Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voter en Grèce, à Rome et en Gaule

 | 
Aldo Borlenghi
, 
Clément Chillet
, 
Virginie Hollard
, 
et al.

Première partie. Le monde grec

Le vote dans le monde grec, procédures et équipement1

Liliane Lopez-Rabatel

Texte intégral

  • 1 Je remercie P. Hamon et J.‑Ch. Moretti pour leur relecture attentive et leurs conseils.

1S’intéresser au vote dans le monde grec à travers l’étude de son équipement permet de s’interroger sur la matérialisation de la pensée politique, sur la normalisation, par les autorités instituantes, de l’activité civique et sur le processus réflexif d’évolution des théories et des savoir-faire politiques. Dans quelle mesure peut-on avancer l’idée d’un équipement du vote propre à la démocratie et comment peut-on percevoir son empreinte dans les pratiques et le territoire civiques ?

2Inscrite dans le champ de l’archéologie politique, cette enquête suit la voie empruntée par E.S. Staveley, dans son ouvrage Greek and Roman voting and elections paru en 1972 puis, par A.L. Boegehold et M.H. Hansen, dans leurs travaux sur les vestiges archéologiques et sur les aspects concrets du vote.

3À partir de l’étude de l’équipement du vote et du vocabulaire qui le désigne, le présent article s’attachera à interroger les procédures d’élection et de prise de décision attestées à Athènes et ailleurs dans le monde grec, en les replaçant, mais sans s’y attarder, dans leur contexte institutionnel. À l’intérieur d’un cadre chronologique large, qui va de la période archaïque à la basse époque hellénistique, on se centrera sur le ve et plus particulièrement sur le ive s., pour lequel les informations sont les plus riches, en raison de l’état de conservation des sources littéraires, épigraphiques et archéologiques.

4Le plan de cette étude suivra l’évolution des moyens utilisés pour voter : dans un premier temps, il y sera question du corps humain comme instrument du vote puis, dans un deuxième temps, des outils du vote, objets naturels ou objets détournés de leur fonction première ; enfin nous nous intéresserons aux outils inventés par la démocratie et nous serons ainsi naturellement conduite à porter une attention particulière à la cité athénienne. En éclairant, dans un mouvement réciproque, l’étude du matériel par celle des procédures et, lorsque c’est possible, par leur mise en situation dans les lieux où se déroulaient les séances de vote, cet article se propose de tenter de mieux saisir les réalités du vote chez les anciens Grecs.

Voter avec son corps

Voter avec la voix

  • 2 Iliade III, 314‑324 ; VII, 179‑192 ; XXIII, 352‑357 et 861‑862 ; XXIV, 400 ; Odyssée IX, 331 ; X, (...)
  • 3 Pour les scènes d’assemblée dans l’épopée voir Chr. Mauduit dans le présent ouvrage, n. 2 p. 73.

5Le vote par acclamation, ou vote à la voix, présente cette particularité d’être à la fois la pratique la plus anciennement connue dans le monde grec et la plus tardivement utilisée en Orient à l’époque impériale. Si le tirage au sort est pratiqué dès la poésie homérique pour désigner un représentant ou établir un ordre de passage2, il n’en va pas de même pour le vote. Il existe bien dans l’épopée des scènes de confrontation et de débats mais les guerriers assemblés n’y ont aucun pouvoir de décision3.

  • 4 Plutarque, Vie de Lycurgue XXVI, 3 (trad. A.M. Ozanam). Plutarque est tributaire d’une longue trad (...)

6Selon Plutarque, le vote à la voix était utilisé à Sparte pour le remplacement d’un géronte décédé. Les membres de la gerousia, corps aristocratique de trente membres, constitué des deux rois et de vingt-huit citoyens de plus de soixante ans élus à vie, furent dans un premier temps choisis par Lycurgue lui-même au moment de l’établissement de sa constitution. Il décida ensuite que les gérontes décédés seraient remplacés selon un processus que l’historien rapporte en détail dans la Vie de Lycurgue4 :

Ἐγίνετο δὲ ἡ κρίσις τόνδε τὸν τρόπον. Ἐκκλησίας ἀθροισθείσης ἄνδρες αἱρετοὶ καθείργνυντο πλησίον εἰς οἴκημα, τὴν μὲν ὄψιν οὐχ ὁρῶντες οὐδὲ ὁρώμενοι, τὴν δὲ κραυγὴν μόνον ἀκούοντες ἐκκλησιαζόντων. Βοῇ γὰρ ὡς τἆλλα καὶ τοὺς ἁμιλλωμένους ἔκρινον, οὐχ ὁμοῦ πάντων, ἀλλ’ ἑκάστου κατὰ κλῆρον εἰσαγομένου καὶ σιωπῇ διαπορευομένου τὴν ἐκκλησίαν. Ἔχοντες οὖν οἱ κατάκλειστοι γραμματεῖα, καθ’ ἕκαστον ἐπεσημαίνοντο τῆς κραυγῆς τὸ μέγεθος, οὐκ εἰδότες ὅτῳ γένοιτο, πλὴν ὅτι πρῶτος ἢ δεύτερος ἢ τρίτος ἢ ὁποστοσοῦν εἴη τῶν εἰσαγομένων. Ὅτῳ δὲ πλείστη γένοιτο καὶ μεγίστη, τοῦτον ἀνηγόρευον.

Voici comment se faisait l’élection. Une fois l’assemblée du peuple réunie, des hommes choisis s’enfermaient dans une maison voisine, d’où ils ne pouvaient ni voir ni être vus ; ils entendaient simplement les clameurs du peuple assemblé : car, comme en toutes choses, c’était aux acclamations qu’on jugeait les concurrents. On ne les introduisait pas tous à la fois ; chacun, suivant le rang que lui avait assigné le sort, traversait en silence l’assemblée. Les hommes enfermés dans la maison étaient munis de tablettes sur lesquelles ils notaient la force des acclamations obtenues par chaque candidat sans savoir de qui il s’agissait, sinon que c’était le premier, le deuxième, le troisième, ou tel autre des concurrents que l’on introduisait. Celui qui avait obtenu les acclamations les plus nourries et les plus fortes était déclaré élu.

  • 5 Le terme οἴκημα peut désigner aussi bien un édifice indépendant qu’une partie d’édifice : voir Hus (...)
  • 6 Aristote, Politique II, 1270b (trad. R. Bodéüs) : οἱ μὲν οὖν βασιλεῖς διὰ τὴν αὑτῶν τιμὴν οὕτως ἔχ (...)
  • 7 Les éphores ne sont pas mentionnés dans la grande rhêtra, ce qui remet en cause l’hypothèse de la (...)
  • 8 Ibid., p. 198.

7Le vote se déroule en deux lieux différents. Dans l’un, l’assemblée réunie voit défiler un à un les candidats tenus au silence et dont l’ordre de passage a été défini par un tirage au sort préalable. Dans un local voisin (οἴκημα)5, des hommes choisis (αἱρετοὶ), enregistrent le résultat des suffrages, en notant sur des tablettes l’intensité des voix pour chaque candidat identifié par son seul ordre de passage. Qualifiée de puérile par Aristote dans le développement de la Politique qu’il consacre au régime des Lacédémoniens6, cette pratique, utilisée selon lui à la fois pour l’élection des gérontes à la gerousia et des cinq éphores à l’apella, l’assemblée7, était encore en vigueur à la fin du ive s. av. J.‑C. Dans le second cas, la procédure devait être différente puisque les cinq éphores étaient élus annuellement, au sein du peuple et par le peuple au scrutin majoritaire8. On peut se demander si l’on élisait en une seule fois les cinq candidats qui avaient obtenu le plus de voix, au sens concret du terme, ou si l’on procédait à une élection en cinq étapes, chacune destinée à élire l’un des éphores. Il n’est pas certain que l’ordre de passage des candidats y était, comme pour les gérontes, défini par tirage au sort et éventuellement renouvelé pour l’élection de chacun d’entre eux.

8La critique du principe de sélection spartiate par Aristote porte sans doute davantage sur le mode d’expression des votants, dont les cris rappellent ceux des enfants (παιδαριώδης), que sur l’organisation de la procédure elle-même, qui évoque la complexité des opérations de vote et de tirage au sort dans l’Athènes classique. Parce que les suffrages s’expriment à Sparte de manière sensible, par des cris (κραυγὴ), il s’agit d’apprécier la « valeur du suffrage » ; ce ne sont pas les votants qu’il convient de contrôler mais les assesseurs qui enregistrent les résultats du vote. L’anonymat des candidats est garanti par le tirage au sort préalable de leur ordre de passage et par l’isolement des assesseurs dans un bâtiment indépendant. Le vote organisé à Sparte recourt ainsi à la fois à cet outil naturel qu’est la voix et à un instrument destiné à la consignation des suffrages, la tablette (γραμματεῖα) dont il sera à nouveau question plus loin.

 

  • 9 Fernoux 2011, p. 134‑146, à la suite de Robert 1960, p. 571‑557 ; Robert 1989, p. 454‑455 ; Rouech (...)
  • 10 Istratonikeia, n° 15 (trad. Fernoux 2011, p. 127‑128).
  • 11 On trouve dans d’autres décrets de même nature les verbes ἀναβοᾶν, ἐκβοᾶν ἐπιβοᾶν, ἐπιφονεῖν (voir (...)

9À Athènes, nous ne connaissons pas d’attestation de vote « à la voix » ni pour la période classique ni pour la période hellénistique. On relève, ailleurs dans le monde grec et à des époques beaucoup plus basses, des pratiques d’expression orale lors de prises de décision au sein d’assemblées. Les votes par acclamation ou les « manifestations d’unanimité », selon la formule d’H.L. Fernoux, apparaissent à l’époque impériale principalement en Asie mineure mais aussi en Grèce centrale, dans des contextes politiques divers souvent liés à la réduction du pouvoir des assemblées9. Ces documents, dont la majorité sont des décrets honorifiques, mentionnent précisément l’acclamation. Ainsi, dans un décret de la Boulè et du Dèmos pris en l’honneur du prêtre Tiberius Flavius Ménandros au iie s. ap. J.‑C. à Stratonicée de Carie10, la volonté du peuple qui s’est manifestée en faveur d’une modification de l’en-tête du décret, est consignée dans le document par le verbe βοᾶν11 comme une étape de la procédure :

(…) ὅ τε δῆμος ἡμῶν βουλόμενος τὰς ἀξίας / [χάριτας ἀποδοῦναι Μενάν]δρῳ καὶ τῇ Λεοντίδι τετείμηκεν αὐτοὺς καὶ δι[ὰ] τοῦδε τοῦ ψηφίσματος, ἐπιβεβόηκέν τε τὸ πλῆθος / [εἰς τιμὴν καὶ σεβασμὸν] τοῦ θεοῦ προγράφεσθαι πᾶσιν τοῖς ἐπιδιδομένο[ι]ς ἐγ<γ>ράφοις τὸ τοῦ θεοῦ ὄνομα καὶ τὸν ἱερῆ·

[attendu que] notre peuple, voulant rendre les hommages mérités à Ménandros et Leontis, les a honorés aussi par le présent décret, et que la foule s’est prononcée de vive voix pour que, par hommage et par piété pour le dieu, soient inscrits en tête de tous les documents publiés le nom du dieu et (celui) du prêtre : plaise…

  • 12 Fernoux 2011, p. 151‑152 ; Caire 2012, p. 71‑95.
  • 13 IG V, 1, n° 1432. Voir Wilhelm 1914, p. 21‑24 ; pour la datation du document voir Fernoux 2011, p. (...)
  • 14 IG V, 1, n° 1432, l. 13‑14 : καὶ / ἐμφανιζόντων καὶ πλειόνων διότι καλῶς ἔχει φροντίσαι τοῦ ἀποδέξ (...)
  • 15 C’est le terme employé dans un décret de consolation de Cyzique daté du ier s. ap. J.‑C. (Sève 197 (...)
  • 16 IG V, 1, n° 1432, l. 37‑40 : δὲ καὶ οἱ σύνεδροι, καὶ ἐμφανιζόν/των πάντων ὁμοθυμαδόν, ὅτι δεῖ δοθῆ (...)
  • 17 Fernoux 2011, p. 136‑146.

10Étrangère au monde grec de l’époque classique, cette modalité dans la prise de décision se développe à l’époque romaine. Les manifestations sonores ont cependant toujours rythmé les séances de l’Assemblée athénienne et sans doute influencé de façon informelle les décisions qui y étaient prises12. Il faut attendre le ier siècle av. J.‑C. pour que soient consignées dans un décret des acclamations qui, bien qu’elles ne constituent pas une étape formalisée de la procédure, sont considérées comme suffisamment importantes dans le processus de décision pour être portées dans l’acte officiel. Il s’agit d’un double décret de la cité de Messène, daté entre 70 et 30 av. J.‑C.13, promulgué en l’honneur d’Aristoklès, secrétaire des synèdres, qui a montré son dévouement envers la cité dans une affaire de recouvrement d’un impôt exceptionnel. Le texte rend compte des étapes qui ont conduit au vote du décret. On mentionne dans la première partie le contenu des acclamations des synèdres, qui portent sur l’acceptation d’Aristoklès à porter l’anneau d’or qui lui a été précédemment offert comme récompense honorifique, en plus de la statue en bronze qui sera érigée en son honneur14. Dans la seconde partie, on insiste sur la volonté unanime de l’Assemblée à lui accorder les honneurs en employant l’adverbe ὁμοθυμαδόν (à l’unanimité)15 et le verbe ἐπηνέχθησαν16 (ἐπιφέρεσθαι) qui apparaissent dans les décrets du début de l’époque impériale. Au iie s. ap. J.‑C., on consigne plus volontiers les réactions de l’Assemblée par les verbes ἀναβοᾶν, ἐπιβοᾶν, ἐκβοᾶν, ἐπιφωνεῖν17. La mention isolée des acclamations dans le décret de Messène et, plus largement, dans les textes postérieurs d’Asie mineure, sont sans doute à imputer au rôle de plus en plus dominant des notables sur la vie publique des cités et à l’émergence de l’évergétisme. Si elles n’ont pas encore à cette époque de valeur institutionnelle, puisqu’elles ne sont que le déclencheur de la procédure de vote proprement dite à laquelle elles ne se substituent pas, elles ont en revanche une portée politique incontestable qui annonce leur changement de statut au Bas-Empire.

Voter par rassemblement des corps

  • 18 Thucydide, I, 87 (trad. A. Barguet et D. Roussel, très légèrement modifiée).

11Avant Aristote, Thucydide avait déjà une vision négative du vote par acclamation tel qu’on le pratiquait à Sparte. Dans son récit des débats qui eurent lieu à l’Assemblée de Sparte à propos de la guerre contre Athènes, l’historien18 mentionne l’épisode de l’année 432 au cours duquel l’un des éphores, Sthénélaïdas, partisan de la guerre et opposé au roi Archidamos, décide de mettre aux voix la rupture du traité de paix qui liait les deux cités :

Τοιαῦτα λέξας ἐπεψήφιζεν αὐτὸς ἔφορος ὢν ἐς τὴν ἐκκλησίαν τῶν Λακεδαιμονίων. Ὁ δέ (κρίνουσι γὰρ βοῇ καὶ οὐ ψήφῳ) οὐκ ἔφη διαγιγνώσκειν τὴν βοὴν ὁποτέρα μείζων, ἀλλὰ βουλόμενος αὐτοὺς φανερῶς ἀποδεικνυμένους τὴν γνώμην ἐς τὸ πολεμεῖν μᾶλλον ὁρμῆσαι ἔλεξεν « ὅτῳ μὲν ὑμῶν, ὦ Λακεδαιμόνιοι, δοκοῦσι λελύσθαι αἱ σπονδαὶ καὶ οἱ Ἀθηναῖοι ἀδικεῖν, ἀναστήτω ἐς ἐκεῖνο τὸ χωρίον », δείξας τι χωρίον αὐτοῖς, « ὅτῳ δὲ μὴ δοκοῦσιν, ἐς τὰ ἐπὶ θάτερα ». Ἀναστάντες δὲ διέστησαν, καὶ πολλῷ πλείους ἐγένοντο οἷς ἐδόκουν αἱ σπονδαὶ λελύσθαι.

Ayant ainsi parlé, Sthénélaïdas, en sa qualité d’éphore, soumit lui-même sa proposition au vote de l’Assemblée. Or les Lacédémoniens se prononcent par acclamations et non avec des jetons. L’éphore se déclara d’abord incapable de discerner de quel côté les acclamations étaient les plus fortes. Désirant que l’Assemblée se prononçât clairement, pour qu’on s’engageât plus résolument dans la guerre, il s’adressa à elle en ces termes : « Que ceux d’entre vous, Lacédémoniens, qui estiment que le traité est rompu et que les Athéniens sont coupables, se lèvent et viennent se grouper de ce côté-ci – et il fit un geste de la main – ; et ceux qui sont de l’avis contraire, de l’autre côté. » Les citoyens se levèrent donc et se partagèrent. Le traité fut alors déclaré rompu à une très forte majorité.

  • 19 Glotz 1968, p. 93 appelle cela le vote par discession. Il applique à Sparte le terme de discessio (...)

12Ce témoignage nous conduit à établir une différence dans les pratiques de vote à Sparte en fonction de leur finalité. La procédure d’élection d’un géronte ou d’un éphore semble stable du milieu du viiie s. à la fin du ive s. si l’on se réfère aux textes de Plutarque et d’Aristote mentionnés plus haut. Le vote décisionnel quant à lui – mais il s’agit là de notre seule source – ne semble pas faire l’objet des mêmes précautions. On attend un vote d’approbation ou de désapprobation exprimé par l’intensité des voix qui doivent se faire entendre en deux temps. L’estimation de l’intensité des voix n’est pas assurée par des personnes extérieures au vote comme c’est le cas pour l’élection, mais par l’éphore qui a convoqué l’assemblée et soumis sa proposition de rupture du traité. Son incapacité à déterminer les résultats du vote conduit Sthénélaïdas à organiser un nouveau vote, selon une autre procédure qui consiste à demander aux votants de se regrouper en deux endroits différents du lieu d’assemblée19, selon qu’ils sont opposés ou favorables à sa proposition. Le résultat du second vote nous conduit à voir dans le récit de Thucydide une critique du mode de scrutin « à la voix », dont la fiabilité est mise en doute parce que chaque votant n’a pas la même puissance sonore. Ce vote par regroupement des corps, qui n’est pas autrement attesté, est très certainement une procédure exceptionnelle. La comparaison établie par Thucydide au début du passage entre le système de vote athénien avec jetons (ψήφῳ), et le système de vote spartiate à la voix (βοῇ), dont Sthénélaïdas lui-même reconnaît l’inefficacité, laisse entendre que cette pratique n’était pas en vigueur à Athènes à la fin du ve s., pas plus que ne l’était le vote par rassemblement, présenté ici comme un expédient improvisé qui conduit par ailleurs à supposer que le vote décisionnel ne suivait pas une procédure stricte préalablement fixée.

Voter à main levée

  • 20 Aristophane, Assemblée des femmes 262‑265 (trad. H. Van Daele) : χαλεπὸν τὸ πρᾶγμ’· ὅμως δὲ χειροτ (...)
  • 21 Xénophon, Helléniques I, 7, 7 (trad. J. Hatzfeld) : ἔδοξε δὲ ἀναβαλέσθαι εἰς ἑτέραν ἐκκλησίαν (τότ (...)

13Le vote à main levée est la pratique utilisant le corps humain comme instrument de vote la plus largement et la plus durablement attestée dans le monde grec, aussi bien dans les textes littéraires que dans les inscriptions, aux périodes classique et hellénistique, à Athènes comme en Asie mineure. Il est désigné par les termes génériques cheirotonia ou cheirotonein, dérivés du substantif χείρ (la main). De rares témoignages confirment que l’expression peut être comprise dans son sens littéral. Ainsi, dans l’Assemblée des femmes, Praxagora rappelle aux femmes qu’elles devront « voter à mains levées en découvrant un seul bras jusqu’à l’épaule »20. Lors du procès qui fut intenté dans des conditions particulières aux stratèges après la bataille des Arginuses, on reporta au lendemain, selon Xénophon, une assemblée qui avait anormalement duré jusqu’à la nuit au motif que l’on risquait de ne plus voir les mains des votants21.

  • 22 Eschine, Contre Ctésiphon 13 (trad. G. de Budé et V. Martin, modifiée) : ἀρχὰς (…) ἃς ὁ δῆμος εἴωθ (...)
  • 23 Voir Aristote, Constitution des Athéniens 43, 6 ; Démosthène, Contre Timocrate 11 ; Eschine, Contr (...)
  • 24 IG I3, n° 61, l. 5 ; Démosthène, Contre Évergos et Mnésiboulos 43.
  • 25 Aristote, Constitution des Athéniens 62, 2.
  • 26 Démosthène, Contre Timocrate 19, 20.

14Les termes génériques cheirotonia (χειροτονία) ou cheirotonein (χειροτονεῖν) se déclinent en noms et verbes composés d’un préfixe qui précise la finalité du vote ou fournit des informations sur la procédure. Ainsi, l’épicheirotonia (ἐπιχειροτονία) peut désigner, selon les contextes, l’élection par vote à main levée des magistrats, également appelée archairesia (ἀρχαιρεσἰα)22, étymologiquement « choix des magistrats ». La procheirotonia (προχειροτονία)23 est le vote préliminaire auquel on procédait au début de la séance à l’Assemblée et qui valait ratification des décrets développés. La diacheirotonia (διαχειροτονία)24 consiste à exprimer un choix entre deux propositions ou deux personnes par un vote par oui ou par non. On appelait épicheirotonia tôn archôn (ἐπιχειροτονία τῶν ἀρχῶν) le vote de défiance à l’égard de l’élection d’un magistrat25 et épicheirotonia tôn nomôn (ἐπιχειροτονία τῶν νομῶν) le vote global sur les lois qui se tenaient à l’Assemblée26.

15Le vote à main levée avait ainsi deux finalités, la décision politique et l’attribution de certaines magistratures, et il pouvait être utilisé aussi bien au Conseil qu’à l’Assemblée. Parce qu’on ne recourait jamais à cette procédure lorsqu’on avait à se prononcer sur des questions concernant un seul individu (ἐπ’ ἀνδρί), on utilisait le vote secret au Tribunal pour statuer sur la culpabilité de l’accusé, à l’Assemblée pour l’octroi ou la privation de la citoyenneté et dans de rares cas, au Conseil, pour décider ou non de l’incompétence d’un conseiller.

  • 27 Voir e.g. Lysias, Contre Ératosthène 75 : le vote à main levée par lequel les Athéniens prirent pa (...)

16Cette procédure de vote a cohabité, sans doute dès les origines de la démocratie, avec le vote à jetons, la psèphophoria (ψηφοφορία), dont nous aborderons plus loin les aspects techniques. Bien que les finalités de chacune des procédures fussent bien définies et liées dans la plupart des situations aux lieux spécifiques dans lesquelles elles se déroulaient, les sources font apparaître une équivalence dans la façon de les nommer. Ainsi, la cheirotonia peut aussi désigner le vote en général et le verbe psèphizesthai peut être employé pour voter à main levée à l’Assemblée27.

  • 28 Staveley 1972, p. 84‑85.
  • 29 Boegehold 1963, p. 367‑368.
  • 30 Hansen 2003, p. 179.
  • 31 IG IX I2, 3, n° 718 (500‑450 av. J.-C), l. 45 f : ἐν ὐδρίαν ⁝ τὰν ψάφιξξιν εἶμεν.
  • 32 Larsen 1949, p. 170 et 174.
  • 33 Boegehold 1963, p. 372.
  • 34 L’abaque le plus ancien serait celui du sanctuaire d’Aphaia à Égine, daté entre 510 et 500 av. J.‑ (...)

17Comment expliquer cette équivalence ? E.S. Staveley28 et, à sa suite, A.L. Boegehold29, puis M.H. Hansen30 émettent l’hypothèse que le « vote avec galets » serait antérieur au vote à main levée. A.L. Boegehold appuie son argumentation sur la mention, dans une inscription de Locres datant de la première moitié du ve s. av. J.‑C., d’urnes pour recevoir les suffrages31, ainsi que sur les représentations de la scène du Jugement des armes entre Ulysse et Ajax sur des coupes à figures rouges du début du ve s. av. J.‑C., dans lesquelles apparaissent des « jetons » de nature difficile à déterminer. Dans ces deux cas, l’utilisation de jetons n’implique pas de vote secret, mais elle correspond, selon A.L. Boegehold, à la nécessité de compter avec exactitude les suffrages, opération plus délicate dans le cadre d’une procédure de vote à main levée. Il avance l’idée, en s’appuyant sur une étude de J.A.O. Larsen32, que les jetons ont également pu être un moyen de consigner au fur et à mesure les résultats du vote, un jeton valant une main33. Or nous savons que les anciens Grecs comptaient avec des cailloux, des psèphoi (ψῆφοι), éventuellement avec l’aide d’abaques et ce, depuis la fin de l’époque archaïque34.

  • 35 Dow 1937 ; Bishop 1970 ; Lopez-Rabatel 2011.

18A.S. Staveley, qui reprend les conclusions de A.L. Boegehold et de J.A.O. Larsen, suivi à son tour par M.H. Hansen, en arrive à la conclusion que la procédure de vote originelle à l’Assemblée dut être un vote avec jetons et que l’augmentation du nombre de participants a imposé le vote à main levée. Les sources ne permettent pas de trancher et il est remarquable en tout cas qu’en substituant à une procédure plus complexe une pratique naturelle, les Grecs auraient ici adopté une démarche inverse de celle qui fut mise en œuvre pour le matériel du tirage au sort, dont les outils rudimentaires connurent une évolution technique relativement sophistiquée35.

19Le problème du compte des suffrages permet au moins d’expliquer pourquoi un décret produit à l’Assemblée à l’issue de votes à main levée, à partir d’un probouleuma, lui aussi approuvé par le Conseil au moyen d’une procédure de vote identique, portait le nom de psèphisma : il était produit à l’issue d’un décompte des suffrages, fût-il estimatif, comme nous le verrons un peu plus loin. Dès lors, on est moins surpris que les deux familles de mots utilisés pour deux procédures de vote différentes aient fini, par appauvrissement sémantique, par désigner le vote en général et qu’il n’ait pas été nécessaire pour les anciens Grecs d’employer systématiquement le terme technique adéquat parce que chacun savait quel type de vote était utilisé en fonction de l’instance et du contexte.

  • 36 Voir Piérart 1974, p. 140‑143, qui s’appuie, entre autres, sur Platon, Lois 755c‑d et 763d‑e ; Pié (...)
  • 37 Hansen 1987, p. 46‑47.

20Les sources sont peu loquaces sur le déroulement de la procédure. Le vote de décision, qui sollicitait l’approbation ou la désapprobation, devait certainement se dérouler en deux temps pour permettre, nous le verrons un peu plus loin, une évaluation du résultat du vote au plus juste. L’élection des magistrats soulève des questions plus complexes, qui se posaient différemment selon qu’il s’agissait d’élire un seul magistrat ou un collège. Sur la base de l’étude de M. Piérart sur l’élection des stratèges athéniens36, M.H. Hansen a pu établir37 que les candidats étaient proposés à tour de rôle et faisaient successivement l’objet d’un vote à main levée, jusqu’à ce que soient sélectionnés par exemple pour un collège de dix magistrats les dix candidats qui avaient remporté le plus grand nombre de suffrages. S’il se présentait d’autres candidats, ils entraient alors en concurrence avec l’un des magistrats élus et une seconde élection les départageait.

 

  • 38 Aristote, Constitution des Athéniens 44, 3.
  • 39 On situe la création du collège des proèdres entre 403 et 379 av. J.‑C.
  • 40 Voir Moretti, p. 121‑144 dans ce même ouvrage, qui consacre une étude à la Pnyx comme lieu de vote
  • 41 Sur les gradins taillés à cet emplacement dans la Pnyx III, voir Moretti, p. 131.

21Le vote à main levée faisait l’objet d’une estimation et non d’un décompte précis. Dans la Constitution des Athéniens attribuée à Aristote, le verbe utilisé pour cette opération est « juger » (krinein), et non « compter »38. Ce sont les cinquante prytanes, ou, à partir du premier quart du ive s.39, les 9 proèdres, collège tiré au sort quotidiennement parmi les membres du Conseil, qui assumaient cette charge à Athènes, dans l’enceinte de la Pnyx, lieu d’assemblée tout à fait singulier dans le monde grec et qui connut trois aménagements successifs. En croisant les rares témoignages littéraires sur la procédure de vote à main levée à l’Ecclésia et les résultats des études des vestiges, au demeurant plus éclairants, il apparaît avec vraisemblance que dans la Pnyx I40, qui pourrait être contemporaine des réformes d’Éphialte, une partie des prytanes pouvait s’installer sur les bancs de bois situés en avant de l’auditorium et que l’épistate des prytanes disposait d’une tribune qu’il devait partager avec l’orateur. Dans la Pnyx II et III, les proèdres étaient situés en contre-haut des votants, dans une zone située près de la tribune, sur le front de taille41 et sans doute sur les gradins aménagés au-dessus. Peut-être en allait-il de même, avant le premier quart du ive s., pour les prytanes, beaucoup plus nombreux que les proèdres.

  • 42 Xénophon, Helléniques I, 7, 34 ; Aristophane, Ploutos 724‑725 ; Eschine, Contre Ctésiphon 3. Voir (...)

22La question de la disposition des citoyens dans l’auditorium demeure plus incertaine. Indifférente lorsqu’il s’agissait d’estimer le nombre de mains pour ou contre un probouleuma, elle était cruciale pour l’élection des archontes par tribu. Nous ne savons pas comment les 9 proèdres, assistés peut-être de l’épistate des prytanes, se répartissaient les tribus pour l’évaluation des votes. L’obsession démocratique de lutte contre la corruption laisse supposer que chacun n’avait pas en charge sa propre tribu. Si les sources rapportent des contestations sur les résultats de l’estimation42, elles sont silencieuses sur cette étape de la procédure.

  • 43 Gauthier 2000, p. 421‑429 a rassemblé et commenté le petit corpus dont il est question dans les li (...)
  • 44 Dubois 1986, p. 166‑168 ; voir Gauthier 2000, p. 422.
  • 45 IG V, 1, n° 1331 ; voir Gauthier 2000, p. 422.
  • 46 IG IX, 1, n° 109 = Syll3, n° 842 = Dareste, Haussoulier et Reinach 1965 ; Gauthier 2000, p. 423.
  • 47 IMagnesia, n° 110 a et b ; Gauthier 2000, p. 423‑424.
  • 48 IMylasa, n° 118, n° 132, Imylasa I, p. 269‑70, Append. n° 1 et IMylasa, n° 139 ; Gauthier 2000, p. (...)
  • 49 Contra Helly 1973, p. 70‑99, n° 68‑92.

23Le vote à main levée est attesté dans la plupart des cités du monde grec, principalement pour la période hellénistique et, particularité qui n’existe pas à Athènes, on connaît, dans quelques cités, des « juges de mains » qui intervenaient à l’Assemblée ou au Conseil43. Dans des inscriptions de Grèce continentale apparaissent des χειροσκόποι (examinateurs des mains), à Orchomène44 en Arcadie au iiie s. av. J.‑C., en Messénie45 et à Élatée en Phocide46 au ier s. av. J.‑C. En Asie mineure, ont été gravées, au ier s. av. J.‑C., à Magnésie du Méandre47, deux listes de χειροκρίται (estimateurs des mains) sur un mur au sud de l’agora. À Mylasa48, des décrets de la basse époque hellénistique, du iiie et iie s. av. J.‑C. mentionnent également des χειροκρίται. Ph. Gauthier ajoute à ce petit dossier les κρίται apparaissant dans des inscriptions de Gonnoi en Thessalie, qui n’auraient pas exercé la fonction de jurés mais bien celle de « contrôleurs des mains »49.

24Selon les cités, les « juges des mains » officiaient seuls ou en collèges et leur charge mensuelle ou annuelle consistait peut-être, à la différence d’Athènes, et en raison du nombre réduit de citoyens dans certaines cités, à la validation des décisions prises par le vote. Ainsi s’expliquerait leur mention dans les actes officiels.

  • 50 Aristote, Constitution des Athéniens 43, 6 ; Hansen 1977, p. 127‑128.

25On comprend aisément que cette manière de voter, dont l’équipement ne requérait que la présence des votants et qui pouvait être conduite sans qu’ils aient à se déplacer à l’intérieur de la Pnyx, ait été largement utilisée à l’Assemblée d’Athènes. L’Ecclésia se réunissait 40 fois par an et, pour au moins deux des quatre séances de chaque prytanie, l’ordre du jour pouvait comprendre jusqu’à 9 questions50, ce qui supposait une bonne vingtaine de votes. Le nombre de votants interdisait le recours à un vote dont les suffrages seraient effectivement comptés. Parce qu’elle permettait dans tous les cas de gagner du temps et de l’espace, cette pratique s’est diffusée ailleurs dans le monde grec, y compris dans des cités de moindre importance, avec des particularités locales bien établies à la basse époque hellénistique qui témoignent de l’adaptation du modèle athénien.

 

26Parallèlement à ces trois manières de voter utilisant le corps humain, et dont seule la troisième, le vote à main levée, fut durablement inscrite dans le fonctionnement institutionnel de la plupart des cités du monde grec, on pratiqua, dès l’époque archaïque, nous l’avons vu avec les coupes à figures rouges, un mode de consultation au moyen d’objets signifiants représentant des personnes ou des opinions, techniquement de plus en plus élaborés.

Voter avec des cailloux

  • 51 Ἀποψηφίζεσθαι (exclure par le vote), διαψηφίζεσθαι, utilisé entre autres pour la décision concerna (...)

27Dans le cadre de la démocratie, on pratiqua, dès le début du ve s., la ψηφοφορία, le vote avec jetons, terme formé sur le substantif ψῆφος, le galet, que l’on utilisait aussi pour jouer, pour composer des mosaïques, pour compter et pour pratiquer la divination. L’utilisation des ψῆφοι dans le cadre institutionnel a produit le verbe ψηφίζεσθαι (voter) et le substantif ψήφισμα, que nous avons l’habitude de traduire par « décret », document rendant compte de décisions prises à l’issue d’un vote. À l’instar du vocabulaire régissant les différentes procédures de vote à main levée, il existe pour le vote avec jetons un certain nombre de composés dont le préfixe précise à l’origine la finalité du vote mais qui à l’usage apparaissent souvent comme des synonymes51.

28On peut distinguer deux phases dans cette pratique. Pendant la première, qui correspond à la mise en place de la démocratie au cours du ve s. av. J.‑C., on utilisa comme outils des objets naturels ou des fragments d’objets manufacturés, pratiques attestées par les textes avec une fréquence et un degré de précision variables. Au cours de la seconde, qui se développa principalement au ive s. av. J.‑C., on se dota d’outils politiques spécifiquement dévolus au vote, les psèphoi dèmosiai. La continuité de l’usage du nom générique ψῆφος pour désigner les outils, celle du verbe ψηφίζεσθαι pour nommer la pratique qui lui est associée, aussi bien en contexte poétique que dans les textes historiques, ne laissent qu’entrevoir les transformations matérielles d’une réalité parfois difficile à saisir.

29Ainsi, les premières scènes de vote mentionnées par les sources établissent l’usage d’outils empruntés au monde naturel mais dont il n’est pas toujours possible de préciser la nature ou la forme.

  • 52 Chr. Mauduit, p. 73‑92 de ce même ouvrage, qui consacre une étude au vote dans la tragédie grecque (...)
  • 53 Eschyle, Euménides 741‑743 (trad. Mazon 2009) : (Αθηνα) Νικᾷ δ’ Ὀρέστης, κἂν ἰσόψηφος κριθῇ. / Ἐκβ (...)
  • 54 Eschyle, Euménides 597, 630, 675, 680, 709, 735, 748, 751.
  • 55 Voir supra n. 2, p. 26.

30Absent de l’épopée homérique, nous l’avons vu, le vote est en revanche présent dans la tragédie52. Pour en étudier les modalités pratiques, nous nous centrerons sur les Euménides d’Eschyle, tragédie dans laquelle est mis en scène le jugement d’Oreste au tribunal de l’Aréopage. Par la présidence d’Athéna qui rappelle celle de l’archonte, par l’emploi du terme δικαστής et par les outils utilisés, le vote qui s’y déroule évoque les cours criminelles et le tribunal du peuple de l’Athènes classique, dans lesquels il s’exprimait non à main levée mais au moyen d’un matériel comprenant des urnes et des jetons. On constate cependant une variation dans les termes employés par le poète. Ni le mot τευχή (urne), ni le terme πάλους (suffrage) utilisés au vers 74253 ne sont attestés dans ce contexte dans les sources classiques, tandis que l’on trouve ailleurs dans la pièce le terme attendu ψῆφος54, ainsi qu’au vers précédent l’adjectif ἰσόψηφος, qui suggère une équivalence avec le mot πάλους. Dans les scènes de tirage au sort des textes homériques, ce dernier désigne la brindille que les héros marquaient d’un sèma personnel et qu’ils déposaient ensuite dans un casque55. Si l’emploi de ce terme semble souligner l’écart entre la référence au temps mythique et le moment de production et de représentation de l’œuvre, il témoigne peut-être aussi de la diversité et de la transformation progressive des outils accompagnant la mise en place institutionnalisée des procédures de vote. L’équivalence établie par le poète entre les noms πάλος ou ψῆφος met l’accent sur le sens littéral du mot ψῆφος et ainsi sur l’aspect brut des suffrages des premiers temps de la démocratie. Si les πάλοι homériques recevaient un signe distinctif représentant des individus, les ψῆφοι mêmes les plus rudimentaires utilisés dans les tribunaux pour homicides devaient se différencier en deux catégories correspondant aux deux possibilités offertes aux jurés : l’acquittement ou la condamnation. Il en va ainsi dans les Euménides, où le terme ἰσόψηφος évoque l’égalité des suffrages recueillis par Oreste, celui d’Athéna faisant basculer le verdict en sa faveur.

31Les textes des historiens de l’époque classique mentionnent quant à eux de nombreux votes mais ils ne fournissent de renseignements ni sur la procédure ni sur l’équipement, à l’exception de deux scènes relatées par Hérodote.

  • 56 Hérodote, VIII, 123 (trad. A. Barguet et D. Roussel). L’épisode est également rapporté par Plutarq (...)

32La première se déroule après la bataille de Salamine, lorsque les Grecs décident d’organiser un vote pour attribuer le prix de la vaillance au général qui s’est illustré par son action dans la guerre contre les Perses56 :

Μετὰ δὲ τὴν διαίρεσιν τῆς ληίης ἔπλεον οἱ Ἕλληνες ἐς τὸν Ἰσθμὸν ἀριστήια δώσοντες τῷ ἀξιωτάτῳ γενομένῳ Ἑλλήνων ἀνὰ τὸν πόλεμον τοῦτον. Ὡς δὲ ἀπικόμενοι οἱ στρατηγοὶ διενέμοντο τὰς ψήφους ἐπὶ τοῦ Ποσειδέωνος τῷ βωμῷ, τὸν πρῶτον καὶ τὸν δεύτερον κρινέοντες ἐκ πάντων, ἐνθαῦτα πᾶς τις αὐτῶν ἑωυτῷ ἐτίθετο τὴν ψῆφον, αὐτὸς ἕκαστος δοκέων ἄριστος γενέσθαι· δεύτερα δὲ οἱ πολλοὶ συνεξέπιπτον Θεμιστοκλέα κρίνοντες·

Après le partage du butin, les Grecs reprirent la mer et gagnèrent l’Isthme pour y adjuger le prix de la valeur au Grec qui s’était le plus distingué pendant la guerre. Arrivés là, les généraux déposèrent leurs suffrages sur l’autel de Poséidon, pour décider à qui d’entre eux devait aller le premier et le second prix de la vaillance ; or chacun d’eux vota pour lui-même en première ligne, assuré d’avoir été personnellement le plus vaillant des Grecs, mais la seconde place fut en général accordée à Thémistocle : ainsi les divers généraux n’eurent chacun qu’une seule voix, et Thémistocle l’emporta de loin pour la seconde place.

  • 57 Voir infra, p. 39‑44 (§ sur le vote avec des fragments d’objets manufacturés).

33Chaque votant dispose de deux suffrages (ψῆφος), représentant le premier et le second prix, qu’il dépose sur l’autel de Poséidon. Le résultat du vote indique que tous les généraux ont voté pour eux-mêmes pour la première place et ont désigné le stratège Thémistocle pour le second prix, qui l’emporte en nombre de voix. Nous ne savons pas comment s’organisa le vote et nous ne connaissons pas la nature des suffrages. Le fait qu’ils aient servi à désigner des personnes conduit à établir avec précaution une comparaison avec la procédure de l’ostracisme en vigueur à la même époque57. Il n’est pas impossible que les votants aient utilisé des objets – peut-être des tessons de poterie – sur lesquels ils auraient inscrit leur nom. La mention du dépôt sur l’autel de Poséidon ne permet pas de savoir si le vote s’offrait à la vue de tous ou s’il était secret : le petit nombre de votants permettait à chacun de déposer son tesson face inscrite vers le bas.

  • 58 Hérodote, IX, 55 (trad. A. Barguet et D. Roussel).

34Un autre passage de l’Enquête rapporte une scène de dispute au sein du camp spartiate au cours de la bataille de Platées. Le vieux général spartiate Amompharète, isolé, s’oppose à la fuite des alliés devant les Perses, stratégie prônée par le stratège Pausanias58.

Νεικέων δὲ ὁ Ἀμομφάρετος λαμβάνει πέτρον ἀμφοτέρῃσι τῇσι χερσὶ καὶ τιθεὶς πρὸ ποδῶν τοῦ Παυσανίεω ταύτῃ τῇ ψήφῳ ψηφίζεσθαι ἔφη μὴ φεύγειν τοὺς ξείνους (ξείνους λέγων τοὺς βαρβάρους).

Au cours de la discussion, Amompharète saisit des deux mains une [grosse] pierre qu’il mit aux pieds de Pausanias : avec ce jeton, s’écria-t-il, il votait pour qu’on ne prît point la fuite devant les « étrangers » (il appelait ainsi les Barbares).

  • 59 La prise de position d’Amompharète est bien assimilée à un vote, comme un témoigne le passage de P (...)

35Bien qu’il s’agisse d’une querelle (νεικέων) et non d’une procédure de vote organisée, l’opinion d’Amompharète s’exprime, d’après Hérodote, selon des modalités qui rappellent le vote athénien de l’époque classique, par l’utilisation d’un suffrage qui est porté à la vue de tous. L’historien emploie les termes génériques ψῆφος et ψηφίζεσθαι mais le suffrage est en réalité une pierre (πέτρος) qui est déposée aux pieds de Pausanias, qui exprime, mieux qu’un caillou, une décision sans appel. Cette anecdote est rapportée par Hérodote à travers le prisme de la tradition athénienne et la mention de la pierre confère ainsi un caractère primitif à la scène tout en établissant une comparaison implicite entre Athéniens et Spartiates, défavorable à ces derniers59.

  • 60 Aristophane, Guêpes 332‑333 : ἢ δῆτα λίθον με ποίησον, ἐφ’ οὗ τὰς χοιρίνας ἀριθμοῦσι.

36Le jeu sur le sens originel du terme ψῆφος est également présent dans la comédie du ve s. av. J.‑C. Dans les Guêpes, comédie d’Aristophane représentée aux alentours des années 420, le vieux Philocléon, séquestré par son fils pour l’empêcher de se livrer à sa passion maladive pour les affaires judiciaires, supplie la divinité de le transformer en « pierre sur laquelle on compte les coquillages »60. Le terme employé par le poète est κοιρίνη, qui désigne le coquillage. C’est le milieu naturel, l’eau, qui suggère l’équivalence avec le terme ψῆφος.

 

  • 61 Aristote, Constitution des Athéniens 69, 1.
  • 62 Lysias, Contre Agoratos 37 (trad. M. Bizos et L. Gernet) : Δύο δὲ τράπεζαι ἐν τῷ πρόσθεν τῶν τριάκ (...)

37D’après ces témoignages, les jetons de vote utilisés au ve s. av. J.‑C. sont des objets naturels dont les textes ne précisent pas s’ils ont subi des transformations pour répondre à des contraintes spécifiques liées aux procédures de vote. Dans les deux passages d’Hérodote cités supra, ils sont déposés sur un autel ou sur une pierre, sans qu’il soit précisé si le dépôt est organisé en vue du comptage. Chez Aristophane, la pierre mentionnée par Philocléon est destinée à compter les votes, comme on le fit plus tard sur des tables percées de trous61. C’est également sur des tables que sont déposés, à découvert (φανερὰν), les suffrages utilisés lors du procès mis en place sous les Trente pour statuer sur la condamnation des personnes dénoncées par Agoratos avant l’installation des tyrans62. La première des deux tables recueille les jetons pour l’acquittement, la seconde, qui est aussi la plus éloignée, ceux de la condamnation (ἐπὶ τὰς τραπέζας ταύτας ἔδει τίθεσθαι, τὴν μὲν καθαιροῦσαν ἐπὶ τὴν ὑστέραν). L’usage de tables et l’absence de confidentialité de la procédure ne sont pas sans rappeler des pratiques plus anciennes, comme celle que rapporte Hérodote à propos de Thémistocle, ou « moins civilisées », comme celle de l’épisode du général spartiate Amompharète rappelé plus haut, dans lequel le demandeur insiste sur le fait qu’il s’agit d’une parodie de procès démocratique, puisque les Trente siègent à la place des prytanes et qu’à l’usage commun d’urnes pour les suffrages (εἰς καδίσκους) s’est substitué celui de tables. Ce procès revêt un caractère antidémocratique tant par le pouvoir que se sont arrogé les Trente que par l’usage d’un matériel de vote étranger aux institutions contemporaines bafouées par les tyrans.

  • 63 Aristophane, Oiseaux 1032, 1053. La comédie des Oiseaux a été représentée aux Lénéennes de 414 et (...)
  • 64 Aristophane, Guêpes (422 av. J.‑C.) 321, 853 et 854.
  • 65 Le terme κάλπις aparaît uniquement dans les scholies (Aristophane, Guêpes 106a‑c et 321b‑c). Il s’ (...)
  • 66 Xénophon, Helléniques I, 7‑9 ; scholie à Aristophane, Guêpes 991a-b, e ; Bekker 1814, Anecdota Gra (...)
  • 67 Aristote, Constitution des Athéniens 68, 3 ; 68, 4 et 69, 1.
  • 68 Aristophane, Guêpes 981‑991. Cet usage est également évoqué dans le Contre Agoratos de Lysias.
  • 69 Aristophane, Guêpes 99, 754, 1139 ; Aristophane, Cavaliers 1145‑1150 ; Thesmophories 1031.
  • 70 Scholie à Aristophane, Guêpes 99a-b ; Scholie à Aristophane, Cavaliers 1150 ; Bekker 1814, Anecdot (...)
  • 71 Boegehold et al. 1995, p. 29.
  • 72 Isée, La succession d’Hagnias 21 et Démosthène, Contre Macartatos 10. Il s’agit d’une affaire de s (...)
  • 73 Démosthène, Contre Euboulidès 13. Euxithéos a été exclu par l’assemblée de son dème, Halimonte, et (...)
  • 74 Démosthène, Contre Nééra 89‑90.

38À partir du dernier quart du ve s. en effet, les sources rapportent que les bulletins de vote étaient déposés dans des réceptacles dont les noms indiquent qu’ils étaient empruntés à l’univers domestique. Ils apparaissent chez Aristophane sous le terme κάδος63 et son diminutif καδίσκος64, et ils seront par la suite désignés par les mots κάλπις65, ὑδρία66 ou encore ἀμφορεύς67 dans les textes des orateurs. Ces récipients, qui vont généralement par paire, servent à séparer les votes favorables des votes défavorables, moment de la procédure qui n’est pas mentionné dans les témoignages antérieurs où les suffrages sont déposés, comme nous l’avons vu, sur un support horizontal. Le corpus aristophanien fournit un témoignage de l’évolution de la procédure et, à quelques années près, de l’usage concomitant de matériel de vote de différentes natures. Un passage des Guêpes68 établit que l’on utilisait au tribunal du peuple deux urnes dont l’emplacement déterminait la valeur : la première urne (ὁ πρότερος), qui est aussi la plus proche des dicastes, celle à laquelle on accède par le chemin le plus court (τὴν ταχίστην), recevait les suffrages d’acquittement, tandis que la seconde (ἐπὶ τὸν ὕστερον), la plus éloignée, recevait ceux de la condamnation. La disposition de ces urnes rappelle celle des deux tables utilisées dans le procès mentionné dans le Contre Agoratos de Lysias. Dans les Guêpes encore, mais aussi dans les Cavaliers et les Thesmophories69 apparaît, en lien avec les scènes de vote, le κημός, objet d’osier tressé utilisé avec les récipients destinés à recueillir les suffrages. Les commentateurs70 le décrivent comme une sorte de couvercle en forme d’entonnoir par lequel était introduit le bulletin de vote. A. Boegehold71 a proposé de restituer un κημός recouvrant les embouchures de deux amphores associées, dont l’unique orifice aurait permis d’introduire, en toute discrétion, le suffrage dans l’un ou l’autre des vases. Nous hésitons à suivre cette hypothèse fragile. D’une part, les sources textuelles ne mentionnent pas ce double dispositif et décrivent le κημός comme un objet destiné à un seul récipient. D’autre part, la restitution présente un objet peu stable, qui ne permet pas le vote secret parce que les embouchures des deux amphores sont éloignées de telle sorte que l’on comprend très bien pour qui chacun vote en regardant le mouvement de son bras. Il est possible que l’usage du κημός ait été destiné à contrôler le nombre ou la taille des suffrages qui étaient introduits dans le vase, avant la fabrication, aux alentours du milieu du ive s., de jetons de vote standardisés, dont je parlerai plus loin. Les termes κάδος ou καδίσκος, employés par Aristophane apparaissent également dans des sources plus récentes pour désigner les quatre réceptacles utilisés lors d’une affaire de succession rapportée par Isée mais aussi par Démosthène72. L’utilisation de quatre καδίσκοι s’explique probablement par le fait que cette affaire mit en scène quatre parties, chacune représentée par une urne dans laquelle les juges déposaient les suffrages favorables. Cette procédure se différencie ainsi de celle qui était en vigueur au tribunal du peuple et nous voyons que l’emploi du mot καδίσκος n’est pas toujours associé à celui de κημός, sans que l’on puisse en conclure que ce n’était pas le cas dans la réalité, les urnes pouvant être unies deux à deux pour garantir la confidentialité du vote. Le terme est utilisé par Démosthène pour des votes qui se déroulent en dehors du tribunal du peuple, soit au sein d’un dème, comme en témoigne le procès qui oppose Euxithéos à Euboulidès73, soit à l’Assemblée, pour les votes portant sur l’octroi de la citoyenneté, organisés avant la séance proprement dite et aux abords de la Pnyx74.

39L’écart chronologique entre les différentes attestations du terme καδίσκος, compris entre 422 pour les Guêpes d’Aristophane et les environs de 340 pour le Contre Nééra de Démosthène invite à penser qu’il ne s’applique pas seulement à un type d’équipement qui aurait été en usage au tournant des ve et ive siècles mais qu’il peut aussi désigner un matériel utilisé lors de votes organisés dans des contextes institutionnels autres que celui du tribunal du peuple. Dès lors, se posent les questions de savoir dans quelle mesure la dénomination des réceptacles revêt ou non un caractère générique et quelle interaction existe entre l’évolution de la forme des suffrages et l’utilisation de tel ou tel type de récipient.

Voter en écrivant

Voter « à la feuille »

  • 75 Eschine, Contre Timarque 111‑112 (346 av. J.‑C.). Timarque est jugé par le tribunal du peuple aprè (...)
  • 76 Rhodes 1972, p. 144‑147.
  • 77 Denys d’Halicarnasse, Dinarque 10, 2 : « Contre Polyeucte, exclu par le Conseil, délation ».
  • 78 Pollux, Onomasticon VIII, 18, 6 ; Harpocration, Lexicon in decem oratores Atticos, s.v. « ἐκφυλλοφ (...)
  • 79 Harpocration, Lexicon in decem oratores Atticos, Photius, Bibliotheca, et Suda, s.v. « παλιναίρετο (...)
  • 80 Cf. supra, n. 77. Rhodes 1972, p. 144‑147.
  • 81 Voir Rhodes 1972, p. 146‑147 sur les aspects juridiques de cette procédure. La scholie ancienne au (...)
  • 82 Pollux, Onomasticon VIII, 18 (éd. E. Bethe) : Φύλλος δ᾿ ἐψηφίζοντο οἱ κατὰ δήμου δικάζοντες, οἷς ἐ (...)
  • 83 Etymologicum Magnum, s.v. « ἐκφυλλοφορῆσαι καὶ ἐκφυλλοφορίαι : (…) ὁ ὑπηρέτης ἐν τοῖς κυάμοις ».
  • 84 Voir Lopez-Rabatel 2019.

40En 346 av. J.‑C., la boulè d’Athènes eut à se prononcer sur l’exclusion de l’un de ses membres, Timarque, accusé d’avoir détourné 1 000 drachmes avec la complicité des trésoriers d’Athéna. Cet épisode est rapporté dans le Contre Timarque d’Eschine75, qui constitue la seule attestation de cette procédure pour l’époque classique. Le conseil procéda à un premier vote « à la feuille » (ἐκφυλλοφορήσασα), puis à un second vote par jeton (ἐν δὲ τῇ ψήφῳ), par lequel, contrairement au premier, les conseillers se prononcèrent sur le maintien de Timarque dans sa fonction de bouleute. On tient généralement pour acquis qu’il s’agissait d’une procédure régulière spécifique au fonctionnement de la boulè athénienne, permettant à l’ensemble des conseillers de se prononcer sur l’exclusion éventuelle d’un de leurs pairs jugé indigne de sa fonction par deux votes successifs, le premier, au moyen de feuilles d’olivier et le second, au moyen de suffrages « plus orthodoxes », pour reprendre la formule de P.J. Rhodes76. La rareté des sources ne permet pas d’être aussi affirmatif. Outre celui d’Eschine, nous n’avons qu’un témoignage indirect pour le ive s. par la mention, dans l’Opuscule rhétorique de Denys d’Halicarnasse consacré à Dinarque, d’un discours perdu de l’orateur intitulé Κατὰ Πολυεύκτου ἐκφυλλοφορηθέντος ὑπὸ τῆς βουλῆς ἔνδειξις77. La procédure est par ailleurs commentée par les lexicographes sous deux lemmes différents. Le plus fréquent, le verbe ἐκφυλλοφορέω, souvent suivi du substantif ἐκφυλλοφορία, met l’accent sur l’aspect matériel, c’est-à-dire, en écho avec le texte d’Eschine, sur la substitution des suffrages considérés comme habituels, les ψῆφοι, par des feuilles78. À l’exception du texte de Pollux de Naucratis, fidèle au contenu du Contre Timarque, chez Harpocration, Photius, dans la Souda ou l’Etymologicum Magnum, il est précisé que les feuilles étaient marquées d’un signe distinctif, ce qui introduit une comparaison explicite avec l’ostracisme. L’adjectif παλιναίρετος79 fournit de façon inattendue un commentaire peu clair sur le discours que Dinarque écrivit contre Polyeucte80, qui aurait été, selon les lexicographes, poursuivi pour sycophantie et qui laisse supposer que la fonction de bouleute pouvait être recouvrée, le conseiller étant dans ce cas « élu à nouveau ». Il se peut qu’il y ait aussi dans ces commentaires une référence implicite au texte d’Eschine, dans lequel le second vote permit, par une sorte de réélection, le maintien de Timarque au sein du Conseil, après que son expulsion eut été prononcée dans un premier temps par le vote à la feuille81. Selon Pollux, cette procédure était utilisée au Conseil, mais aussi par les juges des dèmes qui devaient y inscrire le nom de celui qu’ils souhaitaient condamner82. Dans l’Etymologicum Magnum83, elle aurait été mise en place à la suite de la fraude d’un certain Xènotimos, « préposé aux fèves », dont on sait qu’elles furent utilisées non pour le vote mais pour le tirage au sort, donnant lieu à l’expression lexicalisée κυάμῳ λαχεῖν (tirer au sort, littéralement « tirer à la fève ») dont le sens fonctionnel s’est imposé au détriment du sens étymologique84.

41Attestée une seule fois par les sources classiques et sujette à caution dans les témoignages plus tardifs, cette procédure est mal connue, tant du point de vue institutionnel que du point de vue pratique. Tout au plus pouvons-nous supposer que l’inscription du nom de la personne à évincer du Conseil se faisait par une incision à l’aide d’un bout de bois acéré ou avec les ongles. La finalité de ce vote étant de se prononcer pour ou contre la déchéance de la fonction de bouleute de Timarque, on peut supposer que les votants disposèrent de deux récipients qui recueillaient l’un, les votes favorables, l’autre les votes défavorables. Nous ne pouvons pas déduire de l’existence de cet unicum que cette procédure fut mise en œuvre seulement de façon exceptionnelle. Nous ne pouvons pas en déduire davantage qu’il s’agit d’un expédient, puisque les bouleutes, d’après Eschine, avaient aussi à leur disposition les suffrages habituels, les ψῆφοι. La fragilité de ces bulletins de vote végétaux, qui devait rendre le décompte délicat, pourrait expliquer la rareté ou l’abandon de la procédure.

  • 85 Diodore de Sicile, Bibliothèque historique XI, 87, 2 (trad. J. Haillet) : παρὰ δὲ τοῖς Συρακοσίοις (...)
  • 86 Diodore de Sicile, Bibliothèque historique XI, 87, 6.

42On connaît pour la Sicile une pratique voisine mise en place autour des années 454‑453, rapportée par Diodore de Sicile85. Pour se protéger des tentatives de coups d’État tyranniques provoquées par les guerres civiles qui agitaient l’île à la suite d’inscriptions non réglementées sur des listes de citoyens et de distributions de terre aléatoires, Syracuse mit en place la loi du pétalisme que l’historien apparente à la procédure d’ostracisme athénienne. Il s’agissait d’inscrire sur une feuille d’olivier (πέταλον) le nom de celui que l’on souhaitait bannir de la cité pour cinq ans et l’on décomptait ensuite le nombre de fois qu’un nom avait été inscrit. Selon Diodore, cette mesure préventive, semblable en de nombreux points à l’ostracisme athénien, consistait à affaiblir le pouvoir des hommes susceptibles de s’emparer du pouvoir afin de ne pas avoir à châtier ensuite celui qui n’aurait pu être arrêté sur le chemin du coup d’état. Cette pratique ne resta pourtant pas longtemps en vigueur parce qu’elle empêchait, écrit-il, les citoyens les plus capables de participer à la vie politique et favorisait les dissensions au sein du peuple, manipulé par les démagogues et les sycophantes86. Elle cessa en 406 lors de la prise de pouvoir par Denys l’Ancien.

  • 87 Le terme petalismos est commenté par Hésychius : πετταλισμός· ὁ διὰ φύλλων ὀστρακισμὸς γινόμενος.
  • 88 Sur le transfert à Syracuse de la pratique athénienne de l’ostracisme, voir Berger 1989, p. 303‑31 (...)

43La rareté des sources concernant l’usage de feuilles comme instrument de vote87 conduit à s’interroger sur son efficacité et sa longévité. Il posait certainement des problèmes concrets de manipulation, qu’il s’agisse à Syracuse d’inscription et de lecture, ou de décompte à Athènes comme en Sicile. La pratique syracusaine dura un peu moins de cinquante ans mais il convient de noter que Diodore impute son abandon à une faillite politique88 et non à des difficultés matérielles, ce qui n’étonne guère. Si les anciens Grecs se sont beaucoup interrogés sur leurs modes de gouvernement et leurs institutions, nous n’avons, à l’exception de la condamnation du vote « à la voix » spartiate, aucune trace de critique portée sur les outils de la démocratie.

Voter avec des fragments d’objets manufacturés

  • 89 Le mot ὄστρακον désigne la coquille d’œuf, le coquillage, le pot en terre cuite et, par métonymie, (...)
  • 90 Hérodote, VIII, 79, à propos de l’ostracisme d’Aristide.
  • 91 Thucydide, I, 135, à propos de l’ostracisme de Thémistocle et VIII, 73, à propos de celui d’Hyperb (...)
  • 92 Andocide, Sur la paix 3, 3 et Contre Alcibiade 3, 6 et 36, 6.
  • 93 Aristote, Constitution des Athéniens 22, 3.
  • 94 Androtion, frg. 5, l. 5 (cité par le grammairien Harpocration), à propos d’Hipparque, qui aurait é (...)
  • 95 Philochore, FGrHist 328 F 30, l. 4.
  • 96 Diodore de Sicile, XI, 55, 2, 87, 1 et 2 et Plutarque, Périclès XVI, 3.
  • 97 Pollux de Naucratis, Onomasticon VIII, 19 (éd. E. Bethe) : Κοινῇ μέντοι πᾶς ὁ δῆμος ὀστράκοις ἐψηφ (...)
  • 98 E.g. : Hésychius, Photius, Lexicana Segueriana, Souda, s.v. « ὀστρακισμός ». On trouve le terme me (...)
  • 99 Aristote, Constitution des Athéniens 43, 5 et frg. 436, 9 ; Plutarque, Alcibiade XIII, 7 et Nicias (...)

44Pour la mise en œuvre de la pratique de l’ostracisme, en vigueur à Athènes de 487 à 416, on n’utilisa pas des objets naturels comme à Syracuse, mais des fragments d’objets qui n’avaient plus d’utilité pratique. Cette procédure tire son nom du déchet de poterie brisée, l’ὄστρακον89, sur lequel on inscrivait le nom de la personne à bannir (fig. 1‑2). Les inscriptions ne fournissent aucun témoignage de cette pratique et les plus anciennes attestations littéraires se lisent sous la forme des verbes ὀστρακίζω ou ἐξοστρακίζω, chez Hérodote90, Thucydide91 et Andocide92. S’ils sont tous deux employés dans la littérature ultérieure à toutes les époques, le verbe composé, qui insiste sur le résultat du vote, l’expulsion, à travers le préverbe -ἐξ, est le plus fréquent. Notons que les rares témoignages textuels contemporains de la procédure, documentée par ailleurs par la découverte à Athènes de quelques milliers de tessons inscrits, sont des formes verbales, tandis que dans les commentaires et les descriptions qui apparaissent à partir de la fin du ive s., elle est désignée comme une notion abstraite à travers le nom ὀστρακισμός dans la Constitution des Athéniens93, chez Androtion94 puis dans un fragment de l’atthidographe Philochore95. Les historiens Diodore de Sicile et Plutarque utilisent peu ce substantif96, mais il est mentionné par Pollux de Naucratis au livre VIII de l’Onomasticon97 et constitue l’entrée, parfois couplée avec le nom ἐξοστρακισμός, des lemmes de la plupart des lexiques d’époque tardive98. Du terme ὀστρακοφορία, employé de nos jours pour établir un parallèle avec les pratiques de la ψηφοφορία et de la χειροτονία, les sources ne nous ont transmis que six occurrences, dont la plus ancienne se trouve dans la Constitution des Athéniens99.

Fig. 1 – Ostraka d’Hippocratès et de Kallixénos (Camp et Mauzy 2009, p. 80, fig. 77).

Fig. 1 – Ostraka d’Hippocratès et de Kallixénos (Camp et Mauzy 2009, p. 80, fig. 77).

Fig. 2 – Ostraka d’Hippocratès et de Kallixénos (Camp et Mauzy 2009, p. 82, fig. 78).

Fig. 2 – Ostraka d’Hippocratès et de Kallixénos (Camp et Mauzy 2009, p. 82, fig. 78).
  • 100 Outre les sources citées supra, on relève des allusions à l’ostracisme dans l’œuvre d’Aristophane  (...)
  • 101 Aristote, Constitution des Athéniens 22, 1 et Philochore, FGrHist 328 F 30, l. 4.

45L’ostracisme est l’une des rares institutions du ve s. bien documentée par les vestiges archéologiques et par des textes littéraires qui sont tous postérieurs à la pratique, qu’il convient donc de considérer avec une certaine prudence100. Une fois par an, au cours de l’assemblée principale de la sixième prytanie, on décidait, par un vote à main levée, de procéder ou non à un vote d’ostracisme101. Si le peuple se prononçait positivement, on organisait, avant la huitième prytanie, un vote par ostraka sur l’agora. Les sources montrent en effet qu’entre 487 et 416 il n’y eut jamais plus d’un ostracisme par an et que la période qui concentre le plus de cas – environ la moitié de ceux que nous connaissons – se situe entre 487 et 482, à un moment de l’histoire athénienne particulièrement agitée par les rivalités au sein de l’élite. L’ostracisme était encore en vigueur au moment de l’écriture de la Constitution des Athéniens mais l’absence de cas mentionné par les sources semble indiquer qu’il s’agissait d’une institution formelle à laquelle on n’avait plus recours.

  • 102 Plutarque, Vie d’Aristide VII, 5‑6 (ier-iie s. ap. J.‑C.) : Ἦν δὲ τοιοῦτον ὡς τύπῳ φράσαι τὸ γινόμ (...)
  • 103 Philochore, FGrHist 328 F 30 (iiie s. av. J.‑C.) : Ὀστρακισμοῦ τρόπος· Φιλόχορος ἐκτίθεται τὸν ὀστ (...)
  • 104 Agora report 2012 et Agora report 2013. Lippolis 2006, p. 44‑50 avait déjà interprété comme élémen (...)
  • 105 Ruzé 1997, p. 380.

46Selon Plutarque102 et l’atthidographe Philochore103 la procédure se déroulait en un lieu de l’agora entouré d’une barrière, le perischoinisma, que l’équipe des fouilles de l’agora d’Athènes a identifié tout récemment grâce à la découverte de 2011 à 2013 au nord-ouest de l’agora104, de nouveaux blocs quadrangulaires munis d’une cavité destinée à l’encastrement de poteaux en bois. Délimitant une zone quadrangulaire de 12 x 15 m, ils pourraient avoir servi à fixer les planches qui fermaient un enclos provisoire comportant, selon Philochore, une entrée par tribu. La datation proposée pour l’installation des blocs à encastrement se situerait entre 475 et 450 et d’après les fouilles, l’abandon de la zone pour cette destination aurait pu avoir lieu au plus tôt entre 430 et 420 av. J.‑C. Cette datation, qui ne recouvre pas exactement celle pour laquelle nous connaissons des cas d’ostracisme, conduit à supposer que l’aménagement de la zone aurait pu répondre à des besoins identifiés par les premières mises en œuvre de la procédure. Aussi séduisante soit-elle, et en dépit des études de topographie athénienne qui semblent étayer cette hypothèse, il n’est cependant pas certain que cette zone soit le perischoinisma décrit par les sources. Le nombre de socles à restituer, 9 sur les longs côtés, au nord et au sud et 8 sur les petits côtés, à l’ouest et à l’est (fig. 3-4) interdit en effet d’aménager les 10 entrées nécessaires pour l’accès réglementé des 10 tribus. Il n’est pas nécessaire d’envisager que toute la procédure ait dû se dérouler à l’intérieur de l’enclos mais il est également peu vraisemblable que cet espace de 180 m2 ait pu accueillir tous les magistrats qui présidaient aux opérations de vote mentionnées par Philochore, les archontes et le Conseil – même s’il s’agit peut-être plutôt des prytanes –, le matériel nécessaire à la collecte de milliers de tessons inscrits et un certain nombre de votants défilant dans l’enceinte. L’ensemble des citoyens, que l’on évalue au ve s. à environ 30 000105, pouvaient en effet être amenés à se prononcer dans le cas d’un ostracisme et l’on s’accorde désormais à considérer que le nombre de 6 000 suffrages mentionné par les textes correspond au quorum minimum requis pour assurer une validité au vote du peuple et non au nombre de suffrages portant le même nom.

Fig. 3 – Vestiges de blocs quadrangulaires au nord-ouest de l’Agora d’Athènes (cliché J.‑Ch. Moretti).

Fig. 3 – Vestiges de blocs quadrangulaires au nord-ouest de l’Agora d’Athènes (cliché J.‑Ch. Moretti).

Fig. 4 – Enceinte supposée du perischoinisma (plan des vestiges d’époques archaïque et classique dans les zones de l’Agora d’Athènes fouillées en 2013 in Agora report 2013, p. 5).

Fig. 4 – Enceinte supposée du perischoinisma (plan des vestiges d’époques archaïque et classique dans les zones de l’Agora d’Athènes fouillées en 2013 in Agora report 2013, p. 5).
  • 106 Voir Lang 1990, p. 7‑8 et Brenne 2001.
  • 107 On y lit le nom de Thémistocle, fils de Néoklès, du dème de Phréarrhios, proposé pour l’ostracisme (...)
  • 108 Voir Lang 1990 : « Appendix : North Slopes Ostraka », p. 142‑162 ; Broneer 1938, p. 161‑263.
  • 109 Forsdyke 2005, p. 146. Voir Lang 1990, p. 161, qui avance l’idée d’une fin commerciale.
  • 110 Plutarque, Vie d’Aristide VII, 7‑8.
  • 111 Brenne 1994, p. 17‑20.
  • 112 Forsdyke 2005, n. 15, p. 148.

47Si l’identification de l’espace dédié à cette procédure n’est pas encore complètement assurée, le matériel utilisé est en revanche très bien documenté. On a découvert à ce jour à Athènes quelque 11 000 ostraka inscrits parmi lesquels 1 145 proviennent de l’agora et de ses environs, 191 des pentes nord de l’Acropole et environ 1 000 du Céramique106. La dissémination de ces dépôts s’explique par le stockage après, et peut-être avant, le déroulement de la procédure. Les ostraka sont des fragments de tous types de poteries, de lampes à huile, de tuiles ou, pour les plus soignés, de pieds de coupes à vernis noir. Quelques-uns sont peints, la plupart gravés à l’aide d’une pointe de métal ; certains portent le nom du citoyen à bannir, parfois son patronyme et/ou son démotique, sans que l’on puisse toujours déterminer si la longueur de l’inscription correspond à l’état originel du suffrage ou à une cassure. Les noms portés sur de nombreux fragments découverts au Céramique sont agrémentés d’épithètes, de mentions de parenté ou encore de portraits. Les ostraka découverts sur les pentes de l’Acropole, aux environs d’un puits abandonné à la fin du ve s. av. J.‑C., portent tous le nom de Thémistocle, qui fut ostracisé en 471 et, pour une raison qui nous échappe, n’ont jamais été utilisés107. On a pu établir que ce corpus était constitué d’une quinzaine de séries correspondant à autant de mains108, ce qui invite à émettre l’hypothèse, dans ce cas particulier, d’une fabrication artisanale sur commande dans le cadre d’une campagne dirigée contre Thémistocle109. Cette découverte pose par ailleurs la question du degré d’alphabétisation des citoyens et conduit à s’interroger sur la validité des votes et sur la possible manipulation des citoyens illettrés, illustrée par l’anecdote rapportée par Plutarque110, dans laquelle Aristide, interpellé par un concitoyen analphabète, est conduit à inscrire à sa demande son propre nom sur l’ostrakon, justifiant par là même l’épithète de « Juste » qui lui est attribuée. À l’exception des fragments découverts sur les pentes nord de l’Acropole, la variété des supports, du contenu et des types d’écriture laisse supposer malgré tout que les ostraka étaient inscrits individuellement111 et que les citoyens illettrés pouvaient recourir aux services d’un scribe112.

  • 113 Ibid., p. 285.
  • 114 Ibid., p. 285‑288, avec références bibliographiques et Κριτζας 1987.

48Nous avons évoqué plus haut le pétalisme en vigueur à Syracuse au ve s. D’autres régions du monde grec ont connu des pratiques similaires qui, selon S. Forsdyke, ne sont pas à interpréter nécessairement comme une diffusion de l’institution athénienne113. En Chersonèse, furent découverts quarante-cinq ostraka datés de 528‑527 av. J.‑C. Plus anciens que leurs homologues athéniens, dont ils se rapprochent par le matériel utilisé et par la présence du nom suivi du patronyme de la personne proposée pour l’ostracisme, ils seraient l’héritage d’une pratique en vigueur dans les métropoles de la colonie, Mégare et Milet. On a également mis au jour 12 ostraka dans la cité de Cyrène, datés du ve s. et enfin, deux exemplaires isolés, l’un à Argos, daté de la seconde moitié du ve s., l’autre à Mégare, du premier quart du ive s., période où cette institution, toujours en vigueur, n’était plus mise en œuvre à Athènes114.

Voter avec des tablettes de cire

  • 115 Aristote, Politique II, 1268a, à propos de la constitution d’Hippodamos de Milet.
  • 116 Aristophane, Guêpes 106‑107 et 166‑167.

49Nous avons vu précédemment, à propos de l’élection des gérontes à Sparte, que les hommes préposés à l’enregistrement des voix utilisaient des tablettes de cire, des γραμματεῖα, pour transcrire le degré d’intensité sonore correspondant au passage de chaque candidat. Nous ne savons pas quels signes ils utilisaient pour la transcription. Cet usage des tablettes de cire évoque celui qu’on en faisait au ve s. dans les tribunaux d’Athènes et de Milet. D’après Aristote115 et Aristophane116, elles servaient à consigner un avis personnel, selon des critères nettement définis, et non, comme à Sparte, à transcrire un avis extérieur exprimé par la voix.

  • 117 Aristophane, Guêpes 166‑167.
  • 118 Aristophane, Guêpes 106‑107 (trad. H. Van Daele) : Ὑπὸ δυσκολίας δ᾿ ἅπασι τιμῶν τὴν μακρὰν / ὥσπερ (...)
  • 119 Aristote, Politique II, 1268a (trad. J. Aubonnet).

50Deux passages des Guêpes, ainsi que les commentaires du scholiaste, mentionnent cette pratique, en vigueur autour de 420 : sur le πινάκιον τιμητικόν117 (littéralement la tablette destinée à fixer la peine), les jurés traçaient une ligne longue (μακρά sc. γραμμή)118 s’ils étaient favorables à la peine proposée par l’accusateur, une ligne courte s’ils étaient favorables à la peine proposée par le coupable. Selon Aristote119, Hippodamos de Milet avait imaginé une constitution dans laquelle la consignation du verdict des jurés se faisait de façon plus nuancée qu’à Athènes :

Τὰς δὲ κρίσεις ἐν τοῖς δικαστηρίοις οὐ διὰ ψηφοφορίας ᾤετο γίγνεσθαι δεῖν, ἀλλὰ φέρειν ἕκαστον πινάκιον, ἐν ᾧ γράφειν, εἰ καταδικάζοι ἁπλῶς, τὴν δίκην, εἰ δʹἀπολύοι ἁπλῶς, κενόν, εἰ δὲ τὸ μὲν τὸ δὲ μή, τοῦτο διορίζειν. Νῦν γὰρ οὐκ ᾤετο νενομοθετῆσθαι καλῶς· ἀναγκάζειν γὰρ ἐπιορκεῖν ἢ ταῦτα ἢ ταῦτα δικάζοντας.

Quant aux sentences des tribunaux, à son avis, elles ne devaient pas être rendues par le dépôt d’un caillou dans l’urne mais chaque juge devait apporter une tablette sur laquelle il écrirait la sentence, en cas de simple condamnation ; on ne mettrait rien, en cas de simple acquittement ; ou encore il préciserait qu’il absout sur tel chef et condamne sur le reste. Il estimait mauvaise la législation actuelle sur ce sujet, car elle contraint les juges à se parjurer en se prononçant dans un sens ou dans l’autre.

51À travers cette extrapolation sur la pratique du vote par psèphoi en vigueur dans la seconde moitié du ive s. et non au ve s. à Athènes, et qu’Hippodamos ne pouvait donc pas connaître, Aristote condamne une procédure qui interdisait aux jurés de respecter le serment qu’ils avaient fait de prononcer une sentence juste, parce qu’ils ne pouvaient moduler leur verdict. Alors qu’à Athènes il s’agissait de faire le décompte des lignes longues et des lignes courtes, et sans doute de l’absence de ligne en cas d’abstention, le dispositif imaginé par Hippodamos – et par Aristote – supposait une expression non formalisée des suffrages rendant ainsi leur dépouillement plus long et plus compliqué.

 

52Si les sources mentionnent les réceptacles qui recueillaient les ψῆφοι utilisés au ve s., elles sont peu bavardes sur cet élément de l’équipement du vote lorsque les suffrages étaient des feuilles, des ostraka ou encore des tablettes. Ces pratiques, marginales ou liées à une étape d’un processus institutionnel non encore abouti, font apparaître un écart entre la continuité d’usage des types de récipients et la diversité des types de suffrages. Les réceptacles, variables dans leur forme et leur désignation, appartiennent au même type d’instrumentum domestique, destiné au transport et au stockage de liquides. Pourvus d’anses, d’un large col et d’une assise plate, les kadoi, kadiskoi ou les amphores sont détournés de leur fonction première parce qu’ils permettent une introduction et une évacuation aisée des suffrages. Ceux-ci, qu’ils soient issus du monde végétal ou minéral ou qu’ils soient des débris d’objets témoignent d’un tâtonnement dans la recherche d’instruments signifiants appropriés aux diverses procédures.

Voter avec des psèphoi dèmosiai

53Les voies explorées attestées par la diversité des suffrages utilisés au fil du ve s. et, conjointement, l’évolution des institutions conduisant au ive s. à ce que certains nomment la démocratie radicale ou extrême, ont fait émerger la nécessité de disposer d’outils de vote standardisés et utilisables dans des procédures aux finalités variables. La technicisation des instruments du vote et leur production en série, déjà perceptible dans la préparation des groupes d’ostraka écrits de la même main, trouve son aboutissement dans la fabrication massive de suffrages publics, les psèphoi dèmosiai, devenus, au même titre que les machines à tirer au sort, les klèrôtèria, des outils emblématiques de la démocratie.

54Descendants des premiers exemplaires issus du monde naturel utilisés au ve s., ces suffrages ont gardé le nom de « cailloux ». La légende que porte un certain nombre d’entre eux indique ψῆφος δημοσία (psèphos dèmosia), que l’on peut traduire de plusieurs façons : « jeton public » ou encore « suffrage public » (fig. 5). S’il ne s’agit pas d’objets personnels, contrairement aux pinakia, les plaquettes d’identité des citoyens utilisées pour le tirage au sort, qui étaient aussi propriété de l’état, les psèphoi dèmosiai furent conçus pour traduire des opinions et des décisions individuelles.

Fig. 5 – Psèphoi : à gauche, avec une tige pleine ; à droite avec une creuse et la légende ΨΗΦΟΣ ΔΗΜΟΣΙΑ (Camp et Mauzy 2009, p. 21, fig. 12).

Fig. 5 – Psèphoi : à gauche, avec une tige pleine ; à droite avec une creuse et la légende ΨΗΦΟΣ ΔΗΜΟΣΙΑ (Camp et Mauzy 2009, p. 21, fig. 12).
  • 120 Eschine, Contre Timarque 79 (trad. G. de Budé et V. Martin, modifiée).

55La première attestation textuelle de ces objets est fournie par un passage du Contre Timarque daté de 345 av. J.‑C. dans lequel Eschine essaie de convaincre le tribunal de la culpabilité de son ennemi120 :

Εἰ (…) ὁ δὲ κῆρυξ οὑτοσὶ ὁ νυνὶ παρεστηκὼς ἐμοὶ ἐπηρώτα ὑμᾶς τὸ ἐκ τοῦ νόμου κήρυγμα· « τῶν ψήφων ἡ τετρυπημένη, ὅτῳ δοκεῖ πεπορνεῦσθαι Τίμαρχος, ἡ δὲ πλήρης, ὅτῳ μή, » τί ἂν ἐψηφίσασθε ; ἀκριβῶς οἶδ’ ὅτι κατέγνωτ’ ἂν αὐτοῦ.

si (…) ce héraut, qui se tient en ce moment près de moi, vous demandait, d’après la formule dictée par la loi « le suffrage percé pour qui pense que Timarque s’est prostitué, le plein, pour celui qui ne le pense pas », que voteriez-vous ? Je suis absolument certain que vous le condamneriez.

56Ce passage atteste l’existence, dans la seconde moitié du ive s., de suffrages percés et pleins, réalités impossibles à saisir sans l’apport de l’archéologie, qui fournit une abondante illustration. Ces jetons de vote ont la forme d’un disque d’environ 6 cm de diamètre associé en son centre à une tige creuse ou pleine d’une longueur variable mais toujours inférieure à 4 cm. On a retrouvé en divers endroits du monde grec, à Élis et à Olympie, à Dodone, à Patras, ou encore à Olbia du Pont, des suffrages de ce type. Bien qu’il ne s’agisse pas du corpus le plus abondant, celui d’Athènes est le mieux connu.

  • 121 Voir Lang 1995, « Ballots », p. 82‑90, dont nous reprenons les éléments de synthèse sur le corpus (...)
  • 122 Boegehold 1976.

57Les fouilles de l’agora d’Athènes ont livré 54 jetons de vote121 et on en a retrouvé une dizaine au Pirée, à Mounichie, dans un puits près de Zéa122. Le corpus de l’agora est constitué de 19 éléments, découverts dans la zone de la Tholos et du bouleutèrion, de 9 éléments provenant d’un dépôt au nord-est de l’agora d’Athènes (fig. 6-7) et d’une vingtaine d’exemplaires dispersés en divers endroits de l’agora. Par les contextes de découverte, ils sont datés de la seconde moitié du ive s. ou du iiie s., voire éventuellement du iie s. Leurs caractéristiques non homogènes ont conduit à définir quatre catégories en fonction du diamètre du disque et de la longueur de l’axe qui le traverse. Les différences portent sur la matière, les dimensions et l’absence ou la présence d’une légende, ces variantes pouvant se combiner entre elles. La plupart des suffrages sont en bronze mais quelques-uns, les plus petits, sont en plomb. Le diamètre du disque varie de 5,5 à 6,5 cm et la longueur de la tige qui le traverse est comprise entre 2,4 et 3,8 cm, pouvant présenter par ailleurs des diamètres variables. Les exemplaires découverts au nord-est de l’agora portent soit la légende ψῆφος δημοσία, assortie au revers d’une lettre frappée dans un carré incus, soit simplement une lettre gravée. Ceux qui proviennent de la zone de la Tholos et du Bouleutèrion ne portent pas d’inscription. La mise en relation de ces différentes caractéristiques conduit à penser que les suffrages de plus grand diamètre seraient les plus anciens, la réduction progressive de leur dimension correspondant à un souci d’économie, illustré par la substitution du bronze par le plomb, utilisé pour des exemplaires de même taille et plus récents.

Fig. 6 – Lieux de découverte des psèphoi : région de la Tholos, au sud-ouest, et région des édifices A à D, au nord-est (Boegehold, Camp, Crosby et Lang 1995, fig. 2).

Fig. 6 – Lieux de découverte des psèphoi : région de la Tholos, au sud-ouest, et région des édifices A à D, au nord-est (Boegehold, Camp, Crosby et Lang 1995, fig. 2).

Fig. 7 – Boîte à psèphoi (parties de canalisations en terre cuite remployées), découverte à l’angle nord-ouest de l’Agora, sous la Stoa d’Attale), ive s. av. J.‑C. (Camp et Mauzy 2009, p. 21, fig. 11).

Fig. 7 – Boîte à psèphoi (parties de canalisations en terre cuite remployées), découverte à l’angle nord-ouest de l’Agora, sous la Stoa d’Attale), ive s. av. J.‑C. (Camp et Mauzy 2009, p. 21, fig. 11).
  • 123 Townsend 1995 et Boegehold et al. 1995. L’identification des édifices A à E, construits entre 400 (...)
  • 124 Kroll 1972, p. 51‑68.
  • 125 Aristote, Constitution des Athéniens 63‑69.
  • 126 Kroll 1972. Les lettres frappées ou gravées sur les pinakia correspondent à des lettres de section (...)
  • 127 Young 1939 ; Boegehold et al. 1995, p. 77‑78. La clepsydre est datée du début du ive s.

58Les lieux de découverte des principaux lots conduisent à émettre l’hypothèse que les suffrages sans légende, provenant de la zone de la Tholos et du Bouleutèrion, auraient été utilisés pour les votes au sein du Conseil et que ceux qui portent la légende ψῆφος δημοσία ou une lettre, issus des fouilles conduites au nord-est de l’agora, auraient connu un usage judiciaire. Si cette hypothèse paraît vraisemblable, elle doit néanmoins être considérée avec prudence, d’une part parce que l’identification comme cours de justice des vestiges antérieurs à la Stoa d’Attale ne paraît pas complètement assurée, en particulier pour la période correspondant à la datation des suffrages123, d’autre part, parce que l’interprétation de la présence de la légende et des lettres sur les disques présente quelques fragilités. L’inscription ψῆφος δημοσία aurait assuré l’authentification des suffrages utilisés au sein du tribunal. Ce procédé est par ailleurs connu pour les pinakia sur lesquels furent estampés des sceaux – chouette, tête de Gorgone, etc. – destinés à certifier l’émission par l’administration centrale des plaquettes et prévenir ainsi toute tentative d’usurpation de citoyenneté124. M. Lang avance l’idée qu’il n’était pas nécessaire de vérifier l’authenticité des suffrages stockés à l’intérieur du Bouleutèrion et utilisés pour les votes au sein du Conseil, tandis que ceux qui étaient distribués aux jurés au moment du vote devaient porter une marque permettant d’identifier rapidement tout objet non conforme, les jurys étant renouvelés chaque jour et les salles d’audience attribuées par tirage au sort au dernier moment. L’hypothèse est assez convaincante : on aurait affaire à l’un des maillons de cette chaîne procédurale complexe qui a connu son aboutissement dans le dernier tiers du ive s. pour garantir la légitimité de la sélection des jurys quotidiens et de l’attribution des salles d’audience par tirage au sort, telle que la décrit Aristote dans la Constitution des Athéniens dans le développement qu’il consacre aux tribunaux125. L’interprétation des lettres estampées ou gravées sur les disques, dont la fonction ne saurait être rapprochée de celles qui figurent les pinakia126, semble plus fragile. Ces lettres pourraient correspondre à l’une des tribus athéniennes, selon un numéro d’ordre connu par les inscriptions. Propriété de l’État, ces objets auraient pu aussi appartenir à une tribu particulière comme c’est le cas pour la clepsydre de la tribu Antiochis127, datant de la période où les tribunaux se réunissaient, semble-t-il, encore par tribus. Selon M. Lang, parmi les outils utilisés dans la procédure du tirage au sort des jurés, certains auraient appartenu aux tribus, dont les suffrages de la tribu des archontes qui s’étaient vu assigner la présidence d’un tribunal. Cette hypothèse implique l’existence d’au moins 501 suffrages pleins et 501 suffrages creux par tribu pour répondre à l’éventualité de la réunion du tribunal le plus nombreux constitué de 501 jurés et partant, le transport quotidien, ou le stockage dans l’enceinte des tribunaux, de 10 000 psèphoi. Il ne semble pas indispensable que l’on ait utilisé dans chaque salle d’audience des suffrages appartenant à la tribu de son président et l’usage de suffrages polyvalents, dont le nombre aurait pu se limiter à quelque 3 000 exemplaires, paraît plus raisonnable. Les informations fournies par les sources textuelles ne permettent pas de trancher en faveur de l’une ou l’autre des hypothèses.

59La datation des psèphoi permet de les mettre en rapport avec la description qu’en donne l’auteur de la Constitution des Athéniens dans le développement qu’il consacre aux tribunaux d’Athènes. Il y détaille, après le processus complexe de constitution des jurys, la procédure de vote au cours de laquelle les jurés se prononçaient, selon le même principe dans un premier temps sur la culpabilité de l’accusé, dans un second temps, sur la peine à lui infliger. Voici le texte :

68. 2. Ψῆφοι δέ εἰσιν χαλκαῖ, αὐλίσκον ἔχουσαι ἐν τῷ μέσῳ, αἱ μὲν ἡμίσειαι τετρυπημέναι, αἱ δὲ ἡμίσειαι πλήρεις· οἱ δὲ λαχόντες ἐπὶ τὰς ψήφους, ἐπειδὰν εἰρημένοι ὦσιν οἱ λόγοι, παραδιδόασιν ἑκάστῳ τῶν δικαστῶν δύο ψήφους, τετρυπημένην καὶ πλήρη, φανερὰς ὁρᾶν τοῖς ἀντιδίκοις, ἵνα μήτε πλήρεις μήτε τετρυπημένας ἀμφοτέρας λαμβάνωσιν. (…) 3. Εἰσὶ δὲ ἀμφορεῖς δύο κείμενοι ἐν τῷ δικαστηρίῳ, ὁ μὲν χαλκοῦς, ὁ δὲ ξύλινος, διαιρετοὶ ὅπως μὴ λ̣άθῃ ὑποβάλλων τις ψήφους, εἰς οὓς ψηφίζονται οἱ δικασταί, ὁ μὲν χαλκοῦς κύριος, ὁ δὲ ξύλινος ἄκυρος, ἔχων ὁ χαλκοῦς ἐπίθημα διερρινημένον, ὥστ᾿ αὐτὴν μόνην χωρεῖν τὴν ψῆφον, ἵνα μὴ δύο ὁ αὐτὸς ἐμβάλλῃ. 4. (…) Ἔπειτα πάλιν ἀνακηρύττει· « ἡ τετρυπημένη τοῦ πρότερον λέγοντος, ἡ δὲ πλήρης τοῦ ὕστερον λέγοντος ». ̔Ο δὲ δικαστὴς λα[βὼν ἅμα] ἐκ τοῦ λυχνείου τὰς ψήφους, πιέζων τὸν [αὐλίσκον] τῆς ψήφου καὶ οὐ δεικνύων τοῖς ἀγωνιζομένοις οὔτε τὸ τετρυπημένον οὔτε τὸ πλῆρες, ἐμβάλλει τὴν μὲν κυρίαν εἰς τὸν χαλκοῦν ἀμφορέα, τὴν δὲ ἄκυρον εἰς τὸν ξύλινον.

69. 1. Πάντες δ᾿ ἐπειδὰν ὦσι διεψηφισμένοι, λαβόντες οἱ ὑπηρέται τὸν ἀμφορέα τὸν κύριον, ἐξερῶσι ἐπὶ ἄβακα τρυπήματα ἔχοντα ὅσαιπερ εἰσὶν αἱ ψῆφοι, καὶ ταῦτα ὅπως αἱ κύριαι προκεἰμεναι εὐαρίθμητοι ὦσιν, καὶ τὰ τρυπητὰ καὶ τὰ πλήρη. Οἱ δὲ ἐπὶ τὰς ψήφους εἰληχότες διαριθμοῦσιν αὐτὰς ἐπὶ τοῦ ἄβακος, χωρὶς μὲν τὰς πλήρεις, χωρὶς δὲ τὰς τετρυπημένας, καὶ ἀναγορεύει ὁ κήρυξ τὸν [ἀριθ]μὸν τῶν ψήφων, τοῦ μὲν διώκοντος τὰς τετρυπημένας, τοῦ δὲ φεύγοντος τὰς πλήρεις· ὁποτέρῳ δ᾿ ἂν πλείων γένηται, οὗτος νικᾷ, ἂν δὲ ἴσαι, ὁ φεύγων. 2. Ἔπειτα πάλιν τιμῶσι, ἂν δέῃ τιμῆσαι, τὸν αὐτὸν τρόπον ψηφιζόμενοι (…).

68. 1. (…) 2. Les jetons de vote sont en bronze avec un petit tube au milieu, la moitié percés, l’autre moitié pleins. Quand les discours sont terminés, les responsables tirés au sort pour les jetons de vote remettent à chacun des juges deux jetons, un percé et un plein, d’une manière visible pour les parties, afin qu’ils ne les prennent pas tous deux pleins ou percés. (…) 3. Il y a deux amphores dans le tribunal, l’une en bronze, l’autre en bois, démontables pour qu’on ne puisse déposer un jeton de vote subrepticement. C’est là que les juges votent : celle de bronze est valide, celle de bois sans valeur. Celle de bronze a un couvercle percé de sorte qu’un seul jeton de vote y passe, afin que le même juge n’en mette pas deux. 4. (…) Ensuite à nouveau il [le héraut] proclame : « Le jeton percé est pour le premier orateur, le plein pour le second ». Le juge prend ensemble sur le support les deux jetons de vote en tenant le tube du jeton sans montrer aux parties ni le percé ni le plein et il met le jeton valide dans l’amphore de bronze, le jeton sans valeur dans celle de bois.

  • 128 Trad. M. Sève.

69. 1. Quand tout le monde a voté, les serviteurs prennent l’amphore valide et la vident sur une planche qui a autant de trous qu’il y a de jetons de vote – cela, afin que les jetons valides soient faciles à compter, ainsi que les percés et les pleins. Les responsables tirés au sort pour les jetons de vote les comptent sur la planche, séparément les percés et les pleins. Le héraut annonce le nombre de jetons, les percés pour l’accusation, les pleins pour l’accusé. Celui qui en a le plus gagne ; en cas d’égalité, c’est l’accusé. 2. Ensuite à nouveau ils procèdent à l’estimation s’il y a lieu en votant de la même façon (…)128.

  • 129 Acte des Amphictions (milieu ive s. av. J.‑C.) : IG II2, n° 1641b, l. 25‑33 : voir Boegehold et al (...)

60Nous voyons dans ce passage que l’essor du régime démocratique, avec l’augmentation du nombre de procès, donc des opérations de vote, a nécessité une organisation complexe visant également à prévenir l’usage de faux jetons et les malversations. On a dans le même temps été conduit à la création d’un dispositif permettant de transcrire des opinions personnelles sur des individus au moyen d’outils signifiants polyvalents, contrairement à ce qui a pu se pratiquer auparavant avec les ostraka. C’est la forme, la matière ou l’usage de l’objet au cours de la procédure qui lui confère son contenu sémantique. Ainsi, le jeton à tige pleine représente toujours le premier orateur, c’est-à-dire l’accusateur, tandis que le jeton à tige creuse représente toujours le second orateur, c’est-à-dire l’accusé. L’amphore de bronze recueille les jetons favorables à l’accusé ou à l’accusateur, tandis que celle de bois recueille les jetons défavorables et se présente comme le « négatif » de la première, témoin permettant de vérifier qu’il n’y a pas eu de fraude lors du dépôt des suffrages. Les jurés assurent la confidentialité de leur vote en tenant chaque suffrage par le pouce et l’index de chaque main, de façon à rendre invisibles les extrémités creuses ou pleines, avant d’en déposer un dans chaque urne. Les urnes sont dites « démontables » mais il s’agit plus probablement d’un couvercle qui ne laissait passer qu’un seul suffrage et qu’on ôtait au moment du dépouillement. On décompte les suffrages de l’urne « valide », sur un abaque, terme qui désigne aussi la table pour compter. Il devait être percé de trous dans lesquels on insérait les tiges des jetons de vote, en regroupant les creux et les pleins, de telle façon qu’ils puissent être comptés rapidement. Cette étape de la procédure est par ailleurs attestée par deux actes des amphictions déliens, datés du milieu du ive s. av. J.‑C. mentionnant le décompte de suffrages pleins ou creux à l’issue de procès qui se sont tenus dans la Stoa Poikilè et dans le tribunal du Parabyston129.

61L’illustration suivante, qui reproduit un exemple de vote pour un tribunal de 201 jurés permet de clarifier les étapes de la procédure, assez complexe.

Fig. 8 – Schéma du vote au tribunal, d’après la Constitution des Athéniens, 68 (N. Bresch et L. Lopez-Rabatel).

Fig. 8 – Schéma du vote au tribunal, d’après la Constitution des Athéniens, 68 (N. Bresch et L. Lopez-Rabatel).

1. Si, parmi les 201 jurés du tribunal, 50 pensent que l’accusé n’est pas coupable, cela signifie qu’ils lui sont favorables. Ils déposent dans ce cas 50 jetons pleins dans l’amphore de bronze ; les 151 autres jurés sont, de fait, favorables à l’accusateur et ils déposent quant à eux leurs 151 jetons creux dans l’amphore de bronze.
2. Dans ce cas, les 50 premiers jurés, qui sont favorables à l’accusé, sont défavorables à l’accusateur : ils déposent leur jeton creux dans l’amphore de bois. Les 151 autres jurés sont défavorables à l’accusé : ils déposent leur jeton plein dans l’amphore de bois.
• On a ainsi dans l’amphore de bronze – la seule dont seront décomptés les suffrages – 50 jetons pleins favorables à l’accusé et 151 jetons creux favorables à l’accusateur.
• L’accusateur l’emporte et l’accusé est donc déclaré coupable.

 

  • 130 Pour les inscriptions relatives à l’octroi de la citoyenneté, voir Osborne 1981‑1983.
  • 131 Voir dans cet ouvrage J.‑Ch. Moretti, p. 128 et 138.
  • 132 Démosthène, Contre Nééra 89‑90 : τοὺς δὲ πρυτάνεις κελεύει τιθέναι τοὺς καδίσκους ὁ νόμος καὶ τὴν (...)
  • 133 À rapprocher, bien qu’il ne s’agisse pas d’opérations de vote, de l’inscription d’Iasos relative à (...)

62Nous ne savons pas comment se déroulait le vote au sein du Conseil lorsqu’on utilisait les psèphoi dèmosiai. Un passage du Contre Nééra de Démosthène livre quelques informations sur le vote par jeton à l’Assemblée, lorsque le peuple était consulté sur un cas d’octroi de la citoyenneté130. Ce vote devait ratifier une décision prise lors d’une précédente séance par un vote à main levée. À Athènes, la procédure se déroulait à l’entrée de l’enceinte de la Pnyx131 où les prytanes distribuaient aux 6 000 citoyens amenés à se prononcer un seul suffrage132, contrairement à ce qui se pratiquait dans les tribunaux. On peut en déduire que les outils et la procédure du vote à l’Ecclésia n’étaient pas aussi sophistiqués mais que néanmoins la confidentialité du vote (κρύβδην) était assurée au moment du dépôt du suffrage, peut-être au moyen d’un dispositif semblable au kèmos en usage dans les tribunaux au ive siècle133.

 

  • 134 Baitinger et Eder 2001.

63Le corpus des psèphoi d’Athènes est le mieux connu, mais il n’est pas le plus fourni. Olympie et la cité d’Élis, dans le Péloponnèse, ont livré plus de 500 exemplaires de ces objets dont l’étude reste en partie à faire134. Ces jetons, dont le diamètre est en moyenne de 3 cm environ, sont plus petits que les exemplaires athéniens, et ils sont plats. Le rapprochement avec les psèphoi d’Athènes s’est fondé sur la présence ou l’absence de trous, rappel de la tige creuse ou pleine, ainsi que sur la présence d’inscriptions. Les exemplaires d’Élis portent une abréviation qui désigne le peuple des Éléens (FA pour Fαλείων) – fig. 9 – et au revers les lettres ΔΑ pour damosia (public) ; sur ceux d’Olympie on a gravé les lettres ΔΙ (fig. 10) pour Διός (de Zeus) à côté d’un foudre. La plupart des jetons d’Olympie ont été découverts dans la zone du bouleutèrion, et quelques-uns vers le Prytanée, dans des couches datées de la fin du iie s. et du ier s. ; ceux d’Élis proviennent du koilon du théâtre, construit à la fin du ive s., et leur répartition dans l’ensemble de l’édifice laisse penser qu’ils sont contemporains de la période de fonctionnement du théâtre. Quelques-uns, d’époque hellénistique, proviennent de la zone du portique sud de l’agora.

Fig. 9 – Jetons de vote de la cité d’Élis, avec la légende – FA pour Fαλείων = les Éléens (Andreou, Psychogiou-Andreou 2012, p. 59, fig. 1).

Fig. 9 – Jetons de vote de la cité d’Élis, avec la légende – FA pour Fαλείων = les Éléens (Andreou, Psychogiou-Andreou 2012, p. 59, fig. 1).

Fig. 10 – Jeton de vote d’Olympie, avec la légende ΔΙ pour Διος (Baitinger, Eder 2001, p. 228, O 38).

Fig. 10 – Jeton de vote d’Olympie, avec la légende ΔΙ pour Διος (Baitinger, Eder 2001, p. 228, O 38).
  • 135 IvO 52, l. 45‑46 (arbitrage de Milet dans le conflit entre Sparte et Messène à propos du territoir (...)
  • 136 Polybe, IV, 73, 7‑8.

64L’utilisation du théâtre d’Élis comme lieu de réunions politiques est attestée135. L’hypothèse qu’il ait pu servir de tribunal s’oppose à l’existence, mentionnée par Polybe136, de plusieurs cours de justice en divers endroits du territoire de la cité. La présence de la légende damosia invite cependant à y voir des outils utilisés, comme à Athènes, dans un tribunal plutôt qu’au Conseil.

  • 137 À Délos, la tenue de procès dans le sanctuaire est attestée par la mention d’un « misthos pour le (...)
  • 138 IG V, 1, n° 1390 ; Syll3, n° 736, l. 99‑103 ; Pausanias, IV, 33, 5 ; Sokolowski 1969, p. 120‑134 ; (...)
  • 139 Dans le décret de Samos sur les marchands du sanctuaire d’Héra (IG XII, 6, 1, n° 169) est mentionn (...)

65Nous ne savons pas davantage si les jetons provenant d’Olympie servirent à la boulè, que nous connaissons très mal, ou lors de procès qui se seraient tenus dans le sanctuaire, pratique attestée par exemple à Délos137, à Andania en Messénie138 ou à Samos139.

  • 140 Des psèphoi à tige creuse ou pleine portant le monogramme ΑΠΙΡ(ωτᾶν) ou ΑΠΕΙΡ(ωτᾶν) furent découve (...)
  • 141 Deux jetons de vote portant l’inscription ΙΕΡΑ ont été découverts à Olbia du Pont (Gorbunova 1971, (...)
  • 142 Voir Gauthier 1990b, notamment p. 435‑448.

66La découverte de jetons de vote dans le sanctuaire de Dodone140 et à Olbia du Pont141, les nombreuses attestations épigraphiques de la psèphophoria et de l’enregistrement des décomptes de suffrages en Asie mineure témoignent de la large diffusion de cette pratique de vote, servie par ces outils de la démocratie que furent les psèphoi dèmosiai142.

 

67Cet inventaire de l’équipement du vote dans le monde grec appelle, pour conclure, quelques remarques.

68Le vote « à la voix », le vote par rassemblement de personnes, ou encore le vote « à la feuille » apparaissent comme des pratiques ponctuelles et isolées, liées à des circonstances particulières et, dans la plupart des cas en dehors du contexte athénien. Elles sont toutes antérieures au ive s., à l’exception de l’ekphyllophoria, utilisée à la boulè athénienne, dont l’unique attestation conduit à s’interroger sur sa fréquence et, en raison de l’organisation d’un second scrutin à bulletin secret, sur la validité de cette première manière de voter. La mention du vote à main levée, dès le ve. s., chez les historiens Thucydide et Hérodote, puis chez les orateurs, indique qu’il s’agit d’une pratique ancienne, même si elle n’apparaît qu’au début du ive s. dans les inscriptions athéniennes. Les attestations épigraphiques de cette pratique, pour l’ensemble du monde grec, s’étendent de la fin du ive s. au début du ier s. av. J.‑C. Le vote à main levée fut surtout utilisé à Athènes à l’Assemblée, mais aussi au Conseil, pour des votes de décision politique et, dans une moindre mesure, pour l’attribution d’un certain nombre de charges électives, qui varia selon les époques au gré des changements institutionnels que connut la démocratie. Le vote à main levée, qui ne nécessitait pas d’équipement mobilier et qui, de ce fait, pouvait être improvisé, requérait en revanche un aménagement particulier de l’espace pour résoudre le problème de l’évaluation des résultats du vote. La spécificité d’Athènes, dont le dèmos se réunissait à la Pnyx, et non dans un ekklesiasterion, doit sans doute être imputée à son nombre important de citoyens.

69Parallèlement à l’usage du vote à main levée, qui ne cessa jamais, le vote avec jeton s’est complexifié, tant du point de vue de l’organisation des procédures que de la technicisation des outils, qui ont connu leur forme la plus aboutie au ive s., répondant ainsi aux exigences de confidentialité du vote pour les décisions touchant une personne, pour le verdict au tribunal ou pour la privation ou l’octroi de la citoyenneté à l’Assemblée. La fabrication par l’administration centrale de ces jetons pallia le problème qu’avait pu poser la préparation au ve s. des ostraka au sein d’une population composée d’analphabètes, permettant ainsi, selon l’idéologie démocratique, une égalité des chances de participation à l’exercice du gouvernement.

70Les modes de désignation des charges publiques aux époques classique et hellénistique étaient, pour celles qui requéraient des compétences particulières, le vote à main levée et, pour les autres, le tirage au sort, pratiqué au moyen de machines sophistiquées, les klèrôtèria. Cohabitaient ainsi deux procédures aux enjeux très différents. Par la première, l’opinion de chaque votant s’exprimait ouvertement et le résultat faisait l’objet d’une estimation et non d’un décompte précis ; pour la seconde, les klèrôtèria permettaient une sélection de plusieurs centaines de personnes dans un laps de temps le plus court possible et organisé selon des modalités très strictes visant à éviter toute fraude. C’est la nécessité de tirer au sort environ 200 jours par an plusieurs centaines de jurés qui est sans doute à l’origine de l’invention des klèrôtèria. Techniquement moins complexes, mais tout aussi ingénieux, les psèphoi, objets signifiants « polyvalents », sont également une réponse aux besoins liés aux procédures de vote au sein du tribunal. Le développement de tels outils démocratiques, même s’ils furent utilisés avec d’autres finalités, semble ainsi avoir servi tout particulièrement, dans le contexte de la démocratie du ive s. le fonctionnement du Tribunal du peuple, dont le pouvoir grandissant conduisit Aristote à considérer, bien que ce ne fût pas le cas sur le plan institutionnel, la fonction de juré comme une magistrature à part entière.

Bibliographie

Sources antiques

Anecdota Graeca, vol. I, I. Bekker, Berlin, 1814.

Aristophane, Comédies, Tome II, Les Guêpes, texte établi par V. Coulon et traduit par H. Van Daele, CUF, série grecque 28, Paris, 2013 (1er tirage 1925).

Aristophane, Comédies, Tome V, L’Assemblée des femmes, texte établi par V. Coulon et J. Irigoin, traduit par H. Van Daele, CUF, série grecque 55, Paris, 2018 (1er tirage 1983).

Aristote, Constitution d’Athènes : le régime politique des Athéniens, texte traduit par M. Sève, Le livre de poche. Classique 4688, Paris, 2006.

Aristote, Politique, Livres I et II, texte établi et traduit par J. Aubonnet, CUF, série grecque 147, Paris, 2018 (1er tirage 1960).

Aristote, Œuvres : Éthique, Politique, Rhétorique, Poétique, Métaphysique, texte traduit par R. Bodéüs, A. Francotte, P. Gauthier, M.P. Loicq-Berger, A. Motte, C. Rutten, P. Somville et A. Stevens, Bibliothèque de La Pléiade 601, Paris, 2014.

Démosthène, Plaidoyers civils, Tome IV, Discours LVII‑LIX, texte établi et traduit par L. Gernet, CUF, série grecque 146, Paris, 2002 (1er tirage 1960).

Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, Tome VI, Livre XI, texte établi et traduit J. Haillet, CUF, série grecque 408, Paris, 2002 (1er tirage 2001).

Eschine, Discours, Tome II, Contre Ctésiphon, texte établi et traduit par G. de Budé et V. Martin, CUF, série grecque 47, Paris, 2002 (1er tirage 1928).

Eschyle, Tragédies, Tome II, Agamemnon, Les Choéphores, Les Euménides, texte établi et traduit par P. Mazon, CUF, série grecque 33, Paris, 2009 (1er tirage 1925).

Hérodote, L’Enquête ; Thucydide, La Guerre du Péloponnèse, texte présenté, traduit et annoté par A. Barguet et D. Roussel, Bibliothèque de La Pléiade 176, Paris, 2007 (1er tirage 1964).

IvO = Die Inschriften von Olympia, W. Dittenberger, K. Purgold, Berlin, 1896.

Lysias, Discours, Tome I : I‑XV, texte établi et traduit par M. Bizos et L. Gernet, CUF, série grecque 21, Paris, 2003 (1er tirage 1924).

Philochore d’Athènes, in Die Fragmente der Griechischen Historiker Part I‑III (328), édités par F. Jacoby, Berlin, 1929 = FGrHist.

Plutarque, Vies parallèles, texte traduit par A.M. Ozanam, Quarto, Paris, 2001.

Pollux, Onomasticon, texte établi par E. Bethe, Stuttgart, 1967 (1re éd. 1900).

Xénophon, Helléniques, Tome I, Livres I‑III, texte établi et traduit par J. Hatzfeld, CUF, série grecque 79, Paris, 2018 (1er tirage 1936).

Études

Andreou E., Psychogiou-Andreou I. 2012, « Elis und Olympia », in W.D. Heimeyer, N. Kaltsas et H.J. Gerhke, Mythos Olympia : Kult und Spiele, Munich-Londres-New York, p. 53‑59.

Baitinger H., Eder B. 2001, « Hellenistische Stimmarken aus Elis und Olympia : Neue Forschungen zu den Beziehungen zwischen Hauptstadt und Heiligtum », JDAI 116, p. 163‑243.

Berger S. 1989, « Democracy in the Greek west and the Athenian example », Hermes 117/3, p. 303‑314.

Bishop J.D. 1970, « The cleroterium », JHS 90, p. 1‑14.

Boegehold A.L. 1963, « Toward a study of Athenian voting procedure », Hesperia 32, p. 366‑374.

Boegehold A.L. 1976, « Ten distinctive ballots : the law court in Zea », California Studies in classical antiquity 9, p. 7‑19.

Boegehold A.L., Camp J.McK., Crosby M., Lang M.L. 1995, The lawcourts at Athens : sites, buildings, equipment, procedure, and testimonia, The Athenian Agora XXVIII, Princeton.

Bonnefond-Coudry M. 1989, Le Sénat de la République romaine de la guerre d’Hannibal à Auguste : pratiques délibératives et prise de décision, BEFAR 273, Rome.

Brenne S. 1994, « Ostraka and the process of ostrakophoria », in W.D.E. Coulson et al., The archaeology of Athens and Attica under the democracy : proceedings of an international conference celebrating 2500 years since the birth of democracy in Greece, held at the American school of classical studies at Athens, December 4‑6, 1992, Oxford, p. 13‑24.

Brenne S. 2001, Ostrakismos und Prominenz in Athen, Attische Bürger des 5. Jhs. v. Chr. Auf den Ostraka, Tyche. Supplément 3, Vienne.

Broneer O. 1938, « Excavations on the north slope of the Acropolis, 1937 », Hesperia 7/2, p. 161‑263.

Caire E. 2012, « Le bruit des assemblées : Athènes, Sparte, Tarente », in M.T. Schettino, S. Pittia (dir.), Les sons du pouvoir dans les mondes anciens. Actes du colloque international de l’université de La Rochelle 2010, Besançon, p. 71‑95.

Camp J.McK. 2015, « Excavations in the Athenian Agora, 2008‑2012 », Hesperia 84/3, p. 467‑513.

Camp J.McK., Mauzy C.A. 2009, The Athenian Agora. New perspectives on an ancient site, Zaberns Bildbände zur Archäologie, Wiesbaden.

Carapanos C. 1878, Dodone et ses ruines, Paris.

Dareste R., Haussoulier B., Reinach T. 1965, Recueil des inscriptions juridiques grecques : texte, traduction, commentaire, Studia juridica 6, Rome.

Deshours N. 2006, Les mystères d’Andania : étude d’épigraphie et d’histoire religieuse, Scripta antiqua 16, Bordeaux, 2006.

Dow S. 1937, Prytaneis : a study of the inscriptions honoring the Athenian councillors, Hesperia. Supplément I, Athènes.

Dubois L. 1986, Recherches sur le dialecte arcadien, Bibliothèque des cahiers de l’Institut de linguistique de Louvain 33, Louvain-La-Neuve.

Fernoux H.‑L. 2011, Le Demos et la cité : communautés et assemblées populaires en Asie Mineure à l’époque impériale, Histoire, Rennes.

Feyel C. 2009, ΔΟΚΙΜΑΣΙΑ, La place et le rôle de l’examen préliminaire dans les institutions des cités grecques, Études anciennes 36, Paris.

Forsdyke S. 2005, Exile, ostracism, and democracy : the politics of expulsion in ancient Greece, Princeton.

Gauthier P. 1986, « L’octroi du droit de cité à Athènes », REG 99/470, p. 119‑133 (repris dans Gauthier 2011, chap. III).

Gauthier P. 1990a, « Quorum et participation civique dans les démocraties grecques », Cahiers du centre Glotz 1, p. 73‑99 (repris dans Gauthier 2011, chap. XVII).

Gauthier P. 1990b, « L’inscription d’Iasos relative à l’ekklesiastikon (I. Iasos 20) », BCH 114/1 p. 417‑443 (repris dans Gauthier 2011, chap. XVIII).

Gauthier P. 1993, « Sur l’institution du misthos de l’assemblée à Athènes (Ath. Pol. 41, 3) », in Piérart (éd.) 1993, p. 231‑250 (repris et complété par un addendum dans Gauthier 2011, chap. XIX).

Gauthier P. 2000, « “Juges des mains” dans les cités hellénistiques », in P. Flensted-Jensen, T.H. Nielsen et L. Rubinstein, Polis & politics : studies in ancient Greek history, presented to Mogens Herman Hansen on his sixtieth birthday, August 20, 2000, Copenhague, p. 421‑429.

Gauthier P. 2001, « Les assemblées électorales et le calendrier de Samos à l’époque hellénistique », Chiron 31, p. 211‑227.

Gauthier P. 2011, Études d’histoire et d’institutions grecques : choix d’écrits (édité et indexé par D. Rousset), Hautes études du monde gréco-romain 47, Genève.

Glotz G. 1968, La cité grecque, Paris (1re éd. 1928).

Gorbunova K.S. 1971, « Archaeological investigations on the northern shore of the Black Sea in the territory of the Soviet Union, 1965‑70 », AR 18, p. 48‑59.

Hansen M.H. 1977, « How did the Athenian Ecclesia vote ? », GRBS 18, p. 123‑137 (repris dans Hansen 1983a, p. 103‑117).

Hansen M.H. 1983a, The Athenian Ecclesia. A collection of articles 1976‑1983, Opuscula Graecolatina 26, Copenhague.

Hansen M.H. 1983b, « The procheirotonia in the Athenian Ecclesia », in Hansen 1883a, p. 131‑137.

Hansen M.H. 1987, The Athenian assembly in the age of Demosthenes, Oxford-New York.

Hansen M.H. 1989, The Athenian Ecclesia II. A collection of Articles 1983‑1989, Opuscula Graecolatina 31, Copenhague.

Hansen M.H. 2003, La démocratie athénienne à l’époque de Démosthène. Structure, principes et idéologie, Paris (1er tirage, 1993 ; trad. de The Athenian democracy in the age of Demosthenes : structures, principles and ideology, 1991).

Hellmann M.‑C. 1992, Recherches sur le vocabulaire de l’architecture grecque, d’après les inscriptions de Délos, BEFAR 278, Athènes.

Helly B. 1973, Gonnoi II. Les inscriptions, Amsterdam.

Husson G. 1983, Oikia. Le vocabulaire de la maison privée en Égypte d’après les papyrus grecs, Série papyrologie 2, Paris.

Κριτζας Χ. 1987, « Τὸ πρῶτο μεγαρικὸ ὄστρακον », ΗΟΡΟΣ 5, p. 59‑73.

Kroll J.H. 1967, « Dikasts’ pinakia from the Fauvel Collection », BCH 91, p. 379‑386.

Kroll J.H. 1972, Athenian bronze allotment plates, Loeb classical monographs, Cambridge.

Lang M. 1990, The Athenian Agora : results of excavations conducted by the American school of classical studies at Athens : Ostraka, The Athenian Agora XXV, Princeton.

Larsen J.A.O. 1949, « The origin and significance of the counting of votes », CPh 44/3, p. 164‑181.

Lévy E. 2003, Sparte : histoire politique et sociale jusqu’à la conquête romaine, Points. Histoire 329, Paris.

Lippolis E. 2006, « Lo spazio per votare e altre note di topografia sulle Agorai di Atene », ASAA 84/1, p. 37‑61.

Lopez-Rabatel L. 2011, Klèrôtèria. Le tirage au sort dans le monde grec : machines, institutions et usages, thèse de doctorat, université Lumière Lyon 2, 2 vol. (inédit).

Lopez-Rabatel L. 2019, « Mots et outils du tirage au sort en Grèce ancienne », in Lopez-Rabatel, Sintomer (dir.) 2019, p. 37‑80.

Lopez-Rabatel L., Sintomer Y. (dir.) 2019, Tirage au sort et démocratie. Histoire, instruments, théories, numéro hors-série de Participations, Paris.

Mathé V. 2009, « Un abaque à Delphes », BCH 133/1, p. 169‑178.

Mommsen T. 1894, Le Droit Public Romain VII, Manuel des antiquités romaines 7, Paris.

Nollé J. 1998, « Εὐτυχῶς τοῖς κυρίοις – feliciter dominis ! Akklamationsmünzen des griechischen Ostens unter Septimius Severus und städtische Mentalitäten », Chiron 28, p. 323‑351.

Ollier F. 1973, Le mirage spartiate : étude sur l’idéalisation de Sparte dans l’antiquité grecque de l’origine jusqu’aux cyniques et Étude sur l’idéalisation de Sparte dans l’antiquité grecque du début de l’école cynique jusqu’à la fin de la cité, New York.

Osborne M.J. 1981‑1983, Naturalization in Athens, vol. I‑IV, Bruxelles.

Piérart M. 1974, « À propos de l’élection des stratèges athéniens », BCH 98, p. 125‑146.

Piérart M. (éd.) 1993, Aristote et Athènes, Fribourg-Paris.

Piérart M. 2008, Platon et la cité grecque : théorie et réalité dans la constitution des « Lois » (2e éd. augmentée d’une postface), Anagôgê 3, Paris.

Reinach T., Dareste R., Haussoullier B. 1898, Recueil des inscriptions juridiques grecques : texte, traduction, commentaire, Paris.

Rhodes P.J. 1972, The Athenian Boule, Oxford.

Rhodes P.J. 1981a, « Notes on voting in Athens », GRBS 22, p. 125‑132.

Rhodes P.J. 1981b, A commentary on the Aristotelian « Athenaion Politeia », Oxford.

Robert L. 1960, Hellenica : recueil d’épigraphie de numismatique et d’antiquités grecques, vol. XI‑XII, Paris.

Robert L. 1989, Opera minora selecta : épigraphie et antiquités grecques, Tome VI, Amsterdam.

Roueché C., Chaisemartin N. 1993, Performers and partisans at Aphrodisias in the Roman and late Roman periods : a study based on inscriptions from the current excavations at Aphrodisias in Caria, Journal of Roman studies monographs 6, Londres.

Ruzé F. 1997, Délibération et pouvoir dans la cité grecque : de Nestor à Socrate, Histoire ancienne et médiévale 43, Paris.

Staveley E.S. 1972, Greek and Roman voting and elections, Londres.

Schärlig A. 2001, Compter avec des cailloux : le calcul élémentaire sur l’abaque chez les anciens Grecs, Lausanne.

Sève M. 1979, « Un décret de consolation à Cyzique », BCH 103/1, p. 327‑359.

Sokolowski F. 1969, Lois sacrées des cités grecques, Travaux et mémoires 18, Paris.

Svoronos Ι.Ν. 1911, « Ἠπειρωτῶν Ψῆφοι Δικαστικαὶ ἐκ Δωδώνης », JIAN 13, p. 121‑126 et pl. 3, n° 1‑10.

Thompson H.A., Wycherley R.E. 1972, The Agora of Athens : the history, shape and uses of ancient city center, The Athenian Agora XIV, Princeton.

Tigerstedt E.N. 1978, The legend of Sparta in classical antiquity, Suède.

Townsend R.F. 1995, The east side of the Agora : the remains beneath the Stoa of Attalos, The Athenian Agora XXVII, Princeton.

Wilhelm A. 1914, « Urkunden aus Messene », JÖAI 17, p. 1‑120.

Young S. 1939, « An Athenian clepsydra », Hesperia 8/3, p. 274‑284.

Ressources électroniques

Rapports des fouilles de l’agora d’Athènes :

http://agora.ascsa.net/id/agora/report/2012%20excavations?q=&t=report&v=list&sort=&s=4

http://agora.ascsa.net/id/agora/report/2013%20excavations?q=&t=report&v=list&sort=&s=3

Notes

1 Je remercie P. Hamon et J.‑Ch. Moretti pour leur relecture attentive et leurs conseils.

2 Iliade III, 314‑324 ; VII, 179‑192 ; XXIII, 352‑357 et 861‑862 ; XXIV, 400 ; Odyssée IX, 331 ; X, 205‑209.

3 Pour les scènes d’assemblée dans l’épopée voir Chr. Mauduit dans le présent ouvrage, n. 2 p. 73.

4 Plutarque, Vie de Lycurgue XXVI, 3 (trad. A.M. Ozanam). Plutarque est tributaire d’une longue tradition d’idéalisation de Sparte qui remontre au ve s. Le « mirage spartiate » (Ollier 1973 ; Tigerstedt 1978) a parfois biaisé, dès l’Antiquité, l’historicité des témoignages. Il en va peut-être ainsi de cette procédure de vote rapportée par Plutarque, confirmée par ailleurs par Aristote (Politique II, 1270b) et par Thucydide (I, 87). Sur les institutions spartiates, voir Ruzé 1997 (chapitre IX) ou encore Lévy 2003.

5 Le terme οἴκημα peut désigner aussi bien un édifice indépendant qu’une partie d’édifice : voir Husson 1983 ; Hellmann 1992.

6 Aristote, Politique II, 1270b (trad. R. Bodéüs) : οἱ μὲν οὖν βασιλεῖς διὰ τὴν αὑτῶν τιμὴν οὕτως ἔχουσιν, οἱ δὲ καλοὶ κἀγαθοὶ διὰ τὴν γερουσίαν (ἆθλον γὰρ ἡ ἀρχὴ αὕτη τῆς ἀρετῆς ἐστιν), ὁ δὲ δῆμος διὰ τὴν ἐφορείαν (καθίσταται γὰρ ἐξ ἁπάντων) – ἀλλ’αἱρετὴν ἔδει τὴν ἀρχὴν εἶναι ταύτην ἐξ ἁπάντων μέν, μὴ τὸν τρόπον δὲ τοῦτον ὃν (νῦν παιδαριώδης γάρ ἐστι λίαν), « C’est donc ainsi qu’en usent les rois à cause de l’honneur dont ils sont nantis, les gens les plus distingués à cause de la gérousie (car cette charge gouvernementale est le prix décerné à la vertu) et le peuple à cause de l’éphorie (car celle-ci se recrute dans l’ensemble des citoyens). Il fallait assurément que tout le monde pût être élu à cette charge, mais non pas de la manière qu’on l’est aujourd’hui, laquelle est, en effet, trop puérile. »

7 Les éphores ne sont pas mentionnés dans la grande rhêtra, ce qui remet en cause l’hypothèse de la création de la charge par Lycurgue. La dénomination courante de cette assemblée sous le terme apella, empruntée à Plutarque, n’est pas assurée, pas plus que le lieu des réunions, dont le peu que nous savons est qu’elles se tenaient à l’air libre, entre le pont sur l’Eurotas et le confluent de l’Oinous et de l’Eurotas. Voir Lévy 2003, p. 210‑211.

8 Ibid., p. 198.

9 Fernoux 2011, p. 134‑146, à la suite de Robert 1960, p. 571‑557 ; Robert 1989, p. 454‑455 ; Roueché et Chaisemartin 1993 ; Nollé 1998.

10 Istratonikeia, n° 15 (trad. Fernoux 2011, p. 127‑128).

11 On trouve dans d’autres décrets de même nature les verbes ἀναβοᾶν, ἐκβοᾶν ἐπιβοᾶν, ἐπιφονεῖν (voir Fernoux 2011, p. 136).

12 Fernoux 2011, p. 151‑152 ; Caire 2012, p. 71‑95.

13 IG V, 1, n° 1432. Voir Wilhelm 1914, p. 21‑24 ; pour la datation du document voir Fernoux 2011, p. 139, n. 4.

14 IG V, 1, n° 1432, l. 13‑14 : καὶ / ἐμφανιζόντων καὶ πλειόνων διότι καλῶς <ἔχει φροντίσαι> τοῦ ἀποδέξασθαι τὰς τ[ιμὰς Ἀ]ριστοκλῆ τὸν γραμματῆ τῶν / συνέδρων, « et alors que des (citoyens) assez nombreux déclaraient qu’il serait bon qu’Aristoklès, le secrétaire des synèdres, acceptât ces honneurs ».

15 C’est le terme employé dans un décret de consolation de Cyzique daté du ier s. ap. J.‑C. (Sève 1979, p. 339).

16 IG V, 1, n° 1432, l. 37‑40 : δὲ καὶ οἱ σύνεδροι, καὶ ἐμφανιζόν/των πάντων ὁμοθυμαδόν, ὅτι δεῖ δοθῆμεν Ἀριστοκλεῖ διὰ τὰ προγεγραμμένα πάντα τὰς κατα/ξίους τιμάς, οἱ πολῖται πάντες ἐπηνέχθησαν δοθῆμεν αὐτῶι τιμὰν ἀνδριάντα καὶ εἰκόνας γραπτὰς δύο, « Les synèdres firent de même ; et comme tous proclament d’un seul cœur qu’il faut accorder à Aristoclès, en raison de tous les services sus-mentionnés, les honneurs appropriés, tous les citoyens ont été amenés à lui accorder comme honneur une statue et deux portraits peints » (trad. Fernoux 2011, p. 140).

17 Fernoux 2011, p. 136‑146.

18 Thucydide, I, 87 (trad. A. Barguet et D. Roussel, très légèrement modifiée).

19 Glotz 1968, p. 93 appelle cela le vote par discession. Il applique à Sparte le terme de discessio qui caractérisait certaines modalités du vote au Sénat romain (voir Mommsen 1894, p. 182‑183 ; Bonnefond-Coudry 1989, p. 482‑487).

20 Aristophane, Assemblée des femmes 262‑265 (trad. H. Van Daele) : χαλεπὸν τὸ πρᾶγμ’· ὅμως δὲ χειροτονητέον ἐξωμισάσαις τὸν ἕτερον βραχίονα.

21 Xénophon, Helléniques I, 7, 7 (trad. J. Hatzfeld) : ἔδοξε δὲ ἀναβαλέσθαι εἰς ἑτέραν ἐκκλησίαν (τότε γὰρ ὀψὲ ἦν καὶ τὰς χεῖρας οὐκ ἂν καθεώρων), « mais on décida de remettre la suite à la prochaine séance (car il était tard et l’on n’aurait plus distingué les mains) ». L’Assemblée est en réalité reconduite à un moment où elle paraît favorable aux stratèges.

22 Eschine, Contre Ctésiphon 13 (trad. G. de Budé et V. Martin, modifiée) : ἀρχὰς (…) ἃς ὁ δῆμος εἴωθε χειροτονεῖν ἐν ἀρχαιρεσίαις, στρατηγοὺς καὶ ἱππάρχους καὶ τὰς μετὰ τούτων ἀρχάς, τὰ δ’ἄλλα πάντα πραγματείας προστεταγμένας κατὰ ψήφισμα, « et [les magistratures] que le peuple attribue par vote à main levée, suivant la coutume, dans les assemblées convoquées à cet effet, comme c’est le cas pour les généraux, les commandants de cavalerie et les charges de même nature ; toutes les autres fonctions sont des emplois, imposés par décret ».

23 Voir Aristote, Constitution des Athéniens 43, 6 ; Démosthène, Contre Timocrate 11 ; Eschine, Contre Timarque 23. Pour les aspects techniques, voir Hansen 1983a, p. 123‑130.

24 IG I3, n° 61, l. 5 ; Démosthène, Contre Évergos et Mnésiboulos 43.

25 Aristote, Constitution des Athéniens 62, 2.

26 Démosthène, Contre Timocrate 19, 20.

27 Voir e.g. Lysias, Contre Ératosthène 75 : le vote à main levée par lequel les Athéniens prirent parti pour Lysandre et les oligarques (ἐχειροτόνησαν) en 404 est annoncé plus haut dans le texte par le terme générique ἐψηφίσαντο.

28 Staveley 1972, p. 84‑85.

29 Boegehold 1963, p. 367‑368.

30 Hansen 2003, p. 179.

31 IG IX I2, 3, n° 718 (500‑450 av. J.-C), l. 45 f : ἐν ὐδρίαν ⁝ τὰν ψάφιξξιν εἶμεν.

32 Larsen 1949, p. 170 et 174.

33 Boegehold 1963, p. 372.

34 L’abaque le plus ancien serait celui du sanctuaire d’Aphaia à Égine, daté entre 510 et 500 av. J.‑C. Voir Schärlig 2001, p. 75‑76 et Mathé 2009, p. 176.

35 Dow 1937 ; Bishop 1970 ; Lopez-Rabatel 2011.

36 Voir Piérart 1974, p. 140‑143, qui s’appuie, entre autres, sur Platon, Lois 755c‑d et 763d‑e ; Piérart 2008, p. 236‑246.

37 Hansen 1987, p. 46‑47.

38 Aristote, Constitution des Athéniens 44, 3.

39 On situe la création du collège des proèdres entre 403 et 379 av. J.‑C.

40 Voir Moretti, p. 121‑144 dans ce même ouvrage, qui consacre une étude à la Pnyx comme lieu de vote.

41 Sur les gradins taillés à cet emplacement dans la Pnyx III, voir Moretti, p. 131.

42 Xénophon, Helléniques I, 7, 34 ; Aristophane, Ploutos 724‑725 ; Eschine, Contre Ctésiphon 3. Voir Hansen 1983, p. 113‑114 ; Hansen 2003, p. 246.

43 Gauthier 2000, p. 421‑429 a rassemblé et commenté le petit corpus dont il est question dans les lignes qui suivent.

44 Dubois 1986, p. 166‑168 ; voir Gauthier 2000, p. 422.

45 IG V, 1, n° 1331 ; voir Gauthier 2000, p. 422.

46 IG IX, 1, n° 109 = Syll3, n° 842 = Dareste, Haussoulier et Reinach 1965 ; Gauthier 2000, p. 423.

47 IMagnesia, n° 110 a et b ; Gauthier 2000, p. 423‑424.

48 IMylasa, n° 118, n° 132, Imylasa I, p. 269‑70, Append. n° 1 et IMylasa, n° 139 ; Gauthier 2000, p. 425‑429.

49 Contra Helly 1973, p. 70‑99, n° 68‑92.

50 Aristote, Constitution des Athéniens 43, 6 ; Hansen 1977, p. 127‑128.

51 Ἀποψηφίζεσθαι (exclure par le vote), διαψηφίζεσθαι, utilisé entre autres pour la décision concernant l’admission ou le rejet dans le corps des citoyens ou encore ἐπιψηφίζεσθαι (faire une proposition de loi que l’on soumet au vote).

52 Chr. Mauduit, p. 73‑92 de ce même ouvrage, qui consacre une étude au vote dans la tragédie grecque et qui propose une étude détaillée du lexique du vote et de ses accessoires.

53 Eschyle, Euménides 741‑743 (trad. Mazon 2009) : (Αθηνα) Νικᾷ δ’ Ὀρέστης, κἂν ἰσόψηφος κριθῇ. / Ἐκβάλλεθ’ ὡς τάχιστα τευχέων πάλους / ὅσοις δικαστῶν τοῦτ’ ἐπέσταλται τέλος, « Pour qu’Oreste soit vainqueur, il suffira que les voix se partagent. Faites vite tomber les suffrages des urnes, juges à qui est commis ce soin. » et Euménides 753 : (Απολλων) : Πεμπάζετ’ οῤθῶς ἐκβολὰς ψήφων, ξένοι, τὸ μὴ ἀδικεῖν σέβοντες ἐν διαιρέσει, « Comptez exactement les cailloux qui tombent, étrangers ; en les triant, veillez à éviter la fraude. »

54 Eschyle, Euménides 597, 630, 675, 680, 709, 735, 748, 751.

55 Voir supra n. 2, p. 26.

56 Hérodote, VIII, 123 (trad. A. Barguet et D. Roussel). L’épisode est également rapporté par Plutarque, Vie de Thémistocle XVII en des termes équivalents : ἐπεὶ γὰρ ἀναχωρήσαντες εἰς τὸν Ἰσθμὸν ἀπὸ τοῦ βωμοῦ τὴν ψῆφον ἔφερον οἱ στρατηγοί, πρῶτον μὲν ἕκαστος αὑτὸν ἀπέφαινεν ἀρετῇ, δεύτερον δὲ μεθ’αὑτὸν Θεμιστοκλέα.

57 Voir infra, p. 39‑44 (§ sur le vote avec des fragments d’objets manufacturés).

58 Hérodote, IX, 55 (trad. A. Barguet et D. Roussel).

59 La prise de position d’Amompharète est bien assimilée à un vote, comme un témoigne le passage de Plutarque, Vie d’Aristide XVII, 2‑3 qui relate la même anecdote : ὡς δὲ Παυσανίας ἐπελθὼν ἔλεγε ταῦτα πράττειν ἐψηφισμένα καὶ δεδογμένα τοῖς Ἕλλησιν, ἀράμενος ταῖν χεροῖν πέτρον μέγαν ὁ Ἀμομφάρετος καὶ καταβαλὼν πρὸ τῶν ποδῶν τοῦ Παυσανίου, ταύτην ἔφη ψῆφον αὐτὸς περὶ τῆς μάχης τίθεσθαι, τὰ δὲ τῶν ἄλλων δειλὰ βουλεύματα καὶ δόγματα χαίρειν ἐᾶν : « Pausanias vient le trouver et dit que ce qu’on exécutait avait été voté et arrêté par les Grecs, mais Amompharètos saisit des deux mains une grosse pierre et la jeta devant les pieds de Pausanias, en disant : “Voilà le vote que je porte, moi, en ce qui concerne la bataille. Quant aux lâches conseils et aux décrets des autres, je m’en moque !” » (trad. A.M. Ozanam).

60 Aristophane, Guêpes 332‑333 : ἢ δῆτα λίθον με ποίησον, ἐφ’ οὗ τὰς χοιρίνας ἀριθμοῦσι.

61 Aristote, Constitution des Athéniens 69, 1.

62 Lysias, Contre Agoratos 37 (trad. M. Bizos et L. Gernet) : Δύο δὲ τράπεζαι ἐν τῷ πρόσθεν τῶν τριάκοντα ἐκείσθην· τὴν δὲ ψῆφον οὐκ εἰς καδίσκους ἀλλὰ φανερὰν ἐπὶ τὰς τραπέζας ταύτας ἔδει τίθεσθαι, τὴν μὲν καθαιροῦσαν ἐπὶ τὴν ὑστέραν, ὥστε ἐκ τίνος τρόπου ἔμελλέ τις αὐτῶν σωθήσεσθαι : « Les Trente siégeaient sur les bancs où prennent place aujourd’hui les prytanes. Devant eux, deux tables : les jetons de vote devaient être déposés, non pas dans des urnes, mais sur ces tables, publiquement, – pour la condamnation, sur la seconde… Dès lors, quelle chance de salut pouvait-il rester à quelqu’un des accusés ? ».

63 Aristophane, Oiseaux 1032, 1053. La comédie des Oiseaux a été représentée aux Lénéennes de 414 et le Contre Agoratos a dû être composé peu après l’expulsion des Trente, soit vers 403 ou 402.

64 Aristophane, Guêpes (422 av. J.‑C.) 321, 853 et 854.

65 Le terme κάλπις aparaît uniquement dans les scholies (Aristophane, Guêpes 106a‑c et 321b‑c). Il s’agit par ailleurs du terme qu’emploie Lucien de Samosate (vers 125 ap. J.‑C.), Hermotime 40.

66 Xénophon, Helléniques I, 7‑9 ; scholie à Aristophane, Guêpes 991a-b, e ; Bekker 1814, Anecdota Graeca, I, 75, 25 (à propos du κημός).

67 Aristote, Constitution des Athéniens 68, 3 ; 68, 4 et 69, 1.

68 Aristophane, Guêpes 981‑991. Cet usage est également évoqué dans le Contre Agoratos de Lysias.

69 Aristophane, Guêpes 99, 754, 1139 ; Aristophane, Cavaliers 1145‑1150 ; Thesmophories 1031.

70 Scholie à Aristophane, Guêpes 99a-b ; Scholie à Aristophane, Cavaliers 1150 ; Bekker 1814, Anecdota Graeca, I, 75, 25.

71 Boegehold et al. 1995, p. 29.

72 Isée, La succession d’Hagnias 21 et Démosthène, Contre Macartatos 10. Il s’agit d’une affaire de succession complexe, qui fit l’objet d’au moins quatre procès. Le discours d’Isée fut écrit pour Théompompe, qui gagna probablement le troisième procès, tandis que le plaidoyer de Démosthène oppose Macartatos, le fils de Théopompe à Sosithéos, qui entend faire récupérer par Euboulidès, issu d’une autre branche de la famille, les biens prétendument usurpés par Théopompe.

73 Démosthène, Contre Euboulidès 13. Euxithéos a été exclu par l’assemblée de son dème, Halimonte, et se retrouve dans un procès en appel, face à Euboulidès, l’un des accusateurs représentants du dème.

74 Démosthène, Contre Nééra 89‑90.

75 Eschine, Contre Timarque 111‑112 (346 av. J.‑C.). Timarque est jugé par le tribunal du peuple après avoir été acquitté par ses pairs du Conseil : « (…) ἐὰν μὲν ἡ βουλὴ καταγνοῦσα τουτουὶ ἀδικεῖν καὶ ἐκφυλλοφορήσασα δικαστηρίῳ παραδῷ, δότε τὴν δωρεὰν αὐτοῖς, ἐὰν δὲ μὴ κολάσωσι, μὴ δῶτε, ἀλλ’ εἰς ἐκείνην αὐτοῖς τὴν ἡμέραν ἀπομνημονεύσατε. » 112. Μετὰ ταῦτα ὡς ἐπανῆλθεν ἡ βουλὴ εἰς τὸ βουλευτήριον, ἐξεφυλλοφόρησε μὲν αὐτόν, ἐν δὲ τῇ ψήφῳ κατεδέξατο. Ὅτι δ᾽ οὐ παρέδωκε δικαστηρίῳ, οὐδ᾽ ἐξήλασεν ἐκ τοῦ βουλευτηρίου, ἄχθομαι μὲν λέγων, ἀνάγκη δ᾽ ἐστὶν εἰπεῖν ὅτι τῆς δωρεᾶς οὐκ ἔτυχε. Μὴ τοίνυν φανῆτε, ὦ Ἀθηναῖοι, τῇ μὲν βουλῇ χαλεπήναντες καὶ πεντακοσίους ἄνδρας τῶν πολιτῶν ἀστεφανώτους ποιήσαντες, ὅτι τοῦτον οὐκ ἐτιμωρήσατο, αὐτοὶ δὲ ἀφῆτε, καὶ τὸν τῇ βουλῇ μὴ συνενεγκόντα ῥήτορα, τοῦτον τῷ δήμῳ περιποιήσητε. 111. « (…) “Si le Conseil condamne Timarque, prononce son exclusion et le livre aux tribunaux, accordez alors à ses membres la récompense usuelle ; si, au contraire, ils l’acquittent, gardez le souvenir de ce honteux verdict pour leur refuser cet honneur.” 112. Le Conseil étant revenu dans le bouleutèrion vota d’abord l’exclusion de Timarque, puis par un scrutin avec jetons, vota au contraire son maintien. Et le Conseil, – je ne rappelle pas la chose sans chagrin, mais il le faut, – fut privé de la récompense pour n’avoir pas exclu de son sein et livré cet homme aux tribunaux. Qu’on ne vous voie donc pas Athéniens, après que vous avez blâmé le Conseil et privé de la couronne cinq cents de vos concitoyens parce qu’ils n’avaient pas condamné Timarque, acquitter vous-mêmes cet homme et conserver à l’Assemblée du peuple un orateur dont le Conseil n’avait eu qu’à se plaindre. » (trad. G. de Budé et V. Martin, modifiée).

76 Rhodes 1972, p. 144‑147.

77 Denys d’Halicarnasse, Dinarque 10, 2 : « Contre Polyeucte, exclu par le Conseil, délation ».

78 Pollux, Onomasticon VIII, 18, 6 ; Harpocration, Lexicon in decem oratores Atticos, s.v. « ἐκφυλλοφορῆσαι » ; Photius, Bibliotheca, s.v. « ἐκφυλλοφορῆσαι (541) » et « ἐκφυλλοφορῆσαι καὶ ἐκφυλλοφορία (542) », Souda, s.v. « ἐκφυλλοφορεῖν », Etymologicum Magnum, s.v. « ἐκφυλλοφορῆσαι καὶ ἐκφυλλοφορίαι ». Les Lexica Segueriana, le Lexicon Symeonis, le Lexicon Vindobonense et le Lexicon Sabbaiticum reprennent sous les mêmes lemmes des textes similaires.

79 Harpocration, Lexicon in decem oratores Atticos, Photius, Bibliotheca, et Suda, s.v. « παλιναίρετος ». Comme souvent, le texte est presque identique dans ces trois lexiques.

80 Cf. supra, n. 77. Rhodes 1972, p. 144‑147.

81 Voir Rhodes 1972, p. 146‑147 sur les aspects juridiques de cette procédure. La scholie ancienne au § 111 du Contre Timarque d’Eschine (trad. G. de Budé et V. Martin, modifiée) indique que cette procédure était utilisée lors des docimasies, et plus précisément lors de la première : Διὰ φύλλων γὰρ οἱ βουλευταὶ ἐψηφίζοντο ἐν τῇ πρώτῃ δοκιμασίᾳ, ἐν δὲ τῇ δευτέρᾳ ψήφοις. (…) Ἄλλως. Οἱ βουλευταὶ φύλλοις ἐχρῶντο ἐν ταῖς δοκιμασίαις, « les bouleutes votaient avec des feuilles lors de la première docimasie, lors de la seconde avec des suffrages/cailloux. Ou alors : les bouleutes se servaient de feuilles lors des docimasies ». Feyel 2009 ne mentionne pas cet épisode isolé dans le chapitre consacré à la docimasie des conseillers, p. 160‑171.

82 Pollux, Onomasticon VIII, 18 (éd. E. Bethe) : Φύλλος δ᾿ ἐψηφίζοντο οἱ κατὰ δήμου δικάζοντες, οἷς ἐπέγραφον εἴ τι ὧ παρέγγραπτος ἐκρίνετο. Καὶ τὸ καταγνῶναι ἐκαλεῖτο ἐκφυλλοφορῆσαι, καὶ ὁ κατεγνωσμένος ἐκπεφυλλοφορημένος., « Les juges de dèmes se servaient de feuilles sur lesquelles ils inscrivaient ce qu’ils estimaient devoir être ajouté. “Condamner” se disait “exclure par la feuille”, et “le condamné”, “celui qui a été exclu par la feuille” » (trad. personnelle).

83 Etymologicum Magnum, s.v. « ἐκφυλλοφορῆσαι καὶ ἐκφυλλοφορίαι : (…) ὁ ὑπηρέτης ἐν τοῖς κυάμοις ».

84 Voir Lopez-Rabatel 2019.

85 Diodore de Sicile, Bibliothèque historique XI, 87, 2 (trad. J. Haillet) : παρὰ δὲ τοῖς Συρακοσίοις εἰς πέταλον ἐλαίας γράφεσθαι τὸν δυνατώτατον τῶν πολιτῶν, διαρθμηθέντων δὲ τῶν πετάλων τὸν πλεῖστα πέταλα λαβόντα φεύγειν πενταετῆ χρόνον, « chez les Syracusains, c’est sur une feuille d’olivier (pétalon) que devait être inscrit le nom du citoyen le plus puissant ; puis on faisait le compte des feuilles et celui qui était sur le plus grand nombre de feuilles devait quitter le pays pendant cinq ans ». Sur les guerres civiles, voir aussi Thucydide, VI, 38, 2‑3.

86 Diodore de Sicile, Bibliothèque historique XI, 87, 6.

87 Le terme petalismos est commenté par Hésychius : πετταλισμός· ὁ διὰ φύλλων ὀστρακισμὸς γινόμενος.

88 Sur le transfert à Syracuse de la pratique athénienne de l’ostracisme, voir Berger 1989, p. 303‑314. L’auteur remet en cause le bien-fondé de la comparaison établie entre l’ostracisme athénien et le pétalisme syracusain au motif que Diodore, auteur du ier s. av. J.‑C. méconnaît l’institution athénienne et que l’utilisation de feuilles d’olivier procède de la contamination d’une pratique religieuse dans la procédure politique.

89 Le mot ὄστρακον désigne la coquille d’œuf, le coquillage, le pot en terre cuite et, par métonymie, le déchet de poterie qui servit d’outil à la procédure d’ostracisme.

90 Hérodote, VIII, 79, à propos de l’ostracisme d’Aristide.

91 Thucydide, I, 135, à propos de l’ostracisme de Thémistocle et VIII, 73, à propos de celui d’Hyperbolos.

92 Andocide, Sur la paix 3, 3 et Contre Alcibiade 3, 6 et 36, 6.

93 Aristote, Constitution des Athéniens 22, 3.

94 Androtion, frg. 5, l. 5 (cité par le grammairien Harpocration), à propos d’Hipparque, qui aurait été selon lui le premier a avoir subi la peine de l’ostracisme.

95 Philochore, FGrHist 328 F 30, l. 4.

96 Diodore de Sicile, XI, 55, 2, 87, 1 et 2 et Plutarque, Périclès XVI, 3.

97 Pollux de Naucratis, Onomasticon VIII, 19 (éd. E. Bethe) : Κοινῇ μέντοι πᾶς ὁ δῆμος ὀστράκοις ἐψηφίζετο, καὶ τὸ ἔργον ἐκαλεῖτο ὀστρακοφορία, καὶ τὸ πάθος ὀστρακισμός, καὶ τὸ ῥῆμα ἐξοστρακίσαι καὶ ἐξοστρακισθῆναι.

98 E.g. : Hésychius, Photius, Lexicana Segueriana, Souda, s.v. « ὀστρακισμός ». On trouve le terme mentionné sous l’entrée κεραμικὴ μάστιξ (la « peine de céramique ») chez Hésychius et Photius.

99 Aristote, Constitution des Athéniens 43, 5 et frg. 436, 9 ; Plutarque, Alcibiade XIII, 7 et Nicias XI, 1 ; Pollux, Onomasticon VIII, 19 ; Lexicon Rhetoricum Cantabrigiense, p. 80, l. 8.

100 Outre les sources citées supra, on relève des allusions à l’ostracisme dans l’œuvre d’Aristophane : Cavaliers 819 et 855‑887 ; Guêpes 947 ; Paix 681 et Ploutos 627. Voir Forsdyke 2005, p. 146.

101 Aristote, Constitution des Athéniens 22, 1 et Philochore, FGrHist 328 F 30, l. 4.

102 Plutarque, Vie d’Aristide VII, 5‑6 (ier-iie s. ap. J.‑C.) : Ἦν δὲ τοιοῦτον ὡς τύπῳ φράσαι τὸ γινόμενον. ὄστρακον ἕκαστος λαβὼν καὶ γράψας ὃν ἐβούλετο μεταστῆσαι τῶν πολιτῶν, ἔφερεν εἰς ἕνα τόπον τῆς ἀγορᾶς περιπεφραγμένον ἐν κύκλῳ δρυφάκτοις. οἱ δ’ ἄρχοντες πρῶτον μὲν διηρίθμουν τὸ σύμπαν ἐν ταὐτῷ τῶν ὀστράκων πλῆθος· εἰ γὰρ ἑξακισχιλίων ἐλάττονες οἱ φέροντες εἶεν, ἀτελὴς ἦν ὁ ἐξοστρακισμός· ἔπειτα τῶν ὀνομάτων ἕκαστον ἰδίᾳ τιθέντες, τὸν ὑπὸ τῶν πλείστων γεγραμμένον ἐξεκήρυττον εἰς ἔτη δέκα, καρπούμενον τὰ αὑτοῦ, « Voici, sommairement, ce qui se passait. Chacun prenait un tesson et y inscrivait le nom du citoyen qu’il voulait bannir, puis il le portait dans un endroit de l’agora entouré d’une barrière. Les magistrats comptaient d’abord la totalité des tessons déposés. Si les votants étaient moins de six mille, l’ostracisme n’avait pas lieu. Puis l’on comptait séparément les tessons portant chaque nom, et l’homme qui avait contre lui le plus grand nombre de votes était proclamé banni pour dix ans, mais sans perdre la jouissance de ses biens. » (trad. A.M. Ozanam).

103 Philochore, FGrHist 328 F 30 (iiie s. av. J.‑C.) : Ὀστρακισμοῦ τρόπος· Φιλόχορος ἐκτίθεται τὸν ὀστρακισμὸν ἐν τῆι τρίτηι γράφων οὕτω· « ὁ δὲ ὀστρακισμὸς τοιοῦτος· προεχειροτόνει μὲν ὁ δῆμος πρὸ τῆς ὀγδόης πρυτανείας, εἰ δοκεῖ τὸ ὄστρακον εἰσφέρειν. Ὅτε δ’ ἐδόκει, ἐφράσσετο σανίσιν ἡ ἀγορά, καὶ κατελείποντο εἴσοδοι δέκα, δι’ ὧν εἰσιόντες κατὰ φυλὰς ἐτίθεσαν τὰ ὄστρακα, στρέφοντες τὴν ἐπιγραφήν· ἐπεστάτουν δὲ οἵ τε ἐννέα ἄρχοντες καὶ ἡ βουλή. Διαριθμηθέντων δὲ ὅτωι πλεῖστα γένοιτο καὶ μὴ ἐλάττω ἑξακισχιλίων, τοῦτον ἔδει τὰ δίκαια δόντα καὶ λαβόντα ὑπὲρ τῶν ἰδίων συναλλαγμάτων ἐν δέκα ἡμέραις μεταστῆναι τῆς πόλεως ἔτη δέκα (ὕστερον δὲ ἐγένοντο πέντε), καρπούμενον τὰ ἑαυτοῦ, μὴ ἐπιβαίνοντα ἐντὸς Γεραιστοῦ τοῦ Εὐβοίας ἀκρωτηρίου », « Pratique de l’ostracisme : Philochore, dans son livre III, expose ce qu’est l’ostracisme, en écrivant ceci : “L’ostracisme se passe de la façon suivante : le Peuple procédait à un vote préalable à main levée avant la huitième prytanie, pour dire s’il convient de se prononcer pour l’ostracisme. Lorsqu’on en avait décidé ainsi, on bouclait l’agora avec des planches en réservant dix entrées par lesquelles on entrait tribu par tribu pour déposer les ostraka en retournant l’inscription ; veillaient à l’opération les neuf archontes et le Conseil. Celui pour lequel on dénombrait le plus de suffrages avec un minimum de 6 000, avait dix jours pour prendre toutes les dispositions légales concernant ses affaires privées et quitter la cité pour dix ans (ensuite ce fut pour cinq ans) et de ne pas remettre le pied au-delà du cap Geraistos d’Eubée.” » (trad. personnelle).

104 Agora report 2012 et Agora report 2013. Lippolis 2006, p. 44‑50 avait déjà interprété comme éléments du périschoinisma les vestiges découverts en 1973 d’un rang de six blocs quadrangulaires avec une cavité pour l’encastrement de poteaux.

105 Ruzé 1997, p. 380.

106 Voir Lang 1990, p. 7‑8 et Brenne 2001.

107 On y lit le nom de Thémistocle, fils de Néoklès, du dème de Phréarrhios, proposé pour l’ostracisme en 480, effectivement ostracisé en 472. Les vestiges datent plutôt de 472 : il s’agit de 2 279 tessons, dont 190 ont été retrouvés dans un puits, non utilisés et dont les inscriptions sont attribuées à quatorze mains différentes.

108 Voir Lang 1990 : « Appendix : North Slopes Ostraka », p. 142‑162 ; Broneer 1938, p. 161‑263.

109 Forsdyke 2005, p. 146. Voir Lang 1990, p. 161, qui avance l’idée d’une fin commerciale.

110 Plutarque, Vie d’Aristide VII, 7‑8.

111 Brenne 1994, p. 17‑20.

112 Forsdyke 2005, n. 15, p. 148.

113 Ibid., p. 285.

114 Ibid., p. 285‑288, avec références bibliographiques et Κριτζας 1987.

115 Aristote, Politique II, 1268a, à propos de la constitution d’Hippodamos de Milet.

116 Aristophane, Guêpes 106‑107 et 166‑167.

117 Aristophane, Guêpes 166‑167.

118 Aristophane, Guêpes 106‑107 (trad. H. Van Daele) : Ὑπὸ δυσκολίας δ᾿ ἅπασι τιμῶν τὴν μακρὰν / ὥσπερ μέλιττ᾿ ἢ βομβυλιὸς εἰσέρχεται / ὑπὸ τοῖς ὄνυξι κηρὸν ἀναπεπλασμένος, « Comme sa méchante humeur le pousse dans l’estimation de la peine à tracer contre tous la ligne longue, il a tout l’air d’une abeille ou d’un bourdon, quand il rentre chez lui les ongles souillés de cire ». Le scholiaste commente ainsi ce passage : 106a. Εἰώθασιν οἱ καταδικάζοντες ἐν τῷ γραμματιδίῳ μακρὰν γραμμὴν ἕλκειν. 106b. Τιμῶν τὴν μακρὰν : προείρηται ὑπὲρ τοὺς δικαστὰς ἐν πινακίῳ ἤτοι ἐπὶ σανίδος κηρῷ ἀληλιμμένης ὁπότε καταλαμβάνοιέν ποτέ τινα τῷ τολμήματι, ἕλκειν μακρὰν γραμμὴν, ὁπότε δὲ ἀπολύοιεν, βραχεῖαν, 106a « Les jurés qui veulent condamner ont l’habitude de tirer une longue ligne sur la tablette. » 106b « Fixer la peine de la longue [ligne] : se dit à propos du fait que les dicastes, lorsqu’ils condamnaient quelqu’un pour une mauvaise action, tiraient une longue ligne sur une tablette ou sur une planchette de bois recouverte de cire, et lorsqu’ils l’acquittaient, une ligne courte. » (trad. personnelle). Voir aussi Pollux, Onomasticon VIII, 16.

119 Aristote, Politique II, 1268a (trad. J. Aubonnet).

120 Eschine, Contre Timarque 79 (trad. G. de Budé et V. Martin, modifiée).

121 Voir Lang 1995, « Ballots », p. 82‑90, dont nous reprenons les éléments de synthèse sur le corpus issu de l’agora, in Boegehold et al. 1995.

122 Boegehold 1976.

123 Townsend 1995 et Boegehold et al. 1995. L’identification des édifices A à E, construits entre 400 et 325 ne relèvent pas d’un projet commun, contrairement à ce que laisse entendre la description par Aristote, Constitution des Athéniens 68 des δικαστήρια, qui apparaissent comme un ensemble unitaire. Parce que le Pérsityle Carré, dont la construction débute vers 300 av. J.‑C., ne fut jamais achevé, il semble difficile de suivre l’hypothèse selon laquelle le bâtiment aurait pu être utilisé comme tribunal.

124 Kroll 1972, p. 51‑68.

125 Aristote, Constitution des Athéniens 63‑69.

126 Kroll 1972. Les lettres frappées ou gravées sur les pinakia correspondent à des lettres de sections, subdivisions des tribus, destinées à la mise en œuvre du tirage au sort. Elles sont aussi, aux côtés des sceaux que l’on y trouve, la chouette ou la tête de Gorgone, des marques d’authentification d’objets propriété de l’État.

127 Young 1939 ; Boegehold et al. 1995, p. 77‑78. La clepsydre est datée du début du ive s.

128 Trad. M. Sève.

129 Acte des Amphictions (milieu ive s. av. J.‑C.) : IG II2, n° 1641b, l. 25‑33 : voir Boegehold et al. 1995, p. 183 ; Acte des Amphictions (346‑345 av. J.‑C.) : IG II2, n° 16416, l. 8‑12 : voir Boegehold et al. 1995, p. 184.

130 Pour les inscriptions relatives à l’octroi de la citoyenneté, voir Osborne 1981‑1983.

131 Voir dans cet ouvrage J.‑Ch. Moretti, p. 128 et 138.

132 Démosthène, Contre Nééra 89‑90 : τοὺς δὲ πρυτάνεις κελεύει τιθέναι τοὺς καδίσκους ὁ νόμος καὶ τὴν ψῆφον διδόναι προσιόντι τῷ δήμῳ : « La loi prescrit aux prytanes de disposer les urnes et de remettre le jeton à celui qui pénètre dans l’Assemblée du peuple » (trad. L. Gernet). La procédure du vote en deux temps pour l’octroi de la citoyenneté est attestée également dans des cités d’Asie mineure (voir Gauthier 2001, p. 216‑217). Sur les débats à propos de la date de mise en place du second vote, voir Gauthier 1986 (notamment p. 51).

133 À rapprocher, bien qu’il ne s’agisse pas d’opérations de vote, de l’inscription d’Iasos relative à l’ekklesiastikon, dans laquelle Ph. Gauthier restitue la procédure de contrôle de présence des citoyens avant la tenue de l’assemblée, en vue du paiement, à la fin de la séance, de l’ekklesiastikon. Sous le contrôle du neôpoiès de chaque tribu, les citoyens déposent leur jeton civique dans un récipient dont le couvercle est pourvu d’une fente étroite destinée à éviter le dépôt de plusieurs jetons à la fois. Ce récipient rappelle les amphores décrites par Aristote dans la Constitution des Athéniens 68‑69, dans lesquelles les jurés déposaient leurs psèphoi dèmosiai lors des opérations de vote dans les tribunaux (Gauthier 1990b).

134 Baitinger et Eder 2001.

135 IvO 52, l. 45‑46 (arbitrage de Milet dans le conflit entre Sparte et Messène à propos du territoire des Dentheliatis, ca 138 av. J.‑C.).

136 Polybe, IV, 73, 7‑8.

137 À Délos, la tenue de procès dans le sanctuaire est attestée par la mention d’un « misthos pour le dikastèrion » (IG XI, 2, n° 144, l. 113 : compte de l’année 304) et de « tribunaux s’occupant d’affaires sacrées, pour la tenue desquels des bancs ont été transportés dans le sanctuaire » (IG XI, 2, n° 145, l. 38, compte de l’année 305).

138 IG V, 1, n° 1390 ; Syll3, n° 736, l. 99‑103 ; Pausanias, IV, 33, 5 ; Sokolowski 1969, p. 120‑134 ; Deshours 2006, p. 112‑115. Le règlement des Mystères présente les dispositions judiciaires à prendre à l’encontre des auteurs de délits dans le sanctuaire.

139 Dans le décret de Samos sur les marchands du sanctuaire d’Héra (IG XII, 6, 1, n° 169) est mentionné un ἱερὸν δικαστήριον (l. 27‑28) à côté d’un πολιτικόν δικαστήριον (l. 34).

140 Des psèphoi à tige creuse ou pleine portant le monogramme ΑΠΙΡ(ωτᾶν) ou ΑΠΕΙΡ(ωτᾶν) furent découverts dans le sanctuaire de Dodone et ailleurs en Épire : voir Carapanos 1878, p. 97 et pl. 33, no 7 ; Svoronos 1911 et Kroll 1967, p. 394‑395 et fig. 6.

141 Deux jetons de vote portant l’inscription ΙΕΡΑ ont été découverts à Olbia du Pont (Gorbunova 1971, p. 50).

142 Voir Gauthier 1990b, notamment p. 435‑448.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Ostraka d’Hippocratès et de Kallixénos (Camp et Mauzy 2009, p. 80, fig. 77).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6423/img-1.jpg
Fichier image/, 373k
Titre Fig. 2 – Ostraka d’Hippocratès et de Kallixénos (Camp et Mauzy 2009, p. 82, fig. 78).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6423/img-2.jpg
Fichier image/, 254k
Titre Fig. 3 – Vestiges de blocs quadrangulaires au nord-ouest de l’Agora d’Athènes (cliché J.‑Ch. Moretti).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6423/img-3.jpg
Fichier image/, 960k
Titre Fig. 4 – Enceinte supposée du perischoinisma (plan des vestiges d’époques archaïque et classique dans les zones de l’Agora d’Athènes fouillées en 2013 in Agora report 2013, p. 5).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6423/img-4.png
Fichier image/, 89k
Titre Fig. 5 – Psèphoi : à gauche, avec une tige pleine ; à droite avec une creuse et la légende ΨΗΦΟΣ ΔΗΜΟΣΙΑ (Camp et Mauzy 2009, p. 21, fig. 12).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6423/img-5.jpg
Fichier image/, 363k
Titre Fig. 6 – Lieux de découverte des psèphoi : région de la Tholos, au sud-ouest, et région des édifices A à D, au nord-est (Boegehold, Camp, Crosby et Lang 1995, fig. 2).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6423/img-6.png
Fichier image/, 1,2M
Titre Fig. 7 – Boîte à psèphoi (parties de canalisations en terre cuite remployées), découverte à l’angle nord-ouest de l’Agora, sous la Stoa d’Attale), ive s. av. J.‑C. (Camp et Mauzy 2009, p. 21, fig. 11).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6423/img-7.jpg
Fichier image/, 469k
Titre Fig. 8 – Schéma du vote au tribunal, d’après la Constitution des Athéniens, 68 (N. Bresch et L. Lopez-Rabatel).
Légende 1. Si, parmi les 201 jurés du tribunal, 50 pensent que l’accusé n’est pas coupable, cela signifie qu’ils lui sont favorables. Ils déposent dans ce cas 50 jetons pleins dans l’amphore de bronze ; les 151 autres jurés sont, de fait, favorables à l’accusateur et ils déposent quant à eux leurs 151 jetons creux dans l’amphore de bronze.2. Dans ce cas, les 50 premiers jurés, qui sont favorables à l’accusé, sont défavorables à l’accusateur : ils déposent leur jeton creux dans l’amphore de bois. Les 151 autres jurés sont défavorables à l’accusé : ils déposent leur jeton plein dans l’amphore de bois.• On a ainsi dans l’amphore de bronze – la seule dont seront décomptés les suffrages – 50 jetons pleins favorables à l’accusé et 151 jetons creux favorables à l’accusateur.• L’accusateur l’emporte et l’accusé est donc déclaré coupable.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6423/img-8.jpg
Fichier image/, 260k
Titre Fig. 9 – Jetons de vote de la cité d’Élis, avec la légende – FA pour Fαλείων = les Éléens (Andreou, Psychogiou-Andreou 2012, p. 59, fig. 1).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6423/img-9.jpg
Fichier image/, 1,4M
Titre Fig. 10 – Jeton de vote d’Olympie, avec la légende ΔΙ pour Διος (Baitinger, Eder 2001, p. 228, O 38).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/6423/img-10.jpg
Fichier image/, 207k

Auteur

Chercheur associé, IRAA (USR 3155), MOM, Lyon