Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voter en Grèce, à Rome et en Gaule

 | 
Aldo Borlenghi
, 
Clément Chillet
, 
Virginie Hollard
, 
et al.

Les lieux

Les installations de vote dans les villes d’Italie

État de la question sur les assemblées électorales dans l’aire du forum

Aldo Borlenghi

À Enzo, mon maître, dont les conseils et les encouragements m’ont accompagné au fil des années

Texte intégral

  • 1 Torelli 1991, p. 39‑54 ; Coarelli 1997, p. 154‑164 ; Coarelli 2001 ; Mouritsen 2004 ; Coarelli 200 (...)

1Une bibliographie relativement importante concerne aujourd’hui l’interprétation d’une série de dispositifs découverts dans un nombre réduit de fora de colonies latines et de villes italiques1. Dans l’interprétation qu’on en donne habituellement il s’agit de cavités, appelées en italien pozzetti, c’est-à-dire petits puits, de datation et de taille variables, utilisés pour le logement de poteaux destinés à circonscrire rituellement le forum et à l’aménager provisoirement pour le déroulement des élections. Selon certains chercheurs, c’est grâce à ces structures que l’on pouvait recréer une organisation analogue à celle des Saepta de Rome, en employant des cordes tendues pour délimiter les couloirs destinés aux unités de vote, les curies ou les tribus, pour la nomination des magistrats locaux.

  • 2 Pour une synthèse récente sur le comitium des colonies, voir Extebarria Akaiturri 2008, p. 148‑166 (...)

2Cette lecture, retenue depuis longtemps comme la plus proche de la réalité antique, ne fait pas l’unanimité parmi les spécialistes. Elle montre la nécessité d’une nouvelle analyse du dossier pour déterminer les éventuelles fonctions de ces dispositifs ainsi que la réelle possibilité de l’utilisation du forum pour accueillir les assemblées électorales. En effet, les études menées dans les colonies latines ont mis en évidence la présence d’un édifice constitué d’une cavea circulaire insérée dans une enceinte quadrangulaire, dans lequel on reconnaît un comitium2, lieu de réunion et de vote des comices tributes à Rome, qui conduit à réfléchir sur le rôle de ce monument et à ne pas négliger a priori sa contribution à ce type d’activités.

3La connaissance du dossier des découvertes archéologiques des sites qui ont révélé la présence des puits constitue, comme on le verra ensuite, un préalable essentiel à la réalisation de cette étude et à la validation des hypothèses émises par les chercheurs.

Les puits dans les colonies latines

  • 3 Coarelli, Monti (éd.) 1998, p. 59‑60, 66 ; Coarelli 2005, p. 26 ; Extebarria Akaiturri 2008, p. 15 (...)

4À Frégelles, colonie fondée en 328 av. J.‑C. et abandonnée après sa destruction par Rome en 125 av. J.‑C., le comitium3, dont l’installation remonterait au iiie s. av. J.‑C., se situe au nord du forum et est associé à la curie (fig. 1). Cet édifice, restauré dans les premières décennies du iie s. av. J.‑C., a été démoli avant la disparition de la ville.

Fig. 1 – Frégelles : plan du comitium et du forum, avec localisation des puits et restitution des couloirs de vote selon l’hypothèse de F. Coarelli (d’après Coarelli 2001, p. 51, fig. 5).

Fig. 1 – Frégelles : plan du comitium et du forum, avec localisation des puits et restitution des couloirs de vote selon l’hypothèse de F. Coarelli (d’après Coarelli 2001, p. 51, fig. 5).
  • 4 Coarelli 1997, p. 161‑163 ; Coarelli, Monti (éd.) 1998, p. 56‑59, 66 ; Mouritsen 2004, p. 51‑52, 5 (...)
  • 5 Coarelli, Monti (éd.) 1998, p. 56‑57.
  • 6 Cet événement, lié à la suppression du comitium, a été interprété comme la preuve d’une crise des (...)

5Sur les côtés courts du forum, fouillé partiellement, on observe un alignement de deux séries de rangées de douze puits en calcaire (0,30 x 0,30 m ; prof. 0,70 m), qui appartiendraient aux phases initiales de la colonie4 (fig. 1). Selon F. Coarelli5, il s’agirait de dispositifs conçus pour recevoir de gros poteaux, dont la fonction était de soutenir les cordes qui subdivisaient en onze couloirs la place du forum, long de 145 m et large de 55 m, à l’occasion des élections des magistrats locaux. L’existence de logements doubles sur chaque côté de la place ferait supposer la présence de poteaux disposés par paire pour tendre les cordes sur une distance de 140 m environ : dans ce cas, il faudrait envisager des supports intermédiaires ainsi que des treuils et des poulies placées entre les poteaux à l’extrémité des rangées (fig. 2). En fonction de la disposition des puits, on émet l’hypothèse de deux groupes de cinq couloirs, séparés par un couloir plus large, qui n’était pas utilisé : le nombre des couloirs indiquerait l’existence de cinq sections électorales, partagées en seniores et juniores. Juste avant la destruction de la ville, une partie des dispositifs du côté méridional fut démolie et une voie traversa le forum6.

  • 7 Mertens 1968, p. 208‑217 ; Mertens 1969, p. 98‑101 ; Mertens 1988, p. 95 ; Mertens 1991, p. 106 ; (...)

6À Alba Fucens, colonie fondée en 303 av. J.‑C. et devenue municipe après la guerre sociale, la réalisation du comitium7, placé sur le côté nord du forum et fouillé seulement partiellement, date de la deuxième moitié du iiie s. av. J.‑C. (fig. 3).

Fig. 2 – Frégelles : restitution du système de poulies pour l’aménagement des saepta dans le forum (d’après Coarelli, Monti 1998, p. 125, fig. 8).

Fig. 2 – Frégelles : restitution du système de poulies pour l’aménagement des saepta dans le forum (d’après Coarelli, Monti 1998, p. 125, fig. 8).

Fig. 3 – Alba Fucens : plan du comitium et du forum, avec localisation des puits au sud de la place (d’après Mertens 1968, p. 207, fig. 3).

Fig. 3 – Alba Fucens : plan du comitium et du forum, avec localisation des puits au sud de la place (d’après Mertens 1968, p. 207, fig. 3).
  • 8 De Visscher, Mertens 1951‑1952 ; Mertens 1969, p. 92‑96 ; Mertens 1988, p. 95 ; Torelli 1991, p. 4 (...)

7Un seul puits a été mis au jour sur le côté nord du forum : J. Mertens le considère comme appartenant à une longue rangée d’éléments identiques, qui seraient présents le long de ce côté8.

  • 9 La présence d’un couvercle sur une partie de ceux-ci irait dans le sens d’une utilisation périodiq (...)
  • 10 Liberatore 2004, p. 120‑121.

8Un système complexe de puits, de forme, de taille et de profondeur différentes, a en revanche été découvert dans une zone rectangulaire (env. 47,10 x 10,90 m) située entre la limite méridionale du forum et la basilique9 (fig. 4). Une série de fosses (I‑VII), pleines de pierres, représente la phase la plus ancienne : ces fosses pourraient indiquer la présence de puits, dont les dalles auraient été récupérées. Leur fonction est incertaine : elles auraient pu loger des poteaux pour le soutien d’une toiture ou accueillir des arbres pour la délimitation d’un espace sacré10.

Fig. 4 – Alba Fucens, plan du côté méridional du forum : zone du « Diribitorium » (d’après De Visscher, Mertens 1951‑1952, pl. 1).

Fig. 4 – Alba Fucens, plan du côté méridional du forum : zone du « Diribitorium » (d’après De Visscher, Mertens 1951‑1952, pl. 1).

9Ensuite, selon la récente révision stratigraphique et chronologique de D. Liberatore, il faudrait distinguer deux phases principales.

  • 11 Liberatore 2004, p. 121‑122.

10Une première série est composée de sept puits doubles (a2-h2) : chaque élément présente deux cavités (env. 0,45 x 0,45 m ; prof. env. 0,60 m) divisées par une ou deux dalles et fermées par des couvercles avec un anneau en bronze. Sur le même axe que ces puits s’insèrent, au milieu de l’espace central, six grands puits rectangulaires (A-F), disposés sur deux rangées : leurs dimensions (0,90‑1,00 x 0,54‑0,75 m ; prof. 0,70‑0,90 m) ne sont pas uniformes. Parmi ces cavités, le puit B montre, dans son remblai, une corne de bélier et de nombreux clous, indiquant peut-être une fonction magique et sacrée : cette découverte pourrait suggérer que les clous avaient été déposés intentionnellement ou enfoncés dans un arbre11. Une autre série de cavités (α-η), de forme quadrangulaire (0,40 x 0,45 m), est placée aux extrémités des puits a2-h2.

  • 12 Contra, Torelli 1991, p. 50.

11En tenant compte de leur altitude et de leur rapport avec le nouveau sol de l’aire en question, les puits 1‑7 appartiendraient à la phase la plus récente12 : toutes les cavités (0,25‑0,30 x 0,30‑0,33 m ; prof. 1,50 m), délimitées par quatre dalles enfoncées dans le terrain, avaient un emploi périodique.

  • 13 Torelli 1991, p. 49‑54.
  • 14 Contra, Lackner 2008, p. 280.
  • 15 Liberatore 2004, p. 120‑122, 139‑141.

12Les puits, d’après l’hypothèse de M. Torelli13, attestent la présence de dispositifs pour le vote des unités électorales et peuvent être subdivisés en cinq groupes chronologiquement distincts. Il s’agirait de cinq systèmes qui correspondraient à trois grandes phases urbaines et monumentales (fosses I‑VIII ; puits 1‑7 ; système composé par les puits a2-h2, A-F et α-η), mais à deux phases institutionnelles et administratives, ces dernières remontant aux temps de la colonie latine puis du municipe. Selon le chercheur italien, la zone devrait être identifiée avec un diribitorium14, dont le plan et l’orientation sont semblables à celui du Champ de Mars. Le nombre des puits et des espaces vides indiquerait une division initiale du corps civique en six unités ou, mieux, en trois, ensuite partagées en seniores et juniores. Après la Guerre sociale, à l’époque de la création du municipe, les unités électorales seraient passées au nombre de dix. D. Liberatore15 propose de distinguer deux phases chronologiques principales et émet quelques doutes sur le rôle attribué aux puits. La fonction électorale ne serait acceptable que pour une partie des puits. La chercheuse souligne l’importance de distinguer les nombreuses catégories de puits, qui devaient avoir des fonctions pratiques ainsi que rituelles.

  • 16 Brown 1980, p. 23‑28, 37‑38 ; Brown, Hill Richardson et Richardson 1993, p. 14‑30, 46‑50, 106‑113, (...)

13À Cosa, colonie crée en 273 av. J.‑C., le comitium16 (fig. 5‑6) est daté des décennies postérieures à la fondation de la ville et il subit des réfections à la fin du iiie s. av. J.‑C.

  • 17 Brown 1980, p. 24‑25, 41 ; Torelli 1991, p. 43‑44 ; Brown, Hill Richardson et Richardson 1993, p.  (...)

14Dans la partie méridionale du forum plusieurs puits ont été mis en œuvre aux iiie-iie s. av. J.‑C.17. Sur les longs côtés du forum (fig. 5), entre 273 et 241 av. J.‑C., quatre grands puits (1,77 x 0,88 m ; prof. 0,53‑0,55 m) ont été creusés dans le rocher et délimités par des blocs de pierre : dans les intervalles entre ces cavités ont été placés, par la suite, des ensembles de deux petits puits avec des cavités carrées (0,58‑0,60 x 0,58‑0,60 m ; prof. 0,70 m). Avant 175 av. J.‑C., on réalise une légère réduction de l’aire du forum, avec l’élimination ou le rétrécissement des puits existants, et la création le long du côté court jouxtant le forum d’un autre système de deux rangées de petits puits carrés (0,51 x 0,51 x 1,11 m), chacune de douze unités (fig. 6).

Fig. 5 – Cosa : restitution du comitium et du forum, avec localisation des puits de la première et de la deuxième phase dans le secteur sud de la place (d’après Brown, Hill Richardson et Richardson 1993, p. 53, fig. 18).

Fig. 5 – Cosa : restitution du comitium et du forum, avec localisation des puits de la première et de la deuxième phase dans le secteur sud de la place (d’après Brown, Hill Richardson et Richardson 1993, p. 53, fig. 18).

Fig. 6 – Cosa : plan du comitium et du forum, avec localisation des puits des différentes phases dans le secteur sud de la place (d’après Lackner 2008, p. 348).

Fig. 6 – Cosa : plan du comitium et du forum, avec localisation des puits des différentes phases dans le secteur sud de la place (d’après Lackner 2008, p. 348).
  • 18 Brown 1980, p. 24 ; Brown, Hill Richardson et Richardson 1993, p. 13, 120.
  • 19 Torelli 1991, p. 43.
  • 20 Les puits sont dotés de couvercles qui en montreraient un emploi périodique.
  • 21 Brown 1980, p. 41 ; Brown, Hill Richardson et Richardson 1993, p. 120.

15Selon F.E. Brown18, les puits les plus grands auraient accueilli des arbres qui indiquaient la délimitation des couloirs dans lesquels les citoyens votaient, divisés en trois unités distinctes, alors que, selon M. Torelli19, ils marqueraient au contraire les limites de l’aire inaugurée. Dans ce cas, les petits puits20 seraient des logements pour de grands poteaux autour desquels on enroulait les lintei destinés à la définition rituelle de l’aire comme templum. Les douze couples de petits puits auraient délimité les pontes pour les votes ou le tribunal de la présidence des comices. Selon F.E. Brown21, les petits puits du côté sud, au contraire, définiraient cinq couloirs pour les comices électoraux ou soutiendraient temporairement des scaenae frontes ou des velaria.

  • 22 Greco, Theodorescu, Rouveret 1987, p. 19‑21, 27‑39, 70‑71, 79‑83 ; Torelli 1988, p. 45‑46 ; Brown, (...)
  • 23 Transformation qui détermine, selon les fouilleurs (Greco, Theodorescu, Rouveret 1987, p. 35), la (...)
  • 24 Greco, Theodorescu, Rouveret 1987, p. 35‑36. La désaffection du comitium et de sa tribune serait c (...)

16Dans la colonie jumelle de Paestum, déduite elle-aussi en 273 av. J.‑C., la réalisation du comitium22, sur le côté nord du forum (fig. 7), est datée du deuxième quart du iiie s. av. J.‑C. À une époque postérieure à la moitié du iie s. av. J.‑C., une partie du comitium est occupée par un temple qui bouche un de ses trois accès et le secteur occidental de ses gradins23. Au début de l’Empire, la construction d’un mur sur les gradins nord de la cavea pour l’aménagement d’une pièce produit une diminution importante de l’espace du comitium, désormais déchu de ses fonctions24.

Fig. 7 – Paestum : plan des différentes phases du comitium et du forum, avec localisation des rangées de puits le long des côtés nord, sud et ouest de la place (d’après Lackner 2008, p. 366).

Fig. 7 – Paestum : plan des différentes phases du comitium et du forum, avec localisation des rangées de puits le long des côtés nord, sud et ouest de la place (d’après Lackner 2008, p. 366).
  • 25 Krause 1976, p. 46‑47, n. 86 ; Greco, Theodorescu, Rouveret 1987, p. 15, 1‑19, 22‑23 ; Torelli 198 (...)
  • 26 Sur le côté nord, devant le temple, on ne retrouve ni de cavités ni de dalles ; au contraire, deva (...)
  • 27 Pourtant, dans d’autres contributions (Krause 1976, p. 46‑47, n. 86 ; Lackner 2008, p. 276 ; Sewel (...)
  • 28 Voir aussi Greco 1999, fig. 3 avec un plan des éléments encore conservés in situ.
  • 29 Ce système de puits pourrait être un témoignage plus tardif d’un état antérieur, dont l’absence d’ (...)

17Sur l’esplanade du forum de la première époque impériale, le long des trois côtés fouillés, on retrouve une double rangée de puits de petites dimensions et de forme semblable, sur le même axe que les colonnes du portique25 (fig. 7). Sur les côtés nord et sud de la place, des cavités quadrangulaires de 0,17‑0,20 m de côté et avec le fond incliné (prof. 0,09 m), insérées dans des bases carrées d’environ 0,60 m de côté, sont doublées à une distance de 1,80 m, plus près du portique, par des dalles de dimensions variables (0,75‑0,92 x 0,40‑0,53 m)26, apparemment sans trous27. Sur le côté ouest le dispositif est différent, puisqu’une rangée de blocs (0,64‑0,78 x 0,90‑1,00 m) présente deux cavités, une de forme carrée (0,13‑0,14‑0,12‑0,13 m) et l’autre rectangulaire (0,24‑0,26 x 0,12‑0,13 m), et une autre rangée, à une distance de 1,30‑1,40 m et plus proche du portique, montre une seule cavité (0,23‑0,25 x 0,15‑0,16 m) dans des blocs carrés ou rectangulaires (0,60‑0,72 x 0,54‑0,68 m)28. Dans les longs côtés de la partie orientale du forum, on enregistre l’existence de quatre cuves plus grandes, formées de plaques de calcaire délimitant un espace rectangulaire de 0,40 x 0,95‑1,17 m29.

  • 30 Greco, Thedorescu, Rouveret 1987, p. 22‑23.
  • 31 Ces dispositifs pouvaient être utilisés pour l’aménagement de spectacles sur le forum ou pour le s (...)
  • 32 Lackner 2008, p. 278 propose de voir dans les cavités des aménagements pour la mise en place d’un (...)
  • 33 Torelli 1988, p. 44 ; Torelli 1991, p. 47‑49 ; Torelli 1999, p. 21‑22.

18Selon E. Greco et D. Theodorescu30, au début de l’époque impériale, les bases pourvues de trous devaient loger des poteaux destinés, entre autres31, à soutenir une enceinte afin de jalonner l’espace inauguré du forum et de le transformer en saepta pour les opérations de vote, avec peut-être une estrade sur le côté ouest32. Il n’est pas certain que les quatre cuves attestées dans la partie orientale du forum aient appartenu au même système. Selon M. Torelli33, la réalisation des petits puits appartiendrait non pas à une seule phase mais à deux phases différentes, toutes les deux postérieures à la Guerre sociale : leur fonction serait liée à la délimitation du forum comme templum et à l’aménagement de saepta pour les élections, avec la mise en place de pontes et d’un diribitorium sur le côté oriental du forum, actuellement oblitéré par la route nationale SS18. Les quatre grands puits témoigneraient d’une autre phase antérieure, démontrant la mise en place d’un premier enclos électoral étendu seulement sur un tiers du forum.

  • 34 Tiussi 2006, p. 354‑363, avec d’autres références bibliographiques ; Maselli Scotti, Mandruzzato, (...)

19La colonie d’Aquilée, fondée en 181 av. J.‑C., présente un comitium34 au nord du forum, dont on a découvert une petite partie des vestiges dans un sondage (fig. 8). La chronologie du complexe pose problème : les chercheurs proposent le milieu ou la deuxième moitié du iie s. av. J.‑C., sans exclure toutefois une datation immédiatement postérieure à la déduction de la colonie. Le comitium, démoli avant la fin de l’époque républicaine, est oblitéré par un édifice, contemporain de la monumentalisation julio-claudienne du forum, qui réutilise les blocs de la structure plus ancienne.

Fig. 8 – Aquilée : comitium (n° 2) et forum (n° 1). Les quatre puits (n° 3), retrouvés dans des sondages, se localisent sur les côtés nord et ouest de la place (d’après Tiussi 2011, p. 181, fig. 2).

Fig. 8 – Aquilée : comitium (n° 2) et forum (n° 1). Les quatre puits (n° 3), retrouvés dans des sondages, se localisent sur les côtés nord et ouest de la place (d’après Tiussi 2011, p. 181, fig. 2).
  • 35 Tiussi 2006, p. 364‑368, avec d’autres références bibliographiques ; Maselli Scotti 2006, p. 64‑65 (...)
  • 36 Il s’agit de deux puits (cavité de 0,15 x 0,15 m) sur le côté nord du forum et de deux puits (cavi (...)

20Sous les remblais qui soutiennent le dallage du forum impérial on retrouve des puits qui appartiennent à la place de la phase républicaine35 (fig. 8) : les sondages ont permis de découvrir la présence d’une rangée de quelques cavités en briques sur deux côtés de la place36, qui, encore une fois, ont été mises en relation avec le déroulement des comices.

  • 37 Lackner 2008, p. 75, 274, 278‑279 ; Sewell 2010, p. 70‑71.
  • 38 Marino 2010, p. 184.

21Dans la colonie latine de Copia (Sibari), fondée au début du iie s. av. J.‑C. sur la précédente colonie panhellénique de Thurii, la découverte de quatre cavités quadrangulaires dans un grand espace public, peut-être le forum, au carrefour entre la plateia A et la plateia B, a été mise en relation avec les témoignages provenant des fora des colonies37. Pour l’instant l’interprétation de leur fonction est difficile : il pourrait s’agir d’éléments concernant des installations provisoires de type commercial ou de composantes du portique de la plateia B, à l’époque de son réaménagement datant de la deuxième moitié du ier s. av. J.‑C.38.

Les puits dans les autres villes italiques

22En dehors des cas des colonies latines, les recherches archéologiques de ces dernières décennies ont permis de découvrir d’autres attestations de puits, toujours interprétés comme témoignages de saepta provisoires ou d’une délimitation augurale du forum.

  • 39 Petacco, Rescigno 2007, p. 109‑110.

23Sur le côté occidental du forum de Cumes, ville Samnite alliée de Rome et civitas sine sufragio en 338 av. J.‑C., un sondage a permis de dégager un puits39, avec une cavité de 0,55 x 0,54 m, entre les premières colonnes du portique méridional et les marches du Capitolium d’époque impériale. Le puits, composé de quatre blocs de tuf jaune, est daté de la première moitié du iiie s. av. J.‑C. : il pourrait indiquer la présence d’une rangée d’éléments analogues, toujours avec une fonction politique.

  • 40 Becatti 1953, p. 104‑105 ; Von Hesberg 1985, p. 133‑134 ; Ulrich 1994, p. 219‑220 ; Mar 2002, p. 1 (...)

24Dans le forum de la colonie romaine d’Ostie, devant le Capitolium d’époque triumvirale ou augustéenne, se localisent 6 puits peu profonds en opus reticulatum (à l’intérieur 0,60 x 0,60 m), datés du règne d’Auguste et qu’on peut faire remonter au premier forum40 (fig. 9). La fonction de ces cavités, dont la mise hors d’usage daterait de l’époque de Tibère, est incertaine : les chercheurs ont proposé d’y voir des installations pour des poteaux mis en œuvre pour soutenir un velum à l’occasion de cérémonies et de spectacles ou des aménagements pour la mise en place des opérations de vote, sans en exclure un rôle dans l’organisation de munera et de fêtes.

Fig. 9 – Ostie : plan du forum réalisé par O. Visca en 1949. Les six puits sont localisés le long de la façade du capitolium primitif (d’après Geremia Nucci 2013, p. 224, fig. 254).

Fig. 9 – Ostie : plan du forum réalisé par O. Visca en 1949. Les six puits sont localisés le long de la façade du capitolium primitif (d’après Geremia Nucci 2013, p. 224, fig. 254).
  • 41 Bruschetti 1996, p. 495‑497 ; Bruschetti, Feruglio 1998, p. 54‑57 ; Colivicchi, Zaccagnino 2008, p (...)
  • 42 Une plaque et un bloc tronconique du même matériau constituent le fond et la couverture des puits.
  • 43 Ensuite, selon les fouilleurs, leur emploi serait devenu inutile à cause des changements politique (...)

25À Todi, ville ombrienne tombée sous le contrôle romain dès les ive-iiie s. av. J.‑C., qui devient municipe en 89 av. J.‑C. et reçoit le titre de colonie en 42 av. J.‑C., les fouilles effectuées sur la zone centrale de l’aire septentrionale de l’ancien forum romain ont mis au jour 11 puits de forme et de dimension variables41 (fig. 10). Les trois puits plus grands sont orientés sur un même axe est-ouest et ont une forme rectangulaire (0,70 x 0,45‑0,50 m) ; les huit puits plus petits, de forme carrée avec un côté de 0,38‑0,46 m, sont alignés sur quatre rangées nord-sud et trois rangées est-ouest selon une disposition homogène. Ces cavités sont creusées dans le terrain naturel et recouvertes de plaques de travertin42 : la datation de la céramique et des monnaies, retrouvées à l’intérieur des puits, dont deux encore scellés, est comprise entre les iie-ier s. av. J.‑C. et le iie s. ap. J.‑C. Ces cavités, considérées comme contemporaines, ont été interprétées comme un dispositif destiné à la délimitation d’un espace inauguré et au déroulement des opérations de vote : leur aménagement coïnciderait avec la réorganisation urbanistique consécutive à la déduction de la colonie à la fin de l’époque républicaine. Les matériaux retrouvés dans les puits fermés permettraient de leur attribuer cette fonction au moins jusqu’au milieu du ier s. ap. J.‑C.43.

Fig. 10 – Todi, Piazza del Popolo : puits, avec sa dalle de couverture, retrouvé dans le forum (d’après Bruschetti, Feruglio 1998, p. 57).

Fig. 10 – Todi, Piazza del Popolo : puits, avec sa dalle de couverture, retrouvé dans le forum (d’après Bruschetti, Feruglio 1998, p. 57).
  • 44 Di Filippo Balestrazzi, Croce da Villa 1995, p. 194‑200 ; Di Filippo Balestrazzi 2001a ; Di Filipp (...)
  • 45 Ces puits étaient formés de 5 assises de briques rectangulaires et en forme de Π grec qui créaient (...)
  • 46 Di Filippo Balestrazzi 2001a, p. 161‑162 ; Di Filippo Balestrazzi 2001b, p. 129‑131, 137 ; Di Fili (...)

26Dans la région de Venise, à Concordia Sagittaria, centre Vénète devenu colonie entre 42 et 40 av. J.‑C. sous le nom de Iulia Concordia, l’aire du forum (144 x 110 m) est constituée d’une place (70‑80 x 115 m) entourée de rues sur les quatre côtés : au milieu se trouve une aire légèrement surélevée de 90 x 40‑46 m. Cet espace plus petit est délimité par une double rangée de cavités (distance de 3 m env. entre les rangées) sur les côtés longs et par une rangée simple sur les côtés courts (fig. 11) ; le long du périmètre de l’aire du forum aussi est attestée une rangée de puits, oblitérés ensuite par un portique44. Ces puits carrés (0,45 x 0,45 m), dont la disparition daterait des premières décennies du ier s. ap. J.‑C., sont pourvus d’une cavité de 0,16 m de côté et placés à une distance de 1‑1,5 m les uns des autres45. Ils constitueraient des dispositifs pour le logement de poteaux, qui, à l’aide de cordes ou de palissades en bois, devaient permettre de délimiter l’espace inauguré du forum et de l’aménager pour les opérations de vote. E. Di Filippo Balestrazzi interprète ces structures politiques et religieuses comme l’indice d’une influence extérieure ou d’une forme d’auto-acculturation romaine de la part de la communauté de l’habitat préromain entre le iie et le ier s. av. J.‑C.46.

Fig. 11 – Concordia Sagittaria : restitution des rangées de puits le long du périmètre du forum et le long de la partie centrale surélevée (DAO G. Morillon, université Lumière Lyon 2, d’après Di Filippo Balestrazzi, Croce da Villa 1995, fig. 3).

Fig. 11 – Concordia Sagittaria : restitution des rangées de puits le long du périmètre du forum et le long de la partie centrale surélevée (DAO G. Morillon, université Lumière Lyon 2, d’après Di Filippo Balestrazzi, Croce da Villa 1995, fig. 3).
  • 47 Frapiccini 2011‑2015 ; Di Filippo Balestrazzi (éd.) 2013, p. 75‑76.
  • 48 Cette dernière hypothèse (Di Filippo Balestrazzi [éd.] 2013, p. 75) est peu probable : les puits p (...)

27Dans les Marches, à Cupra Maritima, municipe peut-être en 49 av. J.‑C., est attestée la présence d’une rangée de quatre puits en briques le long du côté court du forum (fig. 12), devant la « Basilica »47. Ces éléments, datés de l’époque impériale et placés à 5 m l’un de l’autre, montrent une cavité carrée (0,55 x 0,55 m ; prof. 2,10‑2,20 m). Leur interprétation est partagée : il pourrait s’agir d’aménagements pour la mise en place temporaire de poteaux, peut-être pour les saepta, ou de lumina, c’est-à-dire de puits pour l’inspection d’une citerne souterraine48.

Fig. 12 – Cupra Marittima, forum : localisation des puits retrouvés devant la « Basilica ». On remarque, en haut, leur revêtement interne en briques (d’après Di Filippo Balestrazzi 2013, p. 76, fig. 30‑32).

Fig. 12 – Cupra Marittima, forum : localisation des puits retrouvés devant la « Basilica ». On remarque, en haut, leur revêtement interne en briques (d’après Di Filippo Balestrazzi 2013, p. 76, fig. 30‑32).
  • 49 Dall’Aglio, Silani, Tassinari 2012, p. 17‑21 ; Dall’Aglio, Franceschelli, Tassinari 2014, p. 358‑3 (...)
  • 50 Dans le remblai d’une de ces fosses on a retrouvé du mobilier qui pourrait suggérer une opération (...)

28Dans la même région, la ville d’Ostra, praefectura après 232 av. J.‑C. et municipe entre la fin de la guerre sociale et l’époque d’Auguste, montre de nouveaux témoignages49. La phase d’aménagement du forum au ier s. av. J.‑C., caractérisé par un pavage en galets, a révélé la présence d’une aire carrée (20 x 21 m), dans le secteur nord-est de la place (fig. 13) : aux extrémités de cet espace on retrouve deux séries de puits, pour le logement de poteaux en bois de forme carrée (env. 0,30 x 0,30 m). La série orientale, délimitée à l’est par un mur, est composée de deux rangées de six cavités (douze au total), parallèles et espacées de 1,90 m. Les puits, sans aucun revêtement en pierre ou en brique, ont un côté de 0,50 m et une profondeur de 1,40‑1,50 m : la céramique retrouvée à l’intérieur est datée du milieu du ier s. av. J.‑C. La série occidentale, à une distance de 20 m vers le sud-ouest, n’est composée que de trois cavités : il s’agit de puits de forme quadrangulaire (0,60 x 0,80‑1,00 m) et d’une profondeur de 1,20‑1,30 m. Selon les chercheurs de l’université de Bologne et de Clermont-Ferrand, qui ont conduit les sondages, l’emplacement des puits et leur disposition sur des files parallèles attesteraient la mise en place d’un dispositif de consaepta et de pontes pour le déroulement des opérations de vote. Il s’agirait d’un système de couloirs (larg. 2,40‑2,70 m), délimités par des cordes passées autour des poteaux : un grand espace ouvert et allongé, à la limite nord-est de ce secteur, pourrait accueillir un diribitorium. Avant la démolition de ce système à la fin du ier s. ap. J.‑C., quatre fosses quadrangulaires pour le logement d’arbres, plus étendues mais moins profondes50, se superposent à la file méridionale des puits de la série orientale.

Fig. 13 – Ostra : système des « puits » dégagés dans le secteur nord-est du forum et restitution présumée des couloirs de vote (d’après Dall’Aglio et al. 2014, p. 836, fig. 7).

Fig. 13 – Ostra : système des « puits » dégagés dans le secteur nord-est du forum et restitution présumée des couloirs de vote (d’après Dall’Aglio et al. 2014, p. 836, fig. 7).

D’autres témoignages d’une activité électorale présumée dans les fora italiques

  • 51 Aberson, Tarpin 1990, p. 57‑59 ; Chelotti (éd.) 2003, p. 144‑145, n. 30 ; Lackner 2008, p. 207.
  • 52 Aberson, Tarpin 1990, p. 58 ; Chelotti (éd.) 2003, p. 29.

29La découverte de blocs de calcaire avec les traces de lettres en bronze51 (fig. 14), probablement d’époque tardo-républicaine, constituerait la preuve du déroulement d’élections à Venosa, colonie latine fondée en 291 av. J.‑C. et devenue municipe après la guerre sociale, puis colonie à l’époque triumvirale en 43 av. J.‑C. Ces blocs de dimensions variables, attribués au dallage d’une place publique, peut-être le forum, ont été retravaillés et remployés au Moyen-Âge dans les murs de l’église inachevée « Incompiuta » : leur faible usure ferait penser que l’aire était fréquentée périodiquement et qu’ils étaient placés le long d’un édifice public ou d’un portique. Sur chacun des blocs était sculpté le logement pour une lettre isolée en bronze (h. 13,5‑17 cm), donnant la séquence alphabétique suivante : A, B, C, D, E, E, F, I, L, M, M à cinq branches, N, O, P, S, T avec un point triangulaire à droite. En tenant compte des lettres manquantes et des éléments conservés, la longueur totale de l’espace occupé par les blocs devait être supérieure à 20 m. Les lettres, selon les chercheurs qui les ont étudiées52, pourraient représenter des signes pour identifier, au moment des opérations de vote ou de recensement, sur l’exemple des Saepta de Rome, les couloirs d’appartenance de chaque tribu ou curie, dont le nombre serait compris entre 20 et 25.

Fig. 14 – Venosa : dessins des lettres en bronze gravées sur les blocs en remploi dans l’église « Incompiuta » (d’après Aberson, Tarpin 1990, pl. 2, fig. 5).

Fig. 14 – Venosa : dessins des lettres en bronze gravées sur les blocs en remploi dans l’église « Incompiuta » (d’après Aberson, Tarpin 1990, pl. 2, fig. 5).
  • 53 Coarelli 2000, p. 93‑100.
  • 54 Cicéron, Pour L. Sulla 61.
  • 55 Sur le nombre de curies et sur leur correspondance avec les quartiers urbains, voir Coarelli 2000, (...)

30Enfin, à Pompéi, F. Coarelli53 aurait vu dans un passage de Cicéron54, relatif aux luttes de ambulatione ac de suffragiis suis entre les Pompeiani et les coloni de Sylla, la preuve d’un système de vote analogue à celui des comices dans les Saepta. Dans ce contexte, le terme ambulatio, utilisé dans le discours en étroite relation avec le terme suffragia, serait à rapporter aux couloirs, délimités par des cordes, dans lesquels étaient réparties les circonscriptions électorales pour le vote, probablement au nombre de cinq comme les regiones urbaines55. L’endroit où se déroulaient les comices devait être encore le forum, devant le podium du temple de Jupiter ; de même, on a reconnu l’existence, dans la phase impériale, d’un système de fermeture des différents accès, peut-être mis en place pour contrôler les citoyens qui avaient le droit de vote.

  • 56 Fuchs 1957 ; Kockel, Flecker 2008, p. 296‑300 ; Olivito 2013, p. 88‑97.
  • 57 Coarelli 2000, p. 92‑93 ; Olivito 2013, p. 89.

31Pourtant, dans l’angle sud-est du forum de Pompéi, il faut enregistrer l’existence d’un édifice de forme quadrangulaire (fig. 15), interprété comme un comitium56, qui, donc, aurait pu recouvrir le rôle d’aire destinée au déroulement des opérations du vote. À l’époque de sa construction, entre la fin de l’époque Samnite et le début de la déduction de la colonie romaine, il s’agissait d’un enclos avec cinq accès à la fois le long du forum et de via dell’Abbondanza, afin de permettre l’entrée et la sortie des votants. Selon une autre hypothèse57, cet édifice serait à identifier avec un diribitorium pour le dépouillement des bulletins de vote et la proclamation des résultats de la part des magistrats.

Fig. 15 – Pompéi, « Comitium » : plan de la première phase (d’après Fuchs 1957, p. 180, fig. 14).

Fig. 15 – Pompéi, « Comitium » : plan de la première phase (d’après Fuchs 1957, p. 180, fig. 14).

Les saepta à Rome

32La présentation des données archéologiques ne nous fournit pas vraiment de preuves de l’existence de couloirs provisoires dans le forum ou de la délimitation de l’espace inauguré, mais elles invitent plutôt à affronter le sujet d’une manière plus critique, surtout en tenant compte de la rareté des sources documentaires sur les comices en colonies et municipes. En effet, une lecture plus élargie et moins orientée de la documentation disponible fait apparaître des incohérences significatives, qui conduisent à se poser de nouvelles questions.

  • 58 Sur les Saepta, voir Coarelli 1997, p. 154‑163, Coarelli 2001 ; Borlenghi 2011, p. 92‑104 ; Carand (...)
  • 59 Servius, Commentaire aux Bucoliques de Virgile I, 33 : Saepta proprie sunt loca in campo Martio in (...)
  • 60 Taylor 1966, p. 52‑54 et pl. XI.
  • 61 Crawford 1974, vol. I, p. 306‑307, n° 292/1.
  • 62 Sur les sources littéraires concernant les pontes, voir Salerno 1999, p. 95‑97, avec d’autres réfé (...)
  • 63 Sur les procédures de vote dans les Saepta, voir Taylor 1966, p. 49‑54 ; Staveley 1972, p. 159‑174 (...)
  • 64 Sur le Diribitorium, voir Torelli 1995 ; Carandini, Carafa (éd.) 2012, vol. I, p. 509, 515, 517, i (...)

33En premier lieu, il faudrait être certain de la disposition des votants en files parallèles dans les Saepta58 sur le Champ de Mars. Pour restituer l’image du complexe républicain, qui pourrait avoir les mêmes dimensions que l’édifice d’époque impériale, les spécialistes ont souvent recouru au commentaire de Servius59, qui compare cet espace à des ovilia, des bergeries. Selon la proposition de restitution de L.R. Taylor60 (fig. 16), l’aspect des Saepta serait celui d’un espace subdivisé en une série de couloirs (long. 260 m ; larg. 2,50 m), dans lesquels les citoyens réunis en centuries ou tribus votaient simultanément pour élire leurs représentants. Comme le montre un denier de 113‑112 av. J.‑C. de P. Licinius Nerva61, figurant des comices peut-être législatifs, pour déposer dans l’urne leur bulletin de vote (tabella), les électeurs devaient monter sur un pons (passerelle en bois)62, placé vraisemblablement à la fin de chaque couloir et relié au tribunal, probablement surélevé63. Le dépouillement se déroulait dans le Diribitorium, bâtiment côtoyant les Saepta tout au long du côté sud64.

Fig. 16 – Rome, Champ de Mars : proposition de restitution des couloirs de vote des Saepta, selon l’hypothèse de L. Cozza et de L.R. Taylor (d’après Taylor 1966, p. 53, fig. 11).

Fig. 16 – Rome, Champ de Mars : proposition de restitution des couloirs de vote des Saepta, selon l’hypothèse de L. Cozza et de L.R. Taylor (d’après Taylor 1966, p. 53, fig. 11).
  • 65 Nicolet 1976, p. 341, 347 ; Mouritsen 2001, p. 26‑30 ; Mouritsen 2004, p. 41‑42 ; Lackner 2008, p. (...)
  • 66 Coarelli 2001, p. 45.

34On a supposé que le nombre de couloirs existants était de trente-cinq, voire de soixante-dix : ce dernier chiffre serait plus compatible avec les trente-cinq tribus, chacune répartie en juniores et seniores, ou encore avec les soixante-dix centuries de la première classe. Si cette solution paraît vraisemblable, puisqu’une telle disposition aurait permis le vote simultané des centuries de la première classe ou des tribus lors des élections, il conviendrait cependant de prévoir un espace sans couloirs à l’entrée des Saepta : cet espace permettrait le déroulement des contiones ou, au moins, le rassemblement des citoyens avant leur disposition dans les couloirs pour les opérations de vote65. Au-delà de ces aspects, les sources ne semblent pas confirmer de manière aussi nette une telle organisation du corps électoral. Le témoignage de Servius, dans lequel les Saepta, c’est-à-dire les « enceintes », sont définies comme loca inclusa tabulatis, à l’intérieur desquels le peuple romain votait, n’implique pas nécessairement l’existence de couloirs fermés par des barrières en bois66. Le terme tabulati signifie « tables de bois » qui, dans le cas qui nous occupe, ont la fonction d’entourer et de fermer des espaces : le parallèle avec une bergerie engage plutôt à les imaginer simplement comme des lieux carrés ou rectangulaires fermés et pas forcément comme des couloirs longs et étroits.

  • 67 Tite-Live, XXVI, 22, 11.

35Un passage de Tite-Live67 concernant l’élection des consuls en 211 av. J.‑C. raconte comme la centurie prérogative, formée par les juniores de la tribu Veturia, avait demandé de se réunir sans témoins in Ovili, après le refus de T. Manlius qui venait d’être choisi comme consul. Dans ce cas, il est probable que le mot Ovile plutôt que d’indiquer le complexe des Saepta désigne l’enclos de la centurie, qui pouvait difficilement se configurer comme un couloir, peu adapte à une telle consultation.

  • 68 Plutarque, Marius V, 4.
  • 69 Appien, Guerres civiles III, 30, 117.
  • 70 TLG VII, col. 950.
  • 71 Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines VII, 59, 1.
  • 72 Dans un passage de Cicéron (Pour Sestius 79), la délimitation et la subdivision de l’espace du for (...)

36Dans un passage de la Vie de Marius68, Plutarque raconte que, pendant les comices pour l’élection des préteurs, un esclave avait été trouvé entre les votants ἐντὸς τῶν δρυφάκτων : ce mot est peut-être une simple traduction en grec de Saepta ; il pourrait aussi indiquer l’endroit dans lequel les unités électorales étaient accueillies pour le vote, c’est-à-dire un ensemble d’enceintes délimitées par des palissades en bois. Si le terme saepta était à entendre comme pluralia tantum, il pourrait faire allusion non à une série d’enceintes mais à un complexe constitué d’une enceinte unique, fermée par des structures en bois délimitant une aire ouverte : cet aspect expliquerait en même temps la dénomination de campus, la plus utilisée pour indiquer le bâtiment des comices. Un passage d’Appien69 semble appuyer davantage cette lecture : il raconte comment Marc Antoine, pour faire voter contre l’opposition du Sénat une loi qui lui assigne la Gaule Cisalpine, aurait convoqué dans le Forum et non dans le Champ de Mars, dans une illégalité évidente, les comices centuriates. Pour parvenir à ses fins, pendant la nuit, il aurait fait entourer la place du Forum avec des cordes, comme l’indique dans le texte l’usage du verbe περισχοινίζω70 (saepio en latin). Antoine donc, pour permettre le déroulement des comices, recrée un milieu analogue à celui des Saepta. La clôture avec les cordes ne représente pas autre chose qu’une reproduction de l’enceinte en bois du bâtiment du Champ de Mars : cependant, l’absence de témoignages assurés d’une subdivision en couloirs de la place du Forum s’explique peut-être par la réunion des comices législatifs, dans lesquels les centuries votaient successivement. Parallèlement, Denys d’Halicarnasse71 utilise le même verbe, περισχοινίζω, pour indiquer la façon de délimiter des secteurs du forum, définis comme χωρία τῆς ἀγορᾶς, où les tribus se réunissaient avant le vote72.

  • 73 Aricò Anselmo 2012, p. 137‑146.
  • 74 Dans Festus (voir Sexagenarios <de ponte> 452.13‑22 L) on lit : quo tempore primum per pontem coep (...)
  • 75 Voir en particulier Aricò Anselmo 2012, p. 142‑146.
  • 76 Aricò Anselmo 2012, p. 143, n. 400, p. 322‑323, n. 1015 et p. 324, n. 1020. Du même avis Fraccaro  (...)

37En ce qui concerne l’image, désormais considérée comme acquise, des membres des centuries qui défilent sur les pontes pour déposer dans l’urne leur bulletin de vote, il s’agirait, selon G. Aricò Anselmo73, d’une hypothèse peu probable dans le cadre des comices électoraux : les citoyens devaient voter à l’intérieur de leur enceinte. En effet, le recours aux pontes, qui avaient la fonction d’éviter les fraudes et les manipulations électorales, ne devrait pas être antérieur à l’introduction du vote secret et écrit par les lois tabellaires promulguées entre 139 et 107 av. J.‑C. Même si l’on suppose l’existence de pontes à l’époque du vote oral, hypothèse basée sur une interprétation incorrecte d’un passage de Festus74, il faudrait imaginer un système de vote bien développé comportant une interpellation directe des votants, sur la base de listes pour chaque centurie : il s’agit d’une procédure qui ne pouvait pas remonter à une période trop ancienne. Le passage de Servius, déjà cité (voir supra), indiquerait que le peuple votait à l’intérieur des enceintes, sans sortir de celles-ci : les membres de chaque unité de vote, une fois introduits, identifiés et comptés, étaient prêts pour exprimer leur préférence. Dans ce contexte, il aurait été moins compliqué pour les citoyens de voter dans leur enclos d’appartenance que de monter sur les pontes devant le rogator : celui-ci aurait pu entrer facilement dans l’enceinte et récolter les bulletins afin de rendre plus rapides les opérations. Ce type d’organisation serait plus compatible avec le vote simultané des centuries et, ensuite, des tribus dans les comices électoraux : la lex Malacitana (voir infra), qui nous renseigne sur les opérations électorales dans un municipe flavien d’Espagne, atteste expressément le déroulement du vote à l’intérieur d’enceintes, appelées consaepta75. Au contraire, le recours aux pontes serait une prérogative des comices législatifs et judiciaires, qui ne devaient pas comporter l’utilisation de saepta pour la distribution des unités de vote, qui votaient les unes après les autres : selon la chercheuse, le manque d’attestations de saepta sur le Forum à l’occasion du vote législatif et judiciaire des tribus en serait une confirmation76.

38Enfin, l’examen des sources conduit à se poser la question de l’ambiguïté du terme Saepta. L’appellation concurrente d’Ovile ou d’Ovilia pourrait bien renvoyer à l’idée d’unique enceinte qui, à l’occasion des élections, pouvait cependant être subdivisée au moyen de clôtures plus petites, pour recevoir centuries et tribus. Mais, cela dit, quels sont les éléments qui nous permettent d’affirmer que ces clôtures ou enceintes, qu’on appelle Ovilia ou Saepta, avaient la forme de couloirs qui occupaient toute l’espace disponible de l’édifice et qui débouchaient dans des pontes ? Et si cette organisation est envisageable, à quelle période remonterait-elle ? S’il s’agit d’un aménagement postérieur au milieu du iie s. av. J.‑C., serait-il correct de l’utiliser comme modèle pour les supposés couloirs de vote des fora des colonies, où les pozzetti étaient déjà bien attestés avant cette date ?

  • 77 Taylor 1966, p. 49 ; Nicolet 1976, p. 334‑335, 340 ; Coarelli 1997, p. 155‑157 ; Berthelet 2015, p (...)
  • 78 Sur le sujet, voir Vaahtera 1993, p. 111‑112 ; Berthelet 2015, p. 240‑241, 246.
  • 79 Borlenghi 2011, p. 86‑87.
  • 80 Cicéron, Pour Rabirius III, 10‑4, 11.
  • 81 Cicéron, Catilinaires IV, 2, 3.
  • 82 Vaahtera 1993, p. 110 ; Berthelet 2015, p. 246. Voir aussi Aricò Anselmo 2012, p. 227‑228, n. 675.

39De plus, il faut réfléchir sur la condition de templum des Saepta77 : la forme, l’orientation nord-sud ainsi que le nom du complexe, qui rappellerait un locus saeptus/consaeptus et, donc, les caractéristiques d’un lieu inauguré78, sont considérés comme des éléments suffisants pour appuyer cette hypothèse. Pourtant, la condition de templum attribuée à cet espace, appelé le plus souvent campus79, ne fait pas l’unanimité parmi les chercheurs : sa définition comme locus auspicatus et sanctus80 ou consularibus auspiciis consecratus81 ne prouverait pas nécessairement, selon certains chercheurs82, sa nature de templum, qui ne serait accordée avec certitude qu’au tribunal.

Le vote en dehors de Rome : colonies et municipes

  • 83 Rodríguez Neila 2008, p. 301‑303.
  • 84 Cicéron, Les Lois III, 16, 36‑37.
  • 85 Nicolet 1967, p. 276‑288 ; Rodríguez Neila 2008, p. 302.
  • 86 On enregistre des cas de candidatures forcées ou de magistratures offertes à l’empereur ou à des c (...)
  • 87 Staveley 1972, p. 223‑226 ; Jacques 1984, p. 379‑399 ; Laffi 2007, p. 71‑78 ; Rodríguez Neila 2008 (...)

40Dans les colonies et les municipes, l’existence d’unités de vote (curiae ou tribus) et le déroulement de comitia pour l’élection de duoviri et quattuorviri sont bien attestés dès l’époque républicaine par les sources épigraphiques et littéraires83. L’introduction du vote par bulletin ne semble pas antérieure à la fin du iie s. av. J.‑C. si l’on regarde un témoignage de Cicéron84, qui raconte qu’un de ses ancêtres s’était opposé à cette formule dans le cadre des comitia du municipe d’Arpinum85. La procédure électorale comporte plusieurs phases : la déclaration de candidature, la campagne électorale et le vote, suivi par le dépouillement des bulletins et par la proclamation des résultats. Sauf de rares cas86, ce procédé ne semble pas changer au moins jusqu’à la fin du iie s. ap. J.‑C., quand le sénat local commence à remplacer l’assemblée populaire dans la désignation des magistrats87.

  • 88 Amodio 1998, p. 235‑236, 238‑239, 242‑244 ; Caballos Rufino 2006, p. 230‑231, 235‑239 ; Rodríguez (...)
  • 89 Sartori 1957.
  • 90 Wiseman 1979, p. 497‑498.

41Le nombre de curiae attesté par l’épigraphie est très variable, avec une diminution importante entre la fin de l’époque républicaine et l’époque flavienne, quand le nombre d’unités électorales, qui se fonde sur des subdivisions territoriales, ne semble pas aller au-delà de onze88 : 24 curiae sont attestées dans la colonie d’Urso en Espagne ; 23 dans la colonie de Turris Libisonis en Sardaigne ; 11 dans le municipe espagnol d’Irni et dans les centres africains de Thuburbo Maius, de Lepcis Magna et de Theveste ; toujours en Afrique, 10 à Althiburos, Lambaesis, Mactar, Mopht et, peut-être, Diana, ainsi que 9 à Uthina et 8 à Sabratha. Il faut signaler aussi 12 φυλαί/tribus dans la ville grecque romanisée de Lilybée en Sicile89 et dans la colonie césarienne de Corinthe90.

  • 91 Spitzl 1984.
  • 92 Lex Malacitana 51‑57.
  • 93 Dans toute la documentation concernant les comices locaux, il n’est pas clair si l’on votait au mê (...)
  • 94 Une fois terminés les opérations de vote, on procède, par curie, au dépouillement des votes et à u (...)

42Pour essayer d’identifier les procédures de vote des unités électorales, le document qui pourrait nous aider est la lex Malacitana91, retrouvée dans la ville de Malaga, qui devient sous Vespasien un municipe de droit latin. Cette loi municipale, donnée par Domitien au nouveau municipe de Malaca, constitue, comme la lex Irnitana et la lex Salpensiana, l’application d’une loi-mère flavienne (lex Flavia Municipalis). Parmi les paragraphes conservés du texte de la loi92, on retrouve le règlement à suivre pour la mise en place et le déroulement des comices locaux pour l’élection des magistrats du municipe93. Afin d’élire les candidats, qui devaient répondre à des critères d’éligibilité spécifiques, les habitants du municipe votent chacun dans leur curie d’appartenance. Les curies sont appelées au vote simultanément, chacune dans des enclos séparés (consaepta). Le suffragium, le vote, était exprimé par une tabella, un bulletin, qui était déposé dans une cista, une urne, différente pour chaque curie et surveillée par trois personnes94.

  • 95 Eck 2013, avec d’autres références bibliographiques.
  • 96 Il s’agit du chapitre 28 de la loi de Troesmis, conservé partiellement, qui reprend grosso modo da (...)

43Les procédures de vote contenues dans la lex Malacitana sont confirmées par deux tabulae en bronze appartenant au texte d’une autre loi, retrouvée récemment à Troesmis, municipe de la Mésie inférieure créé entre 177 et 180 ap. J.‑C.95. Même si la composition est légèrement différente, cette loi reprend et intègre dans les lignes essentielles les règles des lois flaviennes espagnoles96, désormais standardisées, montrant que dans les décennies finales du iie s. ap. J.‑C. le corps électoral, divisé en curies, intervient encore dans le choix des magistrats.

  • 97 TLL IV, col. 357‑358, s.v. « consaeptum ». Le terme est cité aussi dans la Tabula Hebana (l. 10‑11 (...)

44Les témoignages des lois municipales de Malaca et de Troesmis sont précieux pour la connaissance des opérations de vote dans les comices locaux à l’époque impériale. Les structures destinées à la réunion des unités électorales et au déroulement des comices sont appelées consaepta97, nom générique utilisé pour désigner des enclos, mais qui rappelle clairement le nom saepta : aucun passage ne rappelle l’existence de pontes. Dans le texte, le lieu où ces enclos devaient être aménagés n’est pas mentionné : il pourrait bien s’agir du forum, mais aussi d’un autre espace public, dont chaque ville devait être pourvue. Nous pouvons imaginer que dans les villes italiques les procédures de vote se passaient de la même manière et que, éventuellement, elles se déroulaient dans l’aire du forum, comme la plupart des chercheurs l’ont supposé. Toutefois, nous ne pouvons pas en avoir la certitude.

  • 98 Humm 2005, p. 601‑611. Sur les procédures de vote des comitia tributa, voir Taylor 1966, p. 40‑41, (...)
  • 99 Humm 2005, p. 399‑439.
  • 100 La création des comices tributes, dans lesquelles chaque tribu représente une unité de vote, déter (...)

45De plus, nous retrouvons dans les colonies latines un bâtiment spécifique, le comitium, que nous avons aussi à Rome sur le Forum républicain. C’est le lieu officiel et habituel où les comices tributes électoraux, législatifs et judicaires se réunissent et expriment leur vote pendant une partie de l’époque républicaine98. La naissance de ce type d’assemblée est à placer vraisemblablement à la fin du ive s. av. J.‑C., à la suite de la réforme des tribus d’Appius Claudius Caecus99. À partir de cette période tous les citoyens romains, indépendamment de leur fortune, sont inscrits dans une tribu qui, sur une base géographique, constitue la nouvelle unité politico-administrative de l’État romain100.

  • 101 Fraccaro 1913‑1914.

46Les dimensions réduites du Comitium ne permettant pas de contenir tous les citoyens à l’occasion des comices, les tribus y seraient introduites l’une après l’autre. La contio, dans laquelle trouvent place les discours et les débats qui précédent les opérations de vote, se déroule généralement sur le Forum. Selon la proposition de P. Fraccaro101 reprise par plusieurs historiens et juristes, les tribus votaient successivement dans les comices législatifs et judiciaires, mais simultanément, peut-être après le milieu du iie s. av. J.‑C., dans les comices électoraux : ce changement pourrait être déterminé par la lex Gabinia de 139 av. J.‑C. qui introduisit le vote secret et écrit par bulletin pour les comices électoraux.

  • 102 Varron, L’Économie rurale I, 2, 9 ; Cicéron, De l’amitié XXV, 96.
  • 103 Taylor 1966, p. 23‑25 ; Nicolet 1976, p. 336 ; Coarelli 1985, p. 130‑131, 157‑159, 163‑165 ; Humm  (...)
  • 104 Taylor 1966, p. 25‑28, 41‑45 ; Bonnefond-Coudry 1989, p. 81‑90. Dans ce volume, voir aussi la cont (...)
  • 105 Plutarque, Caius Gracchus 3.
  • 106 Sur le sujet, voir Hall 1998, p. 16‑22 avec une riche bibliographie.
  • 107 Selon M. Humm (voir contribution dans ce volume, p. 261‑276), il est possible que, dès la création (...)

47En ce qui concerne l’abandon du Comitium comme espace de vote, une transformation importante eut lieu en 145 av. J.‑C., quand le tribun C. Licinius Crassus102 fut le premier à faire voter le peuple sur le Forum103 : le lieu destiné à ces nouvelles fonctions se trouvait en face du temple de Castor et Pollux, dont le podium fut monumentalisé en 117 av. J.‑C.104. Au contraire, les assemblées électorales tributes se tenaient, au plus tard depuis la deuxième moitié du iie s. av. J.‑C., sur le Champ de Mars : Plutarque105, à propos de l’élection de C. Gracchus au tribunat en 124 av. J.‑C., nous informe que celle-ci se passe dans les Saepta, où toutes les unités de vote ont la possibilité d’exprimer leur préférence en même temps. L’exigence d’un vote simultané détermine le passage des comices tributes du Comitium (ou du Forum) aux Saepta, où votaient déjà les comices centuriates : toutefois, selon certains chercheurs106, cet événement pourrait être antérieur à la promulgation de la lex Gabinia et remonter à la deuxième moitié du iiie s. av. J.‑C., quand la première classe des comices centuriates passe de quatre-vingts à soixante-dix centuries, nombre correspondant aux trente-cinq tribus, subdivisées en juniores et seniores107.

  • 108 Sur l’organisation administrative et politique des colonies latines, dotées de leurs magistrats, d (...)

48La difficulté de dater le moment du déplacement des comices tributes électoraux du Comitium aux Saepta à Rome empêche d’avoir un cadre clair du déroulement des élections dans les colonies, qui étaient dotées d’un comitium. Quelle était la fonction de ce bâtiment ? Sa présence exclurait-elle l’aménagement du forum et l’utilisation des puits pour les installations de vote ? Dans ces communautés autonomes et indépendantes de Rome108, le comitium était-il utilisé juste pour la réunion des citoyens à l’occasion des contiones et/ou pour le vote des lois ? Autrement, le forum, pourrait-il remplacer cet édifice à partir d’une certaine date et représenter, comme à Rome pour les comices législatifs et judiciaires, un nouvel espace dédié aux fonctions électorales ?

Interprétation des données

  • 109 La présence d’un comitium à Aquilée dans les décennies postérieures à la fondation de la colonie ( (...)
  • 110 Coarelli 1983, p. 127, 135‑136 ; Carafa 1998, p. 154, 157‑158, 182 ; Amici 2004‑2005, p. 372‑379. (...)
  • 111 Amodio 1998, p. 243‑244 ; Coarelli, Monti (éd.) 1998, p. 57‑58. Voir aussi Lackner 2008, p. 221.
  • 112 Sur les dimensions du comitium dans les colonies, voir Mouritsen 2004, p. 43.
  • 113 Coarelli 2005, p. 26.
  • 114 Torelli 1999, p. 27 ; Mouritsen 2004, p. 40‑41. Il faut signaler aussi que, dans les colonies et l (...)
  • 115 Mouritsen 2004, p. 41.
  • 116 Mouristen 2004, p. 42‑43. Contra, Coarelli 2005, p. 26‑27.

49La connaissance des procédures de vote à Rome peut constituer une clé de lecture pour comprendre l’organisation des élections locales des autres villes romaines. Dans le cadre des colonies latines, il faut prendre en compte l’existence d’un comitium (fig. 17), en association avec une curie, dont la fondation est tenue, dans la plupart des cas, comme contemporaine de la déduction de la colonie, ou de peu postérieure. L’abandon ou la déchéance de cet édifice, mais pas de la curie, sont datés entre le milieu du iie s. av. J.‑C. et la fin de l’époque républicaine109. Il est difficile de ne pas mettre en parallèle ces événements avec l’histoire du Comitium à Rome, qui disparaît d’un point de vue architectural entre César et Auguste110, et avec l’histoire des opérations de vote des assemblées tributes accueillies dans cet espace. Il s’agit d’un aspect important, surtout si nous considérons que la référence principale pour le déroulement des comices locaux en dehors de Rome était constituée par les comices tributes. En effet, les unités de vote de chaque ville étaient organisées sur une base territoriale, correspondant chacune à un quartier de l’habitat111, selon un type d’organisation géographique qui est la même que celle des tribus à Rome. Nous nous demandons alors pour quelle raison le comitium des colonies latines ne pourrait pas être l’endroit où se déroulaient, au moins jusqu’à la moitié du iie s. av. J.‑C., les comices pour l’élection des magistrats locaux. Plusieurs chercheurs ne prennent pas en considération cette possibilité à cause de la petite taille de l’édifice par rapport au corps électoral112, aspect qui aurait obligé à organiser ce type d’activité sur le forum pour permettre un vote simultané113 : le comitium de ces colonies n’aurait été qu’un lieu destiné aux contiones ou au vote des lois114. La proposition de H. Mouritsen115, qui considère le comitium comme l’endroit dévolu à l’activité électorale dans les colonies, n’est pas invraisemblable. Pourtant, nous ne sommes pas obligés de penser qu’à cause de la surface réduite du bâtiment, seule une partie du corps civique exerçait son droit de vote116, ce qui ne trouverait pas d’équivalent à Rome. Plus simplement, l’introduction successive des tribus dans l’édifice permettrait le déroulement régulier des opérations de vote, peut-être jusqu’aux environs de 150 av. J.‑C. ou en tout cas jusqu’à quand le vote devient simultané.

Fig. 17 – Plans des comitia des colonies latines (d’après Lackner 2008, p. 261).

Fig. 17 – Plans des comitia des colonies latines (d’après Lackner 2008, p. 261).

50Le changement de la procédure de vote des tribus à Rome après cette date expliquerait mieux que d’autres suppositions l’abandon partiel ou total de cet espace, lié à la perte de sa fonction principale. À partir de ce moment-là, la mise en place de saepta sur le forum ou dans un autre endroit ne serait pas improbable et constituerait une réponse à l’émergence de nouvelles contraintes. Dans ce sens-là, nous enregistrons après cette date des changements importants dans le comitium de Paestum : dans la deuxième moitié du iie s. av. J.‑C., la construction du temple oblitère une partie des gradins du côté occidental et, au début de l’époque impériale, une nouvelle pièce occupe une partie des marches sur le côté septentrional. La démolition du comitium de Frégelles et la suppression d’une partie des cavités du forum juste avant 125 av. J.‑C. pourrait aussi illustrer cette hypothèse. Ces événements pourraient être le résultat des changements institutionnels qui venaient de se produire à Rome. Parallèlement, la disparition d’une partie des prétendus puits du forum, essentiels pour mettre en place le système supposé de couloirs pour le vote, doit conduire à orienter différemment la réflexion. Si ces aménagements correspondent à la fonction proposée, pourquoi sont-ils déjà hors service à une période où les élections des magistrats devaient encore se dérouler dans la colonie ? Pourquoi, à la même période, des groupes de cavités similaires, toujours considérés comme liés aux structures de vote, sont encore bien attestés sur le forum d’autres colonies ? Existe-il une connexion fonctionnelle entre les événements qui touchent le comitium de Frégelles et les puits attestés sur son forum ? Il s’agit de questions auxquelles il est difficile de répondre, mais qui nous invitent à réfléchir sur l’interprétation des aménagements retrouvés sur les fora des colonies.

51De manière plus générale, la possibilité d’installations de vote sur le forum pourrait bien être envisageable pour une période postérieure au milieu du iie s. av. J.‑C., mais difficilement avant, sauf si nous pensons que le comitium n’avait jamais eu de fonction électorale. Les cavités du forum (fig. 18‑19) pourraient bien avoir été destinées à la mise en place d’un dispositif électoral même avant cette date, mais, dans ce cas-là, il faudrait plutôt penser à la réalisation d’enceintes provisoires pour contenir les curies ou les tribus qui devaient voter dans le comitium.

Fig. 18 – Localisation des puits des fora dans les colonies latines de Fregellae, Alba Fucens, Paestum e Cosa (DAO G. Morillon, université Lumière Lyon 2, d’après Lackner 2008, p. 277).

Fig. 18 – Localisation des puits des fora dans les colonies latines de Fregellae, Alba Fucens, Paestum e Cosa (DAO G. Morillon, université Lumière Lyon 2, d’après Lackner 2008, p. 277).

Fig. 19 – Plan et coupe de quelques puits retrouvés dans les fora des colonies latines (d’après Lackner 2008, p. 275).

Fig. 19 – Plan et coupe de quelques puits retrouvés dans les fora des colonies latines (d’après Lackner 2008, p. 275).
  • 117 De l’architecture V, 1, 1‑2 : Italiae vero urbibus non eadem est ratione faciendum, ideo quod a ma (...)
  • 118 CIL X, n° 1074 ; ILS, n° 5053. Sur l’inscription, voir Sabbatini Tumolesi 1980, p. 17‑21 ; Ville 1 (...)
  • 119 Lex Urs., 71 ; Ville 1981, p. 175‑176 et p. 381, n. 78.
  • 120 CIL VI, n° 29681 ; Ville 1981, p. 190‑192.

52Il convient désormais de confronter l’hypothèse de l’existence de couloirs électoraux dans le complexe des Saepta à ce que l’on sait des forums. Leur forme allongée, attribuée par certains chercheurs à la nécessité de mettre en place les opérations de vote, est mise en relation chez Vitruve117 avec l’utilisation des places pour l’organisation de munera gladiatoria. En effet, à la fin du ier s. av. J.‑C., un duumvir, Aulus Clodius Flaccus118, organise des munera et des venationes dans l’amphithéâtre ainsi que des spectacles et des venationes sur le forum de Pompéi, montrant que ce dernier avait encore une fonction ludique. Le forum de la colonie d’Urso est utilisé pour le déroulement de munera ou de ludi scaenici en l’honneur de Vénus119. À l’époque de Tibère, dans le forum du municipe de Trebula Suffenas, les membres d’un collège offrent des ludi d’une durée de quatre jours120.

  • 121 Golvin 1988, p. 17‑18 ; Welch 2007, p. 19‑20, 30‑31.
  • 122 Tite-Live XXIII, 30,15.
  • 123 Golvin 1988, p. 18‑21 ; Welch 2007, p. 31‑35, 38, 49‑65, avec d’autres références bibliographiques (...)
  • 124 Contra, Welch 2007, p. 36‑37. Sur les puits du forum de Rome, voir infra.

53Les attestations les plus anciennes de munera, qui se déroulent initialement dans un contexte funéraire, regardent le forum républicain de Rome121, qui garde cette fonction jusqu’à la construction de l’amphithéâtre de Statilius Taurus sur le Champ de Mars sous Auguste : la première attestation concerne un combat de vingt-deux couples de gladiateurs et date de 216 av. J.‑C. à l’occasion des funérailles de M. Aemilius Lepidus122 ; en 65 av. J.‑C., les munera organisés par César comprennent trois-cent-vingt couples de gladiateurs. À l’époque républicaine on réalise des balcons de bois (maeniana) sur les tabernae, on utilise les galeries ouvertes des basiliques et l’on construit des tribunes provisoires en bois, assez étroites et peu élevées, pour permettre aux spectateurs d’assister aux jeux123 (fig. 20). En tenant compte de la mise en place de ces aménagements temporaires, il n’est pas exclu qu’une partie des puits retrouvés sur les limites du forum à Rome124 comme ailleurs puissent avoir la fonction d’accueillir les poteaux appartenant au système de soutien des gradins.

Fig. 20 – Rome, Forum républicain (iie s. av. J.‑C.) : proposition de restitution des tribunes provisoires en bois pour les munera (d’après Welch 2007, p. 49, fig. 21).

Fig. 20 – Rome, Forum républicain (iie s. av. J.‑C.) : proposition de restitution des tribunes provisoires en bois pour les munera (d’après Welch 2007, p. 49, fig. 21).
  • 125 De l’architecture X, praef. 3.
  • 126 Pline l’Ancien, Histoire naturelle XIX, 23 ; Dion Cassius XLIII, 24, 2 et DIX, 23, 9.
  • 127 Sur le sujet, voir Graefe 1979.

54Dans le cadre des jeux des gladiateurs et des représentations théâtrales, Vitruve125 rappelle aussi que les architectes devaient mettre en place de vela pour protéger les spectateurs du soleil. Pourtant, ce dispositif n’est pas forcément lié à l’activité ludique mais il peut être installé dans des périodes de forte chaleur pour protéger du soleil ceux qui fréquentaient le forum et ses alentours126. Ces aspects invitent à considérer l’éventualité qu’une partie des puits retrouvés dans les fora puisse accueillir les poteaux nécessaires au soutien du velum, selon ce qu’on voit dans les théâtres et les amphithéâtres, où ces dispositifs étaient souvent utilisés127.

55Cela ne signifie pas que l’interprétation des séries de pozzetti est toujours inconciliable avec les hypothèses formulées jusqu’à présent, mais, en l’absence d’une chronologie précise, appuyée sur la stratigraphie, et de connaissances plus complètes du terrain d’enquête, toute tentative d’avancer des conclusions d’ordre général est soumise à caution. Il semble parfois périlleux de déduire des intervalles existants entre les puits le nombre des unités de vote présentes dans la colonie. De même, il est délicat de conclure à une modification du corps électoral et de l’organisation civique au niveau administratif du fait des augmentations et des transformations subies par ces structures au cours du temps. Parallèlement, quelques propositions de reconstruction du système de couloirs, comme celle de Frégelles qui propose un système de poulies pour tendre des cordes sur une longueur de plus de 140 m, apparaissent difficilement soutenables sur le plan fonctionnel et pratique.

56En dehors des colonies latines, les attestions de puits sur le forum sont compliquées à interpréter. L’hypothèse qui consiste à y voir des preuves de la mise en place d’un templum et de saepta paraît difficile à suivre, surtout en raison de l’état lacunaire de la documentation. De plus, même si les similitudes entre les types et l’organisation des cavités sont nombreuses, le statut administratif de ces centres pose problème.

  • 128 Cébeillac-Gervasoni, Caldelli, Zevi 2006, p. 41 ; Zevi 2012, p. 537, avec une riche bibliographie.
  • 129 Cébeillac-Gervasoni, Caldelli, Zevi 2006, p. 38‑39.
  • 130 Zevi 2012, p. 537.
  • 131 Cébeillac-Gervasoni, Caldelli, Zevi 2006, p. 40 ; Geremia Nucci 2013, p. 222.

57Ostie, première des coloniae maritimae de ive s. av. J.‑C., ne montre l’aménagement d’un vrai forum que dans la deuxième moitié du ier s. av. J.‑C.128, quand, entre autres, les six puits sont placés devant le capitolium et le cardo maximus. L’interprétation de ces éléments comme installations de vote est avancée par les chercheurs. Pourtant, l’élection de duoviri est attestée dès le début du ier s. av. J.‑C.129 : dans ce cas-là, en tenant compte du fait que le forum à cette époque n’était rien d’autre qu’un élargissement du decamanus maximus vers le sud130, faut-il imaginer l’existence d’un autre espace destiné aux opérations de vote ? Si les magistrats d’Ostie sont régulièrement élus au moins jusqu’à la fin du iie s. ap. J.‑C.131, comment peut-on concilier la fonction électorale des puits et leur disparition quelques décennies à peine après leur mise en place ?

58Dans le cas de Concordia Sagittaria, la présence de ces aménagements a été considérée comme un signe de romanisation précoce pour un centre qui, sans même avoir le droit latin, se serait doté des institutions et des procédures romaines du vote, aspect qui paraît possible mais peu vraisemblable. En tout cas, les dimensions réduites des puits et leur disposition sont compatibles avec un système de délimitation temporaire du forum, dont la destination nous échappe pour le moment.

  • 132 Les chercheurs avouent la nature permanente des aménagements, mais ils ne les considèrent pas comm (...)
  • 133 Dall’Aglio, Franceschelli, Tassinari 2014, p. 365‑366 ; Dall’Aglio et al. 2014, p. 841.
  • 134 Cette hypothèse s’appuie aussi sur une reconstruction d’archéologie expérimentale (Dall’Aglio, Fra (...)
  • 135 Les chercheurs proposent de voir dans ces vestiges les traces d’un espace plurifonctionnel pour la (...)

59À Ostra, si le statut de municipe permet d’imaginer l’existence d’élections à l’époque de la mise en œuvre des puits, la lecture proposée pour ces derniers n’est pas vraisemblable. D’abord, si l’on exclut le cas d’Alba Fucens, les cavités attestées dans les autres villes sont toujours le long des limites de l’esplanade du forum et non dans un secteur à l’extérieur. Les poteaux placés dans les puits, sans revêtement en dalles ou briques, ont une nature permanente132 plutôt que temporaire, comme cela est attesté ailleurs. Au-delà de cet aspect, la profondeur des cavités, supérieure à un mètre, et les dimensions des poteaux (0,30‑0,40 m) insérés dans celles-ci poussent à interpréter ces aménagements comme des fondations d’une installation en bois de plusieurs mètres d’élévation. L’interprétation des puits comme vestiges d’un système de saepta et de pontes133 n’est pas acceptable pour d’autres raisons : les six couloirs de vote restitués ne sont pas réguliers et présentent des largeurs différentes134 ; la présence fixe de poteaux, autour desquels on devait enrouler des cordes pour la mise en place des couloirs, déterminerait, à côté du forum, l’occupation continue d’un espace de 400 m2 pour un événement qui, même si les couples de magistrats étaient élus pendant des périodes différentes (voir supra), ne se déroulait que trois fois par an au maximum135.

  • 136 Il est intéressant de remarquer certaines similitudes entre les puits des fora et ceux que l’on re (...)
  • 137 Il faut toujours souligner les dangers de l’influence de la restitution, considérée désormais acqu (...)
  • 138 Sur cet aspect, voir en dernier Berthelet 2015, p. 237‑242, 245‑248, 250, 255‑258, avec une riche (...)

60En tenant compte des similitudes mais aussi des différences entre les puits retrouvés dans les colonies latines et ceux attestés dans les autres villes italiques, il est nécessaire de prendre en compte un éventail de possibilités pour leur interprétation136, se méfiant d’une lecture automatique comme aménagements pour les saepta137 ou pour la délimitation augurale du forum, ce dernier aspect ne trouvant pas d’accord parmi les chercheurs138.

  • 139 Sur les puits du forum républicain de Rome, voir Coarelli 1985, p. 126‑131, 140, avec une riche bi (...)

61Une aide importante pourrait venir de la comparaison avec les nombreux puits, considérés généralement comme des éléments de nature rituelle et augurale, qui ont été retrouvés sur trois côtés du forum républicain de Rome139 (fig. 21). Une nouvelle étude de ces rangées de cavités, qui diffèrent par leur taille et leur datation, constitue un aspect incontournable pour avancer dans la connaissance du dossier des pozzetti.

Fig. 21 – Rome, Forum républicain (fouilles de G. Boni) : rangées de puits retrouvés en face du Comitium et le long des côtés occidental et méridional de la place (d’après Fortini, Taviani 2014, p. 156, fig. 42).

Fig. 21 – Rome, Forum républicain (fouilles de G. Boni) : rangées de puits retrouvés en face du Comitium et le long des côtés occidental et méridional de la place (d’après Fortini, Taviani 2014, p. 156, fig. 42).
  • 140 Un nombre de curies compris entre 20 et 25 serait similaire à celui de 24 attesté à Urso et de 23 (...)
  • 141 Nous ne pouvons pas exclure que les lettres indiquent des places de marché, selon l’exemple d’Oran (...)

62En ce qui concerne l’explication des lettres en bronze sur les blocs de Venosa comme indication des couloirs de vote des curies de la ville, il faut procéder avec prudence. D’abord, tenant compte du fait que deux lettres n’apparaissent jamais sur le même élément, il n’est pas possible d’avoir la certitude que les blocs étaient disposés sur la même ligne sur une longueur de 20 m : il s’agit d’une déduction qui se fonde sur la disposition des électeurs en files parallèles. Rien ne nous empêche d’imaginer que les blocs étaient placés à l’intérieur ou le long du périmètre du forum ou d’une autre aire indéterminée : le manque d’usure des lettres prouverait selon les chercheurs que les blocs appartenaient au pavage d’un sol peu fréquenté, mais il pourrait révéler aussi que ces éléments étaient employés dans l’élévation d’un édifice. En tout cas, si nous ne pouvons pas exclure que les lettres désignaient les espaces des circonscriptions électorales140, le seul élément certain est que les différentes lettres de l’alphabet indiqueraient des espaces spécifiques, dont nous ignorons la destination141.

  • 142 Coarelli 2000, p. 99.
  • 143 Cicéron, Pour L. Sulla 61.
  • 144 Sur l’interprétation de ce passage, voir Lo Cascio 1996, p. 117‑121 ; Chiavia 2002, p. 105‑114 ; K (...)
  • 145 TLL I, col. 1869‑1870, s.v. « ambulatio ». Voir aussi Callebat (éd.) 2004, p. 183 ; Saliou (éd.) 2 (...)

63L’hypothèse de F. Coarelli142, concernant les disputes de ambulatione ac de suffragiis suis143 entre les habitants de Pompéi et les colons romains, mérite une dernière réflexion. L’interprétation du mot ambulatio comme couloir de vote n’est pas convaincante et constitue un hapax144: l’association avec le mot suffragium, et donc avec le vote et le droit à l’exercice de ce droit, ne suffit pas pour appuyer cette lecture ; pas plus que l’emploi du mot ambulatio dans Vitruve comme synonyme de xystus, dont la forme linéaire reprendrait selon le chercheur celle des couloirs des saepta. Si Cicéron, dans ce passage, voulait indiquer les enceintes du vote, pourquoi n’utilisa-t-il le mot technique saepta (ou consaepta), plus adapté et plus courant ? En sachant qu’il y avait plusieurs unités électorales, pourquoi utiliserait-il le mot ambulatio au singulier plutôt qu’au pluriel ? Ce terme, employé par Cicéron et par d’autres auteurs latins, indique des lieux généralement en plein air, en ville ou dans une villa, destinés aux promenades ou à la conversation145.

64En ce qui concerne les installations de vote de Pompéi et l’hypothèse de l’aménagement de saepta devant le temple de Jupiter, il ne faut pas oublier la présence d’un possible comitium. L’interprétation de cet édifice ne fait pas l’unanimité parmi les chercheurs, mais il est intéressant de remarquer l’existence de cinq accès du côté vers le forum et du côté vers via dell’Abbondanza : ce nombre est analogue à celui des unités de vote supposées pour la ville et correspondantes vraisemblablement aux cinq quartiers urbains.

 

65On peut envisager, en l’état actuel des connaissances, que les fonctions des pozzetti des forums soient différentes de celles qui ont été proposées jusqu’à présent, comme leurs formes et leurs dimensions, du reste, le laissent présager (tabl. 1). Il faut reconsidérer les propositions qui consistent à y voir des logements pour le soutien de velaria ou de scaenae frontes ou plus simplement de structures commerciales temporaires, ou bien encore de poteaux pour entourer le forum à l’occasion de munera gladiatoria. La présence d’une double rangée de cavités ne doit pas obligatoirement faire supposer la construction de pontes pour les élections mais elle peut plus simplement indiquer la mise en place de tribunes pour assister à des spectacles. La présence d’une rangée de puits peut témoigner d’une délimitation de l’aire du forum, sans nous obliger à la considérer comme une délimitation rituelle d’un espace inauguré.

Tabl. 1 – Tableau synthétique des caractéristiques des puits attestés dans les fora.

Tabl. 1 – Tableau synthétique des caractéristiques des puits attestés dans les fora.

66En conclusion, il convient de souligner les différences substantielles qui existent entre ces aménagements, tant du point de vue de leurs dimensions, de la structure qui les accueillait et de leur disposition qui pouvait s’étendre sur toute la longueur d’un côté ou couvrir tout le périmètre du forum. Ces observations devraient interdire toute tentation de construire, bien souvent sur la base d’un nombre très réduit de témoignages, un système interprétatif englobant des réalités variées. L’établissement d’une chronologie exacte des attestations archéologiques des diverses configurations de puits devra également constituer un préalable indispensable à toute comparaison.

Bibliographie

Aberson M., Tarpin M. 1990, « Les inscriptions en lettres de bronze en remploi dans l’Église inachevée de la SS. Trinità à Venosa », in M. Salvatore (éd.), Basilicata. L’espansionismo romano nel sud-est d’Italia. Il quadro archeologico, Atti del Convegno (Venosa, 23‑25 aprile 1987), Leukania 2, Venosa, p. 51‑70.

Amici M.C. 2004‑2005, « Evoluzione architettonica del comizio a Roma », Atti della Pontificia Accademia romana di archeologia. Rendiconti 67, p. 351‑379.

Amodio G. 1998, « Alcune osservazioni sulle curie municipali nelle città dell’Occidente romano », ZPE 120, p. 233‑249.

Aricò Anselmo G. 2012, Antiche regole procedurali e nuove prospettive per la storia dei comitia, Dipartimento Iura. Sezione di Storia del Diritto. Università degli Studi di Palermo. Monografie 10, Turin.

Becatti G. 1953, « Parte seconda », in G. Calza (éd.), Scavi di Ostia. I, Topografia generale, Rome, p. 89‑175.

Berthelet Y. 2015, Gouverner avec les dieux. Autorité, auspices et pouvoir, sous la République romaine et sous Auguste, Mondes anciens 1, Paris.

Bonetto J. (éd.) 2009, Veneto, Archeologia delle regioni d’Italia, Rome.

Bonnefond-Coudry M. 1989, Le Sénat de la République romaine de la guerre d’Hannibal à Auguste : pratiques délibératives et prise de décision, BEFAR 273, Rome.

Borlenghi A. 2011, Il campus. Organizzazione e funzione di uno spazio pubblico in età romana : le testimonianze in Italia e nelle Province occidentali, Thiasos 1, Rome.

Borlenghi A. (à paraître), « Votare nei fora », in E. Lippolis, A. Mastrocinque, C. Smith (éd.), Forum. Strutture, sviluppo e funzioni degli impianti forensi in Italia (IV sec. a.C. - I sec. d.C.), Atti del Convegno Internazionale (Roma, 9‑10 dicembre 2013).

Brown F.E. 1980, Cosa. The making of a Roman town, Thomas Spencer Jerome lectures 13, Ann Arbor.

Brown F.E., Hill Richardson E., Richardson Jr. L. 1993, Cosa III. The buildings of the forum : colony, municipium, and village, Memoirs of the American Academy in Rome 37, University Park (Pa.).

Bruschetti P. 1996, « Todi (Perugia). Foro romano », SE 61, p. 492‑497.

Bruschetti P., Feruglio A.E. 1998, Todi – Orvieto, Pérouse.

Caballos Rufino A. 2006, El nuevo bronce de Osuna y la política colonizadora romana, Historia y geografía 115, Séville.

Callebat L. (éd. et trad.) 2004, Vitruve, De L’architecture, Livre VI, texte établi, traduit et commenté, CUF, série latine 377, Paris.

Carafa P. 1998, Il Comizio di Roma dalle origini all’età di Augusto, Bullettino della Commissione archeologica comunale di Roma. Supplementi 5, Rome.

Carandini A., Carafa P. (éd.) 2012, Atlante di Roma antica : biografia e ritratti della città, 2 vol., Milan.

Cébeillac-Gervasoni M., Caldelli M.L., Zevi F. 2010, Epigrafia latina. Ostia : cento iscrizioni in contesto, Rome.

Chelotti M. (éd.) 2003, Regio II. Apulia et Calabria. Venusia, Supplementa Italica, n.s. 20, Rome, p. 11‑333.

Chiavia C. 2002, Programmata. Manifesti elettorali nella colonia romana di Pompei, Collana del Dipartimento di storia dell’Università di Torino, Turin.

Coarelli F. 1983, Il Foro Romano. I, Periodo arcaico, Lectiones planetariae, Rome.

Coarelli F. 1985, Il Foro Romano. II, Periodo repubblicano e augusteo, Lectiones planetariae, Rome.

Coarelli F. 1997, Il Campo Marzio. Dalle origini alla fine della Repubblica, Rome.

Coarelli F. 1998, « La storia e lo scavo », in Coarelli, Monti (éd.) 1998, p. 29‑69.

Coarelli F. 2000, « Pompei : il foro, le elezioni, le circoscrizioni elettorali », Aion 7, p. 87‑111.

Coarelli F. 2001, « Les Saepta et la technique du vote à Rome de la fin de la République à Auguste », in La ville de Rome sous le Haut-Empire. Nouvelles connaissances, nouvelles réflexions. Colloque organisé par l’École française de Rome et la Société des Professeurs d’histoire ancienne de l’Université (Rome, 5‑8 mai 2001), Pallas 55, p. 37‑51.

Coarelli F. 2005, « Pits and fora : a reply to Henrik Mouritsen », PBSR 73, p. 23‑30.

Coarelli F., Monti P.G. (éd.) 1998, Fregellae. 1, Le fonti, la storia, il territorio, Rome.

Colivicchi F., Zaccagnino C. 2008, Umbria, Archeologia delle regioni d’Italia, Rome.

Crawford M.H. 1974, Roman Republican coinage, Cambridge, 2 vol.

Dall’Aglio P.L., Franceschelli C., Silani M., Tassinari C. 2014, « Prime considerazioni sulla città romana di Ostra alla luce dei nuovi scavi », in G. Baldelli, F. Lo Schiavo (éd.), Amore per l’antico : dal Tirreno all’Adriatico, dalla Preistoria al Medioevo e oltre. Studi di Antichita' in ricordo di Giuliano de Marinis, Rome, vol. 2, p. 829‑848.

Dall’Aglio P.L., Franceschelli C., Tassinari C. 2014, « Monumentalizzazione degli spazi pubblici e partecipazione alla vita politica nel municipium romano di Ostra (Ostra Vetere, Ancona) », in P.L. Dall’Aglio, C. Franceschelli, L. Maganzani (éd.), Atti del IV Convegno Internazionale di Studi Veleiati (Veleia, Lugagnano Val d’Arda, 20‑21 settembre 2013), Ricerche. Series maior 4, Bologne, p. 355‑378.

Dall’Aglio P.L., Silani M., Tassinari C. 2012, « Nascita e sviluppo monumentale della città romana di Ostra », in M. Do Carmo Ribeiro, A. Sousa Melo (éd.), Evolução da paisagem urbana : sociedade e economia, Braga, p. 11‑28.

Demougin S. 1987, « Quo descendat in campo petitor. Élections et électeurs à la fin de la République et au début de l’Empire », in L’Urbs. Espace urbain et histoire (ier siècle av. J.‑C. - iiie siècle ap. J.‑C.). Actes du colloque international (Rome, 8‑12 mai 1985), CEFR 98, Rome, p. 305‑317.

De Visscher F., Mertens J. 1951‑1952, « Les puits du Forum d’Alba Fucense », BCAR 74, p. 3‑13.

Di Filippo Balestrazzi E. 2001a, « Il foro », in P. Croce da Villa, P. Di Filippo Balestrazzi (éd.), Concordia. 3000 anni di storia, Concordia, p. 159‑163.

Di Filippo Balestrazzi E. 2001b, « Diventare romani : i pozzetti, l’acciottolato e la pietra di Andetius nel foro di Iulia Concordia », Quaderni di Archeologia del Veneto 17, p. 124‑141.

Di Filippo Balestrazzi E. 2009, « Il Foro concordiese : conferme e prospettive dai nuovi dati », in F. Veronese (éd.), Via Annia. Adria, Padova, Altino, Concordia, Aquileia. Progetto di recupero e valorizzazione di un’antica strada romana, Atti della giornata di studio (Padova, 19 giugno 2008), Biblioteca di archeologia 1, Padoue, p. 189‑202.

Di Filippo Balestrazzi E. (éd.) 2013, Tra terra e mare. Tra natura e cultura. Gli interventi archeologici del progetto Arcus 2011‑2012 a Cupra Marittima, Ascoli Piceno.

Di Filippo Balestrazzi E., Croce da Villa P. 1995, « Il foro di Concordia », in M. Mirabella Roberti (éd.), « Forum et Basilica » in Aquileia e nella Cisalpina romana, Atti della XXV settimana di Studi Aquileiesi (aprile 1994), Antichità altoadriatiche 42, Udine, p. 183‑206.

Dupuis X. 2011, « De la Bétique à l’Afrique : les curies électorales à la lumière du nouveau fragment de la loi d’Urso », in C. Deroux (éd.), Corolla Epigraphica, Hommages au professeur Yves Burnand, Latomus 331/2, Bruxelles, p. 449‑461.

Dupuis X. 2012, « De Lambèse à Lepcis Magna. Nom des curies et histoire civique », in B. Cabouret, A. Groslambert, C. Wolff (éd.), Visions de l’Occident romain. Hommages à Yann Le Bohec, collection du CEROR 40, Lyon, vol. 1, p. 167‑183.

Eck W. 2013, « La loi municipale de Troesmis : données juridiques et politiques d’une inscription récemment découverte », Revue historique de droit français et étranger 91/2, p. 199‑213.

Extebarria Akaiturri A. 2008, Los foros romanos republicanos en la Italia centro-meridional tirrena. Origen y evolución formal, Serie Arqueológica 10, Madrid.

Fincker M., Moretti J.‑C. 2010, « Le rideau de scène dans le théâtre romain », in S.F. Ramallo Asensio, N. Röring (éd.), La scaenae frons en la arquitectura teatral romana, Murcie, p. 309‑329.

Fortini P., Taviani M. (éd.) 2014, In sacra via. Giacomo Boni al Foro Romano. Gli scavi nei documenti della Soprintendenza, Milan.

Fraccaro P. 1913‑1914, « La procedura del voto nei comizi tributi romani », AAT 49, p. 600‑622.

Frapiccini N. 2011‑2015, « Cupra Marittima (AP). Loc. La Civita », Direzione Generale Archeologia, disponible sur : http://www.archeologia.beniculturali.it/index.php?it/142/scavi/scaviarcheologici_4e048966cfa3a/297 [consulté en janvier 2015].

Fuchs G. 1957, « Fragmenta saeptorum. Untersuchungen am sogennanten Comitium in Pompei », MDAI(R) 64, p. 154‑197.

Geremia Nucci R. 2013, Il tempio di Roma e di Augusto a Ostia, Supplementi e monografie della rivista « Archeologia classica » 10, n.s. 7, Rome.

Golvin J.‑C. 1988, L’amphithéâtre romain. Essai sur la théorisation de sa forme et de ses fonctions, Publications du Centre Pierre Paris 18, Paris, 2 vol.

Graefe R. 1979, Vela erunt. Die Zeltdächer der römischen Theater und ähnlicher Anlagen, Mayence.

Greco E. 1999, Poseidonia-Paestum. IV, Forum ouest-sud-est, CEFR 42/4, Rome.

Greco E., Theodorescu D., Rouveret A. 1987, Poseidonia-Paestum. III, Forum nord, CEFR 42/3, Rome.

Hall U. 1998, « “Species libertatis”. Voting procedure in the late Roman Republic », in M. Austin, J. Harries, C. Smith (éd.), Modus operandi. Essays in honour of Geoffrey Rickman, Bulletin of the Institute of Classical Studies. Supplement 71, Londres, p. 15‑30.

Hiebel D. 2009, Rôles institutionnel et politique de la contio sous la République romaine (287‑49 av. J.‑C.), Romanité et modernité du droit, Paris.

Humm M. 1999, « Le Comitium du forum romain et la réforme des tribus d’Appius Claudius Caecus », MEFRA 111/2, p. 625‑694.

Humm M. 2005, Appius Claudius Caecus. La République accomplie, Rome.

Keaveney A.P. 2010, « Cicero Pro Sulla 60‑62 and the Sullan settlement of Italy », Athenaeum 98/1, p. 127‑138.

Kockel V., Flecker V. 2008, « Forschungen im Südteil des Forums von Pompeji. Ein Vorbericht über die Arbeitskampagnen 2007 und 2008 », MDAI(R) 114, p. 271‑303.

Krause C. 1976, « Zur baulichen Gestalt des republikanischen Comitiums », MDAI(R) 83, p. 31‑69.

Jacques F. 1984, Le privilège de la liberté. Politique impériale et autonomie municipale dans les cités de l’Occident romain (161‑244), CEFR 76, Rome.

Lackner E.‑M. 2008, Republikanische Fora, Munich.

Laffi U. 2001, « L’amministrazione di Aquileia nell’età romana », in U. Laffi, Studi di storia romana e diritto, Storia e letteratura 206, Roma, p. 143‑171.

Laffi U. 2007, « La struttura costituzionale nei municipi e nelle colonie romane. Magistrati, decurioni, popolo », in U. Laffi, Colonie e municipi nello stato romano, Storia e letteratura 239, Rome, p. 49‑79.

Lamberti F. 1993, Tabulae Irnitanae, Naples.

Liberatore D. 2004, Alba Fucens. Studi di storia e di topografia, Insulae Diomedeae 3, Bari.

Lo Cascio E. 1996, « Pompei dalla città sannitica alla colonia sillana : le vicende istituzionali », in M. Cébeillac-Gervasoni (éd.), Les élites municipales de l’Italie péninsulaire des Gracques à Néron, CEFR 215, Naples-Rome, p. 111‑123.

Mar R. 2002, « Ostia, una ciudad modelada por el comercio. La cosntrucción del foro », MEFRA 114/1, p. 111‑180.

Marino S. 2010, Copia/Thurii. Aspetti topografici e urbanistici di una città romana della Magna Grecia, Tekmeria 14, Paestum-Athènes.

Márquez C., Ventura A. 2005, « Corduba tras las Guerras Civiles », in E. Melchor, J. Mellado, J.F. Rodríguez Neila (éd.), Julio César y Corduba. Tiempo y espacio en la campaña de Munda (49‑45 a.C.), Cordoue, p. 431‑468.

Maselli Scotti F. 2006, « Aquileia (UD). Foro, zona occidentale, scavi 2006 », Notiziario della Soprintendenza per i Beni Archeologici del Friuli Venezia Giulia 1, p. 65‑67.

Maselli Scotti F., Casari P., Degrassi V., Tiussi C. 2007, « Aquileia (UD). Foro orientale », Notiziario della Soprintendenza per i Beni Archeologici del Friuli Venezia Giulia 2, p. 36‑45.

Maselli Scotti F., Mandruzzato L., Tiussi C. 2007, « Primo impianto coloniario di Aquileia : l’area tra Foro e Macellum », in L. Brecciaroli Taborelli (éd.), Forme e tempi dell’urbanizzazione nella Cisalpina (II secolo a.C. - I secolo a.C.). Atti delle Giornate di Studio (Torino, 4‑6 maggio 2006), Florence, p. 35‑40.

Mertens J. 1968, « Massa d’Albe (L’Aquila) – Il foro di Alba Fucens », NSA 22, p. 205‑217.

Mertens J. 1969, « Étude topographique d’Alba Fucens », in J. Mertens (éd.), Alba Fucens. I, Rapports et études, Études de philologie, d’archéologie et d’histoire anciennes 12, Bruxelles-Rome, p. 37‑118.

Mertens J. 1988, « Alba Fucens », Dialoghi di archeologia 6/2, p. 97‑104.

Mertens J. 1991, « Alba Fucens : à l’aube d’une colonie romaine », Journal of Ancient Topography 1, p. 93‑112.

Mouritsen H. 2001, Plebs and politics in the late Roman Republic, Cambridge.

Mouritsen H. 2004, « Pits and politics : interpreting colonial fora in Republican Italy », BSR 72, p. 37‑67.

Nicolet C. 1967, « Arpinum, Aemilius Scaurus et les Tulli Cicerones », REL 45, p. 276‑304.

Nicolet C. 1976, Le métier de citoyen dans la Rome républicaine, Bibliothèque des histoires, Paris.

Olivito R. 2013, Il Foro nell’atrio. Immagini di architetture, scene di vita e di mercato nel fregio dai Praedia di Iulia Felix (Pompei, II, 4, 3), Biblioteca archaeologica 31, Bari.

Pesando F. 2001, « Gladiatori a Pompei », in A. La Regina (éd.), Sangue e arena, Milan, p. 175‑197.

Petacco L., Rescigno C. 2007, « I Saggi sul Capitolium e il settore occidentale della piazza forense », in C. Gasparri, G. Greco (éd.), Cuma. Il foro. Scavi dell’Università di Napoli Federico II, 2000‑2001, Quaderni del Centro Studi Magna Grecia 5, Studi Cumani 1, Pouzolles, p. 77‑117.

Pettenò E., Vigoni A. 2009, « Lungo la via Annia : nuove ricerche presso il foro di Iulia Concordia », in F. Veronese (éd.), Via Annia. Adria, Padova, Altino, Concordia, Aquileia. Progetto di recupero e valorizzazione di un’antica strada romana. Atti della giornata di studio (Padova, 19 giugno 2008), Biblioteca di archeologia 1, Padoue, p. 163‑187.

Rodríguez Neila J.F. 2008, « Los comitia municipales y la experencia institucional romana », in C. Berrendonner, M. Cébeillac-Gervasoni, L. Lamoine (éd.), Le quotidien municipal dans l’Occident romain, Histoires croisées, Clermont-Ferrand, p. 301‑315.

Sabbatini Tumolesi P. 1980, Gladiatorum paria : annunci di spettacoli gladiatorii a Pompei, Tituli 1, Rome.

Salerno F. 1999, Tacita libertas. L’introduzione del voto segreto nella Roma repubblicana, Naples.

Saliou C. (éd.) 2009, Vitruve, De L’Architecture, Livre V, texte établi, traduit et commenté, CUF, série latine 393, Paris.

Sartori F. 1957, « Le dodici tribù di Lilibeo », Kokalos 3, p. 38‑60.

Segenni S. 2001, I decreta Pisana : autonomia cittadina e ideologia imperiale nella colonia Opsequens Iulia Pisana, Documenti e studi 47, Bari.

Sewell J. 2010, The formation of Roman urbanism 338‑200 B.C. between contemporary foreign influence and Roman tradition, JRA. Supplementary series 79, Portsmouth (R.I.).

Spitzl T. 1984, Lex Municipii Malacitani, Vestigia 36, Munich.

Staveley E.S. 1972, Greek and Roman voting and elections, Aspects of Greek and Roman life, Londres.

Taylor L.R. 1966, Roman voting assemblies from the Hannibalic War to the dictatorship of Caesar, Jerome lectures 8, Ann Arbor.

Tiussi C. 2006, « Aquileia e l’assetto urbanistico delle colonie latine della Gallia Cisalpina », in F. Lenzi (éd.), Rimini e l’Adriatico nell’età delle guerre puniche. Atti del Convegno (Rimini, 25‑27 marzo 2004), Archeologia dell’Adriatico 2, Bologne, p. 333‑378.

Tiussi C. 2011, « Il foro di Aquileia : acquisizioni recenti e problematiche aperte », in S. Maggi (éd.), I complessi forensi della Cisalpina romana : nuovi studi. Atti del Convegno di Studi (Pavia, 12‑13 marzo 2009), Flos Italiae 10, Florence, p. 167‑184.

Torelli M. 1988, « Paestum romana », in Poseidonia-Paestum. Atti del ventisettesimo Convegno sulla Magna Grecia (Taranto-Paestum, 9‑15 ottobre 1987), Tarante, p. 33‑115.

Torelli M. 1991, « Il “diribitorium” di Alba Fucens e il “campus” eroico di Herdonia », in J. Mertens, R. Lambrechts (éd.), Comunità indigene e problemi della romanizzazione nell’Italia centro-meridionale (IV‑III sec. av. C.). Actes du colloque international (Rome, 1‑3 février 1990), Études de philologie, d’archéologie et d’histoire anciennes 29, Rome-Bruxelles, p. 39‑63.

Torelli M. 1995, LTUR II, s.v. « Diribitorium », p. 17‑18.

Torelli M. 1999, Paestum romana, Rome.

Tosi G. 2003, « Il foro e i “munera gladiatoria” nel “De architectura” di Vitruvio », in G. Tosi, Gli edifici per spettacoli nell’Italia romana. I, Catalogo e saggi, Rome, p. 709‑720.

Ulrich R.B. 1994, The Roman orator and the sacred stage : the Roman templum rostratum, Latomus 222, Bruxelles.

Vaahtera J. 1993, « On the religious nature of the Place of Assembly », in J. Vaahtera (éd.), Senatus populusque romanus : studies in Roman republican legislation, Acta Instituti Romani Finlandiae 13, Helsinki, p. 97‑116.

Ventura Villanueva Á. 2009, « Las élites de Colonia Patricia, año 5 a.C. : un ejemplo de puesta en escena literaria y monumental », in Espacios, usos y formas de la epigrafía hispana en épocas antigua y tardoantigua. Homenaje al Dr. Armin U. Stilow, Anejos de AEspA 48, Mérida, p. 375‑395.

Ville G. 1981, La gladiature en Occident des origines à la mort de Domitien, BEFAR 245, Rome.

Von Hesberg H. 1985, « Zur Plangestaltung der Coloniae Maritimae », MDAI(R) 92, p. 127‑150.

Welch K.E. 2007, The Roman Amphitheatre : from its origins to the Colosseum, Cambridge-New York.

Wiseman J. 1979, « Corinth and Rome I : 228 B.C. - A.D. 267 », ANRW II/7/1, p. 438‑548.

Zevi F. 2012, « Culti ed edifici templari di Ostia repubblicana », in E. Marroni (éd.), Sacra Nominis Latini. I santuari del Lazio arcaico e repubblicano. Atti del Convegno internazionale (Roma, 19‑21 febbraio 2009), Ostraka volume speciale, Naples, p. 537‑563.

Notes

1 Torelli 1991, p. 39‑54 ; Coarelli 1997, p. 154‑164 ; Coarelli 2001 ; Mouritsen 2004 ; Coarelli 2005 ; Extebarria Akaiturri 2008, p. 105‑113 ; Lackner 2008, p. 274‑280 ; Sewell 2010, p. 67‑79.

2 Pour une synthèse récente sur le comitium des colonies, voir Extebarria Akaiturri 2008, p. 148‑166 ; Lackner 2008, p. 260‑265.

3 Coarelli, Monti (éd.) 1998, p. 59‑60, 66 ; Coarelli 2005, p. 26 ; Extebarria Akaiturri 2008, p. 154 ; Lackner 2008, p. 97, 263‑265.

4 Coarelli 1997, p. 161‑163 ; Coarelli, Monti (éd.) 1998, p. 56‑59, 66 ; Mouritsen 2004, p. 51‑52, 54, 57 ; Coarelli 2005, p. 27‑29 ; Extebarria Akaiturri 2008, p. 108‑109, 111 ; Lackner 2008, p. 97, 274, 278‑279 ; Sewell 2010, p. 67. Une autre rangée de puits de forme rectangulaire et de taille plus importante est attestée sur le côté oriental du forum (Coarelli 2005, p. 27).

5 Coarelli, Monti (éd.) 1998, p. 56‑57.

6 Cet événement, lié à la suppression du comitium, a été interprété comme la preuve d’une crise des structures politiques et administratives originelles de la ville vers le milieu du iie s. av. J.‑C. (Coarelli, Monti [éd.] 1998, p. 59).

7 Mertens 1968, p. 208‑217 ; Mertens 1969, p. 98‑101 ; Mertens 1988, p. 95 ; Mertens 1991, p. 106 ; Extebarria Akaiturri 2008, p. 154‑156 ; Lackner 2008, p. 23, 263‑265.

8 De Visscher, Mertens 1951‑1952 ; Mertens 1969, p. 92‑96 ; Mertens 1988, p. 95 ; Torelli 1991, p. 40‑41, 49‑54 ; Liberatore 2004, p. 109‑122, 135‑141 ; Mouritsen 2004, p. 47‑51, 54, 56 ; Extebarria Akaiturri 2008, p. 109‑112 ; Lackner 2008, p. 23‑24, 274, 276, 278‑280 ; Sewell 2010, p. 68.

9 La présence d’un couvercle sur une partie de ceux-ci irait dans le sens d’une utilisation périodique.

10 Liberatore 2004, p. 120‑121.

11 Liberatore 2004, p. 121‑122.

12 Contra, Torelli 1991, p. 50.

13 Torelli 1991, p. 49‑54.

14 Contra, Lackner 2008, p. 280.

15 Liberatore 2004, p. 120‑122, 139‑141.

16 Brown 1980, p. 23‑28, 37‑38 ; Brown, Hill Richardson et Richardson 1993, p. 14‑30, 46‑50, 106‑113, 139‑142, 229‑232, 244, 247 ; Coarelli 2005, p. 26 ; Extebarria Akaiturri 2008, p. 156‑158.

17 Brown 1980, p. 24‑25, 41 ; Torelli 1991, p. 43‑44 ; Brown, Hill Richardson et Richardson 1993, p. 13‑14, 41‑44, 119‑120 ; Mouritsen 2004, p. 44‑47, 53, 55‑57 ; Extebarria Akaiturri 2008, p. 106‑108 ; Lackner 2008, p. 83, 274, 276, 278‑279 ; Sewell 2010, p. 70.

18 Brown 1980, p. 24 ; Brown, Hill Richardson et Richardson 1993, p. 13, 120.

19 Torelli 1991, p. 43.

20 Les puits sont dotés de couvercles qui en montreraient un emploi périodique.

21 Brown 1980, p. 41 ; Brown, Hill Richardson et Richardson 1993, p. 120.

22 Greco, Theodorescu, Rouveret 1987, p. 19‑21, 27‑39, 70‑71, 79‑83 ; Torelli 1988, p. 45‑46 ; Brown, Hill Richardson et Richardson 1993, p. 253‑295 ; Greco 1999, p. 3, n. 1 ; Torelli 1999, p. 23‑27 ; Extebarria Akaiturri 2008, p. 158‑160 ; Lackner 2008, p. 141, 263‑265.

23 Transformation qui détermine, selon les fouilleurs (Greco, Theodorescu, Rouveret 1987, p. 35), la perte de la fonction principale du comitium.

24 Greco, Theodorescu, Rouveret 1987, p. 35‑36. La désaffection du comitium et de sa tribune serait contemporaine de la mise en place d’une nouvelle tribune devant le temple : cet aspect permettrait d’établir une analogie avec le modèle de Rome et le transfert des rostra sur le forum en 44 av. J.‑C.

25 Krause 1976, p. 46‑47, n. 86 ; Greco, Theodorescu, Rouveret 1987, p. 15, 1‑19, 22‑23 ; Torelli 1988, p. 43‑45 ; Torelli 1991, p. 46‑49 ; Greco 1999, fig. 3, 18, 37‑38 ; Torelli 1999, p. 21‑22 ; Mouritsen 2004, p. 47, 53‑55, 57 ; Extebarria Akaiturri 2008, p. 108 ; Sewell 2010, p. 68‑69. Les dimensions des pozzetti fournies dans cette contribution ont été enregistrées lors d’un contrôle autoptique des éléments conservés sur le forum : dans le cas où nos mesures ne correspondent pas avec les mesures insérées en bibliographie, nous avons préféré utiliser nos dimensions prises sur le terrain. L’impossibilité d’effectuer un nettoyage du terrain n’a cependant pas permis de relever tous les éléments.

26 Sur le côté nord, devant le temple, on ne retrouve ni de cavités ni de dalles ; au contraire, devant le comitium, on ne retrouve que les blocs avec les cavités, mais sans dalles.

27 Pourtant, dans d’autres contributions (Krause 1976, p. 46‑47, n. 86 ; Lackner 2008, p. 276 ; Sewell 2010, p. 69), on mentionne l’existence de traces de doubles cavités carrées de 0,20 m de côté.

28 Voir aussi Greco 1999, fig. 3 avec un plan des éléments encore conservés in situ.

29 Ce système de puits pourrait être un témoignage plus tardif d’un état antérieur, dont l’absence d’attestations serait une simple conséquence de l’emplacement des sondages de fouilles.

30 Greco, Thedorescu, Rouveret 1987, p. 22‑23.

31 Ces dispositifs pouvaient être utilisés pour l’aménagement de spectacles sur le forum ou pour le support de vela.

32 Lackner 2008, p. 278 propose de voir dans les cavités des aménagements pour la mise en place d’un velum plutôt que pour l’organisation de saepta.

33 Torelli 1988, p. 44 ; Torelli 1991, p. 47‑49 ; Torelli 1999, p. 21‑22.

34 Tiussi 2006, p. 354‑363, avec d’autres références bibliographiques ; Maselli Scotti, Mandruzzato, Tiussi 2007, p. 35‑36 ; Lackner 2008, p. 33‑34, 263‑265 ; Tiussi 2011, p. 169, 175.

35 Tiussi 2006, p. 364‑368, avec d’autres références bibliographiques ; Maselli Scotti 2006, p. 64‑65 ; Maselli Scotti et al. 2007, p. 40‑42 ; Maselli Scotti, Mandruzzato, Tiussi 2007, p. 35‑36 ; Sewell 2010, p. 70 ; Tiussi 2011, p. 169‑170.

36 Il s’agit de deux puits (cavité de 0,15 x 0,15 m) sur le côté nord du forum et de deux puits (cavité de 0,20 x 0,18‑0,20 m ; prof. 0,18 m) sur le côté ouest du forum.

37 Lackner 2008, p. 75, 274, 278‑279 ; Sewell 2010, p. 70‑71.

38 Marino 2010, p. 184.

39 Petacco, Rescigno 2007, p. 109‑110.

40 Becatti 1953, p. 104‑105 ; Von Hesberg 1985, p. 133‑134 ; Ulrich 1994, p. 219‑220 ; Mar 2002, p. 115 ; Lackner 2008, p. 137, 276 ; Zevi 2012, p. 540 ; Geremia Nucci 2013, p. 221‑227.

41 Bruschetti 1996, p. 495‑497 ; Bruschetti, Feruglio 1998, p. 54‑57 ; Colivicchi, Zaccagnino 2008, p. 233‑236.

42 Une plaque et un bloc tronconique du même matériau constituent le fond et la couverture des puits.

43 Ensuite, selon les fouilleurs, leur emploi serait devenu inutile à cause des changements politiques et administratifs dans l’Empire avec la perte de pouvoir des institutions démocratiques devant l’absolutisme impérial (Bruschetti 1996, p. 496).

44 Di Filippo Balestrazzi, Croce da Villa 1995, p. 194‑200 ; Di Filippo Balestrazzi 2001a ; Di Filippo Balestrazzi 2001b, p. 124‑134 ; Bonetto (éd.) 2009, p. 233‑234 ; Di Filippo Balestrazzi 2009, p. 191‑194 ; Pettenò, Vigoni 2009, p. 166‑174, 177‑178, 180‑185, avec d’autres références bibliographiques.

45 Ces puits étaient formés de 5 assises de briques rectangulaires et en forme de Π grec qui créaient au milieu une petite cavité : la dernière assise de briques était couverte par une dalle, avec un trou de mêmes dimensions, qui constituait le seul élément visible au niveau du pavage en galets de la place.

46 Di Filippo Balestrazzi 2001a, p. 161‑162 ; Di Filippo Balestrazzi 2001b, p. 129‑131, 137 ; Di Filippo Balestrazzi 2009, p. 194. En effet, cet aménagement du forum ne serait pas seulement antérieur à la période de la déduction de la colonie dans la deuxième moitié du ier s. av. J.‑C., mais peut-être antérieur à 89 av. J.‑C., quand le centre reçut potentiellement le droit latin.

47 Frapiccini 2011‑2015 ; Di Filippo Balestrazzi (éd.) 2013, p. 75‑76.

48 Cette dernière hypothèse (Di Filippo Balestrazzi [éd.] 2013, p. 75) est peu probable : les puits présentent sur le fond une dalle, qui empêcherait l’accès à une citerne hypogée.

49 Dall’Aglio, Silani, Tassinari 2012, p. 17‑21 ; Dall’Aglio, Franceschelli, Tassinari 2014, p. 358‑370 ; Dall’Aglio et al. 2014, p. 829‑832, 835-837, 839‑842.

50 Dans le remblai d’une de ces fosses on a retrouvé du mobilier qui pourrait suggérer une opération d’exauguration, aspect qui ferait supposer qu’elles servaient à délimiter un espace inauguré, nécessaire pour les opérations de vote (Dall’Aglio, Franceschelli, Tassinari 2014, p. 361‑362, n. 25).

51 Aberson, Tarpin 1990, p. 57‑59 ; Chelotti (éd.) 2003, p. 144‑145, n. 30 ; Lackner 2008, p. 207.

52 Aberson, Tarpin 1990, p. 58 ; Chelotti (éd.) 2003, p. 29.

53 Coarelli 2000, p. 93‑100.

54 Cicéron, Pour L. Sulla 61.

55 Sur le nombre de curies et sur leur correspondance avec les quartiers urbains, voir Coarelli 2000, p. 97‑98, 100‑110, avec d’autres références bibliographiques.

56 Fuchs 1957 ; Kockel, Flecker 2008, p. 296‑300 ; Olivito 2013, p. 88‑97.

57 Coarelli 2000, p. 92‑93 ; Olivito 2013, p. 89.

58 Sur les Saepta, voir Coarelli 1997, p. 154‑163, Coarelli 2001 ; Borlenghi 2011, p. 92‑104 ; Carandini, Carafa (éd.) 2012, vol. I, p. 155, 497‑498, 509, 517‑518 et vol. II, pl. 207‑208, 214, 22‑223, 227.

59 Servius, Commentaire aux Bucoliques de Virgile I, 33 : Saepta proprie sunt loca in campo Martio inclusa tabulatis, in quibus stans populus Romanus suffragia ferre consueverat. Sed quoniam haec saepta similia sunt ovilibus, duo haec invicem pro se ponuntur, ut hoc loco saepta pro ovilibus posuit.

60 Taylor 1966, p. 52‑54 et pl. XI.

61 Crawford 1974, vol. I, p. 306‑307, n° 292/1.

62 Sur les sources littéraires concernant les pontes, voir Salerno 1999, p. 95‑97, avec d’autres références bibliographiques ; Aricò Anselmo 2012, p. 139‑140, n. 384‑385.

63 Sur les procédures de vote dans les Saepta, voir Taylor 1966, p. 49‑54 ; Staveley 1972, p. 159‑174 ; Nicolet 1976, p. 333‑380. Sur la nature des comices représentés sur le denier, voir Salerno 1999, p. 136, n. 76, avec d’autres références bibliographiques. S’il s’agissait de la reproduction d’un vote concernant une loi, l’image pourrait évoquer aussi des comices tributes : dans ce cas-là la scène ne concernerait pas le vote électoral des centuriae ou des tribus dans les Saepta mais le vote législatif des tribus sur le Forum.

64 Sur le Diribitorium, voir Torelli 1995 ; Carandini, Carafa (éd.) 2012, vol. I, p. 509, 515, 517, ill. 28‑29 et vol. II, planches 222‑223, 227. Sur le dépouillement des bulletins de vote, voir Taylor 1966, p. 55 ; Staveley 1972, p. 175‑176.

65 Nicolet 1976, p. 341, 347 ; Mouritsen 2001, p. 26‑30 ; Mouritsen 2004, p. 41‑42 ; Lackner 2008, p. 279. Contra, Taylor 1966, p. 56‑57 ; Vaahtera 1993, p. 113‑114, Coarelli 2005, p. 27, qui placent les contiones en dehors des Saepta. Sur les caractéristiques des contiones, voir Hiebel 2009, p. 129‑251, avec d’autres références bibliographiques.

66 Coarelli 2001, p. 45.

67 Tite-Live, XXVI, 22, 11.

68 Plutarque, Marius V, 4.

69 Appien, Guerres civiles III, 30, 117.

70 TLG VII, col. 950.

71 Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines VII, 59, 1.

72 Dans un passage de Cicéron (Pour Sestius 79), la délimitation et la subdivision de l’espace du forum semblent comporter l’emploi de barrières en bois.

73 Aricò Anselmo 2012, p. 137‑146.

74 Dans Festus (voir Sexagenarios <de ponte> 452.13‑22 L) on lit : quo tempore primum per pontem coeperunt comitiis suffragium ferre, iuniores conclamaverunt, ut de ponte deicerentur sexagenari, qui iam nullo publico munere fungerentur, ut ipsi potius sibi quam illi deligerent imperatorem. Selon G. Aricò Anselmo (Aricò Anselmo 2012, p. 120‑137, 146‑154), le pons des sexagenari n’aurait rien à voir avec les pontes des comices, toujours cités au pluriel dans les sources, ou avec un pons sur le Tibre, sans rapport avec les comices : il s’agirait plutôt du pont qui devait permettre de franchir l’amnis Petronia, par où passaient les magistrats et le populus qui provenant de l’Urbs, à l’intérieur de laquelle se déroulait anciennement la première partie de la procédure comitiale, se dirigeaient dans le Champ de Mars afin de se réunir en assemblée et voter. Dans ce contexte, deicere de ponte les citoyens âgés de soixante ans signifiait leur empêcher d’accéder au lieu de l’assemblée et de participer au vote.

75 Voir en particulier Aricò Anselmo 2012, p. 142‑146.

76 Aricò Anselmo 2012, p. 143, n. 400, p. 322‑323, n. 1015 et p. 324, n. 1020. Du même avis Fraccaro 1913‑1914, p. 621‑622. Pourtant, les sources littéraires (voir supra) témoignent de l’existence de plusieurs enclos destinés à la subdivision des tribus en attente de voter.

77 Taylor 1966, p. 49 ; Nicolet 1976, p. 334‑335, 340 ; Coarelli 1997, p. 155‑157 ; Berthelet 2015, p. 237, n. 218, avec une riche bibliographie.

78 Sur le sujet, voir Vaahtera 1993, p. 111‑112 ; Berthelet 2015, p. 240‑241, 246.

79 Borlenghi 2011, p. 86‑87.

80 Cicéron, Pour Rabirius III, 10‑4, 11.

81 Cicéron, Catilinaires IV, 2, 3.

82 Vaahtera 1993, p. 110 ; Berthelet 2015, p. 246. Voir aussi Aricò Anselmo 2012, p. 227‑228, n. 675.

83 Rodríguez Neila 2008, p. 301‑303.

84 Cicéron, Les Lois III, 16, 36‑37.

85 Nicolet 1967, p. 276‑288 ; Rodríguez Neila 2008, p. 302.

86 On enregistre des cas de candidatures forcées ou de magistratures offertes à l’empereur ou à des citoyens par décret des décurions et/ou du populus (Laffi 2007, p. 66‑69).

87 Staveley 1972, p. 223‑226 ; Jacques 1984, p. 379‑399 ; Laffi 2007, p. 71‑78 ; Rodríguez Neila 2008, p. 306‑308, 313‑314.

88 Amodio 1998, p. 235‑236, 238‑239, 242‑244 ; Caballos Rufino 2006, p. 230‑231, 235‑239 ; Rodríguez Neila 2008, p. 309‑310 ; Dupuis 2011 ; Dupuis 2012. Voir aussi la contribution de X. Dupuis dans ce volume, p. 179‑184.

89 Sartori 1957.

90 Wiseman 1979, p. 497‑498.

91 Spitzl 1984.

92 Lex Malacitana 51‑57.

93 Dans toute la documentation concernant les comices locaux, il n’est pas clair si l’on votait au même temps pour tous les magistrats (duumvirs, édiles et, si existants, questeurs) ou si l’on votait pour chaque couple de magistrats dans des périodes différentes (Lamberti 1993, p. 80).

94 Une fois terminés les opérations de vote, on procède, par curie, au dépouillement des votes et à un classement des candidats. Seulement après, en suivant une procédure particulière, les magistrats déclarent élus les candidats qui ont obtenu le vote de la majorité des curies jusqu’au nombre requis pour chaque magistrature.

95 Eck 2013, avec d’autres références bibliographiques.

96 Il s’agit du chapitre 28 de la loi de Troesmis, conservé partiellement, qui reprend grosso modo dans la formulation et dans le contenu la rubrica 55 de la lex Malacitana, ajoutant des informations complémentaires (Eck 2013, p. 209‑211).

97 TLL IV, col. 357‑358, s.v. « consaeptum ». Le terme est cité aussi dans la Tabula Hebana (l. 10‑11). Voir également Demougin 1987.

98 Humm 2005, p. 601‑611. Sur les procédures de vote des comitia tributa, voir Taylor 1966, p. 40‑41, Nicolet 1976, p. 333‑380 ; Salerno 1999, p. 81‑116, avec une riche bibliographie.

99 Humm 2005, p. 399‑439.

100 La création des comices tributes, dans lesquelles chaque tribu représente une unité de vote, détermine le déclin des comices curiates, basés sur les curies dépendant du système gentilice archaïque.

101 Fraccaro 1913‑1914.

102 Varron, L’Économie rurale I, 2, 9 ; Cicéron, De l’amitié XXV, 96.

103 Taylor 1966, p. 23‑25 ; Nicolet 1976, p. 336 ; Coarelli 1985, p. 130‑131, 157‑159, 163‑165 ; Humm 1999, p. 640‑642 ; Mouritsen 2001, p. 20 ; Humm 2005, p. 607‑608 ; Aricò Anselmo 2012, p. 301‑327.

104 Taylor 1966, p. 25‑28, 41‑45 ; Bonnefond-Coudry 1989, p. 81‑90. Dans ce volume, voir aussi la contribution de C. Chillet, p. 277‑296, avec d’autres références bibliographiques.

105 Plutarque, Caius Gracchus 3.

106 Sur le sujet, voir Hall 1998, p. 16‑22 avec une riche bibliographie.

107 Selon M. Humm (voir contribution dans ce volume, p. 261‑276), il est possible que, dès la création des comices tributes (fin ive s. av. J.‑C.), les tribus aient voté dans les Saepta pour l’élection des magistrats.

108 Sur l’organisation administrative et politique des colonies latines, dotées de leurs magistrats, d’un sénat et d’une assemblée de citoyens, voir Laffi 2001, p. 145‑152.

109 La présence d’un comitium à Aquilée dans les décennies postérieures à la fondation de la colonie (181 av. J.‑C.) prouve la nécessité de ce type d’édifice encore au milieu du iie s. av. J.‑C.

110 Coarelli 1983, p. 127, 135‑136 ; Carafa 1998, p. 154, 157‑158, 182 ; Amici 2004‑2005, p. 372‑379. Voir aussi la contribution de C. Chillet dans ce volume, p. 277‑296.

111 Amodio 1998, p. 243‑244 ; Coarelli, Monti (éd.) 1998, p. 57‑58. Voir aussi Lackner 2008, p. 221.

112 Sur les dimensions du comitium dans les colonies, voir Mouritsen 2004, p. 43.

113 Coarelli 2005, p. 26.

114 Torelli 1999, p. 27 ; Mouritsen 2004, p. 40‑41. Il faut signaler aussi que, dans les colonies et les municipes, la contio est attestée dans le cadre d’autres événements qui n’ont rien à voir avec le vote : le serment de magistrats et de scribae, le recensement, les laudationes funebres et, peut-être, la lecture des décrets des décurions et des communications provenant du gouvernement central (voir Segenni 2001, p. 68‑69, avec d’autres références bibliographiques). Cela pourrait indiquer une utilisation du comitium pour la réunion d’assemblées en dehors du vote.

115 Mouritsen 2004, p. 41.

116 Mouristen 2004, p. 42‑43. Contra, Coarelli 2005, p. 26‑27.

117 De l’architecture V, 1, 1‑2 : Italiae vero urbibus non eadem est ratione faciendum, ideo quod a maioribus consuetudo tradita est gladiatoria munera in foro dari. Igitur circum spectacula spatiosiora intercolumnia distribuantur […]. Sur le passage, voir Saliou (éd.) 2009, p. 108‑116. Plus en général, sur le sujet, voir Tosi 2003, p. 713‑719.

118 CIL X, n° 1074 ; ILS, n° 5053. Sur l’inscription, voir Sabbatini Tumolesi 1980, p. 17‑21 ; Ville 1981, p. 220‑221 ; Pesando 2001, p. 180‑182.

119 Lex Urs., 71 ; Ville 1981, p. 175‑176 et p. 381, n. 78.

120 CIL VI, n° 29681 ; Ville 1981, p. 190‑192.

121 Golvin 1988, p. 17‑18 ; Welch 2007, p. 19‑20, 30‑31.

122 Tite-Live XXIII, 30,15.

123 Golvin 1988, p. 18‑21 ; Welch 2007, p. 31‑35, 38, 49‑65, avec d’autres références bibliographiques. À l’époque de César est aménagé, sous le forum, un système de galeries de service pour l’organisation des munera et, autour de la place, des tribunes pour les spectateurs (Golvin 1988, p. 45‑49 ; Welch 2007, p. 38‑49).

124 Contra, Welch 2007, p. 36‑37. Sur les puits du forum de Rome, voir infra.

125 De l’architecture X, praef. 3.

126 Pline l’Ancien, Histoire naturelle XIX, 23 ; Dion Cassius XLIII, 24, 2 et DIX, 23, 9.

127 Sur le sujet, voir Graefe 1979.

128 Cébeillac-Gervasoni, Caldelli, Zevi 2006, p. 41 ; Zevi 2012, p. 537, avec une riche bibliographie.

129 Cébeillac-Gervasoni, Caldelli, Zevi 2006, p. 38‑39.

130 Zevi 2012, p. 537.

131 Cébeillac-Gervasoni, Caldelli, Zevi 2006, p. 40 ; Geremia Nucci 2013, p. 222.

132 Les chercheurs avouent la nature permanente des aménagements, mais ils ne les considèrent pas comme un obstacle à leur interprétation (Dall’Aglio, Franceschelli, Tassinari 2014, p. 366 ; Dall’Aglio et al. 2014, p. 841).

133 Dall’Aglio, Franceschelli, Tassinari 2014, p. 365‑366 ; Dall’Aglio et al. 2014, p. 841.

134 Cette hypothèse s’appuie aussi sur une reconstruction d’archéologie expérimentale (Dall’Aglio, Franceschelli, Tassinari 2014, p. 365, fig. 11) qui n’apparaît pas convaincante : la restitution des supposés couloirs de vote est faite par l’aide de petits poteaux placés dans les cavités, sans respecter les dimensions réelles des poteaux qui devaient être insérés dans les puits.

135 Les chercheurs proposent de voir dans ces vestiges les traces d’un espace plurifonctionnel pour la réunion de groupes à l’occasion du recensement ou de la distribution de nourriture (Dall’Aglio 2014 et al., p. 841).

136 Il est intéressant de remarquer certaines similitudes entre les puits des fora et ceux que l’on retrouve dans la scène des théâtres, où ils avaient la fonction d’accueillir les poteaux et les dispositifs nécessaires à manœuvrer le rideau. Sur le sujet, voir Fincker, Moretti 2010.

137 Il faut toujours souligner les dangers de l’influence de la restitution, considérée désormais acquise par plusieurs chercheurs, de files de votants à l’intérieur de longs couloirs sur le forum pendant les élections. À ce propos, emblématique est l’interprétation de couloirs de vote sur le forum de Cordoue, capitale de la province espagnole de Bétique : ici, la disposition particulière, par bandes parallèles, des dalles du forum augustéen, mises au jour dans des sondages, a fait supposer aux chercheurs l’existence de couloirs (calles) de vote de la largeur de 1,90 m et, sur la base de leur nombre, la présence de 30 curies électorales dans la colonie (Marquéz, Ventura 2005, p. 430‑434 ; Ventura Villanueva 2009, p. 382‑384).

138 Sur cet aspect, voir en dernier Berthelet 2015, p. 237‑242, 245‑248, 250, 255‑258, avec une riche bibliographie.

139 Sur les puits du forum républicain de Rome, voir Coarelli 1985, p. 126‑131, 140, avec une riche bibliographie ; Mouritsen 2004, p. 60‑62 ; Coarelli 2005, p. 29 ; Sewell 2010, p. 71 ; Carandini, Carafa (éd.) 2012, vol. I, p. 162, 166, 168 et vol. II, pl. 15, 19, 21, 26, 31, 41 ; Fortini, Taviani (éd.) 2014, p. 155‑157, 159‑162, 167, 171‑191, 202, 315‑319, 345‑358, 450‑456 et fig. 42‑43, 47, 49‑51, 87, 126. Pour une première analyse globale des caractéristiques et des fonctions des puits, voir Borlenghi à paraître.

140 Un nombre de curies compris entre 20 et 25 serait similaire à celui de 24 attesté à Urso et de 23 témoigné à Turris Libisonis. Pourtant, dans la loi d’Urso et dans les inscriptions concernant les villes africaines, les curies sont indiquées par leur nom ou par des chiffres (Dupuis 2011, p. 449‑456), mais jamais par des lettres.

141 Nous ne pouvons pas exclure que les lettres indiquent des places de marché, selon l’exemple d’Orange, où des aires, définies par le terme de merides mais indiquées avec des chiffres, avaient cette fonction (Aberson, Tarpin 1990, p. 58).

142 Coarelli 2000, p. 99.

143 Cicéron, Pour L. Sulla 61.

144 Sur l’interprétation de ce passage, voir Lo Cascio 1996, p. 117‑121 ; Chiavia 2002, p. 105‑114 ; Keaveney 2010, avec une riche bibliographie.

145 TLL I, col. 1869‑1870, s.v. « ambulatio ». Voir aussi Callebat (éd.) 2004, p. 183 ; Saliou (éd.) 2009, p. 305‑306, 362‑367.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Frégelles : plan du comitium et du forum, avec localisation des puits et restitution des couloirs de vote selon l’hypothèse de F. Coarelli (d’après Coarelli 2001, p. 51, fig. 5).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6474/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 945k
Titre Fig. 2 – Frégelles : restitution du système de poulies pour l’aménagement des saepta dans le forum (d’après Coarelli, Monti 1998, p. 125, fig. 8).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6474/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Titre Fig. 3 – Alba Fucens : plan du comitium et du forum, avec localisation des puits au sud de la place (d’après Mertens 1968, p. 207, fig. 3).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6474/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Titre Fig. 4 – Alba Fucens, plan du côté méridional du forum : zone du « Diribitorium » (d’après De Visscher, Mertens 1951‑1952, pl. 1).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6474/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 413k
Titre Fig. 5 – Cosa : restitution du comitium et du forum, avec localisation des puits de la première et de la deuxième phase dans le secteur sud de la place (d’après Brown, Hill Richardson et Richardson 1993, p. 53, fig. 18).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6474/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 6 – Cosa : plan du comitium et du forum, avec localisation des puits des différentes phases dans le secteur sud de la place (d’après Lackner 2008, p. 348).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6474/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 897k
Titre Fig. 7 – Paestum : plan des différentes phases du comitium et du forum, avec localisation des rangées de puits le long des côtés nord, sud et ouest de la place (d’après Lackner 2008, p. 366).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6474/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 663k
Titre Fig. 8 – Aquilée : comitium (n° 2) et forum (n° 1). Les quatre puits (n° 3), retrouvés dans des sondages, se localisent sur les côtés nord et ouest de la place (d’après Tiussi 2011, p. 181, fig. 2).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6474/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Titre Fig. 9 – Ostie : plan du forum réalisé par O. Visca en 1949. Les six puits sont localisés le long de la façade du capitolium primitif (d’après Geremia Nucci 2013, p. 224, fig. 254).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6474/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 449k
Titre Fig. 10 – Todi, Piazza del Popolo : puits, avec sa dalle de couverture, retrouvé dans le forum (d’après Bruschetti, Feruglio 1998, p. 57).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6474/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 430k
Titre Fig. 11 – Concordia Sagittaria : restitution des rangées de puits le long du périmètre du forum et le long de la partie centrale surélevée (DAO G. Morillon, université Lumière Lyon 2, d’après Di Filippo Balestrazzi, Croce da Villa 1995, fig. 3).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6474/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
Titre Fig. 12 – Cupra Marittima, forum : localisation des puits retrouvés devant la « Basilica ». On remarque, en haut, leur revêtement interne en briques (d’après Di Filippo Balestrazzi 2013, p. 76, fig. 30‑32).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6474/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 891k
Titre Fig. 13 – Ostra : système des « puits » dégagés dans le secteur nord-est du forum et restitution présumée des couloirs de vote (d’après Dall’Aglio et al. 2014, p. 836, fig. 7).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6474/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 14 – Venosa : dessins des lettres en bronze gravées sur les blocs en remploi dans l’église « Incompiuta » (d’après Aberson, Tarpin 1990, pl. 2, fig. 5).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6474/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Titre Fig. 15 – Pompéi, « Comitium » : plan de la première phase (d’après Fuchs 1957, p. 180, fig. 14).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6474/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Titre Fig. 16 – Rome, Champ de Mars : proposition de restitution des couloirs de vote des Saepta, selon l’hypothèse de L. Cozza et de L.R. Taylor (d’après Taylor 1966, p. 53, fig. 11).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6474/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Titre Fig. 17 – Plans des comitia des colonies latines (d’après Lackner 2008, p. 261).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6474/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 545k
Titre Fig. 18 – Localisation des puits des fora dans les colonies latines de Fregellae, Alba Fucens, Paestum e Cosa (DAO G. Morillon, université Lumière Lyon 2, d’après Lackner 2008, p. 277).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6474/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Titre Fig. 19 – Plan et coupe de quelques puits retrouvés dans les fora des colonies latines (d’après Lackner 2008, p. 275).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6474/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 678k
Titre Fig. 20 – Rome, Forum républicain (iie s. av. J.‑C.) : proposition de restitution des tribunes provisoires en bois pour les munera (d’après Welch 2007, p. 49, fig. 21).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6474/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 614k
Titre Fig. 21 – Rome, Forum républicain (fouilles de G. Boni) : rangées de puits retrouvés en face du Comitium et le long des côtés occidental et méridional de la place (d’après Fortini, Taviani 2014, p. 156, fig. 42).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6474/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Titre Tabl. 1 – Tableau synthétique des caractéristiques des puits attestés dans les fora.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6474/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 472k