Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voter en Grèce, à Rome et en Gaule

 | 
Aldo Borlenghi
, 
Clément Chillet
, 
Virginie Hollard
, 
et al.

Troisième partie. Le monde gaulois

À la recherche d’un corps civique en Gaule préromaine

Franck Perrin

Texte intégral

  • 1 Fragment 107, Sextus Empiricus, Contre les mathématiciens VII, 126.
  • 2 Aristote, Politique VII, 7, 1327b 20 (trad. J. Aubonnet).
  • 3 Sur l’anthropophagie cf. Pline l’Ancien, Histoire naturelle XXX, 4.

1Lorsqu’on évoque les Gaulois, il peut paraître quelque peu paradoxal de mentionner à leur sujet une pratique aussi caractéristique des sociétés classiques antiques que le vote. Par bien des aspects, pour les gréco-romains, le Gallus est en effet un bárbaros/barbarus et, comme tous ceux de son genre, il s’exprime dans une langue aux sonorités tout aussi rudes (Cicéron, Pour Fonteius 33) que ne l’était aux oreilles des Grecs celle des Cariens de l’arrière-pays d’Halicarnasse (barbarophônoï chez Homère). De simple opposition linguistique, le caractère fruste de « la » langue des Barbares, va progressivement devenir – avec les guerres médiques notamment – un argument en faveur de la supériorité de la culture des Hellènes ; l’étranger, aussi inintelligible que l’oiseau qui chante, apparaît comme incapable de rassembler les mots pour organiser un discours (logos) : « Mauvais témoins pour les Hommes, les yeux et les oreilles de ceux qui ont une âme barbare » dit Héraclite d’Éphèse1. Jugé incapable de raisonnement et de mesure, le Barbare est perçu comme un être non civilisé, à la fois ennemi et esclave naturel ; si, à l’exemple du Perse, il est soumis à l’autorité despotique d’un roi, c’est parce qu’il ne peut admettre le principe de l’alternance politique, l’idée de « commander et d’être commandé » à laquelle adhère l’homme libre qu’est le Grec. Sur ce point, Aristote précise à propos des nations barbares des « régions froides » de l’Europe qu’elles « sont pleines de courage, mais manquent plutôt d’intelligence et d’habileté technique, et c’est pourquoi tout en vivant en nations relativement libres, elles sont incapables d’organisation politique et impuissantes à exercer la suprématie sur leurs voisins »2. Au premier rang des peuples européens en question, il y avait assurément les Celtes qu’Aristote considérait comme parmi les plus excessifs, en soulignant leur folie de s’attaquer les armes à la main aux flots déchaînés. Les Romains, à propos desquels les Grecs débattaient encore au iie s. av. J.‑C. pour savoir s’il fallait les qualifier de barbares ou non, vont reprendre cette terminologie (barbarus/barbari) pour désigner les Gaulois, proches voisins et constants adversaires. Pour Cicéron, l’usage du mot à propos des Transalpins se justifie par leur complète immoralité qu’illustre leur pratique maintes fois soulignée durant l’Antiquité du sacrifice humain (barbarus ritus) lequel pose en arrière-plan la question du devenir du corps de la victime3.

  • 4 Ndiaye 2005.
  • 5 À comprendre, des ennemis soumis qu’on peut faire rentrer avec profit dans la civilisation.

2Par ce jugement sans appel, le lettré romain regroupe Gaulois et leurs voisins Germains qui partagent les mêmes usages. Cependant, César, s’il utilise fréquemment le mot barbarus pour qualifier ses adversaires4, semble moins sensible à cet aspect religieux, préférant relever comme trait caractéristique de la barbarie des Gaulois les faiblesses qu’ils affichent sur le plan militaire. Sans doute commettent-ils à ses yeux des erreurs de stratégie, sans profiter au mieux des situations dans lesquelles ils ont l’avantage. César note cependant que la proximité de la Province (la future Narbonnaise) et le développement du commerce font des Gaulois de son temps (certains sans doute plus que d’autres) des peuples plus assimilables5 que les nations sauvages et belliqueuses (Bretons et Germains) qui les entourent.

  • 6 Sur le vergobretos et autres magistrats supérieurs cf. Lamoine 2003, p. 193.
  • 7 Exceptionnellement, en 52 av. J.‑C., l’une des rares années pour laquelle on connaît le nom du ver (...)
  • 8 Avant les années 122‑121 av. J.‑C. si l’on suit Florus. Les conséquences de ce foedus s’exprimeron (...)
  • 9 Éporédorix a le sens de « roi des courses à cheval » ; un homonyme, également d’origine éduenne, s (...)
  • 10 Éporédorix sera désigné par un conseil des principes gaulois comme l’un des quatre commandants en (...)
  • 11 César indique que ce coup d’État a lieu « à la fin de l’hiver ».
  • 12 Lui-même avait usé de son influence (et probablement de ses très bonnes relations avec les Romains (...)

3Malgré ces critiques, César reconnaît que les Gaulois, pourtant faibles par uanitas, disposent d’une organisation sociopolitique élaborée dont les institutions sont, dans le De Bello Gallico, transcrites en latin : ainsi, les Éduens ont-ils une cité (civitas), un sénat (senatus) et des magistrats annuels élus6 auxquels le conquérant dénie le titre de consuls, choisissant de les nommer en gaulois (vergobretos), sans doute parce que la fonction n’était pas collégiale à la différence du consulat7. L’utilisation d’un vocabulaire institutionnel à propos de certains peuples Gaulois semble quelque peu contradictoire avec l’emploi du terme de barbare ; se contredirait-il, révélant une utilisation volontairement exagérée du mot barbarus destiné à rabaisser des adversaires plus civilisés qu’il ne le laisse entendre ? Un événement rapporté dans la Guerre des Gaules laisse croire qu’il n’en est rien. En effet, en 52 av. J.‑C. César dut régler une crise politique qui en dit long sur la fragilité des institutions des Éduens, premier peuple gaulois à bénéficier de l’amitié de Rome et sans doute l’un des plus influencés par cette dernière8. Seul témoin de l’événement, le proconsul rapporte qu’à l’issue d’une période de vacance institutionnelle, deux particuliers se prétendaient élus à la charge de vergobretos. Le premier était un noble issu d’une grande famille d’illustre origine, Cottos (« l’ancien »)9 qui avait été élu par une minorité10, au mépris des lois (sans doute non écrites et donc détenues oralement par les druides) et proclamé premier magistrat par son propre frère ayant déjà exercé cette charge l’année précédente. Cette désignation avait eu lieu sans respecter une certaine date officielle11, ni un lieu spécifique sans doute de nature religieuse. Autre irrégularité, les lois éduennes rendaient impossible à plusieurs membres d’une même famille d’être magistrat et d’appartenir au sénat. Face à Cottos se dressait un homme de moins de trente ans (adulescens) – Convictalitavis – soutenu par le jeune Viridomaros, un de ces Éduens promus socialement par César sur les conseils du druide Diviciacos12. Or ce sont justement ces prêtres-là qui présidaient à l’élection du vergobretos ; peut-être même l’élisaient-ils directement. Pour régler le différend, César dut rétablir le candidat légitimement désigné (qui le trahira peu après) en réunissant, dans l’oppidum frontalier de Decetia, la « civitas » éduenne, ce que le traducteur du Bellum Gallicum – L.‑A. Constant – comprend comme le sénat et les prêtres (et non l’ensemble des Éduens de statut libre) ; ainsi, avant la fin de la guerre, les Éduens avaient de fait perdu leur indépendance.

  • 13 Il n’échappe pas à Platon que les Barbares ne sont pas tous identiques, ni que les Celtes (Lois I, (...)
  • 14 Peyre 2000, p. 165‑172.
  • 15 Buchsenschutz 2004, p. 28 ; García Riaza et Lamoine 2008, p. 129 ; Lamoine 2009, p. 37 ; Poux 2008 (...)
  • 16 Peuple des plus puissants en Gaule Belgique, dominant une partie de la Bretagne jusqu’en 80‑70 av. (...)
  • 17 La découverte en nombre de stylets ou de cadres de tablettes à écrire – un matériel connu en conte (...)
  • 18 Mouritsen 2001, p. 27‑31.
  • 19 Pichon 2009, p. 2, n. 15 ; Pion 2010, p. 39.
  • 20 Matthieu Poux, « Corent, Théâtre de, archéologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté (...)
  • 21 Poux 2002, p. 79 et 106. Voir l’entrée « jeton » de l’encyclopédie en ligne « Artefacts » : http:/ (...)

4Cette contestation flagrante des usages électoraux met en lumière la fragilité des institutions éduennes et interpelle plus généralement sur celles des Gaulois ; elle semble venir confirmer la perception gréco-romaine des Barbares13 qui paraît bien peu compatible avec l’idée d’un fonctionnement régulier d’assemblées électives au-delà des Alpes et celle d’un Gaulois citoyen votant. Pourtant, à partir de quelques découvertes passées au révélateur du modèle institutionnel romain républicain14, l’idée de lieux gaulois dévolus à des opérations de vote s’est peu à peu diffusée, suscitant par leur hardiesse, un certain enthousiasme, parfois une prudente réserve15. Ainsi l’originale structuration de l’espace interne de l’oppidum de Villeneuve-Saint-Germain (Somme), site majeur des Suessiones16 occupé entre 80 et 30 av. J.‑C. apparut comme l’adaptation locale d’aménagements électoraux de la péninsule italienne. L’espace interne était en effet découpé en quatre quadrants par d’immenses fossés couverts, au croisement desquels la concentration d’objets circulaires ou sphériques (perles, rouelles par centaines), semblait en mesure d’exprimer de manière comptable, de muets assentiments ou de silencieuses oppositions gauloises17. Implicitement, la proposition de rapprocher ces aménagements suessions de ceux en bois des Saepta romains conduisait à admettre une pratique largement répandue du vote tant dans cette cité belge que dans l’ensemble des grandes cités gauloises. En effet, à Rome même, les Saepta étaient aménagés pour accueillir les comices centuriates et tributes, c’est-à-dire, selon les différents modes de calcul, entre 70 000 (Taylor) et 55 000 citoyens (Mac Mullen), nombre qui peut être fortement réduit avec une majorité acquise à l’issue du vote des deux premières classes censitaires18. Or, à eux seuls, les Suessions étaient capables d’aligner en 57 av. J.‑C., 50 000 guerriers, autant d’hommes libres susceptibles d’élire des magistrats et de voter des lois. Parallèlement à cette analyse « républicaine », fleurirent discrètement ici et là des interprétations alternatives proposant de voir dans ces aménagements des galeries marchandes, voire des structures liées à la gestion de l’eau du méandre de l’Aisne19. Force est de constater que c’est l’hypothèse électorale qui ces dernières années a rassemblé, si ce n’est le plus grand nombre de suffrages, du moins la majorité des intentions favorables à une restitution « moderne » d’une société gauloise qui, a bien y regarder, conserve au ier s. av. J.‑C. nombre d’archaïsmes. Ainsi, l’hémicycle en bois daté de La Tène D1 b (antérieur aux années 80 av. J.‑C.) de Corent est-il considéré comme un édifice qui « a vraisemblablement servi de lieu d’assemblée politique ou civique, plus proche du bouleuterion grec ou de la curie romaine que du théâtre classique »20. À nouveau, la comparaison formelle laisse planer l’équivoque dans la mesure où la présence de jetons anépigraphes en céramique est liée, en autres, à la pratique de formes de vote sous ses formes comptables21.

  • 22 Les textes gréco-latins sur les institutions politiques des Celtes figurent, traduits et commentés (...)

5Pourtant, si on s’attache à l’examen des structures politiques en Gaule préromaine à partir du point de vue sans doute prismatique gréco-romain22, l’idée d’une pratique commune du vote mérite d’être discutée.

La Gaule : une mosaïque de sociétés monarchiques ?

  • 23 Delamarre 1999, p. 33.
  • 24 Type SOT-305 : Py 2006, p. 653‑654.
  • 25 Sur ces anthroponymes cf. Delamarre 2008, p. 82‑84 ; Samorix (Samorigos) pourrait figurer au génit (...)

6À partir du iie s. av. J.‑C., grâce à Caton, Polybe, puis Poséidonios et César, on dispose à propos des Gaulois (cisalpins et transalpins) d’un enchaînement de sources historiques plus précises que les lacunaires informations antérieures ; dès lors elles paraissent plus fiables parce qu’émanant de témoins directs. Au sujet des modes d’organisation politiques, ces sources témoignent de l’existence en Gaule d’une forme archaïque d’organisation sociopolitique, la royauté, en utilisant un vocabulaire plus ou moins interchangeable (rex, regulus, princeps, basileus, dunastês, hêgemôn) pour désigner les principaux acteurs (rois, très rarement reines). À partir d’affirmations tardives, on doit envisager que ce régime politique a été en vigueur dès le vie s. av. J.‑C., chez les Bituriges, les « rois du monde » comme ils se qualifiaient eux-mêmes23 ainsi que chez les Ségobriges sur les terres desquels les Phocéens fondèrent Massalia en 600 av. J.‑C. Si en Provence le roi Nanos apparaît être un bien petit roi (c’est le sens de son nom), il n’en est pas partout de même et certains personnages bénéficient dans les sources textuelles d’une position étonnamment privilégiée à la mesure de leur importance. Ainsi l’Arverne Bituitos figurait-il nommément dans la courte liste de rois, treize au total, énumérés dans les fastes triomphaux romains, aux côtés de Pyrrhos, Persée, Philippe V, etc. sans compter d’autres personnages de premier plan tels Hannibal et Hasdrubal. Cette position enviable s’explique sans doute par la capacité qu’il eut à réunir en 121 av. J.‑C. une importante armée dont les effectifs extrêmement élevés étaient de l’ordre de ceux de l’armée de secours qui allait rassembler devant Alésia presque tous les peuples de la Comata. Dès lors, il faudrait admettre une certaine authenticité à l’affirmation de Strabon d’une hégémonie arverne sur une large partie de la Gaule, jusqu’à Narbonne, Agde et des rives de l’Océan jusqu’au Rhin (sans les Éduens, frères de sang des Romains). Le roi en question aurait dirigé, non les Arvernes seuls, mais une très vaste coalition avec sans doute bien d’autres de ces homologues. Par ce sérieux échec militaire, on devine les raisons du rejet de la royauté que l’on observe ensuite chez certains peuples du ier s. av. J.‑C. : Bituitos, monté sur son char plaqué d’argent ne mourut pas noblement au combat lors de la bataille, ni ne se suicida à l’exemple du roi Gésate Anéroestos ayant tué sa famille « par le sang » (dixit Polybe) ; pire, le roi arverne finit capturé et exhibé lors du triomphe de Domitius Ahenobarbus, comme le sera, 70 ans plus tard, Vercingétorix, éphémère roi arverne. On connaît d’autres rois qui parvinrent ponctuellement à étendre leur autorité sur plusieurs peuples ; ce fut le cas d’un certain Diviciacos des Suessions, souverain de la Gaule (sans doute septentrionale seulement), mais également du sud de la Bretagne. Quant à Adiatuanos, il fut un basileus aquitain selon Nicolas de Damas et bien un « rix » comme l’affichera après la Guerre des Gaules son monnayage (REX ADIETVANVS FF.)24, régnant entouré de 600 soldures (solduri) dévoués et équipés comme lui. Parallèlement, l’onomastique tardive gallo-romaine enregistre des noms d’individus de rang royal : Magiorix, Samorix (« roi suprême »), mais ces désignations tardives ne sont sans doute plus qu’un rappel à un passé proche où existait la fonction royale25. Quelques anthroponymes révèlent la nature religieuse du pouvoir du rix gaulois à l’exemple de celui du roi séquane Catamantaloedis, littéralement « celui qui conduit sur les cent chemins », celui qui mène les dieux jusqu’au lieu du sacrifice, c’est-à-dire l’équivalent mot pour mot du pontifex latin, le faiseur de chemin, un prêtre en quelque sorte juriste de tous les dieux.

  • 26 D’autres anthroponymes figurant sur des monnaies ne comportent pas le suffixe -rix mais empruntent (...)
  • 27 On connaît quelques cas de femmes qui portent des noms en -rix telles la Boudoris d’Alexandrie don (...)

7Ainsi la royauté celtique est loin d’être rare et on pourrait énumérer bien des exemples pris dans l’ensemble de l’espace celtophone antique : les rois du Cantium breton, les doubles rois des Éburons gaulois, mais aussi ceux des Insubres et des Boïens de Cisalpine, les rois-prêtres de Pessinonte en Galatie, le roi Voccio aux portes d’une Italie du Nord, où des habitants gaulois pouvaient voter à Rome à partir de 88 av. J.‑C. en vertu du ius Latii accordé à la Transpadane et sans doute à toute la Cisalpine, ou plus exactement participaient, s’ils le souhaitaient et s’ils pouvaient financièrement se déplacer jusqu’à l’Vrbs, aux comices tributes dans les Saepta du Forum. Concernant le rix celtique, on note la fréquence de ses attestations et l’ampleur de leur distribution géographique ; ainsi, entre le vie s. av. J.‑C. et le vie s. ap. J.‑C., les sources littéraires et épigraphiques gréco-romaines mais aussi celtiques permettent de dénombrer une centaine d’anthroponymes construits avec ce terme évoquant la royauté (même lorsqu’elle n’est plus attestée) et cela tant en Gaule transalpine26 et Cisalpine qu’en Bretagne insulaire, en Irlande, en Galatie. Certains de ces personnages ne sont pas rois au sens classique du terme, mais peut-être seulement d’origine royale, membres d’une noblesse de sang donc, la royauté celtique antique étant parfois héréditaire, par primogéniture27.

  • 28 Il est aussi désigné comme « rí teora thuath no ketheora thuata », cf. Charles-Edwards 2000, p. 13 (...)

8Dans les régions restées en marge de l’Empire où des sociétés celtophones se sont maintenues pour se christianiser progressivement, leur littérature laisse entendre que la titulature royale y apparaissait à des échelles assez différentes. En effet, les sources juridiques médiévales irlandaises des années 650‑800 dévoilent une organisation locale distribuant l’île en près de 150 unités territoriale (thúath), chacune de 50 à 300 km2 et de 1 500 à 5 000 habitants. Certains documents, par exemple le Críth Gablach (vers 700), dévoilent une stratification sociale complexe dont la base est formée par les rois d’un thúath (« rí thúaithe » chef « d’un royaume », le rui rí ou rí buiden « roi des bandes guerrières »28, le rí cóicid « roi de province »). Ponctuellement cependant, les rois de provinces et l’ensemble des autres irlandais admettront l’autorité d’un ard rí ou rí Éreen qui dominera alors toute l’île. La plus ancienne attestation de cette forme supérieure de la royauté figure dans la Vie de Saint Colomba par Adomnán de Iona datée de la fin du viie s. et fait référence à un grand roi de la fin du siècle précédent ; mais c’est ici un texte épiscopal écrit en latin.

  • 29 Ó Cróinín 1995, p. 65.
  • 30 On pense ici au serment de Passaron passé entre les deux rois molosses et leur peuple (Quantin 201 (...)
  • 31 Scubla 2002.
  • 32 Kelly 2012.

9Le  : « Pourquoi est-il appelé ainsi ? » s’interrogent les sources irlandaises : « Parce qu’il gouverne sur ses thúatha avec un pouvoir coercitif » précisent les textes juridiques du viiie s. ap. J.‑C. Le mode de désignation du roi est moins connu que certains aspects rituels de son inauguration car la plupart des sources sont postérieures à la conquête anglo-normande. Les textes juridiques sont en effet muets, mais les sagas (légendes) et les tecosca (interprétations) mentionnent des cas de désignations divines, des exemples de successions par substitution d’un roi vaincu par son vainqueur ainsi que des choix par des assemblées réunies en plein air. Le vivier dans lequel était désigné l’héritier, le rígdomna (littéralement la « matière du roi »), lui-même plus souvent petit-fils que fils du roi défunt, était formé par son derbfine (« la famille certaine ») ; mais il pouvait être étendu à tous les descendants (indfine, la « famille de la fin ») d’un arrière-arrière-grand-père masculin, ce qui pouvait rassembler un nombre conséquent d’individus29. On connaît des exemples de destitution, un roi étant déclaré illégitime (anflaith) pour avoir trahi « la vérité (ou la justice) de sa parole » (fír flaithemon), c’est-à-dire une liste de préceptes énoncés lors de son intronisation, concrètement pour avoir manqué de discernement et, dans un cas précis, causé l’infertilité des récoltes. Telle est la situation rapportée au ixe s. dans la Cath Maige Mucrama où un roi finit « chassé »30. On soulignera ici les contraintes et obligations qui pesaient sur le irlandais médiéval et a fortiori préchrétien et qu’on retrouve dans bien d’autres sociétés ainsi que l’a noté James Frazer dans son fameux « Rameau d’or » à partir du cas du rex nemorensis latin31. Ainsi le irlandais insulaire pouvait-il être jugé, sans doute par le peuple libre assemblé et il est fort probable que cette pratique soit le prolongement de fonctionnements préchrétiens. Plusieurs corps humains, parfois de personnages manifestement éloignés de certains travaux agricoles et artisanaux si l’on en juge par l’état particulièrement soigné de leurs mains, ont été retrouvés dans des tourbières sises sur des frontières de diocèses médiévaux qui fossilisent des limites territoriales vraisemblablement païennes. Dans certains cas (sur une centaine de découvertes), ces corps des ive-iiie s. av. J.‑C. (celui de Cashel est du xxe s. av. J.‑C.) portent des traces de violences (décapitation, coups portés sur le crâne, entailles) qui témoignent d’un rituel sacrificiel ; de plus, de profondes coupures au niveau des mamelons (à Old Crogham et à Clonycavan près de Dublin) semblent signer la perte de l’autorité royale32. Ainsi, le roi celtique médiéval de l’Irlande pouvait être brutalement remplacé comme le furent en 236 av. J.‑C. les deux rois des Boïens cisalpins (Atis et Galatos), mis à mort pour avoir décidé de recruter en secret des mercenaires transalpins, sans consulter le peuple dit Polybe (il y a peut-être là les conséquences d’une décision non sans incidence fiscale).

10Comme on le voit, le dossier du roi insulaire celtique n’est pas sans intérêt, mais constitue-t-il pour autant véritablement une grille de lecture permettant l’analyse, sous un angle autre que celui de la Méditerranée, de la société rencontrée par César ? En fait, pas tout à fait si l’on souligne l’archaïsme du monde insulaire, dépourvu de villes, ignorant la monnaie, doté d’un droit primitif profondément inégalitaire, etc. Or, économie monétaire et grandes agglomérations proto-urbaines, voire urbaines existaient en Gaule des iie-ier s. av. J.‑C. Ainsi, la société irlandaise des débuts du Moyen-Âge issue d’une organisation préchrétienne de l’âge du Fer semble plus en phase avec des époques antérieures à la culture des oppida qu’à celle de la conquête. Pour autant n’y a-t-il pas là un arrière-plan traditionnel et structurant de la société gauloise ce qui expliquerait l’importance des royautés tardivement rencontrées ?

  • 33 Huit cités au moins sont organisées ainsi, certaines depuis très peu de temps à l’exemple de celle (...)

11César qui fut parfois le restaurateur de monarchies locales récemment évincées, eut également affaire à des assemblées33 qui comme à Rome et en Grèce s’étaient partagé la potestas regia avec des magistrats parfois annuels dans certaines cités oligarchiques dont quelques-unes passaient « pour être les mieux organisées » dit-il, avec sénat et assemblées. Strabon, qui utilise beaucoup semble-t-il le livre XXIII de Poséidonios, écrit justement que « les régimes aristocratiques (autrefois) étaient majoritaires ; ils choisissaient chaque année (dans les temps jadis) un chef unique et, pour la guerre aussi, la foule désignait un seul homme comme général mais aujourd’hui ils appliquent les ordres des Romains pour l’essentiel ». Rédigé sous Tibère, ce passage traite de la Celtique (Keltikè) mais, précise l’auteur, ce sont les « temps anciens qui ont inspiré sa description ». Toute la question est de savoir si l’époque est question est celle à laquelle Poséidonios a visité la Gaule méridionale ou un moment antérieur. Strabon d’ailleurs cite parallèlement Éphore, historien du ive s. av. J.‑C., mais souligne le caractère désuet de ses affirmations (IV, 4, 6).

Le modèle massaliote sénatorial

  • 34 Bouffié, Caire 2014.
  • 35 César, Guerre civile VI, 13. L’Irlande du haut Moyen Âge connaît une division qui paraît plus marq (...)

12On l’oublie parfois, Marseille est la première ville de Gaule, née de mariages mixtes entre émigrés phocéens et gauloises ségobriges, « re-hellénisée » après la chute de la métropole ionienne et dotée d’une constitution oligarchique qui privilégia dans un premier temps l’aristocratie du sang, celle qui était issue des premiers colons. Protis, littéralement le « premier », deviendra l’époux de la fille du roi Nanos. Ainsi, le genos des Protiades disposait d’une autorité supérieure par sa filiation avec l’oïciste éponyme, sans doute un riche phocéen pratiquant l’emporia à titre privé, un aristocrate capable d’armer des pentécontères pour la prèxis hésiodique. Deux siècles et quelques plus tard après cet événement, Aristote et ses élèves du Lycée étudient la constitution des Massaliotes, aujourd’hui perdue, exceptés quelques brefs passages conservés par Justin. Selon leurs travaux, le pouvoir aurait été dans un premier temps entre les mains d’un très petit nombre, jusqu’à ce que de nouveaux riches – sans doute ceux qui venaient de bénéficier, entre autres, du commerce avec la Gaule méridionale mais qui étaient écartés du pouvoir – obtiennent un élargissement du synédrion massaliote34. Par des sources tardives, on apprend que ce conseil fut étendu à 600 timouchoï choisis apparemment par cooptation « au mérite » dit Aristote, pour certains donc issus du plèthos. Ces 600 magistrats, Marseillais depuis trois générations, s’organisaient en désignant en leur sein un sous-groupe de quinze membres (éventuellement renouvelés tous les ans), choisissant ensuite trois magistrats supérieurs parmi lesquels l’un disposait de la plus grande autorité. En 59 av. J.‑C., Cicéron (Pour Lucius Flaccus 63) affiche clairement l’admiration qu’il porte à cette politeia conservatrice (il emploie à dessein le mot d’optimates pour désigner les timouques). À ses yeux, Massalia est comme « battue par les flots de la barbarie », mais ne sombre pas grâce à la « sagesse de ses notables ». Pour autant, l’orateur doit admettre qu’il y a dans la condition du démos massaliote « quelque chose de l’ordre de la servitude » et il va jusqu’à comparer cette limitation des droits civiques à la situation vécue à Athènes sous le régime tyrannique des Trente. En 404 av. J.‑C., un coup d’État oligarchique avait amené à la réduction de l’ecclesia, celle-ci passant d’un maximum théorique démocratique de 40 000/35 000 – minimum 6 000 (en 431 av. J.‑C.) à un catalogue de 3 000 Athéniens (hippeis et hoplites) dont la liste était restée secrète (et ce nombre avait été une concession accordée aux moins antidémocratiques des Trente) ; les mêmes restrictions allaient amener à une boulè de 500 membres (les « serviteurs des Trente ») choisis dans des listes des tribus et qui votent à main levée. La comparaison faite par Cicéron semble sévère mais il faut souligner que la rédaction de ce passage de la République date de 54 av. J.‑C., année assez particulière de la vie politique romaine tardo-républicaine (interrex). Peu de temps après, César tient des propos étonnamment proches lorsqu’il décrit la société de la Gallia Comata dominée par deux classes supérieures (druides et chevaliers) dominant une plebs sans droit politique (« n’étant consultée sur rien » écrit-il) et dont les représentants « ne sont guère traités autrement que les esclaves »35. Cela dit, César nuance son propos dans la ligne suivante lorsqu’il affirme que certains « plébéiens » endettés et ruinés se « donnent à des nobles » (à ce moment en situation servile).

  • 36 Momigliano 1979.
  • 37 Mais 400 seulement selon Plutarque.
  • 38 On pourrait donc accorder une valeur chronologique à la forme de cet (hypothétique) emprunt instit (...)
  • 39 César, Guerre des Gaules II, 15.
  • 40 Le mot pourrait – sans grand argument – être vascon selon Vennemann 2003, p. 695.
  • 41 Testart et Baray 2007, p. 54‑55.
  • 42 Tite-Live, II, 12.
  • 43 Thucydide, V, 72, 4.
  • 44 On pensera aux 300 (celeres) cavaliers de Romulus, mais également aux 300 guerriers avec torques d (...)
  • 45 Perrin et Decourt 2002, p. 366.

13En son temps, Arnaldo Momigliano36 avait envisagé l’adoption par certains Gaulois de cet étroit modèle politique marseillais en s’appuyant sur des analogies dans le nombre de sénateurs observées ici et là : 600 chez les lointains Nerviens pour autant de timouques grecs à Massalia, Héraclée et Syracuse37. Il y aurait des points communs entre les deux systèmes, surtout si on se rappelle les limitations familiales d’accès des sénats massaliotes et éduens qui n’admettaient qu’un représentant par famille : seulement le père de famille à Marseille où il faut attendre la fin du ive s. pour que les fils, d’abord aînés, ensuite puînés, soient acceptés au conseil des timouques. En Gaule, au ier s. av. J.‑C., le druide Diviciacos est sénateur des Éduens et écarte ainsi du pouvoir son cadet Dumnorix qui n’est que chevalier. S’il semble vraisemblable que des oligarchies gauloises se soient inspirées des institutions de la cité-état ionienne, cet emprunt se limiterait à la forme étriquée de la constitution phocéenne38. Sans surévaluer la valeur informative extraite du nombre de sénateurs nerviens, 600, on doit souligner que ce nombre est aussi celui du total des otages (fils de sénateurs dans ce cas) réclamés par César aux Bellovaques en 57 av. J.‑C.39. 600 est également le nombre des membres du Sénat romain à la suite d’une évolution initiée à partir des cent sénateurs romuléens, mais aussi des assemblées de plusieurs cités grecques. C’est également le nombre des solidures40 qui entourent le roi aquitain Adiatuanos, des « Semblables » dans le sens où ils partagent même costume et résidence que leur rix41. Dans un registre institutionnel approchant, on songe au scribe du roi Lars Porsenna, tué par erreur par le romain Mucius42 pour la raison qu’il était vêtu de la même manière que son lucumon. Ici la capacité à approcher le roi se fonde sur la maîtrise de l’écriture et non sur celle des armes qui caractérise la royauté aquitanienne. Ils sont les égaux du roi et, d’une certaine manière, ils ne sont pas sans rappeler les homoioi de l’oligarchie spartiate, littéralement « les Semblables » des (deux) rois de Sparte chez lesquels se recrute une garde d’hippeis de 300 guerriers43, non pas des cavaliers mais des hoplites, combattant à pied comme ceux d’Adiatuanos. La royauté aquitanienne est évoquée dans un autre récit, celui d’Antonius Diogène (auteur du ier ou iie s. de notre ère), « les Choses incroyables au-delà de Thulé » qui n’est pas une source historique, mais un roman, peut-être nourri d’anecdotes glanées ici et là dans des textes plus réalistes : « … Des voyageurs arrivent chez les Celtes cruels et stupides. Ils s’enfuient chez les Aquitains, où deux rois occupent successivement le pouvoir suivant les phases de la lune… ». Si tel était le cas on pourrait voir dans ces 600 solidures rassemblés autour du roi des Sotiates, la somme de trois cents gardes dévoués jusqu’à la mort à chacun des deux rois et envisager une fusion de cette organisation réunie sous l’autorité d’Adiatunanos44. Selon Nicolas de Damas (livre 116 de ses Histoires, rédigé entre 14 et 4 av. J.‑C.), un contemporain des événements cité par Athénée de Naucratis, les solidures « prennent leur part du pouvoir »45, précision absente du récit césarien. Cette curieuse royauté est sans équivalent dans le récit de César, ce qui ne signifie pas pour autant qu’elle n’ait pas existé ailleurs que chez les Aquitains, ce qui dans cette hypothèse pourrait expliquer la facilité d’adoption du modèle massaliote par certains peuples gaulois, voire renforcer l’idée d’une genèse des systèmes oligarchiques indépendamment de l’institution phocéenne.

Comment donc désigner rois et magistrats gaulois ; comment adopter certaines lois communes ?

  • 46 Odyssée I, 390.
  • 47 Briquel 1998 ; Fromentin 2003.
  • 48 Hérodote, IV, 5.
  • 49 On mentionnera le cas de la tombe 6 de l’hérôon de la Porte Ouest d’Érétrie avec une pointe de lan (...)
  • 50 Iliade II, 200‑202.

14En votant bien sûr. Pourtant, si on adopte un point de vue large et comparatif, il apparaît que la plus ancienne forme d’élection, celle des rois, ne nécessite pas la procédure du vote car ce sont les dieux qui choisissent directement ceux qui disposent de la basileia. Ainsi en Crête, le bon roi Minos, fils adopté, « s’entretient » après chaque intervalle de 8 années avec Zeus dont il est le confident, si ce n’est le disciple : ici la religion légitime le pouvoir royal (Platon, Minos, 319, a-e). Cet aspect persistera dans la Grèce homérique comme l’atteste ce constat de Télémaque : « cette royauté […] si Zeus me la donnait, je voudrais bien la prendre… »46. Les basileîs « nourrissons de Zeus » sont des rois d’oïkoï ainsi que le dit Pierre Carlier qui ne trouve meilleur mot pour les qualifier. Entouré d’autres basileis et dans un cercle plus distant par des gérontes, le roi hérite et transmet sa charge de père en fils sans nécessairement une décision collective. Le basileus doit son nom à celui d’un fonctionnaire de l’administration mycénienne, le qa-si-re-u, au rôle jugé subalterne mais qui contrôlait la circulation des métaux (et donc la production des armes) sous l’autorité sans doute indirecte du roi mycénien, le Wanaka. On retrouvera plus tard ce terme à Sparte où Anakes désignera les Dioscures dans une cité oligarchique qui longtemps maintiendra (jusqu’au iiie s. av. J.‑C.) deux véritables rois ; ces derniers étaient désignés par des prêtres suite à l’observation de signes dans le ciel nocturne. En Italie, des personnifications de la Fortuna, des faiseuses de rois selon l’heureuse appellation de Jacques Heurgon, indiquent ceux qui peuvent accéder au trône47. Ainsi, Tanaquil, experte en divination, connaît le destin de Servius Tullius révélé par une auréole de feu apparaissant autour de sa tête ; Tullia, quant à elle, outrepasse le rôle du conseil des Patres en proclamant roi Lucius Tarquin. Dans les lointains territoires des Scythes, ce sont des objets en or appartenant aux dieux (tombés du ciel) qui deviennent brûlants pour écarter les prétendants et « s’éteignent » pour choisir Colaxaïs (« roi-soleil »)48 en lui accordant « la royauté (fondatrice) dans son entier ». Si on ignore tout des modes de choix des rois gaulois, on retiendra que durant le Moyen-Âge, le irlandais pouvait quant à lui être déterminé divinement. Pas de vote pour élire ces rois parmi leurs pairs qui pourtant en constituent le conseil, mais des symboles transmis par les dieux, tel ce sceptre sur lequel le roi grec s’appuie, avec lequel, si besoin, il frappe et qui n’est qu’un simple bâton de bois rehaussé de matières précieuses ; plus prosaïquement, l’archéologie met en lumière le rôle d’objets anciens qui figurent dans certaines sépultures comme probables signes de la légitimité royale49. En Grèce, le basileús est face au dèmos/laos, qui peut parfois s’exprimer bruyamment, mais à propos duquel Ulysse dit qu’individuellement « il ne compte pas plus dans la délibération qu’au combat »50. Le conseil des basileis exprime lui aussi oralement son avis ; soit discrètement, soit solennellement, soit bruyamment. Cette dernière forme d’expression subsistera dans le fonctionnement de l’ekklésia spartiate qui désignera ainsi à vie – à l’applaudimètre – les gérontes ; là, en cas d’incertitude, un éphore pouvait séparer en deux groupes les citoyens, peut-être en les répartissant sur les deux rives d’une rivière si on extrapole les informations topographiques données par Aristote (il mentionne un pont au lieu-dit Babyka). Parfois, même s’il y a élection, le choix se fait dans un vivier extrêmement restreint à l’image de certaines cités grecques où priment origine et noblesse de sang pour déterminer les « basileis dynastiques » ; par exemple les Codrides et autres Basileidès, issus des génè ioniens d’Éphèse, d’Érythrée et de Phocée dans lesquels on élisait ceux issus des royautés rattachées à Athènes et au-delà à Pylos (les Néléides). Avec le temps, la royauté va susciter la mise en place de contre-pouvoirs jusqu’à la division de la basileia entre des magistrats.

15Si dans les cultures méditerranéennes, cette évolution sera plus ou moins progressive, chez les Celtes elle semble rapide dans la mesure où les sources se concentrent sur le ier s. av. J.‑C. Choisir, voter, va donc devenir d’une plus grande nécessité et concernant les Gaulois, les textes indiquent bien la désignation de certains comme magistrats ainsi que l’approbation ou le rejet de certaines décisions par des assemblées plus ou moins larges. L’analogie entre systèmes palissadés gaulois et barrières des Saepta, puis celle de vastes ensembles de levées linéaires à des époques anciennes (ve s. av. J.‑C.), celles d’enceintes de sanctuaires (iiie s. av. J.‑C.) et enfin de places publiques (iie-ier s. av. J.‑C.) a incité à la recherche de preuves de procédures électorales locales présentant peu ou prou des parentés avec les situations gréco-latines.

 

  • 51 Le vote restera longtemps oral à Rome, tant dans les assemblées électives que judiciaires ; Plutar (...)
  • 52 Demont 2010.
  • 53 On connaît de rares exemples de tombes nord-alpines qui pourraient présenter un lien avec le tirag (...)
  • 54 On rappellera que le gaulois est sur le plan linguistique le plus proche parent de l’italique.

16On peut d’emblée écarter la pratique très élaborée de la procédure écrite, tardive (139, 137 av. J.‑C.) à Rome51 et peu en phase avec la faible diffusion de l’écriture que l’on constate en Gaule préromaine. Ainsi, bien qu’on connaisse à Martigues (Bouches-du-Rhône) une vingtaine de tessons gravés des iie-ier s. av. J.‑C. au nom de ritumos (de la même main), cette récurrence n’est en rien comparable aux ostraka grecs, tels les 191 fragments de vases (gravés par au moins quatorze mains) au nom de Thémistocle trouvés à Athènes. Cela dit, les choix de vote s’exprimaient parfois de manière très synthétique comme à Rome où ils se limitaient à une simple lettre tracée sur une tablette de cire. Ce type d’expression pourrait être recherché en Gaule sous la forme d’ostraka portant, si ce n’est des lettres isolées, du moins des signes ayant valeur d’assentiment ou d’opposition. Dans ce qui n’est qu’hypothèse, on pourrait porter attention à des jetons en céramique qui présentent des faces et revers de teintes opposées, des pions en os qui peuvent avoir été peints ou ces curieux dés gaulois non cubiques que l’on pourrait avoir tirés à l’aveugle. Aristote le dit bien, l’oligarchie élit alors que la démocratie privilégie le tirage au sort et les machines à voter pour désigner des centaines de particuliers par an. Pourtant, le tirage aléatoire n’est pas une invention tardive de la démocratie grecque mais une pratique très ancienne qui permettait de choisir52. C’est de cette manière (un sort jaillissant d’un casque par exemple) qu’on pouvait désigner les meilleurs combattants homériques, choisir, sous les yeux du devin53 Tirésias qui d’Étéocle ou de Polynice serait roi de Thèbes ou indiquer l’élu parmi les candidats possibles à certaines prêtrises hittites. On peut soupçonner d’autres formes archaïques d’expression qui expliqueraient le rôle de modestes fragments de céramiques. Ainsi, suffragari, terme employé par exemple par Cicéron, a le sens de voter54. Mais on discute l’étymologie du mot qui pourrait être « briser », faire des morceaux (de céramiques par exemple) ou « fractionner », avec l’idée de rompre une unité (collective ou politique), symbolisée par l’intégrité d’un récipient avant de compter et reconstituer symbolique l’état initial retrouvé… Mais il est aussi possible que le sens originel du mot ait été « faire du bruit », le bruit du vase brisé qui exprime une certaine gravité ou le bruit des armes qui s’entrechoquent pour marquer l’approbation lors d’assemblées publiques décidant l’entrée ou non en guerre.

  • 55 Parmentier 2014, p. 8.

17Si effectivement on a délibéré et voté chez les Gaulois préromains, ces opérations ont dû prendre un aspect différent des dispositifs en cours dans le monde classique, en raison des particularités culturelles des Barbares en question. Le port des armes en est une bonne illustration. En effet, l’homme gaulois de statut libre s’assemble en conservant son équipement guerrier. Tite-Live qualifie de « spectacle effrayant » une réunion sud gauloise tenue en 218 av. J.‑C. quelque part le long de la voie héracléenne dans laquelle les guerriers se présentèrent devant leurs magistrats « selon l’usage en armes ». Face aux propositions d’une ambassade romaine qui avait quelque peu sous-estimé leur niveau d’information, un brouhaha se déclencha, les anciens ayant toutes les peines du monde à contenir l’assemblée, peu dupe des réels intérêts des magistrats romains. Cet usage apparaît sans doute déjà chez Éphore (ive s. av. J.‑C.), l’une des sources de Nicolas de Damas : « les Celtes mènent toutes les affaires publiques sans se séparer de leurs épées »55. Plus d’un siècle plus tard (en 62 av. J.‑C.), selon un discours d’un Éduen anonyme prononcé l’année 311 (Panégyriques latins), Diviciacos, druide et sénateur, se présenta devant le Sénat de Rome devant lequel il s’exprima appuyé sur son grand bouclier.

18Les participants aux assemblées gauloises se voyaient parfois avertis par la découpe de leur manteau par un assesseur, l’épée jouant en milieu barbare l’équivalent du faisceau des licteurs romains en rappelant à ceux qui osaient parler ou plutôt émettre en public des contre-propositions toute l’autorité détenue par certains magistrats supérieurs. Comme on le voit, délibérer et voter pouvaient être des sources de tensions, voire de conflits tranchés sur-le-champ et on comprend peut-être mieux la curieuse interdiction faite aux enfants des notables de se présenter en public aux côtés de leurs pères…

  • 56 Verger 2006.
  • 57 Picard 2008.
  • 58 Excepté dans le cas, rapporté par Pausanias, des femmes d'Élis et de Pisa qui sont, à l’époque arc (...)
  • 59 Plutarque, Vertus des Femmes, Œuvres morales 243b.

19In fine, si on doit être prudent, voire très réservé sur la réalité des pratiques de vote en Gaule préromaine, on doit en constater l’approche essentiellement méditerranéenne. Par bien des aspects le cadre institutionnel gaulois ne semble a priori pas favorable à des formes d’expressions complexes de type grec ou romain. Mais pour autant faut-il admettre que les sociétés barbares étaient organisées de manière simple voire simpliste ? Bien des éléments permettent d’envisager bien au contraire une certaine complexité sociale dont l’Irlande médiévale semble avoir enregistré divers aspects. La relecture récente de la tombe de Hochdorf (Allemagne) que l’on doit à Stéphane Verger56 met en avant de manière hypothétique (l’ensemble funéraire constitue pour l’heure un unicum) la hiérarchisation poussée à l’extrême du banquet aristocratique celtique, chacun des convives selon son rang disposant d’une vaisselle particulière tout comme l’inégalitaire droit celtique (lóg n-enech, le « prix du visage », c’est-à-dire la compensation) des viie-viiie s. de notre ère affiche une nette hiérarchie des peines en fonction de la place de chacun dans les petites royautés celtiques insulaires57. Gageons qu’en Gaule, les réalités sociales et politiques ont peut-être été plus complexes que les textes gréco-latins ne semblent le dire, voire particulièrement incompréhensibles aux yeux des commentateurs qui ont pu être amenés à des résumés rapides, reconnaissant ici des institutions et des pratiques familières, oubliant là des usages originaux. Le rôle diplomatique des Gauloises est un exemple des différences culturelles qui séparent Celtes et « Méditerranéens »58. Si l’on accorde quelque crédit à Plutarque59 dans l’analyse qu’il fait de la place de la femme chez les Gaulois, à une époque antérieure à l’arrivée de ces derniers en Italie, avant le début du ive s. av. J.‑C., une guerre civile aurait opposé divers peuples transalpins. Ce furent les femmes qui séparèrent les guerriers, sans doute en s’interposant entre les armées disposées face à face. Le règlement du conflit par leurs soins leur conféra par la suite une place de choix dans les assemblées qui traitaient de l’entrée en guerre, une activité annuelle à en croire César. Jusqu’à la fin du iiie s. av. J.‑C., sur les rivages de la Méditerranée, des femmes tranchèrent les conflits, notamment ceux entre Carthaginois d’Hannibal et Gaulois du sud de la France ou d’Italie du Nord ; selon le Paradoxographe du Vatican (44, 1), elles pouvaient en retour être jugées et décapitées s’il s’avérait qu’elles avaient été mauvaises conseillères. De toute évidence dans ces décisions qui engageaient la collectivité, toutes les femmes n’étaient pas concernées, mais certaines, des prêtresses peut-être, bénéficiaient d’un statut enviable au regard de la situation de leurs contemporaines, en jouant le rôle d’ambassadrices et juges, autrement dit en occupant une sorte de magistrature et en possédant une capacité à décider et à exprimer des choix d’une manière ou d’une autre. Barbares, les Celtes le furent assurément sans que cela n’exclut une forme de modernité.

Bibliographie

Sources antiques

Aristote, Politique, Tome III, Livre VII, éd. et trad. J. Aubonnet, CUF, série grecque 305, Paris, 1986.

Monumenta Asiae Minoris Antiqua VII : Calder W.M. (éd.), Monumenta Asiae Minoris Antiqua. VII, Monuments from Eastern Phrygia, Publications of the American Society of archaeological research in Asia Minor, Manchester, 1956.

Études

Bats M. 2011, « Emmêlements de langues et de systèmes graphiques en Gaule méridionale protohistorique (vie-ier s. av. J.‑C.) », in E.R. Luján et C. Ruiz Darasse (dir.), Contacts linguistiques dans l’Occident méditerranéen antique, Collection de la Casa de Velázquez 126, Madrid, p. 197‑226.

Bouffier S. et Caire E. 2014, « Territoires de l’identité massaliète : conservatisme ou relâchement politique et moral », in S. Bouffier et D. Garcia (dir.), Les territoires de Marseille antique, Collection des Hespérides, Arles, p. 55‑70.

Briquel D. 1998, « Les figures féminines dans la tradition sur les trois derniers rois de Rome », Gerión 16, p. 113‑141.

Buchsenschutz O. 2004, « Les Celtes et la formation de l’Empire romain », Annales. Histoire, Sciences Sociales 59, p. 337‑361.

Charles-Edwards T.‑M. 2000, Early Christian Ireland, Cambridge.

Delamarre X. 1999, « Cosmologie indo-européenne, “Rois du Monde” celtiques et le nom des druides », Historische Sprachforschung 112, p. 32‑38.

Delamarre X. 2008, « Indo-Gallici reges », EC 36, p. 79‑84.

Demont P. 2010, « Tirage au sort et démocratie en Grèce ancienne », La Vie des idées (disponible sur : https://laviedesidees.fr/Tirage-au-sort-et-democratie-en-Grece-ancienne).

Fichtl S. 2013, « Rome en Gaule : organisation territoriale de la Gaule de l’époque de l’indépendance au début de la période romaine », in S. Hansen et M. Meyer (dir.), Parallele Raumkonzepte, Topoi. Berlin studies of the ancient world 16, Berlin-Boston, p. 293‑306.

Fromentin V. 2003, « Servius Tullius sans Fortuna ? ou la figure du roi Servius Tullius chez Denys d’Halicarnasse », in M. Fartzoff, É. Smadja, É. Geny (éd.), Pouvoir des hommes, signes des dieux dans le monde antique, Besançon, p. 53‑77.

García Riaza E., Lamoine L. 2008, « Les réunions politiques des Gaulois (ier s. av. J.‑C. - ier s. ap. J.‑C.) », in C. Berrendonner, M. Cébeillac-Gervasoni et L. Lamoine (dir.), Le quotidien municipal dans l’Occident romain, Histoires croisées, Clermont-Ferrand, p. 129‑146.

Jacqmin C. 2013, « Arbitres et règlements de conflits : Pausanias et le cas des seize femmes des cités d’Élide », in S. Boehringer, V. Sebillotte Cuchet (dir.), Des femmes en action. L’individu et la fonction en Grèce antique, Mètis hors série, Paris-Athènes, p. 101‑115.

Kelly E. 2012, « An archaeological interpretation of Irish Iron Age bog bodies », in S. Ralph (éd.), The archaeology of violence : interdisciplinary approaches, IEMA proceedings 2, New York, p. 232‑240.

Lamoine L. 2003, « Préteur, vergobret, princeps en Gaule Narbonnaise et dans les Trois Gaules. Pourquoi faut-il reprendre le dossier ? », in M. Cébeillac-Gervasoni et L. Lamoine (éd.), Les élites et leurs facettes : les élites locales dans le monde hellénistique et romain, CEFR 309, Erga 3, Rome - Clermont-Ferrand.

Lamoine L. 2009, Le pouvoir local en Gaule romaine, Histoires croisées, Clermont-Ferrand.

Momigliano A. 1979, Sagesses barbares. Les limites de l’hellénisation, traduit de l’anglais par Marie-Claude Roussel, Textes à l’appui. Histoire classique, Paris.

Mouritsen H. 2001, Plebs and politics in the late Roman Republic, Cambridge.

Ndiaye E. 2005, « Barbarus, une dénomination de l’ennemi étranger chez César », Scholia Studies in Classical Antiquity 14, p. 89‑108.

Ó Cróinín D. 1995, Early Medieval Ireland, 400‑1200, Longman history of Ireland, Londres-New York.

Parmentier E. 2014, « Échos d’Éphore dans l’œuvre historique et ethnographique de Nicolas de Damas, Histoires et Recueil de coutumes », in P. de Fidio, C. Talamo (dir.), Eforo di Cuma : nella storia della storiografia greca, La parola del passato 69, Naples, p. 819‑838.

Perrin F. et Decourt J.‑C. 2002, « L’aristocratie celte dans les sources littéraires : recueil de textes traduits et commentés », in V. Guichard, F. Perrin (dir.), L’aristocratie celte à la fin de l’âge du Fer (iie s. avant J.‑C. - ier s. après J.‑C.), Bibracte 5, Glux-en-Glenne, p. 337‑412.

Peyre C. 2000, « Documents sur l’organisation publique de l’espace dans la cité gauloise. Le site de Villeneuve-Saint-Germain et la Bilingue de Verceil », in S. Verger (dir.), Rites et espaces en pays celte et méditerranéen : étude comparée à partir du sanctuaire d’Acy-Romance (Ardennes, France), CEFR 276, Rome, p. 165‑172.

Picard J.‑M. 2008, « Christianisation et hiérarchie sociale dans la société irlandaise des viie et viiie siècles », in F. Bougard, D. Iogna-Prat, R. Le Jan (dir.), Hiérarchie et stratification sociale dans l’Occident médiéval (400‑1100), Haut Moyen Âge 6, Turnhout, p. 1‑14.

Pichon B. 2009, « Formes et rythmes de la romanisation dans l’ouest de la Gaule Belgique », Pallas 80, p. 317‑350.

Pion P. 2010, « Oppida et urbanisation en Gaule du Nord avant la Conquête : des faits aux modèles et des modèles à l’Histoire », in P. Ouzoulias, L. Tranoy (dir.), Comment les Gaules devinrent romaines, Paris, p. 35‑46.

Poux M. 2008, « Du Nord au Sud : définition et fonction de l’espace consacré en Gaule indépendante, Saturnia Tellus », in X. Dupré Raventos, S. Ribichini, S. Verger, Saturnia Tellus : definizioni dello spazio consacrato in ambiente etrusco, italico, fenicio-punico, iberico e celtico, Monografie scientifiche, Rome, p. 171‑200.

Poux M., Deberge Y., Foucras S., Gasc J. et Pasquier D. 2002, « L’enclos cultuel de Corent (Puy-de-Dôme) : festins et rites collectifs », RACF 41, p. 57‑110.

Py M. 2006, Les monnaies préaugustéennes de Lattes et la circulation monétaire protohistorique en Gaule méridionale, Lattara 19/1‑2, Lattes.

Quantin F. 2011, « Animaux et imaginaire en Grèce nord-occidentale », in M. Jufresa et M. Reig (éd.), Ta zôia. L’espai a Grècia II : els animals i l’espai, Documenta 20, Tarragone, p. 73‑84.

Reinach A.‑J. 1911, Les Galates dans l’art alexandrin, Monuments et mémoires de la Fondation Eugène Piot 18, Paris, p. 37‑116.

Rubat Borel F. 2005, « Lingue e scritture delle alpi occidentali prima della romanizzazione. Stato della questione e nuove ricerche », Bulletin d’Études Préhistoriques et Archéologiques Alpines 16, p. 9‑50.

Scubla L. 2002, « Roi sacré, victime sacrificielle et victime émissaire », Revue du MAUSS 22, p. 197‑221.

Testart A., Baray L. 2007, « Ambactes et soldures, figures gauloises du compagnonnage guerrier, Ambactes et soldures : figures gauloises du compagnonnage guerrier », in V. Lécrivain (dir.), Clientèle guerrière, Clientèle foncière et clientèle électorale : histoire et anthropologie, Sociétés, Dijon, p. 51‑84.

Vennemann T. 2003, Europa Vasconica-Europa Semitica, Trends in linguistics. Studies and monographs 138, Berlin.

Verger S. 2006, « La grande tombe de Hochdorf, mise en scène funéraire d’un cursus honorum tribal hors pair », Siris 7, p. 5‑44.

Verger S. et Guilaine J. 2008, « La Gaule et la Méditerranée (13e-8e siècles avant notre ère) », in S. Celestino Pérez, N. Rafels Fontanals et X.L. Armada (éd.), Contacto cultural entre el Mediterráneo y el Atlántico (siglos XII‑VIII ane) : la precolonización a debate, Serie Arqueológica 11, Madrid, p. 219‑236.

Notes

1 Fragment 107, Sextus Empiricus, Contre les mathématiciens VII, 126.

2 Aristote, Politique VII, 7, 1327b 20 (trad. J. Aubonnet).

3 Sur l’anthropophagie cf. Pline l’Ancien, Histoire naturelle XXX, 4.

4 Ndiaye 2005.

5 À comprendre, des ennemis soumis qu’on peut faire rentrer avec profit dans la civilisation.

6 Sur le vergobretos et autres magistrats supérieurs cf. Lamoine 2003, p. 193.

7 Exceptionnellement, en 52 av. J.‑C., l’une des rares années pour laquelle on connaît le nom du vergobretos éduen (Convictalitovis), Rome n’a qu’un consul en la personne de Pompée.

8 Avant les années 122‑121 av. J.‑C. si l’on suit Florus. Les conséquences de ce foedus s’exprimeront par l’adoption d’innovations dans différents domaines, l’architecture notamment. La fonction publique de la « basilique » de Bibracte, une construction des années 50‑30 av. J.‑C. fait cependant débat, certains auteurs préférant retenir l’hypothèse d’un bâtiment privé.

9 Éporédorix a le sens de « roi des courses à cheval » ; un homonyme, également d’origine éduenne, sera à la tête de la cavalerie de Vercingétorix après avoir commandé l’armée des Éduens en 62 av. J.‑C.

10 Éporédorix sera désigné par un conseil des principes gaulois comme l’un des quatre commandants en chef de l’armée de secours.

11 César indique que ce coup d’État a lieu « à la fin de l’hiver ».

12 Lui-même avait usé de son influence (et probablement de ses très bonnes relations avec les Romains) pour élever socialement son jeune frère, Dumnorix, écarté du Sénat où siégeait son aîné.

13 Il n’échappe pas à Platon que les Barbares ne sont pas tous identiques, ni que les Celtes (Lois I, 637d) font partie des peuples barbares qui s’enivrent. Ce jugement général est parfois tempéré ; ainsi à propos des Carthaginois, Platon indique l’existence d’une loi interdisant la consommation de vin lors des campagnes militaires (Lois II, 673‑674a) ce qui est loin d’être le cas des Celtes.

14 Peyre 2000, p. 165‑172.

15 Buchsenschutz 2004, p. 28 ; García Riaza et Lamoine 2008, p. 129 ; Lamoine 2009, p. 37 ; Poux 2008, p. 22.

16 Peuple des plus puissants en Gaule Belgique, dominant une partie de la Bretagne jusqu’en 80‑70 av. J.‑C. et constituant avec les Rèmes une sympoliteia. Cf. Fichtl 2013, p. 291‑304.

17 La découverte en nombre de stylets ou de cadres de tablettes à écrire – un matériel connu en contexte laténien tardif – aurait heureusement complété ce mobilier, mais il semblerait qu’un seul stylet soit signalé sur le site.

18 Mouritsen 2001, p. 27‑31.

19 Pichon 2009, p. 2, n. 15 ; Pion 2010, p. 39.

20 Matthieu Poux, « Corent, Théâtre de, archéologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 novembre 2014. Disponible sur : http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-de-corent-archeologie/. On notera le peu de place disponible dans ce possible synédrion (le mot apparaît pour la Gaule chez Strabon qui reprend Poséidonios), même si on connaît de petits lieux d’assemblées en Grèce (190 places dans celui de la petite île de Naxos). Parallèlement, chez les voisins étrusques, aucune place publique ne semble attestée, peut-être parce que ce type d’espace est oblitéré par des aménagements plus tardifs, notamment les fora romains. À Caere « Vigna Parrochiale » cependant, un bâtiment elliptique sans doute équipé de tribunes en bois est interprété comme un possible lieu de réunion détruit vers 480 av. J.‑C.

21 Poux 2002, p. 79 et 106. Voir l’entrée « jeton » de l’encyclopédie en ligne « Artefacts » : http://artefacts.mom.fr.

22 Les textes gréco-latins sur les institutions politiques des Celtes figurent, traduits et commentés, dans : Perrin et Decourt 2002.

23 Delamarre 1999, p. 33.

24 Type SOT-305 : Py 2006, p. 653‑654.

25 Sur ces anthroponymes cf. Delamarre 2008, p. 82‑84 ; Samorix (Samorigos) pourrait figurer au génitif sur une perle en verre datée lato sensu de la phase La Tène C2 provenant de la nécropole suisse de Münsingen. Cf. Rubat Borel 2005, p. 11, n. 10.

26 D’autres anthroponymes figurant sur des monnaies ne comportent pas le suffixe -rix mais empruntent au monde grec le terme de basileus pour souligner l’importance du pouvoir émetteur. Tel est le cas (fin iiie s. - début du iie s. av. J.‑C.) des frappes des Longostalètes de la région de Béziers (Bitouios, Bitouiotouos, Bitouikos tous deux proches de celui de Buitotos, roi arverne ; le nom de Rigantikos est quant à lui directement construit sur la désignation du roi en celtique).

27 On connaît quelques cas de femmes qui portent des noms en -rix telles la Boudoris d’Alexandrie dont le nom avec une finale affaiblie (une forme hellénisée ?) figure sur une hydrie d’Hadra (Reinach 1911, p. 61, fig. 13) et la Tolistoboge Bodoris, cf. Monumenta Asiae Minoris Antiqua VII, 214.

28 Il est aussi désigné comme « rí teora thuath no ketheora thuata », cf. Charles-Edwards 2000, p. 130 et n. 1 ; l’appellation est à rapprocher du sens des ethniques des Tricori des Alpes et les Petrocori du Périgord (Charles-Edwards 2000), respectivement les « trois » et « quatre troupes ».

29 Ó Cróinín 1995, p. 65.

30 On pense ici au serment de Passaron passé entre les deux rois molosses et leur peuple (Quantin 2011, p. 74‑75). Dédié à Zeus Aréios (épiclèse au sens guerrier), l’engagement est garanti par un sacrifice ; sans doute consiste-il en une trittoia ou au partage du corps d’un animal en morceaux. Une fosse récemment fouillée près de l’agora de Thasos a fourni la seule attestation archéologique de ce rituel homérique : les trois animaux (taureau, porc, bélier) avaient été en effet coupés en deux. On retrouve des pratiques analogues dans des descriptions de lustrations macédoniennes et surtout hittites où un être humain s’ajoute aux victimes animales. Or, les tourbières d’Europe du Nord livrent souvent des corps incomplets pour lesquels on ne peut pas systématiquement avancer l’explication d’une fragmentation par les lames des machines qui exploitent la tourbe ; c’est peut-être ainsi le cas pour le corps d’Old Crogham qui porte une large entaille de 40 cm de long au milieu du corps, marque d’une éviscération qui pourrait avoir abouti à la séparation en deux du cadavre d’un roi ayant parjuré son serment d’intronisation.

31 Scubla 2002.

32 Kelly 2012.

33 Huit cités au moins sont organisées ainsi, certaines depuis très peu de temps à l’exemple de celle des Sénons (« les Anciens »), royauté lorsque César entre en Gaule, mais plus tard oligarchie.

34 Bouffié, Caire 2014.

35 César, Guerre civile VI, 13. L’Irlande du haut Moyen Âge connaît une division qui paraît plus marquée, avec l’opposition libre/non libre (sóer/dóer) ; en revanche l’élite (nemid) réunit roi, nobles guerriers, druides mais aussi les meilleurs artisans.

36 Momigliano 1979.

37 Mais 400 seulement selon Plutarque.

38 On pourrait donc accorder une valeur chronologique à la forme de cet (hypothétique) emprunt institutionnel, et admettre son adoption à haute époque, mais il est aussi possible qu’il s’agisse d’un choix délibéré de la part de gaulois fréquentant une cité qui allait un jour passer pour l’école de la Gaule.

39 César, Guerre des Gaules II, 15.

40 Le mot pourrait – sans grand argument – être vascon selon Vennemann 2003, p. 695.

41 Testart et Baray 2007, p. 54‑55.

42 Tite-Live, II, 12.

43 Thucydide, V, 72, 4.

44 On pensera aux 300 (celeres) cavaliers de Romulus, mais également aux 300 guerriers avec torques d’or mentionnés dans Y Gododdin, poème gallois du vie-viie s. conservé dans le livre d’Aneirin (ca 1250‑1300) ; la découverte récente d’un dépôt de 4 torques en or à Stirling en Écosse témoigne très vraisemblablement d’une composition à partir d’une poésie orale au moins de la fin de l’âge du Fer ; l’un des torques, nettement d’influence méditerranéenne, possède un fermoir de type loop-in-loop, fruit d’une technologie anciennement attestée dans le monde celtique (perle en or de Jegensdorf au viie s. av. J.‑C. en Suisse, de Pottenbrunn, tombe 54, au ve s. av. J.‑C. en Autriche, mais tardivement attestée en milieu insulaire dans le dépôt de Winchester au ier s. av. J.‑C.).

45 Perrin et Decourt 2002, p. 366.

46 Odyssée I, 390.

47 Briquel 1998 ; Fromentin 2003.

48 Hérodote, IV, 5.

49 On mentionnera le cas de la tombe 6 de l’hérôon de la Porte Ouest d’Érétrie avec une pointe de lance en bronze, peut-être pas de l’Helladique récent comme cela a été envisagé au départ mais nord-alpine du ixe s. av. J.‑C. si l’on suit M. Betteli. Voir sur ce point les réserves de Verger et Guilaine 2008, p. 233.

50 Iliade II, 200‑202.

51 Le vote restera longtemps oral à Rome, tant dans les assemblées électives que judiciaires ; Plutarque et Tite-Live (43, 39) rapportent comment en 168 av. J.‑C. un magistrat fera recommencer un vote après avoir indiqué aux électeurs – des militaires assez mécontents de leur consul lors des guerres de Macédoine –, qu’« il noterait les méchants et les ingrats » s’obstinant à voter contre l’obtention du triomphe… Écrit, le vote per tabellam ne nécessitait que le tracé d’une lettre dans le cadre des assemblées législatives et judiciaires et selon une anecdote rapportée par Cicéron (de Domo, 112), à l’époque de la Guerre des Gaules, les initiales d’un candidat étaient acceptées pour exprimer son choix dans le cadre d’une élection romaine.

52 Demont 2010.

53 On connaît de rares exemples de tombes nord-alpines qui pourraient présenter un lien avec le tirage au sort, par exemple à Gevelinghausen (Allemagne) où deux bâtonnets en os décorés de cercles étaient placés aux viiie-ve s. av. J.‑C. dans une amphore biconique en bronze à décor de barque, d’oiseaux et de motifs solaires.

54 On rappellera que le gaulois est sur le plan linguistique le plus proche parent de l’italique.

55 Parmentier 2014, p. 8.

56 Verger 2006.

57 Picard 2008.

58 Excepté dans le cas, rapporté par Pausanias, des femmes d'Élis et de Pisa qui sont, à l’époque archaïque, désignées comme arbitres et sont donc compétentes pour trancher des différends avec le tyran Démophon. Ces deux fois huit représentantes des villes éléennes, avec leurs compétences peu ordinaires et leur organisation en collège, constituent sans doute la meilleure analogie avec les diplomates gauloises. Leur nombre n’est pas sans rappeler celui des femmes « cariatides » de la banquette de la « tombe de Hochdorf », pour laquelle Stéphane Verger envisage le rôle de trône pour 3 princes, un seul d’entre eux in fine ayant occupé le pouvoir. Sur les Éléennes voir Jacqmin 2013.

59 Plutarque, Vertus des Femmes, Œuvres morales 243b.

Auteur

Université Lumière Lyon 2, HiSoMA (UMR 5189), MOM