Version classiqueVersion mobile

Habitat et environnement

 | 
Marie-Odile Rousset
, 
Bernard Geyer
, 
Pierre-Louis Gatier
, 
et al.

Nouvelles monnaies des marges arides de Syrie du Nord (2010)

Olivier Callot

Résumé

Une quinzaine de monnaies ont été collectées durant l’ultime campagne de prospection dans les Marges arides de Syrie du Nord en 2010. La brève présentation qui suit complète l’ensemble des monnaies publiées auparavant.

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 2 Les monnaies auraient dû être nettoyées avant d’être étudiées, raison pour laquelle les photographi (...)

1Parmi les monnaies collectées durant les prospections de 2010 (treize pièces complètes et deux fragments), seules neuf ont été photographiées et ont pu faire l’objet d’une identification d’après image2. Par conséquent, ne seront pas abordées dans cette présentation les monnaies de Fūayra 1 (10/004, une monnaie), de Nafila (10/035, fragment de monnaie), de ‘Ayn al‑Zarqa 11 (10/088, fragment de monnaie), de Iṣṭabl ‘Antar (10/098, une monnaie), de Rasm al‑Tabābīr (10/113, une monnaie) et de Wādī al‑Azīb 2 (96/46 et 99/148, trois monnaies).

MONNAIES ROMAINES ET BYZANTINES

no 1 – 10.159.1 (Al‑Marāmī 1)
SYRIE, Antioche : NERVA (96‑98)
– Droit : (grènetis), (IMPCAESARNERVAAVGIIICOS), tête laurée à dr.
– Revers : (grènetis), grand SC dans une couronne de lauriers. Dessous : lettre illisible.
Environ 25 mm.
Bronze frappé en 97 (BMC Galatia..., no 256‑266).

no 2 – 99.383.1 (Abū al‑Quṣūr)
SYRIE, Antioche : MACRIN (217‑218)
– Droit : (grènetis), (AYTKMOCEM) AKPINOCCE, buste lauré et cuirassé à dr.
– Revers : (grènetis), grand SC dans une couronne de laurier. En haut : ∆ ; en bas : E (lunaire).
Bronze, environ 20 mm (BMC Galatia..., no 386).

no 3 – 99.148.1 (Wādī al‑’Azīb 2)
SALONINE (épouse de Gallien 253‑268)
– Droit : (grènetis), (SALONINAAVG), buste drapé à dr. sur un croissant.
– Revers : (grènetis), (AEQVIT)/ASAVG, Aequitas debout à g. tenant une balance et une corne d’abondance.
Antoninien frappé à Antioche en 266‑267 (RIC V, no 87).

no 4 – 99.148.2 (Wādī al‑’Azīb 2)
LICINIUS (308‑324)
– Droit : (grènetis), IMPLICLICINIVSPFAVG, buste casqué à g.
– Revers : (grènetis), IOVICONSERVATORI, Jupiter nicéphore debout à g. À ses pieds à g., un aigle et à dr., un captif. Au-dessus : X/IIΓ. À l’exergue : SMALE. Follis réduit frappé à Alexandrie (RIC VII, no 28‑32).

no 5 – 99.383.2 (Abū al‑Quṣūr)
MAURICE TIBÈRE (582‑602)
– Droit : (grènetis), inscription déformée : dNmAUΓI/CNPPAUT, buste couronné de face en habit consulaire. L’empereur tient la mappa et un sceptre surmonté d’un aigle.
– Revers : grand M surmonté d’une croix. Dessous, le numéro de l’officine : Γ. À g. ANNO. À dr., l’année de règne : XIII. À l’exergue : THEUP’.
Environ 30 mm.
Follis frappé à Antioche (3e  officine) en 594‑595 (DO I, 165 b).

2Ces monnaies ont l’avantage d’être bien lisibles. Les bronzes romains no 1 et 2 datent du Haut-Empire, ce qui permet d’étoffer notre catalogue pour cette période (Callot 2010). On remarquera toutefois qu’elles sont issues de l’atelier d’Antioche, dont la production était la plus abondante en Syrie. Quant aux deux autres (no 3 et 4), elles appartiennent à des émissions très courantes, y compris pour l’atelier d’Alexandrie qui, après Antioche, est très fréquent en Syrie.

3La présence dans les Marges arides du follis byzantin (no 5) de Maurice Tibère, également originaire d’Antioche, n’a rien de surprenant quand on sait que le monnayage de cet empereur est particulièrement abondant. Une dernière monnaie paraît être une imitation d’un follis de Constant II (641‑668).

no 6 ‑ 99.148.3 (Wādī al‑’Azīb 2)
– Droit : inscription illisible. L’empereur debout de face tenant un sceptre et un globe crucigère.
– Revers : grand M surmonté d’un chrisme. Dessous, ∆. À dr., à g. et à l’exergue inscriptions illisibles.
« Follis » (DO p. 69 et suiv. var. ; Sear 1994, 1007 var.).
Il doit s’agir d’une frappe de médiocre qualité appartenant au monnayage dit « pseudo-impérial » qui fut frappé en grande quantité en Syrie du Nord juste après la conquête arabe.

4Enfin, il faut mentionner pour le site de al‑Sahriyya (10/111) une monnaie nabatéenne (Arétas IV et Shaqilat ?) qui n’a pas été photographiée. Les bronzes de ce type sont relativement courants dans les trouvailles syriennes, même dans les régions éloignées du royaume nabatéen (Zouhdi 2002).

MONNAIES ISLAMIQUES3

  • 3 Je remercie Cécile Bresc (université Paris-Sorbonne) pour l’identification de ces monnaies.

no 7‑10.126.1 (Wādī Maḥlif 4)
Monnaie omeyyade.
– Droit : 3 lignes d'inscriptions coufiques, inscrites dans un cercle : لا اله / الا الله / وحده (« il n'y a de divinité qu'Allah, il est unique »)
– Revers : 4 lignes d'inscriptions coufiques dans le champ, inscrites dans un cercle : محمد / رسول / الله / بحمص (« Muhammad est le Prophète d'Allah, à Homs »).
18 mm environ.
Fals frappé à Homs (Walker 1956, no 795).

no 8 – 10.126.2 (Wādī Maḫlif 4)
Monnaie omeyyade anonyme.
– Droit : 3 lignes d'inscriptions coufiques, inscrites dans un double cercle : لا اله / الا الله / وحده (« il n'y a de divinité qu'Allah, il est unique »).
– Revers : 3 lignes d'inscriptions coufiques, inscrites dans un cercle : محمد / رسول / الله (« Muhammad est le Prophète d'Allah »).
21 mm environ.

no 9 – 10.159.2 (Al‑Marāmī 1)
Monnaie mamelouke.
– Droit : étoile à 6 branches formée de deux triangles imbriqués, inscrite dans un double cercle.
– Revers : 3 lignes d’inscriptions coufiques à l’intérieur d’un carré inscrit dans un cercle. Traces d’inscription entre le carré et le cercle.
Environ 22 mm.
Fals assez similaire à une monnaie publiée comme étant de Tripoli, probablement des règnes de Ša’bān II ou Hāǧǧī II (1363‑1390 : Balog 1964, no 906 p. 384).

5Pour finir, on rappellera que la collecte des monnaies dans les Marges arides ne permet pas de dégager une image rigoureuse de la circulation monétaire dans cette région. Toutefois, le nombre des exemplaires augmentant, il devient possible de l’améliorer. C’est d’ailleurs ce que montrent ces nouvelles monnaies.

ABRÉVIATIONS

6BMC Galatia... = Wroth W., A Catalogue of the Greek Coins in the British Museum, Galatia, Cappadocia and Syria, Londres, 1889.

7DO = Bellinger A. R., Catalogue of the Byzantine Coins in the Dumbarton Oaks and in the Whittemore Collection :
– I,
Anastasius to Maurice, 491‑602, Washington, 1966 ;
– III, 2,
Heraclius Constantine to Theodose III, 641‑717, Washington, 1968.

8RIC = Roman Imperial Coinage :
– V, 1,
Webb P. H., Valerian to Florian, Londres, 1927 (réimpr. 1968) ;
– VII,
Bruun P. M., Constantine and Licinius A. D. 313‑33 7, Londres, 1966.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Balog P. 1964, The Coinage of the Mamluk Sultans of Egypt and Syria, New York.

Callot O. 2010, « Monnaies trouvées dans les “Marges arides” (Syrie) », in P.‑L. Gatier, B. Geyer et M.‑O. Rousset (éd.), Entre nomades et sédentaires. Prospections en Syrie du Nord et en Jordanie du Sud. TMO 55, série Conquête de la steppe 3, Lyon, p. 271‑287.

Sear D. R. 1994, Byzantine Coins and their Values, 2e  éd., Londres.

Walker J. 1956, A Catalogue of the Arab-Byzantine and Post-Reform Umaiyad Coins in the British Museum, Londres.

Zouhdi B. 2002, « Le royaume nabatéen et la collection de monnaies nabatéennes du musée national de Damas », in C. Augé et F. Duyrat (éd.), Les monnayages syriens, BAH 162, Beyrouth, p. 105‑111.

Notes

2 Les monnaies auraient dû être nettoyées avant d’être étudiées, raison pour laquelle les photographies n’ont pas été faites systématiquement. Du fait des événements en cours en Syrie depuis 2011 et de l’impossibilité d’accéder à ces objets, la mission des Marges arides de Syrie du Nord a décidé de publier le matériel en l’état.

3 Je remercie Cécile Bresc (université Paris-Sorbonne) pour l’identification de ces monnaies.

Auteur

CNRS, UMR 5189 - HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search