Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voter en Grèce, à Rome et en Gaule

 | 
Aldo Borlenghi
, 
Clément Chillet
, 
Virginie Hollard
, 
et al.

Deuxième partie. Le monde romain

Introduction

Clément Chillet et Virginie Hollard

Texte intégral

  • 1 Si Théodor Mommsen a vu dans le développement littéraire et épigraphique de cette formule (aux épo (...)
  • 2 C’est la définition la moins restrictive possible que l’on pourrait donner au vote pour ne pas en (...)
  • 3 Des études anciennes comme celle de Louis de Beaufort (La République romaine, ou Plan général de l (...)
  • 4 Histoire romaine VI, 11‑15.
  • 5 C’est l’opinion défendue par l’école prosopographique allemande du début du xxe s. dont le représe (...)
  • 6 Rappelons que le décompte des voix se fait à Rome par unité de vote (centurie ou tribu). Comme la (...)

1Associer le vote au fonctionnement politique de Rome ne va pas de soi. Même si le populus tient sa place dans la maxime politique du SPQR1, élevée quasiment au rang de maxime définitionnelle, la participation des citoyens par l’intermédiaire d’une prise d’opinion, institutionnalisée et prise en compte de manière comptable2 a pendant longtemps été négligée aussi bien par les études événementielles que par les études juridiques institutionnelles, au profit des deux autres pôles de l’exercice politique que sont le Sénat et les magistrats3. Le peuple a été considéré comme le laissé pour compte de cette constitution mixte vantée par Polybe4, et a été décrit comme enserré dans des réseaux nobiliaires5 qui neutraliseraient sa marge de manœuvre déjà réduite par des procédures qui ne lui accorderaient, mathématiquement, aucune place6. Pourtant, on votait à Rome, beaucoup et souvent. Les sources sont certes moins nombreuses que pour traiter des actions du Sénat et des magistrats, mais elles ne manquent pas, quoiqu’elles soient souvent d’une autre nature. Les travaux sur la place du peuple dans le modèle politique romain n’ont pas été absents, mais ceux qui se sont concentrés précisément sur les procédures du vote, qui constitue pourtant le lieu institutionnel (mais pas forcément privilégié) de l’expression du corps civique, sont plus rares.

  • 7 Taylor 1966.
  • 8 Fraccaro 1913‑1914 et Nicolet 1976. Voir aussi Botsford 1909.

2Après la somme de droit public de Mommsen, trois travaux servent de jalons pour qui s’intéresse au vote dans la matérialité de ses pratiques : l’étude, déjà ancienne de Plinio Fraccaro, celle de Lily-Ross Taylor7 et l’ouvrage de Claude Nicolet8. Depuis le Métier de citoyen cependant, qui est le dernier en date, les perspectives se sont modifiées sur un certain nombre de points, non pas tant que les sources nouvelles soient légion, mais surtout parce que l’historiographie a pris d’autres angles d’approche qui donnent une part plus grande à l’archéologie, ou à d’autres sciences sociales comme l’anthropologie politique ou la sociologie.

 

  • 9 La tabula Hebana reproduit une loi (lex Aurelia Valeria) qui instaure des centuries « destinatrice (...)
  • 10 Voir une traduction française de cette table dans AE, 1984, n° 508.
  • 11 Col. b. l. 6 et 11.

3Les documents nouveaux n’ont pas été négligeables cependant, pour relancer, sur le plan de la technique, un débat qui prenait d’autres voies. Leur caractère déterminant repose, entre autres, sur le fait qu’ils concernent l’époque impériale, remettant ainsi en question l’idée d’une rupture nette entre la République et l’Empire en termes de participation politique du populus. Les dispositions contenues dans la Tabula Hebana, qui instaurent des pratiques de vote si étranges que l’on a du mal à les cerner parfaitement9, ont été complétées, après la parution de l’ouvrage de Claude Nicolet, par la découverte de la Tabula Siarensis10. Même si les dispositions créant les centuries destinatrices étaient connues depuis la fin des années 1940 grâce à la première table, l’existence d’une autre copie nous renseigne sur la publicité qui fut donnée à ces mesures techniques qui ne concernaient, en réalité, que le vote à Rome. D’autre part, les « tribus urbaines », mentionnées plusieurs fois dans la partie nouvelle du document11, attestent la vitalité et les modifications de cette répartition du corps civique à l’époque impériale, à un moment où l’activité proprement politique est réputée avoir presque disparu.

  • 12 Oraison funèbre prononcée par Auguste en l’honneur d’Agrippa. En 1970 un papyrus nous livre la tra (...)
  • 13 Le document évoque la carrière de Germanicus dans le cadre du procès mené contre Pison accusé d’êt (...)

4D’autres documents ont été également déterminants pour mettre en avant la place primordiale du peuple au moment des octrois d’imperia extraordinaires à la fin de la République et sous le Principat : parmi eux, comptons la laudatio funebris Agrippae12 et le Sénatus-Consulte de Pison Père13.

  • 14 Rich et Williams 1999 ; Mantovani 2008.

5L’aureus de 28 av. J.‑C., acquis en 1995 par le British Museum, a quant à lui porté le débat sur un autre niveau, plus général, au sujet de la nature même du régime nouveau qu’Auguste fondait sans le dire, au sujet de la réalité politique de l’acte de restitutio qu’il accomplissait14. Mais l’étude de ce nouveau document doit aussi être développée jusque dans ses conséquences les plus pratiques sur le chapitre du vote et de la participation populaire.

  • 15 Dans le fragment de la Malaca de la loi municipale flavienne, voir les rubriques 51‑53, puis 55‑57 (...)
  • 16 Ce nouveau fragment de la colonia Genetiva Julia donne le nom des curies de la colonie : voir AE, (...)
  • 17 Eck 2013 et 2016.

6Par ailleurs, les nombreux travaux sur les chartes municipales, en particulier espagnoles, ont développé quant à eux, nos connaissances sur le fonctionnement local de l’appareil du vote15. La découverte, à la fin des années 1990, d’un nouveau fragment de la loi d’une colonie, celle d’Urso, a étendu notre connaissance en confirmant un élément d’organisation du corps civique de la cité16, et tout récemment encore, la découverte et la publication de la loi du municipe de Troesmis, en Moesie inférieure, datant de la fin du iie s. ap. J.‑C., a montré que, sans qu’il existe de texte de loi uniforme pour organiser la vie politique des cités de l’empire, celle-ci suivait des principes identiques17.

  • 18 Torelli 1991, p. 39‑54 ; Coarelli 2001 ; Mouritsen 2004 ; Coarelli 2005 ; Extebarria Akaiturri 200 (...)

7De son côté, l’archéologie nous a mieux renseignés sur les espaces politiques des cités de l’empire, que sur ceux de Rome il est vrai : de nouvelles fouilles, de nouvelles interprétations ont permis de remettre en cause, de discuter, au moins, des interprétations jusque-là admises18.

8Mais outre ce renouveau venu des sources, c’est aussi le dynamisme d’un certain nombre de travaux qui ont repris l’étude du corpus littéraire et épigraphique et ont exploré de nombreuses pistes de recherche dans les années qui nous séparent de la synthèse de Claude Nicolet qui ont ainsi permis de reconsidérer la place du vote dans l’histoire politique romaine.

  • 19 Pina Polo 1989, 2005 et 2012. Hiebel 2009. Voir aussi Flaig 2001. D. Hiebel tente de faire une des (...)
  • 20 Voir Hölkeskamp 1995 ; Pina Polo 2005 ; Pina Polo et Liess 1996 ou Morstein-Marx 2004 pour une ana (...)

9La question des pratiques, tout d’abord, a été envisagée par les marges, c’est-à-dire sur le pourtour, aux environs immédiats, des procédures même du vote. En premier lieu grâce à l’étude des contiones, ces assemblées préparatoires qui ne sont pas délibérantes, ni votantes. Les études qui leur ont été consacrées19 ont montré leur importance dans la création d’une opinion populaire malgré les limites que leur imposait le système politique romain. Les assemblées votantes, les comices, principalement les comices législatifs, étaient précédés de ces réunions informelles de la plèbe dans lesquelles l’art de la communication politique jouait, pour les orateurs, un rôle majeur20. Et si, sur le plan de la procédure, il fallait impérativement dissoudre cette assemblée pour la reconvoquer, répartie cette fois selon les subdivisions habituelles du corps civique en tribu et en centurie, pour procéder au vote, on voit bien toute l’importance que pouvaient revêtir, du fait de leur degré moindre de formalisation institutionnelle, ces réunions qui n’avaient rien de ce qu’on pourrait aujourd’hui appeler une réunion de débat cependant, puisque les électeurs n’interrogeaient ni ne répondaient formellement au magistrat qui les convoquait.

  • 21 Taylor 1960. Sur la question de la répartition en tribus, voir aussi le volume sous la direction d (...)
  • 22 Voir Yakobson 1999, p. 44, par exemple le résumé des débats sur la réévalutation du montant du cen (...)

10De ce fait, la définition du corps civique et de sa répartition, puisque l’égalité des voix était géométrique (égalité des voix réparties par ensembles de citoyens) et non pas arithmétique (égalité des voix de chacun des individus appelés à voter) revêt une importance capitale à Rome comme dans les cités de l’empire. Les comices tributes sont considérés comme ceux qui permettraient une expression plus partagée de l’expression populaire que les comices centuriates, de fait de leur répartition non censitaire. Or la plus grande partie de la législation romaine est issue du concile de la plèbe et des comices tributes. L’étude de la constitution du corps civique, dans ses différentes subdivisions qui sont les seuls niveaux opérants pour les opérations du vote, est capitale pour en comprendre la portée. Tout au long de la République, et plus particulièrement après la Guerre sociale, la question de la répartition des nouveaux citoyens resta brûlante d’actualité. Jusqu’au début de l’Empire, la répartition dans les tribus resta un enjeu politique majeur car il définissait à la fois la citoyenneté, mais aussi conditionnait l’exercice des droits politiques qui y étaient attachés21. Ces répartitions jouaient à diverses échelles : à Rome même bien sûr, de même que dans les cités où la répartition est attestée, mais est aussi mal connue dans ses mécanismes qu’à Rome… La réévaluation, par ailleurs, sur le plan mathématique pourrait-on dire, de la composition du corps civique constitue un autre axe de recherche qui mérite encore d’être développé22.

  • 23 MacMullen 1988, voir aussi Morstein-Marx 1998.
  • 24 Mouritsen 1988. Ces témoignages permettent entre outre de proposer un lien, voire une continuité, (...)

11Parmi les principes de structuration du corps civique en tant que corps votant, il faut par ailleurs compter ce que les démocraties modernes considèrent comme des dérives condamnables (corruption, etc.), qui n’étaient pas considérées selon la même perspective morale dans l’Antiquité, et recevaient des régulations imposées par l’usage et par la loi23. Au cœur des études sur les opérations précédant le vote, une place à part doit être réservée à la cité de Pompéi, dont les célèbres « graffiti électoraux » que l’éruption de 79 ap. J.‑C. a scellés, sont une source majeure pour l’histoire de la communication politique et les opérations de « campagne » qui préparent les élections locales24.

 

  • 25 Pour les différentes phases du comitium, voir Coarelli 1985, p. 119‑138 et Carafa 1998 qui seront (...)
  • 26 Plutarque, Marius 4.
  • 27 Carafa 1998, p. 140‑141 pour le comitium ; Taylor 1966, p. 113, MacMullen 1980 et Coarelli 1997, p (...)
  • 28 Le débat a été lancé entre H. Mourtisen et F. Coarelli (Mouritsen 2004 s’appuyant sur les fouilles (...)

12Les réflexions sur les pratiques du vote, n’ont évidemment pas fait l’économie d’une réflexion sur les lieux dans lesquels se déroulaient ces opérations. D’une part, parce que la matérialité du lieu conditionnait l’usage qui en était fait et reflétait les pratiques politiques : les centres de la vie politique romaine furent plusieurs fois réaménagés pour s’adapter aux pratiques réglementées politiquement25. On songera par exemple à la loi portée par Marius, imposant une restriction de la largeur des pontes de vote pour améliorer l’indépendance des suffrages26. Les débats sont anciens qui utilisent les estimations de capacité des lieux de vote pour tenter de mesurer la participation aux votes (plus que le taux de participation par exemple qui supposerait que soit connue avec exactitude la masse du corps civique complet)27. Les restitutions du comitium sur le forum, puis des saepta au Champ de Mars, mal connus architecturalement, alimentent le débat qui n’est pas absent non plus du monde des cités. La question de l’organisation concrète des lieux du politique dans les cités est d’ailleurs aujourd’hui au cœur d’un débat qui est loin d’être terminé : les trous retrouvés à intervalles plus ou moins réguliers autour des forums de certaines cités italiennes ont souvent été interprétés soit comme des traces d’éléments destinés à isoler les forums pour signifier leur caractère sacré de templum, soit comme des traces des équipements du vote. Cette interprétation connaît un certain nombre de détracteurs aujourd’hui28.

  • 29 Aricò Anselmo 2012 dont l’ouvrage est un long et précis commentaire de Varron, La Langue latine VI (...)
  • 30 Les lectures en ont été discutées par Berthelet 2015, p. 198 et p. 253, n. 319, par exemple.

13Cette question de la localisation du templum utilisé pour les opérations qui précèdent le vote, de même que celle de l’enchaînement des procédures du vote, et notamment des déplacements dans l’espace urbain intra et extra-pomérial a été reconsidérée récemment de manière totalement novatrice, par une relecture approfondie de textes difficiles de Varron29. Les propositions faites pour expliquer l’origine et le développement des procédures comitiales depuis les origines de la royauté jusqu’à la fin de la République mériteront débat, en particulier parce que cette étude, avant tout philologique, doit être mise en relation de manière précise avec les théories de spécialistes de religion et de topographie romaines30.

  • 31 Heurtin 1994.
  • 32 Voir par exemple Berthelet 2015, p. 186.

14Mais, d’autre part, c’est aussi sur le plan de la valeur symbolique de ces espaces que le débat se présente : pour d’autres périodes, plus proches de nous chronologiquement, la forme des lieux de réunion des institutions délibérantes a donné lieu à des conclusions intéressantes sur la conception même de l’assemblée ainsi réunie, de celui qui la préside ou préside les débats, et sur leur place respective dans le système politique31. Rome ayant par ailleurs élaboré une doctrine juridique extrêmement précise au sujet des lieux et de la valeur qui leur était accordée dans le champ des activités humaines32, déterminer quel était le statut des lieux d’exercice du vote revêt aussi son importance.

  • 33 Le dialogue s’est établi de manière polémique entre une école anglaise représentée par F. Millar q (...)
  • 34 Voir la notion de « Krise ohne Alternative », développée par Chr. Meier qui lui sert à décrire un (...)
  • 35 Voir l’introduction de Fernoux et Stein 2007 et Stein 2007 pour la définition de l’aristocratie. P (...)
  • 36 Voir les analyses de Moatti 2011 qui cite l’ouvrage de N. Loraux, La cité divisée.

15Car, dépassant les pures considérations techniques et même topographiques ou architecturales, c’est bien sur une réflexion sur les finalités du vote et sur la conception même de la nature de leur régime par les Romains que débouchent ces réflexions sur les pratiques et sur les lieux. En définitive, l’étude du vote à Rome, qu’il soit électoral, législatif ou judiciaire, est une manière d’aborder le débat sur la place du peuple dans l’histoire politique de Rome depuis la royauté jusqu’à l’Empire, et d’apporter une pierre aux discussions vivifiantes en cours depuis plusieurs années sur la nature uniquement aristocratique ou, en quelque manière, démocratique du régime romain33. En définitive, le débat en quelque sorte s’établit entre deux tendances. Une partie de l’historiographie cherche les bases de la stabilité (ou de l’immobilité34) du régime républicain ou impérial, c’est-à-dire encore la communication entre dirigeants et corps civique, dans des processus d’établissement de consensus qui ne sont pas de l’ordre de l’action politique directe : elle prend en compte d’autres moyens de légitimation de l’aristocratie, cette dernière ne pouvant exister en tant qu’aristocratie, et en quelque sorte, par définition, que si elle est reconnue comme telle par l’ensemble de la société35. Cette tendance de l’historiographie n’exclut pas forcément, d’ailleurs l’existence d’une culture politique populaire, mais elle la subordonne aux pratiques nobiliaires. Une autre partie de l’historiographie défend une conception plus active du corps civique dans le champ du politique. Quelle que soit la position adoptée, le vote, qui est une réalité historique indéniable, doit trouver sa place dans la reconstruction historique qu’on propose. Le vote, ou plutôt les votes – c’est-à-dire l’opération politique envisagée non plus généralement mais dans ses réalisations concrètes et multiples – est-il un de ces événements qu’il faut privilégier pour « repolitiser la cité »36 ? En effet, le contexte du vote semble être un des lieux dans lesquels sont contenues de multiples potentialités car, par définition, le vote en lui-même est un moment de réduction de ces potentialités que Cl. Moatti voit à l’œuvre aussi dans le récit historique. C’est aussi en ces termes que se pose la question, dans le débat historiographique, de la place du peuple dans l’histoire politique de Rome.

 

16L’objectif des chapitres qui vont suivre est d’apporter sa pierre au débat en se centrant sur les pratiques du vote, pour en éclairer les finalités, et, en définitive, éclairer la nature des régimes successifs que Rome s’est donnés.

Bibliographie

Aricò Anselmo G. 2012, Antiche regole procedurali e nuove prospettive per la storia dei comitia, Monografie 10, Turin.

Berthelet Y. 2015, Gouverner avec les dieux autorité, auspices et pouvoir, sous la République romaine et sous Auguste, Mondes anciens 1, Paris.

Borlenghi A. 2011, Il campus, organizzazione e funzione di uno spazio pubblico in età romana. Le testimonianze in Italia e nelle province occidentali, Thiasos 1, Rome.

Borlenghi A. (à paraître), « Votare nei fora », in E. Lippolis, A. Mastrocinque, C. Smith (éd.), Forum. Strutture, sviluppo e funzioni degli impianti forensi in Italia (IV sec. a.C. - I sec. d.C.). Atti del Convegno Internazionale (Roma, 9‑10 dicembre 2013).

Botsford G.W. 1909, The Roman assemblies from their origin to the end of the Republic, New York.

Carafa P. 1998, Il comizio di Roma dalle origini all’età di Augusto, Bullettino della Commissione archeologica comunale di Roma. Supplementi 5, Rome.

Chillet C. 2018, « Le vote par correspondance à Rome : enjeux et réalités d’une procédure singulière », in C. Le Digol, V. Hollard, C. Voilliot et R. Barat (dir.), Histoires d’élections. Représentations et usages du vote de l’Antiquité à nos jours, Paris, p. 41‑58.

Coarelli F. 1983, Il foro romano. 1, Periodo arcaico, Rome.

Coarelli F. 1985, Il foro Romano. 2, Periodo repubblicano e augusteo, Rome.

Coarelli F. 1997, Il campo Marzio : dalle origini alla fine della Repubblica, Rome.

Coarelli F. 2001, « Les “Saepta” et la technique du vote à Rome de la fin de la République à Auguste », Pallas : revue d’études antique 55, p. 37‑51.

Coarelli F. 2005, « Pits and fora : a reply to Henrik Mouritsen », PBSR 73, p. 23‑30.

Courrier C. 2014, La plèbe de Rome et sa culture (fin du iie siècle av. J.‑C. - fin du ier siècle ap. J.‑C.), BEFAR 353, Rome.

Crawford M.H. (dir.) 1996, Roman statutes, Bulletin of the Institute of classical studies. Supplement 64, Londres.

Dalla Rosa A. 2014, Cura et tutela : le origini del potere imperiale sulle province proconsolari, Historia. Einzelschriften 227, Stuttgart.

David J.M. 2006, « Une repubblica in cantiere », StudStor 47, p. 365‑376.

Eck W. 2000, « Das S.C. de Cn. pisone patre », in A. Fraschetti (dir.), La commemorazione di Germanico nella documentazione epigrafica, Saggi di storia antica 14, Rome, p. 9‑32.

Eck W. 2013, « La loi municipale de Troesmis : données juridiques et politiques d’une inscription récemment découverte », RD 91, p. 199‑213.

Eck W. 2016, « Die Lex Troesmensium : ein Stadtgesetz für ein municipium civium Romanorum. Publikation der erhaltenen Kapitel und Kommentar », ZPE 200, p. 565‑606.

Extebarria Akaiturri A. 2008, Los foros romanos republicanos en la Italia centro-meridional tirrena. Origen y evolución formal, Serie arqueológica 10, Madrid.

Fernoux H.‑L., Stein C. (dir.) 2007, Aristocratie antique, modèles et exemplarité sociale, Sociétés, Dijon.

Ferrary J.‑L. 2001a, « À propos des pouvoirs d’Auguste », CCG 12, p. 101‑154.

Ferrary J.‑L. 2001b, « Les pouvoirs d’Auguste et l’affranchissement de la limite du pomoerium », in N. Belayche (dir.), Rome, les Césars et la Ville, aux deux premiers siècles de notre ère, Histoire, Rennes, p. 9‑22.

Ferrary J.‑L. 2003, « Res publica restituta et les pouvoirs d’Auguste », in S. Franchet d’Esperey, V. Fromentin et J.‑M. Roddaz (dir.), Fondements et crises du pouvoir, Études 9, Bordeaux, p. 419‑428.

Flaig E. 2001, « L’assemblée du peuple à Rome comme rituel de consensus. Hiérarchie politique et intensité de la volonté populaire », Actes de la recherche en sciences sociales 140, fascicule Votes, p. 12‑20.

Forni G. 1996‑2012, Le tribù romane, Rome.

Fraccaro P. 1913‑1914, « La procedura del voto nei comizi tributi romani », Atti della reale Accademia delle scienze di Torino 59, p. 600‑622 (= Opuscula II, Pavie, 1957, p. 235‑254).

González Fernández J. 2003, « El “S. C. de Pisone patre” : problemas textuales », Serta antiqua et mediaevalia 6, p. 287‑299.

Grelle F. 2005, « Il senatus consultum de Cn. Pisone patre », in F. Grelle, Diritto e società nel mondo romano, Saggi di storia antica 26, Rome, p. 463‑472.

Heurtin J.‑P. 1994, « Architectures morales de l’Assemblée nationale », Politix 26, p. 109‑140.

Hiebel D. 2009, Rôles institutionnel et politique de la contio sous la république romaine (287-49 av. J.‑C.), Romanité et modernité du droit, Paris.

Hölkeskamp K.‑J. 1995, « Oratoris maxima scaena : Reden vor dem Volk in der politischen Kultur der Republik », in M. Jehne (dir.), Demokratie in Rom ? Die Rolle des Volkes in der Politik der römischen Republik, Historia. Einzelschriften 96, Stuttgart, p. 11‑49.

Hölkeskamp K.‑J. 2006, « Rituali e cerimonie “alla Romana”, nuove prospettive sulla cultura politica dell’età repubblicana », StudStor 47, p. 319‑363.

Hölkeskamp K.‑J. 2008, Reconstruire une République, la « culture politique » de la Rome antique et la recherche des dernières décennies, Nantes (traduit de : Rekonstruktionen einer Republik : die politische Kultur des antiken Rom und die Forschung der letzten Jahrzehnte, Munich, 2004, par F. Hurlet et C. Layre).

Hollard V. 2010, Le rituel du vote : les assemblées romaines du peuple, Histoire pour aujourd’hui, Paris.

Hurlet F. 1997, Les collègues du prince sous Auguste et Tibère : de la légalité républicaine à la légitimité dynastique, CEFR 227, Rome.

Hurlet F. 2012, « Démocratie à Rome ? Quelle démocratie ? En relisant Millar (et Hölkeskamp) », in S. Benoist (éd.), Rome, a city and its empire in perspective. The impact of the Roman world through Fergus Millar’s Research, Impact of Empire 16, Leyde-Boston, p. 19‑44.

Jehne M. (dir.) 1995, Demokratie in Rom ? Die Rolle des Volkes in der Politik der römischen Republik, Historia. Einzelschriften 96, Stuttgart.

Koenen L. 1970, « Die Laudatio funebris des Augustus für Agrippa auf einem neuen Papyrus (P. Colon. inv. Nr. 4701) », ZPE 5, p. 217‑283.

Lackner E.‑M. 2008, Republikanische Fora, Munich.

Lamberti F. 1993, « Tabulae Irnitanae » : municipalità e « ius Romanorum », Naples.

Lamberti F. 2006, « Questioni aperte sul “SC. de Cneo Pisone patre” », in M. Silvestrini, T. Spagnuolo Vigorita, G. Volpe (éd.), Studi in onore di Francesco Grelle, Insulae Diomedae 5, Scavi e ricerche 16, Bari, p. 139‑148.

MacMullen R. 1980, « How many Romans voted ? », Athenaeum 58, p. 454‑457.

MacMullen R. 1988, Corruption and the decline of Rome, New Haven.

Manning C.E. 1985, « Liberalitas – the decline and rehabilitation of a virtue », G&R 32, p. 73‑83.

Mantovani D. 2008, « Leges et iura P(opuli) R(omani) restituit. Principe e diritto in un aureo di Ottaviano », Athenaeum 96, p. 5‑54.

Meier C. 1966, Res publica amissa. Eine Studie zu Verfassung und Geschichte der späten römischen Republik, Wiesbaden.

Meier C. 1984, Introduction à l’anthropologie politique de l’Antiquité classique, Essais et conférences 6, Paris.

Millar F. 1984, « The political character of the classical Roman republic, 200‑151 B.C. », JRS 74, p. 1‑19.

Millar F. 1986, « Politics, persuasion and the people before the Social War », JRS 76, p. 1‑11.

Millar F. 1989, « Political power in mid-republican Rome. Curia or comitium ? », JRS 79, p. 138‑150.

Millar F. 1995a, « The last century of the Republic : whose history ? », JRS 85, p. 236‑243.

Millar F. 1995b, « Popular politics at Rome in the late Republic », in I. Malkin et W. Zeev Rubinsohn (dir.), Leaders and masses in the Roman world : studies in honor of Zvi Yavetz, Leyde, p. 91‑113.

Millar F. 1998, The crowd in Rome in the late Republic, Jerome lectures 22, Ann Arbor (Mich.).

Moatti C. 2011, « Historicité et “altéronomie” : un autre regard sur l’histoire », Politica antica. Rivista di prassi e cultura politica nel mondo greco e romano 1, p. 107‑118.

Morstein-Marx R. 1998, « Publicity, popularity and patronage in the Commentariolum petitionis », ClAnt 17, p. 259‑288.

Morstein-Marx R. 2004, Mass oratory and political power in the late Roman Republic, Cambridge.

Mouritsen H. 1988, Elections, magistrates and the municipal élite, studies in Pompeian epigraphy, Analecta Romana Instituti Danici. Supplementum 15, Rome.

Mouritsen H. 2001, Plebs and politics in the late Roman Republic, Cambridge.

Mouritsen H. 2004, « Pits and politics : interpreting colonial fora in Republican Italy », PBSR 72, p. 37‑67.

Münzer F. 1999, Roman aristocratic parties and families, Londres (traduit de : Römische Adelsparteien und Adelsfamilien, Stuttgart, 1920, par T. Ridley).

Nicolet C. 1976, Le métier de citoyen dans la Rome républicaine, Bibliothèque des histoires, Paris.

Pina Polo F. 1989, Las contiones civiles y militares en Roma, Monografías de historia antigua, Saragosse.

Pina Polo F. 2005, « I rostra come espressione di potere della aristocrazia Romana », in G. Urso (dir.), Popolo e potere nel mondo antico. Atti del convegno internazionale, Cividale del Friuli, 23‑25 settembre 2004, I convegni della Fondazione Niccolò Canussio 4, Pise, p. 141‑155.

Pina Polo F. 2012, « Contio, auctoritas and freedom of speech in Republican Rome », in S. Benoist (dir.), Rome, a city and its Empire in perspective, the impact of the Roman world through Fergus Millar’s research [Rome, une cité impériale en jeu, l’impact du monde romain selon Fergus Millar], Impact of Empire 16, Leyde-Boston, p. 45‑58.

Pina Polo F., Liess E. 1996, Contra arma verbis : der Redner vor dem Volk in der späten römischen Republik, Heidelberger althistorische Beiträge und epigraphische Studien 22, Stuttgart.

Rich J., Williams J.H.C. 1999, « Leges et iura P.R. restituit : a new aureus of Octavian and the settlement of 28‑27 B.C. », NC 159, p. 169‑213, pl. 20‑21.

Sewell J. 2010, The formation of Roman urbanism 338‑200 B.C. between contemporary foreign influence and Roman tradition, JRA. Supplementary series 79, Portsmouth (RI).

Silvestrini M. (dir.) 2010, Le tribù romane, atti della XVIe rencontre sur l’épigraphie, Scavi e richerche 19, Bari.

Stein C. 2007, « Qui sont les aristocrates romains à la fin de la République ? », in H.‑L. Fernoux et C. Stein (dir.), Aristocratie antique, modèles et exemplarité sociale, Sociétés, Dijon, p. 127‑159.

Taylor L.‑R. 1960, Voting districts of the Roman Republic : the thirty-five urban and rural tribes, Papers and monographs of the American Academy in Rome 20, Rome (rééd., 2013).

Taylor L.‑R. 1966, Roman voting assemblies from the Hannibalic war to the dictatorship of Caesar, Jerome lectures 8, Ann Arbor.

Torelli M. 1991, « Il “diribitorium” di Alba Fucens e il “campus” eroico di Herdonia », in J. Mertens, R. Lambrechts (éd.), Comunità indigene e problemi della romanizzazione nell’Italia centro-meridionale (IV‑III sec. av. C.). Actes du Colloque international (Rome, 1‑3 février 1990), Rome-Bruxelles, p. 39‑63.

Wallace-Hadrill A. 2001, « Arcs de triomphe romains et honneurs grecs : le langage du pouvoir à Rome », in N. Belayche (dir.), Rome, les Césars et la Ville aux deux premiers siècles de notre ère, Histoire, Rennes, p. 51‑84.

Yakobson A. 1999, Elections and electioneering in Rome. A study in the Political system of the late Republic, Historia. Einzelschriften 128, Stuttgart.

Yakobson A. 2006, « Il popolo romano, il sistema e l’“élite” : il dibattito continua », StudStor 47, p. 377‑393.

Zecchini G. 2006, « In margine a “Rekonstruktionen einer republik” di K.‑J. Hölkeskamp », StudStor 47, p. 395‑404.

Notes

1 Si Théodor Mommsen a vu dans le développement littéraire et épigraphique de cette formule (aux époques tardo-républicaine et augustéenne) la preuve d’une absorption progressive des institutions du peuple par le Sénat (DPR, vol. VII, p. 484 sq.), un article d’A. Wallace-Hadrill a, dans le cadre d’une étude sur les dédicaces des arcs de triomphe, rétabli la double prise de décision, sénatoriale puis populaire (Wallace-Hadrill 2001).

2 C’est la définition la moins restrictive possible que l’on pourrait donner au vote pour ne pas en exclure certaines pratiques antiques : le terme « institutionnalisé » exclut les formes d’expression « spontanée » de l’opinion populaire, tandis que la notion de « comptable » permet de tenir compte des votes par acclamation qu’on rencontre dans le monde grec en particulier qui ne reposent pas sur un décompte précis des suffrages exprimés.

3 Des études anciennes comme celle de Louis de Beaufort (La République romaine, ou Plan général de l’ancien gouvernement de Rome, publié à La Haye en 1766), comprend sur six livres un entièrement consacré au sujet (livre III : « de la manière dont le peuple romain exerçait la souveraineté »). Le Droit public de Mommsen consacre en revanche les déséquilibres : la Magistrature occupe deux des trois tomes du Römisches Staatsrecht (cinq tomes sur huit en français), le Sénat et le Peuple se partageant le dernier tome (deux tomes pour le Peuple, mais en comprenant l’étude des différents statuts de non-Romains, ce qui diminue considérablement l’espace accordé à l’exercice du pouvoir par le populus et un pour le Sénat). Ce déséquilibre s’explique en partie par le plan de l’ouvrage de Mommsen, centré sur la question de l’initiative politique dont seuls les magistrats étaient doués à Rome : le Sénat et le peuple dépendaient d’eux pour être réunis.

4 Histoire romaine VI, 11‑15.

5 C’est l’opinion défendue par l’école prosopographique allemande du début du xxe s. dont le représentant principal est Münzer (Münzer 1999).

6 Rappelons que le décompte des voix se fait à Rome par unité de vote (centurie ou tribu). Comme la composition des unités de vote ne respecte pas le poids démographique des différentes couches de la population, la question de la représentativité du corps civique au travers des procédures de vote se pose tout particulièrement. Le simple exemple du fonctionnement des comices centuriates le prouve : après une réforme que l’on doit placer dans la seconde moitié du iiie s., votaient en premier 18 centuries de chevaliers et 70 centuries de la première classe censitaire, ce qui conduisait à 88 centuries sur un total de 193. Pour atteindre la majorité, il suffisait de 8 des centuries de la deuxième classe censitaire qui en comptait 20. Or ces centuries des premières classes censitaires ne rassemblaient qu’une minorité de l’ensemble du corps civique. Inversement les dernières classes censitaires beaucoup plus denses démographiquement n’étaient représentées que par un faible nombre d’unités de vote intégrant chacune un grand nombre de citoyens dont les voix comptaient donc peu. Le système de vote centuriate cumulait ce déséquilibre avec une procédure de vote successif qui, proclamant successivement les résultats de chaque classe censitaire et interrompant le vote dès que la majorité des voix était atteinte, ne permettait le plus souvent qu’aux premières classes censitaires de pratiquer leur activité de vote. Voir cependant les justes nuances, d’ordre mathématiques et statistiques autant que politiques, apportées par Yakobson 1999, p. 48‑54.

7 Taylor 1966.

8 Fraccaro 1913‑1914 et Nicolet 1976. Voir aussi Botsford 1909.

9 La tabula Hebana reproduit une loi (lex Aurelia Valeria) qui instaure des centuries « destinatrices », composées de membres du Sénat et de membres de l’ordre équestre, répartis en centurie selon leur tribu d’origine sont chargés d’un vote préalable pour l’élection des consuls et des préteurs dont on voit mal comment il s’intègre dans le décompte final des votes. Pour le texte et la bibliographie attenante, voir Crawford (dir.) 1996, vol. I, n° 37‑38. Sur la destinatio, voir Hollard 2010, p. 187‑190.

10 Voir une traduction française de cette table dans AE, 1984, n° 508.

11 Col. b. l. 6 et 11.

12 Oraison funèbre prononcée par Auguste en l’honneur d’Agrippa. En 1970 un papyrus nous livre la traduction grecque d’une partie de ce discours. Koenen 1970.

13 Le document évoque la carrière de Germanicus dans le cadre du procès mené contre Pison accusé d’être à l’origine de la mort du fils adoptif de Tibère en 19 ap. J.‑C. : voir le dossier dans l’American journal of Philology de 1999 (vol. CXX.1), puis les études suivantes : Eck 2000, González Fernández 2003. Ces deux documents prouvent que l’octroi d’un imperium proconsulaire relève du vote d’une loi venant compléter celui du Sénatus-Consulte. À partir de là c’est tout le rôle du peuple dans les procédures d’investiture impériale et d’octroi de pouvoirs aux associés du Prince qui est à réévaluer : cf. Hurlet 1997 ; Ferrary 2001a ; 2001b ; 2003 ; Grelle 2005, p. 470‑472 ; Lamberti 2006, p. 139‑140 et Dalla Rosa 2014, p. 241‑243.

14 Rich et Williams 1999 ; Mantovani 2008.

15 Dans le fragment de la Malaca de la loi municipale flavienne, voir les rubriques 51‑53, puis 55‑57 et 59. Sur cette loi flavienne en général, voir Lamberti 1993.

16 Ce nouveau fragment de la colonia Genetiva Julia donne le nom des curies de la colonie : voir AE, 2006, n° 645 (avec une traduction française).

17 Eck 2013 et 2016.

18 Torelli 1991, p. 39‑54 ; Coarelli 2001 ; Mouritsen 2004 ; Coarelli 2005 ; Extebarria Akaiturri 2008, p. 105‑113 ; Lackner 2008, p. 274‑280 ; Sewell 2010, p. 67‑79.

19 Pina Polo 1989, 2005 et 2012. Hiebel 2009. Voir aussi Flaig 2001. D. Hiebel tente de faire une description la plus précise possible de la contio et de son fonctionnement (voir sa contribution dans ce volume) : sans donner une image ultra-démocratique de l’institution des contiones et sans nier le fort contrôle de ces assemblées par les magistrats et l’aristocratie sénatoriale, elle en donne néanmoins une analyse plus nuancée que son prédécesseur et donc, semble-t-il plus juste. E. Flaig définit les institutions du peuple (contiones et comices) avant tout comme des modes d’expression du consensus.

20 Voir Hölkeskamp 1995 ; Pina Polo 2005 ; Pina Polo et Liess 1996 ou Morstein-Marx 2004 pour une analyse des discours au peuple de Rome.

21 Taylor 1960. Sur la question de la répartition en tribus, voir aussi le volume sous la direction de Marina Silvestrini (Silvestrini 2010) qui traite plus de la répartition des cités dans les tribus que de questions théoriques que la portée de l’inscription dans les tribus. Voir aussi les travaux de Forni qui sont à la fois un répertoire prosopographique des individus dont on connaît la tribu, et des études plus précises sur le statut des tribus et leur utilité politique (Forni 1992-2012).

22 Voir Yakobson 1999, p. 44, par exemple le résumé des débats sur la réévalutation du montant du cens nécessaire pour appartenir à la première classe. Les positions très pointues sur des questions d’histoire monétaire sont capitales pour saisir exactement la composition de cette première classe privilégiée par le système du vote centuriate. L’auteur est partisan d’une solution qui abaisse considérablement, à la fin de la République, le seuil censitaire, ce qui élargit d’autant le spectre social des membres de cette première classe. Dans le même sens, voir Chillet 2018, en particulier p. 48. Un autre argument de l’auteur, plus contesté celui-là, repose sur les pratiques fréquentes de corruption ou de tentative de corruption de la centurie prérogative tirée au sort parmi les centuries équestres, puis parmi les centuries de la première classe. La corruption généralisée pendant les élections romaines de la fin de la République signifie-t-elle nécessairement un faible niveau censitaire de la 1re classe ?

23 MacMullen 1988, voir aussi Morstein-Marx 1998.

24 Mouritsen 1988. Ces témoignages permettent entre outre de proposer un lien, voire une continuité, entre ces pratiques de campagne à époque impériale et à échelle municipale et celles attestées à la fin de la République, au moment de la plus forte politisation des assemblées de vote telles qu’elles sont décrites dans le Commentariolum Petitionis de Q. Cicero. Se pose alors la délicate question de la frontière entre pratiques de corruption et largitiones des élites, relevant des pratiques de l’évergétisme (Manning 1985).

25 Pour les différentes phases du comitium, voir Coarelli 1985, p. 119‑138 et Carafa 1998 qui seront discutés ci-après ; pour la réfection des saepta par Auguste voir Gatti, LTUR, s.v. « Saepta Iulia ». Voir aussi Borlenghi 2011, p. 92 sq.

26 Plutarque, Marius 4.

27 Carafa 1998, p. 140‑141 pour le comitium ; Taylor 1966, p. 113, MacMullen 1980 et Coarelli 1997, p. 159 pour les saepta ; Purcell, LTUR, s.v. « Forum Romanum (Republican period) », p. 325 pour le forum. Sur ces questions, voir récemment Mouritsen 2001, partisan d’un nombre réduit des participants aux votes, du fait, en partie, de l’exiguïté des lieux de vote. Il est réfuté par Coarelli 2001 et 2005. Voir aussi Courrier 2014, p. 437‑440.

28 Le débat a été lancé entre H. Mourtisen et F. Coarelli (Mouritsen 2004 s’appuyant sur les fouilles des forums de Fregellae, Cosa, Paestum et Alba Fucens et réponse de Coarelli 2005). Voir aussi A. Borlenghi dans ce volume et Borlenghi à paraître. Sur la nature de templum attribuée au forum, voir Berthelet 2015, p. 237‑242, 245‑248, 250, 255‑258, avec une riche bibliographie.

29 Aricò Anselmo 2012 dont l’ouvrage est un long et précis commentaire de Varron, La Langue latine VI, 86‑95. L’auteure s’appuie aussi sur certaines notices de Festus concernant des mots rares, à l’étymologie contestée : inlicium, auspicia permenia, etc.

30 Les lectures en ont été discutées par Berthelet 2015, p. 198 et p. 253, n. 319, par exemple.

31 Heurtin 1994.

32 Voir par exemple Berthelet 2015, p. 186.

33 Le dialogue s’est établi de manière polémique entre une école anglaise représentée par F. Millar qui propose une vision « démocratique » de la société, ou plutôt, pour être plus précis, qui revalorise la place du peuple dans la vie politique (Millar 1984, 1986, 1989, 1995a, 1995b, 1998) ; et, à l’opposé, une école allemande qui défend une vision plus aristocratique de la pratique politique. Elle trouve ses origines dans les thèses de Meier et est défendue actuellement par Hölkeskamp (voir le résumé des débats et des positions dans Hölkeskamp 2008 ; voir aussi Jehne 1995). Ce débat est remarquable par ses retombées dans le champ de la recherche, en particulier dans les mondes universitaires à l’écart de ses deux pôles initiaux : voir le volume édité par Benoist 2012, consacré à l’œuvre de Millar (en particulier, l’article de F. Hurlet faisant la synthèse de ces débats : Hurlet 2012) ou bien le numéro des Studi storici, rivista dell’istituto Gramsci d’avril-juin 2006 regroupant les contributions de David, Hölkeskamp, Yakobson, Zecchini sur l’ouvrage d’Hölkeskamp.

34 Voir la notion de « Krise ohne Alternative », développée par Chr. Meier qui lui sert à décrire un monde politique qui n’envisage pas d’autre possible et dont les soutiens doivent être trouvés dans le renouvellement perpétuel d’un consensus. Meier 1966.

35 Voir l’introduction de Fernoux et Stein 2007 et Stein 2007 pour la définition de l’aristocratie. Pour les processus de légitimations, voir Hölkeskamp 2006 par exemple qui insiste sur le rôle des rituels de tous ordres et en particulier des défilés dans ce qu’il appelle une « République des processions » (pompa triumphalis, funebris) dont il cherche à établir la « syntaxe ».

36 Voir les analyses de Moatti 2011 qui cite l’ouvrage de N. Loraux, La cité divisée.