Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voter en Grèce, à Rome et en Gaule

 | 
Aldo Borlenghi
, 
Clément Chillet
, 
Virginie Hollard
, 
et al.

Troisième partie. Le monde gaulois

L’espace public de l’oppidum du Titelberg (L)

Catherine Gaeng, Patrice Méniel et Jeannot Metzler

Texte intégral

1Le Titelberg est un éperon rocheux de cinquante hectares qui domine la vallée de la Chiers de 130 m environ (fig. 1). Situé sur la ligne de partage des eaux qui prolonge les vallées du Rhône et de la Saône sur un axe nord-sud, il ouvre sur le bassin parisien à l’ouest grâce à la trouée de Rodange, et sur la vallée du Rhin à l’est. Son substrat géologique est celui de la cuesta du Dogger, des formations ferrifères oolithiques (la Minette) surmontées de strates de marnes et de calcaires. Il fait l’objet de fouilles depuis 1959 (fig. 2).

Fig. 1 – Le Titelberg vu depuis le nord-ouest.

Fig. 1 – Le Titelberg vu depuis le nord-ouest.

Fig. 2 – Titelberg, plan des zones fouillées ou sondées dans l’espace public (1.1 à 1.4 fossé de délimitation, 1.5 aménagements, 1.6 et 1.7 sondages), dans l’habitat (2.1 à 2.4) et dans le secteur commercial romain (3.1 et 3.2 fossé de délimitation, 3.3 aménagements).

Fig. 2 – Titelberg, plan des zones fouillées ou sondées dans l’espace public (1.1 à 1.4 fossé de délimitation, 1.5 aménagements, 1.6 et 1.7 sondages), dans l’habitat (2.1 à 2.4) et dans le secteur commercial romain (3.1 et 3.2 fossé de délimitation, 3.3 aménagements).

 

2Cinq remparts de barrage se sont succédé sur l’isthme large de deux cents mètres qui relie le Titelberg au plateau de Differdange. Les deux premiers – une fortification à poutrage interne et une simple palissade – ne sont pas datés, mais pourraient remonter à La Tène ancienne. En effet, un hiatus – à La Tène moyenne probablement – les sépare des trois phases de La Tène finale – dont le murus gallicus de la phase 4 et le grand rempart à compartimentation interne de la phase 5 se prolongent en rempart de contour (fig. 3). Néanmoins, si l’abondant mobilier mis au jour lors des fouilles dans l’oppidum recèle l’un ou l’autre objet datant de La Tène ancienne, voire de la fin de Hallstatt, aucune structure archéologique n’est antérieure à la fin de l’âge du Fer.

Fig. 3 – Titelberg, levé géomagnétique superposé au levé LIDAR.

Fig. 3 – Titelberg, levé géomagnétique superposé au levé LIDAR.

1 : rempart de barrage ; 2 : rempart de contour ; 3 : fissures ; 4 : fossé de partition de l’oppidum ; 5 : fanum ; 6 : fossé de délimitation de l’espace commercial romain ; 7 : aménagements de l’espace commercial romain.

Le fossé de partition de l’oppidum

3Des photographies aériennes prises lors de la grande sécheresse de 1976 ont révélé que le plateau du Titelberg était traversé du nord-est au sud-ouest par un énorme fossé qui apparaît plus distinctement encore sur les levés géomagnétiques effectués en 1994 (fig. 3). Rectiligne sur sa plus grande longueur avant de se couder de manière parfaitement symétrique à chacune de ses extrémités, il présente une interruption à la hauteur du coude méridional. Mais il est incomplet sur l’un et l’autre document, puisque le couvert végétal qui entoure le plateau interdit photos aériennes et prospections géophysiques à cet endroit. Il a fait l’objet d’une fouille archéologique de 1986 à 1989 sur le coude septentrional (fig. 2 et 4) et de 1997 à 2001 au croisement avec le chemin gaulois qui traversait l’oppidum du nord-ouest au sud-est (fig. 2, 5 et 7) ; en 2011‑2012 des coupes ont été pratiquées à intervalles réguliers sur les tronçons nord et sud en mettant à profit les failles dues à l’effondrement des galeries minières d’époque moderne pour reconnaître son tracé complet (fig. 2, 4 et 6) ; de 2012 à 2014 enfin, c’est l’emplacement de la solution de continuité méridionale qui a été fouillé (fig. 2 et 6).

Fig. 4 – Titelberg, plan simplifié de la fouille et des coupes pratiquées sur le segment septentrional du fossé de partition.

Fig. 4 – Titelberg, plan simplifié de la fouille et des coupes pratiquées sur le segment septentrional du fossé de partition.

Fig. 5 – Titelberg, plan simplifié de la fouille pratiquée sur le croisement du fossé de partition avec la rue de l’oppidum.

Fig. 5 – Titelberg, plan simplifié de la fouille pratiquée sur le croisement du fossé de partition avec la rue de l’oppidum.

 

4Taillé dans le calcaire dit de Haut-Pont dont la structure a dicté son profil – la partie supérieure creusée dans un banc friable est évasée, alors que la partie inférieure creusée dans un banc plus dur est en gradins – il est large de 4 à 5 m pour une profondeur de 2 à 2,50 m et une longueur de 530 m (fig. 7). Une partie des matériaux extraits lors du creusement formait le blocage d’un mur à parements en briques crues reposant sur une assise en plaques de calcaire dur. Celle-ci subsistait parallèlement au tronçon septentrional du fossé, sur une longueur d’environ 1,50 m et une vingtaine de centimètres de hauteur (fig. 4). Les briques quant à elle, de 42 cm de long pour 13 cm de haut, sont apparues au nombre d’une dizaine dans une des coupes du fossé au croisement avec la rue gauloise (fig. 5, coupe G-H ; fig. 7). Cette dernière était coupée par le fossé qu’il fallait franchir à l’aide d’une passerelle en bois dont témoignent des entailles destinées à recevoir des poutres transversales. D’autres structures en creux – tranchées de sablières basses et trous de poteaux – à la hauteur présumée du mur à parements en briques crues plaident pour l’existence d’une porte (fig. 5 et 7). Il existait une seconde ouverture plus au sud, là où le fossé présente une solution de continuité de près de 10 m de large ; elle aussi pouvait être fermée par une porte comme l’indique un ensemble de gros trous de poteaux en retrait. L’usure du cailloutis à la hauteur de ce point de passage atteste de son usage intensif. Entre les têtes du fossé et devant la tête de fossé sud, sous le cailloutis, ont été mises au jour des tranchées rythmées par des trous de poteaux, destinées à l’implantation de palissades (fig. 6). Il est fort possible qu’il s’agisse d’une délimitation plus modeste et plus ancienne que le fossé. En effet, les sondages pratiqués sur les extrémités nord et sud de ce dernier ont permis de constater qu’il perd brutalement en largeur et en hauteur et devient une étroite tranchée de palissade contenant des plaques de calcaires placées de chant (fig. 4 et 6). On peut donc supputer une délimitation primitive consistant en une simple palissade en bois, qui aurait été monumentalisée ultérieurement sur la plus grande partie de son tracé sous la forme d’un énorme fossé doublé d’une levée de terre retenue par un mur à parements en briques crues.

Fig. 6 – Titelberg, plan simplifié de la fouille et des coupes pratiquées sur le segment méridional du fossé de partition.

Fig. 6 – Titelberg, plan simplifié de la fouille et des coupes pratiquées sur le segment méridional du fossé de partition.

Fig. 7 – Titelberg, vue en plongée du fossé de partition en cours de fouille.

Fig. 7 – Titelberg, vue en plongée du fossé de partition en cours de fouille.

Au premier plan la rue du vicus (le trottoir se voit dans la berme), au milieu à gauche les traces en creux de la passerelle, à droite dans la coupe en haut de l’image, l’empilement de briques en terre crue.

 

5Le remblai du fossé est composé de trois grands ensembles. Son curage régulier pendant qu’il était en utilisation explique que ne subsiste qu’une très mince strate de cette époque, presque stérile si l’on excepte quelques tessons gaulois provenant de céramiques micacées de fabrication locale et les squelettes, en connexion mais incomplets – dépôts volontaires ? – de deux chevaux dans le segment septentrional, et d’un autre dans le segment méridional. La majeure partie du remblai, empilement de couches de caillasse de calcaire et d’argile dont le pendage montre qu’elles avaient été versées d’un coup à partir du bord oriental, est constituée par le matériau extrait du fossé lors de son creusement ; seuls manquent les gros blocs de la couche inférieure de calcaire dur, probablement intégrés dans le mur de front du murus gallicus. Le mobilier est peu abondant, mais la plupart des monnaies, des fibules et des militaria romains appartenant au troisième quart du ier s. avant J.‑C., il permet de dater le remblaiement délibéré du fossé au plus tard vers 20‑15 avant notre ère. La troisième partie du comblement quant à elle, très organique et riche, résulte d’une accumulation progressive, la dépression subsistant après le remblaiement ayant fait office de dépotoir jusqu’à la fin du règne de Tibère comme en témoignent les monnaies les plus récentes, des As d’Auguste pour Tibère et de Tibère pour Agrippa datés de 12 à 14 ap. J.‑C. et de 23 à 32 ap. J.‑C. Outre ces dernières et toutes sortes d’objets dont de nombreuses fibules, cette couche contient des milliers de tessons et d’ossements (fig. 8). Ceux-ci, des rejets de boucherie provenant majoritairement du bœuf, sont moins abondants dans le segment méridional.

Fig. 8 – Titelberg, accumulation de tessons et d’os dans la couche supérieure du remblai du fossé de partition.

Fig. 8 – Titelberg, accumulation de tessons et d’os dans la couche supérieure du remblai du fossé de partition.

 

6Le fossé, creusé en même temps qu’était construit le murus gallicus dont il a probablement fourni les pierres de parement, date donc de la fondation de l’oppidum à une phase avancée de La Tène D1 – mais nous avons vu qu’il n’est pas exclu que la partition du plateau soit un peu plus ancienne. Il délimitait un espace de 10 ha qui n’était pas destiné à l’habitat, lequel s’est développé à partir de la fin du iie ou du début du ier s. avant J.-C dans le secteur occidental (fig. 2).

Les aménagements publics

7Les sondages pratiqués dans la partie septentrionale de l’espace délimité par le fossé de partition (fig. 2), ont montré que les maisons qui apparaissent sur les levés géomagnétiques appartiennent exclusivement au vicus qui a succédé à l’oppidum à partir de l’extrême fin du ier s. et qu’il n’y avait pas trace d’un habitat gaulois sous-jacent. Il n’en va pas de même pour le grand fanum et ses abords dans la partie méridionale (fig. 3), dont la fouille de 1995 à 2002 (fig. 2) a permis de mettre au jour six phases d’aménagement s’étalant du ier s. avant notre ère au iiie s. ap. J.‑C.

Phase 1, les couloirs palissadés (fig. 9)

8Outre des trous de poteaux et quelques fosses, les structures primitives consistent en étroites tranchées conservées par intermittence sur près de 55 m de longueur ; la largeur et la profondeur de ces tronçons sont fonction de leur état de conservation et un seul était encore bordé par des plaques en calcaire jaune de Haut-Pont placées de chant qui ont probablement servi de pierres de calage (fig. 10). Il s’agit à l’évidence de restes de tranchées de fondations pour l’implantation de palissades. Celles-ci délimitaient cinq couloirs de largeur variable, orientés sud-sud-ouest - nord-nord-est quasi à angle droit avec la voie principale qui relie les deux portes de l’oppidum. Les couloirs 1 et 2 parfaitement parallèles, divergent légèrement des couloirs 4 et 5 également parallèles, engendrant un couloir central trapézoïdal cloisonné à son extrémité nord. Les couloirs aboutissaient à un bâtiment de 18 m de long – fouillé en partie seulement parce qu’il se trouve sous le chemin goudronné qui traverse le site – précédé d’une deuxième construction plus petite, probablement une plate-forme qui lui était accolée (fig. 11). Creusés dans le sol en place et ne coupant pas d’aménagements antérieurs, les couloirs palissadés sont le premier aménagement du secteur ; le mobilier le plus ancien – des fibules de type La Tène II ou des fibules de Nauheim que l’on trouve aussi dans les contextes les plus anciens du fossé de partition – appartient vraisemblablement à leur phase d’utilisation que l’on peut donc dater de la première moitié du ier s. avant J.‑C. Un puits profond de 27 m – découverte unique sur le site à ce jour – appartient peut-être à cette phase, l’analyse dendrochronologique de deux planches trouvées au fond et qui devaient appartenir à sa superstructure ayant donné une date d’abattage probable entre 115 et 95 avant notre ère. Comme le fossé de partition après sa fermeture, les unités stratigraphiques de cette première phase d’aménagement renfermaient quantité d’ossements animaux, et là aussi il s’agit pour la plupart, des vestiges d’une activité de boucherie quasi industrielle ; celle-ci s’est donc exercée dès la fondation de l’oppidum.

Fig. 9 – Titelberg, plan simplifié de la phase 1 (première moitié du ier s. av. J.‑C.), des aménagements de l’espace public.

Fig. 9 – Titelberg, plan simplifié de la phase 1 (première moitié du ier s. av. J.‑C.), des aménagements de l’espace public.

En gris clair : les structures postérieures ; en hachuré : les failles.

Fig. 10 – Titelberg, tronçon de tranchée de fondation de palissade gauloise avec ses pierres de calage (phase 1 des aménagements publics).

Fig. 10 – Titelberg, tronçon de tranchée de fondation de palissade gauloise avec ses pierres de calage (phase 1 des aménagements publics).

Fig. 11 – Titelberg, traces en creux du bâtiment 2 accolé au bâtiment 1, vues depuis le nord (phase 1 des aménagements publics ; la fondation au premier plan appartient à la phase 4).

Fig. 11 – Titelberg, traces en creux du bâtiment 2 accolé au bâtiment 1, vues depuis le nord (phase 1 des aménagements publics ; la fondation au premier plan appartient à la phase 4).

Phase 2, la halle ouverte (fig. 12)

9La deuxième phase est essentiellement constituée d’un enchevêtrement de foyers, de fosses et de trous de poteaux dont émergent quelques alignements et surtout le plan d’un vaste bâtiment à trois nefs de 15 m sur 14. Les huit trous de poteaux de la nef centrale large de 7,50 m, ont plus de 2 m de diamètre pour une profondeur moyenne de 1 m ; certains, qui contenaient encore les pierres de calage des poteaux, ont permis de constater que ceux-ci étaient équarris et avaient des côtés avoisinant 0,80 m de large (fig. 13). Les poteaux des collatéraux larges de 3 m, étaient beaucoup moins imposants, comme en témoignent leurs trous d’un diamètre moyen de 0,80 m pour une profondeur de 0,30 à 0,40 m ; les quelques pierres de calage conservées ne permettent pas de savoir si les poteaux étaient de section quadrangulaire ou circulaire. L’absence de traces de fondations de murs ou de cloisons dans l’épaisse couche d’occupation conservée, le gabarit des poteaux de la nef centrale et l’orientation de la faîtière, sont l’indication d’un bâtiment ouvert sur les quatre côtés, d’une hauteur considérable, dont les pignons devaient être visibles depuis les deux portes du rempart dans l’axe desquelles il se situe ; ce qui, ajouté à son implantation sur le point culminant de l’oppidum, atteste de son importance et de sa nature publique. Entre cet édifice qui présentait un de ses longs côtés à la rue principale et cette dernière, s’étale un parvis trapézoïdal d’environ 50 m de long au milieu duquel se trouve la dernière assise d’une fondation en pierre d’environ 1,20 sur 1,00 m, partiellement brûlée et entourée de cinq foyers ; sa situation sur le parvis et la présence de feux répétés dessus et alentour suggèrent qu’il s’agit des restes d’un autel (fig. 14). Au nord-ouest le parvis était bordé par un bâtiment longitudinal qui réutilise une partie des tranchées de fondation des palissades du couloir 1 de la première phase, au sud-est par une rangée d’au moins huit poteaux dont subsistent les trous de plus ou moins 1 m de diamètre ou de côté et 0,60 m de profondeur ; ils n’ont pas de pendant ou alors beaucoup plus petits et moins profonds. Un alignement similaire quoique plus irrégulier, se trouve devant le pignon oriental de la halle ; au-delà sont regroupées six grandes plaques d’argile rubéfiée que leur forme relativement circulaire permet d’attribuer à des fours, peut-être de très grands fours à pain. Le mobilier – dont des ossements animaux particulièrement abondants dans les fosses les plus importantes – témoigne d’une utilisation de ces aménagements de La Tène D2a à la première phase gallo-romaine de la région, dite GR1.

Fig. 12 – Titelberg, plan simplifié de la phase 2 (deuxième - troisième quarts du ier s. av. J.‑C.), des aménagements de l’espace public.

Fig. 12 – Titelberg, plan simplifié de la phase 2 (deuxième - troisième quarts du ier s. av. J.‑C.), des aménagements de l’espace public.

En gris clair : les structures postérieures ; en hachuré : les failles.

Fig. 13 – Titelberg, un trou de poteau de la halle gauloise avec ses pierres de calage (phase 2 des aménagements publics).

Fig. 13 – Titelberg, un trou de poteau de la halle gauloise avec ses pierres de calage (phase 2 des aménagements publics).

Fig. 14 – Titelberg, fondation en pierre (autel ?), sur le parvis de la halle gauloise (phase 2 des aménagements publics).

Fig. 14 – Titelberg, fondation en pierre (autel ?), sur le parvis de la halle gauloise (phase 2 des aménagements publics).

Phase 3, la cour à portiques et l’atelier de bronzier (fig. 15)

10Le démantèlement de la halle et des aménagements annexes a eu lieu aux environs de la deuxième décennie avant J.‑C., soit en même temps que le remblaiement du fossé de délimitation de l’espace public gaulois, ce qui révèle une volonté de supprimer ce dernier. Néanmoins, une cour entourée de grandes et profondes fosses abritées par des portiques, a pris la place de la halle. Criblée de petits trous de poteau et parsemée de foyers, la cour a été agrandie et empierrée au cours du règne d’Auguste (phase 3b) – comme en atteste notamment un aureus frappé entre 2 av. et 14 ap. J.‑C., déposé dans un trou de poteau ; des foyers ont continué à y brûler aux mêmes emplacements que les précédents (fig. 16). La taille et la profondeur (jusqu’à 2,50 m) des fosses les apparentent à des caves, aux parois probablement revêtues de bois et dans lesquelles on descendait à l’aide d’une petite échelle (fig. 17). Vraisemblablement fermées par une trappe, elles devaient néanmoins être abritées – et c’est là pure conjecture vu la fragilité des éléments dont nous disposons – de portiques fermés vers l’extérieur, dont le seul indice est une fondation en calcaire blanc de près de 0,80 m de large (fig. 16). Un atelier de bronzier, spécialisé dans la chaudronnerie si l’on en croit les battitures et les rivets roulés qui le jonchaient, a été implanté sur l’extrémité nord du parvis, le long de la voie principale de l’oppidum, exactement là où se dressait le bâtiment à plateforme de la phase 1. Son architecture modeste, en partie sur poteaux, en partie sur sablières basses, contraste avec celle d’une cave contiguë, aux parois en blocs de calcaire blanc d’Audun-le-Tiche soigneusement sciés, creusée après un remaniement de l’atelier (phase 3b). Comme ceux de la phase 2, les aménagements de la phase 3 ont fait l’objet d’une destruction intentionnelle et simultanée : l’atelier et les portiques ont été mis à bas, la cave, les fosses et le puits comblés. Le très riche mobilier des remblais de ces derniers, notamment les fibules, les monnaies et les tessons de sigillée des formes conspectus 22, 31, 33 et 19, permet de dater cet événement dans la troisième décennie ap. J.‑C. L’abondance des ossements animaux dans l’épaisse couche d’occupation entre l’atelier de bronzier et la cour à portiques témoigne d’une continuation de l’activité bouchère jusqu’à ce moment-là. Ensuite, les lieux sont restés à l’abandon jusqu’à l’aménagement de la phase 4 pour laquelle le mobilier égaré le plus tardif qu’elle scelle, notamment des As de Néron, donne un terminus post quem à l’époque de Vespasien.

Fig. 15 – Titelberg, plan simplifié de la phase 3a (dernier quart du ier s. av., premier quart du ier s. ap. J.‑C.), des aménagements de l’espace public.

Fig. 15 – Titelberg, plan simplifié de la phase 3a (dernier quart du ier s. av., premier quart du ier s. ap. J.‑C.), des aménagements de l’espace public.

En gris clair : les structures postérieures ; en hachuré : les failles.

Fig. 16 – Titelberg, quart occidental de l’empierrement constellé de foyers de la cour à portiques augustéenne vue depuis le sud ; au premier plan, devant la bordure de l’empierrement, la fondation en pierre d’une sablière basse (phase 3b des aménagements publics).

Fig. 16 – Titelberg, quart occidental de l’empierrement constellé de foyers de la cour à portiques augustéenne vue depuis le sud ; au premier plan, devant la bordure de l’empierrement, la fondation en pierre d’une sablière basse (phase 3b des aménagements publics).

Fig. 17 – Titelberg, deux des grandes fosses qui entourent la cour à portiques augustéenne (phase 3 des aménagements publics).

Fig. 17 – Titelberg, deux des grandes fosses qui entourent la cour à portiques augustéenne (phase 3 des aménagements publics).

Phase 4, le monument à piliers et colonnes (fig. 18)

11L’emplacement de la halle celtique et de la cour à portiques de l’époque augustéenne a été nivelé à l’époque flavienne pour permettre la construction d’un monument en calcaire coquillier blanc. C’était une construction ouverte composée de gros piliers carrés aux angles, entre lesquels s’interposaient des colonnes, deux sur les côtés nord-est et sud-ouest, une sur les côtés nord-ouest et sud-est. Les fondations d’angle de 2 m sur 2 sont plus ou moins conservées, les autres ne subsistent que sous la forme d’une assise, voire d’une simple trace. Un des socles sur lesquels reposaient les colonnes, un grand bloc de 1,05 m de côté et 0,60 m de haut, est conservé (fig. 19) et un beau hasard nous a permis d’identifier un des chapiteaux qui les surmontaient. En effet, alors que la fouille était en cours, un promeneur nous a apporté une volute d’angle ou pseudo-volute qu’il avait trouvée à cet emplacement des années auparavant ; or celle-ci recolle parfaitement sur un grand chapiteau de provenance inconnue jusqu’alors, exposé depuis des décennies dans le parc de la localité de Pétange située à 5 km du Titelberg ; de plus, deux autres fragments découverts en fouille prouvent la présence sur le site, d’au moins un deuxième chapiteau de ce type que l’on peut dater de la fin du ier s. Douze dalles ou fragments de dalles de calcaire sciées de 3 à 6,5 cm d’épaisseur, témoignent d’une couverture de la toiture en pierre. Un parvis, trapézoïdal comme à l’époque de la halle gauloise, bordé de blocs de calcaire blanc et grossièrement pavé de pierres du même matériau, émoussées par une longue utilisation, s’étend entre le monument et la rue principale gallo-romaine – décalée de 4 m vers le sud par rapport à la rue gauloise, elle est bien visible sur le levé géomagnétique (fig. 3) – au bord de laquelle se trouve une fondation de 3,10 m sur 2,60 m en blocs non équarris, entourée d’une tranchée de récupération attestant d’un mur de 5 m sur 3. De part et d’autre du parvis se dressaient des bâtiments typiques des agglomérations gallo-romaines secondaires de la région : maisons mitoyennes longues et étroites, à pignon sur rue, dotées d’une ou deux caves le plus souvent, et à l’arrière desquelles se trouvait une cour généralement pourvue d’une citerne. S’ils n’avaient pas de lien fonctionnel avec le monument et son parvis – le mobilier archéologique ne livre aucun indice à ce sujet – cela signifie que l’espace public de l’époque gauloise et du début de l’époque romaine était bel et bien désaffecté et que le vicus avait commencé à empiéter sur ce dernier, ce qui était d’autant plus facile que le fossé de partition était alors parfaitement comblé.

Fig. 18 – Titelberg, plan simplifié de la phase 4 (fin du ier s., iie s. ap. J.‑C.), des aménagements de l’espace public.

Fig. 18 – Titelberg, plan simplifié de la phase 4 (fin du ier s., iie s. ap. J.‑C.), des aménagements de l’espace public.

En gris clair : les structures postérieures ; en hachuré : les failles.

Fig. 19 – Titelberg, fondations du monument à piliers et colonnes, vues depuis le nord ; au premier plan le socle d’une des colonnes (phase 4 des aménagements publics).

Fig. 19 – Titelberg, fondations du monument à piliers et colonnes, vues depuis le nord ; au premier plan le socle d’une des colonnes (phase 4 des aménagements publics).

Phase 5, le fanum (fig. 20)

12Dans le courant de la deuxième moitié du iie s., un fanum a vu le jour, toujours à l’emplacement où se dressait la halle gauloise plus de deux siècles auparavant. Exception faite de quelques restes, de la galerie surtout, les tranchées de fondations spoliées au Bas-Empire sont vides (fig. 21). Mais malgré leur pauvreté, les divers vestiges permettent d’affirmer que la cella est le fruit d’une transformation du monument de la phase 4 : une fois ses entrecolonnements murés, il aurait été rehaussé afin de permettre la création de baies et l’adjonction de la galerie ; celle-ci, probablement ajourée comme le suggèrent les fragments d’un ordre toscan subordonné, reprenait le tracé du mur de clôture présumé du monument. Sur le parvis, deux fondations sont venues s’ajouter à celle, située au bord de la rue, de la phase précédente ; elles supportaient vraisemblablement de petits monuments dont pourraient provenir une partie des nombreux débris de sculptures mis au jour. Des bâtiments longs et étroits qui reprennent le tracé, voire les murs de la phase 4, s’étiraient entre la rue et le fanum qu’ils masquaient en partie ; ils ont fait l’objet de multiples transformations bien lisibles à partir des différentes caves.

Fig. 20 – Titelberg, plan simplifié de la phase 5 (iie-iiie s. ap. J.‑C.), des aménagements de l’espace public.

Fig. 20 – Titelberg, plan simplifié de la phase 5 (iie-iiie s. ap. J.‑C.), des aménagements de l’espace public.

En gris clair : les structures postérieures ; en hachuré : les failles.

Fig. 21 – Titelberg, les tranchées de fondations du fanum sur le levé géomagnétique et en cours de fouille (phase 5 des aménagements publics).

Fig. 21 – Titelberg, les tranchées de fondations du fanum sur le levé géomagnétique et en cours de fouille (phase 5 des aménagements publics).

Phase 6, le burgus (fig. 22)

13Le fanum et ses environs ont succombé aux invasions du iiie s. et ont été abandonnés au ive s. Les indices archéologiques – des trous de poteau autour de la cella, un trésor monétaire de 615 antoniniens enfoui dans la cella vers 275 (fig. 23), deux fossés concentriques larges de 1,50 à 2 m et profonds de 0,70 m, des centaines de débris de sculptures (fig. 24) notamment dans plusieurs caves et fossés de fondations, la répartition des monnaies des iiie-ive s. – permettent de proposer le scénario suivant : gravement endommagé par les incursions des Alamans en 254, le fanum a vu sa galerie d’origine remplacée par une galerie en bois, le mauvais état du sol de la cella ayant quant à lui, permis l’enfouissement d’un trésor monétaire à l’approche des invasions des années 275‑276 ; puis, juste avant ou après ces dernières, il a été transformé en burgus par l’édification deux murs concentriques construits à la hâte avec des blocs de remploi prélevé sur les ruines environnantes – y compris les monuments funéraires situés sur les pentes du site ; le burgus a été démantelé à son tour dans la deuxième moitié du ive s., probablement pour permettre l’érection d’une des fortifications de l’antiquité tardive des alentours, par exemple celle de la Knippchen d’Arlon sur la route Reims-Trèves ; pour finir, les débris dus à l’épannelage des blocs sculptés ont été balayés dans les creux subsistants, afin de rendre le terrain pâturable et cultivable.

Fig. 22 – Titelberg, plan simplifié de la phase 6 (iiie-ive s. ap. J.‑C.), des aménagements de l’espace public.

Fig. 22 – Titelberg, plan simplifié de la phase 6 (iiie-ive s. ap. J.‑C.), des aménagements de l’espace public.

En gris clair : les structures postérieures ; en hachuré : les failles.

Fig. 23 – Titelberg, trésor de 615 antoniniens, enfoui dans la cella du fanum en ruine (phase 6 des aménagements publics).

Fig. 23 – Titelberg, trésor de 615 antoniniens, enfoui dans la cella du fanum en ruine (phase 6 des aménagements publics).

Fig. 24a-b – Titelberg, fragments de corniche et de rinceau dans un trou de poteau ; tête d’Attis entre les pierres du parvis (phase 6 des aménagements publics).

Fig. 24a-b – Titelberg, fragments de corniche et de rinceau dans un trou de poteau ; tête d’Attis entre les pierres du parvis (phase 6 des aménagements publics).

Interprétation

  • 1 Ortalli 2013.

14Dans le secteur oriental du Titelberg, l’aménagement le plus ancien, les couloirs palissadés contemporains de la fondation de l’oppidum, peut avoir eu deux fonctions. Nous avons insisté sur les énormes quantités d’ossements animaux mis au jour et précisé qu’il s’agissait de vestiges d’une activité de boucherie quasi industrielle dont témoigne l’omniprésence des bovins – beaucoup plus abondants dans ce secteur que dans l’habitat où il cède la place au porc – le choix d’individus en majorité âgés de deux à quatre ans, et des déchets caractéristiques : mandibule, scapula, extrémités de membres. Il faut y ajouter les os qui témoignent d’une activité de boucherie sur place, dont les vestiges sont plus importants que ceux d’une consommation relevant d’éventuels banquets. L’abondance des bovins, dont le nombre minimum d’individus ne donne qu’une image très minorée du fait de l’absence de réels dépotoirs, et la diversité du cheptel, qui mêle petits et grands sujets, exclut la possibilité que tous ces animaux aient été élevés sur l’oppidum, et oblige à considérer des sources d’approvisionnement extérieur à plus ou moins grande distance. Dans ce cadre, les structures de couloirs remplissent une fonction évidente, parfaitement connue du fait de sa perduration jusqu’à nos jours, à la fois pour la contention et l’exposition des animaux en vue de leur vente. Mais il existe une seconde hypothèse liée elle, aux activités politiques et religieuses : ces couloirs étaient peut-être destinés à canaliser les participants d’une assemblée. S’il est vrai que rien dans le mobilier mis au jour n’est relatif au vote et qu’aucun texte antique ne l’évoque dans les cités de la Gaule indépendante, ces derniers mentionnent néanmoins la tenue d’assemblées politiques à différents niveaux. Partant, nous proposons d’interpréter les couloirs comme des aménagements publics destinés à l’organisation d’assemblées – ce n’est peut-être pas par hasard que la cité des Trévires compte six oppida de La Tène finale et que les cinq couloirs palissadés dans le centre public du Titelberg permettent six alignements ; comme pour les alignements de trous de poteaux du viiie s. avant notre ère à Felsina1, il nous semble légitime de suggérer une équivalence fonctionnelle avec les saepta. Une telle interprétation pourrait expliquer les bâtiments auxquels aboutissaient les couloirs : le bâtiment 2 qui s’appuyait contre le bâtiment 1 aurait été une plateforme du haut de laquelle les chefs de l’aristocratie trévire pouvaient s’adresser aux participants. Le fait que la forme trapézoïdale de l’aire palissadée ait subsisté au fur et à mesure des réaménagements du secteur, y compris pour la construction des strip houses du vicus gallo-romain du iie s. ap. J.‑C., témoigne qu’elle était profondément ancrée dans la mémoire collective ce qui plaide pour une fonction initiale politique plutôt que purement économique. Les deux hypothèses, contention d’animaux ou canalisation d’êtres humains, ne s’excluent pas forcément l’une l’autre, les fonctions politique et économique étant souvent combinées au cours des grandes manifestations saisonnières que sont les foires. Et elles n’épuisent pas le champ des possibilités puisque, faute de faits matériels indubitables, elles restent assez fragiles et peuvent être discutées.

 

  • 2 Tarpin 2009, p. 189.
  • 3 Van Andringa 2002.
  • 4 Jouin, Méniel 2001.

15La halle de la deuxième phase d’aménagement de l’espace public révèle un désir de monumentalisation, la volonté de souligner l’importance des fonctions du lieu par une architecture de prestige. Elle n’est pas sans rappeler la fameuse basilique de Bibracte, monument en dur avec murs et colonnes, qui a fait couler beaucoup d’encre. En effet, depuis sa découverte la dénomination et la fonction de cet édifice restent controversées, pourtant fondamentalement, « la basilique est un espace couvert, à l’abri du soleil et de la pluie, qui permet le déroulement de la vie sociale et d’activités publiques. D’un côté elle représente, par sa position sur le forum, un lieu public essentiel de la communauté, d’un autre côté elle n’a pas de définition architecturale avant l’élaboration des traités comme celui de Vitruve »2. Quoi qu’il en soit, l’architecture ouverte de la halle du Titelberg, son plan à trois nefs et sa monumentalité, la distinguent totalement des premiers sanctuaires trévires en bois et pisé, la plupart à quatre, six ou huit poteaux, sans division interne. Le mobilier archéologique ne permet pas davantage de plaider pour une éventuelle fonction religieuse : les monnaies et les fibules sont certes très nombreuses, mais pas plus que dans les autres secteurs de l’oppidum, elles n’ont pas fait l’objet d’un traitement particulier et leur répartition n’est pas parlante ; quant aux objets éventuellement évocateurs d’une activité cultuelle – fragments de crânes humains, rouelles, boucliers miniatures – ils sont trop clairsemés pour être significatifs. En revanche, si la fondation en pierre implantée au centre du parvis entre la halle et la rue gauloise est bien un autel, ce serait le plus ancien autel bâti découvert en Gaule, puisque dans toute une série de sanctuaires de La Tène finale, les lieux de sacrifices étaient matérialisés par des plaques de foyers à même le sol3. Il nous offre une possibilité de localisation d’un abattage rituel dont une partie des animaux précédemment évoqués pouvait faire l’objet avant leur découpe. Et il y a également la signification qu’on veut donner aux carcasses et au squelette de chevaux déposés dans le fossé de partition. Pour les premières, il s’agit de restes de cadavres qui se sont disloqués suite à la décomposition avant d’être déposés dans le fossé ; alors que le second, daté par C14 entre 40 et 10 avant notre ère, complet et en connexion, enfoui beaucoup plus rapidement, porte des traces de récupération de la peau, ce qui nous oriente plutôt vers le traitement de cadavre que vers le geste rituel. Ces quatre chevaux sont des étalons adultes (deux vers 5 ans et deux séniles), ce qui, malgré la faiblesse de l’effectif – qui serait sans doute plus important si le fossé avait été exploré dans son ensemble – rappelle la sélection en vigueur à Vertault : des mâles adultes abattus d’un coup de hache, couchés sur le flanc droit et orientés au sud dans de grandes fosses4. Mais comme on ne sait rien des causes des décès et qu’il n’apparaît aucune règle de disposition pour les dépôts du Titelberg – dont trois ont eu à souffrir des failles qui entaillent le site – les analogies restent ténues. Il n’en reste pas moins que des chevaux ont fait l’objet d’un enfouissement dans le fossé, alors qu’il ne devait pas manquer de solution pour se débarrasser d’éventuels cadavres encombrants. Leur présence dans cette structure en cours de comblement n’est sans doute pas dénuée de sens et confère à ces quelques animaux un statut particulier, même si cela ne permet pas d’en tirer de conclusions définitives sur la nature exacte de leur traitement post-mortem.

 

16Si certaines traces et certains mobiliers archéologiques peuvent donc avoir une valeur cultuelle, ils n’impliquent pas que l’espace public avait une connotation essentiellement religieuse : nous n’avons pas affaire à un sanctuaire, mais à un lieu public aux fonctions complexes, comme en témoigne une part importante du mobilier clairement en relation avec une fonction économique, et tout d’abord bien sûr, les innombrables os d’animaux. Pour les bovins, largement majoritaires, l’ensemble du squelette est représenté, mais certaines parties sont plus abondantes que d’autres, ce qui implique une distribution en dehors de la zone étudiée, vers l’habitat ou autre, ou des destructions, par le feu par exemple. Mais la présence d’éléments en connexion et les accumulations de scapula ou de mandibules montrent que nous sommes sur ou à proximité immédiate de la zone de découpe. La localisation de cette dernière nous échappe, mais les os en connexion dans le comblement d’un tronçon du fossé de partition fouillé dans la moitié septentrionale de l’espace public témoignent que des animaux étaient dépecés loin du secteur aménagé, ce qui est un nouvel indice de l’ampleur des activités bouchères. Celles-ci ne nécessitaient pas de grandes installations, la découpe par levée de l’échine, largement employée sur l’oppidum, pouvant être conduite au sol, sur une table ou un tréteau, dont on cherchera en vain les traces. Plus parlants sont les ustensiles métalliques. En effet, la plupart des couteaux en fer peuvent certainement être attribués à l’activité bouchère, il en va de même pour les crocs de boucher évidemment destinés à suspendre la viande, ainsi que pour les crampons de menuisiers qui pourraient provenir des étals. Les instruments de pesage, de mesure, voire d’écriture, témoignent également d’une activité commerciale.

 

17La phase 2 des aménagements publics est celle où l’essor économique de l’oppidum du Titelberg était à son apogée, ce dont témoigne également un établissement commercial romain très actif, installé de l’autre côté du fossé de partition, dans la zone d’habitat (fig. 2). La suppression de ce dernier, concomitante à celle de l’espace public en tant que tel – démontage de la halle et comblement du fossé de délimitation – témoigne de leur importance, y compris pendant les décennies qui ont suivi la conquête de la Gaule par Rome. Les dirigeants romains – mais probablement aussi gaulois – de la nouvelle cité romaine des Trévires ont clairement voulu en finir avec les fonctions politique, religieuse et surtout économique, de l’ancienne place centrale gauloise pour faciliter leur transfert vers l’Augusta Treverorum, nouvelle capitale de cité, nouvelle étape sur la voie d’Agrippa et nouvelle base logistique romaine.

 

  • 5 Dondin-Payre, Tran (dir.) 2012.

18Le bâtiment principal de la phase 3, une cour à portiques fermés, est en rupture évidente avec la conception architecturale ouverte de la phase précédente, mais il ne s’agit pas d’un édifice privé, même si l’espace public a cessé d’être. Les multiples foyers et le mobilier archéologique – assiettes, plats, gobelets fragments de chaudron, de chenet, de crémaillère – attestent la tenue de banquets. La qualité de la vaisselle, notamment la proportion de sigillée italique très rare sur le site à cette époque, souligne le caractère prestigieux de ces derniers, dont témoigne aussi une bague en bronze ornée d’une intaille exceptionnelle représentant un autel décoré de guirlandes, surmonté d’un oiseau et encadré par une tête de bouc à droite et une tête d’Apis à gauche. Selon toute apparence, la cour à portiques était un bâtiment associatif – nous utilisons délibérément ce qualificatif évasif à cause de la datation très précoce, entre la deuxième décennie avant et la deuxième décennie de notre ère, de cette structure, alors que les inscriptions mentionnant des collèges dans les contextes urbains en Gaule datent des iie et iiie s.5. Au vu de l’importance économique passée du Titelberg, nous songeons à une association de commerçants ou d’anciens commerçants trévires.

 

19Le démantèlement de la phase 3 a été déterminé et brutal – en témoigne notamment le comblement du seul point d’eau du plateau, le puits de 27 m de profondeur creusé à la phase 1 – et tout concorde pour le situer à la fin de l’ère augustéenne ou au début du règne de Tibère, c’est-à-dire dans le contexte de la révolte de 21 dirigée par l’Éduen Iulius Sacrovir et le Trévire Iulius Florus (Tacite, Annales 40‑42). La réaction violente de Rome est peut-être un bon indicateur de la grandeur révolue du Titelberg et de sa persistance dans la mémoire collective : bien que l’ancienne capitale gauloise ait été supplantée par l’Augusta Treverorum depuis des lustres, il n’est pas exclu que le pouvoir en place ait craint qu’elle n’abrite, voire ne fomente la sédition.

 

20Grandeur et persistance que traduit également l’édifice, inédit quoique de conception romaine, de la phase 4 : probable monument officiel érigé à la mémoire de l’ancienne capitale trévire, il a été bâti exactement à l’emplacement où se dressaient jadis la halle gauloise et la cour à portiques augustéenne, et ce bien que les lieux aient été abandonnés pendant plusieurs décennies.

 

21Et pour finir, grandeur et persistance dont témoigne l’érection, toujours au même emplacement, d’un grand fanum à Mars, le dieu principal des Trévires.

 

22La taille et la monumentalité de la délimitation du secteur oriental de l’oppidum, les aménagements qui se sont succédé dans ce dernier, plaident pour un espace communautaire destiné aux manifestations politiques et religieuses de la cité ou d’une partie de la cité, qui, parce qu’elles ont dû drainer artisans et commerçants itinérants, devaient être combinées à des activités économiques que leur caractère ou leur spécialisation périodique – nous songeons surtout à une grande foire – différenciaient de celles du secteur d’habitat.

 

  • 6 Lejeune 1988 ; Peyre 2000.

23Les textes antiques permettent-ils d’étayer l’hypothèse d’un tel espace public ? On songe bien sûr à l’inscription bilingue de Verceil, où un Gaulois met à la disposition de la communauté locale un terrain délimité par quatre bornes et destiné à être commun aux dieux et aux hommes6. On songe aussi au passage de César concernant Orgétorix – « Au jour fixé pour son audition, Orgétorix amena devant le tribunal tous les siens, environ dix mille hommes, qu’il avait rassemblés de toutes parts, et il fit venir aussi tous ses clients et ses débiteurs, qui étaient en grand nombre » (César, Commentaires sur la guerre des Gaules I, 4) – et à toutes les mentions concernant des assemblées – l’assemblée armée des Trévires (César, Commentaires sur la guerre des Gaules V, 56), l’assemblée générale des Belges (César, Commentaires sur la guerre des Gaules II, 4), l’assemblée de toute la Gaule (César, Commentaires sur la guerre des Gaules I, 30), pour n’en citer que quelques-unes. Même si le texte ne le précise pas, ces rassemblements devaient avoir lieu dans des endroits prévus à cet effet, ne serait-ce que pour des questions de ravitaillement. Nous pensons que l’espace circonscrit par le fossé de partition dans l’oppidum du Titelberg, pouvait être l’un d’entre eux.

Bibliographie

Dondin-Payre M., Tran N. (dir.) 2012, Collegia. Le phénomène associatif dans l’Occident Romain, Scripta Antiqua 41, Bordeaux.

Jouin M., Méniel P. 2001, « Les dépôts animaux et le fanum gallo-romains de Vertault (Côte d’Or) », RAE 50, p. 119‑216.

Lejeune M. 1988, Recueil des inscriptions gauloises (R.I.G.). 2, 1, Textes gallo-étrusques, textes gallo-latins sur pierre, Gallia. Supplément 45/2/1, Paris.

Metzler J., Gaeng C., Méniel P. 2016, L’espace public du Titelberg, Dossiers d’Archéologie 17, Luxembourg.

Ortalli J. 2013, « Strutture pubbliche e luoghi della politica alle origini della città. Un “Campo Marzio” nella Felsina villanoviana ? », ArchCl 64, p. 7‑50.

Peyre C. 2000, « Documents sur l’organisation publique de l’espace dans la cité gauloise. Le site de Villeneuve-Saint-Germain et la bilingue de Verceil », in S. Verger (éd.), Rites et espaces en pays celte et méditerranéen : étude comparée à partir du sanctuaire d’Acy-Romance (Ardennes, France), CEFR 276, Rome, p. 155‑206.

Tarpin M. 2009, « Oppidum, vu par les Romains… », in O. Buchsenschutz, M.‑B. Chardenoux, S. Krausz et al. (éd.), L’âge du Fer dans la boucle de la Loire. Les Gaulois sont dans la ville. Actes du XXXIIe colloque de l’AFEAF, Bourges, 30 avril - 4 mai 2008, RACF. Supplément 35, p. 183‑197.

Van Andringa W. 2002, La religion en Gaule romaine. Piété et politique (ier-iiie siècle apr. J.‑C.), Collection des Hespérides, Paris.

Weiller R. 1999, Der Schatzfund vom Titelberg (1995). Antoniniane von Caracalla bis Aurelian, Studien zu Fundmünzen der Antike (SFMA) 15, Berlin.

Notes

1 Ortalli 2013.

2 Tarpin 2009, p. 189.

3 Van Andringa 2002.

4 Jouin, Méniel 2001.

5 Dondin-Payre, Tran (dir.) 2012.

6 Lejeune 1988 ; Peyre 2000.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le Titelberg vu depuis le nord-ouest.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6504/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Fig. 2 – Titelberg, plan des zones fouillées ou sondées dans l’espace public (1.1 à 1.4 fossé de délimitation, 1.5 aménagements, 1.6 et 1.7 sondages), dans l’habitat (2.1 à 2.4) et dans le secteur commercial romain (3.1 et 3.2 fossé de délimitation, 3.3 aménagements).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6504/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 651k
Titre Fig. 3 – Titelberg, levé géomagnétique superposé au levé LIDAR.
Légende 1 : rempart de barrage ; 2 : rempart de contour ; 3 : fissures ; 4 : fossé de partition de l’oppidum ; 5 : fanum ; 6 : fossé de délimitation de l’espace commercial romain ; 7 : aménagements de l’espace commercial romain.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6504/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 4 – Titelberg, plan simplifié de la fouille et des coupes pratiquées sur le segment septentrional du fossé de partition.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6504/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 961k
Titre Fig. 5 – Titelberg, plan simplifié de la fouille pratiquée sur le croisement du fossé de partition avec la rue de l’oppidum.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6504/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 583k
Titre Fig. 6 – Titelberg, plan simplifié de la fouille et des coupes pratiquées sur le segment méridional du fossé de partition.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6504/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 779k
Titre Fig. 7 – Titelberg, vue en plongée du fossé de partition en cours de fouille.
Légende Au premier plan la rue du vicus (le trottoir se voit dans la berme), au milieu à gauche les traces en creux de la passerelle, à droite dans la coupe en haut de l’image, l’empilement de briques en terre crue.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6504/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 786k
Titre Fig. 8 – Titelberg, accumulation de tessons et d’os dans la couche supérieure du remblai du fossé de partition.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6504/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Titre Fig. 9 – Titelberg, plan simplifié de la phase 1 (première moitié du ier s. av. J.‑C.), des aménagements de l’espace public.
Légende En gris clair : les structures postérieures ; en hachuré : les failles.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6504/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 694k
Titre Fig. 10 – Titelberg, tronçon de tranchée de fondation de palissade gauloise avec ses pierres de calage (phase 1 des aménagements publics).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6504/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 614k
Titre Fig. 11 – Titelberg, traces en creux du bâtiment 2 accolé au bâtiment 1, vues depuis le nord (phase 1 des aménagements publics ; la fondation au premier plan appartient à la phase 4).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6504/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Fig. 12 – Titelberg, plan simplifié de la phase 2 (deuxième - troisième quarts du ier s. av. J.‑C.), des aménagements de l’espace public.
Légende En gris clair : les structures postérieures ; en hachuré : les failles.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6504/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Titre Fig. 13 – Titelberg, un trou de poteau de la halle gauloise avec ses pierres de calage (phase 2 des aménagements publics).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6504/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 602k
Titre Fig. 14 – Titelberg, fondation en pierre (autel ?), sur le parvis de la halle gauloise (phase 2 des aménagements publics).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6504/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 439k
Titre Fig. 15 – Titelberg, plan simplifié de la phase 3a (dernier quart du ier s. av., premier quart du ier s. ap. J.‑C.), des aménagements de l’espace public.
Légende En gris clair : les structures postérieures ; en hachuré : les failles.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6504/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Titre Fig. 16 – Titelberg, quart occidental de l’empierrement constellé de foyers de la cour à portiques augustéenne vue depuis le sud ; au premier plan, devant la bordure de l’empierrement, la fondation en pierre d’une sablière basse (phase 3b des aménagements publics).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6504/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Titre Fig. 17 – Titelberg, deux des grandes fosses qui entourent la cour à portiques augustéenne (phase 3 des aménagements publics).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6504/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 545k
Titre Fig. 18 – Titelberg, plan simplifié de la phase 4 (fin du ier s., iie s. ap. J.‑C.), des aménagements de l’espace public.
Légende En gris clair : les structures postérieures ; en hachuré : les failles.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6504/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre Fig. 19 – Titelberg, fondations du monument à piliers et colonnes, vues depuis le nord ; au premier plan le socle d’une des colonnes (phase 4 des aménagements publics).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6504/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 419k
Titre Fig. 20 – Titelberg, plan simplifié de la phase 5 (iie-iiie s. ap. J.‑C.), des aménagements de l’espace public.
Légende En gris clair : les structures postérieures ; en hachuré : les failles.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6504/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 485k
Titre Fig. 21 – Titelberg, les tranchées de fondations du fanum sur le levé géomagnétique et en cours de fouille (phase 5 des aménagements publics).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6504/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 866k
Titre Fig. 22 – Titelberg, plan simplifié de la phase 6 (iiie-ive s. ap. J.‑C.), des aménagements de l’espace public.
Légende En gris clair : les structures postérieures ; en hachuré : les failles.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6504/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 757k
Titre Fig. 23 – Titelberg, trésor de 615 antoniniens, enfoui dans la cella du fanum en ruine (phase 6 des aménagements publics).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6504/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 583k
Titre Fig. 24a-b – Titelberg, fragments de corniche et de rinceau dans un trou de poteau ; tête d’Attis entre les pierres du parvis (phase 6 des aménagements publics).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6504/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 605k
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6504/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 635k

Auteurs

Centre national de recherche archéologique, Luxembourg

CNRS, ArTeHiS (UMR 6298), Dijon

AOrOc (UMR 8546), Paris