Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voter en Grèce, à Rome et en Gaule

 | 
Aldo Borlenghi
, 
Clément Chillet
, 
Virginie Hollard
, 
et al.

Troisième partie. Le monde gaulois

Introduction

Aldo Borlenghi

Texte intégral

  • 1 Peyre 2000, p. 155‑184.

1En 2000, la parution d’un article de Ch. Peyre, dans un volume de la Collection de l’École française de Rome intitulé « Rites et espaces en pays celte et méditerranéen », a porté à l’attention de la communauté scientifique, d’une façon nouvelle et inattendue, la découverte présumée de traces matérielles d’installations pour le vote en Gaule avant la conquête de César1.

  • 2 Peyre 2000, p. 165‑172.

2Les fouilles conduites dans l’oppidum de Villeneuve-Saint-Germain ont mis au jour quatre fossés en croix, convergeant, sans se recouper, vers un espace central (fig. 1). La découverte d’une série de trous alignés et espacés de manière régulière a permis d’établir qu’une double rangée de poteaux devait longer les fossés. Ces éléments permettaient de supposer la mise en place de quatre portiques, composé chacun de trois travées : la travée centrale, plus étroite (1,60 à 1,70 m) que les autres (2 à 2,30 m), était placée au-dessus des fossés. Ces infrastructures de bois, interprétées jusqu’alors comme des galeries marchandes, ont été identifiées par C. Peyre2 comme les vestiges d’aménagements mis en œuvre pour le déroulement des élections des huit pagi des Suessions, à l’intérieur d’un grand espace public destiné aux réunions populaires, existant déjà à l’époque de l’arrivée de Jules César. Ces installations civiques, périodiquement mises en place et démontées jusque vers 20‑15 av. J.‑C., pouvaient avoir plusieurs usages. Pour les opérations de vote, on pourrait imaginer l’aménagement de couloirs, délimités par des barrières de bois, placées de part et d’autre de chaque fossé : ce système aurait permis de créer au total huit passages distincts (fig. 2‑3). À la croisée des fossés, des urnes devaient accueillir des jetons de vote, attestés probablement par des rouelles de bronze ou de plomb et par des perles de verre, découvertes en grande quantité à cet emplacement.

Fig. 1 – Villeneuve-Saint-Germain : localisation des fossés et des trous de poteau au centre du site (d’après Peyre 2000, p. 159, fig. 4).

Fig. 1 – Villeneuve-Saint-Germain : localisation des fossés et des trous de poteau au centre du site (d’après Peyre 2000, p. 159, fig. 4).

Fig. 2 – Villeneuve-Saint-Germain : première proposition de reconstitution des installations de vote.

Fig. 2 – Villeneuve-Saint-Germain : première proposition de reconstitution des installations de vote.

Des gardes sur une passerelle, au-dessus des fossés, pouvaient surveiller les membres des pagi pendant les opérations de vote (d’après Peyre 2000, p. 171, fig. 14).

Fig. 3 – Villeneuve-Saint-Germain : deuxième proposition de reconstitution des installations de vote.

Fig. 3 – Villeneuve-Saint-Germain : deuxième proposition de reconstitution des installations de vote.

Les membres des pagi procèdent dans des travées, délimitées par des madriers ou des cordes supportées par des bornes (d’après Peyre 2000, p. 171, fig. 15).

3Par la suite, les recherches archéologiques conduites ces dernières années sur quelques oppida de La Tène finale en Gaule ont conduit d’autres chercheurs à repérer des installations similaires, également interprétées comme des structures provisoires pour les électeurs, sur la base d’une comparaison avec le système de vote et l’image des Saepta à Rome, lieu consacré au déroulement des comices centuriates et, ensuite, des comices tributes électoraux.

  • 3 Pour une étude complète du site, voir Metzler, Gaeng et Méniel 2016.
  • 4 Metzler, Gaeng et Méniel 2006, p. 195 ; Metzler, Méniel et Gaeng 2006, p. 204‑205.

4Sur le site de Titelberg3, au Luxembourg, oppidum principal des Trévires occupé dès les années 80‑70 av. J.‑C. et ceint d’un rempart, on retrouve un grand fossé long de 500 m, réalisé vers la fin du iie s. av. J.‑C., qui isole une surface de 10 hectares de la partie destinée à l’habitat. Elle est identifiée à un espace public utilisé pour les manifestations politiques et cultuelles de la cité, qui rappellerait un lieu dédié aux assemblées du peuple trévire en armes, selon un passage du texte de César (Guerre des Gaules V, 56). Une série de petits fossés parallèles, datés de la première moitié du ier s. av. J.‑C., a été interprétée comme témoin de la mise en place temporaire de palissades constitutives de longs couloirs, peut-être destinés aux opérations de vote dans le cadre des assemblées publiques à caractère politique, religieux et juridique des Trévires4. La découverte de pierres de calage des poteaux indiquerait qu’il s’agissait de palissades légères périodiquement démontées et réinstallées, qui permettaient de mettre en œuvre des couloirs de 4 m de large sur une longueur de soixante mètres environ : une structure plus solide, une estrade, constituait le lieu d’aboutissement de ces travées rectilignes.

  • 5 Brunaux, Méniel et Poplin 1985, p. 112‑116.

5Dans le sanctuaire de Gournay-sur-Aronde5, dans l’Oise, la découverte de clôtures similaires datées de la dernière phase de l’aménagement laténien du site (milieu du ier s. av. J.‑C.), contemporaine de la mise en place de l’oppidum, a également suggéré l’existence de quatre couloirs palissadés : espacés d’environ 2,70 m, ils ont été aménagés devant le temple, plus ancien mais reconstruit à cette époque.

  • 6 Buchsenschutz 2004, p. 353 ; Poux 2008, p. 192 ; Pion 2010, p. 39 ; Fichtl 2012, p. 43‑45 ; Guicho (...)
  • 7 Ruby, Auxiette 2010, p. 62‑66, 86‑89 ; Marc 2011, p. 314‑315 ; Dondin-Payre 2012, p. 62 ; Hutin 20 (...)
  • 8 Ortalli 2013, p. 14‑25, 30‑41 ; Ortalli 2016, p. 26‑31. Contra, Sassatelli 2015, p. 411‑414.

6Ces différentes propositions ont rapidement sollicité l’avis des spécialistes, contraints de s’interroger sur la validité de ces théories et sur l’existence de témoignages similaires. Si certains chercheurs ont repris ces hypothèses et admis la possibilité de ce type d’interprétation6, d’autres ont remis en cause ces analyses et la pertinence méthodologique du parallèle opéré entre les systèmes civiques romain et gaulois, notamment en raison de l’absence de sources écrites validant l’existence de ces structures de vote et décrivant leur configuration7. Ce type de démarche ne constitue toutefois pas un cas isolé, comme le montre, pour la civilisation étrusque, la récente hypothèse avancée à Bologne pour l’interprétation d’un vaste complexe en bois (140 x 70 m environ), utilisé du milieu du viiie s. au milieu du viie s. av. J.‑C. : son emplacement extra-urbain, sa taille et la présence de couloirs ont incité J. Ortalli à proposer d’y reconnaître un espace politique et électoral pour la réunion du populus sur l’exemple des Saepta8.

  • 9 Ruby, Auxiette 2010.

7Il est nécessaire aujourd’hui d’aborder différemment la question et d’élargir notre enquête sur ce sujet, qui manque d’une longue tradition historiographique, mais qui interroge depuis plusieurs années la communauté scientifique. Comme les récentes investigations conduites à Villeneuve-Saint-Germain par P. Ruby et G. Auxiette9 ont tenté de le faire, il faut aussi considérer la possibilité d’identifier autrement ces vestiges archéologiques et éviter de se focaliser sur une seule interprétation. Dans la capitale des Suessions, la révision des données anciennes et la fouille de nouvelles parties des fossés en croix ont ouvert une autre perspective. Leur interprétation comme galeries marchandes ou comme aménagements pour le vote est fragilisée par la présence des fossés, difficile à expliquer dans ces contextes. Les fossés, au moment de leur fonctionnement, étaient cuvelés, avec un revêtement en bois des parois internes, fixé par les poteaux appartenant aux deux rangées centrales. Ces particularités, auxquelles il faut ajouter la longueur de 900 m de l’un des fossés, suggéreraient plutôt une fonction hydraulique, pour la circulation de l’eau ou d’autres fluides liée aux activités qui se déroulaient à proximité, comme les pratiques bouchères attestées par la faune. La répartition bien distincte des rouelles et des perles de verre dans les fossés ne serait pas en faveur d’une interprétation unitaire comme jetons de vote – hypothèse due à l’interprétation préalable des vestiges comme des installations électorales.

  • 10 Voir la contribution des auteurs, p. 425‑450.

8Dans le cadre de notre volume, J. Metzler, C. Gaeng et P. Méniel10 ont parallèlement repris le dossier concernant l’interprétation du grand espace public de Titelberg et, entre autres, des palissades en bois utilisées pendant la première moitié du ier s. av. J.‑C. Selon une première hypothèse les couloirs palissadés pourraient avoir une fonction liée à la contention et à l’exposition des animaux destinés à la vente, en tenant compte des grandes quantités d’ossements d’animaux qui parsèment ce secteur. L’utilisation de ces installations pour canaliser les participants aux assemblées politiques apparaît également possible, même si le mobilier archéologique ne peut pas nous renseigner sur le déroulement de votations pendant ces réunions. Les bâtiments publics qui succèdent aux couloirs soulignent le rôle politique et religieux, mais aussi économique, de cet espace communautaire : il s’agit dans un premier temps d’une grande halle ouverte associée à une esplanade, puis d’une grande cour à portiques augustéenne, suivie d’un monument à piliers et colonnes d’époque flavienne qui évolue, au iie s. ap. J.‑C., vers un grand édifice cultuel de type fanum dédié probablement à Mars.

  • 11 Sur le sujet, voir García Riaza, Lamoine 2008.

9Le manque de données épigraphiques ou archéologiques interprétables avec certitude comme des témoignages d’installations de vote n’oblige pas à en réfuter a priori l’existence dans les oppida gaulois : les sources anciennes nous fournissent des informations importantes sur les magistratures et sur les institutions collectives gauloises (sénat, assemblées civiques, concilia armata)11 qui doivent constituer une base précieuse pour notre dossier.

  • 12 À ce propos voir, en parallèle, la critique du recours presque constant au modèle romain pour l’in (...)

10Il ne faut pas non plus considérer qu’il est interdit ou anachronique d’établir un parallèle entre un système romain et un système gaulois, surtout à une époque comme celle de la romanisation qui cache encore des aspects mal connus et qui ne démarre pas systématiquement et automatiquement dans toute la Gaule après la conquête de César. Pour autant, l’utilisation des couloirs des Saepta ou des aménagements électoraux des forums des colonies latines ou des villes romaines d’Italie comme modèles pour reconstruire les installations de vote celtiques s’avère plus problématique. La raison n’est pas seulement et forcément à rechercher dans la pertinence méthodologique de cette démarche, dont il ne faut toutefois pas ignorer les dangers si l’on tient compte qu’on utilise des réalités architecturales et des pratiques politiques qui appartiennent à des contextes institutionnels différents12. Ce genre de comparaison se heurte plus simplement à notre méconnaissance de l’organisation matérielle des opérations de vote dans le monde romain et, en particulier, du prétendu modèle d’origine des Saepta.

  • 13 Voir la contribution d’A. Borlenghi dans ce volume, p. 297-332.

11Comme nous avons essayé de le montrer dans la section de notre volume consacrée au vote à Rome et dans le monde romain13, la disposition des votants en files parallèles dans les Saepta sur le Champ de Mars ne va pas de soi et n’est pas confirmée par les sources, souvent très fragmentaires. En outre, l’interprétation des cavités découvertes dans un nombre réduit de forums de villes italiques comme des logements de poteaux, destinés à circonscrire rituellement le forum et à l’aménager provisoirement en couloirs pour le déroulement des élections, pose problème. En effet, ces dispositifs, de taille et de forme variables, pourraient bien constituer des logements pour la mise en place d’installations commerciales provisoires ou pour le soutien de vela ou encore pour recevoir des poteaux permettant d’entourer le forum ou d’aménager des tribunes à l’occasion de munera gladiatoria.

12Par conséquent, en Gaule, d’autres possibilités doivent être prises en compte pour l’interprétation des fossés ou des palissades en bois. En effet, l’aménagement de longs couloirs ou de portiques ne constitue pas nécessairement une preuve de l’accueil des unités électorales, mais pourrait être lié à des pratiques différentes. Le nombre important d’ossements attestés dans une partie de sites convoqués à l’appui de cette hypothèse indique, par exemple, le sacrifice d’animaux ou l’abattage de bétail pour la commercialisation : ces pratiques évoquent plutôt l’organisation de foires et de marchés, peut-être combinés à des fêtes religieuses, qui pourraient expliquer la mise en place de ces infrastructures.

  • 14 Guichon 2006. Pour une étude complète du site de Corent, voir Poux, Demierre 2016.

13Le principal objectif de ce volume est de faire le point sur l’interprétation des vestiges archéologiques de « couloirs » découverts sur ces sites laténiens et sur l’apport du mobilier à la mise en évidence d’éventuelles pratiques de vote, de recensement ou de représentation collective. Sur ce dernier point, l’interprétation du mobilier – notamment les rouelles en bronze ou en plomb, les jetons en céramique et les perles de verre découverts sur les sites de Villeneuve-Saint-Germain, du Titelberg et de Corent14 – mérite une attention particulière. Ce matériel, parfois interprété à la suite de comparaisons avec le monde gréco-romain, doit-il être considéré comme une attestation du déroulement d’opérations de vote ou, de façon plus générique, comme un témoin de la diversité des activités collectives qui pouvaient avoir lieu à l’intérieur des structures mises au jour ?

  • 15 Voir la contribution de R. Guichon dans ce volume, p. 451‑470.

14R. Guichon15 travaille sur ces différents aspects, en tentant lui aussi d’établir des comparaisons avec le monde méditerranéen. L’hypothèse de l’interprétation des rouelles métalliques ou des rondelles de céramique découvertes en masse sur certains oppida comme des jetons utilisés lors d’assemblées populaires est envisagée, sans être automatiquement appliquée à tous les contextes. Cette lecture constitue une alternative à l’explication votive, souvent évoquée dans la littérature. Pourtant, la polyvalence des objets circulaires provenant des lieux de culte ou de rassemblement oblige à une réflexion globale sur le contexte des découvertes : l’analyse croisée de leur répartition sur le site, de la nature des vestiges et des mobiliers associés s’avère indispensable avant d’être en mesure de formuler la moindre hypothèse.

  • 16 Sur ces aspects, voir Fichtl 2012 ; Hutin 2016.
  • 17 Par exemple l’oppidum éduen de Bibracte, l’oppidum leuque de Boviolles, les sites trévires du Tite (...)

15En l’état actuel des recherches, la seule chose certaine est l’existence d’espaces publics et plurifonctionnels attestés dans plusieurs oppida en Gaule16, qui ont pu également accueillir les rassemblements politiques et les opérations de vote. Ces assemblées électorales ou civiques justifient la présence de grands enclos rectangulaires de différentes tailles attestés dans plusieurs oppida de la Tène finale17. Ces derniers semblent matérialiser de grandes places de rassemblement qui pouvaient avoir un rôle similaire mais aussi des fonctions cultuelles, économiques et sociales. C’est pourquoi il apparaît important de s’interroger sur les caractéristiques de ces grands espaces publics pour déterminer leur organisation, puis valider l’existence d’un schéma unitaire et régulier dans leur conception.

  • 18 Voir la contribution de M. Poux dans ce volume, p. 471‑518.
  • 19 Sur le sujet et sur l’interprétation du terme latin voir aussi Dondin-Payre 2012, p. 58‑60.

16Sans oublier d’aborder le problème de l’héritage institutionnel gaulois, M. Poux18 se concentre principalement sur la pratique de vote en Gaule romaine. La documentation épigraphique atteste la désignation de certaines magistratures par le biais du suffrage populaire, selon une coutume bien connue dans les colonies et les municipes du monde romain. Il ne se limite pas, pour autant, à réunir les rares sources disponibles sur le sujet, mais essaie de les lire d’une façon nouvelle, qui ne manquera pas de susciter des discussions et de déclencher une réflexion sur certains aspects concrets du vote, comme les lieux où cette pratique était accueillie et les ustensiles qu’elle mettait en œuvre. Ces opérations ont pu se dérouler sur les chefs-lieux ou dans des sanctuaires d’agglomérations, pourvus de théâtres, de basiliques et d’espaces publics adaptés au rassemblement du peuple. Quelques inscriptions y révèlent l’existence même de locaux affectés au dépouillement des votes, les diribitoria19. Parallèlement, certains ensembles de mobiliers, comme les lots de boules en argile numérotées retrouvées dans plusieurs sanctuaires du territoire trévire, font écho à certaines descriptions présentes dans les sources et mettent en évidence la pratique du tirage au sort à l’aide de sorts conservés dans une urne, dont l’offrande en remerciement d’un succès électoral est également attestée par l’épigraphie gallo-romaine.

17La question de l’espace politique de la cité, appréhendée sous l’angle de l’approche archéologique du vote, ne doit pas faire oublier, comme nous l’avons souligné, l’apport des sources littéraires susceptibles de nous informer sur la composition du corps civique et sur les institutions politiques mises en place à l’époque de la conquête et de la romanisation des Gaules.

  • 20 Voir la contribution d’E. Mitsakis dans ce volume, p. 397‑410.

18E. Mitsakis20 essaie de définir le cadre institutionnel du vote, apanage d’une fraction réduite de la société, à travers l’étude des institutions gauloises présentées dans les Commentaires sur la guerre des Gaules de Jules César, qui ne permettent pas, toutefois, d’établir un tableau général et complet de tous les systèmes politiques des peuples gaulois. L’existence d’instances délibératives au sein des cités gauloises est mentionnée à plusieurs reprises : ces opérations, régies par des rituels rigoureux, permettaient aux votants de se prononcer sur l’entrée en guerre de la cité, les alliances à nouer, ou intervenaient lors de l’élection des principaux magistrats, comme celle du vergobret des Éduens, peuple sur lequel les sources nous permettent d’avoir plus d’informations. Néanmoins, ces pratiques politiques ne présupposent pas l’existence d’institutions véritablement civiques, incluant l’ensemble des hommes libres des cités gauloises : le cadre politique évoqué reste celui de cités aristocratiques où des principes gardent la mainmise sur les procédures de prise de décision. L’auteure souligne, à juste titre, que « l’utilisation d’un vocabulaire institutionnel romain par César lui permet de se rendre plus intelligible de ses lecteurs, mais ne permet pas de conclure à une similarité des institutions romaines et gauloises, lesquelles conservent toute leur singularité ».

  • 21 Voir la contribution de F. Perrin dans ce volume, p. 411‑424.
  • 22 Sur la fonction du populus dans le cadre des assemblées civiques des villes gauloises, voir Garcia (...)

19F. Perrin21, en partant de l’examen de la littérature grecque et latine, fait remarquer quant à lui que les mentions de vote sont loin d’être courantes en Gaule à l’âge du Fer et doute, à titre personnel, de l’existence d’un « citoyen votant » gaulois22. Dans une étude essentiellement comparative, il discute de la réalité du vote en Gaule, en soulignant le caractère archaïque des institutions gauloises (royauté, oligarchie), l’importance probable de Marseille dans la genèse de ce que César appelle sénat et l’originalité probable des Éduens, premier peuple allié des Romains. Le parallèle avec les sociétés méditerranéennes, dans lesquelles coexistent à haute époque plusieurs pratiques électives et décisionnaires dépourvues de toute expression matérielle, écrite ou non, pourrait favoriser le rapprochement avec celles des Gaulois et de leurs élites.

20Même si nous sommes conscients des difficultés inhérentes au sujet, les nombreuses questions soulevées par ces différentes contributions font miroiter l’espoir d’alimenter, par de nouvelles découvertes, le débat sur les lieux et les pratiques du vote en Gaule préromaine et romaine, ainsi que sur les formes individuelles de l’expression politique. Cette initiative s’efforce de prolonger, peut-être sous un angle différent mais non moins fascinant, la réflexion transversale engagée depuis longtemps sur les sociétés antiques qui bordent la Méditerranée et sur leurs influences réciproques.

Bibliographie

Brunaux J.‑L., Méniel P., Popplin F. 1985, Gournay. I, Les fouilles sur le sanctuaire et l’oppidum (1975‑1984), RAPic, numéro spécial 4.

Buchsenschutz O. 2004, « Les Celtes et la formation de l’Empire romain », Annales. Histoire, Sciences Sociales 59, p. 337‑361.

Dondin-Payre M. 2012, « Forum et structures civiques dans les Gaules : les témoignages écrits », in A. Bouet (éd.), Le forum en Gaule et dans les régions voisines, Mémoires 31, Bordeaux, p. 55‑63.

Fichtl S. 2012, « Places publiques et lieux de rassemblement à la fin de l’âge du Fer dans le monde celtique », in A. Bouet (éd.), Le forum en Gaule et dans les régions voisines, Mémoires 31, Bordeaux, p. 41‑53.

García Riaza E., Lamoine L. 2008, « Les réunions politiques des Gaulois (ier s. av. J.‑C. - ier s. ap. J.‑C.) », in C. Berrendonner, M. Cébeillac-Gervasoni, L. Lamoine (dir.), Le quotidien municipal dans l’Occident romain, Histoires croisées, Clermont-Ferrand, p. 129‑146.

Guichon R. 2006, « Les rondelles de céramique du sanctuaire de Corent (Puy-de-Dôme) », in SFECAG, Actes du congrès de Pézenas, Marseille, p. 517‑524.

Guichon R., Poux M. 2012, « Le sanctuaire », in M. Poux (dir.), Corent : voyage au cœur d’une ville gauloise, Paris, p. 141‑163.

Hutin T. 2016, « Lieux d’échanges et espaces publics en Gaule à La Tène finale », Archimède 3, p. 135‑149.

Marc J.‑Y. 2011, « Un excès de la romanisation ? L’identification dans les villes gauloises de monuments civiques romains », in M. Reddé, P. Barral, F. Favory, J.‑P. Guillaumet, M. Joly, J.‑Y. Marc, P. Nouvel, L. Nuninger, C. Petit (dir.), Aspects de la romanisation dans l’est de la Gaule, Bibracte 21, Glux-en-Glenne, p. 309‑317.

Metzler J., Gaeng C., Méniel P. 2006, « Religion et politique. L’oppidum trévire de Titelberg », in C. Goudineau (éd.), Religion et société en Gaule, Paris, p. 191‑202.

Metzler J., Gaeng C., Méniel P. 2016, L’espace public du Titelberg, Dossiers d’archéologie XVII, Luxembourg.

Metzler J., Méniel P., Gaeng C. 2006, « Oppida et espaces publics », in C. Haselgrove (éd.), Celtes et Gaulois. L’archéologie face à l’histoire. 4, Les mutations de la fin de l’âge du fer. Actes de la table ronde de Cambridge (7‑8 juillet 2005), Bibracte 12/4, Glux-en-Glenne, p. 201‑224.

Ortalli J. 2013, « Strutture pubbliche e luoghi della politica alle origini della città. Un “Campo Marzio” nella Felsina villanoviana ? », ArchCl 64, p. 7‑50.

Ortalli J. 2016, « Altre noterelle su Felsina (risposta a Giuseppe Sassatelli) », Thiasos 5, p. 17‑32.

Peyre C. 2000, « Documents sur l’organisation publique de l’espace dans la cité gauloise. Le site de Villeneuve-Saint-Germain et la bilingue de Verceil », in S. Verger (éd.), Rites et espaces en pays celte et méditerranéen : étude comparée à partir du Sanctuaire d’Acy-Romance, CEFR 276, Rome, p. 155‑206.

Pion P. 2010, « Oppida et urbanisation en Gaule du Nord avant la Conquête : des faits aux modèles et des modèles à l’Histoire », in P. Ouzoulias, L. Tranoy (dir.), Comment les Gaules devinrent romaines, Hors collection Sciences Humaines, Paris, p. 35‑46.

Poux M. 2008, « Du Nord au Sud : définition et fonction de l’espace consacré en Gaule indépendante », in X. Dupré Raventos, S. Ribichini, S. Verger (dir.), Saturnia Tellus. Definizioni dello spazio consacrato in ambiente etrusco, italico, fenicio-punico, iberico e celtico, Monografie Scientifiche del Consiglio Nazionale delle Richerche, Rome, p. 171‑200.

Poux M. (dir.) 2012, Corent : voyage au cœur d’une ville gauloise, Paris.

Poux M., Demierre M. 2016, Le sanctuaire de Corent (Puy-de-Dôme, Auvergne) : vestiges et rituels, Gallia. Supplément 62, Paris.

Ruby P., Auxiette G. 2010, « 1977‑1007 : trente ans de recherches sur les “fossés en croix” de l’oppidum de Villeneuve-Saint-Germain », RAPic 3‑4, p. 39‑94.

Sassatelli G. 2015, « Noterelle su Felsina », ArchCl 66, p. 407‑415.

Notes

1 Peyre 2000, p. 155‑184.

2 Peyre 2000, p. 165‑172.

3 Pour une étude complète du site, voir Metzler, Gaeng et Méniel 2016.

4 Metzler, Gaeng et Méniel 2006, p. 195 ; Metzler, Méniel et Gaeng 2006, p. 204‑205.

5 Brunaux, Méniel et Poplin 1985, p. 112‑116.

6 Buchsenschutz 2004, p. 353 ; Poux 2008, p. 192 ; Pion 2010, p. 39 ; Fichtl 2012, p. 43‑45 ; Guichon, Poux 2012, p. 162‑163.

7 Ruby, Auxiette 2010, p. 62‑66, 86‑89 ; Marc 2011, p. 314‑315 ; Dondin-Payre 2012, p. 62 ; Hutin 2016, p. 145.

8 Ortalli 2013, p. 14‑25, 30‑41 ; Ortalli 2016, p. 26‑31. Contra, Sassatelli 2015, p. 411‑414.

9 Ruby, Auxiette 2010.

10 Voir la contribution des auteurs, p. 425‑450.

11 Sur le sujet, voir García Riaza, Lamoine 2008.

12 À ce propos voir, en parallèle, la critique du recours presque constant au modèle romain pour l’interprétation des espaces et des édifices civiques des villes gauloises pendant la romanisation (Marc 2011).

13 Voir la contribution d’A. Borlenghi dans ce volume, p. 297-332.

14 Guichon 2006. Pour une étude complète du site de Corent, voir Poux, Demierre 2016.

15 Voir la contribution de R. Guichon dans ce volume, p. 451‑470.

16 Sur ces aspects, voir Fichtl 2012 ; Hutin 2016.

17 Par exemple l’oppidum éduen de Bibracte, l’oppidum leuque de Boviolles, les sites trévires du Titelberg, du Martberg et du Donnersberg en Allemagne ou, encore, l’oppidum helvète de Berne-Engehalbinsel en Suisse (voir Metzler, Méniel et Gaeng 2006, p. 212‑218, avec les références bibliographiques relatives à chaque site).

18 Voir la contribution de M. Poux dans ce volume, p. 471‑518.

19 Sur le sujet et sur l’interprétation du terme latin voir aussi Dondin-Payre 2012, p. 58‑60.

20 Voir la contribution d’E. Mitsakis dans ce volume, p. 397‑410.

21 Voir la contribution de F. Perrin dans ce volume, p. 411‑424.

22 Sur la fonction du populus dans le cadre des assemblées civiques des villes gauloises, voir Garcia Ríaza, Lamoine 2008, p. 139‑140.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Villeneuve-Saint-Germain : localisation des fossés et des trous de poteau au centre du site (d’après Peyre 2000, p. 159, fig. 4).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6495/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 495k
Titre Fig. 2 – Villeneuve-Saint-Germain : première proposition de reconstitution des installations de vote.
Légende Des gardes sur une passerelle, au-dessus des fossés, pouvaient surveiller les membres des pagi pendant les opérations de vote (d’après Peyre 2000, p. 171, fig. 14).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6495/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 651k
Titre Fig. 3 – Villeneuve-Saint-Germain : deuxième proposition de reconstitution des installations de vote.
Légende Les membres des pagi procèdent dans des travées, délimitées par des madriers ou des cordes supportées par des bornes (d’après Peyre 2000, p. 171, fig. 15).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6495/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 363k