Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habitat et environnement

 | 
Marie-Odile Rousset
, 
Bernard Geyer
, 
Pierre-Louis Gatier
, 
et al.

Rasm Afandī, village des steppes de Syrie

Catherine Duvette

Résumé

Rasm Afandī, village de terre, compte au nombre des implantations antiques qui se sont fortement développées durant les Ve et VIe siècles dans la région étudiée par la mission des Marges arides de la Syrie du Nord. L’examen de ses vestiges bâtis et de leur organisation en plan permet d’évoquer certains des caractères originaux ou standards d’une communauté rurale de cette région à la période protobyzantine.

Rasm Afandī, an earthen village, is one of the antique settlements whose population considerably increased during the 5th and 6th centuries in the area studied by the mission of the Arid Margins of Northern Syria. The reading of its architectural remains, mostly simple houses, and of their planimetric organization allows to outline some of the original or common aspects of a rural community in this area during the proto-byzantine times.

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 2 Pour plus de détails sur les différents modes de mise en valeur, voir Geyer et Rousset 2001, p. 111 (...)
  • 3 Pour le tableau comparatif des étendues des écarts, hameaux et villages du corpus étudié, voir Duve (...)

1Au sein du corpus des implantations byzantines réuni par la mission des Marges arides de la Syrie du Nord, le site de Rasm Afandī fait figure de village « type » au regard d’autres agglomérations de même nature, de bourgs, de hameaux et d’écarts qui maillent le territoire de cette région aux Ve et VIe siècles (Rousset et Duvette 2005, p. 484‑493, fig. 3 ; Duvette 2010, p. 175‑207, fig. 1 à 15). Il s’inscrit dans une zone de marge (zone III du mode de mise en valeur à l’époque byzantine), à l’aridité marquée, où l’élevage joue un rôle économique majeur2. Étagé sur la pente d’un coteau (fig. 1) qui regarde vers l’ouest, il côtoie un oued au sud-ouest et un vaste enclos (34,5 ha) au nord (fig. 2). L’habitat proprement dit est situé à distance (65 et 305 m) de deux zones d’inhumations (environ 3 500 m2 pour la plus proche et environ 2 000 m2 pour la plus lointaine) implantées en position haute, à l’est. L’emprise au sol de l’agglomération couvre 9,5 ha3 Le mobilier céramique, collecté en surface, atteste d’une fréquentation du site entre le Ier et le VIe siècle et d’une réoccupation réduite à l’époque médiévale (Rousset et Duvette 2005, p. 490).

Fig. 1 – Plan d’état des lieux du village en 2001 (C. Duvette, B. Chalich, J.‑Chr. Moncel, H. Morel, S. Sanz).

Fig. 2 Vestiges du mur de clôture de l’enclos au nord du village, là où il longe l’oued à l’ouest (cliché C. Duvette).

2Lors d’un premier panorama du réseau d’implantations dans lequel Rasm Afandī s’inscrit, nous attirions l’attention sur l’imperfection de l’échantillon et des données matérielles sur lesquels nous travaillions (Duvette 2010, p. 175‑207). En l’absence de fouille, dénombrer précisément les unités d’habitations que compte une de ces agglomérations reste en effet d’autant plus hasardeux que leur délimitation a pu évoluer dans le temps et que des clôtures ont pu nous échapper. D’après le seul examen des vestiges de surface de Rasm Afandī, et à titre d’hypothèse de travail (fig. 5), nous nous risquons cependant à revoir la première estimation donnée en 2005 (avant restitution des murs d’enclos) et à avancer le chiffre optimisé d’environ 70 unités d’habitations agglutinées en huit îlots dans une dernière phase de développement du village. Par îlot nous entendons une partie de l’espace villageois délimité par des espaces et/ou des passages collectifs, sans chemin intérieur autre qu’en impasse. Au sein de ces îlots, des vestiges sont suffisamment complets pour permettre la restitution d’ensembles bornés qui correspondent à des unités de propriété du sol et rassemblent, en limite de parcelle, un ou plusieurs bâtiments ouverts sur une cour plus ou moins vaste et régulière. Une configuration « type », déclinée en multiples variantes cohérentes sur le plan fonctionnel, se dégage ainsi. Elle constitue l’essentiel des constructions du village et la forme d’habitat ordinaire de cette région : de simples maisons.

UNE ARCHITECTURE DE PIERRE ET DE TERRE

  • 4 Pour plus de détails sur cette tradition, voir Aurenche 1981, P-152‑153 ; Aurenche 1999, p. 71 ; Me (...)

3Nous sommes en présence des vestiges d’une architecture de terre fondée sur des soubassements de pierre (fig. 4a et 4b), eux-mêmes appuyés sur la dalle calcaire qui affleure par endroits. La ruine des élévations n’a laissé apparentes que ces assises de fondations qui seules permettent de dessiner les plans de cet habitat. Ces soubassements sont constitués de blocs de pierre locale non équarris. Ils sont très sommairement disposés en assises à double parement en dépit de leur état quasi naturel (fig. 5). Un mortier de terre fait office de liant. De plus gros blocs renforcent les angles ou la base des chambranles des portes (fig. 6). Nous ne percevons plus qu’un niveau d’arase autour duquel les moellons les plus petits ont été dispersés, mais la largeur des murs peut être estimée autour de 0,6‑0,8 m. Sans entreprise de fouille, aucun autre indice physique direct ne permet d’assurer la nature des élévations ou des couvrements des maisons du village. La faible quantité d’adobe fondu, qui s’est largement étalé sur le sol, plaide cependant pour une architecture aux bâtiments peu élevés où la plupart des espaces couverts devaient être de plain-pied avec les cours. C’est en observant les détails d’autres sites bâtis durant la même période, ou en se tournant vers des pratiques contemporaines dans la même région, que l’on trouve des parallèles qui permettent de suggérer des hypothèses de restitution en élévation. L’usage de la brique crue en élévation (Duvette 2010, p. 198, fig. 28‑29) et de coupoles en encorbellement comme mode de couvrement de cette architecture semble ainsi une solution à privilégier (Rousset et Duvette 2005, p. 490 ; Duvette 2010, fig. 36‑37). Possédant de bonnes qualités thermiques, fraîches en été, chaudes en hiver, les pièces construites selon ces techniques ont une durée de vie de plusieurs dizaines d’années à partir du moment où elles sont bien conçues et régulièrement entretenues. Les dimensions et la base modulaire des pièces qui constituent les bâtiments de Rasm Afandī, leur développement linéaire, la disponibilité des matériaux premiers (terre et paille), la possibilité de mises en œuvre et de cycles d’entretien familiaux, ainsi qu’une tradition régionale toujours vivace à la fin du XXe siècle4, sont autant d’arguments qui vont dans le sens d’une telle hypothèse. Cette dernière reste cependant à étayer par des investigations plus poussées et pourra être, à terme, nuancée (Duvette 2010, p. 200‑205). Ce mode de construction n’est pas le seul envisageable sur la base des traces observées et il a pu ne pas être exclusif sur l’ensemble du village. Le contexte de notre enquête ne nous a pas permis de distinguer de différence significative dans les techniques mises en œuvre.

Fig. 3 Plan interprété du tissu villageois, une hypothèse de dénombrement des maisons et des îlots (C. Duvette).

Fig. 4a et 4b – Les soubassements de pierres qui supportaient les élévations en terre crue des maisons du village sont constitués de blocs laissés à l’état quasi naturel et déclinés selon des modules variés (clichés C. Duvette).

Fig. 5 – Vue en élévation d’un soubassement de pierre (cliché C. Duvette).

Fig. 6 Blocs plus gros disposés au pied des chambranles des portes (cliché C. Duvette).

UN MODE D’HABITER CARACTÉRISTIQUE

4Malgré les incertitudes liées à la restitution des élévations et à l’identification de certains ensembles, l’enfermement de l’espace domestique derrière une clôture semble être ici la norme. Les clôtures délimitent physiquement des espaces privés et matérialisent des propriétés qui couvrent 69 % de la surface totale du village. Si ces espaces obéissent tous à un même schéma de base (fig. 11), ils occupent des surfaces au sol très variables, qui vont de 300 à plus de 2 000 m2. Tous îlots confondus, 69 % des maisons ont une surface comprise entre 300 et 900 m2, 25 % couvrent entre 900 et 1 500 m2 et seules 6 % d’entre elles ont une surface supérieure à 1 500 m2 (fig. 7). La répartition de ces surfaces au sein du village est également variable. Les parcelles les plus grandes se trouvent certes majoritairement en position périphérique des îlots (> 900 m2) comme du village (> 1 200 m2), mais de petites et moyennes maisons se rencontrent dans tous les secteurs, au centre du village, au cœur des îlots, mais également en position périphérique.

LA COUR

  • 5 Voir, par exemple, Duvette, Charpentier et Piaton 2013, fig. 5c, 6c et 7c.

5Les surfaces couvertes ne représentent que 30 % de la surface occupée par ces parcelles, et n’occupent ainsi que 21 % de la surface totale du village. La cour revêt partout une importance particulière. Rectangulaire ou trapézoïdale, elle assure la desserte principale de pièces d’habitation et de service et permet une transition entre l’intérieur des bâtiments et l’espace extérieur, le village ou le terroir. Sa fermeture est en grande partie assurée par les bâtiments d’habitation eux-mêmes qui se développent de manière à la préserver. Rien n’indique que les clôtures qui prolongent les bâtiments aient été hautes. Si l’on observe l’architecture domestique d’autres régions à l’époque byzantine5, les murs de clôture ont pu être conçus comme de véritables enveloppes hermétiques à toutes intrusions, mais si l’on considère les pratiques contemporaines des villageois de la même région, ils ont pu se réduire à la hauteur de simples murets qui, bien que privatisant sans ambiguïté un espace, laissent passer le regard.

  • 6 Comme les plantations que l’on peut observer aujourd’hui dans certaines installations étudiées par (...)

6L’échelle des cours, corollaire de celle des parcelles, est sujette à de grandes variations. Sur l’ensemble du village, les plus petites cours couvrent entre 100 et 200 m2 et les plus grandes couvrent plus de 1 000 m2. Entre ces extrêmes peu nombreux (8 % dans les deux cas), toute la gamme des surfaces possibles est représentée sans qu’une valeur médiane ne se distingue. Ces cours peuvent occuper de 36 à 89 % de la surface d’une maison. En revanche, une écrasante majorité (90 %) des cours occupe plus de la moitié de la surface d’une maison (fig. 8). Au sein de cette majorité, 22 % de ces cours représentent plus de 80 % de cette surface. La plupart d’entre elles offrent ainsi des étendues suffisantes pour que puissent s’y dérouler des activités variées : les diverses pratiques domestiques ou artisanales complémentaires de celles qui se tiennent dans les espaces couverts ou qui s’externalisent selon les saisons, le séchage et le stockage de denrées, l’entreposage de matériel, etc. Des constructions et aménagements temporaires ou éphémères (tentes, enclos, etc.) en matériaux légers ont pu y prendre place. Aucun vestige apparent n’atteste la stabulation d’animaux ou l’entretien de jardins au sein de ces cours. L’absence de puits identifiés au cœur du village semble peu favorable à une pratique systématique de l’une comme de l’autre, alors que la présence de diverses installations en connexion avec un oued en périphérie atteste de l’exercice de telles activités à l’extérieur de l’agglomération. L’accueil d’un cheptel familial restreint ou temporaire (animaux gravides) et l’entretien de potagers limités sont cependant envisageables6. Selon la position des parcelles dans les îlots, les entrées des maisons peuvent être tournées vers l’intérieur du village ou, au contraire, être accessibles depuis le terroir.

Fig. 7 – Comparaison des surfaces au sol des parcelles sur l’ensemble du village, en m2.

Fig. 8 – Comparaison des surfaces au sol des cours par rapport à la surface au sol des parcelles sur l’ensemble du village, en pourcentage.

LES BÂTIMENTS

  • 7 Voir, par exemple, Tate et al. 2013, chapitre A.

7Les bâtiments orthogonaux qui se répartissent de part et d’autre des cours, sur un, deux ou trois côtés, en limite de parcelles, sont composés de pièces accolées les unes aux autres. Certaines maisons n’en comptent que deux tandis que d’autres en développent plus d’une dizaine. 73 % des maisons au sein desquelles nous avons pu comptabiliser ces espaces couverts réunissent ainsi entre deux et six pièces (fig. 9). Ces dernières présentent pour la plupart un plan au sol approximativement carré avec une portée maximale qui n’excède pas 7 m. Elles constituent les cellules de base de chaque bâtiment au sein de chaque maison et peuvent être indifféremment multipliées au fur et à mesure des besoins et des moyens de leurs habitants. On peut supposer que les murs de ces pièces se différenciaient selon leur orientation vers l’intérieur ou l’extérieur de la cour, avec des murs arrières partiellement aveugles, conçus comme des éléments de clôture, et des façades sur cour plus ouvertes. Parmi ces dernières, on note une prédominance des orientations sud et est. Là aussi, l’observation des architectures antiques d’autres régions de Syrie permet de supposer que ces quelques principes étaient récurrents7. Certaines de ces pièces étaient communicantes entre elles et ont visiblement été conçues deux à deux, mais cette gémellité, bien que notée à plusieurs reprises, ne semble pas systématique. Ce caractère modulaire et répétitif, combiné à une unité de matériaux et de techniques, confère toute son homogénéité au paysage bâti du village.

Fig. 9 – Comparaison du nombre de pièces recensées par maison, sur l’ensemble du village.

Fig. 10 – Comparaison des surfaces des pièces sur l’ensemble du village, toutes maisons confondues, en m2.

8Les édifices qui articulent dès l’origine plusieurs pièces sans contraintes de voisinage sont les plus réguliers. Les bâtiments construits en plusieurs étapes associent en général, mais pas toujours, des pièces de taille similaire. En effet, bien que ces pièces soient morphologiquement peu différenciées en plan, une hiérarchie apparaît dans de nombreux cas entre les pièces d’un même bâtiment comme entre les bâtiments d’une même maison. Les surfaces des pièces que nous avons pu individualiser dans les maisons de Rasm Afandī varient ainsi de 3 à 46 m2, avec une surface moyenne qui oscille autour de 27‑28 m2 (fig. 10). Nous pouvons aisément affecter une fonction d’annexe aux pièces qui se distinguent par des superficies nettement plus petites (inf. à 15 m2). Leur position dans l’enclos de la maison ou au sein des bâtiments linéaires reflète en général cette fonction secondaire. Elles prennent place de part et d’autre de pièces plus grandes, s’inscrivent en position intermédiaire ou constituent des bâtiments à part, perpendiculaires ou en vis-à-vis de bâtiments aux pièces plus vastes. En revanche, on retrouve vraisemblablement parmi les pièces dont la surface est supérieure, à la fois des locaux d’habitation, des locaux artisanaux, des réserves alimentaires et des dépôts. Les vestiges apparents livrent peu d’éléments, immobiliers ou mobiliers, qui permettraient une différentiation fonctionnelle. Seul l’examen relatif des surfaces de ces pièces et de leur position dans l’enclos est susceptible de fournir quelques pistes, au cas par cas (fig. 11).

  • 8 Les installations contemporaines voisines du site de Rasm Afandī, mais également celles étudiées et (...)

9On peut ainsi envisager d’attribuer par défaut une fonction de séjour aux pièces reliées entre elles ou plus grandes, et une fonction secondaire aux pièces plus petites qu’elles côtoient. En effet, alors que la plupart des marques de confort ou d’apparat relevaient d’un second œuvre enseveli ou dont toute trace a disparu, la seule présence de pièces plus vastes que d’autres, accolées ou non, peut-être l’indice, perceptible au niveau des soubassements, d’une volonté de distinguer certains espaces. Dans ces espaces de séjour, les architectures traditionnelles de la région8, quel que soit leur mode de couvrement, montrent de nos jours des locaux hauts aux élévations enduites de terre puis recouvertes d’un enduit de chaux et de paille. La luminosité intérieure de ces pièces, peu ouvertes sur l’extérieur, est accentuée par la pose d’un ultime badigeon de chaux. Des décors peints ou en relief agrémentent les parois. Des aérations, des baies, des niches et des placards y sont ouverts. S’ils ne sont pas également enduits, les sols sont de terre battue. Ils sont recouverts de nattes ou de tapis. Des murets de séparation, des banquettes, des foyers culinaires sont aménagés. Des terrasses sont installées, côté cour, contre les façades, à proximité des entrées. Ces pièces qui servent, alternativement ou simultanément, d’espace de réception, de couchage ou de cuisine, ouvrent sur la cour. Lorsque des pièces ouvrent directement sur l’extérieur, un espace collectif ou un chemin interne, il s’agit de dépôts ou de réserves de fourrage. Les pièces de service font, quant à elles, globalement l’objet d’un moindre soin dans la mise en œuvre et l’entretien.

10Dans les maisons antiques, le seuil à partir duquel pourraient être ainsi distingués les espaces réellement habités parmi les pièces dont la surface est supérieure à 15 m2 varie d’une maison à l’autre et aucune règle générale n’a pu être tirée de leur orientation ou de leur position relatives à l’échelle du village : toutes les combinaisons sont possibles. De plus, ces variations n’induisent pas un usage exclusif. Des pièces habitées dans un premier temps ont pu être transformées en stockage lors de nouvelles constructions, et des réserves ont pu être transformées en pièces de séjour lors d’une augmentation du nombre des individus occupant une même unité. Les techniques de construction et les formes mises en œuvre se prêtent à cette polyvalence et à cette souplesse d’organisation.

11L’échelle des activités qui se déroulaient dans les maisons de Rasm Afandī était ainsi variée. Toutes les maisons n’accueillaient pas le même nombre de personnes, toutes ne montraient pas les mêmes capacités de stockage. Ces variations se répercutent sur les dimensions des parcelles, des cours, des bâtiments. Les parcelles pouvaient accueillir des familles plus ou moins élargies et des espaces aux fonctions similaires pouvaient se répéter autour d’une même cour. L’espace réservé à la vie intime de la famille pouvait être plus ou moins développé et compartimenté, dissocié des activités sociales, artisanales et agricoles. Des unités d’habitation « petites », « moyennes » et « grandes » se dessinent.

LA CONFORMATION DU TISSU VILLAGEOIS

12On n’observe pas à Rasm Afandī les indices d’une planification à une échelle plus grande que celle de parcelles, ou de petits groupements, qui se traduiraient par des formes géométriques régulières ou un découpage raisonné du terrain, comme cela peut être suggéré par la configuration d’autres sites de la région (Rivoal 2012, p. 104). L’organisation du village semble de nature spontanée. Cette spontanéité n’exclut pas la présence de règles, mais celles-ci ne sont pas de l’ordre de la composition spatiale. Elles relèvent plus sûrement de la coutume et de l’usage qui, codifiant les rapports entre les individus, se matérialisent par une certaine régularité d’ensemble. Dans la forme finale qu’adopte l’agglomération, les maisons sont jointives pour la plupart. Seules quelques maisons restent isolées, en périphérie ou au cœur de l’agglomération. La géométrie et la taille des îlots constitués sont diverses. Le nombre et la taille des maisons réunies sont aléatoires. Les formes des parcelles restent régulières lorsque l’environnement, géographique ou bâti, n’impose aucune contrainte. Les difficultés apparaissent rapidement lors de la croissance des îlots et des maisons et se traduisent par la formation d’espaces d’une géométrie plus complexe. Elles se multiplient lors de l’étalement dans le temps de constructions pour lesquelles aucune règle d’implantation préalable n’aurait été imposée.

Fig. 11 – Quelques exemples significatifs : l’examen relatif des surfaces des pièces et de leur position dans chaque maison est potentiellement révélateur de leur fonction.

13En effet, rien n’indique que les clôtures qui prolongent les bâtiments et ferment les cours aient été implantées dès le départ. Le découpage parcellaire que l’on observe aujourd’hui semble plutôt le résultat de déploiements progressifs et individuels de bâtiments qui se multiplient autour d’espaces ouverts que l’on souhaite préserver. Les formes et les limites de ces réserves d’espace ne seraient pas formalisées à l’avance. Lors de leur implantation par secteur, des maisons ont sans aucun doute recherché la proximité de certaines de leurs voisines. Elles partagent des murs communs, de bâtiments ou d’enclos. Ce « partage » conduit à envisager l’existence de liens sociaux ou familiaux forts entre ceux qui y consentent. Il permet un gain de place et économise l’élévation d’au moins un mur. Rien n’indique que, au sein d’un même îlot, les maisons aient été totalement indépendantes les unes des autres : elles ont également pu partager des équipements et des espaces, de stockage notamment. L’histoire individuelle de ces parcelles et leur agrégation en îlots est le principal facteur de l’évolution morphologique du village. Elles en conditionnent l’organisation et la desserte.

14Le développement organique des îlots tend ainsi à replier le village sur lui-même (fig. 12). Ce repli semble volontaire. Bien que dissuasif pour le visiteur, il ne répond pas à un réel souci défensif. Si certains villages de la région ont pu se développer au cœur ou autour de fortifications (Duvette 2010, fig. 5‑6, fig. 15), celles-ci, sans doute partiellement démantelées, ont été réutilisées plutôt comme enclos, matérialisant une propriété ou une limite, que comme enceinte à proprement parler. L’îlot F clôt ainsi le village au sud. Au nord, le grand enclos en assure la fermeture. Des murs relient des groupes de maisons et achèvent cet enfermement. On pénètre dans l’agglomération par l’est ou l’ouest. La plupart de ces points d’accès sont suffisamment étroits pour être clos par une porte. Quatre chemins mènent vers l’est. L’un conduit vers les cimetières. Trois autres ouvrent vers l’ouest. Les cheminements, qui se prolongent au cœur du village, sont discontinus. Les espaces laissés libres adoptent des formes résiduelles et leur présence semble avoir pour principal but de permettre la desserte des parcelles intérieures. Des buttes grises se remarquent au centre de ces espaces : il pourrait s’agir de dépotoirs communs à plusieurs maisons. Ces réserves d’espace peuvent encore être occupées et des îlots s’étendre vers l’intérieur (H05, C01, B01). Une maîtrise collective de leur évolution et de leur accès semble implicite.

  • 9 Telles celles que suggèrent les travaux d’O. Aurenche et P. Desfarges (1983, p. 157‑161, fig. 12), (...)
  • 10 Voir par exemple l’étude des campagnes du Massif calcaire de la Syrie du Nord (Tate 1992) et l’étud (...)

15Bien que l’observation des processus de formation des habitats et des tissus villageois contemporains puisse offrir des grilles de lecture plausibles et séduisantes9, sans retour sur le terrain et sans entreprendre d’études archéologiques et architecturales plus détaillées, nous ne pouvons retracer l’évolution des maisons une à une, ni transposer sans précautions un modèle donné. Les directions suivies par le déploiement individuel de ces maisons nous échappent en grande partie et les surfaces des parcelles une fois constituées ont pu évoluer, être agrandies, diminuées ou scindées. Le principe de groupes familiaux à l’origine de plusieurs maisons isolées ou accolées, qui se seraient développées dans un premier temps indépendamment les unes des autres, reste une hypothèse à considérer. Au fur et à mesure des agrandissements successifs, des espaces laissés libres ont été fermés. La croissance de premiers noyaux a conduit à la formation des îlots que nous observons aujourd’hui. L’examen de leur conformation et de la surface relative des espaces réunis suggère un phénomène de densification horizontale et progressive du village, en réponse à l’exigence d’un plus grand nombre de pièces d’habitation et de service et, vraisemblablement, à une demande de locaux habités plus vastes et spécialisés. L’accroissement de ces besoins est, à Rasm Afandī comme ailleurs en Syrie du Nord aux Ve et VIe siècles10, à la fois l’indicateur direct d’une période de prospérité et d’une croissance démographique. La densification s’y est manifestée par une utilisation plus intensive de parcelles et de bâtiments existants et par l’occupation de nouveaux terrains. Des parcelles ont visiblement été morcelées et certains îlots ou portions d’îlots ont vu leur coefficient d’occupation du sol croître, alors que des maisons plus vastes étaient construites.

Fig. 12 – Évocation du village en supposant l’usage d’un système de couvrement en coupole ; a : vue d’ensemble de l’agglomération depuis le sud-est ; b : vue de l’extrémité ouest de l’agglomération ; c : vue du centre de l’agglomération ; d : vue de l’extrémité est de l’agglomération (C. Duvette).

VERS L’ESQUISSE D’UN SCHÉMA DE DÉVELOPPEMENT

  • 11 Voir, par exemple, Gatier 2005, p. 112 ; Rousset et Duvette 2005, p. 492 ; Rousset 2011, p. 127‑129

16Où situer le ou les points de départ de cette croissance ? À Rasm Afandī, le mobilier céramique collecté en surface couvre un éventail chronologique qui mène du Ier siècle de notre ère aux époques romaine tardive puis byzantine (Rousset et Duvette 2005, p. 490). Sans une mise au jour des murs de soubassement qui permettrait seule de reconnaître des joints de reprise ou d’adjonction, nous ne sommes pas en mesure de définir les phases de développement du village : l’image, relativement dense et complexe, qu’il offre de nos jours est le fait de réaménagements multiples ; le dénombrement des maisons comme des îlots a été effectué à partir du plan d’une dernière phase d’extension de l’agglomération au VIe siècle. Nous ignorons la forme et l’extension des premières occupations du site. Parmi les diverses pistes envisageables, un schéma de développement semble cependant émerger, fil conducteur d’investigations futures. C’est en effet au sud de l’agglomération que l’on note une concentration d’indices qui suggère la présence de cavités souterraines sous les parcelles des maisons : des abrupts rocheux affleurant au bord de dépressions marquées, dans lesquelles l’eau s’est concentrée et a permis la pousse d’une végétation plus dense qu’ailleurs sur le site, suggèrent l’emplacement d’anciens auvents effondrés. La présence de cavités aménagées ne peut être formellement reconnue à Rasm Afandī, mais des espaces en sous-sol sont directement associés à des maisons byzantines sur plusieurs sites du corpus étudié (Rousset et Duvette 2005, p. 489‑490 ; Duvette 2010, p. 195‑196). Ces aménagements souterrains sont par ailleurs caractéristiques de la période romaine classique jusqu’au Ier siècle, où ils sont ou non associés à de rares structures bâties suggérant une fréquentation essentiellement nomade11. Le noyau, ou un des noyaux, à partir duquel le village se serait développé, pourrait se trouver dans ce secteur sud du village où une occupation réduite ou temporaire de cette nature a pu prendre place à partir du Ier siècle de notre ère. Le mobilier daté de cette période est en effet statistiquement peu abondant sur le site. C’est dans cette même zone que se trouvent réunis des parcelles et des îlots qui présentent un coefficient d’occupation du sol élevé. Ils se différencient en cela d’un secteur nord et d’une périphérie où les parcelles tendent à devenir plus vastes en bordure extérieure des îlots et où des maisons isolées apparaissent. Les oppositions ne sont toutefois pas spectaculaires ; les techniques de construction comme les modes de vie restent les mêmes.

17À la fin de l’époque byzantine, le nombre de maisons comptabilisées et le schéma de développement retenu montrent que Rasm Afandī échappe à une unique sphère familiale, même élargie. Y retrouve-t-on des éléments caractéristiques d’une vie collective, des aménagements économiques communs à plusieurs maisons, des espaces de socialisation, un lieu de culte ? Au vu de la densité du groupement et bien que quelques espaces soient laissés libres entre les îlots, les activités directement associées à l’espace domestique ne semblent guère susceptibles de déborder à l’extérieur des enclos des maisons. De même, les structures de stockage et de conservation des récoltes semblent être dispersées au sein des différentes unités d’habitation en fonction de leurs besoins respectifs. La préparation des produits avant leur stockage pouvait être réalisée au sein des cours. Les activités agro-pastorales proprement dites (troupeaux et cultures) sont quant à elles repoussées au-delà de l’agglomération. Près de l’entrée du grand enclos au nord de l’agglomération, de petits parcs, vraisemblablement destinés à l’isolement d’activités ou à celui d’une ou plusieurs catégories du cheptel (selon des critères d’espèce, de sexe, d’âge, ou d’état gravide) sont aménagés. On remarque, au sud du village, les vestiges ponctuels d’un mur qui peut suggérer la présence, à cet endroit, d’un deuxième enclos de dimensions beaucoup plus réduites. L’organisation générale de tous ces éléments suggère un contrôle collectif de la gestion des ressources aux alentours de l’agglomération, afin d’assurer leur accès à l’ensemble de la communauté et leur pérennité. Si les principales décisions concernant ce contrôle devaient être prises au sein de la communauté villageoise elle-même, aucun des bâtiments que nous venons de décrire ne semble être collectif et destiné à accueillir un groupe important. Des structures légères et temporaires pouvaient remplir ce rôle en cas de besoin et les pièces les plus vastes repérées au sein des maisons pouvaient servir d’espaces de réunion à des groupes restreints. Nous n’avons pas non plus observé d’éléments de pierre de taille qui conféreraient un caractère résolument monumental à l’une ou l’autre des constructions du village et nous permettraient d’y reconnaître un lieu de culte, alors que le triomphe du christianisme s’accompagne de l’édification d’églises dans nombre de villages de la région aux Ve et VIe siècles (Gatier et Rousset 2010, p. 148).

18Deux zones identifiées comme des nécropoles ont été repérées à proximité, au sud-est de l’agglomération. La terre récemment remuée sur ces aires ouvertes témoigne de pillages. Les tombes ne peuvent y être dénombrées sans fouille. La nature des aménagements auxquels ces inhumations ont donné lieu ne peut pas non plus être précisée. Des éléments de pierre, aujourd’hui démantelés et épars, devaient matérialiser leur présence en surface. La première de ces aires, située en haut de pente à une soixantaine de mètres des premières maisons, est légèrement surplombée par la dalle rocheuse sous laquelle des cavités ont pu être aménagées. La seconde est établie sur le plateau à un peu plus de 300 m des maisons. Rien ne permet de les situer chronologiquement l’une par rapport à l’autre. Étaient-elles contemporaines et correspondaient-elles à des groupes sociaux différents ? Se sont-elles succédé ? La première de ces aires, plus ancienne, se serait-elle révélée trop proche au fur et à mesure de la croissance des îlots ? Bien que l’on n’ait pu repérer les chemins qui desservaient l’agglomération, ces deux zones funéraires se situent au sud d’une ligne théorique (possible chemin) qui conduirait depuis l’est jusqu’à un des points d’accès du village.

19C’est dans un village abandonné et partiellement ruiné qu’une réoccupation tardive, semi-nomade, a pris place. Des enclos circulaires en pierres sèches sommairement mises en œuvre ont été aménagés dans plusieurs cours, parfois devant l’accès de cavités qui ont vraisemblablement été déblayées et réutilisées. Quelques bâtiments ont pu faire l’objet de reconstructions partielles à cette occasion. La plupart des sites byzantins de la région ont connu des phénomènes de réoccupation similaire attribuables à l’époque ayyoubide (Rousset 2011, p. 129).

CONCLUSION

20Décrire les vestiges de Rasm Afandī revient à dresser un « portrait type » des villages byzantins de la région. Ce sentiment d’homogénéité ne tient qu’en partie aux modes de construction et aux choix de matériaux qu’impose l’environnement. Certes, ces villages ne peuvent être confondus. Tous montrent des caractéristiques, à la fois qualitatives et quantitatives, qui leur sont propres ; celles-ci tiennent à leurs situations géographiques et topographiques, qui conditionnent leurs ressources, à leurs dimensions et à leur longévité. Mais partout une même définition concrète de « l’unité domestique » et de la « communauté villageoise » transcende les aventures individuelles de ces sites aux Ve et VIe siècles. À l’échelle de l’architecture domestique, restituer avec précision les activités accueillies par chaque unité est un exercice délicat. Les preuves formelles sur la destination exacte des différentes pièces qui les composent manquent. Mais leurs dimensions et leur organisation relatives permettent de reconstituer leur aspect général. On peut reconnaître des lieux d’habitation dans les pièces les plus vastes, qui devaient à la fois être les mieux construites et les mieux équipées. On peut attribuer un rôle économique ou technique aux autres. Des aires d’actions et d’influences familiales naissent de la disposition de ces espaces. Des murs d’enclos ont fermé, peut-être, par la suite, ces aires individuelles où se déploient plus ou moins généreusement des activités de plein air, comme ils canalisent de fait les cheminements qu’impose ce cloisonnement. L’extension réelle des gisements est connue, ou potentiellement reconnaissable. La chronologie relative de l’ensemble des constructions repérées, dont la coexistence exacte peut n’être qu’apparente, reste hypothétique. Mais, si les modifications de l’occupation sur un même site sont difficiles à discerner, cela ne semble pas devoir fausser l’appréciation de l’organisation spatiale de ces établissements. Il en ressort, à l’échelle de la région, une image de stabilité remarquable des pratiques sociales.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Aurenche O. 1981, La maison orientale : l’architecture du Proche-Orient ancien des origines au milieu du quatrième millénaire, Paris.

Aurenche O. 1999, « Habiter la steppe syrienne », in Fr. Braemer, S. Cleuziou et A. Coudart (dir.), Habitat et société. Actes des XIXe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes, p. 67‑82.

Aurenche O., Desfarges P. 1983, « Travaux d’ethnoarchéologie en Syrie et en Jordanie. Rapports préliminaires », Syria 60, p. 147‑185.

Daker N. 1984, « Contribution à l’étude de l’évolution de l’habitat bédouin en Syrie », in O. Aurenche (éd.), Nomades et sédentaires. Perspectives ethno-archéologiques, Mémoire 40, Paris, p. 52‑80.

Dipasquale L., Devaux E. 2009a, « The urban morphology of dome villages », in S. Mecca et L. Dipasquale (éd.), Earthen domes and habitats. Villages of Northern Syria, An architectural tradition shared by East and West, Progretti saperi sentieri, Pise, p. 257‑266.

2009b, « Ten villages of Northern Syria », ibid., p. 385‑445.

Duvette C. 2010, « Habitat byzantin dans la steppe : maisons et villages de terre », in P.‑L. Gatier, B. Geyer et M.‑O. Rousset (éd.), Entre nomades et sédentaires. Prospections en Syrie du Nord et en Jordanie du Sud, TMO 55, série Conquête de la steppe 3, Lyon, p. 175‑207.

Duvette C., Charpentier G., Piaton C. 2013, « Maisons paysannes d’un village d’Apamène, Sergilla (IVe-VIe siècles - Massif calcaire de la Syrie du Nord) », Antiquité tardive 21, p. 135‑148.

Gatier P.‑L. 2005, « Les villages du Proche-Orient protobyzantin : nouvelles perspectives (1994‑2004) », in J. Lefort, C. Morrisson et J.‑P. Sodini (éd.), Les villages dans l’Empire byzantin (IVe-XVe siècle). Actes du 20e congrès international des études byzantines (Paris, 2001), Réalités byzantines 11, Paris, p. 101‑119.

Gatier P.‑L., Rousset M.‑O. 2010, « Temples romains et mausolées de la Syrie centrale (1) », in P.‑L. Gatier, B. Geyer et M.‑O. Rousset (éd.), Entre nomades et sédentaires. Prospections en Syrie du Nord et en Jordanie du Sud, TMO 55, série Conquête de la steppe 3, Lyon, p. 147‑167.

Geyer B., Rousset M.‑O. 2001, « Les steppes arides de la Syrie du Nord à l’époque byzantine ou “la ruée vers l’est” », in B. Geyer (éd.), Conquête de la steppe et appropriation des terres sur les marges arides du Croissant fertile, TMO 36, série Conquête de la steppe 1, Lyon, p. 111‑121.

Mecca S., Dipasquale L. (éd.) 2009, Earthen domes and habitats. Villages of Northern Syria, An architectural tradition shared by East and West, Progretti saperi sentieri, Pise.

Mecca S., Lupi L. 2010, Living in the arid margins: earthen dome villages of Northern Syria, Pise.

Rivoal M. 2012, « Les fluctuations du peuplement antique dans la steppe de Syrie du Nord en question (IIe-VIIe siècle) », Antiquité tardive 20, p. 99‑102.

Rousset M.‑O. 2011, « Le peuplement de la steppe de Syrie du Nord entre le IIe s. av. et le IVe s. ap. J.‑C. », Syria 88, p. 123‑139.

Rousset M.‑O., Duvette C. 2005, « L’élevage dans la steppe à l’époque byzantine », in J. Lefort, C. Morrisson et J.‑P. Sodini (éd.), Les villages dans l’empire byzantin, IVe-XVe siècle, Réalités byzantines 11, Paris, p. 485‑494.

Tate G. 1992, Les campagnes de la Syrie du Nord du IIe au VIIe siècle, BAH 133, Paris.

Tate G., Abdulkarim M., Charpentier G., Duvette C., Piaton Cl. (avec la coll. de P. Bildgen, O. Callot, P.‑L. Gatier et A. Naccache) 2013, Sergilla, village d’Apamène. I, Une architecture de pierre, BAH 203, Beyrouth.

Notes

2 Pour plus de détails sur les différents modes de mise en valeur, voir Geyer et Rousset 2001, p. 111‑122 ; Rousset et Duvette 2005, p. 489‑490, fig. 1 ; Gatier 2005, p. 108.

3 Pour le tableau comparatif des étendues des écarts, hameaux et villages du corpus étudié, voir Duvette 2010, p. 191.

4 Pour plus de détails sur cette tradition, voir Aurenche 1981, P-152‑153 ; Aurenche 1999, p. 71 ; Mecca et Dispasquale 2009 ; Mecca et Lupi 2010 ; Daker 1984, p. 65‑67.

5 Voir, par exemple, Duvette, Charpentier et Piaton 2013, fig. 5c, 6c et 7c.

6 Comme les plantations que l’on peut observer aujourd’hui dans certaines installations étudiées par Dipasquale et Devaux 2009b, p. 409‑411.

7 Voir, par exemple, Tate et al. 2013, chapitre A.

8 Les installations contemporaines voisines du site de Rasm Afandī, mais également celles étudiées et illustrées dans Dipasquale et Devaux 2009a et b.

9 Telles celles que suggèrent les travaux d’O. Aurenche et P. Desfarges (1983, p. 157‑161, fig. 12), de N. Daker (1984, p. 51‑80, fig. 18 à 21).

10 Voir par exemple l’étude des campagnes du Massif calcaire de la Syrie du Nord (Tate 1992) et l’étude monographique du village de Sergilla au sud de la même région (Tate et al. 2013).

11 Voir, par exemple, Gatier 2005, p. 112 ; Rousset et Duvette 2005, p. 492 ; Rousset 2011, p. 127‑129.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Plan d’état des lieux du village en 2001 (C. Duvette, B. Chalich, J.‑Chr. Moncel, H. Morel, S. Sanz).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/482/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 2 Vestiges du mur de clôture de l’enclos au nord du village, là où il longe l’oued à l’ouest (cliché C. Duvette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/482/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 3 Plan interprété du tissu villageois, une hypothèse de dénombrement des maisons et des îlots (C. Duvette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/482/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 4a et 4b – Les soubassements de pierres qui supportaient les élévations en terre crue des maisons du village sont constitués de blocs laissés à l’état quasi naturel et déclinés selon des modules variés (clichés C. Duvette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/482/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 5 – Vue en élévation d’un soubassement de pierre (cliché C. Duvette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/482/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 6 Blocs plus gros disposés au pied des chambranles des portes (cliché C. Duvette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/482/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 7 – Comparaison des surfaces au sol des parcelles sur l’ensemble du village, en m2.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/482/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 8 – Comparaison des surfaces au sol des cours par rapport à la surface au sol des parcelles sur l’ensemble du village, en pourcentage.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/482/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 9 – Comparaison du nombre de pièces recensées par maison, sur l’ensemble du village.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/482/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 10 – Comparaison des surfaces des pièces sur l’ensemble du village, toutes maisons confondues, en m2.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/482/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 11 – Quelques exemples significatifs : l’examen relatif des surfaces des pièces et de leur position dans chaque maison est potentiellement révélateur de leur fonction.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/482/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 12 – Évocation du village en supposant l’usage d’un système de couvrement en coupole ; a : vue d’ensemble de l’agglomération depuis le sud-est ; b : vue de l’extrémité ouest de l’agglomération ; c : vue du centre de l’agglomération ; d : vue de l’extrémité est de l’agglomération (C. Duvette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/482/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 610k

Auteur