Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voter en Grèce, à Rome et en Gaule

 | 
Aldo Borlenghi
, 
Clément Chillet
, 
Virginie Hollard
, 
et al.

Première partie. Le monde grec

Introduction

Liliane Lopez-Rabatel

Texte intégral

1Ἔδοξε τῇ βουλῇ καὶ τῷ δήμῳ : « il a plu au Conseil et au Peuple ». C’est par cette formule, apparaissant dès le ve s. dans l’intitulé des décrets, que l’on consigne la ratification des propositions du Conseil par l’Assemblée du peuple, dans le cadre d’un vote. Parce que les milliers de décrets qui nous sont parvenus et les multiples mentions de cette procédure dans les sources littéraires et épigraphiques attestent un recours au vote extrêmement fréquent dans l’Athènes classique, l’histoire du vote a très longtemps été l’histoire du vote athénien.

  • 1 Voir Hansen 2003, qui présente cette situation un peu idéale pour le ive s. av. J.‑C. On ne dispos (...)

2Dans l’Athènes classique du ive s.1, on votait presque quotidiennement au sein du Conseil des Cinq-Cents, le collège le plus nombreux parmi l’ensemble des magistrats et le seul habilité à prendre des décisions et, quatre fois par prytanie, quelque 6 000 de citoyens étaient appelés à exprimer leur opinion lors des réunions de l’Assemblée. On organisait au sein des tribunaux, qui étaient convoqués environ 200 jours par an pour former jusqu’à quatre chambres, deux votes successifs pour statuer sur la culpabilité puis le châtiment des accusés. Mais parmi les quelque 1 200 magistratures qui étaient attribuées chaque année, seul un petit nombre l’était par le vote : étaient élus les dix stratèges, les trésoriers et quelques autres magistrats qui étaient choisis pour des compétences techniques particulières. La majorité des magistrats étaient désignés annuellement par tirage au sort ; c’est de cette façon que l’on recrutait également presque quotidiennement les jurés du Tribunal.

  • 2 La question du volontariat des candidats au tirage au sort a longtemps été discutée. Il est désorm (...)

3Au regard du vote législatif et judiciaire, mis en œuvre très fréquemment par l’Assemblée et par le tribunal, le vote électoral n’occupait pas une place centrale dans le fonctionnement de la démocratie, la majeure partie des charges publiques étant distribuée par tirage au sort parmi le corps des citoyens volontaires qui, dans certains cas, avaient fait l’objet d’une présélection2.

4Comme outil politique au service de l’égalité entre citoyens, le vote a toujours été mentionné au moins en tant qu’institution dans les études portant sur l’histoire de la Grèce ou de la démocratie athénienne mais, jusqu’à aujourd’hui, il n’a fait l’objet que d’une seule synthèse assez courte, Greek and Roman voting and elections, publiée par E.S. Staveley en 1972.

  • 3 Castoriadis 1975, p. 187.

5Parce que l’on avait bien compris, comme l’écrivait C. Castoriadis3, que « les Athéniens [n’avaient] pas trouvé la démocratie parmi d’autres fleurs sauvages qui poussaient sur la Pnyx », on s’était en effet appliqué jusque-là, dans un cadre beaucoup plus général, à tenter de comprendre comment, à ce moment si particulier de l’histoire de l’humanité, la communauté des citoyens s’était organisée en pouvoir instituant, en même temps qu’elle s’accordait la possibilité de porter un regard critique sur ses propres institutions et sur ses propres pratiques.

  • 4 En France, avant Fustel de Coulanges, seul Victor Duruy a entrepris d’écrire une Histoire des Grec (...)
  • 5 Les volumes du CIG (Corpus Inscriptionum Graecarum) sont parus entre 1828‑1877, mais les parties r (...)
  • 6 Lettre adressée à L.A. Warnkoenig le 4 novembre 1864. Voir Fustel de Coulanges 1864, p. 476‑477 (a (...)
  • 7 Fustel de Coulanges 1864, p. 220.
  • 8 Ibid., livre IV : « Le nouveau gouvernement : l’intérêt public et le suffrage ».
  • 9 Ibid., p. 213.
  • 10 Il s’appuie (Fustel de Coulanges 1864, p. 213 n. 1) sur Platon, Lois III, 690 et VI, 750 pour déve (...)

6Ainsi, la première grande synthèse sur l’histoire de la Grèce4, publiée en 1864 par N.D. Fustel de Coulanges, sous le titre la Cité antique, pose en filigrane les premiers jalons d’une histoire du vote qui se construira au fil du temps de façon dispersée et souvent parcellaire. Le propos de l’auteur est de démontrer, dans un mouvement qui embrasse la civilisation indo-européenne et qui mêle étroitement l’histoire grecque et romaine, que les fondements de toute cité antique, en tant que société organisée par des rites et des lois propres, sont avant tout religieux. Lecteur enthousiaste et attentif des sources littéraires et épigraphiques à sa disposition5, Fustel de Coulanges choisit de ne pas se tourner vers les travaux des « modernes »6, pour bâtir sa propre théorie de l’évolution et du fonctionnement de la cité antique. Elle serait selon lui le résultat de la réunion d’entités familiales autour d’un culte commun et, alors qu’elle était régie au départ par des lois immanentes, « la pensée que le nombre de suffrages pouvait faire une loi, n’apparut que plus tard dans les cités, et seulement après que deux révolutions les avaient transformées »7. Il définit ainsi un nouveau « corps social » dont le principe de gouvernement n’est plus la religion mais désormais « l’intérêt public », servi par le vote, auquel Fustel consacre un chapitre entier8, mais aussi par le tirage au sort. Son interprétation de la cohabitation des deux modes d’attribution des charges repose sur l’idée que le recours au tirage au sort fut introduit pour pallier, dans le choix des chefs par élection, l’absence de loi religieuse qui avait jusque-là régi la transmission de la royauté par la naissance. Si les Athéniens s’en remirent au tirage au sort, c’est que les « dieux ne [le] désavoueraient pas », parce qu’il était « la révélation de la volonté divine »9. Au motif que les stratèges, créés par la démocratie, étaient élus et investis de pouvoirs considérables, il en arrive à cette conclusion irrecevable aujourd’hui « qu’il y avait tirage au sort pour les magistratures qui dataient de l’âge aristocratique, et élection pour celles qui dataient de l’âge démocratique »10.

  • 11 Voir surtout livre IV, chapitre XI : « Règles du mouvement démocratique ; exemple de la démocratie (...)
  • 12 Fustel de Coulanges 1864, p. 391‑392.
  • 13 Ibid., p. 229.

7Outre le chapitre qu’il consacre au suffrage, Fustel de Coulanges mentionne les finalités du vote à de nombreuses reprises, qu’il s’agisse du vote électoral, du vote législatif ou du vote judiciaire, qu’il replace dans leur cadre institutionnel, à l’Assemblée, au Conseil et, dans une moindre mesure, au Tribunal, ou qu’il met en relation avec les magistratures et leur mode d’attribution, qu’il cite en assez grand nombre11. Les aspects matériels des procédures ne sont pas évoqués, à l’exception des séances de l’Assemblée auxquelles il consacre un développement assez long, dans lequel il livre des éléments de description de la Pnyx avec ses « bancs de pierre » et « l’estrade élevée » pour les prytanes et les proèdres12. Il mentionne ailleurs le vote secret à l’Assemblée pour l’octroi de la citoyenneté13, ce qui suppose que les références au vote à main levée, la procheirotonia, n’ont pas pu lui échapper mais que ce qui retient son attention, c’est la mise en place d’un système assurant la confidentialité du vote.

  • 14 Ῥουσόπουλος 1862, AE, no 381 et 382, pl. 46 ; Lechat 1887, p. 210.
  • 15 Sur la postérité de Fustel de Coulanges, voir Hartog 2014.
  • 16 Voir Nicolet 1929. Parce qu’il met au centre de son étude le rôle de la parenté, M.I. Finley voit (...)

8Pour l’histoire de la matérialité du vote, la Cité antique de Fustel de Coulanges n’est pas d’un grand secours. L’état de la documentation archéologique n’était certes pas celle d’aujourd’hui, mais les premières découvertes d’ostraka et de bulletins de vote remontent à la seconde moitié du xixe s.14 et si l’Agora n’avait pas encore été fouillée, la Pnyx était connue depuis la fin du xviiie s. Bien que l’entreprise soit éminemment littéraire, l’étude a cependant été reconnue par les historiens comme une œuvre fondatrice dans l’histoire de la démocratie en ce qu’elle propose une archéologie de la cité antique tout en posant les fondements de l’anthropologie historique, courant que suivront de nombreuses études ultérieures15 et qui, dans l’optique d’une enquête sur l’histoire du vote, constitue un cadre d’analyse fécond16.

  • 17 Hartog 2014.
  • 18 Durkheim 1912.
  • 19 Glotz 1904, p. 606‑607.
  • 20 Reinach 1891.
  • 21 Haussoullier et Mathieu (éd. et trad.) 1922. Ceux-ci livrent une nouvelle édition du texte resté l (...)
  • 22 Colin 1917.
  • 23 Glotz 1968, p. 183.

9C’est dans le champ de ce que Fr. Hartog appelle la « Grèce à la française »17, qui s’intéresse au mécanisme des sociétés laissant de côté l’histoire événementielle, que prend place la Cité grecque de G. Glotz, publiée en 1928. Tout en s’inscrivant dans le sillage de l’anthropologie sociale de Fustel de Coulanges et de E. Durkheim lecteur de la Cité antique18, il abandonne l’histoire comparée pour réduire son étude à la Grèce, et plus particulièrement à « l’incomparable » Athènes. Contrairement à Fustel de Coulanges, il considère que l’émergence de la cité et l’omnipotence de l’État, loin de lui ôter sa liberté, servent les droits de l’individu et du citoyen et que « tout ce qui s’est fait de grand à Athènes a pour source un individualisme puissant qui a trouvé son expression sociale dans le régime de la démocratie et son expression juridique dans la théorie de la responsabilité personnelle »19. Le modèle de la « république athénienne » de G. Glotz se développe en trois temps : après la prééminence de la famille, c’est l’avènement conjoint de la cité et de l’individu et enfin la crise de la cité « par excès d’individualisme », dans l’Athènes du ive s., qui signe le déclin de la démocratie. Le changement de perspective est important, qui met le rôle du citoyen au centre de l’étude des institutions. La documentation s’est quantitativement et qualitativement enrichie depuis la Cité antique. Sont notamment parus les recueils régionaux des CIG, les premiers volumes de Inscriptiones Graecae (IG) et, en 1891, l’editio princeps par Sir Fr. Kenyon de la Constitution des Athéniens, écrite autour de 320 av. J.‑C., traduite et commentée la même année par Th. Reinach20 puis par B. Haussoulier et G. Mathieu en 192221. Ce texte fondamental pour la compréhension de la procédure de vote au tribunal présente une description détaillée d’une séance au tribunal du peuple, avec la procédure inaugurale de tirage au sort des jurés et la procédure finale des deux votes successifs, l’un pour se prononcer sur la culpabilité de l’accusé, l’autre pour fixer la peine éventuelle. Le matériel y est minutieusement décrit et les gestes de la procédure sont présentés de façon précise. Attentif à l’expression du citoyen et à sa participation dans le fonctionnement des rouages institutionnels, G. Glotz s’attache à faire le point, dans les développements qu’il consacre à chaque organe de gouvernement – Assemblée, Conseil, magistrats et aussi tribunal – à en préciser le mode de désignation, élection ou tirage au sort, ainsi que la procédure de vote utilisée, à bulletin secret ou à main levée, en déclinant, à partir du vocabulaire, la finalité de chacune de ces procédures. Si sa dette vis-à-vis de la Constitution des Athéniens apparaît très clairement dans son exposé de la procédure judiciaire et de ses outils, il ne mentionne les bulletins de vote exhumés depuis les dernières décennies du xxe s.22. Il fait une brève allusion à quelques ostraka récemment découverts23 et, à l’exception de la Pnyx, à l’instar de son prédécesseur Fustel de Coulanges, il ne s’intéresse pas aux lieux dans lesquels se déroulaient les procédures de vote.

  • 24 Haedlam 1891.
  • 25 Dow 1937.

10Ce sont les études sur le tirage au sort et ses modalités pratiques qui donnèrent l’impulsion aux premiers travaux d’ensemble sur le vote. Après l’ouvrage de J. Haedlam24, Election by lot at Athens, parue en 1891, consacrée aux aspects institutionnels des fonctions tirées au sort, S. Dow livra en 1937 une étude fondatrice sur le matériel du tirage au sort, avec la parution d’une synthèse sur les décrets promulgués en l’honneur des Conseillers25 : Prytaneis : a study of the inscriptions honoring the Athenian councillors. Grâce à une stèle dont l’une des faces était creusée de rangées de rainures verticalement alignées et dont l’autre portait un décret mentionnant le terme klèrôtèrion, il put mettre en relation le mot, dont on ignorait jusque-là le référent, et l’objet, dont on possédait quelques vestiges, mais qui n’avaient pas encore pu être identifiés. L’étude conjointe des sources textuelles et des sources archéologiques ouvrait ainsi une nouvelle voie à l’exploration des modalités pratiques du vote.

  • 26 Staveley 1972, p. 13 : « Common policy and attitudes are decided by a simple counting of heads, an (...)
  • 27 Il s’appuie sur l’étude de Haeadlam 1891.
  • 28 Dow 1937. Il prend également en compte l’étude Bishop 1970.
  • 29 Larsen 1949, p. 164‑181.
  • 30 Boegehold 1963.
  • 31 Selon Staveley, l’enclos était circulaire. Voir à ce propos dans cet ouvrage Lippolis, p. 107‑116 (...)

11Il fallut attendre cependant l’ouvrage de E.S. Staveley, Greek and roman voting and elections, paru en 1972, pour que soient étudiés conjointement les procédures, les outils et, dans une moindre mesure, les lieux du vote. Cette monographie, dans les notes de laquelle il faut traquer les références bibliographiques sur lesquelles s’appuie l’argumentation, renouvelle les approches du vote et du tirage au sort, aussi bien à Athènes – et Sparte – qu’à Rome, par la prise en compte, dans l’analyse des pratiques, des acquis des études institutionnelles antérieures et des découvertes récentes de mobilier archéologique, ostraka, psèphoi, et klèrôtèria. Pour la partie grecque, l’auteur s’interroge sur l’origine du vote dans sa dimension sociale et politique : il y voit un renoncement naturel au pouvoir absolu du « gouvernant » par une prise en compte de l’avis des « gouvernés », à des fins de pacification26. Après un chapitre dédié à l’étude institutionnelle des modes d’attribution des différentes magistratures, élection ou tirage au sort27, E.S. Staveley fait le point sur le matériel du tirage au sort à partir de l’étude fondatrice de S. Dow28 dont il suit la méthode pour consacrer ensuite un développement aux procédures de vote dans leur matérialité. Empruntant la voie ouverte par Larsen29 et Boegehold30, l’auteur envisage pour la première fois dans l’écriture de l’histoire du vote la pratique dans tous ses aspects concrets. Il pose la question de l’usage du vote public et du vote confidentiel, en examinant les avantages réciproques de la cheirotonia, le vote à main levée, et du vote à bulletins secrets avec ostraka ou psèphoi, dans les opérations de comptage notamment. À partir de l’ostracisme, qui se déroulait sur l’agora dans un enclos en bois doté de 10 entrées correspondant aux dix tribus31, il suppose que le vote à l’Assemblée répondait aux mêmes exigences pour la procédure de vérification de l’accès à la Pnyx. Il privilégie ainsi l’hypothèse d’une liste par tribu plutôt que pour l’ensemble des citoyens, sans pouvoir résoudre le problème posé par le nombre d’entrées nécessaires pour la mettre en œuvre et sans la relier à l’étude des vestiges. Il s’interroge sur la répartition des citoyens dans l’enceinte de la Pnyx en lien avec les opérations de décompte des votes et pose la question d’une éventuelle liste de candidats pour l’élection des magistrats et de son incidence dans le déroulement de l’archairesia. De l’usage de deux urnes utilisées pour le dépôt des suffrages lors des opérations de vote judiciaire, l’auteur déduit qu’il en allait de même pour l’ostracisme, allant à l’encontre des sources et de la logique de la procédure, qui ne consistait pas à exprimer un vote positif ou négatif mais à désigner une personne. Ainsi, ce n’est pas tant l’exposé des manipulations des suffrages au Conseil ou au tribunal qui fait l’intérêt de l’ouvrage, mais plutôt les interrogations qu’il soulève sur les procédures qui encadrent les opérations de vote proprement dit, notamment à l’Assemblée, ainsi que le lien qu’il établit, certes furtivement, avec l’espace politique.

  • 32 Hansen 2003.
  • 33 Rhodes 1972.
  • 34 Piérart 1971.
  • 35 Piérart 1974.
  • 36 Piérart 2008.
  • 37 Piérart (éd.) 1993.
  • 38 Hansen 1983 et 1987.
  • 39 Rhodes 1981.
  • 40 Une nouvelle traduction du texte a été publiée par M. Sève en 2006, assortie d’une mise à jour de (...)

12La parution en 1991 du livre magistral de M.H. Hansen, The Athenian democracy in the age of Demosthenes : structure, principles and ideology32 marque un tournant décisif dans l’historiographie du vote, envisagé dans tous ses aspects, aussi bien théoriques que pratiques. Cette somme tire parti de travaux menés depuis la parution du livre de Staveley, comme la monographie que P.J. Rhodes publia en 1972, intitulée The Athenian boule33, dans laquelle il livrait une minutieuse étude institutionnelle à partir des sources textuelles, essentiellement épigraphiques, ou de travaux plus ponctuels, portant sur des questions techniques, institutionnelles, juridiques souvent envisagées selon le point de vue pratique de leur mise en œuvre dans le fonctionnement du système politique. Signalons, entre autres, et sans prétendre à l’exhaustivité, la mise au point que fit M. Piérart sur les euthynoi34, sur l’élection des stratèges35, question depuis longtemps débattue, puis les études menées sur les théories politiques de Platon36 et d’Aristote37 qui, mises en regard avec les institutions et les pratiques de leur temps, éclairent la complexité du fonctionnement de la démocratie dite « extrême » ou « radicale ». M.H. Hansen consacra des travaux à l’eisangélie, à la graphè paranomôn ou à des questions plus juridiques, touchant aux procès pour homicides ou à la qualification de certains types de causes mais ce sont surtout ses études sur l’Assemblée qui le conduisent à s’interroger sur les modalités pratiques de son fonctionnement. Rassemblés dans deux volumes, The Athenian Ecclesia I et II38, ses travaux sur le pouvoir de l’Assemblée par rapport aux autres organes de gouvernement et aux tribunaux, sur les procédures de vote, la fréquentation et la question du quorum mais aussi plus largement sur les magistratures athéniennes et leur mode de désignation, le conduisent à raisonner sur la réalité concrète des procédures de vote. Dans les mêmes années, en 1981, P.J. Rhodes39 publia un commentaire minutieux de la Constitution des Athéniens, tirant parti des dernières découvertes épigraphiques et archéologiques, dans laquelle la procédure du vote au tribunal, décrite par l’auteur de l’essai, ne fait malheureusement pas l’objet de commentaires très détaillés40.

  • 41 Hansen 2003, p. 213‑261.

13Rompant avec la tradition selon laquelle le ive s. marquait le déclin de la démocratie, M.H. Hansen, dans son livre devenu une référence inégalée par la richesse des sources littéraires et épigraphiques convoquées et de la bibliographie, montre comment l’idéologie démocratique s’articule dans les moindres détails avec l’évolution des pratiques. L’organisation de l’ouvrage répond à une logique institutionnelle et il faut, pour tenter une synthèse sur le système du vote, mener un travail de compilation des divers développements qui lui sont consacrés dans les différents chapitres, le plus important étant celui, bien entendu, du commentaire du vote décrit par la Constitution des Athéniens dans les pages consacrées au tribunal du peuple41.

  • 42 Rhodes et Lewis 1997.
  • 43 Feyel 2009 ; Frölich 2004.
  • 44 Gauthier 1990 ; Hamon 2001 ; Frölich et Müller (éd.) 2005 ; Hamon 2005.

14Les aspects institutionnels du vote dans ses trois finalités, électorale, législative ou judiciaire ont été repris depuis de manière indirecte dans des études consacrées à des points particuliers du fonctionnement de la démocratie. Le formulaire de vote des décrets des cités grecques a été rassemblé en 1997 par P.J. Rhodes et D.M. Lewis42 et, plus récemment, ont été publiés des ouvrages sur l’examen d’entrée de charge des magistrats, la reddition de comptes43, ou l’exercice de la citoyenneté, notamment à travers les questions de participation44, étendues parfois à des périodes plus récentes ou à d’autres aires géographiques que la seule Athènes classique.

  • 45 E.g. Vernant 1964 ; Finley 1981 ; Vidal-Naquet 1990 ; El Murr 2012.
  • 46 Hansen et Nielsen 2004.
  • 47 Hansen 2008.

15Les études sur le concept de cité-État, intimement lié à celui de la participation politique des citoyens, ont connu un renouveau dans les dernières décennies, dans les études d’anthropologie sociale ou historique45. En 2004, M.H. Hansen et T.H. Nielsen publièrent un inventaire des cités archaïques et classiques46 et en 2008, dans l’ouvrage intitulé Polis47, M.H. Hansen, dans une visée comparative avec la cité d’Athènes, livre une recension des différentes cités-États existant ou ayant existé ailleurs dans le monde, en même temps qu’une définition actualisée de la notion de polis qui fournit un cadre utile à la réflexion sur le vote.

16Comme on le voit d’après cette mise au point bibliographique, il n’existe pas de synthèse qui prenne en compte tous les aspects du vote. Le point de vue institutionnel est depuis toujours le plus étudié mais la finalité du vote ne peut être envisagée sans porter une attention plus marquée à ses aspects matériels, qu’il s’agisse du mobilier ou des espaces et des édifices dans lesquels se déroulaient les procédures.

17Le mobilier utilisé lors des opérations de vote comprenait, pour le ve, les ostraka, tessons de poterie sur lesquels on inscrivait le nom de la personne à bannir et pour le ive, les psèphoi, jetons circulaires associés en leur centre à une tige creuse ou pleine. Si les fouilles archéologiques ont livré dès la fin du xixe s. des exemplaires de ces objets, il n’a rien été retrouvé des récipients, urnes ou amphores, destinés à les recueillir.

  • 48 Martin, Cabanes et Alonso Nuñez 1989.
  • 49 Lang 1990.
  • 50 Brenne 1994 ; Brenne 2001 et Siewert et al. 2002.
  • 51 Forsdyke 2005, p. 146‑149.
  • 52 Agora report 2012 et Agora report 2013.

18Dans un article intitulé « Bulletin de bibliographie thématique et critique. L’ostracisme athénien. Un demi-siècle de découvertes et de recherches »48, est proposée une liste des ostraka découverts jusqu’en 1989. Cette recension fut complétée en 1990 par la publication d’un volume de la collection The Athenian Agora49 présentant le corpus des ostraka découverts depuis le début des fouilles de l’Agora et en 2001 par celle des ostraka découverts au Céramique50. La synthèse de S. Forsdyke qui porte davantage sur des aspects historiques et institutionnels accorde une place réduite à la procédure de l’ostracisme51. Si les sources la situent en une zone de l’agora délimitée par un dispositif temporaire et désignée par les lexicographes par le terme de perischoinisma, cet espace n’a pas encore été identifié de façon certaine, même si les fouilles menées ces dernières années par l’École américaine, en collaboration avec la Première Éphorie des Antiquités classiques52, dans la zone nord-ouest de l’agora, ont fourni des éléments qui pourraient étayer l’hypothèse de la localisation de cette enceinte en cet endroit de la place publique.

  • 53 Boegehold et al. 1995.

19Aucun travail de recension n’a jamais été entrepris pour les psèphoi dont les premiers exemplaires furent découverts dans le dernier quart du xixe s., à Athènes, dans le quartier du Céramique, à proximité de l’Acropole, dans certains dèmes ou au Pirée. Un catalogue et une étude synthétique des exemplaires mis au jour au fil des fouilles de l’agora sont présentés par M. Lang dans le volume de la collection The Athenian Agora consacré aux cours de justice53. Elle propose une interprétation convaincante des modalités d’utilisation, au Conseil ou au Tribunal, des différentes catégories de psèphoi dèmosiai et sur les contrôles mis en place par les autorités instituantes pour garantir la validité des opérations de vote.

  • 54 Wycherley 1957.
  • 55 Townsend 1995.
  • 56 Voir les comptes-rendus de Todd 1997 ; Gauthier 1997 ; Moretti 1998.
  • 57 Stroud 1998, p. 85‑109 ; Barzoka 2018.

20Dans ce même ouvrage est proposée une reconstitution des procédures de vote au tribunal aux ve et ive s., à partir d’un corpus de témoignages textuels qui reprend, pour les enrichir dans l’optique d’une étude du matériel, les acquis du volume III de la même collection consacrée aux testimonia, paru en 195754. Parallèlement à cette reconstitution, A. Boegehold propose d’identifier les vestiges d’édifices situés au nord-est de l’agora, préalablement étudiés par R. Townsend55 dans un volume qui parut la même année, comme des bâtiments ayant pu accueillir les tribunaux et ce, dès le début du ve s. L’adéquation entre l’identification de ces vestiges et la reconstitution des procédures de vote judiciaire, mais aussi des opérations préalables de tirage au sort des jurés ne va pas de soi et demande à être reprise56. L’identification récente comme Aiakeion de la supposée Héliée57, le vaste édifice quadrangulaire situé dans la zone sud-est de l’agora modifie également les perspectives pour l’étude du vote au tribunal, dont il faut bien dire que, pour l’heure, nous ne sommes pas en mesure d’assurer l’identification.

21La Pnyx, lieu de réunion de l’Assemblée, est l’espace public le plus souvent cité, dès les études anciennes, en raison sans doute de son identification précoce, en 1765, par rapport à l’agora dont le dégagement ne commença qu’en 1931. Nous l’avons vu plus haut, les questions d’accès, les procédures de vote, l’installation des citoyens sont des questions qui ont été largement débattues mais sans jamais tenir vraiment compte des vestiges, dont les premières études sont relativement anciennes.

22En définitive, l’enquête historiographique sur le vote montre bien, pour des raisons qu’il faut sans doute attribuer à la nature des premières sources disponibles mais aussi à l’influence ancienne du modèle athénien, que l’on ne s’extrait que très lentement d’une étude du vote centrée sur l’Athènes classique, sur les textes, sur l’Assemblée du peuple et sur les tribunaux.

 

23Une synthèse générale sur le vote dans ses aspects idéologiques, institutionnels et matériels dans l’ensemble du monde grec dépassait les limites du travail entrepris dans le cadre de notre programme. En orientant notre étude sur les finalités, la matérialité et les lieux du vote, nous nous sommes efforcés de combler humblement quelques lacunes. Dans le premier des articles proposés dans ce recueil, je présente une recension du matériel et des modalités du vote en divers endroits du monde grec. Selon une approche plus textuelle, M. Piérart analyse tout d’abord la vision platonicienne des élections au Conseil dans la cité des Lois ; une réflexion est ensuite conduite par Chr. Mauduit sur le vote dans la tragédie, à partir d’une étude linguistique et de l’analyse de l’utilisation du matériel politique à des fins dramaturgiques. Aux questionnements sur les lieux du vote répond dans un premier temps l’article de notre très regretté collègue E. Lippolis, qui fait le point sur l’agora d’Athènes comme lieu de réunion, de procédures de vote et d’agônes et enfin, celui de J.‑Ch. Moretti, qui reprend l’étude archéologique des vestiges de la Pnyx, dans l’objectif d’apporter quelques réponses aux questions d’accès, d’installation et de décompte des résultats des votes des principaux acteurs de la démocratie qui s’y réunissaient.

Bibliographie

Barzoka A. 2018, Le tribunal de l’Héliée : justice et politique dans l’Athènes du ive au vie siècles avant J.‑C., Bruxelles.

Bishop J.D. 1970, « The cleroterium », JHS 90, p. 1‑14.

Boegehold A.L. 1963, « Toward a study of Athenian voting procedure », Hesperia 32, p. 366‑374.

Boegehold A.L., Camp J.McK., Crosby M., Lang M.L. 1995, The lawcourts at Athens : sites, buildings, equipment, procedure, and testimonia, Princeton.

Caire E. 2012, « Le bruit des assemblées : Athènes, Sparte, Tarente », in M.T. Schettino, S. Pittia (éd.), Les sons du pouvoir dans les mondes anciens. Actes du colloque international de l’université de La Rochelle 2010, Besançon, p. 71‑95.

Brenne S. 1994, « Ostraka and the process of ostrakophoria », in W.D.E. Coulson et al., The archaeology of Athens and Attica under the democracy : proceedings of an international conference celebrating 2500 years since the birth of democracy in Greece, held at the American school of classical studies at Athens, December 4‑6, 1992, Oxford, p. 13‑24.

Brenne S. 2001, Ostrakismos und Prominenz in Athen, Attische Bürger des 5. Jhs. v. Chr. Auf den Ostraka, Tyche. Supplément 3, Vienne.

Castoriadis C. 1975, L’institution imaginaire de la société, Paris.

Colin G. 1917, « Les sept derniers chapitres de l’ΑΘΗΝΑΙΩΝ ΠΟΛΙΤΕΙΑ (Organisation des tribunaux, à Athènes, dans la seconde moitié du ive siècle) », REG 30/136, p. 20‑87.

Darcos X., Manent P., Hartog F. 2014, Relire Fustel de Coulanges : la cité antique, cent cinquante ans après (1864‑2014), Bulletin de l’Académie des sciences morales et politiques 8, Paris.

Dow S. 1937, Prytaneis : a study of the inscriptions honoring the Athenian councillors, Hesperia. Supplément I, Athènes.

Durkheim E. 1912, Les formes élémentaires de la vie religieuse, Paris.

El Murr D. 2012, « Raison et politique : Jean-Pierre Vernant et la polis Grecque », Cahiers philosophiques 112, p. 66‑90.

Feyel C. 2009, ΔΟΚΙΜΑΣΙΑ, La place et le rôle de l’examen préliminaire dans les institutions des cités grecques, Collection Études anciennes 36, Paris.

Finley M.I. 1981, « La cité antique : de Fustel de Coulanges à Max Weber et au-delà », in Mythe, mémoire, histoire : les usages du passé, Paris, p. 89‑90.

Forsdyke S. 2005, Exile, ostracism, and democracy : the politics of expulsion in ancient Greece, Princeton.

Fröhlich P. 2004, Les cités grecques et le contrôle des magistrats (ive-ier av. J.‑C.), Hautes études du monde gréco-romain 33, Genève.

Fröhlich P., Müller C. (éd.) 2005, Citoyenneté et participation à la basse époque hellénistique : actes de la table ronde des 22 et 23 mai 2004, Hautes études du monde gréco-romain 35, Genève.

Fustel de Coulanges N.D. 1984, La cité antique, Paris (1re éd. 1864).

Gauthier P. 1990, « Quorum et participation civique dans les démocraties grecques », Cahiers du centre Glotz 1, p. 73‑99 (repris dans Gauthier 2011, p. 421‑454).

Gauthier P. 1993, « Les cités dans le monde hellénistique », in M.H. Hansen (éd.), The ancient Greek city-state. Symposium on the occasion of the 250th anniversary of the Royal Danish academy of sciences and letters, July, 1‑4 1992, Historisk-filosofiske meddelelser 67, Copenhague, p. 211‑231.

Gauthier P. 1997, Compte-rendu de « A.L. Boegehold (avec la collaboration de J.McK. Camp II, M. Crosby, M. Lang, D.R. Jordan et R.F. Townsend), The Athenian Agora XXVIII. The lawcourts at Athens », L’Antiquité classique 66/1, p. 540‑541.

Gauthier P. 2000, « “Juges des mains” dans les cités hellénistiques », in P. Flensted-Jensen, T.H. Nielsen, L. Rubinstein (éd.), Polis & politics : studies in ancient Greek history, presented to Mogens Herman Hansen on his sixtieth birthday, August 20, 2000, Copenhague, p. 421‑429.

Glotz G. 1904, La solidarité de la famille dans le droit criminel en Grèce, Paris.

Glotz G. 1968, La cité grecque, Paris (1re éd. 1928).

Haedlam J.W. 1891, Election by lot at Athens, Cambridge.

Hamon P. 2001, « À propos de l’institution du Conseil dans les cités grecques à l’époque hellénistique », REG 114, p. xvi‑xxi.

Hamon P. 2005, « Le Conseil et la participation des citoyens : les mutations de la basse époque hellénistique », in P. Fröhlich et C. Müller (éd.), Citoyenneté et Participation à la basse époque hellénistique, Actes de la table ronde des 22 et 23 mai 2004, Paris, BNF, organisée par le groupe de recherche dirigé par Philippe Gauthier de l’UMR 8585 (Centre Glotz), Hautes études du monde gréco-romain 35, Genève.

Hansen M.H. 1977, « How did the Athenian Ecclesia vote ? », GRBS 18, p. 123‑137 (repris dans Hansen 1983, p. 103‑117).

Hansen M.H. 1983, The Athenian Ecclesia. A collection of articles 1976‑1983, Opuscula Graecolatina 26, Copenhague.

Hansen M.H. 1987, The Athenian assembly in the age of Demosthenes, Oxford.

Hansen M.H. 1989, The Athenian Ecclesia II. A collection of articles 1983‑1989, Opuscula Graecolatina 31, Copenhague.

Hansen M.H. 2003, La démocratie athénienne à l’époque de Démosthène. Structure, principes et idéologie, Paris (1er tirage, 1993 ; trad. de The Athenian democracy in the age of Demosthenes : structures, principles and ideology, 1991).

Hansen M.H. 2008, Polis : une introduction à la cité grecque, Histoire 93, Paris (trad. de Polis : an introduction to the ancient greek city-sate, elle-même traduite de la version en danois revue et augmentée de Polis : den oldgræske bystatskultur).

Hansen M.H., Nielsen T.H. 2004, An Inventory of archaic and classical poleis, Oxford.

Hartog F. 2014, « La Cité antique dans l’œuvre de Fustel de Coulanges », in X. Darcos, P. Manent et F. Hartog, Relire Fustel de Coulanges : la cité antique, cent cinquante ans après (1864‑2014), Bulletin de l’Académie des sciences morales et politiques 8, Paris, p. 67‑77.

Haussoullier B., Mathieu G. (éd. et trad.) 1922, Aristote, Constitution d’Athènes, CUF, série grecque 7, Paris.

Lang M. 1990, The Athenian Agora : results of excavations conducted by the American school of classical studies at Athens. Ostraka, The Athenian Agora XXV, Princeton.

Larsen J.A.O. 1949, « The origin and significance of the counting of votes », CPh 44/3, p. 164‑181.

Lechat H. 1887, « Fouilles au Pirée sur l’emplacement des fortifications antiques », BCH 11, p. 201‑211.

Martin A., Cabanes P. et Alonso Nuñez J.M. 1989, « Bulletin de bibliographie thématique et critique. L’ostracisme athénien. Un demi-siècle de découvertes et de recherches », REG 102/485, p. 124‑174.

Moretti J.‑C. 1998, « Bulletin analytique d’architecture du monde grec, n° 283 », RA, p. 375.

Nicolet C. 1929, « Réflexions sur Fustel de Coulanges », CRAI, 2 bis, p. 3‑8.

Piérart M. 1971, « Les euthynoi athéniens », AC 40, p. 526‑573.

Piérart M. 1974, « À propos de l’élection des stratèges », BCH 98, p. 125‑146.

Piérart M. (éd.) 1993, Aristote et Athènes, Fribourg-Paris.

Piérart M. 2008, Platon et la cité grecque : théorie et réalité dans la constitution des « Lois » (2e éd. augmentée d’une postface), Anagôgê 3, Paris.

Reinach T. 1891, La république athénienne (avec Les monnaies juives), Paris.

Rhodes P.J. 1972, The Athenian boule, Oxford.

Rhodes P.J. 1981, A commentary on the Aristotelian « Athenaion Politeia », Oxford.

Rhodes P.J., Lewis D. 1997, The decrees of the Greek states, Oxford.

Ῥουσοπουλος Α.Σ. 1862, « Ψῆφος δημοσία ἀρ. 381 καὶ 382 », AE, p. 132.

Sève M. (trad.) 2006, Aristote, Constitution d’Athènes, Le livre de poche. Classique, Paris.

Siewert P. (éd.), Eder B., Scheidel W., Heftner H. et Brenne S. 2002, Ostrakismos-Testimonien. I, Die Zeugnisse antiker Autoren, der Inschriften und Ostraka über das athenische Scherbengericht aus vorhellenistischer Zeit, 487‑322 v. Chr., Stuttgart.

Staveley E.S. 1972, Greek and Roman voting and elections, Londres.

Stroud R.S. 1998, The Athenian grain-tax law of 374/3 B.C., Hesperia. Supplément 29, Princeton.

Todd S.C. 1997, « Review of The lawcourts at Athens : sites, buildings, equipment, procedure, and testimonia, by A.L. Boegehold », AJA 101, p. 797‑798.

Townsend R.F. 1995, The east side of the Agora : the remains beneath the Stoa of Attalos, The Athenian Agora XXVII, Princeton.

Vernant J.‑P. 1964, « Espace et organisation politique en Grèce ancienne », in P. Lévêque et P. Vidal-Naquet, Clisthène l’Athénien : essai sur la représentation de l’espace et du temps dans la pensée politique grecque de la fin du visiècle à la mort de Platon, Annales littéraires de l’université de Besançon 65, Besançon, p. 576‑595.

Vidal-Naquet P. 1990, « La raison grecque et la cité », in J.‑P. Vernant, P. Vidal-Naquet, La Grèce ancienne, 1. Du mythe à la raison, Point 215, Paris, p. 239‑255.

Wycherley R.E. 1957, Literary and epigraphical testimonia, The Athenian Agora III, Princeton.

Ressources électroniques

Rapports des fouilles de l’Agora d’Athènes :

http://agora.ascsa.net/id/agora/report/2012%20excavations?q=&t=report&v=list&sort=&s=4

http://agora.ascsa.net/id/agora/report/2013%20excavations?q=&t=report&v=list&sort=&s=3

Notes

1 Voir Hansen 2003, qui présente cette situation un peu idéale pour le ive s. av. J.‑C. On ne dispose pas de données chiffrées précises pour l’Athènes du ve s.

2 La question du volontariat des candidats au tirage au sort a longtemps été discutée. Il est désormais admis que seul le citoyen qui le désirait, ho boulomenos, pouvait être désigné pour une magistrature ou pour la fonction de juré du tribunal.

3 Castoriadis 1975, p. 187.

4 En France, avant Fustel de Coulanges, seul Victor Duruy a entrepris d’écrire une Histoire des Grecs en trois volumes, dont le deuxième parut en 1862. L’Histoire romaine de B.G. Niebuhr est traduite en français en 1830 et celle du premier volume de l’histoire de Th. Mommsen en 1863. Enfin, en Angleterre, l’Histoire de la Grèce de G. Grote, écrite entre 1846 et 1856, paraît en français en 1864.

5 Les volumes du CIG (Corpus Inscriptionum Graecarum) sont parus entre 1828‑1877, mais les parties reprises et augmentées dans des recueils régionaux sont postérieures.

6 Lettre adressée à L.A. Warnkoenig le 4 novembre 1864. Voir Fustel de Coulanges 1864, p. 476‑477 (annexes).

7 Fustel de Coulanges 1864, p. 220.

8 Ibid., livre IV : « Le nouveau gouvernement : l’intérêt public et le suffrage ».

9 Ibid., p. 213.

10 Il s’appuie (Fustel de Coulanges 1864, p. 213 n. 1) sur Platon, Lois III, 690 et VI, 750 pour développer une argumentation tendancieuse, faisant fi par exemple de la célèbre phrase d’Aristote, Politiques IV, 9, 1294b, 7‑9 : « Il est considéré comme démocratique que les magistratures soient attribuées par le sort et comme oligarchique qu’elles soient électives. »

11 Voir surtout livre IV, chapitre XI : « Règles du mouvement démocratique ; exemple de la démocratie athénienne ». Sa source principale est le livre VIII de l’Onomasticon de Pollux de Naucratis.

12 Fustel de Coulanges 1864, p. 391‑392.

13 Ibid., p. 229.

14 Ῥουσόπουλος 1862, AE, no 381 et 382, pl. 46 ; Lechat 1887, p. 210.

15 Sur la postérité de Fustel de Coulanges, voir Hartog 2014.

16 Voir Nicolet 1929. Parce qu’il met au centre de son étude le rôle de la parenté, M.I. Finley voit également en Fustel de Coulanges un précurseur de l’anthropologie sociale : voir Finley 1981.

17 Hartog 2014.

18 Durkheim 1912.

19 Glotz 1904, p. 606‑607.

20 Reinach 1891.

21 Haussoullier et Mathieu (éd. et trad.) 1922. Ceux-ci livrent une nouvelle édition du texte resté lacunaire jusque-là.

22 Colin 1917.

23 Glotz 1968, p. 183.

24 Haedlam 1891.

25 Dow 1937.

26 Staveley 1972, p. 13 : « Common policy and attitudes are decided by a simple counting of heads, and the concept of the political vote is born. »

27 Il s’appuie sur l’étude de Haeadlam 1891.

28 Dow 1937. Il prend également en compte l’étude Bishop 1970.

29 Larsen 1949, p. 164‑181.

30 Boegehold 1963.

31 Selon Staveley, l’enclos était circulaire. Voir à ce propos dans cet ouvrage Lippolis, p. 107‑116 et Lopez-Rabatel, p. 41‑43.

32 Hansen 2003.

33 Rhodes 1972.

34 Piérart 1971.

35 Piérart 1974.

36 Piérart 2008.

37 Piérart (éd.) 1993.

38 Hansen 1983 et 1987.

39 Rhodes 1981.

40 Une nouvelle traduction du texte a été publiée par M. Sève en 2006, assortie d’une mise à jour de la bibliographie et des acquis récents de l’archéologie.

41 Hansen 2003, p. 213‑261.

42 Rhodes et Lewis 1997.

43 Feyel 2009 ; Frölich 2004.

44 Gauthier 1990 ; Hamon 2001 ; Frölich et Müller (éd.) 2005 ; Hamon 2005.

45 E.g. Vernant 1964 ; Finley 1981 ; Vidal-Naquet 1990 ; El Murr 2012.

46 Hansen et Nielsen 2004.

47 Hansen 2008.

48 Martin, Cabanes et Alonso Nuñez 1989.

49 Lang 1990.

50 Brenne 1994 ; Brenne 2001 et Siewert et al. 2002.

51 Forsdyke 2005, p. 146‑149.

52 Agora report 2012 et Agora report 2013.

53 Boegehold et al. 1995.

54 Wycherley 1957.

55 Townsend 1995.

56 Voir les comptes-rendus de Todd 1997 ; Gauthier 1997 ; Moretti 1998.

57 Stroud 1998, p. 85‑109 ; Barzoka 2018.

Auteur

Chercheur associé, IRAA (USR 3155), MOM, Lyon