milite dans le même sens même si l’on peut en déduire qu’il n’était pas garanti à l’origine (CIL XII, n° 4333).

18 Lex Vrs., 101 ; Rodríguez Neila 2008.

19 Abrégés 139.

20 Larsen 1955, p. 135 ; Deininger 1965, p. 22, n. 5 ; Fishwick 1987‑2005, p. 101, 580.

21 Le passage cité ne précise pas comment la candidature de Vercondaridubnus a émergé. Il est parfaitement possible qu’il ait été présélectionné par Auguste ou Drusus et qu’il n’y ait eu qu’un seul candidat lors de l’élection.

22 La pertinence de cette comparaison est relativisée par les différences qui séparent les deux processus, tant en en termes d’échelle que de fonctionnement institutionnel.

23 Hollard 2010.

24 M. Humm, dans ce volume.

25 Cette notion ne concerne pas uniquement les sanctuaires urbains dotés d’un temple de type gréco-italique (édifice sur podium pseudo-périptère sine postico), mais pouvait s’appliquer à d’autres formes d’édifices sacrés à cella centrée et galerie périphérique improprement désignés sous le terme de « fanum » (Van Andringa 2002, p. 103). Ces derniers sont seuls représentés dans l’enceinte du sanctuaire de l’Altbachtal dans la périphérie de Trèves, qui comprenait pourtant un édifice explicitement qualifié de templum consaeptum (CIL XIII, n° 11313). Sur ce point et en particulier, l’existence en Gaule d’augures municipaux chargés des procédures d’inauguration : Van Andringa 2002, p. 104‑105.

26 Lamoine 2010, p. 391‑399.

27 Fincker, Tassaux 1992.

28 Jacques 1991.

29 Picard 1968‑1969 ; Picard 1983.

30 Dondin-Payre 2012a-b.

31 Étienne 1985, p. 16 ; Hufschmid 2009, p. 183.

32 Hufschmid 2009, p. 183.

33 Fincker et Tassaux 1992.

34 Dumasy 2011.

35 Hufschmid 2009 ; Hufschmid 2011.

36 Sur l’épigraphie des théâtres dans les Trois Gaules et les Germanies, voir en dernier lieu : Spickermann 2016.

37 Dumasy 2011, p. 207‑208 ; Poux 2016 ; Dondin-Payre 2006, p. 153 ; Poux, Fichtl, à paraître.

38 Dumasy 2016, p. 124.

39 Balty 1991, en particulier p. 574 sq.

40 Poux 2016 ; Poux, Fichtl, à paraître.

41 Dumasy 2011, p. 206‑209. C’est peut-être dans ce sens qu’il faut comprendre la curieuse association, sur une inscription de Bitburg, d’un [proscaen]ium cum tribunale (CIL XIII, n° 4132) : contra Fincker, Tassaux 1992, p. 62, selon qui ce dernier terme désignerait plutôt des socles de statues (les deux hypothèses sont envisageables dans le cadre architectural des théâtres gallo-romains).

42 Kolb 1981.

43 AE, 1914, n° 130 : [pa]/trono col(oniae) [pos]/tul(ante) po[p(ulo) i]n [thea]tro. Formule reprise sur trois autres inscriptions de même provenance (CIL III, n° 289‑290 et 6812).

44 Hufschmid 2011, p. 277 ; dans le même sens Van Andringa 2002, p. 115, n. 118.

45 Étienne 1985.

46 Marc, Blin 2011.

47 Fincker, Tassaux 1992, p. 41‑76.

48 Cadoux 1975 ; Brunaux (éd.) 1999.

49 Tranoy (dir.) 2008.

50 Dupraz 2001.

51 En particulier sur les oppida du Titelberg et de Villeneuve-Saint-Germain, ou dans le sanctuaire de Gournay-sur-Aronde. Cette interprétation très contestée est réexaminée dans ce volume par C. Gaeng, P. Méniel et J. Metzler. Les restitutions proposées se heurtent, dans la plupart des cas, à l’absence de traces de cloisonnement longiligne ou de supports de pontons, même si elle peut s’expliquer par l’érosion des sols et n’exclut pas l’existence de structures légères, dressées à titre temporaire.

52 Voir la contribution d’A. Borlenghi, dans ce volume.

53 Mantel, Dubois Devillers 2006 ; Mantel (dir.) 2010.

54 Vipard 2009.

55 Gros 2011, p. 235‑260.

56 Vipard 2009.

57 Gros 2003, p. 196‑197 ; Van Andringa 2002, p. 110‑112.

58 Sur la question plus générale des « basiliques de sanctuaire » en Aquitaine : Fincker, Tassaux 1992, p. 52‑53.

59 Van Andringa 2002, p. 111.

60 Dondin-Payre 2011 ; Dondin-Payre 2012a ; Dondin-Payre 2012c.

61 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle XVI, 76, 2.

62 Lex Malac. 2, 4.

63 Cicéron, Pour P. Quinctius 3, 4 ; Contre Pison, 15.

64 Cicéron, Sur la loi agraire II, 2 ; Pour Cn. Plancius 6 ; 20 ; Varron, 3, 2, 1 ; 5, 7, 18.

65 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle 11, 15 ; 24, 30.

66 Actions de Grâce 3.

67 Dion Cassius, Histoire Romaine LV, 8 ; LIX, 7 ; LXVI, 24.

68 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle XVI, 201.

69 Gros 2005 ; Suétone, Vie de Caligula 21, 2 : amphitheatrum iuxta saepta.

70 M. Humm, dans ce volume.

71 Gros 2005 ; sur les basiliques de sanctuaires en Gaule : Van Andringa 2002, p. 110.

72 Carandini, Carafa 2012.

73 L’aedes Castoris est mentionné explicitement par les sources textuelles de lieu d’assemblées civique, mais pas de votations à proprement parler. Cette fonction est néanmoins déduite et retenue par la plupart des spécialistes sur la base des données historiques, littéraires et archéologiques (Nielsen, Poulsen 1992, p. 113). Voir la contribution de R. Guichon dans ce volume et bibliographie afférente.

74 Le fait que les cinq attestations épigraphiques de diribitoria connues dans le monde romain soient toutes concentrées dans le même secteur géographique, de même que l’emploi inhabituel du pluriel, doivent inciter à la prudence. Il est possible que le terme ait revêtu, en Gaule Lyonnaise, un sens spécifique et régional. Mais rien n’autorise à penser, dans cette hypothèse, qu’il renvoyait à la distribution de l’eau plutôt qu’au fonctionnement institutionnel et civique de la cité comme c’est le cas à Rome.

75 Pline le Jeune, Lettres IX, 38.

76 Dondin-Payre 1997 ; Dondin-Payre 2011 ; Dondin-Payre 2012a ; Dondin-Payre 2012c.

77 Tarpin 2009.

78 Tarpin 2003, p. 257, n. 1.

79 Sur le glissement du terme magister à celui de magistratus et la validité de ce dernier terme, voir la mise au point de M. Tarpin (Tarpin 2003, p. 257, n. 1). Même s’ils sont parfois attestés dans les colonies à l’exemple des magistri de Narbonne, de Vienne, de Lyon, d’Avenches ou de Trèves, ces magistrats locaux semblent principalement affectés à la gestion des territoires ruraux.

80 Tarpin 2002a ; Tarpin 2009.

81 Ce passage de Festus a fait l’objet d’une retraduction par Letta 2005. Voir à ce sujet Todisco 2011, p. 57‑95, qui insiste sur le fait que tous les sites regroupés sous ce terme ne possédaient pas une res publica.

82 Contra, Dondin-Payre 1997, p. 296.

83 Le fait que cette charge ne soit jamais mentionnée dans l’épigraphie des Trois Gaules et des Germanies, à la différence de celle des décurions coloniaux, est probablement dû au faible prestige qu’elle conférait à ses détenteurs : M. Tarpin (Tarpin 2003) insiste à juste titre sur la « position sociale peu favorable » des magistri vici.

84 Poèmes X : consules fiunt quotannis et noui proconsuls.

85 Tous les praefecti n’étaient pas nécessairement désignés par une instance extérieure à la communauté (voir par exemple la Lex Irn., 25).

86 Pour une synthèse de ces magistratures et de leurs compétences locales, voir Tarpin 2003 ; Tarpin 2009.

87 Balty 1991, p. 249, 412, qui restitue en revanche une curie à l’extrémité de la première basilique de Lousonna/Vidy, sa condamnation ultérieure étant interprétée comme la marque de perte de statut d’un vicus qui ne serait jamais devenu chef-lieu (ibidem, p. 389‑390). La douzaine de mentions épigraphiques de curiae retrouvées dans différents sanctuaires et chefs-lieux des Trois Gaules ne saurait être invoquée, puisqu’il est établi depuis longtemps que ce terme ne désigne ni les assemblées civiques qui administrent les cités, ni des entités administratives à l’intérieur desquelles s’organise le vote, mais des groupements locaux dont le statut et le mode de fonctionnement s’apparentaient à ceux des collèges (Rüger 1972 ; Dondin-Payre 2012b).

88 Fincker, Tassaux 1992, en particulier p. 64‑73.

89 Dondin-Payre 2002a et Dondin-Payre 2002c.

90 L’objection de M. Dondin-Payre (Dondin-Payre 2012a, p. 157), pour qui basiliques, portiques et diribitoria ne sauraient être concrètement réservés à une catégorie de la population, tombe dans l’hypothèse d’un usage de ces mêmes équipements par les seules autorités locales.

91 La restitution ordinis Neriomag(ensium) proposée par M. Dondin-Payre (Dondin-Payre 2011, p. 297) va dans le même sens puisqu’il ne saurait être question ici de l’ordo du chef-lieu des Bituriges. Les espacements de la ligne supérieure permettant difficilement de restituer ex decreto uicanorum, l’ordo, sans précision, peut en l’occurrence faire aussi bien référence à ce type d’assemblée qu’au sénat de la cité.

92 Dondin-Payre 2006.

93 Tarpin 2009, p. 25.

94 Tarpin 2002b, p. 202.

95 Fichtl 2012, p. 21‑27.

96 Tarpin 2003 ; Tarpin 2009.

97 Liste non exhaustive : Vertault/Vertillium, Jouars-Pontchartrain/Diodurum, Angers/Iuliomagus, Lillebonne/Iuliobona, Sens/Agedincum, Nantes/Condevincum, Yverdon/Eburodunum, Soulosse/Solicia, Marsal/Marosallenses, Metz/Divodurum Mediomatricorum, Amiens/Samarobriva, Dalheim/Ricciacum, Wederath/Belginum, Arlon/Orolaunum, Bitburg/Beda, Pachten/Contiomagus, Wasserbillig/Suromagus, Juliomagus/Anger, Langres/Andemantunnum, Dax/Aquae Tarbelli.

98 Dans ce volume.

99 Sur ces différentes attestations et la pérennité de la charge du vergobret au Haut-Empire, voir en détail Lamoine 2009.

100 Lewuillon 2002.

101 Guerre des Gaules VII, 33.

102 Allain, Fleuriot, Chaix 1981.

103 Lambert 2003, p. 137‑138.

104 Voir par exemple Nickel 2009, p. 120.

105 Morinini 2005 ; Reusser 2005 ; Bérard, Silvino, à paraître.

106 Aberson 2001.

107 Raepsaet-Charlier 2015, p. 111.

108 Morinini 2005, p. 283‑316, en particulier p. 284‑291, qui établit un lien avec la découverte, dans le même secteur, d’un bord d’olla de tradition indigène, comportant des traces d’un passage au feu et correspondant à un type fréquemment utilisé en guise d’urne funéraire.

109 Dans ce sens déjà Fincker et Tassaux 1992, p. 64.

110 Dans ce contexte, on peut aussi relever la proximité phonétique du gaulois readdas et du latin creatus, ouvrant peut-être la voie à d’autres pistes d’interprétation linguistiques qu’il ne nous appartient pas d’explorer.

111 Raepsaet-Charlier 2015, p. 108‑110.

112 Poux, Fichtl, à paraître.

113 Poux 2016 ; Poux, Fichtl, à paraître.

114 Voir en dernier lieu : Metzler, Gaeng et Méniel 2016 ; Poux 2006 ; Poux (dir.) 2012.

115 Brunaux (éd.) 1999.

116 Fouilles inédites (2015‑2016). Information orale S. Meylan-Krause, que je remercie vivement.

117 Renseignement oral fourni par L. Tranoy, que je remercie vivement.

118 Poux 2016.

119 Poux, Demierre (dir.) 2016.

120 Poux et al. 2002 ; Poux 2006 ; Poux (dir.) 2012, p. 162‑163 ; Poux, Demierre (dir.) 2016, p. 591‑609.

121 Tite-Live, X, 24, 18.

122 M. Humm, dans ce volume.

123 Poux, Demierre (dir.) 2016, p. 591‑609 ; R. Guichon, dans ce volume.

124 Poux (dir.) 2012, p. 36‑40.

125 Metzler, Gaeng, Méniel 2016 ; C. Gaeng, P. Méniel et J. Metzler, dans ce volume.

126 Peyre 2001, p. 173‑175 ; Dondin-Payre 2012a, p. 62 ; Ruby et Auxiette 2010, p. 59‑66.

127 Piette 1981 ; Piette, Depeyrot 2008 ; R. Guichon, dans ce volume.

128 Poux 2006 ; Bataille 2008.

129 Nickel, Thoma, Wigg-Wolf 2008.

130 Poux, Fichtl, à paraître.

131 Cf. Denys d’Halicarnasse 4, 15, qui affirme que pour estimer la population des pagi, dont l’organisation est présentée comme parallèle à celle des vici, Servius Tullius avait demandé aux habitants de verser une pièce de monnaie, de type différent selon qu’il s’agissait d’un homme, d’une femme ou d’un enfant.

132 Nickel 2009, p. 112‑115, fig. 6 ; Nickel, Thoma, Wigg-Wolf 2008, p. 98‑151.

133 Nickel 2009, p. 112, n. 11.

134 Nickel, Thoma, Wigg-Wolf 2008, p. 98‑99.

135 Dion Cassius, LXI, 18, 2.

136 Virlouvet 1995, p. 346‑347, qui conteste par ailleurs l’assimilation de ces missilia à certains types de plombs monétiformes improprement désignés sous le terme de « tessères ».

137 Nickel 2009, p. 113, n. 12.

138 Poux 2006, p. 197.

139 Thomas 2004.

140 Reusser 2005 ; Bérard, Silvino, à paraître.

141 La Divination II, 69.

142 Raison 1972.

143 Champeaux 1990.

144 La Germanie X, 6 : « Les auspices et les sorts n’ont pas d’observateurs plus attentifs ; pour les sorts, leur pratique est uniforme : ils coupent à un arbre à fruit un rameau qu’ils taillent en petits scions ; ils les marquent de certains signes distinctifs, puis les éparpillent sur une étoffe blanche sans ordre et au hasard. Ensuite le prêtre de la cité, si la consultation est officielle, le père de famille lui-même, si elle est privée, ayant invoqué les dieux et tournant ses regards vers le ciel, en prend successivement trois qu’il interprète alors d’après les signes qu’on y a précédemment imprimés » (trad. J. Perret). Cette tradition constitue, selon J. Champeaux (1990), un critère de distinction fondamental avec les pratiques de divination en vigueur dans d’autres sociétés antiques, qui utilisent la plupart du temps des objets circulaires, discoïdes ou sphériques, en pierre, en métal et en terre cuite. Les boules du Martberg sont certes datées de l’époque romaine et pourraient documenter l’introduction en Gaule de telles pratiques : mais il apparaît surprenant, dans ce cas, qu’elles ne soient pas régies par les mêmes principes qu’en Italie, à l’aide de sorticula en pierre portant des inscriptions alphabétiques et non numériques.

145 Poux 2006, p. 197.

146 Cette objection rejoint celle formulée au sujet des sortes mentionnés sur l’inscription d’Eisenberg par M.‑Th. Raepsaet-Charlier (Raepsaet-Charlier 2015, p. 107), qui rappelle à juste titre que Mars et Nemetona ne sont pas des dieux oraculaires.

147 Occurrences compilées par Aberson 2001, p. 260, n. 4 : Tite-Live, XXIII, 3, 7 ; Valère Maxime, 6, 3, 4 ; Hygin Gromatique (éd. C. Thulin, p. 162) ; Sénèque, Les Troyennes 914 ; Histoire Auguste, Vie de Probus 8, 4, urna tris.

148 II, 6 (trad. H. Clouard).

149 Sitellam deferre : Cicéron, De la nature des dieux I, 38, 6 ; Asconius, 71 (éd. A. Clark) ; Pline l’Ancien, Histoire naturelle XXXIII, 2, 31 ; Lucain, Pharsale V, 394 ; Asconius, Probus 8.

150 Asconius, 71 (éd. A. Clark), cf. (dans un tout autre contexte) Tite-Live XXI, 42 : ut sors excĭderat.

151 Aberson 2001, p. 621, n. 5, qui considère que les bulletins de vote ne sont jamais désignés comme sortes mais toujours comme suffragia.

152 Rosenstein 1995.

153 Tite-Live, XLI, 18, 7‑8 : Valeriun auspicato sorritum constahat, quod in templo fuisset.

154 Rosenstein 1995, p. 56.

155 AE, 1928, n° 189 : Cossus Frontonis f(ilius) sortil(egus) ex visu, v. s. l. m. Fonction également documentée sur une inscription de Rome (CIL VI, n° 2274).

156 L’utilisation des termes sortes (au lieu de pilae) et d’urna (au lieu de sitella) ne s’oppose pas au rapprochement avec les accessoires de vote décrits par Asconius : la Lex Hebana fait en effet état d’une urna remplie de pilae, dont l’appartenance à la catégorie des sortes va par ailleurs de soi.

157 Reusser 2005 ; Bérard, Silvino 2018.

158 Raepsaet-Charlier 2015, p. 107‑108.

159 Tertullien, Les spectacles 16.

160 Aberson 2001.

161 Raepsaet-Charlier 2015.

162 Nicolet, Beschaouch 1991.

163 Raepsaet-Charlier 2015, fig. 8 et 9.

164 Dans le cadre d’une élection, la nécessité d’obtenir un nombre impair peut également expliquer le chiffre supplémentaire CI, qui est avec IC le plus proche de C.

165 Paul, Digeste 50, 2, 7, 2. Sur ce chiffre, rarement attesté par les sources et l’épigraphie mais communément admis par les spécialistes : Balty 1991, p. 7.

166 Scheid 1991.

167 Aberson 2001, p. 622, n. 10.

168 Raepsaet-Charlier 2015, p. 108‑110.

169 Raepsaet-Charlier 2015, p. 104.

170 Guerre des Gaules V, 56.

171 Jullian 1920‑1926, p. 52‑53.

172 Scheid 2006, p. 42‑43.

173 Metzler, Méniel, Gaeng 2006, p. 195, 204‑205.

174 Poux, Demierre (dir.) 2016, p. 604‑605.

175 Nickel, Thoma, Wigg-Wolf 2008, p. 288‑290, 428 ; Poux 2016, p. 107‑108.

176 Nickel, Thoma, Wigg-Wolf 2008, p. 55‑56, pl. 16.

177 Sur le recours au tirage au sort pour départager les soldats, voir par exemple Vopiscus, Vie de Probus VIII. Cette possibilité renvoie au sens primitif du mot suffragium dont l’étymologie est rappelée dans ce volume par G. van Heems, p. 337 (de frangere, évoquant le crépitement d’une assemblée de guerriers entrechoquant leurs armes).

178 Raepsaet-Charlier 2015, p. 107, qui ne fournit aucune référence à l’appui de cette assertion.

179 Rüger 1972. Hypothèse catégoriquement rejetée par M. Dondin-Payre (Dondin-Payre 2012b, p. 89), qui privilégie un lien linguistique ou phonétique entre la curia latine et le gaulois corios, guère plus plausible que le rapprochement traditionnellement opéré entre le premier terme et les centuries républicaines.

180 Raepsaet-Charlier 2015, p. 111.

181 Même si les Trévires n’y sont pas mentionnés par l’épigraphie (Van Andringa 2002, p. 36), leur appartenance à la Gaule Belgique exclut l’autel de Cologne (Ara Ubiorum) érigé dans la province voisine de Germanie Supérieure.

182 Il a été démontré depuis longtemps que la situation décrite sur ces documents constitue moins une spécificité locale qu’un standard général, qui pouvait être ensuite adapté au niveau local : Frederiksen 1965 ; Giovannini 2008.

183 Tarpin 2009.

184 Cette variabilité s’observe même dans les colonies. A. Pelletier (Pelletier 2000) a rappelé, au sujet des jumeaux Coelii de Vienne, que la nomination des décurions par cooptation était soumise à des variantes locales.

185 Dondin-Payre 2012a ; Marc 2014.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Esplanades monumentales d’Avenches et de Vendoeuvres-du-Poitou (d’après Van Andringa 2002).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6510/img-1.jpg
Fichier image/, 449k
Titre Fig. 2 – Allées monumentales de Barzan et d’Alba-la-Romaine (d’après Tranoy et al. 2008 ; Dupraz 2001).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6510/img-2.jpg
Fichier image/, 745k
Titre Fig. 3 – Théâtres gallo-romains de Corent, Gué-de-Sciaux, Trèves-Altbachtal et Arleuf (d’après Poux 2016).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6510/img-3.jpg
Fichier image/, 179k
Titre Fig. 4 – Complexe cultuel et édifice basilical de Briga/Bois l’Abbé à Eu (d’après Mantel 2010).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6510/img-4.jpg
Fichier image/, 1,9M
Titre Fig. 5 – Inscriptions de Vendoeuvres-en-Brenne (a) et de Néris-les-Bains (b) mentionnant la construction de basiliques et de diribitoria (d’après Dondain-Payre 2012a).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6510/img-5.jpg
Fichier image/, 2,3M
Titre Fig. 6 – Diribitorium du champ de Mars à Rome : plan restitué, extrait de la Forma Urbis et représentation en coupe sur le relief de la Chancellerie (d’après Carandini et Carafa 2012 ; Gros 2005).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6510/img-6.jpg
Fichier image/, 1,4M
Titre Fig. 7 – Sanctuaire d’Argentomagus/Argenton-sur-Creuse, localisation de la découverte de « l’urne du vergobret » (étoile), photographie et dessin de l’urne, avec détail de l’inscription (d’après Allain et al. 1981).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6510/img-7.jpg
Fichier image/, 329k
Titre Fig. 8 – Sanctuaire de Bioggio, localisation de la découverte de la base inscrite et proposition de restitution de la « machine à voter » (d’après Morinini 2005 ; Rapsaet-Charlier 2015).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6510/img-8.jpg
Fichier image/, 746k
Titre Fig. 9 – Martigny, table en bronze inscrite et proposition de restitution de la « machine à voter » (d’après Aberson 2001 ; Rapsaet-Charlier 2015).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6510/img-9.jpg
Fichier image/, 539k
Titre Fig. 10 – Carte de localisation des mentions des diribitoria et de vergobret dans l’épigraphie de Gaule Aquitaine (carte/infographie M. Poux).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6510/img-10.jpg
Fichier image/, 264k
Titre Fig. 11 – Ribemont-sur-Ancre : plan général des sanctuaires d’époque protohistorique (en haut) et romaine (en bas) (d’après Brunaux et al. 1999).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6510/img-11.jpg
Fichier image/, 160k
Titre Fig. 12 – Corent : plan du sanctuaire et de l’édifice à gradins d’époque protohistorique (à gauche) et romaine (à droite). En bas : restitution du centre de l’oppidum vers 80 av. J.‑C. (d’après Poux et al. 2012).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6510/img-12.jpg
Fichier image/, 1,1M
Titre Fig. 13 – Rouelles métalliques du sanctuaire de la Villeneuve-au-Châtelot et de Villeneuve-Saint-Germain (d’après Peyre 2001 ; Piette, Depeyrot 2008).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6510/img-13.jpg
Fichier image/, 503k
Titre Fig. 14 – Sphères inscrites du Martberg, de Karden et de Nida-Heddernheim (d’après Nickel, Thoma, Wigg-Wolf 2008 ; Nickel 2009).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6510/img-14.jpg
Fichier image/, 721k
Titre Fig. 15 – Plan de localisation des sphères inscrites découvertes sur le sanctuaire du Martberg (d’après Nickel, Thoma, Wigg-Wolf 2008).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6510/img-15.jpg
Fichier image/, 470k
Titre Fig. 16 – Tableau de représentation des chiffres inscrits sur les sphères du Martberg, de Karden et de Nida-Heddernheim (infographie M. Poux, d’après Thoma 2004).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6510/img-16.jpg
Fichier image/, 483k
Titre Fig. 17 – Représentations de pilae électorales (bulletins sphériques) et de « machines à voter » de type urna versatilis sur le monnayage de la fin de la République (d’après Crawford 1989, vol. I, p. 306‑307, n° 292/1 et vol. II, pl. XL, n° 8 ; Crawford 1989, vol. I, p. 439‑440, n° 412 et vol. II, pl. LXVIII, n° 101, pl. LXIX, n° 181 ; Nicolet, Beschaouch 1991, p. 498, fig. 16).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6510/img-17.jpg
Fichier image/, 235k

Auteur

Université Lumière Lyon 2, ArAr (UMR 5138), MOM