Version classiqueVersion mobile

Habitat et environnement

 | 
Marie-Odile Rousset
, 
Bernard Geyer
, 
Pierre-Louis Gatier
, 
et al.

1988 et 1989, exemples d’années pluviométriques extrêmes dans la steppe syrienne : mythe ou réalité ?

Myriam Traboulsi

Résumé

La variabilité des précipitations représente une grande contrainte naturelle au Proche-Orient et particulièrement dans les régions steppiques, domaine de culture pluviale. L’importance de cette variabilité est mise en évidence, dans la steppe syrienne, à partir d’une étude comparative entre deux années pluviométriques successives : 19881 (année exceptionnellement arrosée) et 1989 (année sèche). Les données pluviométriques quotidiennes de deux stations d’Alep et de Palmyre, et mensuelles de Salamya, ont servi de base pour cette étude. L’année 1988 est caractérisée par un total pluviométrique exceptionnellement élevé, associé à une bonne répartition des pluies sur les mois de la saison pluvieuse, elle-même caractérisée par un démarrage précoce et une fin tardive. Au contraire, l’année 1989 représente le type des « mauvaises » années, avec un démarrage tardif de la pluie et une fin précoce, et un total annuel faible. Les anomalies négatives du géopotentiel 500hPa, qui caractérisent la saison pluvieuse de l’année 1988, sont positives lors de l’année 1989. Le « mythe » de l’année 1988 se révèle donc bien correspondre à une réalité.

Texte intégral

INTRODUCTION

1La variabilité temporelle des précipitations est l’une des caractéristiques essentielles du climat méditerranéen, notamment dans sa composante steppique où les ressources en eau ont un lien direct avec la longueur de la saison sèche. Cette variabilité pèse lourd sur la population et la mise en valeur des terres. La succession de plusieurs années déficitaires prive les nappes phréatiques de l’alimentation pluviale directe, tout particulièrement lors des « mauvaises années », durant lesquelles la saison pluvieuse se réduit aux trois ou quatre mois d’hiver (exemple des années hydrologiques 2004 et 2010), même si le régime pluviométrique, avec des pluies d’hiver se produisant durant les périodes de températures les moins élevées, favorise la constitution de réserves dans les sols (Sanlaville et Traboulsi 1996). L’alternance d’années « sèches » et « humides » est une caractéristique du régime pluviométrique de la région ; mais ce qui pose problème, c’est la succession d’années « sèches », même si l’on est loin des cycles de sécheresse qui sévissent au Sahel (Fontaine 1991).

L’IMPORTANCE DE LA VARIABILITÉ DES PRÉCIPITATIONS

2Les fig. 1 et 2 montrent un exemple de la variabilité interannuelle des précipitations dans les régions intérieures syriennes : on y voit une succession d’années « humides » ou « sèches », sans aucun rythme, malgré la tendance au regroupement de ces dernières. Les années « humides », quant à elles, ne se caractérisent pas par des regroupements notables. Par exemple, durant la période 1970‑1971/2001‑2002, les années 1988 et 1992 ont été les plus arrosées, la première dans les régions intérieures du Proche-Orient, alors que la deuxième a été exceptionnellement pluvieuse dans les régions littorales (Blanchet et Traboulsi 1993).

Fig. 1 – Variabilité interannuelle des précipitations à Alep et Salamya (1970‑1971/2001‑2002).

3L’année 1988 est devenue un « mythe » dans la mémoire des populations de la steppe syrienne, région à économie agricole. Ce fut une année très arrosée, sans équivalent dans les annales, durant laquelle les surfaces cultivées ont doublé dans la steppe, les commerçants se sont « enrichis » et ont fait des réserves pour les mauvaises années, en prévision de méventes ou d’effondrement des prix (Métral 1993a, 1993b, 2000).

4Par contre, les trois années suivantes, et notamment 1989, ont été des années sèches où la pluie a fait défaut, en quantité et en distribution (voir notamment le cas de Salamya, fig. 7). En conséquence, les récoltes ont été, dans la plupart des cas, compromises sinon perdues, les champs ont été livrés aux troupeaux, et la semence n’a pu être prélevée (Métral 1993a, 1993b, 2000).

Fig. 2 – Variabilité interannuelle des précipitations à Palmyre (1970‑1971/2001‑2002).

5La question se pose de savoir quelle est la réalité de ce « mythe » qui, après plus de vingt ans, participe à l’imaginaire collectif d’un passé souvent rêvé plus faste qu’il ne l’était ?

DONNÉES ET MÉTHODE

Données

  • 2 Données de réanalyse des « National Center for Environmental Prediction » et « National Center for (...)

6Pour décrire la saison pluvieuse dans la steppe syrienne durant ces années extrêmes, nous nous sommes basés sur les données pluviométriques journalières qui nous sont disponibles (1970/2002) pour les deux stations d’Alep et de Palmyre (pour la station de Salamya, nous ne disposons que des données mensuelles) et qui proviennent du service météorologique syrien. Les données de réanalyse NCEP-NCAR2, fiables à partir de 1968 (Kalnay et al. 1996), nous servent de base pour l’étude de la circulation atmosphérique.

Méthode

7En général, la saison des pluies est caractérisée par son cumul pluviométrique, mais la qualité de cette saison ne peut être réduite à cette seule valeur. D’autres indicateurs sont à prendre en compte, comme la fréquence et la durée des périodes sèches qui s’intercalent au sein de la saison, le nombre total de jours de pluie, notamment ceux qui sont capables de satisfaire les besoins en eau des plantes ; enfin et surtout, les dates de démarrage et de fin de la saison pluvieuse, sa durée et son positionnement dans l’année.

  • 3 X centrée réduite = où Xm est la moyenne de la série, σ est son écart-type.

8Pour approcher la réalité de Tannée 1988, nous allons procéder à une étude comparative de la pluviosité des deux années 1988 et 1989. Dans un premier temps, nous analyserons la différence entre les quantités pluviométriques annuelles reçues, ainsi que leur distribution sur les mois de la saison pluvieuse. Dans un deuxième temps, nous examinerons le nombre de jours de pluie et leur distribution intra-saisonnière. Déterminer la durée de la saison de pluie ainsi que les dates de son démarrage et de sa fin durant ces deux années, sera le troisième objectif. Les anomalies (données centrées-réduites ou standardisées3) cumulées nous ont servi pour déterminer ces dernières caractéristiques.

  • 4 Ces cartes sont obtenues à partir de la différence entre les hauteurs du géopotentiel 500 hPa des s (...)

9Ces indicateurs nous permettront de mieux juger la « bonne » saison qui a eu lieu en 1988 et la « mauvaise » saison de 1989. Enfin, nous étudierons la circulation atmosphérique au-dessus de la région proche-orientale durant les deux saisons humides de 1988 et de 1989, en nous basant sur les cartes d’anomalies des hauteurs du géopotentiel 500hPa4.

CARACTÉRISATION DE LA SAISON PLUVIEUSE

Répartition saisonnière des cumuls pluviométriques

10Du point de vue des cumuls pluviométriques, l’année 1988 a été exceptionnelle, puisque la plupart des stations syriennes, notamment dans la steppe, ont reçu des quantités de précipitations largement supérieures à la moyenne : 156 % de la moyenne à Alep soit 505,8 mm, 179 % à Salamya soit 515,6 mm, 199 % à Palmyre soit 256,7 mm. L’année suivante, 1989, année très sèche, le total annuel des précipitations est tombé à seulement 60 % de la moyenne à Salamya (179,4 mm) et à Alep (194,6 mm), alors que, à Palmyre, ce total a représenté 94 % de la moyenne (121,2 mm). Le rapport entre les deux années 1988 et 1989 est de Tordre de 2,6 à Alep, de 2,9 à Salamya et de 2,1 à Palmyre.

11L’examen de la fig. 3 montre bien, pour les stations d’Alep, de Salamya et de Palmyre, la différence entre les quantités annuelles précipitées durant les deux années 1988 et 1989. La première a été très arrosée, avec une très bonne répartition des pluies sur tous les mois de la saison pluvieuse, alors que la deuxième se révèle avoir été très déficitaire, avec une concentration des pluies sur quelques mois du début de la saison, d’octobre à décembre, le printemps n’ayant connu que quelques petites averses, inférieures à 10 mm au total.

Fig. 3 Comparaison des précipitations mensuelles de 1988 et 1989, à Alep, Salamya et Palmyre.

Répartition saisonnière des jours de pluie

12L’examen du nombre de jours de pluie en 1988 et en 1989 montre une nette différence entre ces deux années. En 1988, la station d’Alep a enregistré 92 jours de pluie ≥ 0,1 mm, 19 jours de pluie ≥ 10 mm et 4 jours de pluie > 20 mm. L’année 1989 a enregistré dans la même station, respectivement, 42 jours, 6 jours et 2 jours. À Palmyre, le nombre de jours ayant reçu une quantité ≥ 0,1 mm est de 65 en 1988 contre 35 en 1989. Les jours qui ont connu des pluies quotidiennes dépassant 10 mm sont au nombre de 6 en 1988 contre 2 en 1989. Le nombre de jours où la pluie a été ≥ 20 mm est de 4 en 1988 contre 1 seul en 1989.

13Cette différence apparaît surtout dans la distribution intra-saisonnière comme le montre la fig. 4. Les jours recevant une quantité ≥ 0,1 mm sont répartis sur presque tous les mois de la saison pluvieuse durant l’année 1988, alors qu’ils sont concentrés principalement sur les mois d’octobre à avril en 1989, avec une chute remarquable aux mois de janvier et de février à Alep (février à Palmyre), au cœur de la saison des pluies.

Fig. 4 – Répartition mensuelle des jours de pluie ≥ 0,1 mm à Alep et à Palmyre en 1988 et 1989.

14Les jours de forte pluie, 10 mm, sont eux aussi mieux échelonnés sur les mois de la saison pluvieuse en 1988 à Alep qu’ils se sont produits préférentiellement aux mois d’octobre, novembre, décembre et mars en 1989. À Palmyre, ces jours sont concentrés sur les mois de décembre et janvier en 1989, alors qu’ils se répartissent sur les mois d’octobre, janvier, février et avril en 1988 (fig. 5).

Fig. 5 – Répartition mensuelle des jours de pluie 10 mm à Alep et à Palmyre en 1988 et 1989.

Les dates de démarrage et de fin de la saison des pluies

15Comme la distribution intra-saisonnière des pluies, les dates de démarrage et de fin de la saison des pluies sont très importantes pour le calendrier agricole. Afin de comparer ces dates durant les années 1988 et 1989, nous avons calculé les anomalies (données standardisées) cumulées des pluies quotidiennes de chaque station, pour chaque année, du 1er septembre au 30 juin (période englobant toutes les dates potentielles de démarrage et de fin de la saison des pluies). La fig. 6 montre les tracés obtenus pour les deux années en question pour les stations d’Alep et de Palmyre.

16À titre d’exemple, la fig. 6 commence par une baisse systématique, indiquant la persistance des anomalies pluviométriques négatives qui correspondent à une continuation de la saison sèche. Après une valeur minimum (point le plus bas), une augmentation continue se fait remarquer, correspondant à 1 occurrence de plusieurs jours pluvieux consécutifs avec des quantités supérieures à la moyenne journalière. Cette tendance à la hausse se poursuit jusqu’à un point critique représentant le sommet du graphique (point le plus élevé), au-delà duquel s’amorce une baisse indiquant la fin de la saison pluvieuse et le début de la saison sèche. Les trois segments décrivent donc successivement la fin de la saison sèche, la saison pluvieuse et le début de la saison sèche suivante.

17Les graphiques ainsi obtenus (fig. 6) montrent un minimum et un maximum qui sont considérés (successivement) comme les dates du début et de fin de la saison pluvieuse. L’alternance entre saison sèche et saison des pluies est visible grâce aux changements de pente sur les courbes.

Fig. 6 – Anomalies cumulées des précipitations journalières des stations d’Alep et de Palmyre pour l’année 1988. Les symboles indiquent les dates de démarrage et de fin de la saison des pluies.

18En 1988, les dates de démarrage de la saison des pluies à Alep et à Palmyre sont, respectivement, le 16 et le 13 octobre (valeur minimale de la courbe). Il s’agit là d’une date précoce, ce qui permet la reconstitution des réserves en eau du sol, condition nécessaire pour la réussite des cultures, notamment pluviales, comme celle de l’orge qui occupe 80 % des surfaces cultivées, en Syrie, dans les zones à pluviométrie moyenne annuelle comprise entre 200 et 350 mm. Selon Jaubert et al. (1999), en Syrie, à la suite des pluies particulièrement importantes au début de la saison 1987‑1988, les surfaces cultivées se sont rapidement étendues au détriment des terrains de parcours. Cet accroissement a eu lieu essentiellement dans les régions à pluviométrie annuelle moyenne inférieure à 200 mm.

19Après un répit d’un mois à peu près (entre le 7 novembre et le 11 décembre pour Alep et entre le 27 octobre et le 6 décembre pour Palmyre), les précipitations ont continué de tomber durant l’hiver, avec des périodes intercalaires sèches très courtes, ainsi qu’au printemps, jusqu’au 8 mars à Palmyre et au 21 mars à Alep. La pluie a repris le 10 avril, jusqu’au 21 avril à Alep et jusqu’au 24 à Palmyre, dates de fin de la saison pluvieuse.

20Les pluies printanières (fin de la saison) sont aussi importantes que les pluies automnales pour la vie agricole. Le printemps est la période de nouaison et d’épiaison ; ses pluies conditionnent le succès de la moisson (en été). Et de fait, la saison 1987‑1988 a été marquée par des rendements records dans la steppe (Jaubert et al. 1999).

21L’année 1989 a connu une saison pluvieuse très courte à Alep, de seulement 79 jours. La saison a connu un démarrage très précoce, le 9 octobre, mais également une fin survenue tôt dans l’année (dès le 27 décembre), avec des périodes sèches intercalaires relativement longues (fig. 7).

Fig. 7 – Anomalies cumulées des précipitations journalières de la station d’Alep et de Palmyre pour l’année 1989. Les symboles carrés indiquent le démarrage et la fin de la saison des pluies.

22À Palmyre, la date de démarrage, le 13 octobre, a été précoce en 1989, et la date de fin - autour du 22 janvier - l’a été elle aussi, avec cependant une reprise de la pluie pendant 4 jours vers la mi-mars (fig. 7).

23Les deux stations d’Alep et de Palmyre ont connu un automne relativement pluvieux en 1989, mais cette saison a été suivie par un printemps sec ; les champs n’ont pas été moissonnés, et le blé a été loué en pâture.

Synthèse

24Nous pouvons donc constater qu’une « bonne » ou une « mauvaise » année pluviométrique est déterminée non seulement par le total annuel mais aussi et surtout par la distribution de la pluie au cours de la saison pluvieuse. À quantité égale, de deux saisons chacune pourra se révéler « bonne » ou « mauvaise », en fonction essentiellement de la répartition intra-saisonnière des pluies et de son adéquation avec les besoins en eau de la végétation (Camberlin 2004 ; Nieuwolt 1986 ; Jackson 1989).

  • 5 Nous désignons par Proche-Orient le Liban, la Syrie, la Jordanie, Israël et la Palestine.

25L’année 1988 représente le type des « bonnes » années, que ce soit à l’échelle de l’ensemble du Proche-Orient5 ou dans les régions intérieures, est et sud-ouest, d’après une étude que nous avons réalisée sur les tendances des dates de démarrage et de fin de saison pluvieuse au Proche-Orient (Traboulsi 2012), alors que l’année 1989 représente le type des « mauvaises » années. La fig. 8 résume les caractéristiques de la saison pluvieuse, obtenues par la méthode de classification automatique (Classification hiérarchique ascendante, CHA) pour classer les années (32) en groupes. Le critère d’agrégation est celui de Ward (Sanders 1990). Quatre types principaux sont présentés ici.

  • 6 La régionalisation est obtenue par « analyse en composantes principales avec rotation » (type Varim (...)

26Le type 1 correspond aux « très bonnes » années, telle que l’année 1988. Il est caractérisé par des totaux pluviométriques annuels élevés, une bonne performance globale de la pluie (périodes sèches intercalaires courtes) et un début précoce de la pluie suivi d’un arrêt relativement tardif, notamment dans les régions sud-ouest et est6. Le type 4 correspond aux « mauvaises » années en termes de totaux annuels et en performance. Ce type caractérise les années les plus sèches au Proche-Orient durant la période étudiée, comme par exemple l’année 1989.

Fig. 8 Types d’années selon les caractéristiques de la saison pluvieuse (période 1970‑1971/2001‑2002).

27Le type 2 présente un démarrage relativement tardif et une fin relativement tardive par rapport au type 1 (la fin est plus précoce dans le sud-ouest), avec des cumuls pluviométriques plus faibles. Le type 3 connaît un démarrage tardif et une fin relativement précoce. Ce type enregistre la durée la plus courte par rapport aux types 1 et 2, ainsi que les totaux les plus faibles.

28De ce qui précède, nous pouvons retenir que les caractéristiques de la saison pluvieuse sont proches, que ce soit à l’échelle de l’espace proche-oriental ou à l’échelle sous-régionale ; nous retrouvons les mêmes « très bonnes » années ou « très mauvaises » années dans les deux cas (types 1 et 4), ce qui est sûrement lié aux généralisations des conditions atmosphériques favorables ou défavorables aux précipitations. Dans les autres types (2 et 3), au contraire, le groupement des années est différent d’une région à l’autre, ce qui serait dû à la primauté des conditions locales sur les conditions atmosphériques générales.

CIRCULATION ATMOSPHÉRIQUE DURANT LES ANNÉES 1988 et 1989

29En général, les précipitations proche-orientales sont liées à la circulation atmosphérique méridienne. Les années arrosées sont liées à la grande fréquence des types de temps perturbés, associés à la présence d’un talweg d’altitude supérieure au niveau de la Méditerranée orientale au niveau du géopotentiel 500hPa. Par contre, les années sèches sont caractérisées par une grande fréquence des types de temps anticycloniques, associés à la présence d’une crête chaude au-dessus de la région (Blanchet 1976 ; Traboulsi 2004).

30L’examen des cartes d’anomalies du haut géopotentiel 500hPa au-dessus de la région proche-orientale, durant les deux années 1988 et 1989, permet les constatations suivantes (fig. 9) : l’hiver et le printemps pluvieux durant l’année 1988 ont été caractérisés par la présence d’anomalies négatives du haut géopotentiel 500hPa au-dessus de la région (fig. 9c et 9e), qui se traduisent par une grande fréquence des types de temps perturbés, générateurs de fortes précipitations. Par contre, ces deux saisons ont été sèches en 1989 et cette sécheresse est liée à la présence d’anomalies positives du haut géopotentiel au-dessus du Proche-Orient, qui se traduisent par une grande fréquence des types de temps anticycloniques inhibiteurs des précipitations (fig. 9d et 9f). L’automne pluvieux de cette année-là a été marqué par la présence d’anomalies négatives (fig. 9a et 9b).

Fig. 9 – Anomalies des hauteurs du géopotentiel 500hPa durant les saisons pluvieuses des deux années 1988 et 1989 (a et b, automne ; c et d, hiver ; e et f, printemps).

CONCLUSION

31Les années exceptionnellement arrosées, qui ne sont d’ailleurs pas très nombreuses, marquent la mémoire des gens au Proche-Orient, notamment dans les régions steppiques qui souffrent du manque d’eau. L’économie de cette région, à vocation agricole, est directement liée aux précipitations ; c’est le domaine de l’agriculture pluviale. L’enrichissement des agriculteurs est associé à l’abondance et à la bonne répartition des précipitations : ce fut le cas en 1988. La réussite des cultures cette année-là est liée non seulement aux cumuls pluviométriques importants mais surtout à la bonne répartition de ces cumuls durant les trois saisons, automne, hiver et printemps.

32Le mythe de l’année 1988 est donc à rattacher à une réalité. Il est né, et c’est en quelque sorte justifié, du fait que les années très arrosées, bénéficiant en outre d’une bonne répartition des précipitations dans l’année, sont rares. Les chances de voir se reproduire régulièrement un tel « événement » se réduisent malheureusement. Depuis 1992, les années sèches sont de plus en plus nombreuses. De plus, les pluies ont tendance à se concentrer davantage sur les mois d’hiver. La saison pluvieuse tend à se raccourcir, surtout par la fin, précoce, avec pour conséquence la diminution des pluies printanières, indispensables pour les cultures pluviales.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Blanchet G. 1976, Le temps au Liban, approche d’une climatologie synoptique, thèse de 3e cycle, université Lumière Lyon 2.

Blanchet G., Traboulsi M. 1993, « Froid, pluie, neige et tempête au Proche-Orient durant l’hiver 1991‑92 », Publications de l’Association internationale de climatologie 6, p. 433‑441.

Camberlin P. 2004, Contributions à la compréhension de la variabilité pluviométrique multi-échelle en Afrique, HDR, CRC - université de Bourgogne.

Fontaine B. 1991, « Variations pluviométriques et connexions climatiques : l’exemple des aires de mousson indienne et ouest-africaine », Sécheresse 4/2, p. 259‑264.

Jackson I. J. 1989, Climate, water and agriculture in the Tropics, 2e éd., Harlow-New York.

Jaubert R., Debaine Fr., Besançon J., Dbiyat M., Geyer B., Gintzburger G., Traboulsi M. 1999, Land use and vegetation cover in the semi-arid and arid areas of Aleppo and Hama provinces (Syria), Cahiers du GREMMO, hors série, Lyon.

Kalnay E., Kanamitsu M., Kistler R., Collins W., Deavan D., Gandin L., Iredell M., Saha S., White G., Woollen J., Zhu Y., Chellia M., Ebusuzaki W., Janowiak J., Mo K., Ropelewski C., Wang J., Leetmaa A., Reynolds R., Jenne R., Joseph D. 1996, « The NCEP-NCAR 40-years Reanalyses Project », Bulletin of the American Meteorological Society 77, p. 437‑471.

Métral J. 1993a, « Économie et sociétés : stratégies alternatives et cultures de l’aléatoire », in R. Bocco, R. Jaubert et Fr. Métral (éd.), Steppes d’Arabie. États, pasteurs, agriculteurs et commerçants : le devenir des zones sèches, Cahiers de l’Institut universitaire d’études du développement 23, Paris-Genève, p. 381‑387.

Métral Fr. 1993b, « Élevage et agriculture dans l’oasis de Soukhné (Syrie) : gestion des risques par les commerçants entrepreneurs », in R. Bocco, R. Jaubert et Fr. Métral (éd.) 1993, Steppes d’Arabie. États, pasteurs, agriculteurs et commerçants : le devenir des zones sèches, Cahiers de l’Institut universitaire d’études du développement 23, Paris Genève, p. 195‑222.

— 2000, « Zones arides du Proche-Orient, projets de développement et outils d’analyse », in D. Balland (éd.), Hommes et terres d’Islam. Mélanges offerts à Xavier De Planhol, t. 1, Bibliothèque iranienne 53, Téhéran, p. 139‑159.

Nieuwolt S. 1986, « Agricultural drought in the Tropics », Theoretical and Applied Climatology 37, p. 29‑38.

Sanders L. 1990, L’analyse statistique des données en géographie, Collection Alidade, Montpellier.

Sanlaville P., Traboulsi M. 1996, « Palmyre et la steppe syrienne », Annales archéologiques arabes syriennes 42, p. 29‑40.

Traboulsi M. 2004, Les précipitations au Proche-Orient : variabilité spatio-temporelle et relations avec la dynamique de l’atmosphère (1960‑1961/1989‑1990), thèse de doctorat, université de Bourgogne.

— 2012, « La saison pluvieuse au Proche-Orient : une tendance au raccourcissement », Climatologie 9, p. 9-29.

Notes

1 Il s’agit des années hydrologiques, soit 1988 = 1987‑1988, 1989 = 1988‑1989.

2 Données de réanalyse des « National Center for Environmental Prediction » et « National Center for Atmospheric Research » (NCEP/NCAR).

3 X centrée réduite =Image 100000000000004500000025B4937428.jpg où Xm est la moyenne de la série, σ est son écart-type.

4 Ces cartes sont obtenues à partir de la différence entre les hauteurs du géopotentiel 500 hPa des saisons concernées et la moyenne de ces mêmes saisons pour la période 1981‑2010.

5 Nous désignons par Proche-Orient le Liban, la Syrie, la Jordanie, Israël et la Palestine.

6 La régionalisation est obtenue par « analyse en composantes principales avec rotation » (type Varimax), appliquée sur un réseau de 20 stations pour la période 1971‑2002. La région nord-ouest du Proche-Orient englobe les stations du nord-ouest de la Syrie et le Liban. La région sud-ouest englobe les stations de l’extrême sud-ouest de la Syrie, de l’extrême nord-ouest de la Jordanie et du nord d’Israël. La troisième région est la région est (est de la Syrie notamment, et l’extrême nord-est de la Jordanie) ; Traboulsi 2012.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Variabilité interannuelle des précipitations à Alep et Salamya (1970‑1971/2001‑2002).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/491/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 2 – Variabilité interannuelle des précipitations à Palmyre (1970‑1971/2001‑2002).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/491/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 3 Comparaison des précipitations mensuelles de 1988 et 1989, à Alep, Salamya et Palmyre.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/491/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 4 – Répartition mensuelle des jours de pluie ≥ 0,1 mm à Alep et à Palmyre en 1988 et 1989.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/491/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 5 – Répartition mensuelle des jours de pluie 10 mm à Alep et à Palmyre en 1988 et 1989.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/491/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 6 – Anomalies cumulées des précipitations journalières des stations d’Alep et de Palmyre pour l’année 1988. Les symboles indiquent les dates de démarrage et de fin de la saison des pluies.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/491/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 7 – Anomalies cumulées des précipitations journalières de la station d’Alep et de Palmyre pour l’année 1989. Les symboles carrés indiquent le démarrage et la fin de la saison des pluies.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/491/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 8 Types d’années selon les caractéristiques de la saison pluvieuse (période 1970‑1971/2001‑2002).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/491/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 9 – Anomalies des hauteurs du géopotentiel 500hPa durant les saisons pluvieuses des deux années 1988 et 1989 (a et b, automne ; c et d, hiver ; e et f, printemps).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/491/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 188k

Auteur

Université Libanaise, Beyrouth et UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search