Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voter en Grèce, à Rome et en Gaule

 | 
Aldo Borlenghi
, 
Clément Chillet
, 
Virginie Hollard
, 
et al.

Les lieux

Templa de majesté et conception du vote à Rome1

Yann Berthelet

Texte intégral

  • 1  Cet article, qui devait être à l’origine une simple conférence sur ma thèse de doctorat, reprend p (...)
  • 2  Polybe, VI, 11, 11 (trad. R. Weil).

[À Rome,] toutes choses respectivement avaient été organisées et étaient menées d’une manière si équitable et appropriée que personne, même parmi les gens du pays, n’aurait pu dire avec certitude si l’ensemble du régime était aristocratique, démocratique ou monarchique2.

  • 3  Millar 1984 ; 1986 ; 1989 ; 1998 ; 2002 (pour la bibliographie complète de Millar, voir Benoist 20 (...)
  • 4  Jehne 1995 ; 2006a-b ; Flaig 1994 ; 1998 ; 2001 ; 2003 ; Hölkeskamp 2004 ; 2006 ; 2008a‑b. Voir au (...)

1Par ces mots, Polybe soulignait l’impossibilité d’établir une pure et simple équivalence entre la République romaine et l’un des trois grands types de régimes politiques grecs. De fait, la complexité des institutions romaines, organisées autour des trois pôles majeurs qu’étaient le Sénat, les magistrats et le peuple, n’a cessé de susciter les interrogations des historiens. Publiés à partir des années 1980, les travaux de F. Millar ont permis, par les débats qu’ils ont suscités, d’approfondir et de préciser l’analyse du régime politique de la Rome républicaine3. Les arguments qu’il a avancés pour qualifier la République romaine, non sans provocation, de « démocratie directe », ont ainsi amené les héritiers de Chr. Meier à mieux mettre en évidence l’assise consensuelle du régime, fondamentalement aristocratique. Ils ont montré que l’interaction entre l’orateur et le peuple à l’occasion des discours prononcés dans les contiones, les conciles de la plèbe et les comices visait moins à permettre le débat qu’à obtenir le consensus autour des décisions prises par l’aristocratie4.

  • 5  Sur les templa auguraux terrestres, voir Valeton 1895, p. 24‑64 ; Wissowa 1912 ; p. 527‑528 ; Cata (...)
  • 6  L’espace était défini par la parole des augures (Varron, La Langue latine 6, 53). Cf. Scheid 2005, (...)
  • 7  L’espace était libéré de toute servitude divine et humaine. Cf. Scheid 2005, p. 269.

2Le dossier des « templa auguraux terrestres pour agir avec le peuple ou le Sénat »5, qui ressortit à la hiérarchisation symbolique de l’espace du vote à Rome, peut apporter une intéressante contribution à ce débat. Ces templa étaient établis et délimités par les augures à travers les rites d’effatio6, de liberatio7 et d’inauguratio – à savoir une prise d’auguria leur transférant durablement le plein d’auctoritas jovienne :

  • 8  Paul Diacre, s.v. « Augustus », p. 2 L. (trad. A. Savagner, modifiée).

Auguste, nom donné à un lieu rendu inviolable par le mouvement des oiseaux [augustus locus sanctus ab auium gestu], c’est-à-dire parce qu’il a été désigné par les oiseaux [id est quia ab auibus significatus est]8.

  • 9  Se succédèrent au bord du Comitium, les Curies Hostilia et Iulia (Bonnefond-Coudry 1989, p. 31‑64 (...)
  • 10  Aulu-Gelle, Nuits attiques XIV, 7, 7 ; Varron, La Langue latine 7, 10 ; Tite-Live, I, 30, 2 ; XXVI (...)
  • 11  Sur les Rostres-templa, voir Ulrich 1994.
  • 12  Tite-Live, II, 56, 10 ; III, 17, 1 ; VIII, 14, 12 ; Cicéron, Contre Vatinius 24 ; Pour Sestius 75 (...)
  • 13  Valère-Maxime, Faits et dits mémorables IV, 5, 3.
  • 14  M. Humm (2014, p. 327) a raison de rejeter l’une de mes objections à l’hypothèse d’un Forum Romanu (...)
  • 15  Fraccaro 1957, p. 253 ; Taylor 1966, p. 40 et 46‑47 ; Nicolet 1980, p. 337 ; Coarelli 1985, p. 164 (...)
  • 16  Taylor 1966, p. 47 ; Nicolet 1980, p. 337 ; Coarelli 1985, p. 164.
  • 17 Voir, en particulier, Torelli 1966 ; 1969 ; 1982, p. 30‑31 et 54‑55 ; 1991 ; Coarelli 1983, p. 140 (...)

3Or l’identification et la délimitation de ces templa auguraux font encore débat. Car si les documents désignent explicitement comme des templa les différentes Curies9, principaux lieux de réunion du Sénat10, ainsi que les tribunes d’où les magistrats agissaient avec le peuple11, tels les Rostra uetera, les Rostra césaro-augustéens, la plate-forme du temple des Dioscures12 et la tribune des Saepta13, ils n’affirment rien de tel, en revanche, pour les trois lieux de réunion des comices : le Comitium, où se réunissaient les comices curiates et, au moins jusqu’en 145 av. J.‑C., les comices tributes14 ; le Forum romain, où se rassemblaient, vraisemblablement après 145 av. J.‑C., les comices tributes puis, sans doute peu après la loi tabellaire électorale de 139 av. J.‑C. (lex Gabinia), les seuls comices tributes législatifs et judiciaires15 ; les Saepta du Champs de Mars, enfin, où étaient convoqués les comices centuriates16 et, probablement après 139 av. J.‑C., les comices tributes électoraux. Une majorité de savants considère néanmoins que le Comitium, le Forum romain et les Saepta constituaient des templa dans leur ensemble17.

4L’enjeu de la discussion est de taille, bien au-delà du simple débat érudit. En effet, selon que l’on englobe ou non dans un espace « inauguré » les assemblées délibératives du peuple romain, on est amené à envisager très différemment la position institutionnelle de ce dernier.

 

5La communis opinio repose fondamentalement sur un épisode que Tite-Live rapporte pour l’année 460 av. J.‑C. Les consuls y convoquent les augures au lac Régille pour leur faire « inaugurer » un lieu où il leur sera possible d’« agir avec le peuple » :

  • 18  Tite-Live, III, 20, 6 (trad. J. Bayet et G. Baillet, modifiée).

Aussi les tribuns, désespérant d’empêcher l’expédition, proposent de l’ajourner, d’autant que le bruit courait qu’on avait fait partir les augures pour le lac Régille [augures iussos adesse ad Regillum lacum], afin d’y « inaugurer » un emplacement où il serait possible, une fois les auspices pris, de faire prendre une décision au peuple [locumque inaugurari ubi auspicato cum populo agi posset]18.

  • 19  Aulu-Gelle, Nuits attiques XIII, 16, 3 (trad. R. Marache).
  • 20  C’est sur ce sens très large attribué (à tort, selon moi) à l’expression « agere cum populo » que (...)
  • 21  Vaahtera 1993, p. 110‑111 et 115, notamment p. 111 : « Even if the phrase cum populo agere is to b (...)

6Le passage ne prouve pas, toutefois, que les comices devaient être réunis dans un lieu « inauguré ». Car « agere cum populo » signifie exactement « demander au peuple d’ordonner ou d’interdire quelque chose par ses suffrages [rogare quid populum, quod suffragiis suis aut iubeat aut uetet] »19, ce qui se réfère uniquement à la rogatio du magistrat présidant le vote de l’assemblée délibérative, et non pas à la totalité du processus de vote. Sur ce point, le raisonnement de J. Vaahtera reste à mon avis inexact : s’il reconnaît, à juste titre, que seul le magistrat rogator détenait le droit d’auspices et le ius agendi cum populo, ce qui le contraignait à interroger le peuple depuis un templum, il considère néanmoins que le vote du peuple, en réponse à la rogatio du magistrat, faisait partie de l’actio cum populo et devait donc également prendre place dans un templum20 ; il en déduit que le lieu de réunion de l’assemblée délibérative, du moins tant que l’on procéda au vote par acclamation, devait être lui-même « inauguré » et que, par conséquent, le Comitium, au moins, devait être un locus inauguratus21. Mais si l’on s’en tient strictement à la définition transmise par Aulu-Gelle, de telles conclusions ne s’imposent pas.

7Un passage du De Imperio Cn. Pompei confirme d’ailleurs que la tribune aux harangues était à elle seule le « locus ad agendum » et le lieu plein d’auctoritas – c’est-à-dire le templum « inauguré » :

  • 22  Cicéron, Sur les pouvoirs de Pompée 1 (trad. A. Boulanger, modifiée).

Sans doute, vous voir ici assemblés en grand nombre a toujours été pour moi le plus agréable des spectacles et nul lieu ne m’a jamais paru plus imposant pour traiter les affaires de l’État avec le peuple [hic autem locus ad agendum amplissimus] et plus brillant pour l’orateur que cette tribune. […] Jadis je n’osais pas encore aborder ce lieu si plein d’auctoritas [huius auctoritatem loci], et persuadé qu’il ne fallait rien apporter ici qui ne fût le fruit d’un talent achevé et d’un art laborieux, j’ai cru devoir consacrer tout mon temps aux intérêts en péril de mes amis22.

8Ainsi, seules la rogatio du magistrat (c’est-à-dire l’actio cum populo au sens où l’entendaient les Romains) et l’auspicatio préalable à cette rogatio sont concernées par la nécessité d’un templum : afin de pouvoir agir auspicato avec le peuple, le magistrat rogator devait avoir pris les auspices à l’endroit même d’où il interrogerait le peuple ; or, pour prendre les auspices, il avait besoin d’un lieu qui fût « inauguré » – c’est ce qui explique, dans l’épisode que rapporte Tite-Live, la convocation des augures au lac Régille.

9Pour affirmer que le Comitium était un templum, on a aussi invoqué un autre passage de Tite-Live, où Camille prétend que les Romains ne peuvent quitter Rome pour Véies parce qu’il est impossible d’agir « auspicato » ailleurs qu’au Comitium, pour les comices curiates, et qu’aux Saepta, pour les comices centuriates :

  • 23  Tite-Live, V, 52, 15‑16 (trad. J. Bayet et G. Baillet, modifiée).

Et les autres actes publics soumis aux auspices [alia quae auspicato agimus] et qui se passent presque tous à l’intérieur du pomerium [omnia fere intra pomerium], avec quelle légèreté en disposons-nous ? Les comices curiates, qui ont dans leur ressort les questions militaires [comitia curiata, quae rem militarem continent], les comices centuriates, où vous nommez les consuls et les tribuns militaires [comitia centuriata, quibus consules tribunosque militares creatis], à quel endroit les auspices permettront-ils de les tenir, sinon à l’endroit habituel [ubi auspicato, nisi ubi adsolent, fieri possunt]23 ?

  • 24  Selon Fiori 2014, p. 87, auspicato serait à traduire, en Tite-Live, III, 20, 6 et V, 52, 15‑16, pa (...)

10Il n’est cependant pas question ici de lieux « inaugurés » dans lesquels devait se trouver l’ensemble des citoyens réunis en comices, mais seulement de la nécessité, pour le magistrat, de tenir les comices « auspicato », c’est-à-dire, « après avoir pris les auspices en bonne et due forme »24 : il suffisait donc que l’endroit où le magistrat convoquait les comices comprît un templum où prendre les auspices précomitiaux et agir avec le peuple. Or de tels templa, rappelle Camille, se trouvaient non pas à Véies, mais dans le Comitium de Rome et au Champ de Mars – sans que cela implique qu’ils s’étendissent à la totalité du Comitium et des Saepta.

11Le texte où Cicéron qualifie les Saepta de « locus auspicatus » pourrait certes laisser croire, à première lecture, qu’il s’agissait d’un lieu entièrement « inauguré » :

  • 25  Cicéron, Pour C. Rabirius 11 (trad. A. Boulanger, modifiée).

Ainsi, lequel de nous deux, Labiénus, est véritablement un magistrat favorable au peuple ? Est-ce toi qui estimes qu’il faut, là même où se tient l’assemblée, livrer les citoyens romains au bourreau et aux chaînes, toi qui veux que le Champ de Mars où se réunissent les comices centuriates, dans un lieu consacré par les auspices [in campo Martio comitiis centuriatis auspicato in loco], on plante et on établisse une croix pour le supplice des citoyens, ou bien moi qui m’oppose à ce qu’on souille l’assemblée par la présence du bourreau, moi qui déclare que le Forum du peuple romain doit être purifié de ces horribles marques du crime et qui soutiens qu’il faut préserver l’assemblée de toute souillure, sauvegarder la sainteté du Champ de Mars, l’inviolabilité de tous les citoyens romains, l’intégrité des droits de la liberté25 ?

  • 26  Voir cependant Pétrone, 131, 1, qui parle métaphoriquement de « locus inauspicatus » pour désigner (...)
  • 27  Catalano 1960, p. 68‑69, 125 et 380 ; Linderski 1986, p. 2295.

12Cet étrange hapax26 est toutefois surprenant, dans la mesure où la prise d’auspices concerne normalement l’action publique du magistrat et non pas un espace – lequel pouvait être (in)auguratus, mais non pas auspicatus27. Aussi, il convient très vraisemblablement d’y voir une simple métaphore, comparable à celle qu’emploie le même Cicéron dans les Catilinaires :

  • 28  Cicéron, Catilinaires 4, 2 (trad. H. Bornecque et E. Bailly). Cf. Cicéron, Pour Murena 1.

Je suis, Pères conscrits, oui, je suis ce consul à qui ni le Forum, où s’exerce souverainement la justice, ni le Champ-de-Mars [sc., par synecdoque, les Saepta], consacré par les auspices consulaires [campus, consularibus auspiciis consecratus], ni la Curie, recours suprême de toutes les nations, ni le foyer domestique, où tous trouvent un asile, ni le lit, destiné au repos, ni, enfin, ce siège d’honneur n’ont pas cessé un jour de présenter des dangers de mort et des guets-apens28.

13Lui-même augure, Cicéron savait en effet être précis lorsqu’il le voulait, désignant par exemple à juste titre le templum des Rostra comme un « auguratus locus » :

  • 29  Cicéron, Contre Vatinius 24 (trad. J. Cousin, modifiée).

L. Vettius, qui avait reconnu au Sénat s’être muni d’une arme pour tuer de sa main Cn. Pompée, le plus grand, le plus brillant de nos concitoyens, fut produit par toi à l’assemblée ; ce mouchard, tu l’as installé sur les Rostres, dans cet espace, dans ce templum « inauguré » [in rostris, in illo, inquam, augurato templo ac loco], où les autres tribuns de la plèbe, en quête d’auctoritas [quo auctoritatis exquirendae causa ceteri tribuni plebis], ont coutume de produire les notables de la cité [principes ciuitatis producere]29.

  • 30  Pour les sources, se référer à Bonnefond-Coudry 1989, p. 32‑46.
  • 31  Bonnefond-Coudry 1989, p. 25‑27.
  • 32  Willems 1883‑1885, p. 145 et n. 6 ; Bonnefond-Coudry 1989, p. 53 ; Coarelli 1993a, p. 331.
  • 33   Bonnefond-Coudry 1989, p. 49‑50.

14Les allusions aux réunions du Sénat « in Comitio »30 ne constituent pas davantage une preuve du statut « inauguré » du Comitium. Les sénateurs devaient certes se réunir dans un templum31, mais l’expression « in Comitio » n’est ici employée que comme synecdoque, pour préciser que les sénateurs se réunirent dans le Curie du Comitium, et non pas dans une autre curie : il est en effet bien plus vraisemblable que les sénateurs se soient réunis dans la Curie, située in Comitio, plutôt que dans l’aire ouverte du Comitium lui-même32. La précision spatiale « in Comitio » était rendue nécessaire par l’habitude du Sénat de se réunir en d’autres lieux – parfois également désignés par le terme curia – que la Curia Hostilia, puis que la Curia Iulia33.

  • 34  Detlefsen 1860, p. 132 ; Linderski 1986, p. 2265 et n. 469. Voir aussi Coarelli 1983, p. 140 ; 198 (...)

15La principale preuve du caractère « inauguré » du Comitium, des Saepta et du Forum résiderait toutefois dans le terme « saeptus », interprété par plusieurs savants comme un terme technique augural, en référence à la clôture qui, selon plusieurs documents, délimitait un templum34 :

  • 35  Festus, s.v. « Minora templa », p. 146 L. (trad. A. Savagner, modifiée).

Les augures établissent des minora templa lorsqu’ils délimitent certains lieux par des planches ou des toiles [minora templa fiunt ab auguribus cum loca aliqua tabulis aut linteis sepiuntur], afin qu’ils ne soient ouverts que par une entrée [ne uno amplius ostio pateant], et après les avoir déterminés par certaines paroles [certis uerbis definita]. Le temple est donc un lieu défini par des paroles [templum est locus ita effatus] ou entouré de barrières, de telle sorte qu’il soit ouvert d’un seul côté [aut ita septus, ut ex una parte pateat], et qu’il ait ses angles fixés en terre [angulosque adfixos habeat ad terram]35.

  • 36  Servius auctus, Commentaire à l’Énéide 4, 200 (trad. pers.).

D’autres appellent templum non seulement ce qui peut être fermé [alii templum dicunt non solum quod potest claudi], mais aussi ce qui a été enclos par des poteaux, des lances ou quelque chose de ce genre, et par des toiles de lin, des courroies ou une chose semblable [uerum etiam quod palis aut hastis aut aliqua tali re et linteis aut loris aut simili re saeptum est]36.

  • 37  Varron, La Langue latine 7, 13 (trad. pers.).

Tout templum doit être clos en continu [omne te<m>plum esse debet conti(nu)o septum] et ne pas avoir plus d’une entrée [nec plus unum introitum habere]37.

  • 38  Ennius, Scenica XXVII, v. 87‑88 (éd. H.D. Jocelyn, p. 86 ; trad. pers.).

Ô père, ô patrie, ô demeure de Priam [Priami domus], temple clos [saeptum… templum] par un gond qui profondément résonne [altisono cardine]38.

  • 39  Servius, Commentaire aux Bucoliques 1, 33 ; Cicéron, Lettres à Atticus IV, 16, 8. Cf. Coarelli 199 (...)
  • 40  Göttling 1831. Cf. Lange 1862, p. 419 ; Coarelli 1985, p. 130 et n. 4.

16Or plusieurs indices laisseraient penser que le Forum et le Comitium étaient, comme les Saepta que fermaient une clôture de bois puis un portique de marbre39, des loca saepta. Pour le Forum, le seul témoignage littéraire qui puisse être sollicité est un passage du De Rustica de Varron, où certains savants ont suggéré de lire <septa (saepta)> au lieu de <septem>40 :

  • 41  Varron, L’Économie rurale I, 2, 9 (éd. J. Heurgon).

C. Licinius primus populum ad leges accipiendas in <septa> iugera forensia e comitio eduxit41.

  • 42  Éd. H. Keil, et commentaire, p. 14 ; éd. G. Goetz 1912 et 1929 ; éd. J. Heurgon, et commentaire, p (...)
  • 43  Coarelli 1985, p. 130. Voir la traduction de W. Hooper, révisée par H. Ash, qui rend « septem iuge (...)

17Tous les manuscrits, cependant, donnent la leçon « septem iugera », de sorte que les meilleures éditions ne suivent pas cette correction42. F. Coarelli a certes raison de souligner, après d’autres, que le Forum romain n’atteignit jamais une extension de sept jugères, mais il a tort de refuser la signification métaphorique du jeu de mots de Varron sur la superficie standard des lots fonciers assignés aux citoyens lors des distributions agraires43. En outre, iugerum désigne une unité de surface, de sorte qu’une précision quantitative (septem) est absolument nécessaire.

18Pour le Comitium, on invoque un passage du De Republica, où Tullus Hostilius établit une clôture (« saepsit ») autour du Comitium et de la Curie :

  • 44  Cicéron, La République 2, 31 (trad. E. Bréguet, revue corrigée par G. Achard ; modifiée).

C’est lui aussi qui, grâce au butin, construisit l’enceinte du « Comitium » et de la curie [idem et saepsit de manubiis comitium et curiam]44.

  • 45  CIL I2, n° 1 = CIL VI, n° 36840 = ILS, n° 4913 = ILLRP, n° 3. Sur l’inscription du Lapis Niger, vo (...)
  • 46  Wachter 1987, p. 69 et n. 168.
  • 47  Vaahtera 1993, p. 112‑115. Cf. Mommsen 1889, p. 459 et n. 5 ; Wickert 1926 ; Taylor 1966, p. 56 ; (...)
  • 48  Vaahtera 1993, p. 115.

19On s’est aussi appuyé sur l’inscription archaïque du Lapis Niger45. Parmi les termes « […]ịod iouestod || loiuquiod qu[---] » que l’on peut lire sur les faces IV et V (lignes 15‑16) de la pierre, R. Wachter a proposé d’identifier, derrière le mystérieux « loiuquiod », le terme latin « līcium »46. Or on a vu dans ce dernier terme une référence à l’antique formule comitiale « uocare inlicium » – où le terme inlicium est interprété comme un composé de deux mots distincts (in + licium)47 –, qu’il faudrait comprendre dans le sens de « uocare in locum licio saeptum », c’est-à-dire « uocare in templum »48.

  • 49  Dumézil 1979, p. 277, qui restitue le terme auspicium.
  • 50  Plaute, Epidicus 181‑184 ; Persa 606‑607 ; Pseudolus 761‑762. Cf. Dumézil 1979, p. 269 et n. 4.
  • 51  Cicéron, De la divination 2, 77 ; Paul Diacre, s.v. « Iuges auspicium », p. 92 L. Voir Dumézil 195 (...)

20L’équivalence entre loiuquiod et līcium doit toutefois être considérée avec la plus grande prudence. Non seulement la lecture loiuquiod est elle-même loin d’être assurée, mais le rapprochement avec līcium est beaucoup moins probable qu’avec liquidō, dans le sens d’« [auspice] favorable sans ambiguïté »49 : c’est là le sens de l’expression « liquidum auspicium », attestée à plusieurs reprises chez Plaute50, qui concorde parfaitement avec l’ordre mentionné aux lignes 10‑11, sur la face III de la pierre (« iouxmen|ta kapiād » = « iumenta capiat ») et avec un type d’auspices mentionné par Cicéron et Festus, le iuge(s) auspicium51.

  • 52  Cette objection m’a été adressée dans Humm 2014, p. 330, n. 76.
  • 53  Dans le sens de l’existence d’une tribune aux harangues permanente avant 338 av. J.‑C. : Coarelli  (...)
  • 54  Humm 2014, p. 322.
  • 55  Humm 2014, ibid.
  • 56  Humm 2014, ibid.

21La nécessité d’éviter cet « auspice d’attelage » pourrait certes impliquer que le uicus iugarius, qui venait du Forum Boarium et où circulaient des bœufs attelés sous le joug, croisait à cet endroit un templum « inauguré », mais rien ne prouve qu’il faille identifier ce templum au Comitium. Il ne pouvait certes pas s’agir alors des Rostres52, qui ne furent construits qu’au cours de la deuxième moitié du ive siècle av. J.‑C., mais ces derniers ne semblent pas avoir été créés ex nihilo en 338 av. J.‑C.53. Pour rendre compte de la nécessité d’éviter un « auspice d’attelage » dans cette zone, il suffit, quoi qu’il en soit, d’invoquer le templum de la Curie et les différents templa du Comitium, tels le Volcanal, les tribunalia des deux préteurs et, peut-être, la Graecostasis54 – à cet égard, je ne vois ni en quoi « il serait absurde d’imaginer que le Comitium aurait été constitué par une juxtaposition de petits templa indépendants les uns des autres »55 ni pourquoi les prescriptions augurales du Lapis Niger, qui concerneraient d’après M. Humm le rex sacrorum, devraient renvoyer à un templum comitial global plutôt qu’au seul Volcanal56.

  • 57  Voir éd. P. Flobert, p. 163, n. 4 du § 86 : « La note explicative de L.‑R. Taylor, Roman voting as (...)
  • 58  Vaahtera 1993, p. 112‑115. Cf. Aricò Anselmo 2012, notamment p. 48.
  • 59  Sur les contiones, voir Botsford 1909, p. 139‑151 ; Taylor 1966, p. 15‑33 ; Pina Polo 1989, en par (...)

22L’interprétation augurale de l’équivalence proposée par R. Wachter entre loiuquiod et līcium ne convainc pas davantage. L’expression « in licium » – où les éditeurs récents du De Rustica de Varron refusent de voir deux mots, préférant lire « inlicium »57 – n’est en effet jamais appliquée à une réunion de comices, mais toujours à une simple contio58, assemblée non-délibérative, pour laquelle aucune source ne laisse entendre qu’elle devait se réunir in templo59 :

  • 60  Festus, s.v. « Inlicium uocare », p. 100 L. (trad. A. Savagner). Cf. Paul Diacre, s.v. « Inlicium (...)

Inlicium uocare. Les Anciens employaient cette expression dans le sens d’appeler à l’assemblée [ad contionem uocare]60.

  • 61  Varron, La Langue latine 6, 90 (trad. P. Flobert).

De quelle façon le héraut, envoyé habituellement auprès des remparts, invitait le peuple à un endroit d’où il pourrait le convoquer à l’assemblée [inliceret populum in eum <locum>, unde uocare posset ad contionem], non seulement devant les consuls et les censeurs, mais encore devant les questeurs, cela est indiqué dans le vieux commentaire sur l’anquisitio [enquête contradictoire] du questeur Marcus Sergius, fils de Manius, qui lança une accusation capitale contre Trogus61.

  • 62  Varron, La Langue latine 6, 94 (trad. P. Flobert).

C’est pourquoi il n’y a pas de doute que ce ne soit l’inlicium [invitation], quand on parcourt les murs pour inviter [inliciatur] le peuple à venir sous les yeux du magistrat qui a le pouvoir d’appeler les hommes [ut populus inliciatur ad magistratus conspectum qui uiros uocare potest] dans un endroit d’où la voix de celui qui les convoque à l’assemblée puisse se faire entendre [in eum locum unde uox ad contionem uocantis exaudiri possit]62.

  • 63  Voir supra, p. 245 : Festus, s.v. « Minora templa », p. 146 L. ; Servius auctus, Commentaire à l’É (...)
  • 64  Ennius, Scenica XXVII, v. 87‑88 (éd. H.D. Jocelyn, p. 86), cité supra, p. 245.
  • 65  Contra, à tort, éd. H.D. Jocelyn, p. 248.

23L’interprétation augurale du mot saeptus, enfin, est douteuse. Alors que les occurrences de saeptus et de saepio sont très nombreuses, J. Linderski n’a pu en retenir que quatre pour argumenter dans le sens d’une acception augurale du terme63. Parmi celles-ci, il convient d’écarter sans attendre le passage d’Ennius64, qui n’utilise templum que dans le sens d’aedes – c’est-à-dire d’édifice consacré à une divinité65. Les trois autres occurrences concernent certes des templa auguraux, mais seulement parce que saeptum/saepio est le terme latin le plus approprié pour désigner une clôture.

  • 66  Festus, s.v. « Minora templa », p. 146 L. : « Le temple est donc un lieu défini par des paroles ou (...)
  • 67  Coarelli 1997, p. 155‑163 ; 2001b, particulièrement p. 38 et 43 ; Gatti 1999, p. 228.
  • 68  Pour les limites du Forum, voir Servius auctus, Commentaire à l’Énéide 8, 363. Cf. Purcell 1995, p (...)
  • 69  Voir infra, fig. 1.
  • 70  Outre l’article de Clément Chillet publié dans ce volume ; voir Carafa 1998 et 2005 ; Morstein-Mar (...)

24Il reste à envisager les indices archéologiques du statut « inauguré » du Comitium, du Forum romain et des Saepta. Ces derniers consistent en leur forme quadrangulaire66, leur orientation « culturelle » et les traces archéologiques de leur clôture. La reconstitution de Saepta rectangulaires67 et d’un Forum romain quadrangulaire ne soulève pas d’objection majeure, même si ce dernier présente un contour indéniablement moins régulier68. La reconstitution d’un Comitium quadrangulaire, puis circulaire – lui-même inclus dans un templum quadrangulaire69, comme à Cosa, Alba Fucens ou Paestum – a en revanche été contestée par P. Carafa, notamment pour des raisons orographiques, récemment suivi, avec des arguments solides, par R. Morstein-Marx, C.M. Amici et Cl. Chillet70.

  • 71  Pour le Comitium, voir Coarelli 1983, p. 140 et 145 ; pour les Saepta, id. 1997, p. 155‑157 ; 2001 (...)
  • 72  Coarelli 2001b, p. 40, le reconnaît.

25Le fait que les modalités de l’insertion urbaine du Comitium et des Saepta manifestent le choix « culturel » de leur donner une orientation spécifique71 n’est pas davantage décisif : l’orientation globale du complexe Curia-Comitium et des Saepta pourrait en effet très bien résulter, par cohérence architecturale, de l’orientation « augurale » du templum de la Curie, dans le premier cas, et du templum de la tribune aux harangues des Saepta, dans le second72. Cette orientation « culturelle » du Comitium et des Saepta constitue en tout cas une objection forte à la nature « inaugurée » du Forum Romanum, « naturellement » orienté par la vallée qu’il occupe entre le Capitole, le Palatin et la Velia. Son orientation nord-ouest - sud-est est d’ailleurs différente de celle, grossièrement nord-sud, des Saepta et du complexe Curia-Comitium.

  • 73  Voir supra, p. 245 : Festus, s.v. « Minora templa », p. 146 L. ; Servius auctus, Commentaire à l’É (...)
  • 74  Cicéron, La République 2, 31, cité supra, p. 246.
  • 75  Voir infra, fig. 2. Cf. Boni 1900, p. 315‑317 ; Gjerstad 1941, p. 98, et fig. 1 ; p. 111‑112.
  • 76  Varron, L’Économie rurale I, 2, 9, cité supra, p. 245.
  • 77  Voir infra, fig. 2. Cf. Boni 1903, p. 427 ; Lugli 1946, p. 81 ; Coarelli 1985, p. 254, n. 58.
  • 78  Voir infra, fig. 2. Cf. Boni 1903, p. 427 ; Thédenat 1911, p. 265 ; Lugli 1946, p. 82 ; Nash 1962, (...)
  • 79  Voir infra, fig. 3. Cf. Cecchini 1985, p. 71 et fig. 7 ; Nash 1961, p. 97, fig. 98.
  • 80  Pour le Comitium, voir Coarelli 1983, p. 140‑141, 145, 148, 151‑154 et 184‑185 ; 1985, p. 19 ; pou (...)
  • 81  Les chevauchements et les différences d’orientation entre les alignements de « puits » sont bien v (...)

26Les textes déjà mentionnés à propos du terme saeptum73 ont servi à étayer le troisième et principal indice archéologique en faveur du caractère « inauguré » du Comitium et du Forum Romanum : les traces archéologiques de leurs prétendues clôtures « augurales ». Au Comitium, aucun vestige de la clôture attribuée à Tullus Hostilius n’a été conservé74, mais plusieurs « puits » (il s’agit en réalité de fosses) sont visibles sur son côté méridional, le long des Rostra uetera (au nord-ouest du Forum Romanum)75. La situation est similaire pour le Forum romain : il ne reste aucune trace directe de la clôture soi-disant évoquée par Varron dans le passage du De Rustica cité ci‑dessus76, mais plusieurs « puits » (là encore, de simples fosses) sont attestés sur trois côtés du Forum, le long des Rostres césaro-augustéens (à l’ouest)77, le long de la Basilica Iulia (au sud)78 et le long de la rue sur laquelle furent ensuite construits l’aedes diui Iulii et l’Arc d’Auguste (à l’est)79. Or de tels « puits » ont été interprétés comme des « puits auguraux » délimitant les prétendus templa du Comitium et du Forum romain80. Une telle interprétation soulève cependant de nombreuses objections : les alignements de « puits » ne semblent pas fonctionner en système ; ils n’ont pas la même orientation et vont parfois jusqu’à se chevaucher ; ils datent d’époques distinctes ; leur revêtement de pierre n’est pas uniforme ; leurs dimensions même diffèrent81. Comment imaginer, dans ces conditions, qu’ils puissent témoigner d’une « inauguration » du Forum ?

  • 82  Cf. Festus, s.v. « Minora templa », p. 146 L. et Servius auctus, Commentaire à l’Énéide 4, 200, ci (...)
  • 83  Voir Botsford 1909, p. 466 ; Taylor 1966, p. 39‑40 ; Ph. Torrens in Goukowsky 2010, p. 126, n. 223 (...)

27En outre, l’interprétation augurale de ces « puits » ne trouve aucun appui dans la documentation littéraire, qui nous informe seulement qu’un templum était délimité par une clôture de planches (tabulis), de pièces de lin (linteis) ou de courroies (loris) supportées par des poteaux (palis) ou des lances (hastis)82. Quand bien même on accepterait d’envisager ces « puits » comme des trous destinés à fixer les poteaux ou les lances du templum, il reste hautement improbable que les Romains aient laissé en permanence autour du Forum une clôture augurale de ce type, ou même qu’ils l’aient installée à titre provisoire pour chaque vote. Ces « puits » répondaient beaucoup plus vraisemblablement à un usage pratique, en lien avec les structures temporaires (gradins, vélums) qu’il était nécessaire d’installer pour les munera et les marchés qui se tenaient sur le Forum, ou en lien avec les couloirs de vote qu’il fallait mettre en place pour les assemblées réunies tributim (concile de la plèbe ou comices tributes)83 :

  • 84  Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines VII, 59, 1 (trad. pers.). Voir aussi Appien, Guerres civ (...)

Les tribuns convoquèrent la plèbe à l’assemblée par tribu, après avoir délimité par des cordes les parties du Forum [χωρία τῆς ἀγορᾶς περισχοινίσαντες] dans lesquelles les tribus devaient se tenir séparément [ἐν οἷς ἔμελλον αἱ φυλαὶ στήσεσθαι καθ'αὑτάς]84.

28Plusieurs documents, enfin, s’opposent à l’identification des lieux de réunion du peuple comme des espaces « inaugurés ». Le premier concerne le Comitium :

  • 85  Tite-Live, III, 17, 1 (trad. J. Bayet et G. Baillet, modifiée).

En apprenant que les hommes déposaient les armes et abandonnaient leur poste, Publius Valerius laisse son collègue présider le sénat, s’élance hors de la curie et vient au templum trouver les tribuns [inde in templum ad tribunos uenit]85.

29Si le templum mentionné était le Comitium, la phrase n’aurait aucun sens. Il est en effet clairement attesté que la Curie était elle-même un templum : le Comitium lui étant immédiatement adjacent, la tournure « in templum », qui implique un déplacement entre un lieu d’origine et un lieu de destination bien distincts, deviendrait incompréhensible. Une solution de continuité est nécessaire pour rendre la phrase intelligible : or l’on sait que les tribunes des orateurs étaient des templa ; c’est donc sans doute vers une telle tribune-templum que s’élance Valerius, afin de contrer l’action des tribuns en s’adressant lui-même à la foule.

30Les mêmes conclusions peuvent être tirées d’un passage où Valère Maxime évoque le templum que constituait la tribune aux harangues des Saepta :

  • 86  Valère-Maxime, Faits et dits mémorables IV, 5, 3 (trad. R. Combès, modifiée).

La malignité du sort avait fait qu’aux élections à la préture le fils du Premier Africain, Cneius Scipion, et le scribe de son père, Cicereius, étaient candidats en même temps : voyant là la preuve de l’instabilité de la fortune, la foule lançait des récriminations contre elle, lui reprochant d’avoir mêlé la descendance d’un tel héros et sa clientèle dans leur compétition devant les comices. Mais des accusations lancées ainsi Cicereius fit un motif de le féliciter. Car lorsqu’il vit que toutes les centuries le préféraient à Scipion, il descendit du templum, il enleva sa toge blanche [de candidat] et il se mit à mener campagne pour son adversaire, sans doute pour gagner davantage à faire accorder la préture au souvenir laissé par Scipion plutôt qu’à la revendiquer pour lui86.

  • 87  Humm 2014, p. 337, n. 121.
  • 88  Dans le même sens, voir Fiori 2014, p. 125, n. 276.

31M. Humm a certes raison de souligner qu’ « en descendant de la tribune, Cicereius a dû en même temps sortir de l’enceinte des Saepta, ce qui était tout à fait possible s’il avait pris la direction du Forum, puisque le tribunal se trouvait à leur extrémité méridionale »87, mais cela ne change rien au fait que l’expression « templo descendit » ne peut se référer qu’à la tribune des Saepta, entrant ainsi en contradiction avec l’hypothèse de Saepta « inaugurés » dans leur totalité88.

32La formule « templo descendit » de Valère Maxime éclaire à son tour un passage où Cicéron évoque les violences des bandes de Clodius au Forum :

  • 89  Cicéron, Pour Sestius 85 (trad. J. Cousin, modifiée).

L’année précédente, on s’était emparé du forum […]. Des magistrats étaient chassés des templa [templis pellebantur], d’autres empêchés d’accéder au forum89.

  • 90  Cicéron, Pour Sestius 84 (trad. J. Cousin).

33Les templa concernés ne peuvent avoir été que les tribunes aux harangues du Forum, tels les Rostres ou la plate-forme du temple des Dioscures. On lit d’ailleurs, quelques lignes plus haut : « pour expulser des rostres par les armes les tribuns de la plèbe [tribunos plebis ferro e rostris expelleret] »90. La présence de ces tribunes-templa sur le Forum implique, là encore, qu’il n’ait pas été lui-même entièrement « inauguré ». Seules l’étaient les tribunes, comme le dit explicitement Tite-Live pour les Rostres :

  • 91  Tite-Live, VIII, 14, 12 (trad. R. Bloch et Ch. Guittard, modifiée). Cf. Cicéron, Contre Vatinius 2 (...)

Les vaisseaux des Antiates furent en partie amenés dans les arsenaux de Rome, en partie incendiés et décision fut prise d’élever sur le Forum une tribune que l’on orna de leurs éperons, templum qui reçut le nom de Rostres [Rostraque id templum appellatum]91.

34Or ces templa ne concernaient que le magistrat, le seul à devoir se trouver dans l’enceinte « inaugurée », comme l’illustre ce passage de Tite-Live sur la convocation des légions :

  • 92  Tite-Live, XLV, 12, 9‑10 (trad. P. Jal, modifiée).

Dès le début, au <jour> qu’il [sc. l’un des consuls] fixa pour le rassemblement des légions, il entra dans l’enceinte « inaugurée » sans avoir pris les auspices [non auspicato templum int<rauit>]. Les augures, auxquels on en avait référé [augures, cum ad eos relatum esset], décrétèrent qu’il y avait eu vice dans la convocation [uitio diem dictam esse… decreuerunt]92.

  • 93  Fiori 2014, p. 127.

35Si le magistrat devait se trouver dans un templum pour agir avec le peuple ou le Sénat, c’est qu’il lui fallait agir là où il avait pris les auspices en vue de cette action93 :

  • 94  Tacite, Annales IV, 36, 1 (trad. P. Wuilleumier, modifiée).

[…] Drusus, préfet de la Ville, monta sur son tribunal pour prendre les auspices (auspicandi gratia tribunal ingressum) […]94.

  • 95  Varron, La Langue latine 6, 86 et 91 (trad. P. Flobert).

Quand le censeur sera venu, de nuit, prendre les auspices dans l’aire augurale [ubi noctu in templum censor auspicauerit] et qu’il y aura un message venu du ciel [atque de caelo nuntium erit], qu’il commande ainsi au héraut de convoquer les hommes [praeconi sic imperato ut uiros uocet] : « Que cela soit bon, favorable, heureux et salutaire au peuple romain et aux Quirites et à l’État du peuple romain et des Quirites, à moi et à mon collègue, à notre fidélité et à notre magistrature, convoque à une invitation ici, devant moi (uoca inlicium huc ad me), tous les Quirites, cavaliers, fantassins, soldats et civils, les responsables de toutes les tribus, tous ceux qui voudront qu’on leur rende compte pour eux-mêmes ou pour un autre »95.

  • 96  Dans le cas des templa-Curies ou des templa-aedes, qui étaient « inaugurés » dans leur totalité, l (...)
  • 97  Mommsen 1892, p. 116‑119 ; Wissowa 1896, col. 2585 ; Taylor 1966, p. 62‑63 ; Nicolet 1980, p. 342. (...)
  • 98  Coarelli 1981, p. 173‑188 (notamment p. 180, fig. 1) ; 1983, p. 194‑195 ; 1997, p. 53 ; 2001a, p.  (...)

36Les templa « pour agir avec le peuple ou le Sénat » étaient ainsi fondamentalement des templa où prendre les auspices nécessaires à l’action publique du magistrat96. Il convient donc de revenir à la position de Th. Mommsen, G. Wissowa, L.‑R. Taylor et Cl. Nicolet97, et d’abandonner l’idée d’une auspicatio précomitiale des magistrats depuis les auguracula de l’Arx et du Quirinal, contrairement à ce que l’on affirme généralement aujourd’hui à la suite de F. Coarelli98.

  • 99  L’expression « espace de majesté » est reprise à David 2006 : voir en particulier p. 185 et 187 (c (...)
  • 100  Cicéron, Sur les pouvoirs de Pompée 1.

37Lieux solennels où les magistrats prenaient les auspices pour agir ensuite avec le peuple ou le Sénat, ces « templa de majesté »99 constituaient l’expression spatio-juridique de la hiérarchie symbolique des différents acteurs du vote à Rome – magistrats, sénateurs et peuple. Les plates-formes des Curies « inaugurées » et des templa-aedes où se réunissait le Sénat manifestaient ainsi le contrôle du magistrat par ses pairs, sénateurs et augures, qui encadraient sa prise d’auspices, contrainte indissociable de sa potestas ; les tribunes ou les plates-formes « inaugurées » du Comitium, du Forum ou des Saepta matérialisaient, à l’inverse, le prestige que représentait, vis-à-vis du peuple, la détention exclusive, par le magistrat, du ius auspicandi à titre public et la supériorité de sa potestas cum auspiciis sur le potestas du peuple, « mineure » et dépourvue d’auspices. Cicéron se fait le porte-parole de cette conception aristocratique de l’action du magistrat avec le peuple, lorsqu’il qualifie les Rostres de locus ad agendum plein d’auctoritas100.

Fig. 1 – Proposition de restitution du Comitium républicain, sous les deux formes qu’il aurait prises successivement (d’après Coarelli 1977, p. 168, pl. I).

Fig. 1 – Proposition de restitution du Comitium républicain, sous les deux formes qu’il aurait prises successivement (d’après Coarelli 1977, p. 168, pl. I).

Les fouilles récentes rendent moins sûr le déplacement de la curie sur son axe (cf. Liverani 2009, p. 44‑46).

Fig. 2 – « Puits » des côtés nord-ouest, ouest et sud du Forum romain (Hülsen 1905, p. 65, fig. 21).

Fig. 2 – « Puits » des côtés nord-ouest, ouest et sud du Forum romain (Hülsen 1905, p. 65, fig. 21).

Fig. 3 – « Puits » du côté oriental du Forum romain (Cecchini 1985, p. 71 et fig. 7).

Fig. 3 – « Puits » du côté oriental du Forum romain (Cecchini 1985, p. 71 et fig. 7).

Bibliographie

Sources antiques

Aulu Gelle, Nuits Attiques, Tome III, Livres XI‑XV, texte établi et traduit par R. Marache, CUF, série latine 288, Paris, 2002 (1er tirage, 1989).

Cato and Varro, On Agriculture, texte établi et traduit par W. Hooper et H. Ash, The Loeb classical library 283, Londres-Cambridge (Mass.), 1934.

Cicéron, Discours, Tome VII, Pour M. Fonteius, Pour A. Cécina, Sur les pouvoirs de Pompée, texte établi et traduit par A. Boulanger, CUL, série latine 54, Paris, 2002 (1er tirage, 1929).

Cicéron, Discours, Tome IX, Sur la loi agraire, Pour C. Rabirius, texte établi et traduit par A. Boulanger, CUF, série latine 11, Paris, 2002 (1er tirage, 1932).

Cicéron, Discours, Tome X, Catilinaires, texte établi et traduit par H. Bornecque et E. Bailly, CUF, série latine 31, Paris, 2011 (1er tirage, 1927).

Cicéron, Discours, Tome XIV, Pour Sestius, Contre Vatinius, texte établi et traduit par J. Cousin, CUF, série latine 186, Paris, 2002 (1er tirage, 1966).

Cicéron, La République, Tome II, Livres II‑VI, texte établi et traduit par E. Bréguet, édition revue et corrigée par G. Achard, CUF, série latine 6, Paris, 2002 (1er tirage, 1921, nouvelle édition 1980, corrigée 1989).

Ennius, The Tragedies of Ennius : the fragments (2e éd.), texte étidé par H.D. Jocelyn, Cambridge classical texts and commentaries 10, Cambridge, 1969 (réimpression, 2008).

Festus, De la signification des mots, texte établi et traduit par A. Savagner, Bibliothèque latine-française, seconde série, Paris, 1846.

Polybe, Histoire romaine, Tome VI, Livre VI, texte établi et traduit par R. Weil, CUF, série grecque 253, Paris, 2003 (1er tirage, 1977).

Tacite, Annales, Tome II, Livres IV‑VI, texte établi et traduit par P. Wuilleumier, CUF, série latine 215, Paris, 2003 (1er tirage, 1990).

Tite-Live, Histoire romaine, Tome III, Livre III, texte établi et traduit par J. Bayet et G. Baillet, CUF, série latine 107, Paris, 2003 (1er tirage, 1943).

Tite-Live, Histoire romaine, Tome V, Livre V, texte établi et traduit par J. Bayet et G. Baillet, CUF, série latine 145, Paris, 2003 (1er tirage, 1954).

Tite-Live, Histoire romaine, Tome VIII, Livre VIII, texte établi et traduit par R. Bloch et C. Guittard, CUF, série latine 280, Paris, 2003 (1er tirage, 1987).

Tite-Live, Histoire romaine, Tome XXXIII, Livre XLV, texte établi et traduit par P. Jal, CUF, série latine 240, Paris, 2003 (1er tirage, 1979, édition augmentée, 1991).

Valère Maxime, Dits et faits mémorables, Tome 2, Livres IV‑VI, texte établi et traduit par R. Combès, CUF, série latine 339, Paris, 2003 (1er tirage, 1997).

Varron, Économie rurale : M. Porci Catonis De agri cultura liber. M. Terenti Varronis Rerum rusticarum libri tres, édité par H. Keil, Leipzig, 1884.

Varron, Économie rurale : M. Terenti Varronis Rerum rusticarum libri tres, édité par G. Goetz, Bibliotheca scriptorum Graecorum et Romanorum Teubneriana, Leipzig, 1912 et 1929.

Varron, Économie rurale, Tome I, Livre I, texte établi et traduit par J. Heurgon, CUF, série latine 236, Paris, 2003 (1er tirage, 1978).

Varron, La Langue latine, Tome II, Livre VI, texte établi et traduit par P. Flobert, CUF, série latine 273, Paris, 2003 (1er tirage, 1985).

Études

Amici C.M. 20042005, « Evoluzione architettonica del Comizio a Roma », RPAA 77, p. 351‑379.

ANRW 1978 et 1986, W. Haase (dir.), Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, vol. II/16/1 (1978) et II/16/3 (1986), Berlin-New York.

Aricò Anselmo G. 2012, Antiche regole procedurali e nuove prospettive per la storia dei comitia, Dipartimento Iura. Sezione di Storia del Diritto. Università degli Studi di Palermo. Monografie 10, Turin.

Beek L. 2012, « Divine law and the penalty of sacer esto in early Rome », in O. Tellegen-Couperus (dir.), Law and religion in the Roman Republic, Mnemosyne. Supplementum 336, Leiden-Boston, p. 11‑29.

Benoist S. (dir.) 2012, Rome, a city and its empire in perspective : the impact of the Roman world through Fergus Millar’s research (Rome, une cité impériale en jeu. L’impact du monde romain selon Fergus Millar), Impact of Empire 16, Leiden-Boston.

Berthelet Y. 2012, Gouverner par les signes divins. Recherches sur l’autorité divinatoire publique, sous la République romaine et au début du Principat, thèse de doctorat soutenue à Paris I Panthéon-Sorbonne le 7 décembre 2012, sous la direction conjointe de J.‑M. David et J. Scheid (inédit).

Berthelet Y. 2015, Gouverner avec les dieux. Autorité, auspices et pouvoir, sous la République romaine et sous Auguste, Mondes anciens 1, Paris.

Boni G. 1900, Atti della reale Accademia dei Lincei. Notizie degli scavi, Rome, p. 291‑340.

Boni G. 1903, Atti della reale Accademia dei Lincei. Notizie degli scavi, Rome, p. 123‑170 et 375‑427.

Bonnefond-Coudry M. 1989, Le Sénat de la République romaine de la guerre d’Hannibal à Auguste : pratiques délibératives et prise de décision, BEFAR 273, Rome.

Borlenghi A. 2011, Il campus. Organizzazione e funzione di uno spazio pubblico in età romana : le testimonianze in Italia e nelle Province occidentali, Thiasos 1, Rome.

Botsford G.W. 1909, The Roman assemblies, from their origin to the end of the republic, New York (réimpression, 1968).

Brown F.E. 1980, Cosa. The making of a Roman town, Jerome lectures 13, Ann Arbor.

Carafa P. 1998, Il comizio di Roma dalle origini all’età di Augusto, Bullettino della Commissione archeologica comunale di Roma. Supplementi 5, Rome.

Carafa P. 2005, « Il Volcanal e il Comizio », in A. Carandini et E. Greco (dir.), Workshop di archeologia classica. Paesaggi, costruzioni, reperti. Annuario internazionale 2, Pise-Rome, p. 135‑149.

Catalano P. 1960, Contributi allo studio del diritto augurale, vol. I, Memorie dell’Istituto giuridico 107, Turin.

Catalano P. 1978, « Aspetti spaziali del sistema giuridico-religioso romano », ANRW II/16/1, p. 440‑553.

Cecchini M.‑G. 1985, « Tempio del Divo Giulio. La zona prima della costruzione del tempio », in Roma. Archeologia nel centro. I, L’area archeologica centrale, Lavori e studi di archeologia 6, Rome, p. 67‑72.

Coarelli F. 1977, « Il Comizio dalle origini alla fine della Repubblica. Cronologia e topografia », PP 32, p. 166‑238.

Coarelli F. 1981, « La doppia tradizione sulla morte di Romolo e gli auguracula dell’Arx et del Quirinale », in G. Colonna et al. (dir.), Gli Etruschi e Roma. Atti dell’incontro di studio in onore di Massimo Pallottino : Roma, 11‑13 dicembre 1979, Rome, p. 173‑188.

Coarelli F. 1983, Il Foro Romano. I, Periodo arcaico, Lectiones planetariae, Rome.

Coarelli F. 1985, Il Foro Romano. II, Periodo repubblicano e augusteo, Lectiones planetariae, Rome.

Coarelli F. 1993a, LTVR I, s.v. « Curia Hostilia », p. 331‑332.

Coarelli F. 1993b, LTVR I, s.v. « Curia Pompei, Pompeiana », p. 334‑335.

Coarelli F. 1994, Enciclopedia dell’arte antica classica e orientale, Secondo supplemento, II, Rome, s.v. « Fregellae », p. 702‑704.

Coarelli F. 1996, « Il Gianicolo nell’antichità », in E.M. Steinby (dir.), Ianiculum-Gianicolo : storia, topografia, monumenti, leggende dall’antichità al rinascimento, Acta Instituti Romani Finlandiae 16, Rome, p. 13‑27.

Coarelli F. 1997, Il Campo Marzio : dalle origini alla fine della Repubblica, Rome.

Coarelli F. 1998a, « Comitium e Comitia : l’assemblea e il voto a Roma in età repubblicana », in E. Greco (dir.), Venticinque secoli dopo l’invenzione della democrazia (relazioni presentate al convegno tenutosi a Paestum dal 12 al 14 ottobre del 1994), Aspìs 2, Paestum, p. 133‑143.

Coarelli F. 1998b, « La storia e lo scavo », in id., P.G. Monti et P. Boila (dir.), Fregellae. I, Le fonti, la storia, il territorio, Rome, p. 29‑70.

Coarelli F. 2001a, « Tabernaculum. L’immagine degli auspicia consolari nella monetazione romana », in C. Evers et A. Tsingarida (éd.), Rome et ses provinces. Genèse & diffusion d’une image du pouvoir. Hommages à Jean-Charles Balty, Lucernae Novantiquae, Bruxelles, p. 89‑101.

Coarelli F. 2001b, « Les Saepta et la technique du vote à Rome de la fin de la République à Auguste », Pallas 55, p. 37‑51.

Coarelli F. 2005, « Pits and fora : a reply to Henrik Mouritsen », PBSR 73, p. 23‑30.

Corbier M. 1992, « De la maison d’Hortensius à la curia sur le Palatin », MEFRA 104, p. 871‑916.

David J.‑M. 1992, Le patronat judiciaire au dernier siècle de la République romaine, BEFAR 277, Rome.

David J.‑M. 2006, « L’espace de majesté », in A. Vigourt, X. Loriot, A. Bérenger-Badel et B. Klein (dir.), Pouvoir et religion dans le monde romain, en hommage à Jean-Pierre Martin, Passé/Présent, Paris, p. 185‑199.

De Ruggiero E. 1913, Il Foro romano, Rome-Arpino.

Detlefsen D. 1860, « De Comitio romano », AnnInst 32, p. 128‑160.

Dumézil G. 1951, « L’inscription archaïque du Forum et Cicéron, De diuinatione, II, 36 », Mélanges Jules Lebreton I, numéro spécial de Recherches de science religieuse 39, p. 17‑29.

Dumézil G. 1953, « Le iuges auspicium et les incongruités du taureau attelé de Mudgala », Nouvelle Clio 5, p. 249‑266.

Dumézil G. 1958‑1959, « Sur l’inscription du Lapis Niger », REL 36, p. 109‑111 et REL 37, p. 102.

Dumézil G. 1974, La religion romaine archaïque, suivi d’un appendice sur la religion des Étrusques (2e éd.), Bibliothèque historique, Paris.

Dumézil G. 1979, Mariages indo-européens, suivi de Quinze questions romaines, Bibliothèque historique, Paris.

Etxebarria Akaiturri A. 2008, Los foros romanos republicanos en la Italia centro-meridional tirrena. Origen y evolución formal, Serie arqueológica 10, Madrid.

Fiori R. 2014, « La convocazione dei comizi centuriati : diritto costituzionale e diritto augurale », ZRG 131, p. 60‑176.

Flach D. 1996 (éd. et trad.), Marcus Terentius Varro. Gespräche über die Landwirtschaft, Buch 1, Texte zur Forschung 65, Darmstadt.

Flaig E. 1994, « Repenser le politique dans la République romaine », Actes de la recherche en sciences sociales 105, p. 13‑25.

Flaig E. 1998, « War die römische Volksversammlung ein Entscheidungsorgan ? », in R. Blänkner et B. Jussen (dir.), Institution und Ereignis. Über historische Praktiken und Vorstellungen gesellschaftlichen Ordnens, Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Geschichte 138, Göttingen, p. 49‑73.

Flaig E. 2001, « L’assemblée du peuple à Rome comme rituel de consensus. Hiérarchie politique et intensité de la volonté populaire », Actes de la recherche en sciences sociales 140, p. 12‑20.

Flaig E. 2003, Ritualisierte Politik. Zeichen, Gesten und Herrschaft im Alten Rom, Historische Semantik 1, Göttingen.

Fraccaro P. 1957, « La procedura del voto nei comizi tributi romani », in id., Opuscula. II, Studi sull’età della rivoluzione romana. Scritti di diritto pubblico. Militaria, Pavie, p. 235‑254 (reprise d’un article publié dans Atti Reg. Acc. Scienze Torino 49, 1913‑1914, p. 600‑622).

Gatti G. 1999, LTVR IV, s.v. « Saepta Iulia », p. 228‑229.

Gjerstad E. 1941, « Il Comizio Romano dell’età repubblicana », in Opuscula archaeologica, vol. II, Skrifter utgivna av Svenska institutet i Rom. Acta Instituti Romani Sueciae, Lund-Leipzig, p. 97‑158.

Göttling K.W. 1831, De loco M. Terentii Varronis : de re rustica I, 2, qui de rogationibus Liciniis agit, Iéna, p. 4‑9.

Goukowsky P. 2010 (éd. et trad.), Appien, Histoire romaine, Tome X, Livre XV, Guerres civiles, Livre III, CUF, série grecque 10, Paris (avec les commentaires de P. Torrens).

Grienberger T. von 1912, « Zur Inschrift des Cippus vom Forum Romanum », Indogermanische Forschungen 30, p. 210‑215.

Gros P. 1996, L’architecture romaine : du début du iiie siècle av. J.‑C. à la fin du Haut-Empire. I, Les monuments publics, Les Manuels d’art et d’archéologie antiques, Paris.

Gros P. 2009, « Les limites d’un compromis historique : de la domus vitruvienne à la maison augustéenne du Palatin », in F. Hurlet et B. Mineo (dir.), Le principat d’Auguste : réalités et représentations du pouvoir autour de la « Res publica restituta », Histoire, Rennes, p. 169‑185.

Gros P. 2010, « La nouvelle Rome de César : réalité et utopie », in G. Urso (dir.), Cesare : precursore o visionario ? Atti del convegno internazionale. Cividale del Friuli. 17‑19 settembre 2009, I convegni della Fondazione Niccolò Canussio 9, Pise, p. 265‑284.

Hiebel D. 2009, Rôles institutionnel et politique de la « contio » sous la République romaine (287‑49 av. J.‑C.), Romanité et modernité du droit, Paris.

Hiebel D. 2012, « Réponse à Robert Morstein-Marx : Quelle réalité pour le débat public de la République tardive ? », in E. Chevreau, D. Kremer et A. Laquerrière-Lacroix (dir.), Carmina iuris : mélanges en l’honneur de Michel Humbert, Romanité et modernité du droit, Paris, p. 363‑389.

Hölkeskamp K.‑J. 2004, Senatus populusque Romanus. Die politische Kultur der Republik : Dimensionen und Deutungen, Stuttgart.

Hölkeskamp K.‑J. 2006, « Konsens und Konkurrenz. Die politische Kultur der römischen Republik in neuer Sicht », Klio 88, p. 360‑396.

Hölkeskamp K.‑J. 2008a, Reconstruire une République : la « culture politique » de la Rome antique et la recherche des dernières décennies, Nantes (trad. française, par C. Layre, avec la collaboration et sous la direction de F. Hurlet, de Rekonstruktionen einer Republik : die politische Kultur des antiken Rom und die Forschung der letzten Jahrzehnte, Historische Zeitschrift. Beiheft 38, Munich, 2004).

Hölkeskamp K.‑J. 2008b, « Hierarchie und Konsens. Pompae in der politischen Kultur der römischen Republik », in A.H. Arweiler et B.M. Gauly (dir.), Machtfragen. Zur kulturellen Repräsentation und Konstruktion von Macht in Antike, Mittelalter und Neuzeit, Stuttgart, p. 79‑126.

Hölkeskamp K.‑J. (dir.) 2009, avec la collab. de E. Müller-Luckner, Eine politische Kultur (in) der Krise ? Die « letzte Generation » der römischen Republik, Schriften des Historischen Kollegs 73, Munich.

Hülsen C. 1902, « Die Ausgrabungen auf dem Forum Romanum 1898‑1902 », MDAI(R) 17, p. 1‑97.

Hülsen C. 1905, « Die Ausgrabungen auf dem Forum Romanum 1902‑1904 », MDAI(R) 20, p. 1‑119.

Humm M. 1999, « Le Comitium du Forum romain et la réforme des tribus d’Appius Claudius Caecus », MEFRA 111/2, p. 625‑694.

Humm M. 2005, Appius Claudius Caecus. La République accomplie, BEFAR 322, Rome.

Humm M. 2014, « Espaces comitiaux et contraintes augurales à Rome pendant la période républicaine », Ktèma 39, p. 315‑345.

Hurlet F. 2012, « Démocratie à Rome ? Quelle démocratie ? En relisant Millar (et Hölkeskamp) », in Benoist 2012, p. 19‑43.

Jehne M. 2006a, « Who attended Roman assemblies ? Some remarks on political participation in the Roman Republic », in F. Marco Simón, F. Pina Polo et J. Remesal Rodríguez (dir.), Repúblicas y ciudadanos : modelos de participación cívica en el mundo Antiguo, Instrumenta 21, Barcelone, p. 221‑234.

Jehne M. 2006b, « Methods, models, and historiography », in N. Rosenstein et R. Morstein-Marx (dir.), A companion to the Roman Republic, Blackwell companions to the ancient world, Oxford, p. 3‑28.

Jehne M. (dir.) 1995, Demokratie in Rom ? : die Rolle des Volkes in der Politik der römischen Republik, Historia-Einzelschriften 96, Stuttgart.

Krause C. 1976, « Zur baulichen Gestalt des republikanischen Comitiums », MDAI(R) 83, p. 31‑69.

Kvium C. 2011, « Inauguration and foundation. An essay on Roman ritual classification and continuity », in J.H. Richardson et F. Santangelo (dir.), Priests and state in the Roman world, PawB 33, Stuttgart, p. 63‑90.

Lange L. 1862, Römische Alterthümer. II, Der Staatsalterthümer zweiter Theil, Berlin.

Linderski J. 1986, « The augural law », ANRW II/16/3, p. 2146‑2312.

Liverani P. 2009, « Cesare urbanista », in G. Gentili (dir.), Giulio Cesare. L’uomo, le imprese, il mito, Milan, p. 42‑51.

LTVR 1993‑2000 : E.M. Steinby (dir.), Lexicon topographicum vrbis Romae, vol. I‑VI, Rome.

Lugli G. 1946, Roma antica. Il centro monumentale, Rome.

Mertens J. 1969, Alba Fucens. Rapports et études, vol. I, Études de philologie, d’archéologie et d’histoire anciennes XII, Bruxelles-Rome.

Millar F. 1984, « The political character of the classical Roman Republic, 200‑151 B.C. », JRS 74, p. 1‑19.

Millar F. 1986, « Politics, persuasion and the people before the Social War (150‑90 B.C.) », JRS 76, p. 1‑11.

Millar F. 1989, « Political power in mid-Republican Rome : curia or comitium ? », JRS 79, p. 138‑150.

Millar F. 1998, The crowd in Rome in the late Republic, Jerome lectures 22, Ann Arbor.

Millar F. 2002, The Roman Republic in political thought, The Menahem Stern Jerusalem lectures, Hanovre-Londres.

Mommsen T. 1889, Le droit public romain, Tome VI/1, Manuel des antiquités romaines, Paris (trad. française, par P.‑F. Girard, du Römisches Staatsrecht).

Mommsen T. 1892, Le droit public romain, Tome I, Manuel des antiquités romaines, Paris.

Moreau P. 2003, « Donner la parole au peuple ? Rhétorique et manipulation des contiones à la fin de la République romaine », in S. Bonnafous et al. (dir.), Argumentation et discours politique. Antiquité grecque et latine, Révolution française, monde contemporain. Actes du colloque international de Cerisy-la-Salle, Res publica, Rennes, p. 175‑189.

Morstein-Marx R. 2004, Mass oratory and political power in the late Roman Republic, Cambridge-New York-Port Melbourne.

Mouritsen H. 2001, Plebs and politics in the late Roman Republic, Cambridge-Melbourne.

Mouritsen H. 2004, « Pits and politics : interpreting colonial fora in Republican Italy », PBSR 72, p. 37‑67.

Nash E. 1961, Bildlexikon zur Topographie des antiken Rom, vol. I, Amphitheatrum Castrense - Lacus Curtius, Tübingen.

Nash E. 1962, Bildlexikon zur Topographie des antiken Rom, vol. II, Lacus Iuturnae - Volcanal, Tübingen.

Nicolet C. 1980, Le métier de citoyen dans la Rome républicaine (2e éd.), Bibliothèque des histoires, Paris.

OLD : Oxford Latin dictionary, Oxford, 1968.

Palombi D. 1993, LTVR I, s.v. « Curia in palatio », p. 334.

Pina Polo F. 1989, Las contiones civiles y militares en Roma, Monografías de historia antigua, Saragosse.

Pina Polo F. 2005, « I rostra come espressione di potere della aristocrazia romana », in G. Urso (dir.), Popolo e potere nel mondo antico. Atti del convegno internazionale, Cividale del Friuli, 23‑25 settembre 2004, I convegni della Fondazione Niccolò Canussio 4, Pise, p. 141‑155.

Pina Polo F. 2012, « Contio, auctoritas and freedom of speech », in Benoist 2012, p. 45‑58.

Purcell N. 1995, LTVR II, s.v. « Forum Romanum (the Republican period) », p. 325‑336.

RE 1893‑1978 : G. Wissowa et al. (dir.), Paulys Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft, Stuttgart-Munich.

Riganti E. 1978, De lingua Latina, Libro VI, Testo critico. Traduzione e Commento, Edizioni e saggi universitari di filologia classica 19, Bologne.

Scheid J. 2005, « Religion et espace dans l’Antiquité : réalité et représentation », in A. Berthoz et R. Recht (dir.), Les espaces de l’homme. Symposium annuel, Travaux du Collège de France, Paris, p. 265‑276.

Taylor L.‑R. 1966, Roman voting assemblies from the Hannibalic War to the dictatorship of Caesar, Jerome lectures 8, Ann Arbor.

Thédenat H. 1911, Le Forum romain et les forums impériaux (5e éd.), Paris.

Torelli M. 1966, « Un templum augurale d’età repubblicana a Bantia », RAL 21, p. 293‑315.

Torelli M. 1969, « Contributi al supplemento del CIL IX », RAL 24, p. 9‑48.

Torelli M. 1982, Typology and structure of Roman historical reliefs, Jerome lectures 14, Ann Arbor.

Torelli M. 1991, « Il diribitorium di Alba Fucens e il campus eroico di Herdonia », in J. Mertens et R. Lambrechts (dir.), Comunità indigene e problemi della romanizzazione nell’Italia centro-meridionale (IV‑III sec. av. C.). Actes du colloque international organisé à l’occasion du 50e anniversaire de l’Academia Belgica, Rome 1990, BHPAH 29, Rome-Bruxelles, p. 39‑63.

Tortorici E. 1993, LTVR I, s.v. « Curia Iulia », p. 332‑334.

Ulrich R.B. 1994, The Roman orator and the sacred stage : the Roman « templum rostratum », Latomus 222, Bruxelles.

Vaahtera J. 1993, « On the religious nature of the place of Assembly », in U. Paananen et al. (dir.), Senatus populusque romanus. Studies in Roman republican legislation, Acta Instituti Romani Finlandiae 13, Rome, p. 97‑116.

Vaahtera J. 2001, Roman augural lore in Greek historiography. A study of the theory and terminology, Historia. Einzelschriften 156, Stuttgart.

Valeton I.M.J. 1895, « De templis Romanis », Mnemosyne 23 (n.s.), p. 15‑79.

Viscogliosi A. 1999, LTVR IV, s.v. « Porticus Octauiae », p. 141‑145.

Wachter R. 1987, Altlateinische Inschriften. Sprachliche und epigraphische Untersuchungen zu den Dokumenten bis etwa 150 v. Chr., Europäische Hochschulschriften 15, Klassische Sprachen und Literaturen 38, Berne.

Wickert L. 1926, RE XIII/1, s.v. « Licium », col. 505‑507.

Willems P. 18831885, Le Sénat de la République romaine, vol. II, Les attributions du sénat, Louvain-Berlin (réimpression Aalen, 1968).

Wissowa G. 1896, RE II/2, s.v. « Auspicium », col. 2580‑2587.

Wissowa G. 1912, Religion und Kultus der Römer (2e éd.), Handbuch der klassischen Altertumswissenschaft 5/4, Munich.

Yakobson A. 2006, « Il Popolo romano, il sistema e l’ “élite” : il dibattito continua », StudStor 47, p. 377‑393.

Yakobson A. 2010, « Traditional political culture and the people’s role in the Roman Republic », Historia 59, p. 282‑302.

Notes

1  Cet article, qui devait être à l’origine une simple conférence sur ma thèse de doctorat, reprend pour l’essentiel Berthelet 2015, p. 234‑258, mais en tenant compte des principales objections formulées dans Humm 2014.

2  Polybe, VI, 11, 11 (trad. R. Weil).

3  Millar 1984 ; 1986 ; 1989 ; 1998 ; 2002 (pour la bibliographie complète de Millar, voir Benoist 2012, p. 183‑189).

4  Jehne 1995 ; 2006a-b ; Flaig 1994 ; 1998 ; 2001 ; 2003 ; Hölkeskamp 2004 ; 2006 ; 2008a‑b. Voir aussi Mouritsen 2001 ; Moreau 2003 ; Morstein-Marx 2004 ; Pina Polo 2005 et 2012 ; Yakobson 2006 et 2010 ; Hurlet 2012 ; Hiebel 2012.

5  Sur les templa auguraux terrestres, voir Valeton 1895, p. 24‑64 ; Wissowa 1912 ; p. 527‑528 ; Catalano 1978, p. 467‑479 ; Linderski 1986, p. 2156‑2158 et 2256‑2296, particulièrement 2260‑2279 ; Gros 1996, p. 122‑123 ; Kvium 2011, p. 67 et n. 30. Dans le principe, il convient de les distinguer des templa-aedes « consacrés », plus proches de ce que les Modernes appellent « temples ». Dans les faits, comme ils étaient également presque tous « inaugurés », les templa-aedes pouvaient aussi être utilisés pour des réunions du Sénat : cf. Servius auctus, Commentaire à l’Énéide 4, 200, cité infra, p. 245.

6  L’espace était défini par la parole des augures (Varron, La Langue latine 6, 53). Cf. Scheid 2005, p. 269.

7  L’espace était libéré de toute servitude divine et humaine. Cf. Scheid 2005, p. 269.

8  Paul Diacre, s.v. « Augustus », p. 2 L. (trad. A. Savagner, modifiée).

9  Se succédèrent au bord du Comitium, les Curies Hostilia et Iulia (Bonnefond-Coudry 1989, p. 31‑64 et 168‑176, notamment p. 60‑63 pour la discussion sur la dénomination de la curie syllanienne ; Coarelli 1993a ; Tortorici 1993). À ces dernières, il convient d’ajouter les Curies construites par Pompée et Auguste (curie d’Octavie) sur le Champ de Mars et la Curie augustéenne du Palatin (Bonnefond-Coudry 1989, p. 161‑168 et 176‑182 ; Corbier 1992, p. 893‑901 ; Coarelli 1993b ; Palombi 1993 ; Viscogliosi 1999 ; Gros 2009, p. 181 ; 2010, p. 278).

10  Aulu-Gelle, Nuits attiques XIV, 7, 7 ; Varron, La Langue latine 7, 10 ; Tite-Live, I, 30, 2 ; XXVI, 31, 11 ; XXVI, 33, 4 ; Servius auctus, Commentaire à l’Éneide 1, 446 ; 4, 200 ; 9, 4 ; Servius, Commentaire à l’Éneide 7, 153 et 174 ; 11, 235. Cf. Vaahtera 2001, p. 128 et n. 149. Le Sénat pouvait aussi se réunir dans d’autres lieux que les Curies, notamment dans des temples-aedes (Bonnefond-Coudry 1989, p. 25‑196, notamment p. 32‑48).

11  Sur les Rostres-templa, voir Ulrich 1994.

12  Tite-Live, II, 56, 10 ; III, 17, 1 ; VIII, 14, 12 ; Cicéron, Contre Vatinius 24 ; Pour Sestius 75 et 90 ; Sur les pouvoirs de Pompée 70 (cf. ibid., 1). Les Rostra uetera, aménagés en bordure du Comitium en 338 av. J.‑C., furent remplacés par de nouveaux Rostres, eux aussi « inaugurés », construits par César sur le côté ouest du Forum, avant d’être agrandis par Auguste.

13  Valère-Maxime, Faits et dits mémorables IV, 5, 3.

14  M. Humm (2014, p. 327) a raison de rejeter l’une de mes objections à l’hypothèse d’un Forum Romanum « inauguré » (objection que j’avais formulée aux pages 349‑350 du manuscrit de ma thèse, mais que je n’ai pas reprise dans Berthelet 2015). Cette objection était la suivante : si une inauguratio des lieux de réunion des comices avait été nécessaire, C. Licinius Crassus, en 145 av. J.‑C., n’aurait pas pu y transférer l’assemblée tribute sans avoir fait préalablement « inaugurer » le Forum par les augures ; or, les sources ne font aucune mention d’une telle inauguratio. Mais c’était oublier que Crassus était alors tribun de la plèbe et que l’assemblée qu’il transféra du Comitium vers le Forum était par conséquent un concilium plebis, convoqué et présidé inauspicato. Les chercheurs, sans toujours distinguer le concile de la plèbe (lequel était réuni tributim) des comices tributes, admettent généralement que le transfert des comices tributes du Comitium vers le Forum fut entraîné par celui du concile de la plèbe : Taylor 1966, p. 23, 25 et 41 ; Nicolet 1980, p. 336 ; Coarelli 1985, p. 158.

15  Fraccaro 1957, p. 253 ; Taylor 1966, p. 40 et 46‑47 ; Nicolet 1980, p. 337 ; Coarelli 1985, p. 164‑165.

16  Taylor 1966, p. 47 ; Nicolet 1980, p. 337 ; Coarelli 1985, p. 164.

17 Voir, en particulier, Torelli 1966 ; 1969 ; 1982, p. 30‑31 et 54‑55 ; 1991 ; Coarelli 1983, p. 140‑141, 145, 148, 151‑154, et 184‑185 ; 1985, p. 19, 126‑131, 140 ; 1997, p. 154‑157 et 159‑161 ; 1998a, p. 137 ; 2001b, p. 40 ; 2005 ; Gros 1996, p. 122 et 208‑209 ; Scheid 2005, p. 269‑270. Pour les Saepta, voir plus particulièrement Taylor 1966, p. 49 et Borlenghi 2011, p. 94. Pour le Comitium, voir en particulier Humm 1999, p. 635 ; 2005, p. 602‑603. Contra, Vaahtera 1993 ; Carafa 1998 et 2005 ; Mouritsen 2004.

18  Tite-Live, III, 20, 6 (trad. J. Bayet et G. Baillet, modifiée).

19  Aulu-Gelle, Nuits attiques XIII, 16, 3 (trad. R. Marache).

20  C’est sur ce sens très large attribué (à tort, selon moi) à l’expression « agere cum populo » que repose l’objection que croit pouvoir m’adresser M. Humm (2014, p. 336, n. 118) : « Cf. Berthelet 2012, p. 349‑351, pour qui le seul mot, dans ce texte de Tite-Live, qui serait concerné par la nécessité d’“inaugurer” un lieu est auspicato : c’est en effet pour pouvoir prendre les auspices d’assemblée qu’il fallait que les augures “inaugurent” un lieu. Mais ce même lieu (ubi), une fois les auspices pris (auspicato), servait également à cum populo agere. »

21  Vaahtera 1993, p. 110‑111 et 115, notamment p. 111 : « Even if the phrase cum populo agere is to be seen as a transaction of the magistrates, it nevertheless seems to include some sense of reciprocity ; in other words it could refer both to the question placed before the people by the presiding officer, and the answer (i.e. the vote) of the people to this question. In this case the voting must also have taken place in a templum. » Cf. Humm 1999, p. 636, n. 28 ; 2005, p. 604, n. 11.

22  Cicéron, Sur les pouvoirs de Pompée 1 (trad. A. Boulanger, modifiée).

23  Tite-Live, V, 52, 15‑16 (trad. J. Bayet et G. Baillet, modifiée).

24  Selon Fiori 2014, p. 87, auspicato serait à traduire, en Tite-Live, III, 20, 6 et V, 52, 15‑16, par « correttamente da un punto di vista augurale » plutôt que par « dopo aver presi gli auspici ». La remarque est sans doute fondée, mais, pour notre réflexion, ne change rien sur le fond.

25  Cicéron, Pour C. Rabirius 11 (trad. A. Boulanger, modifiée).

26  Voir cependant Pétrone, 131, 1, qui parle métaphoriquement de « locus inauspicatus » pour désigner un « lieu de mauvais augure ».

27  Catalano 1960, p. 68‑69, 125 et 380 ; Linderski 1986, p. 2295.

28  Cicéron, Catilinaires 4, 2 (trad. H. Bornecque et E. Bailly). Cf. Cicéron, Pour Murena 1.

29  Cicéron, Contre Vatinius 24 (trad. J. Cousin, modifiée).

30  Pour les sources, se référer à Bonnefond-Coudry 1989, p. 32‑46.

31  Bonnefond-Coudry 1989, p. 25‑27.

32  Willems 1883‑1885, p. 145 et n. 6 ; Bonnefond-Coudry 1989, p. 53 ; Coarelli 1993a, p. 331.

33   Bonnefond-Coudry 1989, p. 49‑50.

34  Detlefsen 1860, p. 132 ; Linderski 1986, p. 2265 et n. 469. Voir aussi Coarelli 1983, p. 140 ; 1985, p. 127‑131 ; 1998a, p. 137.

35  Festus, s.v. « Minora templa », p. 146 L. (trad. A. Savagner, modifiée).

36  Servius auctus, Commentaire à l’Énéide 4, 200 (trad. pers.).

37  Varron, La Langue latine 7, 13 (trad. pers.).

38  Ennius, Scenica XXVII, v. 87‑88 (éd. H.D. Jocelyn, p. 86 ; trad. pers.).

39  Servius, Commentaire aux Bucoliques 1, 33 ; Cicéron, Lettres à Atticus IV, 16, 8. Cf. Coarelli 1997, p. 155‑161 ; 2001b, p. 40‑43.

40  Göttling 1831. Cf. Lange 1862, p. 419 ; Coarelli 1985, p. 130 et n. 4.

41  Varron, L’Économie rurale I, 2, 9 (éd. J. Heurgon).

42  Éd. H. Keil, et commentaire, p. 14 ; éd. G. Goetz 1912 et 1929 ; éd. J. Heurgon, et commentaire, p. 108‑109 ; Flach 1996.

43  Coarelli 1985, p. 130. Voir la traduction de W. Hooper, révisée par H. Ash, qui rend « septem iugera forensia » par « the farm of the Forum ». Voir aussi Purcell 1995, p. 325 ; Taylor 1966, p. 25 et 121, n. 28. Cf. Pline l’Ancien, Histoire naturelle 18, 18 ; Columelle, De l’Agriculture Praef. 14 ; Columelle, De l’Agriculture I, 3, 10 ; Tite-Live, V, 30, 8 ; Valère-Maxime, Faits et dits mémorables IV, 3, 5.

44  Cicéron, La République 2, 31 (trad. E. Bréguet, revue corrigée par G. Achard ; modifiée).

45  CIL I2, n° 1 = CIL VI, n° 36840 = ILS, n° 4913 = ILLRP, n° 3. Sur l’inscription du Lapis Niger, voir en dernier lieu Beek 2012, p. 17‑25 (avec la bibliographie antérieure).

46  Wachter 1987, p. 69 et n. 168.

47  Vaahtera 1993, p. 112‑115. Cf. Mommsen 1889, p. 459 et n. 5 ; Wickert 1926 ; Taylor 1966, p. 56 ; 136, n. 61 ; 156, n. 41 ; Humm 1999, p. 635‑636 ; 2005, p. 603‑604.

48  Vaahtera 1993, p. 115.

49  Dumézil 1979, p. 277, qui restitue le terme auspicium.

50  Plaute, Epidicus 181‑184 ; Persa 606‑607 ; Pseudolus 761‑762. Cf. Dumézil 1979, p. 269 et n. 4.

51  Cicéron, De la divination 2, 77 ; Paul Diacre, s.v. « Iuges auspicium », p. 92 L. Voir Dumézil 1951 ; 1953 ; 1958‑1959 ; 1974, p. 98‑103 ; 1979, p. 279‑293 ; Beek 2012, p. 22‑23.

52  Cette objection m’a été adressée dans Humm 2014, p. 330, n. 76.

53  Dans le sens de l’existence d’une tribune aux harangues permanente avant 338 av. J.‑C. : Coarelli 1977, p. 197‑198 ; 1985, p. 21 ; Morstein-Marx 2004, p. 45. Taylor 1966, p. 21, rappelle l’identification de la tribune originelle des orateurs avec la plate-forme du Volcanal (Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines II, 50, 2 ; VI, 67, 2 et XI, 39, 1), mais considère que le templum mentionné dans la zone comitiale pour la période antérieure à 338 av. J.‑C. fait plutôt référence à la plate-forme située en haut des marches de la Curia.

54  Humm 2014, p. 322.

55  Humm 2014, ibid.

56  Humm 2014, ibid.

57  Voir éd. P. Flobert, p. 163, n. 4 du § 86 : « La note explicative de L.‑R. Taylor, Roman voting assemblies, U. Michigan P., 1966, p. 156‑157 […] introduit une interprétation inadmissible de inlicium par in licium » (cf. ibid., p. 170, n. 1 du § 94). Voir aussi OLD, s.v. « illicium » ; Riganti 1978 ; Aricò Anselmo 2012, p. 35‑47 ; Fiori 2014, p. 146‑147. Contra, Mommsen 1889, p. 459, n. 5 ; Taylor 1966, p. 56 ; p. 136, n. 61 et p. 156, n. 41 ; Vaahtera 1993, p. 112‑115 ; Humm 1999, p. 635 ; 2014, p. 337, n. 125.

58  Vaahtera 1993, p. 112‑115. Cf. Aricò Anselmo 2012, notamment p. 48.

59  Sur les contiones, voir Botsford 1909, p. 139‑151 ; Taylor 1966, p. 15‑33 ; Pina Polo 1989, en particulier p. 41‑91 ; Morstein-Marx 2004, p. 34‑42 ; Hiebel 2009, notamment p. 72‑84.

60  Festus, s.v. « Inlicium uocare », p. 100 L. (trad. A. Savagner). Cf. Paul Diacre, s.v. « Inlicium dicitur », p. 101 L.

61  Varron, La Langue latine 6, 90 (trad. P. Flobert).

62  Varron, La Langue latine 6, 94 (trad. P. Flobert).

63  Voir supra, p. 245 : Festus, s.v. « Minora templa », p. 146 L. ; Servius auctus, Commentaire à l’Énéide 4, 200 ; Varron, La Langue latine 7, 13 ; Ennius, Scenica XXVII, v. 87‑88 (éd. H.D. Jocelyn, p. 86).

64  Ennius, Scenica XXVII, v. 87‑88 (éd. H.D. Jocelyn, p. 86), cité supra, p. 245.

65  Contra, à tort, éd. H.D. Jocelyn, p. 248.

66  Festus, s.v. « Minora templa », p. 146 L. : « Le temple est donc un lieu défini par des paroles ou entouré de barrières, de telle sorte […] qu’il ait ses angles fixés en terre [angulosque adfixos habeat ad terram] » (trad. A. Savagner, modifiée).

67  Coarelli 1997, p. 155‑163 ; 2001b, particulièrement p. 38 et 43 ; Gatti 1999, p. 228.

68  Pour les limites du Forum, voir Servius auctus, Commentaire à l’Énéide 8, 363. Cf. Purcell 1995, p. 325.

69  Voir infra, fig. 1.

70  Outre l’article de Clément Chillet publié dans ce volume ; voir Carafa 1998 et 2005 ; Morstein-Marx 2004, p. 47‑48 ; Amici 2004‑2005. Cf. Pina Polo 1989, p. 190‑196 et Vaahtera 1993, p. 116. Contra Humm 1999, particulièrement p. 644‑652 ; 2005, p. 602‑605.

71  Pour le Comitium, voir Coarelli 1983, p. 140 et 145 ; pour les Saepta, id. 1997, p. 155‑157 ; 2001b, p. 40‑41.

72  Coarelli 2001b, p. 40, le reconnaît.

73  Voir supra, p. 245 : Festus, s.v. « Minora templa », p. 146 L. ; Servius auctus, Commentaire à l’Énéide 4, 200 ; Varron, La Langue latine 7, 13 ; Ennius, Scenica XXVII, v. 87‑88 (éd. H.D. Jocelyn, p. 86).

74  Cicéron, La République 2, 31, cité supra, p. 246.

75  Voir infra, fig. 2. Cf. Boni 1900, p. 315‑317 ; Gjerstad 1941, p. 98, et fig. 1 ; p. 111‑112.

76  Varron, L’Économie rurale I, 2, 9, cité supra, p. 245.

77  Voir infra, fig. 2. Cf. Boni 1903, p. 427 ; Lugli 1946, p. 81 ; Coarelli 1985, p. 254, n. 58.

78  Voir infra, fig. 2. Cf. Boni 1903, p. 427 ; Thédenat 1911, p. 265 ; Lugli 1946, p. 82 ; Nash 1962, p. 290, fig. 1051.

79  Voir infra, fig. 3. Cf. Cecchini 1985, p. 71 et fig. 7 ; Nash 1961, p. 97, fig. 98.

80  Pour le Comitium, voir Coarelli 1983, p. 140‑141, 145, 148, 151‑154 et 184‑185 ; 1985, p. 19 ; pour le Forum romain, ibid., p. 126‑131 et 140. Des « puits » comparables ont été retrouvés sur les fora des colonies latines (Cosa, Alba Fucens, Frégelles). Cf. Mertens 1969, p. 93‑96 ; Brown 1980, p. 24 et 27 ; Coarelli 1994, p. 703 ; 1998b, p. 56‑57 ; 2005 ; Torelli 1991, p. 40‑41, 43, 46‑54 ; Mouritsen 2004 ; Borlenghi 2011, p. 95, n. 207. Voir aussi la synthèse d’Etxebarria Akaiturri 2008. Pour plus d’informations sur ces puits, voir Krause 1976, p. 45‑46 et n. 81‑82. Voir aussi Hülsen 1902, Taf. 1 ; 1905, p. 33‑36, 76‑77, et plan, p. 65, fig. 21 (= infra, fig. 2) ; De Ruggiero 1913, p. 42‑43.

81  Les chevauchements et les différences d’orientation entre les alignements de « puits » sont bien visibles sur les plans des fig. 2‑3 (voir infra).

82  Cf. Festus, s.v. « Minora templa », p. 146 L. et Servius auctus, Commentaire à l’Énéide 4, 200, cités supra, p. 245.

83  Voir Botsford 1909, p. 466 ; Taylor 1966, p. 39‑40 ; Ph. Torrens in Goukowsky 2010, p. 126, n. 223 ; Borlenghi 2011, p. 95, n. 204.

84  Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines VII, 59, 1 (trad. pers.). Voir aussi Appien, Guerres civiles III, (4), 30, (117), où il n’est cependant question que « d’entourer le Forum de cordes (τὴν ἀγορὰν περισχοινισάμενοι) ».

85  Tite-Live, III, 17, 1 (trad. J. Bayet et G. Baillet, modifiée).

86  Valère-Maxime, Faits et dits mémorables IV, 5, 3 (trad. R. Combès, modifiée).

87  Humm 2014, p. 337, n. 121.

88  Dans le même sens, voir Fiori 2014, p. 125, n. 276.

89  Cicéron, Pour Sestius 85 (trad. J. Cousin, modifiée).

90  Cicéron, Pour Sestius 84 (trad. J. Cousin).

91  Tite-Live, VIII, 14, 12 (trad. R. Bloch et Ch. Guittard, modifiée). Cf. Cicéron, Contre Vatinius 24, cité supra, p. 244‑245.

92  Tite-Live, XLV, 12, 9‑10 (trad. P. Jal, modifiée).

93  Fiori 2014, p. 127.

94  Tacite, Annales IV, 36, 1 (trad. P. Wuilleumier, modifiée).

95  Varron, La Langue latine 6, 86 et 91 (trad. P. Flobert).

96  Dans le cas des templa-Curies ou des templa-aedes, qui étaient « inaugurés » dans leur totalité, la prise d’auspices préalable à l’action du magistrat s’effectuait vraisemblablement depuis la plate-forme extérieure, en haut des marches d’accès.

97  Mommsen 1892, p. 116‑119 ; Wissowa 1896, col. 2585 ; Taylor 1966, p. 62‑63 ; Nicolet 1980, p. 342. Cf. David 1992, p. 411.

98  Coarelli 1981, p. 173‑188 (notamment p. 180, fig. 1) ; 1983, p. 194‑195 ; 1997, p. 53 ; 2001a, p. 97.

99  L’expression « espace de majesté » est reprise à David 2006 : voir en particulier p. 185 et 187 (cf. id. 1992, p. 410‑412). Voir aussi Ulrich 1994, p. 17 ; Pina Polo 2005.

100  Cicéron, Sur les pouvoirs de Pompée 1.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Proposition de restitution du Comitium républicain, sous les deux formes qu’il aurait prises successivement (d’après Coarelli 1977, p. 168, pl. I).
Légende Les fouilles récentes rendent moins sûr le déplacement de la curie sur son axe (cf. Liverani 2009, p. 44‑46).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6465/img-1.jpg
Fichier image/, 236k
Titre Fig. 2 – « Puits » des côtés nord-ouest, ouest et sud du Forum romain (Hülsen 1905, p. 65, fig. 21).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6465/img-2.jpg
Fichier image/, 321k
Titre Fig. 3 – « Puits » du côté oriental du Forum romain (Cecchini 1985, p. 71 et fig. 7).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6465/img-3.jpg
Fichier image/, 248k

Auteur

Université de Liège