Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voter en Grèce, à Rome et en Gaule

 | 
Aldo Borlenghi
, 
Clément Chillet
, 
Virginie Hollard
, 
et al.

Troisième partie. Le monde gaulois

Des jetons de vote gaulois ?

Le petit mobilier circulaire en contexte politico-religieux

Romain Guichon

Texte intégral

  • 1 Brunaux 2004, p. 140‑142.
  • 2 Peyre 2000.
  • 3 Metzler, Méniel et Gaeng 2006 ; Poux 2006.
  • 4 Guichon 2006 ; Guichon et Gruel 2015.
  • 5 Ruby et Auxiette 2010.
  • 6 Dondin-Payre 2012.
  • 7 Marc 2011.

1C’est une forme de « matérialisme », sinon de « misérabilisme », qui aurait longtemps conduit les archéologues à négliger les aspects de la vie politique en Gaule préromaine1. Sous les considérations épistémologiques, la supposition révèle en arrière-plan la dimension culturelle, hiérarchisante, liée aux thèmes des pratiques politiques dans le monde antique. L’article publié par Chr. Peyre en 2000 à propos des « fossés en croix » de Villeneuve-Saint-Germain (Aisne), qu’il proposait d’identifier comme un vaste aménagement destiné à la tenue de consultations populaires, comptait parmi les premières tentatives d’orientation de l’archéologie laténienne vers ce champ de réflexion2. Une partie de la démonstration reposait sur une analogie formelle et fonctionnelle entre les rouelles métalliques utilisées par les assemblées judiciaires athéniennes et celles qui ont été trouvées sur l’oppidum suession. Des interprétations similaires, usant systématiquement de comparaisons avec le monde gréco-romain, ont également été proposées à titre d’hypothèses, en particulier concernant les oppida du Titleberg et de Corent3. Sur ce dernier site, les nombreux objets circulaires exhumés ont aussi été présentés comme de possibles instruments de vote, en particulier les jetons en céramique4. Loin de faire l’unanimité, ces réflexions alimentent au contraire le débat scientifique : une forme de surinterprétation des vestiges a pu être notée, tant sur le plan matériel5 que du point de vue socio-historique6 et plus globalement, l’application d’une nomenclature et de concepts méditerranéens à l’étude des centres publics gaulois a été perçue comme un « excès de la romanisation »7.

 

2L’hypothèse des jetons de vote gaulois mérite en tout cas d’être réexaminée à la lumière des données anciennes et récentes. Les cas des rouelles métalliques et des rondelles de céramique, évoqués ci‑dessus, seront abordés successivement. Cependant, partant du fait qu’un jeton de vote, dans sa plus simple expression, est avant tout un moyen de comptage, cette interprétation est théoriquement extensible à tout une gamme d’artefacts répertoriée sur les sites gaulois de la fin de l’âge du Fer : on pense notamment aux menues monnaies (potins coulés, petits bronzes frappés) ou encore aux anneaux et aux perles (en métal, en verre, en terre cuite ou en matière organique) qui semblent également appropriés pour compter des suffrages. Il s’agit en somme de tout le petit mobilier aisément manipulable et de modique valeur intrinsèque, qui se trouve être le plus souvent de forme circulaire.

 

  • 8 Verger 2009.

3Toutefois, du fait de la polyvalence inhérente à ce type d’objets, il convient de ne prendre en compte que ceux qui sont issus de contextes archéologiques théoriquement liés à la tenue de rassemblements – par extension de réunions politiques et de votes – sur des sites considérés comme des lieux publics ou semi-privés : places publiques, sanctuaires, enclos communautaires, résidences aristocratiques. En outre, lorsque la documentation l’autorise, les données stratigraphiques et planimétriques, quantitatives et qualitatives, doivent être prises en compte avant toute tentative d’interprétation, conformément aux principes archéologiques fondamentaux. Cependant, face à une problématique aussi complexe que celle du vote, qui plus est dans une structure sociale segmentaire et en l’absence de source écrite totalement explicite8, il est certain que l’analyse contextuelle du mobilier ne peut se suffire à elle-même et nécessite une approche comparative complémentaire, visant en particulier les sociétés antiques du bassin méditerranéen.

Contre l’offrande : approches systémiques et alternatives

  • 9 Fichtl 2012 ; Poux 2006 et 2008.
  • 10 Brunaux 2004.
  • 11 Poux 2008, p. 200.
  • 12 Brunaux et Méniel 1997.

4En laissant ouverte la nature des contextes étudiés, le titre de la contribution est volontairement ambivalent, car il est souvent malaisé de distinguer un site à vocation politique d’un autre strictement cultuel – si tant est que cela existe dans l’Antiquité, chez les Celtes en particulier. Les nombreuses fouilles menées durant les dernières décennies sur des sites de La Tène finale (150‑30 av. J.‑C.) ont certes permis une meilleure caractérisation des centres publics et des lieux de cultes gaulois9 mais les frontières entre les sphères profane et sacrée demeurent relativement perméables. C’est ainsi que l’enclos de Fesques (Seine-Maritime) a pu être interprété comme une vaste esplanade cérémonielle, vouée aux assemblées judiciaires et aux banquets10. De même, les principaux sanctuaires des civitates gauloises, assurément régis par une « quadruple exigence religieuse, politique, militaire et économique » à l’image de celui de Corent (Puy-de-Dôme), ne peuvent pas être réduits à leur caractère sacral11. La tenue d’assemblées politiques au sein même ou à proximité de ces lieux de culte est d’ailleurs une quasi-certitude (infra, « voter devant les temples »). Cette combinaison du profane et du sacré est aussi perçue au sein des habitats de rang élevé, à l’instar de la résidence aristocratique de Montmartin (Oise) sur laquelle a été identifié en marge de l’habitat un espace à caractère cultuel12.

 

  • 13 Bataille 2008 ; Demierre et Poux 2012.
  • 14 Bourgeois (dir.) 1999, p. 181.
  • 15 Pièces moulées de faible valeur intrinsèque, constituées d’un alliage comportant au moins 25 % d’é (...)
  • 16 Bourgeois (dir.) 1999, p. 183.
  • 17 Fauduet 1994, p. 180.
  • 18 Arrien, Cynégétique XXXIV.
  • 19 Estienne et de Cazanove 2009, p. 21. Voir éd. J.‑P. Waltzing (trad.), Tertullien, Apologétique 42, (...)

5Du point de vue matériel, lorsque les conditions de conservation le permettent, ces différents espaces à vocation collective livrent généralement des assemblages de mobiliers hétéroclites, mêlant des catégories fonctionnelles aussi diverses que la vaisselle, la parure, l’outillage ou encore l’armement. L’interprétation de ces objets variés est d’autant plus difficile qu’ils sont le plus souvent retrouvés en position secondaire – ou « détritique » – et qu’ils sont généralement attestés par ailleurs en contexte résidentiel, voire funéraire13. Ainsi dans la publication du sanctuaire de Bennecourt (Yvelines), les auteurs constatent que « le mobilier collecté est principalement constitué d’objets d’une grande banalité, qui ne dépareraient pas dans un habitat contemporain »14. L’interprétation du petit mobilier comme offrande est celle qui est le plus souvent retenue, pour ne pas dire systématiquement. Cette lecture votive, faisant de ces objets des « simulacres » d’offrandes monétaires, est en effet la plus fréquemment rencontrée, en particulier dans les études traitant de contextes dont on suppose – à tort ou à raison – le caractère cultuel. Sur le site de Bennecourt par exemple, elle est privilégiée pour les petits anneaux ou encore les potins15, pareillement aux monnaies issues des mêmes contextes16. Qu’ils soient associés ou non à des monnaies, il est assurément tentant de considérer ces objets comme des « offrandes modestes, dont le jet rituel compte davantage que leur nature même »17. De fait, c’est la pratique romaine de l’offrande monétaire (stips), ou plutôt sa variante sous la forme du jet (iactatio stipis), qui est le plus souvent invoquée pour expliquer la présence des monnaies – par extension tout objet de forme similaire – non seulement sur les fana gallo-romains mais également dans les dépôts hétérogènes des sanctuaires de La Tène finale. Face à cette lecture quelque peu ritualiste, il est possible d’objecter que le seul texte abordant le sujet dans le monde celtique décrit plutôt un système de caisse collective, enrichie par le versement répété de monnaies en prévision d’un sacrifice annuel offert à la divinité18 ce qui semble par ailleurs assez conforme aux pratiques typiquement romaines19.

 

  • 20 Dondin-Payre 2012, p. 62.
  • 21 L’analogie propre au comparatisme ethnologique « renvoie à des relations concrètes de parenté, de (...)
  • 22 Rivallain 1986.

6S’il ne s’agit pas de réfuter une réalité universelle, celle de l’offrande rituelle, particulièrement bien étudiée en contexte celtique, ces réserves semblent tout de même légitimes face à une approche presque systématique, parfois appliquée à des contextes dont le caractère cultuel est loin d’être établi, ou du moins n’est pas prépondérant. En témoigne cette assertion récente concernant le site de Villeneuve-Saint-Germain (Aisne) : « les rouelles sont des offrandes rituelles banales, les jets d’offrandes dans les fossés sont courants »20. Que les rouelles – et autres jetons, anneaux, etc. – soient des objets communs, cela est un fait, mais leur attribuer une fonction univoque revient à nier la polyvalence intrinsèque à ce type de mobilier et plus largement aux espaces publics et religieux antiques. À l’image des paléo-monnaies africaines21 – coquillages, perles, bâtonnets ou simples cailloux dont l’usage tant codifié que variable est précisément la marque de leur degré d’insertion sociétale22 – les petits objets circulaires gaulois ont dû répondre à d’autres besoins que celui de l’offrande rituelle, relevant non seulement de la sphère religieuse (divination), mais aussi des activités ludiques (jeux de table, d’adresse), de l’habillement (parure), du commerce (comptabilité), de l’économie domestique (mémorisation des échanges) ou encore des pratiques politiques (tirages au sort, recensements, votes).

 

  • 23 Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines IV, 15.

7En ce qui concerne le domaine « civique » au sens large, un exemple concret nous est fourni en contexte italique par un récit de Denys d’Halicarnasse23, dans lequel le roi Servius Tullius présenté comme le premier censeur romain aurait ordonné une estimation démographique globale précédant l’enregistrement nominal des citoyens :

  • 24 Trad. F. Bellanger. Εἰς δὲ τὴν θυσίαν ταύτην καὶ τὴν σύνοδον ἅπαντας ἐκέλευσε τοὺς ὁμοπάγους κατὰ (...)

Tous les paysans d’un même village étaient obligés de se trouver à l’assemblée, d’assister aux sacrifices, d’y porter chacun une certaine pièce de monnaie, les hommes une pièce de telle façon, les femmes une autre, et les enfants en donnaient d’une autre espèce. Ceux qui présidaient aux sacrifices comptaient ces pièces, et par ce moyen on connaissait le nombre des habitants de chaque bourg suivant le sexe et l’âge24.

8L’expression grecque ώρισμένον νόμισμά, traduite par « une certaine pièce de monnaie », évoque ici un procédé simple et fiable pour recenser une population entière au moyen de monnaies – ou d’objets monétiformes – lors de fêtes publiques régies par des magistrats assermentés. Suivant une approche comparatiste, ce texte sans doute anachronique, où il est question d’« assemblée » et de « sacrifices », renvoie peut-être à d’autres pratiques collectives politico-religieuses antiques au cours desquelles des petits objets circulaires étaient utilisés, mais qui n’ont pas forcément laissé de traces écrites. Dans le cas précis de la Gaule et du vote, il convient maintenant d’examiner différentes possibilités à partir du corpus archéologique disponible.

Les rouelles métalliques

  • 25 Debord 1998, p. 82‑85.
  • 26 Debord 1993, p. 91.
  • 27 Dondin-Payre 2012, p. 62.
  • 28 Peyre 2000, p. 173‑175.
  • 29 Littéralement « suffrage public ».
  • 30 Peyre 2000, p. 175‑180.
  • 31 Peyre 2000, p. 174.

9Au regard des questions précédemment soulevées, de la polyvalence supposée du petit mobilier circulaire et de l’absence de consensus concernant les pratiques de vote en Gaule, les rouelles du site de Villeneuve-Saint-Germain (Aisne) apparaissent tout à fait exemplaires. En effet, les nombreux individus découverts sur le site, 291 au total25, ont été interprétés de manière diamétralement opposée, soit comme des offrandes votives, expression de piété individuelle, soit comme des jetons de vote, support d’activités collectives. Plus que leurs caractéristiques morphologiques (en bronze ou en plomb, diamètre compris entre un et cinq centimètres, possédant quatre à dix rayons et un moyeu généralement plein), c’est leur répartition particulière qui a retenu l’attention des chercheurs : près des deux tiers des exemplaires bénéficiant d’un contexte fiable sont issus des fossés nord et sud, avec un net effet de concentration au niveau de l’intersection des structures (fig. 1). À partir de ces observations, auxquelles s’ajoute la présence de nombreuses monnaies dans cette zone, J. Debord supposait des pratiques d’offrandes rituelles effectuées au centre du dispositif fossoyé, en quelque sorte l’ombilic du site26. À cette première hypothèse, récemment réaffirmée27, s’ajoute celle de Chr. Peyre qui attribuait aux rouelles une fonction civique, à l’instar des jetons de vote circulaires utilisés par les Héliastes athéniens28. Sans entrer dans les détails de l’argumentation, on peut tout de même rappeler le parallèle tracé entre la mention ψῆφος δημόσια (« vote du peuple »)29 gravée sur les rouelles grecques et le formulaire gaulois takos toutas (« ordre de la tribu ») apparaissant sur l’inscription de San Bernardino di Briona aux côtés de quatre motifs de roues30 (fig. 2). La portée symbolique ou sacrée de ces astres miniatures a par ailleurs été mise en relation avec la structure même des fossés en croix, comme une projection du « templum céleste » sur ces manifestations civiques31.

Fig. 1 – Villeneuve-Saint-Germain (Aisne) : répartition et typologie des rouelles métalliques (Peyre 2000, fig. 9 et 16).

Fig. 1 – Villeneuve-Saint-Germain (Aisne) : répartition et typologie des rouelles métalliques (Peyre 2000, fig. 9 et 16).

Fig. 2 – Rouelle de vote du tribunal des Héliastes d’Athènes et inscription de San Bernardino di Briona (Boegehold 1995, pl. 16 ; Peyre 2000, fig. 18).

Fig. 2 – Rouelle de vote du tribunal des Héliastes d’Athènes et inscription de San Bernardino di Briona (Boegehold 1995, pl. 16 ; Peyre 2000, fig. 18).

 

  • 32 Ruby et Auxiette 2010, p. 59‑66.
  • 33 Ruby et Auxiette 2010, p. 63.
  • 34 Ruby et Auxiette 2010, p. 63‑64.
  • 35 Ruby et Auxiette 2010, p. 84.
  • 36 Peyre 2000, p. 174.
  • 37 « Ce constat n’est pas en contradiction avec l’hypothèse d’objets symboliques conservés dans quelq (...)

10La révision récente des données relatives aux fossés en croix de Villeneuve-Saint-Germain et les nouvelles investigations archéologiques menées in situ ont permis d’effectuer une mise au point sur ces différentes interprétations32. L’hypothèse de Chr. Peyre n’a pas été totalement écartée mais sérieusement remise en cause, l’essentiel des commentaires portant sur la restitution des structures bâties et la perception globale du site, reprécisées par les auteurs. À propos des rouelles métalliques et de leur possible utilisation comme jetons de vote, si les observations générales n’ont pas été contestées, en particulier concernant les « concentrations significatives » de mobilier au croisement des fossés, probablement liées à la présence de murets transversaux33, c’est en revanche l’association des rouelles aux perles de verre qui est critiquée, sur la base de données chiffrée montrant une répartition différenciée des deux catégories par carré de fouille34. Partant de ce constat, les auteurs concluent que les deux catégories sont « mutuellement exclusives », où d’autres pourraient parler de complémentarité fonctionnelle. En outre, les petits objets circulaires comme le reste du mobilier présent dans les fossés devraient être considérés séparément de ceux-ci, n’étant de toute évidence pas liés à la phase de fonctionnement des structures, initialement cuvelées et destinées à la circulation de fluides35. En définitive, l’observation de Chr. Peyre concernant « l’abandon d’un reliquat à l’endroit même où cette catégorie d’objets se trouvait le plus massivement manipulée »36 n’est pas totalement contredite, pas plus que leur éventuel caractère symbolique37.

 

  • 38 Arcelin et Brunaux 2003, p. 71‑73.
  • 39 Bataille 2008, p. 121.
  • 40 Piette 1981, p. 272.
  • 41 Piette 1987, p. 221 ; Piette et Depeyrot 2008, p. 8.

11Quoi qu’il en soit, l’hypothèse des jetons de vote, malgré son caractère hautement conjecturel, ainsi que le reconnaissait Chr. Peyre lui-même, mérite en tout cas d’être proposée concernant les rouelles métalliques gauloises, ne serait-ce que pour introduire une alternative à l’interprétation rituelle « classique ». Parmi les contextes archéologiques concernés par cette problématique, celui de La Villeneuve-au-Châtelot (Aube) attire particulièrement l’attention : structuré par un système d’enclos emboîtés répondant parfaitement à la définition d’un sanctuaire38, le site a livré entre autres mobiliers remarquables (armes, vaisselle, parures, faune, etc.) près de 70 000 rouelles métalliques39. Ces quantités hors-norme concernent surtout, il est vrai, la phase gallo-romaine du site, pour laquelle on a pu parler de « prolétarisation » des dépôts40. En revanche les dépôts laténiens sont moins abondants et présentent une configuration originale, en particulier dans la zone A4-A5 où, de part et d’autre de la coupure du fossé périphérique extérieur, se concentrent 702 monnaies (491 bronzes et 211 potins) et 234 rouelles de bronze à quatre rayons, possédant ou non un moyeu central ajouré (fig. 3). L’ensemble du dépôt, daté de La Tène D2b (vers 50‑30 av. J.‑C.), se répartit dans une couche de 80 cm d’épaisseur et, soulignant la variété du faciès monétaire, les fouilleurs penchent plutôt pour une accumulation résultant d’une multitude d’actes de dévotion, effectués sur une période assez étendue41. Si la fonction d’offrande est difficilement contestable pour les innombrables rouelles gallo-romaines – du moins pour une bonne partie d’entre elles – on peut cependant s’interroger sur ces dépôts laténiens et proposer une alternative liée, par exemple, à des pratiques politiques.

Fig. 3 – La Villeneuve-au-Châtelot (Aube) : plan du site, répartition et typologie des rouelles métalliques (Brunaux, Malagoli 2003, fig. 44 ; Piette et Depeyrot 2008, p. 7 ; Piette 1981, fig. 3).

Fig. 3 – La Villeneuve-au-Châtelot (Aube) : plan du site, répartition et typologie des rouelles métalliques (Brunaux, Malagoli 2003, fig. 44 ; Piette et Depeyrot 2008, p. 7 ; Piette 1981, fig. 3).

 

  • 42 Brun et Michel 2000, p. 260‑262 ; Arcelin et Gruat 2003, p. 178‑179.
  • 43 Brun et Michel 2000, p. 260‑262 ; Arcelin et Gruat 2003, p. 179.
  • 44 Py 2009, p. 333‑338.

12Ce type d’approche non exclusivement rituelle peut également s’appliquer à certains sites de Gaule méridionale, tel le massif des Cannebières à Correns (Var) sur lequel ont été découverts 72 jetons en plomb circulaires ou polygonaux, tous ornés de croix ou d’étoiles (fig. 4)42. Ces objets étaient dispersés à faible profondeur sur une surface de 170 m2, dans une fine couche de terre charbonneuse, accompagnés d’autres catégories de mobiliers hétérogènes (monnaies, céramiques, quincaillerie, armement), datés du second âge du Fer et de l’époque romaine. Dans l’ensemble, l’interprétation privilégiée est celle d’une aire cultuelle vouée aux divinités ouraniennes, les rondelles radiées, probables représentations métonymiques du « char solaire », pouvant être plus précisément les jetons votifs d’un dépôt consacré à Taranis-Jupiter43. S’il n’y a pas lieu de remettre en question la portée symbolique de ces jetons – et ce malgré leur association à certains objets dont la valeur cultuelle n’est pas évidente – il est possible en revanche de postuler leur utilisation dans un cadre politique, comme instrument de vote, d’autant plus que ce lieu sacralise manifestement une limite territoriale et semble tout à fait approprié à de grands rassemblements supra-communautaires. En ce sens, l’évocation de Taranis-Jupiter comme gardien des frontières prendrait une connotation « civique », tout aussi valable que sa dimension ouranienne, en tant que maître des éléments déchaînés et du tonnerre (ibid.). Pour étayer cette hypothèse, il est possible d’évoquer les influences méditerranéennes précoces exercées sur les populations de Gaule méridionale, par l’intermédiaire notamment des comptoirs littoraux comme Massalia et Lattara44. À Correns, ces réflexions sont toutefois limitées par les incertitudes entourant la datation et le contexte de déposition des jetons concernés.

Fig. 4 – Sanctuaire des Cannebières, Correns (Var) : jetons en plomb (Brun, Michel 2000, fig. 4).

Fig. 4 – Sanctuaire des Cannebières, Correns (Var) : jetons en plomb (Brun, Michel 2000, fig. 4).

Les rondelles de céramique

  • 45 Guillot 1971 ; Guichon 2006 et 2015.
  • 46 Guichon 2006, p. 518.
  • 47 Bonaventure 2011, p. 250.
  • 48 Guillot 1971, p. 157.

13Ces rondelles ou jetons sommaires, taillés dans des fragments de céramique usagés, omniprésents sur les sites gaulois de la fin de l’âge du Fer, ont depuis longtemps suscité la curiosité des chercheurs45 (fig. 5). Du point de vue typologique, si les rares séries étudiées en contexte laténien montrent toutes une variabilité assez fine (contours plus ou moins circulaires, bords très frustes à soigneusement polis, disques pleins ou perforés, etc.), c’est globalement une forme d’homogénéité qui caractérise cette catégorie de mobilier. Ce sentiment est d’ailleurs confirmé par les données métrologiques disponibles, qui placent majoritairement les diamètres de ces jetons dans une fourchette comprise entre 2 et 4 cm, pour une moyenne généralement située entre 3 et 3,5 cm46 : ainsi les ensembles issus d’une part du sanctuaire de Corent (Puy-de-Dôme), d’autre part des oppida de Boviolles (Meuse) et du col de Saverne (Bas-Rhin), montrent une moyenne quasi identique – respectivement 3,09 et 3,07 cm – tendant à confirmer l’impression d’une « taille extrêmement normalisée d’un bout à l’autre de la Gaule »47. A. Guillot ne manquait pas de remarquer que cet ordre de grandeur correspond approximativement à l’arrondi formé par l’index et le pouce joints, confirmant, s’il en était besoin, que ces objets étaient avant tout destinés à être manipulés48.

Fig. 5 – Sanctuaire de Corent (Puy-de-Dôme) : rondelles de céramique (cliché R. Guichon).

Fig. 5 – Sanctuaire de Corent (Puy-de-Dôme) : rondelles de céramique (cliché R. Guichon).

 

  • 49 Brunaux et Méniel 1997.
  • 50 Collart 1987.
  • 51 Périchon et Jacquet 1985.

14La multiplicité des fonctions envisageables pour ces jetons représente une limite à leur étude purement qualitative et appelle une réflexion plus approfondie sur leur contexte de découverte, en premier lieu concernant le statut réel ou supposé du site, et plus localement en termes de répartition ou d’associations de mobiliers. À l’instar des rouelles métalliques, il faut d’emblée noter que ces objets ne sont pas absents de sites identifiés comme des lieux de culte ou de rassemblement, pour lesquels l’hypothèse du jeton de vote est la plus plausible. En Gaule du Nord, on peut citer les 10 exemplaires, tous perforés, issus de l’enclos 56 de Montmartin (Oise) interprété comme un espace politico-religieux fonctionnant en marge de l’habitat aristocratique du iie s. av. J.‑C.49 ; ou encore les 81 individus trouvés en association avec de nombreuses monnaies dans les fosses et les fossés de Chilly (Somme), vraisemblablement constitutifs d’un sanctuaire en activité durant la seconde moitié du ier s. av. J.‑C.50. En Gaule du Centre-Est, l’enclos d’Amplepluis (Rhône) situé aux confins des territoires ségusiave et éduen a livré quant à lui 21 rondelles de céramique, associées notamment à des éléments d’armement, de vaisselle métallique ou encore des amphores italiques témoignant de rassemblements à caractère aristocratique tenus sur place dès la fin du iie s. av. J.-C.51.

 

  • 52 Carrara et al. 2010.
  • 53 Carrara et al. 2010, p. 20.
  • 54 Bonaventure 2011, p. 249.
  • 55 Bonaventure 2011, p. 250.

15Les phénomènes de concentration constatés sur quelques-uns de ces sites à caractère politico-religieux permettent encore de pousser le raisonnement : ainsi les fouilles récentes effectuées à Lyon-Rue du Mont d’Or (Rhône) ont livré 71 rondelles de céramique, toutes issues des fossés F08 et F147 considérés comme les branches opposées d’un enclos quadrangulaire en fonction durant les années 150‑120 av. J.‑C.52 (fig. 6). L’absence de structure d’habitat et la rareté des vestiges d’activité domestique, corrélés à la présence de reliefs attribués à la sphère de la consommation collective (faune, amphores), tendent à restituer un espace à vocation communautaire. Suivant cette hypothèse, impossible à confirmer en l’état des recherches, la présence massive de jetons – dont 58 exemplaires à proximité immédiate de l’entrée (fossé F08) – pourrait refléter les activités collectives exercées sur le site, peut-être des votations53. Une situation analogue est observée sur l’oppidum principal des Leucques à Boviolles (Meuse), où parmi les 45 rondelles de céramique dénombrées (fig. 7), plus de la moitié provient du fossé FO 401 dont le tracé marque une interruption au niveau du sondage concerné54. La grande zone vierge de construction suivant ce passage permet d’évoquer un lieu de rassemblement et, encore une fois, l’usage possible de ces jetons comme support de pratiques collectives politiques55.

Fig. 6 – Lyon, rue du Mont d’Or (Rhône) : plan des vestiges (Carrara et al. 2010, fig. 2).

Fig. 6 – Lyon, rue du Mont d’Or (Rhône) : plan des vestiges (Carrara et al. 2010, fig. 2).

Fig. 7 – Oppidum de Nasium/Boviolles (Meuse) : rondelles de céramique, fosse 1025 (Bonaventure 2011, fig. 146).

Fig. 7 – Oppidum de Nasium/Boviolles (Meuse) : rondelles de céramique, fosse 1025 (Bonaventure 2011, fig. 146).

 

  • 56 Guichon 2006 et 2015.
  • 57 Guichon 2006, p. 521.
  • 58 Poux 2015, p. 558‑562.

16Les deux études précédemment citées (Lyon et Boviolles) effectuent des rapprochements avec la situation observée sur l’oppidum de Corent (Puy-de-Dôme), où les 765 jetons en céramique répertoriés au sein du sanctuaire ont bénéficié d’une étude complète – typologique, spatiale et fonctionnelle – qui a permis de faire le point sur diverses hypothèses interprétatives, sans pour autant parvenir à en privilégier une au détriment des autres56. Du point de vue pratique, concernant le vote, ces objets apparaissent tout à fait appropriés du fait même de leur relative indifférenciation (pas ou peu de marques distinctives, aucun véritable module sélectif, choix de la matière première aléatoire) et de leur probable fabrication in situ. En outre, un net effet de concentration est observé au niveau de la zone d’entrée, qui regroupe à elle seule 314 objets, soit 44 % des individus bénéficiant d’un contexte stratigraphique fiable (infra, fig. 10). De surcroît, le phasage de cette catégorie de mobilier révèle une apparition massive durant le second état du sanctuaire, daté des années 100‑90 av. J.‑C. et matérialisé par le remplacement du fossé palissadé originel par une galerie périphérique : sur les 221 exemplaires issus des couches du péribole, 33 sont rattachés à l’état 1, contre 188 à l’état 2 et dans le seul secteur de l’entrée, le ratio est de 1 pour 12957. Ainsi ces rondelles de céramique semblent intimement liées au cadre architectural dans lequel elles étaient utilisées, indéniablement inspiré de modèles gréco-romains58. L’hypothèse d’un usage comme jetons de vote sera reprise au paragraphe suivant.

 

  • 59 Dérivé de psèphos/ψῆφος, caillou poli ou galet qui prend tour à tour le sens de jeton de jeu, de d (...)
  • 60 Neer 2002, p. 142.
  • 61 Boegehold 1995, p. 28.
  • 62 Burr 1933.
  • 63 « The objects in this filling may well have come from the sanctuary just above, on the slope of th (...)

17À ce stade de la réflexion, il convient d’évoquer en aparté les pratiques de vote grecques, en rappelant que les assemblées athéniennes s’exprimaient autant à main levée (χειροτονία) qu’avec des jetons (ψηφοφορία)59. Une série de coupes attiques à figures rouges nous renseigne notamment sur une pratique simple, où l’on distingue deux tas de jetons correspondant à l’une ou à l’autre des propositions – concernant en l’occurrence l’attribution des armes d’Achille – et après comptage, le plus garni emporte la décision60 (fig. 8). Sur le même mode binaire, une autre pratique attestée au ve s. av. J.‑C. consiste à voter avec des jetons et deux urnes camouflées signifiant, respectivement, l’acquiescement et le refus61. Ainsi le jeton de vote est à la fois l’expression d’un choix et un moyen de comptage et les rondelles de céramique – aisément maniables, pratiques à empiler – apparaissent comme des objets tout à fait adaptés à de telles pratiques. Les exemplaires découverts lors des excavations de l’Agora d’Athènes, dans les niveaux d’époque archaïque, ne s’opposent pas à cette idée : 119 disques taillés y ont été recueillis dans les mêmes couches qu’un « dépôt votif » daté du viie s. av. J.‑C., composé de différents objets en terre cuite (vases, figurines, plaques ornées) et situé au pied de l’Aréopage62 (fig. 8). L’interprétation proposée – celle d’offrandes dédiées en gage de remerciement à la suite d’acquittements judiciaires63 – soulève d’ailleurs les mêmes interrogations que les problématiques gauloises précédemment évoquées : quitte à connecter des jetons à un espace de vote, pourquoi ne pas les considérer comme les instruments mêmes de ces pratiques ?

Fig. 8 – Scène de vote sur céramique attique à figure rouge (coupe de Vienne 3695, Douris [peintre], 490‑480 av. J.‑C.) et rondelles de céramique découvertes sur l’Agora d’Athènes (Burr 1933, fig. 71).

Fig. 8 – Scène de vote sur céramique attique à figure rouge (coupe de Vienne 3695, Douris [peintre], 490‑480 av. J.‑C.) et rondelles de céramique découvertes sur l’Agora d’Athènes (Burr 1933, fig. 71).

 

  • 64 Arcelin et Gruat 2003, p. 197‑199.
  • 65 Charmasson 1986.
  • 66 Si l’allusion au soleil est concevable pour les 841 pièces circulaires, elle l’est beaucoup moins (...)
  • 67 Peyre 2000, p. 175 ; Hansen 1993, p. 222‑223.

18En suivant cette voie, en Gaule, il est possible d’évoquer les 1 892 jetons en céramique qui parsemaient « l’autel des cendres » de l’oppidum méridional de Gaujac (Gard) – fig. 9. Le caractère sacré de cet espace, retranché sur un site de hauteur et marqué par le fonctionnement successif de onze foyers pendant une période assez courte (vers 425‑390 av. J.‑C.), est indiscutable64. Autour du feu sacré entretenu par les autels-foyers, la communauté aurait participé à de grandes cérémonies marquées par des rites de libations, de sacrifices et d’offrandes en l’honneur d’un dieu solaire, incarné par Taranis dans le panthéon celtique. Les rondelles de céramique ne seraient autres que des représentations miniaturisées du disque solaire, rappelé par les cercles incisés sur les chenets et les plaques de foyers. Une pièce de céramique a même été découpée en forme d’étoile, symbole céleste par excellence65. À l’instar des roues miniatures de Correns (supra, p. 456‑457), le petit mobilier se voit ainsi attribuer une valeur votive, à connotation ouranienne66, mais ici encore l’hypothèse de jetons utilisés lors d’assemblées politiques, probablement concomitantes de cérémonies religieuses, paraît tout aussi acceptable. Par analogie avec les pratiques électorales attestées en Grèce et au regard du haut degré d’hellénisation constaté sur le site, il est en effet tentant de considérer ces pièces de céramique comme des jetons de vote abandonnés, égarés ou même consacrés devant les autels-foyers après leur usage « civique ». Les 223 galets de rivière amenés sur le site évoqueraient, dans ce contexte, les premiers psèphoi des électeurs hellènes. En outre, cette interprétation ne contredit pas totalement la première si l’on rappelle que le tribunal du peuple athénien, l’Héliaia, siégeait en un lieu du même nom, dont l’étymologie pourrait signifier « la place du Soleil », lors de séances diurnes au cours desquelles les rouelles de vote gardaient sans doute une valeur de symbole solaire67. Cette lecture complémentaire des dépôts de Gaujac, qui nécessiterait évidemment une réflexion plus avancée, pourrait ainsi documenter l’introduction en Gaule de pratiques politiques de type grec usant concrètement de jetons en céramique.

Fig. 9 – Oppidum Saint-Vincent, Gaujac (Gard) : plan des aires de cuisson et mobilier issu des couches cendreuses (Charmasson 1986, fig. 2 et 19).

Fig. 9 – Oppidum Saint-Vincent, Gaujac (Gard) : plan des aires de cuisson et mobilier issu des couches cendreuses (Charmasson 1986, fig. 2 et 19).

Entre profane et sacré : voter devant les temples

19Au-delà des questions matérielles, les exemples proposés jusqu’ici abordent tous, sous différentes formes, l’imbrication des sphères politique et religieuse dans les sociétés gauloises et tous tissent des liens directs ou indirects avec le monde gréco-romain. Cette approche assurément subjective peut être encore développée par un essai de comparaison entre deux espaces cultuels contemporains : le sanctuaire de l’oppidum de Corent et l’aedes Castoris du Forum romain. Dans la perspective des pratiques de vote, il s’agit en fait de présenter les possibilités offertes par ces deux lieux sacrés, ainsi que l’implication potentielle du petit mobilier circulaire au sein de ces pratiques.

Sacralité des assemblées politiques à Rome et chez les Celtes

  • 68 Nicolet 1976a, p. 341‑349.
  • 69 Flaig 1995, p. 77‑91 ; Flaig 2013, p. 366‑368.

20En tant qu’acte engageant la Cité, les pratiques de vote romaines étaient empreintes de religiosité : toujours effectuées dans un templum consacré, elles débutaient le matin par une prise d’auspices, puis une prière des votants eux-mêmes, le carmen des comices, avant la lecture des propositions retenues68. Dès la période républicaine, les assemblées populaires s’apparentent ainsi davantage à des instances de légitimation que de décision, visant à exprimer un consensus lors de véritables rituels civiques69.

 

  • 70 Strabon, Géographie XII, 5, 1 (trad. A. Tardieu) : Ἡ δὲ τῶν δώδεκα τετραρχῶν βουλὴ ἄνδρες ἦσαν τρι (...)
  • 71 César, Guerre des Gaules VII, 33 (trad. L.‑A. Constans) : Cotum imperium deponere coegit, Conuicto (...)
  • 72 Florus, Œuvres I, 11 : Ille festis diebus et conciliabulis, quum frequentissimos in lucis haberet, (...)

21Concernant le monde celtique, il existe au moins trois mentions de réunions politiques tenues dans un contexte religieux : la première est un passage de Strabon précisant que l’assemblée confédérale des Celtes orientaux (Galates) se tenait dans un sanctuaire central nommé drunemeton70 ; la deuxième est de César, citant un magistrat éduen désigné « sous la présidence des prêtres »71 et la troisième est une version tardive de la révolte de Vercingétorix, par l’historien Florus, décrivant le chef arverne exhortant les foules dans les « bois sacrés » lors des jours de fêtes et d’assemblées72. S’ils ne décrivent pas en détail les processus décisionnels, ces textes laissent tout de même penser qu’en Gaule indépendante, les votes pouvaient avoir lieu à l’intérieur ou à proximité des sanctuaires, à l’image des pratiques contemporaines romaines.

Le temple des Dioscures et le sanctuaire de Corent

  • 73 Peyre 2000 ; Metzler, Méniel et Gaeng 2006.
  • 74 Nicolet 1976a, p. 308‑309.
  • 75 Coarelli 1985, p. 159, 164. L’espace libre devant le temple est estimé à 80 x 60 m, soit une capac (...)
  • 76 Nielsen, Poulsen 1992, p. 55‑57 ; Ulrich 1994, p. 98‑107.
  • 77 Plutarque, Caton le Jeune 27‑28.

22Les hypothèses envisageant l’existence en Gaule d’installations dédiées au vote ont jusqu’à présent sollicité le parallèle des Saepta du Champs de Mars73, mais il faut rappeler que ces travées électorales, dont on sait peu de choses avant leur version pétrifiée d’époque césarienne, ne constituaient pas le seul cadre du vote romain tardo-républicain : une bonne partie des assemblées populaires se tenait aussi dans la zone du Forum Romanum, lieu de réunion privilégié des comices tributes et de l’assemblée de la plèbe (concilium plebis) consultés régulièrement ici pour la plupart des procès et toutes sortes de projets de lois74. Abrités à l’origine par le Comitium, ces rassemblements politiques auraient migré vers la moitié orientale du Forum dans la seconde moitié du iie s. av. J.‑C., spécialement dans la zone du temple de Castor et Pollux et de l’esplanade qui lui faisait face75. Les sources littéraires mentionnent effectivement à plusieurs reprises la tenue d’assemblées dans cet espace, et ce jusqu’à l’instauration du Principat76 : en 62 av. J.‑C. notamment, face à la menace de Catilina, un projet de loi visant à rappeler Pompée et son armée dans Rome fut présenté au peuple réuni sur le Forum, le jour même du suffrage, depuis la tribune du temple des Dioscures77.

 

  • 78 Taylor 1966, p. 28, 41 ; Nielsen, Poulsen 1992, p. 113 ; Ulrich 1994, p. 91 ; Cerutti 1998, p. 301 (...)
  • 79 Taylor 1966, p. 41 ; Mouritsen 2001, p. 22.

23Si l’exercice du vote à proprement parler n’est pas décrit par les textes, la plupart des spécialistes estiment cependant que les opérations devaient se dérouler au même endroit que les réunions préalables, devant le temple78. À partir de l’iconographie monétaire contemporaine, des systèmes temporaires de passerelles en bois (pontes), conduisant simultanément les votants sur la tribune où étaient placées les urnes, ont été imaginés – notamment deux structures greffées latéralement ou quatre disposées côte à côte sur la tribune79 (fig. 10). Ce type de dispositif aurait permis à la fois un contrôle efficace des participants, une distribution aisée du matériel et l’accomplissement concret du rituel civique dans un templum consacré.

Fig. 10 – Rome : forum tardo-républicain et restitution des opérations de vote devant le temple des Dioscures (d’après Mouritsen 2001, p. 22 ; plans : Ulrich 1994, fig. 13 et 15 ; DAO R. Guichon). Corent : plan général des vestiges et répartition des monnaies et des jetons en céramique dans le sanctuaire (Poux 2012, p. 36 ; Poux, Demierre 2015, fig. 364).

Fig. 10 – Rome : forum tardo-républicain et restitution des opérations de vote devant le temple des Dioscures (d’après Mouritsen 2001, p. 22 ; plans : Ulrich 1994, fig. 13 et 15 ; DAO R. Guichon). Corent : plan général des vestiges et répartition des monnaies et des jetons en céramique dans le sanctuaire (Poux 2012, p. 36 ; Poux, Demierre 2015, fig. 364).

 

  • 80 Slej et Culhed 2008, vol. 2, p. 320.
  • 81 Staveley 1972, p. 160 ; Hollard 2010, p. 36.
  • 82 Varron, L’Économie rurale III, 5, 18 ; Nicolet 1976b, p. 709. Interprétation contestée par C. Virl (...)
  • 83 Guichon, Gruel 2015, p. 608.
  • 84 La quasi-totalité de ces jetons sont issus de fragments d’amphores africaines datées de la fin de (...)

24Au-delà du caractère conjecturel de ces restitutions, la présence de jetons n’est pas flagrante dans le temple des Dioscures, où l’on peut simplement mentionner la découverte de quatorze rondelles en céramique dans un petit sondage pratiqué à l’angle nord-ouest du bâtiment80. L’utilisation de ces objets comme instruments de vote est loin d’être évidente et ne s’appuie sur aucune source textuelle ou iconographique relative au monde romain. Les suffrages d’époques tardo-républicaine et impériale sont en effet traditionnellement assimilés à des planchettes d’écriture ou de petites tabellae préinscrites81 et l’emploi de jetons circulaires n’est supposable que pour des opérations annexes comme le contrôle ou le comptage des participants. C’est notamment ainsi qu’ont été interprétées les tesserulae mentionnées par Varron dans un contexte de fraude électorale82. Dans le temple des Dioscures, la localisation de jetons en céramique à l’aplomb du tribunal et près de l’escalier latéral, lieu de passage supposé des foules consultées lors de comitia, n’exclut donc pas un tel usage83. Cela demeure toutefois très hypothétique, au vu du contexte stratigraphique incertain et de la faiblesse numérique du lot84.

 

  • 85 Guichon, Gruel 2015, p. 591.
  • 86 Metzler, Méniel et Gaeng 2006.
  • 87 Coarelli 1997, p. 161‑162.

25Il n’en va pas de même du sanctuaire de Corent, dont la fouille a livré de nombreux petits objets circulaires, à savoir 765 rondelles de céramique, mais aussi 901 monnaies, 137 anneaux ou perles en bronze, 115 en verre et 25 en os85. L’hypothèse des jetons de vote, proposée en particulier pour les rondelles de céramique et les petits bronzes frappés, ne peut s’appuyer sur aucune structure archéologique spécifique, comme les rangées de piquets identifiées dans l’espace public du Titleberg86 ou les trous de fixations ménagés dans le sol du forum de Fregellae87. Cependant à Corent, la répartition spatiale de ces éléments circulaires montre une dispersion inégale au sein de l’enclos, avec des effets de concentration notables, en particulier au niveau de l’entrée (fig. 10 et supra).

  • 88 Poux (dir.) 2012, p. 177‑192.
  • 89 Ulrich 1994, p. 72, 112.

26En regard des autres exemples gaulois proposés dans l’article, ces dépôts massifs de jetons à l’avant du sanctuaire de Corent pourraient être retenus comme des indices de pratiques de vote in situ. La configuration spatiale du lieu permet d’aller plus avant dans cette hypothèse : en effet, le dispositif offert par l’enclos sacré, son entrée monumentale et la place qui la prolonge, apparaît particulièrement adapté à de grandes manifestations communautaires. Cette ordonnance de la place, du tribunal et du temple, fréquentés successivement lors de cérémonies politico-religieuses, trouve par ailleurs un parallèle contemporain avec l’aedes Castoris de Rome, dont on suppose aussi le fonctionnement comme espace de vote (supra). À Corent, l’imposante tour-porche d’entrée, dont la restitution n’est pas totalement assurée, a également pu être utilisée comme tribune, pour s’adresser aux foules réunies sur l’esplanade, ainsi que, peut-être, comme dispositif de contrôle de séances de votes accomplies dans ce secteur, à l’instar du tribunal du temple des Dioscures. En outre, la présence d’un hémicycle d’assemblée, au sud de la place et jouxtant le sanctuaire88, rappelle fortement la triade Comitium/Aedes/Forum caractéristique des espaces civiques coloniaux républicains (Cosa, Paestum), eux-mêmes calqués sur celui de Rome89. Dans ce contexte, la formation de grandes consultations populaires devant le sanctuaire de Corent, en marge d’assises sénatoriales tenues dans l’hémicycle, apparaît comme un scenario tout à fait plausible.

 

  • 90 Tite-Live, Abrégé LXI.
  • 91 L’aedes Castoris est en fait l’archétype du temple romain à tribune frontale, dont la fonction pol (...)
  • 92 Poux 2008, p. 198 : « … cette précaution permettait d’exercer un contrôle sur les populations soum (...)

27Cette hypothèse doit tenir compte du contexte historique spécifique dans lequel ce dispositif a été construit : suite à leur défaite de 121 av. J.‑C., les Arvernes passés sous tutelle romaine voient le départ du fils de Bituit, Congentiat, confié par décret au sénat de Rome90. Chronologiquement, son séjour dans l’Urbs s’inscrit en pleine mutation des pratiques politiques romaines : introduction du vote secret (leges tabellariae de 139, 137 et 130 av. J.‑C.), investissement du Forum pour les harangues préliminaires (contiones) depuis les années 140‑120 av. J.‑C. et réaffectation du temple des Dioscures, dont la nouvelle tribune flanquée d’accès latéraux est inaugurée en 117 av. J.‑C.91. Le jeune otage arverne a donc pu observer cette tendance et dut être marqué, probablement, par les assemblées populaires hautes en couleur dont l’aedes Castoris était le théâtre. Conformément à l’usage, un retour en pays arverne est tout à fait envisageable autour des années 100 av. J.‑C.92 : imprégné de romanité, il a pu y transposer de nouvelles formes de pratiques politiques, à une époque qui voit la transformation de l’enclos originel en vaste quadriportique d’inspiration méditerranéenne, la construction d’un bâtiment en hémicycle de type gréco-romain et une augmentation concomitante de la masse de petits objets circulaires.

Conclusion

28L’existence de jetons de vote en Gaule préromaine n’est pas démontrable en l’état des recherches. À la lumière des exemples répertoriés dans cette contribution, il est toutefois vraisemblable que des petits objets circulaires, dans certaines circonstances, ont pu remplir cette fonction. Au-delà de la visée démonstrative, cette grille d’analyse s’accorde avec la dimension politico-religieuse caractérisant les sociétés antiques. Elle attire en outre l’attention sur des mobiliers d’apparence commune et sur des contextes spécifiques, comme les sites centraux ou limitrophes. Dans ce cadre interprétatif, les parallèles sollicités avec le monde gréco-romain apparaissent moins comme des modèles que des palliatifs au silence des données locales, bien que des liens tout à fait concrets soient parfois relevés. Les pratiques postérieures, telles qu’on les devine notamment dans les sanctuaires gallo-romains (Poux, dans ce volume, p. 471‑518), sont également susceptibles d’éclairer ces réflexions sur le vote à la fin de l’âge du Fer.

Bibliographie

Sources antiques

Arrien, Oppien d’Apamée, L’art de la chasse. Cynégétiques, texte établi et traduit par L. L’Allier, La roue à livres 54, Paris, 2009.

César, Guerre des Gaules, Tome I, Livres I‑IV et Tome II, Livres V‑VIII, texte établi et traduit par L.‑A. Constans, CUF, série latine 32‑33, Paris, 1995 (1er tirage 1926).

Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines IV, texte traduit en français par l’abbé F. Bellanger, Paris, 1800.

Florus, Œuvres, Tome I, texte établi et traduit par P. Jal, CUF, série latine 163, Paris 1967.

Strabon, Géographie, Tome II, Livres VII‑XII, traduction nouvelle par A. Tardieu, Paris, 1873.

Tertullien, Apologétique, texte établi et traduit par J.‑P. Waltzing, CUF, série latine 49, Paris, 1971 (1er tirage 1929).

Études

Arcelin P., Brunaux J.‑L. 2003, « Un état des questions sur les sanctuaires et les pratiques cultuelles de la Gaule Celtique », in P. Arcelin, J.‑L. Brunaux (dir.), Cultes et sanctuaires en France à lâge du Fer, Dossier Gallia 60, Paris, p. 5‑8.

Arcelin P., Gruat P. 2003, « La France du Sud-Est », in P. Arcelin, J.‑L. Brunaux (dir.), Cultes et sanctuaires en France à lâge du Fer, Dossier Gallia 60, Paris, p. 169‑241.

Bataille G. 2008, Les Celtes : des mobiliers aux cultes, Arts, Archéologie et Patrimoine, Dijon.

Boegehold A.L. 1995, The lawcourts at Athens : sites, buildings, equipment, procedure, and testimonia, The Athenian Agora 28, Princeton.

Bonaventure B. 2011, Céramiques et société chez les Leuques et les Médiomatriques (iie-ier siècles avant J.‑C.), Protohistoire européenne 13, Montagnac.

Bourgeois L. (dir.) 1999, Le sanctuaire rural de Bennecourt (Yvelines). Du temple celtique au temple gallo-romain, DAF 77, Paris.

Brun J.‑P., Michel J.‑M. 2000, « Sanctuaires de l’âge du Fer dans le Var », in J. Chausserie-Laprée (dir.), Le temps des Gaulois en Provence, Martigues, p. 260‑263.

Brunaux J.‑L. 2004, Guerre et religion en Gaule. Essai d’anthropologie celtique, Paris.

Brunaux J.‑L., Malagoli C. 2003, « La France du Nord », in P. Arcelin, J.‑L. Brunaux (dir.), Cultes et sanctuaires en France à l’âge du Fer, Dossier Gallia 60, Paris, p. 9‑73.

Brunaux J.‑L., Méniel P. 1997, La résidence aristocratique de Montmartin (Oise) du iiie au iie s. av. J.‑C., DAF 64, Paris.

Burr D. 1933, « A geometric house and a proto-attic votive deposit », Hesperia 2/4, p. 542‑640.

Carrara S., Mège C., Bertrand E., Bouvard E., Monin M. 2010, « Nouvelles découvertes sur l’âge du Fer à Lyon : un tumulus Hallstatt C et une occupation de La Tène D1, rue du Mont d’Or (9e) », Bulletin AFEAF 28, p. 15‑21.

Cerutti S.M. 1998, « P. Clodius and the stairs of the Temple of Castor », Latomus 57, p. 292‑305.

Charmasson J. 1986, « Les niveaux de cendres à structures de foyer (fin ve s. - déb. ive s. av. J.‑C.) de l’oppidum de Saint-Vincent à Gaujac (Gard) », Bulletin de l’École antique de Nîmes 17, p. 91‑132.

Coarelli F. 1985, Il foro Romano. 2, Periodo repubblicano e augusteo, Rome.

Coarelli F. 1997, Il campo Marzio : dalle origini alla fine della Repubblica, Rome.

Collart J.‑L. 1987, « Le contexte stratigraphique des monnaies gauloises découvertes à Chilly (Somme) », in J.‑L. Brunaux, K. Gruel (dir.), Monnaies gauloises découvertes en fouille, Archéologie aujourd’hui. Dossiers de Protohistoire 1, Paris, p. 64‑89.

Debord J. 1993, « Les artisans gaulois de Villeneuve-Saint-Germain (Aisne) : structures, productions, occupation du sol », RAPic 3‑4, p. 71‑110.

Debord J. 1998, « Le mobilier en bronze du site gaulois de Villeneuve-Saint-Germain », RAPic 3‑4, p. 53‑91.

Debord J., Lambot B., Buchsenschutz O. 1988, « Les fossés couverts du site gaulois tardif de Villeneuve-Saint-Germain (Aisne) », in F. Audouze, O. Buchsenschutz (dir.), Architecture des âges des métaux : fouilles récentes, Archéologie aujourd’hui. Dossiers de Protohistoire 2, Paris, p. 121‑135.

Demierre M., Poux M. 2012, « Du cultuel au profane : essai d’analyse taphonomique et spatiale des petits mobiliers du sanctuaire de Corent et de ses abords », in O. De Cazanove, P. Méniel (dir.), Étudier les lieux de culte de Gaule romaine. Actes de la table ronde de Dijon, 18‑19 septembre 2009, Archéologie et histoire romaine 24, Montagnac, p. 209‑227.

Dondin-Payre M. 2012, « Forum et structures civiques dans les Gaules : les témoignages écrits », in A. Bouet (dir.), Le Forum en Gaule et dans les régions voisines, Mémoires 31, Bordeaux, p. 55‑63.

Estienne S., de Cazanove O. 2009, « Offrandes et amendes dans les sanctuaires du monde romain à l’époque républicaine », Archiv für Religionsgeschichte 11, p. 5‑36.

Fauduet I. 1994, « Le sanctuaire des Mersans à Argentomagus (Saint-Marcel, Indre-et-Loire) », in C. Goudineau, I. Fauduet, G. Coulon (dir.), Les sanctuaires de tradition indigène en Gaule romaine, Actes du colloque d’Argentomagus, Archéologie aujourd’hui, Paris, p. 176‑180.

Fichtl S. 2012, « Places publiques et lieux de rassemblement à la fin de l’âge du Fer dans le monde celtique », in A. Bouet (dir.), Le Forum en Gaule et dans les régions voisines, Mémoires 31, Bordeaux, p. 41‑53.

Flaig E. 1995, « Entscheidung und Konsens », in M. Jehne (éd.), Demokratie in Rom ? Die Rolle des Volkes in der Politik der römischen Republik, Historia. Einzelschriften 96, Stuttgart, p. 77‑127.

Flaig E. 2013, Die Mehrheitsentscheidung : Entstehung und kulturelle Dynamik, Padeborn.

Gruel K. 1995, « Les potins gaulois : que cachent-ils ? », in K. Gruel (dir.), Les potins gaulois : typologie, diffusion, chronologie. État de la question à partir de plusieurs contributions, Dossier Gallia 52, Paris, p. 137‑141.

Guichon R. 2006, « Les rondelles de céramique du sanctuaire de Corent (Puy-de-Dôme) », in SFECAG, Actes du congrès de Pézenas, Marseille, p. 517‑524.

Guichon R. 2015, « Les rondelles de céramique », in Poux, Demierre (dir.) 2015, p. 293‑303.

Guichon R., Gruel K. 2015, « Échanges, évergétisme et votes », in Poux, Demierre (dir.) 2015, p. 591‑609.

Guillot A. 1971, « L’énigme des jetons de céramique gaulois (fouilles du Petit-Chauvort) », Mémoires de la société d’histoire et d’archéologie de Châlon-sur-Saône 41, p. 155‑164.

Guldager Bilde P., Poulsen P. 2008, The temple of Castor and Pollux. II, 1, The finds, Occasional papers of the Nordic Institutes in Rome 3, Rome.

Hansen M.H. 1993, La démocratie athénienne à l’époque de Démosthène : structure, principes et idéologie, Histoire 25, Paris.

Hollard V. 2010, Le rituel du vote : les assemblées romaines du peuple, Histoire pour aujourd’hui, Paris.

Lewuillon S. 1999, « Le Pesant d’or : dépôts fastueux et trafics barbares », MSAC 15, p. 427‑446.

Marc J.-Y. 2011, « Un excès de romanisation ? L’identification dans les villes gauloises de monuments civiques romains », in M. Reddé, P. Barral et F. Favory (dir.), Aspects de la Romanisation dans l’est de la Gaule, Bibracte 21/1, Glux-en-Glenne, p. 309‑317.

Metzler J., Méniel P. et Gaeng C. 2006, « Oppida et espaces publics », in C. Haselgrove (dir.), Celtes et Gaulois. L’archéologie face à l’histoire. 4, Les mutations de la fin de l’âge du fer. Actes de la table ronde de Cambridge (7‑8 juillet 2005), Bibracte 12/4, Glux-en-Glenne, p. 201‑224.

Mouritsen H. 2001, Plebs and politics in the late Roman Republic, Cambridge.

Neer R.T. 2002, Style and politics in Athenian vase-painting. The craft of democracy, ca. 530‑460 B.C.E., Cambridge studies in classical art and iconography, Cambridge.

Nicolet C. 1976a, Le métier de citoyen dans la Rome républicaine, Bibliothèque des histoires, Paris.

Nicolet C. 1976b, « Tessères frumentaires et tessères de vote », in L’Italie préromaine et la Rome républicaine : mélanges offerts à Jacques Heurgon, CEFR 27, Rome.

Nielsen I., Poulsen B. 1992, The temple of Castor and Pollux, Lavori e studi di archeologia dalla soprintendenza di Roma 17, Rome.

Périchon R., Jacquet P. 1985, Les fouilles du site cultuel protohistorique du Terrail. Études sur le second âge du Fer dans la région d’Amplepuis, Collection du Centre d’études romaines et gallo-romaines, nouvelle série 3, Lyon.

Peyre C. 2000, « Documents sur l’organisation publique de l’espace dans la cité gauloise. Le site de Villeneuve-Saint-Germain et la bilingue de Verceil », in S. Verger (dir.), Rites et espaces en pays celte et méditerranéen. Étude comparée à partir du sanctuaire d’Acy-Romance (Ardence, France), CEFR 276, Rome, p. 155‑206.

Piette J. 1981, « Le fanum de la Villeneuve-au-Chatelot (Aube). État de la recherche en 1979 », in L’âge du Fer en France septentrionale, Mémoires de la Société archéologique champenoise 2 (supplément au bulletin n° 1), Reims, p. 367‑376.

Piette J. 1987, « Le site des Grèves à la Villeneuve-au-Châtelot (Aube), note sur quelques ensembles monétaires gaulois », in J.‑L. Brunaux, K. Gruel, Monnaies gauloises découvertes en fouille, Dossiers de Protohistoire 1, Paris, p. 211‑233.

Piette J., Depeyrot G. 2008, Les monnaies et les rouelles du sanctuaire de la Villeneuve-au-Châtelot (Aube) : 2e s. av. J.‑C. - 5e s. ap. J.‑C., Moneta 74, Wetteren.

Poux M. 2006, « Religion et société à la fin de l’âge du Fer : systèmes (en)clos et logiques rituelles », in C. Haselgrove (dir.), Celtes et Gaulois. L’archéologie face à l’histoire. 4, Les mutations de la fin de l’âge du Fer. Actes de la table ronde de Cambridge (7‑8 juillet 2005), Bibracte 12/4, Glux-en-Glenne, p. 181‑199.

Poux M. 2008, « Du Nord au Sud : définition et fonction de l’espace consacré en Gaule indépendante », in X. Dupre Raventos, S. Ribbichini, S. Verger (dir.), Saturnia Tellus : definizioni dello spazio consecrato in ambiente etrusco, italico, fenicio-punico, iberico e celtico, Monografie scientifiche, Rome, p. 171‑200.

Poux M. (dir.) 2012, Corent. Voyage au cœur d’une ville gauloise (2e éd.), Paris.

Poux M. 2015, « Le cadre architectural », in Poux, Demierre (dir.) 2015, p. 543‑565.

Poux M., Demierre M. (dir.) 2015, Le sanctuaire de Corent (Puy-de-Dôme, Auvergne). Vestiges et rituels, Gallia. Supplément 62, Paris.

Py M. 2009, Lattara (Lattes, Hérault). Comptoir gaulois méditerranéen, entre Étrusques, Grecs et Romains, Hauts lieux de l’histoire, Paris.

Rivallain J. 1986, Paléo-monnaies africaines, Collections monétaires 8, Paris.

Ruby P., Auxiette G. 2010, « 1977‑2007 : trente années de recherches sur les “fossés en croix” de l’oppidum de Villeneuve-Saint-Germain (Aisne) », RAPic 3‑4, p. 39‑94.

Slej K., Culhed M. 2008, The temple of Castor and Pollux. II, 2, The finds and trenches, Occasional papers of the Nordic Institutes in Rome 5, Rome.

Staveley E.S. 1972, Greek and roman voting and elections, Aspects of Greek and Roman life, Londres.

Taylor L.R. 1966, Roman voting assemblies from the Hannibalic War to the dictatorship of Caesar, Jerome lectures 8, Ann Arbor.

Ulrich R.B. 1994, The Roman orator and the sacred stage : the Roman templum rostratum, Latomus 222, Bruxelles.

Verger S. 2009, « Société, politique et religion en Gaule avant la Conquête. Éléments pour une étude anthropologique », Pallas 80, p. 61‑82.

Virlouvet C. 1995, Tessera frumentaria, les procédures de distribution du blé public à Rome à la fin de la République et au début de l’Empire, BEFAR 286, Rome.

Notes

1 Brunaux 2004, p. 140‑142.

2 Peyre 2000.

3 Metzler, Méniel et Gaeng 2006 ; Poux 2006.

4 Guichon 2006 ; Guichon et Gruel 2015.

5 Ruby et Auxiette 2010.

6 Dondin-Payre 2012.

7 Marc 2011.

8 Verger 2009.

9 Fichtl 2012 ; Poux 2006 et 2008.

10 Brunaux 2004.

11 Poux 2008, p. 200.

12 Brunaux et Méniel 1997.

13 Bataille 2008 ; Demierre et Poux 2012.

14 Bourgeois (dir.) 1999, p. 181.

15 Pièces moulées de faible valeur intrinsèque, constituées d’un alliage comportant au moins 25 % d’étain et dans la plupart des cas une proportion significative de plomb, dont l’usage sans doute variable se développe à la fin du second âge du Fer (Gruel 1995).

16 Bourgeois (dir.) 1999, p. 183.

17 Fauduet 1994, p. 180.

18 Arrien, Cynégétique XXXIV.

19 Estienne et de Cazanove 2009, p. 21. Voir éd. J.‑P. Waltzing (trad.), Tertullien, Apologétique 42, 8 : « […] les revenus des temples baissent chaque jour. Combien peu de gens jettent encore des pièces dans les temples ? ».

20 Dondin-Payre 2012, p. 62.

21 L’analogie propre au comparatisme ethnologique « renvoie à des relations concrètes de parenté, de croyances, de conflits ou d’échanges » et « il appartient donc au chercheur qui veut éprouver ses hypothèses archéologiques sur les dépôts protohistoriques de choisir des objets du même ordre en situation ethnologique, où leur rôle est a priori mieux connu, afin d’établir la comparaison entre leurs fonctions respectives » (Lewuillon 1999, p. 438).

22 Rivallain 1986.

23 Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines IV, 15.

24 Trad. F. Bellanger. Εἰς δὲ τὴν θυσίαν ταύτην καὶ τὴν σύνοδον ἅπαντας ἐκέλευσε τοὺς ὁμοπάγους κατὰ κεφαλὴν ὡρισμένον νόμισμά τι συνεισφέρειν, ἕτερον μέν τι τοὺς ἄνδρας, ἕτερον δέ τι τὰς γυναῖκας, ἄλλο δέ τι τοὺς ἀνήβους. Éξ οὗ συναριθμηθέντος ὑπὸ τῶν ἐφεστηκότων τοῖς ἱεροῖς φανερὸς ὁ τῶν ἀνθρώπων ἀριθμὸς ἐγίνετο κατὰ γένη τε καὶ καθ’ ἡλικίας.

25 Debord 1998, p. 82‑85.

26 Debord 1993, p. 91.

27 Dondin-Payre 2012, p. 62.

28 Peyre 2000, p. 173‑175.

29 Littéralement « suffrage public ».

30 Peyre 2000, p. 175‑180.

31 Peyre 2000, p. 174.

32 Ruby et Auxiette 2010, p. 59‑66.

33 Ruby et Auxiette 2010, p. 63.

34 Ruby et Auxiette 2010, p. 63‑64.

35 Ruby et Auxiette 2010, p. 84.

36 Peyre 2000, p. 174.

37 « Ce constat n’est pas en contradiction avec l’hypothèse d’objets symboliques conservés dans quelque contenant en un lieu lui aussi symbolique du site, pourquoi pas des jetons de vote conservés dans une urne » (Ruby et Auxiette 2010, p. 64).

38 Arcelin et Brunaux 2003, p. 71‑73.

39 Bataille 2008, p. 121.

40 Piette 1981, p. 272.

41 Piette 1987, p. 221 ; Piette et Depeyrot 2008, p. 8.

42 Brun et Michel 2000, p. 260‑262 ; Arcelin et Gruat 2003, p. 178‑179.

43 Brun et Michel 2000, p. 260‑262 ; Arcelin et Gruat 2003, p. 179.

44 Py 2009, p. 333‑338.

45 Guillot 1971 ; Guichon 2006 et 2015.

46 Guichon 2006, p. 518.

47 Bonaventure 2011, p. 250.

48 Guillot 1971, p. 157.

49 Brunaux et Méniel 1997.

50 Collart 1987.

51 Périchon et Jacquet 1985.

52 Carrara et al. 2010.

53 Carrara et al. 2010, p. 20.

54 Bonaventure 2011, p. 249.

55 Bonaventure 2011, p. 250.

56 Guichon 2006 et 2015.

57 Guichon 2006, p. 521.

58 Poux 2015, p. 558‑562.

59 Dérivé de psèphos/ψῆφος, caillou poli ou galet qui prend tour à tour le sens de jeton de jeu, de divination, de calcul ou de vote.

60 Neer 2002, p. 142.

61 Boegehold 1995, p. 28.

62 Burr 1933.

63 « The objects in this filling may well have come from the sanctuary just above, on the slope of the Areiopagos. They may indeed be thank-offerings dedicated by those acquitted by the court of the Areiopagos of homicide or murder » (Burr 1933, p. 640). À ce propos, Boegehold (1995, p. 46) rappelle que les jetons des aréopagites d’époque classique étaient probablement déposés avant le vote sur un autel consacré.

64 Arcelin et Gruat 2003, p. 197‑199.

65 Charmasson 1986.

66 Si l’allusion au soleil est concevable pour les 841 pièces circulaires, elle l’est beaucoup moins pour les exemplaires lyriformes (681), quadrangulaires (114) ou triangulaires (247).

67 Peyre 2000, p. 175 ; Hansen 1993, p. 222‑223.

68 Nicolet 1976a, p. 341‑349.

69 Flaig 1995, p. 77‑91 ; Flaig 2013, p. 366‑368.

70 Strabon, Géographie XII, 5, 1 (trad. A. Tardieu) : Ἡ δὲ τῶν δώδεκα τετραρχῶν βουλὴ ἄνδρες ἦσαν τριακόσιοι, συνήγοντο δὲ εἰς τὸν καλούμενον Δρυνέμετον ; « De plus, les douze tétrarques eurent pour les assister un conseil ou sénat de trois cents membres, se réunissant en un lieu appelé le Drynémétum. »

71 César, Guerre des Gaules VII, 33 (trad. L.‑A. Constans) : Cotum imperium deponere coegit, Conuictolitauem, qui per sacerdotes more ciuitatis intermissis magistratibus esset creatus, potestatem obtinere iussit ; « Il obligea Cotos à déposer le pouvoir, et invita Convictolitavis, qui avait été nommé, conformément aux usages, sous la présidence des prêtres et alors que la magistrature était vacante, à prendre le pouvoir. »

72 Florus, Œuvres I, 11 : Ille festis diebus et conciliabulis, quum frequentissimos in lucis haberet, ferocibus dictis ad ius pristinum libertatis erexit ; « Les trouvant, aux jours de fêtes et dans les lieux de réunion, rassemblés en foule dans les bois sacrés, il les excita, en leur tenant de fiers discours, à revendiquer le droit qu’ils avaient à recouvrer leur liberté d’autrefois » (trad. P. Jal).

73 Peyre 2000 ; Metzler, Méniel et Gaeng 2006.

74 Nicolet 1976a, p. 308‑309.

75 Coarelli 1985, p. 159, 164. L’espace libre devant le temple est estimé à 80 x 60 m, soit une capacité d’accueil de 15 000 à 20 000 personnes (Mouritsen 2001, p. 21).

76 Nielsen, Poulsen 1992, p. 55‑57 ; Ulrich 1994, p. 98‑107.

77 Plutarque, Caton le Jeune 27‑28.

78 Taylor 1966, p. 28, 41 ; Nielsen, Poulsen 1992, p. 113 ; Ulrich 1994, p. 91 ; Cerutti 1998, p. 301 ; Mouritsen 2001, p. 21‑22.

79 Taylor 1966, p. 41 ; Mouritsen 2001, p. 22.

80 Slej et Culhed 2008, vol. 2, p. 320.

81 Staveley 1972, p. 160 ; Hollard 2010, p. 36.

82 Varron, L’Économie rurale III, 5, 18 ; Nicolet 1976b, p. 709. Interprétation contestée par C. Virlouvet (1995, p. 350), notant qu’il s’agit de la seule association de tessères aux pratiques de vote et plaidant pour un pastiche humoristique des distributions frumentaires.

83 Guichon, Gruel 2015, p. 608.

84 La quasi-totalité de ces jetons sont issus de fragments d’amphores africaines datées de la fin de la République ou du début de l’Empire et sont donc théoriquement contemporains du fonctionnement supposé du temple comme espace comitial. Du point de vue stratigraphique, un individu provient d’une couche en place d’époque républicaine, trois autres de niveaux d’époque flavienne et trajane reliés au fonctionnement d’une échoppe de barbier et le reste de couches superficielles largement remaniées, susceptibles d’intégrer des éléments de remblais plus anciens. L’interprétation privilégiée par les fouilleurs est celle de pions de jeux (Guldager Bilde, Poulsen 2008, p. 320).

85 Guichon, Gruel 2015, p. 591.

86 Metzler, Méniel et Gaeng 2006.

87 Coarelli 1997, p. 161‑162.

88 Poux (dir.) 2012, p. 177‑192.

89 Ulrich 1994, p. 72, 112.

90 Tite-Live, Abrégé LXI.

91 L’aedes Castoris est en fait l’archétype du temple romain à tribune frontale, dont la fonction politique supposée a fait l’objet d’un ouvrage spécifique (Ulrich 1994).

92 Poux 2008, p. 198 : « … cette précaution permettait d’exercer un contrôle sur les populations soumises tout en ménageant la possibilité de rétablir le prince légitime dans les fonctions paternelles, inféodées à un Sénat local d’obédience romaine. »

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Villeneuve-Saint-Germain (Aisne) : répartition et typologie des rouelles métalliques (Peyre 2000, fig. 9 et 16).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6507/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 462k
Titre Fig. 2 – Rouelle de vote du tribunal des Héliastes d’Athènes et inscription de San Bernardino di Briona (Boegehold 1995, pl. 16 ; Peyre 2000, fig. 18).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6507/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 447k
Titre Fig. 3 – La Villeneuve-au-Châtelot (Aube) : plan du site, répartition et typologie des rouelles métalliques (Brunaux, Malagoli 2003, fig. 44 ; Piette et Depeyrot 2008, p. 7 ; Piette 1981, fig. 3).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6507/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Fig. 4 – Sanctuaire des Cannebières, Correns (Var) : jetons en plomb (Brun, Michel 2000, fig. 4).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6507/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 771k
Titre Fig. 5 – Sanctuaire de Corent (Puy-de-Dôme) : rondelles de céramique (cliché R. Guichon).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6507/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 691k
Titre Fig. 6 – Lyon, rue du Mont d’Or (Rhône) : plan des vestiges (Carrara et al. 2010, fig. 2).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6507/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Titre Fig. 7 – Oppidum de Nasium/Boviolles (Meuse) : rondelles de céramique, fosse 1025 (Bonaventure 2011, fig. 146).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6507/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Fig. 8 – Scène de vote sur céramique attique à figure rouge (coupe de Vienne 3695, Douris [peintre], 490‑480 av. J.‑C.) et rondelles de céramique découvertes sur l’Agora d’Athènes (Burr 1933, fig. 71).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6507/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 530k
Titre Fig. 9 – Oppidum Saint-Vincent, Gaujac (Gard) : plan des aires de cuisson et mobilier issu des couches cendreuses (Charmasson 1986, fig. 2 et 19).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6507/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 10 – Rome : forum tardo-républicain et restitution des opérations de vote devant le temple des Dioscures (d’après Mouritsen 2001, p. 22 ; plans : Ulrich 1994, fig. 13 et 15 ; DAO R. Guichon). Corent : plan général des vestiges et répartition des monnaies et des jetons en céramique dans le sanctuaire (Poux 2012, p. 36 ; Poux, Demierre 2015, fig. 364).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6507/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 636k

Auteur

Archeodunum, ArAr (UMR 5138), MOM, Lyon