Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habitat et environnement

 | 
Marie-Odile Rousset
, 
Bernard Geyer
, 
Pierre-Louis Gatier
, 
et al.

La maison des grands propriétaires dans les marges arides de Syrie centrale

Mohamed Al-Dbiyat

Résumé

La steppe syrienne (la bādiya) a été un espace attractif pour les sédentaires ou les semi-sédentaires depuis la plus haute Antiquité. Mais à la différence de la maʿmūra, espace des agriculteurs aux agglomérations habitées peu ou prou continûment, la bādiya a connu des phases de peuplement et d’autres d’abandon. Ce phénomène a engendré des ruptures dans la mise en valeur, notamment dans les marges arides de Syrie centrale, région étudiée ici. Nous nous intéressons à la dernière phase de mise en valeur opérée par les notables des villes de la maʿmūra à partir de la fin du XIXsiècle, et aux villages qui s’y sont développés pour sédentariser les nomades ou pour abriter les métayers engagés par les grands propriétaires. Nous cherchons à expliquer le processus de formation des grands domaines céréaliers dans les marges arides de la région située entre Hama et Salamya (Syrie centrale). Notre intérêt s’est porté avant tout sur les maisons des grands propriétaires, implantées au sein des villages d’agriculteurs, et qui évoquent les plus belles maisons du Massif calcaire (région des « villes mortes ») à l’époque byzantine ou les palais ruraux des élites omeyyades dans le désert syrien. Bien que modeste, comparé aux palais byzantins ou omeyyades, le palais d’al‑Aġa (le grand propriétaire) reste significatif, dans sa localisation, son architecture et son fonctionnement, d’une volonté de singularisation : c’est cette particularité qui est l’objet principal de cette étude.

Since the earliest times, the Syrian steppe (the bādiya) has attracted permanent or semi-permanent settlers. But other than the maʿmūra, agricultural territory with more or less continually inhabited settlements, the bādiya has seen phases of occupation as well as phases of abandonment. This phenomenon has brought about breaks in the development, especially in the arid margins of central Syria region, which is studied here. We are interested in the latest phase of development, carried out by the notabilities of the maʿmūra towns since the late 19th century, as well as in the villages that have come into existence there in order to settle the nomads and to house the tenants employed by the big landowners. We try to explain the process of formation of the big cereal-growing estates in the arid margins between Hama and Salamya (Central Syria). Above all we have looked at the houses of the big landowners, which are situated right in the farming villages. They bring to mind the most beautiful houses of the Limestone Massif (region of the “dead cities”) in the Byzantine Period or the rural palaces of the Umayyad elites in the Syrian desert. Although modest in comparison with the Byzantine or Umayyad palaces, the palace of al‑Aġa (the big landowner) expresses, with regard to its localisation, architecture and function, the will to be unique: this particular aspect is the main object of our study.

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 2 Salamya, ou Salamieh, est un chef-lieu de mantiqa (arrondissement, dans le muhafazat de Hama). Avec (...)

1Les zones de marges arides sont un espace de l’aléatoire pour l’homme, notamment lorsqu’il veut s’y implanter durablement. Le domaine des tribus nomades s’y étend et s’y rétracte en fonction du poids des sédentaires ou de l’efficacité du contrôle mis en place par le pouvoir central. La zone d’étude se situe dans la partie occidentale des marges arides du Croissant fertile, à l’est de la ville de Hama, capitale de province, au nord-ouest de la ville de Salamya2, en Syrie centrale, et plus précisément sur le plateau du Ğabal al‑ʿAlā (fig. 1).

  • 3 Jaubert et Geyer 2006.

2Les prospections de la mission des Marges arides3 ont montré que la dernière vague d’occupation sédentaire de la région, avant la période contemporaine, remonte à l’époque ayyoubide, et que son abandon est sans doute la conséquence des invasions mongoles (milieu XIIe-XIVe siècle ; Amin 1985). Presque toutes les agglomérations – villages ou villes –, ont alors été abandonnées par les sédentaires, agriculteurs et agro-pasteurs, pour n’être, au mieux, occupées que saisonnièrement. Depuis lors et jusqu’à la deuxième moitié du XIXsiècle, la zone située à l’est de l’Oronte a été abandonnée aux tribus nomades (fig. 2) [Lewis 1987].

3Depuis le début de la deuxième moitié du XIXsiècle, les autorités ottomanes ont intensifié leurs efforts pour sédentariser les bédouins et pour encourager des agriculteurs des régions pauvres ou appartenant à des communautés vivant dans la pauvreté, notamment dans le massif côtier syrien, à s’installer et à mettre en valeur des espaces arables dans les marges arides, essentiellement pour y développer la céréaliculture. Cette politique correspondait au souci des autorités ottomanes d’instaurer la sécurité dans la steppe et de contrôler les tribus nomades qui menaçaient les zones sédentaires occidentales, qui sont aussi les grandes zones agricoles, ainsi que les itinéraires commerciaux entre l’ouest et l’est du Bilād al‑Šām.

4La zone étudiée correspond à une région fertile, aux sols enrichis par la décomposition de la coulée basaltique qui couvre le vaste espace du Ğabal al‑ʿAlā. Les terres, rouges et argileuses, conviennent à la céréaliculture pluviale, même au blé, malgré une pluviosité oscillant entre 300 et 350 mm en moyenne par an (Traboulsi 2010).

ORIGINES DES GRANDES PROPRIÉTÉS ET DES « GRANDS PROPRIÉTAIRES »

Un statut foncier favorable

  • 4 Terre du prince (amir en arabe), c’est-à-dire en l’occurrence du calife. Ce sont actuellement les t (...)

5Les vastes espaces disponibles sur le plateau du Ğabal, mais aussi le statut des terres – des terres domaniales, amiryah4 – ont favorisé, au XIXsiècle, la constitution de grands domaines appartenant à des notables citadins, à des hauts fonctionnaires, à des officiers de l’armée ottomane ou à des chefs de tribus.

6En effet, « la faiblesse de l’autorité centrale, contrainte de se ménager des alliés parmi les notables et les chefs des tribus, fournit à ceux-ci l’occasion de mettre la main sur des grands domaines de l’État » (Al‑Dbiyat 1980, p. 99). C’est là un processus ancien, généralisé durant l’occupation ottomane, et qui s’est poursuivi, sans guère de modifications, au XIXsiècle. Les terres agricoles furent partagées entre les conquérants turcs et leurs alliés, qui sont devenus les féodaux locaux, ce dont témoignent les noms des propriétaires mentionnés dans les textes de lois des réformes agricoles des années 1950, puis de celles des années 1960. Cependant il convient de souligner que la propriété de la terre restait à l’État, fait qui fut confirmé par un décret impérial de 1839 (Al‑Dbiyat 1980, p. 100). Le système féodal fut supprimé alors contre l’indemnisation partielle de ses bénéficiaires : l’État redevint, théoriquement, le propriétaire unique. Mais les modifications introduites par la suite dans le système fiscal et dans la législation relative aux terres cultivées ont permis aux notables, futurs féodaux, d’accroître leur pression sur les paysans, en multipliant les occasions de transactions foncières en leur faveur (Yassine 1979 ; Similianskaya 1989). Il en résulta la naissance d’une classe de grands « propriétaires » terriens (landlords, d’après Lewis 1987, p. 69), qui résidaient en ville et faisaient exploiter leurs terres par des paysans métayers.

Fig. 1 Zone d’étude dans les marges arides de la Syrie centrale.

Fig. 2 – Limite ouest de la steppe en Syrie centrale au XIXsiècle (d’après Lewis 1987, p. 18).

  • 5 Propriété privée, qui n’existait que pour les espaces bâtis et les jardins ou terrains autour des v (...)

7Ce n’est qu’en 1858 qu’une loi, visant à la classification et à l’enregistrement des terres agricoles, créa un service de l’enregistrement foncier (le defterkhana), chargé d’attribuer à chaque possesseur de terre (mulk5 ou amiryah) un titre officiel de propriété, le sened tabou (acte foncier), et de réglementer l’exploitation, la location, les hypothèques, les legs, la vente, etc. Cette loi a initié l’émergence de la grande propriété, car les paysans, hostiles à toute autorité, étaient convaincus que la réforme foncière ottomane n’avait d’autre but qu’un alourdissement des impôts. Les notables et les chefs des tribus ont profité de cette situation et ont inscrit les terrains à leurs noms, avec l’accord des paysans et de l’autorité centrale. Il convient de préciser que les autorités ottomanes n’acceptaient pas l’inscription des terres communautaires (moucha’) au nom du village ; elles exigeaient une inscription nominative.

8C’est ainsi que les notables de Hama et de Homs se sont approprié une importante partie des terres agricoles de la Syrie centrale, avec l’accord tacite des autorités ottomanes et au moment (début du XXsiècle) où l’agriculture dans la région commençait à se transformer, passant de la spéculation, à l’échelle régionale, à l’exportation des matières premières agricoles (Al‑Dbiyat 1995, p. 115). Ce sont ces « féodaux » qui nous intéressent dans cette étude sur l’habitat particulier des grands propriétaires, et non les chefs des tribus, qui ont préservé leur mode de vie tribal ou abandonné, au profit des notables citadins, des terres que les nomades ont acquises lors de la politique de sédentarisation des tribus, mise en œuvre par les Ottomans dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Ainsi, de nombreux notables de Hama, de Homs et, dans une moindre mesure, de Salamya, ont pu posséder des villages entiers dans la région (fig. 3). Des familles de Hama, dont certaines d’origine turque (les Al‑Azem), kurde (les Al‑Barazi) ou iraquienne (les Kilani), possédaient plus d’un village, et jusqu’à une dizaine.

  • 6 Signalons ici que la grande majorité des villages des grands propriétaires dans la région administr (...)

9Durant le Mandat, à partir de 1926, de nouvelles normes cadastrales furent appliquées, mais sans rien changer pour autant à la structure agraire. L’appropriation des terrains agricoles se poursuivit sur les domaines de l’État, au profit des notables et des chefs des tribus. L’accaparement des terres a emprunté différentes voies, dont la plus fréquente était la mainmise sur les terres domaniales qui étaient louées, avec promesse de vente, aux usufruitiers. Ces derniers ont souvent été contraints de les abandonner au profit des notables citadins à la suite d’une dette ou d’un besoin urgent d’argent ou sous la pression du chef de la tribu, etc. L’indépendance, en 1946, n’a apporté aucune modification. Bien plus, la loi de 1954 alla encore plus loin en autorisant l’enregistrement de 500 ha prélevés sur les terres domaniales au profit d’un seul propriétaire. C’est ainsi que sont nés les domaines des grands propriétaires, qui possédaient près de 300 villages dans les régions de Hama, de Homs et de Salamya6 (tableau 1).

Tableau 1 – Structure de la propriété foncière en Syrie centrale, selon les villages, en 1912 (d’après Al‑Dbiyat 1995, p. 117).

Fig. 3 – Répartition des propriétés des citadins dans les muhafazats de Hama et de Homs (d’après Al‑Dbiyat 1995, p. 124).

10Il a fallu attendre 1958, puis 1963, pour que soient promulguées des lois de réformes agraires visant à faire disparaître la grande propriété et son système d’exploitation, plus proche du servage que de l’association. Les propriétaires ont cependant gardé une part non négligeable de leurs terres, parfois celles où se trouvait leur maison. Lorsque cela n’a pas été le cas, certains de ces « palais ruraux » ont été réoccupés par des villageois, et sont maintenant fréquemment dans un état délabré, car ils nécessitent un entretien que les petits paysans bénéficiaires de la réforme agraire n’ont pas les moyens de prendre en charge. C’est le cas du Qaṣr Bakir dans le village de Ḫnīfīs al‑Dawsa. Tout y est en mauvais état : le « palais », la piscine, et même les fenêtres, qui sont fermées par des parpaings (fig. 4).

Origine de la richesse des grands propriétaires

11Le mode d’exploitation des grandes propriétés qui dominait jusqu’à l’application de la réforme agraire à partir de 1958 était le système de métayage, muzara’a, défini ainsi dans l’ancien code civil ottoman : « C’est une forme d’association dans laquelle l’un des associés apporte le fonds, le propriétaire, l’autre, le travail, le métayer, les fruits étant partagés entre les deux associés » (Al‑Dbiyat 1980, p. 118). Le propriétaire offre aussi l’hébergement.

Fig. 4 Maison du grand propriétaire à Ḫnīfīs al‑Dawsa : Qaṣr Bakir (cliché M. Al‑Dbiyat).

  • 7 Fréquemment, ces implantations modernes ont su profiter des aménagements hydrauliques mis en œuvre (...)

12Les grands propriétaires ont employé des paysans qui étaient déjà installés sur place, mais ils ont aussi fait venir des paysans alaouites qui vivaient en situation précaire dans leur territoire du massif côtier. C’est ainsi que sont nés, dans cette région du Ğabal al‑ʿAlā, les villages d’habitat modeste, avec des maisons souvent en terre, installés sur d’anciens sites antiques, notamment de l’âge du Bronze ancien, des époques byzantine ou ayyoubide7. Ce système s’appliquait dans ce secteur voué à la céréaliculture pluviale. En plus du travail agricole, le métayer et les membres de sa famille effectuaient gratuitement divers travaux, notamment la construction des maisons, l’aménagement des pistes et l’entretien de la maison du grand propriétaire absentéiste ou de celle de son représentant, le wakil. Ce dernier remplace le « maître » quand celui-ci est absent et préfère son lieu de résidence urbain : c’est lui qui dirige les travaux agricoles jusqu’à la récolte.

  • 8 Il fut même président de l’État de Syrie sous mandat, en 1941 (14 avril-16 septembre). Issu de la f (...)

13Le propriétaire absentéiste avait en général une autre activité en ville, qui était à l’origine de sa richesse ou de son pouvoir. Ce sont souvent les revenus du commerce de gros qui lui ont permis d’acheter les droits de la propriété terrienne, mais aussi les activités politiques locales ou nationales. C’est le cas notamment de membres de la famille Al‑Azem, dont Khaled Al‑Azem, plusieurs fois premier ministre de 1941 à 19638. La richesse accumulée servait entre autres à la construction de grandes demeures, en ville ou dans le ou l’un des villages du « maître ».

Naissance des « palais ruraux »

14Dans l’Islam, il n’est pas apprécié de montrer sa richesse. Ainsi, la maison doit être simple, au moins de l’extérieur ; par contre l’espace intérieur est laissé à discrétion, sans restriction. Ce type d’occupation de l’espace est encore de mise dans les maisons des médinas traditionnelles. Cette tradition remonte loin dans l’époque islamique, comme en témoignent certains palais omeyyades (par exemple Qaṣr al‑Ḥayr Est ou Ğabal Says) et abbassides (notamment les palais des membres de la famille de Hārūn al‑Rašīd à Raqqa).

  • 9 Ces palais ont été convertis, au XXsiècle, en musée (pour ceux de Hama et de Damas) ou en siège d (...)

15Durant l’époque ottomane, particulièrement au XIXsiècle et jusqu’à la fin du sultanat, les notables, les hauts responsables et les officiers sont entrés en compétition pour la construction de maisons prestigieuses, en ville comme à la campagne. Les palais de la famille Al‑Azem, à Hama et à Damas9, en sont un bel exemple.

  • 10 Voir les travaux de la mission archéologique syro-française sur les maisons du Massif calcaire ains (...)

16Les plus belles maisons de l’époque byzantine, dont les vestiges majestueux subsistent en de nombreux endroits de Syrie, notamment dans le Massif calcaire (dit autrefois région des « villes mortes »10) mais aussi dans la steppe, ont pu servir de modèles pour la construction des « palais ruraux ». Nous pensons que ce type d’habitat a influencé les grands propriétaires de l’époque ottomane.

CARACTÈRES DU « PALAIS RURAL »

  • 11 Mot turc désignant le chef militaire ou civil ou le seigneur.

17Le palais ou qaṣr du grand propriétaire n’a rien à voir avec les vrais palais des hommes de pouvoir, comme celui du sultan, d’un wali ou même de tout autre responsable administratif ou militaire de l’époque ottomane. Ce terme, un peu grandiloquent, est utilisé pour désigner la maison qui, dans le village, se distingue par celui qui l’habite, le « maître » de la terre, par sa situation, ou par son architecture imposante. C’est pourquoi on préférera parler ici de « palais rural ». Bien souvent, ce sont les paysans de la région qui ont donné à la maison du « maître » le nom de palais. L’usage ajoute parfois à cette appellation le nom du propriétaire : le palais d’Al‑Azem, le palais d’Al‑Barazi, ce qui indique que le village appartient à la famille en question. On ajoute parfois son titre turc : al‑Aġa11 (Qaṣr al‑Aġa), al‑Baik ou al‑Pasha. Le mot qui, dans notre région, est le plus couramment employé pour désigner le propriétaire ou sa maison est celui d’al‑Aġa, d’où les appellations suivantes : ʿArḍ al‑Aġa (le terrain), Bayt al‑Aġa (la maison), Qaṣr al‑Aġa (le palais).

18D’une manière générale, le grand propriétaire vivant en ville a besoin de passer un moment dans son/ses village(s) pour des raisons tant économiques que sociales. Il a besoin de contrôler l’installation des paysans métayers et de conclure les contrats verbaux avec eux. Il donne aussi ses instructions pour les processus agricoles.

  • 12 Ce type d’association dure quatre ans. Le propriétaire offre le troupeau, et le pasteur le travail. (...)

19Pour cela, il choisit un village – s’il en possède plusieurs – pour y construire sa demeure. En général, il choisit le mieux desservi, souvent un gros village où se trouvent des matériaux archéologiques – pierres taillées et vestiges – qui serviront à la décoration des espaces extérieur ou intérieur (fig. 5 et 6). Le choix du lieu peut également être lié à l’origine des paysans qui y vivent. On a constaté que le propriétaire ayant le choix entre plusieurs villages préférait celui exploité par des paysans d’origine bédouine plutôt que par des agriculteurs sédentarisés de longue date. Cela traduit une sorte d’attachement des notables de Hama au mode de vie bédouin. Est-ce lié à leur origine lointaine ou seulement à des raisons matérielles ? En général, les paysans d’origine bédouine continuent de pratiquer l’élevage ovin. Cela intéresse le grand propriétaire pour son approvisionnement en viande et en produits laitiers. Parfois il possède une partie du troupeau sous forme d’association. Une de ces formes porte même le nom de sharakah hamwiah (association hamaouite)12, c’est-à-dire relative à la ville de Hama.

Fig. 5 – Pierres antiques remployées dans la terrasse de la maison d’un grand propriétaire à ’Umm rayza, au nord de Salamya (cliché M. Al‑Dbiyat).

Fig. 6 Une porte en basalte remployée dans la terrasse de la maison d’un grand propriétaire à ’Umm rayza (cliché M. Al‑Dbiyat).

Localisation des « palais ruraux »

20Le « palais » est en général installé à l’écart du tissu bâti du village, comme c’est le cas à Tamak (fig. 7) ou à Ḫnīfīs al‑Dawsa (fig. 8), pour préserver la vie privée du propriétaire. S’il y a une butte, c’est le lieu idéal pour que la demeure surplombe le village. Il est souvent entouré d’un enclos (fig. 9), qui peut servir à parquer les animaux du « maître », notamment les chevaux, ainsi que ceux de son représentant, ou pour la plantation de quelques arbres fruitiers qui y seront protégés, ou encore pour créer un espace de protection autour du « palais ». Cet enclos s’apparente à une sorte de « parc du palais ».

21Il est rare de trouver une maison de « maître » au sein du village, sauf lorsque l’extension de ce dernier a fini par l’englober.

Architecture

22Nous avons eu la chance de trouver à Tamak (17 km au nord de Salamya) un « palais rural » en bon état (fig. 7) et encore utilisé, représentatif de la majorité des maisons de grands propriétaires dans la région. Il est habité, temporairement, par un propriétaire de la famille Al‑Barazi de Hama, qui était au village, en avril 2007, quand nous l’avons rencontré. Il était venu pour voir ses champs d’orge et pour profiter du beau temps du printemps.

23Le « palais d’al‑Aġa », comme l’appellent les paysans, se distingue facilement du type d’habitat dominant dans le village, qui est généralement en terre, couvert soit par des qubba (dômes) pour économiser l’utilisation des poutres en bois, soit par des toits plats avec une partie inférieure en pierres prises sur place. Il s’agit là souvent d’un remploi de pierres, taillées ou non, provenant des ruines du site antique sur lequel le village s’est installé.

24Ce cas est fréquent : on peut parler d’une refondation, au moins partielle, du réseau des villages et des bourgs, voire des villes antiques. C’est le cas de la ville actuelle de Salamya, qui a été reconstruite sur les ruines de la ville antique qui portait le même nom à l’époque abbasside, connue au IXsiècle comme ayant été le foyer de l’ismaïlisme, refondée elle-même sur le site de la cité byzantine de Salamias.

25La majorité des « palais ruraux » du Ǧabal alʿAlā bénéficient, quant à eux, de matériaux de construction plus « nobles », en basalte, abondant dans la région du fait de la coulée basaltique qui couvre le plateau (mesa). Les palais sont construits en pierre taillée, qui provient fréquemment des sites antiques sur place ou lointains (fig. 10 et 11). Parfois, quand le basalte manque, c’est le calcaire qui est utilisé (fig. 12). On peut garder la pierre apparente ou la recouvrir d’un enduit de chaux (fig. 13). Certains « palais » n’ont été enduits que tardivement, au cours des périodes récentes ou suite à un abandon par le grand propriétaire et à la réoccupation du « palais » par un habitant du village (fig. 4). Des colonnes antiques sont souvent utilisées pour la décoration, devant la maison (fig. 10), sur la terrasse ou comme base de certaines parties du « palais », comme l’escalier d’accès au 1er étage (fig. 11).

26Le « palais » est fréquemment construit sur deux niveaux. Le rez-de-chaussée est alors occupé par la cuisine et le grand salon où le « maître » reçoit invités et visiteurs lors de son séjour au village. Localement on appelle cette pièce manzul ou madafa (fig. 14 et 15). L’étage est l’espace privé de la famille du « maître », où se trouvent les chambres à coucher.

27Le rez-de-chaussée est construit en pierre et selon le système de voûtes recouvertes de terre. C’est pour pouvoir supporter le 1er étage (fig. 16 et/7). Le deuxième niveau possède une toiture en poutres de bois couvertes de terre. Il est en général plat, au moins dans les maisons des Marges arides. Ce rez-de-chaussée sert parfois d’étable pour les animaux, mais le cas est rare, l’espace réservé aux animaux étant habituellement à l’écart de la maison (cf. ci-dessous).

28Quant à la cuisine, nous avons vu qu’elle est souvent au rez-de-chaussée, sauf si la maison dispose de dépendances autour d’une cour. Dans ce cas, la cuisine, lieu enfumé où l’on brûle du bois et où se déroulent divers travaux (dont le lavage du linge) peut être dissociée du bâtiment principal (fig. 18), et disposer alors d’un four à pain (fig. 19). Cependant, le propriétaire est souvent approvisionné en pain par les paysans qui ont, dans la cour de leur maison, un tannūr, four vertical en terre, où les galettes de pain sont cuites contre les parois intérieures (fig. 20).

29Quant à l’espace extérieur de la maison du « maître » ou « parc du palais », on y trouve surtout de jolies pierres antiques taillées, inscrites ou décorées, pouvant être employées également comme montant ou linteau de porte (linteaux décorés, chapiteaux, colonnes, bassins, etc.).

  • 13 Prénom d’un grand propriétaire de la famille Al‑Barazi de Hama.
  • 14 Dans les années 1960, elle fut la seule piscine de la région (et nous y allions tous les vendredis, (...)

30Le « palais » de Bakir13, dans le village de Ḫnīfīs al‑Dawsa, avait même une piscine14 (fig. 21), alimentée en eau par une motopompe installée sur un puits. Elle servait de lieu d’agrément, mais aussi (et surtout) de réserve pour l’agriculture irriguée (coton et oignons essentiellement). Il est surprenant de trouver, dans un petit village agricole isolé, une telle construction, agrémentée d’une piscine et d’une cascade en marbre blanc importé (d’Italie). Autour de la piscine se trouvait un jardin à fleurs, dont les traces sont encore visibles (fig. 22). Malheureusement, l’ensemble est aujourd’hui délabré.

Fig. 7 – Localisation de la maison du grand propriétaire à Tamak.

Fig. 8 – Localisation de la maison du grand propriétaire à Ḫnīfīs al‑Dawsa.

Fig. 9 – Vue aérienne de la maison du grand propriétaire et de son enclos, à Tamak.

Fig. 10 – Maison de propriétaire à Bāyya ʿiyya Kabīra, vue du sud (cliché M. Al‑Dbiyat).

Fig. 11 – Maison du grand propriétaire à Bāyya ʿiyya Kabīra, vue du sud-est (cliché M. Al‑Dbiyat).

Fig. 12 – Maison du grand propriétaire à Al‑Buwaydar : vue de l’ouest (cliché M. Al‑Dbiyat).

Fig. 13 – Qar Mirza à 3 km à l’ouest de Salamya (cliché Mirza Mirza).

Fig. 14 – Qar al‑Aġa à Tamak, entrée de la salle de réception (madafa) [cliché M. Al‑Dbiyat].

Fig. 15 Qaṣr al‑Aġa à Tamak, intérieur de la salle de réception (madafa) [cliché M. Al‑Dbiyat].

Fig. 16 – Maison du grand propriétaire à Bāyya ʿiyya Kabīra. Intérieur du rez-de-chaussée (cliché M. Al‑Dbiyat).

Fig. 17 – Maison du grand propriétaire à Bāyya ʿiyya Kabīra. Intérieur du rez-de-chaussée (cliché M. Al‑Dbiyat).

Fig. 18 – Qaṣr Bakir, petit bâtiment pour la cuisine (cliché M. Al‑Dbiyat).

Fig. 19 – Qaṣr Bakir, le four (cliché M. Al‑Dbiyat).

Fig. 20 – Tannūr (four en terre), appuyé à un abri servant au stockage du bois, à l’extérieur d’une maison de paysans à uwāl Dabbāġīn (cliché M. Al‑Dbiyat).

Fig. 21 – Qaṣr Bakir, la piscine (cliché M. Al‑Dbiyat).

Fig. 22 Qaṣr Bakir. L’ancien jardin, traversé par l’aqueduc qui alimentait la piscine (cliché M. Al‑Dbiyat).

Un habitat de prestige et fonctionnel à la fois

31La maison du grand propriétaire n’est pas seulement un lieu pour habiter, passer des vacances, organiser des fêtes avec la famille élargie ou les amis du « maître » ou encore pour les repas d’affaires offerts aux responsables locaux ; c’est surtout un espace fonctionnel lié à l’activité agricole.

32En effet, la céréaliculture étant l’activité agraire dominante dans la région, le propriétaire n’est que peu contraint par le calendrier agricole. Il vient pour les labours préparatoires en été et les semailles (octobre-novembre), pour traiter les mauvaises herbes (février-mars) et pour mettre les engrais (février). Il se rend surtout sur ses terres pour la récolte, qui peut durer une semaine ou plus. Le « maître » surveille la répartition de la production avec les paysans et paye les ouvriers agricoles. La récolte se vend sur place ou est transportée chez le propriétaire, et elle sera stockée dans des dépôts localisés dans le « palais » ou à proximité immédiate. Lorsque ce dernier est un commerçant, la récolte peut être transportée dans ses dépôts en ville.

33Le « palais rural » est donc doté d’un espace économique. En plus des dépôts, on trouve à côté du « palais » l’écurie pour les chevaux, les étables pour les autres animaux de trait (fig. 23 et 24) ou de production laitière, brebis ou chèvres (fig. 25).

Fig. 23 – Extérieur de l’étable ou écurie dans le Qaṣr al‑Aġa à Tamak (cliché M. Al‑Dbiyat).

Fig. 24 – Intérieur de l’étable ou écurie dans le Qaṣr al‑Aġa à Tamak (cliché M. Al‑Dbiyat).

Fig. 25 – L’étable de Qaṣr Bakir à Ḫnīfīs al‑Dawsa (cliché M. Al‑Dbiyat).

CONCLUSION

34L’appellation « palais », même qualifié de « rural » est, on l’a vu, à relativiser. Certes, au regard des modestes maisons des paysans, souvent délabrées, la maison du grand propriétaire, le « maître » du village, apparaît évidemment comme une demeure somptueuse, un « palais ». Ce phénomène nous rappelle celui du « château » chez les féodaux en Europe.

35L’architecture est particulière et vise à montrer l’importance du statut social du propriétaire, tout particulièrement sa richesse. Tout doit être différent des « gourbis » des paysans, qui sont précaires et construits en terre. Cette apparence lui est nécessaire pour asseoir son pouvoir sur les paysans, pour accentuer le sentiment, l’impression chez ces derniers de n’être que ses serfs.

36Le « palais rural » est un lieu d’habitation mais aussi un complexe fonctionnel. Il est le lieu de la vie à la fois discrète et publique du « maître », le grand propriétaire absentéiste qui vient à certains moments de l’année pour contrôler la bonne marche de son domaine et assurer l’entente entre les parties.

37Enfin, les « palais ruraux », bien qu’ils soient le symbole de l’injustice d’une époque, doivent à notre avis être considérés comme un patrimoine culturel. Ils sont actuellement menacés de disparition, certains sont en ruines ou voués à la destruction, s’ils ne sont pas déjà démolis. Ce constat concerne surtout ceux habités, depuis la réforme agraire des années 1960, par des familles de paysans qui n’ont pas les moyens de les entretenir. Ils nécessiteraient d’être restaurés, préservés et protégés. Par ailleurs, certains s’apparentent déjà à des petits musées du fait des objets archéologiques qui y ont été rassemblés, tant dans la construction que dans les cours. Heureusement, il reste des maisons entretenues, là où le propriétaire possède encore un lot important de terrain agricole, elles sont les témoins d’une culture passée et d’un patrimoine qui reste à classer et à mettre en valeur.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Al‑Dbiyat M. 1980, Salamieh et sa région, thèse de 3e cycle, université de Tours.

— 1995, Homs et Hama en Syrie centrale, concurrence urbaine et développement régional, Damas.

Al‑Dbiyat M., Mouton M. (éd.) 2006, Stratégies d’acquisition de l’eau et société au Moyen-Orient depuis l’Antiquité : études de cas, BAH 186, Beyrouth.

Amin M. 1985, Histoire de la ville de Salamya durant 50 siècles, Salamya (en arabe).

Geyer B. 2009, « Pratiques d’acquisition de l’eau et modalités de peuplement dans les marges arides de la Syrie du Nord », in M. Al‑Dbiyat et M. Mouton (éd.), Stratégies d’acquisition de l’eau et société au Moyen-Orient depuis l’Antiquité : études de cas, BAH 186, Beyrouth, p. 25‑44.

Jaubert R., Geyer B. (éd.) 2006, Les marges arides du Croissant fertile. Peuplements, exploitation et contrôle des ressources en Syrie du Nord, TMO 43, série Conquête de la steppe 2, Lyon.

Lewis N. 1987, Nomads and settlers in Svria and Jordan, 1800‑1980, Cambridge Middle East Library, Londres.

Similianiskaya I. 1989, Les structures socio-économiques dans l’Orient arabe au début de l’époque moderne, traduit du russe par Attalah Y., Dar al‑Farabi, Beyrouth (en arabe).

Tate G. 1992, Les campagnes de la Syrie du Nord du IIe au VIIsiècle, BAH 133, Paris.

Traboulsi M. 2010, « Les précipitations dans les marges arides de la Syrie du Nord », in P.-L. Gatier, B. Geyer et M.-O. Rousset (éd.), Entre nomades et sédentaires. Prospections en Syrie du Nord et en Jordanie du Sud, TMO 55, série Conquête de la steppe 3, Lyon, p. 73‑95.

Yassine A. 1979, Anecdote de la terre et du paysan syrien, 1958-1970, Beyrouth (en arabe).

Notes

2 Salamya, ou Salamieh, est un chef-lieu de mantiqa (arrondissement, dans le muhafazat de Hama). Avec une population d’environ 70 000 habitants en 2010, elle est la troisième ville de Syrie centrale, après Homs et Hama.

3 Jaubert et Geyer 2006.

4 Terre du prince (amir en arabe), c’est-à-dire en l’occurrence du calife. Ce sont actuellement les terres appartenant à l’État, terres domaniales.

5 Propriété privée, qui n’existait que pour les espaces bâtis et les jardins ou terrains autour des villes (périmètre urbain).

6 Signalons ici que la grande majorité des villages des grands propriétaires dans la région administrative de Salamya appartenaient à des familles de Hama ou de Homs.

7 Fréquemment, ces implantations modernes ont su profiter des aménagements hydrauliques mis en œuvre dans l’Antiquité : Geyer 2009, p. 32‑37.

8 Il fut même président de l’État de Syrie sous mandat, en 1941 (14 avril-16 septembre). Issu de la famille Al‑Azem de Damas, il possédait de grandes propriétés partout dans le pays, et jusqu’en Djézireh.

9 Ces palais ont été convertis, au XXsiècle, en musée (pour ceux de Hama et de Damas) ou en siège d’administration ou d’institution culturelle. Le palais Azem de Damas a été le siège de l’Institut français de Damas (devenu l’IFEAD en 2003) jusqu’aux années 1960, puis de la direction des Monuments historiques, pour devenir ensuite un musée des traditions populaires.

10 Voir les travaux de la mission archéologique syro-française sur les maisons du Massif calcaire ainsi que les publications de cette mission, notamment celle de Tate (1992). Dans les steppes, Qasr Ibn Wardan fournit l’exemple exceptionnel d’une demeure luxueuse. Voir Genequand, Rousset, dans ce même volume.

11 Mot turc désignant le chef militaire ou civil ou le seigneur.

12 Ce type d’association dure quatre ans. Le propriétaire offre le troupeau, et le pasteur le travail. Après les quatre années, le troupeau est partagé en deux parts, dont une revient au propriétaire. Tout au long de l’association, le propriétaire prend la moitié des agneaux mâles de l’année.

13 Prénom d’un grand propriétaire de la famille Al‑Barazi de Hama.

14 Dans les années 1960, elle fut la seule piscine de la région (et nous y allions tous les vendredis, pendant l’été, pour en profiter, bien qu’elle soit à une vingtaine de kilomètres de notre lieu de résidence).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 Zone d’étude dans les marges arides de la Syrie centrale.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/487/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 2 – Limite ouest de la steppe en Syrie centrale au XIXsiècle (d’après Lewis 1987, p. 18).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/487/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Tableau 1 – Structure de la propriété foncière en Syrie centrale, selon les villages, en 1912 (d’après Al‑Dbiyat 1995, p. 117).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/487/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 3 – Répartition des propriétés des citadins dans les muhafazats de Hama et de Homs (d’après Al‑Dbiyat 1995, p. 124).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/487/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Fig. 4 Maison du grand propriétaire à Ḫnīfīs al‑Dawsa : Qaṣr Bakir (cliché M. Al‑Dbiyat).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/487/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 5 – Pierres antiques remployées dans la terrasse de la maison d’un grand propriétaire à ’Umm rayza, au nord de Salamya (cliché M. Al‑Dbiyat).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/487/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Légende Fig. 6 Une porte en basalte remployée dans la terrasse de la maison d’un grand propriétaire à ’Umm rayza (cliché M. Al‑Dbiyat).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/487/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Légende Fig. 7 – Localisation de la maison du grand propriétaire à Tamak.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/487/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Légende Fig. 8 – Localisation de la maison du grand propriétaire à Ḫnīfīs al‑Dawsa.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/487/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 948k
Légende Fig. 9 – Vue aérienne de la maison du grand propriétaire et de son enclos, à Tamak.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/487/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Légende Fig. 10 – Maison de propriétaire à Bāyya ʿiyya Kabīra, vue du sud (cliché M. Al‑Dbiyat).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/487/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 11 – Maison du grand propriétaire à Bāyya ʿiyya Kabīra, vue du sud-est (cliché M. Al‑Dbiyat).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/487/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Légende Fig. 12 – Maison du grand propriétaire à Al‑Buwaydar : vue de l’ouest (cliché M. Al‑Dbiyat).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/487/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 13 – Qar Mirza à 3 km à l’ouest de Salamya (cliché Mirza Mirza).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/487/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 14 – Qar al‑Aġa à Tamak, entrée de la salle de réception (madafa) [cliché M. Al‑Dbiyat].
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/487/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 15 Qaṣr al‑Aġa à Tamak, intérieur de la salle de réception (madafa) [cliché M. Al‑Dbiyat].
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/487/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Légende Fig. 16 – Maison du grand propriétaire à Bāyya ʿiyya Kabīra. Intérieur du rez-de-chaussée (cliché M. Al‑Dbiyat).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/487/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 17 – Maison du grand propriétaire à Bāyya ʿiyya Kabīra. Intérieur du rez-de-chaussée (cliché M. Al‑Dbiyat).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/487/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 18 – Qaṣr Bakir, petit bâtiment pour la cuisine (cliché M. Al‑Dbiyat).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/487/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 19 – Qaṣr Bakir, le four (cliché M. Al‑Dbiyat).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/487/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Fig. 20 – Tannūr (four en terre), appuyé à un abri servant au stockage du bois, à l’extérieur d’une maison de paysans à uwāl Dabbāġīn (cliché M. Al‑Dbiyat).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/487/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende Fig. 21 – Qaṣr Bakir, la piscine (cliché M. Al‑Dbiyat).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/487/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 22 Qaṣr Bakir. L’ancien jardin, traversé par l’aqueduc qui alimentait la piscine (cliché M. Al‑Dbiyat).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/487/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 23 – Extérieur de l’étable ou écurie dans le Qaṣr al‑Aġa à Tamak (cliché M. Al‑Dbiyat).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/487/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 24 – Intérieur de l’étable ou écurie dans le Qaṣr al‑Aġa à Tamak (cliché M. Al‑Dbiyat).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/487/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 25 – L’étable de Qaṣr Bakir à Ḫnīfīs al‑Dawsa (cliché M. Al‑Dbiyat).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/487/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.