Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habitat et environnement

 | 
Marie-Odile Rousset
, 
Bernard Geyer
, 
Pierre-Louis Gatier
, 
et al.

Tente pérenne ou maison transitoire ? Les « usages de l’espace » dans la steppe syrienne au début du XXIe siècle

Olivier Aurenche et Patrick Desfarges

Résumé

En observant aujourd’hui les divers modes d’occupation de la steppe syrienne, du plus « mobile » (la tente) au plus « fixe » (la maison en dur), on montre le développement inéluctable, mais pourtant réversible, de la sédentarisation, dans une région qui a déjà connu ce phénomène à deux reprises dans l’histoire.

By observing today the diverse ways of settling in the Syrian steppe, from the most “mobile” (the tent) to the most “permanent” (the solid house) one demonstrates the inevitable, but nevertheless reversible development of sedentism in a region which, in the course of its history, has witnessed this process already twice.

Texte intégral

INTRODUCTION

1Depuis le milieu du XIXe siècle, la steppe (bādiya) et ses occupants naturels, les bédouins, éleveurs de chameaux et/ou d’ovins, ont subi de profonds bouleversements dont les marques sont perceptibles dès que Ton quitte la ma mūra (zone de culture). Une volonté forte et continue, essentiellement politique, initiée par l’Empire ottoman, maintenue par le Mandat français et poursuivie par l’État syrien, s’est efforcée de « fixer » ces populations par essence mobiles et remuantes qui se jouaient notamment des frontières étatiques. Le moyen utilisé a été le développement de l’agriculture dans la steppe même, pour des raisons à la fois politiques et économiques, ce qui impliquait non seulement le remplacement des pâturages par des champs, mais aussi l’édification de constructions « en dur ». Cette tendance lourde et ce développement de l’agriculture ont été accélérés par l’envoi dans la steppe dès le XIXe siècle de populations agricoles sédentaires déplacées, venues soit de la côte ouest de la Syrie (Ismaéliens, Alaouites), soit de plus loin, comme les Tcherkesses chassés du Caucase (Al-Dbiyat et Jaubert 2006).

2Le contact entre ce front pionnier d’agriculteurs et les occupants traditionnels, les éleveurs nomades, a durablement modifié les conditions d’exploitation du milieu. Les étapes du processus et la nature des nouveaux rapports ainsi établis entre nomades et sédentaires durant la première moitié du XXe siècle ont été bien étudiés par Fr. Métrai qui s’interroge sur les « modalités et la nature des changements que l’on a tendance à résumer par le terme de sédentarisation. Y a-t-il réellement fixation au sol des nomades ou occupation saisonnière, voire épisodique des lieux bâtis ? Si fixation il y eut, concernait-elle l’ensemble du groupe ou quelques-uns de ses éléments. Assistions-nous au passage de la tribu au village ? D’un groupe qui se référait à l’un plutôt qu’à l’autre ? » (Métrai 2006, p. 99.) C’est à ces questions que l’enquête conduite de 1996 à 2002 sur les formes actuelles de l’occupation de l’espace s’efforce de répondre (voir Lancaster 1998 pour un processus analogue en Jordanie).

  • 3 On pourra se reporter, pour les années 1970, à l’étude de H. Yédid (1978 et 1984).

3Marina Leybourne, de son côté, par l’étude de plusieurs cas concrets au début des années 1990 dans une zone située à l’est du terrain prospecté, dans le cadre de la mission des Marges arides de la Syrie du Nord, a bien montré le fonctionnement actuel du système économique bédouin et notamment l’usage alterné de la tente et de la maison. Le campement d’hiver (octobre-mai) dispose souvent désormais d’une maison en dur dans la steppe où les aliments du bétail achetés sont stockés, à proximité de laquelle on peut, le cas échéant, cultiver, et autour de laquelle s’effectuent les parcours dans les pâturages au printemps (de mars à mai). Le reste de l’année (mai-octobre), avec la tente, on exploite, en dehors de la steppe, dans les zones cultivées (au nord ou à l’ouest), les chaumes et les résidus des champs irrigués autour des villages (Leybourne 1997)3. Ce calendrier « théorique » varie en fonction de « bonnes » et de « mauvaises » années, mais la complémentarité entre l’usage de la tente et celui de la maison semble désormais bien établie.

4Parallèlement, le développement des moyens de transport mécaniques à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle accélérait les transformations du mode de vie pastoral traditionnel. Les parcours saisonniers, à la recherche des pâturages et des points d’eau, sont moins indispensables : l’eau apportée dans des citernes mobiles est désormais accessible en tous lieux et en tous temps, de même que les aliments du bétail, transportés en camions et stockés sur place en divers points de la steppe même. En sens inverse, si l’on peut dire, les troupeaux sont facilement et plus rapidement transportés, eux aussi en camion, d’une extrémité à l’autre de la steppe, notamment vers les zones agricoles de l’ouest où les troupeaux paissent sur les chaumes après la récolte. L’alimentation sur pied, dans la steppe, ne constitue plus en 1992 que 2,5 % du total, après avoir atteint 65 % en 1974 (Leybourne 1997, p. 172 et 276, tab. 8.1), ce qui permet de bénéficier cependant du label « agneau de la steppe » !

  • 4 Plutôt que de revirements successifs, il s’agissait d’une application plus ou moins rigoureuse selo (...)

5À partir de 1970, pour des raisons essentiellement économiques et écologiques, – relancer l’élevage tout en régénérant la steppe – mais géographiquement contestables, l’État syrien a opéré un revirement brutal en interdisant la culture céréalière (orge) ou arbustive (oliviers) en deçà (ou au-delà, suivant le point de vue auquel on se place !) de la limite théorique (fixée par le Mandat français) des 200 mm de précipitations annuelles, et en encourageant la plantation de plantes fourragères comme Atriplex sp. (Jaubert et Al-Dbiyat 2006). Cette décision a entraîné de nombreuses tergiversations (Leybourne 1997, p. 130 ; Jaubert 1993). Après avoir successivement interdit (1970, 1982, 1986) puis ré-autorisé (1983, 1987, 1988), puis réinterdit (1992), la décision définitive d’interdiction est intervenue en 19954.

  • 5 Conduite par O. Aurenche et P. Desfarges, architecte, elle a bénéficié de l’aide précieuse de M. Al (...)

6C’est dans ce contexte un peu tendu que s’est déroulée l’enquête de 1996 qui a été l’occasion d’un premier contact avec les différentes formes d’habitat rencontrées dans la zone prospectée (Jaubert et Geyer 2006, p. 9). La description des installations visitées ou observées du 15 septembre au 1er octobre 1996 constitue le premier volet de l’enquête. La prospection, conduite à des fins essentiellement géographiques et archéologiques, n’était pas centrée sur l’habitat actuel, et l’observation a été menée en marge, non aride ( !), de cette double finalité5. Plutôt que d’une enquête systématique, il s’agit donc d’une série d’instantanés successifs qui ont néanmoins révélé une variété surprenante d’installations. On les présente ici dans un ordre croissant d’investissement architectural, en tenant compte de l’ancienneté présumée de l’installation.

  • 6 Conduite par O. Aurenche et J.-Cl. Moncel, avec l’aide pour les relevés architecturaux de C. Duvett (...)

7Le deuxième volet a consisté à mener une enquête plus approfondie, conduite de 1999 à 2003, sur un choix de sept sites repérés en 1996 et jugés représentatifs, en étudiant principalement leur processus de développement depuis l’origine6. Les résultats en seront présentés dans une publication ultérieure (Aurenche et Moncel, à paraître).

LA TENTE SEULE

8La tente est l’habitat normal de la steppe, adaptée aux parcours effectués par les éleveurs mobiles conduisant leurs troupeaux sur les différents pâturages en fonction des saisons. On ne s’attardera pas ici sur les aspects techniques, bien décrits par N. Daker (1975, p. 31-85 ; voir aussi Leybourne 1997, p. 82, fig. 2.5). On rappellera qu’il existe deux types de tentes : la tente « noire » ou tente d’hiver (bayt al-ša ‘ar, ou « maison de poil », en poil de chèvre) et la tente « blanche » ou tente d’été (hiğra), en principe en coton, mais confectionnée le plus souvent aujourd’hui à partir de sacs de jute remployés cousus bord à bord. La tente est montée de manière à s’ouvrir à Test (wağa al-bayt), tournant le dos (qafā al-bayt) aux vents dominants, mais, en cas de besoin, la paroi qui la ferme à l’ouest peut s’inverser. L’organisation de l’espace intérieur reste, en revanche, immuable : au sud, le compartiment des hommes (raba’a), destiné à la vie publique, marqué par la présence, au centre, d’un foyer circulaire ou rectangulaire creusé (miqra), pour la préparation du café offert à l’hôte. À l’extérieur, le tas de cendres (natīla) qui en provient témoigne, par sa hauteur, de la munificence de l’occupant et signale, de loin, pour l’arrivant, le statut du propriétaire. Au nord, le compartiment des femmes (al-muḥarram ou al-ḥarīm), destiné à la vie privée, contenant les éléments de couchage, les provisions et les ustensiles de la vie quotidienne. Le foyer culinaire, creusé et bordé de pierres, est à l’extérieur. Dans la plupart des cas observés aujourd’hui, le foyer et la cuisine sont abrités dans une tente, de plus petites dimensions, montée au nord de la première. Pour prévenir le ruissellement de l’eau de pluie à l’intérieur, une série de rigoles (al-wānī) entoure la tente qui sert d’habitat. Les deux compartiments de la tente principale sont séparés par des cloisons mobiles en roseaux (zarb) ou par des rideaux (sāḥa) recouvrant souvent la literie repliée pendant la journée, dont l’empilement renforce ainsi la division interne de l’espace.

9L’espace « extérieur » du campement peut être occupé par des enclos à bétail, en pierres ou en buissons d’épineux, souvent désormais en grillage. Il comporte aussi systématiquement, de nos jours, une citerne métallique fournissant l’eau nécessaire aux troupeaux, et des moyens de transport mécaniques (tracteur et remorque ou camion).

  • 7 Chaque site a fait l’objet d’un dossier composé de plans et/ou de photographies que l’on trouvera e (...)

10Lors de l’enquête de septembre 1996, les campements aperçus n’ont pas été très nombreux : par exemple, un groupe de deux tentes blanches à Ǧub Ḫarā’ib al-Ṣalḥiyya (96/89, dossier 1)7 et, à 4 km au nord, un autre groupe de cinq tentes, dont quatre à quatre poteaux et une à six poteaux équipée d’une antenne de télévision. Chaque tente-habitat était accompagnée d’une tente-cuisine. L’équipement comprenait en outre un camion-citerne et une bétaillère. À l’ouest, à l’autre extrémité de la zone parcourue, à proximité d’un village d’agriculteurs, al-Mustarīḥa 1 (96/58, dossier 2), le campement, dont les moutons pâturaient sur les chaumes, comprenait une tente blanche à cinq poteaux, une tente-cuisine et un enclos métallique. Un âne et un tracteur ainsi qu’une vingtaine de zambīls (paniers confectionnés à partir de pneus hors d’usage) répartis sur le sol pour les compléments alimentaires constituaient le reste de l’équipement.

  • 8 En l’absence de toponyme spécifique à un site, nous lui avons attribué le nom de l’oued au bord duq (...)

11Très nombreuses en revanche sont, dans la steppe, les traces au sol laissées par des campements vides. Pratiquement chaque arrêt au cours de la prospection archéologique, qui était l’un des buts de la mission Marges arides, en a révélé. À Wādī al-’Amūr 3 (96/50, dossier 3), dans l’oued éponyme8, on a relevé sur le même site une dizaine d’emplacements non contemporains. Le plus récent était repérable à l’identification des deux compartiments de la tente. L’un, au sol tassé et nettoyé, se distinguait, par sa couleur plus claire, de l’autre, dont la seule partie antérieure était balayée et dont il était séparé par un muret bas en pierres. Un alignement discontinu de pierres, avec certaines plus grosses aux angles, marquait la périphérie de la tente. Le foyer creusé extérieur (culinaire) et le tas de cendres correspondant étaient encore visibles. L’enclos pour les animaux était marqué par son sol couvert de fumier et une ligne de grosses pierres périphériques. Deux autres emplacements dans le même état de fraîcheur se trouvaient à 300 m du premier.

Fig. 1 Carte de localisation.

12Dans la même zone, à Wādī al-’Amūr 4 (96/51, dossier 4), trois autres emplacements étaient repérables, toujours grâce aux sols nettoyés, à des rigoles périphériques et à des murets ou banquettes en pierres maçonnées de terre, dont un formant un angle droit (support de denrées). À Wādī al-Zārūb 6 (96/31), on distinguait encore le foyer à café, subrectangulaire et profond, comblé de pierres et le foyer culinaire, circulaire et moins profond, avec les deux tas de cendres correspondants.

13À Wādī Ṯriyān 3 (96/88, dossier 5), deux emplacements de tentes sont marqués par la présence de rigoles périphériques – signes probables, là comme ailleurs, de campements d’hiver-, de pierres aux angles et de deux foyers construits en pierres et terre en forme de fer à cheval. Le sol de l’enclos à bétail est recouvert de fumier. À l’ouest de la zone, à Ḫarāyab Abū Ǧamīl (96/04, dossier 6), deux autres emplacements de tentes se repèrent par des alignements de pierres, des rigoles et deux foyers creusés (Aurenche 1999).

14Telle est l’image traditionnelle et « romantique » de la steppe (Müller dans Leyboume 1997, p. 22-23) : un tapis de pâturages verdoyants où fleurissent au gré des saisons, tentes blanches et tentes noires, qui, une fois démontées, ne laissent que des empreintes discrètes mais repérables.

LA FIXATION PROGRESSIVE AU SOL. LA TENTE ET LES CONSTRUCTIONS EN DUR

15Les changements progressifs intervenus au cours des XIXe et XXe siècles, d’une part, par la mise en culture d’une partie des espaces et, d’autre part, par le développement des moyens de transport, ont sensiblement modifié cette image. C’est la traduction de ces changements dans l’utilisation de l’espace steppique stricto sensu qu’il importe maintenant d’observer, en gardant à l’esprit qu’il s’agit, sur la longue durée, de la troisième fois que ce cycle est observé à cette échelle.

16En effet, les prospections archéologiques ont mis en évidence que, à deux reprises au moins, la zone étudiée s’était déjà couverte de constructions en dur dont les traces sont encore visibles : fermes isolées, villages ou petites villes. Ce fut, au Bronze ancien IV (fin du IIIe millénaire BC), « la première conquête de Test » (Geyer et Calvet 2001 ; Geyer et al 2006), puis, à l’époque byzantine (IVe-VIIe siècles AD), une nouvelle « ruée vers l’est » (Geyer et Rousset 2001 ; Geyer et al 2006 ; Rousset et Duvette 2005). Cette révélation d’une occupation sédentaire de la steppe à cette échelle, à deux périodes très éloignées l’une de l’autre, constitue l’une des surprises majeures - et l’un des principaux résultats - de l’enquête.

  • 9 On trouvera, par exemple, dans Thoumin 1936 une description des villages mawalis du Ghab (habitat s (...)

17L’enquête a permis d’observer au XXe siècle, sur un laps de temps qui paraît plus court, de l’ordre d’une soixantaine d’années, des années 1930 aux années 1990, correspondant à la mémoire collective recueillie, un phénomène analogue que l’on qualifie de manière impropre, mais commode, de processus de sédentarisation. On ne parle pas ici de l’installation des bédouins devenus fellahs dans des villages situés dans les zones agricoles en dehors de la steppe, à l’ouest de la ligne Homs-Hama-Alep9, mais des éléments de fixation dans la steppe elle-même.

18Un premier exemple de début de fixation a été observé à Tabārat S’ayid (96/34, dossier 7). Le site, outre deux emplacements de tentes anciens identifiés par les traces au sol et le tas de cendres résiduelles, comporte un empilement de 10 x 4 x 3 m de sacs de jute remplis de paille qui semble surgi de nulle part ! À proximité, une tente-habitat d’été, et une tente-cuisine, avec un enclos à bétail en grillage, une citerne métallique cubique posée au sol et un tracteur avec remorque bétaillère. La tente noire d’hiver est pliée derrière. Tous les ingrédients d’une fixation possible au sol sont présents (tente d’hiver, tente d’été, provisions d’aliments pour le bétail, citerne d’eau), mais, depuis 1995, l’interdiction de construire, conséquence de l’interdiction de cultiver, empêche de matérialiser « en dur » la possibilité d’une installation plus pérenne, qui a été réalisée, à quelques centaines de mètres, à Rasm Ǧnayna 1 (96/32, dossier 8) par un cousin plus prévoyant.

  • 10 L’année 1988, particulièrement favorable aussi bien aux cultivateurs qu’aux éleveurs de la steppe ( (...)

19Cette dernière comporte exactement les mêmes éléments que la précédente, à la différence près que la citerne métallique est montée sur roue et tractée. L’élément nouveau est la présence d’une maison cubique en moellons de ciment devant laquelle se trouve un tas de sacs d’aliment pour bétail largement entamé. Interrogé, le propriétaire se considère comme quasi-sédentaire avec un troupeau de 500 moutons. Sa seule mobilité l’entraîne vers le Ghab, les mauvaises années. La maison actuelle a été construite en 198810. Elle succède à une maison en terre construite par son père. Dans cet exemple où, comme dans tous les campements, les installations destinées aux animaux sont disposés perpendiculairement à l’axe des tentes, et donc à portée de vue des occupants, on reconnaît l’amorce de la constitution d’un espace domestique à angle droit, ouvert sur les deux autres côtés. Cet espace reste virtuel car sans limites matérialisées. La maison, en revanche, reléguée à l’arrière, est une intruse qui ne participe pas à l’espace domestique.

  • 11 Les faydas (terminologie locale) sont des évasements des fonds de vallées profitant de sols d’appor (...)

20Dans le même état d’avancement vers la fixation, on peut citer le campement de Ḫirbat al-Ǧuwī’d (96/25, dossier 23) qui regroupe trois familles Ḥadīdiyin (clan Ǧimlān) disposant respectivement de deux tentes (habitat et cuisine) et de six pièces isolées à toit plat (trois en pierres, trois en parpaings), de deux tentes et d’une pièce en parpaings, et de quatre tentes et d’une autre pièce. Toutes les tentes-habitats sont à sept poteaux et en coton et les tentes-cuisines en sacs de jute cousus. L’aménagement intérieur est particulièrement soigné : l’espace de réception est recouvert d’un tapis de petits galets (ensemble 1) ou en terre battue (ensemble 2). Le café est préparé sur un braséro (manqal) métallique rectangulaire enterré (ensemble 1) ou posé (ensemble 2). Le premier est alimenté par du bois (noyaux d’olives) et comprend cinq cafetières en cuivre de taille décroissante. Les accoudoirs sont constitués de celles de chameaux et on laisse en évidence un mortier à café en bois sculpté. Ce campement est l’un de ceux qui affichent le plus ostensiblement, avec Ǧbāb Tanāhiğ (96/42, dossier 14), les marques de la « bédouinité ». Dans un cas (ensemble 1), la télévision est installée dans le compartiment nord de la tente-habitat et fonctionne grâce à un groupe électrogène qui alimente aussi une pompe pour tirer l’eau d’un puits à destination des animaux. Dans l’ensemble 2, l’éclairage est assuré par une lampe à gaz, et l’espace de réception comprend la même série de cafetières en cuivre. Le parc automobile comprend un pick-up et plusieurs camions. La culture de l’orge pratiquée dans la fayda11 au pied du campement limite les déplacements du troupeau, dont une partie reste sur place toute l’année.

21Il existe d’autres exemples où l’association tente/maison en dur ébauche plus clairement la formation d’un espace fermé. Mais il n’est pas – pas encore – matérialisé par des murs, comme c’est le cas dans une cour de maison de sédentaire (voir infra). Seule la position sur le terrain des éléments fixes comme les maisons, les uns par rapport aux autres et par rapport à la tente, permet de distinguer la genèse du processus. Les bédouins ne construisent pas eux-mêmes mais font appel à des maçons citadins ou villageois qui « importent », dans ce nouvel espace qui n’est pas villageois, les types architecturaux que leur savoir-faire leur permet de réaliser. Il en va de même pour les constructions qui succèdent aux coupoles traditionnelles et qui sont bâties elles-aussi par des maçons professionnels.

22La date des premiers éléments de fixation varie dans le temps, mais elle peut être suggérée par la nature et la forme des constructions présentes (Aurenche 2005) : les habitations en coupole encore visibles, formes traditionnelles autour de Homs, Hama et Alep dans des zones dépourvues de bois d’œuvre datent, pour les plus anciennes, des années 1930. On en construisait encore dans les années 1970, et même exceptionnellement à la fin des années 1990 (dossier 19).

23Les premières constructions rectangulaires en pierres à toit plat sur charpentes en bois sont apparues dans les années 1960. Le transport de ces matériaux exogènes, mais traditionnels, est rendu possible par la multiplication des tracteurs et des camions. Les matériaux « modernes » (parpaings de ciment, chape de sols en béton, colonnes et chapiteaux moulés en ciment) font leur entrée dans la steppe avec le « boom » spéculatif de la fin des années 1980.

24La steppe suit ainsi les modes architecturales venues de la ma’mura. Cette situation explique le fait que, bien que l’acte de construire soit individuel, il ne règne qu’une fantaisie très limitée dans les réalisations. On est au contraire frappé par l’uniformité des constructions qui apparaissent, par strates chronologiques successives, à travers toute la steppe.

25Le rôle de la construction en dur varie en revanche beaucoup selon les situations. Elle est rarement immédiatement utilisée comme lieu d’occupation ou d’habitation. Plusieurs cas de figure ont été observés : les cubes de blocs de parpaings, vides et sans toit, que l’on a rencontrés en grand nombre, constituent d’abord un « placement » rendu possible par les revenus d’une année faste – l’année 1988 a été unanimement considérée comme une année mumtāzah – ; les mêmes sans toit, toujours, mais débordant d’aliments pour animaux, servent de silos et peuvent succéder aux simples tas de sacs empilés ; même pourvus de toits et de portes, ils peuvent rester vides longtemps et conserver leur rôle de silo. Dans tous les cas, il s’agit de marquer un territoire, au cas où, par exemple, l’interdiction de cultiver serait levée. On pourrait considérer la construction en dur, non pas au départ comme un habitat, mais d’abord comme un instrument permettant, le cas échéant, de rationnaliser ou de diversifier l’activité principale qui reste l’élevage, tout en facilitant, par sa fonction de stockage, un retour récurrent sur un lieu de campement apprécié. Lorsque la fixation est plus ancienne et que la destination est plus clairement l’habitat, les réalisations « modernes » en parpaings font preuve d’une plus grande « fantaisie » (par exemple infra Abū Laffa 4 [96/19, dossier 10] ou Abu Laffa 5 [96/22, dossier 12]). Mais il s’agit toujours de plans-types en nombre limité que l’on peut retrouver à plusieurs exemplaires, en fonction de l’origine du maçon. Ces plans-types présentent tous un point commun, y compris depuis les premières constructions à coupoles ou rectangulaires en pierres : chaque pièce (au nombre de 2 à 5) est accessible directement depuis l’extérieur – il n’y a pas de système de circulation avec pièces de distribution – et le toit-terrasse lorsqu’il est utilisé est accessible par un escalier extérieur.

26On rencontre plusieurs cas de figures qui permettent de mesurer la date et la durée de la fixation au sol : présence de l’un seulement des types reconnus ou succession sur un même site de deux ou plusieurs types de construction. La même superposition a été rapportée par N. Daker (1984, p. 60-78). Un autre constat s’impose : le taux d’occupation est éminemment variable et certains sites étaient « habités » au moment de l’enquête, d’autres vides, d’autres enfin semblaient abandonnés.

LES ESPACES DOMESTIQUES CONSTRUITS EN VOIE DE CONSTITUTION ET LA TENTE

  • 12 Les illustrations sont classées par dossier. L’abréviation d9 renvoie au dossier 9.

27Un exemple intéressant d’association tente/maison a été rencontré à Wādī Ṯriyān 4 (96/84, dossier 9). Deux maisons en pierres à toit plat (d9, fig. 1/1-2 et 2)12, de deux pièces chacune, ouvertes au sud, se trouvaient au centre d’un espace domestique en formation : derrière les maisons, au nord, deux immenses enclos à bétail (d9, fig. 7/4-5, 3, 4 et 8) : dans un cas, les murs étaient en pierre, dans l’autre en buissons d’épineux. Devant, au sud, une citerne métallique (d9, fig. 1/6) et d’énormes réserves de fourrage et de combustible (bois) fermaient l’espace à l’est (d9, fig. 7/7-8,2 et 4), tandis qu’une tente (d9, fig. 7/3, 3 et 6), à l’ouest, constituait le troisième côté d’un grand quadrilatère accessible par le sud et prolongé par de nouvelles constructions en dur (d9, fig. 7/11 à 13, 3 et 7) qui agrandissaient l’espace sans modifier l’accès. Symboliquement, alors que la famille (20 personnes) était fixée là depuis deux ans, c’est sous la tente (d9, fig. 7/3 et 6), entièrement vide, que nous avons été reçus ! Même si l’occupant se considère toujours comme éleveur, avec la tente comme signe d’appartenance, on note la disposition sur le terrain des éléments fixes qui préfigurent la mise en place d’un espace en train de se clore.

28Quels que soient les matériaux employés ou la forme des maisons qui sont toujours construites par des maçons spécialisés venus de la ville, le principe d’organisation reste le même : il reproduit la distribution de l’espace dans la tente. Seule l’orientation change. Comme la maison est plutôt occupée l’hiver, elle est généralement tournée vers le sud. Elle comprend une ou deux pièces contiguës réservées à l’habitat avec entrées séparées, une ou plusieurs constructions plus petites, souvent dans le même alignement, pour la cuisine, et un nombre variable de silos.

29Il existe d’autres installations, dans lesquelles, inversement, la tente est toujours présente, même si l’agriculture constitue une grande part de l’activité. C’est le cas à Abū Laffa 4 (96/19, dossier 10), où la tente-habitat est montée à proximité d’une grande maison en parpaings avec portique à arcades, construite en 1992 (d10, fig. 1), qui a remplacé une maison à coupole de 1974. La famille (12 personnes), sédentaire, entretient un verger d’oliviers et les moutons estivent à ’Iṯriyā. Un autre cas d’espace domestique en voie de formation a été observé à Abū al-Ḫanādiq 1 (96/59, dossier 11), selon le même principe : formation d’un quadrilatère avec, au nord, une maison de deux pièces en pierres à toit plat (d11, fig. 7/2-3) et une cuisine (d11, fig. 7/4), à l’ouest, la tente (d11, fig. 7/1), au sud et à l’est, un enclos à bétail (d11, fig. 7/6) et les réserves de fourrage (sacs empilés) [d11, fig. 1/7]. La dimension plus réduite de l’installation et la disposition plus « géométrique » des différents éléments rendent la lecture plus immédiate. Cette installation peut être considérée comme l’archétype de l’espace sédentaire en voie de constitution (voir aussi Leybourne 1997, p. 83, fig. 2.6).

30Non loin de là, à Abū Laffa 5 (96/22, dossier 12), une autre ferme est en formation : la maison à coupoles est encore debout tant que la maison en parpaings, en construction, n’est pas achevée (d12 ,fig. 1). La tente, visible, est démontée pour réparation (d 12, fig. 2). La présence d’une motopompe (d12, fig. 1) pour irriguer les cultures de blé et de légumes constitue en outre un élément particulièrement important de fixation, sinon de sédentarisation définitive. C’est le cas aussi à Wādī al-Andarīn 5 (96/79, dossier 13) où l’installation est plus récente (1994). Le concessionnaire, bédouin Ḥadīdiyin de la branche Ǧimlān, cultive du blé et du coton pour le compte d’un citadin d’Alep. La tente est montée à côté de la motopompe et de la maison en parpaings (d13, fig. 1 et 2).

  • 13 Pour une présentation plus approfondie, voir Aurenche et Moncel, à paraître.

31La motopompe ne constitue cependant pas en soi un signe déterminant de sédentarisation. Le cas de Ǧbāb Tanāhiğ (96/42, dossier 14) est éclairant à cet égard : dans cette partie de l’oued, où de nombreux puits sont creusés (d14,fig. 1), deux étaient équipés de motopompes en 1996 et trois en 1997 (d14, fig. 2). Ces puits ne serv(ai)ent pas à irriguer, mais à abreuver les troupeaux qui se rassembl(ai)ent autour. Les deux maisons en parpaings construites à proximité ne sont pas, dans ce cas, une preuve de fixation à vocation agricole, mais sont destinées aux gardiens respectifs des deux puits appartenant à deux fractions parentes. Deux groupes de tentes, à environ 1 km du site, étaient présents à l’automne 1996 : un de sept tentes (trois familles) et un de neuf tentes (quatre familles). Chaque groupe entretient un gardien et une ou plusieurs pompes. La présence d’une école, en dur, constitue en outre une marque particulièrement importante sinon de fixation, du moins de séjour prolongé autour du site13.

32À côté de ces installations occupées au moment de l’enquête, il en existe d’autres, vides, ou plus ou moins abandonnées, mais où les traces de tentes confirment une présence épisodique. Deux maisons à coupoles seules, probablement antérieures aux années 1960, ont été repérées à Mahlif2 (96/08-2, dossier 15) et à Wādī al-Zārūb 7 (96/55, dossier 16). Elles se composent chacune de deux coupoles d’habitation sur bases carrées et d’un nombre variable de coupoles de stockage sur bases circulaires. Dans le premier cas, avec leurs portes murées (d 15, fig. 2), elles semblaient en activité (habitation ou stockage ?), dans le second cas elles étaient vides, sans porte, à l’exception d’une coupole de stockage murée (d16, fig. 1).

33À ‘Ayn al-Na’ğa (96/70, dossier 17), la continuité chronologique est assurée avec deux coupoles sur bases carrées ouvertes au sud, accompagnées, dans le même alignement, de deux pièces rectangulaires à toit plat, toutes murées (d17, fig. 1 et 2) ; la fixation au sol est renforcée par la présence d’un grand enclos aux murs en pierres sèches (d17, fig. 3).

34Le même processus se répète à l’échelle collective. Le « village » de Fayḍat ‘Adūl 1 (96/54, dossier 18) associe une quinzaine de maisons très espacées, constituées en majorité de lignes de coupoles (dl8,fig. 3) associées à quelques rares pièces en pierres à toit plat (d18, fig. 2) et à quelques maisons à portique construites en parpaings (d18, fig. 4). Les espaces domestiques ne sont pas clos de murs. Le site était entièrement vide au moment de la visite, et on distinguait, entre les maisons, les traces de nombreux emplacements de tentes. Dans d’autres cas enfin, on trouve des maisons isolées, en cours de construction (essentiellement en parpaings), le plus souvent sans toit, qui semblent surgir de nulle part. C’est le cas par exemple autour de Wādī al-Zārūb 7 (96/55, voir dossier 16) où une douzaine de constructions sans toit ont été observées (d16, fig. 2), ou bien près de Rasm al-Ṣawāy 1 (96/27, voir plus bas dossier 22). Il s’agit alors, tout en réalisant un investissement foncier rendu possible par une « bonne » année, de marquer le territoire d’un campement d’hiver : ces cubes en parpaings, sans toit, sont en effet souvent remplis de paille (Aurenche 2005, fig. 11), ce qui montre bien que la construction en dur, avant de servir d’habitat – ce qu’elle ne sera peut-être jamais – est destinée d’abord au stockage.

35Sur toute l’étendue de la zone prospectée, on connaît donc une variété considérable de situations où la tente coexiste avec des installations fixes, sans que l’on puisse parler d’une véritable sédentarisation, tant l’investissement semble minimaliste et précaire. Mais il existe d’autres cas où, même chez les éleveurs, la fixation au sol est mieux marquée. On a retenu comme critère de sédentarisation plus affirmée la présence de murs construits fermant l’espace domestique.

LES ESPACES DOMESTIQUES CONSTRUITS EN VOIE DE DÉVELOPPEMENT

36Un bon exemple est fourni par la ferme de Mahlif 1 (96/08-1, dossier 19) qui appartient à un éleveur Hadïdiyin (branche Abraz), mais dont le père était cultivateur – cas intéressant de « retour à la steppe » –, venu du village de Tall al-Damān au sud d’Alep. Il s’est installé là en 1957. Il ne possède pas de terre, mais élève, avec deux fils qui font cuisine commune avec les parents, 300 moutons. Il va l’été jusque dans la région d’Idlib, ce que confirmait la maison, vide en septembre 1996, mais habitée au printemps suivant. Le premier habitat se trouvait dans les coupoles 8 à 12 (d19, fig. 1 et 3) qui servent aujourd’hui de réserves, puis s’est déplacé dans les pièces à toit plat 1 à 3. Il en résulte la formation d’un double espace domestique dont le plus ancien, à l’est, est clos de murs et désormais dévolu aux animaux (d19, fig. 3). L’espace plus récent, à l’ouest, est « fermé » au sud par les coupoles de l’ancienne cuisine (d19, fig. 1/5) et des réserves alimentaires (d19, fig. 1/6-1) [Aurenche 1999]. Trois pièces supplémentaires (d19, fig. 1/14 à 16), en construction en 1996 et en 1997, renforcent un retour perpendiculaire à l’axe principal des bâtiments, comme la pièce 4 (en parpaings), construite pour un fils, qui contribue à « refermer » le nouvel espace. Au cours d’une nouvelle visite en avril 2001, on a pu constater la suite du développement : les trois nouvelles pièces (d19, fig. 7/14 à 16) à soubassements carrés en pierres et coupoles en briques crues – indice intéressant sur la longévité de ce mode de construction – qui servent de réserves, ont été achevées. Un portique en béton est venu se plaquer contre la façade des pièces d’habitation 1 à 3 (d19, fig. 8).

37On assiste là à un processus de formation progressive d’un espace domestique de sédentaire dont l’achèvement est visible par exemple dans le village de Rasm al-Karkūr (96/94, dossier 20) sur le Ǧabal al-Ḥaṣ, dans la maison d’un cultivateur lui aussi Ḥadïdiyin (branche Abū Ḥassan), sédentarisé depuis trois générations et qui cultive 10ha d’orge. L’habitat se développe sur trois côtés d’un quadrilatère dont le quatrième côté est fermé par un mur (d20, fig. 1). Comme dans le cas précédent, l’habitat s’est déplacé avec le temps de la double coupole 3 (d20, fig. 3) à la double coupole 2 (d20, fig. 2), la coupole 1 servant de pièce de réception. L’occupant des lieux affirme ne plus posséder de tente.

38Il existe d’autres exemples de tentatives de sédentarisation qui semblent ne pas avoir réussi. C’est le cas à Qaryat Mahlif Samâlï (96/72, dossier 21), hameau de cinq maisons, toutes closes de murs (d21, fig. 7), composées de pièces à toit plat pour l’habitat (d21, fig. 2 et 3) et de coupoles pour les annexes. Non seulement le hameau était vide au moment de la visite, mais des constructions tombaient en ruine, à l’exception de quelques pièces murées qui laissaient présager de leur usage comme réserve.

39Un autre cas de « sédentarisation avortée » se trouve à Rasm al-Ṣawāy 1 (96/27, dossier 22) avec une cour fermée sur trois côtés (d22, fig. 1) où poussait un mûrier. La maison, vide, présente un plan inédit dans la steppe, avec une pièce centrale de distribution (d22, fig. 1/2) qui donne accès à deux pièces latérales (d22. fig. 7/1 à 3). L’espace devant la maison est pavé de galets (d22, fig. 7/5). Une autre pièce (d22,fig. 7/4) forme un angle droit, prolongé par un mur jusqu’à un enclos à bétail (d22, fig. 7/7) qui ferme le troisième côté. L’ensemble, totalement atypique, était abandonné, mais non loin de là se dressait une maison-silo (c’est-à-dire sans toit !) en parpaings débordant d’aliments pour bétail, indice d’un possible retour ?

40La plupart des autres cas de fixation permanente au sol sont le fait de ce qui ressemble au premier abord à de véritables villages, al-Rawḍa 1 (96/53), Tall Abū Laffa (95/59), Rasm Ḫalā (96/14), Abū Kahf (97/202), dont il sera question dans le second volet de l’enquête. Signe qui ne trompe pas : l’hôte y est reçu, sauf exception (à Abū Laffa, chez les Sba’a), non pas sous la tente, mais dans une pièce de la maison, ou devant, sur la mastaba, ou encore en plein air... Ce critère, réception de l’hôte sous la tente ou dans (ou devant) la maison, suffit-il à distinguer celui qui « se sent » plutôt mobile de celui qui « se sent » plutôt fixé au sol ?

LE CHOIX DES LIEUX D’IMPLANTATION

41Deux éléments sont à examiner pour rendre compte du choix des implantations dans la steppe : la relation avec des sites « anciens », retrouvés lors de la prospection archéologique, et la position par rapport aux zones agricoles délimitées par l’administration syrienne.

42Le premier constat révèle que les deux-tiers des sites visités (16 sur 24) sont installés sur ou à proximité de sites déjà occupés dans l’Antiquité : c’est le cas de tous les lieux de campement (tente seule) et de plus de la moitié (9 contre 7) comportant une ou plusieurs constructions en dur. Même si le choix d’implantation actuel n’est pas dicté par une recherche de nature archéologique, on observe la répartition suivante : trois sites (dossiers 3, 4 et 7) occupent des installations du Bronze ancien IV, deux (dossiers 2, 6 et 21) de l’époque romaine, huit, soit la majorité, de l’époque byzantine (dossiers 1, 5, 8, 14, 16, 18, 21 et 23) et deux de l’époque islamique (abbaside/ayyoubide, dossiers 11 et 20). Un seul (dossier 22) occupe un établissement de période indéterminée. Les sept autres sites (dossiers 9, 10, 12, 13, 15, 1 7 et 19) semblent implantés sur un terrain vierge.

43Ce choix s’explique par plusieurs raisons : reconnaissance des qualités intrinsèques de l’emplacement déjà éprouvées (position par rapport à l’eau, potentiel en matière de cultures ou de pâturages), mais, plus encore sans doute, présence de « commodités » existantes : pierres provenant des ruines, citernes ou puits déjà creusés, etc. La connaissance intime du terrain facilite cette recherche de positions favorables.

44Si l’on examine maintenant la position géographique, on constate, sans surprise, que les plus orientaux, à l’est de 37° 45’E (dossiers 1, 5, 9 et 14) occupent des sites byzantins, qui marquent l’avancée maximale vers Test dans la zone prospectée (Geyer et Rousset 2001, fig. 2). Viennent ensuite, dans une deuxième tranche, entre 37° 35’et 37° 45’E, les trois sites occupant des positions du Bronze ancien IV (dossiers 3, 4 et 7) ou, toujours, de l’époque byzantine (dossiers 8, 16, 18 et 24). Le Bronze ancien IV avait également connu, bien avant l’époque byzantine, une poussée forte vers Test (Geyer et Calvet, 2001, fig. 2). Les vestiges laissés sur tous ces sites révèlent la présence ancienne de constructions en « dur », ce qui a favorisé, on l’a vu, leur réoccupation à l’époque actuelle.

  • 14 Ce constat se trouvera encore conforté quand on examinera le cas des villages (Aurenche et Moncel, (...)

45Qu’en est-il du mode d’occupation observé en 1996 ? À l’exception des deux places extrêmes (dossiers 1 et 5), qui sont des campements seuls, la plupart des autres (sauf trois, dossiers 3, 4 et 7) comportent au moins une construction en dur, sinon plusieurs, et sont donc comparables, en termes d’investissement immobilier, aux deux périodes de plus grande densité, où la steppe avait été occupée de manière pérenne. Cela revient à dire que la période actuelle retrouve un taux d’occupation atteint seulement à deux reprises dans le cours de l’histoire14. Les autres lieux observés, situés à l’ouest de 37° 35’E, occupent soit des emplacements vierges (dossiers 10, 12 ,13, 15, 17 et 19), soit des positions romaines (dossiers 2, 6 et 21) ou d’époque islamique (dossiers 6[?], 77 et 20).

46On peut examiner maintenant la position des sites en fonction des cinq zones administratives agricoles (appelées officiellement « zones de stabilité agricole ») délimitées par l’État syrien et dont on rappelle la définition (Jaubert et al. 2006, p. 128) : seules les trois dernières sont concernées ici. La zone 3 reçoit des précipitations annuelles de 250 à 350mm avec des précipitations supérieures à 250mm une année sur deux : l’agriculture est autorisée à raison de 10 % des surfaces en blé, 40 % en orge et 50 % de mise en jachère ; la zone 4 reçoit des précipitations annuelles de 200 à 250mm : on peut y cultiver 33 % des surfaces en orge ; dans la zone 5, qui reçoit moins de 200 mm de pluie par an, la culture est, théoriquement, interdite. La répartition des sites observés est inégale : trois seulement se trouvent dans la zone 3, dont une ferme d’agriculteurs (dossier 20), un éleveur en voie de fixation (dossier 11) et les traces d’un probable campement d’été sur des chaumes (dossier 6), et trois dans la zone 4, comprenant une « ferme » sur des cultures irriguées (dossier 13), un hameau abandonné (dossier 21) et un campement d’été à proximité d’un village de sédentaires (dossier 2). Tous les autres, au nombre de 16, se trouvent dans la zone 5, qui est donc la steppe au sens administratif du terme. Malgré l’interdiction théorique d’y cultiver, plusieurs installations s’adonnent au moins partiellement à l’agriculture avec des constructions en dur, parfois anciennes. C’est le cas autour d’Abū Laffa (dossiers 10 et 12) et à Ḫirbat al-Ǧuwī’d (dossier 23). Ils sont situés, il est vrai, le plus près de la limite d’interdiction, mais leur nombre augmente si l’on intègre les résultats de l’enquête de 1999 à 2001 (Aurenche et Moncel, à paraître). Les autres sites observés présentent une vocation affirmée pour l’élevage, mais la fixation au sol, pour neuf d’entre eux (dossiers 8, 9, 14, 15, 16, 17, 18, 19 et 22) s’y marque par la présence de constructions en dur, y compris pour l’un des plus orientaux (dossier 9). Seuls cinq sites, et pas seulement les plus orientaux, ne sont que des campements « vivants » (dossier 1, le plus oriental, et 7) ou à l’état de traces (dossiers 3, 4 et 5).

47La steppe est donc un espace aux limites fluctuantes, que l’on peut occuper ou abandonner en fonction des circonstances économiques ou politiques. La situation actuelle est cependant assez proche de celle qui a prévalu, à deux reprises seulement, au cours des derniers millénaires, c’est-à-dire proche d’un taux sinon de « sédentarisation », du moins d’un nombre de constructions en dur très élevé.

LES INSTALLATIONS COLLECTIVES

48Un point commun à toutes les installations évoquées est cependant leur caractère individuel, même si les regroupements opérés donnent parfois l’illusion d’un « village ». On verra que le noyau constitutif est, quasi systématiquement, le fait d’une, quelquefois de deux ou trois familles nucléaires qui décident de construire. Jusqu’à présent, ces regroupements qui ont peu à peu grandi - on en suit le développement sur trois ou quatre générations – et malgré leur emprise au sol qui peut paraître considérable, n’ont pas donné lieu à la construction de bâtiments collectifs, à l’exception de l’école qui est en fait « imposée » par l’État, et qui est présente non seulement dans les villages, comme à Abū Laffa ou à al-Rawḍa, mais aussi, on l’a vu, dans les campements comme à Ǧbāb Tanāhiğ (96/42, dossier 14) ou à Rasm Kandūš (Aurenche et Moncel, à paraître). Sa position, systématiquement à l’écart de l’agglomération, montre bien son caractère exogène. Elle est tolérée sans vraiment faire partie de la communauté. Les instituteurs – nous n’avons rencontré que des hommes - sont d’ailleurs des citadins détachés. Dans un cas, à Rasm Kandūs, l’école avait lieu sous une tente.

49On remarque, d’autre part, qu’aucune construction collective de nature commerciale (bazar, épicerie) ou religieuse (mosquée) n’est présente dans la zone prospectée. Cette situation montre que le processus de sédentarisation actuelle n’est pas achevé. En revanche, les fouilles d’al-Rawda (dans la zone 5 !) ont révélé l’existence au Bronze ancien IV (fin du IIIe millénaire BC) d’une petite ville pourvue d’une enceinte et d’au moins un temple (Castel et Peltenburg 2007). Aucune des installations actuelles visitées ne peut prétendre à ce statut urbain, ni même à celui de village (Aurenche et Moncel, à paraître).

50Ce constat ne rend que plus intéressante l’exception présentée ci-dessous, baptisée, un peu pompeusement, « l’épicerie du désert », et qui constitue à notre connaissance, à la date de l’enquête (2001), une « première » dans le secteur prospecté. Bien que présentant un intérêt collectif, elle n’est pas « construite » – il s’agit d’une tente ! – au cœur d’un village, mais au bord d’une piste fréquentée, à proximité d’un puits d’État (Bi’r Maḫlif). Initiative individuelle, elle est le fait d’un membre d’une tribu (Ḥadīdiyin/Abraz) bien représentée aux alentours (dossiers 15 et 19).

UN CAS PARTICULIER : L’ÉPICERIE DU DÉSERT

51Un cas intéressant « d’usage de l’espace » dans la steppe est représenté par « l’épicerie du désert » d’Abu Brahim (Hadīdiyin de la branche Abraz) qui, pour la première année, a installé en 2001 sa tente à proximité du puits d’État de Bi’r Maḫlif, non loin des fermes de Maḫlif (96/08-2, dossier 15 et 98/08-1, dossier 19), au bord d’une piste fréquentée.

52Son installation se compose d’une tente-épicerie (dossier 24), ouverte au sud, et d’une tente-habitat-cuisine, ouverte à l’est, plantée perpendiculairement contre la première (d24, fig. 1 et 2). La tente-épicerie, fermée sur les quatre côtés, est tendue sur une structure métallique et recouverte d’une toile maintenue en place grâce à des bonbonnes de gaz ou des pneus. Une porte étroite, décentrée, ouverte au sud, y donne accès. L’espace est divisé en deux parties inégales : à l’est, le tiers de l’espace est destiné à la réception (tapis et coussins), et équipé d’un poste de télévision alimenté par un groupe électrogène et une parabole ; les deux autres tiers, à l’ouest, sont dévolus à l’épicerie ou « bazar » proprement dits, car le magasin n’offre pas que des produits alimentaires. L’éclairage intérieur et extérieur est assuré par le groupe électrogène. En pénétrant dans la tente-épicerie, on trouve donc, à droite, l’espace de réception et, à gauche, le comptoir, avec une balance, et un étroit passage qui donne accès au cœur du « magasin ». Les trois autres côtés du quadrilatère sont occupés par des étagères ou des caisses de boisson dont les photographies révèlent le contenu (d24, fig. 7 à 12).

53L’espace extérieur, au sud, est marqué par une pile de caisses signalant au passant l’existence du magasin (d24, fig. 1). Entre ce « cairn » publicitaire et la tente, un bidon posé debout sert de bar (d24, fig. 14). On y sert du café qui n’est pas bédouin... mais citadin. À proximité, deux autres bidons couchés et munis d’un robinet délivrent le pétrole pour l’éclairage des lampes. Une farandole de bidons en matière plastique sert de devanture en indiquant une partie du contenu du « magasin » devant lequel la clientèle se gare sans difficulté (d24, fig. 13).

CONCLUSION

54Au terme de cette rapide revue des constructions présentes dans la steppe, on est frappé par la variété des modes d’occupation de l’espace, et quelques idées reçues sont mises à mal : la tente peut rester au même emplacement beaucoup plus longtemps qu’on ne l’imagine, et la maison est loin d’être occupée en permanence. Les villages n’y sont pas de « vrais » villages. Et ce n’est pas seulement une question de mode de vie. Dans la steppe, les frontières sont perméables : on est éleveur, tout en cultivant (même où et quand c’est interdit !) et tout agriculteur qui se respecte élève aussi des moutons. De plus, on peut être amené, à tout moment, à changer de mode de vie, en fonction de la situation économique générale et des occasions qu’elle offre. Quel est l’équivalent arabe chez les bédouins de l’expression « ne pas mettre ses œufs dans le même panier » ?

55L’étude de l’habitat confirme que la steppe est bien un entre-deux où rien n’est définitivement figé (Aurenche 1993, p. 19) : personne ne pratique plus le « tout-élevage » ou le « tout-agriculture », situation qui explique l’apparente anarchie des formes d’habitat. Elles obéissent, en réalité, à une logique, celle de l’adaptation permanente du monde bédouin à la réalité qui l’entoure, celle de la pratique, selon l’heureuse formule de Jean Métrai, d’une « culture de l’aléatoire » (Métrai 1993).

DOSSIERS

56Les plans ont été réalisés par P. Desfarges et les photographies prises par O. Aurenche (© mission Marges arides).

Dossier 1 : Ǧub Ḫarā’ib al-Ṣalḥiyya (96/89)

57Lat. 35° 24’ 13”, long. 37° 57’ 10”, alt. 435m.

58Occupation ancienne : un bâtiment byzantin d’environ 50m de côté avec bases de murs en pierres et buttes de leben (torchis ou brique crue) ; au centre, une très grande citerne de 12m de profondeur et deux puits dont un ancien ; une cavité sous dalle ; un peu de céramique romaine.

59Occupation actuelle : un groupe de cinq tentes d’été dont quatre à quatre poteaux et une à six poteaux avec chacune une tente-cuisine ; une antenne de télévision ; une remorque citerne et une remorque bétaillère ; à 4 km au nord, un groupe de deux tentes d’été dont une à six poteaux.

Fig. 1 – Le premier groupe de tentes d’été, blanches, et les tentes-cuisines plus sombres.

Fig. 2 – À gauche, le deuxième groupe de tentes d’été ; à droite, une citerne métallique et deux remorques.

Dossier 2 : Al-Mustarīḥa 1 (96/58)

60Lat. 35° 28’53”, long. 37° 22’26”, alt. 308m.

61Occupation ancienne : au moins une petite maison romaine de quatre pièces avec dépendances ; un puits ancien chemisé en basalte. Site implanté sur une élévation de terrain dans la grande fayda.

62Occupation actuelle : un campement d’été à proximité d’un village de sédentaires ; un tracteur et une remorque ; un âne, un enclos en grillage métallique.

Fig. 1 – Au centre, la tente blanche ; à gauche, le tracteur et la remorque ; à droite, l’âne et l’enclos métallique ; au fond, les maisons du village.

Fig. 2 – Moutons pâturant sur les chaumes ; au premier plan, traces de sillons marquant des champs cultivés.

Dossier 3 : Wādī al-’Amūr 3 (96/50)

63Lat. 35° 13’05”, long. 37° 37’18”, alt. 490m.

64Occupation ancienne : deux enceintes du Bronze ancien IV (carrée au sud, circulaire au nord) avec des murs extérieurs d’environ 2 m de large, en gros blocs non équarris. Nombreuses constructions à 1 intérieur. Tombes à puits entre les deux enceintes, un peu de céramique romaine. Cercles de pierre tardifs (islamiques). Site implanté sur un replat de la rive gauche dominant le talweg.

65Occupation actuelle : traces de campement ; aridité actuelle très marquée.

Fig. 1 – Croquis d’implantation.

Fig. 2 – L’emplacement de la tente vu du nord ; au premier plan, le tas de cendres du foyer.

Fig. 3 – L’emplacement de la tente vu du sud ; au centre, le muret de séparation des deux compartiments.

Fig. 4 – L’emplacement de l’enclos : restes de fumier encadrés par des alignements de pierres.

Dossier 4 : WĀdī al-Amūr 4 (96/51)

66Lat. 35° 12’48”, long. 37° 37’32”, alt. 490m.

67Occupation ancienne : site du Bronze ancien IV (120 x 50 m). Nombreux murs (plus ou moins 1 m de large) dessinant des maisons plus ou moins alignées : 7 ou 8 petits bâtiments de 2-3 pièces dans les angles de cours rectangulaires de 10 à 15m de côté. Céramique peu abondante ; quelques tessons romains. Site implanté sur un replat.

68Occupation actuelle : traces de campement.

Fig. 1 – Emplacements de tentes (taches claires).

Fig. 2 Deux emplacements de tentes marqués par un sol plus clair (sol balayé) et des murets de pierres liées avec de la terre ; au premier plan, foyer creusé avec des pierres de calage.

Dossier 5 : Wādī Triyān 3 (96/88)

69Lat. 35° 28’13”, long. 37° 52’45”, alt. 405 m.

70Occupation ancienne : quatre bâtiments byzantins/omeyyades d’environ 12-14m x 6-7m formés de deux pièces accolées ouvrant au sud ou à l’est ; murs à soubassement de pierres (largeur 0,50-0,75m) et superstructures de leben. Cercles de pierres à côté de chaque bâtiment.

71Occupation actuelle : traces de deux tentes avec des pierres aux angles et des foyers ; restes d’un enclos à bétail (fumier sur le sol).

Fig. 1 – Deux foyers construits en fer à cheval (échelle au premier plan d’env. 15 cm) ; au fond, rigole d’écoulement des eaux.

Dossier 6 : Ḫarāyab Abū Ǧamīl (96/04)

72Lat. 35° 12’08”, long. 37° 11’37’, alt. 460m. Occupation ancienne : grand site de 500 x 300m ; cavités sous-dalle bouchées ; quelques soubassements de murs en pierres ; quelques buttes de leben. Bâtiment à cours rectangulaires et pièces sur un ou deux côtés. Placages de marbre ; céramique hellénistique, romaine et ayyoubide ; quelques tessons du Bronze ancien, byzantins et mamelouks ; site implanté sur une croupe entre deux oueds.

73Occupation actuelle : deux emplacements de tentes marqués par des alignements de pierres, des rigoles et deux foyers ; un jardin irrigué au nord - nord-ouest.

Fig. 1 – Croquis d’implantation de la tente-habitat.

Fig. 2 – L’emplacement de la tente-habitat vu du nord ; à gauche les rigoles d’écoulement ; au centre le muret de séparation des compartiments.

Fig. 3 – Le petit foyer posé avec deux pierres de calage (échelle au premier plan d’env. 15 cm).

Dossier 7: Tabārat S’ayid (96/34)

74Lat. 35° 18’46”, long. 37° 35’47”, alt. 415m.

75Occupation ancienne : enceinte circulaire du Bronze ancien IV (diam. 78m) avec des murs de 1,10m de large ; quelques constructions internes accolées au mur ; « acropole » centrale.

76Occupation actuelle : campement « permanent » avec tente d’hiver et tente d’été ; traces de campements antérieurs (deux tentes) ; réserve de nourriture pour animaux en sacs empilés à l’air libre.

Fig. 1 – Emplacements de tentes (taches claires) ; au premier plan, restes de foyers ; au fond la réserve de sacs empilés.

Fig. 2 – La tente d’été (tente blanche) montée ; à l’arrière-plan, la tente d’hiver,pliée.

Fig. 3 – La tente d’hiver (tente noire)pliée.

Dossier 8 : Rasm Ğnayna 1 (96/32)

77Lat. 35° 19’34”, long. 37° 35’29’, alt. 420m.

78Occupation ancienne : important site byzantin (300 x 250 m) avec de nombreux soubassements de murs et des buttes de leben dessinant de grandes maisons de plan quadrangulaire avec des pièces sur les côtés. Citerne de versant et citerne de talweg au pied du site (cf. Geyer, Rousset, Besançon dans ce même volume, p. 52, fig. 14), réutilisées ; murets de terrasse (jardins ?) sur la basse terrasse de l’oued ; enclos (à bétail) sur le haut de la pente.

79Occupation actuelle : campement « fixe » en formation avec tente, pièce en parpaings à toit plat et réserves d’aliments pour le bétail, installé sur la rive droite du Wādī al-Zārūb.

Fig. 1 – Plan d’implantation.

Fig. 2 – Plan de la tente-habitat.

Fig. 3 – Vue générale depuis l’est ; au fond, à gauche, la maison en dur et les sacs d’aliments ; au centre, le tracteur, la citerne mobile et la tente-habitat ; à droite, la tente-cuisine.

Fig. 4 – Vue générale depuis le nord ; à gauche, la maison en dur et la réserve de sacs d’aliments ; au centre, la tente d’hiver pliée ; à droite, la tente-habitat.

Dossier 9 : Wādī Ṯriyān 4 (96/84)

80Lat. 35° 26 58”, long. 37° 52’14”, alt. 415m.

81Occupation ancienne : néant.

82Occupation actuelle : vaste ferme d’éleveur en cours de constitution avec deux générations d’occupants ; nombreux enclos ; importantes réserves d’aliments pour le bétail.

Fig. 1 – Croquis d’implantation sans échelle.

Fig. 2 – L’installation vue du sud ; au premier plan les réserves de fourrage (8) et l’enclos en grillage métallique (9) ; au fond, les maisons en dur (1 et 2) [murs en pierres recouverts d’enduits ; toits plats en terre].

Fig. 3 – L’installation vue du sud : au premier plan à gauche, la maison 11 et sa tente-cuisine ; au centre, la tente (3) ; à droite, la maison (1) et au fond, les enclos (4 et 5).

Fig. 4 – L’installation vue de l’est : au premier plan, les réserves de combustible (7) ; au fond à gauche, les maisons (2, 1 et 14) ; à droite, les enclos (4 et 5).

Fig. 5 – La maison 1 vue du sud.

Fig. 6 – La tente 3 vue de l’est.

Fig. 7 – La maison 11 et sa tente-cuisine vues du nord-est ; à droite, la tente d’hiver pliée (12).

Fig. 8 – L’enclos 5 vu du nord.

Fig. 9 – L’intérieur de la pièce 2a : cuisine avec à gauche un point d’eau et au fond un réchaud alimenté par une bouteille de gaz.

Fig. 10 – L’intérieur de la pièce 2b : réserve ; orifices de ventilation dans le mur nord.

Dossier 10 : Abū Laffa 4 (96/19)

83Lat. 35° 24’48”, long. 37° 29’20”, alt. 360m.

84Occupation ancienne : néant.

85Occupation actuelle : une « ferme », avec une maison en parpaings de ciment remplaçant une maison à coupole ; le plan de la maison est en II avec une pièce formant retour à chaque extrémité ; une tente d’été montée et un verger d’oliviers.

Fig. 1 – La maison à portique avec arcades, en parpaings de ciment, ouverte au sud avec escalier extérieur d’accès au toit ; à droite, sacs d’aliments pour le bétail ; à gauche, la tente d’été et la tente d’hiver pliée.

Dossier 11 : Abū al- Ḫanādiq 1 (96/59)

86Lat. 35° 35’39”, long. 37° 13’53”, alt. 275m.

87Occupation ancienne : grand site à double enceinte et fossé de 1200 x 800 m, probablement un camp militaire de l’époque abbasside, réutilisé comme village à l’époque ayyoubide (Rousset 2013, p. 80-87 ; Geyer, Rousset, Besançon dans ce même volume, p. 82-84) ; une forteresse rectangulaire de 150 x 80m en gros blocs de basalte ; une résidence de 120 x 70 m en brique crue ; plusieurs quartiers d’habitation et de gros dépotoirs. Nombreux remplois byzantins.

88Occupation actuelle : ferme en formation avec deux pièces en dur à toit plat, une tente, un enclos pour animaux et deux pièces en construction.

Fig. 1 – Croquis d’implantation sans échelle.

Fig. 2 – L’installation vue de l’est.

Fig. 3 – L’installation vue de l’ouest.

Fig. 4 – L’installation vue du sud.

Dossier 12 : A Laffa 5 (96/22)

89Lat. 35° 25’10”, long. 37° 30’48”, alt. 345m.

90Occupation ancienne : néant.

91Occupation actuelle : ferme avec maison à portique en construction, en parpaings de ciment ; le plan est en L ; maison à coupoles tronquées, habitée ; enclos à bétail et pompe destinée à l’irrigation, l’eau est atteinte à 50 m dans un puits foré à 60 m ; la ferme est installée sur la bordure du glacis dominant la fayda.

Fig. 1 – Au premier plan, la pompe à moteur pour l’irrigation ; au fond, ouvertes au sud, la maison à coupole occupée et la maison en parpaings en construction (tas de terre et ciment) ; à droite, l’enclos à bétail.

Fig. 2 – La tente d’été démontée, en réparation.

Fig. 3 – A droite, l’enclos à bétail ; à gauche, le toit de la maison en parpaings et la maison à coupoles ; au fond, bâtiments en construction.

Dossier 13: Wādī al- Andarīn 5 (96/79)

92Lat. 35° 33’ 32”, long. 37° 21’ 07”, alt. 290m.

93Occupation ancienne : néant.

94Occupation actuelle : installation d’agriculteur en formation avec motopompe pour irrigation ; un puits artésien est foré à 400 m, l’eau se stabilisant à environ 40 m.

Fig. 1 Croquis d’implantation.

Fig. 2 – L’espace domestique autour de la motopompe avec une maison à deux pièces en parpaings et une tente montée.

Dossier 14 : Ǧbāb Tanāhiǧ (96/42)

95Lat. 35° 17’04”, long. 37° 45’10”, alt. 490m.

96Occupation ancienne : quelques artefacts datant de l’Acheuléen final et du PPNB ; site byzantin implanté sur les deux rives de l’oued, mesurant 250 x 100m en rive droite et 150 x 100m en rive gauche (Duvette 2010, fig. 5-6) ; bases de murs et buttes de leberr, maison avec cours closes en rive droite ; bâtiments carrés en rive gauche ; habitat plutôt groupé et fermé sur l’extérieur. Site associé à un enclos de territoire à l’ouest.

97Occupation actuelle : « campement fixe » (ou récurrent) autour de puits. Pompes à moteur destinées à des abreuvoirs avec deux maisons de gardiens des pompes ; une école en parpaings à toit plat avec panneau de basket en ciment, à l’extrémité de la cour (non close).

Fig. 1 Croquis d’implantation à l’automne 1996 et au printemps 1997 (sans échelle).

Fig. 2 – Troupeaux autour de la pompe 4 ; à droite la maison 2 et, au fond, l’école 1.

Fig. 3 – Réception sous la tente du muḫtār, montée à l’ouest de la pompe 4 ; il prend la pose avec sa famille, une tasse à café à la main et un revolver sous l’aisselle gauche ; au premier plan, le mangal traditionnel (braséro) en métal et la cafetière ; le bois est remplacé par un réchaud à gaz, à droite, alimenté par une bonbonne.

Dossier 15 : Maḫlif 2 (96/08-2)

98Lat. 30° 30’, long. 37° 30’ 58”, alt. 325m.

99Occupation ancienne : néant.

100Occupation actuelle : maison à coupoles en activité. Même famille que dossier 19.

Fig.1 – Croquis d’implantation.

Fig. 2 – La maison, tournée vers l’est, est vide en septembre 1996 mais protégée (portes murées).

Fig. 3 – La même maison en mars 1997 est ouverte et en activité ; le tracteur à droite sert au transport de l’eau (citerne mobile sur roues).

Dossier 16 : Wādī al-Zārūb 7 (96/55)

101Lat. 35° 10’40”, long. 37° 41’23”, alt. 525m.

102Occupation ancienne : un bâtiment byzantin de 50 x 40m en brique crue ; cavités à long couloir d’accès (2-3 au nord du bâtiment et 5 au sud) ; citernes. Petite nécropole au nord. Site implanté en bordure de fayda.

103Occupation actuelle : maison « abandonnée » à coupoles, composée de deux coupoles d’habitat et de trois coupoles de stockage. À proximité, nouvelles pièces en construction.

Fig. 1 – A gauche, les coupoles d’habitation vides et sans portes ; à droite les coupoles de stockage vides, sauf une avec sa porte murée ; au fond une pièce en construction.

Fig. 2 – Pièces en construction (en parpaings de ciment, sans toit, ouvertes au sud) à différents états de finition.

Fig. 3 – Intérieur de la première coupole d’habitation avec mastaba (support de literie) et orifices de ventilation basse dans le mur ouest.

Fig. 4 – Intérieur de la seconde coupole d’habitation avec niches (supports de lampes à pétrole) et orifices de ventilation basse dans les murs ouest et nord.

Fig. 5 – Intérieur de la première coupole avec le départ de la voûte en encorbellement.

Dossier 17 : ‘Ayn al-Nağa

104Lat. 35° 33’56”, long. 37° 34’07”, alt. 350m.

105Occupation ancienne : néant.

106Occupation actuelle : installation momentanément vide sur un tertre de source comprenant une coupole double tronquée, deux pièces rectangulaires en pierres à toit plat, un enclos à bétail et des traces de tente.

Fig. 1 – Croquis d’implantation (sans échelle).

Fig. 2 – Les pièces d’habitation aux portes murées, vues du sud ; au premier plan, emplacements de tentes.

Fig. 3 – Au premier plan, l’enclos à bétail.

Dossier 18 : Fayḍat Adūl 1 (96/54)

107Lat. 35° 09’33”, long. 37° 39’30”, alt. 560 m.

108Occupation ancienne : petit site (130 x 70 m) d’époque byzantine et omeyyade. Gros bâtiments en brique crue sur murs de pierre. Un gros bâtiment en brique crue de 65 x 30m avec des murs de 1,10 m de large. Petit bâtiment quadrangulaire à l’ouest de la zone. Cavités sous dalle réutilisées récemment avec murets en arc de cercle en face de l’ouverture. Citernes au sud-ouest avec rigoles d’amenée d’eau ; deux citernes de talweg au fond de l’oued, implantées à 300 m en retrait de la fayda.

109Occupation actuelle : village vide d’une quinzaine de « maisons » composées systématiquement de plusieurs coupoles associées parfois à une pièce rectangulaire à toit plat ; quelques maisons à portique en parpaings de ciment ; emplacements de tentes ; enclos à bétail.

Fig. 1 – Croquis d’implantation de la « maison » représentée ci-dessous, fig. 2.

Fig. 2 – Association d’une coupole et d’une pièce d’habitation à toit plat, et de deux coupoles annexes, dont une en ruine.

Fig. 3 – « Maison » composée de trois coupoles d’habitation, dont une double, et de plusieurs coupoles de stockage ; au fond, un enclos à bétail ; au premier plan, un emplacement de tente.

Fig. 4 – Association de pièces à coupoles et d’une maison à portique en parpaings ; le décor sur la façade rappelle le pèlerinage à La Mecque effectué par l’occupant ; au premier plan, un emplacement de tente.

Dossier 19 : Maḫlif 1 (96/08)

110Lat. 35° 30’34”, long. 37° 30’58”, alt. 325 m.

111Occupation ancienne : néant.

112Occupation actuelle : ferme d’éleveur avec cour fermée. Habitat à coupoles remplacé par des pièces à toit plat. Nombreuses dépendances. Évolution permanente de l’habitat (2002) avec changement de fonction des pièces, construction de trois nouvelles coupoles de stockage et d’un portique en ciment contre les pièces habitées ; à proximité, puits creusé, à sec en 1996, fonds humide à-17 m.

Fig. 1 Croquis d’implantation.

Fig. 2 – L’ensemble de l’installation vue du nord-est (1996) ; au premier plan, les briques destinées à la construction des trois nouvelles pièces 14 à 16 (achevées en 2002).

Fig. 3 – La cour nord avec les premières coupoles d’habitation 8 à 12, transformées en réserves ; au fond à droite les coupoles de stockage 22 ; au premier plan les pierres destinées au soubassement des futures coupoles 14 à 16 (1996).

Fig. 4 – La partie sud de l’installation avec les pièces d’habitation 1 à 4 et la mastaba 23.

Fig. 5 – Les pièces 5 (tannūr) et 6-7 (stockage).

Fig. 6 – Les pièces 14 à 16 (réserves) en cours de construction (mars 1997).

Fig. 7 – Les pièces 14 à 16 achevées (avril 2001).

Fig. 8 – Le portique en béton venu se plaquer contre la façade des pièces 1 à 3 (il ne figure pas sur le plan).

Fig. 9 – La baratte en peau (ici en cours de fabrication) pour le beurre est toujours en usage.

Dossier 20 : Rasm al-Karkūr (96/94)

113Lat. 35° 50’34”, long. 37° 24’16”, alt. 565 m.

114Occupation ancienne : un peu de céramique ayyoubide ; quelques bases de murs, rares blocs taillés. Citernes.

115Occupation actuelle : ferme d’agriculteur sédentaire.

Fig. 1 – Croquis d’implantation.

Fig. 2 – L’espace habité vu du sud ; la cour 6, les coupoles 1 et 2, et la terrasse 4.

Fig. 3 Les coupoles 3, 7 et 8 vues du sud et la cour 12 pour les animaux.

Fig. 4 – Le mur de séparation entre l’espace habité (cour 6) et les espaces de service (cour 12, coupoles 7 à 9, étables et réserves).

Fig. 5 Intérieur de la coupole 1 (réception).

Fig. 6 – Intérieur de la coupole 2a (murs sud et ouest).

Fig. 7 – Intérieur de la coupole 2a (murs nord et ouest).

Fig. 8 – Intérieur de la coupole 2b (murs sud et est).

Fig. 9 – Intérieur de la coupole 15 (cuisine) avec la porte conduisant au hammam 17.

Fig. 10 – Intérieur de la coupole 15 (cuisine), murs nord et est.

Fig. 11 – Intérieur de la coupole 15 (cuisine), mur sud face à l’entrée.

Dossier 21 : Qaryat Maḫlif ŠAmālī (96/72)

116Lat. 35° 32’19”, long. 37° 28’32”, alt. 308m.

117Occupation ancienne : petit site hellénistique et byzantin. Deux citernes ; un puits à sec.

118Occupation actuelle : hameau quasi abandonné, avec des pièces à toit plat et des cours closes de murs implanté sur un lambeau de terrasse dominant la fayda.

Fig. 1 – Croquis de situation sans échelle.

Fig. 2 – Intérieur de la cour de la maison 2 vue du sud-est ; les portes murées signalent la présence de réserves ; au fond, la maison 3 en ruines.

Fig. 3 – La maison I et sa cour vues de l’est.

Dossier 22: Rasm al- Ṣawāy 1 (96/27)

119Lat. 35° 20’41”, long. 37° 32’31”, alt. 412m.

120Occupation ancienne : construction ovale (8 x 6m) d’axe nord-est - sud-ouest, de date indéterminée. Occupation actuelle : maison abandonnée avec un plan inédit comprenant une pièce centrale de distribution.

Fig. 1 – Croquis d’implantation sans échelle.

Dossier 23 : Ḫirbat al-Ǧuwī’d (96/25)

121Lat. 35° 22’26”, long. 37° 32’48”, alt. 375 m.

122Occupation ancienne : grand site de l’époque romaine tardive à l’époque abbasside de 600 x 350m ; bâtiments rectangulaires dont certains avec des pièces carrées de 6 x 6 m qui devaient être couvertes par des coupoles ; cavités avec leur tas de déblais, à côté des bâtiments ; traces de réaménagements successifs. Plusieurs nécropoles. À proximité du « très long mur » (cf. Geyer et al. 2010).

123Occupation actuelle ; en 1996, campement comprenant trois familles (Ḥadīdīyin, branche Ǧimlān) disposant chacune d’une tente-habitat et d’une tente-cuisine et de une à six pièces en dur ; les tentes, à sept poteaux, sont en coton, et l’espace de réception est particulièrement traditionnel et soigné. Implantation sur un replat à la confluence de deux oueds dominant une vaste fayda où l’on cultive l’orge. On ne compte pas moins de trois bétaillères (deux à gauche, une au centre devant la tente).

124En 2010 : occupé par plusieurs bâtiments construits en parpaings avec toit terrasse en béton ; vergers ; route asphaltée qui traverse le site.

Fig. 1 L’ensemble 1 vu de l’est ; au centre, la tente-habitat ; à droite, les maisons à toit plat ; à l’extrême droite, une citerne métallique (1996).

Fig. 2 – La tente-habitat vue de l’est ; à gauche, l’espace de réception ; au centre, l’espace privé (fermé) ; à droite, le « salon de télévision » avec son antenne ; au centre, une partie des réserves alimentaires pour les animaux (1996).

Fig. 3 – L’espace-réception resté traditionnel ; à gauche, mortier à café en bois ; au centre, mangal (braséro) enfoncé dans le sol avec la série de cinq cafetières en cuivre de tailles décroissantes ; une cafetière en émail au premier plan ; à droite, la cafetière de service en cuivre (1996).

Fig. 4 – La cafetière de service maintenue au chaud sur des braises de noyaux d’olives ; on distingue, dans le bec, des grains de cardamome (1996).

Fig. 5 – L’espace de couchage (au centre de la tente) avec la literie repliée dans la journée et posée sur un chassis métallique ; l’empilement sert de séparation entre les compartiments (1996).

Fig. 6 – La tente-cuisine (1996).

Fig. 7 – Intérieur de la tente-cuisine (1996).

Dossier 24 : Annexe 1 « L’épicerie du désert »

125Près de Bi’r Maḫlif (puits d’État ; 96/09) et des installations décrites dans les dossiers 15 et 19. Lat. 35° 31’04”, long. 37° 30’44”, alt. 325 m.

126Occupation ancienne : néant.

127Occupation actuelle : tente-épicerie au bord d’une piste, près du puits d’État de Bi’r Maḫlif.

Fig. 1 – La tente-épicerie vue du sud ; à gauche, la tente-habitat ouverte à l’est ; au centre, la tente-magasin ouverte au sud ; à droite, le « cairn publicitaire » au bord de la piste, signalant le magasin.

Fig. 2 – La tente-épicerie ; au centre le bidon posé debout qui sert de « bar » (voir fig. 14) ; à gauche les bidons de pétrole pour les lampes.

Fig. 3 – Abu Brahim et ses enfants.

Fig. 4 – Au fond, le puits d’État de Bi ‘r Malif ; à droite, la tente-habitat.

Fig. 5 – La tente-habitat vue de l’ouest.

Fig. 6 – Abu Brahim dans l’entrée du magasin ; à droite, le comptoir de l’espace-boutique avec une balance.

Fig. 7 – La paroi nord de la boutique vue depuis l’espace de réception.

Fig. 8 – Les parois nord et ouest de la boutique.

Fig. 9 – Le centre du magasin et la paroi ouest de la boutique.

Fig. 10 – Le comptoir et la paroi sud de la boutique.

Fig. 11 – L’espace-réception vu depuis le magasin.

Fig. 12 – L’arrière du comptoir vu depuis le centre du magasin ; au fond, l’espace de réception.

Fig. 13 – La clientèle et le « parking » devant la boutique.

Fig. 14 – L’espace-bar en activité.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Al-Dbiyat M., Jaubert R. 2006, « Le repeuplement sédentaire des marges arides à l’époque contemporaine (1848-1960) », in R. Jaubert et B. Geyer (éd.), Les marges arides du Croissant fertile. Peuplements, exploitation et contrôle des ressources en Syrie du Nord, TMO 43, série Conquête de la steppe 2, Lyon, p. 71-79.

Aurenche O. (éd.) 1984, Nomades et sédentaires : perspectives ethnoarchéologiques, Mémoires 5, Paris.

— 1993, « Du nomade magnifié au nomade mystifié : point de vue sur l’histoire de la steppe », in R. Bocco, R. Jaubert et Fr. Métrai (éd.), Steppes d’Arabie. États, pasteurs, agriculteurs et commerçants : le devenir des zones sèches, Cahiers de l’Institut universitaire d’études du développement 23, Paris-Genève, p. 19-34.

— 1999, « Habiter la steppe syrienne, aujourd’hui », in Fr. Braemer, S. Cleuziou et A. Coudart (éd.), Habitat et société. Actes des XIXe Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes, p. 67-82.

— 2005, « Les étapes de la sédentarisation dans la steppe syrienne (1930-2000) », Cahiers des thèmes transversaux ArScAn V, thème 8, 2003-2004, Nanterre, p. 69-73.

Aurenche O., Moncel J.-Chr. (à paraître), « Villages dans la steppe », in B. Geyer, P.-L. Gatier et M.-O. Rousset (éd.), Les Marges arides de Syrie du Nord. Bilan d’une prospection, TMO, série Conquête de la steppe 5, Lyon.

Castel C., Peltenburg E. 2007, « Urbanism on the margins: third millenium BC, al-Rawda in the arid zone of Syria », Antiquity 81, p. 601-616.

Daker N. 1975, Contribution ethnographique à l’étude de l’évolution de l’habitat bédouin en Syrie, thèse de3e cycle, EHESS Paris.

— 1984, « Contribution à l’étude de l’évolution de l’habitat bédouin en Syrie », in O. Aurenche (éd.), Nomades et sédentaires : perspectives ethnoarchéologiques, Mémoires 5, Paris, p. 51-79.

Duvette C. 2010, « Habitat byzantin dans la steppe : maisons et villages de terre », in P.-L. Gatier, B. Geyer et M.-O. Rousset (éd.), Entre nomades et sédentaires. Prospections en Syrie du Nord et en Jordanie du Sud, TMO 55, série Conquête de la steppe 3, Lyon, p. 174-207.

Geyerb., Awad N., Al-Dbiyat M., Calvet Y., Rousset M.-O. 2010, « Un “Très Long Mur’’dans la steppe syrienne », Paléorient 36/2, p. 57-72.

Geyer B., Calvet Y. 2001, « Les steppes arides de la Syrie du Nord au Bronze ancien ou “la première conquête de l’est” », in B. Geyer (éd.), Conquête de la steppe et appropriation des terres sur les marges arides du Croissant fertile, TMO 36, série Conquête de la steppe 1, Lyon, p. 55-67.

Geyer B., Rousset M.-O. 2001, « Les steppes arides de la Syrie du Nord à l’époque byzantine ou “la ruée vers l’est” », in B. Geyer (éd.), Conquête de la steppe et appropriation des terres sur les marges arides du Croissant fertile, TMO 36, série Conquête de la steppe 1, Lyon, p. 111-121.

Geyer B., Besançon J., Rousset M.-O. 2006, « Les peuplements anciens », in R. Jaubert et B. Geyer (éd.), Les marges arides du Croissant fertile. Peuplements, exploitation et contrôle des ressources en Syrie du Nord, TMO 43, série Conquête de la steppe 2, Lyon, p. 55-69.

Jarno R. 1984, « Le rôle de la tente dans la formation de l’espace villageois à Qdeir (Syrie) : le jeu annuel de la sédentarisation », in O. Aurenche (éd.), Nomades et sédentaires : perspectives ethnoarchéologiques, Mémoires 5, Paris, p. 191-239.

Jaubert R. 1993, « Évolution des systèmes agro-pastoraux et politiques de développement des régions sèches en Syrie », in R. Bocco, R. Jaubert et Fr. Métrai (éd.), Steppes d’Arabie. États, pasteurs, agriculteurs et commerçants : le devenir des zones sèches, Cahiers de l’Institut universitaire d’études du développement 23, Paris-Genève, p. 161-177.

Jaubert R., Al-Dbiyat M. 2006, « Exploitation et contrôle de la steppe : de la sécurité militaire à la sécurité environnementale », in R. Jaubert et B. Geyer (éd.), Les marges arides du Croissant fertile. Peuplements, exploitation et contrôle des ressources en Syrie du Nord, TMO 43, série Conquête de la steppe 2, Lyon, p. 135-148.

Jaubert R., Geyer B. (éd.) 2006, Les marges arides du Croissant fertile. Peuplements, exploitation et contrôle des ressources en Syrie du Nord, TMO 43, série Conquête de la steppe 2, Lyon.

Lancaster W. 1998, « People of the Dhuweila area today and in the recent past », in A. V. G. Betts (éd.), The Harm and the Hamad. Excavations ans Surveys in Eastern Jordan, vol. 1, Sheffield Archaeological Monographs 9, Sheffield, p. 225-227.

Leybourne M. 1997, La steppe syrienne. Dégradation et adaptations, thèse de doctorat, université Lumière Lyon 2.

Métral Fr. 2006, « Transformations de l’élevage nomade et économie bédouine dans la première moitié du vingtième siècle », in R. Jaubert et B. Geyer (éd.), Les marges arides du Croissant fertile. Peuplements, exploitation et contrôle des ressources en Syrie du Nord, TMO 43, série Conquête de la steppe 2, Lyon, p. 81-101.

Métral J. 1993, « Économie et sociétés : stratégies alternatives et cultures de l’aléatoire », in R. Bocco, R. Jaubert et Fr. Métral (éd.), Steppes d’Arabie. États, pasteurs, agriculteurs et commerçants : le devenir des zones sèches, Cahiers de l’Institut universitaire d’études du développement 23, Paris-Genève, p. 381-387.

Rousset M.-O. 2013, « Traces of the Banu Salih in the Syrian steppe? The Fortresses of Qinnasrin and Abu al-Khanadiq », Levant 45, p. 69-95.

Rousset M.-O., Duvette C. 2005, « L’élevage dans la steppe à l’époque byzantine », in J. Lefort, C. Morrisson et J.-P. Sodini (éd.), Les villages dans l’empire byzantin, IVe-XVe siècle, Réalités byzantines 11, Paris, p. 485-494.

Thoumin R. 1936, Le Ghab, thèse complémentaire, université de Grenoble.

Yédid H. 1978, Crises et régression du système pastoral bédouin nomade des hauts plateaux du Nord-Est de la ville de Hama, thèse de3 e cycle, EHESS Paris.

— 1984, « Crise et régression du système pastoral bédouin dans la région de Hama (Syrie) », in O. Aurenche (éd.), Nomades et sédentaires : perspectives ethnoarchéologiques, Mémoires 5, Paris, p. 19-50

Notes

3 On pourra se reporter, pour les années 1970, à l’étude de H. Yédid (1978 et 1984).

4 Plutôt que de revirements successifs, il s’agissait d’une application plus ou moins rigoureuse selon les années de l’interdiction « générale » de 1970 (Métrai 1993).

5 Conduite par O. Aurenche et P. Desfarges, architecte, elle a bénéficié de l’aide précieuse de M. Al-Dbiyat.

6 Conduite par O. Aurenche et J.-Cl. Moncel, avec l’aide pour les relevés architecturaux de C. Duvette, B. Chalich et S. Sanz, et celle de M. Al-Dbiyat pour les entretiens.

7 Chaque site a fait l’objet d’un dossier composé de plans et/ou de photographies que l’on trouvera en annexe à la suite du texte. Pour la localisation, voir fig. I.

8 En l’absence de toponyme spécifique à un site, nous lui avons attribué le nom de l’oued au bord duquel il se trouve, suivi d’un numéro d’ordre.

9 On trouvera, par exemple, dans Thoumin 1936 une description des villages mawalis du Ghab (habitat semi-enterré tout en longueur qui imite la tente avec un toit à faîtage porté par des poteaux), où l’auteur insiste sur la volonté des habitants de reprendre, dès que possible, le chemin de la bādiya. Cette réversibilité du mode de vie constitue, avec la réactivité immédiate aux aléas économiques, l’une des caractéristiques de la « philosophie » bédouine (Métrai 2006, p. 99-100).

10 L’année 1988, particulièrement favorable aussi bien aux cultivateurs qu’aux éleveurs de la steppe (voir dans cet ouvrage l’article de M. Traboulsi), constitue, dans la mémoire collective, un point de repère souvent cité.

11 Les faydas (terminologie locale) sont des évasements des fonds de vallées profitant de sols d’apport, profonds et bien irrigués par les eaux de ruissellement, localisés soit à la confluence des oueds, soit sur des replats structuraux ou autour des dépressions endoréiques (comm. pers. B. Geyer).

12 Les illustrations sont classées par dossier. L’abréviation d9 renvoie au dossier 9.

13 Pour une présentation plus approfondie, voir Aurenche et Moncel, à paraître.

14 Ce constat se trouvera encore conforté quand on examinera le cas des villages (Aurenche et Moncel, à paraître).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 Carte de localisation.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 1 – Le premier groupe de tentes d’été, blanches, et les tentes-cuisines plus sombres.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 2 – À gauche, le deuxième groupe de tentes d’été ; à droite, une citerne métallique et deux remorques.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 1 – Au centre, la tente blanche ; à gauche, le tracteur et la remorque ; à droite, l’âne et l’enclos métallique ; au fond, les maisons du village.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 2 – Moutons pâturant sur les chaumes ; au premier plan, traces de sillons marquant des champs cultivés.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 1 – Croquis d’implantation.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 2 – L’emplacement de la tente vu du nord ; au premier plan, le tas de cendres du foyer.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 3 – L’emplacement de la tente vu du sud ; au centre, le muret de séparation des deux compartiments.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 4 – L’emplacement de l’enclos : restes de fumier encadrés par des alignements de pierres.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 1 – Emplacements de tentes (taches claires).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 2 Deux emplacements de tentes marqués par un sol plus clair (sol balayé) et des murets de pierres liées avec de la terre ; au premier plan, foyer creusé avec des pierres de calage.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 1 – Deux foyers construits en fer à cheval (échelle au premier plan d’env. 15 cm) ; au fond, rigole d’écoulement des eaux.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 1 – Croquis d’implantation de la tente-habitat.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 2 – L’emplacement de la tente-habitat vu du nord ; à gauche les rigoles d’écoulement ; au centre le muret de séparation des compartiments.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 3 – Le petit foyer posé avec deux pierres de calage (échelle au premier plan d’env. 15 cm).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 1 – Emplacements de tentes (taches claires) ; au premier plan, restes de foyers ; au fond la réserve de sacs empilés.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 2 – La tente d’été (tente blanche) montée ; à l’arrière-plan, la tente d’hiver,pliée.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 3 – La tente d’hiver (tente noire)pliée.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 1 – Plan d’implantation.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 2 – Plan de la tente-habitat.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 3 – Vue générale depuis l’est ; au fond, à gauche, la maison en dur et les sacs d’aliments ; au centre, le tracteur, la citerne mobile et la tente-habitat ; à droite, la tente-cuisine.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 4 – Vue générale depuis le nord ; à gauche, la maison en dur et la réserve de sacs d’aliments ; au centre, la tente d’hiver pliée ; à droite, la tente-habitat.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 1 – Croquis d’implantation sans échelle.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 2 – L’installation vue du sud ; au premier plan les réserves de fourrage (8) et l’enclos en grillage métallique (9) ; au fond, les maisons en dur (1 et 2) [murs en pierres recouverts d’enduits ; toits plats en terre].
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 3 – L’installation vue du sud : au premier plan à gauche, la maison 11 et sa tente-cuisine ; au centre, la tente (3) ; à droite, la maison (1) et au fond, les enclos (4 et 5).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 4 – L’installation vue de l’est : au premier plan, les réserves de combustible (7) ; au fond à gauche, les maisons (2, 1 et 14) ; à droite, les enclos (4 et 5).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 5 – La maison 1 vue du sud.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 6 – La tente 3 vue de l’est.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 7 – La maison 11 et sa tente-cuisine vues du nord-est ; à droite, la tente d’hiver pliée (12).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 8 – L’enclos 5 vu du nord.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 9 – L’intérieur de la pièce 2a : cuisine avec à gauche un point d’eau et au fond un réchaud alimenté par une bouteille de gaz.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 10 – L’intérieur de la pièce 2b : réserve ; orifices de ventilation dans le mur nord.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 1 – La maison à portique avec arcades, en parpaings de ciment, ouverte au sud avec escalier extérieur d’accès au toit ; à droite, sacs d’aliments pour le bétail ; à gauche, la tente d’été et la tente d’hiver pliée.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 1 – Croquis d’implantation sans échelle.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 2 – L’installation vue de l’est.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 3 – L’installation vue de l’ouest.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 4 – L’installation vue du sud.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 1 – Au premier plan, la pompe à moteur pour l’irrigation ; au fond, ouvertes au sud, la maison à coupole occupée et la maison en parpaings en construction (tas de terre et ciment) ; à droite, l’enclos à bétail.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 2 – La tente d’été démontée, en réparation.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Fig. 3 – A droite, l’enclos à bétail ; à gauche, le toit de la maison en parpaings et la maison à coupoles ; au fond, bâtiments en construction.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 1 Croquis d’implantation.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 2 – L’espace domestique autour de la motopompe avec une maison à deux pièces en parpaings et une tente montée.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 1 Croquis d’implantation à l’automne 1996 et au printemps 1997 (sans échelle).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 2 – Troupeaux autour de la pompe 4 ; à droite la maison 2 et, au fond, l’école 1.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 3 – Réception sous la tente du muḫtār, montée à l’ouest de la pompe 4 ; il prend la pose avec sa famille, une tasse à café à la main et un revolver sous l’aisselle gauche ; au premier plan, le mangal traditionnel (braséro) en métal et la cafetière ; le bois est remplacé par un réchaud à gaz, à droite, alimenté par une bonbonne.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig.1 – Croquis d’implantation.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 2 – La maison, tournée vers l’est, est vide en septembre 1996 mais protégée (portes murées).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 3 – La même maison en mars 1997 est ouverte et en activité ; le tracteur à droite sert au transport de l’eau (citerne mobile sur roues).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 1 – A gauche, les coupoles d’habitation vides et sans portes ; à droite les coupoles de stockage vides, sauf une avec sa porte murée ; au fond une pièce en construction.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 2 – Pièces en construction (en parpaings de ciment, sans toit, ouvertes au sud) à différents états de finition.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 3 – Intérieur de la première coupole d’habitation avec mastaba (support de literie) et orifices de ventilation basse dans le mur ouest.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 4 – Intérieur de la seconde coupole d’habitation avec niches (supports de lampes à pétrole) et orifices de ventilation basse dans les murs ouest et nord.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 5 – Intérieur de la première coupole avec le départ de la voûte en encorbellement.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 1 – Croquis d’implantation (sans échelle).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 2 – Les pièces d’habitation aux portes murées, vues du sud ; au premier plan, emplacements de tentes.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 3 – Au premier plan, l’enclos à bétail.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 1 – Croquis d’implantation de la « maison » représentée ci-dessous, fig. 2.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 2 – Association d’une coupole et d’une pièce d’habitation à toit plat, et de deux coupoles annexes, dont une en ruine.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 3 – « Maison » composée de trois coupoles d’habitation, dont une double, et de plusieurs coupoles de stockage ; au fond, un enclos à bétail ; au premier plan, un emplacement de tente.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 4 – Association de pièces à coupoles et d’une maison à portique en parpaings ; le décor sur la façade rappelle le pèlerinage à La Mecque effectué par l’occupant ; au premier plan, un emplacement de tente.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 1 Croquis d’implantation.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 2 – L’ensemble de l’installation vue du nord-est (1996) ; au premier plan, les briques destinées à la construction des trois nouvelles pièces 14 à 16 (achevées en 2002).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 3 – La cour nord avec les premières coupoles d’habitation 8 à 12, transformées en réserves ; au fond à droite les coupoles de stockage 22 ; au premier plan les pierres destinées au soubassement des futures coupoles 14 à 16 (1996).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 4 – La partie sud de l’installation avec les pièces d’habitation 1 à 4 et la mastaba 23.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 5 – Les pièces 5 (tannūr) et 6-7 (stockage).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 6 – Les pièces 14 à 16 (réserves) en cours de construction (mars 1997).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 7 – Les pièces 14 à 16 achevées (avril 2001).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 8 – Le portique en béton venu se plaquer contre la façade des pièces 1 à 3 (il ne figure pas sur le plan).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 9 – La baratte en peau (ici en cours de fabrication) pour le beurre est toujours en usage.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 1 – Croquis d’implantation.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 2 – L’espace habité vu du sud ; la cour 6, les coupoles 1 et 2, et la terrasse 4.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 3 Les coupoles 3, 7 et 8 vues du sud et la cour 12 pour les animaux.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 4 – Le mur de séparation entre l’espace habité (cour 6) et les espaces de service (cour 12, coupoles 7 à 9, étables et réserves).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 5 Intérieur de la coupole 1 (réception).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 6 – Intérieur de la coupole 2a (murs sud et ouest).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 7 – Intérieur de la coupole 2a (murs nord et ouest).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 8 – Intérieur de la coupole 2b (murs sud et est).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende Fig. 9 – Intérieur de la coupole 15 (cuisine) avec la porte conduisant au hammam 17.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 10 – Intérieur de la coupole 15 (cuisine), murs nord et est.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 11 – Intérieur de la coupole 15 (cuisine), mur sud face à l’entrée.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 1 – Croquis de situation sans échelle.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 2 – Intérieur de la cour de la maison 2 vue du sud-est ; les portes murées signalent la présence de réserves ; au fond, la maison 3 en ruines.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 3 – La maison I et sa cour vues de l’est.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 1 – Croquis d’implantation sans échelle.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 1 L’ensemble 1 vu de l’est ; au centre, la tente-habitat ; à droite, les maisons à toit plat ; à l’extrême droite, une citerne métallique (1996).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 2 – La tente-habitat vue de l’est ; à gauche, l’espace de réception ; au centre, l’espace privé (fermé) ; à droite, le « salon de télévision » avec son antenne ; au centre, une partie des réserves alimentaires pour les animaux (1996).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 3 – L’espace-réception resté traditionnel ; à gauche, mortier à café en bois ; au centre, mangal (braséro) enfoncé dans le sol avec la série de cinq cafetières en cuivre de tailles décroissantes ; une cafetière en émail au premier plan ; à droite, la cafetière de service en cuivre (1996).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 4 – La cafetière de service maintenue au chaud sur des braises de noyaux d’olives ; on distingue, dans le bec, des grains de cardamome (1996).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 5 – L’espace de couchage (au centre de la tente) avec la literie repliée dans la journée et posée sur un chassis métallique ; l’empilement sert de séparation entre les compartiments (1996).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 6 – La tente-cuisine (1996).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 7 – Intérieur de la tente-cuisine (1996).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 1 – La tente-épicerie vue du sud ; à gauche, la tente-habitat ouverte à l’est ; au centre, la tente-magasin ouverte au sud ; à droite, le « cairn publicitaire » au bord de la piste, signalant le magasin.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 2 – La tente-épicerie ; au centre le bidon posé debout qui sert de « bar » (voir fig. 14) ; à gauche les bidons de pétrole pour les lampes.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 3 – Abu Brahim et ses enfants.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 4 – Au fond, le puits d’État de Bi ‘r Malif ; à droite, la tente-habitat.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 5 – La tente-habitat vue de l’ouest.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 6 – Abu Brahim dans l’entrée du magasin ; à droite, le comptoir de l’espace-boutique avec une balance.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 7 – La paroi nord de la boutique vue depuis l’espace de réception.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 8 – Les parois nord et ouest de la boutique.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 9 – Le centre du magasin et la paroi ouest de la boutique.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 10 – Le comptoir et la paroi sud de la boutique.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 11 – L’espace-réception vu depuis le magasin.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 12 – L’arrière du comptoir vu depuis le centre du magasin ; au fond, l’espace de réception.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 13 – La clientèle et le « parking » devant la boutique.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-104.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 14 – L’espace-bar en activité.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/488/img-105.jpg
Fichier image/jpeg, 39k

Auteurs

CNRS, FR 3747, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.