Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voter en Grèce, à Rome et en Gaule

 | 
Aldo Borlenghi
, 
Clément Chillet
, 
Virginie Hollard
, 
et al.

Les lieux

Les espaces comitiaux à Rome pendant la période républicaine

Michel Humm

Texte intégral

  • 1 Paul Diacre, Exc. Fest. (éd. W.M. Lindsay, p. 42) : Curiae etiam nominantur, in quibus uniuscuiusq (...)
  • 2 Humm 2005, p. 283‑308 (réorganisation des comices centuriates) et p. 399‑439 (création des comices (...)
  • 3 Mommsen 1889, p. 423‑483 ; Botsford 1909 ; Nicolet 1976, p. 280‑424 ; id., 1977, p. 332‑356.
  • 4 Mommsen 1889, p. 362‑365. À la fin de la République, peut-être depuis l’époque de la deuxième guer (...)
  • 5 Taylor 1966, p. 84‑106 ; Nicolet 1976, p. 297‑304 ; Humm 2005, p. 283‑308.
  • 6 Taylor 1966, p. 59‑83.
  • 7 Pina Polo 1989, p. 54‑64.
  • 8 Les comices calates étaient « convoqués » (calata) par des calatores, des hérauts officiels attach (...)
  • 9 Contra : Labeo, frg. 22, éd. Ph.E. Huschke (apud. Aulu-Gelle, Nuits attiques XV, 27, 1) : In libro (...)
  • 10 En dehors de l’annonce du calendrier des jours fastes et néfastes par le prêtre « roi » (rex ou re (...)
  • 11 Laelius Felix, frg. 2, éd. Ph.E. Huschke (ap. Aulu-Gellelle, Nuits attiques XV, 27, 4) : In eodem (...)

1À Rome, pendant la période républicaine, la procédure du vote comitial concernait l’ensemble du peuple romain (populus Romanus) réuni en comices (comitia), c’est-à-dire l’ensemble des citoyens romains reconnus comme tels, soit parce qu’ils étaient membres des curies (pendant les premiers temps républicains)1, soit parce qu’ils avaient été inscrits sur les registres du cens par les censeurs (de manière systématique pour tous les citoyens romains sans doute seulement à partir de la fin du ive s. av. J.‑C.)2. Les comices qui les réunissaient constituaient des assemblées « officielles » du peuple romain auxquelles les citoyens participaient directement, car l’Antiquité ignorait les assemblées représentatives et l’élection de députés ou de représentants du peuple3. Ces comices ne pouvaient en aucun cas se réunir d’eux-mêmes, mais devaient obligatoirement avoir été convoqués par un magistrat du peuple et être présidés par lui. Toutefois, malgré l’absence de représentants élus, le vote des citoyens qui participaient aux comices n’était pas pris en compte directement suivant un décompte général de l’ensemble des présents, mais était décompté à l’intérieur d’unités de vote plus petites qui déterminaient la nature des comices qui étaient réunis : les 30 curies pour les comices curiates (comitia curiata)4, les 193 centuries pour les comices centuriates (comitia centuriata)5, ou les 35 tribus (nombre atteint à partir de 242) pour les comices tributes (comitia tributa)6. Seuls, peut-être, les comices calates (comitia calata), que Fr. Pina Polo assimile à une contio7, réunissaient le peuple « convoqué » (c’est le sens de calare)8 de manière indistincte, sans sous-unités9 : mais apparemment, le peuple n’y votait pas, car il se contentait d’enregistrer les informations que lui communiquaient le prêtre qui portait le titre de « roi » (le rex ou rex sacrorum), ou bien le pontife (pontifex maximus), ou encore les flamines majeurs10. Par contre, comme le rappelait le juriste impérial Laelius Felix, le concile de la plèbe (concilium plebis) n’était pas juridiquement reconnu comme des comices, même si l’assemblée plébéienne avait un fonctionnement institutionnel identique à celui des comices tributes11.

  • 12 Parmi les comices calates, convoqués et présidés par le rex (sacrorum), il y avait ceux qui se ten (...)
  • 13 Macrobe, Saturnales I, 15, 9‑10 : Priscis ergo temporibus, antequam fasti a Cn. Flavio scriba invi (...)
  • 14 Varron, La langue latine V, 155 : Comitium ab eo quod coibant eo comitiis curiatis et litium causa(...)
  • 15 Tite-Live (V, 46, 11) mentionne le vote d’une loi curiate en 390, pendant le siège du Capitole par (...)
  • 16 Laelius Felix, frg. 3, éd. Ph.E. Huschke (ap. Aulu Gelle, Nuits attiques XV, 27, 5) : Centuriata a (...)

2L’existence de ces différentes formes de comices est le résultat d’une stratification institutionnelle et historique qui a commencé dès l’époque archaïque, lorsque la cité s’est constituée et qu’elle s’est dotée de ses premières institutions, et qui s’est poursuivie jusqu’au cœur de la période républicaine, à l’époque médio-républicaine (ive-iiie s. av. J.‑C.), voire au-delà. Cette stratification institutionnelle et historique explique sans doute pourquoi il est parfois difficile de localiser précisément les lieux d’assemblée pour chacun de ces comices. Par tradition institutionnelle, mais probablement aussi pour des raisons juridico-religieuses, chacune de ces assemblées disposait d’un ou de plusieurs lieux de vote privilégiés : les anciens comices calates se réunissaient au Comitium (in foro)12, mais également au Capitole, près de la curia Calabra (in Capitolio iuxta curiam Calabram)13 ; les comices curiates, qui datent au moins du début de la République, se réunissaient traditionnellement au Comitium14, mais pouvaient peut-être aussi se réunir au Capitole15 ; les comices centuriates, apparus au cours des ve et ive s., se réunissaient en dehors du pomerium, au Champ de Mars16 ; quant aux comices tributes, ils sont mentionnés tantôt au Comitium, tantôt au Champ de Mars.

Area Capitolina ou Arx ?

  • 17 Voir supra n. 13.
  • 18 Voir supra n. 15.
  • 19 En 212 av. J.‑C., un concile de la plèbe se réunit dans l’area Capitolii pour un procès tribunicie (...)
  • 20 Macrobe, Saturnales I, 15, 10 : (…) curiam Calabram, quae casae Romuli proxima est (…). Servius au (...)
  • 21 Voir note précédente : Macrobe a peut-être fait ce rapprochement à cause de la tradition qui attri (...)
  • 22 Varron, La langue latine VI, 27 : De his diebus nunc iam qui hominum causa constituti videamus. Pr (...)
  • 23 Macrobe, Saturnales I, 15, 11 : Verbum autem καλῶ Graecum est, id est voco : et hunc diem, qui ex (...)
  • 24 Varron, La langue latine VI, 28 : Nonae appellatae aut quod ante diem nonum Idus semper aut quod, (...)

3La curia Calabra près de laquelle pouvaient se réunir les comices calates17, et peut-être aussi certains comices curiates18, est localisée par F. Coarelli au Capitole, à proximité de l’area Capitolina dans laquelle pouvait également se réunir l’assemblée tribute plébéienne (le concile de la plèbe)19. L’un des arguments avancés pour cette localisation de la curia Calabra serait sa proximité avec la casa Romuli, dont nous savons qu’elle se trouvait au Capitole, près du temple de Fides20. Mais le rapprochement topographique proposé par Macrobe entre la curia Calabra et la casa Romuli du Capitole est douteux, et provient probablement d’une confusion, volontaire ou non21. La curia Calabra était en effet non seulement liée au culte de Junon (comme, du reste, toutes les curies), mais aussi aux rituels du calendrier lunaire archaïque, puisque c’était dans ses parages immédiats que le pontife mineur était chargé d’observer la nouvelle lune et de signaler son apparition au rex (sacrorum), le jour des calendes, d’accomplir avec lui un sacrifice, puis de convoquer sur place, in Capitolio, in curia Calabra, les comices calates, présidés par le rex, pour « invoquer » (calare) Junon Covella afin d’annoncer les sacra Nonalia22. Selon Macrobe, qui semble suivre Varron, la curia Calabra tiendrait son nom à la fois du rituel des calendes, puisqu’on « invoquait » (calare) alors Junon Covella (« celle qu’on appelle »), et de la classis, puisque le peuple tout entier était « convoqué » sur place pour les comices calates23. Et d’après Varron, les rites des Nones, qui suivaient de cinq ou sept jours ceux des calendes, se déroulaient précisément sur l’Arx où « le peuple venait de la campagne à la ville pour se rassembler autour du roi », dans des comices qui ne peuvent avoir été que calates24.

  • 25 Paul Diacre, Exc. Fest. (éd. W.M. Lindsay, p. 17) : Auguraculum appellabant antiqui, quam nos arce (...)
  • 26 Varron, La langue latine V, 47 : Carinae pote a caerimonia, quod hinc oritur caput Sacrae viae ab (...)
  • 27 L’étroit rapport sémantique entre les termes calator, comitia calata, calendae, curia Calabra, ain (...)
  • 28 Hülsen 1899, col. 1531 ; Tagliamonte 1993, p. 227. La confusion entre Capitolium et Arx capitoline (...)
  • 29 Tite-Live, XXXIV, 53, 2 : ea bina comitia Cn. Domitius praetor urbanus in Capitolio habuit. Taylor (...)
  • 30 Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines II, 50, 3 : ἐν ἁπάσαις τε ταῖς κουρίαις Ἥρᾳ τραπέζας ἔθε (...)

4Or les trois lieux majeurs dans lesquels intervenait le rex sacrorum étaient la Regia, le Comitium et l’auguraculum de l’Arx, dans lequel ce prêtre avait été « inauguré »25 (fig. 1) : ces trois emplacements se trouvaient sur l’axe de la via Sacra, qui en assurait l’unité fonctionnelle et topographique selon une cohérence qui était encore perçue par les antiquaires de la fin de la République ou du début du Principat, et qui a été soulignée par F. Coarelli26. Il est dès lors plus vraisemblable que la curia Calabra se soit plutôt trouvée sur l’Arx, où se trouvait, dès l’époque archaïque, un lieu de culte consacré à Junon27 (fig. 2). Le Capitole où est située la curia Calabra devrait donc se comprendre de manière générique, car dans nos sources, suivant sans doute un usage courant chez les Romains, le terme Capitolium englobait fréquemment l’Arx capitoline28. Il s’ensuit que les comices calates qui sont à plusieurs reprises situés in Capitolio iuxta curiam Calabram, mais aussi certains comices curiates, se seraient en fait tenus sur l’Arx, et non sur l’area Capitolina, devant le temple de Jupiter Capitolin. C’est probablement aussi le cas pour les bina comitia qui ont permis de désigner, in Capitolio, les deux collèges de triumvirs coloniaux de 194 : ces comices ne seraient pas tributes, comme on l’a cru, mais curiates, comme l’a bien vu L.R. Taylor, et ils n’auraient pas été tenus dans l’enceinte du temple de Jupiter Capitolin, mais sur l’Arx, près de la curia Calabra29. D’ailleurs, c’est peut-être dans le cadre de comices curiates convoqués sur l’Arx que se serait développé le culte de Junon Curitis (ou Quiritis), dont les compétences étaient à la fois politiques et militaires, mais qui était étroitement liée aux curies30. Or sur l’Arx, le principal espace disponible capable d’accueillir des comices calates ou curiates et près duquel aurait pu se trouver la curia Calabra pourrait bien avoir été l’auguraculum (fig. 2, B), qui constituait un espace inauguré tout à fait approprié à ce type de comices et qui entretenait peut-être, sur la colline, le même lien topographique et fonctionnel avec la curia Calabra (à proximité immédiate du temple de Junon Moneta ? cf. fig. 2, A) que, sur le Forum, le Comitium avec la curia Hostilia (fig. 3).

Fig. 1 – Reconstitution schématique de l’axe Arx-Comitium-Regia à l’époque médio-républicaine (d’après Coarelli 1986, p. 50-51, fig. 14).

Fig. 1 – Reconstitution schématique de l’axe Arx-Comitium-Regia à l’époque médio-républicaine (d’après Coarelli 1986, p. 50-51, fig. 14).

Fig. 2 – Plan de l’Arx capitoline (G. Giannelli).

Fig. 2 – Plan de l’Arx capitoline (G. Giannelli).

A) Temple de Junon Moneta ; B) Auguraculum (Coarelli 1981, p. 182, fig. 2).

Fig. 3 – Plan schématique du Comitium à l’époque médio-républicaine (Coarelli 1986, p. 139, fig. 39).

Fig. 3 – Plan schématique du Comitium à l’époque médio-républicaine (Coarelli 1986, p. 139, fig. 39).

Le Comitium et la place du Forum

  • 31 Voir supra n. 14.
  • 32 Voir supra n. 12 et infra n. 41.
  • 33 Gjerstad 1941 ; Krause 1976 ; Coarelli 1977 ; id. 1986, p. 119‑226 ; id. 1992, p. 11‑123 ; id. 199 (...)
  • 34 Coarelli 1986, p. 148 : il s’agit des dimensions du Comitium entre la fin du vie et la fin du ive  (...)
  • 35 Coarelli 1992, p. 19.
  • 36 Cicéron, Pour Flaccus 15‑17 ; voir Taylor 1966, p. 29‑30 ; Sjöqvist 1951.
  • 37 Carafa 1998, p. 140‑141, estime à environ 3 000 le nombre de personnes qui pouvaient tenir dans ce (...)
  • 38 Le mot suffragium (< frangere, « briser », ou fragor, « fracas ») renvoie aux « éclats de voix » o (...)
  • 39 Brunt 1971, p. 26‑32.
  • 40 Probablement créés à la suite de la réforme des tribus d’Appius Claudius Caecus en 312, qui fut le (...)
  • 41 Fraccaro 1957 ; Taylor 1966, p. 40‑41 et p. 128‑129, n. 26 ; Nicolet 1976, p. 336‑337. P. Fraccaro (...)
  • 42 Tite-Live mentionne à plusieurs reprises le vote des tribus « à l’intérieur » du Comitium : Tite-L (...)
  • 43 Ainsi en 295, le consul Q. Fabius Rullianus présida une contio au Forum et fit lire publiquement, (...)

5Le Comitium était le lieu de réunion et de vote des comices curiates31, mais aussi, pour partie, des anciens comices calates ainsi que des comices tributes32. Même si cet espace comitial a complètement disparu à la suite des grands travaux édilitaires de César et d’Auguste, le Comitium républicain est désormais localisé avec certitude entre le Forum de César au nord, l’arc de Septime Sévère à l’ouest, la curia Iulia à l’est, et les monuments archaïques situés sous le Lapis niger au sud (fig. 3)33. Les dimensions limitées du Comitium (environ 40 m de côté quand il était de forme quadrangulaire34, puis d’un diamètre d’environ 46 m quand il est devenu circulaire35) ne lui permettaient cependant d’accueillir que quelques milliers d’hommes (qui se tenaient debout, et non pas assis comme dans la Pnyx athénienne ou dans les autres ecclesiasteria grecs36). Sans doute, à l’époque archaïque, ces dimensions pouvaient-elles être suffisantes pour accueillir l’ensemble des Quirites qui devaient y voter par acclamations37 (c’est le sens primitif du mot suffragium38). Mais lorsque, à partir de la fin du ive s., le nombre de citoyens explosa par l’intégration des Latins, puis des Campaniens et d’autres populations italiques dans les tribus39, et que les comices tributes se substituèrent aux anciens comices curiates (notamment pour les élections aux magistratures mineures, mais aussi pour une bonne partie de la législation civile)40, il ne fut plus possible d’y faire voter tout le peuple des citoyens de manière simultanée : les comices électoraux, pour lesquels le vote simultané des différentes unités de vote était nécessaire, furent transférés au Champ de Mars41, tandis que pour les comices législatifs et judiciaires, la procédure de vote indiquée par nos sources littéraires montre que les tribus étaient appelées à voter à tour de rôle à l’intérieur du Comitium, à la suite d’un tirage au sort pour en déterminer l’ordre (puisque la procédure de vote s’arrêtait dès qu’une majorité avait été atteinte)42. Le Comitium continua donc à être un espace de vote où s’exprimaient les suffrages des citoyens, même si la contio qui précédait les comices se déroulait désormais sur l’espace du Forum : c’est là que se tenait la foule venue écouter les discours prononcés du haut des Rostres par les magistrats, avant la convocation des comices, ou les laudationes funebres prononcées à l’occasion des funérailles de membres importants de la nobilitas43.

  • 44 Varron, L’Économie rurale I, 2, 9 : Eiusdem gentis C. Licinius, tr. pl. cum esset, post reges exac (...)
  • 45 Par le passé, les lots de terre distribués aux citoyens par l’État avaient parfois été de sept jug (...)
  • 46 Cicéron, De l’amitié 96 : Is (sc. C. Licinius Crassus) primus instituit in forum versus agere cum (...)
  • 47 Aulu-Gelle, Nuits attiques XIII, 16, 3 : Ex his verbis Messalae manifestum est aliud esse « cum po (...)
  • 48 Plutarque, Caius Gracchus V, 4 : « (…) alors qu’avant lui (sc. Caius Gracchus), tous les hommes po (...)
  • 49 Taylor 1966, p. 23‑25 ; Nicolet 1976, p. 336 ; Purcell 1995, p. 327‑328.
  • 50 Cicéron, Pour Sestius 79 ; Philippiques I, 25 ; V, 9 ; Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines V (...)

6La situation topographique des comices tributes au Forum s’est toutefois encore complexifiée à partir de la seconde moitié du iie s. La procédure de vote pour les comices législatifs fut à son tour bouleversée par une innovation introduite par le tribun C. Licinius Crassus, en 145 av. J.‑C. Selon Varron, ce tribun fut « le premier à conduire le peuple, pour lui faire accepter des lois (ad leges accipiendas), du Comitium (e comitio) dans les sept jugères du Forum »44. L’allusion aux « sept jugères du Forum » contient peut-être une critique politique aux mesures de réforme agraire que semble avoir proposées ce politicien45, mais le témoignage de Varron peut heureusement être complété par celui de Cicéron, selon lequel Licinius Crassus fut « le premier à établir l’usage d’“agir avec le peuple” (agere cum populo) en se tournant vers le Forum (in forum versus) »46. Ces témoignages reposent sur l’emploi de formules techniques au sens indiscutable : agere cum populo signifie « poser au peuple une question » (rogatio) à laquelle il devait répondre par son vote (suffragium) ; accipere leges signifie « donner à une rogatio force de loi par un vote favorable » ; les deux expressions correspondent à l’organisation de comices ou d’un concile de la plèbe législatifs47. Cela signifie qu’à partir de 145, les magistrats qui présidaient au Comitium une assemblée tribute législative prirent l’habitude de présenter leur proposition de vote (rogatio) en se tournant vers le peuple rassemblé au Forum et en tournant le dos à la Curie et au Sénat devant lesquels la rogatio devait être présentée jusque-là : on a d’ailleurs perçu par la suite, dans ce changement d’attitude du rogator, une signification politique et idéologique « démocratique » qui a été à tort attribuée aux Gracques, sans doute parce qu’elle s’intégrait, avec le vote des lois « tabellaires », dans un contexte politique et idéologique similaire48. L.R. Taylor, suivie par C. Nicolet et par la plupart des historiens récents, en a déduit que les comices législatifs avaient été déplacés du Comitium sur la place du Forum, à cause de l’accroissement considérable du nombre d’électeurs et du manque de place pour faire voter les tribus à l’intérieur du Comitium49. Plusieurs témoignages indiquent d’ailleurs, pour la fin de la République, la présence de « barrières » (saepta) au Forum qui devaient permettre de séparer les unités de vote (les tribus), mais aussi de cordes (περισχοινίσματα) pour entourer (saepire) la place, afin sans doute d’empêcher les électeurs de voter deux fois ou pour éviter la présence de non-électeurs50. Probablement inspirés de ceux du Champ de Mars, ces aménagements faits de cordes ou de palissades en bois étaient provisoires et pouvaient être enlevés dès que les comices étaient terminés.

Le Campus au Champ de Mars

  • 51 Cicéron, Lettres à Atticus IV, 16, 8 (éd. L.A. Constans, CXL = éd. D.R. Shackleton Bailey, 89) : E (...)
  • 52 Gatti 1937 ; Taylor 1966, p. 48‑49 ; Demougin 1987, p. 306 ; Torelli 1995 ; Coarelli 1997, p. 157‑ (...)
  • 53 Taylor 1966, p. 113 (70 000 personnes) ; Mac Mullen 1980 et Coarelli 1997, p. 159 (55 000 personne (...)

7Au Champ de Mars, la construction en marbre des Saepta Iulia fut menée par Lépide à la suite d’une initiative prise par César vers 54 av. J.‑C., et achevée par Agrippa qui inaugura le monument en 26 av. J.‑C. et le dédia à Auguste51. D’abord situés de manière erronée le long de la via Lata (l’actuelle via del Corso), ils ont pu être localisés avec exactitude en 1937 par G. Gatti grâce à la découverte de nouveaux fragments de la Forma Urbis marmorea d’époque sévérienne et à la découverte de vestiges archéologiques des Saepta de l’époque d’Hadrien (à la situation, à la planimétrie et aux dimensions identiques à celles des premiers Saepta Iulia) [fig. 4] : orientés sur un axe nord-sud entre les actuelles via dei Cestari, via del Gesù et via del Seminario, les Saepta Iulia étaient une vaste enceinte rectangulaire d’environ 3 ha (près de 300 m de long sur 100 m de large), flanquée sur ses côtés nord, est et ouest par trois porticus ; au nord, leur façade principale s’alignait sur celle du Panthéon (à l’ouest), tandis qu’ils s’ouvraient au sud sur le Diribitorium, une vaste construction couverte d’un toit (achevée en 7 ap. J.‑C.) où était effectué le décompte des voix52. Selon les calculs effectués sur la base de leurs dimensions, les Saepta Iulia pouvaient réunir une foule comprise entre 55 000 et 70 000 personnes53.

Fig. 4 – Le secteur des Saepta Iulia au Champ de Mars à partir des fragments 35 et 36 de la FUR superposés à la topographie actuelle (LTUR I [A‑C], 1993, p. 429, fig. 122a).

Fig. 4 – Le secteur des Saepta Iulia au Champ de Mars à partir des fragments 35 et 36 de la FUR superposés à la topographie actuelle (LTUR I [A‑C], 1993, p. 429, fig. 122a).
  • 54 Tite-Live, I, 16, 1 : cum ad exercitum recensendum contionem in campo ad Caprae paludem haberet (l (...)
  • 55 Castagnoli 1948, p. 123 et p. 186‑187 ; Taylor 1966, p. 47‑48 ; Coarelli 1997, p. 159‑161 ; Borlen (...)
  • 56 Tite-Live, IV, 22, 7 ; Varron, L’Économie rurale III, 2, 1‑4 ; Taylor 1966, p. 55 ; Nicolet 1970 ; (...)
  • 57 Coarelli 1997, p. 6‑10 ; Borlenghi 2011, p. 86‑87.
  • 58 Cicéron, De l’orateur III, 167 : campus pro comitiis (cf. Tite-Live, IX, 46, 11 : supra n. 41).
  • 59 Festus (éd. W.M. Lindsay, p. 296) : Petronia amnis est in Tiberim perfluens, quam magistratus ausp (...)
  • 60 Frontin, Les aqueducs de la ville de Rome 22 (supra n. 52). Voir Coarelli 1997, p. 159 ; Borlenghi (...)
  • 61 Le mot saepta désignait d’abord les barrières qui servaient à séparer les différentes unités de vo (...)
  • 62 Coarelli 1986, p. 191, n. 12 ; id., 1997, p. 154 et p. 163 ; contra : Vaahtera 1993, p. 115, n. 10 (...)
  • 63 Torelli 1995 propose de voir dans la structure étroite et allongée qui s’étire, dans la partie sud (...)

8À la suite des travaux de G. Gatti, F. Castagnoli a pu démontrer que leur emplacement correspond exactement à celui de l’ancien Ovile républicain, à proximité immédiate de la palus Caprae (remplacée ensuite par le stagnum Agrippae)54 et de la Villa publica (coïncidant avec le site ultérieur du templum ou de la porticus Divorum)55 (fig. 5). La Villa publica était d’ailleurs en lien structurel avec l’Ovile républicain, puisqu’elle devait contenir les listes électorales – tirées des registres du cens – pour l’organisation des comices, et que c’est là que les personnages présentés par Varron, dans le cadre d’une scène électorale censée se dérouler vers 54 ou 50 av. J.‑C., attendaient le résultat des élections aux comices (tributes) édiliciens56. Depuis l’époque républicaine, l’espace destiné au déroulement des comices, au Champ de Mars, pouvait également être désigné par le mot campus : F. Coarelli et A. Borlenghi ont en effet montré que ce terme pouvait avoir un sens topographique restreint, pour désigner l’espace bien délimité situé à l’intérieur de la vaste plaine du Champ de Mars, mais à l’extérieur du pomerium, et destiné aux comices57. Selon Cicéron, campus pouvait même être utilisé comme synonyme au mot comices58. Sa limite méridionale était constituée par l’amnis Petronia, qui prenait sa source au Quirinal et traversait le Champ de Mars d’est en ouest avant de se jeter dans le Tibre (en passant par la palus Caprae) : nous savons par Festus que les magistrats qui voulaient « agir avec le peuple » (c’est-à-dire présider des comices) au campus, et qui pour cela venaient du Forum, devaient d’abord traverser la rivière après avoir pris des auspices d’un genre particulier lié à la traversée d’un cours d’eau provenant d’une source sacrée (auspicia peremnia)59. Le campus au sens restreint aurait ainsi été délimité par l’amnis Petronia au sud, la palus Caprae à l’ouest (ultérieurement remplacée par le stagnum Agrippae), la Villa publica à l’est, et ne devait pas dépasser le futur alignement de l’aqua Virgo au nord60. F. Coarelli avait imaginé que le franchissement de l’amnis Petronia serait à l’origine des passerelles de vote (pontes) utilisées à partir du iie s. dans la procédure de vote aux comices (fig. 6), mais J. Vaahtera lui objecta que les électeurs, venus des différents « couloirs de vote » (saepta) délimités par des palissades en bois, dans lesquels les citoyens circulaient du nord au sud61, sortiraient ainsi de l’espace inauguré du campus dont la rivière marquait la limite augurale62. À moins d’imaginer que, lorsque ce système de vote a été mis en place, le tribunal (templum inauguré) où se tenait le magistrat qui présidait les comices et sur lequel se trouvaient les urnes de vote ait été installé au sud de l’amnis Petronia, à proximité immédiate de l’emplacement où sera ensuite édifié le Diribitorium, le bâtiment dans lequel on procédait au décompte des votes63 : dans ce cas, les passerelles de vote (pontes) auraient non seulement permis de franchir l’amnis Petronia, mais auraient aussi permis d’assurer une forme de continuité de l’espace inauguré entre le campus (au nord) et le tribunal (au sud).

Fig. 5 – Le Champ de Mars vers 100 av. J.-C. (Coarelli 1997, p. 16, fig. 2).

Fig. 5 – Le Champ de Mars vers 100 av. J.-C. (Coarelli 1997, p. 16, fig. 2).

Fig. 6 – Denier de P. Licinius Nerva (revers), 113 ou 112 av. J.-C. (RRC 292/1).

Fig. 6 – Denier de P. Licinius Nerva (revers), 113 ou 112 av. J.-C. (RRC 292/1).

Électeurs franchissant une passerelle de vote (pons) aux Saepta pour déposer leur bulletin de vote (tabella) dans l’urne sur la tribune (Münzkabinett, Staatlichen Museen zu Berlin, pièce n° 18201479, prise de vue Lutz-Jürgen Lübke [LW]).

Conclusion

  • 64 Mommsen 1889, p. 434 : « Le lieu auquel se tiennent les comices (…) doit être propre aux auspices (...)
  • 65 Cf. notamment Vaahtera 1993 ; Berthelet 2015, p. 234‑258.
  • 66 Fiori 2014 ; Humm 2014.

9Les lieux de réunion des assemblées du peuple dépendaient par conséquent de la nature des comices : à proximité de la curia Calabra ou au Comitium pour les comices calates ; au Comitium, voire près de la curia Calabra, pour les comices curiates ; au Comitium, au Forum ou aux Saepta du Champ de Mars pour les comices tributes ; et enfin uniquement aux Saepta du Champ de Mars pour les comices centuriates. Leurs différentes localisations à travers la ville de Rome reflètent par conséquent l’évolution des pratiques institutionnelles et des procédures électorales des Romains tout au long de la période républicaine, depuis l’époque archaïque jusqu’aux premiers temps de l’Empire, en une stratification topographique et institutionnelle qui résume à elle seule l’histoire de la République. Si la localisation exacte de la plupart des espaces comitiaux paraît désormais mieux assurée, l’incertitude règne toutefois encore aujourd’hui sur leur nature juridique et religieuse : alors qu’on estimait généralement que les comices devaient obligatoirement se tenir dans un espace inauguré, afin de pouvoir y obtenir l’accord des dieux pour les décisions qui engageaient la communauté civique64, cette conception est aujourd’hui remise en cause par certains savants65. Il semble bien toutefois que les différents espaces comitiaux aient été à l’origine des lieux « inaugurés » assimilables à des « templa politiques ». Cette contrainte augurale était liée non seulement à la nécessité de prendre des auspices d’assemblée préalables, mais aussi à ce que la décision prise par le peuple sous l’autorité de ses magistrats restât soumise au contrôle des auspices détenus par les magistrats, le Sénat et les prêtres augures. L’évolution des pratiques institutionnelles, aussi bien dans la structure des différentes assemblées du peuple que dans l’organisation du vote, ne semble donc pas avoir fait disparaître les contraintes augurales qui pesaient aussi bien sur l’espace que sur le temps comitial66.

Bibliographie

Sources antiques

Antistius Labeo, in E. Seckel et B. Kuebler (éd.), Iurisprudentiae anteiustinianae reliquias, in usum maxime academicum, compositas a Ph. Edvardo Huschke, vol. I, Bibliotheca scriptorum graecorum et romanorum teubneriana, Leipzig, 1908 (6e édition).

Asconius, Q. Asconii Pediani Orationum ciceronis quinque enarratio, texte établi et traduit par C. Clark, Oxford, 1966.

Asconius (Pseudo-), Ciceronis orationum scholiastae : Asconius. Scholia Bobiensia. Scholia Pseudasconii Sangallensia. Scholia Cluniacensia et recentiora Ambrosiana ac Vaticana. Scholia Lugdunensia sive Gronoviana et eorum excerpta Lugdunensia, texte édité par T. Stangl, Vienne, 1912.

Aulu-Gelle, Les nuits attiques, Tome III, Livres XI‑XV, texte établi et traduit par R. Marache, CUF, série latine 288, Paris, 2002 (1re édition, 1989).

Cicéron, Lélius. De l’amitié, texte établi et traduit par R. Combès, CUF, série latine 44, Paris, 2011 (1re édition, 1928 ; 2e édition, 1968).

Cicéron, Correspondance, Tome III, Lettres CXXII-CCIV, texte établi et traduit par L.A. Constans, CUF, série latine 84, Paris, 2002 (1re édition, 1936).

Cicero’s Letters to Atticus, 7 vol., texte établi traduit et commenté par D.R. Shackelton Bailey, Cambridge classical texts and commentaries 3‑9, Cambridge, 1965‑1970.

Dion Cassius, Histoire romaine, vol. VII, Livres L‑LV, texte établi et traduit par E. Gros et V. Boissée, Paris, 1865.

Festus, De verborum significatu quae supersunt cum Pauli Epitome, texte établi par W.M. Lindsay, Bibliotheca scriptorum graecorum et romanorum teubneriana, Leipzig, 1913.

Frontin, Les aqueducs de la ville de Rome, texte établi et traduit par P. Grimal, CUF, série latine 117, Paris, 2003 (1re édition, 1947).

Laelius Felix, in E. Seckel et B. Kuebler (éd.), Iurisprudentiae anteiustinianae reliquias, in usum maxime academicum, compositas a Ph. Edvardo Huschke, vol. I, Bibliotheca scriptorum graecorum et romanorum teubneriana, Leipzig, 1908 (6e édition).

Macrobius, Saturnalia, texte édité par R.A. Kaster, The Loeb classical library 510‑512, Cambridge, 2011.

Maurus Servius Honoratus : In Vergilii carmina comentarii. Servii Grammatici qui feruntur in Vergilii carmina commentarii, texte édité par G. Thilo et H. Hagen, Leipzig, 1881.

Paulus Diaconus, Excerpta Festi, in Festus, De verborum significatu quae supersunt cum Pauli Epitome texte édité par W.M. Lindsay, Bibliotheca Scriptorum Graecorum et Romanorum Teubneriana, Stuttgart-Leipzig, 1913.

Plutarque, Vies parallèles, texte édité et traduit par B. Latzarus, Paris, 1955.

Tite-Live, Histoire romaine, Tome I, Livre I, texte établi et traduit par J. Bayet et G. Baillet, CUF, série latine 96, Paris, 2012 (14e tirage revu, corrigé et augmenté par R. Adam, 1995 ; 1re édition, 1940).

Tite-Live, Histoire romaine, Tome VII, Livre VII, texte établi et traduit par J. Bayet et R. Bloch, CUF, série latine 195, Paris, 2003 (1re édition, 1969).

Tite-Live, Histoire romaine, Tome XXX, Livre XL, texte établi et traduit par C. Gouillart, CUF, série latine 276, Paris, 2003 (1re édition, 1986).

Tite-Live, Histoire romaine, Tome XXXIII, Livre XLV, Fragments, texte établi et traduit par P. Jal, CUF, série latine 240, Paris, 2003 (1er tirage, 1979).

Titi Livi Ab urbe condita : libri XXXI‑XL, Tomus I : libri XXXI‑XXXV, texte établi par J. Briscoe, Bibliotheca Scriptorum Graecorum et Romanorum Teubneriana, Stuttgart, 1991.

T. Livi Ab Urbe condita libri, Pars II, Liber VI‑X (pour les livres IX et X), texte établi par A. Zingerle, Leipzig, 1890.

Varron, De lingua Latina, Livre V, texte édité par J. Collart, Publications de la faculté des lettres de l’université de Strasbourg 122, Paris, 1954.

Varron, La langue latine, Tome II, Livre VI, texte établi, traduit et commenté par P. Flobert, CUF, série latine 273, 2003 (1er tirage, 1985).

Varron, Économie rurale, Tome I, Livre I, texte établi traduit et commenté par J. Heurgon, CUF, série latine 236, Paris, 2003 (1er tirage, 1978).

Études

Agache S. 1999, LTUR V (T-Z), s.v. « Villa Publica », p. 202‑205.

Amici C.M. 2004‑2005, « Evoluzione architettonica del Comizio a Roma », RPAA 77, p. 351‑379.

Berthelet Y. 2015, Gouverner avec les dieux. Autorité, auspices et pouvoir, sous la République romaine et sous Auguste, Mondes anciens 1, Paris.

Bianchi E. 2010, Il rex sacrorum a Roma e nell’Italia antica, Storia. Ricerche, Milan.

Borlenghi A. 2011, Il Campus. Organizzazione e funzione di uno spazio pubblico in età romana. Le testimonianze in Italia e nelle Province occidentali, Thiasos 1, Rome.

Botsford G.W. 1904, « On the Distinction between Comitia and Concilium », TAPhA 35, p. 21‑32.

Botsford G.W. 1909, The Roman assemblies from their origin to the end of the Republic, New York (rééd., 1968).

Brunt P.A. 1971, Italian manpower : 225 B-C - AD 14, Oxford.

Carafa P. 1998, Il Comizio di Roma dalle origini all’età di Augusto, BCAR Supplementi 5, Rome.

Castagnoli F. 1948, « Il Campo Marzio nell’antichità », MAL 8/1, p. 93‑193.

Coarelli F. 1977, « Il Comizio dalle origini alla fine della Repubblica », PP 32, p. 166‑238.

Coarelli F. 1986, Il Foro Romano. I, Periodo arcaico (2e éd.), Lectiones planetariae, Rome.

Coarelli F. 1992, Il Foro Romano. II, Periodo repubblicano e augusteo (2e éd.), Lectiones planetariae, Rome.

Coarelli F. 1993a, LTUR I (A-C), s.v. « Comitium », p. 309‑314.

Coarelli F. 1993b, LTUR I (A-C), s.v. « Curia Calabra », p. 330‑331.

Coarelli F. 1997, Il Campo Marzio : dalle origini alla fine della Repubblica, Rome.

Demougin S. 1987, « Quo descendat in campo petitor. Élections et électeurs à la fin de la République et au début de l’Empire », in L’Urbs : espace urbain et histoire (ier siècle av. J.‑C. - iiie siècle ap. J.‑C.). Actes du colloque international organisé par le CNRS et l’EFR (Rome, 8‑12 mai 1985), CEFR 98, Rome, p. 305‑317.

Dumézil G. 1974, La religion romaine archaïque, avec un appendice sur la religion des Étrusques (2e éd.), Bibliothèque historique, Paris.

Ferrary J.‑L. 2012, « L’iter legis, de la rédaction de la rogatio à la publication de la lex rogata, et la signification de la législation comitiale dans le système politique de la Rome républicaine », in J.‑L. Ferrary (éd.), Leges publicae. La legge nell’esperienza giuridica romana, Pubblicazioni del CEDANT 8, Pavie, p. 3‑37.

Fiori 2014, « La convocazione dei comizi centuriati : diritto costituzionale e diritto augurale », ZRG 131, p. 60‑176.

Fraccaro P. 1957, « La procedura del voto nei comizi tributi romani », in id. Opuscula. II, Studi sull’età della rivoluzione romana. Scritti di diritto pubblico. Militaria, Pavie, p. 235‑254.

Gatti E. 1999, LTUR IV (P-S), s.v. « Saepta Iulia », p. 228‑229.

Gatti G. 1937, « I Saepta Iulia nel Campo Marzio », L’Urbe 2/9, p. 8‑23.

Gianelli 1996, LTUR I (A-C), s.v. « Arx », p. 127‑129.

Gjerstad E. 1941, « Il Comizio romano dell’età repubblicana », in Opuscula archaeologica, vol. II, Skrifter utgivna av Svenska institutet i Rom. Acta Instituti Romani Sueciae, Lund-Leipzig, p. 97‑158.

Hülsen C. 1899, RE III, s.v. « Capitolium (n° 1) », col. 1531‑1538.

Humm M. 1999, « Le Comitium du Forum Romain et la réforme des tribus d’Appius Claudius Caecus », MEFRA 111/2, p. 625‑694.

Humm M. 2005, Appius Claudius Caecus. La République accomplie, BEFAR 322, Rome.

Humm M. 2014, « Espaces comitiaux et contraintes augurales à Rome pendant la période républicaine », Ktèma 39, p. 315‑345.

Humm M. 2017, « La Regia, le rex sacrorum et la Res publica », Archimède [en ligne] 4, p. 129‑154, disponible sur : http://archimede.unistra.fr/revue-archimede/archimede-4-2017/archimede-4-2017-dossier-2-la-regia-le-rex-sacrorum-et-la-res-publica/.

Krause C. 1976, « Zur baulichen Gestalt des republikanischen Comitiums », MDAI(R) 83, p. 31‑63.

Kübler B. 1897, RE III, s.v. « Comitia calata », col. 1330‑1334.

Mac Mullen R. 1980, « How many Romans voted ? », Athenaeum 58, p. 454‑457.

Mommsen T. 1889, Le droit public romain, Tome VI/1, Manuel des antiquités romaines, Paris (trad. française, par P.‑F. Girard, du Römisches Staatsrecht).

Münzer F. 1928, RE XIV/1, s.v. « M. Manlius Capitolinus (n° 51) », col. 1167‑1174.

Nicolet C. 1970, « Le livre III des Res rusticae de Varron et les allusions au déroulement des comices tributes », REA 72, p. 113‑137.

Nicolet C. 1976, Le métier de citoyen dans la Rome républicaine, Bibliothèque des histoires, Paris.

Nicolet C. 1977, Rome et la conquête du monde méditerranéen : 264‑27 avant J.‑C., Tome I, Les structures de l’Italie romaine, Nouvelle Clio 8, Paris.

Pelloso C. 2018, Ricerche sulle assemblee quiritarie, L’arte del diritto 40, Naples.

Pina Polo F. 1989, Las contiones civiles y militares en Roma, Monografías de historia antigua, Saragosse.

Prugni G. 1987, « Quirites », Athenaeum 65, p. 127‑161.

Purcell N. 1995, LTUR II (D-G), s.v. « Forum Romanum (the Republican period) », p. 325‑336.

Richardson L.Jr. 1976, « The Villa Publica and the Divorum », in L. Bonfante et H. von Heintze (éd.), In memoriam Otto J. Brendel : essays in archaeology and the humanities, Mayence, p. 159‑163.

Rüpke J. 1995, Kalender und Öffentlichkeit. Die Geschichte der Repräsentation und religiösen Qualifikation von Zeit in Rom, Religionsgeschichtliche Versuche und Vorarbeiten 40, Berlin-New York.

Sandberg K. 1993, « The concilium plebis as a Legislative Body during the Republic », in U. Paananen et al. (dir.), Senatus populusque romanus. Studies in Roman republican legislation, Acta Instituti Romani Finlandiae 13, Helsinki, p. 74‑96.

Sjöqvist E. 1951, « Pnyx and Comitium », in G.E. Mylonas (éd.), Studies presented to David Moore Robinson on his seventieth birthday, vol. I, Saint-Louis, p. 400‑411.

Smith C. 1996, Early Rome and Latium : economy and society (c. 1000 to 500 BC), Oxford classical monographs, Oxford.

Smith C. 2006, The Roman clan. The gens from ancient ideology to modern anthropology, The W.B. Stanford memorial lectures, Cambridge.

Tagliamonte G. 1993, LTUR I (A-C), s.v. « Capitolium », p. 226‑231.

Taylor L.R. 1966, Roman voting assemblies from the Hannibalic War to the dictatorship of Caesar, Jerome lectures 8, Ann Arbor.

Torelli M. 1995, LTUR II (D-G), s.v. « Diribitorium », p. 17‑18.

Torelli M. 2017, « Templi sopra case. Archeologia dell’adfectatio regni », in P.S. Lulof, C. Smith (éd.), The age of Tarquinius Superbus, central Italy in the late 6th century. Proceedings of the Conference « The age of Tarquinius Superbus, a paradigm shift ? », Rome, 7-9 November 2013, Louvain-Paris-Bristol, p. 39-48.

Vaahtera J. 1990, « Pebbles, points, or ballots : the emergence of the individual vote in Rome », Arctos 24, p. 161‑177.

Vaahtera J. 1993, « On the religious nature of the place of Assembly », in U. Paananen et al. (dir.), Senatus populusque romanus. Studies in Roman republican legislation, Acta Instituti Romani Finlandiae 13, Rome, p. 97‑116.

Notes

1 Paul Diacre, Exc. Fest. (éd. W.M. Lindsay, p. 42) : Curiae etiam nominantur, in quibus uniuscuiusque partis populi Romani quid geritur, quales hae, in quas Romulus populum distribuit, numero triginta, quibus postea additae sunt quinque, ita ut in sua quisque curia sacra publica faceret feriasque observaret (…). Les 30 curies ont constitué le cadre d’intégration de la citoyenneté romaine le plus ancien que l’on connaisse, qui faisait des citoyens romains le peuple des Quirites (le populus Romanus Quiritum), c’est-à-dire, au sens propre, des membres des curies : voir Prugni 1987 ; Humm 2005, p. 201‑202 et 404 ; Smith 2006, p. 184‑234 ; Pelloso 2018, p. 43‑83.

2 Humm 2005, p. 283‑308 (réorganisation des comices centuriates) et p. 399‑439 (création des comices tributes).

3 Mommsen 1889, p. 423‑483 ; Botsford 1909 ; Nicolet 1976, p. 280‑424 ; id., 1977, p. 332‑356.

4 Mommsen 1889, p. 362‑365. À la fin de la République, peut-être depuis l’époque de la deuxième guerre punique, les comices curiates ne rassemblaient plus directement les citoyens membres des curies, car celles-ci étaient représentées aux comices par 30 licteurs curiates (Cicéron, Leg. agr. II, 31 ; cf. Aulu-Gelle, Nuits attiques XV, 27, 1‑2 ; CIL VI, n° 1892 ; CIL XIV, n° 296).

5 Taylor 1966, p. 84‑106 ; Nicolet 1976, p. 297‑304 ; Humm 2005, p. 283‑308.

6 Taylor 1966, p. 59‑83.

7 Pina Polo 1989, p. 54‑64.

8 Les comices calates étaient « convoqués » (calata) par des calatores, des hérauts officiels attachés au service du prêtre « roi » (CIL I2, n° 1) ou du collège des pontifes et des flamines (CIL VI, n° 31426 = VI, n° 37167).

9 Contra : Labeo, frg. 22, éd. Ph.E. Huschke (apud. Aulu-Gelle, Nuits attiques XV, 27, 1) : In libro Laelii Felicis ad Q. Mucium primo, scriptum est Labeonem scribere calata comitia esse, quae pro collegio pontificum habentur, aut regis aut flaminum inaugurandorum causa. Eorum autem alia esse curiata, alia centuriata. Botsford 1909, p. 140, pensait que les contiones convoqués par le rex sacrorum étaient, stricto sensu, des calata comitia curiata.

10 En dehors de l’annonce du calendrier des jours fastes et néfastes par le prêtre « roi » (rex ou rex sacrorum) aux calendes et aux nones (Varron, La langue latine VI, 27‑28), les comices calates étaient également convoqués pour l’inauguratio regis et flaminum (maiorum), l’adrogatio d’un individu aboutissant à la detestatio sacrorum, la transitio ad plebem ou la cooptatio in patres, et la confection des testaments : Kübler 1897 ; Pina Polo 1989, p. 54‑64 ; Smith 1996, p. 169‑170 ; Bianchi 2010, p. 201‑205. Voir Laelius Felix, frg. 1, éd. Ph.E. Huschke (apud. Aulu-Gelle, Nuits attiques XV, 27, 3) : Iisdem comitiis, quae calata appellari diximus, et sacrorum detestatio et testamenta fieri solebant.

11 Laelius Felix, frg. 2, éd. Ph.E. Huschke (ap. Aulu-Gellelle, Nuits attiques XV, 27, 4) : In eodem Laeli Felicis libro haec scripta sunt : « Is, qui non universum populum, sed partem aliquam adesse iubet, non “comitia”, sed “concilium” edicere debet. Tribuni autem neque advocant patricios neque ad eos referre ulla de re possunt. Ita ne “leges” quidem proprie, sed “plebis scita” appellantur, quae tribunis plebis ferentibus accepta sunt : quibus rogationibus ante patricii non tenebantur, donec Q. Hortensius dictator legem tulit, ut eo iure, quod plebs statuisset, omnes Quirites tenerentur. » Id., frg. 3, éd. Ph.E. Huschke (ap. Aulu-Gelle, Nuits attiques XV, 27, 5) : Item in eodem libro hoc scriptum est : « Cum ex generibus hominum suffragium feratur, “curiata” comitia esse, cum ex censu et aetate, “centuriata”, cum ex regionibus et locis, “tributa”. » La distinction entre concile de la plèbe et comices tributes semble s’être estompée après le vote de la lex Hortensia en 287 et n’était déjà plus très claire à la fin de la République, a fortiori en pleine période impériale (Botsford 1904 ; id. 1909, p. 119‑138 ; Taylor 1966, p. 60‑64), et la confusion a souvent été entretenue par les travaux des historiens modernes (Nicolet 1976, p. 304‑307 ; id. 1977, p. 344‑345 et 354‑355 ; Sandberg 1993) ; sur la nécessité de distinguer ces deux assemblées, au moins pour les époques alto et médio-républicaines, voir Humm 2005, p. 419‑433.

12 Parmi les comices calates, convoqués et présidés par le rex (sacrorum), il y avait ceux qui se tenaient les 24 mars et 24 mai, marqués QRCF (Quando rex comitiavit, fas) dans le calendrier romain archaïque, et qui se déroulaient au Comitium : Varron, La langue latine VI, 31 : Dies qui vocatur sic : “Quando rex comitiavit, fas”, is dictus ab eo quod eo die rex sacrificulus litat ad comitium, ad quod tempus est nefas, ab eo fas. Paul Diacre, Exc. Fest. (éd. W.M. Lindsay, p. 311) : Quando rex comitiavit fas, in fastis notari solet, et hoc videtur significare, quando rex sacrificulus divinis rebus perfectis in comitium venit. Ces deux jours doivent correspondre aux jours où, selon le juriste Gaius (Institutes II, 101‑103), on convoquait jadis les comices calates pour établir les testaments sous la présidence du rex sacrorum : Bianchi 2010, p. 205‑207. De même, le rituel archaïque du Regifugium, qui se déroulait au Comitium chaque 24 février (Plutarque, Questions romaines 63 [Mor., 279 D] ; Fasti Antiates Maiores, InscrIt XIII, 2, p. 415‑416), devait probablement s’effectuer en présence du peuple préalablement « convoqué » en comices calates : Bianchi 2010, p. 188‑192 et 207.

13 Macrobe, Saturnales I, 15, 9‑10 : Priscis ergo temporibus, antequam fasti a Cn. Flavio scriba invitis patribus in omnium notitiam proderentur, pontifici minori haec provincia delegabatur, ut novae lunae primum observaret aspectum visamque regi sacrificulo nuntiaret. Itaque sacrificio a rege et minore pontifice celebrato idem pontifex calata, id est vocata, in Capitolium plebe iuxta curiam Calabram, quae casae Romuli proxima est, quot numero dies a Kalendis ad Nonas superessent pronuntiabat : et quintanas quidem dicto quinquies verbo καλῶ, septimanas repetito septies praedicabat. Fasti Praenestini (InscrIt XIII, 2, 17, p. 111) : [A k(alendae) Ian(uariae), f(astus).] (…). Hae et / [ceter]ae calendae appellantur, quia / [pri]mus is dies est quos pont[i]fex minor quo/[libet] mense ad nonas sin[gulas calat] / [in Capi]tolio in curia Cala[bra. Cf. Varron, La langue latine VI, 27.

14 Varron, La langue latine V, 155 : Comitium ab eo quod coibant eo comitiis curiatis et litium causa. Voir aussi : Pseudo-Asconius, Commentaires aux Verrines de Cicéron II (éd. Th. Stangl, p. 238) : Comitium : locus propter senatum quo coire equitibus Romanis et populo Romano licet. Paul Diacre, Ex. Fest. (éd. W.M. Lindsay, p. 34) : Comitiales dies appellabant, cum in Comitio conveniebant ; qui locus a coeundo, id est insimul veniendo est dictus. Voir Mommsen 1889, p. 434‑435.

15 Tite-Live (V, 46, 11) mentionne le vote d’une loi curiate en 390, pendant le siège du Capitole par les Gaulois : Mommsen 1889, p. 435 n. 1, pense dès lors que les curies devaient pouvoir se réunir ailleurs qu’au Comitium, et imagine qu’en 390 « une telle réunion ait pu avoir lieu au Capitole », par ailleurs « rigoureusement exclu du pomerium » (ce qui lui pose d’ailleurs un problème, puisqu’il affirme au départ, sous l’influence du discours que Tite-Live prête à Camille [V, 52, 15], que les curies devaient normalement toujours se réunir à l’intérieur du pomerium ; mais la topographie religieuse des espaces comitiaux chez Tite-Live semble plus qu’approximative, puisque les comices centuriates ne pouvaient certainement pas se dérouler intra pomerium, et que les comices curiates étaient susceptibles de se dérouler parfois au Capitole ou sur l’Arx, eux aussi extérieurs au pomerium) ; en fait, les comices curiates n’étaient pas tenus d’être convoqués à l’intérieur du pomerium et pouvaient donc parfaitement être organisés au Capitole : Vaahtera 1993, p. 101‑103.

16 Laelius Felix, frg. 3, éd. Ph.E. Huschke (ap. Aulu Gelle, Nuits attiques XV, 27, 5) : Centuriata autem comitia intra pomerium fieri nefas esse, quia exercitum extra urbem imperari oporteat, intra urbem imperari ius non sit. Propterea centuriata in Campo Martio haberi exercitumque imperari praesidii causa solitum, quoniam populus esset in suffragiis ferendis occupatus. Voir Mommsen 1889, p. 435‑437 ; Castagnoli 1948, p. 148‑151 ; Taylor 1966, p. 5 et p. 116, n. 7 ; Coarelli 1997, p. 155‑164 ; Humm 2005, p. 283‑308.

17 Voir supra n. 13.

18 Voir supra n. 15.

19 En 212 av. J.‑C., un concile de la plèbe se réunit dans l’area Capitolii pour un procès tribunicien (Tite-Live, XXV, 3, 14) ; de 212 à 121 av. J.‑C., toutes les assemblées tributes réunies au Capitole étaient en fait des conciles de la plèbe, présidés par des tribuns de la plèbe (références et sources chez Taylor 1966, p. 132‑133, n. 38 et 41). Th. Mommsen situe également des comices tributes au Capitole, mais l’unique exemple qu’il peut avancer concerne la tentative d’abrogation de la législation de Caius Gracchus, en 121, suite à une initiative que Plutarque attribue au consul Opimius (Plutarque, Caius Gracchus 13, 2) : Mommsen 1889, p. 438, n. 5. Toutefois, Plutarque indique simplement un sacrifice effectué par le consul ce jour-là, et non sa présence au Capitole, où un concile de la plèbe avait été convoqué à cette fin par le tribun M. Minucius Rufus et où le licteur d’Opimius, chargé d’y apporter les entrailles des victimes, proféra des menaces et fut massacré par la foule (Appien, Guerres civiles I, 24‑25 ; Florus, III, 15, 2 ; Orose, V, 12, 5 ; Festus, s.v. « Osi sunt », éd. W.M. Lindsay, p. 220) : il n’y a donc pas d’attestation sûre d’une présence des comitia tributa au Capitole.

20 Macrobe, Saturnales I, 15, 10 : (…) curiam Calabram, quae casae Romuli proxima est (…). Servius auctus, Commentaire à l’Énéide de Virgile VIII, 654 (infra n. 22). Coarelli 1993b : nous savons qu’à l’époque impériale, les diplômes militaires pouvaient être affichés près du temple de Fides, au Capitole ; or l’un d’eux, daté de 78 ap. J.‑C., indique qu’il fut descriptum et recognitum ex tabula / aenea quae fixa est Romae in Capito/lio post casam Romuli (CIL XVI, n° 23).

21 Voir note précédente : Macrobe a peut-être fait ce rapprochement à cause de la tradition qui attribuait à Romulus la couverture de la curia Calabra par un toit en chaume (Paul Diacre, Ex. Fest., éd. W.M. Lindsay, p. 16‑17 ; Servius auctus, Commentaire à l’Énéide de Virgile VIII, 654), ou parce que, pensant que les comices calates, comme les comices curiates avec lesquels ils sont souvent confondus, ont été établis par Romulus (supra n. 1), ils ne pouvaient se réunir qu’à proximité de la casa Romuli au Capitole, où se réunissait parfois le concilium plebis pendant la période républicaine (supra n. 19), et tout simplement parce que sa source (Varron ?) englobait peut-être déjà l’Arx dans le Capitolium (infra n. 22 et 28).

22 Varron, La langue latine VI, 27 : De his diebus nunc iam qui hominum causa constituti videamus. Primi dies mensium nominati Kalendae, quod his diebus calantur eius mensis Nonae a pontificibus, quintanae an septimanae sint futurae, in Capitolio in curia Calabra sic dicto quinquies : « Calo, Iuno Covella », septies dicto : « Calo, Iuno Covella ». Paul Diacre, Ex. Fest., éd. W.M. Lindsay, p. 42 : Calabra curia dicebatur, ubi tantum ratio sacrorum gerebatur. Macrobe, Saturnales I, 15, 9‑10 (supra n. 13) ; Servius auctus, Commentaire à l’Énéide de Virgile VIII, 654 : Curiam Calabram dicit, quam Romulus texerat culmis. Ideo autem « Calabra », quod cum incertae essent kalendae aut idus, a Romulo constitutum est, ut ibi patres vel populus calarentur, id est vocarentur, et scirent, qua die kalendae essent vel etiam idus. A rege sacrificulo idem fiebat ut, quoniam adhuc fasti non erant, ludorum et sacrificiorum praenoscerent dies. Voir Rüpke 1995, p. 210‑214.

23 Macrobe, Saturnales I, 15, 11 : Verbum autem καλῶ Graecum est, id est voco : et hunc diem, qui ex his diebus qui calarentur primus esset, placuit Kalendas vocari. Hinc et ipsi curiae ad quam vocabantur Calabrae nomen datum est, et classi, quod omnis in eam populus vocaretur. Cf. Varron, La langue latine VI, 27 (supra n. 22).

24 Varron, La langue latine VI, 28 : Nonae appellatae aut quod ante diem nonum Idus semper aut quod, ut novus annus Kalendae Ianuariae ab novo sole appellatae, novus mensis <ab> nova luna Nonae. Eodem die [enim] in Urbem ab agris ad regem conveniebat populus. Harum rerum vestigia apparent in sacris Nonalibus in Arce, quod tunc ferias primas menstruas, quae futurae sint eo mense, rex edicit populo.

25 Paul Diacre, Exc. Fest. (éd. W.M. Lindsay, p. 17) : Auguraculum appellabant antiqui, quam nos arcem dicimus, quod ibi augures publice auspicarentur. Le récit de l’inauguratio de Numa sur l’Arx, chez Tite-Live (I, 18, 6‑9), s’inspire probablement de la procédure suivie pour l’inauguratio du rex sacrorum pendant la période républicaine : Bianchi 2010, p. 144, n. 121 ; Fiori 2014, p. 76, n. 75 et p. 138, n. 346.

26 Varron, La langue latine V, 47 : Carinae pote a caerimonia, quod hinc oritur caput Sacrae viae ab Streniae sacello quae pertinet in arcem, qua sacra quotquot mensibus feruntur in arcem et per quam augures ex arce profecti solent inaugurare. Huius Sacrae viae pars haec sola volgo nota, quae est a foro eunti primore clivo. Festus (éd. W.M. Lindsay, p. 372) : Sacram viam quidam appellatam esse existimant quod in ea foedus ictum sit inter Romulum ac Tatium : quidam, quod eo itinere utantur sacerdotes idulium sacrorum conficiendorum causa. Itaque ne eatenus quidem, ut vulgus opinatur, sacra appellanda est a Regia ad domum regis sacrificuli, sed etiam a regis domo ad sacellum Streniae, et rursus a Regia usque in arcem. Voir Coarelli 1986, p. 50‑56 ; Humm 2017.

27 L’étroit rapport sémantique entre les termes calator, comitia calata, calendae, curia Calabra, ainsi que les témoignages de Varron et de Festus sur les cérémonies effectuées par les augures et les prêtres qui se rendaient chaque mois in arcem pour y accomplir des sacra (supra n. 26), incitent à situer la curia Calabra plutôt sur l’Arx, dans le prolongement naturel de la via Sacra et des gradus Monetae ou centum gradus (futures scalae Gemoniae) [cf. aussi Rüpke 1995, p. 209‑217]. Étant donné le rapport étroit entre le culte de Junon et la curia Calabra, on peut se demander si celle-ci n’était pas directement adjacente au temple de Junon Moneta, dédié en 345‑344 av. J.‑C. (fig. 2, A), et probablement édifié sur un lieu de culte bien plus ancien ; sur la présence probable in arce d’un lieu de culte dédié à Junon à l’époque archaïque, antérieurement au temple de Junon Moneta, peut-être dans le cadre de sacra privata au sein de la domus des Manlii, dont l’emplacement fut précisément choisi pour l’édification du nouveau temple (cf. Tite-Live, VII, 28, 5 : locus in arce destinatus quae area aedium M. Manlii Capitolini fuerat), voir Coarelli 1986, p. 104‑106 ; Gianelli 1996 ; Torelli 2017.

28 Hülsen 1899, col. 1531 ; Tagliamonte 1993, p. 227. La confusion entre Capitolium et Arx capitoline apparaît dans plusieurs épisodes de la période républicaine : lors du siège du Capitole par les Gaulois, en 390, les Romains firent une sortie ex arce aut Capitolio (Tite-Live, V, 41, 5) ; mais surtout, jusqu’au début du ive s., des domus privées se trouvaient sur l’Arx (Tite-Live, V, 50, 4), puisqu’il fut ensuite décidé ne quis patricius in arce aut Capitolio habitaret (Tite-Live, VI, 20, 13) ; ce fut notamment le cas pour M. Manlius Capitolinus, dont le cognomen ne s’explique pas tant par le fait qu’il aurait sauvé le Capitole des Gaulois (Tite-Live, V, 47, 7 ; VI, 17, 4‑5), mais par le fait qu’il avait habité dans l’Arx, à l’emplacement qui sera par la suite consacré au temple de Junon Moneta (Tite-Live, VII, 28, 5 [supra n. 27] ; cf. Münzer 1928, col. 1168) ; enfin, en cas de dilectus, le drapeau de la mobilisation était hissé in Capitolio (Servius, Commentaire à l’Énéide de Virgile VIII, 1), ce qui ne se conçoit vraiment que s’il s’agissait du sommet de l’Arx, qui se dressait au-dessus du Champ de Mars. La confusion entre Capitolium et Arx capitoline est apparemment également faite par les sources antiquaires, puisqu’aussi bien Varron (La langue latine VI, 27) que Verrius Flaccus, auteur des Fastes prénestins (InscrIt XIII, 2, 17, p. 111), situent la curia Calabra in Capitolio, comme le fera plus tard aussi Macrobe (supra n. 13 et 21).

29 Tite-Live, XXXIV, 53, 2 : ea bina comitia Cn. Domitius praetor urbanus in Capitolio habuit. Taylor 1966, p. 46 ; Mommsen 1889, p. 438, n. 2 ; Nicolet 1976, p. 336.

30 Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines II, 50, 3 : ἐν ἁπάσαις τε ταῖς κουρίαις Ἥρᾳ τραπέζας ἔθετο Κυριτίδι λεγομένῃ, αἳ καὶ εἰς τόδε χρόνου κεῖνται. Servius auctus, Commentaire à l’Énéide de Virgile I, 17 : Habere enim Iunonem currus certum est. Sic autem esse etiam in sacris Tiburtibus constat, ubi sic precantur : « Iuno Curitis, tuo curru clipeoque tuere meos curiae vernulas ». Paul Diacre, Exc. Fest. (éd. W.M. Lindsay, p. 43) : Curitim Iunonem appellabant, quia eandem ferre hastam putabant. Id., ibid., p. 55 : Caelibari hasta caput nubentis comebatur, quae in corpore gladiatoris stetisset abiecti occisique, ut, quemadmodum illa coniuncta fuerit cum corpore gladiatoris, sic ipsa cum viro sit ; vel quia matronae Iunonis Curitis in tutela sint, quae ita appellabatur a ferenda hasta, quae lingua Sabinorum curis dicitur ; vel quod fortes viros genituras ominetur ; vel quod nuptiali iure imperio viri subicitur nubens, quia hasta summa armorum et imperii est. Quam ob causam viri fortes ea donantur, et captivi sub eadem veneunt, quos Graeci δορυαλώτους et δορυκτήτους vocant. Cf. Dumézil 1974, p. 303 ; Smith 2006, p. 199.

31 Voir supra n. 14.

32 Voir supra n. 12 et infra n. 41.

33 Gjerstad 1941 ; Krause 1976 ; Coarelli 1977 ; id. 1986, p. 119‑226 ; id. 1992, p. 11‑123 ; id. 1993a ; Humm 1999 ; Carafa 1998 ; Amici 2004‑2005.

34 Coarelli 1986, p. 148 : il s’agit des dimensions du Comitium entre la fin du vie et la fin du ive s. av. J.‑C. (3e et 4e phases édilitaires).

35 Coarelli 1992, p. 19.

36 Cicéron, Pour Flaccus 15‑17 ; voir Taylor 1966, p. 29‑30 ; Sjöqvist 1951.

37 Carafa 1998, p. 140‑141, estime à environ 3 000 le nombre de personnes qui pouvaient tenir dans cet espace comitial, ce qui correspond au nombre théorique total que pouvaient primitivement contenir les centuries des 30 curies (Varron, La langue latine V, 89 ; Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines II, 2, 4 ; Paul Diacre, Exc. Fest., éd. W.M. Lindsay, s.v. « Centuriata », p. 47).

38 Le mot suffragium (< frangere, « briser », ou fragor, « fracas ») renvoie aux « éclats de voix » ou au « fracas » d’un vote par acclamations (fragor plaudentium et acclamantium) ; cf. Vaahtera 1990.

39 Brunt 1971, p. 26‑32.

40 Probablement créés à la suite de la réforme des tribus d’Appius Claudius Caecus en 312, qui fut le premier censeur à organiser un recensement par tribus et à inscrire chaque citoyen dans une tribu, les comices tributes se substituèrent aux anciens comices curiates dans la plupart de leurs attributions (à part le vote de la fameuse « loi curiate ») et se réunirent par conséquent, eux aussi, au Comitium : Humm 1999, p. 625‑634 ; id. 2005, p. 429‑433 et p. 601‑602. Le fait que les comices tributes finirent par se substituer, dans l’essentiel de leurs attributions, aux anciens comices curiates, explique qu’une tradition antiquaire ait pu évoquer l’augmentation du nombre des curies de 30 à 35 : Paul Diacre, Ex. Fest., éd. W.M. Lindsay, p. 42 (supra n. 1).

41 Fraccaro 1957 ; Taylor 1966, p. 40‑41 et p. 128‑129, n. 26 ; Nicolet 1976, p. 336‑337. P. Fraccaro a démontré que la procédure de vote des comices tributes variait selon la nature des comices : alors que pour les comices électoraux, toutes les tribus devaient voter en même temps, pour les comices législatifs et judiciaires, les tribus votaient l’une après l’autre, suivant l’ordre d’un tirage au sort. L’historien avança l’hypothèse que le vote simultané des tribus, dans les comices électoraux, aurait été rendu nécessaire par l’introduction du bulletin de vote, au cours de la seconde moitié du iie s., et par la nécessité d’assurer un dépouillement suffisamment rapide pour ce nouveau type de scrutin. Mais L.R. Taylor objecta avec raison que la nécessité de gagner du temps au moment des comices électoraux a pu se faire sentir bien avant, dès l’époque du vote oral. Par conséquent, la métaphore utilisée par Tite-Live à propos de la réforme des tribus d’Appius Claudius (en inscrivant pour la première fois tous les humiles dans les tribus, écrit-il, Appius Claudius forum et campum corrupit [IX, 46, 10‑11]) n’est peut-être pas aussi anachronique qu’on l’a pensé (Humm 2005, p. 264‑266), et il n’est pas impossible que dès la création des comices tributes, à la fin du ive s., cette assemblée ait eu deux lieux de vote : le Comitium pour les comices législatifs et judiciaires, et le Champ de Mars pour les comices électoraux.

42 Tite-Live mentionne à plusieurs reprises le vote des tribus « à l’intérieur » du Comitium : Tite-Live, X, 24, 18 (infra n. 43) ; XL, 42, 10 : cum plures iam tribus intro vocatae (…) iuberent (…) ; XLV, 36, 7 : intro vocatae primae tribus cum antiquarent (…) ; Asconius in Cic., Corn. (éd. A.C. Clark, p. 72) : intro vocare tribus Gabinius coepit (…). Voir Fraccaro 1957 ; Humm 1999, p. 641‑642.

43 Ainsi en 295, le consul Q. Fabius Rullianus présida une contio au Forum et fit lire publiquement, du haut des Rostres, une lettre envoyée d’Étrurie par le préteur Appius Claudius, « avant qu’on appelât les tribus à l’intérieur <du Comitium> pour voter » (priusquam intro vocarentur ad suffragium tribus) [Tite-Live, X, 24, 18]. Sur les laudationes funebres prononcées au Forum, du haut des Rostres, voir Polybe (VI, 53, 1‑2). Cf. Taylor 1966, p. 23‑28 ; Pina Polo 1989, p. 182‑198 ; Purcell 1995, p. 327‑328.

44 Varron, L’Économie rurale I, 2, 9 : Eiusdem gentis C. Licinius, tr. pl. cum esset, post reges exactos annis ccclxv primus populum ad leges accipiendas in septem iugera forensia e comitio eduxit.

45 Par le passé, les lots de terre distribués aux citoyens par l’État avaient parfois été de sept jugères (environ 1,76 ha) par tête (Tite-Live, V, 30, 8 ; Valère-Maxime, Faits et dits mémorables IV, 3, 5 ; Pline l’Ancien, Histoire naturelle XVIII, 18 ; Columelle, De l’agriculture Praef. 14 ; 1, 3, 10), tandis que la superficie du Forum était bien moins grande (environ 1,5 jugères à l’époque impériale, soit environ 37,8 a) : Purcell 1995, p. 325. Par contre, il n’est pas possible de corriger le texte de Varron pour lire saepta iugera à la place de septem iugera, comme l’a proposé F. Coarelli, ce qui lui permettait de voir dans la place du Forum un templum : Coarelli 1992, p. 130 ; cf. Berthelet 2015, p. 241‑247.

46 Cicéron, De l’amitié 96 : Is (sc. C. Licinius Crassus) primus instituit in forum versus agere cum populo.

47 Aulu-Gelle, Nuits attiques XIII, 16, 3 : Ex his verbis Messalae manifestum est aliud esse « cum populo agere », aliud « contionem habere ». Nam « cum populo agere » est rogare quid populum, quod suffragiis suis aut iubeat aut vetet, « contionem » autem « habere » est verba facere ad populum sine ulla rogatione. Paul Diacre, Exc. Fest. (éd. W.M. Lindsay, p. 44) : Cum populo agere, hoc est populum ad concilium aut comitia vocare. La rogatio qui correspond à cum populum agere n’est donc pas la « proposition de loi » qui faisait l’objet de discussions dans les contiones et qui devait être publiquement affichée pendant un trinundinum avant le passage au vote, mais la proposition de vote, c’est-à-dire l’« interrogation » faite aux citoyens votants par le président des comices ou du concile immédiatement avant le passage au vote (Ferrary 2012, p. 3‑20).

48 Plutarque, Caius Gracchus V, 4 : « (…) alors qu’avant lui (sc. Caius Gracchus), tous les hommes politiques, dans leurs interventions, regardaient vers le Sénat et ce qu’on appelle le Comitium, il fut, dit-on, le premier à se tourner du côté opposé, vers le Forum ; et à l’avenir les orateurs suivirent cet exemple. Par ce léger changement et cette orientation nouvelle, il fit une révolution et transféra, en quelque sorte, le pouvoir de l’aristocratie à la démocratie, en montrant que les orateurs devaient s’adresser à la foule et non au Sénat. » (trad. B. Latzarus). Cf. Diodore de Sicile, Bibliothèque historique XXXIV-XXXV, 25, 1.

49 Taylor 1966, p. 23‑25 ; Nicolet 1976, p. 336 ; Purcell 1995, p. 327‑328.

50 Cicéron, Pour Sestius 79 ; Philippiques I, 25 ; V, 9 ; Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines VII, 59, 1 ; Appien, Guerres civiles III, 30. Voir Taylor 1966, p. 47 ; Nicolet 1976, p. 338.

51 Cicéron, Lettres à Atticus IV, 16, 8 (éd. L.A. Constans, CXL = éd. D.R. Shackleton Bailey, 89) : Efficiemus rem gloriosissimam ; nam in campo Martio saepta tributis comitiis marmorea sumus et tecta facturi eaque cingemus excelsa porticu, ut mille passuum conficiatur. Simul adiungetur huic operi villa etiam publica. Dion Cassius, LIII, 23, 1‑2 : « Après cela, il (sc. Auguste) fut lui-même consul pour la huitième fois, avec Statilius Taurus, et Agrippa fit la dédicace de l’enceinte appelée les Saepta (…) ; ces Saepta, bâtis par Lépide dans le Champ de Mars pour la tenue des comices par tribus, avec des portiques alentour, furent décorés de bancs de pierre et de peintures par Agrippa qui les nomma Saepta Iulia en l’honneur d’Auguste. » (trad. P. Gros, Paris, 1865).

52 Gatti 1937 ; Taylor 1966, p. 48‑49 ; Demougin 1987, p. 306 ; Torelli 1995 ; Coarelli 1997, p. 157‑163 ; Gatti 1999. Cf. FUR, frg. 35 et 36 (Pianta marmorea, pl. XXXI) ; Frontin, Les aqueducs de la ville de Rome 22 : arcus Virginis finiuntur in Campo Martio secundum frontem Saeptorum.

53 Taylor 1966, p. 113 (70 000 personnes) ; Mac Mullen 1980 et Coarelli 1997, p. 159 (55 000 personnes).

54 Tite-Live, I, 16, 1 : cum ad exercitum recensendum contionem in campo ad Caprae paludem haberet (lus). Voir Borlenghi 2011, p. 92 et n. 156.

55 Castagnoli 1948, p. 123 et p. 186‑187 ; Taylor 1966, p. 47‑48 ; Coarelli 1997, p. 159‑161 ; Borlenghi 2011, p. 92‑104.

56 Tite-Live, IV, 22, 7 ; Varron, L’Économie rurale III, 2, 1‑4 ; Taylor 1966, p. 55 ; Nicolet 1970 ; Richardson 1976 ; Coarelli 1997, p. 163‑175 ; Agache 1999.

57 Coarelli 1997, p. 6‑10 ; Borlenghi 2011, p. 86‑87.

58 Cicéron, De l’orateur III, 167 : campus pro comitiis (cf. Tite-Live, IX, 46, 11 : supra n. 41).

59 Festus (éd. W.M. Lindsay, p. 296) : Petronia amnis est in Tiberim perfluens, quam magistratus auspicato transeunt, cum in campo quid agere volunt ; quod genus auspici peremne vocatur. Cf. Festus (éd. W.M. Lindsay, p. 284) : Peremne dicitur auspicari, qui amnem, aut aquam, quae ex sacro oritur, auspicato transit. Servius, Commentaire à l’Énéide de Virgile IX, 24 : Locus autem iste dictus est secundum augurum morem, apud quos fuerat consuetudo, ut si post acceptum augurium ad aquam venissent, inclinati aquas haurirent exinde et manibus et fusis precibus vota promitterent, ut visum perseveraret augurium, quod aquae intercessu disrumpitur. Voir Coarelli 1986, p. 191, n. 12 ; id. 1997, p. 148‑155.

60 Frontin, Les aqueducs de la ville de Rome 22 (supra n. 52). Voir Coarelli 1997, p. 159 ; Borlenghi 2011, p. 95, n. 201.

61 Le mot saepta désignait d’abord les barrières qui servaient à séparer les différentes unités de vote, centuries ou tribus (Cicéron, Pour Sestius 79 ; Philippiques I, 25 ; V, 9 ; Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines VII, 59, 1 ; Appien, BC III, 30) ; mais au Champ de Mars, le terme de Saepta (au pluriel, comme comitia pour désigner les unités de vote) désignait aussi les « emplacements » (loca) fermés par des palissades en bois (tabulata) et qui constituaient des sortes de « couloirs » dans lesquels les citoyens romains se tenaient pour aller vote (Servius in Virgile, Bucoliques I, 33 ; voir Taylor 1966, p. 47).

62 Coarelli 1986, p. 191, n. 12 ; id., 1997, p. 154 et p. 163 ; contra : Vaahtera 1993, p. 115, n. 105.

63 Torelli 1995 propose de voir dans la structure étroite et allongée qui s’étire, dans la partie sud des Saepta, entre les deux portiques latéraux, et qui est visible sur le plan de la Forma Urbis marmorea (fig. 4), non pas le tribunal où se trouvaient le magistrat et les urnes de vote (Taylor 1966, p. 52), mais un tronçon canalisé de l’amnis Petronia correspondant à l’emplacement des pontes de vote, constituant à leur tour la limite qui marquait les entrées du Diribitorium qui se trouvait immédiatement après. Dans ce cas, les magistrats n’auraient plus été tenus de prendre les auspicia peremnia pour se rendre au Campus, puisqu’ils n’auraient plus eu à traverser l’amnis Petronia pour y présider les comices, ce qui expliquerait pourquoi ces auspices sont peu à peu tombés dans l’oubli (Festus, éd. W.M. Lindsay, p. 296).

64 Mommsen 1889, p. 434 : « Le lieu auquel se tiennent les comices (…) doit être propre aux auspices requis pour les comices, – mais non pour le concilium plebis, – par conséquent être romain et inauguré ad hoc. »

65 Cf. notamment Vaahtera 1993 ; Berthelet 2015, p. 234‑258.

66 Fiori 2014 ; Humm 2014.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Reconstitution schématique de l’axe Arx-Comitium-Regia à l’époque médio-républicaine (d’après Coarelli 1986, p. 50-51, fig. 14).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6468/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Fig. 2 – Plan de l’Arx capitoline (G. Giannelli).
Légende A) Temple de Junon Moneta ; B) Auguraculum (Coarelli 1981, p. 182, fig. 2).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6468/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1003k
Titre Fig. 3 – Plan schématique du Comitium à l’époque médio-républicaine (Coarelli 1986, p. 139, fig. 39).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6468/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Fig. 4 – Le secteur des Saepta Iulia au Champ de Mars à partir des fragments 35 et 36 de la FUR superposés à la topographie actuelle (LTUR I [A‑C], 1993, p. 429, fig. 122a).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6468/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 5 – Le Champ de Mars vers 100 av. J.-C. (Coarelli 1997, p. 16, fig. 2).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6468/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 495k
Titre Fig. 6 – Denier de P. Licinius Nerva (revers), 113 ou 112 av. J.-C. (RRC 292/1).
Légende Électeurs franchissant une passerelle de vote (pons) aux Saepta pour déposer leur bulletin de vote (tabella) dans l’urne sur la tribune (Münzkabinett, Staatlichen Museen zu Berlin, pièce n° 18201479, prise de vue Lutz-Jürgen Lübke [LW]).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6468/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 306k

Auteur

Université de Strasbourg, Archimède (UMR 7044)