Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habitat et environnement

 | 
Marie-Odile Rousset
, 
Bernard Geyer
, 
Pierre-Louis Gatier
, 
et al.

Autour des dépotoirs : production, gestion et exploitation des excréments animaux dans la steppe syrienne pendant l’Antiquité tardive

Marion Rivoal

Résumé

De hautes accumulations de matières organiques identifiées dans un petit nombre d’agglomérations d’époque byzantine ou du début de la période islamique dans la steppe de Syrie du Nord sont examinées pour tenter d’en comprendre la nature et l’usage. Replacées dans le contexte économique de la fin de la période byzantine, il est possible que ces buttes soient liées à une exploitation intensive de la steppe aux fins d’élevage. Ces accumulations sont ici le prétexte à une réflexion sur les utilisations et la valeur des excréments animaux dans l’Antiquité, dans ce cas dans la steppe syrienne (engrais, combustible ou rebut ?), sur la manière dont se sont formées ces accumulations et sur l’éclairage qu’elles peuvent apporter sur la pratique de l’élevage dans la région.

A handful of middens several meters high, seemingly made of organic material, were observed in a few late antique villages from the North Syrian steppe. These impressive heaps are thought to be dunghills. It makes sense in the economic context of the late antique steppe, where agricultural production appears to be highly specialized. These brown mounds are consequently the starting point of thoughts regarding what may have been the uses (fuel, manure or both?) and the value of dung in this area during Late Antiquity as well as the taphonomy of these accumulations. They may also give us a closer insight into the economic importance of animal husbandry in this region of the Near East by the Byzantine Period and a more accurate look on breeding practices.

Texte intégral

INTRODUCTION

1La steppe syrienne, qui est le point de départ de cette réflexion, est un milieu composite et contrasté. Les contraintes qui s’y exercent, principalement liées à l’aridité climatique et édaphique, ont conduit les populations à adopter des stratégies de mise en valeur spécifiques et souvent complémentaires d’une zone à l’autre (fig. 1).

Fig. 1 – Sites de l’Antiquité tardive et des débuts de l’islam (IIIe-VIIIe siècles) dans la steppe de Syrie du Nord (M. Rivoal).

  • 2 Cette prospection, réalisée en 2007, a été financée par l’Institut français du Proche-Orient et réa (...)
  • 3 La bibliographie exhaustive des publications auxquelles a donné lieu ce programme est consultable d (...)
  • 4 Rivoal 2011a. La question de la nature de ces buttes a déjà été brièvement évoquée dans Rivoal 2011 (...)
  • 5 Le matériel céramique de surface fait état d’une occupation byzantine pour ces trois agglomérations (...)

2Au cours d’une prospection2 destinée à compléter par des relevés de terrain les données collectées par le programme Marges arides de Syrie du Nord dans la steppe syrienne3, j’ai observé sur trois sites la présence de plusieurs buttes imposantes de coloration brun-gris, au beau milieu d’une zone d’habitat dans deux cas (Rasm al-Aḥmar 3, Ḫirbat al‑Ǧāʿad) et en périphérie, pour le troisième (Rasm Hawiyat al‑Šayba). Le volume important de ces buttes et leur coloration très foncée suggéraient à priori une origine organique (fig. 2). Dans le contexte géographique, climatique et économique qui est celui de la steppe syrienne dans l’Antiquité, une telle accumulation de matière organique s’expliquerait logiquement par une accumulation d’excréments animaux et/ou de fumier ; c’est cette interprétation que j’ai retenue dans ma thèse4. Ces accumulations organiques serviront ici de prétexte à une réflexion sur la place des excréments animaux et du fumier dans l’économie des agglomérations rurales tardo-antiques5.

Fig. 2 Une butte brune à Rasm al‑Amar 3. Vue vers l’est (à droite sur la photo, cliché M. Rivoal).

Fig. 3 Vue depuis une butte brune à Rasm Hawiyat al‑Šayba (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).

  • 6 Les formes de l’habitat permettent également de se faire une idée assez vraisemblable sur ces quest (...)

3L’identification de ces buttes à des tas de fumier plutôt qu’à des rebuts hétérogènes aurait des conséquences variées. En termes économiques d’abord, ces accumulations d’excréments sont susceptibles d’apporter un éclairage essentiel sur les formes d’élevage pratiquées dans la région (élevage itinérant ou non, pratiqué par des sédentaires ou par des populations mobiles)6. Ensuite, quelle que soit leur composition, ces buttes sont bien des dépotoirs et fournissent des indications sur la gestion des déchets à l’échelle du groupement villageois, le plus souvent. Cependant, une accumulation plus spécifique de fumier et/ou d’excréments animaux donnerait des informations plus précises sur la vie quotidienne des habitants de ces villages. On s’interroge, naturellement, sur les motifs d’une telle accumulation et sur la ou les raisons pour lesquelles on trouve ces buttes sur certains sites et non sur d’autres. S’agit-il d’une forme de stockage ? Exploitait-on ces matériaux organiques, et si oui, quels en étaient les usages probables ?

LE CONTEXTE ARCHÉOLOGIQUE ET ÉCONOMIQUE DE L’ANTIQUITÉ TARDIVE

  • 7 Voir Geyer et Rousset 2011, p. 80 et pl. 2 et 3, p. 370‑371.
  • 8 Rivoal et Rousset, à paraître.
  • 9 Voir aussi, dans ce volume, Geyer, Rousset et Besançon, p. 80‑81. Les tessons de céramique collecté (...)
  • 10 Elle correspond à la zone 5 de la classification « Marges arides » – classification fondée à la foi (...)

4Dans l’Antiquité tardive, la zone de la steppe syrienne qui englobe les agglomérations de Rasm Hawiyat al‑Šayba (fig. 3), Ḫirbat al‑Ǧāʿad et Rasm al‑Aḥmar 3 se trouve non loin de la limite supposée de l’occupation sédentaire, que l’on place à un peu plus d’une vingtaine de kilomètres à vol d’oiseau vers l’est (fig. 4)7. Dans la partie sud de la zone des Marges arides, sur les glacis de piémont des Palmyrénides, aucune implantation attribuable à une occupation strictement temporaire n’a été décelée pour la période byzantine, qui correspond à celle du plein développement de ces trois agglomérations. La situation est différente au nord-est, dans la région de Rasm Ǧaʿār8, où d’imposantes citernes peuvent, dans quelques cas, être mises en relation avec les vestiges d’installations temporaires, principalement attribuables aux périodes byzantine et/ou omeyyade9. En l’état actuel de la recherche, c’est donc à une vingtaine de kilomètres à l’est de la longitude de Rasm Hawiyat al‑Šayba que débuterait, au nord, la zone de steppe entièrement dévolue au pastoralisme nomade ou semi-nomade10. Cette limite contourne ensuite par l’est le bastion de ’Iṯriyā.

Fig. 4 – Répartition des buttes brunes et des dépotoirs identifiés dans la steppe de Syrie du Nord (Ier siècle av. J.‑C.-VIIIe siècle ap. J.‑C.) [M. Rivoal].

  • 11 Dans les zones 1 et 2 de la classification « Marges arides » (voir note précédente) ainsi que sur e (...)
  • 12 Besançon et Geyer 2006, p. 37.
  • 13 Rivoal 2010a, p. 232‑233 ; Rivoal 2011b, p. 157‑158.

5À l’ouest des sites de Rasm Hawiyat al‑Šayba, Ḫirbat al‑Ǧāʿad et Rasm al‑Aḥmar 3, de nombreuses installations agricoles et hydrauliques encore visibles aujourd’hui – du moins l’étaient-elles encore il y a peu – témoignent d’une occupation sédentaire tournée vers la culture11. Des réseaux agraires orthogonaux, sur le plateau basaltique du Ǧabal al‑ʿAlā, traduisent l’appropriation par une entité politique – qui reste à définir – d’un terroir au potentiel agricole élevé, comparativement à la steppe12. Entre les axes de cette trame orthogonale – ou indépendamment, en son absence, comme sur les plateaux basaltiques du nord-est – s’intercalent les vestiges d’un parcellaire laniéré. Ils témoignent d’une exploitation céréalière tandis que, par endroits, les trous foncés dans la dalle calcaire que contiennent les sols et les terrasses de culture qui tapissent les versants des plateaux attestent une arboriculture, souvent intensive13. L’habitat antique, très souvent en basalte sur le Ǧabal al‑ʿAlā – il est majoritairement en brique crue dans la steppe et sur les mesas du nord-est (Ǧabal al‑Ḥaṣ, Ǧabal Šbayṭ) –, conserve les traces d’anciennes étables et prouve l’existence d’un élevage de bovinés et/ou d’équidés, auquel s’ajoute vraisemblablement un élevage de petit bétail (caprinés) qui, lui, n’a guère laissé de vestiges.

  • 14 Ce sont les « enclos de territoire » (Rivoal 2011b, p. 153 ; Rivoal et Rousset à paraître ; Duvette (...)
  • 15 Geyer, Besançon et Rousset 2006 ; Rivoal et Rousset à paraître.

6Lorsqu’on s’écarte des plateaux basaltiques vers l’est et le sud, les vestiges des aménagements de surface se raréfient. On y observe cependant de vastes enclos (dont la surface varie de quelques hectares à plusieurs centaines) probablement destinés à isoler des superficies de territoire au profit d’un seul site, indifféremment agglomération ou habitat isolé14. Dans cette même zone, des qanâts – galeries drainantes souterraines à la mise en œuvre lourde – se multiplient (fig. 1). Parfois longues de plusieurs kilomètres, ces galeries révèlent une pratique concertée de l’irrigation, vraisemblablement organisée à l’échelle régionale15. L’irrigation augmentait probablement les rendements des cultures existantes et permettait le développement de cultures spéculatives – les pressoirs dans cette zone paraissent aussi nombreux que sur les plateaux basaltiques et dans les vallées qui les bordent – ou autorisait simplement la culture dans des milieux qui ne l’auraient guère admise autrement.

  • 16 « Les faydas (terminologie locale) sont des évasements des fonds de vallées profitant de sols d’app (...)
  • 17 Des qadus, récipients associés à des chaînes à godets et/ou à des roues à eau, ont été retrouvés su (...)
  • 18 Rousset et Duvette 2005 ; Rivoal 2011b.

7Les sites de Rasm Hawiyat al‑Šayba, Ḫirbat al‑Ğāʿad et Rasm al‑Aḥmar 3 se trouvent donc dans l’intervalle entre les zones à culture pluviale ou irriguée de l’ouest et le domaine des pasteurs nomades de l’est. L’aridité climatique et les conditions édaphiques n’y permettent guère qu’une économie mixte dans laquelle l’élevage – de caprinés – occupe vraisemblablement une part croissante vers l’est et le sud. Dans cette zone, les qanāts disparaissent et les vestiges d’aménagements de surface, exception faite des enclos de territoire déjà cités, sont rares et dispersés. Ils se présentent le plus souvent sous la forme d’espaces enclos dont les formes, le nombre, les dimensions et les potentiels agronomiques sont très variables. L’irrigation des fonds d’oued et des faydas16, à partir des crues des oueds ou de puits exploités par des machines élévatrices17, n’a probablement permis qu’une culture vivrière. Il est en effet peu probable que les exploitants soient parvenus à dégager ici, grâce à la culture, des surplus commercialisables, alors que l’inverse est hautement probable à l’ouest et au nord. Certains enclos, en revanche, combinés au nombre et à la capacité importante des citernes, témoignent de la prépondérance des activités d’élevage et suggèrent même, dans certains cas, de possibles marchés et des agglomérations – des bourgs – dans lesquelles l’élevage ou le commerce des produits et sous-produits de l’élevage tiendrait la première place dans l’économie (fig. 1)18.

  • 19 Rivoal 2011b, p. 160‑161 ; Geyer et Rousset 2011, p. 85. On peut également signaler l’agglomération (...)
  • 20 Ce dernier enclos se trouve à 800 m environ de l’agglomération. Il n’est pas daté : on ne sait donc (...)
  • 21 Les laisses de crue des oueds peuvent parfois induire en erreur sur les images satellitaires et les (...)
  • 22 Les environs du site ont été passés à la sous-soleuse en vue d’une plantation d’atriplex. Par consé (...)
  • 23 Villeneuve 1985, p. 73 ; Rousset 2011, p. 128.
  • 24 C’est par exemple le cas à al‑Dawsa, un autre de ces bourgs qui présente, comme Ḫirbat al‑Ǧāʿad, de (...)

8Rasm al-Aḥmar 3 ferait partie de ces agglomérations19. Outre les imposantes buttes dont certaines font l’objet de cet article, le site présente au sud un enclos régulier de plus de 7 ha à associer à une dizaine de vastes citernes parallélépipédiques situées dans le même secteur et, dans toute sa partie ouest, des enclos de superficie et de forme variables entre lesquels se distinguent d’étroits passages (fig. 5). La superficie occupée par les enclos (35,6 ha) excède largement la surface habitée (18,6 ha) et il pourrait encore s’y ajouter celle – avoisinant les 70 hectares – d’un vaste enclos indépendant, au tracé irrégulier, situé sur la rive ouest de l’oued20. À Rasm Hawiyat al‑Šayba, aucun enclos n’a été aussi formellement identifié. L’agglomération est établie sur un lambeau de glacis à la surface décapée (fig. 6). Au nord de la zone habitée se trouvent quelques citernes foncées à la surface du glacis. À proximité de ces citernes, on distingue, sur les photographies aériennes de 1958, des lignes noires qui s’éloignent en oblique de l’agglomération entre 310 ° et 340 ° environ, sur la surface du glacis. Sur la ligne la plus à l’est se devinent des empâtements circulaires qui pourraient bien être des cercles de pierres et accréditer ainsi l’hypothèse de l’existence d’un enclos dont la fonction serait liée à l’élevage21. Sa superficie approcherait les 40 ha et l’on ne peut guère envisager d’autre activité sur cette surface décapée que l’élevage22. Le site de Ḫirbat al‑Ğāʿad occupe un interfluve à la confluence de deux oueds. Au nord-est de la zone d’habitat qui se déploie à la surface du glacis, légèrement à l’écart de l’oued principal, des enclos quadrangulaires régulièrement disposés sont desservis par de larges allées (fig. 7) et plusieurs citernes sont également à signaler dans cette partie du site. Au sud de l’agglomération sont regroupés des abris sous dalle, dont certains possèdent des couloirs d’accès. Associées dans cette partie du site à plusieurs buttes d’accumulation organique, ces cavités, aménagées dans la dalle calcaire qui scelle le glacis, sont pour certaines englobées dans la cour des habitations. Ces aménagements sont assez généralement attribués à une exploitation pastorale23, quelle que soit la période considérée, ce que prouve clairement sur d’autres sites la présence d’auges aménagées dans les parois24.

Fig. 5 Plan de Rasm al-Aḥmar 3 sur fond de photographie aérienne de 1958 (M. Rivoal).

Fig. 6 – Rasm Hawiyat al‑Šayba fond de photographie aérienne de 1958 avec localisation des buttes brunes (M. Rivoal).

  • 25 À l’ouest et à l’est du lambeau de glacis sur lequel l’agglomération de Rasm Hawiyat al‑Šayba est é (...)

9La présence d’un vaste enclos à Rasm Hawiyat al‑Šayba témoignerait de l’importance économique de l’élevage, dans cette agglomération comme à Rasm al‑Aḥmar 3. Les faydas que l’on trouve dans le voisinage de Rasm Hawiyat al‑Šayba et de Ḫirbat al‑Ǧāʿad étaient vraisemblablement aussi exploitées et renforcent la thèse d’une étroite association entre culture et élevage25. Les enclos réguliers au nord-est de ce site n’occupent pas à priori le secteur le plus judicieux pour la culture. Le fait qu’ils soient associés à des citernes tendrait à indiquer, comme à Rasm al‑Aḥmar 3, une fonction liée à l’élevage, mais on ne peut complètement exclure qu’ils aient été irrigués par dérivation. La présence d’abris sous dalle atteste bien cependant la pratique de l’élevage et l’environnement immédiat interdit toute culture aux abords de l’agglomération. En effet, les oueds qui bordent Rasm al‑Aḥmar 3, à l’ouest comme à l’est, présentent un talweg très incisé et n’offrent guère la possibilité d’irriguer les abords du site. La prééminence de l’élevage dans l’économie de l’agglomération ne fait donc pas débat.

10Dans ce contexte où l’élevage joue un rôle de premier plan, on comprendra mieux que les buttes brunes dispersées à la surface de ces agglomérations soient perçues comme des accumulations de fumiers ou d’excréments.

Fig. 7 – Ḫirbat al-Ǧāʿad sur une photographie aérienne de 1958 avec localisation des buttes brunes (M. Rivoal).

L’IDENTIFICATION DU FUMIER

  • 26 Le terme de « fumier » renvoie spécifiquement à un mélange d’excréments animaux et de litière, util (...)
  • 27 La matière organique constitue les 8/10e des excréments animaux (Brochier 2005, p. 140), ce qui don (...)
  • 28 Les sphérolites (ou calcites sphérolitiques), formés dans l’intestin grêle des herbivores au cours (...)
  • 29 Les phytolithes siliceux, corpuscules minéraux constitués d’opale, ont une origine végétale. Les Po (...)
  • 30 Présents dans les cellules des végétaux, les oxalates de calcium sont des cristaux. On les retrouve (...)
  • 31 Shahack-Gross 2011, P.212.
  • 32 La microstratification que l’on observe au microscope résulte du piétinement des excréments et/ou d (...)
  • 33 Brochier 1983, p. 145 ; Albert et al. 2008, p. 72 ; Shahack-Gross 2011, p. 212.

11L’identification du fumier26 ou, plus justement, des excréments d’herbivores en contexte archéologique, est soumise à la détection au microscope de composants spécifiques dans les poussières détritiques qui subsistent une fois la matière organique complètement dégradée27 : sphérolites28, phytolithes siliceux29 et, éventuellement, oxalates de calcium pseudomorphes, lorsque ces excréments ont subi une combustion30. Ajoutés aux phytolithes et aux sphérolites, les concrétions de phosphate et des valeurs élevées en azote – lorsque les matières organiques sont conservées – sont également de bons indicateurs31. Les microfeuilletages (microlaminated structure) de phytolithes en connexion, associés aux sphérolites, sont quant à eux des indices fiables de l’utilisation d’un espace comme enclos32. Mais – les chercheurs s’accordent largement sur ce point – seule l’association de plusieurs de ces indicateurs permet d’établir avec certitude l’existence archéologique d’excréments animaux33.

  • 34 Il s’agit dans la plupart des cas de grottes occupées au cours du Néolithique moyen (Chasséen). Voi (...)
  • 35 À Tel Dor (Albert et al. 2008).
  • 36 En contexte abrité, J.‑É. Brochier estime à un à sept siècles le temps nécessaire pour que la dégra (...)

12En l’absence de prélèvement et d’analyse au microscope, il est bien évidemment impossible de faire intervenir ces indicateurs. Mais l’observation de ces accumulations à l’œil nu n’est pas sans enseignement. Les accumulations d’excréments et de fumier identifiées en Méditerranée occidentale34 et au Proche-Orient35 témoignent d’une stratification, de textures et de couleurs très spécifiques. Or, à Rasm Hawiyat al‑Šayba, à la base de la plus haute des buttes brunes identifiées, un trou d’environ un mètre de côté et de profondeur, creusé par des pillards, a permis d’observer la structure et la composition de cette accumulation (fig. 8). Plusieurs strates à la texture limoneuse et aux couleurs variées se succédaient à la base de cette butte : gris clair à noir, ocre orangé à rosé. Or, l’alternance colorée, les couleurs elles-mêmes et la texture d’apparence argileuse, sont caractéristiques des dépôts de fumier réduits à l’état de poussières minérales, à l’issue du long processus de dégradation de la matière organique36. Cette apparente similitude d’aspect entre les accumulations d’excréments identifiés en contexte d’abri et la structure de la butte brun-gris de Rasm Hawiyat al‑Šayba renforce ma conviction qu’il s’agissait de tas d’excréments ou de fumier.

Fig. 8 – Trou de pillage dans l’une des buttes brunes de Rasm Hawiyat al‑Šayba (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).

APERÇU DES USAGES TRADITIONNELS DU FUMIER DANS LA STEPPE

  • 37 Voir par exemple Shahack-Gross 2003, sur l’évolution des déjections et des litières entreposées dan (...)
  • 38 Ces plaques sont le produit du parcage hivernal des troupeaux (kours). Les excréments de moutons, d (...)

13Les recherches conduites sur les excréments animaux s’appuient fréquemment sur des études ethnographiques, en particulier lorsqu’il s’agit d’étudier les processus de formation de ces buttes37. Si l’on prend l’exemple du modeste hameau de semi-sédentaires d’al‑Rawḍa, à 20 km au sud-ouest de Rasm al‑Aḥmar 3, on y observe deux types d’accumulation. À l’automne, on rencontre, entre les habitations dispersées, des chénopodiacées entassées et des tas de quelques dizaines de centimètres de haut et de plusieurs mètres de diamètre de galettes d’excréments sèches38, brunes à grisâtres, entreposées dans des espaces réservés ou non. Dans les foyers d’éleveurs sédentarisés de la steppe syrienne, les excréments des caprines jouent encore un rôle essentiel dans la vie quotidienne. La végétation steppique fournit bien des espèces ligneuses buissonnantes qu’on utilise comme combustible, mais elles sont disponibles en quantité limitée et l’on stocke donc également les excréments séchés qui servent pour le chauffage domestique aussi bien que pour la cuisine. En périphérie d’agglomérations dans lesquelles l’élevage joue un rôle un peu moins important – en bordure de la sebkha al‑Ǧabbūl par exemple, où le couvert végétal est aussi plus dense – les réserves de combustible paraissent se limiter à une accumulation de buissons d’épineux.

  • 39 Hamidé 1959, p. 228.

14Dans l’économie traditionnelle syrienne enfin, les fumiers servaient également d’engrais. Dans la région d’Alep, il était courant pour les grands propriétaires terriens qui possédaient du gros bétail de faire déposer périodiquement en bordure de village les fumiers récoltés dans les étables. On y adjoignait les autres ordures et l’ensemble formait un tas de compost destiné à l’amendement des terres39.

15Que sont ces buttes et comment se sont-elles formées ?

16À l’image des usages traditionnels, les buttes brunes des agglomérations byzantines pourraient constituer une réserve de combustible, voire une réserve d’engrais. Pourtant, si l’on passe en revue ces différentes hypothèses, la logique conduit à en douter.

Des réserves de combustible ?

  • 40 Voir ci-dessus notes 27 et 36.

17Si l’on examine l’hypothèse de réserves de combustible constituées d’excréments animaux, ces accumulations – d’autant plus importantes que leur biominéralisation a engendré des réductions considérables de leur volume initial40 – seraient le produit du nettoyage d’enclos de petits ruminants : enclos de garde nocturne et/ou hivernale. Mais, dans ce cas, le stockage en plein air n’est pas indiqué. À al‑Rawḍa comme ailleurs, les réserves de combustible finissent entreposées dans des édicules en brique crue (fig. 9). La steppe a beau être un milieu aride, les pluies d’hiver et de printemps n’auraient pas manqué de réduire à néant le soin apporté au séchage du combustible pendant l’été et au début de l’automne.

18Il est donc bien plus probable que le combustible – sous toutes ses formes – était soigneusement mis à l’abri, dans l’Antiquité comme aujourd’hui. Par conséquent, ces buttes brunes ne sont vraisemblablement pas des excréments animaux stockés en vue d’une utilisation comme combustible. Mais cela ne signifie pas pour autant qu’elles n’étaient pas constituées d’excréments animaux et que les excréments animaux n’étaient pas utilisés comme combustible.

Fig. 9 – Abri à réserves de combustible à al‑Rawda : plaques d’excréments séchés et broussailles (cliché M. Rivoal).

Des tas de compost, principalement constitués de fumier ?

  • 41 Voir ci-dessus note 39.
  • 42 Sur l’inefficacité des excréments comme engrais sous un climat méditerranéen chaud et sec, voir Whi (...)

19La pratique traditionnelle observée dans la région d’Alep, qui consiste à laisser se décomposer et fermenter en périphérie du village le mélange d’excréments et de litière (c’est-à-dire le fumier) rassemblé dans les étables et à l’agrémenter des autres ordures41, pourrait éclairer la fonction des buttes brunes antiques. Cet usage, qui fait intervenir la fermentation des matières organiques, est celui du compostage. Il aurait l’avantage de pallier la relative inefficacité des excréments employés seuls comme engrais en contexte aride42. Si l’on peut avancer plusieurs arguments en faveur de la thèse du compost, d’autres – à mon sens plus convaincants – permettent finalement de l’exclure.

  • 43 Miller 1984, p. 74.
  • 44 Miller 1984, p. 74.

20Voyons d’abord les arguments qui vont dans le sens du tas de compost. Le témoignage d’A. R. Hamidé est naturellement l’un d’entre eux, renforcé par les observations de N. F. Miller pour le village moderne de Tepe Malyan, dans le sud de l’Iran. Les excréments animaux y sont entassés sur des dépotoirs temporaires avant d’être transportés dans les champs pour y être utilisés comme engrais43. La situation de ces dépotoirs par rapport à l’habitat n’est pas indiquée précisément, mais des accumulations de matières organiques se trouvent dans le village comme dans sa périphérie44.

  • 45 Columelle, De l’agriculture, I, 6, 21‑22.
  • 46 Pline, Histoire naturelle, XVII, 8.
  • 47 Pline, Histoire naturelle, XVII, 8 ; Columelle, De l’agriculture, I, 6, 22 ; Varron, Économie rural (...)
  • 48 M. Al‑Dbiyat, communication personnelle.

21Les agronomes latins donnent pour l’élaboration du compost des recommandations assez éloignées des exemples ethnographiques. Columelle, par exemple, préconisait d’enfouir le compost dans une fosse étanche45 tandis que Pline l’Ancien enjoignait de le stocker en plein air, mais dans une cuvette recueillant les liquides46. Ces auteurs recommandent dans tous les cas de le couvrir de paille ou de branchages47 car, selon leurs prescriptions, le fumier devait être protégé du soleil et des vents desséchants. À l’image des pratiques actuelles, mais semble-t-il récentes48, on peut envisager que les fumiers et/ou excréments animaux des villages byzantins aient été recouverts d’une couche de terre perméable. Tout en accélérant le processus de fermentation, elle aurait permis l’infiltration de l’eau et protégé les matières organiques de la chaleur excessive et de l’évaporation.

  • 49 Columelle, De l’agriculture, I, 6, 11 et IX, 5, 1 ; Cordier 2003, p. 22.

22À mon sens, la localisation des buttes constitue un obstacle important pour la validation de cette hypothèse. Comme je l’ai déjà souligné, les buttes ne se trouvent pas nécessairement en périphérie des agglomérations mais bien, pour certaines d’entre elles, parmi les maisons, au beau milieu de la trame de l’habitat. Or, dans les recommandations des agronomes antiques, transparaît souvent la volonté de préserver l’environnement des éventuelles nuisances que le compost peut occasionner49.

  • 50 Badan et al. 1995, p. 293‑294.
  • 51 Brochier et al. 1992, p. 63 ; Brochier 2005. p. 144.

23Il est bien difficile d’estimer dans quelle mesure les fermiers et les éleveurs byzantins de la steppe syrienne partageaient par leurs pratiques les considérations des auteurs latins. Dans le bassin méditerranéen, des exemples archéologiques et ethnographiques montrent que des populations d’origines et d’époques diverses semblaient éprouver les mêmes préventions que les agronomes antiques à l’égard des fumiers. Les « fumières » associées aux bergeries d’époque romaine de la Crau d’Arles – reconnues d’après leur emplacement identique dans les bergeries modernes – généralement installées à 20 à 30 m des bâtiments eux-mêmes, suggèrent que les bergers prenaient leurs distances avec des accumulations qui rassemblaient, outre le fumier, les rebuts de l’habitat et les cailloux gênants des enclos50. Dans la Grèce et la Sicile modernes, le brûlage saisonnier des fumiers dans les abris et sur les sites de plein air était une pratique (aujourd’hui abandonnée) dont l’origine semble tenir à la volonté d’assainir l’environnement des troupeaux et de prévenir les épizooties51.

  • 52 Semple 1932, p. 412 ; Pline, Histoire naturelle, XVII, 6.
  • 53 Columelle, De l’agriculture, II, 14, 9.
  • 54 M. Al‑Dbiyat, communication personnelle.
  • 55 Naizet 2003, p. 15.
  • 56 Columelle, De l’agriculture, II, 14, 9.
  • 57 Pline, Histoire naturelle, XVII, 46 ; Columelle, De l’agriculture, II, 14, 9 ; Semple 1932, p. 411‑ (...)

24Les contextes et les temps sont très différents. Les rebuts et les plaques d’excréments séchées qui s’accumulent aujourd’hui entre les maisons des hameaux de la steppe laissent planer des doutes quant à la communauté de vues entre bergers romains de la Crau et pasteurs modernes de la steppe – et ceux-ci ont en commun avec leurs devanciers, outre une pratique intensive de l’élevage, un milieu. Cependant, dans le cas d’un tas de fumier et de compost soigneusement entretenu pour servir d’engrais, il ne s’agit pas d’entreposer quelques ordures vite desséchées et rendues inoffensives par les vents et le soleil, mais bien d’alimenter un lent processus de pourrissement et de fermentation jusqu’à obtention d’un produit fini sec et éventuellement inodore52. Cette opération nécessite généralement une année53 et peut durer jusqu’à trois ans54. Car, pour que le compost bénéficie aux sols et aux cultures, la matière organique dont il est majoritairement constitué doit subir une fermentation au cours de laquelle des micro-organismes (bactéries, champignons) et des invertébrés (vers) la dégradent en un résidu riche en azote55. Au cours de ce processus, les graines contenues dans les excréments et dans les litières se décomposent56. La vigueur et la durée de la fermentation doivent être parfaitement maîtrisées, car si un engrais trop « jeune » est nocif pour les sols, les semences et les racines, un engrais trop « vieux » sera inefficace57.

  • 58 Columelle, De l’agriculture, II, 14, 8.
  • 59 Ce sont les arguments en faveur du retournement du compost fournis par le ministère de l’Agricultur (...)
  • 60 Naizet 2003, p. 15.

25De plus, d’après les recommandations de Columelle et les pratiques contemporaines, un compost doit être périodiquement retourné58, pour homogénéiser la température, la répartition de l’humidité et fournir de l’oxygène aux micro-organismes à l’œuvre pendant la fermentation59. La hauteur du tas de compost doit par ailleurs être limitée, car l’oxygène ne s’infiltre pas au-delà des deux premiers mètres d’épaisseur de l’accumulation ; la fermentation devient anaérobie et produit du méthane60.

26Trois autres arguments s’opposent au fait que les buttes brunes soient du compost. Le premier est la hauteur de ces accumulations qui, après la phase de biominéralisation, dépassent les deux mètres. Seule une petite partie de ces buttes aurait fermenté dans des conditions susceptibles de produire un compost. Le second argument tient à la structure des accumulations et à l’alternance de strates relativement horizontales, comme c’est le cas pour au moins deux de ces buttes. Il est évident que les matériaux qui formaient ces buttes n’ont pas été retournés. On peut donc raisonnablement douter qu’elles aient été constituées en vue de fournir un compost utilisable comme engrais. Enfin, le climat, aux environs de ces sites, est trop sec pour permettre la fermentation du compost sans une humidification régulière. Dans un environnement où l’accès à l’eau est une contrainte majeure, cette pratique est peu probable.

27Si les accumulations conservées à Rasm Hawiyat al‑Šayba, Ḫirbat al‑Ǧāʿad et Rasm al‑Aḥmar 3 n’étaient ni des réserves de combustible, ni du compost, alors qu’étaient-elles ? La stratigraphie visible en coupe, l’alternance et les couleurs des strates peuvent aider à préciser leur nature, mais déterminer la fonction de ces buttes et l’utilisation qu’on a pu faire du ou des matériaux qui la composent est plus délicat.

Des accumulations de fumier brûlé ?

28L’argument de la stratigraphie, qui exclut le compost, éclaire le processus de formation de ces buttes et la nature des matériaux qui la composent. La texture limoneuse du sédiment, ses colorations orange ou rosées, les couches grisâtres à noires, le fait que les couches ne se limitent pas à de simples lentilles de sédiment, tous ces éléments me conduisent à interpréter ces dépôts comme des excréments ou du fumier brûlé.

  • 61 Brochier et al. 1992.

29Dans le cas d’accumulation d’excréments dans les grottes et les abris sous roche anciens ou modernes, l’alternance caractéristique des couleurs s’explique par la pratique du brûlage occasionnel (fig. 10). En Sicile, dans les grottes d’Uzzo et de Signore, qui servaient encore de bergerie dans les années 1990, des accumulations d’excréments datant du début du XXe siècle ou d’une époque antérieure ont été analysées pour en étudier la taphonomie61. Dans ces épaisseurs stratigraphiques ont été isolées plusieurs séquences répétitives composées de deux ou trois couches :

    • 62 Brochier et al. 1992, p. 58 et fig. 7, p. 61.

    une couche supérieure, de type limoneuse, présentant un dégradé entre des couleurs qui oscillent entre gris, blanc, ocre, rose et jaune62. Dans cette palette de couleurs, on retrouve donc la gradation entre orange et rose observée à la base des buttes byzantines ;

    • 63 Brochier et al. 1992, p. 58, 68, 73.

    une couche, poreuse, noire en surface ou gris foncé, dégradée en profondeur vers du brun-rouge, qui ne doit pas être confondue avec une couche charbonneuse63 ;

    • 64 Brochier et al. 1992, p. 58.
    • 65 Brochier 1991, pl. XIII.

    une couche constituée d’un agrégat compact de limons64. Sa couleur – non précisée dans l’étude ethnographique – était jaunâtre dans la grotte de Baume Ronze, en Ardèche65.

  • 66 Brochier 1991, pl. XIII ; Brochier 2005, p. 142.
  • 67 Brochier 1991, pl. XIII ; Brochier et al. 1992, p. 59.
  • 68 Brochier 2005, p. 142.

30Les deux couches supérieures correspondent à une épaisseur d’excréments brûlés. La combustion est complète pour la couche supérieure et incomplète pour la seconde. Un liseré noir carbonisé au tracé souvent sinueux marque généralement la surface sur laquelle la combustion s’est arrêtée et a été étouffée66. La troisième couche correspond quant à elle à un horizon d’excréments imbrûlés dans laquelle le processus de biominéralisation est à l’œuvre ou achevé67. La présence de cette troisième couche n’est pas systématique : elle est notamment absente lorsque la combustion est complète, mais celle-ci est généralement freinée par endroits, voire arrêtée, par le taux d’humidité variable dans les sédiments68.

  • 69 Voir note 36 pour la durée de la biominéralisation sous abri. L’observation ethnographique montre q (...)

31La coupe stratigraphique de la grotte de Perthus II, dans les Alpes de Haute-Provence (fig. 10), présente des similitudes de rythmes et de couleurs avec la succession des couches qui apparaissent dans l’excavation de l’une des buttes de Rasm Hawiyat al‑Šayba (fig. 8). La différence la plus notable me semble être l’absence apparente du liseré noir charbonneux sinueux qui souligne l’arrêt de la combustion, sauf peut-être dans la partie droite de la photographie. Outre la confrontation délicate d’une stratigraphie « sauvage » avec des coupes soigneusement préparées, il faut souligner que les stratigraphies d’accumulations pour lesquelles ont été mis en évidence des brûlages périodiques se trouvent en contexte abrité. L’exposition aux éléments, et notamment aux vents, des buttes des agglomérations steppiques pourrait en partie éclairer l’absence (due à la déflation ?) de ces interfaces charbonneuses, fines et poreuses. Dans la mesure où le milieu influe sur les rythmes de la biominéralisation69, on peut s’attendre à des différences entre les stratigraphies des accumulations d’excréments ou de fumiers brûlés en plein air et celles observées sous abri.

Fig. 10 – Stratigraphie d’excréments et/ou de fumiers brûlés sous abri (site Perthus II, Alpes de Haute-Provence) [cliché C. Lepère].

  • 70 Johansen 2004, p. 312. La bibliographie sur ce sujet est particulièrement abondante, car il a susci (...)
  • 71 Johansen 2004, p. 312. Le terme de « vitrification » renvoie probablement aux « scories agropastora (...)

32C’est ce que confirment les « buttes cendreuses » (ashmounds) datées du Néolithique (3000 à 1200 av. J.‑C.) identifiées à la jonction des plateaux de Deccan et de Dharwar, au sud de l’Inde. Ces accumulations, autrement plus imposantes que les nôtres – elles peuvent atteindre 10 m de hauteur et leur superficie oscille de 30 à environ 5 000 m2 –, sont constituées d’une succession de dépôts dont la nature varie, bien que les excréments de bovins en soient le matériau principal70. Certaines de ces buttes étaient à l’origine des enclos dont le niveau s’est progressivement surélevé et ont évolué au fur et à mesure de cet exhaussement en un dépôt secondaire. Plusieurs types de dépôts secondaires ont été identifiés dans ces accumulations. Un seul nous intéresse directement ici : l’accumulation sur une durée assez longue d’une quantité importante d’excréments que l’on brûlait à de très hautes températures, sur un rythme peu fréquent. La combustion serait à l’origine d’une « vitrification » des dépôts et les températures atteintes seraient de l’ordre de 1 200 °C71. Quoi qu’il en soit, les stratigraphies de ces dépôts ne présentent pas les interfaces charbonneuses rubanées observées sous abri. Leur absence apparente, dans les deux coupes des buttes steppiques que j’ai pu observer, ne permet donc pas d’éliminer l’hypothèse selon laquelle ces accumulations seraient constituées d’excréments brûlés.

Des dépotoirs à la composition spécifique ?

  • 72 Voir notamment Bouchaud 2012.

33Les alternances colorées qui permettent d’identifier ces accumulations à des excréments ou du fumier d’ovicaprinés peuvent aussi s’interpréter d’une autre manière. Ce pourrait être de simples accumulations d’ordures d’origines diverses. Les variations de couleur des différentes couches s’expliqueraient par la différence de nature de ces déchets. Mais l’épaisseur des différentes couches et leur homogénéité (fig. 8) ne correspondent guère à l’idée que l’on se fait d’un dépotoir recevant quotidiennement les rebuts de toutes les activités villageoises : déchets engendrés par la vie quotidienne et éventuellement par des productions artisanales, produit du nettoyage des enclos, vidanges de foyers produisent une alternance de couches plus fines, avec des lentilles de sédiments intercalaires qui résultent de dépôts successifs. La coloration générale de tels dépotoirs tire vers le gris et le brun et les tonalités ocre ou rosées en sont généralement absentes72.

  • 73 Cette accumulation de plusieurs mètres, adossée à l’amphithéâtre de la ville, est datée de la fin d (...)
  • 74 Monteil et al. 2003, p. 124.
  • 75 Nin et Leguilloux 2003, p. 145. Cet épandage de terre récurrent a produit une alternance régulière (...)
  • 76 Brochier 2005, p. 138.
  • 77 Johansen 2004, p. 312.

34Certaines des couches épaisses et étendues qui composent les buttes des agglomérations tardo-antiques pourraient éventuellement traduire le souci de recouvrir une accumulation de déchets par un sédiment « propre », avec la volonté d’assainir le dépotoir et ses environs. Certes, il ne s’agit pas de compost et l’on n’y entretient pas le pourrissement des ordures, mais ces buttes, si ce sont bien les réceptacles des ordures journalières, conservent une apparence quelque peu malsaine au milieu des habitations. L’archéologie fournit cependant des exemples de préoccupations presque hygiénistes. Dans un contexte qui, quoiqu’urbain, n’est pas très éloigné du nôtre, les « couches indurées et stériles », intercalées entre les niveaux gris et noirs qui constituent le tell aswad de Bosra, pourraient avoir eu pour fonction de stabiliser l’ensemble73. On peut aussi citer, en Occident cette fois, des éclats de taille scellant un dépotoir installé le long de l’enceinte augustéenne de la ville de Nîmes, au Haut-Empire74 ou encore l’épandage systématique de terre qui recouvre des niveaux de restes animaux, dans une zone de dépotoirs artisanaux en périphérie d’Aix-en-Provence75. Dans les deux derniers cas, les archéologues prêtent à ceux qui ont déversé ces sédiments « propres » une volonté d’assainissement. Une préoccupation similaire expliquerait l’intercalation dans la stratigraphie des buttes syriennes de couches épaisses et étendues, comme celles de couleur ocre-rose, qui viendraient sceller des accumulations organiques antérieures. Cette couche « d’apparence argileuse » – typique des accumulations de fumier76 – ne serait-elle rien de plus que ce qu’elle paraît, une chape de sédiment argileux recouvrant un monceau d’ordures ? Certaines des « buttes cendreuses » indiennes présentent elles aussi de fines strates de sédiment argileux stérile qui viennent sceller des niveaux cendreux77. Auraient-elles la même explication ?

  • 78 L. Heuzey, Excursion dans la Thessalie turque en 1858, Collection de l’Institut d’études byzantines (...)
  • 79 Cordier 2003, p. 19‑20.
  • 80 Cordier 2003, p. 20 et n. 7 ; Ballet 2003, p. 227.
  • 81 Cordier 2003, p. 20 ; Ballet 2003, p. 227.
  • 82 Harpocration, Lexique des orateurs antiques, p. 74 ; Robert 1961, p. 135.
  • 83 Robert 1961, p. 135.
  • 84 Robert 1961, p. 135.

35Les dépotoirs font intimement partie du quotidien. De ce point de vue, l’archéologie, l’ethnographie et les sources historiques convergent largement. Le récit de voyage de Léon Heuzey en Thessalie au milieu du XIXe siècle, rapporté par L. Robert, en est un bon exemple78 : « Dans la plupart des villages, on remarque un monticule de terre, sur lequel les habitants grimpent volontiers comme sur un observatoire, pour voir au loin dans la plaine. Le voyageur archéologue se tromperait grossièrement s’il croyait y reconnaître un tumulus antique. C’est la kopria, le dépôt qui sert à entasser de temps immémorial les détritus de toute sorte, les résidus des étables. » Le terme kopros dont dérive kopria (« tas d’ordure » ou « tas de fumier ») renvoie à l’origine aux déchets organiques – excréments animaux ou humains et fumier79. La papyrologie égyptienne paraît faire surtout usage de ce terme dans le contexte de l’exposition des jeunes enfants80. Ce que nous intéresse ici n’est évidemment pas tant le caractère répandu de cette pratique que la fréquence des kopriai qu’elle suggère. La même documentation laisse penser que ces dépotoirs pourraient avoir une certaine permanence dans le paysage puisqu’une kopria figure en bonne place dans un contrat de vente du IIe siècle dans le Fayoum, aux côtés d’une route publique ou royale81. Des « tas » (βολενες) apparaissent également dans le Lexique des orateurs attiques de Valérius Harpocration, qu’on place entre le IIe et le IVe siècle. S’il faut en croire ce grammairien d’Antioche, ces accumulations de kopros se rencontreraient communément dans les champs82. On peut également signaler, dans un fragment de cadastre tétrarchique, la mention d’un domaine qui se distingue par un toponyme formé sur boukropos, « bouse de vache » dans la région de Magnésie du Méandre, en Turquie83. L. Robert en déduit que le lieu-dit était vraisemblablement nommé d’après l’un des βολενες d’Harpocration84.

36Je ne mets pas en cause le caractère commun et répandu des dépotoirs dans l’Antiquité – encore ne doivent-ils pas être si nombreux pour que l’un d’entre eux serve de point de repère sur un acte de vente – mais je doute que les buttes brunes de nos trois agglomérations byzantines soient des dépotoirs ordinaires. Les dépotoirs rencontrés en prospection dans la steppe syrienne ne se signalent le plus souvent pas par leur volume imposant, mais par leur coloration grise et une concentration élevée de tessons. Or, si les buttes brunes de Rasm Hawiyat al‑Šayba, Ḫirbat al‑Ǧāʿad et Rasm al‑Aḥmar 3 étaient des dépotoirs d’un type courant, on s’attendrait à rencontrer leur équivalent dans n’importe quel hameau ou village. Mais ce n’est pas le cas. Ces buttes sont manifestement une particularité de certains sites, même si leur nombre ne se réduit pas aux trois qui sont cités (fig. 4).

  • 85 Les fumières des bergeries romaines de la Crau sont elles aussi constituées de matériaux hétérogène (...)
  • 86 Rivoal 2011b, p. 160‑163.

37On peut admettre qu’il s’agit d’une accumulation de déchets qui ne se limite pas aux seuls excréments animaux ou à du fumier et, en ce sens, ce sont bien des dépotoirs. Cela expliquerait le caractère apparemment plus hétérogène de ces buttes à leur sommet : l’érosion semble en avoir arraché les particules les plus fines, laissant sur place une quantité non négligeable de tessons et de cailloux85. Mais il est difficile de comprendre pourquoi des agglomérations à priori similaires produiraient des déchets dans des quantités si dissemblables, sauf à considérer que leurs économies diffèrent et que certains sites pratiquent des activités productrices d’importants déchets. Il pourrait s’agir des rebuts d’une activité artisanale, comme du combustible usagé, que la seule prospection aurait bien du mal à déceler. Mais il faut en revenir à l’observation des coupes de terrain, à leurs couleurs et à leur alternance caractéristiques et se rappeler le contexte économique très particulier de la région à la fin de l’Antiquité. Au cours du dernier siècle et demi de la domination byzantine, la steppe est partie intégrante d’un marché qui excède vraisemblablement les limites de la zone proprement steppique. Les spécialisations économiques des principaux milieux qui composent cette partie de la Syrie du Nord sont complémentaires et rendent de ce fait les échanges indispensables entre des zones productrices d’huile d’olive et peut-être de vin (Ǧabal al‑Ḥaṣ, Ǧabal Šbayṭ, région d’al‑Andarīn vers laquelle débouchent la plupart des qanāts), d’autres impliquées dans la céréaliculture (Ǧabal al‑ʿAlā), peut-être en partie reconverties par la suite dans l’arboriculture et/ou la viticulture, et celles, enfin, qui se faisaient une spécialité de l’élevage du petit bétail (fig. 1)86. Or, quel matériau les zones plus arides de la steppe syrienne pourraient-elles produire dans des quantités importantes sinon des excréments de moutons et de chèvres dont les volumes originaux, même réduits par brûlage, restent aujourd’hui encore assez impressionnants ?

LES EXCRÉMENTS DE CAPRINÉS : CARACTÉRISTIQUES ET EXPLOITATION

38Le plus curieux n’est pas tant le caractère imposant de ces buttes d’excréments animaux ou de fumier, mais bien le fait que ces accumulations paraissent avoir été brûlées périodiquement. Car les excréments animaux, et particulièrement ceux de moutons, présentent des qualités recherchées, tant comme combustible que comme engrais, qu’on s’étonnerait de voir ainsi littéralement partir en fumée.

Une utilisation comme combustible

  • 87 Les conclusions de J. Brochier établies à partir des poussières détritiques des foyers et les analy (...)
  • 88 Miller 1984 pour le sud de l’Iran ; McCorriston et Weisberg 2002, p. 490 et Portillo et al. 2010, p (...)
  • 89 On peut citer, à 120 km à l’est de Rasm al‑Aḥmar 3, les travaux de M. Kühn à Qaṣr al‑Ḥayr al‑Šarqī (...)
  • 90 Robert 1961, p. 115 et suivantes.
  • 91 Robert 1961, p. 115‑116 et suivantes pour la technique de fabrication et les usages du tezek. Ce so (...)

39La difficulté que pose l’approvisionnement en combustible dans la steppe en raison de la nature et de la faible densité de la végétation n’est pas un phénomène récent. L’archéologie montre l’existence de foyers alimentés avec des excréments animaux sur le site archéologique d’al‑Rawḍa – qui fait pendant au hameau de semi-sédentaires cité plus haut –, dont l’occupation principale date du Bronze ancien IV87. Cette utilisation, au Proche-Orient, n’est pas sans parallèle88, même si les exemples pour des périodes proches de celle qui nous occupe sont plus rares89. Les sources byzantines ne méconnaissent pas complètement cet usage – bien qu’elles ne soient pas très disertes sur le sujet –, comme l’a montré L. Robert qui a su tirer tout le piquant d’une correspondance entre un métropolite du plateau anatolien, Léon de Synnada, et l’empereur Basile II90. Dans une lettre écrite dans la seconde moitié du Xe siècle ou dans les premières années du siècle suivant, le métropolite déplore le peu de ressources de la région de Synnada, parmi lesquelles figure le seul combustible disponible, la bouse de vache sous le nom pittoresque de ζάρζακον, probable équivalent grec local de l’époque du tezek turc contemporain91.

  • 92 Shahack-Gross 2011, p. 208 et 211.
  • 93 Robert 1961, p.130.
  • 94 Voir ci-dessus note 38.
  • 95 Sillar 2000, p. 46 ; Matthews 2010 ; Braadbaart et al 2012, p. 843.
  • 96 Le tezek résulte du malaxage des bouses fraîches avec de la paille, mais dans le cas du kours, le s (...)
  • 97 Braadbaart et al 2012, p. 843.
  • 98 Robert 1961. p. 130.
  • 99 Robert 1961, p. 130, n. 64.
  • 100 Matthews 2010, p. 106.
  • 101 Winterhalder et al. 1974 (Altiplano, Pérou) ; Sillar 2000 (Andes péruviennes et boliviennes) ; Zapa (...)

40Les excréments séchés sont en effet d’excellents combustibles, notamment parce qu’ils sont composés d’une fraction importante de lignine, provenant des végétaux ingérés par l’animal92. Cela leur confère des qualités comparables à celles du bois, mais ils possèdent quelques spécificités. Le tezek est vanté par les voyageurs du plateau anatolien pour sa combustion lente et régulière93 qui en fait le combustible de choix pour le chauffage domestique. Des recherches comparatives récentes imputent ces qualités à la structure compactée – ce qui est aussi le cas du kours94 – et poreuse des excréments95. Ils sont donc naturellement utilisés, moyennant une préparation minimale96, pour le chauffage comme pour la préparation culinaire : une fois le feu lancé, on peut se dispenser de le surveiller et de l’alimenter pendant plusieurs heures97 La régularité avec laquelle brûlent les excréments séchés en fait un combustible d’élection dans des contextes moins attendus. En plus des fours à pain habituels en Turquie98 et dans la steppe syrienne, ils alimentaient aussi des « fours à couver les œufs de poulets », en Égypte, au XVe siècle99 et auraient servi en contexte archéologique pour la fabrication de plâtre100. Enfin, nombreux sont les exemples ethnographiques qui font état de leur utilisation comme combustible principal dans la cuisson de la céramique101.

  • 102 Winterhalder et al. 1974, p. 98‑99; Sillar 2000, p. 49.
  • 103 Ainsi le comte de Cholet, Voyage en Turquie d’Asie, Arménie, Kurdistan et Mésopotamie, Paris, 1892, (...)
  • 104 Ainsi A. D. Mordtmann en 1852 (Anatolien, Skizzen und Reisebriefen aus Kleinasien [1850‑1859], Hano (...)

41Tous les excréments animaux ne présentent pas les mêmes qualités combustibles, ce qui les rend plus indiqués pour certains usages. Ceux de moutons ne semblent pas les plus indiqués pour l’usage domestique. Leur combustion est connue, dans les Andes, en Bolivie et au Pérou, pour dégager une fumée âcre102. Les populations locales leur préfèrent les excréments de lamas et la bouse de vache. Les témoignages des voyageurs anatoliens sur le tezek sont cependant divergents : certains se plaignent d’une fumée malodorante103, quand d’autres s’étonnent au contraire de l’absence d’odeur104.

  • 105 Zapata et al. 2003, p. 171.
  • 106 Zapata et al. 2003, p. 169‑170.
  • 107 Sillar 2000, p. 47.
  • 108 Sillar 2000, p. 47‑49, fig. 1‑4.
  • 109 Sillar 2000, p. 49.

42Les excréments de moutons et la bouse de vache sont les deux combustibles dont l’utilisation est documentée par l’ethnographie pour la cuisson de céramique. Les populations du Rif marocain élèvent des bovinés, des moutons, des chèvres, des ânes et des mules, mais la bouse de vache paraît très largement préférée pour cet usage, même si les excréments de chèvres semblent entrer à l’occasion dans la composition des galettes de combustibles105. Les galettes d’excréments servent à recouvrir les céramiques et à maintenir la température de combustion dans des fours ouverts. Le bois est également un combustible important106, mais le rôle des galettes d’excréments est spécifique dans le cas de ces fours ouverts. D’après les exemples andins, les excréments limitent les fluctuations de température, ce qui permet de pallier un inconvénient majeur des fours ouverts. Les cendres d’excréments tendent à conserver leur structure après combustion et se comporteraient comme un matériau isolant, diminuant les fluctuations thermiques et ralentissant surtout la chute de température à la fin de la cuisson107. Dans les fours boliviens et péruviens étudiés par B. Sillar, ce sont les excréments de moutons, de vaches et plus rarement de chevaux qui sont utilisés dans des proportions assez diverses dans les fours ouverts. Les excréments de moutons sous leur faciès d’été, dans les exemples illustrés, tapissent le plus souvent le fond de la fosse dans laquelle se déroule la cuisson et entrent toujours dans la composition du lit sur lequel sont disposées les céramiques108. Cette préférence, alors qu’ici aussi les bouses et les plaques d’excréments de moutons séchés sont employées pour couvrir les poteries, s’expliquent par le fait que les crottes de moutons sèches, non tassées par le piétinement, permettent d’atteindre des températures plus élevées109.

  • 110 Voir ci-dessus note 30.
  • 111 Matthews 2010, p. 107. À noter que J. Brochier estime que les oxalates de calcium pseudomorphes ne (...)
  • 112 Cela semble être un autre avantage des fours à ciel ouvert : ils produisent très peu de ratés de cu (...)
  • 113 Sillar 2000, p. 47 et 54. Les qualités calorifiques des excréments animaux paraissent négligées par (...)

43Dans les foyers archéologiques, la présence d’oxalates de calcium pseudomorphes110 prouve que les excréments ont été chauffés à plus de 650 °C111, mais les rares ratés de cuisson des fours ouverts andins que B. Sillar a pu observer suggèrent des températures atteignant à l’occasion les 1 000 °C112. Les glaçures au plomb utilisées dans le même contexte supposent également des températures normales de fonctionnement à peine inférieures à 900 °C, et toujours dans des fours ouverts113.

  • 114 Castel et al. 2014.
  • 115 Barge, Regagnon et Kudlek dans Castel et al., 2014.
  • 116 Rousset 2010, p. 267 ; Rivoal et Rousset, à paraître.
  • 117 Ibid.

44Les hautes températures qu’atteignent ces fours permettent d’envisager, dans le contexte de la steppe syrienne, un usage différent du seul combustible domestique pour les excréments de moutons. En aval du gros village byzantin d’al‑Qasṭal, la découverte, dans le cadre de la prospection microrégionale autour du site d’al‑Rawḍa, d’une longue canalisation de terre cuite, calée dans un remplissage de type cendreux, pourrait aller en ce sens (fig. 11)114 L’ensemble du comblement (son volume est estimé à plus de 800 m3) a été interprété comme un résidu de combustion115. La présence de scories et de tessons de verre suggère, comme le soulignent les découvreurs, d’une part, une production artisanale et, d’autre part, des températures de combustion très élevées. La déclivité progressive et régulière de la canalisation, sur une longueur de plus de 2 km, n’est pas sans évoquer la technique des qanāts, dont la plupart, dans la région, sont attribuées à la période byzantine116 – notamment parce que ces galeries sont liées à la mise en valeur de la grande fayda centrale, qui revient manifestement à l’agglomération byzantine d’al‑Andarīn (fig. 1)117. La proximité de l’important site byzantin d’al‑Qasṭal et des canalisations mises au jour dans la région d’al‑Rawda rend leur contemporanéité probable. L’exploitation de ces canalisations par ce village est également très vraisemblable.

  • 118 La nature du remplissage pourrait varier sur la longueur du tracé de la canalisation. Les contenus (...)

45Les 800 m3 du comblement de la canalisation – en admettant qu’ils soient homogènes118 et présentent les mêmes caractéristiques que celles décrites – impliqueraient une production artisanale substantielle – qui est loin d’être improbable dans le contexte de l’Antiquité tardive – et, surtout, l’utilisation d’un volume de combustible bien plus important que 800 m3 si l’on tient compte des diminutions de volume qu’engendre la combustion. Dans ce cas, on doit envisager que des quantités importantes de combustible ont été apportées sur de longues distances ou que ce dernier était produit sur place. C’est cette dernière hypothèse qu’ont retenue les découvreurs de la canalisation, qui s’interrogent sur la nature de ce combustible et sur les modifications qu’aurait subi le couvert végétal steppique depuis la période byzantine – car c’est aussi l’attribution chronologique retenue par les auteurs pour ces installations.

46Si l’on peut raisonnablement douter que le couvert végétal local ait été en mesure de fournir directement les quantités de combustible requises, l’exploitation indirecte des ressources pastorales de la steppe par les troupeaux de petit bétail aurait pu y pourvoir : les scories et les tessons de verre – ratés de cuisson ? – présents dans le comblement seraient ainsi l’indice d’activités artisanales pour lesquelles les excréments de moutons auraient fourni tout ou partie du combustible nécessaire.

Fig. 11 Canalisation découverte à proximité d’al-Qastal et son remplissage (cliché O. Barge, © mission archéologique d’al-Rawda).

Une utilisation comme engrais

  • 119 Latron 1936, p. 62‑64 ; Weulersse 1946, p. 153.
  • 120 Caton, De l’agriculture, XXXIII pour le parcage de moutons en plein air avant semailles ; Pline, Hi (...)
  • 121 E. Semple (1932, p. 409‑410) a recensé les préférences des agronomes latins ainsi que leurs différe (...)

47Alors que les agronomes latins ont documenté l’utilisation des excréments animaux comme engrais dans l’Antiquité, l’ethnographie quant à elle confirme l’actualité de cette pratique. Dans l’économie traditionnelle syrienne, des contrats de fumure étaient conclus entre des éleveurs – souvent des pasteurs nomades ou semi-nomades – et des fermiers sur les terres desquels les troupeaux étaient conduits à paître ou parqués pour la nuit119. Les auteurs antiques signalent, pour amender les sols, des pratiques équivalentes120 et évaluent chacun à leur tour les qualités respectives des excréments de différents animaux121.

  • 122 Semple 1932. p. 409; Hamidé 1959, p. 129; White 1970, p. 126‑128.
  • 123 Winterhalder et al. 1974, p. 100.
  • 124 Les agronomes latins recommandent en priorité la colombine et les fientes d’oiseau en général, mais (...)
  • 125 Winterhalder et al. 1974, p. 100

48L’intérêt du fumier, pour les sols de type méditerranéen, est double. D’une part, il leur apporte, avec la matière organique qui leur fait défaut122, des éléments chimiques bénéfiques pour les sols et les cultures, comme le nitrate et le phosphore. D’autre part, il améliore les qualités mécaniques des sols en augmentant leur humidité, donc leur capacité à retenir l’eau, et leur résistance à l’érosion123. Rasm al‑Aḥmar 3, Ḫirbat al‑Ǧāʿad et Rasm Hawiyat al‑Šayba sont implantés sur des sols de type steppique qui présentent des inconvénients encore plus grands que ceux mis en avant par les agronomes pour les sols méditerranéens : faible cohésion et peu de matière organique. Or les excréments de moutons, comme l’ont observé empiriquement les agronomes antiques, sont particulièrement favorables à ces types de sols, car ils sont riches en nitrate, en magnésium, en calcium et en potassium124. Ils aèrent davantage les sols et entraînent une formation d’humus plus rapide qu’avec des fumiers de bovinés125.

  • 126 Winterhalder et al. 1974, p. 99.
  • 127 Winterhalder et al. 1974, tab. 2, p. 96. Les valeurs moyennes sont de 900 kg d’excréments de mouton (...)

49Dans la cordillère des Andes, les déjections des moutons sont utilisées préférentiellement pour l’amendement des sols126. Les effets de cet engrais ont été mesurés : l’épandage de 1,8 kg d’excréments de moutons au mètre carré multiplie par quatre la teneur des sols en nitrate, tandis que la fraction de phosphore augmente 2,7 fois dans les vallées et 4,5 fois sur les bas de versant127.

  • 128 Sweet 1974, p. 87.
  • 129 White 1970, p. 130 ; Kaplan 1992, p. 66 ; Caton, De l’agriculture, XLI.
  • 130 Caton, De l’agriculture, XXXII ; Columelle, De l’agriculture, II, 15, 4‑5 ; Brun 2003, p. 42 et 134
  • 131 Columelle, De l’agriculture, II, 15, 1 ; Caton, De l’agriculture, XXXIII, XLI.
  • 132 Caton, De l’agriculture, XXXIII.
  • 133 Voir ci-dessus note 120.
  • 134 Caton, De l’agriculture, XXXVI, XLII ; Columelle, De l’agriculture, II, 15 ; Semple 1932, p. 407.
  • 135 Columelle, De l’agriculture, II, 5, 1.
  • 136 Pline, Histoire naturelle, XVII, 5‑6.
  • 137 Varron, Économie rurale, I, 23, 3 ; Caton, De l’agriculture, XLIII, 2 ; Pline, Histoire naturelle, (...)

50Tous les sols, dans le bassin méditerranéen, ne recevaient pas la même quantité de fumure. Dans l’économie traditionnelle syrienne, ce sont les jardins qui bénéficient en priorité de cet apport128. C’était aussi le cas dans l’Antiquité129, même si les agronomes latins recommandent également d’amender les vignes, les arbres fruitiers130 ainsi que les cultures de plein champ131. Lorsqu’une partie du fumier ne leur est pas spécifiquement réservée132, les prairies bénéficient de la fumure que répandent naturellement les troupeaux lorsqu’ils paissent ou y sont parqués la nuit133. D’après les préconisations des auteurs antiques, la nature des engrais et les quantités employées sont fonction de la qualité des sols et des types de cultures134. Les versants reçoivent ainsi davantage de fumure que les plaines135 et certains engrais sont plus indiqués que d’autres par certains terrains et cultures136. Parallèlement à l’usage qu’ils faisaient des excréments et du compost, les anciens ne méconnaissaient pas les qualités de certaines cultures (lupin, vesces, fèves), capables, avec ou sans enfouissement, d’aérer les sols et de leur apporter des nitrates137.

  • 138 Wilkinson 1982, p. 330.
  • 139 Weulersse 1946, p. 163 et 289.
  • 140 Il semble que les fluctuations saisonnières du débit des qanâts du glacis de piémont des Palmyrénid (...)
  • 141 Les villages de Mu’allaq et de Rasm al‑Ḥaǧal, tous deux installés dans une vallée, au pied d’un pla (...)
  • 142 Semple 1932, p. 413; Wilkinson 1982, p. 330.
  • 143 Semple 1932, p. 413.
  • 144 Théophraste, Recherches sur les plantes, VIII, 7, 7.
  • 145 Semple 1932, p. 413.
  • 146 Semple 1932, p. 412. L’ajout de litière aux excréments est un autre moyen de diminuer les propriété (...)

51La fumure est particulièrement profitable aux terrains irrigués138. Ces derniers, dans l’économie traditionnelle, correspondent aux jardins, qui regroupent des arbres fruitiers et des arbustes, des cultures maraîchères et des céréales139. L’irrigation que reçoivent ces parcelles est une irrigation de complément, qui pallie les fréquents déficits de pluies d’hiver et de printemps et stabilise ou accroît les rendements des cultures. Les qanāts, comme les machines élévatrices exploitant les puits, permettent de s’affranchir de la disponibilité, souvent saisonnière, de la ressource en eau de surface140. En conséquence, les terrains irrigués par ces moyens devaient pouvoir bénéficier ponctuellement, à longueur d’année, de la fumure. Mais, dans les jardins irrigués par inondation à partir des crues saisonnières des oueds141 et sur les terrains réservés aux cultures de plein champ qu’on envisageait d’amender, on fumait à l’automne, au moment des semailles, c’est-à-dire au moment des pluies142. On épandait le fumier après les premières averses, on semait puis on labourait, pour enfouir les graines avec l’engrais143. Le délai entre l’épandage du fumier et les semailles est toujours court, car les excréments augmentent la température du sol et favorisent ainsi la germination144. Répandre du fumier sur un terrain détrempé permettait aussi de limiter les risques de dommages aux racines145. Le fumier de mouton, concentré, peut en effet occasionner de tels dégâts. Son épandage sur un terrain humide permet de diluer ses composants146, de les diffuser par capillarité en profondeur dans le sol.

Combustible ou engrais ? Un dilemme

52Le couvert végétal steppique n’autorise guère une telle variété dans la composition des troupeaux. Le mouton et la chèvre sont dans la steppe syrienne les principaux représentants de la famille des bovidés. En conséquence, leurs excréments sont indifféremment employés comme engrais et comme combustible.

  • 147 Latron 1936, p. 110 ; Weulersse 1946, p. 152.
  • 148 Latron 1936, p. 110.
  • 149 H.‑H. G. von Schweinitz, In Kleinasien, ein Reitflug durch das Innere Kleinasiens im Jahre 1905, Be (...)

53Dans l’économie traditionnelle syrienne, la priorité est largement donnée à l’utilisation des excréments de moutons comme combustible, ce qui explique que, en dehors des zones boisées, les champs n’étaient pratiquement jamais fumés147. Lorsque la production du troupeau, après avoir alimenté les foyers domestiques et chauffé la maisonnée, était excédentaire, les fermiers, plutôt que d’en épandre le reliquat sur leurs champs, préféraient le vendre à des cultivateurs plus aisés pour en tirer un bénéfice immédiat148. L’utilisation préférentielle des excréments séchés comme combustible est un trait que les populations de la steppe syrienne partagent avec celles du centre de l’Anatolie. Le comte de Schweinitz, lors de son voyage en Cappadoce, en 1905, remarquait qu’il ne pouvait être question de fumer les champs car l’engrais animal était utilisé comme combustible149.

  • 150 Sillar 2000, p. 52.
  • 151 Sillar 2000, p. 52.
  • 152 Shahack-Gross 2011, p. 211.
  • 153 Zapata et al. 2003, p. 170 et 173.
  • 154 Caton, De l’agriculture, CXXII (ceps de vigne) ; Columelle, De l’agriculture, II, 14, 5 et IV, 35,  (...)
  • 155 Pline, Histoire naturelle, XVII, 5. Pline souligne cependant que la cendre produite n’est pas utili (...)
  • 156 Sillar 2000, p. 52; Shahack-Gross 2011, p. 209.

54L’éleveur doit donc généralement choisir une utilisation plutôt qu’une autre, car le nombre de têtes de bétail qu’il possède lui permet rarement de concilier les deux. Même les communautés andines qui emploient les excréments animaux dans leurs fours à céramique ont soin d’utiliser un autre combustible (épis de maïs, balle) pour leurs foyers domestiques de manière à économiser l’engrais animal150. Les mêmes communautés recueillent soigneusement les cendres issues des cuissons de céramique et les répandent comme fertilisant sur leurs champs, immédiatement après combustion ou après une période au cours de laquelle elles sont stockées151. L’ethnographie atteste les mêmes pratiques en Iran152, au Maroc – dans ce cas les cendres sont issues d’un combustible mêlant bois et excréments – et très vraisemblablement ailleurs153. L’utilisation de la cendre comme engrais est attestée dans l’Antiquité et à la période médiévale, mais ces cendres proviennent généralement de la combustion du bois ou de celle des chaumes après la moisson154. Mais Pline cite aussi l’exemple d’exploitants du nord de l’Italie qui brûlent les fumiers de leurs vaches pour en employer les cendres155. La combustion des excréments a pour effet de faire disparaître toute matière organique, et ils perdent du même coup leur capacité à améliorer les propriétés physiques du sol. Leurs cendres cependant peuvent être bénéfiques aux sols car elles leur apportent du potassium et du phosphore156. Les nitrates, par contre, dont les sols méditerranéens ont tant besoin, seront détruits par la combustion.

55Les fermiers dont les troupeaux sont trop modestes pour satisfaire leurs besoins conjugués en combustible et en engrais, sont donc réduits à faire des choix : privilégier l’engrais ou le combustible et, faute de mieux, utiliser les cendres des foyers domestiques pour enrichir les sols.

CE QUE CES BUTTES PEUVENT NOUS APPRENDRE SUR L’ÉCONOMIE, LA VIE QUOTIDIENNE ET LA PRATIQUE DE L’ÉLEVAGE DANS LA STEPPE

56La question de l’utilisation préférentielle des excréments animaux se pose, pour la steppe syrienne à la période byzantine, dans les mêmes termes que ceux énoncés plus haut. La situation des habitants de la steppe pourrait cependant avoir été moins délicate dans l’Antiquité que celle dont les récits de voyage et les observations des géographes se font l’écho aux XIXe et XXe siècles, pour les paysans d’Anatolie ou de Syrie.

Des excréments inutiles ?

57Si les buttes imposantes en périphérie des agglomérations de Rasm Hawiyat al‑Šayba, Ḫirbat al‑Ǧāʿad et Rasm al‑Aḥmar 3 sont le produit d’accumulations successives d’excréments provenant du nettoyage régulier des enclos, que l’on brûlait périodiquement, on peut en conclure que leurs habitants n’avaient pas l’usage de la matière brute, imbrûlée, ce en quoi leur situation aurait différé notablement de celle des populations syriennes et anatoliennes modernes. Dans la mesure où les besoins en tenues de combustible n’ont guère évolué entre la période byzantine et les XIXe et XXe siècles, on doit convenir que les villageois byzantins devaient disposer de combustible dans des quantités suffisantes pour négliger la ressource que constituaient de ce point de vue les excréments de moutons.

  • 157 Geyer 2002, p. 41.

58Bien que l’Antiquité tardive ait bénéficié au moins jusqu’au Ve siècle des retombées d’un petit optimum climatique157, les données paléoenvironnementales dont on dispose aujourd’hui montrent que l’approvisionnement en combustible végétal ne devait pas différer sensiblement de celui observé dans le cadre de l’économie traditionnelle. L’une des explications logiques à la constitution de ces buttes consiste donc à supposer que les volumes d’excréments produits par les troupeaux de petit bétail excédaient les besoins des villageois et que les quantités dont ils n’avaient l’usage ni comme combustible, ni comme engrais – mais nous n’avons aucune certitude sur cette utilisation dans la région et à cette période –, étaient rassemblées puis brûlées pour assainir leur environnement immédiat.

  • 158 Ibn Wahshiyya, Al‑filāḥah al‑nabaṭīyah et Al‑Jahiz, cités dans El‑Sāmarrāie 1972 (voir note 154), p (...)

59Il en découle deux conséquences. En premier lieu, pour que les excréments produits excèdent les besoins en combustible et/ou en engrais des villageois, les troupeaux devaient être importants. En second lieu, si l’excédent était brûlé – et à moins que les habitants n’aient trouvé au fumier brûlé un usage que je n’ai pas envisagé – l’engrais n’était vraisemblablement pas un matériau qui s’échangeait, à tout le moins dans les villages dont il est ici question. Compte tenu de la spécialisation économique de la région, cette conclusion est surprenante. Elle l’est d’autant plus que les sources médiévales arabes dès le IXe siècle, ainsi que les pratiques traditionnelles, font du fumier une marchandise qui s’échangeait ou se monnayait sur un marché local et/ou régional158.

Des indications sur la pratique de l’élevage

60Une production excédentaire de fumier implique des troupeaux importants de petit bétail. Si l’on tient compte du volume actuel des buttes – et du fait que le brûlage et la biominéralisation en ont réduit les volumes originaux – et de leur nombre sur un site, la pratique intensive de l’élevage dans cette zone, autour de ces sites, apparaît comme une conséquence logique. L’hypothèse d’une forte spécialisation économique s’en trouverait confortée, que les sites en question soient des villages d’éleveurs ou des bourgs dans lesquels s’échangeaient le croît annuel et/ou les divers sous-produits de l’élevage, exception faite des excréments, apparemment.

  • 159 Ce constat vaut surtout pour les périodes romaine et romaine tardive (Rousset 2011, p. 127‑129), ma (...)
  • 160 L’absence de gestion raisonnée des déchets n’est pas un indice tangible du caractère temporaire de (...)

61Ces buttes peuvent-elles nous fournir des précisions sur le type d’élevage pratiqué ? Des volumes d’excréments inexploités aussi importants suggèrent que les troupeaux se trouvaient sur place une bonne partie de l’année – sinon toute l’année – ce qui désignerait un élevage non itinérant. Cette question est cependant particulièrement délicate. Les formes du peuplement en général et de l’habitat en brique crue en particulier – pour autant que la prospection permette de les appréhender – renvoient, elles aussi, à une occupation non nomade des sites, car on n’observe guère de différence significative entre l’ouest et l’est de la région. La norme reste la maison composée de plusieurs corps de bâtiment – parfois quatre –, organisés autour d’une cour alors que les sites à occupation temporaire identifiés sont soit des espaces nettoyés correspondant à l’emplacement de tentes, comme à Rasm Ǧāʿad, soit des constructions rassemblant quelques pièces carrées alignées, souvent associées à des cavités sous roche, sans cour délimitée159. De plus, la gestion communautaire des déchets dont témoignent ces buttes irait, elle aussi, dans le sens d’un peuplement sédentaire. On est bien loin en effet des dépotoirs éparpillés sans concertation au sein des habitations que l’on observe dans le cas d’implantations non permanentes160.

  • 161 Cette question, avec celle des ressources en eau, a notamment été soulevée par M.‑O. Rousset et C.  (...)
  • 162 Toplyn 2006, p. 487.
  • 163 Toplyn 2006, p. 499.
  • 164 Toplyn 2006, p. 499.
  • 165 Crawford 2006, p. 454. Les conclusions de G. Willcox sont analogues pour Sia et Bosra et valent, se (...)
  • 166 Toplyn 2006, p. 499‑500 ; Crawford 2006, p. 458.

62Ces buttes suffisent-elles cependant à établir le caractère permanent de l’occupation ? Ce n’est pas certain. Mais si l’on ajoute à cette gestion concertée des déchets les formes de l’habitat, les présomptions sont fortes. On peut naturellement s’interroger sur la capacité du milieu steppique à fournir à des troupeaux importants les ressources nécessaires à leur survie161, mais il ne faut probablement pas réfléchir exactement en ces termes. En Jordanie, sur le site d’al‑Lajjun, dans un milieu également marqué par l’aridité et qui n’est pas très différent du nôtre162, les études archéobotaniques et archéozoologiques démontrent une pratique non itinérante de l’élevage163 qui ne repose pas uniquement sur l’exploitation spontanée des ressources pastorales de la steppe. Les graines retrouvées dans les excréments de caprinés prouvent que les troupeaux sont certes menés à paître sur des pâturages naturels, mais également sur les terres en jachère et sur les terroirs cultivés164. De plus, la prépondérance de l’orge parmi les espèces cultivées dans les échantillons archéobotaniques analysés en contexte aride ou semi-aride suggère souvent que cette céréale jouait un rôle important dans l’alimentation animale165. Les indices de surpâturage mis en évidence entre la fin de la période romaine et la fin de la période byzantine autour d’al‑Lajjun166 pourraient d’ailleurs laisser penser que la part du fourrage dans l’alimentation animale a augmenté dans l’intervalle.

  • 167 Les tribus moutonnières de la steppe syrienne menaient rarement leurs troupeaux à plus de 10 km de (...)
  • 168 Jaubert et al. 1999, p. 37, carte 14.

63Si les buttes brunes de Rasm al‑Aḥmar 3, de Rasm Hawiyat al‑Šayba et de Ḫirbat al‑Ǧāʿad indiquent bien la station prolongée – voire permanente – d’importants troupeaux de petit bétail dans les environs du site167, les ressources pastorales de la steppe n’étaient donc probablement pas les seules mises à contribution. Or, les pratiques récentes, avant l’interdiction totale de mise en culture dans cette zone en 1995, montrent que la culture de l’orge est tout à fait praticable en deçà des 200 mm qui constituent la limite théorique de la culture pluviale, à condition de la cultiver dans les micromilieux favorables168. Dans ces circonstances, aucune impossibilité climatique ou matérielle ne s’oppose donc à la pratique d’un élevage sédentaire intensif dans la steppe, autour des fermes ou des villages.

Le brûlage des fumiers, une pratique compatible avec une occupation permanente ?

  • 169 Voir ci-dessus.
  • 170 Brochier 2002, p. 469.

64On peut cependant se demander si le brûlage des accumulations d’excréments s’accorde avec une occupation permanente. Cette pratique, pourtant centrale dans la recherche sur les fumiers, paraît relativement mal connue du point de vue ethnographique. Au même titre que les accumulations archéologiques de fumier brûlé, les exemples connus concernent le plus souvent des abris ou des grottes, et les motifs et les modalités de cette combustion restent difficiles à cerner. Le brûlage des fumiers relèverait de préoccupations sanitaires169. Mais, en contexte abrité, cette pratique traduit surtout la volonté de diminuer les volumes d’excréments et de litière accumulés pour continuer à parquer les troupeaux170.

  • 171 Brochier 2002, p. 469.
  • 172 Brochier 2005, p. 469

65Le brûlage intervient après une longue période de séchage au cours de laquelle l’abri est resté inutilisé. La mise à feu a lieu au début de l’automne, bien avant le retour du troupeau171. Difficile à arrêter, la combustion dure longtemps : deux mois pour la mise à feu dans une grotte moderne de Béotie. Elle exclut donc l’utilisation de l’abri pendant toute cette période. En conséquence, la pratique du brûlage est liée à l’occupation temporaire du site172. Le contexte est ici différent, mais les modalités de l’opération restent les mêmes pour le seul exemple ethnographique en plein air que j’ai trouvé. En Sicile, le fumier était brûlé après un long temps de séchage, à la fin de l’été, avant le retour des troupeaux. L’exploitation de ce site de plein air paraît donc en tous points identique à celle des abris et grottes de la région.

  • 173 Pour l’exemple de brûlage en plein air en Sicile, il n’est pas précisé si la combustion du fumier a (...)
  • 174 M. Al‑Dbiyat, communication personnelle.

66Mais il existe des différences de taille entre les cas siciliens et les villages de la steppe syrienne. Les buttes ne constituant pas un dépôt primaire, mais bien une accumulation secondaire née du nettoyage des enclos173, le brûlage et la présence simultanée des troupeaux sur le site ne sont pas incompatibles. Ensuite, les enclos sont nettoyés en été174 et, si le séchage des excréments n’est pas satisfaisant à cette période, il peut se poursuivre sur les accumulations secondaires, jusqu’au moment de leur mise à feu. Reste à savoir si la durée de la combustion en plein air est comparable avec celle observée sous abri, et si le brûlage est ou non compatible avec une occupation permanente. La combustion de plaques de fumiers tassés empilées a cependant toutes les chances d’être plus rapide que celles des dépôts primaires d’excréments et de litière piétinés, compactés et peu ou pas aérés. Le fait que les accumulations se trouvent en plein air, exposées aux températures élevées et à l’action desséchante des vents, est de nature à réduire de manière significative la durée de la combustion. Dans ces conditions, le brûlage pourrait ne pas être incompatible avec une occupation permanente de ces villages et les arguments en faveur, d’une part, d’une économie fondée sur un élevage intensif et, d’autre part, de l’implication d’une population sédentaire dans ces activités, me paraissent plus consistants.

L’APPORT DES EXCRÉMENTS ANIMAUX À LA CONNAISSANCE DE L’ÉCONOMIE RÉGIONALE

67L’identification des excréments animaux, avec toutes les ressources des instruments de laboratoire, demeure difficile car leur taphonomie est complexe et un seul indicateur est généralement insuffisant pour prouver qu’il s’agit d’excréments et expliquer les processus dépositionnels et post-dépositionnels.

68Le cadre historique et archéologique des villages byzantins de la steppe syrienne, l’ethnographie et la connaissance que nous avons des pratiques traditionnelles sont particulièrement éclairants quand il s’agit d’identifier les ressorts économiques et démographiques de l’occupation de la steppe à la fin de l’Antiquité. Mais de nombreux aspects, pourtant essentiels, de ces communautés villageoises restent hors de portée. L’identification du matériau et la compréhension des processus qui ont conduit à la formation des buttes brunes de certaines agglomérations steppiques peuvent apporter une contribution à la résolution de certaines des questions qui demeurent posées.

69Si les buttes brunes de ces villages sont, comme c’est vraisemblable, des accumulations principalement constituées d’excréments et que ces derniers ont été brûlés périodiquement, plusieurs des thèses qui ont été développées à partir des seules données de prospection s’en trouveraient confirmées, telle l’existence, dans cette steppe semi-aride, d’une économie fondée sur un élevage intensif par des sédentaires. D’autres théories en sortiraient renforcées, notamment celle du développement, dans l’Antiquité tardive, d’une économie régionale spécialisée dans cette marge aride du Croissant fertile.

  • 175 Bouchaud 2011, p. 106.

70La question de l’utilisation des excréments animaux comme engrais ou comme combustible peut paraître anecdotique par rapport aux problématiques principales. Et pourtant, si les excréments animaux sont bien le combustible dominant dans la région, comme c’est très probable, on doit s’interroger sur la nature du remplissage de la canalisation d’al‑Qasṭal et, peut-être, envisager sur ce site l’existence d’un artisanat florissant. À moins que les imposants volumes carbonisés qu’elle suggère ne proviennent de la combustion d’excréments animaux utilisés pour alimenter les bains du village byzantin d’al‑Qasṭal, en amont ? Quoi qu’il en soit, ces 800 m3 estimés – si l’homogénéité du sédiment était avérée – peuvent être rapprochés du tell aswad de Bosra. Ch. Bouchaud expliquait sa formation par une accumulation rapide – qui n’excède guère un siècle, d’après la céramique – de couches de détritus dont certaines sont notamment constituées d’excréments animaux ayant servi de combustible175. Les contextes diffèrent, puisqu’aux agglomérations byzantines de la steppe qui sont au mieux des bourgs et des marchés, on compare ici, dans la plaine fertile du Hauran, la cité de Bosra. Mais la question de l’origine et de la gestion des rebuts demeure, et les excréments animaux figurent en bonne place parmi ces détritus. Leur identification présente d’importantes implications pour la compréhension des dynamiques de peuplement et des stratégies économiques de la steppe.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Sources

Caton, De l’agriculture, éd. et trad. R. Goujard, Paris, 1975.

Columelle, De l’agriculture, éd. et trad. H. B. Ash, E. S. Forter et E. H. Heffner, Lucius Junius Moderatus Columella in Three Volumes: On Agriculture, 3 vol., The Loeb classical library 361 et 407‑408, Londres-Cambridge, 1955‑1960.

Harpocration, Lexique des orateurs attiques, éd. W. Dindorf, Harpocrationis Lexicon in decern oratores atticos, 2 vol, Oxford, 1853.

Pline l’Ancien, Histoire naturelle XVII, éd. et trad. J. André, Paris, 1967 ; Pline l’Ancien, Histoire naturelle XVIII, éd. et trad. H. Le Bonniec, Paris, 1972.

Théophraste, Recherches sur les plantes : à l’origine de la botanique IV, éd. et trad. S. Amigues, Paris, 2003.

Varron, Économie rurale I, éd. et trad J. Heurgon, Paris, 1978.

Travaux

Albert R.‑M., Shahack-gross R., Cabanes D., Gilboa A., Lev-yadun S., Portillo M., Sharon I., Boaretto E., Weiner S. 2008, « Phytolith-rich layers from the Late Bronze and Iron Ages at Tel Dor (Israel): mode of formation and archaeological significance », Journal of Archaeological Science 35, p. 57‑75.

Badan O., Brun J.‑P., Congés G. 1995, « Les bergeries romaines de la Crau d’Arles. Les origines de la transhumance en Provence », Gallia 52, p. 263‑310.

Ballet P. 2003, « Dépotoirs cultuels, domestiques et “industriels” dans la chôra égyptienne à l’époque romaine », in P. Ballet, P. Cordier et N. Dieudonné-Glad (éd.), La ville et ses déchets dans le monde romain : rebuts et recyclages. Actes du colloque de Poitiers, 19‑21 septembre 2002, Archéologie et histoire romaine 10, Montagnac, p. 219‑230.

Besançon J., Geyer B. 2006, « Contraintes écogéographiques et modes d’occupation du sol », in R. Jaubert et B. Geyer (éd.), Les marges arides du Croissant fertile. Peuplements, exploitation et contrôle des ressources en Syrie du Nord, TMO 43, série Conquête de la steppe 2, Lyon, p. 11‑53.

Bouchaud Ch. 2011, Paysages et pratiques d’exploitation des ressources végétales en milieux semi-aride et aride dans le sud du Proche-Orient : approche archéobotanique des périodes antique et islamique (IVe siècle av. J.‑C.-XVIe siècle ap. J.‑C.), thèse de doctorat en archéologie, université Paris 1-Panthéon-Sorbonne.

— 2012, « Productions végétales régionales et acquisition du combustible sur le plateau du Hauran. Analyse archéobotanique du chantier BAT de Bosra », in A. Le Bihan, P.‑M. Blanc, Fr. Braemer, J. Dentzer-Feydy et F. Villeneuve (éd.), Territoires, architecture et matériel au Levant, Colloques et journées d’études 1, Beyrouth, disponible sur : http://ifpo.revues.org/2939 [consulté en 10/2015].

Braadbaart F., Poole L, Huisman H. D. J., van Os B. 2012, « Fuel, Fire and Heat: an experimental approach to highlight the potential of studying ash and char remains from archaeological contexts », Journal of Archaeological Science 39/4, p. 836‑847.

Brochier J.‑E. 1983, « Combustions et parcage des herbivores domestiques. Le point de vue du sédimentologue », Bulletin de la société préhistorique Française 80/5, p. 143‑145.

— 1991, « Géoarchéologie du monde agropastoral », in J. Guilaine (éd.), Pour une archéologie agraire, Paris, p. 303‑322.

— 2002, « Les sédiments anthropiques : méthode d’étude et perspectives », in J.‑Cl. Miskovsky (éd.). Géologie de la Préhistoire : méthodes, techniques, applications, Paris, p. 453‑477.

— 2005, « Des hommes et des bêtes : une approche naturaliste de l’histoire et des pratiques de l’élevage », in J. Guilaine (éd.), Populations néolithiques et environnements. Séminaire du Collège de France, Collection des Hespérides, Paris, p. 137‑152.

Brochier J.‑É., Villa P., Giacomarra M. 1992, « Shepherds and sediments: geo-ethnoarchaeology of pastoral sites », Journal of Anthropological Archaeology 11, p. 47‑102.

Brun J.‑P. 2003, Le vin et l’huile dans la Méditerranée antique. Viticulture, oléiculture et procédés de fabrication, Collection des Hespérides, Paris.

Castel C., Archambault D., Awad N., Barge O., Boudier T., Brochier J. É., Cuny A., Gondet S., Herveux L., Isnard F., Martin L., Quenet P., Sanz S., Vila E. 2008, « Rapport préliminaire sur les activités de la mission archéologique franco-syrienne dans la micro-région d’al‑Rawda (Shamiyeh) : quatrième et cinquième campagnes (2005 et 2006) », Akkadica 129/1, p. 5‑54.

Castel C., Awad N., Barge O., Brochier J.‑É., Calastrenc C., Couteau S., Fierveux L., Kudlek V., Laliberté F., Pélissier A., Quenet Ph., Regagnon E., Sanz S. 2014, « Rapport préliminaire sur les activités de la mission archéologique franco-syrienne d’al‑Rawda, travaux 2007‑2010 (Part 2) », Akkadica 135/2.

Cordier P. 2003, « Les mots pour le dire : le vocabulaire des rebuts et leurs représentations », in P. Ballet, P. Cordier et N. Dieudonné-Glad (éd.), La ville et ses déchets dans le monde romain : rebuts et recyclages. Actes du colloque de Poitiers, 19‑21 Septembre 2002, Archéologie et histoire romaine 10, Montagnac, p. 19‑26.

Crawford P. 2006, « The Plant Remains », in S. T. Parker (éd.), The Roman Frontier in Central Jordan. Final Report on the Limes Arabicus Project, 1980‑1989, vol. 2, Dumbarton Oaks Studies 40, Washington, p. 453‑461.

Genequand D., Kühn M., de Reynier C. 2006, « Rapport préliminaire des travaux de la mission archéologique syro-suisse à Qasr al‑Hayr al‑Sharqi (Syrie) en 2005 », Schweizerisch-Liechtensteinische Stiftung für archäologische Forschungen im Ausland. Jahresbericht 2005, p. 161‑203.

Geyer B. 2000, « Des fermes byzantines aux palais omayyades, ou l’ingénieuse mise en valeur des plaines steppiques de Chalcidique », in L. Nordiguian et J.‑Fr. Salles (éd.), Aux origines de l’archéologie aérienne, A. Poidebard (1878‑1955), Beyrouth, p. 109‑122.

2002, « Physical factors in the Evolution of the Landscape and Land Use », in A. E. Laiou (éd.), The Economic History of Byzantium: From the Seventh through the Fifteenth Century, Washington, p. 31‑45.

Geyer B., Besançon J., Rousset M.‑O. 2006, « Les peuplements anciens », in R. Jaubert et B. Geyer (éd.), Les marges arides du Croissant fertile. Peuplements, exploitation et contrôle des ressources en Syrie du Nord, TMO 43, série Conquête de la steppe 2, Lyon, p. 55‑69.

Geyer B., Rousset M.‑O. 2001, « Les steppes arides de la Syrie du Nord à l’époque byzantine ou “la ruée vers l’est” », in B. Geyer (éd.), Conquête de la steppe et appropriation des terres sur les marges arides du Croissant fertile, TMO 36, série Conquête de la steppe 1, Lyon, p. 111‑121.

— 2011, « Déterminants géoarchéologiques du peuplement rural dans les marges arides de Syrie du Nord aux VIIe-IXe siècles », in A. Borrut, M. Debié, A. Papaconstantinou, D. Pieri et J.‑P. Sodini (éd.), Le Proche-Orient de Justinien aux Abbassides. Peuplement et dynamiques spatiales, Bibliothèque de l’Antiquité tardive 19, Turnhout, p. 77‑92 et p. 369‑374.

Hamidé A. R. 1959, La région d’Alep. Étude de géographie rurale, Paris.

Jaubert R., Debaine Fr., Besançon J., al‑Dbiyat M., Geyer B., Gintzburger G., Traboulsi M. (éd.) 1999, Utilisation du territoire et couvert végétal. Régions arides et semi-arides des provinces d’Alep et de Hama (Syrie), Lyon.

Jaubert R., Geyer B., Debaine Fr., Al‑Dbiyat M. 2002, « L’exploitation des eaux de subsurface des marges arides de Syrie : dégradation ou transformation ? », Sécheresse 13/1, p. 43‑50, disponible sur : http://www.jle.com/fr/revues/sec/sommaire.phtml?cle_parution=694 [consulté en 10/2015].

Johansen P. G. 2004, « Landscape, monumental architecture, and ritual: a reconsideration of the South Indian ashmounds », Journal of Anthropological Archaeology 23/3, p. 309‑330.

Kaplan M. 1992, Les hommes et la terre à Byzance du VIe au XIe siècle, Paris.

— 2006, « Pour un modèle économique de l’exploitation agricole byzantine », in M. Kaplan (éd.), Byzance. Villes et campagnes, Paris, p. 66‑78 (= Kaplan M. 1988, « Pour un modèle économique de l’exploitation agricole byzantine », Histoire et mesure 3/2, p. 221‑234).

Katz O., Gilead I., Bar (Kutiel) P., Shahack-Gross R. 2007, « Chalcolithic Agricultural Life at Grar, Northern Negev, Israel: Dry Farmed Cereals and Dung-Fueled Earths », Paléorient 33/2, p. 101‑116.

Latron A. 1936, La vie rurale en Syrie et au Liban, étude d’économie sociale, Beyrouth.

Matthews W. 2010, « Geoarchaeology and taphonomy of plant remains and microarchaeological residues in early urban environments in the Ancient Near East », Quaternary International 214, p. 98‑113.

Masanov N. E. 1990, « La dispersion comme loi générale de l’activité de la société nomade », in H.‑P. Francfort (éd.), Nomades et sédentaires en Asie Centrale. Apports de l’archéologie et de l’ethnologie. Actes du colloque franco-soviétique, Alma Ata, Kazakhstan, 17‑26 octobre 1987, Paris, p. 193‑203.

McCorriston J., Weisberg S. 2002, « Spatial and Temporal Variation in Mesopotamian Agricultural Practices in the Khabur Basin, Syrian Jazira », Journal of Archaeological Science 29/5, p. 485‑498.

Miller N. F. 1984, « The Use of Dung as Fuel : An Ethnographic Example and an Archaeological Application », Paléorient 10, p. 71‑79.

Monteil M., Barberan S., Bel V., Hervé M.‑L. 2003, « Dépotoirs domestiques et déchets artisanaux : l’exemple de Nîmes (Gard) au Haut-Empire », in P. Ballet, P. Cordier et N. Dieudonné-Glad (éd.), La ville et ses déchets dans le monde romain : rebuts et recyclages. Actes du colloque de Poitiers, 19‑21 septembre 2002, Archéologie et histoire romaine 10, Montagnac, p. 121‑131.

Naizet F. 2003, « Les déchets et leur traitement : éléments de terminologie à l’usage des archéologues », in P. Ballet, P. Cordier et N. Dieudonné-Glad (éd.), La ville et ses déchets dans le monde romain : rebuts et recyclages. Actes du colloque de Poitiers, 19‑21 septembre 2002, Archéologie et histoire romaine 10, Montagnac, p. 13‑17.

Nin N., Leguilloux M. 2003, « La gestion des déchets à Aix-en-Provence dans l’Antiquité », in P. Ballet, P. Cordier et N. Dieudonné-Glad (éd.), La ville et ses déchets dans le monde romain : rebuts et recyclages. Actes du colloque de Poitiers, 19‑21 septembre 2002, Archéologie et histoire romaine 10, Montagnac, p. 133‑163.

Portillo M., Albert R.‑M., Kadowaki S., Nishiaki Y. 2010, « Domestic activities at Early Neolithic Tell Seker al‑Aheimar (Upper Khabur, Northeastern Syria) through phytoliths and spherulites studies », in C. Delhon, I. Théry-Parisot et S. Thiébault (éd.), Des hommes et des plantes. Exploitation du milieu et gestion des ressources végétales de la préhistoire à nos jours XXXe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes, p. 19‑30.

Rivoal M. 2010a, « Le peuplement byzantin des massifs basaltiques de la Syrie centrale. Modalités d’occupation du sol et stratégies de mise en valeur », in P.‑L. Gatier, B. Geyer et M.‑O. Rousset (éd.), Entre nomades et sédentaires. Prospections en Syrie du Nord et en Jordanie du Sud, TMO 55, série Conquête de la steppe 3, Lyon, p. 209‑240.

— 2010b, « Le peuplement byzantin et la mise en valeur de la Syrie centrale : l’exemple des plateaux basaltiques (Jebel al‑‘Ala, Jebel Hass et Jebel Shbeyt) », in H. Alarashi, M.‑L. Chambrade, S. Gondet, A. Jouvenel, C. Sauvage et H. Tronchère (éd.), Regards croisés sur l’étude archéologique des paysages anciens. Nouvelles recherches dans le bassin méditerranéen, en Asie Centrale et au Proche et au Moyen-Orient, colloque international de Lyon « Broadening Horizons 2 », 18‑20 juin 2007, TMO 56, Lyon, p. 79‑92.

— 2011a, La vie rurale en Syrie centrale à la période protobyzantine (IVeVIIe siècles), thèse de doctorat, université Lumière Lyon 2.

— 2011b, « Entre steppe et plateaux basaltiques : l’occupation de la Syrie centrale à la période byzantine », Syria 88, p. 141‑163.

Rivoal M., Rousset M.‑O. (à paraître), « Les aménagements agricoles dans les marges arides de Syrie du Nord (Ve‑Xe s.) : des témoins des modalités d’appropriation et d’exploitation des campagnes », in A. Delattre, M. Legendre et P. Sijpesteijn (éd.), Authority and control in the countryside, Late Antiquity and Early Islam: continuity and change in the Mediterranean 6th-10th century, Studies in Late Antiquity and Early Islam 25, Princeton.

Robert L. 1961, « Les Kordakia de Nicée, le combustible de Synnada et les poissons-scies. Sur des lettres d’un métropolite de Phrygie au Xe siècle. Philologie et réalités, 1 », Journal des savants 3/1, p. 97‑166.

Rousset M.‑O. 2010, « Qanāts de la steppe syrienne », in P.‑L. Gatier, B. Geyer et M.‑O. Rousset (éd.), Entre nomades et sédentaires. Prospections en Syrie du Nord et en Jordanie du Sud, TMO 55, série Conquête de la steppe 3, Lyon, p. 241‑270.

— 2011, « Le peuplement de la steppe de Syrie du Nord entre le IIe s. av. et le IVe s. ap. J.‑C. », Syria 88, p. 123‑139.

Rousset M.‑O., Duvette C. 2005, « L’élevage dans la steppe à l’époque byzantine », in J. Lefort, C. Morrisson et J.‑P. Sodini (éd.), Les villages dans l’empire byzantin, IVe-XVe siècle. Réalités byzantines 11, Paris, p. 485‑494.

Semple E. C. 1932, The geography of the Mediterranean region. Its relation to ancient history, Londres.

Shahack-gross R. 2003, « Geo-Ethnoarchaeology of Pastoral Sites: The Identification of Livestock Enclosures in Abandoned Maasai Settlements », Journal of Archaeological Science 30/4, p. 439‑459.

2011, « Herbivorous livestock dung: formation, taphonomy, methods for identification and archaeological significance », Journal of Archaeological Science 38/2, p. 205‑218.

Sillar B. 2000, « Dung by preference: the choice of fuel as an example of how Andean pottery production is embbed within wider technical, social, and economic practices », Archaeometry 42/1, p. 43‑60.

Sweet L. E. 1974, Tell Toqaan: a Syrian village, Ann Arbor.

Toplyn M. R. 2006, « Livestock and Limitanei: The Zooarchaeological Evidence », in S. T. Parker (éd.), The Roman Frontier in Central Jordan. Final Report on the Limes Arabicus Project, 1980‑1989, vol. 2, Dumbarton Oaks Studies 40, Washington, p. 463‑507.

Villeneuve F. 1985, « L’économie rurale et la vie des campagnes dans le Hauran antique (Ier s. av. J.‑C.-VIIe s. ap. J.‑C.). Une approche », in J.‑M. Dentzer (éd.), Hauran I. Recherches archéologiques sur la Syrie du Sud à l’époque hellénistique et romaine, vol. 1, BAH 124, Paris, p. 63‑136.

Weulersse J. 1946, Paysans de Syrie et du Proche-Orient, Paris.

White K. D. 1970, Roman farming, Londres-Southampton.

Wilkinson T. J. 1982, « The Definition of Ancient Manured Zones by Means of Extensive Sherd-Sampling Techniques », Journal of Field Archaeology 9/3, p. 323‑333.

Willcox G. 2003, « L’économie végétale à Bosra et à Si’ : résultats d’analyse de restes végétaux carbonisés des périodes romaine, byzantine et islamique », in J. Dentzer-Feydy, J.‑M. Dentzer et P.‑M. Blanc (éd.), Hauran II. Les installations de Si’8. Du sanctuaire à l’établissement viticole, vol. 1, Beyrouth, p. 177‑195.

Winterhalder B., Larsen R., Thomas R. B. 1974, « Dung as an Essential Resource in a Highland Peruvian Community », Human Ecology 2/2, p. 89‑104.

Yedid H. 1984, « Crise et régression du système pastoral bédouin dans la région de Hama (Syrie) », in O. Aurenche (éd.), Nomades et sédentaires. Perspectives ethnoarchéologiques, Recherche sur les civilisations, Mémoires 5, Paris, p. 19‑50.

Zapata Pena L., Pena-Chocaro L., Ibânez Estévez J. J., Gonzâlez Urquijo J. E. 2003, « Ethnoarchaeology in the Moroccan Jebala (Western Rif): wood and dung as fuel », in K. Neumann, A. Butler, et S. Kahlheber (éd.), Food, Fuel and Fields: Progress in African Archaeobotany. 3rd International Workshop on African archaeobotany, Frankfurt, Germany, 57th July 2000, Cologne, p. 163-175.

Notes

2 Cette prospection, réalisée en 2007, a été financée par l’Institut français du Proche-Orient et réalisée dans le cadre d’une convention entre l’Ifpo et la direction générale des Antiquités et des Musées de Syrie.

3 La bibliographie exhaustive des publications auxquelles a donné lieu ce programme est consultable dans ce même volume, p. 11‑17.

4 Rivoal 2011a. La question de la nature de ces buttes a déjà été brièvement évoquée dans Rivoal 2011b. Sur le contexte géographique, voir notamment Jaubert et al. 1999 ; Besançon et Geyer 2006. Sur les formes de mise en valeur et le contexte économique, voir Geyer 2000 ; Geyer et Rousset 2001 ; Geyer et Rousset 2011 ; Rivoal 2010a, Rivoal 2010b, Rivoal 2011b.

5 Le matériel céramique de surface fait état d’une occupation byzantine pour ces trois agglomérations. Deux agglomérations ont également connu une occupation omeyyade (Rasm Hawiyat al‑Šayba et Ḫirbat al‑Ǧāʿad) et l’une d’entre elles une occupation abbasside (Rasm al‑Aḥmar 3, avec peu de matériel, cependant). Sur le site de Rasm Hawiyat al‑Šayba, la découverte d’un reliquaire a conduit à identifier une église (base de données Marges arides). La prééminence d’une occupation byzantine sur au moins deux de ces agglomérations paraît donc acquise. Si l’on ajoute à ces découvertes purement factuelles le contexte économique et l’orientation préférentielle de Rasm al‑Aḥmar 3 vers un élevage intensif, il est probable que ces trois agglomérations aient connu leur plein développement au cours de la période byzantine.

6 Les formes de l’habitat permettent également de se faire une idée assez vraisemblable sur ces questions, mais les arguments susceptibles d’appuyer ces thèses sont les bienvenus.

7 Voir Geyer et Rousset 2011, p. 80 et pl. 2 et 3, p. 370‑371.

8 Rivoal et Rousset, à paraître.

9 Voir aussi, dans ce volume, Geyer, Rousset et Besançon, p. 80‑81. Les tessons de céramique collectés lors du programme Marges arides de Syrie du Nord sur des aires nettoyées interprétées comme des emplacements de tente autorisent en effet cette hypothèse.

10 Elle correspond à la zone 5 de la classification « Marges arides » – classification fondée à la fois sur les potentiels agricoles des milieux et les caractéristiques du peuplement et de la mise en valeur. Voir Geyer et Rousset 2001, p. 115‑118 et fig. 3, p. 116.

11 Dans les zones 1 et 2 de la classification « Marges arides » (voir note précédente) ainsi que sur et autour des mesas basaltiques du nord-est (Ğabal al‑Ḥaṣ et Ğabal Šbayṭ).

12 Besançon et Geyer 2006, p. 37.

13 Rivoal 2010a, p. 232‑233 ; Rivoal 2011b, p. 157‑158.

14 Ce sont les « enclos de territoire » (Rivoal 2011b, p. 153 ; Rivoal et Rousset à paraître ; Duvette dans ce même volume, p. 153‑168).

15 Geyer, Besançon et Rousset 2006 ; Rivoal et Rousset à paraître.

16 « Les faydas (terminologie locale) sont des évasements des fonds de vallées profitant de sols d’apport, profonds et bien irrigués par les eaux de ruissellement, localisés soit à la confluence des oueds soit sur des replats structuraux ou autour des dépressions endoréiques » (Besançon et Geyer 2006, n. 10, p. 21).

17 Des qadus, récipients associés à des chaînes à godets et/ou à des roues à eau, ont été retrouvés sur quelques sites d’habitat isolés dans cette zone intermédiaire (Rivoal 2011a, p. 661‑668).

18 Rousset et Duvette 2005 ; Rivoal 2011b.

19 Rivoal 2011b, p. 160‑161 ; Geyer et Rousset 2011, p. 85. On peut également signaler l’agglomération d’al‑Dawsa, dont les enclos quadrangulaires, regroupés en périphérie, ont été soigneusement nettoyés des rognons de silex qui jonchaient leur surface (Rousset et Duvette 2005, p. 490‑491).

20 Ce dernier enclos se trouve à 800 m environ de l’agglomération. Il n’est pas daté : on ne sait donc s’il dépendait de Rasm al‑Aḥmar 3, mais il est suffisamment ancien pour que son tracé ait été remanié par de nombreux cercles de pierre, comme c’est bien souvent le cas des enclos antiques.

21 Les laisses de crue des oueds peuvent parfois induire en erreur sur les images satellitaires et les photographies aériennes anciennes, d’où une certaine prudence.

22 Les environs du site ont été passés à la sous-soleuse en vue d’une plantation d’atriplex. Par conséquent, il est impossible de vérifier sur les images satellitaires récentes les observations faites sur les photographies aériennes anciennes. Il reste que les tracés noirs obliques demeurent visibles sur ces images, bien que les possibles cercles de pierres ne s’y distinguent plus.

23 Villeneuve 1985, p. 73 ; Rousset 2011, p. 128.

24 C’est par exemple le cas à al‑Dawsa, un autre de ces bourgs qui présente, comme Ḫirbat al‑Ǧāʿad, des abris sous dalle et des enclos réguliers desservis par des allées.

25 À l’ouest et à l’est du lambeau de glacis sur lequel l’agglomération de Rasm Hawiyat al‑Šayba est établie se développent des faydas, potentiellement cultivables. L’oued qui longe à l’ouest le site de Ḫirbat al‑Ǧāʿad présente quant à lui un fond plat, cultivable.

26 Le terme de « fumier » renvoie spécifiquement à un mélange d’excréments animaux et de litière, utilisé comme engrais (Brochier 2005. p. 141 ; Naizet 2003, p. 15).

27 La matière organique constitue les 8/10e des excréments animaux (Brochier 2005, p. 140), ce qui donne lieu, lors de sa lente dégradation, à des réductions de volumes très importantes.

28 Les sphérolites (ou calcites sphérolitiques), formés dans l’intestin grêle des herbivores au cours de la digestion, sont des marqueurs spécifiques des excréments (Brochier 2005, p. 137‑139). Mais, à moins d’un enfouissement rapide, sous l’effet des précipitations, ils se dissolvent en l’espace de quelques mois (Brochier 2002, p. 459).

29 Les phytolithes siliceux, corpuscules minéraux constitués d’opale, ont une origine végétale. Les Poacées en particulier, qui entrent pour une part importante dans l’alimentation des herbivores, en produisent en grande quantité. Or cette fraction minérale, très résistante à l’altération, n’est pas dégradée par la digestion et se retrouve par conséquent en grande quantité dans les excréments (Brochier 2002, p. 458‑459 ; Brochier 2005, p. 139).

30 Présents dans les cellules des végétaux, les oxalates de calcium sont des cristaux. On les retrouve dans les fèces mais ils sont rapidement digérés par les bactéries. Une combustion (entre 450 ° et 700 °C) transforme les oxalates de calcium en un carbonate de calcium beaucoup plus résistant à l’altération, mais qui conserve cependant la forme du cristal d’origine (Brochier 1983, p. 143 ; Shahack-Gross 2011, p. 210).

31 Shahack-Gross 2011, P.212.

32 La microstratification que l’on observe au microscope résulte du piétinement des excréments et/ou de la litière (Shahack-Gross 2011, p. 210) et se conserve après combustion (Albert et al. 2008, p. 62, 70 et 72).

33 Brochier 1983, p. 145 ; Albert et al. 2008, p. 72 ; Shahack-Gross 2011, p. 212.

34 Il s’agit dans la plupart des cas de grottes occupées au cours du Néolithique moyen (Chasséen). Voir Brochier 1991, 2005.

35 À Tel Dor (Albert et al. 2008).

36 En contexte abrité, J.‑É. Brochier estime à un à sept siècles le temps nécessaire pour que la dégradation de la matière organique (biominéralisation) soit complète (Brochier 2002, p. 467).

37 Voir par exemple Shahack-Gross 2003, sur l’évolution des déjections et des litières entreposées dans des enclos d’éleveurs massais, ou encore Shahack-Gross 2011, sur les processus naturels et anthropiques à l’œuvre dans la formation des accumulations d’excréments.

38 Ces plaques sont le produit du parcage hivernal des troupeaux (kours). Les excréments de moutons, dans leur faciès estival (barour), se présentent sous une forme analogue à celle des crottes de chèvres et sont stockés, au même titre que les plaques sèches (Brochier dans Castel et al 2008, p. 43).

39 Hamidé 1959, p. 228.

40 Voir ci-dessus notes 27 et 36.

41 Voir ci-dessus note 39.

42 Sur l’inefficacité des excréments comme engrais sous un climat méditerranéen chaud et sec, voir White 1970, p. 131 et Wilkinson 1982, p. 324‑325. D’après K. D. White, les agronomes latins auraient contourné cette difficulté en utilisant du compost (White 1970, p. 132).

43 Miller 1984, p. 74.

44 Miller 1984, p. 74.

45 Columelle, De l’agriculture, I, 6, 21‑22.

46 Pline, Histoire naturelle, XVII, 8.

47 Pline, Histoire naturelle, XVII, 8 ; Columelle, De l’agriculture, I, 6, 22 ; Varron, Économie rurale, 1, 13, 4.

48 M. Al‑Dbiyat, communication personnelle.

49 Columelle, De l’agriculture, I, 6, 11 et IX, 5, 1 ; Cordier 2003, p. 22.

50 Badan et al. 1995, p. 293‑294.

51 Brochier et al. 1992, p. 63 ; Brochier 2005. p. 144.

52 Semple 1932, p. 412 ; Pline, Histoire naturelle, XVII, 6.

53 Columelle, De l’agriculture, II, 14, 9.

54 M. Al‑Dbiyat, communication personnelle.

55 Naizet 2003, p. 15.

56 Columelle, De l’agriculture, II, 14, 9.

57 Pline, Histoire naturelle, XVII, 46 ; Columelle, De l’agriculture, II, 14, 9 ; Semple 1932, p. 411‑412. Varron fait la distinction entre fumiers jeunes et vieux (Varron, Économie rurale, I, 13, 4).

58 Columelle, De l’agriculture, II, 14, 8.

59 Ce sont les arguments en faveur du retournement du compost fournis par le ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario (url : http://www.omafra.gov.on.ca/french/crops/field/news/croptalk/2004/ct_1104a2.htm).

60 Naizet 2003, p. 15.

61 Brochier et al. 1992.

62 Brochier et al. 1992, p. 58 et fig. 7, p. 61.

63 Brochier et al. 1992, p. 58, 68, 73.

64 Brochier et al. 1992, p. 58.

65 Brochier 1991, pl. XIII.

66 Brochier 1991, pl. XIII ; Brochier 2005, p. 142.

67 Brochier 1991, pl. XIII ; Brochier et al. 1992, p. 59.

68 Brochier 2005, p. 142.

69 Voir note 36 pour la durée de la biominéralisation sous abri. L’observation ethnographique montre que, en plein air, ce même processus est achevé au bout d’environ trois décennies, plus de trois fois plus rapidement que sous abri (Shahack-Gross 2003, p. 457).

70 Johansen 2004, p. 312. La bibliographie sur ce sujet est particulièrement abondante, car il a suscité les plus vives interrogations depuis le XIXe siècle. L’article de P. G. Johansen présente brièvement l’état et les principaux acteurs de ces recherches.

71 Johansen 2004, p. 312. Le terme de « vitrification » renvoie probablement aux « scories agropastorales » évoquées par J. Brochier, qui paraît assez sceptique quant à l’origine animale des dépôts capables de produire ce type de verres siliceux (Brochier 1991, p. 310 ; Brochier 2002, p. 459). Les températures nécessaires à la formation de ces scories seraient comprises entre 900 et 1 100 °C (Brochier 2002, p. 459).

72 Voir notamment Bouchaud 2012.

73 Cette accumulation de plusieurs mètres, adossée à l’amphithéâtre de la ville, est datée de la fin du VIe siècle et du début du VIIe siècle (Bouchaud 2011, p. 101‑107).

74 Monteil et al. 2003, p. 124.

75 Nin et Leguilloux 2003, p. 145. Cet épandage de terre récurrent a produit une alternance régulière de couches que l’on pourrait chercher à comparer à celle de nos buttes.

76 Brochier 2005, p. 138.

77 Johansen 2004, p. 312.

78 L. Heuzey, Excursion dans la Thessalie turque en 1858, Collection de l’Institut d’études byzantines et néo-helléniques de l’université de Paris 5, Paris, 1927, cité par Robert 1961, p. 131‑132.

79 Cordier 2003, p. 19‑20.

80 Cordier 2003, p. 20 et n. 7 ; Ballet 2003, p. 227.

81 Cordier 2003, p. 20 ; Ballet 2003, p. 227.

82 Harpocration, Lexique des orateurs antiques, p. 74 ; Robert 1961, p. 135.

83 Robert 1961, p. 135.

84 Robert 1961, p. 135.

85 Les fumières des bergeries romaines de la Crau sont elles aussi constituées de matériaux hétérogènes.

86 Rivoal 2011b, p. 160‑163.

87 Les conclusions de J. Brochier établies à partir des poussières détritiques des foyers et les analyses archéobotaniques de L. Herveux vont en effet dans le même sens (Castel et al. 2008, p. 42 et 44).

88 Miller 1984 pour le sud de l’Iran ; McCorriston et Weisberg 2002, p. 490 et Portillo et al. 2010, p. 27 pour la Ǧazīra ; Katz et al. 2007, p. 107 et 111 pour le Néguev ; Albert et al. 2008, p. 72 pour la côte levantine.

89 On peut citer, à 120 km à l’est de Rasm al‑Aḥmar 3, les travaux de M. Kühn à Qaṣr al‑Ḥayr al‑Šarqī (Genequand et al. 2006, p. 197‑198). Pour la Syrie du Sud, les hypothèses de G. Willcox à Sia et à Bosra (Willcox 2003, p. 181 et 184) doivent être mentionnées, tout comme les travaux de C. Bouchaud sur le tell aswad de Bosra (Bouchaud 2011 ; Bouchaud 2012) et, pour la Jordanie, ceux de P. Crawford et de M. R. Toplyn (Crawford 2006, p. 458 ; Toplyn 2006, p. 482).

90 Robert 1961, p. 115 et suivantes.

91 Robert 1961, p. 115‑116 et suivantes pour la technique de fabrication et les usages du tezek. Ce sont des galettes constituées d’un mélange de bouse de vache et de paille, soigneusement séchées, et utilisées ensuite comme combustible. Le même combustible et le même mode de séchage (sur les murs des maisons) est aussi attesté en Syrie (Weulersse 1946, p. 152).

92 Shahack-Gross 2011, p. 208 et 211.

93 Robert 1961, p.130.

94 Voir ci-dessus note 38.

95 Sillar 2000, p. 46 ; Matthews 2010 ; Braadbaart et al 2012, p. 843.

96 Le tezek résulte du malaxage des bouses fraîches avec de la paille, mais dans le cas du kours, le seul piétinement du bétail dans l’enclos suffit à amalgamer et à compacter efficacement les excréments avec les résidus de paille qui proviennent du fourrage. Il suffit ensuite de faire sécher convenablement les plaques collectées lors du nettoyage des enclos pour obtenir un bon combustible.

97 Braadbaart et al 2012, p. 843.

98 Robert 1961. p. 130.

99 Robert 1961, p. 130, n. 64.

100 Matthews 2010, p. 106.

101 Winterhalder et al. 1974 (Altiplano, Pérou) ; Sillar 2000 (Andes péruviennes et boliviennes) ; Zapata et al. 2003 (Maroc).

102 Winterhalder et al. 1974, p. 98‑99; Sillar 2000, p. 49.

103 Ainsi le comte de Cholet, Voyage en Turquie d’Asie, Arménie, Kurdistan et Mésopotamie, Paris, 1892, dans Robert 1961, p. 126. Le témoignage de J. Weulersse (1946, p. 152) va aussi dans ce sens.

104 Ainsi A. D. Mordtmann en 1852 (Anatolien, Skizzen und Reisebriefen aus Kleinasien [1850‑1859], Hanovre, 1925, dans Robert 1961, p. 119).

105 Zapata et al. 2003, p. 171.

106 Zapata et al. 2003, p. 169‑170.

107 Sillar 2000, p. 47.

108 Sillar 2000, p. 47‑49, fig. 1‑4.

109 Sillar 2000, p. 49.

110 Voir ci-dessus note 30.

111 Matthews 2010, p. 107. À noter que J. Brochier estime que les oxalates de calcium pseudomorphes ne se forment qu’à des températures comprises entre 430 et 510 °C (Brochier 2002, p. 456).

112 Cela semble être un autre avantage des fours à ciel ouvert : ils produisent très peu de ratés de cuisson (Sillar 2000, p. 47).

113 Sillar 2000, p. 47 et 54. Les qualités calorifiques des excréments animaux paraissent négligées par les potiers andins dans le cadre d’une production plus industrielle. Dans les fours fermés, le bois est utilisé systématiquement, bien qu’il soit acheminé sur de longues distances (Sillar 2000, p. 51 et tab. 1, p. 45).

114 Castel et al. 2014.

115 Barge, Regagnon et Kudlek dans Castel et al., 2014.

116 Rousset 2010, p. 267 ; Rivoal et Rousset, à paraître.

117 Ibid.

118 La nature du remplissage pourrait varier sur la longueur du tracé de la canalisation. Les contenus hétérogènes de différents dépotoirs auraient pu être transportés et enfouis à cette occasion.

119 Latron 1936, p. 62‑64 ; Weulersse 1946, p. 153.

120 Caton, De l’agriculture, XXXIII pour le parcage de moutons en plein air avant semailles ; Pline, Histoire naturelle, XVIII, 53 pour le parcage en plein air ; Semple 1932, p. 409 ; White 1970, p. 134.

121 E. Semple (1932, p. 409‑410) a recensé les préférences des agronomes latins ainsi que leurs différents motifs.

122 Semple 1932. p. 409; Hamidé 1959, p. 129; White 1970, p. 126‑128.

123 Winterhalder et al. 1974, p. 100.

124 Les agronomes latins recommandent en priorité la colombine et les fientes d’oiseau en général, mais les excréments de moutons sont préférés à ceux du gros bétail (Semple 1932, p. 409‑410 ; White 1970, p. 126‑128). La comparaison des excréments de bœufs, de lamas et de moutons dans les Andes montre en effet que la composition chimique des déjections de moutons est plus riche (Winterhalder et al. 1974, tab. 3, p. 97).

125 Winterhalder et al. 1974, p. 100

126 Winterhalder et al. 1974, p. 99.

127 Winterhalder et al. 1974, tab. 2, p. 96. Les valeurs moyennes sont de 900 kg d’excréments de moutons pour 500m2. Les auteurs de cette étude estiment qu’un troupeau de 25 têtes est nécessaire à l’amendement de 500 m2. Chaque bête produirait 0,25 à 0,29 kg d’excréments par jour, dont 40 % pourraient être collectés dans les enclos (Winterhalder et al. 1974, p. 101). Les moutons produisent la majorité de leurs excréments le soir ou tôt le matin ; les enclos de garde nocturne concentrent donc une grande partie de leurs déjections (Sillar 2000, p. 49). D’après le constat de B. Sillar selon lequel les moutons, tout comme les vaches, produisent plus de quatre fois leur poids par an en excréments secs (Sillar 2000, p. 46), 18 tonnes seraient nécessaires, dans ces conditions, pour amender un hectare.

128 Sweet 1974, p. 87.

129 White 1970, p. 130 ; Kaplan 1992, p. 66 ; Caton, De l’agriculture, XLI.

130 Caton, De l’agriculture, XXXII ; Columelle, De l’agriculture, II, 15, 4‑5 ; Brun 2003, p. 42 et 134.

131 Columelle, De l’agriculture, II, 15, 1 ; Caton, De l’agriculture, XXXIII, XLI.

132 Caton, De l’agriculture, XXXIII.

133 Voir ci-dessus note 120.

134 Caton, De l’agriculture, XXXVI, XLII ; Columelle, De l’agriculture, II, 15 ; Semple 1932, p. 407.

135 Columelle, De l’agriculture, II, 5, 1.

136 Pline, Histoire naturelle, XVII, 5‑6.

137 Varron, Économie rurale, I, 23, 3 ; Caton, De l’agriculture, XLIII, 2 ; Pline, Histoire naturelle, XVII, 7 ; White 1970, p. 135. M. Kaplan estime cependant que les exploitants byzantins ignoraient cet avantage (Kaplan 1992, p. 31 ; Kaplan 2006, p. 68).

138 Wilkinson 1982, p. 330.

139 Weulersse 1946, p. 163 et 289.

140 Il semble que les fluctuations saisonnières du débit des qanâts du glacis de piémont des Palmyrénides n’entravaient pas leur fonctionnement (Jaubert et al. 2002).

141 Les villages de Mu’allaq et de Rasm al‑Ḥaǧal, tous deux installés dans une vallée, au pied d’un plateau, possédaient des jardins probablement irrigués (Rivoal 2011b, p. 158). C’est aussi vraisemblablement le cas des hameaux de Wādī al‑Qasṭal 5 et Rasm Ǧnayna 1, tous deux situés dans la zone 3 de la classification « Marges arides » (Rivoal 2011b p. 160).

142 Semple 1932, p. 413; Wilkinson 1982, p. 330.

143 Semple 1932, p. 413.

144 Théophraste, Recherches sur les plantes, VIII, 7, 7.

145 Semple 1932, p. 413.

146 Semple 1932, p. 412. L’ajout de litière aux excréments est un autre moyen de diminuer les propriétés corrosives des excréments seuls, l’ensemble formant à proprement parler un « fumier ».

147 Latron 1936, p. 110 ; Weulersse 1946, p. 152.

148 Latron 1936, p. 110.

149 H.‑H. G. von Schweinitz, In Kleinasien, ein Reitflug durch das Innere Kleinasiens im Jahre 1905, Berlin, 1906, dans Robert 1961, p. 119. Voir aussi les observations d’un instituteur anatolien transcrites par L. Robert : « On dit au paysan qui brûle les bouses séchées : “C’est une folie de brûler du fumier, répands-le sur les champs.” [...] Et si le paysan ne brûle pas de bouse sèche, que brûlera-t-il ? » (Makal dans Robert 1961, p. 128‑129).

150 Sillar 2000, p. 52.

151 Sillar 2000, p. 52.

152 Shahack-Gross 2011, p. 211.

153 Zapata et al. 2003, p. 170 et 173.

154 Caton, De l’agriculture, CXXII (ceps de vigne) ; Columelle, De l’agriculture, II, 14, 5 et IV, 35, 5 ; Pline, Histoire naturelle, XVII, 5 ; Semple 1932, p. 407 ; H. Q. El‑Sāmarrāie, Agriculture in Iraq during the 3rd century, Beyrouth, 1972, p. 74‑75 (non vidi), dans Wilkinson 1982, p. 324.

155 Pline, Histoire naturelle, XVII, 5. Pline souligne cependant que la cendre produite n’est pas utilisée pour les céréales. Saupoudrée sur les grappes de raisin, elle en accélérerait la maturation.

156 Sillar 2000, p. 52; Shahack-Gross 2011, p. 209.

157 Geyer 2002, p. 41.

158 Ibn Wahshiyya, Al‑filāḥah al‑nabaṭīyah et Al‑Jahiz, cités dans El‑Sāmarrāie 1972 (voir note 154), p. 74‑75, dans Wilkinson 1982, p. 324 ; Latron 1936, p. 62‑64 et 110 ; Weulersse 1946, p. 153.

159 Ce constat vaut surtout pour les périodes romaine et romaine tardive (Rousset 2011, p. 127‑129), mais aussi pour l’époque omeyyade (communication personnelle M.‑O. Rousset).

160 L’absence de gestion raisonnée des déchets n’est pas un indice tangible du caractère temporaire de l’occupation, mais l’inverse indique l’existence d’une communauté organisée, une conception aboutie de l’agglomération.

161 Cette question, avec celle des ressources en eau, a notamment été soulevée par M.‑O. Rousset et C. Duvette pour des sites qui se trouvent dans des contextes équivalents (Rousset et Duvette 2005, p. 492).

162 Toplyn 2006, p. 487.

163 Toplyn 2006, p. 499.

164 Toplyn 2006, p. 499.

165 Crawford 2006, p. 454. Les conclusions de G. Willcox sont analogues pour Sia et Bosra et valent, semble-t-il, pour la plupart des sites au Proche-Orient (Willcox 2003, p. 182).

166 Toplyn 2006, p. 499‑500 ; Crawford 2006, p. 458.

167 Les tribus moutonnières de la steppe syrienne menaient rarement leurs troupeaux à plus de 10 km de leur campement (Yédid 1984, p. 19), mais le petit bétail peut parcourir 30 km par jour au Kazakhstan et 50 km en Somalie (Masanov 1990, p. 199).

168 Jaubert et al. 1999, p. 37, carte 14.

169 Voir ci-dessus.

170 Brochier 2002, p. 469.

171 Brochier 2002, p. 469.

172 Brochier 2005, p. 469

173 Pour l’exemple de brûlage en plein air en Sicile, il n’est pas précisé si la combustion du fumier a lieu dans les enclos ou sur une accumulation secondaire de fumier.

174 M. Al‑Dbiyat, communication personnelle.

175 Bouchaud 2011, p. 106.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Sites de l’Antiquité tardive et des débuts de l’islam (IIIe-VIIIe siècles) dans la steppe de Syrie du Nord (M. Rivoal).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/483/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 2 Une butte brune à Rasm al‑Amar 3. Vue vers l’est (à droite sur la photo, cliché M. Rivoal).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/483/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 3 Vue depuis une butte brune à Rasm Hawiyat al‑Šayba (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/483/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 992k
Légende Fig. 4 – Répartition des buttes brunes et des dépotoirs identifiés dans la steppe de Syrie du Nord (Ier siècle av. J.‑C.-VIIIe siècle ap. J.‑C.) [M. Rivoal].
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/483/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 5 Plan de Rasm al-Aḥmar 3 sur fond de photographie aérienne de 1958 (M. Rivoal).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/483/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Légende Fig. 6 – Rasm Hawiyat al‑Šayba fond de photographie aérienne de 1958 avec localisation des buttes brunes (M. Rivoal).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/483/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 7 – Ḫirbat al-Ǧāʿad sur une photographie aérienne de 1958 avec localisation des buttes brunes (M. Rivoal).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/483/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 8 – Trou de pillage dans l’une des buttes brunes de Rasm Hawiyat al‑Šayba (cliché M.‑O. Rousset, © mission Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/483/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 9 – Abri à réserves de combustible à al‑Rawda : plaques d’excréments séchés et broussailles (cliché M. Rivoal).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/483/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 10 – Stratigraphie d’excréments et/ou de fumiers brûlés sous abri (site Perthus II, Alpes de Haute-Provence) [cliché C. Lepère].
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/483/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 11 Canalisation découverte à proximité d’al-Qastal et son remplissage (cliché O. Barge, © mission archéologique d’al-Rawda).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/483/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 103k

Auteur

Laboratoire de cultures et humanités digitales, Faculté des sciences sociales et politiques, université de Lausanne et UMR 5189 – HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.