Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habitat et environnement

 | 
Marie-Odile Rousset
, 
Bernard Geyer
, 
Pierre-Louis Gatier
, 
et al.

Résidences aristocratiques byzantines et omeyyades des marges arides du nord de la Syrie

Denis Genequand et Marie-Odile Rousset

Résumé

Cet article cerne la question des résidences aristocratiques omeyyades dans une région où elles sont encore peu étudiées. La prospection des Marges arides de Syrie du Nord, ainsi qu’une mission spécifique effectuée par les deux auteurs en 2004, ont apporté de nouveaux exemples de ce type d’installation, qui associe très souvent le complexe palatial à un territoire, mis en valeur par l’irrigation. Une attention particulière est portée au site de Rasm Abū Miyāl 1 ainsi qu’à la filiation avec des cas antérieurs à l’époque omeyyade, dont plusieurs exemples sont décrits ici.

This article treats the question of Umayyad aristocratic residences in a region where they are yet little studied. The survey of the Arid Margins of Northern Syria, as well as a specialized mission carried out by the two authors in 2004, have added new examples of this type of settlements, which very often associates a palatial complex with irrigated agricultural lands. Particular attention is paid to the site of Rasm Abū Miyāl 1 as well as to the connection with examples predating the Umayyad Period, several of which are described here.

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 3 Ces comptages diffèrent de ceux publiés en 2011 (Geyer, Rousset), car ils ont été réactualisés aprè (...)
  • 4 Une prospection a été menée du 7 au 16 août 2004 par Denis Genequand, Marie-Odile Rousset, Muhammad (...)

1La mission de prospection des Marges arides de Syrie du Nord, dirigée par Bernard Geyer (CNRS, Archéorient), Ronald Jaubert (IHEID, Genève) et Nazir Awad (DGAM) a montré la particularité de l’évolution du peuplement dans la région de Salamya à partir de l’Antiquité tardive (Geyer, Rousset 2001 et 2011 ; Geyer, Besançon, Rousset 2006 ; Rivoal 2010a et 2011b ; Rivoal, Rousset à paraître ; Rousset 2010 ; Rousset, Duvette 2005 ; Rousset, Geyer 2004). L’occupation de la steppe à l’époque omeyyade, si elle correspond à une forte baisse du nombre d’installations par rapport à la période précédente, aux Ve-VIe s. (144 sites contre 4173), ne marque pas pour autant un déclin mais plutôt un changement dans le mode d’appropriation et d’exploitation des terres (fig. 1 et pl. III). Comme dans les régions arides de la Palmyrène ou de la Jordanie, cette mise en valeur est le fait de grands propriétaires qui passent une partie de l’année dans leurs domaines et vivent dans de grandes résidences associées aux installations agricoles (Genequand 2012). Cet article présente plusieurs exemples inédits de ce type de sites, dont la plupart ont fait l’objet d’une observation approfondie4. Le site de Rasm Abū Miyāl 1, qui compte parmi les très grosses implantations omeyyades de Syrie, a particulièrement retenu notre attention.

Figure 1 – Carte générale des Marges arides avec les sites byzantins, omeyyades et abbassides et localisation des résidences (cartographie MOM, O. Barge, M.‑O. Rousset).

PRÉSENTATION DES SITES BYZANTINS

2Plusieurs exemples qui pourraient être interprétés comme des résidences aristocratiques antérieures à l’époque islamique ont été repérés dans la région de Salamya. Il s’agit de bâtiments isolés, de grande taille, présentant des traces d’un décor luxueux, associés à de la céramique attribuable aux Ve‑VIe s. et parfois aux VIIe‑VIIIe s. La plus connue d’entre elles est Qaṣr Ibn Wardān, un des rares monuments conservés en élévation dans ce secteur. Les autres sont Iṣṭabl ʿAntar, Mārīnā, Ḫunṣur ’Iṯriyā al‑Šamālī et al‑Qasṭal al‑Šamālī, ces trois dernières étant inédites. Si la fonction résidentielle est claire pour certaines, les autres ont parfois été interprétées comme des monastères.

Mārīnā (95/73, 97/198, 01/32, 04/08)5

  • 5 Les références entre parenthèses correspondent aux numéros d’inventaire donnés lors des différentes (...)
  • 6 Notre dernière visite dans la région remonte à 2010.

3Le site de Mārīnā a été découvert par la mission des Marges arides (Geyer, Rousset 2011, p. 87‑89). Il est implanté dans la partie la plus orientale de la zone des Marges arides, c’est-à-dire sous un climat désertique (Besançon, Geyer 2006, p. 16). Ce handicap pour la mise en valeur agricole et la possibilité de pâturages est minoré par sa position en lisière du Sahl ’Iṯriyā, une vaste plaine triangulaire couverte de dépôts éoliens et imprégnée des crues du Wadi Ḥsayya. Le site jouxte un hameau moderne de quelques maisons de sédentaires (le plus oriental de la zone) et de semi-sédentaires, qui cultivaient encore naguère6 du blé en sec dans le talweg et sur les très basses pentes, grâce à une autorisation gouvernementale exceptionnelle attribuée en 1995. La végétation environnante est consommée sèche et sur pied par le bétail, en hiver. À la belle saison, Tune des familles du hameau, riche et influente, reçoit le visiteur dans une tente d’apparat.

4L’occupation la plus ancienne du site est caractérisée par une cavité creusée sous la dalle calcaire, à laquelle on accède par un dromos à escalier, et éclairée par un puits de lumière. C’est à elle qu’il faut rattacher les rares tessons d’époque romaine retrouvés là. Ce type d’occupation est typique des installations de nomades éleveurs et a été mis en évidence de manière récurrente dans la région (Rousset 2011, p. 127‑129).

5Mārīnā est un site du plus grand intérêt qui a retenu notre attention pour deux raisons. D’une part, il représente une forme de petite résidence byzantine de la steppe d’un type encore non clairement attesté par l’archéologie pour cette période. D’autre part, des pillages récents ont permis de mettre au jour (avec tous les dégâts que cela implique) les restes d’une mosaïque figurée de qualité.

6Au premier abord, notre attention avait été attirée sur ce site par ses composantes (un bain, un puits profond nécessitant l’emploi d’une saqia et une petite résidence ; Geyer, Rousset 2011, p. 89, fig. 7 ; fig. 2) et son emplacement (perdu dans la steppe au-delà des zones d’implantation sédentaires), soit une configuration évoquant certains sites omeyyades, ceux de Qusayr ʿAmra ou de Hamām al‑Ṣaraḥ en particulier. Mais, et c’est là tout son intérêt, Mārīnā n’est en rien omeyyade, et la céramique de surface, de même que des trouvailles monétaires (une monnaie d’Héraclius : Callot 2010, p. 278, no 44), indiquent clairement une occupation byzantine couvrant les VIe et VIIe s.

7La petite résidence (fig. 3) mesure 54 m de long pour 37 m de large et présente un plan en U, avec une aile principale orientée nord-sud et deux petites ailes latérales. Les fouilles clandestines laissent apparaître plus précisément une partie de son plan. À peu près au centre de l’aile principale se trouve une grande pièce (9 x 7,75 m) qui devait être accessible directement depuis la cour. Elle occupe toute la largeur de l’aile et donne accès, sur les côtés, à deux pièces plus petites (9 x 4,20 m), elles-mêmes ouvrant sur d’autres pièces dont les dimensions ne nous sont pas connues. L’accès aux pièces latérales s’effectue par des portes à partir de la pièce principale. Si l’on restitue la même largeur pour les pièces non visibles, l’aile aurait contenu huit ou dix pièces en tout. La base des murs est faite d’au moins trois assises de grand appareil rectangulaire de calcaire tendre local (fig. 4). Les blocs (environ 70 x 56 x 100 cm) sont tous placés en boutisse et définissent la largeur du mur (100 cm). Le reste des élévations devait être en briques crues et peut-être partiellement en briques cuites (36 x 26/28 x 4 cm). Des fragments de tuiles trouvés dans les déblais et en surface indiquent comment était faite une partie des couvertures. Enfin, des tesselles blanches (1,5 x 1,5 cm) montrent que certains des sols étaient recouverts de ces mosaïques unies assez fréquentes, que l’on dit parfois utilitaires, alors que d’autres étaient recouverts de mosaïques polychromes décoratives (petites tesselles de moins de 1 cm de côté, en pâte de verre et en pierre), à moins qu’il ne s’agisse de vestiges de mosaïques pariétales (fig. 5).

8Le plan des deux ailes latérales n’est pas clairement perceptible, si ce n’est au sud, où ce qui pourrait être une base de pilier carré (70 x 75 cm) laisse penser qu’elles n’ont pu être que des espaces couverts s’ouvrant sur la cour par un portique.

9Le bain et le puits sont situés à une centaine de mètres à l’est de la résidence. Le puits atteint une trentaine de mètres de profondeur (fig. 6). Il est de section rectangulaire et soigneusement parementé avec un moyen appareil régulier, sauf à son sommet, où des maçonneries récentes lui donnent une forme ovale. Sa partie inférieure est simplement taillée dans la roche. Sa forme le rend particulièrement adapté à l’emploi d’un système d’élévation de l’eau associant roue et chaîne de godets en céramique. Des fragments de ces derniers sont d’ailleurs nombreux sur le sol alentour.

10Le bain a beaucoup souffert de la récupération des matériaux et de pillages récents. Ses contours ne sont pas très nets au sol, mais ce devait être un édifice d’environ 10 m de côté, à l’ouest duquel était accolée une autre salle, sur le modèle des petits bains protobyzantins et omeyyades du Proche-Orient (Charpentier 1995). Il n’est pas possible de définir la répartition des différents locaux à fonction balnéaire ; tout au plus voit-on des arases de murs de briques cuites (36 x 26/28 x 4/5 cm) liées avec un abondant mortier de chaux cendreux (fig. 7). Les trous de pillages ont percé la plupart des sols. On trouve aussi, en surface, de très nombreux fragments de tuyères (fig. 8) et de placages de marbre, des tesselles de mosaïques également en marbre, et de nombreuses autres en pierres, isolées ou attachées ensemble par petits panneaux.

11La grande salle de plan inconnu qui se trouve à l’ouest du bain présente encore deux fragments de médaillons de mosaïque figurative polychrome, en place mais malheureusement très détériorés (fig. 9‑11 et pl. IV). La grande qualité des motifs est néanmoins assurée. Le tapis était orienté vers le sud. Le médaillon inférieur, en bordure du tapis, comprend un motif non définissable dans un rinceau de vigne. Le second est par contre facilement identifiable. Il s’agit d’un musicien ou d’une musicienne jouant d’un instrument à corde de type luth oriental. La tête du personnage manque ; il n’est conservé qu’à partir du niveau du col de son habit. Il tient le manche de l’instrument, orienté vers le bas, dans sa main gauche (hors de la zone conservée), alors que son bras droit est replié sur la panse de l’instrument et que sa main droite, très finement représentée, gratte les cordes. La position est tout à fait typique d’un musicien. L’état de conservation du médaillon en dessous de l’instrument n’est pas suffisant pour assurer définitivement la position du personnage, mais des traces de drapé semblent indiquer qu’il est assis en tailleur. Les tesselles, de 1,2 à 1,5 cm de côté, sont de couleur blanche, noire, verte et rouge. Le personnage est délimité par une ligne de contour noir et seuls certains détails sont rehaussés de couleur. Le fond du panneau est blanc, et les tesselles sont disposées selon un motif en écailles de poisson.

12La qualité de cette mosaïque est notable dans une région déjà septentrionale de la Syrie, où les décors figuratifs de mosaïques byzantines se font rares. Il n’est peut-être pas inutile de rappeler que l’une des plus fameuses mosaïques de la région, la mosaïque des musiciennes de Mariamin (Balty 1977, p. 94‑99), conservée à Hama, bien que datée du dernier quart du IVe s., représente le même thème. Outre son indéniable qualité artistique, cette mosaïque pose aussi le problème de la fonction du monument. Si l’identification de l’ensemble comme un bain n’est pas douteuse, il semble difficile d’admettre qu’un tel décor se soit trouvé dans les pièces à fonction véritablement balnéaire. Il est bien plus probable que celui-ci se soit trouvé dans le vestiaire, ou éventuellement dans l’une de ces pièces de plan basilical, beaucoup plus proches de la salle de réception ou d’audience que du vestiaire, que l’on retrouvera à partir du début du VIIIe s. dans la plupart des petits bains omeyyades du Proche-Orient (Charpentier 1995 ; Genequand 2012, p. 224‑225).

13Nous reviendrons en fin d’article sur l’interprétation qui peut être faite de la résidence de Mārīnā.

Figure 2 – Vue générale du site de Mārīnā, depuis l’est (cliché D. Genequand). Le bain est au premier plan.

Figure 3 – Plan schématique de Mārīnā (M.‑O. Rousset).

Figure 4 – Détail de l’appareil de pierres taillées dans la résidence de Mārīnā (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).

Figure 5 – Tesselles de mosaïque en pierre et pâte de verre, dans la pièce de réception de la résidence de Mārīnā (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).

Figure 6 – Le puits de Mārīnā (cliché D. Genequand).

Figure 7– Détail de l’appareil du bain de Mārīnā (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).

Figure 8 – Fragment de tuyère du bain de Mārīnā (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).

Figure 9 – Vue générale du bain de Mārīnā avec les fragments de mosaïque observés en 2004 (cliché D. Genequand).

Figure 10 – Mosaïque d’angle dans le bain de Mārīnā (cliché D. Genequand).

Figure 11 – Mosaïque représentant un joueur de luth dans le bain de Mārīnā (cliché D. Genequand).

Qaṣr Ibn Wardān (99/218, 01/94)

14Qaṣr Ibn Wardān est l’un des sites les plus célèbres de la région à l’est de Hama, puisqu’il est encore en partie conservé en élévation (fig. 12). Le très bon état de conservation de l’édifice principal a tôt attiré l’attention des voyageurs puis des chercheurs. Différents savants se sont succédé sur le site et en ont livré des plans et des interprétations différents. Il faut retenir en particulier le plan et les descriptions présentés par H. C. Butler au début du XXe s. (Butler 1920, p. 26‑45), l’étude plus générale concernant la topographie et l’extension du site, par J. Lauffray dans les années 1930 (Lauffray dans Mouterde, Poidebard 1945, p. 175), et les dégagements et fouilles effectués à partir de 1943 et durant de nombreuses années par la direction générale des Antiquités et Musées de Syrie sous la direction de Kamel Shehade et Abderazzaq Zaqzuq. Une partie des résultats que ces derniers ont obtenus, en particulier en ce qui concerne l’architecture, a été publiée par F. De Maffei, qui a brièvement repris l’étude du site au cours de quatre missions de prospection et de relevés entre 1978 et 1992 (De Maffei 1995).

15Toutes les descriptions signalent trois bâtiments (religieux, civil et militaire) construits dans un matériau mixte associant brique cuite et basalte, et un calcaire blanc fin pour les encadrements de portes et de fenêtres (Butler 1920, p. 26‑45). L’église, de plan rectangulaire (15 x 18,50 m), à triforium, était surmontée d’une coupole à 20 m au-dessus du sol et avait des murs décorés de mosaïques et de peintures murales. Elle est datée du VIe s. par une inscription sur le linteau de la porte sud (IGLS 4, 1841). Elle est proche (6,20 m) de l’angle sud-ouest du palais. À une centaine de mètres au sud-est, l’édifice aujourd’hui très ruiné, d’environ 50 m de côté, composé d’une série de pièces autour d’une cour de 36 x 38 m au centre de laquelle se trouvait un bâtiment à deux étages, a été identifié par H. C. Butler comme une caserne (fig. 13). L’inscription sur le linteau qui surmontait la porte d’accès, au centre du mur nord, le date de l’année 561 (IGLS 4, 1843). Ces trois constructions, comme à Iṣṭabl ʿAntar, sont au centre d’un grand enclos polygonal, d’environ 2,2 x 2,4 km de côté, soit approximativement 400 ha, qui suit l’orientation générale des bâtiments (fig. 14). Le mur délimitant l’enclos est large de 0,85 m ; à l’ouest, il suit le tracé d’une terrasse alluviale entaillée par un oued. Au nord-est, il est commun avec le mur d’un autre enclos qui entoure le site de Rasm al‑Aḥmar 6 (99/220, daté des époques byzantine et abbasside). Le plan réalisé par J. Lauffray et sa brève description (Mouterde, Poidebard 1945, p. 175 et pl. CXIV‑CXV) montrent qu’une autre construction, aujourd’hui complètement disparue, se trouvait à l’intérieur de l’enclos : « A 625 m environ au N. de l’église et à 25 m au N.O. d’un khan moderne E (construit avec des matériaux récupérés sur le site), on rencontre un mur arasé au niveau du sol. Il délimite un rectangle D, de 203 m sur 198 m. Des bastions carrés fortifient les angles. Un puits rectangulaire de 2 m 50 sur 4 m se trouve à l’intérieur du rectangle, à 60 m au nord du khan. » Sur les images aériennes, une construction en brique crue, de 16 x 50 m, est visible au centre de ce bâtiment. D’autres constructions en brique crue sur soubassement en pierre calcaire se sont installées entre le palais et la « caserne » (avec trois colonnes en basalte, encore fichées en terre, vestiges d’un portique ?) et à l’est de ceux-ci ; un mur s’appuyant contre la façade orientale de la résidence est représenté sur le plan relevé en 1992 et publié par F. De Maffei en 1995 (fig. 15). Les diverses constructions forment, au total, une petite agglomération d’environ 200 m de côté. Son alimentation en eau était assurée par plusieurs citernes, dont trois sont indiquées sur le plan de J. Lauffray (Mouterde, Poidebard 1945, pl. CXV), et un possible puits équipé d’une roue à eau au nord de la résidence (Rivoal 2011b, vol. 3, p. 359).

16Il existe un plan du palais que H. C. Butler a dessiné rectangulaire et symétrique, de 49,40 x 52 m (1920, p. 36). Après les dégagements et reconstructions réalisés par la direction générale des Antiquités à partir de 1943, il s’est révélé quelque peu différent et présente un retrait dans l’angle sud-ouest pour laisser un espace de circulation autour de l’église. Ses côtés mesurent 42 m (48,20 m avec la partie en retrait) au sud, 36,16 m (50,46 m avec la partie en retrait) à l’ouest, 49 m au nord et 46 m à l’est, et ses murs font entre 0,90 et 0,93 m de largeur (De Maffei 1995, p. 122).

17L’aile sud a un caractère officiel et comprend les espaces de réception du monument. Elle occupe une surface de 42 x 15 m. Le hall d’entrée, au mur sud semi-circulaire, est encadré par deux grandes pièces à absides et murs ajourés, tels les murs des pièces de réception ou d’étables, typiques de l’architecture domestique byzantine de Syrie (« bâtiments à auges »), qui ouvrent sur des pièces carrées. À l’étage, la salle de réception, au plan en triconque, ouvrait sur la cour par une baie à trois arcs soutenus par des colonnes. Le sol de l’abside sud est plus élevé que celui des espaces latéraux. Cet ensemble s’inscrit dans un espace rectangulaire de 27 x 15,50 m, et les espaces résiduels dans les angles sont occupés par des pièces carrées ou rectangulaires, dont la cage d’escalier. De part et d’autre de cet espace, quatre grandes pièces carrées flanquent la pièce de réception. L’ensemble est couvert de voûtes en briques cuites particulièrement élaborées (Grossmann 2000). Deux tourelles rectangulaires (2,40 x 1,50 m) font saillie sur la façade ; l’une ouvre sur la salle carrée de l’angle sud-ouest ; l’autre sur la pièce rectangulaire de l’angle sud-est du bloc de réception (il faut noter deux autres tourelles rectangulaires, l’une sur la face est de l’aile sud, et l’autre sur la face nord de l’aile ouest). Cette aile est datée de 564 par le linteau sculpté et inscrit du grand portail (IGLS 4, 1842). Le reste du palais, au nord, est légèrement désaxé par rapport à l’aile sud, ce que ne montrent pas les différents plans mais les images aériennes. La cour centrale (25,20 x 18,81 m), dallée, est décalée d’environ 1 m vers l’est par rapport à l’aile sud.

  • 7 Ces longs corridors avec un saillant à l’extérieur évoquent les latrines de certains palais et rési (...)

18L’aile ouest est la plus régulière : en saillie par rapport au côté ouest de l’aile sud, probablement pour éviter de trop s’approcher de l’église, elle se compose de deux fois quatre pièces carrées, couvertes par des voûtes d’arêtes, d’environ 6 m de côté en moyenne, de part et d’autre d’une cage d’escalier, elle-même encadrée par deux pièces rectangulaires. La présence d’un étage n’est attestée que de ce côté. Un linteau inscrit donne sa date de construction : 572, et le nom du propriétaire, un certain Georgios (De Maffei 1995, p. 110‑111 ; Feissel 1996, no 475). L’aile nord est composée d’une série de trois pièces rectangulaires, encadrées par deux longs couloirs aboutissant à un massif saillant à l’extérieur, probablement des latrines, et qui ouvrent sur un portique sur la cour7. Dans l’angle nord-est, une grande pièce rectangulaire est précédée d’un large couloir barlong. L’aile orientale, en partie reconstruite avec des matériaux de remploi, n’est occupée que par une seule rangée de quatre pièces, dont une avec deux bassins enduits de mortier hydraulique (0,68 x 0,55 m) et une autre avec un puits. Un second puits se trouve dans l’aile ouest. Il pourrait également s’agir d’ouvertures de citernes, qui seraient associées à un système de collecte des eaux de pluie dans la cour. Les différentes ailes du palais ont été construites les unes après les autres, dans le sens horaire : d’abord l’aile sud, en 564, puis l’aile ouest, huit ans plus tard, puis l’aile nord et enfin l’aile est, celle-ci ayant été reconstruite tardivement (De Maffei 1995, p. 138).

19Une partie au moins des murs de cette résidence étaient recouverts d’enduits peints et de mosaïque, notamment dans la salle triconque du premier étage ; les sols étaient pavés de basalte ou portaient des mosaïques monochromes (De Maffei 1995, p. 140), et les fenêtres étaient vitrées.

20À l’extérieur, devant l’entrée, subsiste le soubassement et la première assise d’une construction carrée de 6,35 x 6,30 m de côté, en blocs de basalte taillés, légèrement désaxée par rapport à l’orientation de la façade de la résidence. Interprétée comme un podium destiné à passer les troupes en revue (De Maffei 1995, p. 118), il pourrait tout aussi bien s’agir d’une sorte de maṣṭaba ou banquette appartenant à un état tardif de l’utilisation du palais, tout comme l’aile est de la résidence, reconstruite postérieurement à l’ensemble. La céramique ramassée à proximité du palais et de l’église témoigne d’une occupation plus ou moins bien attestée du IIe s. av. J.‑C. au XIIIe s. ap. J.‑C. (Geyer, Rousset 2011, p. 87).

21Le très bon état de conservation de Qaṣr Ibn Wardān a conduit à son identification, à tort, avec la ville d’al‑Ḥiyār Banī l‑Qaʿqāʿ, mentionnée dans les textes relatifs à l’époque omeyyade, alors que ce toponyme correspondrait plutôt à al‑Andarīn (Geyer, Rousset 2011, p. 87). La résidence de Qasr Ibn Wardān est celle d’un grand propriétaire, peut-être du stratélate Georgios (De Maffei 1995, p. 111), au centre de son domaine. La mise en œuvre des matériaux utilisés, qui font référence à l’architecture contemporaine de Constantinople (Mango 1993, p. 80‑83), sa salle de réception, construite sur le modèle des salles d’apparat des demeures urbaines, telles celles d’Apamée ou de Bosra, pour ne citer que des exemples proches (Duval 1984 ; Lavan 1999), marquent la très forte volonté de représentation du bâtisseur.

Figure 12 – L’église, la résidence et la caserne de Qasr Ibn Wardān, vues du sud (cliché B. Geyer).

Figure 13 – Plan de Qaṣr Ibn Wardān (Butler 1920, pl. face à la p. 26).

Figure 14 – Plan de l’enclos de Qaṣr Ibn Wardān (Lauffray dans Mouterde, Poidebard 1945, pl. CXV).

Figure 15 Plan de la résidence de Qaṣr Ibn Wardān (De Maffei 1995, fig. 40).

SITES DE POTENTIELLES RÉSIDENCES BYZANTINES

22Les exemples suivants se distinguent des précédents par leur position dominante dans le paysage et aussi par leur plan apparemment plus complexe, qui peut s’expliquer par une plus longue durée d’occupation.

Ḫunṣur ’Iṯriyā al‑Šamālī (98/196 - 01/44 - 04/10)

23Sur un sommet de croupe dominant la ville antique de ’Iṯriyā (Geyer, Rousset 2011, p. 88, fig. 6), le site de Ḫunṣur ’Iṯriyā al‑Šamālī est essentiellement composé d’un grand bâtiment, de 80 x 50/55 m, construit sur le bord occidental du promontoire (fig. 16 et 17). À une vingtaine de mètres au sud et à l’est du bâtiment, deux citernes sont creusées dans la roche ; leur partie supérieure est maçonnée avec une alternance de plusieurs assises de briques cuites et de pierres plates liées au mortier (fig. 18). Elles étaient entièrement enduites. L’alimentation en eau était complétée par une birka de talweg d’environ 25 m de côté, fermée par un barrage artificiel du vallon, environ 130 m en arrière du grand bâtiment (fig. 19). L’espace entre les deux, à l’est de l’édifice, est aménagé avec au moins une terrasse et un enclos (d’environ 50 x 25 m). Un autre enclos, d’une quinzaine de mètres de largeur, jouxte le bâtiment au nord. Plus loin vers l’est et en contrebas, une grande terrasse (environ 22 x 60 m) est isolée au sud-ouest de la birka qu’elle domine (fig. 20). Elle est soutenue par un mur, au nord et à l’ouest. Une cavité, avec un mur de clôture délimitant un espace plus ou moins plan en avant de la cavité, est creusée sur le versant est à mi-chemin entre le bâtiment et la birka. D’après les images aériennes, il est possible que d’autres cavités aient existé au sud du promontoire, à 200 m du bâtiment.

24Ce dernier est délimité par un mur extérieur de 1,30 à 1,50 m de large. Les pièces sont séparées par des cloisons moins larges : de 0,80 à 1 m, avec une élévation de brique crue liée au mortier de terre, reposant sur des assises de pierres (blocs de roche calcaire de taille moyenne). Ils sont conservés sur près de 1 m dans des trous faits par des fouilleurs clandestins. Des blocs taillés en calcaire ont été utilisés pour certaines parties plus soignées, comme les ouvertures (plusieurs blocs ont été déplacés dans l’enclos oriental ; fig. 21). L’entrée pourrait s’être trouvée au centre du mur ouest. Une série de pièces longe le mur de ce côté, dont une au moins devait comporter un étage, d’après l’imposante butte de terre crue encore en place (environ 15 m de côté, pour une hauteur de près de 4 m). Un édifice rectangulaire, dans la partie nord-est, est composé de quatre corps de bâtiments autour d’une cour. L’aile sud semble comprendre deux rangées de pièces, soit une série de sept pièces carrées plus une en saillie à l’extérieur du bâtiment, à l’est, et une série de cinq pièces rectangulaires, d’une quinzaine de mètres de largeur, au sud de la première. À l’angle sud-ouest, une pièce de 8 x 3,50 m fait saillie à l’extérieur (fig. 22).

25Une partie des pièces a pu être couverte d’un toit de tuiles plates et de couvre-joints. Des briques cuites (ou carreaux), de 3 cm d’épaisseur, peuvent avoir été employées dans la construction des murs ou le dallage des sols. Si certains des sols portaient des mosaïques simples, avec des tesselles blanches de 1 cm de côté, d’autres pourraient avoir été recouverts de mosaïques polychromes, comme l’attestent de petites tesselles (0,4‑0,5 cm de côté) en pierre de couleur blanche, noire, verte et jaune. Les trous de fouilleurs clandestins laissent voir des murs recouverts d’enduits et des fragments d’enduits gypseux moulurés et lissés (fig. 23) ou peints ont été retrouvés. Des fragments de marqueterie de pierre marbrière et des blocs de calcaire tendre finement taillés étaient également utilisés dans le décor architectural. Les fenêtres portaient des vitres en gypse ou en pierre spéculaire comme l’atteste l’une d’elles encore enchâssée dans son mortier de fixation (fig. 24 ; Fontaine, Foy 2010, p. 41, fig. 6).

26Outre les éléments d’architecture et de décor, le luxe de cette résidence et la richesse de ses habitants ont pour témoins les trouvailles monétaires qui y ont été faites, en particulier un fragment de dirham d’argent (abbasside ou postérieur) et une monnaie de Maurice Tibère, vers 589‑590 (Callot 2010, p. 278 no 42, p. 282 no 65).

27L’observation du plan montre plusieurs états de construction : la butte la plus haute, à l’ouest, semble plus récente que les autres ; une pièce rectangulaire, de 15 x 7 m, a été ajoutée postérieurement dans l’angle sud-est, tout comme celle qui fait saillie à l’extérieur contre l’angle sud-ouest.

28La question de la présence d’une résidence à Ḫunṣur ’Iṯriyā al‑ Šamālī n’est pas tranchée. L’architecture et les décors dénotent un certain luxe ; la position en hauteur est toutefois un peu étonnante pour une résidence, mais tel est déjà le cas de celle de Mšarfat al‑Muwayliḥ 4 (95/115a, bâtiment de 63 x 54 m). Plusieurs monastères juchés sur des promontoires ont été repérés dans la région : les plus proches sont al‑Ṭāḥūna 1 et Ǧabal al‑ʿAlūšiyya, 2,8 km à l’ouest et 13 km à l’est de ’Iṯriyā. Leur plan est plus simple que celui décrit ici, et l’emprise de l’édifice principal est moins importante : 25 x 42 m pour al‑Ṭāḥūna 1 et 21 m de côté pour le bâtiment central à Ǧabal al‑ʿAlūšiyya. Le monastère de Tall Mrāġā al‑Šamālī 1, sur un ancien tertre de source, mesure quant à lui 57 m x 45 m. Il se rapproche donc des dimensions du bâtiment de Ḫunṣur ’Iṯriyā al‑Šamālī, mais il est aussi plus célèbre puisqu’il a laissé des traces dans la littérature (cf. l’article de Gatier et Rousset dans ce même volume). Tous ces édifices disposent d’un espace de prière ou d’une chapelle à chevet plat et orienté. Or aucune pièce ne correspond à ce modèle dans le cas évoqué ici. Plusieurs monastères ont également été repérés dans le Wādī ’Iṯriyā (le plus proche de la ville est à 2,5 km alors que le site de Ḫunṣur ’Iṯriyā al‑Šamālī n’est qu’à 500 m). Pour ces monastères « de plaine », le plan se rapproche de celui des fermes. Enfin, il n’y a pas de trace, à Ḫunṣur ’Iṯriyā al‑Šamālī, de ces « voies processionnelles » que l’on retrouve ailleurs dans les Marges arides pour l’accès aux monastères.

  • 8 Al‑Ṭabarī, Tārīḫ al‑rusul wa‑l‑mulūk, vol. XXVII (1985), p. 8 [1896‑1897].
  • 9 Voir Littmann 1904, p. 180‑182, qui fait le point sur les études de topographie historique relative (...)

29En 745, le calife Marwan II, marchant sur Ruṣāfa, passa par Qasṭal et Sūriyā (’Iṯriyā)8. Il aurait pu faire étape dans la résidence de Ḫunṣur ’Iṯriyā al‑Šamālī, qui, d’après le témoignage de la céramique, était occupée jusqu’au IXe s. Une inscription mentionnant le propriétaire d’une maison a été retrouvée à ’Iṯriyā près du temple ; elle est datée de 916‑9179.

Figure 16 – Plan d’après croquis de Ḫunṣur ’Iṯriyā al‑Šamālī, sur une image Bing (M.‑O. Rousset).

Figure 17 – Vue générale du site de Ḫunṣur Iṯriyā al‑Šamālī (cliché D. Genequand).

Figure 18 – L’intérieur de la citerne maçonnée au sud du bâtiment de Ḫunṣur ’Iṯriyā al‑Šamālī (cliché M.‑O. Roussel, © mission Marges arides).

Figure 19 – La birka de Ḫunṣur ’Iṯriyā al‑Šamālī, vue du nord (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).

Figure 20 – La terrasse de Ḫunṣur ’Iṯriyā al‑Šamālī, vue du nord (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).

Figure 21 – Blocs taillés à Ḫunṣur ’Iṯriyā al‑Šamālī (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).

Figure 22 – Détail de la pièce sud-ouest à Ḫunṣur ’Iṯriyā al‑Šamālī (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).

Figure 23 – Enduit mouluré à Ḫunṣur ’Iṯriyā al‑Šamālī (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).

Figure 24 – Vitre en gypse à Ḫunṣur ’Iṯriyā al‑Šamālī (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).

Iṣṭabl ʿAntar (99/233,10/98)

30Iṣṭabl ʿAntar, à 10 km au sud-ouest d’al-Andarīn, est installé sur la surface de la mesa basaltique, près de sa retombée, dans un secteur qui ne présente pas partout de traces de cultures (seule la partie orientale de la mesa est ou a été cultivée), malgré une couverture limoneuse importante. Une partie du terroir a donc probablement été réservée au parcours des troupeaux.

  • 10 Les kytes, pièges à animaux en forme d’entonnoir, avec des branches pouvant mesurer plusieurs centa (...)

31Un grand enclos polygonal grossièrement rectangulaire (environ 1 100 x 650 m) ceint une grande partie de la mesa et, au sud, les pentes basaltiques aménagées en terrasses de culture (fig. 25 et 26). Il est délimité par un mur de 1,05 à 1,10 m de large, en blocs bruts de basalte, qui devait être surmonté d’une élévation en brique crue. Il est subdivisé, par de longs murs, en plusieurs parties distinctes, notamment à l’est par un mur perpendiculaire à l’enclos qui rejoint la résidence et par un autre, en diagonale dans le quart nord-est. Il pourrait s’agir, dans ce dernier cas, d’un vestige antérieur, par exemple une branche de kyte (la protubérance au sud-est de l’enclos pourrait elle aussi être un vestige de kyte, cette fois-ci du corral qui a été épierré10). Dans l’angle nord-ouest, un enclos intérieur délimite une surface grossièrement rectangulaire d’environ 200 x 140 m, elle-même subdivisée en trois parties rectangulaires. Certains des murs ont été détruits par des enclos de pierres circulaires, attribués ailleurs dans la région aux pasteurs de l’époque ayyoubide. D’autres traces de petits enclos sont visibles à l’est de cet enclos rectangulaire. Les terres à l’extérieur du grand enclos polygonal, dans cette partie, ont été cultivées, comme en témoignent des épierrements laniérés (nord-sud). Dans l’angle sud-ouest, une surface similaire (220 x 160 m) est isolée. L’intérieur est, cette fois, subdivisé en une trentaine d’espaces quadrangulaires, dont l’un pourrait correspondre à une construction en brique crue. Des enclos irréguliers sont également présents dans ce secteur, à l’extérieur du grand enclos polygonal. Une chaussée conduit du pied du plateau, en longeant le mur est de l’enclos d’angle, jusqu’au bâtiment principal, au centre. Elle est limitée par deux murs à double parement en basalte taillé. La partie nord du territoire enclos semble bien avoir été dévolue à l’élevage tandis que les pentes sud ont été cultivées.

32Les premiers découvreurs du site se sont surtout focalisés sur l’édifice le plus monumental (Butler 1920, p. 63‑64 et pl. IX ; Mouterde, Poidebard 1945, p. 217). Celui-ci, de 78 x 80 m de côté, est daté de 577‑578 par une inscription sur le linteau de la porte d’entrée (no 947, IGLS 4, 1673). Le mur d’enceinte, large de 0,94 m, est construit en très gros blocs de basalte, taillés en forme de coin et dont la face avant est bien dressée. Les angles et le milieu du côté oriental sont renforcés par des tours carrées ; deux autres de ces tours flanquent la porte d’entrée qui se trouve au sud. Sur sa face extérieure, le mur d’enceinte est épaissi à sa base par un glacis, alors que sa face intérieure, entièrement verticale, est renforcée par des contreforts rectangulaires répartis tous les 3 m. Dans la moitié nord de l’enceinte, H. C. Butler avait observé un portique alternant des piles en forme de T et des colonnes. L’orientation des piles laisse supposer un espace hypostyle ouvert vers l’ouest et le nord et bordant au nord une zone qui est topographiquement plus basse. Deux pièces accolées, ouvrant sur la cour, sont adossées au mur d’enceinte nord. Toutes deux étaient pavées de mosaïques, et l’une d’entre elles comprend une citerne. Plusieurs constructions se voient au centre de la partie occidentale du monument : deux pièces accolées, avec des élévations de brique crue sur des soubassements en blocs de basalte taillés (fig. 27), qui donnent sur un espace ouvert au sud, lequel comprend une citerne à embouchure carrée.

33Une chapelle se trouve dans la partie orientale. C’est une construction rectangulaire de 16,55 x 11,60 m entourée d’un péristyle à piliers carrés. Deux portes, larges de 1,05 m, s’ouvrent à l’ouest et au sud. Un pilier de chancel, trois linteaux avec des croix et des rosaces et des claveaux d’arc avec un décor de chevrons subsistent non loin de là. Des arcs, qui reposaient sur des piliers cruciformes et des pilastres, subdivisaient l’intérieur en trois nefs et trois travées, d’après la restitution des piliers observés par J. Lauffray à la suite des dégagements effectués depuis la visite de H. C. Butler (Mouterde et Poidebard 1945, p. 174‑175). Le plan obtenu, avec la nef et la travée centrale nettement plus large que les autres, pourrait s’accorder avec une couverture en coupole de la partie centrale, à l’instar de l’église ou « domed chapel » d’al-Andarīn (Butler 1908, p. 56, ill. 50) ou du bâtiment d’al-Mundhir à Rusafa (Sauvaget 1939 ; Brands 1998 ; Fowden 2000), alors que d’autres parties de la chapelle ont dû être couvertes par une charpente inclinée et des tuiles. Un alignement de cinq colonnes figure encore sur le plan de H. C. Butler au sud de la chapelle, mais il n’est plus perceptible sur le terrain.

34Cet édifice (ou résidence) est bordé à l’est et au nord par un grand enclos de proximité rectangulaire mesurant 135 x 145 m, et il est flanqué de constructions de moindre ampleur, au sud et à l’ouest. Il faut sans doute y voir des maisons, qui sont composées chacune d’un enclos en pierre et d’un bâtiment carré en brique crue, jointifs ou non. La maison au nord-ouest mesure environ 40 m de côté et est accolée au nord à un enclos de 30 x 50 m. Appuyée sur des structures antérieures, dont les modes de construction sont semblables à ceux de la résidence, elle est construite à l’aide d’un soubassement de pierre en opus spicatum (pierres moyennes, triangulaires, disposées en arêtes de poisson) et d’une élévation de brique crue. Le mur de l’enclos de proximité de la résidence n’est pas visible dans ce secteur. Une autre maison plus petite se trouve à l’ouest de la résidence, au sud-ouest du bâtiment précédent. Il y a enfin trois autres constructions extérieures, qui sont alignées au sud de la résidence et de l’enclos de proximité : d’ouest en est, un bâtiment carré en brique crue de 22 m de côté, un enclos de 22 x 44 m et un bâtiment de 22 m de côté.

Figure 25 – Photographie aérienne de 1958 de Iṣṭabl ʿAntar.

Figure 26 – Plan schématique d’après photographie aérienne, image satellite, croquis de terrain et plan Butler de Iṣṭabl ʿAntar (M.‑O. Rousset).

  • 11 Ils ont été vus en 2010 par la mission des Marges arides car ils avaient été recreusés par des clan (...)

35Une série de pièces d’une dizaine de mètres de largeur sont adossées au mur oriental de l’enclos de proximité. D’autres traces subsistent dans cette zone, mais n’ont pas été relevées. L’angle nord-est est occupé par deux enclos tardifs. Un mur perpendiculaire sépare l’espace septentrional en deux parties. Dans l’angle sud-est de l’espace au nord de la résidence, trois pièces allongées avaient été observées par J. Lauffray, qui les avaient interprétées comme des écuries ou un espace de stockage (fig. 28). Les deux longs murs de refend sont plus épais que les murs extérieurs, ce qui pourrait par exemple s’expliquer par la présence de mangeoires dans leur épaisseur. À l’ouest de l’enclos, dix trous rectangulaires de 1 x 0,60 m sont disposés en deux rangées et régulièrement espacés de 6 m ; ils ont été creusés dans la dalle calcaire (fig. 29)11. Il pourrait s’agir de traces de cultures arbustives pour lesquelles l’épaisseur de formation meuble en surface n’était pas suffisante. De tels aménagements ont également été vus en d’autres lieux, notamment dans le verger byzantin de Ḥǧayla (Duvette 2010, fig. 7). Au moins trois citernes se trouvaient dans cet enclos, sans doute pour arroser le jardin, et au moins cinq autres à l’intérieur de la résidence, dont trois regroupées dans sa moitié nord. Trois gros dépotoirs se sont constitués à l’extérieur de la résidence, dont l’un non loin de l’entrée.

36La céramique témoigne d’une occupation du bâtiment central à l’époque omeyyade, avec une fonction plutôt résidentielle. La céramique des Ve-VIe s. a été retrouvée plutôt à l’extérieur de la résidence. Une occupation des XIIe-XIIe s. est également attestée par le mobilier. Plusieurs éléments de décor ont été retrouvés : placage de marbre veiné violet, claustra en pierre, carreau de calcaire (15 x 15 cm), un crochet en alliage cuivreux, de grosses tesselles de mosaïque blanches (3 x 3 cm) et de plus petites (1‑2 cm) grises et noires. La vaisselle comptait aussi une lampe en bronze et des marmites en stéatite (fig. 30).

37Le plan de cet ensemble montre clairement plusieurs réaménagements successifs. Comme l’indiquent plusieurs chercheurs, la fonction première de cet établissement n’était probablement pas militaire (Decker 2006, p. 512‑515 : ferme fortifiée protobyzantine ; Genequand 2006b, p. 21 ; 2012, p. 384 : résidence aristocratique protobyzantine). Cependant, son interprétation comme ferme fortifiée ne prend pas en compte d’éventuels ajouts postérieurs à la construction datée par l’inscription. Si la présence d’une église dans une ferme n’a jamais été observée, en revanche l’association édifice religieux/résidence est avérée, par exemple à Qaṣr Ibn Wardān. Il pourrait aussi s’agir d’un monastère, transformé en une résidence aristocratique avec terroir agricole à l’époque omeyyade, ou l’inverse. Le nom de Jean (IGLS 4, 1674), inscrit sur l’un des chapiteaux de l’église, pourrait désigner le propriétaire du domaine. Le texte inscrit sur le linteau de l’entrée (IGLS 4, 1673 : « Voici la porte du Seigneur, les justes entreront par elle ») ne permet pas de trancher quant à la fonction du bâtiment car il est assez fréquent sur le linteau des maisons. Il y a aussi une inscription à caractère religieux sur le linteau de l’entrée de la résidence de Qaṣr Ibn Wardān (IGLS 4, 1842). Les possibilités d’interprétation sont nombreuses, et seuls une fouille ou des sondages seraient à même de fournir à la fois une chronologie fiable pour les différentes constructions et des indices fonctionnels pour trancher entre résidence aristocratique, ferme fortifiée et monastère. Les critères architecturaux pour passer d’une catégorie à l’autre sont assez difficiles à définir sur la seule base des vestiges visibles en surface. En effet, les trois catégories de monuments peuvent regrouper, au sein d’un même ensemble, enceinte fortifiée, lieu de culte, décors architecturaux et aménagements agricoles ; d’autant que la démarche d’identification est compliquée par la possibilité d’un changement de fonction de l’une à l’autre des catégories au cours du temps. On rappellera à ce propos l’exemple du kastron d’al‑Andarīn, construit comme une résidence aristocratique ou comme un édifice défensif en 558‑559 et transformé en monastère quelques décennies plus tard (Strube et al. 2003, p. 25‑94).

Figure 27 – Pièces accolées dans l’aile occidentale du bâtiment d’Iṣṭabl ʿAntar (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).

Figure 28 – Les trois pièces dans l’angle de l’enclos, au nord-est du bâtiment d’Iṣṭabl ʿAntar, vues du nord (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).

Figure 29 – Trou pour la plantation d’arbre, dans l’enclos au nord du bâtiment d Iṣṭabl ʿAntar (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).

Figure 30 Matériel retrouvé dans le bâtiment central de Iṣṭabl’Antar (M.‑O. Rousset) ; a : lampe en bronze ; b à d : céramique (bord d’amphore en pâte orangée, décor incisé et décor gougé) ; e-f : marmites en stéatite.

Al‑Qasṭal al‑Šamālī 3 (97/81, 00/231)

38Al‑Qasṭal al‑Šamālī 3 est implanté sur le sommet d’une colline nappée de dalle calcaire, dominant le site d’al- Qasṭal (fig. 31 ; Geyer, Rousset 2011, p. 87), à environ 1 km au sud-est de la « tour » (cf. Gatier, Rousset dans ce même volume). Les constructions sont groupées sur le bord de la corniche et deux dépressions, à 120‑150 m à l’est et au sud pourraient être dues à des carrières et avoir servi ensuite de réservoirs (fig. 32). D’autres carrières d’extraction de la dalle se trouvent au nord et à l’ouest.

39L’essentiel du site est composé d’un grand bâtiment, d’environ 90 x 125 m, construit en brique crue (apparente dans des trous de fouilleurs clandestins) sur un soubassement en blocs de dalle taillés (0,90 x 0,55 m). Le plan est difficile à discerner. Il semble y avoir, au sud-ouest, une construction carrée d’environ 50 m de côté avec une dépression centrale (des pièces autour d’une cour) et, au nord, un autre ensemble rectangulaire d’environ 80 x 65 m, accolé au premier. Un enclos, d’une trentaine de mètres de largeur, avec des murs en petits moellons de dalle de 0,60 m de large, longe ce dernier à l’est.

40La particularité de ce site tient à l’abondance des éléments liés au captage, au stockage et à l’utilisation de l’eau. Cinq grosses citernes sont visibles ; deux se trouvent à l’intérieur du bâtiment nord, dont une rectangulaire, deux autres à chacun de ses angles méridionaux et une à l’extérieur des constructions, au sud-est. Deux de ces citernes comportent une rigole d’alimentation taillée dans la roche. Les nombreux fragments de tuyaux en terre cuite épars en surface pourraient avoir appartenu à un système de récupération des eaux pluviales à partir des toits, qui expliquerait la présence des citernes dans les angles du bâtiment et celle de tuiles plates et couvre-joints en grande quantité. Des tessons de godets de machine élévatoire (gaddous) attestent de la présence d’un dispositif permettant d’extraire rapidement une grande quantité d’eau et témoignent que les besoins en étaient importants. On peut supposer l’irrigation d’un jardin et/ou l’approvisionnement d’un bain.

41Des restes de mosaïque de pavement subsistent sous la forme de nombreuses tesselles éparses (1 et  3 cm de côté), de fragments de mortier et d’une portion de mosaïque repérée in situ en 2001 (fig. 33). Sur cette dernière, la disposition des tesselles indique qu’un motif était représenté et rappelle la mosaïque de Mārīnā décrite plus haut. La céramique, le verre et la vaisselle en stéatite permettent de dater l’occupation des époques byzantine et omeyyade (Ve‑VIIIe s.). Une monnaie du VIe ou VIIe s. a également été retrouvée (Callot 2010, p. 280 no 49).

Figure 31 – Le site d’Al‑Qasṭal avec, au sud-est, le site d’Al- Qasṭal al‑Šamālī 3 (photographie aérienne du 14 août 1958).

42Le recours à une mosaïque à décor pour le pavement, ainsi que les gros besoins en eau attestés par les aménagements hydrauliques ne plaident pas en faveur de l’interprétation du site comme un monastère, mais plutôt comme une riche résidence doublée d’une exploitation agricole. La situation est d’ailleurs assez proche de celle de Ḫunṣur ’Iṯriyā al‑Šamālī. Mais, on l’a déjà vu plus haut à propos d’Iṣṭabl ʿAntar, le passage d’une catégorie à l’autre n’est pas toujours aisé à définir. On préférera privilégier ici l’hypothèse de la résidence aristocratique, mais à nouveau seule une fouille permettrait de clore le débat.

Figure 32 – Croquis du site d’al-Qasṭal al‑Šamālī 3 sur image satellite Bing (M.‑O. Roussel).

Figure 33 Mosaïque à Qasṭal al‑Šamālī 3 (cliché B. Geyer, © mission Marges arides).

LES SITES OMEYYADES

Rasm Abū Miyāl 1 (95/62, 97/45‑49, 04/03,10/119)

43Rasm Abū Miyāl 1 est implanté sur une surface de croupe résiduelle de vieux glacis à dalle, dominant la grande fayda centrale, située au nord-ouest. L’environnement est propice à la culture de l’orge dans les fonds d’oued plans et offre des terrains de parcours ailleurs. À la confluence de deux oueds, le secteur est très favorable à l’agriculture irriguée.

44Le toponyme Abū Miyāl fait référence à la présence de colonnes ; localement le site est parfois appelé Abū Marū. Il couvre près de 90 ha, enclos par un mur et comprenant plus d’une cinquantaine de bâtiments différents (fig. 34), trois grandes résidences (A, E, L), dont deux peuvent être assimilées à des palais, ainsi qu’un système d’adduction d’eau aboutissant à une grande citerne à ciel ouvert (95/63 sur le plan). Une partie du site semble avoir été abandonnée tôt après la fin du califat omeyyade, alors que l’une des résidences et ses alentours conservent une occupation bien attestée jusqu’à la fin du IXe s. (A, B, C, E, J). On remarquera qu’aucune mosquée n’a été repérée, mais le principal matériau de construction, la brique crue, n’aide pas, sans fouilles, à l’identification des structures.

Figure 34 Plan du site de Rasm Abū Miyāl, d’après les observations de terrain et les images aériennes anciennes (1958) et récentes (M.‑O. Roussel et D. Genequand).

Le système hydraulique

45Rasm Abū Miyāl 1 dispose d’un système hydraulique assez développé assurant son approvisionnement en eau : la qanāt ‘Umm al‑Qalaq (Rousset 2010, p. 246‑250). Il s’agit en fait de deux qanāts arrivant des tertres de sources situés beaucoup plus à l’est (ʿAyn al‑Zarqa - Bi’r, ’Umm al‑Qalaq et al‑Šaḥāṭiyya) ; elles se rejoignent peu avant d’arriver à Rasm Abū Miyāl 1. En fonction de la topographie, ces qanāts se transforment parfois en canaux ouverts. À l’arrivée au site, le canal devenu unique longe le mur de l’enclos, tout en restant à l’extérieur. En atteignant l’extrémité occidentale du site, le canal se sépare à nouveau en deux branches. L’une se dirige vers le sud-ouest en suivant encore le mur de l’enclos ; elle sert à l’irrigation de petites dépressions sur la bordure occidentale du site ; la seconde se dirige vers le nord-ouest et atteint un grand réservoir à ciel ouvert. Ce dernier est fait d’un bassin carré de 40 m de côté taillé dans le substrat rocheux ; il est entouré de plusieurs buttes élevées, résultant du creusement et des curages successifs.

46Ce système hydraulique est avant tout tourné vers l’irrigation des zones limoneuses de la vaste dépression (fayda) s’étendant au nord-ouest. On notera cependant que plusieurs dérivations ont été repérées : une destinée à l’approvisionnement en eau de l’une des résidences et une autre pour alimenter une possible birka (S), dépression avec au moins trois côtés orthogonaux, dans la partie nord du site. Quelques citernes souterraines ont été aménagées dans les zones d’habitat ; plusieurs autres sont creusées dans un talweg au sud-ouest de la résidence L.

Le mur d’enclos

47Tout le site est entouré par un long mur d’enclos en forme de polygone irrégulier (une partie du mur sud a toutefois disparu). Son périmètre restitué mesure approximativement 4,4 km (3,8 km conservés et repérés). L’extension de la zone enclose est d’environ 1 700 m d’est en ouest et de 960 m du nord au sud. C’est dans sa partie occidentale que le mur est le mieux conservé : il mesure 1,60 m de large et est formé d’un soubassement de petits blocs de travertin, sur lequel prenait place une élévation de brique crue. Tous les 25 à 27 m, sa face externe est marquée par un élément protubérant. Ce sont les vestiges de petits contreforts, probablement de forme semi-circulaire, qui l’ornaient, à l’image de ceux que l’on retrouve, par exemple, sur les murs d’enclos de Qaṣr al‑Ḥayr al‑ Ġarbī et Qaṣr al‑Ḥayr al‑Šarqī en Palmyrène (Genequand 2012, p. 304‑308).

48Deux emplacements possibles pour des portes ont été repérés. L’un se trouve tout à l’ouest, à proximité d’un groupe de bâtiments quadrangulaires (au sud-ouest de P). Le second se trouve à environ 300 m à l’est de la résidence A. Il mesure 8 m de large et est encadré par deux tours de plan carré de 6 m de côté, saillantes à l’extérieur. L’axe donné par ces deux portes trace la médiane du site.

La résidence A

49La plus grande des résidences se trouve dans la partie nord-est du site (A). C’est un édifice carré de près de 70 m de côté construit en brique crue sur un soubassement de pierre. Les reliefs que forme la brique crue fondue indiquent clairement que l’édifice est composé de quatre ailes organisées autour d’une cour centrale et que le mur d’enceinte était doté de tours ou contreforts aux angles et le long des courtines. Nombre de colonnes et de fragments de colonnes en calcaire nummulitique (une demi-douzaine, de 2,90 m de long et 0,50‑0,46 m de diamètre, fig. 35) ainsi qu’une colonne en basalte, sont épars dans et autour de l’édifice et laissent penser que la cour centrale était entourée par un portique. Une partie des éléments architecturaux visibles (colonnes et montants de portes) ne semblent pas être en position originelle et indiquent des modifications et des remaniements de l’édifice après qu’il eut perdu sa fonction primitive. Cette impression est renforcée par l’existence de soubassements de petits bâtiments implantés sur son aile nord.

Figure 35 Colonne remployée dans le bâtiment A de Rasm Abū Miyāl (M.‑O. Rousset).

50L’un des traits particuliers de cette résidence est la présence d’un second mur ou rempart qui en fait le tour, ne s’interrompant que devant la porte d’entrée. L’espace entre le mur d’enceinte et ce second mur est d’une douzaine de mètres. Ce type de dispositif n’est pas connu par ailleurs autour d’autres palais et résidences omeyyades du Bilad al‑Sham, mais il rappelle le double rempart que l’on retrouvera au palais d’Ukhaydir en Iraq (Northedge 2002), moins de deux décennies après la chute du califat omeyyade.

51Certains éléments du décor sont épars en surface : plaque de marbre cassée, tesselles de mosaïque, chapiteaux de piliers carrés. Quelques tuiles ont également été vues.

  • 12 Les dessins et encrages des céramiques ont été effectués par Marion Berti (mission syro-suisse de Q (...)

52La céramique ramassée en surface dans et autour de cet édifice indique une occupation débutant à la période omeyyade et se prolongeant jusqu’à la fin du IXe s. (fig. 36)12. Ces formes trouvent des parallèles entre autres sur les sites de Tall Aswad à Raqqa, al‑Hāḍir et Qaṣr al‑Ḥayr al‑Šarqī (Miglus, Stepniowski 1999 ; Rousset 2012 ; Genequand 2012).

  • no 1‑3 : bols de type Yellow glazed family de Tall Aswad (IXe s.),

  • no 4 : petit bol en pâte beige,

  • no 5‑6 : pots de cuisson à haut col, en brittle ware,

  • no 7‑9 : pots de cuisson sans col (marmite), en brittle ware,

  • no 10 : jarre sans col à lèvre à épaississement externe, en pâte sableuse beige,

  • no 11 : col de grande jarre en pâte orange sableuse,

  • no 12 : bassin à lèvre à rainure, en pâte sableuse orange à surface claire.

Figure 36 – Rasm Abū Miyāl. La céramique du secteur A (M. Berti).

La résidence L

53Une deuxième résidence (L) se trouve sur une éminence approximativement au centre du site. Elle est très différente architecturalement de la précédente. C’est un petit édifice carré d’une quarantaine de mètres de côté, autour duquel ont été ajoutés des bâtiments successifs. L’emprise totale des bâtiments atteint environ 145 m du nord au sud par 95 m d’est en ouest. L’édifice central était construit en brique crue sur un soubassement de basalte (nombreux éclats autour de trous de pillage) et recourait également à des briques cuites (35 x env. 30 x 4 cm) dans certaines maçonneries. Ces éléments ont en grande partie été prélevés et le plan se devine en suivant les tranchées de récupération des briques des murs. Des traces de mortier gris ont été notées sur les briques et éclats de basalte, ainsi que sur des fragments de placages en marbre et en calcaire. Un bassin rectangulaire en basalte occupe encore la cour centrale. Les constructions annexes subsistent sous la forme de murs en petits moellons de croûte gypseuse de 0,5 et 0,80 m d’épaisseur.

54La récupération des matériaux de construction et les fouilles sauvages dans cet ensemble ont fait remonter à la surface un abondant mobilier attestant de la richesse des décors : dallages de pierre, placages de marbre et pierre (blanc, jaune, orange, vert), dont certains sont moulurés, marqueterie de marbres, mosaïques pariétales (petites tesselles en pâte de verre dont certaines à fond d’or, fig. 37), fragments de colonnettes de marbre et de calcaire (colonnette torsadée), enduits peints, vitrage en verre teinté (jaune, violet et vert). L’entrée était surmontée d’un linteau sculpté ayant originellement appartenu à une église, remployé et réduit de moitié (fig. 38 ; longueur : 1,80 m, hauteur minimum : 0,80 m, épaisseur : 0,40 m), portant une inscription en grec (une citation évangélique : « ...Demandez et l’on vous donnera ; cherchez et vous trouverez ; frappez et l’on vous ouvrira » ; voir l’étude de Pierre-Louis Gatier dans ce même volume). Au vu du matériel céramique trouvé en surface, l’occupation de cet ensemble ne paraît pas se prolonger au-delà du milieu du VIIIe s. et semble donc se limiter à l’époque omeyyade.

55Une petite construction de 15 m de côté subsiste à 80 m à l’ouest et en contrebas de la résidence. Elle est en partie recouverte par un gros dépotoir composé de terre cendreuse et de nombreux fragments d’objets : vaisselle en verre, céramique, marbre, etc. Ce matériel est datable des VIIe-VIIIe s. (fig. 39) et trouve des parallèles à al‑Hāḍir et à Qaṣr al‑Ḥayr al‑Šarqī (Rousset 2012, Genequand 2012).

  • no 93‑94 : pots de cuisson à lèvre à trois bourrelets, en brittle ware,

  • no 95 : casserole à lèvre moulurée, en brittle ware,

  • no 96‑98 : pots de cuisson à haut col, en brittle ware,

  • no 99‑101 et 107 : cruches en pâte orange,

  • no 102 et 109 : panses de bouteilles moulées en pâte claire,

  • no 103 : couvercle en pâte orange à surface beige, décor de lignes peignées recoupées par des écrasements obliques,

  • no 104‑105 et 108 : cruches à lèvre en bandeau, en pâte claire avec de grosses inclusions de calcite,

  • no 106 : col de bouteille en pâte claire fine,

  • no 110 : bol ou bord de cruche à lèvre arrondie, en pâte claire,

  • no 111 : bord de jarre à lèvre ronde, en pâte sableuse,

  • no 112 : coupelle en pâte orange,

  • no 113 : bassin à lèvre à rainure, en pâte sableuse rose à surface claire, no 114‑115 : bords de tuyaux en pâte sableuse.

La résidence E

56Le troisième édifice que nous interprétons comme une résidence (E) se trouve en limite nord du site, à environ 150 m au nord-ouest du premier que nous avons décrit. Il n’y a cette fois aucun indice d’un mur d’enceinte renforcé ou décoré de quelque manière que ce soit. Il s’agit d’un grand quadrilatère de 68 m de côté dont la plupart des murs ont fait l’objet de récupération des matériaux de construction et ne subsistent que sous forme de tranchées. Il est composé de quatre ailes latérales et d’une cinquième aile centrale, partageant l’édifice en deux (fig. 40). Un parc d’environ 150 m de largeur lui est accolé à l’est et longe le canal au nord : un mur perpendiculaire au canal coupe celui du grand enclos et rejoint l’angle nord-est de la résidence E, tandis qu’un autre mur, partant de l’angle sud-est de E, se dirige vers le bâtiment A. Il y avait peut-être un autre parc de ce type à l’extérieur et au nord-est du grand enclos, dans le coude de la qanāt.

Figure 37 – Tesselles de mosaïque sur le bâtiment L de Rasm Abū Miyāl (cliché M.‑O. Roussel, © mission Marges arides).

Figure 38 – Rasm Abū Miyāl. Linteau réemployé sur la porte d’entrée de la résidence L (cliché B. Geyer, © mission Marges arides).

Figure 39 – Rasm Abū Miyāl. La céramique du secteur L (M. Berti).

57Au nord de la résidence E et à l’extérieur du grand enclos, une dérivation du canal conduit l’eau vers un petit bâtiment d’une dizaine de mètres de côté.

58L’occupation mise évidence par la céramique de surface couvre les VIIIe et IXe s. (fig. 41) :

  • no 51 : bol de type Yellow glazed family de Tall Aswad,

  • no 52‑53 : pots de cuisson à haut col, en brittle ware,

  • no 54 : pot de cuisson sans col (marmite), en brittle ware,

  • no 55 : cruche en pâte orange,

  • no 56 : fond de pichet en pâte beige fine,

  • no 57 : pot à lèvre bifide, en pâte sableuse orange à surface beige,

  • no 58 : pot à lèvre triangulaire, en pâte sableuse verdâtre,

  • no 59‑60 : bassins à lèvre à rainure, en pâte sableuse rose à surface claire.

Les autres bâtiments

59De très grandes surfaces à l’ouest et au sud-ouest, ainsi qu’à Test et au sud-est de la résidence centrale sont couvertes par des constructions plus petites (B, G à K, M). Plus d’une quarantaine de maisons ont été repérées ; les plus simples n’ont que deux pièces, alors que les plus grandes peuvent compter jusqu’à huit ou dix pièces, généralement organisées autour d’une ou deux petites cours (par exemple K, de 28 x 29 m). Chacune semble comporter sa propre alimentation en eau, citerne ou puits à margelle accompagné d’un bassin de basalte, dans la cour (fig. 42). Dans les abords de la résidence A, les constructions sont plus denses et certaines maisons sont jointives, par exemple en H (sur une surface de 50 x 85 m) et en B (sur 60 x 90 m). Selon leur état de conservation, ces maisons sont marquées par des buttes plus ou moins importantes, ou seulement par les vestiges des soubassements des murs, faits de petits blocs de travertin. Dans certains secteurs (comme en I), on note plusieurs phases de reconstruction de pièces carrées isolées, probablement des pièces de stockage couvertes de dômes de terre. Le hameau moderne est installé dans ce secteur. Plusieurs blocs inscrits en grec ou décorés se trouvent dans les maçonneries d’une maison (celle d’Abu Faysal, à l’ouest du bâtiment K ; fig. 43) ; de même, plusieurs blocs antiques subsistent à proximité : deux fragments de cuve en basalte, un fragment de seuil en basalte, une inscription fragmentaire, un bloc de la margelle du puits avec deux lettres inscrites (voir l’article de P.‑L. Gatier dans ce même volume). Deux grandes orientations sont perceptibles dans l’ensemble des constructions de la partie nord-est du site : la première suit celle de la résidence L et des murs orientaux de l’enclos, la seconde suit celle des résidences A et E. Les datations obtenues par la céramique semblent indiquer une distinction chronologique entre ces deux orientations, puisque, tout comme la résidence L, l’ensemble formé par les bâtiments M ne comporte que du matériel omeyyade (fig. 44). Là où les deux trames coexistent, certains secteurs n’ont livré que de la céramique d’époque omeyyade (D et G, fig. 44) tandis que d’autres (H, I et J) ont également livré du matériel du IXe s. (fig. 45). Le quartier B, qui jouxte la résidence A, et le dépotoir C, au nord-est de cette dernière, ont fourni une majorité de tessons abbassides (fig. 46‑47), ainsi qu’un bâton à kohl en alliage cuivreux (fig. 48).

60Céramique du secteur M (fig. 44) :

  • no 116‑117 : bols en pâte sableuse,

  • no 118 : bassin à lèvre amincie, en pâte beige-rosée.

61Matériel du secteur D (fig. 44) :

  • no 45 : col en verre de couleur vert bouteille, à surface irisée,

  • no 49 : bord de grande jarre, en pâte beige à gros grains de calcite,

  • no 50 : couvercle en pâte orange.

62Céramique du secteur G (fig. 44) :

  • no 61‑62 : coupelle et fond de forme fermée, en pâte jaune claire recouverte de glaçure turquoise,

  • no 63‑65 : pots de cuisson à haut col, en brittle ware,

  • no 66 : cruche en pâte orange,

  • no 67‑68 : bols à carène, en pâte rose à surface beige,

  • no 69‑70 : bassins à lèvre à rainure, en pâte sableuse rose à surface claire.

Figure 40 – Rasm Abū Miyāl. Vue aérienne de la résidence E, depuis le nord (cliché B. Geyer, © mission Marges arides).

Figure 41 Rasm Abū Miyāl. La céramique du secteur E (M. Berti).

Figure 42 – Bassin en basalte dans la cour d’une maison du secteur J à Rasm Abū Miyāl (cliché D. Genequand).

Figure 43 – Blocs de basalte retaillés, dans la façade de la maison d’Abū Faysal à Rasm Abū Miyāl (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).

Figure 44 Rasm Abū Miyāl. La céramique des secteurs M (116 à 118), D (45, 49‑50) et G (61 à 70) [M. Berti],

63Céramique du secteur I (fig. 45) :

  • no 71 : pot de cuisson sans col (marmite), en brittle ware, à décor d’impressions basculées. Céramique du secteur J (fig. 45) :

  • no 72 : fond de bol de type Yellow glazed family de Tall Aswad,

  • no 73‑74 : casseroles à lèvre moulurée, en brittle ware,

  • no 75‑77 : pots de cuisson à haut col, en brittle ware,

  • no 78 : cruche en brittle ware,

  • no 79 : pot de cuisson sans col (marmite), en brittle ware,

  • no 80‑83 : panses de bouteilles moulées en pâte claire,

  • no 84 : bol à lèvre arrondie, en pâte orangée,

  • no 85‑86 : bords de cruches à lèvre simple, en pâte sableuse,

  • no 87‑89 : pots à lèvre bifide, en pâte sableuse orange à surface beige,

  • no 90 : col de cruche à lèvre ronde, en pâte sableuse,

  • no 91‑92 : bassins à lèvre à rainure, en pâte sableuse rose à surface claire.

64Céramique du secteur B (fig. 46) :

  • no 13 : casserole à lèvre moulurée, en brittle ware,

  • no 14‑18 : pots de cuisson à haut col, en brittle ware,

  • no 19‑21 : pots de cuisson sans col (marmite), en brittle ware,

  • no 22‑23 : cruches en brittle ware,

  • no 24‑25 : bols à lèvre arrondie, en pâte claire,

  • no 26‑27 : cruches à lèvre en bandeau, en pâte claire,

  • no 28‑29 : cols de gourde ou de bouteille, en pâte sableuse beige,

  • no 30 : col de cruche à lèvre ronde, en pâte sableuse,

  • no 31 : col de cruche à lèvre simple, en pâte sableuse,

  • no 32 : bassin à lèvre à rainure, en pâte sableuse rose à surface claire.

65Céramique du secteur C (fig. 47) :

  • no 33‑36 : bols de type Yellow glazed family de Tall Aswad,

  • no 37‑39 et 41 : pots de cuisson à haut col, en brittle ware,

  • no 40 : pot de cuisson sans col (marmite), en brittle ware,

  • no 42 : pied de bouteille moulée, en pâte claire,

  • no 43‑44 : pots à lèvre bifide, en pâte sableuse orange à surface beige,

  • no 46‑47 : cruches à lèvre triangulaire, en pâte sableuse,

  • no 48 : jarre à eau à lèvre ronde, en pâte sableuse.

66Il y a, dans la partie occidentale du site, une deuxième zone de constructions plus éparses et d’un type un peu différent. Il s’agit probablement aussi de maisons, qui prennent toutes la forme d’un quadrilatère régulier avec cour centrale. Huit de ces constructions ont été repérées, accompagnées par quelques bâtiments isolés plus petits (4 x 4 m, 8 x 8 m, 10 x 10 m, 20 x 20 m). Leurs dimensions vont d’une vingtaine à une cinquantaine de mètres de côté (F et N, 43 m de côté ; O, 34 m de côté ; P, 61 x 30 m composé de deux bâtiments à cour centrale accolés ; Q, 55 x 45 m ; R, 32 m de côté ; T, 20 m de côté ; U, 24 x 24 m). Seul le bâtiment R a livré un peu de céramique, entièrement attribuable aux VIIe-VIIIe s. (fig. 47 et 49).

  • no 119 : pot de cuisson à lèvre à trois bourrelets, en brittle ware,

  • no 120 : cruche en brittle ware.

67Des blocs et des fragments de basalte, dont l’un avec une inscription grecque, proche de celle de la résidence L (fig. 50 ; voir dans ce volume, Gatier, p. 149, fig. 11), ainsi que du placage de marbre, ont été vus à l’emplacement du bâtiment Q, qui est assez proche de l’enceinte. Ils sont bien visibles sur les images aériennes et les photographies obliques d’A. Poidebard (Geyer 2000, p. 120 et p. 211‑213 ; Rousset, Geyer 2004, p. 294).

68Une nécropole, répartie en deux groupements de tombes (C et D) et dont la date n’est pas réellement connue, s’est constituée à l’est de la résidence A et une autre, plus petite, au sud-ouest du secteur M.

Figure 45 Rasm Abū Miyāl. La céramique du dépotoir I (71) et J (72 à 92) [M. Berti].

Figure 46 – Rasm Abū Miyāl. La céramique du secteur B (M. Berti).

Figure 47 Rasm Abū Miyāl. La céramique du secteur C (M. Berti).

Figure 48 – Rasm Abū Miyāl. Bâton à kohl en bronze, retrouvé sur le secteur B (cliché D. Genequand).

Figure 49 Rasm Abū Miyāl. Tableau de répartition de la céramique par secteurs.

Synthèse et évolution du site

  • 13 La borne du territoire d’al-Andarīn présentée par Pierre-Louis Gatier dans ce même volume viendrait (...)

69Il n’y a pas de trace d’une occupation préislamique à Rasm Abū Miyāl, mais, dès l’origine, les bâtisseurs ont eu recours à des matériaux de remploi : les colonnes de la résidence A, le linteau de la résidence L, etc. ; les inscriptions ont été amenées sur place au VIIIe s. avec d’autres matériaux de construction issus de sites byzantins de la région et, pour certaines d’entre elles, réutilisées de nouveau à l’époque contemporaine13.

70Deux fulus omeyyades (Callot 2010, p. 281 no 60‑61, p. 282 no 69), ainsi que des ramassages de céramique effectués sur des secteurs localisés (fig. 49) montrent que le site a connu son extension maximale durant la période la plus ancienne de son histoire, aux VIIe-VIIIe s. La résidence L est installée au centre du domaine et des résidences plus petites sont éparpillées à l’ouest et au nord-est, à l’intérieur de l’enceinte. Au IXe s., avec l’érection de la résidence A, l’agglomération se replie dans la partie nord-est du site et à proximité de la qanāt. Si une partie de l’habitat de l’époque précédente semble avoir conservé une occupation, en revanche les nouvelles constructions, de l’ouest de la résidence A jusqu’au bâtiment E, suivent la nouvelle orientation donnée par les résidences et, surtout, sont plus denses. Il faut rapprocher cette particularité des observations faites sur d’autres sites, qui montrent une prise en compte des besoins de sécurité et le développement de constructions et d’aménagements à caractère militaire à partir de la deuxième moitié du VIIIe s. (Rousset 2013). Rasm Abū Miyāl 1 est l’un des jalons de ce système et se situe sur l’une des routes militaires abbassides (Rousset 2013, fig. 24).

Figure 50 – Bloc en basalte, vers le bâtiment Q de Rasm Abū Miyāl (cliché M.‑O. Rousset, ©mission Marges arides).

Birkat al‑Ġadāmsa/Āṯār al‑Birka a et b (93/96, 95/10, 97/215, 02/123, 04/04‑05, 10/40)

71Le site de Birkat al‑Ġadāmsa, connu aussi localement sous le nom de ‘Umm Miyāl (village à 3 km au sud), est implanté en lisière d’un gros oued incisé et de la grande fayda centrale, au débouché de la qanāt ’Umm Miyāl.

72Le site est composé de trois éléments principaux : un grand réservoir à ciel ouvert et deux édifices à cour centrale situés au nord-ouest (fig. 51 et 52). La qanāt, longue de près de 12 km, arrive du sud et approvisionne le bassin en eau (Rousset 2010, p. 260‑262 ; Geyer, Rousset 2011, p. 89, fig. 8). Tous deux sont creusés dans la dalle calcaire.

73Le réservoir est de forme carrée, de 68 x 65 m de côté, et il ne paraît pas avoir été parementé. Il est entouré d’importantes buttes résultant du creusement et des curages successifs. À proximité de sa limite nord, une colonne de basalte est encore fichée verticalement ; il s’agissait vraisemblablement d’une jauge, bien qu’elle ne porte pas de marques particulières permettant d’indiquer précisément le niveau de l’eau, si ce n’est plusieurs petits trous circulaires, artificiels et martelés récemment, disposés irrégulièrement (fig. 53).

74Le premier et le plus grand des bâtiments à cour centrale se trouve directement au nord-ouest de la citerne. C’est un édifice rectangulaire de 55 x 40 m au sein d’une butte de 68 par 54 m orientée nord-sud. Il est composé de quatre ailes et est construit en brique crue. Deux fragments de colonnes de basalte sont visibles au sommet de la butte formée par l’édifice et ils appartenaient vraisemblablement à un portique. Une butte plus élevée se trouve au centre du petit côté sud et indique peut-être l’emplacement de la porte principale. Les parements d’un soubassement en blocs rectangulaires de basalte équarris, de 0,80 à 1 m de longueur, apparaissent aux angles nord-ouest et nord-est de l’édifice. Aucun autre alignement de mur n’étant perceptible, il n’est pas possible de préciser avec certitude s’il s’agit des bases de petites tours ou contreforts rectangulaires placés aux angles, ou plus simplement des angles d’un édifice dépourvu d’éléments saillants. De légères buttes sont visibles le long des côtés nord, ouest et sud du monument : il peut s’agir de plus petites constructions placées à son pourtour, mais il n’est pas non plus exclu que ces buttes appartiennent à un second mur d’enceinte ou rempart, à l’exemple de ce qui a été observé autour de la résidence A de Rasm Abū Miyāl. Au sud, en avant du petit bâtiment ou mur d’enceinte, s’étend une vaste zone cendreuse correspondant à un dépotoir ancien.

75Le second bâtiment à cour centrale est placé à plus grande distance au nord-ouest. Ses ruines s’étalent sur une surface presque carrée qui mesure 70 x 73 m. Il forme une butte nettement moins élevée et devait avoir un mur d’enceinte moins haut ou moins élaboré que le précédent. On peut estimer ses dimensions à environ 54 m de côté.

Figure 51 Plan de Birkat al‑Ġadāmsa (relevé H. Morel, S. Sanz, dessin C. Duvette, © mission Marges arides).

Figure 52 – Vue du site de Birkat al‑Ġadāmsa depuis l’angle sud-est du réservoir. La résidence se trouve en arrière de la voiture (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).

Figure 53 – Détail de la colonne de Birkat al‑Ġadāmsa (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).

  • 14 La lecture effectuée par Pierre-Louis Gatier donne une date qui correspond à 587‑588.

76Enfin, à l’est du réservoir, se trouvaient deux petits bâtiments. Ils ont été très arasés par le passage répété des charrues et ne sont plus marqués que par de très faibles éminences recouvertes de petits fragments de calcaire. Un bloc de basalte fragmentaire avec une inscription grecque, incomplète et apparemment inédite14, a été trouvé à côté de l’un d’entre eux. Le site ne présentant pas par ailleurs de preuves d’une occupation byzantine, il est probable que ce soit un remploi provenant d’une autre ruine de la région. D’autres blocs attestent de cet usage : un bloc en calcaire décoré, sans doute issu d’un pilastre, a été retrouvé à l’intérieur du bassin (fig. 54) et un écoinçon d’arc, également en calcaire, dans le bâtiment nord-ouest.

77Outre ces remplois, des traces de décor subsistent sous la forme de revêtements lithiques : un fragment de pierre calcaire de 3,4 cm d’épaisseur, avec un côté en arc de cercle et un décor d’incisions, et des placages de marbre veiné rouge (épaisseur 1,8 cm).

78Les déblais autour du réservoir ont livré très peu de céramique, qui n’est pas datable. Il n’y en a guère plus à l’intérieur et aux alentours de l’édifice nord-ouest : un fragment d’anse de pot de cuisson en brittle ware, aplatie, de 3,2 cm de largeur, une panse en pâte rose sableuse à extérieur beige, à décor de lignes peignées, un fragment d’épaule de jarre en pâte beige-verdâtre à décor de râclage oblique, ainsi que des tuiles plates et couvre-joints en abondance. Cet édifice n’a dû être occupé que durant une très courte période durant le VIIIe s. En revanche, la céramique ramassée dans l’autre monument et sur le dépotoir au sud témoigne d’une occupation remontant principalement aux VIIe et VIIIe s., mais également, dans une moindre mesure, au Xe et éventuellement au XIe s. (fig. 55 et 56).

  • no 215‑7 : fragment de lampe en brittle ware,

  • no 1‑6 et 8‑9 : bols de type Yellow glazed family de Tall Aswad,

  • no 7 : bord de bol à lèvre évasée, en pâte jaune à sable fin, recouverte de glaçure opaque blanche,

  • no 10 : bord de sgrafiatto en pâte beige-rosé, recouverte d’un engobe clair incisé puis d’une glaçure transparente à taches vertes,

  • no 11 : panse de jarre à pâte jaune et glaçure turquoise, plus claire à l’intérieur,

  • no 12 : panse de bouteille moulée, en pâte claire,

  • no 13‑14 : panses en pâte beige avec un décor d’incisions profondes,

  • no 15 : casserole à lèvre à méplat, en brittle ware,

  • no 16‑18 et 22‑24 : cruches en brittle ware,

  • no 19‑20 : pots de cuisson à col court, en brittle ware (al‑Hāḍir IV, Rousset 2012, p. 105),

  • no 25‑30 : pots de cuisson à haut col, en brittle ware,

  • no 31‑35 : pots de cuisson sans col (marmite), en brittle ware (al‑Hāḍir III et IV),

  • no 36 : marmite à lèvre repliée sur l’extérieur, en brittle ware,

  • no 37‑38 : fonds en pâte commune claire,

  • no 39 : fond en pâte grise sableuse avec des inclusions blanches (RT ?),

  • no 40‑52 : vaisselle en pâte commune claire, sableuse,

  • no 215‑30 : pâte rosée à inclusions abondantes, dont chamotte et calcite ; il pourrait s’agit d’une amphore de type LR4 (Ve-début VIIIe s.).

Synthèse

79Il faut voir dans ce site un établissement aristocratique omeyyade composé de deux résidences et d’aménagements hydro-agricoles – qanât et réservoir – sans doute destinés à la mise en culture d’une partie de la grande fayda centrale qui se trouve en aval.

80Les différentes périodes de l’aménagement de la section terminale de la qanât pourraient correspondre aux différentes périodes d’utilisation des bâtiments. En effet, le double tracé – en galerie souterraine qui aboutit au réservoir, et en canal à ciel ouvert qui le contourne à l’ouest – ne semble pas résulter de la réutilisation de l’ensemble à l’époque moderne, puisqu’il est bien visible sur les photographies aériennes de 1958.

Figure 54 Chapiteau de pilastre en calcaire, dans le réservoir de Birkat al‑ Ġadāmsa (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).

Maʿaqar al‑Šamālī (95/102, 97/184, 98/56, 02/102, 04/06)

81Maʿaqar al‑Šamālī ne se trouve qu’à 8 km au sud-ouest de Birkat al‑ Ġadāmsa et lui est très semblable. Situé sur un promontoire d’un glacis à dalle, il domine une vallée large à fond plat. Cette position, idéale pour un début d’irrigation, a été mise à profit avec la construction d’un grand réservoir à ciel ouvert alimenté par une qanāt (fig. 57 et 55), et d’un gros bâtiment à cour centrale situé directement au nord (Rousset 2010, fig. 8‑11, p. 252‑254). Le bâtiment est actuellement en partie recouvert par une petite nécropole (fig. 59).

82Contrairement aux autres réservoirs observés dans la région, celui de Maʿaqar al‑Šamālī est entièrement parementé de blocs de calcaire tendre local formant un appareil rectangulaire régulier (1 x 0,40 m ; fig. 60). Il a été dégagé de son remplissage dans les années 1990, ce qui a permis de mesurer sa profondeur : 3 m. Le réservoir, de plan rectangulaire (54,75 x 39,62 m), est alimenté depuis le sud-ouest et possède un canal, en partie taillé dans la roche, le contournant par l’est. Ce type de dispositif est bien attesté sur d’autres réservoirs de haute époque islamique de Palmyrène et du Levant sud (Qudaym et Maʿan ; Genequand 2012, p. 280‑282).

83Le bâtiment à cour centrale présente un plan rectangulaire de 40 x 55 m (ce sont les mêmes dimensions qu’à Birkat al‑Ġadāmsa). Ses murs sont montés avec des briques crues carrées de 38 à 40 cm de côté pour une épaisseur de 8 à 9 cm. Une butte plus importante se trouve au centre de son aile occidentale. Le bâtiment devait comprendre quelques décors architecturaux, ainsi qu’en atteste un fragment de colonnette ou de placage en calcaire à moulure ronde.

84Le mobilier de surface est rare et datable principalement des VIIe‑IXe s. ; quelques tessons présentent des formes communes à la Basse Antiquité et à l’époque omeyyade. Un fragment d’anse de marmite en pâte très minérale, brune, témoigne de la présence de nomades au XIIe s. Les types représentés sont :

  • bols à glaçure de type yellow-glazed family,

  • les cruches à bec pincé en brittle ware,

  • pots de cuisson à haut col en brittle ware,

  • marmite sans col en brittle ware,

  • cruches à lèvre en bandeau en pâte orange.

Figure 55 - La céramique de Birkat al‑Ġadāmsa (1 à 27) [M. Berti].

Figure 56 – La céramique de Birkat al‑Ġadāmsa (28 à 52) [M. Berti].

Figure 57 – Le village et le bassin de Maʿaqar al‑Šamālī (photographie aérienne 1958).

Figure 58 – Plan de Maʿaqar al‑Šamālī (C. Duvette, J.‑Cl. Moncel, H. Morel, M.‑O. Rousset, S. Sanz, © mission Marges arides).

Figure 59 – Vue du bâtiment au nord du bassin de Maʿaqar al‑Šamālī (95/102), depuis l’est (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).

Figure 60 – Vue du bassin de Maʿaqar al‑Šamālī (95/102), depuis l’est (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).

SITES DE PROBABLES RÉSIDENCES OMEYYADES

Al‑Šayḫ Hlāl (95/126, 96/17, 98/233, 01/66, 04/09)

85À al‑ Šayḫ Hlāl, les relevés anciens de Jean Lauffray (Mouterde et Poidebard 1945, p. 141‑143) montraient un grand édifice rectangulaire plus ou moins fortifié au centre du village, qu’il proposait d’attribuer à l’époque omeyyade. Certaines de ses caractéristiques architecturales pouvaient laisser penser à une date de construction assez tardive. Le monument se trouve en fait au centre d’un site archéologique occupé de manière presque continue depuis l’époque romaine (Gatier et Rousset 2010, p. 164‑167). Il forme une énorme butte (90 x 50 m), dont très peu d’éléments du plan sont visibles. Une série de contreforts ou tours, de forme vraisemblablement rectangulaire, sont perceptibles tout autour du monument. Ils sont construits en grand appareil de calcaire tendre local. Une deuxième étape de construction a vu l’ajout, entre les contreforts, d’un rempart ou glacis oblique monté avec de petits moellons irréguliers et un abondant mortier de chaux. Cette maçonnerie est appuyée contre un rempart antérieur ou contre les vestiges d’une construction plus ancienne qu’il n’est pas possible d’identifier. Du fait de la longue durée d’occupation du site et des incertitudes qui pèsent sur le plan de l’édifice, on s’abstiendra de proposer une datation que seul un sondage ou une fouille serait à même de nous fournir. De plus, la céramique ramassée dans ce secteur ne présente pas de fragments attribuables à l’époque omeyyade.

Wādī al‑Andarīn 2 (96/78a)

86Le site de Wādī al‑Andarīn 2 se trouve à 3 km au nord de la ville d’al-Andarīn, au débouché de la qanāt al‑ Andarīn 1. Il se compose de trois éléments : deux réservoirs et un bâtiment. Le premier réservoir, d’environ 70 m de côté, était situé dans Taxe du canal terminal de la qanāt, à l’est. Il est encadré de ses déblais de creusement et de curage.

87Le second réservoir, au sud-ouest du premier, est rectangulaire (123 x 92 m) et orienté nord-ouest - sud-est. Le canal qui l’alimente est un prolongement oblique du canal principal, qui recoupe une partie des déblais du premier réservoir. Des levées en terre l’entourent et il semble avoir été parementé. Une auge en basalte avec des sorties d’eau a été vue dans le réservoir en 1996. La modification du trajet final de la qanāt pour aboutir à un nouveau bassin, au sud-ouest du premier, correspond sans doute au dernier état d’utilisation du réseau d’irrigation. Dans ce secteur, il semble avoir été mis en place à la fin de l’Antiquité tardive et s’être maintenu jusqu’à l’époque omeyyade (Rousset 2010).

88Le bâtiment, presque carré (70 x 75 m de côté), est construit en briques crues et se trouve à environ 100 m au nord du réservoir rectangulaire et à 215 m à l’ouest du réservoir carré. D’après les photographies aériennes de 1958 (Rousset 2010, p. 263, fig. 16), l’édifice paraît comporter des tours ou contreforts dans les angles et être entouré d’un fossé. Il se compose de quatre ailes latérales et d’une construction centrale. L’entrée était située du côté sud, où subsiste une porte avec des chambranles en basalte. Selon une hypothèse plausible, ce bâtiment serait contemporain du réservoir rectangulaire.

89Des tuiles couvre-joint, un fût de colonne ainsi que des blocs de basalte taillés ont été observés en surface. La céramique de surface est peu abondante (7 tessons identifiables) et correspond aux VIIe-VIIIe s. :

  • bord de pot de cuisson à haut col en brittle ware (semblable à 04.03‑75),

  • fond plat en pâte commune claire,

  • anse large (3,7 cm) en pâte commune claire,

  • bord de bouteille à lèvre triangulaire (semblable à 04.03‑47) en pâte commune claire,

  • cruche à lèvre en bandeau (semblable à 04.03‑104),

  • pot à lèvre évasée (Rousset 2012, p. 83, fig. 9.14),

  • bassin à lèvre à rainure (semblable à 04.03‑92) avec l’arête extérieure décorée d’impressions au doigt,

  • bord de dolium (Sodini, Villeneuve 1992, p. 196, fig. 1.4).

Al‑Qayʿa (95/49, 04/12)

90Al‑Qayʿa est repérable sous la forme d’un petit tell de brique crue orange, à 1 km au nord d’al‑Šākūsiyya. Il est implanté à proximité du débouché de la qanāt al‑Dūš et domine la petite dépression d’al-Fayda.

91Le bâtiment principal est construit en brique crue et présente un plan carré de 40 m de côté, avec des buttes d’au moins 4 m de haut. Un espace de 5 m de large lui est accolé à l’ouest. Des buttes plus basses et plus claires l’entourent, ainsi que des arases de murs en moellons de dalle de 0,90 m de large. Il pourrait s’agir des traces d’un enclos rectangulaire d’environ 120 x 80 m autour du bâtiment. Deux dépotoirs ont été repérés, au sud-ouest et au nord-ouest du bâtiment. Le matériel de surface comprend des fragments de tuiles plates et un peu de céramique, qui témoigne d’une occupation des VIIe-IXe s. :

  • fragments de glaçure de type yellow glazed family,

  • pots de cuisson à haut col, à lèvre à trois bourrelets et marmite sans col en brittle ware,

  • bord de bouteille à lèvre triangulaire en pâte sableuse (semblable à 04.03‑47),

  • bassin à lèvre à rainure (semblable à 04.03‑92),

  • pot globulaire (Rousset 2012, p. 83, fig. 9.15),

  • bord de jarre à eau (semblable à 04.03‑48).

‘Umm Qrūn (98/28, 98/146, 10/175)

92En bordure de la grande fayda centrale, au nord-ouest d’al-Andarīn, le site de ‘Umm Qrūn est situé à mi-chemin des extrémités des canaux terminaux des qanāts Maslūḫiyya et al‑Andarīn 3, et à 1 400 m au nord-ouest du réservoir de Wādī al‑Andarīn 3 (96/080), sur cette dernière qanāt.

93Les vestiges s’étalent sur une surface d’environ 630 x 350 m, qui semble enclose, au moins sur ses côtés nord, est et sud (fig. 61). Décentré vers le nord-ouest, un grand bâtiment de 90 x 60 m, se trouve lui-même dans un enclos rectangulaire de 165 m de large. L’édifice est construit en brique crue, sur des soubassements en blocs de basalte taillés. Il comporte au moins trois grands espaces rectangulaires dans sa partie sud, et une butte de brique crue plus élevée au nord (fig. 62). Les nombreux trous de pillage compliquent la lecture du plan mais ont mis au jour des blocs en basalte taillés : montants de porte en place, bases de colonnes, chapiteau de pilier, claveaux (fig. 63) et blocs taillés sur une seule face. Un grand bassin en basalte, de 1,25 m de large, subsiste dans ce qui pourrait être une cour, au centre de la moitié ouest du bâtiment. Des tuiles plates et couvre-joints, ainsi que des fragments de sols de mortier, d’enduits peints et de placage de marbre (avec départ d’une moulure) ont été observés dans ce secteur, attestant d’une architecture soignée.

  • 15 Une margelle identique a été observée à Ḥūma : voir Geyer, Rousset et Besançon, fig. 8, dans ce mêm (...)

94D’autres constructions, nettement moins élevées, sont visibles sous la forme d’arases de murs à l’intérieur de l’enclos. Plusieurs comportent une cour avec un puits à margelle accompagné d’un bassin (semblable à ceux observés dans les cours des maisons de Rasm Abū Miyāl 1). L’un d’entre eux, encore en usage en 2010, est surmonté d’une margelle avec des cupules autour du trou central, auquel elles sont reliées par de petits canaux (fig. 64)15. D’autres blocs taillés en basalte gisent dans ce secteur : deux seuils ou linteaux remployés en seuil (de 2,40 m et 2,50 m de longueur), une cuve allongée et très étroite ou fragment de conduite, une cuve ronde (diamètre intérieur : 0,65 m). Certains de ces éléments pourraient avoir été utilisés en remploi dans les murs.

95D’après les photographies aériennes, au moins deux autres constructions pourraient être associées à cet ensemble. À 400 m au nord-ouest du bâtiment principal, les images satellites et les photographies aériennes anciennes montrent un bâtiment d’une cinquantaine de mètres de côté, avec des ailes autour d’une cour centrale et peut-être des aménagements complémentaires à l’extérieur. À 440 m à l’ouest du bâtiment principal, les murs nord et ouest d’un enclos quadrangulaire, d’environ 120 m de côté, circonscrivent une zone bosselée. Des dépressions sont alignées sur les trois côtés nord, est et sud et pourraient être des traces de récupération des matériaux de construction, peut-être des colonnes.

96Le site, réduit au seul bâtiment principal, a été interprété par Marlia Mundell Mango comme le martyrium de Jacques et un site de pèlerinage (2004‑2005, p. 117‑120 ; 2008, p. 77 ; 2011, p. 114, fig. 19 et p. 121), sur la base d’une borne de territoire inscrite (IGLS 4, 1675 ter) retrouvée à 500 m au nord et mentionnant le monument, associé aux noms de Justinien et Théodora (527‑548). M. Mundell Mango appuie sa datation sur les 1 808 tessons qu’elle a ramassés en surface, « incluant des fragments de sigillée romaine tardive, céramiques communes et quelques céramiques islamiques glaçurées ». Nous avons nous-même observé quelques fragments de sigillées tardives, dont une africaine, forme 67 de Hayes (1972, p. 112‑116) et une phocéenne, forme 3F (Hayes 1972, p. 334). Cependant, la grande majorité des tessons récoltés en 1998 dans les environs du grand bâtiment appartiennent aux VIIe-VIIIe s. :

  • pots de cuisson à haut col en brittle ware,

  • bord de pot de cuisson à lèvre à trois bourrelets en brittle ware,

  • bord de casserole à lèvre à méplat en brittle ware,

  • bord de casserole à lèvre moulurée en brittle ware,

  • bord de coupelle à lèvre à marli à décor peigné recoupé par des incisions obliques,

  • fragments de panse et d’épaule carénée de jarre en pâte commune claire à décor d’impressions basculées et d’incisions,

  • fragment de jarre à pâte orangée à décor peint en rouge,

  • bord de cruche à lèvre en bandeau,

  • jarre à lèvre triangulaire en pâte claire,

  • anse en pâte claire fine, de section ronde (2,2 cm de diamètre) décorée d’un cordon d’argile serpentiforme,

  • fond annulaire de petit pichet en pâte claire,

  • bord de godet de roue à eau à lèvre triangulaire.

97Sans remettre en cause l’identification du site comme étant le martyrium de Jacques, on peut toutefois se demander auquel des trois principaux bâtiments il correspond, l’association avec les vestiges les plus visibles n’étant pas un argument. L’abondance de la céramique d’époque omeyyade, le type d’implantation et le module des bâtiments extérieurs pourraient indiquer la présence d’un monastère dont l’occupation aurait été longue et d’une résidence à côté du martyrium, qui lui aurait été contemporaine.

Discussion

98La région des Marges arides a fourni plusieurs exemples de résidences aristocratiques d’époques byzantine et omeyyade. Une partie d’entre elles sont bien attestées et faciles à interpréter. C’est le cas surtout pour les plus tardives, d’époque omeyyade, qui font partie d’une catégorie bien documentée par ailleurs dans le reste du Proche-Orient et pour lesquelles la grille d’interprétation est établie. Les résidences aristocratiques protobyzantines sont plus rares et surtout sont nettement moins connues pour le moment (voir en dernier lieu Genequand 2012, p. 384‑388), d’où l’intérêt du corpus présenté ici, mais aussi les difficultés d’interprétation de certains sites dont nous nous sommes déjà fait l’écho. Sans revenir en détail sur les cas les plus ambigus (Ḫunṣur ’Iṯriyā al‑Šamālī et al‑Qasṭal al‑Šamālī 3), les exemples de Mārīnā et de Qaṣr Ibn Wardān, ainsi que probablement celui d’Iṣṭabl ‘ Antar, montrent que ces résidences aristocratiques byzantines, ou plus exactement ces établissements aristocratiques, pour reprendre la terminologie adoptée pour la haute époque islamique, peuvent prendre des formes variées.

99Les études récentes ont montré que les établissements aristocratiques omeyyades ont principalement eu trois fonctions (Genequand 2012). Ce sont d’abord les lieux de résidence des nouvelles élites islamiques. En fonction de la nature et des composantes des différents sites, ils ont aussi joué un rôle politique et économique en permettant, d’une part, l’interaction entre le pouvoir califal et les élites locales, et en constituant, d’autre part, un investissement dans la propriété foncière rurale et une source de revenus indépendante des salaires et prébendes accordés par l’État califal.

100De manière générale, la région des Marges arides est assez propice à l’agriculture et a déjà été intensément mise en valeur à l’époque protobyzantine. Il est normal que des investissements dans la même direction y soient faits à l’époque omeyyade, et la plupart des résidences de cette époque qui ont été décrites plus haut sont sans doute à mettre sur le compte de la nouvelle aristocratie musulmane désireuse de diversifier ses revenus. On l’a vu, tous les sites ne présentent pas les mêmes caractéristiques ni les mêmes structures d’habitat : une ou plusieurs résidences, plus ou moins grandes et plus ou moins luxueuses, accompagnées ou non de maisons, selon l’importance du propriétaire du domaine et le nombre d’habitants de l’établissement. Toutes les résidences datées du début de l’époque islamique qui ont été présentées ici sont liées de près ou de loin à des structures hydro-agricoles, en particulier des qanāts pour l’approvisionnement en eau et des réservoirs pour réguler l’irrigation des zones cultivées en périphérie de la grande fayda centrale, et elles participent des investissements des nouvelles élites dans le développement de l’économie rurale.

Figure 61 – Umm Qrūn. Extrait de l’image aérienne no 33346 du 22 septembre 1958.

Figure 62 – Vue du bâtiment principal de Umm Qrūn, depuis l’ouest (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).

Figure 63 – Claveaux d’un arc en basalte dans le bâtiment principal de Umm Qrūn (cliché M.‑O. Roussel, © mission Marges arides).

Figure 64 – Margelle de puits à cupules à Umm Qrūn (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).

  • 16 Al‑Masʿūdī, Murūj, V, 434 ; Ibn Ḥawqal, Ṣūrat al‑ar, 179 (trad. p. 176) ; al‑Ṭabarī, Taʾrīkh, vol. (...)

101Toutefois, si l’aspect économique semble dominer dans la genèse des établissements aristocratiques de la région, le rôle politique n’en est pas pour autant absent. Les noms de deux califes omeyyades sont attachés à la région et plus particulièrement à Ḫanāṣir : al‑Walīd b. ʿAbd al‑Malik y aurait séjourné en 709 et ʿUmar b. ʿAbd al‑ʿAzīz (717‑720) s’y était fait construire un palais dans lequel il demeurait fréquemment et où il est mort16. On relèvera à ce propos que Rasm Abū Miyāl 1 compte parmi les établissements aristocratiques les plus étendus du Bilad al‑Sham et pourrait aussi avoir joué un rôle politique plus marqué que d’autres lieux du même type. Le site comprend trois résidences (ou palais). Si l’une des trois peut être d’époque abbasside (E), les deux autres (A et L) ont indubitablement des origines omeyyades et pourraient correspondre à des constructions palatiales compatibles avec la présence d’un calife sur place, calife qui aurait aussi été le commanditaire du site, à l’instar de la ville neuve de Qaṣr al‑Ḥayr al‑Šarqī construite par Hišām b. ʿAbd al‑Malik en Palmyrène orientale (Genequand 2012, p. 95‑159).

102Pour revenir à l’époque byzantine, Mārīnā est un établissement peu étendu, qui comprend une résidence, certes un peu luxueuse, mais qui ne peut prétendre être un palais et accueillir une cour nombreuse. La résidence n’est accompagnée que d’un bain, autre marque de luxe et de statut social élevé, et de quelques enclos. Il n’y a pas de traces d’une agriculture irriguée très développée et il est difficile, sur la base des vestiges archéologiques, de voir dans ce site un acteur important de l’économie rurale. Il est possible, par contre, de le comparer à un établissement omeyyade comme Qusayr ʿAmra, qui ne comprend également qu’un bain, une petite résidence, une mosquée et quelques bâtiments isolés et infrastructures hydrauliques. Marina, que le site ait été commandité par un officiel byzantin, un notable de l’une des villes de l’ouest de la région ou un chef tribal, pourrait fort bien être un exemple de lieu de rencontre et de négociation entre le pouvoir byzantin et ses représentants, et les groupes tribaux nomades, semi-nomades ou sédentarisés occupant la steppe. C’est ce type d’explication qui rend probablement le mieux compte de l’existence de résidences isolées dans la steppe, qui ne sont apparemment pas liées au développement agricole. Marina reflète un des aspects de l’interaction entre les différents acteurs de l’occupation et du contrôle des zones steppiques de la frontière orientale de l’empire byzantin.

103À l’autre bout de l’échelle, Qaṣr Ibn Wardān rend compte d’une autre réalité, avec un palais dont l’architecture reproduit les développements en vogue dans l’architecture impériale de la capitale de l’Empire. Le palais, accompagné d’autres constructions monumentales, est aussi situé à l’intérieur d’un gigantesque enclos en partie dévolu à des activités agricoles. Chef militaire, haut fonctionnaire ou grand propriétaire terrien – ou peut-être plusieurs de ces fonctions à la fois – son commanditaire a donné au site un rôle à la fois représentatif et économique, qui préfigure en quelque sorte les grands établissements califaux comme Qaṣr al‑Ḥayr al‑Ġarbī (Schlumberger 1986 ; Genequand 2012, p. 161‑174).

  • 17 À Rasm al‑Aḥmar 3, Rasm Hawiyat al‑ Šayba 1 et al‑Šayḫ Hlāl, qui ont une occupation continue depuis (...)

104Il est néanmoins indéniable que, sur l’ensemble des provinces orientales de l’Empire, le nombre de résidences aristocratiques protobyzantines reste relativement faible par rapport à celles de l’époque omeyyade. Leur dissémination dans les régions rurales steppiques, à l’écart des agglomérations, reste un phénomène propre au début de l’époque islamique. Toutefois, des sites villageois comme Rasm al‑Aḥmar 3 ou Rasm Hawiyat al‑Šayba l17, qui comprennent dans l’emprise du village un gros bâtiment carré ou rectangulaire, pourraient être l’indice d’une pratique différente à l’époque byzantine, qui voudrait que les résidences aristocratiques soient placées à l’intérieur des villages, et non pas à l’extérieur sous la forme d’établissements indépendants. Il faudrait néanmoins confirmer que ces bâtiments sont bien des résidences et non pas des fortifications militaires ou des sortes de refuges pour les habitants (voir aussi à ce sujet les hypothèses proposées par Rivoal 2011a, p. 148‑149). Le kastron d’al-Andarīn, dont la fonction militaire n’est pas évidente et qui est édifié au milieu de la bourgade par un certain Thomas qui apparaît comme un représentant de la société civile (Strube et al. 2003 ; IGLS 4, 1682 : linteau de 558‑559), pourrait renforcer une telle hypothèse.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Sources

Ibn awqal, Abū al‑Qāsim, Kitāb ṣūrat al‑ar, éd. J. H. Kramers, Leyde, 1938 (traduction française, Configuration de la terre, trad. J. H. Kramers et G. Wiet, Paris, 1964).

Al‑Masʿudī, Abū al‑Ḥasan ʿAlī b. al‑ Ḥusayn, Murūj al‑dhahab, éd. C. Barbier de Meynard et A. Pavet de Courteille, Paris, 1861‑1917.

Al‑Ṭabarī, Abū Jaʿfar Muḥammad b. Jarīr, Taʾrīkh al‑rusul wa-’l-mulūk, éd. M. J. De Goeje et al., Leyde, 15 vol., 1879‑1901 (traduction anglaise, The History of al‑abarī, 38 vol., New York).

Travaux

Balty J. 1977, Mosaïques antiques de Syrie, Bruxelles.

Besançon J., Geyer B. 2006, « Contraintes écogéographiques et modes d’occupation du sol », in R. Jaubert et B. Geyer (éd.), Les marges arides du Croissant fertile. Peuplements, exploitation et contrôle des ressources en Syrie du Nord, TMO 43, série Conquête de la steppe 2, Lyon, p. 11‑53.

Brands G. 1998, « Der sogenannte Audienzsaal des al‑Mundhir in Resafa », Damaszener Mitteilungen 10, p. 211‑235.

Bujard J., Genequand D. 2001, avec la collab. de W. Trillen, « Umm al‑Walid et Khan az-Zabib, deux établissements omeyyades en limite du désert jordanien », in B. Geyer (éd.), Conquête de la steppe et appropriation des terres sur les marges arides du Croissant fertile, TMO 36, série Conquête de la steppe 1, Lyon, p. 189‑218.

Butler H. C. 1907‑1920, Ancient architecture in Syria. Section B, Northern Syria, Publications of the Princeton Archeological expeditions to Syria in 1904‑1905 and 1909, 2 vol., Leyde.

Callot O. 2010, « Monnaies trouvées dans les “Marges arides” (Syrie) », in P.‑L. Gatier, B. Geyer et M.‑O. Rousset (éd.), Entre nomades et sédentaires. Prospections en Syrie du Nord et en Jordanie du Sud, TMO 55, série Conquête de la steppe 3, Lyon, p. 271‑287.

Charpentier G. 1995, « Les petits bains proto-byzantins de la Syrie du Nord », Topoi 5, p. 219‑247.

Decker M. 2006, « Towers, refuges and fortified farms in the late roman East », Liber Annuus 56, p. 499‑520.

De Maffei F. 1995, « Il palazzo di Qasr ibn Wardan dopo gli scavi e i restauri », in A. Iacobini et E. Zanini (éd.), Arte profana e arte sacra a Bisanzio, Milion 3, Rome, p. 105‑187.

Duval N. 1984, « Les maisons d’Apamée et l’architecture “palatiale” de l’Antiquité tardive », in J. Balty (éd.), Apamée de Syrie. Bilan des recherches archéologiques 1973‑1979 : aspects de l’architecture domestique d’Apamée. Actes du colloque, Bruxelles 29‑31 mai 1980, Fouilles d’Apamée de Syrie 13, Bruxelles, p. 459‑461.

Duvette C. 2010, « Habitat byzantin dans la steppe : maisons et villages de terre », in P.‑L. Gatier, B. Geyer et M.‑O. Rousset (éd.), Entre nomades et sédentaires. Prospections en Syrie du Nord et en Jordanie du Sud, TMO 55, série Conquête de la steppe 3, Lyon, p. 174‑207.

Feissel D. 1996, Bulletin épigraphique, s. v. no 475, p. 647.

Fontaine S., Foy D. 2010, « Sulla diversita à delle vetrate antiche : vetri da finestra a calotta emisferica e vetrate di pietra speculare », in M. G. Diani, T. Medici et M. Uboldi (éd.), Atti delle XI Giornate nazionali di studio, produzione e distribuzione del vetro nella storia : un fenomeno di globalizzazione, Bologna 16‑18 dicembre 2005, Trieste, p. 37‑46.

Fowden E. K. 2000, « An Arab Building at al‑Rusafa-Sergiopolis », Damaszener Mitteilungen 12, p. 303‑324.

Gatier P.‑L., Rousset M.‑O. 2010, « Temples romains et mausolées de la Syrie centrale (1) », in R.‑L. Gatier, B. Geyer et M.‑O. Rousset (éd.), Entre nomades et sédentaires. Prospections en Syrie du Nord et en Jordanie du Sud, TMO 55, série Conquête de la steppe 3, Lyon, p. 147‑167.

Genequand D. 2006a, « Some Thoughts on Qasr al‑Hayr al‑Gharbi, its Dam, its Monastery and the Ghassanids », Levant 38, p. 63‑83.

2006b, « Umayyad castles : the Shift from late Antique Military Architecture to early Islamic Palatial Building », in H. Kennedy (éd.), Muslim Military Architecture in Greater Syria. From the Coming of Islam to the Ottoman Period, History of Warfare 35, Leyde-Boston, p. 3‑25.

— 2012, Les établissements des élites omeyyades en Palmyrene et au Proche-Orient, BAH 200, Beyrouth.

Genequand D., Kühn M., de Reynier C. 2006, « Rapport préliminaire des travaux de la mission archéologique syro-suisse à Qasr al‑Hayr al‑Sharqi (Syrie) en 2005 », SLSA Jahresbericht 2005, p. 161‑203.

Genequand D., Studer J. 2011, « Rapport préliminaire des travaux de la mission archéologique syro-suisse de Qasr al‑Hayr al‑Sharqi en 2010 », SLSA Jahresbericht 2010, p. 55‑80.

Geyer B. 2000, « Des fermes byzantines aux palais omayyades, ou l’ingénieuse mise en valeur des plaines steppiques de Chalcidique », in L. Nordiguian et J.‑Fr. Salles (éd.), Aux origines de l’archéologie aérienne, A. Poidebard (1878‑1955), Beyrouth, p. 109‑122.

Geyer B., Besançon.1., Rousset M.‑O. 2006, « Les peuplements anciens », in R. Jaubert et B. Geyer (éd.), Les marges arides du Croissant fertile. Peuplements, exploitation et contrôle des ressources en Syrie du Nord, TMO 43, série Conquête de la steppe 2, Lyon, p. 55‑69.

Geyer B., Rousset M.‑O. 2001, « Les steppes arides de la Syrie du Nord à l’époque byzantine ou “la ruée vers l’est” », in B. Geyer (éd.), Conquête de la steppe et appropriation des terres sur les marges arides du Croissant fertile, TMO 36, série Conquête de la steppe 1, Lyon, p. 111‑121.

— 2011, « Déterminants géoarchéologiques du peuplement rural dans les marges arides de Syrie du Nord aux VIIe-IXe siècles », in A. Borrut, M. Debié, A. Papaconstantinou, D. Pieri et J.‑P. Sodini (éd.), Le Proche-Orient de Justinien aux Abbassides. Peuplement et dynamiques spatiales, Bibliothèque de l’Antiquité tardive 19, Turnhout, p. 77‑92 et p. 369‑374.

Grossmann P. 2000, « Zu den Bogen und Gewölben in dem Wüstenpalast von Qasr ibn Wardan », Damaszener Mitteilungen 12, p. 291‑302.

Hayes J. W. 1972, Late Roman Pottery. A Catalogue of Roman fine wares, Londres.

IGLS 4 = Jalabert L., Mouterde R., avec la collab. de Mondesert Cl. 1955, Inscriptions grecques et latines de la Syrie. IV, Laodicée, Apamène : no 1245‑1997, BAH 61, Paris-Beyrouth.

Lavan L. 1999, « Late Antique Governor’s Palaces : A Gazeeter », Antiquité tardive 7, p. 135‑164.

Littmann E. 1904, Semitic Inscriptions, Publications of the Princeton University Archaeological Expeditions to Syria in 1904‑1905 and 1909, IV, Leyde.

Mango C. 1993, Architecture byzantine, Paris.

Miglus P, Stepniowski F. 1999, « Formen, Verzierung und Verteilung der Keramik », in P. Miglus (éd.), Ar-Raqqa I, Die frühislamische Keramik von Tall Aswad, Mayence, p. 19‑54.

Mouterde R., Poidebard A. 1945, Le limes de Chalcis. Organisation de la steppe en haute Syrie romaine, BAH 38, Paris.

Mundell Mango M. 2004‑2005, « Report On Landscape Study at Andarin, Syria, September 2005 », AAAS 47‑48, p. 117‑124.

2008, « Baths, reservoirs and water use at Androna in Late Antiquity and the Early Islamic Period », in K. Bartl et A.‑R. Moaz (éd.), Residences, Castles, Settlements. Transformation Processes from Late Antiquity to Early Islam in Bilad al‑Sham. Proceedings of the International Conference held at Damascus, 5‑9 november 2006, Orient-Archäologie 24, Rahden, p. 73‑88.

2011, « Byzantine Settlement Expansion in North Central Syria : the Case of Androna/Andarin », in A. Borrut, M. Debié, A. Papaconstantinou, D. Pieri et J.‑P. Sodini (éd.), Le Proche-Orient de Justinien aux Abbassides. Peuplement et dynamiques spatiales, Bibliothèque de l’Antiquité tardive 19, Turnhout, p. 93‑122.

Musil A. 1928, Palmyrena, A Topographical Itinerary, New York.

Northedge A. 2002, « Ukhayḍir », EI2 X, p. 853‑854.

Rivoal M. 2010a, « Le peuplement byzantin des massifs basaltiques de la Syrie centrale. Modalités d’occupation du sol et stratégies de mise en valeur », in P.‑L. Gatier, B. Geyer et M.‑O. Rousset (éd.), Entre nomades et sédentaires. Prospections en Syrie du Nord et en Jordanie du Sud, TMO 55, série Conquête de la steppe 3, Lyon, p. 209‑240.

— 2010b, « Le peuplement byzantin et la mise en valeur de la Syrie centrale : l’exemple des plateaux basaltiques (Jebel al‑ʿAla, Jebel Hass et Jebel Shbeyt) », in H. Alarashi, M.‑L. Chambrade, S. Gondet, A. Jouvenel, C. Sauvage et H. Tronchère (éd.), Regards croisés sur l’étude archéologique des paysages anciens. Nouvelles recherches dans le bassin méditerranéen, en Asie Centrale et au Proche et au Moyen-Orient, Broadening Horizons 2, colloque international de Lyon, 18‑20 juin 2007, TMO 56, Lyon, p. 79‑92.

— 2011a, « Entre steppe et plateaux basaltiques : l’occupation de la Syrie centrale à la période byzantine », Syria 88, p. 141‑163.

2011b, La vie rurale en Syrie centrale à la période protobyzantine (IVe-VIIe siècles), thèse de doctorat, université Lumière Lyon 2.

Rivoal M., Rousset M.‑O. (à paraître), « Les aménagements agricoles dans les marges arides de Syrie du Nord (Ve-Xe s.) : des témoins des modalités d’appropriation et d’exploitation des campagnes », in A. Delattre, M. Legendre et P. Sijpesteijn (éd.), Authority and control in the countryside, Late Antiquity and Early Islam : Continuity and change in the Mediterranean 6th-10th century, Studies in Late Antiquity and Early Islam 25, Princeton.

Rousset M.‑O. 2010, « Qanâts de la steppe syrienne », in P.‑L. Gatier, B. Geyer et M.‑O. Rousset (éd.), Entre nomades et sédentaires. Prospections en Syrie du Nord et en Jordanie du Sud, TMO 55, série Conquête de la steppe 3, Lyon, p. 241‑270.

— 2011, « Le peuplement de la steppe de Syrie du Nord entre le IIe s. av. et le IVe s. ap. J.‑C. », Syria 88, p. 123‑139.

— 2012, « La céramique », in M.‑O. Rousset (éd.), Al‑Hadir. Étude archéologique d’un hameau de Qinnasrin (Syrie du Nord, VIIeXIIIe siècles), TMO 59, série Qinnasrin 1, Lyon, p. 73‑118.

2013, « Traces of the Banu Salih in the Syrian steppe? The Fortresses of Qinnasrin and Abu al‑Khanadiq », Levant 45, p. 69‑95.

Rousset M.‑O., Duvette C. 2005, « L’élevage dans la steppe à l’époque byzantine », in J. Lefort, C. Morrisson et J.‑P. Sodini (éd.), Les villages dans l’empire byzantin, IVe‑XVe siècle, Réalités byzantines 11, Paris, p. 485‑494.

Rousset M.‑O., Geyer B. 2004, « Rasm Abu Miyal, château du désert », in F. Denise et L. Nordiguian (éd.), Une aventure archéologique. Antoine Poidebard, photographe et aviateur, Marseille, p. 294‑295.

Sauvaget J. 1939, « Les Ghassanides et Sergiopolis », Byzantion. Revue internationale des études byzantines 14, p. 115‑130.

Schlumberger D. 1986, Qasr el‑Heir el‑Gharbi, BAH 120, Paris.

Sodini J.‑P., Villeneuve E. 1992, « Le passage de la céramique byzantine à la céramique omeyyade en Syrie du Nord, en Palestine et en Transjordanie », in P. Canivet et J.‑P. Rey-Coquais (éd.), La Syrie de Byzance à l’Islam, VIIe-VIIIe siècles, Institut français de Damas, Damas, p. 195‑218.

Strube Chr. 2008, « Al‑Andarin/Androna : Site and Setting », in K. Bartl et A.‑R. Moaz (éd.), Residences, Castles, Settlements. Transformation Processes from Late Antiquity to Early Islam in Bilad al‑Sham. Proceedings of the International Conference held at Damascus, 5-9 november 2006, Orient-Archäologie 24, Rahden, p. 57-71.

Strube Chr., Hess U., Haase Cl.-R., Knötzele P., Meyer C. 2003, « Androna/al Andarin. Vorbericht über die Grabungskampagnen in den Jahren 1997-2001 », Archäologischer Anzeiger 2003/1, p. 25-115.

Notes

3 Ces comptages diffèrent de ceux publiés en 2011 (Geyer, Rousset), car ils ont été réactualisés après la mission de terrain réalisée en 2010, durant laquelle de nouveaux sites ont été prospectés. Le nombre de sites pour l’époque abbasside s’élève maintenant à 97, et on en dénombre 228 pour l’époque ayyoubide.

4 Une prospection a été menée du 7 au 16 août 2004 par Denis Genequand, Marie-Odile Rousset, Muhammad Jumaʿa (DGAM, Palmyre) et Jamil Hassan (DGAM, Palmyre). Il s’agissait de revoir certains des sites présentant une occupation omeyyade repérés par la mission des Marges arides et d’en compléter l’étude. Les sites concernés ont été : Rasm al‑Aḥmar 3, Rasm Hawiyat al‑Šayba 1, Rasm Abū Miyāl 1, Birkat al‑Ġadāmsa / Āṯār al‑Birka, Maʿaqar al‑Šamālī, Rahğān 1, Mārīnā al‑Šayḫ Hlāl, Ḫunṣur ’Iṯriyā al‑Šamālī, Rasm al‑Ḍabaʿ 1 et al‑Qayʿa.

5 Les références entre parenthèses correspondent aux numéros d’inventaire donnés lors des différentes visites.

6 Notre dernière visite dans la région remonte à 2010.

7 Ces longs corridors avec un saillant à l’extérieur évoquent les latrines de certains palais et résidences omeyyades : latrines au fond de pièces étroites et allongées à ’Umm al‑Walīd et dans le bâtiment E de Qaṣr al‑Ḥayr al‑Šarqī (Bujard, Genequand 2001, p. 194‑198 ; Genequand, Studer 2011, p. 65‑66) ; latrines saillantes à l’extérieur, dans des tours, par exemple à Qaṣr al‑Ṭūbā et Qaṣr al‑Mšattā (Genequand 2012, fig. 193 et 217).

8 Al‑Ṭabarī, Tārīḫ al‑rusul wa‑l‑mulūk, vol. XXVII (1985), p. 8 [1896‑1897].

9 Voir Littmann 1904, p. 180‑182, qui fait le point sur les études de topographie historique relatives à ’Iṯriyā.

10 Les kytes, pièges à animaux en forme d’entonnoir, avec des branches pouvant mesurer plusieurs centaines de mètres de long aboutissant à un enclos ou corral, sont fréquents dans la région. Plusieurs sont visibles par leur corral sur le pourtour de la mesa d’Iṣṭabl ʿAntar : une dizaine, à 1,5‑2 km au nord du site, et deux autres à 1 km et 2 km à l’est.

11 Ils ont été vus en 2010 par la mission des Marges arides car ils avaient été recreusés par des clandestins.

12 Les dessins et encrages des céramiques ont été effectués par Marion Berti (mission syro-suisse de Qaṣr al‑Ḥayr al‑Šarqī) pour le compte de la mission Marges arides.

13 La borne du territoire d’al-Andarīn présentée par Pierre-Louis Gatier dans ce même volume viendrait d’Abū Marū/Rasm Abū Miyāl. Deux colonnes en basalte sont remployées pour la couverture d’une petite citerne rectangulaire moderne. La terre des murs est elle-aussi transformée : nous avons vu à plusieurs reprises, lors de nos différents passages, de grandes quantités de briques crues en fabrication ou séchant au soleil.

14 La lecture effectuée par Pierre-Louis Gatier donne une date qui correspond à 587‑588.

15 Une margelle identique a été observée à Ḥūma : voir Geyer, Rousset et Besançon, fig. 8, dans ce même volume.

16 Al‑Masʿūdī, Murūj, V, 434 ; Ibn Ḥawqal, Ṣūrat al‑ar, 179 (trad. p. 176) ; al‑Ṭabarī, Taʾrīkh, vol. XXIV (1989), p. 75 [1346] et p. 91 [1361‑1362] ; cf. aussi Musil 1928, p. 204.

17 À Rasm al‑Aḥmar 3, Rasm Hawiyat al‑ Šayba 1 et al‑Šayḫ Hlāl, qui ont une occupation continue depuis le Ve-VIe s. jusqu’au IXe-Xe s., il est difficile de différencier et de dater les structures. Rasm al‑Aḥmar 3 a été prospecté également plus tard par Marion Rivoal, qui en a publié un plan (Rivoal 2011a, p. 153).

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Carte générale des Marges arides avec les sites byzantins, omeyyades et abbassides et localisation des résidences (cartographie MOM, O. Barge, M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Figure 2 – Vue générale du site de Mārīnā, depuis l’est (cliché D. Genequand). Le bain est au premier plan.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Figure 3 – Plan schématique de Mārīnā (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Figure 4 – Détail de l’appareil de pierres taillées dans la résidence de Mārīnā (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Figure 5 – Tesselles de mosaïque en pierre et pâte de verre, dans la pièce de réception de la résidence de Mārīnā (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Figure 6 – Le puits de Mārīnā (cliché D. Genequand).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 7– Détail de l’appareil du bain de Mārīnā (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Figure 8 – Fragment de tuyère du bain de Mārīnā (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 9 – Vue générale du bain de Mārīnā avec les fragments de mosaïque observés en 2004 (cliché D. Genequand).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Figure 10 – Mosaïque d’angle dans le bain de Mārīnā (cliché D. Genequand).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Figure 11 – Mosaïque représentant un joueur de luth dans le bain de Mārīnā (cliché D. Genequand).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Figure 12 – L’église, la résidence et la caserne de Qasr Ibn Wardān, vues du sud (cliché B. Geyer).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Figure 13 – Plan de Qaṣr Ibn Wardān (Butler 1920, pl. face à la p. 26).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 904k
Légende Figure 14 – Plan de l’enclos de Qaṣr Ibn Wardān (Lauffray dans Mouterde, Poidebard 1945, pl. CXV).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 15 Plan de la résidence de Qaṣr Ibn Wardān (De Maffei 1995, fig. 40).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Légende Figure 16 – Plan d’après croquis de Ḫunṣur ’Iṯriyā al‑Šamālī, sur une image Bing (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Figure 17 – Vue générale du site de Ḫunṣur Iṯriyā al‑Šamālī (cliché D. Genequand).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 18 – L’intérieur de la citerne maçonnée au sud du bâtiment de Ḫunṣur ’Iṯriyā al‑Šamālī (cliché M.‑O. Roussel, © mission Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Figure 19 – La birka de Ḫunṣur ’Iṯriyā al‑Šamālī, vue du nord (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure 20 – La terrasse de Ḫunṣur ’Iṯriyā al‑Šamālī, vue du nord (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Figure 21 – Blocs taillés à Ḫunṣur ’Iṯriyā al‑Šamālī (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Figure 22 – Détail de la pièce sud-ouest à Ḫunṣur ’Iṯriyā al‑Šamālī (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure 23 – Enduit mouluré à Ḫunṣur ’Iṯriyā al‑Šamālī (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Figure 24 – Vitre en gypse à Ḫunṣur ’Iṯriyā al‑Šamālī (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 25 – Photographie aérienne de 1958 de Iṣṭabl ʿAntar.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Figure 26 – Plan schématique d’après photographie aérienne, image satellite, croquis de terrain et plan Butler de Iṣṭabl ʿAntar (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Légende Figure 27 – Pièces accolées dans l’aile occidentale du bâtiment d’Iṣṭabl ʿAntar (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Figure 28 – Les trois pièces dans l’angle de l’enclos, au nord-est du bâtiment d’Iṣṭabl ʿAntar, vues du nord (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Figure 29 – Trou pour la plantation d’arbre, dans l’enclos au nord du bâtiment d Iṣṭabl ʿAntar (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure 30 Matériel retrouvé dans le bâtiment central de Iṣṭabl’Antar (M.‑O. Rousset) ; a : lampe en bronze ; b à d : céramique (bord d’amphore en pâte orangée, décor incisé et décor gougé) ; e-f : marmites en stéatite.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Figure 31 – Le site d’Al‑Qasṭal avec, au sud-est, le site d’Al- Qasṭal al‑Šamālī 3 (photographie aérienne du 14 août 1958).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Figure 32 – Croquis du site d’al-Qasṭal al‑Šamālī 3 sur image satellite Bing (M.‑O. Roussel).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 33 Mosaïque à Qasṭal al‑Šamālī 3 (cliché B. Geyer, © mission Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Figure 34 Plan du site de Rasm Abū Miyāl, d’après les observations de terrain et les images aériennes anciennes (1958) et récentes (M.‑O. Roussel et D. Genequand).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Légende Figure 35 Colonne remployée dans le bâtiment A de Rasm Abū Miyāl (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-35.png
Fichier image/png, 22k
Légende Figure 36 – Rasm Abū Miyāl. La céramique du secteur A (M. Berti).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Figure 37 – Tesselles de mosaïque sur le bâtiment L de Rasm Abū Miyāl (cliché M.‑O. Roussel, © mission Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Légende Figure 38 – Rasm Abū Miyāl. Linteau réemployé sur la porte d’entrée de la résidence L (cliché B. Geyer, © mission Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Figure 39 – Rasm Abū Miyāl. La céramique du secteur L (M. Berti).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Légende Figure 40 – Rasm Abū Miyāl. Vue aérienne de la résidence E, depuis le nord (cliché B. Geyer, © mission Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure 41 Rasm Abū Miyāl. La céramique du secteur E (M. Berti).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Figure 42 – Bassin en basalte dans la cour d’une maison du secteur J à Rasm Abū Miyāl (cliché D. Genequand).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Figure 43 – Blocs de basalte retaillés, dans la façade de la maison d’Abū Faysal à Rasm Abū Miyāl (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Figure 44 Rasm Abū Miyāl. La céramique des secteurs M (116 à 118), D (45, 49‑50) et G (61 à 70) [M. Berti],
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Figure 45 Rasm Abū Miyāl. La céramique du dépotoir I (71) et J (72 à 92) [M. Berti].
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Figure 46 – Rasm Abū Miyāl. La céramique du secteur B (M. Berti).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Figure 47 Rasm Abū Miyāl. La céramique du secteur C (M. Berti).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Figure 48 – Rasm Abū Miyāl. Bâton à kohl en bronze, retrouvé sur le secteur B (cliché D. Genequand).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-48.png
Fichier image/png, 320k
Légende Figure 49 Rasm Abū Miyāl. Tableau de répartition de la céramique par secteurs.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Figure 50 – Bloc en basalte, vers le bâtiment Q de Rasm Abū Miyāl (cliché M.‑O. Rousset, ©mission Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 51 Plan de Birkat al‑Ġadāmsa (relevé H. Morel, S. Sanz, dessin C. Duvette, © mission Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Figure 52 – Vue du site de Birkat al‑Ġadāmsa depuis l’angle sud-est du réservoir. La résidence se trouve en arrière de la voiture (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Légende Figure 53 – Détail de la colonne de Birkat al‑Ġadāmsa (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Légende Figure 54 Chapiteau de pilastre en calcaire, dans le réservoir de Birkat al‑ Ġadāmsa (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Figure 55 - La céramique de Birkat al‑Ġadāmsa (1 à 27) [M. Berti].
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Figure 56 – La céramique de Birkat al‑Ġadāmsa (28 à 52) [M. Berti].
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Figure 57 – Le village et le bassin de Maʿaqar al‑Šamālī (photographie aérienne 1958).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Figure 58 – Plan de Maʿaqar al‑Šamālī (C. Duvette, J.‑Cl. Moncel, H. Morel, M.‑O. Rousset, S. Sanz, © mission Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 944k
Légende Figure 59 – Vue du bâtiment au nord du bassin de Maʿaqar al‑Šamālī (95/102), depuis l’est (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 996k
Légende Figure 60 – Vue du bassin de Maʿaqar al‑Šamālī (95/102), depuis l’est (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Figure 61 – Umm Qrūn. Extrait de l’image aérienne no 33346 du 22 septembre 1958.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 62 – Vue du bâtiment principal de Umm Qrūn, depuis l’ouest (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Figure 63 – Claveaux d’un arc en basalte dans le bâtiment principal de Umm Qrūn (cliché M.‑O. Roussel, © mission Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 64 – Margelle de puits à cupules à Umm Qrūn (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/485/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 87k