Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voter en Grèce, à Rome et en Gaule

 | 
Aldo Borlenghi
, 
Clément Chillet
, 
Virginie Hollard
, 
et al.

Préface

Texte intégral

1Cet ouvrage est le fruit d’un travail pluridisciplinaire mené pendant dix-huit mois (fin 2012-printemps 2014) par des chercheurs de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée et des enseignants-chercheurs de l’université Lumière Lyon 2, rattachés à différents laboratoires (l’Institut de Recherche en Architecture Antique – USR 3155 ; Histoire et Sources et Mondes Anciens – UMR 5189 ; Archéologie et Archéométrie – UMR 5138).

2Le programme de recherche dont est issu cet ouvrage se fixait comme objectif de faire le point sur les connaissances actuelles en matière de vote dans les mondes grec, romain et gaulois. Une telle synthèse sur la manière dont les Anciens votaient et considéraient le vote nécessitait la collaboration de plusieurs disciplines, en particulier, l’histoire et l’archéologie.

3Pour pouvoir être mis en œuvre ce programme a pu bénéficier d’un important financement de la part de l’université Lumière Lyon 2, dans le cadre des appels à projet internes et de la MOM, dans le cadre du financement des thèmes communs. Nous tenons à remercier très vivement ces deux institutions qui ont rendu la tenue des séances de travail et leur publication présente possibles.

4Cet ouvrage rend compte des différentes communications qui ont eu lieu tout au long de ces dix-huit mois. Elles prirent place soit dans des journées d’étude soit dans des séminaires ouverts aux étudiants du master « Mondes anciens » de Lyon 2. Les trois journées d’étude portaient sur le vote dans chacune des trois aires géographiques. Les séminaires ont abordé successivement les procédures et les équipements du vote dans le monde grec, les lieux du vote dans le monde grec, le matériel du vote dans les mondes grec et romain, les listes de citoyens appelés à voter dans le monde romain, les lieux du vote à Rome et la question de l’inauguration, enfin les installations liées au vote dans le monde gaulois. Nos vifs remerciements vont, d’une part, aux orateurs de ces journées d’étude, qui sont aussi les auteurs des articles ici rassemblés et, d’autre part, à Yves Sintomer, Professeur de science politique à l’université de Paris 8, qui nous a fait l’honneur de clore cet ouvrage par une postface qui explore ce qui, dans nos travaux, peut entrer en résonance avec les perspectives actuelles de la science politique et les interrogations contemporaines sur le sens de la démocratie.

 

5D’une région à l’autre, plusieurs questions étaient soulevées par les différentes études. Certaines spécifiques, d’autres communes.

6Pour le monde grec, la place consacrée à Athènes fut évidemment centrale. La démocratie athénienne connut, en effet, deux pratiques complémentaires, le vote et le tirage au sort. Dès les débuts de la démocratie athénienne, on mit en balance ces deux modes de représentation et d’expression du peuple, au motif que l’élection participait du régime oligarchique, tandis que le tirage au sort apparaissait comme un procédé emblématique de la démocratie. Si ce mode de sélection prit le pas sur l’élection dans la désignation des magistratures, la démocratie athénienne, dans la seconde moitié du ve siècle et surtout au ive siècle, se dota d’organes politiques dont le mode de désignation et le pouvoir de décision présentaient une combinaison subtile du vote et du tirage au sort. Le tirage au sort était utilisé pour la désignation de la majorité des charges publiques, celle des archontes, des membres du Conseil et des jurés du tribunal du peuple, mais l’on votait pour désigner des magistrats ou des fonctionnaires dont les attributions requéraient des compétences techniques ou physiques particulières, comme c’était le cas par exemple pour les stratèges ou les hérauts. Le vote permettait à la fois de désigner des personnes et de donner un avis positif ou négatif sur une proposition. On votait sur les agorai, dans les théâtres, dans les ekklèsiastèria, dans les bouleutèria et dans les cours de justice. Le processus de consultation des citoyens connut, selon les instances dans lesquelles il s’exerçait, des formes différentes. Au Conseil comme à l’Assemblée du peuple, on recourait au vote à mains levées, l’epicheirotonia, mais l’on connut aussi, à la fin du ve siècle, le vote au moyen d’ostraka, tessons de céramique, qui donnèrent leur nom à la procédure bien connue de l’ostracisme. Le décompte des voix faisait l’objet d’une estimation, par les proèdres à Athènes ou par des « juges des mains » (cheirokritai) attestés dans quelques cités grecques à l’époque hellénistique. Les jurés du tribunal du peuple votaient pour se prononcer dans un premier temps sur la culpabilité de l’accusé, dans un second, sur la peine à infliger. On se dota pour cette pratique, la psèphophoria, presque quotidienne au ive siècle, de jetons de vote officiels, les psephoi dèmosiai, destinés à permettre le vote « à bulletin secret ». Le décompte des voix, dont la précision à une voix près était indispensable, s’opérait au moyen d’un abaque, une « table à compter ». La psèphophoria était également utilisée dans les Assemblées lorsque le quorum était exigé.

7Dans le domaine religieux, on avait recours, lors des concours musicaux des Grandes Dionysies, à un mode de désignation des vainqueurs alliant le vote et le tirage au sort, au moyen d’un équipement dont nous savons qu’il comprenait des hydries et des tablettes sur lesquels on inscrivait le nom des concurrents.

8Étudier la pratique du vote à Athènes et en Grèce a conduit à s’interroger sur les raisons qui ont pu présider à ses différents modes d’expression, vote à mains levées ou vote secret, à l’équipement qui leur était associé et à se demander quel rôle les lieux dans lesquels les corps assemblés se réunissaient purent jouer dans ces choix.

 

9En ce qui concerne le vote dans le monde romain, deux grandes problématiques ont été choisies : la question de Rome comme modèle pour les autres cités du monde romain dans la mise en œuvre du vote et celle de l’organisation administrative du vote. L’ouvrage de Claude Nicolet, Le Métier de citoyen dans la Rome républicaine, servait évidemment de point de référence incontournable. Ce dernier fait la part belle au vote dans l’activité du citoyen romain de l’époque républicaine. Même si Rome n’a jamais prétendu être une démocratie et a revendiqué son statut de République oligarchique, le vote semble faire du métier de citoyen une activité à plein temps. Les citoyens romains votaient essentiellement à deux occasions : les votes de lois publiques du peuple romain et les élections de magistrats. Ces votes avaient lieu dans deux types d’assemblées : les comices tributes et les comices centuriates qui correspondent à deux modalités de regroupements du peuple, tribus et classes censitaires.

10Deux questions principales sont posées par le vote romain :

  • Quelle est la nature de ce vote assumé par les comices tributes et centuriates (une fois les comices curiates devenus caducs) ? Un vote sous tutelle des élites ? Un vote reflet d’un véritable choix du peuple romain ? Mais alors quelle définition peut-on donner de ce peuple ?
  • Que devient ce vote une fois que la République cède la place au régime impérial ? Le peuple réuni dans ses assemblées ne devient-il qu’une chambre d’enregistrement ? Son activité de vote se résume-t-elle à un rituel d’unanimité, à une formalité d’expression du consensus ? Le peuple se voit-il condamné à réclamer du pain et des jeux et n’être en contact avec ses gouvernants qu’au cirque, au théâtre et dans les rues des cités de l’Empire ? Et si oui, ce transfert des lieux correspond-elle à une forme de dépolitisation du peuple ? Le vote du peuple est-il un des points de rupture entre la République et l’Empire ?

11En outre, il convenait de définir plus précisément les lieux dévolus aux activités de vote, en travaillant surtout à partir des notions de campus et de Saepta (enclos de vote des comices). Il fallait ainsi mettre en lumière la relation qu’entretiennent les Saepta de Rome et les forums des villes romaines, considérés comme les lieux qui recouvraient cette fonction hors de la capitale. Le complexe des Saepta dans le champ de Mars ne devait pas avoir seulement une destination politique et civique, mais aussi des fonctions liées au ludus et à l’entraînement militaire, au moins pendant une partie de l’époque républicaine. Cet espace devait probablement constituer le modèle typologique des campi, espaces ludiques, destinés aux iuvenes, qui, hors de Rome, étaient aménagés dans les colonies et les municipes, mais aussi dans les autres agglomérations. L’objectif de cette enquête était d’améliorer la compréhension globale du fonctionnement des espaces publics de la ville romaine dédiés aux comices électoraux afin de saisir le rôle joué par le comitium (lieu de réunion des comices), le forum et le campus.

12Répondre à ces différentes questions nous amenait à nous interroger sur le sens politique du vote romain, de la composition sociale du corps électoral romain, du personnel politique recruté par le vote après le passage de la République au Principat, de la notion d’espace politique de la cité.

13Mais, la citoyenneté romaine n’était complètement acquise que par l’inscription des individus dans une centurie et dans une tribu. Ces regroupements étaient, entre autres, destinés à encadrer l’activité de vote du citoyen romain. La question posée était alors la suivante : à partir du moment où la citoyenneté se diffuse en Italie après la Guerre sociale de 89 av. J. C., et dans l’empire à partir de la période tardo-républicaine, comment se fait cette insertion administrative des nouveaux citoyens et à quel rythme ? Au ier siècle en effet le système militaire n’imposant plus strictement la répartition par classes, et le système fiscal ayant déchargé les citoyens du tributum (jusqu’en 43 du moins), le système censitaire perdit une partie de ses fonctions : l’inscription dans les registres n’intéressait plus que les droits (exemptions, droit de vote, protection contre l’arbitraire des magistrats) et non les devoirs (militia, fiscalité) des citoyens. Par ailleurs, mais sans que les deux événements soient forcément à mettre en lien, la déshérence de la censure enraya sérieusement le système. Ainsi, le dernier recensement achevé fut celui de 70 et il fallut attendre près de quarante années avant qu’un autre ne soit organisé. Cela signifie-t-il que, durant quatre décennies, aucun nouveau citoyen ni fils de citoyens recensés ne fut enregistré ? Pourtant, dans cet intervalle, les pratiques du vote ne s’interrompirent pas. Faut-il dans ce cas imaginer que des cens partiels purent être utilisés pour intégrer des citoyens au corps électoral ? Que les cens locaux aient pu avoir une quelconque valeur au regard du cens romain ? C’est donc une histoire à la fois politique et administrative, celle de l’inscription des nouveaux citoyens dans les cadres qui leur permettaient d’exercer leur « métier de citoyen » qu’il nous fallait étudier. En cela, ce sont à la fois les ressources de l’épigraphie municipale italienne et celles de la littérature latine (en particulier Salluste et Cicéron) qui devaient être interrogées sous cet angle nouveau, afin de mettre en lumière les pratiques administratives, préalables nécessaires à l’exercice du vote.

 

14La question de l’espace politique de la cité envisagée dans le cadre de l’approche politique et archéologique du vote permettait également de faire le point sur des hypothèses récentes concernant les pratiques du vote en dehors de l’espace gréco-romain. En effet, en élargissant ces analyses au monde celtique, l’idée était d’aborder le sujet des espaces publics des oppida de La Tène finale et de comprendre en premier lieu les caractéristiques de leur aménagement du point de vue politique, religieux et économique. L’objectif était, en particulier, de repérer les lieux destinés aux réunions électorales afin de déterminer l’organisation et les installations mises en place à cette fin. Les recherches archéologiques de ces dernières années dans quelques oppida de cette période (Villeneuve-Saint-Germain, Corent, Titelberg, Mont-Beuvray) ont en effet mis au jour des structures que l’on a proposé d’interpréter comme des aménagements provisoires mis en œuvre pour le déroulement des élections, sur la base aussi d’une comparaison avec le système de vote des comices dans les Saepta à Rome.

15Une étude conduite en même temps sur ces axes de recherche qui touchent l’interprétation des espaces civiques de la cité antique selon plusieurs approches (juridique, historique, archéologique) permettait de fournir des éléments fiables pour connaître les éventuels points de contact et les différences entre les systèmes sociaux et politiques du monde romain et du monde gaulois. Cette confrontation a été en outre l’occasion de soulever des problèmes heuristiques. Les travaux sur les mondes grec et romain reposent sur une historiographie abondante et souvent ancienne, qu’il s’agissait d’étudier sous un angle nouveau tout en prenant en compte les acquis des découvertes récentes, textuelles comme archéologiques. Il n’en va pas de même pour le monde gaulois, puisque le présent ouvrage se propose justement de rassembler et de commenter les études actuelles de ce champ de recherche novateur qu’est le vote en Gaule.

 

16L’ouvrage propose au lecteur les communications des intervenants des séminaires et des journées d’étude regroupées suivant les trois grandes aires géographiques abordées. Il ne prétend pas épuiser tous les aspects du vote dans les mondes anciens, mais permet de faire le point sur les grandes questions qui structurent la recherche actuelle sur le vote antique.