Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voter en Grèce, à Rome et en Gaule

 | 
Aldo Borlenghi
, 
Clément Chillet
, 
Virginie Hollard
, 
et al.

Les finalités

Le suffrage archaïque

Vote et assentiment populaire en Étrurie et à Rome à l’époque des rois et des tyrans

Gilles van Heems

Texte intégral

  • 1 La tradition antiquaire romaine a figé ce lointain souvenir dans la conviction unanime que les ins (...)

1Dans cette réflexion collective sur le vote et ses modalités dans le monde romain, on pourra s’étonner que je propose un « détour » par la période royale et alto-républicaine, dont les institutions semblent si mal connues, et plus encore que je propose de traverser le Tibre pour sonder – car il est à craindre qu’il ne faille se contenter d’éléments plutôt épars – les formes de suffrages instituées à l’époque archaïque en Étrurie. Mais il semble qu’à cette époque plus qu’à tout autre la dette romaine à l’égard des cités voisines d’Étrurie, en particulier en matière institutionnelle et politique1, ne fasse d’un tel détour un préalable nécessaire. L’objet de cet article est une enquête sur les plus anciennes formes de « vote » qu’ont connues les sociétés de l’Italie centrale ; le terme de « vote » est ici à prendre dans un sens très large, englobant toute forme institutionnalisée permettant à un groupe social d’exprimer officiellement et publiquement un avis (et corollairement les moyens pour le groupe social dirigeant d’organiser cette expression publique), et recouvrant toute une gamme de nuances allant de l’expression simple d’un consentement ou d’un refus à des formes plus raffinées de consultation. Ainsi, il s’agit de déterminer, au moment où en Italie centrale naissent les cités-États :

  • si le corps civique était régulièrement consulté par l’autorité étatique (représentée par le « roi », du moins à Rome, mais il devait en aller de même en Étrurie, jusqu’au moins le début du ve s.) ;
  • si des institutions existaient pour ce faire, et si oui, lesquelles ;
  • quelle(s) étai(en)t la ou les fonctions de cette consultation ;
  • enfin, qui était autorisé à exprimer son avis, et à quelle(s) occasion(s).

2En d’autres termes et dans une formulation volontairement naïve, il s’agira de répondre aux questions suivantes : vote-t-on, en Italie centrale, à l’époque archaïque ? Qui vote (le citoyen et/ou le soldat ? – à une époque où il est certainement vain de vouloir séparer les deux) ? À quelle(s) occasion(s) ? Par quelle(s) sollicitation(s) ?

  • 2 Maggiani 1996, p. 95.
  • 3 Ce qui n’empêche pas certaines cités étrusques de conserver ou repasser à un régime monarchique, a (...)

3Nous arrêtons, tout naturellement, notre enquête avec la date commode de 509, qui voit les Romains, si l’on en croit la tradition, substituer au régime monarchique qu’ils connaissaient (voire avaient volontairement choisi, si l’on suit Denys d’Halicarnasse) depuis la fondation de leur ville, un régime « républicain », dans lequel le peuple désigne souverainement et annuellement les magistrats qui le dirigent, puisque la révolution romaine semble conférer au peuple réuni dans les comices un rôle, sinon inédit, du moins d’une tout autre ampleur que celui qui était le sien jusqu’alors. Même s’il est certain aujourd’hui que les institutions républicaines, contrairement à l’image anachronique et organique qu’en donnent les annalistes, aient connu une mise en place progressive, il semble néanmoins que la fin du vie s. et le début du ve s. soient une césure pertinente pour l’ensemble de l’Italie centrale (voire au-delà2), puisque les cités étrusques, du moins en Étrurie méridionale, semblent passer à un régime « républicain » (entendons oligarchique et non plus monarchique) dans ces mêmes années3.

  • 4 Cornell 2005 ; Grandazzi 2007, p. 31‑56. L’apport de l’archéologie, via notamment la fouille et l’ (...)
  • 5 Tout au moins avant la fin du ve s. : avec la phase finale de la guerre contre Véies, puis la conq (...)

4Un tel programme semblera certainement ambitieux, voire totalement hors d’atteinte, puisque nous sommes tributaires, pour aborder des périodes si hautes, des sources littéraires, et qu’on ne peut attendre, pour les questions institutionnelles telles que le suffrage archaïque, qu’une aide sinon nulle, du moins extrêmement limitée, de l’archéologie4. Une part importante de notre enquête reposera donc sur les sources littéraires, avec tous les problèmes de méthode que cela implique et sur lesquels il n’est pas besoin de s’étendre ; je préciserai qu’outre la critique philologique, deux autres disciplines seront abondamment mises à contribution, l’épigraphie et la linguistique, qui, pour les périodes pré-républicaines et proto-républicaines, sont en mesure de nous apporter des éclairages essentiels. Enfin, le déséquilibre des données disponibles – la tradition littéraire laisse presque totalement dans l’ombre la question des institutions civiques des cités étrusques5, alors qu’elle l’aborde abondamment pour la Rome royale – conduira à une approche très différente pour aborder la question du suffrage dans le monde étrusque. Nous commencerons donc par nous interroger sur les institutions liées au suffrage de la Rome archaïque à partir d’une approche étymologique, avant ensuite de mettre à contribution la tradition littéraire, puis de traverser le Tibre pour étudier un document épigraphique important de Caeré.

Quelles institutions pour le vote ? Une enquête étymologique sur les plus anciennes institutions romaines

  • 6 Voir infra, p. 337‑339.

5La première question que nous devons nous poser est celle des institutions permettant, requérant et sollicitant une forme de « suffrage ». Comme la société romaine est caractérisée par une sorte de conservatisme institutionnel de grande ampleur, nous sommes confrontés à une situation ambiguë : d’un côté bon nombre d’institutions, dont l’origine doit remonter à l’époque royale ou proto-républicaine, ont été conservées tout au long de l’histoire romaine et nous sont ainsi connues ; de l’autre, la nature et la forme de ces mêmes institutions, sous le couvert d’un même nom, ont nécessairement changé au cours des siècles : il suffit de songer au titre de rex, qui désigne deux réalités radicalement différentes de part et d’autre de la révolution de 509, ou encore au fonctionnement des comices curiates6. Aussi commencerons-nous par aborder ces institutions sous l’angle de l’archéologie linguistique, susceptible de nous renseigner sur les plus anciens aspects que recouvrent les noms qui nous ont été transmis.

Suffrāgium

  • 7 Vaahtera 1993.
  • 8 Selon un filon interprétatif qui remonte au xixe s. (dictionnaire étymologique de Vaniček [1881], (...)
  • 9 Vaahtera 1993, p. 79‑80. Il y cite la glose de Servius, Commentaire à l’Énéide de Virgile VIII, 52 (...)
  • 10 César, Guerre des Gaules V, 56, 2 ; VII, 21, 1 ; Tacite, Histoires V, 17 ; La Germanie XI, 2.

6Dans cette perspective, c’est certainement la désignation latine du vote qui a apporté les informations les plus intéressantes pour l’historien des primordia Romana. On sait maintenant depuis l’étude qu’a consacrée J. Vaahtera à ce mot7 que suffrāgium, bâti sur le même radical que frangere « briser en éclats » et frăgor « bruit, vacarme », ne désigne pas les « éclats » de céramique qui permettaient au citoyen d’exprimer son vote par écrit8 (lorsque fut institué, bien tardivement par rapport aux époques qui nous intéressent, le suffrāgium per tabellam), mais bien les manifestations bruyantes des citoyens, sortes d’acclamations d’adhésion ou de refus permettant d’entériner ou de refuser une décision prise par les autorités (le roi). J. Vaahtera apporte même de sérieux arguments – notamment par le fait que frăgor désignait à l’origine le bruit causé par l’entrechoquement d’armes9 – pour voir dans le suf-frāg-ium le témoignage d’assemblées d’hommes en armes manifestant leur (bruyant) assentiment en entrechoquant leurs armes, à la manière des assemblées de guerriers que le monde indo-européen d’Occident (domaines germanique et celtique) connaissait bien à l’époque historique, si l’on en croit les témoignages des historiens romains10. En réalité, l’étymologie proposée par J. Vaahtera (et nombre de ses prédécesseurs) n’est pas sans poser un problème formel, qu’il affronte d’ailleurs, et pour lequel il propose une solution : pour expliquer la différence de longueur de la voyelle interne (suf-frāg-ium : frăg-or), le savant invoque un allongement vocalique typique, en latin, des substantifs dérivés de verbes à infixe nasal, selon le modèle de correspondance tăngo : con-tāg-ēs, con-tāg-iō, con-tāg-ium ; păngo : com-pāg-ēs, pāg-us, pāg-ina ; plăngo : plāg-a. On notera toutefois que la relation n’est pas systématique (on a ainsi frăg-or et non *frāg-or) et qu’elle n’a pas reçu, à ce jour, d’explication satisfaisante.

  • 11 On citera, à titre de comparaison, l’étymologie plus qu’improbable et contournée (« too fantastic (...)
  • 12 Voir, entre autres, Briquel 2000, p. 81 ; Cornell 1995, p. 142‑143 ; de Vaan 2008, s.v. « suffrāgi (...)

7Toujours est-il que cette étymologie est de loin la plus satisfaisante de toutes celles qui ont été proposées11 et elle est aujourd’hui communément acceptée tant par les linguistes que par les historiens12. Bien entendu, une telle origine se comprend bien dans ce que l’on peut reconstruire des premières assemblées du peuple romain : tant les comices curiates que les comices centuriates, de création plus récente, réunissent l’ensemble des citoyens susceptibles de porter les armes, et il n’est pas étonnant de retrouver trace d’une très ancienne institution des peuples indo-européens (mais sans doute aussi non indo-européens) dans la Rome primitive, sachant que le corps des citoyens se confond à cette époque avec celui des hommes aptes à la guerre.

Comitia cūriāta et calāta

  • 13 Sur l’étymologie des noms de ces trois tribus primitives, encore débattue, voir en dernier lieu Ri (...)
  • 14 Kretschmer 1920 ; contra, Deroy 1973, p. 203.
  • 15 La reconstruction d’une proto-forme *co-uĭr-ia (plutôt que *con-uĭr-ia, cf. conuiuium) suggère qu’ (...)
  • 16 Cornell 1995 ; Briquel 2000, p. 120 sq. Sur les comices curiates, voir encore : Nicholls 1967 ; Ma (...)

8Si l’on en croit la tradition, les plus anciennes assemblées du peuple romain sont les comices curiates, instaurés par Romulus lui-même, qui divisa le peuple romain en trois tribus primitives (les tribus, dites romuléennes, des Ramnes, des Tities et des Luceres, qui passaient aux yeux des anciens pour refléter la tripartition ethnique qui présidait à la naissance même de Rome13), subdivisées chacune en dix cūriae. L’étymologie admise depuis P. Kretschmer14 – cūria < *co-wir-yā – voit dans ces curies la réunion de tous les membres masculins de la communauté15, et la fonction certainement militaire de cette subdivision cadre bien avec l’étymologie proposée pour le suffrage. Si les divisions du peuple romain changent profondément avec la réforme servienne, qui substitue aux premières curies des regroupements sur base censitaire (centuries) ou géographique (nouvelles tribus), les historiens ont tendance aujourd’hui à voir dans les cūriae ueteres des rassemblements de l’ensemble de la population (et non des seules gentes patriciennes) sur une base clanique : les comices curiates seraient ainsi le témoignage d’une époque antérieure aux rois étrusques où le pouvoir était entre les mains de l’aristocratie gentilice16.

  • 17 Suétone, Grammairiens et rhéteurs 12 ; Servius, Commentaire aux Géorgiques de Virgile I, 268 ; dan (...)
  • 18 CIL I2, n° 1, l. 8‑9.
  • 19 Voir, p. ex., Briquel 2000, p. 121‑127.
  • 20 Quintilien, Institution oratoire I, 6, 33 : sit et classis a calando.
  • 21 L’étymologie est communément acceptée par les dictionnaires étymologiques : Ernout et Meillet 1959 (...)

9La seconde assemblée préexistant aux réformes institutionnelles de Servius Tullius sont les comitia calāta, qui consistent au rassemblement des comices curiates (calāta est un participe, et l’expression entière est : calāta comitia cūriāta, litt. « convocation des comices formées par les curies »), sous la présidence du grand pontife sous la république, et probablement sous celle du roi antérieurement ; sa désignation vient de ce que le peuple y était convoqué (calāre) au Capitole, devant la cūria calābra, autre terme dérivé du même radical *cal‑, par l’intermédiaire du calātor. L’adjectif calāber est une formation adjectivale en ‑bro‑ sur cette même base *cal‑ā‑ ; on notera au passage que ce suffixe ‑ber, que l’on retrouve peut-être en étrusque sans que l’on puisse déterminer s’il s’agit d’un emprunt de l’une de ces deux langues à l’autre, intervient en latin, cette fois avec thème en ‑i (‑bri‑) dans la formation de nombreux adjectifs de la langue religieuse, et notamment calendaire, tels que les noms de mois septem‑ber, octō‑ber, nouem‑ber, decem‑ber. Quant au calātor, nom d’agent en ‑tor formé sur le même radical, il est considéré par nos sources17 comme un appariteur de second ordre à l’époque républicaine, mais devait certainement être un personnage au rôle essentiel à l’époque royale : la plus ancienne lex sacra de Rome qui nous soit directement parvenue, l’inscription du cippe du forum18, qui est en même temps la plus ancienne inscription latine publique, cite précisément à côté du roi (recei = lat. class. regi) le kalatorem. Nous n’entrerons pas dans le débat de savoir si le rex cité sur le Lapis niger est bien le roi tel que l’entendent nos sources ou déjà un rex réduit ad sacra ; ce qu’il importe ici de remarquer est qu’on remonte là au noyau le plus ancien du lexique institutionnel latin : (comitia) calāta, (cūria) calābra, calātor, qui nous permettent de reconstruire un verbe technique cal-ā-re désignant l’action de « convoquer officiellement » le peuple, soit pour l’informer, soit pour le recenser et l’enrôler, soit, enfin, on le verra, pour solliciter son avis. Dans tous les cas, il est plus que probable qu’il doit s’agir d’une prérogative du roi. D’ailleurs, cette base lexicale sera encore bien vivante au vie s., lors de la mise en place de la réforme servienne. Car, si le tableau de la réforme centuriate que dressent les annalistes d’époque augustéenne Tite-Live et Denys d’Halicarnasse, avec une articulation en cinq classes, est assurément anachronique, il reste que l’institution d’une division du pŏpulus sur une base censitaire, dans le cadre de l’adoption de la phalange hoplitique, est cohérente avec ce que l’on sait de l’œuvre de ce roi étrusque, et a de bonnes chances de remonter à cette époque19 – à ceci près que dans sa première configuration la réforme servienne ne prévoyait qu’une unique classis, regroupant 60 centuries de fantassins, et s’opposant à l’infra classem (précisément au singulier, alors qu’on attendrait un **infra classes, si la réforme avait projeté dès le début une répartition en cinq classes). Or là encore, il est tentant – et possible – de suivre l’étymologie couramment admise dans l’Antiquité20, et de faire dériver classis du verbe calāre, au sens de « convoquer en vue d’une levée (de troupes) »21.

Pŏpulus, plēbēs, Quĭrītes

  • 22 Nous précisons la longueur de la première voyelle du mot pour le distinguer de son quasi-homophone (...)
  • 23 La démonstration proposée par M.T. Watmough (1997, p. 69‑102) me paraît incontestable.
  • 24 ThLE I2, s.v. « puplie » et dérivés ; le nom étrusque de la cité de Populonia doit remonter à la m (...)
  • 25 Le débat concernant l’origine de ce changement social et institutionnel ne nous concerne pas ici ; (...)
  • 26 Ce mot – dans cette acception ancienne, même si elle est dérivée du sens premier « nom » – est com (...)
  • 27 Cicéron, i I, 63 ; Varron, La langue latine V, 82 ; VI, 61 ; Festus (éd. W. Lindsay, p. 216).
  • 28 Kunz 2014.
  • 29 Smith 2006, p. 200.
  • 30 Malgré le scepticisme des dictionnaires étymologiques (depuis Ernout et Meillet 1959, s.v. « quirī (...)

10Le dernier groupe de termes dont je voudrais scruter l’étymologie concerne les plus anciennes désignations de la « masse civique » ou de l’ensemble de la communauté. Ce sujet mériterait à lui seul une longue étude, mais nous nous limiterons à deux remarques, qui auront par la suite leur importance. Le mot pŏpulus22, d’abord, ne désigne pas à l’origine les citoyens romains, mais les soldats. Il s’agit d’un mot appartenant non pas au vieux fonds « indigène », ni même italique du vocabulaire latin – aucune des étymologies indo-européennes qui ont été proposées jusqu’à présent n’est satisfaisante –, mais très probablement un mot emprunté à l’étrusque23 ; certes son étymon probable *puple n’est pas attesté, mais c’est malheureusement presque inévitable, eu égard aux conditions qui nous font connaître la langue étrusque, et ce ne peut être un argument valide contre cette étymologie ; au contraire, vu que l’on connaît des dérivés étrusques de cette base par l’épigraphie (il s’agit du prénom étr. puplie et de ses dérivés24), on peut considérer cette étymologie comme assurée. Mon hypothèse est qu’il s’agit d’un mot importé dans le vocabulaire latin à l’époque des rois étrusques – et la réforme de l’armée menée par Servius Tullius me semble une occasion idéale – où il a fini par supplanter les vieux mots désignant alors le peuple, à savoir plēbēs, ei, f. (indéniablement d’origine indo-européenne : cf. gr. πληθύς ; rac. *plh1-) qui désigne le peuple en tant que « corps social » (et qui se spécialisera par la suite, sous sa forme récente plebs, is, f., dans la désignation d’une partie du peuple25), et nomen (lui aussi clairement indo-européen), qui le désigne en tant que réalité ethnique (nomen Latīnum)26. En tout état de cause, que le sens « militaire » de pŏpulus soit premier et ancien (tandis que le sens « civique » est secondaire) ne fait pas de doute : outre le sens du verbe pŏpulārī et de son dérivé dēpŏpulārī « ravager, dévaster » (litt. « faire traverser qqch. par une armée »), on peut mentionner la plus ancienne dénomination du titre de dictateur sous la forme de magister pŏpuli (à quoi répond le magister equitum)27, ou encore la formule pilumnoe poploe du Carmen saliare28, qu’on doit comprendre comme lat. class. pilāti pŏpuli « troupe armée du pilum »29. Ce doit être à la même époque que se forme un couple lexical qui aura une longue histoire et dont la forme la plus répandue est pŏpulus Rōmānus Quirītes, désignant l’ensemble du corps des citoyens sous sa double acception militaire (pŏpulus) et civique (Quirītes) ; ce dernier terme nous ramène d’ailleurs certainement au même filon étymologique que celui des curies (*co-wir-)30.

11Telles sont donc les plus anciennes institutions royales au sein desquelles et grâce auxquelles le citoyen était susceptible de faire entendre sa voix. Nous avons cru pouvoir y retrouver une intéressante stratification chronologique, qui pointe la période de la « royauté étrusque » comme étant celle de changements institutionnels (et des changements lexicaux qui les sous-tendent) majeurs. Nous allons voir à présent que la césure entre la période pré-étrusque de la royauté et celle des trois derniers souverains implique également un grand changement dans les modalités et le rôle du suffrage.

Le roi et son peuple : enquête sur les successions royales dans l’annalistique

  • 31 Le récit de la « royauté étrusque », tel qu’il apparaît chez Tite-Live ou Denys, qui en donnent le (...)
  • 32 Voir, p. ex., Briquel 2000, p. 90‑93.
  • 33 La tyrannie grecque d’époque archaïque a été le centre d’intérêt de nombreux historiens ; on ne ci (...)

12Il est établi maintenant, même parmi ceux qui regardent les sources philologiques concernant la période royale avec l’œil le plus critique, pour ne pas dire « hypercritique », que le récit que nous offrent les annalistes de cette période change nettement de tonalité avec l’avènement de Tarquin l’Ancien. Non que les incohérences, duplications, recours au merveilleux, réélaborations « littéraires » et autres traits caractéristiques de la tradition littéraire, qui posent tant de problèmes à l’historien quand il veut poser un regard critique sur cette période, disparaissent complètement, loin de là !31, mais il reste que le récit gagne à la fois en précision et en cohérence, si bien que la période qui va de l’avènement du premier Tarquin à l’éviction de son descendant surnommé le Superbe passe généralement pour établie sur de meilleures bases32. Or le tableau qui se dégage de ces trois règnes (mais on pourrait sans peine « annexer » au moins la brève domination de Porsenna, qui peut légitimement passer pour une sorte de huitième roi de Rome) est celui d’un net changement dans la pratique du pouvoir menée par ces souverains, si on la compare à celle de leurs prédécesseurs : nos sources tendent à montrer que les rois étrusques introduisent à Rome la tyrannie, pratique du pouvoir bien établie dans le monde grec (d’Orient et d’Occident)33 tout comme dans le monde étrusque contemporain – et sur ce point, nous verrons que les sources archéologiques nous assurent que les rois qui gouvernent les cités étrusques imitent eux aussi les tyrans de Grèce et Grande Grèce). S’il reste difficile de définir de manière univoque la tyrannie archaïque – avant qu’elle ne se colore de manière très négative dans les sources littéraires –, on soulignera que l’une des principales innovations introduites par ces souverains d’un type nouveau (et souvent issus de classes sociales « nouvelles », les tyrans grecs comme étrusques étant souvent des outsiders) se situe dans leur rapport au peuple, qu’ils mettent en avant et sur lequel ils s’appuient dans leur lutte contre les clans aristocratiques, qui jusqu’alors se partagent l’institution royale dans les cités grecques et italiennes. Aussi la question du vote et de l’assentiment populaire devient-elle un enjeu essentiel tant pour la prise du pouvoir que pour son exercice par les tyrans. Assiste-t-on, dès lors, à une redéfinition du rôle politique du peuple ? Est-il seulement possible de le prouver par la documentation disponible ? Que conservent éventuellement les sources littéraires de ces changements institutionnels ?

Les règnes « pré-étrusques »

  • 34 Humbert 2011, p. 225‑229.

13D’après les sources, la première forme de royauté à Rome n’est évidemment pas héréditaire, mais élective, et c’est l’assemblée des patres ou clans aristocratiques, à savoir le senatus, qui tout à la fois choisit le souverain et lui confie la source même de son pouvoir, les auspicia34. Si l’on passe rapidement en revue les successions des premiers rois, telles qu’elles nous sont décrites par Tite-Live et Denys d’Halicarnasse, on constate que Tarquin et ses successeurs introduisent une modification majeure du système d’accession au trône. Avant lui, en effet, la succession obéit au schéma suivant :

interrègne – vote du peuple – intervention du Sénat (et prise d’auspices)

  • 35 Tite-Live, I, 17 ; Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines II, 57‑58.

14L’interrègne, que les auteurs définissent précisément lors de sa première occurrence, à savoir au moment de la transition entre les règnes de Romulus et Numa35, est une institution rassemblant dix patres choisis par le Sénat pour diriger une décurie exerçant la régence successivement et à égalité (cinq jours chacun). Tite-Live précise que le premier interrègne a duré un an, mais on ne saurait dire s’il s’agit là d’un ajout secondaire de ses sources ou la durée normale et légitime de l’interrègne, tel qu’il a pu être fixé par la suite (mais à quelle époque ?).

15Le vote du peuple prend deux formes, soit la désignation du roi par celui-ci, soit le choix d’un roi proposé par le Sénat.

16Le Sénat n’intervient que pour ratifier le choix du peuple ; Denys ajoute à chaque fois (sauf pour l’avènement de Numa) une cérémonie de prise d’auspices.

 

17On rappellera, pour s’en convaincre, le long récit de la désignation de Numa chez Tite-Live (I, 17), largement anachronique quant aux ressorts psychologiques (désirs démocratiques) ou sociaux (antagonisme patriciat-plèbe) allégués par l’historien, mais qui nous donne une bonne idée de la manière dont les annalistes reconstruisaient (à partir de quelle époque ?) la succession de leurs souverains.

  • 36 Trad. D. Briquel 2007 : « Mais la plèbe s’était mise à murmurer, en disant qu’on avait multiplié l (...)

Fremere deinde plebs multiplicatam seruitutem, centum pro uno dominos factos ; nec ultra nisi regem et ab ipsis creatum uidebantur passuri. Cum sensissent ea moueri patres, offerendum ultro rati quod amissuri erant, ita gratiam ineunt summa potestate populo permissa ut non plus darent iuris quam detinerent. Decreuerunt enim ut cum populus regem iussisset, id sic ratum esset si patres auctores fierent. (…) Tum interrex contione aduocata, « Quod bonum, faustum felixque sit », inquit, « Quirites, regem create : ita patribus uisum est. Patres deinde, si dignum qui secundus ab Romulo numeretur crearitis, auctores fient. » Adeo id gratum plebi fuit ut, ne uicti beneficio uiderentur, id modo sciscerent iuberentque ut senatus decerneret qui Romae regnaret.36

  • 37 Denys D’Halicarnasse, Antiquités romaines II, 57‑58.

18Ce texte a pour principal intérêt de nous transmettre des termes techniques, qui ont de bonnes chances d’être ceux de la première forme d’intronisation : iussu populi, auctoribus patribus. On sera attentif à la différence structurelle qui oppose le récit de Tite-Live à celui que livre Denys, et qui tient à la place du peuple : chez Tite-Live, le peuple est censé choisir – malgré l’interrègne –, et le Sénat ne fait que ratifier ce choix, tandis que chez Denys ce sont les patres qui désignent le roi37 (sans doute par l’intermédiaire de l’interroi, si l’on doit croire que c’est lui qui est chargé de convoquer les comices). La comparaison entre les deux présentations nous permet de reconstituer la succession suivante :

  • 38 Les débats acharnés entre les sénateurs dont se fait l’écho Tite-Live à propos du choix d’un Romai (...)
  • 39 Si Tite-Live ne mentionne jamais la prise d’auspices, c’est sans doute parce qu’il jugeait une tel (...)

19Interrègne (d’une durée d’un an ?) – réunion des comices par l’interroi – proposition par l’interroi (avec probablement l’accord des autres patres38) d’un successeur – vote du peuple (auquel il faut probablement dénier tout droit d’initiative) – ratification auctoribus patribus (au moyen d’une prise d’auspices39).

  • 40 Voir l’analyse que propose le savant des expressions auspicia ad patres redeunt ou res (populi) ad (...)
  • 41 Rampelberg 2005 ; Humbert 2011, p. 227‑228.

20On devra insister enfin sur le fait que, comme l’a bien mis en évidence A. Magdelain, les seuls patres sont dépositaires du droit d’auspice, qu’ils prêtent momentanément au roi qu’ils se sont choisi40. Quant aux comices au cours desquels le peuple est amené à donner son avis, il ne peut s’agir que des comices curiates, qui réunissent à l’origine le peuple ex generibus, c’est-à-dire en fonction des clans familiaux41.

  • 42 À vrai dire, les changements ne datent pas que de l’arrivée de Tarquin, mais sont déjà perceptible (...)

21À ce schéma plausible – même si l’on mettra encore en garde contre le caractère périlleux de cet exercice, qui doit uniquement être considéré comme une reconstruction hypothétique – les rois étrusques introduisent des changements de taille, toujours si l’on en croit le récit des annalistes42.

Tarquin l’Ancien

  • 43 Tite-Live, I, 35.
  • 44 Tite-Live, I, 34, 12 : Notitiamque eam breui apud regem liberaliter dextereque obeundo officia in (...)

22Les deux historiens ne sont pas d’accord entre eux. Tite-Live43 rapporte que la succession entre les deux rois se fait sans recours à l’interrègne, mais que Tarquin, alors bras-droit d’Ancus44, poussé par son ambitieuse épouse Tanaquil, éloigne les enfants du défunt roi, fait acte de candidature devant le peuple et se fait élire facilement, grâce aux nombreuses largesses qui l’avaient rendu populaire auprès de la plèbe, au cours de sa carrière de « conseiller militaire » du roi ; en d’autres termes, le Sénat est totalement évincé de cette succession.

  • 45 Mais aussi auprès du roi et auprès des Sénateurs, par ses qualités militaires, ses bons conseils e (...)

23Denys, de son côté, est très évasif ; il ne parle pas non plus d’interrègne, et semble considérer que c’est l’assemblée du peuple – et non le sénat – qui choisit Tarquin, qui, comme chez Tite-Live, s’était rendu très populaire auprès de lui45 :

  • 46 Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines III, 49, 1 : « Tarquin était donc un homme de cette trem (...)

Tοιοῦτος μὲν δή τις ὁ Ταρκύνιος ἦν καὶ διὰ ταύτας τὰς αἰτίας ζῶντός τε Μαρκίου πάντων ἐγένετο Ῥωμαίων ἐπιφανέστατος καὶ τελευτήσαντος ἐκείνου τῆς βασιλείας ὑπὸ πάντων ἄξιος ἐκρίθη46.

Servius Tullius

  • 47 Voir infra. Sur les aspects « démophiles » ou « publicoles », pour prendre un terme forgé à peu pr (...)

24C’est certainement Servius Tullius, le roi retenu par la tradition comme étant le plus « démocrate »47, qui s’appuie le plus clairement sur le peuple pour monter sur le trône. Son accession au pouvoir se fait chez Tite-Live en 3 étapes.

25Première étape : à la mort de Tarquin.

  • 48 Tite-Live, I, 41, 5 : eum [= Seruium] iura redditurum obiturumque alia regis munia esse.

26Quand survient la mort de Tarquin l’Ancien, Tanaquil court-circuite les procédures institutionnelles normales en se montrant à la fenêtre du palais du roi, situé près du temple de Jupiter Stator ; tout en tenant secret le décès du roi, elle s’adresse au peuple pour lui demander d’accepter la régence temporaire de Servius Tullius, jusqu’à ce que Tarquin se remette de sa blessure48. Servius Tullius règne donc par le fait accompli (mais fort, néanmoins, de l’accord préalable du peuple).

27Deuxième étape : après la guerre victorieuse contre Véies.

28Servius demande au peuple et au Sénat de confirmer son titre de roi :

  • 49 Tite-Live, I, 42, 3.

Fusoque ingenti hostium exercitu haud dubius rex, seu patrum seu plebis animos periclitaretur, Romam rediit49.

29Troisième étape : peu avant son assassinat.

30Pour légitimer son titre, alors que le futur Tarquin le Superbe l’accuse de régner iniussu populi, Servius organise des élections :

  • 50 Tite-Live, I, 46, 1.

Seruius quamquam iam usu haud dubie regnum possederat, tamen quia interdum iactari uoces a iuuene Tarquinio audiebat se iniussu populi regnare, conciliata prius uoluntate plebis agro capto ex hostibus uiritim diuiso, ausus est ferre ad populum uellent iuberentne se regnare ; tantoque consensu quanto haud quisquam alius ante rex est declaratus50.

 

31Denys, de son côté, reconstruit une accession au trône en deux étapes, où l’on retrouve les mêmes traits saillants que chez l’historien padouan.

  • 51 Ce motif de la « dame à la fenêtre » est un motif mythologique et cultuel oriental qui est venu se (...)
  • 52 Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines IV, 4‑5.

32À la mort de Tarquin, c’est encore Tanaquil qui intervient et, au lieu de rendre le pouvoir aux patres par l’intermédiaire de l’interrègne, elle exhorte, depuis la fenêtre du palais51, le peuple à accepter la régence de Servius. Denys ajoute que les patres manœuvrent pour forcer Servius à rendre les insignes, mais celui-ci s’appuie sur les citoyens pauvres (τοὺς ἀπόρους τῶν πολιτῶν) pour conserver le pouvoir52.

  • 53 Denys d’Halicarnasse Antiquités romaines IV, 8, 2 : ἀλλ’ἠγανάκτουν καὶ χαλεπῶς ἔφερον οὐκ ἀξιοῦντε (...)
  • 54 Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines IV, 12, 3 : ὥσπερ αὐτῇ ποιεῖν ἔθος ἦν.
  • 55 Voir, p. ex., Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines IV, 37, 1‑3.

33Dans un second temps, tandis que les sénateurs manœuvrent pour renverser le roi, car ils voient d’un mauvais œil sa prise du pouvoir sans l’accord du Sénat53, Servius Tullius réunit le peuple et demande un avis consultatif des curies et de la plèbe ; puis il réunit comme il se doit les comices curiates, au cours desquels il est élu roi, en se passant de la ratification par le sénat, qui, comme le rappelle l’historien, est normalement habituelle54 ; cela devient d’ailleurs un trait marquant de sa pratique du pouvoir, puisque le souverain réunit à d’autres occasions le peuple et obtient ses applaudissements55.

 

34On pourra citer les fameuses considérations conclusives que tire Denys de la prise de pouvoir et du règne de Servius Tullius :

  • 56 Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines IV, 40, 1‑3 : « Cet homme [= Servius Tullius], aux dires (...)

Τοῦτον τὸν ἄνδρα [= Τύλλιον] λέγουσι Ῥωμαῖοι πρῶτον τὰ πάτρια ἔθη καὶ νόμιμα κινῆσαι, τὴν ἀρχὴν λαβόντα οὐ παρὰ τῆς βουλῆς καὶ τοῦ δήμου, καθάπερ οἱ πρὸ αὐτοῦ πάντες, ἀλλὰ παρὰ μόνου τοῦ δήμου, δεκασμοῖς δὲ {καὶ δωροδοκίαις} καὶ ἄλλαις πολλαῖς κολακείαις ἐκθεραπεύσαντα τοὺς ἀπόρους· καὶ ἔχει τἀληθὲς οὕτως. ἐν γὰρ τοῖς πρότερον χρόνοις, ὁπότε βασιλεὺς ἀποθάνοι, τὴν μὲν ἐξουσίαν ὁ δῆμος ἐδίδου τῷ συνεδρίῳ τῆς βουλῆς, οἵαν προέλοιτο καταστήσασθαι πολιτείαν· ἡ δὲ βουλὴ μεσοβασιλεῖς ἀπεδείκνυεν· ἐκεῖνοι δὲ τὸν ἄριστον ἄνδρα, εἴτ’ ἐκ τῶν ἐπιχωρίων, {εἴτ’ ἐκ τῶν πολιτῶν,} εἴτ’ ἐκ τῶν ξένων, βασιλέα καθίστασαν. εἰ μὲν οὖν ἥ τε βουλὴ τὸν αἱρεθέντα ὑπ’ αὐτῶν ἐδοκίμασε, καὶ ὁ δῆμος ἐπεψήφισε καὶ τὰ μαντεύματα ἐπεκύρωσε, παρελάμβανεν οὗτος τὴν ἀρχήν· ἐλλείποντος δέ τινος τούτων ἕτερον ὠνόμαζον, καὶ τρίτον, εἰ μὴ συμβαίη μηδὲ τῷ δευτέρῳ τά τε παρ’ ἀνθρώπων καὶ τὰ παρὰ τῶν θεῶν ἀνεπίληπτα. ὁ δὲ Τύλλιος ἐπιτρόπου βασιλικοῦ σχῆμα κατ’ ἀρχὰς λαβών, ὡς εἴρηταί μοι πρότερον, ἔπειτα φιλανθρωπίαις τισὶ τὸν δῆμον οἰκειωσάμενος ὑπ’ ἐκείνου βασιλεὺς ἀπεδείχθη μόνου. ἐπιεικὴς δὲ καὶ μέτριος ἀνὴρ γενόμενος ἔλυσε τὰς ἐπὶ τῷ μὴ πάντα τὰ κατὰ τοὺς νόμους πρᾶξαι διαβολὰς τοῖς μετὰ ταῦτ’ ἔργοις, παρέσχε τε πολλοῖς ὑπόληψιν ὡς, εἰ μὴ θᾶττον ἀνῃρέθη, μεταστήσων τὸ σχῆμα τῆς πολιτείας εἰς δημοκρατίαν56.

  • 57 Voir, dernièrement, sur cette question : Marastoni 2009.

35Bien entendu, ce jugement est largement entaché par l’image que se font les intellectuels de l’époque tardo-républicaine ou augustéenne de la royauté et par l’idée alors communément répandue que Servius Tullius, en tant que « bon » roi, ne pouvait qu’être démocrate ou préfigurer l’avènement d’un régime où le pouvoir serait confié au peuple57. Si, donc, ces textes ont plus à nous dire sur la manière dont on concevait ces figures royales aux époques médio et tardo-républicaines que sur ces rois eux-mêmes, il n’en reste pas moins que ce statut singulier qu’occupe Servius dans la liste canonique des sept rois doit découler, à mon avis, d’un élément central de sa politique et de sa propagande, telle qu’on peut l’entrevoir : une attitude et une politique clairement favorables au peuple, et typique, rappelons-le, de ce que l’on sait des tyrans grecs de l’époque archaïque.

Tarquin le Superbe

  • 58 Tite-Live, I, 46‑49 ; Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines IV, 28‑41.
  • 59 Tite-Live, I, 49, 3 : neque populi iussu neque auctoribus patribus.

36Avec Tarquin le Superbe on franchit un pas supplémentaire dans l’illégalité, mais aussi dans l’incertitude, tant les sources littéraires le concernant s’avèrent polluées par l’odium regni si caractéristique de l’époque républicaine. Le récit des deux historiens sur son accession au trône58, toutefois, s’accorde sur le caractère hautement délictueux de son avènement : Tarquin prend le pouvoir par les armes, « sans vote du peuple ni confirmation par le Sénat », aux dires mêmes de Tite-Live59.

Le tyran et le peuple

  • 60 Briquel 2000, p. 120.
  • 61 Tite-Live, I, 36 ; Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines III, 70‑71. Inventaire des sources da (...)
  • 62 Sur cette question, éminemment complexe, voir Humm 2012.
  • 63 Sur la population étrusque, voir les traditions autour de la constitution du uicus Tuscus, entre l (...)
  • 64 Et, par ricochet, des tyrans grecs dont les tyrans étrusques s’inspiraient directement. L’un des m (...)

37Ces trois règnes semblent, du moins dans la manière dont les sources littéraires les présentent, conférer un rôle nouveau au peuple dans la prise du pouvoir et sa conservation contre les clans aristocratiques. Il ne s’agit certes pas de prendre au pied de la lettre les informations, largement remaniées et passées par le filtre d’une idéologie largement postérieure, transmises par les sources littéraires, surtout en matière institutionnelle ; mais il est essentiel de remarquer que ce souci du peuple est un trait cohérent avec ce que l’on sait par ailleurs de ces figures, à commencer par les mesures institutionnelles qui sont attribuées à ces souverains, et qui visent toutes un but semblable : amoindrir le pouvoir des vieilles gentes patriciennes. C’est ainsi que Tarquin l’Ancien double le nombre de sénateurs en introduisant au Sénat les minores gentes qu’on peut penser lui être acquises, ou qu’il essaie, vainement, de doubler les vieilles tribus romuléennes (tout en parvenant à doubler les centuries de cavaliers, l’arme aristocratique par excellence60) ; le sens à donner au fameux épisode de la confrontation entre Tarquin et l’augure Attus Navius61 est certainement d’ordre politique : le tyran est contraint de céder face au détenteur du pouvoir augural, c’est-à-dire au représentant de la vieille aristocratie patricienne. De même, Servius Tullius, le grand roi réformateur, substitue à la vieille division clanique des curiae ueteres, les tribus « géographiques » et les centuries « censitaires » : ces réformes ne peuvent se comprendre que si on les met en lien avec la volonté de donner au peuple plus de poids dans les nouvelles assemblées pour contrebalancer le pouvoir des vieux clans aristocratiques. Il est probable également que le rôle conféré aux comices curiates dans la collation de l’imperium (qui sera le rôle essentiel de cette assemblée tout au long de la république) doive également se lire comme une volonté d’amoindrir le pouvoir des patres en confiant au peuple la souveraineté en la matière, même s’il reste impossible de dire avec certitude à partir de quand ces comices ont voté la lex curiata de imperio62. Or n’oublions pas que ces rois étrusques étaient arrivés à Rome à la tête de clients formant une masse considérable de soldats, et qu’ils n’avaient eu de cesse de faire affluer artistes, artisans et marchands63, bref, qu’ils avaient participé activement à l’accroissement démographique de Rome et que ces nouveaux Romains devaient leur être favorables. C’est de toute évidence une période propice pour qu’à l’occasion de ces réformes, inspirées peut-être de ce qui se faisait à peu près au même moment dans les métropoles étrusques que ces rois connaissaient bien (Caeré, Tarquinia, Vulci, etc.)64, soient adoptés ou forgés en latin de nouveaux mots, empruntés à l’étrusque ou calqués sur lui, pour désigner ces nouvelles réalités (populus, magister populi, magister equitum).

Les tyrans tyrrhéniens et l’acclamation populaire

  • 65 Torelli 1981, p. 174‑181 ; Menichetti 1994, p. 90 sq. ; Maggiani 1996, p. 95 ; Briquel 2000, p. 11 (...)

38Pour éprouver l’hypothèse selon laquelle le rôle confié au peuple par les rois étrusques de Rome dans leur pratique du pouvoir est un héritage des tyrannies tyrrhéniennes, il nous faut traverser le Tibre et observer ce qui se fait dans les cités étrusques au vie s. Que ces cités aient été gouvernées par des rois et que ces rois (nommés alors zilaθ ?) aient adopté dès le vie s. des formes de gouvernement tyranniques, est aujourd’hui acquis65. Mais peut-on tenter d’en savoir plus sur le rapport de ces tyrans étrusques avec les masses populaires et, surtout, a-t-on des sources indépendantes de la tradition philologique qui permettent de nous éclairer sur ce point ?

  • 66 Les inscriptions n’ont été publiées qu’en 2006 : Colonna 2006 ; id. 2007 ; id., dans REE 71, 2005, (...)
  • 67 Sur la datation, voir Colonna 2006, p. 427‑430.
  • 68 De droite à gauche : un personnage debout (en marche) ; un personnage courant ; une tête barbue de (...)
  • 69 Colonna, 2006 p. 425 sq. et fig. 3, 11‑13 (plan de la tombe), 15 (mur peint), 16 (graffites).
  • 70 Certains de ces textes sont rédigés en tout petits caractères ; surtout, la couche d’argile a par (...)

39Or on dispose depuis peu66 d’un document qui apporte, à mon sens, des informations nouvelles et décisives sur ce point. Il s’agit d’une tombe à deux chambres située le long de la via sepolcrale de la nécropole de la Banditaccia, qui est la principale nécropole de Cerveteri pour l’époque archaïque, et qu’on peut dater, sur critères typologiques, au troisième quart du vie s.67 ; elle porte, gravées sur une couche d’argile peinte recouvrant le mur de fond de la première chambre, quinze inscriptions et les silhouettes de plusieurs personnages68, disposées autour de la porte et des deux fenêtres donnant accès à la seconde chambre69. De ces quinze inscriptions, de longueur, d’intérêt, mais aussi d’état de conservation70 très variable, seules onze apparaissent véritablement exploitables.

  • 71 Colonna 2006, n° 1, p. 431‑440.

40De toutes ces inscriptions littéralement massées autour de la porte d’entrée de la chambre qui devait contenir la dépouille d’un personnage visiblement honoré par les titulaires et/ou auteurs de ces graffites, une71 se signale comme exceptionnelle à la fois par sa longueur (15 mots répartis sur quatre lignes), sa position (elle se déroule sur toute l’étendue de l’architrave) et sa dispositio. Sa lecture – il n’en va pas de même pour son interprétation – ne pose ni problèmes, ni difficulté de séparation des mots (lectio Colonna) :

ramaθa speṣias ṣχa[ni]ce θui stalθi
iχ laṛis armas
[ii]naṣ putuσa ziχ
ipa ve
[l]iinạisi ụθ̣rice laricesi
zuχunạ

  • 72 Pour un aperçu de ces difficultés et de ce qu’on comprend du texte, voir van Heems 2016, p. 12‑13.

41Bien que ce texte pose encore, comme j’y faisais allusion, de graves problèmes d’interprétation, quelques points72, parmi ceux qui sont acquis, doivent être mis en avant et sont susceptibles de nous éclairer sur la pratique du suffrāgium dans l’entourage des tyrans étrusques.

Une dédicace féminine à un membre d’une gens émergente

  • 73 Je comprends la subordonnée iχ laṛis armas[ii]naṣ putuσa ziχ comme une comparative introduite pa (...)
  • 74 Qui détient de son côté une auctoritas « scripturale » : compte tenu de ce que l’on sait de l’impo (...)
  • 75 Colonna 2007.
  • 76 ET Cr 4.4 et 4.5.
  • 77 Maggiani 1996, p. 102‑105 ; sur le sens possible de sela, Colonna 1999, p. 444, n. 50.
  • 78 C’est probablement le sens de la plus ancienne occurrence de ce titre, sur l’un des cippes de Rubi (...)
  • 79 Contra Becker 2013, p. 352‑353 ; mais tout caractérise ce personnage comme un « chef » qui n’est p (...)

42Contrairement à ce que l’emplacement de l’inscription fait attendre, ce texte n’est pas une épitaphe, mais une inscription de dédicace, constituant l’une des plus anciennes inscriptions de fondation religieuse de langue étrusque. Mais son intérêt majeur réside moins dans la classe épigraphique à laquelle elle appartient que dans l’identité de son « auteur », puisque la dédicace est de toute évidence faite par une femme, nommée Ramaθa Spesias. Ce nom, composé du prénom de la défunte et d’un gentilice fléchi au génitif masculin, selon une typologie bien attestée en Étrurie méridionale, ouvre d’ailleurs très significativement l’inscription. Outre cette femme, deux autres personnages, cette fois des hommes, sont nommés : un certain Laris Armasiinas (l. 2), qui est peut-être le sujet du verbe ziχ, s’il s’agit bien d’un verbe73, et Larice Veliinas, dont le gentilice, antéposé par rapport au prénom, est dans une position de relief. L’hypothèse la plus probable, comme le propose G. Colonna, est que ce Larice Veliinas est le défunt inhumé dans la chambre du fond, et que les cérémonies funèbres, à laquelle ont assisté nombre de personnes (dont quelques noms apparaissent sur les graffites incisés sur le mur), a été ordonnée et menée en premier lieu par une femme, Ramatha Spesias, qui doit être l’épouse ou la mère du défunt, et en second lieu par un proche du défunt, mais qui n’appartient pas à sa gens, Laris Amasiinas74. Or, comme l’a fait remarquer l’éditeur de ce monument, Veliinas n’est pas un nomen totalement inconnu à Caeré75 : il s’agit du nom du plus fameux tyran étrusque, celui que nous font connaître à la fin du même siècle, les célèbres lamelles d’or de Pyrgi76, qui font état de la réorganisation du sanctuaire en l’honneur d’Uni par Θefarie Velianas, que la version punique du texte désigne comme « roi sur Caeré » (mlk ’l kjšrj) et qui est détenteur, dans la partie étrusque du texte, de la charge nommée *zilac seleita. Cette charge77, qui renvoie au zilaθ, c’est-à-dire au summus honos des « républiques » étrusques, qui a de bonnes chances d’avoir désigné un titre militaire de haut rang78, voire le roi lui-même à l’époque archaïque, est modifiée par l’adj. *sele ou *sela (seleita < *sela‑ita), de sens malheureusement inconnu ; j’y verrais cependant volontiers le correspondant étrusque du magister populi latin, voire du rex latin d’avant 50979. En tout état de cause, la proposition de G. Colonna de voir dans ce Larice Veliinas le père de Θefarie, mérite l’attention : corroborée par la chronologie, elle témoigne d’un fait singulier concernant cette famille : son émergence soudaine, alors qu’elle était jusqu’alors inconnue, dans la cité de Caeré au vie s., époque où elle dispose d’un statut socio-économique, à en juger par la sépulture gentilice, de premier plan.

« Suodales » tyrrhéniens

  • 80 CIL I2, n° 2832a. Sur ce texte, qui offre la plus ancienne attestation de cette institution en lat (...)
  • 81 Cornell 1995, p. 143‑145. Sur l’apport de cette tombe à la question des sodalitates archaïques, vo (...)
  • 82 Telle que permettent de la reconstituer le cycle pictural de la tombe François de Vulci et le disc (...)

43L’autre intérêt majeur de cette tombe est offert par la quinzaine de graffites qui entourent la porte d’accès à la cella du fond, qui donne un exemple ultérieur et plus ancien que celui apporté par le lapis Satricanus80, de l’importance des sodalitates dans la carrière politique de ces condottieri qui parcourent toute l’Italie centrale à l’époque tardo-archaïque et parviennent çà et là à prendre le pouvoir et à le maintenir sur une ou deux générations81, à l’image des frères Vibenna ou, mieux encore, du Macstarna-Servius Tullius de la tradition étrusque82. Certes, cette tombe ne certifie pas que Larice Veliinas ait déjà été le tyran de sa cité, dont Θefarie aurait été le successeur, mais elle nous assure tout au moins que l’accession à une visibilité « politique » de la gens est soudaine et que cette visibilité ne dure guère que deux générations. Cet élément chronologique a lui aussi son importance : le pouvoir tyrannique, contrairement à celui qui s’appuie sur les vieilles aristocraties terriennes, est par essence un pouvoir instable, car à la fois en butte aux intérêts de l’aristocratie et reposant sur le peuple, envers lequel il mène une politique ambiguë ; il est frappant que sur le tableau que dressent les annalistes du règne des rois étrusques de Rome, les mesures de largesses et de promotions politiques à destination du peuple côtoient aussi une série de corvées induites par la politique de grands travaux de ces souverains, qui ne pouvait qu’être impopulaire.

  • 83 Martin 1985.
  • 84 Cf. supra, p. 344.

44Tout cela est à mettre en relation, bien entendu, avec ce qui me semble être la nouveauté majeure qu’apporte, la tombe des Iscrizioni Graffite, et qui, pour le moment, n’a pas été relevée : cette tombe confirme de fait le rôle central joué par les femmes dans l’accession au pouvoir des tyrans tyrrhéniens. On avait, en effet, coutume de voir dans une figure comme celle de Tanaquil dans son rôle de « faiseuse de rois », pour reprendre l’expression de P.‑M. Martin83, le fruit soit de fantasmes romains soit de réélaborations littéraires absolument dénuées de valeur historique. Et il est certain que le personnage de Tanaquil, comme on a d’ailleurs pu le voir plus haut84, est le fruit complexe de stratifications multiples, dans lequel les éléments myth(olog)iques sont particulièrement évidents. Mais à la lumière de l’inscription dédicatoire de la tombe des Iscrizioni Graffite, qui laisse à Ramatha Spesias une place de choix – et qui au passage est totalement inédite dans le panorama épigraphique étrusque – dans les cérémonies honorifiques rendues à son mari (?) par toute la troupe de ses sodales au moment de ses funérailles, on peut se demander si la tradition romaine autour de Tanaquil n’a pas cristallisé un vieux souvenir du rôle de ces femmes et/ou mères de tyrans dans l’accession au trône de ces derniers.

  • 85 À la manière des suodales de *Poplios Valesios, qui font une offrande en son nom dans le sanctuair (...)
  • 86 Il s’agit des gentilices suivants : venθina, laiθiu, lapaiena, peiana, σitara, ]ecsne. Pour l’étud (...)

45En tout état de cause, ce qui importe le plus pour notre propos réside dans la confirmation que les sodales, pour reprendre le terme institutionnel romain, prenaient une part directe dans les honneurs funèbres rendus à leur chef de guerre85 ; or ces sodales, qui ont laissé leurs noms dans la tombe, portent tous soit des noms individuels – parce qu’ils n’étaient pas (encore ?) citoyens ou parce que dans une cérémonie de type « privée », il n’est pas nécessaire d’écrire la totalité de son nom ? –, soit des gentilices non attestés dans la cité86. Il s’agit probablement des membres les plus éminents des sodales de Larice Veliinas, qui, à une époque où ce type de manifestations devait être à la frontière du public et du privé, ont dû jouer un rôle de premier plan dans la prise de pouvoir de leur chef ; leurs noms, mis par écrit – et qui, conformément aux pratiques antiques de la lecture, étaient prononcés à haute voix à chaque fois qu’ils étaient lus – semblent faire écho aux clameurs et aux acclamations que n’ont pas manqué de pousser ces hommes en armes et, à leur imitation, l’ensemble du populus de Caeré en cette fin du vie s. En d’autres termes, grâce à cette tombe, on croit entendre, au sens propre, les suffrāgia de ces hommes d’armes, qui ont radicalement changé le sens de la monarchie élective telle qu’elle était pratiquée en Italie centrale jusque-là.

 

46Que dire, au terme de cette récollection de membra disiecta, destinée à nous faire saisir quelle était la nature du « vote » à l’époque des rois et des tyrans en Italie centrale ?

  • 87 Ainsi, les sources philologiques sont largement postérieures aux époques qui nous intéressent, et (...)

47Bien sûr, il pourra sembler étonnant de vouloir rassembler des éléments de preuve aussi divers que des reconstructions étymologiques, des récits littéraires et des inscriptions étrusques. Mais l’historien des primordia Romana est coutumier de ces assemblages presque inévitables, compte tenu de la distribution de nos sources87, s’il entend pouvoir se prononcer sur les réalités institutionnelles du monde tyrrhénien archaïque. Il me semble ainsi que ces trois faisceaux d’indices permettent de reconstituer un tableau cohérent de ce que de nouvelles élites, apparues en Italie centrale à l’époque tardo-archaïque et suivant de près le modèle des tyrannies grecques et magno-grecques, ont utilisé l’assentiment des masses d’hommes en armes qui les suivaient, et des masses de citoyens en armes des cités où ils s’installaient et prenaient le pouvoir, pour asseoir leur domination contre les traditionnels clans aristocratiques (« patriciens », dirait-on à Rome) qui détenaient le pouvoir. Le suffrāgium des Romains est donc à l’origine la transposition dans la cité (l’institutionnalisation, en quelque sorte) de pratiques d’ovation, spontanées ou sollicitées par le chef, sans doute nées dans les armées de l’Italie tyrrhénienne archaïque (sodalitates). Voilà, me semble-t-il, l’histoire qu’on est en droit de reconstruire pour ce terme et cette institution aux horizons les plus lointains.

  • 88 Pour les sources anciennes sur ce personnage, voir H. Volkmann, dans RE VIII a, 1, s.v. « 302. P.  (...)
  • 89 Sur l’épineuse question historique des rapports entre le *Poplios Valesios de Satricum et le P. Va (...)
  • 90 Becker 2013, p. 353‑354.
  • 91 Pour Véies, on se fonde principalement sur la tradition relative à Lars Tolumnius, roi de Véies en (...)
  • 92 Selon la mention d’un certain Orgol[ni]um (…) Caeritum regem sur les fameux elogia julio-claudiens (...)

48On comprendra dès lors que la dialectique entre regnum et res publica libera, pour reprendre la terminologie latine (largement influencée par l’idéologie médio-républicaine), en Italie centrale offre une polarisation complexe, une sorte de continuum, où les limites entre les deux formes de régime sont extrêmement floues : la tyrannie est une expérience monarchique novatrice qui rencontre un grand succès en Italie centrale, et qui à son tour colore les formes de monarchies « patriciennes » : c’est ainsi qu’on doit comprendre une figure aussi complexe que celle d’un P. Valerius Publicola, sur lequel la tradition est particulièrement ambiguë, partagée qu’elle est entre un filon extrêmement laudateur et une virulente critique de son adfectatio regni88 ; en tout état de cause, on a affaire avec ce personnage à un membre de l’aristocratie romaine qui emprunte aux tyrans une politique démagogique ou populiste (qui lui vaut d’ailleurs son surnom de Poplicola). Il n’est d’ailleurs pas exclu que ce P. Valerius Publicola – indépendamment de savoir s’il s’agit du personnage mentionné sur le lapis Satricanus89 – ait instauré à Rome une nouvelle monarchie, dont le souvenir a été largement oblitéré dans les sources littéraires, hostiles, comme on sait, au regnum, qu’elles font conventionnellement prendre fin à Rome avec le règne de Tarquin le Superbe. En tout état de cause, il faut tenir pour assuré que la césure entre monarchies tyranniques et républiques oligarchiques est tout sauf nette90 : il est aujourd’hui établi que certaines cités d’Étrurie méridionale, dont les liens avec Rome sont très étroits, comme Véies91 ou Caeré92, sont repassées encore aux ve et ive s., précisément sous la pression populaire, à un régime monarchique après une expérience oligarchique apparemment peu concluante. En conclusion, monarchie et peuple ont en Italie, et bien avant la révolution augustéenne, une histoire commune longue et intriquée.

Bibliographie

Sources antiques

Festus, De verborum significatu, texte établi et traduit par W. Lindsay, Bibliotheca scriptorum Graecorum et Romanorum Teubneriana, Leipzig, 1913.

Tite Live, Histoire romaine, Livre I, Les origines de Rome, traduction de G. Walter revue par D. Briquel, édition présentée et annotée par D. Briquel, Folio. Classique, Paris, 2007.

Études

Ampolo C. 1981, « Il gruppo acroteriale di S. Omobono », PP 36, p. 32‑35.

Arcella L. 1992, « L’iscrizione di Satrico e il mito di Publio Valerio », SMSR 16, p. 219‑247.

Becker H. 2013, « Political systems and law », in J. MacIntosh Turfa (éd.), The Etruscan world, Routledge worlds, Londres-New York, p. 351‑372.

Belfiore V. 2010, Il liber linteus di Zagabria. Testualità e contenuto, Biblioteca di Studi etruschi 50, Pise-Rome.

Berve H. 1967, Die Tyrannis bei den Griechen, Munich, 2 vol.

Briquel D. 1991, « Entre Rome et Véies : le destin de la gens Tolumnia », Miscellanea etrusca e italica in onore di Massimo Pallottino, ArchClass 43, p. 193‑208.

Briquel D. 2000, chap. « La lente genèse d’une cité », « Des rois venus du Nord », « Les difficiles débuts de la liberté », in F. Hinard (dir.), Histoire romaine. I, Des origines à Auguste, Paris, p. 47‑161.

Camous T. 2005, Le Roi et le fleuve, Ancus Marcius Rex aux origines de la puissance romaine, Collection d’études anciennes 62, Paris.

Colonna G. 1999, « Epigrafi etrusche e latine a confronto », in XI congresso internazionale di epigrafia greca e latina, Roma, 18‑24 settembre 1997. Atti, Rome, t. I, p. 435‑450.

Colonna G. 2006, « Cerveteri. La tomba delle Iscrizioni Graffite », in M. Pandolfini Angeletti (éd.), Archeologia in Etruria meridionale, Studia archaeologica 147, Rome, p. 419‑468.

Colonna G. 2007, « Novità su Thefarie Velianas », in G.M. Della Fina (éd.), Etruschi, Greci, Fenici e Cartaginesi nel Mediterraneo centrale. Atti del XIV Convegno Internazionale di Studi sulla Storia e l’Archeologia dell’Etruria, Annali della Fondazione per il Museo « Claudio Faina » 14, Orvieto-Rome, p. 9‑24.

Cornell T. 1995, The beginnings of Rome : Italy and Rome from the Bronze Age to the Punic Wars (c. 1000‑264 B.C.), Routledge history of the ancient world, Londres-New York.

Cornell T. 2005, « The value of the literary tradition concerning archaic Rome », in K.A. Raaflaub (éd.), Social struggles in archaic Rome : new perspectives on the conflict of the orders (2e éd.), Malden (Mass.), p. 47‑74.

Cornell T. 2006, Oxford classical dictionary, s.v. « Curia », p. 414.

Cristofani M. 1990, La grande Roma dei Tarquini, Catalogue de l’exposition (Rome, 1990), Rome.

De Oliveira Gomes C. 2007, La cité tyrannique : histoire politique de la Grèce archaïque, Histoire, Rennes.

De Vaan M. 2008, Etymological dictionary of Latin and the other Italic languages, Leiden Indo-European etymological dictionary series 7, Leyde-Boston.

Deroy L. 1973, « Le combat légendaire des Horaces et des Curiaces », LEC 41, p. 197‑206.

Ernout A. et Meillet A. 1959, Dictionnaire étymologique de la langue latine : histoire des mots (4e éd.), Paris.

ET : H. Rix (dir.), Etruskische Texte, Tubingen, 1991.

Grandazzi A. 2007, « Penser les origines de Rome », BAGB 2, p. 21‑70.

Humbert M. 2011, Institutions politiques et sociales de l’Antiquité (10e éd.), Précis, Paris.

Humm M. 2012, « The curiate law and the religious nature of the power of Roman magistrates », in O. Tellegen-Couperus (éd.), Law and religion in the Roman republic, Mnemosyne. Supplements 336, Leyde-Boston, p. 57‑84.

Im.It. : M.H. Crawford (dir.), Imagines italicae : a corpus of Italic inscriptions, Bulletin of the Institute of Classical Studies supplement 110, Londres, 2011, 3 vol.

Jehne M. 2013, « Konsensfiktionen in römischen Volksversammlung. Überlegungen zur frührepublikanischen Curienversammlung und zu den kaiserzeitlichen Destinationscenturien », in E. Flaig (éd.), Genesis und Dynamiken der Mehrheitsentscheidung, Schriften des Historischen Kollegs. Kolloquien 85, Oldenbourg, p. 129‑152.

Kretschmer P. 1920, « Lat. quirites und quiritare », Glotta 10, p. 147‑157.

Kunz H. 2014, « Carmen Saliare », in H. Cancik et H. Schneider (éd.), Brill’s New Pauly, Brill Online (1re apparition en ligne : 2006).

La Rosa F. 2000, « Le attribuzioni dei comitia curiata », Index 28, p. 181‑185.

Levi M.A. 1995, « Il lapis Satricanus e le genti romane », RIDA 42, p. 195‑219.

Linke B. 2003, Brill’s New Pauly, s.v. « Curiae », p. 1011‑1012.

Lubtchansky N. 2005, Le cavalier tyrrhénien : représentations équestres dans l’Italie archaïque, BEFAR 320, Rome.

Magdelain A. 1964, « Auspicia ad patres redeunt », in M. Renard et R. Schilling (éd.), Hommages à Jean Bayet, Latomus 70, Bruxelles, p. 427‑473.

Magdelain A. 1968, Recherches sur l’ « Imperium », la loi curiate et les auspices d’investiture, Trauvaux et recherches de la Faculté de droit et des sciences économiques de Paris. Série sciences historiques 12, Paris.

Maggiani A. 1996, « Appunti sulle magistrature etrusche », SE 62, p. 95‑138.

Maggiani A. 2005, « Da Veio a Vulci. Le istituzioni politiche », in O. Paoletti (éd.), Dinamiche di sviluppo delle città nell’Etruria meridionale. Veio, Caere, Tarquinia, Vulci. Atti del XXIII Convegno di Studi Etruschi ed Italici (Rome- Véies-Cerveteri-Tarquinia-Viterbo, 2001), Pise-Rome, p. 61‑69.

Marastoni S. 2009, Servio Tullio e l’ideologia sillana, Rome.

Martin P.‑M. 1985, « Tanaquil, la “faiseuse de rois” », Latomus 44, p. 5‑15.

Meier C. 1995, La naissance du politique, NRF essais, Paris.

Menichetti M. 1994, Archeologia del potere : re, immagini e miti a Roma e in Etruria in età arcaica, Biblioteca di archeologia 21, Milan.

Migliorati G. 2003, « Forme politiche e tipi di governo nella Roma etrusca del VI sec. a.C. », Historia 52/1, p. 39‑66.

Momigliano A. 1969, « Tre figure mitiche : Tanaquilla, Gaia Cecilia e Acca Larenzia », Quarto contributo alla storia degli studi classici, Rome, p. 455‑485 (= Miscellanea della Facoltà delle Lettere e Filosofia dell’Università di Torino 2, 1938, p. 3‑28).

Momigliano A. 2005, « The rise of the plebs in archaic age of Rome », in K.A. Raaflaub (éd.), Social struggles in archaic Rome : new perspectives on the conflict of the orders (2e éd.), Malden (Mass.), p. 168‑184.

Marcos Casquero M.A. 1976, « Kalator : su significado », Helmantica : Revista de Filología Clásica y Hebrea 27, p. 77‑89.

Montero Herrero S. 1994, Diosas y adivinas : mujer y adivinación en la Roma antigua, Paradigmas 4, Madrid.

Mossé C. 1969, La Tyrannie dans la Grèce antique, Collection Hier, Paris.

Nicholls J.J. 1967, « The content of the lex curiata », AJPh 88, p. 257‑278.

Prosdocimi A.L. 1984, « Sull’iscrizione di Satricum », GIF 15, p. 183‑230.

Prosdocimi A.L. 1996, « Curia, Quirites e il “sistema di Quirino” (Populus Quiritium Quirites II) », Ostraka 5, p. 243‑319.

Rampelberg M.‑R. 2005, in J. Leclant (dir.) Dictionnaire de l’Antiquité, Paris, s.v. « Comices », p. 539‑540.

Richard J.‑C. 1978, Les origines de la plèbe romaine : essai sur la formation du dualisme patricio-plébéien, BEFAR 232, Rome.

Richard J.‑C. 1986, « Note sur la participation militaire dans la Rome archaïque », DHA 12, p. 185‑204.

Richard J.‑C. 1987, « Recherches sur l’interprétation populaire de la figure du roi Servius Tullius », RPh 61, p. 205‑225.

Richard J.‑C. 2005, « Patricians and plebeians : the origin of a social dichotomy », in K.A. Raaflaub, Social struggles in archaic Rome : new perspectives on the conflict of the orders (2e éd.), Malden (Mass.), p. 107‑127.

Rix H. 1963, Das etruskische Cognomen. Untersuchungen zu System, Morphologie und Verwendung der Personennamen auf den jüngeren Inschriften Nordetruriens, Wiesbaden.

Rix H. 2006, « Ramnes, Tites [i.e. Tities], Luceres : noms étrusques ou latins ? », MEFRA 118/1, p. 167‑175.

Rix H. 2008, « Etruscan », in R.D. Woodard (éd.), The ancient languages of Europe, Cambridge, p. 141‑164.

Smith C.J. 2006, The Roman clan. The gens from ancient ideology to modern anthropology, The W.B. Stanford memorial lectures, Cambridge.

Sordi M. 2005, « Populus e plebs nella lotta patrizio-plebea », in G. Urso (éd.), Popolo e potere nel mondo antico, I convegni della Fondazione Niccolò Canussio 4, Pise, p. 63‑69.

ST : H. Rix (dir.), Sabellische Texte : die Texte des Oskischen, Umbrischen und Südpikenischen, Heidelberg, 2002.

Stasse B. 2005, « La loi curiate des magistrats », RIDA 52, p. 375‑400.

Stibbe M.C., Colonna G., de Simone C., Versnel H.S. 1980, Lapis Satricanus : archaeological, epigraphical, linguistic, and historical aspects of the new inscription from Satricum, Archeologische studiën van het Nederlands Institut te Rome. Scripta minora 5, La Haye.

Szemerényi O. 1989, An den Quellen des lateinischen Wortschatzes, Innsbrucker Beiträge zur Sprachwissenschaft 56, Innsbruck.

Torelli M. 1975, Elogia tarquiniensia, Studi e materiali di etruscologia e antichità italiche 15, Florence.

Torelli M. 1981, Storia degli Etruschi, Rome.

Torelli M. 2015, « Il declino dei re. Tempi e modi delle trasformazioni istituzionali in Etruria meridionale e Roma », Scienze dell’Antichità 21/2, p. 5‑20.

Untermann J. 2000, Wörterbuch des Oskisch-Umbrischen, Handbuch der italischen Dialekte 3, Heidelberg.

Vaahtera J. 1993, « The Origin of Latin suffrāgium », Glotta 71, p. 66‑80.

Valditara G. 1989, Studi sul magister populi. Dagli ausiliari militari del rex ai primi magistrati repubblicani, Pubblicazioni dell’Istituto di diritto romano 24, Milan.

Valditara G. 1999, « Il magister populi tra monarchia e repubblica », in G. Firpo et G. Zerchini (éd.), Magister : aspetti culturali e istituzionali, Collana del Dipartimento di scienze dell’antichità 2, Alessandria, p. 9‑26.

Van Haeperen F. 2012, « Auspices d’investiture, loi curiate et légitimité des magistrats romains », CCG 23, p. 71‑112.

Van Heems G. 2016, « Archéologie de la parole : enquête sur la subordination et le discours rapporté en étrusque », De lingua Latina 12, p. 1‑18 [en ligne : http://lettres.sorbonne-universite.fr/IMG/pdf/DLL12_G-_van_Heems.pdf].

Van Heems G. (à paraître), « Adfectatio regni et pratique du pouvoir au début de la République : la figure de P. Valerius Publicola », in M. Bellissime, P. Duchêne et V. Hollard, Historiographies antiques, à paraître.

Vernole V.E. 2002, Servius Tullius, Storia delle religioni 15, Rome.

Versnel H.S. 1980, « Historical implications », in M.C. Stibbe et al. 1980, p. 95‑150.

Versnel H.S. 1982, « Die neue Inschrift von Satricum in historischer Sicht », Gymnasium 89, p. 193‑235.

Walde A. et Hoffman J.B. 1938, Lateinisches etymologisches Wörterbuch (3e éd.), Heidelberg, 2 vol.

Watmough M.T. 1997, Studies in the Etruscan loanwords in Latin, Biblioteca di Studi etruschi 33, Florence.

Notes

1 La tradition antiquaire romaine a figé ce lointain souvenir dans la conviction unanime que les insignia potestatis des magistrats romains (qui étaient avant eux ceux des rois) sont une importation étrusque : Diodore de Sicicile, Bibliothèque historique V, 40, 1 ; Tite-Live, I, 8, 3 ; Strabon, Géographie V, 2, 2 ; Silius Italicus, La guerre punique VIII, 484‑488 ; Florus, I, 1, 5 ; Macrobe, Saturnales I, 6, 11.

2 Maggiani 1996, p. 95.

3 Ce qui n’empêche pas certaines cités étrusques de conserver ou repasser à un régime monarchique, après avoir expérimenté un système républicain jugé décevant (sur le cas de Véies et Caeré, voir infra, p. 351).

4 Cornell 2005 ; Grandazzi 2007, p. 31‑56. L’apport de l’archéologie, via notamment la fouille et l’interprétation des programmes iconographiques des palais princiers de l’Étrurie orientalisante, n’est néanmoins pas dénué d’intérêt pour reconstruire les structures politiques de cette période (Menichetti 1994, en part. p. 90‑117).

5 Tout au moins avant la fin du ve s. : avec la phase finale de la guerre contre Véies, puis la conquête de l’Étrurie par Rome, on commence à trouver quelques éléments d’informations dans nos sources, même s’ils sont toujours très rares et sujets à caution ; pour un exemple, voir infra, la question des régimes à Véies.

6 Voir infra, p. 337‑339.

7 Vaahtera 1993.

8 Selon un filon interprétatif qui remonte au xixe s. (dictionnaire étymologique de Vaniček [1881], cité par Vaahtera 1993, p. 67), on trouve encore une trace de cette étymologie chez Ernout et Meillet (Ernout et Meillet 1959, s.v. « suffrāgor »).

9 Vaahtera 1993, p. 79‑80. Il y cite la glose de Servius, Commentaire à l’Énéide de Virgile VIII, 527 : fragor est proprie armorum sonus.

10 César, Guerre des Gaules V, 56, 2 ; VII, 21, 1 ; Tacite, Histoires V, 17 ; La Germanie XI, 2.

11 On citera, à titre de comparaison, l’étymologie plus qu’improbable et contournée (« too fantastic to be credible », pour de Vaan 2008, p. 598) proposée par O. Szemerényi, pour qui suffrāgium a la même racine que suffrāgo, inis, f. « jarret d’un animal », et qui imaginait qu’il désignait à l’origine – sans qu’aucun texte, même technique, ne vienne appuyer cette idée – une sorte de sangle passant sous la croupe de l’animal, et servant de « support, aide, auxiliaire » au laboureur ; de là on serait passé au sens figuré de « soutien apporté à un candidat lors de l’élection, suffrage » (Szemerényi 1989).

12 Voir, entre autres, Briquel 2000, p. 81 ; Cornell 1995, p. 142‑143 ; de Vaan 2008, s.v. « suffrāgium ».

13 Sur l’étymologie des noms de ces trois tribus primitives, encore débattue, voir en dernier lieu Rix 2006.

14 Kretschmer 1920 ; contra, Deroy 1973, p. 203.

15 La reconstruction d’une proto-forme *co-uĭr-ia (plutôt que *con-uĭr-ia, cf. conuiuium) suggère qu’il s’agit d’une formation particulièrement ancienne (de Vaan 2008, s.v. « cūria »). On notera encore l’existence d’une forme parallèle en sabellique (volsq. couehriu, modifié par l’épithète toticu, dans une inscription sur table de bronze de Velletri [ST VM 2 ; Im.It. Velitrae 1]), qui confirme l’étymologie proposée, sans que l’on puisse déterminer s’il s’agit de formations héritées, de formations parallèles ou d’une innovation empruntée par l’une des deux langues à l’autre.

16 Cornell 1995 ; Briquel 2000, p. 120 sq. Sur les comices curiates, voir encore : Nicholls 1967 ; Magdelain 1968 ; Richard 1978, p. 197‑222 ; La Rosa 2000 ; Linke 2003 ; Stasse 2005 ; Humm 2012 ; Van Haeperen 2012.

17 Suétone, Grammairiens et rhéteurs 12 ; Servius, Commentaire aux Géorgiques de Virgile I, 268 ; dans la comédie, il désigne un serviteur : Plaute, Mercator 852 ; Pseudolus 1009, Rudens 335. Même si le statut servile de cet appariteur sacerdotal (chargé d’annoncer, à l’époque médio- et tardo-républicaine, l’arrivée du prêtre) n’est pas certain (Marcos Casquero 1976), son statut subalterne ne fait pas de doute.

18 CIL I2, n° 1, l. 8‑9.

19 Voir, p. ex., Briquel 2000, p. 121‑127.

20 Quintilien, Institution oratoire I, 6, 33 : sit et classis a calando.

21 L’étymologie est communément acceptée par les dictionnaires étymologiques : Ernout et Meillet 1959, s.v. « classis », Walde et Hoffman 1938, s.v. « classis », de Vaan 2008, s.v. « classis ».

22 Nous précisons la longueur de la première voyelle du mot pour le distinguer de son quasi-homophone pōpulus, i, f. « peuplier ».

23 La démonstration proposée par M.T. Watmough (1997, p. 69‑102) me paraît incontestable.

24 ThLE I2, s.v. « puplie » et dérivés ; le nom étrusque de la cité de Populonia doit remonter à la même base (Watmough 1997, p. 96 sq.). On ne s’étonnera pas que l’attestation indirecte d’un étymon étrusque d’un mot latin soit donnée par l’onomastique, puisque le lexique onomastique (et particulièrement anthroponymique) constitue la proportion de loin la mieux représentée de tout le lexique étrusque. Ainsi, l’étymon d’un autre subst. latin incontestablement emprunté à l’étrusque, sūbulō « joueur de flûte », est indirectement attesté comme cognomen (étr. suplu ; cf. ThLE I2, s.v. « suplu » et dérivés), qui doit être un appellatif utilisé comme cognomen (cf. Rix 1963, p. 190 ; sur l’étymologie de sūbulō, voir encore, en dernier lieu, Watmough 1997, p. 53‑68).

25 Le débat concernant l’origine de ce changement social et institutionnel ne nous concerne pas ici ; nous renvoyons, pour les termes du débat, à Richard 1978 ; Richard 2005 ; Momigliano 2005 ; Sordi 2005.

26 Ce mot – dans cette acception ancienne, même si elle est dérivée du sens premier « nom » – est commun au latin et au sabellique (cf. osq. numneís, ombr. numem, nome et formes fléchies ; le sens de « peuple » est assuré dans les occurrences des Tables Eugubines [ST TIg Ib 17, VIb 54, 58, VIIa 11, 47], où il est en correspondance avec les adjectifs ethniques turskum, naharkum et iapuzkum) ; on considère généralement, sur des bases comparatistes, que le sème « peuple » est secondaire par rapport à celui de « nom » (Untermann 2000, s.v. « nome », p. 500‑501, parle d’un glissement métaphorique), mais on ne peut dire si ce sens est hérité dans les deux branches ou s’il résulte d’une évolution propre au latin ou à l’ombrien (avec contamination).

27 Cicéron, i I, 63 ; Varron, La langue latine V, 82 ; VI, 61 ; Festus (éd. W. Lindsay, p. 216).

28 Kunz 2014.

29 Smith 2006, p. 200.

30 Malgré le scepticisme des dictionnaires étymologiques (depuis Ernout et Meillet 1959, s.v. « quirīs » ; cf. en dernier lieu de Vaan 2008, s.v. « quirīs », qui se résout à l’hypothèse de l’emprunt à un dialecte sabellique – mais cette hypothèse est intenable), voir l’importante étude qu’a consacrée au nom des Quirites A.L. Prosdocimi (Prosdocimi 1996, en part. p. 294‑305).

31 Le récit de la « royauté étrusque », tel qu’il apparaît chez Tite-Live ou Denys, qui en donnent le compte rendu le plus développé, mais certainement aussi le plus « (ré)écrit », est lui aussi truffé d’anachronismes, d’épisodes réécrits selon les canons littéraires en vogue (par eux ou par leurs sources) et d’autres « scories », venant compliquer le travail de l’historien. On ne citera, pour s’en rendre compte, que les prodiges entourant la naissance de Servius Tullius, et les tentatives de Tite-Live de rationnaliser la tradition dont il hérite.

32 Voir, p. ex., Briquel 2000, p. 90‑93.

33 La tyrannie grecque d’époque archaïque a été le centre d’intérêt de nombreux historiens ; on ne citera ici, parmi les très nombreuses contributions à sa connaissance, que les travaux les plus synthétiques : Berve 1967 ; Mossé 1969 ; Meier 1995 ; de Oliveira Gomes 2007.

34 Humbert 2011, p. 225‑229.

35 Tite-Live, I, 17 ; Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines II, 57‑58.

36 Trad. D. Briquel 2007 : « Mais la plèbe s’était mise à murmurer, en disant qu’on avait multiplié l’esclavage et remplacé un seul maître par cent. On voyait qu’elle n’était plus disposée à obéir qu’à un roi, et à un roi nommé par elle. Dès qu’ils se rendirent compte de cette agitation, les sénateurs comprirent qu’ils devaient offrir de leur propre gré ce qu’ils allaient perdre. Ils s’attirent de la sorte la reconnaissance du peuple en lui accordant de disposer du pouvoir suprême, mais en gardant plus de droit pour eux qu’ils n’en concédaient. Ils décidèrent en effet que le choix du peuple, quand il désignerait un roi, ne serait effectif que si le Sénat le confirmait par son autorité. (…) En ces circonstances, l’interroi convoqua l’assemblée du peuple et lui dit : “Citoyens, pour que cela tourne à notre bien, notre bonheur et notre prospérité, choisissez un roi : le Sénat en a décidé ainsi. Si celui que vous aurez désigné est digne d’être le successeur de Romulus, le Sénat confirmera l’élection”. La plèbe se montra si sensible à ce geste que, pour ne pas paraître le céder en générosité, elle se borna à décider et décréter que le choix de celui qui régnerait sur Rome serait déféré au Sénat. »

37 Denys D’Halicarnasse, Antiquités romaines II, 57‑58.

38 Les débats acharnés entre les sénateurs dont se fait l’écho Tite-Live à propos du choix d’un Romain ou d’un Sabin pourraient garder trace de ce point : l’interroi n’est ainsi pas un chef des sénateurs, ni même un princeps senatus avant l’heure, et c’est l’ensemble du Sénat qui doit se mettre d’accord.

39 Si Tite-Live ne mentionne jamais la prise d’auspices, c’est sans doute parce qu’il jugeait une telle précision inutile pour ses lecteurs – il préfère, de manière significative, détailler en I, 18, 6‑10, le vieux rituel d’inauguration de Numa, dont il place la naissance à cette occasion – et qu’il avait choisi d’inverser l’ordre de la procédure en présentant l’intervention du Sénat comme une ratification, alors qu’elle doit être à l’origine même du choix de la personne du roi.

40 Voir l’analyse que propose le savant des expressions auspicia ad patres redeunt ou res (populi) ad patres redit (Magdelain 1964 ; Magdelain 1968).

41 Rampelberg 2005 ; Humbert 2011, p. 227‑228.

42 À vrai dire, les changements ne datent pas que de l’arrivée de Tarquin, mais sont déjà perceptibles sous le règne d’Ancus, au cours duquel émerge pour la première fois, dans ce récit, l’idée d’une royauté héréditaire ; cet argument avancé par les enfants d’Ancus n’est pas retenu, mais sera l’une des innovations prêtées par les historiens aux rois étrusques. Sur de possibles éléments « tyranniques » dans le règne d’Ancus Marcius, voir Camous 2005, p. 282‑285.

43 Tite-Live, I, 35.

44 Tite-Live, I, 34, 12 : Notitiamque eam breui apud regem liberaliter dextereque obeundo officia in familiaris amicitiae adduxerat iura, ut publicis pariter ac priuatis consiliis bello domique interesset et per omnia expertus postremo tutor etiam liberis regis testamento institueretur.

45 Mais aussi auprès du roi et auprès des Sénateurs, par ses qualités militaires, ses bons conseils et ses services (pécuniaires) : βασιλέως τε φίλος ἐν ὀλίγῳ πάνυ χρόνῳ γίνεται δῶρα διδούς, ὧν αὐτὸν ἐν χρείᾳ μάλιστα γινόμενον ᾐσθάνετο καὶ χρήματα παρέχων εἰς τὰς πολεμικὰς χρείας ὅσων ἐδεῖτο, ἐν δὲ ταῖς στρατείαις ἁπάντων κράτιστα πεζῶν τε καὶ ἱππέων ἀγωνιζόμενος γνώμης τε ὅπου δεήσειεν ἀγαθῆς ἐν τοῖς πάνυ φρονίμοις τῶν συμβούλων ἀριθμούμενος. Γενόμενος δὲ παρὰ τῷ βασιλεῖ τίμιος οὐδὲ τῆς ἄλλων Ῥωμαίων εὐνοίας διήμαρτεν, ἀλλὰ καὶ τῶν πατρικίων πολλοὺς ταῖς εὐεργεσίαις ὑπηγάγετο καὶ τὸ δημοτικὸν πλῆθος οἰκείως ἔχειν ἑαυτῷ παρεσκεύασεν εὐπροσηγόροις τε ἀσπασμοῖς καὶ κεχαρισμέναις ὁμιλίαις καὶ χρημάτων μεταδόσει καὶ ταῖς ἄλλαις φιλοφροσύναις (Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines III, 48, 3‑4) ; « Il devient en très peu de temps l’ami du roi en lui offrant ce dont il s’apercevait lui faire le plus défaut, et en lui assurant les ressources qui lui manquaient pour mener à bien ses guerres ; en outre, dans les campagnes militaires il se battait mieux que fantassins et cavaliers réunis, et, avait-on besoin d’un avis éclairé ? il était tenu pour l’un des conseillers les plus avisés. Alors que le roi le tenait en haute estime, il ne manqua pas non plus de se faire bien voir du reste des Romains, mais se concilia nombre de patriciens par les services qu’il leur rendait, et se ménagea les faveurs de la plèbe au moyen de salutations affables, d’entretiens agréables, de dons d’argent et autres libéralités » (trad. personnelle).

46 Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines III, 49, 1 : « Tarquin était donc un homme de cette trempe, ce qui explique que, du vivant d’Ancus Marcius, il fut le plus illustre des Romains et qu’à sa mort tout le monde le jugea digne de monter sur le trône » (trad. personnelle).

47 Voir infra. Sur les aspects « démophiles » ou « publicoles », pour prendre un terme forgé à peu près à cette époque à Rome, de Servius Tullius, cf. Richard 1986.

48 Tite-Live, I, 41, 5 : eum [= Seruium] iura redditurum obiturumque alia regis munia esse.

49 Tite-Live, I, 42, 3.

50 Tite-Live, I, 46, 1.

51 Ce motif de la « dame à la fenêtre » est un motif mythologique et cultuel oriental qui est venu se greffer sur la geste de Tanaquil, qui est une figure largement contaminée, comme beaucoup de figures féminines de cette période de l’histoire romaine, par des éléments mythiques et mythographiques divers. Cf. Briquel 2000, p. 114‑115 ; sur les aspects légendaires qui s’attachent à nombre des actrices du récit traditionnel, voir aussi Momigliano 1969, en part. p. 457 ; Montero Herrero 1994, p. 48‑50.

52 Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines IV, 4‑5.

53 Denys d’Halicarnasse Antiquités romaines IV, 8, 2 : ἀλλ’ἠγανάκτουν καὶ χαλεπῶς ἔφερον οὐκ ἀξιοῦντες αὐτὸν ἑαυτῷ τινα μηχανήσασθαι βασιλικὴν ἐξουσίαν, μήτε βουλῆς ψηφισαμένης μήτε τῶν ἄλλων τῶν κατὰ νόμον ἐπιτελεσθέντων ; « [Les patriciens], indignés et scandalisés, ne voyaient pas d’un bon œil qu’il se ménage par ruse une sorte de pouvoir royal sans décret du sénat ni autres procédures prévues par la loi » (trad. personnelle).

54 Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines IV, 12, 3 : ὥσπερ αὐτῇ ποιεῖν ἔθος ἦν.

55 Voir, p. ex., Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines IV, 37, 1‑3.

56 Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines IV, 40, 1‑3 : « Cet homme [= Servius Tullius], aux dires des Romains, fut le premier à bouleverser les coutumes et les lois ancestrales en ayant pris le pouvoir sans l’accord conjoint du Sénat et du peuple, comme tous ses prédécesseurs, mais avec celui du seul peuple, dont il avait corrompu et flatté par toutes sortes de moyens les membres pauvres. Et c’est la vérité : de fait, aux époques antérieures, lorsque mourait un roi, le peuple donnait à l’assemblée du Sénat autorité pour établir le régime qui avait leur préférence ; et le Sénat désignait des interrois chargés de placer sur le trône le meilleur homme, qu’il fût natif de Rome ou étranger. Et s’il y avait tout ensemble accord du Sénat, qui confirmait le candidat choisi, du peuple par son vote et des auspices le confirmant, le candidat obtenait le pouvoir. Mais si l’une de ces trois instances s’y opposait, les interrois nommaient un autre candidat, puis un troisième, si jamais le deuxième ne convenait ni aux hommes ni aux dieux. Mais Tullius prit d’abord l’apparence d’un procurateur du roi, comme je l’ai dit plus haut, puis se concilia le peuple par des largesses afin d’être nommé roi par lui seul. Mais comme il s’avéra être un homme juste et mesuré, il fit taire, grâce aux mesures qu’il prit par la suite, les calomnies qui lui reprochaient de n’avoir pas suivi totalement les procédures légales, et laissa croire à beaucoup que s’il n’avait pas disparu prématurément, il aurait fait adopter, comme nouveau régime, la démocratie » (trad. personnelle).

57 Voir, dernièrement, sur cette question : Marastoni 2009.

58 Tite-Live, I, 46‑49 ; Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines IV, 28‑41.

59 Tite-Live, I, 49, 3 : neque populi iussu neque auctoribus patribus.

60 Briquel 2000, p. 120.

61 Tite-Live, I, 36 ; Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines III, 70‑71. Inventaire des sources dans Lubtchansky 2005, p. 269‑270.

62 Sur cette question, éminemment complexe, voir Humm 2012.

63 Sur la population étrusque, voir les traditions autour de la constitution du uicus Tuscus, entre le Capitole et le Palatin. L’épigraphie confirme la présence à Rome d’étruscophones (Cristofani 1990, p. 16‑25).

64 Et, par ricochet, des tyrans grecs dont les tyrans étrusques s’inspiraient directement. L’un des marqueurs les plus nets de l’idéologie tyrannique est la référence à la geste d’Heraklès/Hercle, le héros qui, par sa bravoure, s’est libéré de sa condition de mortel pour devenir dieu ; sur les liens de Servius Tullius avec Hercule, cf. Ampolo 1981 ; Vernole 2002, p. 116‑126.

65 Torelli 1981, p. 174‑181 ; Menichetti 1994, p. 90 sq. ; Maggiani 1996, p. 95 ; Briquel 2000, p. 111‑115.

66 Les inscriptions n’ont été publiées qu’en 2006 : Colonna 2006 ; id. 2007 ; id., dans REE 71, 2005, p. 168‑189.

67 Sur la datation, voir Colonna 2006, p. 427‑430.

68 De droite à gauche : un personnage debout (en marche) ; un personnage courant ; une tête barbue de profil, un personnage assis ou accroupi, un dessin indéterminable.

69 Colonna, 2006 p. 425 sq. et fig. 3, 11‑13 (plan de la tombe), 15 (mur peint), 16 (graffites).

70 Certains de ces textes sont rédigés en tout petits caractères ; surtout, la couche d’argile a par endroits disparu, emportant avec elle des parties d’inscriptions.

71 Colonna 2006, n° 1, p. 431‑440.

72 Pour un aperçu de ces difficultés et de ce qu’on comprend du texte, voir van Heems 2016, p. 12‑13.

73 Je comprends la subordonnée iχ laṛis armas[ii]naṣ putuσa ziχ comme une comparative introduite par , dont le sujet est laris armas[ii]nas et le verbe (à la forme non marquée, qui doit donc être l’équivalent d’un ind. présent) ziχ : « comme l’écrit Laris Armasiinas, celui putu » (où putu) est un qualificatif de nature religieuse : si la proposition d’H. Rix d’y voir le nom de « celui qui dépose (= fait) [une offrande] » est peut-être trop entachée par l’assonance avec lat. pono, positum pour être dirimante (cf. en dernier lieu Rix 2008, p. 159 ; Belfiore 2010, en part. p. 111 sq.), on retiendra néanmoins qu’on a affaire à un mot qualifiant le personnage comme appartenant à la sphère du sacré, des cultes et de la religion. Voir également note suivante.

74 Qui détient de son côté une auctoritas « scripturale » : compte tenu de ce que l’on sait de l’importance de l’écriture dans la religion étrusque, on n’en sera pas étonné, et l’on peut imaginer que ce personnage était un haruspice, attaché au service du défunt.

75 Colonna 2007.

76 ET Cr 4.4 et 4.5.

77 Maggiani 1996, p. 102‑105 ; sur le sens possible de sela, Colonna 1999, p. 444, n. 50.

78 C’est probablement le sens de la plus ancienne occurrence de ce titre, sur l’un des cippes de Rubiera (ET 1.2 [viie s.]).

79 Contra Becker 2013, p. 352‑353 ; mais tout caractérise ce personnage comme un « chef » qui n’est pas issu des familles aristocratiques, et on ne peut donc en faire, comme le voudrait l’historienne, le fondateur d’un régime républicain ; cfG. Colonna, loc. cit.

80 CIL I2, n° 2832a. Sur ce texte, qui offre la plus ancienne attestation de cette institution en latin (sous la forme suodales), voir l’editio princeps : Stibbe et al. 1980.

81 Cornell 1995, p. 143‑145. Sur l’apport de cette tombe à la question des sodalitates archaïques, voir Torelli 2015.

82 Telle que permettent de la reconstituer le cycle pictural de la tombe François de Vulci et le discours de Claude reporté sur la Table Claudienne de Lyon.

83 Martin 1985.

84 Cf. supra, p. 344.

85 À la manière des suodales de *Poplios Valesios, qui font une offrande en son nom dans le sanctuaire de Satricum.

86 Il s’agit des gentilices suivants : venθina, laiθiu, lapaiena, peiana, σitara, ]ecsne. Pour l’étude onomastique de ces personnages, voir Colonna 2006, p. 448‑449.

87 Ainsi, les sources philologiques sont largement postérieures aux époques qui nous intéressent, et concernent principalement Rome ; les sources épigraphiques sont contemporaines, mais bien plus rares et pauvres en informations, sont principalement en langue étrusque, et posent toutes sortes de problèmes herméneutiques ; quant aux sources « linguistiques » et étymologiques, elles sont elles aussi extrêmement délicates à mettre en œuvre.

88 Pour les sources anciennes sur ce personnage, voir H. Volkmann, dans RE VIII a, 1, s.v. « 302. P. Valerius Volusi f. Poplicola », p. 180‑188. Les éléments de son « portrait » à prendre en compte sont les suivants :

1) une politique nettement favorable au peuple (comme le prouve son œuvre législative ; cf. Tite-Live, II, 8, 1‑3 : Latae deinde leges, non solum quae regni suspicione consulem absoluerent, sed quae adeo in contrarium uerterent ut popularem etiam facerent : inde cognomen factum Publicolae est. Ante omnes de prouocatione aduersus magistratus ad populum sacrandoque cum bonis capite eius qui regni occupandi consilia inisset gratae in uolgus leges fuere. Quas cum solus pertulisset, ut sua unius in his gratia esset, tum deinde comitia collegae subrogando habuit ; son surnom de Poplicola « qui populum colit ») ;

2) une très grande popularité (cf. les honneurs posthumes qu’il a officiellement reçus : cf. Tite-Live, II, 16, 7 : P. Valerius, omnium consensu princeps belli pacisque artibus, anno post Agrippa Menenio P. Postumio consulibus moritur, gloria ingenti, copiis familiaribus adeo exiguis ut funeri sumptus deesset ; de publico est datus. Luxere matronae ut Brutum) ;

3) une politique anti-aristocratique ou tout au moins une forme d’hostilité envers les autres familles aristocratiques (participation à l’assassinat de Tarquin le Superbe ; déconvenues électorales : cf. Plutarque, Publicola, 1, 4‑5 et 2, 1 : [ὁ Οὐαλέριος] (…) ἐλπίζων μετὰ τὸν Βροῦτον αἰρεθήσεσθαι καὶ συνπατεύσειν διήμαρτεν. Ἡιρέθη γὰρ ἄκοντι τῷ Βρούτῳ συνάρχων ἀντὶ τοῦ Οὐαλερίου Ταρκύνιος Κολλατῖνος, ὁ Λουκρητίας ἀνήρ, οὐδὲν ἀρετῇ Οὐαλερίου διαφέρων, ἀλλ’οἱ δυνατοὶ δεδιότες τοὺς βασιλεῖς ἔτι πολλὰ πειρῶντας ἔξωθεν καὶ μαλάσσοντας τὴν πόλιν, ἐβούλοντο τὸν ἐντονώτατον αὐτοῖς ἐχθρὸν ἔχειν στρατηγὸν ὡς οὐχ ὑφησόμενον. Ἀγανακτῶν οὖν ὁ Οὐαλέριος, εἰ μὴν πιστεύεται πάντα πράττειν ἕνεκα τῆς πατρίδος, ὅτι μηδὲν ἰδίᾳ κακὸν ὑπὸ τῶν τυράννων πέπονθε, τῆς τε βουλῆς ἀπέστη καὶ τὰς συνηγορίας ἀπεῖπε καὶ τὸ πράττειν τὰ κοινὰ παντελῶς ἐξέλιπεν, ὥστε καὶ λόγον τοῖς πολλοῖς παρασχεῖν καὶ φροντίδα, φοβουμένοις μὴ δι’ὀργὴν προσθέμενος τοῖς βασιλεῦσιν ἀνατρέψῃ τὰ πράγματα καὶ τὴν πόλιν ἐπισφαλῶς ἔχουσαν) ;

4) adfectatio regni (édification de son « palais » sur la Vélia : cf. Tite-Live, II, 7, 5‑6 : Consuli deinde qui superfuerat [scil. P. Valerio], ut sunt mutabiles uolgi animi, ex fauore non inuidia modo, sed suspicio etiam cum atroci crimine orta. Regnum eum adfectare fama ferebat, quia nec collegam subrogauerat in locum Bruti et aedificabat in summa Velia : « ibi alto atque munito loco arcem inexpugnabilem fieri »). Cette ambiguïté me semble dresser le portrait d’un aristocrate tenté par l’expérience tyrannique, cherchant (voire réussissant) à établir un pouvoir personnel sur l’Vrbs, en s’appuyant sur le peuple et s’opposant ainsi aux autres familles aristocratiques. Sur cette question, nous nous permettons de renvoyer à van Heems (à paraître).

89 Sur l’épineuse question historique des rapports entre le *Poplios Valesios de Satricum et le P. Valerius Publicola de la tradition annalistique, voir, entre autres, Versnel 1980 ; id. 1982 ; Prosdocimi 1984 ; Arcella 1992 ; Levi 1995.

90 Becker 2013, p. 353‑354.

91 Pour Véies, on se fonde principalement sur la tradition relative à Lars Tolumnius, roi de Véies en 437 (Briquel 1991), et sur Tite-Live, V, 1, 3‑7, qui parle d’une révolution ayant eu lieu au tout début du ive s. (399‑398) ; il lui donne comme cause principale le taedium annuae ambitionis, source de discordes. Ce roi anonyme de Véies est en tous les cas, à en croire le récit de l’historien, l’ennemi personnel et politique des aristocrates, si l’on est en droit d’interpréter en un sens politique (aristocraties vs classes populaires favorables au roi) l’hostilité dont font montre les représentants des autres cités étrusques envers ce roi aux assemblées fédérales du fanum Voltumnae.

92 Selon la mention d’un certain Orgol[ni]um (…) Caeritum regem sur les fameux elogia julio-claudiens du forum de Tarquinia, chassé du trône (ou rétabli) par Aulus Spurinna ; en général, on place les hauts-faits de ce Spurinna entre la fin du ve et le milieu du ive s. av. J.‑C. (Torelli 1975, p. 56‑92 ; Migliorati 2003, p. 42 ; Maggiani 2005, p. 63).

Auteur

Université Lumière Lyon 2, HiSoMA (UMR 5189), MOM