Versione classicaVersione mobile

Habitat et environnement

 | 
Marie-Odile Rousset
, 
Bernard Geyer
, 
Pierre-Louis Gatier
, 
et al.

Une Borne d’Andrôna

Pierre-Louis Gatier

Abstract

Une borne protobyzantine inscrite en grec, trouvée dans la Syrie steppique, à al‑Ḫafiyya, mentionne le « bornage d’Andrôna ». Elle proviendrait de Rasm Abū Miyāl 1, situé 5 km plus au nord. Ce site a livré cinq autres inscriptions grecques d’époque protobyzantine, qui toutes avaient été - certainement ou probablement - remployées dans les constructions d’un grand domaine d’époque omeyyade. La plupart d’entre elles sont des éléments de linteaux d’église. Les emplacements d’origine de ces blocs restent problématiques. Toutefois, on peut se demander si la borne appartient au même ensemble de pierres déplacées ou si elle n’avait pas dès l’époque protobyzantine été installée dans les environs de Rasm Abū Miyāl 1, pour y marquer la limite sud-est du territoire d’Androna/Andrôna (al‑Andarīn).

Testo integrale

  • 2 Je remercie Marie-Odile Rousset de son aide généreuse, tant pour ses photos que pour la réalisation (...)

1La découverte par la mission des Marges arides de la Syrie du Nord2 d’une borne d’époque protobyzantine à al‑Ḫafiyya, en 2010, pose la question des déplacements de blocs d’un site à l’autre dans la région steppique de la Syrie centrale et septentrionale (fig. 1) au cours des périodes récentes, mais également anciennes, et invite plus particulièrement à considérer les remplois faits à l’époque omeyyade. En mettant en rapport les résultats de la prospection et l’examen des cinq inscriptions grecques inédites présentes à Rasm Abū Miyāl 1, d’où proviendrait la borne, on peut envisager que certaines de ces pierres (numérotées de 2 à 6), voire toutes, n’appartenaient pas à l’origine à ce site.

Fig. 1 – Carte de situation : sites autour d’al‑Andarin (M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).

UNE BORNE À AL-ḪAFIYYA

  • 3 Rousset 2010.

2Al‑Ḫafiyya (site 99/170, 10/095) est un modeste village moderne, ensemble peu structuré de maisons éparses. L’équipe des Marges arides l’a visité le 6 mai 2010, en recherchant le réservoir terminal d’une des qanāts de ce secteur au sud-sud-est d’al‑Andarīn3, sans grand succès. De même, l’exploration de surface et le glanage des tessons se sont révélés vains et décevants : le village ne s’est pas installé sur un site archéologique. De sorte que notre étonnement fut grand quand les habitants du lieu nous montrèrent un grand bloc inscrit gisant au sol devant des constructions récentes, dont une maison de basalte construite en 1966 qui remploie un fût de colonne et une base de colonnette ainsi que deux blocs ornés d’un décor de lignes. Et de fait, le propriétaire de la maison nous a affirmé avoir apporté la borne quelques années auparavant depuis Abū Marū (dit également Abū Miyāl, notre Rasm Abu Miyāl 1).

3(1) Le bloc parallélépipédique de basalte a la forme d’un pilier qui comporte quatre faces, A‑D, de gauche à droite. Il est complet, bien que légèrement endommagé sur le haut. Le bas du bloc, à peine dégrossi, est plus étroit, pour pouvoir être fiché en terre. La face A présente sur sa partie supérieure une surface ravalée de 38 cm de hauteur, pour faciliter la gravure (fig. 2) ; les autres faces sont simplement épannelées. La face B, qui comporte le texte le plus long, doit être la face principale (fig. 3). La face C est très endommagée en surface (fig. 4) ; quant à la face D, elle est entièrement recouverte d’une couche de béton moderne que nous n’avons pas pu enlever. Dimensions : 148 x 30 (face A) x 38 cm ; h. l., 6‑8 cm.

Fig. 2 – Inscription 1, borne trouvée à al‑Ḫafiyya, face A (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).

Fig. 3 – Inscription 1, borne trouvée à al‑Ḫafiyya, face B (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).

Fig. 4 – Inscription 1, borne trouvée à al‑Ḫafiyya, face C (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).

4Bibliographie : inédit ; présenté dans Geyer, Calvet, Awad, Al‑Dbiyat, Gatier, Rousset 2012, p. 157.

A)
     Τoῦ Α-
     νδρ-
     ωνα-
4   ς.
     « D’Andrôna. »

B)
     † Ὁρο-
     θεσία
     τοῦ A-
4   νδρων-
     ας.
     « Bornage d’Andrôna. »

C)
     [Τ]oῦ̣
     Ạν[δ]-
     ρ̣ω[ν]-
4   [ας].
     « D’Andrôna. »

5Notes critiques : les textes A et C sont semblables, avec une coupe différente des lignes. La face D avait peut-être le même texte, précédé par une croix, que la face B. Le delta de la face B a été rajouté au-dessus de la 4e ligne.

  • 4 Par exemple IGLS 1, 59 ; IGLS 11, A20 ; voir Yon et Gatier 2009, p. 100‑101 (M. Sartre) ; IGLS 13/2 (...)
  • 5 Par exemple IGLS 1, 618 et 620 (voir Yon et Gatier 2009, p. 112‑113 [D. Feissel]), 2002, 2513, 2584
  • 6 Par exemple IGLS 2, 385, 530 (à Qaşr al‑Banāt, voir Yon et Gatier 2009, p. 114‑115 [D. Feissel]) ; (...)

6Cette inscription appartient à la série abondante des bornes antiques du Proche-Orient. Les bornages cadastraux de la Tétrarchie sont bien connus en Syrie du Sud, dans le Ǧawlan et le Hauran, et dans le Massif calcaire de Syrie du Nord, mais on les rencontre également dans la Béqaa libanaise et dans la Syrie centrale4. On dispose aussi d’assez nombreuses bornes d’asylie de sanctuaires chrétiens5. Par ailleurs, aux époques romaine et surtout protobyzantine, d’autres bornes indiquent des limites de propriétés, y compris ecclésiastiques, ou les frontières d’unités administratives et fiscales comme la cité ou le village6 ; ces bornes sont plus dispersées dans le temps et dans l’espace et elles offrent des formulaires et des apparences variés. Le type de la borne vue à al‑Ḫafiyya, avec ses quatre faces probablement inscrites de textes similaires, deux à deux, ne semble pas attesté ailleurs à ce jour.

  • 7 Griesheimer 2001, p. 138.
  • 8 IGLS 4, 1675 ter (Mundell Mango 2011, p. 108 et 114, photo). Noter aussi à Faʿlūl, la borne IGLS 4, (...)

7À al‑Andarīn, l’ancienne Andrôna, on a découvert une borne de propriété du sanctuaire de l’archange Michel7. De même, dans le site de ’Umm Qrūn (Umm al‑Jurun, Oumm el‑Groun), à 4 km au nord-ouest d’al‑Andarīn, la borne d’un autre établissement religieux, le sanctuaire du très saint martyr Jacob, a été retrouvée ; la mention des empereurs Justinien et Théodora, sur l’ordre de qui elle a été placée, permet de la dater (527‑548 ap. J.‑C.)8.

  • 9 Par exemple, Gatier 1998, p. 412, n° 151, ou bien I. Jordanie 5, 89.
  • 10 Griesheimer 2001, p. 142‑144 (voir Bull. ép., 2003, 565 [D. Feissel]).
  • 11 C. Dobias-Lalou 2008 a étudié l’évolution du sens du pluriel poι qui évolue au contact du latin fi (...)

8On connaît des bornes, ou des inscriptions rupestres qui en tiennent lieu, où figure simplement le nom du village concerné, avec parfois des indications de distance ou d’orientation9. Cependant, la borne elle-même est le plus souvent désignée par un mot ou une expression. Les termes utilisés pour nommer la limite ou le support inscrit, c’est-à-dire la borne, ou encore l’opération de bornage, se confondent quelque peu. Les bornes issues des vastes opérations de cadastration opérées sous la Tétrarchie sont définies par une formule du type λίθος διορίζων ὄρους/τὰ ὄpια/τὰ μεθόρια, mais il y a des variantes et la borne du praetorium de Šayḫ ʿAlī Kāsūn10 se contente, outre l’indication de l’ordre donné par les empereurs et celle de la date, d’une brève mention : ὄpιoν πρετωρίου. Au Proche-Orient, dans les autres cas, les bornes ou les limites sont désignées plutôt par le singulier ὅρος, horos, ou plus fréquemment le pluriel ὄpoι, horoi11, inscrit au nominatif sur la pierre. Ce pluriel ne me semble pas avoir été expliqué : peut-être doit-on y voir la conséquence de l’influence du pluriel latin fines, ou bien peut-on y reconnaître la désignation de pierres considérées comme des éléments d’un ensemble et fonctionnant en série.

  • 12 Rares exemples en Asie Mineure : Grégoire 1922, n° 28, et SEG 41, 1412, 2, où, par rapport à ὁροθ(...)
  • 13 Actes, 17, 26.
  • 14 IGLS 2, 530. Voir supra, n. 6 : τὸ ὁροθήσι(ον).
  • 15 Avraméa 1987, p. 401‑402 (Bull. ép. 1989, 909).

9En général, dans le monde hellénisé, óροθεσία, horothésia, féminin singulier, qui traditionnellement signifie « l’opération de bornage », semble très rarement inscrit sur des bornes12, mais ce mot paraît recevoir dans certains textes littéraires la signification de « limite »13. De même, le neutre singulier, ὁροθέσιον, horothésion, très peu utilisé dans les inscriptions, a clairement le sens de « bornage » dans un texte rupestre de Qaşr al‑Banāt en Antiochène, où il est fait état de l’ordre des autorités provinciales, lesquelles sont dûment nommées14. Le même mot désigne peut-être la borne elle-même, dans un texte médiéval de Thrace, au XIe ou XIIe s.15. Par ailleurs, le pluriel neutre, ὁροθέσια, ne paraît pas attesté en épigraphie. Au bout du compte, il me semble que le terme de « bornage » que j’utilise ici pour traduire ὁροθεσία, horothésia, conserve l’ambiguïté du mot grec, entre la simple borne, pierre matérialisant une extrémité du territoire d’une communauté ou d’un terrain, et l’opération globale de délimitation de ce territoire ou de ce terrain. Les inscriptions des bornes du Proche-Orient désignent parfois les deux ou trois terrains ou territoires délimités à l’intersection desquels elles se situent, mais la plupart du temps elles n’en nomment qu’un seul, comme dans le cas présent.

  • 16 Sur les recherches archéologiques récentes des équipes allemande et britannique, on trouvera la bib (...)
  • 17 D. Feissel, Bull. ép., 1990, 334, et 2003, 563, après avoir proposé de rattacher Andrôna à Chalcis, (...)
  • 18 M. Griesheimer 2001, p. 136‑142 (SEG 51, 1940‑1948), ajoute neuf textes nouveaux aux inscriptions p (...)

10Il est pourtant certain que la question des limites du territoire d’Andrôna devait être d’importance du fait des particularités de cette agglomération. Il s’agit en effet d’une ville protobyzantine qui occupait une surface considérable, d’environ 160 ha, et dont le caractère urbain ne fait pas de doute au VIe s., avec une douzaine d’églises, des remparts, une trame de rues qui se coupent à angle droit, des monuments publics – comme des bains – ou privés – comme de grandes demeures – coûteux et spectaculaires16. Cependant, cas exceptionnel et paradoxal dans un Proche-Orient tardo-antique où des bourgades obscures et chétives sont parfois devenues des évêchés, cette ville n’a jamais été élevée au statut de cité et, manquant sa promotion, elle est restée une kômè (« village ») dépendante d’une cité voisine, soit Chalcis soit Apamée, voire Anasartha17. Il n’est pas possible de savoir si le bornage dont témoigne cette inscription a fait partie d’un éventuel grand projet d’aménagement de la ville et du territoire d’Andrôna, une sorte de fondation de l’agglomération, ou s’il n’est qu’un aspect d’un développement plus continu, au cours du VIe s.18.

  • 19 Löhberg 2006, vol. l, p. 172 (195, 2) ; voir Honigmann 1932, col. 1677‑1678.
  • 20 Salamé-Sarkis 1989, p. 322‑325 (d’où Bull. ép., 1990, 934 [D. Feissel] ; SEG 39, 1613).
  • 21 Salamé-Sarkis 1989, p. 325 ; je conserve l’orthographe de l’auteur. Par ailleurs, D. Feissel, per l (...)
  • 22 La tendance chez les Modernes à traiter dans ces textes les noms propres au génitif pluriel comme d (...)

11Les documents où figure le nom antique de l’actuel al‑Andarīn sont rarissimes. L’Itinéraire Antonin19, au IIIe s., est le plus ancien : une étape entre Chalcis et Seriane (actuelle ’Iṯriyā), est nommée Androna. Le long texte d’une mosaïque d’église de provenance imprécise20, datable approximativement du VIe s., atteste qu’Andrôna conservait le statut de village et fournit deux formes différentes du même toponyme au génitif : κώ(μης) Ανδρονας et κώ(μης) Ανδαρνα. Cette dernière forme est indéclinée et elle « constitue une prononciation intermédiaire entre la forme ancienne et la forme actuelle du toponyme : ʿAndarin »21. Ici, sur la borne, on retrouve la forme classique au féminin singulier, avec une banale confusion entre les voyelles courtes et longues, omicron et oméga. Il est typique que ce soit le toponyme villageois qui figure sur la borne, et non pas un ethnique au pluriel qui servirait à nommer les habitants à la manière d’une communauté civique. Il me semble d’ailleurs que, sur l’ensemble des bornes proche-orientales, quand un village – mais également une cité – sont désignés, ce n’est jamais l’ethnique au pluriel qui sert à les nommer mais toujours le toponyme22.

12Comme nous l’avons vu, le nom Ανδρωνα/Ανδρονα est un féminin. Puisque, dans les textes de la borne, le toponyme est précédé par un article masculin ou neutre (génitif, τoῦ), cet article doit s’appliquer à un nom masculin ou neutre sous-entendu qui définisse Andrôna. Cela exclut le féminin κώμη. On peut proposer, à titre d’hypothèse, κάστρον ou χωρίον, etc.

13La question la plus importante concernant cette borne est celle de son emplacement primitif. Pour cela, il convient maintenant de s’intéresser au site d’où elle proviendrait : Rasm Abū Miyāl 1, à environ 5 km au nord d’al‑Ḫafiyya.

CINQ INSCRIPTIONS PROTOBYZANTINES À RASM ABŪ MIYĀL 1

  • 23 Le premier nom fait référence à des colonnes, le second à une pierre blanche.
  • 24 Geyer et Rousset 2004 ; eid. 2011, p. 88 ; Rousset 2010, p. 245‑250 ; voir ici-même l’article de D. (...)

14Le site de Rasm Abū Miyāl 1 (site 95/62, 97/45, 04/03, 10/119), dit également Abū Marū23, à une quinzaine de kilomètres à l’est-sud-est d’al‑Andarīn, a été visité à plusieurs reprises par l’équipe des Marges arides et notamment, en dernier lieu, en mai 2010. Il n’était occupé alors que par un petit hameau de constructions récentes qui appartenaient aux membres d’une même famille. Deux petits blocs de basalte inscrits (3‑4) étaient remployés dans la façade de la maison d’habitation principale et un autre (5) était cimenté dans la paroi d’un bassin récemment construit. Par ailleurs, un grand bloc de basalte (2) se trouvait à environ 500 m à l’ouest de la maison, dans les vestiges de constructions en briques crues effondrées, qui ont été reconnus comme les restes d’une résidence d’époque omeyyade, d’un type qui se rapproche beaucoup des « châteaux du désert » ou des demeures palatiales de cette période24. Il s’agirait d’un centre d’exploitation agricole situé sur la bordure sud-est de la « grande fayda centrale » et lié à deux des qanāts régionales. Deux autres sites, Rasm Abū Miyāl 2 (96/136) et Rasm Abū Miyāl 3 (95/064), qui correspondent l’un à une ferme romaine puis byzantine et l’autre à une ferme omeyyade, sont à l’écart, à plus de 1 km de Rasm Abū Miyāl 1. Aux inscriptions que j’ai vues sur le site, il faut ajouter un bloc (6) qui avait été photographié en 1997, que je n’ai pas pu voir et qui a disparu depuis.

15Bibliographie : cinq textes inédits ; présentés dans Geyer, Calvet, Awad, Al‑Dbiyat, Gatier, Rousset 2012, p. 158.

16(2) Bloc de basalte retaillé à gauche et à droite, complet en haut et en bas, légèrement endommagé dans les angles supérieur et inférieur à droite (fig. 5 et 6). Il constituait la partie droite d’un linteau qui n’a pas été coupé exactement en son milieu, puisqu’on ne voit qu’une petite portion du médaillon central avec l’extrémité de la fourche qui composait le bras droit d’une croix. La largeur du linteau d’origine devait être d’un petit peu plus de quatre mètres. Tout le décor et les lettres sont traités en léger relief, hormis un épais tore saillant. De haut en bas, on distingue neuf registres horizontaux qui se prolongent à droite, à la verticale, pour amorcer le piédroit : une ligne inscrite sur le couronnement ; une rangée d’arcs en plein cintre sur un chanfrein ; un tore orné de motifs géométriques, plus ou moins végétaux pour certains et lointainement inspirés des rangées de perles et pirouettes pour d’autres ; un simple cadre plat ; un bandeau d’entrelacs autour de boutons centraux ; une baguette de perles et pirouettes ; un bandeau de rinceaux de vigne très géométrisés et répartis en triangles ; un cadre plat ; une baguette de perles et pirouettes. Il faut considérer ce linteau comme une superbe pièce d’artisanat.

Fig. 5 – Inscription 2, à Rasm Abū Miyāl 1 (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).

Fig. 6 – Partie de droite de l’inscription 2, à Rasm Abū Miyāl 1 (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).

Dimensions : 106 x 186 x 41 cm ; h. l., 7, 5‑10 cm. Lettres en relief. On peut lire et restituer :

  • 25 Traduction de la Bible de Jérusalem, édition de 1981.

[- - - αἰτεῖτε], κ (αὶ) δοθήσεται ὑμῖν· ζητῖτε, κ (αὶ) εὑρήσεται̣·
                                                                       κρούετε̣,
                                                                       καὶ ἀν[οιγ]-
4                                                                     ήσε[ται]
                                                                       [ὑμῖν ?].
« ... demandez et l’on vous donnera ; cherchez et vous trouverez ; frappez et l’on vous ouvrira25. »

17Notes critiques : à la l. 1, l’abréviation pour les deux καί est faite d’un kappa en ligature avec un signe d’abréviation. On aperçoit, l. 5, des traces de lettres qui ne semblent pas correspondre à celles que nécessite le dernier mot de la citation : peut-être celui-ci était-il gravé en dessous.

  • 26 Felle 2006, 508 ; voir, en latin, 751 (à Théveste) ; les no 668 et 755, en latin, ne sont pas des c (...)
  • 27 IGLS 4, 1676 (?), 1677‑1680, 1682‑1683, 1686‑1688, 1692‑1695, 1700, 1702, 1704‑1706 ; Griesheimer 2 (...)

18L’inscription, incomplète, préserve une grande partie d’une citation scripturaire tirée des Évangiles de Matthieu (7, 7) et de Luc (11, 9), qu’elle reproduit fidèlement avec quelques variantes orthographiques. Ce verset, qui se trouve sans aucune différence chez les deux évangélistes, se présente comme un encouragement à la confiance en Dieu et à la prière, mais sa formule finale est particulièrement appropriée pour figurer sur une porte ; gravé sur un linteau, il ornait certainement une entrée d’église. S’il faut rappeler que, dans les inscriptions protobyzantines, les citations évangéliques sont relativement rares, notamment par rapport aux extraits des Psaumes, ce verset est quant à lui rarissime, puisque l’ouvrage d’A. E. Felle ne le mentionne qu’une seule fois dans l’épigraphie grecque, à Constantinople26. Les citations scripturaires sont très nombreuses sur les linteaux d’al‑Andarīn27 ; leur fréquence et leur variété sont une particularité de l’épigraphie de ce site, même si ces citations ne sont pas rares en Syrie.

19La disposition de la partie inscrite, avec une citation quasi complète, ne permet pas de restituer la partie gauche de l’inscription : les versets précédents, différents chez Matthieu et chez Luc, sont trop longs pour l’espace disponible. Il devait donc y avoir un début de texte d’un autre type (date, donateurs, etc.).

20Les deux fragments protobyzantins (3‑4) incorporés au mur de façade de l’habitation de Rasm Abū Miyāl 1 – à côté d’un petit morceau anépigraphe décoré d’un paon dont il ne reste que la partie arrière (fig. 7) – et un bloc (5) remployé dans un bassin, complètent le modeste ensemble des inscriptions que j’ai vues sur ce site, toutes gravées sur du basalte.

21(3) Fragment de linteau (fig. 8), cassé de toutes parts. Dimensions : 22 x 42 x ? cm ; h. l., 5‑7 cm. Lettres en creux.

22[Ὁ κ]α̣τυκõν ἐ[ν βοηθείᾳ]
[τοῦ] Ὑ̣ψίστου̣ [ca 8].
« Celui qui habite sous la protection du Très-Haut… »

23Notes critiques : à la l. 1, la forme habituelle κατοικῶν connaît ici des modifications vocaliques fréquentes à l’époque protobyzantine, avec iotacisme (confusion entre les sons u et oi) et entre les voyelles longues et courtes, oméga et omicron.

  • 28 Entre autres : IGLS 4, 1488 (tombeau), 1675 (linteau, voir aussi Mundell Mango 2011, p. 113, photo) (...)

24L’usage de cette citation scripturaire, empruntée au premier verset du Psaume 90, est extrêmement courant à l’époque protobyzantine. Elle sert en effet de formule de protection, sur des médailles et des bijoux, sur des tombeaux et surtout sur des linteaux, de maisons plutôt que d’église. Elle est fréquente en Syrie centrale28.

Fig. 7 – Fragment de bloc décoré à Rasm Abū Miyāl 1 (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).

Fig. 8 – Inscription 3, à Rasm Abū Miyāl 1, après humidification de surface (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).

25(4) Fragment de linteau (fig. 9), cassé à droite. Dimensions : 31 x 45 x ? cm ; h. l., 7‑12 cm. Lettres en relief.

26† ΧΜΓ Ι̣[- - -]
ἐπὶ Στεφάν[ου - - -]
« XMΓ… sous Étienne… »

27Notes critiques : à la l. 1, le dernier signe visible, représenté par une haste, ressemble à une lettre carrée qui se prolonge à droite, en bas et peut-être en haut.

  • 29 IGLS 4, 1681, 1690, 1699, 1707.

28Les trois premières lettres de la l. 1 composent un sigle chrétien très courant, qui a reçu différentes interprétations par les savants, mais qui est généralement considéré comme l’acronyme de trois mots qu’on traduit « Christ né de Marie ». Ce sigle est fréquent sur les linteaux de maisons ou d’églises, y compris à al‑Andarīn29. Dans le cas présent, il s’agit probablement d’une porte d’église, puisque le nom d’un responsable, Étienne, est mentionné.

Fig. 9 – Inscription 4, à Rasm Abū Miyāl 1, après humidification de surface (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).

29(5) Angle supérieur gauche de linteau (fig. 10), cassé à droite et en bas. Dimensions : 31 x 19 x 12 cm ; h. l., 8‑12 cm. Lettres en creux.

30Κ(ύρι)ε [- - -]
« Seigneur… »

31Notes critiques : le trait horizontal au-dessus des deux lettres semble davantage être un signe d’abréviation qu’une portion de cadre gravé.

32Début d’une invocation chrétienne sur un fragment de linteau.

Fig. 10 Inscription 5, à Rasm Abū Miyāl 1. après humidification de surface (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).

33(6) Élément de linteau (fig. 11), retaillé verticalement à gauche et à droite, cassé en haut et en bas. Dimensions inconnues. Lettres et lignes de réglage en relief. Étudié sur photographie (prise en 1997) ; non revu.

34[- - -]Ι̣ΩΣΤΩ̣[- - -]
[- - -] τοῦ ἁγίου [- - -]
« Seigneur… »

35Notes critiques : le tracé des lettres et la nature de leur relief fortement convexe montrent que ce bloc est distinct des précédents. Ligature des diphtongues, ligne 2. Il est difficile de déterminer si le 1er signe de la 1re ligne est une simple haste ou les restes d’une lettre de type rhô, psi ou phi.

  • 30 Un seul exemple chez Felle 2006, p. 57‑59, à Antinoé (SEG 18, 658).

36La première ligne pourrait contenir une invocation ou une citation. Cependant, les séquences qu’on pourrait restituer paraissent très incertaines. La formule de protection de l’entrée d’une église à al‑Bara, IGLS 4, 1467, Κύ(ριος) φυλάξη τὴν ἴσοδόν σου καὶ τὴν ἔξοδον ἀπὸ τοῦ νῦν καὶ αἵως τῶν αἰώ(νων), avec αΐως pour ἒως, si elle a bien sa place sur un linteau, est exceptionnelle. Quant au Psaume 37, 11, καὶ τὸ φῶς τῶν ὀφθαλμῶν μου, il ne semble guère approprié au contexte et, si l’on suit A. E. Felle, il n’est pas connu dans l’épigraphie. La formule centrale de la citation de l’Évangile de Jean (1, 4), καὶ ἡ ζωὴ ἦν τὸ φῶς τῶν ἀνθρώπων, ne serait pas déplacée sur un linteau, mais elle n’est guère fréquente en épigraphie30. Il y a encore de nombreuses autres possibilités.

37Il faut donc se résoudre à ne pas restituer la première ligne, trop peu conservée et trop incertaine. En revanche, la seconde ligne, où il est question d’un saint, renvoie au vocable du bâtiment religieux d’où provient le linteau.

Fig. 11 - Inscription 6, à Rasm Abū Miyāl 1 (cliché B. Geyer, © mission des Marges arides).

  • 31 Les informations de la prospection sont renforcées par l’étude des photographies aériennes du secte (...)
  • 32 Le même phénomène de transport de spolia comme matériaux de construction, à l’époque omeyyade, depu (...)

38Tous les blocs inscrits retrouvés à Rasm Abū Miyāl 1 sont des fragments de linteaux, mais il ne semble pas qu’on puisse réunir deux blocs qui seraient des fragments du même linteau. Les inscriptions (2), (4) et (6) proviennent d’une seule, de deux ou de trois églises. L’inscription (3) pourrait avoir appartenu à une maison. On ne peut rien dire de l’inscription (5). D’autre part, bien que le site n’ait pas été fouillé, les ramassages de surface à Rasm Abū Miyāl 1 ne fournissent pas de céramique protobyzantine, ni d’ailleurs de quelconque tesson antérieur à la période omeyyade. Le site de Rasm Abū Miyāl 2, où les tessons de la période protobyzantine sont majoritaires, n’est qu’une médiocre installation agricole, développée à partir d’une cavité sous roche. Dans l’ensemble des trois sites de Rasm Abū Miyāl, la présence d’une église est improbable31. Il semble donc que les fragments de linteaux et particulièrement ceux de bâtiments religieux, ont pu être apportés d’un autre lieu32 par les constructeurs de la résidence omeyyade de Rasm Abū Miyāl 1. On pense d’abord à al‑Andarīn, du fait de la qualité et de la dimension du linteau (2), ce que la rare présence d’une citation évangélique appuierait ; cependant, cette hypothèse qui reste fragile, puisque al‑Andarīn n’a pas l’exclusivité de ces particularités, ne pourrait être confirmée que si l’on connaissait d’autres fragments de blocs, complémentaires par leur texte ou leur décor et issus de ce site.

CONCLUSION

  • 33 De même, M. Mundell Mango (2011, p. 106) incorpore dans le territoire d’Andrôna une zone de colline (...)

39Il convient de revenir à la borne que nous avons vue à al‑Ḫafiyya. Si l’on peut admettre qu’elle provient en dernier lieu de Rasm Abū Miyāl 1, rien ne dit qu’elle n’y ait pas été apportée auparavant depuis un autre site, pour servir de matériau de construction dans la résidence omeyyade. Cependant, on peut également envisager qu’elle ait bien été trouvée à son emplacement d’origine, qui se situerait dans les environs de Rasm Abū Miyāl 1 ou de Rasm Abū Miyāl 2. Dans ce cas, en bordure de la fertile fayda, elle aurait marqué la limite sud-est du territoire d’Andrôna, à environ 15 km de l’agglomération. Cette localisation donnerait une grande extension au territoire d’Andrôna33, ce qui ne serait pas illogique, puisqu’il y a là le rebord de la plaine fertile, une ligne de rupture dans le paysage et les cultures. En somme, on peut hésiter entre deux hypothèses :

  • dans la première, toutes les pierres auraient été apportées de l’extérieur. Pourtant, si le fragment de linteau le plus important provenait de la ville d’Andrôna, la borne aurait dû être posée en un autre lieu, hors de l’agglomération ; il faudrait donc envisager plusieurs provenances différentes pour les quelques blocs de basalte remployés à Rasm Abū Miyāl 1. On pourrait aussi penser à un seul site d’origine, placé en bordure du territoire d’Andrôna et doté d’une église remarquable d’où serait issu le principal fragment de linteau ;

  • dans la seconde, les pierres se diviseraient en deux ensembles, d’une part la borne plantée dans les environs de Rasm Abū Miyāl 1 ou 2, et d’autre part les pierres de remploi, en provenance d’al‑Andarīn ou d’un autre site plus proche.

40Faute de documentation supplémentaire, le doute demeure et les limites du territoire d’Andrôna restent incertaines.

Bibliografia

Abréviations

Bull. ép. = Bulletin épigraphique de la Revue des études grecques.

I. Jordanie = Inscriptions grecques et latines de la Syrie 21, Inscriptions de la Jordanie.

PW = Realencyclopädie der klassischen Altertumswissenschaft (Pauly-Wissowa).

SEG = Supplementum epigraphicum graecum.

BIBLIOGRAPHIE

Avraméa A. 1987, « Bornes de propriétés foncières de Constantinople et de Thrace », Travaux et Mémoires 10, p. 399‑404.

Dobias-Lalou C. 2008, « Ὅροι/fines : un cas de bilinguisme ? », in C. Brunet (dir.), Des formes et des mots chez les Anciens. Mélanges offerts à Danièle Conso, Besançon, p. 63‑73.

Feissel D. 2006, Chroniques d’épigraphie byzantine, 1987‑2004, Paris.

Felle A. E. 2006, Biblia epigraphica. La sacra scrittura nella documentazione epigrafica dell’Orbis Christianvs Antiquus (III‑VIII secolo), Bari.

Gatier P.‑L. 1998, « Les inscriptions grecques et latines de Samra et de Rihab », in J.‑B. Humbert et A. Desreumaux (dir.), Fouilles de Khirbet es-Samra en Jordanie 1, Bibliothèque de l’Antiquité tardive 1, Turnhout, p. 359‑431.

— 2001, « “Grande” ou “Petite Syrie Seconde” ? Pour une géographie historique de la Syrie intérieure protobyzantine », in B. Geyer (éd.), Conquête de la steppe et appropriation des terres sur les marges arides du Croissant fertile, TMO 36, série Conquête de la steppe 1, Lyon, p. 91‑109.

Geyer B., Calvet Y, Awad N., Al‑Dbiyat M., Gatier P.‑L., Rousset M.‑O. 2012, « Les marges arides de la Syrie du Nord. Chronique d’une prospection géoarchéologique : 2010 », Chronique archéologique en Syrie VI, numéro spécial, p. 149‑159.

Geyer B., Rousset M.‑O. 2004, « Rasm Abu Miyāl, château du désert », in F. Denise et L. Nordiguian (dir.), Une aventure archéologique. Antoine Poidebard, photographe et aviateur, Marseille-Arles-Beyrouth, p. 294‑295.

— 2011, « Déterminants géoarchéologiques du peuplement rural dans les marges arides de Syrie du Nord aux VIIe-IXe siècles », in A. Borrut, M. Debié, A. Papaconstantinou, D. Pieri et J.‑P. Sodini (éd.), Le Proche-Orient de Justinien aux Abbassides. Peuplement et dynamiques spatiales, Bibliothèque de l’Antiquité tardive 19, Turnhout, p. 77‑92 et p. 369‑374.

Grégoire H. 1922, Recueil des inscriptions grecques-chrétiennes d’Asie Mineure, fasc. 1, Paris.

Griesheimer M. 2001, « L’occupation byzantine sur les marges orientales du territoire d’Apamée de Syrie (d’après les inscriptions de Taroutia emporôn et d’Androna) », in B. Geyer (éd.), Conquête de la steppe et appropriation des terres sur les marges arides du Croissant fertile, TMO 36, série Conquête de la steppe 1, Lyon, p. 123‑144.

Honigmann E. 1932, « Syria », PW IV A, 2, col. 1549‑1727.

Löhberg B. 2006, Das « Itinerarium provinciarum Antonini Augusti ». Ein kaiserzeitliches Strassenverzeichnis des Römischen Reiches, 1‑2, Berlin.

Mundell Mango M. 2011, « Byzantine Settlement Expansion in North Central Syria: the Case of Androna/Andarin », in A. Borrut, M. Debié, A. Papaconstantinou, D. Pieri et J.‑P. Sodini (éd.), Le Proche-Orient de Justinien aux Abbassides. Peuplement et dynamiques spatiales, Bibliothèque de l’Antiquité tardive 19, Turnhout, p. 93‑122.

Rousset M.‑O. 2010, « Qanāts de la steppe syrienne », in P.‑L. Gatier, B. Geyer et M.‑O. Rousset (éd.), Entre nomades et sédentaires. Prospections en Syrie du Nord et en Jordanie du Sud, TMO 55, série Conquête de la steppe 3, Lyon, p. 241‑270.

— 2013, « Traces of the Banu Salih in the Syrian Steppe? The Fortresses of Qinnasrin and Abu al‑Khanadiq », Levant 45, p. 69‑95.

Salamé-sarkis H. 1989, « Syria grammata kai agalmata », Syria 66, p. 313‑330.

Strube Chr., Hess U., Haase Cl.-P, Knötzele R, Meyer C. 2003, « Androna/al Andarin. Vorbericht über die Grabungskampagnen in den Jahren 1997‑2001 », Archäologischer Anzeiger 2003/1, p. 25‑115.

Yon J.‑B., Gatier P.‑L. (dir.) 2009, Choix d’inscriptions grecques et latines de la Syrie, Guides archéologiques de l’Ifpo 6, Beyrouth.

Note

2 Je remercie Marie-Odile Rousset de son aide généreuse, tant pour ses photos que pour la réalisation de la carte (fig. 1), et D. Feissel de ses informations.

3 Rousset 2010.

4 Par exemple IGLS 1, 59 ; IGLS 11, A20 ; voir Yon et Gatier 2009, p. 100‑101 (M. Sartre) ; IGLS 13/2, 9863. En Syrie centrale, dans la zone des marges arides, voir la borne de Šayḫ ʿAlī Kāsūn, Griesheimer 2001, p. 142‑144.

5 Par exemple IGLS 1, 618 et 620 (voir Yon et Gatier 2009, p. 112‑113 [D. Feissel]), 2002, 2513, 2584.

6 Par exemple IGLS 2, 385, 530 (à Qaşr al‑Banāt, voir Yon et Gatier 2009, p. 114‑115 [D. Feissel]) ; IGLS 3, 734, 735, 740, 807, 1031 ; IGLS 5, 2549‑2551 (voir Yon et Gatier 2009, p. 96‑97 [J.‑Cl. Decourt]), 2560.

7 Griesheimer 2001, p. 138.

8 IGLS 4, 1675 ter (Mundell Mango 2011, p. 108 et 114, photo). Noter aussi à Faʿlūl, la borne IGLS 4, 1570 bis, de Saint-Théodore.

9 Par exemple, Gatier 1998, p. 412, n° 151, ou bien I. Jordanie 5, 89.

10 Griesheimer 2001, p. 142‑144 (voir Bull. ép., 2003, 565 [D. Feissel]).

11 C. Dobias-Lalou 2008 a étudié l’évolution du sens du pluriel poι qui évolue au contact du latin fines et, à partir du IIIe s. ap. J.-C., signifie « le territoire », tout en continuant parfois à désigner « les limites ».

12 Rares exemples en Asie Mineure : Grégoire 1922, n° 28, et SEG 41, 1412, 2, où, par rapport à ὁροθ(έσιον) la restitution όροθ(εσία) ne s’impose pas. Le mot figure sur des inscriptions d’époque impériale qui ne sont pas des bornes mais des règlements (SEG 39, 577, etc.). Dans l’inscription bilingue d’Histria, SEG 24, 1109, « l’opération de bornage », ὁροθεσία en grec, est mise en parallèle et explicitée par le latin fines, « les limites ». Dans un texte d’époque romaine en Macédoine, SEG 39, 577, les bornes sont placées en conformité avec une ancienne ὁροθεσία d’un roi Philippe.

13 Actes, 17, 26.

14 IGLS 2, 530. Voir supra, n. 6 : τὸ ὁροθήσι(ον).

15 Avraméa 1987, p. 401‑402 (Bull. ép. 1989, 909).

16 Sur les recherches archéologiques récentes des équipes allemande et britannique, on trouvera la bibliographie dans Mundell Mango 2011, p. 95 ; cet auteur explique le fort développement d’Andrôna en lien avec les besoins de ravitaillement des troupes de la frontière orientale, et envisage que les aménagements hydrauliques autour d’al‑Andarīn témoignent d’une décision volontariste.

17 D. Feissel, Bull. ép., 1990, 334, et 2003, 563, après avoir proposé de rattacher Andrôna à Chalcis, préfère l’attribuer à Apamée (voir Feissel 2006, p. 176, n° 554, et p. 201‑202, n° 643). Chalcis, comme Anasartha, appartient à la province de Syrie Première et dépend donc d’Antioche. Apamée est capitale de la Syrie Seconde. Sur ces questions, voir Gatier 2001. Taroutia emporôn (Kerratin) est en Apamène, mais al‑Andarīn est située beaucoup plus à l’est et il me semble, à l’heure actuelle, impossible de placer Andrôna dans la chôra de l’une plutôt qu’une autre des trois cités qui l’entourent.

18 M. Griesheimer 2001, p. 136‑142 (SEG 51, 1940‑1948), ajoute neuf textes nouveaux aux inscriptions précédemment connues, IGLS 4, 1676‑1713. Il fait le point sur l’épigraphie grecque d’al‑Andarīn et sur les inscriptions datées, toutes du VI es., hormis un texte funéraire légèrement antérieur. Chr. Strube 2003, ajoute quelques textes et complète certaines lectures des IGLS (voir Bull. ép., 2005, 514 ; SEG 53, 1787‑1788).

19 Löhberg 2006, vol. l, p. 172 (195, 2) ; voir Honigmann 1932, col. 1677‑1678.

20 Salamé-Sarkis 1989, p. 322‑325 (d’où Bull. ép., 1990, 934 [D. Feissel] ; SEG 39, 1613).

21 Salamé-Sarkis 1989, p. 325 ; je conserve l’orthographe de l’auteur. Par ailleurs, D. Feissel, per lifteras. me signale une inscription inédite où l’on rencontre une forme encore différente du toponyme grec.

22 La tendance chez les Modernes à traiter dans ces textes les noms propres au génitif pluriel comme des ethniques ou pseudo-ethniques (noms de groupes tribaux) me semble abusive, alors qu’il s’agit constamment de toponymes au neutre pluriel (nominatif en -α).

23 Le premier nom fait référence à des colonnes, le second à une pierre blanche.

24 Geyer et Rousset 2004 ; eid. 2011, p. 88 ; Rousset 2010, p. 245‑250 ; voir ici-même l’article de D. Genequand et M.-O. Rousset.

25 Traduction de la Bible de Jérusalem, édition de 1981.

26 Felle 2006, 508 ; voir, en latin, 751 (à Théveste) ; les no 668 et 755, en latin, ne sont pas des citations exactes, mais des allusions.

27 IGLS 4, 1676 (?), 1677‑1680, 1682‑1683, 1686‑1688, 1692‑1695, 1700, 1702, 1704‑1706 ; Griesheimer 2001, p. 138, no 19.

28 Entre autres : IGLS 4, 1488 (tombeau), 1675 (linteau, voir aussi Mundell Mango 2011, p. 113, photo), 1714 (bague), 1747 (linteau), 1748 (linteau).

29 IGLS 4, 1681, 1690, 1699, 1707.

30 Un seul exemple chez Felle 2006, p. 57‑59, à Antinoé (SEG 18, 658).

31 Les informations de la prospection sont renforcées par l’étude des photographies aériennes du secteur.

32 Le même phénomène de transport de spolia comme matériaux de construction, à l’époque omeyyade, depuis des sites romano-byzantins parfois lointains, est bien attesté, par exemple à Qasr al‑Hayr al‑Sharqi, depuis Palmyre (voir IGLS 17/1, 351), ou à Qasr al‑Hallabat en Jordanie, depuis Umm al‑Jimal. Deux autres sites de la région des Marges arides semblent illustrer cette pratique, ʿAzīziyya 1 et Abū al‑Ḫanādiq 1 ; voir Geyer, Calvet, Awad et al. 2012, p. 155‑156 ; Rousset 2013.

33 De même, M. Mundell Mango (2011, p. 106) incorpore dans le territoire d’Andrôna une zone de collines basaltiques qui s’étend jusqu’à une quinzaine de kilomètres à l’ouest de l’agglomération.

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search