Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voter en Grèce, à Rome et en Gaule

 | 
Aldo Borlenghi
, 
Clément Chillet
, 
Virginie Hollard
, 
et al.

Première partie. Le monde grec

Le suffrage d’Athéna

Réflexions sur le vote dans la tragédie grecque1

Christine Mauduit

Texte intégral

  • 1 Toutes les traductions des textes grecs contenues dans l’article sont de l’auteur.
  • 2 Voir récemment Barker 2009, p. 40‑88.
  • 3 Sur cette absence de pouvoir de l’assemblée, voir Staveley 1972, p. 16‑17 ; Sale 1994, p. 29. Pour (...)
  • 4 Iliade VII, 379, 398 ; IX, 29, 79, 173.
  • 5 Iliade II, 333, 394 ; VII, 403 ; IX, 50.
  • 6 Sur ces scènes de tirage au sort dans l’épopée homérique, voir Demont 2000, p. 302‑309 ; Lopez-Rab (...)
  • 7 Dans les Suppliantes d’Eschyle, il s’agit du sort des Danaïdes, qui composent le chœur, mais c’est (...)

1La pratique du vote n’est pas attestée dans l’épopée homérique. Si elles n’ignorent pas les débats2, les assemblées qui se tiennent dans l’Iliade, sous l’égide des chefs de l’armée grecque, n’accordent aucun pouvoir de décision aux guerriers assemblés3, et le rôle qui leur est laissé consiste le plus souvent à écouter en silence4 ou à exprimer leur approbation – ou leur désapprobation – par de grands cris5. Lorsqu’il s’agit de désigner un guerrier appelé à jouer un rôle particulier, à un moment de la bataille, c’est au tirage au sort que l’on recourt6. La tragédie, en revanche, évoque à l’occasion des votes de l’armée grecque à Troie et, en dehors de ce contexte guerrier, elle fait une place parfois importante à la procédure du vote. Trois tragédies en particulier, les Suppliantes et les Euménides d’Eschyle, et l’Oreste d’Euripide font dépendre d’un vote le sort du héros7 et l’une d’entre elles, les Euménides, représente cette scène de vote avec un remarquable luxe de détails. Le personnel tragique appartient pourtant, comme celui des épopées homériques, au monde des héros, et l’apparition de ces références au vote est donc imputable non à l’univers de la fiction, mais au contexte de production des tragédies.

  • 8 Je n’entrerai pas ici dans les débats sur la nature, la portée et le sens du contenu politique de (...)
  • 9 Aristote, Constitution d’Athènes XXV, 1‑4.
  • 10 Les apories de ce type de lecture sont patentes dans le fait que les critiques ont abouti à des co (...)
  • 11 Delebecque 1951 ; Ehrenberg 1954 ; Goossens 1962 ; Podlecki 1966.

2Cette incursion anachronique, sur la scène tragique, des pratiques politiques contemporaines, qui est l’une des manifestations de la présence du politique dans la tragédie grecque8, traduit sans doute une certaine fascination des auteurs dramatiques et de leur public pour les acquis encore récents de la démocratie. La scène de vote au tribunal de l’Aréopage, qui occupe la deuxième partie des Euménides, entretient même un rapport direct avec l’actualité politique athénienne, puisque, comme on le sait, la date de représentation de l’Orestie est de quatre ans seulement postérieure aux réformes d’Éphialte, qui avaient abouti à une restriction des compétences de ce tribunal9. Le sens de la tragédie n’est évidemment pas à chercher dans une quelconque prise de position d’Eschyle sur cette question d’actualité10, et les lectures historicistes de ce type, qui ont fleuri à une époque dans la critique11, ne sont plus de mise aujourd’hui. Mais d’un autre côté, la mise en scène de la fondation du tribunal de l’Aréopage par Athéna peut difficilement ne pas être mise en rapport avec ce contexte.

3De façon plus générale, le vote était une expérience politique partagée par une grande partie du public assis sur les gradins du théâtre de Dionysos, et les références à cette pratique devaient contribuer à rapprocher les spectateurs du monde de la fiction tragique. La création de cet effet de réel n’impliquait cependant pas une reproduction précise, complète et parfaitement fidèle des pratiques connues du public. Le rapport que ces scènes de vote entretiennent avec les realia du vote mérite donc d’être plus précisément interrogé. Nous le ferons en partant d’une enquête lexicale, qui cherchera à déterminer si le vocabulaire tragique du vote présente ou non, des spécificités qui le distinguent du lexique couramment employé par les prosateurs de l’époque classique. Nous nous intéresserons ensuite aux procédures de vote évoquées ou mises en scène par les poètes tragiques – à leur contexte, à leurs acteurs, à leur déroulement –, pour tenter de rendre compte des représentations associées, dans la tragédie, à ce mode de décision et réfléchir, à travers l’analyse des scènes les plus significatives, à la manière dont les realia du vote sont annexés au service de la construction dramatique.

Le lexique du vote dans la tragédie

  • 12 On trouve, dans l’Enquête d’Hérodote, une douzaine d’emplois des mots de la famille de ψῆφος au se (...)

4Le texte des tragédies comporte, avec l’Enquête d’Hérodote12, les plus anciennes attestations connues du lexique du vote. Ce vocabulaire se concentre essentiellement autour du substantif ψῆφος et il est donc intéressant de commencer par déterminer le champ d’application de ce terme dans le corpus tragique, avant de signaler, plus succinctement, les autres termes de la famille qui sont employés, voire créés par les poètes tragiques.

  • 13 Eschyle, Suppliantes 7, 640, 644, 739, 943, 965 ; Sept contre Thèbes 198 ; Agamemnon 570, 816 ; Eu (...)
  • 14 Sophocle, Antigone 60, 632 ; Œdipe Roi 607.
  • 15 Euripide, Héraclides 186 ; Andromaque 496, 518, 1272 ; Hécube 196, 219, 259 ; Suppliantes 481, 484 (...)
  • 16 Sur ce point, voir Burian 1974.

5Commençons par quelques chiffres. On relève, dans le texte des tragédies, une petite cinquantaine d’occurrences du mot ψῆφος, inégalement réparties entre les auteurs et entre les œuvres : 17 emplois figurent chez Eschyle13, 3 chez Sophocle14, 31 chez Euripide15. Les attestations, chez Eschyle, se rencontrent essentiellement dans les Suppliantes et dans les Euménides, tragédies représentatives des deux types de drames le plus susceptibles de faire intervenir une procédure de vote. Il s’agit d’une part des tragédies de la supplication, dans lesquelles une cité doit se prononcer, par le biais de ses instances décisionnelles, sur la demande d’asile formulée par des étrangers, d’autre part, des tragédies mettant en scène le jugement d’Oreste. L’absence presque totale de références au vote dans les tragédies de Sophocle peut s’éclairer par comparaison avec les contextes d’emploi eschyléens. Abandonnant l’usage de la trilogie liée pour des tragédies centrées sur un personnage et sur une action, Sophocle met en scène, dans Électre, la vengeance d’Oreste, sans faire de référence à son jugement. L’autre drame qui pourrait faire intervenir une scène de vote est Œdipe à Colone, pièce qui, à certains égards, appartient à la catégorie des tragédies de la supplication16 ; cependant, à la différence de Pélasgos dans les Suppliantes d’Eschyle, Thésée, dans cette tragédie, est représenté comme un monarque, certes juste et hospitalier, mais autocratique, qui exerce le pouvoir sans associer le peuple à ses décisions. Aucune procédure de vote n’est donc mise en place dans cette tragédie, où la question de l’accueil d’Œdipe est réglée par la seule décision du roi. Les occurrences du mot ψῆφος, chez Euripide, sont un peu mieux réparties qu’elles ne le sont chez Eschyle : plusieurs pièces du plus jeune des tragiques comportent de un à trois emplois du terme. La plus grande concentration d’emplois figure dans Oreste, tragédie qui met en scène – innovation marquante sur laquelle nous reviendrons –, le jugement d’Oreste et Électre par la cité d’Argos.

 

  • 17 DELG, s.v. « ψῆφος ».
  • 18 Pour ce sens de « caillou », voir p. ex. Pindare, Olympiques XIII, 46 (à propos du nombre de victo (...)
  • 19 Voir p. ex. Eschyle, Euménides 748 : Πεμπάζετ’ ὀρθῶς ἐκβολὰς ψήφων, « comptez exactement les caill (...)

6Formé sur un thème que l’on fait remonter à une racine indo-européenne signifiant « frotter, racler, émietter »17, le mot ψῆφος désigne au propre un caillou poli par le frottement de l’eau18. À partir de ce sens premier, le mot ψῆφος s’applique à des cailloux réservés à divers usages : cailloux pour compter, cailloux pour jouer, cailloux utilisés pour la divination, et cailloux pour voter. Si ce sens concret de « caillou pour voter » est perceptible dans quelques occurrences tragiques du substantif ψῆφος19, c’est cependant avec le sens, devenu le plus courant, de « vote, suffrage » que le mot est le plus souvent employé dans le corpus tragique. Il en va ainsi, par exemple, dans ce passage de l’Ion d’Euripide dans lequel un serviteur de Créuse informe le chœur que les Delphiens ont décidé de lapider Créuse, convaincue d’avoir voulu empoisonner Ion, lors du banquet organisé en son honneur par Xouthos :

  • 20 Euripide, Ion 1222-1223.

Δελφῶν δ’ ἄνακτες ὥρισαν πετρορριφῆ
θανεῖν ἐμὴν δέσποιναν οὐ ψήφῳ μιᾷ20.

Les chefs de Delphes ont décidé, par de nombreux suffrages,
que ma maîtresse devait mourir en étant précipitée d’un rocher.

  • 21 Cet emploi est à rapprocher de l’usage que font les orateurs du verbe ὁρίζω avec θάνατον pour dire (...)
  • 22 Dans d’autres contextes – p. ex. Eschyle, Suppliantes 943 –, l’expression ψήφῳ μιᾷ signifie « par (...)

7Avec l’emploi du verbe ὁρίζω21, « déterminer, fixer », l’accent est mis dans ce passage non pas tant sur la procédure du vote que sur la décision votée : la mort pour Créuse. Dans l’expression οὐ ψήφῳ μιᾷ, l’essentiel du sens est porté par la litote οὐ μιᾷ, littéralement « pas par un seul suffrage », c’est-à-dire par de nombreux suffrages22. On verra que les références au vote dans la tragédie sont souvent accompagnées d’expressions qui soulignent le caractère collectif de ce mode de décision.

  • 23 Euripide, Andromaque 496, à propos de la décision, prise par l’armée grecque, de faire mourir Asty (...)
  • 24 Euripide, Hécube 259, à propos de la décision prise par l’armée grecque de sacrifier Polyxène ; c’ (...)
  • 25 Oreste 975 : Électre, dans une monodie, déplore les malheurs de sa famille et le suffrage de mort (...)
  • 26 Eschyle, Sept 198 : Étéocle fait valoir que celui qui ne respectera pas les ordres donnés pour le (...)

8Du sens de « vote, suffrage », φῆφος en vient à désigner, par un glissement métonymique, le résultat du vote, le verdict : le substantif apparaît ainsi dans différentes expressions dans lesquelles il est déterminé par un mot – complément au génitif ou adjectif épithète – qui précise la peine votée ou la décision prise. Le contexte tragique fait qu’il s’agit presque toujours d’un vote qui décide de la mort de celui qui en fait l’objet, et l’on trouve, pour traduire cette idée, les expressions ψῆφος θανάτου23, ψῆφος φόνου24, φοινία ψῆφος25, ψῆφος ὀλεθρία26.

 

9Du caillou de vote au résultat du vote, les sens examinés jusqu’à présent constituent un continuum sémantique, dans lequel s’impose, sous différentes formes, la notion du vote comme procédure de décision collective. Mais on rencontre aussi, dans le corpus tragique, quelques passages dans lesquels le mot ψῆφος se trouve employé à propos de la décision d’un seul homme, dans un type d’emploi, donc, qui est à l’opposé de l’idée de vote. On passe ici, par un nouveau glissement, du sens de « résultat du vote, décision votée », au sens de « décision, arrêt », avec un effacement complet de l’idée de vote. Il n’est pas indifférent de noter que ce type d’emploi est associé à des personnages incarnant un pouvoir de type autocratique ou tyrannique. Au début d’Antigone, Ismène fait ainsi valoir à Antigone le danger qu’il y aurait pour elles, dans la situation de faiblesse où elles se trouvent, à se rebeller contre l’autorité de Créon :

  • 27 Sophocle, Antigone 58‑60.

Νῦν δ’ αὖ μόνα δὴ νὼ λελειμμένα σκόπει
ὅσῳ κάκιστ’ ὀλούμεθ’, εἰ νόμου βίᾳ
ψῆφον τυράννων ἢ κράτη παρέξιμεν27.

À présent que nous restons seules, toutes les deux, imagine
de quelle mort affreuse nous périrons, si au mépris de la loi,
nous passons outre à l’arrêt et au pouvoir du roi.

  • 28 Sur cette représentation du pouvoir de Créon dans Antigone, voir Lanza 1997, p. 95‑97, 162‑169.
  • 29 Antigone 632.
  • 30 Un emploi comparable se trouve dans un passage d’Andromaque (518) où ψῆφος désigne la décision pri (...)

10La formule ψῆφον τυράννων renvoie à l’interdiction de sépulture décrétée par Créon à l’encontre de Polynice. Le substantif ψῆφος s’applique donc bien ici à une décision qui émane de la seule autorité du roi – c’est un arrêt royal – et son association à κράτη confirme qu’il s’agit de la manifestation d’un pouvoir reposant sur l’arbitraire et sur la force28. On peut se demander si l’emploi du mot ψῆφος dans un tel contexte ne comporte pas de la part de Sophocle une charge ironique, dans la mesure où il fait surgir à l’arrière-plan du texte le modèle du pouvoir collectif, dans lequel prend place habituellement la procédure du vote. L’emploi du pluriel τυράννων, qui renvoie au seul Créon, irait dans le sens de cette interprétation : la formule ψῆφον τυράννων est en effet calquée sur des expressions telles que ψῆφος Ἀργείων ou ψῆφος Πελασγῶν, dans lesquelles ψῆφος a pour complément le nom du peuple qui est l’auteur du vote. Par ces jeux de rappel, l’arrêt du tyran est ainsi implicitement opposé à une prise de décision reposant sur un vote collectif. Le fait que le substantif ψῆφος soit appliqué, dans la tragédie, à une autre décision de Créon – la condamnation d’Antigone à l’emmurement29 – confirme que ce terme participe de la dénonciation du pouvoir arbitraire du tyran qui est à l’œuvre dans cette tragédie30.

11L’opposition entre pouvoir autocratique et pouvoir collectif, qui est sous-jacente à ces occurrences du mot ψῆφος, est, en revanche, parfaitement explicite dans un passage des Suppliantes d’Eschyle. Ce n’est pas le substantif qui y apparaît, mais l’adjectif composé μονόψηφος, employé dans le sens de « qui décide à lui seul ». Alors que Pélasgos a annoncé aux Danaïdes son intention de consulter son peuple pour trancher la question de leur accueil à Argos, elles remettent à distance cette conception d’une royauté démocratique pour lui substituer celle d’un pouvoir autocratique, dans lequel le pouvoir de décision appartient au seul roi.

  • 31 Eschyle, Suppliantes 370‑375.

Σύ τοι πόλις, σὺ δὲ τὸ δήμιον,
πρύτανις ἄκριτος ὢν
κρατύνεις βωμόν, ἑστίαν χθονός,
μονοψήφοισι νεύμασιν σέθεν,
μονοσκήπτροισι δ’ ἐν θρόνοις χρέος
πᾶν ἐπικραίνεις· ἄγος φυλάσσου31.

C’est toi la cité, c’est toi le peuple,
chef que nul ne juge,
tu es le maître de l’autel, foyer de ce pays ;
par les signes de ta tête, qui sont l’unique suffrage,
sur ton trône à l’unique sceptre,
tu décides de toutes choses ; garde-toi d’une souillure.

  • 32 Cf. l’adjectif μόνος au premier élément des deux composés μονοψήφοισι et μονοσκήπτροισι.
  • 33 Cf. ἄκριτος, « qui n’est pas soumis à un jugement », par opposition au pouvoir démocratique, où le (...)
  • 34 Cf. χρέος / πᾶν ἐπικραίνεις ; voir aussi κρατύνεις βώμον, qui traduit un pouvoir s’étendant au dom (...)
  • 35 Cf. Σύ τοι πόλις, σὺ δὲ τὸ δήμιον, avec l’anaphore expressive du pronom personnel σύ.
  • 36 Cf. l’image du pouvoir de Zeus donnée par les Danaïdes dans la parodos, 91‑92 : Διὸς εἰ κορυφᾷ / κ (...)
  • 37 Cf. 640, 644, 739, 943, 965.

12Désireuses de voir le roi accéder immédiatement à leur requête, les filles de Danaos brossent, dans ces quelques vers, l’image d’un monarque absolu, détenteur d’un pouvoir qu’il exerce seul32, sans contrôle33 ni limite34 et qui représente à lui seul le corps politique35. Elles entendent, de cette manière, signifier à Pélasgos que c’est à lui seul de décider de leur accueil. La formule μονοψήφοισι νεύμασιν participe pleinement de cette représentation : l’adjectif composé, dont les deux éléments constituent pratiquement un oxymore – le vote supposant un groupe de votants –, illustre le même type d’emploi que dans les textes précédemment commentés, et confirme que c’est par opposition au modèle démocratique que se définit le type de pouvoir promu par les Danaïdes. L’écho entre les deux adjectifs μονοψήφοισι et μονοσκήπτροισι, qui se rapprochent par la similitude de leur composition, par le jeu des sonorités et par leur place liminaire dans le vers, signifie on ne peut plus clairement que les ψῆφοι d’un roi ne sont rien d’autre que les décisions qu’il prend, muni des insignes de son autorité. Ce pouvoir de Pélasgos, dans la vision qu’en donnent les filles de Danaos, assimile pratiquement le roi à un dieu : comme Zeus, le monarque manifeste ses décisions d’un signe de tête, νεύμασιν36. On voit donc, là encore, comment l’idée d’un pouvoir autocratique est suggérée par une référence antiphrastique à la procédure du vote. Ce jeu est confirmé par le fait que le substantif ψῆφος retrouve, par la suite, son sens et son contexte d’emploi habituels, pour évoquer le vote rendu par les Argiens en faveur des Suppliantes37. Pélasgos ne s’est pas laissé entraîner par la rhétorique fallacieuse des Danaïdes et c’est bien la représentation d’une royauté démocratique qui s’impose dans la suite de la tragédie, point sur lequel nous reviendrons.

13Un dernier emploi doit être signalé, pour clore cet examen du champ sémantique de ψῆφος dans le corpus tragique. Dans deux passages d’Iphigénie en Tauride, le substantif désigne non pas le vote, mais le lieu du vote, le tribunal, en l’occurrence, le tribunal de l’Aréopage, puisque cette occurrence concerne le procès d’Oreste. Voici le premier de ces passages. Oreste est en train d’expliquer à Iphigénie les circonstances dans lesquelles il a été purifié et jugé, après le crime du matricide. Il en vient à évoquer le tribunal qui a été le cadre de son procès :

  • 38 Euripide, Iphigénie en Tauride 945‑946.

Ἔστιν γὰρ ὁσία ψῆφος, ἣν ῎Αρει ποτὲ
Ζεὺς εἵσατ᾽ ἔκ του δὴ χερῶν μιάσματος38.

Il existe là-bas un tribunal sacré, que pour Arès, jadis,
Zeus institua, à la suite d’une souillure dans laquelle avait trempé sa main.

  • 39 Cet épisode est évoqué par les Dioscures à la fin de l’Électre d’Euripide (1258‑1264). Voir aussi (...)
  • 40 Euripide, Iphigénie en Tauride 969 : celles des Érinyes qui acceptent l’acquittement d’Oreste s’ét (...)

14S’écartant de la version promue par Eschyle dans les Euménides, Euripide suit la tradition selon laquelle l’Aréopage a été fondé par Zeus, pour juger Arès après le meurtre d’Halirrhothios, le fils de Poséidon, que le dieu de la guerre avait tué parce qu’il avait violenté sa fille Alcippè39. C’est le verbe εἵσατo, littéralement « faire asseoir », qui, dans ces vers, amène à donner au mot ψῆφος le sens de « tribunal ». Comme dans les Euménides, l’acte de fondation du tribunal est vu ici comme le rassemblement d’un ensemble de personnes que l’on fait siéger pour juger. L’emploi du substantif ψῆφος pour désigner le tribunal, emploi que l’on retrouve un peu plus loin dans la même tirade d’Oreste40, traduit le fait que c’est l’acte même du vote qui fonde le lieu comme tribunal.

  • 41 Eschyle, Agamemnon 816 ; Euripide, Électre 1266 (passif) ; Oreste 756.
  • 42 Eschyle, Euménides 735.
  • 43 Eschyle, Euménides 674‑675, 680 ; Euripide, Hélène 1006 ; Euripide, Oreste 440 (passif) ; cf. auss (...)
  • 44 Euripide, Oreste 49, 1652.
  • 45 Eschyle, Euménides 709.
  • 46 Sophocle, Ajax 449 (actif) ; Euripide, Héraclides 141 (passif : « être condamné par un vote à »).

15Après cet examen des sens de ψῆφος dans la tragédie, j’évoquerai plus rapidement les autres données relatives au vocabulaire du vote dans le corpus tragique, qui n’appellent pas d’analyses lexicales développées. J’ai déjà fait allusion, à propos du sens concret de ψῆφος, à quelques-unes des expressions employées par les poètes tragiques pour exprimer l’action de voter. Ce sont les expressions communément employées en grec pour dire « voter », à l’aide d’un verbe d’action ayant pour complément le substantif ψῆφον : on relève ainsi dans le corpus tragique τίθεσθαι41, προστίθεσθαι42, φέρειν43, διαφέρειν44, αἴρειν ψῆφον (ou ψήφους)45, toutes expressions qui se retrouvent chez les prosateurs de l’époque classique, en particulier, chez les orateurs. Le verbe ψηφίζω/ψηφίζομαι46, au sens de « décider par un vote » y est également attesté.

16Les autres mots de la famille de ψῆφος figurant dans les textes tragiques sont trois adjectifs composés, dans lesquels le substantif apparaît au premier ou au deuxième élément :

    • 47 Eschyle, Suppliantes 373.

    μονόψηφος, « qui décide à lui seul »47, adjectif que nous avons déjà eu l’occasion de commenter dans le développement consacré aux emplois de ψῆφος.

    • 48 Voir son emploi chez Thucydide, I, 141, 6 ; Platon, Lois III, 692a ; cf. Pollux, Onomasticon VIII, (...)
    • 49 Euripide, Suppliantes 353.
    • 50 Eschyle, Euménides 741, 795.
    • 51 Pour l’analyse de cette scène, voir infra.

    ἰσόψηφος : de même formation que le précédent, ce qualificatif signifie au propre « qui a un égal droit de vote »48. Il est employé en ce sens dans un passage des Suppliantes d’Euripide49, où il participe de la représentation des principes de la démocratie athénienne, mais Eschyle fait un emploi différent et inédit du terme dans les Euménides50 pour désigner le vote à égalité de voix obtenu par Oreste lors de son procès sur l’Aréopage51.

    • 52 Sophocle, Ajax 1135. L’idée de fraude est soulignée, dans ce passage, par deux mots de la famille (...)
    • 53 Pour la référence à un vote et à l’usage de φῆφοι dans cet épisode du Jugement des armes, voir éga (...)
    • 54 Sur la fraude lors des votes au tribunal ou à l’assemblée, voir Staveley 1972, p. 101‑117.
    • 55 Stanford 1963, ad loc. (suivi par Garvie 1998, ad loc.). Agamemnon présente les choses différemmen (...)

    ψηφοποιός : cet adjectif, qui est un hapax de Sophocle, signifie « fabricant, trafiquant de suffrages ». Il est employé par Teucros dans un passage d’Ajax52, pour dénoncer la fraude dont se sont rendus coupables les Atrides, lors du vote pour l’attribution des armes d’Achille53. La tragédie donc, n’ignore pas la fraude électorale, qui devait être une préoccupation bien réelle lors des séances dans les tribunaux athéniens, tout comme à l’assemblée54. En l’occurrence, les termes relativement vagues de l’accusation de Teucros ne permettent pas de savoir s’il se réfère à des manœuvres préalables au vote ou à un trafic des suffrages après le vote55.

 

17La tragédie nous a conservé les premières attestations de la plupart des mots et des expressions qui sont employés par les prosateurs de l’époque classique pour évoquer la pratique du vote. Le corpus tragique constitue, de ce fait, un témoignage important pour l’étude de ce vocabulaire. À l’exception de quelques rares créations lexicales, comme l’adjectif composé ψηφοποιός, il n’y a pas lieu de supposer qu’ils sont les inventeurs de ce lexique, mais bien plutôt, qu’ils ont introduit dans leurs drames le vocabulaire en usage dans la société de leur temps. On relève toutefois quelques emplois originaux de ce lexique, comme celui du substantif ψῆφος au sens de tribunal, ou encore l’utilisation que fait Eschyle du composé ἰσόψηφος pour qualifier une personne ayant obtenu, dans un vote, l’égalité des suffrages. Dans l’ensemble cependant, comme l’a déjà suggéré cette brève enquête lexicale, l’intérêt réside moins dans le choix même des mots du vote que dans la manière dont les dramaturges les mobilisent, en contexte, pour susciter dans l’esprit du public divers questionnements sur les procédures de décision humaines et sur les modes d’exercice du pouvoir, point sur lequel nous reviendrons dans le dernier temps de cet exposé.

Procédures tragiques : le vote dans la tragédie

18Cette première conclusion tirée de l’analyse du lexique trouve confirmation, comme nous allons le voir à présent, dans l’analyse de l’image que la tragédie donne du vote et de l’action de voter. Cette image sera étudiée dans son rapport avec les realia du vote. Il s’agit à la fois de montrer que ces realia informent les passages tragiques relatifs au vote, mais que, d’un autre côté, le vote, tel qu’il est représenté dans la tragédie, procède aussi, dans une large mesure, de constructions qui servent la mise en scène de procès exceptionnels.

  • 56 Euripide, Ion 1222‑1225. Sur ce passage, voir supra.

19Première question : quand et pourquoi vote-t-on dans la tragédie ? Les épisodes de vote représentés, ou simplement mentionnés dans la tragédie, sont presque exclusivement liés à des prises de décision concernant le sort des personnages. Les votes qui sont le plus fortement dramatisés sont bien sûr ceux qui doivent décider du sort du héros – Oreste chez Eschyle et Euripide, les Danaïdes dans les Suppliantes d’Eschyle, les Héraclides dans la pièce d’Euripide à laquelle ils donnent leur nom – mais certains votes concernent aussi des personnages secondaires, comme dans Ion, où Créuse est condamnée à mort par un vote des Delphiens après avoir tenté d’empoisonner Ion56. Le cadre de la procédure de vote peut être un procès, où il s’agit de se prononcer sur la culpabilité du personnage ou de punir une faute commise, la cité s’instituant alors en instance de jugement. En dehors du cas d’Oreste, sur lequel nous aurons à revenir, une référence de ce type se rencontre par exemple au début des Suppliantes d’Eschyle. Les Danaïdes expliquent, à l’ouverture de la tragédie, que, si elles fuient l’Égypte, ce n’est pas pour avoir été condamnées à l’exil dans leur pays, à la suite d’un homicide, mais pour échapper à la poursuite des Égyptiades, qui veulent les épouser contre leur gré :

  • 57 Eschyle, Suppliantes 5‑8.

Δίαν δὲ λιποῦσαι
χθόνα σύγχορτον Συρίᾳ φεύγομεν,
οὔτιν’ ἐφ’ αἵματι δημηλασίαν
ψήφῳ πόλεως γνωσθεῖσαι57.

Ayant quitté la terre
de Zeus qui jouxte la Syrie, nous fuyons,
sans qu’aucune sentence d’exil, châtiment du sang versé,
ait été votée contre nous par une cité.

  • 58 On sait que l’exil était, sous certaines conditions (meurtre non-intentionnel d’un citoyen ou meur (...)
  • 59 Le bien-fondé du point de vue des Danaïdes est une autre question, qu’il n’y a pas lieu de discute (...)

20Cette référence à un procès pour homicide, qui renvoie aux procédures institutionnelles d’Athènes dans les temps historiques58, est en décalage avec le contexte mythique dans lequel elle s’insère. Il est étrange, en effet, que la mention d’un vote de la cité soit associée à l’évocation de l’Égypte des temps mythiques, que fuient les Danaïdes. Mais cette remarque empreinte d’anachronisme est pleinement signifiante, à plus d’un titre. Elle vise, tout d’abord, à lever l’ambiguïté inhérente à l’emploi du verbe φεύγομεν. Il s’agit, pour les Danaïdes, de dire, au début de la tragédie, qu’elles ne sont pas exilées, à la suite d’un crime de sang, qu’elles ne sont pas sous le coup d’une sanction, mais qu’elles fuient pour échapper à la poursuite des Égyptiades. Elles ne sont donc pas criminelles, mais victimes et, si faute il y a, celle-ci est le fait de leurs cousins, comme elles cherchent à en persuader le roi Pélasgos, dans la suite de la tragédie59. D’autre part, la référence initiale à des pratiques judiciaires grecques sert la construction de l’identité ambiguë des Danaïdes, ces femmes d’apparence barbare qui revendiquent une origine grecque, au nom de laquelle elles sollicitent la protection d’Argos. Enfin, cette allusion à un vote de la cité prend un relief particulier, à l’ouverture d’un drame dans lequel le sort des Danaïdes va effectivement dépendre d’un vote de la cité d’Argos, en sorte que cette référence liminaire à un vote a aussi une valeur programmatique.

21Cependant, le vote de la cité d’Argos qui est au cœur de la tragédie se définit largement par opposition à ce vote mentionné dans ses premiers vers. Il ne s’agit pas, en effet, d’un vote de jugement, mais d’un vote délibératif, sur la question de savoir s’il faut, ou non, accueillir les Danaïdes dans la cité, en assumant le risque d’une guerre avec les Égyptiades. La proposition de les accueillir est défendue à l’assemblée d’Argos par le roi Pélasgos, en des termes qui sont faits pour évoquer dans l’esprit du public athénien, le vote d’un décret à l’assemblée :

  • 60 Eschyle, Suppliantes 609‑614.

ἡμᾶς μετοικεῖν τῆσδε γῆς ἐλευθέρους
κἀρρυσιάστους ξύν τ’ ἀσυλίᾳ βροτῶν·
καὶ μήτ’ ἐνοίκων μήτ’ ἐπηλύδων τινά
ἄγειν· ἐὰν δὲ προστιθῇ τὸ καρτερόν,
τὸν μὴ βοηθήσαντα τῶνδε γαμόρων
ἄτιμον εἶναι ξὺν φυγῇ δημηλάτῳ60.

nous résiderons sur cette terre libre,
protégées de tout rapt et jouissant de l’inviolabilité réservée aux personnes ;
et nul habitant, nul étranger ne pourra
nous emmener. Si quelqu’un use de violence contre nous,
celui des citoyens qui ne nous secourt pas
est frappé d’atimie, exilé par la sentence du peuple.

  • 61 Ibid., 605.
  • 62 Sur ce point, voir Pattoni 2006, en particulier p. 155‑169.

22Il y a, on le sait, de nombreuses discussions sur le sens que prennent, dans le contexte de la pièce, les différents termes techniques – μετοικεῖν, ἀρρυσιάστους, ἀσυλίᾳ – contenus dans ces quelques vers et sur ce qu’ils impliquent quant au statut octroyé aux Danaïdes dans leur cité d’accueil. Je n’entrerai pas ici dans le détail de ces discussions. Car l’essentiel pour la question qui nous occupe n’est pas là, mais plutôt dans le constat d’une conformité générale de cet épisode avec le contexte et le déroulement d’une séance à l’ecclésia, conformité clairement établie par la formule Ἔδοξεν Ἀργείοισιν, qui ouvre le récit fait par Danaos à ses filles61, et qui invite à juger de l’organisation politique de l’Argos du roi Pélasgos à l’aune des principes et du fonctionnement de la démocratie athénienne62.

  • 63 Euripide, Hécube 195‑196, 218‑219, 259.
  • 64 Euripide, Troyennes 785.

23Si les occasions de vote précédemment citées renvoient à des situations qui peuvent trouver un équivalent dans le fonctionnement des institutions de la démocratie athénienne – vote dans le cadre d’un procès, vote d’un décret à l’assemblée –, il est aussi, dans la tragédie, des votes qui relèvent seulement de la tradition mythique et qui ne peuvent être mis en rapport avec aucun cadre institutionnel connu. C’est par un vote de l’armée grecque que sont décidés le sacrifice de Polyxène, dans Hécube63, et le meurtre d’Astyanax, dans les Troyennes64. Il s’agit, dans l’un et l’autre cas, de victimes innocentes, qui sont sacrifiées à ce qui est présenté comme l’intérêt supérieur de l’armée grecque – le sacrifice de Polyxène répond au désir d’honorer la tombe d’Achille, le meurtre d’Astyanax est dicté par la crainte de voir se lever un jour un nouvel Hector. L’intervention d’un vote – sur lequel aucune précision n’est donnée – sert ici à souligner le caractère collectif de la décision et accroît l’horreur de l’acte qui en est l’objet, en suscitant l’image d’une armée de guerriers impitoyablement ligués contre un enfant. C’est en quelque sorte une circonstance aggravante dans le jugement que le spectateur est invité à porter sur le comportement de l’armée grecque au lendemain de la guerre de Troie. Dans le cas d’Astyanax, le vote est consécutif à l’intervention d’Ulysse, et le texte véhicule une critique du mode de fonctionnement des assemblées soumises à la rhétorique perverse des orateurs démagogues. Chez Euripide, nous y reviendrons, la référence au vote n’est que rarement portée au crédit de l’exercice d’un pouvoir collectif.

  • 65 Eschyle, Suppliantes 8 ; sur ce passage, voir supra.
  • 66 Ibid., 942‑943.
  • 67 Euripide, Oreste 756, 975.
  • 68 Cf. ψῆφος Ἀργείων : Eschyle, Suppliantes 739 ; Euripide, Oreste 799 ; ψῆφος Πελασγῶν : Oreste 857.
  • 69 Eschyle, Suppliantes 369 : ἀστοῖς πᾶσι.
  • 70 Ibid., 367, 517 (au pluriel).
  • 71 Ibid., 398, 601, 604.
  • 72 Ibid., 607.
  • 73 Ibid., 942.
  • 74 Cf. en particulier 398‑399 : εἶπον δὲ καὶ πρίν, οὐκ ἄνευ δήμου τάδε / πράξαιμ’ ἄν, οὐδέπερ κρατῶν. (...)

24Le caractère collectif de ce mode de décision est bien, pourtant, la principale – et souvent même l’unique – donnée que livrent les tragiques, lorsqu’ils font référence à l’identité des votants. À la question « qui vote ? », la tragédie répond parfois simplement « la cité », avec des expressions telles que ψῆφος πόλεως65, ἐκ πόλεως… ψῆφος66, πολῖται67, ou en donnant pour complément au substantif ψῆφος le nom du peuple concerné68. Dans certains cas, le texte exprime de façon plus insistante l’idée que le vote est l’expression d’une décision émanant de l’ensemble de la communauté civique. Il en va ainsi, en particulier, dans les Suppliantes d’Eschyle, tragédie dans laquelle la vision du vote comme expression d’un pouvoir collectif s’impose avec une force particulière. La décision relative au sort à réserver aux Danaïdes est ainsi présentée par Pélasgos comme appartenant à tous les habitants de la ville69, et elle est référée, par les différents personnages, au peuple d’Argos, qui est désigné tantôt par le substantif épique λαός70, tantôt par le mot courant δῆμος71. D’autres mots de la famille de δῆμος interviennent dans l’évocation du vote : le datif adverbial πανδημίᾳ, « avec le peuple entier »72, apparaît dans le récit que Danaos fait à ses filles du déroulement de l’assemblée qui a décidé de leur sort, et l’adjectif composé δημόπρακτος, « fait par le peuple »73, qui est un hapax, qualifie en un passage le vote des Argiens. L’insistance sur le caractère collectif de cette consultation populaire sert, dans le contexte de la pièce, la représentation du pouvoir de Pélasgos, un roi « démocratique » qui fait dépendre de la volonté de ses sujets les décisions engageant le sort de la cité et qui, selon ses propres termes, ne saurait rien faire sans l’aval de son peuple74.

  • 75 Eschyle, Euménides 81. Le substantif δικασταί est utilisé à plusieurs reprises (483, 684, 743), da (...)
  • 76 Eschyle, Euménides 470‑472.

25En dehors de cette représentation d’un droit de vote qui s’exerce collectivement, dans le cadre d’une assemblée populaire – le plus souvent, pour le meilleur, mais parfois aussi, pour le pire, comme au début de l’Oreste –, la tragédie conserve un exemple unique de désignation d’un groupe restreint de votants. Ce cas est tout à fait particulier, puisqu’il s’agit de la constitution du tribunal de l’Aréopage, créé par Athéna, selon la version eschyléenne, pour juger de la culpabilité d’Oreste après le meurtre de Clytemnestre et d’Égisthe. Dès le début des Euménides, Apollon fait allusion à cet épisode athénien en évoquant les jurés, δικασταί75, qui vont avoir à se prononcer sur le cas d’Oreste. L’emploi du mot δικασταί situe d’emblée l’affaire dans un contexte judiciaire : le cadre est celui d’un procès au tribunal et non plus, comme dans les exemples précédents, celui d’un vote à l’assemblée. Une fois Oreste parvenu à Athènes, Athéna fait valoir que cette affaire exceptionnelle exige une procédure et un tribunal exceptionnels76 et elle annonce que ce tribunal, qui siégera sur la colline d’Arès et sera désormais commis aux procès pour meurtres, sera composé des meilleurs hommes de la cité :

  • 77 Ibid., 482‑489.

ἐπεὶ δὲ πρᾶγμα δεῦρ’ ἐπέσκηψεν τόδε,
φόνων δικαστὰς ὁρκίους αἱρουμένη
θεσμὸν τὸν εἰς ἅπαντ’ ἐγὼ θήσω χρόνον·
ὑμεῖς δὲ μαρτύριά τε καὶ τεκμήρια
καλεῖσθ’, ἀρωγὰ τῆς δίκης ὁρκώματα·
κρίνασα δ’ ἀστῶν τῶν ἐμῶν τὰ βέλτατα
ἥξω διαιρεῖν τοῦτο πρᾶγμ’ ἐτητύμως
ὅρκον περῶντας μηδὲν ἐκδίκοις φρεσίν77.

puisque l’affaire en est arrivée là,
je vais choisir des juges pour les crimes de sang, qui prêteront serment,
et le tribunal qu’ainsi j’établirai siégera pour la suite des temps.
Vous, faites appel aux témoignages, aux indices,
auxiliaires assermentés du droit.
Quand j’aurai distingué ce qu’il y a de meilleur, parmi les habitants de ma ville,
je reviendrai pour qu’ils tranchent l’affaire en toute franchise,
sans transgresser leur serment d’un cœur oublieux de la justice.

  • 78 Cette présentation élogieuse de l’Aréopage, qui trouve son sens à l’intérieur de la fiction, possè (...)
  • 79 Cf. 684, 704.
  • 80 Boegehold 1995, t. 28 (décret antityrannique de 337‑336) = SEG XII, 87, l. 25‑26 ; sur ce texte, v (...)

26L’idée d’un choix – αἱρουμένη (483), κρίνασα (487) –, effectué, de surcroît, par la déesse tutélaire de la cité, sert la représentation de l’Aréopage comme une instance d’exception, qui doit garantir la qualité du jugement qui sera rendu sur le cas d’Oreste78. Le fait que le conseil de l’Aréopage ne se confonde pas avec l’ensemble de la cité trouve une confirmation un peu plus loin, dans le passage où Athéna convie solennellement la cité tout entière – πόλιν πᾶσαν (572) – à venir écouter la déclaration officielle de fondation du tribunal. Sans doute n’est-il pas indifférent que, dans ce dernier passage, comme dans deux autres79, l’Aréopage soit désigné par le substantif βουλευτήριον, terme qui rappelle celui de βουλή, par lequel il était couramment dénommé à l’époque classique, et qui évoquait l’idée d’un conseil restreint de citoyens. Il est possible aussi que le poète ait voulu, avec ce terme, faire écho aux données de la topographie athénienne, puisque l’on sait que le mot βουλευτήριον était parfois utilisé pour désigner le lieu de réunion de l’Aréopage, sur la colline d’Arès80.

  • 81 Cf. déjà 604 (le chœur) : δήμου κρατοῦσα χείρ.
  • 82 Le scholiaste a bien compris le sens de l’expression ἄνευ κλητῆρος, qu’il explique en ces termes ( (...)
  • 83 Staveley 1972, p. 83‑88 ; Hansen 1977. On recourait cependant à un vote avec « bulletins », et non (...)

27L’opposition qui s’établit, du point de vue du nombre et de l’identité des votants, entre le vote des assemblées populaires et le vote de cette cour instituée par Athéna, se retrouve dans les modalités de leur vote. À l’assemblée d’Argos, c’est à main levée qu’est votée la décision d’accueillir les Danaïdes. Une référence à ce mode de scrutin figure au début (607 : χερσὶ δεξιωνύμοις) et à la fin (621 : χερσὶν) du bref rapport de Danaos81. Tandis que le premier passage insiste surtout, à travers l’adverbe πανδημίᾳ, sur le caractère collectif du vote, le second souligne l’empressement avec lequel les Argiens soutiennent la proposition de Pélasgos, en levant leurs mains sans attendre le signal du vote normalement donné par le héraut82. Il y a ici une correspondance remarquable avec les pratiques de la démocratie athénienne, puisque la χειροτονία était le mode de scrutin normalement en usage à l’assemblée83, et le vocabulaire, qui assimile ce suffrage des Argiens au vote d’un décret, est fait pour susciter ce rapprochement dans l’esprit du public. On pourrait aller jusqu’à dire que, Pélasgos, en soumettant à l’assemblée d’Argos une proposition rédigée à la manière d’un décret, remplit la fonction probouleumatique qui est normalement dévolue à la boulè, dans le déroulement des séances de l’ecclésia démocratique.

  • 84 Bakewell 2013.
  • 85 Dans le corpus comique, il y a la scène de jugement des Guêpes (799‑1008), qui parodie une séance (...)

28C’est en revanche une procédure de vote avec bulletins qui se met en place sur l’Aréopage, sous l’égide d’Athéna, en conformité, là aussi, avec le cadre institutionnel choisi par Eschyle pour le procès d’Oreste. On sait en effet que c’est exclusivement ce mode de scrutin qui était en usage à Athènes dans les tribunaux. Cette scène de vote, dont dépend le destin d’Oreste, est fortement dramatisée par le texte, qui l’évoque de façon remarquablement précise84. Et, plus important encore, elle prend place sous les yeux des spectateurs et constitue ainsi la seule scène de vote donnant lieu à une réalisation scénique, dans le corpus tragique conservé85. C’est en effet dans le hors-scène que sont situées les séances d’assemblée dont nous avons parlé précédemment, et leur déroulement est porté à la connaissance des personnages et du public par un récit de messager.

  • 86 Pour le déroulement d’une séance au tribunal de l’Aréopage, voir Boegehold 1995, p. 46‑47 ; sur le (...)
  • 87 Eschyle, Euménides 566‑573, 581‑584.
  • 88 C’était l’archonte-roi qui présidait les séances de l’Aréopage lorsqu’il fonctionnait comme une co (...)

29Les indications scéniques contenues dans le texte des Euménides invitent à imaginer qu’Athéna, lorsqu’elle revient après être allée sélectionner les jurés dans la cité, est accompagnée par un groupe de figurants qui les représentent, et qui apportent avec eux le matériel nécessaire pour le vote, les urnes et les ψῆφοι dont il est question dans la suite de la scène. Comme dans une audience réelle au tribunal86, la séance, présidée ici par la déesse87, dans une fonction équivalente à celle de l’archonte-roi88, s’ouvre par l’audition des deux parties, et, comme il est de règle, c’est la partie adverse, incarnée par le chœur des Érinyes, qui prend la parole en premier. Une fois qu’Apollon s’est exprimé à son tour pour la défense d’Oreste, Athéna reprend la parole pour proclamer publiquement l’institution du tribunal, puis elle invite les jurés à procéder au vote, dans le respect du serment prêté.

  • 89 Sur la procédure du vote avec « bulletins » et son évolution au cours de l’époque classique, voir (...)
  • 90 Le substantif τεῦχος, littéralement « ce qui est fabriqué », est un terme d’emploi très large, qui (...)
  • 91 Boegehold 1963, p. 367‑368 ; Boegehold 1995, p. 28. Aristote, Constitution d’Athènes 68, 2‑4 décri (...)

30Si la nature des ψῆφοι n’est pas précisée par le texte, les détails donnés au cours de la scène laissent imaginer une procédure comparable à celle qui avait cours dans les tribunaux athéniens89. L’emploi, au vers 742, du pluriel τευχέων90, donne à penser que, conformément à la procédure en usage à l’époque91, deux urnes sont employées, l’une pour les suffrages favorables à Oreste, l’autre pour les votes de condamnation. Les différentes expressions qui se réfèrent à l’action de voter indiquent que les jurés se lèvent de leurs sièges (708 : ὀρθοῦσθαι) pour aller y porter leurs bulletins (709 : ψῆφον αἴρειν). L’opération du dépouillement, qui est assurée par une partie des juges, est elle-même évoquée avec une certaine précision : elle consiste à faire sortir les ψῆφοι des urnes (742 : ἐκβάλλεθ’ ; 748 : ἐκβολὰς ψήφων), à les compter (748 : πεμπάζετ’ ; cf. aussi 753 : τἀρίθμημα) et à les trier (749 : ἐν διαιρέσει) en distinguant votes favorables et votes défavorables à l’accusé. Apollon insiste sur l’importance d’un décompte exact des voix (748 : ὀρθῶς) et souligne qu’un seul suffrage, au cours d’un vote, peut faire basculer le destin de l’accusé (750‑751), remarque générale qui prend un relief particulier dans la scène, puisque c’est effectivement un suffrage, celui de la déesse, qui assure l’acquittement d’Oreste.

  • 92 Eschyle, Euménides 741 : Νικᾷ δ’ Ὀρέστης, κἂν ἰσόψηφος κριθῇ.
  • 93 Aristote, Constitution d’Athènes 69, 1.
  • 94 Le nombre des Aréopagites est estimé autour de 200 à l’époque classique (voir Boegehold 1995, p. 4 (...)

31Cette victoire n’est cependant acquise que grâce à la règle, préalablement posée par la déesse, selon laquelle une égalité de voix sera considérée comme un vote favorable à l’accusé92. On sait, par un passage de la Constitution d’Athènes93, que telle était en effet, dans les tribunaux athéniens, la valeur reconnue à un vote dans lequel les suffrages étaient exactement partagés entre l’accusateur et l’accusé. Cette situation, que l’on cherchait à prévenir en faisant siéger des tribunaux constitués d’un nombre impair de jurés, devait cependant se produire quelquefois, lorsque l’un d’entre eux était empêché, pour une raison ou une autre, de prendre part au vote. La règle adoptée avait un intérêt particulier pour le tribunal de l’Aréopage qui, du fait qu’il était formé par les anciens archontes sortis de charge, ne possédait pas un nombre parfaitement fixe de jurés94. L’instauration, par Athéna, de cette règle tend donc, comme la création du tribunal de l’Aréopage, à parer des prestiges d’un passé reculé, et d’une origine divine, les principes et les institutions réglant l’exercice de la justice à Athènes.

  • 95 On notera d’ailleurs qu’Eschyle n’attribue pas explicitement de fonction étiologique à cet élément (...)
  • 96 Eschyle, Euménides 734‑735.
  • 97 Je partage l’avis de ceux qui considèrent que c’est le vote d’Athéna qui produit l’égalité des suf (...)
  • 98 Bakewell 2013.
  • 99 Eschyle, Euménides 754.

32L’intérêt de cette scène ne s’épuise cependant pas dans ce rapprochement entre le passé du mythe et le présent des spectateurs95. Dans le contexte de la tragédie, l’essentiel réside dans le fait que c’est Athéna qui, en votant la dernière et en ajoutant son suffrage à ceux qui sont favorables à Oreste96, réalise cette égalité de voix, et assure ainsi l’acquittement du héros97. Si l’on accepte cette interprétation du vote d’Athéna, on doit donc comprendre que le tribunal humain a émis, à une voix près, un vote de condamnation, et que c’est à la déesse qu’Oreste doit son salut. L’autre interprétation, qui veut que l’égalité de voix soit obtenue au niveau du tribunal humain, aboutit à n’accorder aucune importance réelle au suffrage de la déesse, qui est pourtant fortement dramatisé dans la scène98. Elle ne cadre guère, par ailleurs, avec le rôle attribué à la déesse dans le reste de la tragédie. Il est notable, à cet égard, qu’immédiatement après avoir entendu le résultat du vote, Oreste remercie Athéna de l’avoir sauvé99, alors qu’il n’a pas un mot pour les jurés humains, ce qui paraîtrait étrange s’il leur devait son acquittement. Ce résultat, ainsi interprété, a également son importance dans le contexte de la réconciliation entre Athéna et les Érinyes, qui prend place à la fin de la tragédie. Il permet en effet à Athéna de faire valoir aux Érinyes qu’elles ne sont pas vaincues et ne doivent pas se sentir humiliées par la victoire d’Oreste. La reprise, au v. 795, du verbe νικάω et de l’adjectif ἰσόψηφος, qu’elle avait précédemment utilisés pour énoncer la valeur favorable d’un vote à égalité, rappelle que ce n’est qu’en vertu d’une convention qu’Oreste est acquitté à l’issue du procès. Devant le tribunal humain, c’est la cause de la partie adverse qui l’a emporté, en sorte que le οὐ νενίκησθ’ n’est pas une simple clause de style, mais bien un trait remarquable de cet extraordinaire procès, qui scelle aussi l’émergence d’une nouvelle forme de justice dans la cité.

 

33On voit que les dramaturges, dans les scènes de vote qu’ils évoquent ou représentent, en les projetant dans le monde héroïque et dans le lointain passé du mythe, se réfèrent de façon parfois assez précise aux procédures en usage dans la société de leur temps. Il est significatif, par exemple, que la répartition des modalités de vote (vote à main levée, vote avec bulletins), dans ces scènes tragiques, corresponde à la réalité de la pratique du vote à l’assemblée et dans les tribunaux. L’extraordinaire scène de vote des Euménides constitue un témoignage unique sur le déroulement d’une scène de vote dans un tribunal athénien, même si cette scène comporte aussi, bien sûr, des éléments propres à la fiction tragique représentée. Eschyle joue ici sur l’expérience que les spectateurs peuvent avoir de la pratique du vote pour les impliquer, émotionnellement, dans le spectacle du procès d’Oreste. En retour, la mise en scène du monde mythique des héros induit naturellement des écarts par rapport à cette réalité. Car ce n’est pas pour porter témoignage d’une pratique contemporaine, mais bien comme élément de construction de leurs drames que les tragiques intègrent dans leurs œuvres ces scènes de vote et c’est ainsi, en définitive, qu’il faut surtout les considérer.

Vote et représentations du pouvoir

34Je voudrais donc, pour finir, délaissant cette question du rapport entre la tragédie et les realia du vote, esquisser quelques réflexions sur la façon dont les dramaturges utilisent ces scènes de vote pour construire une certaine représentation de l’exercice du pouvoir dans la cité. Je me concentrerai principalement, dans ce dernier développement, sur les Suppliantes d’Eschyle et sur l’Oreste d’Euripide, deux tragédies qui ont pour cadre la cité d’Argos, et dont l’action inclut le déroulement d’une assemblée populaire, mais qui offrent, à travers ces scènes d’assemblée, deux images très différentes des modes de décision humains. Ce seront donc moins, dans ces réflexions finales, les modalités précises du vote qui retiendront notre attention, que la manière dont les épisodes de vote servent l’élaboration du discours politique véhiculé par les tragédies.

  • 100 Eschyle, Suppliantes 608, 964.
  • 101 Ibid., 739 ; voir aussi παντελής, ibid., 601.
  • 102 Euripide, Électre 1263.

35Il n’est pas inutile, en préalable à ces réflexions, de souligner que les tragédies expriment, de façon récurrente, l’idée du pouvoir et de l’autorité du vote. L’action du vote y est régulièrement évoquée en termes d’accomplissement, d’achèvement, à travers l’emploi du verbe κραίνω100, ou encore à l’aide d’adjectifs comme τέλειος101 ou βέβαιος102, qui disent l’efficacité et le caractère durable de la décision votée. Il peut être intéressant, pour mieux cerner les idées qui s’attachent à cette représentation du vote, de noter que certains de ces termes – en particulier les mots de la famille de τέλος – sont régulièrement employés par les poètes tragiques pour décrire le pouvoir des dieux et, en particulier, celui de Zeus. De fait, quel que soit le contexte, l’avis exprimé au moyen d’un vote est présenté comme ayant des répercussions rapides et définitives sur le destin de celui qui en est l’objet, ce qui donne à ces scènes de vote la valeur de véritables péripéties tragiques.

  • 103 Eschyle, Suppliantes 373 ; sur ce passage, voir supra.

36La manière dont est présenté l’exercice de ce pouvoir diffère cependant grandement d’une tragédie à l’autre. Dans les Suppliantes d’Eschyle, la scène de vote sert à construire l’image idéale d’une cité unie, qui vit dans une relation de confiance et d’harmonie avec celui qui la dirige. À l’assemblée d’Argos, la parole persuasive de Pélasgos provoque en effet un vote unanime en faveur de la proposition d’accueil qu’il soutient. Le peuple se prononce « sans balancer », οὐ διχορρόπως (605, 982), d’une seule voix, μία φῆφος (942‑943), comme si toute la cité ne faisait plus qu’un, au moment de rendre son verdict. Mais parce que cet unique suffrage est celui de la collectivité unie dans le vote, il diffère de ce que serait le suffrage unique – cf. μονοψήφοισι103 – d’un roi qui rendrait une décision émanant de sa seule autorité. L’image de roi démocratique qui se dégageait du débat avec les Danaïdes trouve ainsi son pendant dans cette image d’un peuple qui soutient avec confiance et ferveur la politique de son roi.

  • 104 Pour l’analyse de cette scène, voir Romilly 1972 ; Carter 2013, en particulier p. 39‑46.
  • 105 Sur la réécriture de l’Orestie dans l’Oreste d’Euripide, voir Aélion 1983, t. I, p. 152‑161 ; Torr (...)

37Le récit de la scène d’assemblée, dans l’Oreste, offre une image bien différente du pouvoir collectif104. Cette scène, inventée par Euripide, doit être lue à la fois au regard de la version eschyléenne du procès d’Oreste105, et sur fond de comparaison avec l’Argos mise en scène par Eschyle dans les Suppliantes, plus d’un demi-siècle auparavant. Rappelons que l’action de cette tragédie se situe quelques jours après le meurtre de Clytemnestre. Contrairement à ce qui se passe dans l’Orestie, où Oreste, immédiatement après le matricide, s’enfuit d’Argos, poursuivi par les Érinyes de sa mère, Euripide fait intervenir, dans Oreste, un premier jugement à Argos. Au moment où s’ouvre le drame, une première assemblée a eu lieu, dans un contexte qui n’est pas davantage précisé, au cours de laquelle les Argiens ont décidé une sorte de mise en quarantaine des meurtriers, en attendant l’assemblée principale, qui doit statuer sur leur châtiment. C’est cette situation qu’Électre décrit dans le prologue :

  • 106 Euripide, Oreste 46‑50.

Ἔδοξε δ’ Ἄργει τῷδε μήθ’ ἡμᾶς στέγαις,
μὴ πυρὶ δέχεσθαι, μήτε προσφωνεῖν τινα
μητροκτονοῦντας· κυρία δ’ ἥδ’ ἡμέρα,
ἐν ᾗ διοίσει ψῆφον ᾽Αργείων πόλις,
εἰ χρὴ θανεῖν νὼ λευσιμῷ πετρώματι106.

Cet Argos, où nous sommes, a décrété l’interdiction pour qui que ce soit,
de nous accueillir sous son toit, ou à son foyer, et de nous adresser la parole,
à nous, les matricides ; voici le jour fixé
où les citoyens d’Argos voteront pour décider
si nous devons, tous les deux, mourir lapidés.

  • 107 Sens que l’adjectif a dans d’autres passages tragiques : cf. p. ex. Euripide, Alceste 105.
  • 108 Rappelons que l’Oreste a été représenté en 408 av. J.‑C.
  • 109 Un exemple en est donné, deux ans après la date de représentation d’Oreste, par le procès des géné (...)

38Cette exclusion sociale des matricides, liée à la souillure qui s’attache au sang versé, est exprimée en des termes qui sont faits pour évoquer dans l’esprit du public le fonctionnement des séances de l’ecclésia. Outre l’emploi de la formule initiale Ἔδοξε δ’ Ἄργει τῷδε, sur laquelle il est inutile de revenir, on peut noter le choix significatif de l’adjectif κυρία, qui associe, à l’idée de jour « décisif » pour le sort des héros107, une référence aux assemblées principales de l’ecclésia. Euripide joue ici sur cette polysémie référentielle pour signifier que c’est cette assemblée « principale » qui, par sa décision, va faire basculer le destin d’Électre et d’Oreste. Un autre élément remarquable réside dans le fait que, dans cette Argos des temps mythiques, normalement soumise à l’autorité d’un roi, le pouvoir de décision est présenté comme appartenant à la communauté des Argiens. Dans l’interrègne qui fait suite au meurtre de Clytemnestre et d’Égisthe, c’est apparemment le peuple qui est le maître du pouvoir à Argos. Il n’est en tout cas nullement question, ni dans ce passage, ni dans le reste de la tragédie, d’un roi qui, à l’instar de Pélasgos, fonderait son pouvoir sur le principe de la consultation populaire. La cité d’Argos mise en scène dans Oreste diffère donc considérablement du modèle de pouvoir présenté par Eschyle dans les Suppliantes, et s’inspire de façon beaucoup plus marquée, avec un anachronisme parfaitement assumé par Euripide, de la démocratie contemporaine de l’époque de production de la pièce108. Le passage précédemment cité comporte aussi la première mention du vote qui doit intervenir lors de cette seconde assemblée, et dont l’enjeu est de savoir s’il faut, ou non, condamner à mort les matricides. L’assemblée d’Argos va donc fonctionner, en cette circonstance, comme un tribunal, situation qui, bien que relativement exceptionnelle, n’est pas sans exemple à l’assemblée d’Athènes à l’époque classique109. Il n’est donc pas exclu que la violente critique du fonctionnement de l’assemblée, qui sous-tend le texte d’Euripide, soit, au-delà de la charge générale qui est portée contre un certain type de démocratie, spécifiquement dirigée contre cette utilisation de l’ecclésia comme tribunal.

  • 110 Euripide, Oreste 866‑956.
  • 111 Le texte ne précise pas la sentence proposée par Talthybios.
  • 112 Euripide, Oreste 914‑916.
  • 113 Les discours de l’accusation et de la défense alternent et se succèdent dans l’ordre suivant : Tal (...)
  • 114 Euripide, Oreste 899‑900.
  • 115 Phillips 2008, p. 58‑84.
  • 116 Euripide, Oreste 923‑925.

39Lors de cette assemblée, dont le déroulement fait l’objet d’un long récit de messager110, quatre orateurs se présentent successivement à la tribune, à l’invitation du héraut, pour donner leur avis sur la sentence qu’il convient de rendre à l’encontre des meurtriers. Deux d’entre eux, Talthybios, et un personnage anonyme « à la langue effrénée », qui incarne le modèle de l’orateur démagogue, représentent l’accusation ; ils cherchent à soulever l’opinion contre Oreste, et le second111, avec l’appui de Tyndare, se prononce pour la peine de mort112. Les deux autres représentent la défense113. Diomède, dont les arguments ne sont pas reproduits, s’oppose à la sentence de mort et plaide pour l’exil114. Les réalités athéniennes sont, là encore, à l’arrière-plan de ce texte, puisque l’on sait que la mort et l’exil étaient effectivement les deux peines appliquées en cas d’homicide, le choix de l’une ou de l’autre dépendant des circonstances du meurtre et de l’identité de la victime115. Le quatrième orateur est un paysan sans expérience de la politique, qui demande qu’Oreste soit non pas châtié, mais récompensé pour son geste, et qu’on lui octroie une couronne, comme à un bienfaiteur116. Après quoi, Oreste prend la parole pour défendre son acte, et l’on procède au vote. Ce moment du vote ne fait pas l’objet d’une attention particulière dans le texte d’Euripide, mais le récit du messager comporte plusieurs notations relatives aux réactions de la foule, à l’audition des différents orateurs. L’image qui en ressort est celle d’une opinion divisée, comme le montre notamment l’accueil réservé au discours de Diomède :

  • 117 Ibid., 901‑902.

Ἐπερρόθησαν δ’ οἱ μὲν ὡς καλῶς λέγοι,
οἱ δ’ οὐκ ἐπῄνουν117.

Les uns manifestèrent bruyamment, en disant qu’il avait raison,
tandis que d’autres marquaient leur désapprobation.

  • 118 Mais on peut interpréter différemment εὖ δοκῶν λέγειν comme traduisant l’opinion du messager narra (...)
  • 119 Oreste 944‑945.
  • 120 Ibid., 946‑949.
  • 121 Ibid., 1027‑1028.
  • 122 Ibid., 612, 871, 884.

40L’autre impression qui se dégage du récit du messager est celle d’une forme d’incohérence entre le jugement majoritaire de l’opinion et le résultat du vote. Le messager précise en effet qu’Oreste ne parvient pas à persuader la foule, alors qu’elle lui donne raison (943 : Ἀλλ’ οὐκ ἔπειθ’ ὅμιλον, εὖ δοκῶν λέγειν118). C’est donc l’orateur démagogue qui emporte les suffrages119, et la peine de mort est prononcée contre les matricides, Oreste obtenant, lors d’une dernière prise de parole, que la mort par lapidation soit commuée en suicide120. Un passage ultérieur de la pièce permet de savoir que le suffrage a eu lieu à mains levées121, mais le texte ne comporte aucune notation quantitative quant au résultat de ce vote. Inspiré par le spectacle des débordements de la démocratie radicale de son temps, Euripide dénonce ici la part d’irrationnel qui préside, à l’assemblée, aux décisions de la foule, sous l’emprise de la rhétorique flatteuse des orateurs démagogues ; l’emploi, à plusieurs reprises dans la pièce, du substantif péjoratif ὄχλος122 pour désigner cette assemblée des Argiens va dans le sens de cette critique.

41La critique du fonctionnement de cette justice humaine, qui a voté la mort des matricides, se construit aussi, chez Euripide, à travers l’opposition entre ce procès humain et celui qui prend ultérieurement place à Athènes, au tribunal de l’Aréopage. La marge de liberté laissée aux dramaturges dans le traitement des légendes traditionnelles ne permet pas, en effet, à Euripide, de terminer sa tragédie par la mort d’Oreste. Aussi Apollon intervient-il, à la fin de la pièce, au terme d’une action riche en péripéties et en rebondissements, pour remettre le drame dans les rails du mythe. Mêlant ordres et prédictions, il annonce à Oreste le destin qui l’attend, au départ d’Argos :

  • 123 Ibid., 1648‑1652.

Ἐνθένδε δ’ ἐλθὼν τὴν Ἀθηναίων πόλιν
δίκην ὑπόσχες αἵματος μητροκτόνου
Εὐμενίσι τρισσαῖς· θεοὶ δέ σοι δίκης βραβῆς
πάγοισιν ἐν Ἀρείοισιν εὐσεβεστάτην
ψῆφον διοίσουσ’, ἔνθα νικῆσαι σε χρή123.

De là, rends-toi à la ville d’Athènes
et affrontes-y le procès pour matricide
contre les trois Euménides. Les dieux seront les arbitres de ta cause,
sur la colline d’Arès, et porteront le plus saint
des suffrages, qui doit te donner la victoire.

  • 124 Sur ce point, voir Silva 2010.
  • 125 Dans le corpus d’Euripide, voir Électre 1265‑1266 et Iphigénie en Tauride 1469‑1472.
  • 126 Cf. aussi Démosthène, Contre Aristocrate 66 : δικάσαι δ’ Εὐμενίσιν καὶ Ὀρέστῃ οἱ δώδεκα θεοί.
  • 127 Ce risque se concrétise, dans la tragédie, par l’enlèvement d’Hermione et le meurtre avorté d’Hélè (...)

42Cette brève évocation du procès d’Oreste sur l’Aréopage présente de grandes divergences par rapport à la version mise en scène par Eschyle dans la deuxième partie des Euménides124. La principale, pour ce qui nous occupe, réside dans le fait que le tribunal est ici constitué par des dieux, et non par les citoyens de la ville d’Athènes. On note, d’autre part, que ce passage ne mentionne ni le rôle joué par Athéna lors de ce procès, ni – et ces deux silences sont liés – le résultat si particulier de ce vote à égalité de suffrages, qui est pourtant souvent rappelé comme le trait le plus marquant du jugement d’Oreste125. Ces particularités prennent tout leur sens dans le contexte de la pièce. La version qui fait des dieux les juges d’Oreste sur l’Aréopage126 permet au poète d’opposer de la manière la plus nette qui soit le procès humain qui prend place à Argos, au début de la tragédie, et celui qui doit avoir lieu à Athènes, sur l’Aréopage, dans le temps extra-dramatique. D’un côté, une assemblée humaine, soumise aux passions populaires et à l’influence des orateurs démagogues, qui vote la mort des matricides et qui apporte, avec cette sentence, le risque d’une répétition indéfinie des meurtres et de la violence127 ; de l’autre, le tribunal des dieux, qui prononce l’acquittement d’Oreste, mettant ainsi un terme à la loi du talion et à la série des meurtres de représailles. Indéniablement, Euripide questionne ici de façon radicale les conditions de l’exercice du pouvoir et de la justice dans la cité des hommes, et ces scènes de vote sont un instrument efficace de ce questionnement.

 

43Cette brève enquête fait apparaître l’importance du corpus tragique pour l’étude de la pratique du vote dans l’Athènes du ve s. Ancrées dans la réalité politique de leur temps, les tragédies nous ont en effet conservé les plus anciennes attestations du lexique du vote, et les premières représentations de cette pratique caractéristique de la démocratie athénienne. Elles possèdent donc, en ce domaine, une valeur documentaire qui n’est pas négligeable, même si ce n’est pas cette fonction que les références au vote remplissent au premier chef sur la scène tragique. Instrument du dialogue entre le passé du mythe et le présent de la représentation, ces scènes sont utilisées par les dramaturges pour amener les spectateurs à réfléchir aux modalités de l’exercice du pouvoir dans la cité, et aux bienfaits – ou aux limites – des prises de décision collectives. Le contexte politique contemporain et la sensibilité de chaque dramaturge influent évidemment sur le sens de cette représentation. Si le vote apparaît, chez Eschyle, comme un instrument idéal de l’exercice du pouvoir collectif et sert l’éloge du régime athénien, la peinture du pouvoir populaire, dans la réécriture euripidéenne du procès d’Oreste, se ressent du contexte troublé de la fin du ve s., où certains s’interrogent sur la capacité du peuple à prendre les décisions qui s’imposent pour le salut de la cité. Le contexte tragique a, en retour, des incidences sur les éléments retenus par les dramaturges. Le caractère aristocratique de la société héroïque explique que la tragédie ne se réfère jamais au tribunal populaire de l’Héliée, à la différence de la comédie qui, comme on le voit dans les Guêpes d’Aristophane, considère l’Héliée comme le lieu par excellence de l’exercice de la justice dans la démocratie. Les occasions de vote sont, elles aussi, déterminées par le contexte tragique et c’est, le plus souvent, la vie ou la mort du personnage qui est l’enjeu du vote. Le vote, qui met entre les mains des hommes un pouvoir parfois implicitement comparé à celui des dieux, peut ainsi apparaître, à certains égards, comme l’un des avatars du destin sur la scène tragique.

Bibliographie

Sources antiques

Conacher D.J. 1987, Aeschylus’ Oresteia : a literary commentary, Toronto.

Finglass P.J. 2011, Sophocles, Ajax, Cambridge classical texts and commentaries 48, Cambridge.

Garvie A.F. 1998, Sophocles, Ajax, Classical texts, Warminster.

Podlecki A. 1989, Aeschylus, Eumenides, Classical texts, Warminster.

Sommerstein A.H. 1989, Aeschylus, Eumenides, Cambridge Greek and Latin classics, Cambridge.

Stanford W.B. 1963, Sophocles, Ajax, Classical series, Londres.

Willink C.W. 1986, Euripides, Orestes, Oxford.

Études

Aélion R. 1983, Euripide héritier d’Eschyle, 2 t., Collection d’études anciennes, Collection d’études mythologiques, Paris.

Bakewell G.W. 2013, « Theatricality and voting in Eumenides : “ψῆφον δ’ Ὀρέστῃ τήνδ’ ἐγὼ προσθήσομαι” », in G.W.H. Harrison et V. Liapis (éd.), Performance in Greek and Roman theatre, Mnemosyne supplements 353, Leyde-Boston, p. 149‑159.

Barker E.T.E. 2009, Entering the agon : dissent and authority in Homer, historiography and tragedy, Oxford.

Boegehold A. 1963, « Toward a study of Athenian voting procedure », Hesperia 32, p. 366‑374.

Boegehold A. 1995, The lawcourts at Athens : sites, buildings, equipment, procedure, and testimonia, The Athenian Agora XXVIII, Princeton.

Burian P. 1974, « Suppliant and savior : Œdipus at Colonus », Phoenix 28, p. 408‑429.

Calder III W.M. 1981, « The anti-periklean intent of Aeschylus’ Eumenides », in E.G. Schmidt (éd.), Aischylos und Pindar, Schriften zur Geschichte und Kultur der Antike 19, Berlin, p. 220‑223.

Carter D.M. 2007, The politics of Greek tragedy, Bristol.

Carter D.M. 2013, « Reported assembly scenes in Greek tragedy », ICS 38, p. 23‑63.

Catoni M.‑L. 2015, « The iconographic tradition of the suicide of Ajax : some questions », in G.W. Most, L. Ozbek (éd.), Staging Ajax’s suicide, Seminari e convegni 43, Pise, p. 15‑28 et 331‑340.

Cole J.R. 1977, « The Oresteia and Cimon », HSPh 81, p. 99‑111.

Delebecque E. 1951, Euripide et la guerre du Péloponnèse, Études et commentaires 10, Paris.

Demont P. 2000, « Lots héroïques : remarques sur le tirage au sort de l’Iliade aux Sept contre Thèbes d’Eschyle », REG 113, p. 299‑325.

Dodds E.R. 1973, « Morals and politics in the Oresteia », in id., The ancient concept of progress and other essays on Greek literature and belief, Oxford, p. 45‑63 (1re publication PCPhS n.s. 6, 1960, p. 19‑31).

Dover K.J. 1957, « The political aspects of Aeschylus’ Eumenides », JHS 77, p. 230‑237.

Ehrenberg V. 1954, Sophocles and Pericles, Oxford.

Futo R. 2009, Athena’s justice : Athena, Athens and the concept of justice in Greek tragedy, Lang classical studies 16, New York.

Gagarin M. 1975, « The vote of Athena », AJPh 96, p. 121‑127.

Goossens R. 1962, Euripide et Athènes, Mémoires 55/4, Bruxelles.

Hansen M.H. 1977, « How did the Athenian Ecclesia vote ? », GRBS 18, p. 123‑137.

Hester D.A. 1981, « The casting vote », AJPh 102, p. 265‑274.

Lanza D. 1997, Le tyran et son public, L’antiquité au présent, Paris (trad. par J. Routier-Pucci de Il tiranno et il suo pubblico, Turin, 1977).

Leão D.F. 2010, « The legal horizon of the Oresteia : The crime of homicide and the founding of the Areopagus », in E.M. Harris, D.F. Leão et P.J. Rhodes (éd.), Law and drama in ancient Greece, Londres, p. 39‑60.

Lopez-Rabatel L. 2011, Klèrôtèria. Le tirage au sort dans le monde grec : machines, institutions et usages, thèse de doctorat, université Lumière Lyon 2, 2 vol. (inédit).

Lotze D. 1981, « Zum Begriff der Demokratie in Aischylos’ Hiketiden », in E.G. Schmidt (éd.), Aischylos und Pindar, Schriften zur Geschichte und Kultur der Antike 19, Berlin, p. 207‑216.

MacDowell D.M. 1963, Athenian homicide law in the age of the orators, Manchester.

MacLeod C.W. 1982, « Politics and the Oresteia », JHS 102, p. 124‑144.

Meritt B.D. 1952, « Greek inscriptions », Hesperia 21, p. 340‑380.

Naiden F.S. 2010, « The legal (and other) trials of Orestes », in E.M. Harris, D.F. Leão et P.J. Rhodes (éd.), Law and drama in ancient Greece, Londres, p. 61‑76.

Pattoni M.P. 2006, « Presenze politiche di Argo nella tragedia attica del V secolo », in C. Bearzot et F. Landucci (éd.), Argo. Una democrazia diversa, Storia. Ricerche, Milan, p. 147‑208.

Phillips D.D. 2008, Avengers of blood : homicide in Athenian law and custom from Draco to Demosthenes, Historia. Einzelschriften 202, Stuttgart.

Podlecki A. 1966, The political background of Aeschylean tragedy, Ann Arbor (2e éd. 1999).

Raaflaub K.A. 1993, « Homer to Solon : the rise of the polis, the written sources », in H.M. Hansen (éd.), The ancient Greek city-state. Symposium on the occasion of the 250th anniversary of the Royal Danish academy of sciences and letters, July, 1‑4 1992, Historisk-filosofiske meddelelser 67, Copenhague, p. 41‑105.

Romilly J. de 1972, « L’assemblée du peuple dans l’Oreste d’Euripide », in Studi classici in onore di Quintino Cataudella, Catane, vol. I, p. 237‑251 (repris dans Tragédies grecques au fil des ans, Paris, 1995, p. 143‑157).

Saïd S. 1998, « Tragedy and politics », in D. Boedeker et K.A. Raaflaub (éd.), Democracy, empire, and the arts in fifth-century Athens, Center for hellenic studies colloquia 2, Cambridge-Londres, p. 275‑295.

Sale W.M. 1994, « The government of Troy : politics in the Iliad », GRBS 35, p. 5‑102.

Seaford R. 1995, « Historicizing tragic ambivalence. The vote of Athena », in B. Goff (éd.), History, tragedy, theory : dialogues on Athenian drama, Austin, p. 202‑221.

Silva M. de F. 2010, « Euripides’ Orestes : The chronicle of a trial », in E.M. Harris, D.F. Leão et P.J. Rhodes (éd.), Law and drama in ancient Greece, Londres, p. 77‑93.

Sommerstein A.H. 2010a, Aeschylean tragedy (2e éd.), Londres.

Sommerstein A.H. 2010b, « Orestes’ trial and Athenian homicide procedure », in E.M. Harris, D.F. Leão et P.J. Rhodes (éd.), Law and drama in ancient Greece, Londres, p. 25‑38.

Staveley E.S. 1972, Greek and Roman voting and elections, Aspects of Greek and Roman life, New York.

Torrance I. 2013, Metapoetry in Euripides, Oxford.

Wilamowitz-Moellendorff U. von 1914, Aischylos : Interpretationen, Berlin.

Williams D. 1980, « Ajax, Odysseus and the arms of Achilles », AK 23, p. 137‑145.

Notes

1 Toutes les traductions des textes grecs contenues dans l’article sont de l’auteur.

2 Voir récemment Barker 2009, p. 40‑88.

3 Sur cette absence de pouvoir de l’assemblée, voir Staveley 1972, p. 16‑17 ; Sale 1994, p. 29. Pour une vision plus nuancée du rôle de l’assemblée homérique, voir Raaflaub 1993, p. 54‑55.

4 Iliade VII, 379, 398 ; IX, 29, 79, 173.

5 Iliade II, 333, 394 ; VII, 403 ; IX, 50.

6 Sur ces scènes de tirage au sort dans l’épopée homérique, voir Demont 2000, p. 302‑309 ; Lopez-Rabatel 2011, vol. 2, p. 5‑10.

7 Dans les Suppliantes d’Eschyle, il s’agit du sort des Danaïdes, qui composent le chœur, mais c’est le chœur qui est le personnage principal de cette tragédie.

8 Je n’entrerai pas ici dans les débats sur la nature, la portée et le sens du contenu politique de la tragédie. Pour une présentation synthétique de cette question, voir Saïd 1998 ; Carter 2007, p. 21‑63.

9 Aristote, Constitution d’Athènes XXV, 1‑4.

10 Les apories de ce type de lecture sont patentes dans le fait que les critiques ont abouti à des conclusions opposées sur la position d’Eschyle dans ce débat. Pour les uns (p. ex. Dover 1957 ; Podlecki 1966, p. 80‑100), le poète aurait soutenu la récente réforme de l’Aréopage, pour d’autres (p. ex. Cole 1977 ; Calder III 1981 ; Conacher 1987, p. 199‑204), il aurait été de sensibilité conservatrice et plutôt favorable à un Aréopage « à l’ancienne ». Dodds 1973, p. 45‑63 (en particulier p. 47‑50) le présente comme un partisan du juste milieu, mais souligne que les Euménides ne doivent pas être lues comme une pièce partisane. Sommerstein 1989, p. 215‑216 (commentaire à 690‑692) et 2010a, p. 281‑301, tout en montrant qu’Eschyle était globalement favorable à la politique démocratique de son temps, met en évidence les ambiguïtés du discours de fondation d’Athéna, propres, selon lui, à satisfaire à la fois les « réactionnaires » et les démocrates « radicaux ». Sans nier le rapport entre les Euménides et le contexte politique contemporain, MacLeod 1982 souligne, à juste titre, que cette composante politique doit être interprétée plus largement d’un point de vue théâtral, comme un élément dans la construction du sens de la trilogie.

11 Delebecque 1951 ; Ehrenberg 1954 ; Goossens 1962 ; Podlecki 1966.

12 On trouve, dans l’Enquête d’Hérodote, une douzaine d’emplois des mots de la famille de ψῆφος au sens de vote : III, 73 (τίθεμαι ψῆφον) ; IV, 138 (οἱ διαφέροντες τὴν ψῆφον) ; V, 97 (ἐψηφίσαντο) ; VI, 57 (δύο ψήφους τιθεμένους) ; VI, 109 (ψηφιδοφόρος, ὁμόψηφον) ; VII, 149 (ὁμόψηφον) ; VII, 207 (ἐψηφίζετο) ; VIII, 61 (ἐπιψηφίζειν) ; VIII, 123 (διενέμοντο τὰς ψήφους, ἐτίθετο τὴν ψῆφον) ; IX, 55 (ταύτῃ τῇ ψήφῳ ψηφίζεσθαι).

13 Eschyle, Suppliantes 7, 640, 644, 739, 943, 965 ; Sept contre Thèbes 198 ; Agamemnon 570, 816 ; Euménides 597, 630, 675, 680, 709, 735, 748, 751.

14 Sophocle, Antigone 60, 632 ; Œdipe Roi 607.

15 Euripide, Héraclides 186 ; Andromaque 496, 518, 1272 ; Hécube 196, 219, 259 ; Suppliantes 481, 484 ; Électre 1263, 1266, 1269, 1317 ; Troyennes 785 ; Iphigénie en Tauride 945, 966, 969, 1470, 1472 ; Ion 604, 1223, 1251 ; Hélène 1006 ; Oreste 49, 440, 756, 799, 857, 975, 1013, 1652.

16 Sur ce point, voir Burian 1974.

17 DELG, s.v. « ψῆφος ».

18 Pour ce sens de « caillou », voir p. ex. Pindare, Olympiques XIII, 46 (à propos du nombre de victoires remportées par Xénophon de Corinthe) : οὐκ ἂν εἰδείην λέγειν / ποντιᾶν ψάφων ἀριθμόν, « je ne saurais dire le nombre de cailloux que contient la mer ».

19 Voir p. ex. Eschyle, Euménides 748 : Πεμπάζετ’ ὀρθῶς ἐκβολὰς ψήφων, « comptez exactement les cailloux sortis de l’urne ».

20 Euripide, Ion 1222-1223.

21 Cet emploi est à rapprocher de l’usage que font les orateurs du verbe ὁρίζω avec θάνατον pour dire « fixer comme peine la mort » : voir Démosthène, Contre Aristogiton 2, 24 ; Lycurgue, Contre Léocrate 64 ; Dinarque, Contre Démosthène 61 (moyen).

22 Dans d’autres contextes – p. ex. Eschyle, Suppliantes 943 –, l’expression ψήφῳ μιᾷ signifie « par un vote unanime ».

23 Euripide, Andromaque 496, à propos de la décision, prise par l’armée grecque, de faire mourir Astyanax ; Oreste 1013, à propos du vote de condamnation à mort porté contre Oreste par les Argiens. Il est significatif que dans ces deux exemples l’expression soit employée par le chœur, alors que les personnages impliqués emploient des expressions moins neutres (cf. notes suivantes).

24 Euripide, Hécube 259, à propos de la décision prise par l’armée grecque de sacrifier Polyxène ; c’est Hécube qui parle, et le choix du substantif φόνος – « meurtre », avec l’image sous-jacente du sang que l’on fait couler – est significatif, car il véhicule une condamnation de cette décision qui va faire périr une victime innocente.

25 Oreste 975 : Électre, dans une monodie, déplore les malheurs de sa famille et le suffrage de mort décrété contre son frère par la cité d’Argos. Pour la nuance portée par l’adjectif, voir la note précédente à propos de l’emploi de φόνος.

26 Eschyle, Sept 198 : Étéocle fait valoir que celui qui ne respectera pas les ordres donnés pour le maintien de la discipline et du bon ordre dans la cité sera condamné à mort.

27 Sophocle, Antigone 58‑60.

28 Sur cette représentation du pouvoir de Créon dans Antigone, voir Lanza 1997, p. 95‑97, 162‑169.

29 Antigone 632.

30 Un emploi comparable se trouve dans un passage d’Andromaque (518) où ψῆφος désigne la décision prise par Ménélas de faire périr Andromaque, et la même lecture ironique peut être proposée pour cet emploi.

31 Eschyle, Suppliantes 370‑375.

32 Cf. l’adjectif μόνος au premier élément des deux composés μονοψήφοισι et μονοσκήπτροισι.

33 Cf. ἄκριτος, « qui n’est pas soumis à un jugement », par opposition au pouvoir démocratique, où le peuple exerce son contrôle sur les magistrats, notamment par la procédure de la reddition de comptes.

34 Cf. χρέος / πᾶν ἐπικραίνεις ; voir aussi κρατύνεις βώμον, qui traduit un pouvoir s’étendant au domaine du religieux.

35 Cf. Σύ τοι πόλις, σὺ δὲ τὸ δήμιον, avec l’anaphore expressive du pronom personnel σύ.

36 Cf. l’image du pouvoir de Zeus donnée par les Danaïdes dans la parodos, 91‑92 : Διὸς εἰ κορυφᾷ / κρανθῇ πρᾶγμα τέλειον.

37 Cf. 640, 644, 739, 943, 965.

38 Euripide, Iphigénie en Tauride 945‑946.

39 Cet épisode est évoqué par les Dioscures à la fin de l’Électre d’Euripide (1258‑1264). Voir aussi Pausanias, I, 28, 5.

40 Euripide, Iphigénie en Tauride 969 : celles des Érinyes qui acceptent l’acquittement d’Oreste s’établissent dans un sanctuaire à proximité du tribunal : ψῆφον παρ’ αὐτὴν ἱερὸν ὡρίσαντ’ ἔχειν. On notera que trois vers plus haut, le mot ψῆφος est employé au pluriel dans son sens courant de « suffrages ».

41 Eschyle, Agamemnon 816 ; Euripide, Électre 1266 (passif) ; Oreste 756.

42 Eschyle, Euménides 735.

43 Eschyle, Euménides 674‑675, 680 ; Euripide, Hélène 1006 ; Euripide, Oreste 440 (passif) ; cf. aussi Euripide, Suppliantes 484 : ἐν ψήφου φορᾷ.

44 Euripide, Oreste 49, 1652.

45 Eschyle, Euménides 709.

46 Sophocle, Ajax 449 (actif) ; Euripide, Héraclides 141 (passif : « être condamné par un vote à »).

47 Eschyle, Suppliantes 373.

48 Voir son emploi chez Thucydide, I, 141, 6 ; Platon, Lois III, 692a ; cf. Pollux, Onomasticon VIII, 15.

49 Euripide, Suppliantes 353.

50 Eschyle, Euménides 741, 795.

51 Pour l’analyse de cette scène, voir infra.

52 Sophocle, Ajax 1135. L’idée de fraude est soulignée, dans ce passage, par deux mots de la famille de κλέπτω (1135 : κλέπτης ; 1137 : κλέψειας).

53 Pour la référence à un vote et à l’usage de φῆφοι dans cet épisode du Jugement des armes, voir également Pindare, Néméennes VIII, 26 (Κρυφίαισι… ἐν ψάφοις). Plusieurs coupes à figures rouges du début du ve s. intègrent une scène de vote dans l’iconographie du Jugement des armes (voir Williams 1980 ; Catoni 2015).

54 Sur la fraude lors des votes au tribunal ou à l’assemblée, voir Staveley 1972, p. 101‑117.

55 Stanford 1963, ad loc. (suivi par Garvie 1998, ad loc.). Agamemnon présente les choses différemment, en faisant état d’une majorité de juges favorables à Ulysse (cf. 1242‑1243). Sophocle laisse le spectateur dans l’incertitude quant au bien-fondé de cette accusation de tricherie (Garvie 1998, p. 5 ; Finglass 2011, commentaire à 1135‑1137, p. 457).

56 Euripide, Ion 1222‑1225. Sur ce passage, voir supra.

57 Eschyle, Suppliantes 5‑8.

58 On sait que l’exil était, sous certaines conditions (meurtre non-intentionnel d’un citoyen ou meurtre intentionnel d’un non-citoyen), la punition de l’homicide (sur les peines pour homicide dans l’Athènes classique, voir MacDowell 1963, p. 110‑129 ; Phillips 2008, p. 58‑84).

59 Le bien-fondé du point de vue des Danaïdes est une autre question, qu’il n’y a pas lieu de discuter ici.

60 Eschyle, Suppliantes 609‑614.

61 Ibid., 605.

62 Sur ce point, voir Pattoni 2006, en particulier p. 155‑169.

63 Euripide, Hécube 195‑196, 218‑219, 259.

64 Euripide, Troyennes 785.

65 Eschyle, Suppliantes 8 ; sur ce passage, voir supra.

66 Ibid., 942‑943.

67 Euripide, Oreste 756, 975.

68 Cf. ψῆφος Ἀργείων : Eschyle, Suppliantes 739 ; Euripide, Oreste 799 ; ψῆφος Πελασγῶν : Oreste 857.

69 Eschyle, Suppliantes 369 : ἀστοῖς πᾶσι.

70 Ibid., 367, 517 (au pluriel).

71 Ibid., 398, 601, 604.

72 Ibid., 607.

73 Ibid., 942.

74 Cf. en particulier 398‑399 : εἶπον δὲ καὶ πρίν, οὐκ ἄνευ δήμου τάδε / πράξαιμ’ ἄν, οὐδέπερ κρατῶν. Sur cette représentation du pouvoir de Pélasgos et sur l’émergence de l’idée de démocratie dans les Suppliantes, voir notamment Lotze 1981. Cette vision d’une royauté démocratique qui s’appuie sur le vote populaire se retrouve dans la représentation du pouvoir de Thésée, dans les Suppliantes d’Euripide. Dans un passage de cette tragédie (352‑353), Thésée rappelle que c’est lui qui a remis le pouvoir au peuple, en donnant à tous le droit de vote.

75 Eschyle, Euménides 81. Le substantif δικασταί est utilisé à plusieurs reprises (483, 684, 743), dans la deuxième partie de la tragédie, pour désigner les membres du tribunal de l’Aréopage. Comme cela a été noté (Sommerstein 1989, p. 17 ; Futo 2009, p. 27), le mot δικασταί n’était pas couramment employé pour désigner les membres de l’Aréopage, pour lequel on utilisait le nom βουλή, avec un complément (ἡ ἐν Ἀρείῳ πάγῳ βουλή, ἡ τῶν Ἀρεοπαγιτῶν βουλή), voire seul, quand le contexte était suffisamment clair (cf. le discours de Lysias, Sur l’olivier sacré, où le plaideur utilise, de bout en bout, l’apostrophe ὦ βουλή pour s’adresser aux membres de l’Aréopage, devant qui l’affaire est jugée) ; sur les désignations de l’Aréopage, voir Boegehold 1995, p. 3 et les témoignages rassemblés p. 126‑135. Le choix du mot δικασταί, dans ce contexte, peut s’expliquer par le fait que la fonction spécifiquement dévolue à l’Aréopage par Athéna est celle de cour criminelle, fonction à laquelle l’avaient effectivement réduite les récentes réformes d’Éphialte.

76 Eschyle, Euménides 470‑472.

77 Ibid., 482‑489.

78 Cette présentation élogieuse de l’Aréopage, qui trouve son sens à l’intérieur de la fiction, possède également un point d’ancrage dans la réalité, puisque l’Aréopage, constitué des anciens archontes sortis de charge, représentait, à certains égards, un conseil aristocratique dans la cité. Les débats autour de la délimitation de ses compétences opposèrent ainsi régulièrement conservateurs et démocrates, comme ce fut le cas, en particulier, lors de la « crise » provoquée par les réformes d’Éphialte.

79 Cf. 684, 704.

80 Boegehold 1995, t. 28 (décret antityrannique de 337‑336) = SEG XII, 87, l. 25‑26 ; sur ce texte, voir Meritt 1952, p. 355‑359.

81 Cf. déjà 604 (le chœur) : δήμου κρατοῦσα χείρ.

82 Le scholiaste a bien compris le sens de l’expression ἄνευ κλητῆρος, qu’il explique en ces termes (Σ 621) : πρὶν εἰπεῖν τὸν κήρυκα· ἀράτω τὰς χεῖρας ὅτῳ ταῦτα δοκεῖ, « avant que le héraut dise : que celui qui est de cet avis lève les mains ».

83 Staveley 1972, p. 83‑88 ; Hansen 1977. On recourait cependant à un vote avec « bulletins », et non à main levée, pour certaines procédures spécifiques, en particulier, l’ostracisme.

84 Bakewell 2013.

85 Dans le corpus comique, il y a la scène de jugement des Guêpes (799‑1008), qui parodie une séance du tribunal de l’Héliée.

86 Pour le déroulement d’une séance au tribunal de l’Aréopage, voir Boegehold 1995, p. 46‑47 ; sur le rapport des Euménides avec le cadre législatif et la pratique judiciaire du ve s., voir Sommerstein 2010b ; Leão 2010.

87 Eschyle, Euménides 566‑573, 581‑584.

88 C’était l’archonte-roi qui présidait les séances de l’Aréopage lorsqu’il fonctionnait comme une cour criminelle (cf. Aristote, Constitution d’Athènes 57, 4), mais, à la différence d’Athéna, il ne prenait pas part au vote.

89 Sur la procédure du vote avec « bulletins » et son évolution au cours de l’époque classique, voir Boegehold 1963 et 1995, p. 21‑41.

90 Le substantif τεῦχος, littéralement « ce qui est fabriqué », est un terme d’emploi très large, qui peut s’appliquer en grec à toute sorte d’objets, d’ustensiles, d’instruments. Chez les tragiques, et parfois aussi en prose, il s’applique à des vases et à des récipients, de différentes formes et de différents usages. Il est notable qu’il ne fasse pas partie des termes généralement employés par les auteurs grecs pour désigner les urnes de vote, pour lesquelles on trouve les mots κάδοι, καδίσκοι, ὑδρίαι, ἀμφορεῖς (Boegehold 1995, p. 210). Dans ces conditions, on peut penser qu’Eschyle, par l’emploi de ce terme, établit une comparaison implicite entre ces urnes de vote et les autres objets désignés, dans la trilogie, par le même mot τεῦχος (Bakewell 2013, p. 155) : les urnes qui arrivent de Troie, remplies des cendres des guerriers (Eschyle, Agamemnon 435) ; la baignoire dans laquelle Agamemnon trouve la mort (ibid., 1128) ; le vase utilisé par Électre pour répandre sur la tombe d’Agamemnon les libations que lui envoie Clytemnestre (Eschyle, Choéphores 99) ; tous objets qui, directement ou indirectement, sont associés à la mort. Les urnes de vote des Euménides, en revanche, sont associées à la vie, car le suffrage qui en est issu décide de l’acquittement d’Oreste.

91 Boegehold 1963, p. 367‑368 ; Boegehold 1995, p. 28. Aristote, Constitution d’Athènes 68, 2‑4 décrit, pour l’époque ultérieure, un autre système, avec deux bulletins par votant, constitués de disques de bronze munis d’une tige, pleine (vote favorable à l’accusé) ou creuse (vote favorable à l’accusation).

92 Eschyle, Euménides 741 : Νικᾷ δ’ Ὀρέστης, κἂν ἰσόψηφος κριθῇ.

93 Aristote, Constitution d’Athènes 69, 1.

94 Le nombre des Aréopagites est estimé autour de 200 à l’époque classique (voir Boegehold 1995, p. 45).

95 On notera d’ailleurs qu’Eschyle n’attribue pas explicitement de fonction étiologique à cet élément de la scène : il n’est dit nulle part dans les Euménides que la règle édictée par Athéna vaudra pour la suite des temps ; la différence est notable, sur ce point, avec Euripide, qui, à la fin d’Iphigénie en Tauride (1471‑1472), fait dire à la déesse que la règle qu’elle a établie pour assurer l’acquittement d’Oreste s’appliquera désormais dans les procès humains.

96 Eschyle, Euménides 734‑735.

97 Je partage l’avis de ceux qui considèrent que c’est le vote d’Athéna qui produit l’égalité des suffrages (voir notamment Wilamowitz-Moellendorff 1914, p. 183‑185 ; Gagarin 1975 ; Sommerstein 1989, p. 224‑225). Mais on sait qu’il y a tout un débat autour de cette question – débat principalement centré sur la question du décompte du nombre des votants – et que, selon une autre interprétation (Hester 1981 ; Conacher 1987, p. 164‑166 ; Podlecki 1989, p. 182 ; Seaford 1995, p. 209‑212), le vote d’Athéna s’ajoute à celui des hommes alors que l’égalité est déjà réalisée. Pour une présentation synthétique de ce débat, voir Sommerstein 1989, p. 222‑226.

98 Bakewell 2013.

99 Eschyle, Euménides 754.

100 Eschyle, Suppliantes 608, 964.

101 Ibid., 739 ; voir aussi παντελής, ibid., 601.

102 Euripide, Électre 1263.

103 Eschyle, Suppliantes 373 ; sur ce passage, voir supra.

104 Pour l’analyse de cette scène, voir Romilly 1972 ; Carter 2013, en particulier p. 39‑46.

105 Sur la réécriture de l’Orestie dans l’Oreste d’Euripide, voir Aélion 1983, t. I, p. 152‑161 ; Torrance 2013, p. 45‑62.

106 Euripide, Oreste 46‑50.

107 Sens que l’adjectif a dans d’autres passages tragiques : cf. p. ex. Euripide, Alceste 105.

108 Rappelons que l’Oreste a été représenté en 408 av. J.‑C.

109 Un exemple en est donné, deux ans après la date de représentation d’Oreste, par le procès des généraux vainqueurs aux Arginuses. Voir sur ce point Naiden 2010.

110 Euripide, Oreste 866‑956.

111 Le texte ne précise pas la sentence proposée par Talthybios.

112 Euripide, Oreste 914‑916.

113 Les discours de l’accusation et de la défense alternent et se succèdent dans l’ordre suivant : Talthybios, Diomède, l’orateur démagogue, le paysan.

114 Euripide, Oreste 899‑900.

115 Phillips 2008, p. 58‑84.

116 Euripide, Oreste 923‑925.

117 Ibid., 901‑902.

118 Mais on peut interpréter différemment εὖ δοκῶν λέγειν comme traduisant l’opinion du messager narrateur, et non celle de la foule (Willink 1986, ad loc.).

119 Oreste 944‑945.

120 Ibid., 946‑949.

121 Ibid., 1027‑1028.

122 Ibid., 612, 871, 884.

123 Ibid., 1648‑1652.

124 Sur ce point, voir Silva 2010.

125 Dans le corpus d’Euripide, voir Électre 1265‑1266 et Iphigénie en Tauride 1469‑1472.

126 Cf. aussi Démosthène, Contre Aristocrate 66 : δικάσαι δ’ Εὐμενίσιν καὶ Ὀρέστῃ οἱ δώδεκα θεοί.

127 Ce risque se concrétise, dans la tragédie, par l’enlèvement d’Hermione et le meurtre avorté d’Hélène.

Auteur

ENS, AOrOc (UMR 8546), Paris