Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Habitat et environnement

 | 
Marie-Odile Rousset
, 
Bernard Geyer
, 
Pierre-Louis Gatier
, 
et al.

À propos d’une borne du Ǧabal al‑Balʿas (IGLS 5, 2549)

Mohamed Al-Dbiyat und Pierre-Louis Gatier

Zusammenfassung

Découverte jadis dans le Ǧabal al‑Balʿas, une borne romaine inscrite en latin a été retrouvée récemment. C’est l’occasion de s’intéresser à cet important document et d’examiner à nouveau son aspect et son contenu.

In the past already discovered in the Ǧabal al‑Balʿas, a Roman boundary-stone with a Latin inscription has recently been found again. This important document may be reconsidered now and its appearance and contents re-examined.

Volltext

1La redécouverte récente, par un étudiant de l’université de Damas, d’une inscription latine publiée jadis par Daniel Schlumberger, attire l’attention sur un document important. Au cours de recherches de terrain pour son mémoire sur le Ǧabal al‑Balʿas, Ahmed Hadmoun, étudiant en mastère de géographie physique, a visité le lieu-dit al‑ʿAmara  le bâtiment »). Ce site se trouve sur le versant nord, à 4 km à l’ouest du sommet (1 098 m) du massif, en contrebas, légèrement au nord de l’actuelle route goudronnée qui descend à ʿAqīrbāt. Il y a vu et photographié en 2010 le bloc de calcaire blanc inscrit que nous présentons à nouveau ici (fig. 1). Nous le remercions de la générosité avec laquelle il a mis ce document à notre disposition, et nous remercions l’Ifpo de nous avoir autorisés à publier une photographie inédite de son fonds d’archives (visible en ligne sur le site MédiHAL) [fig. 2], Notre gratitude va également à G. Devilder pour son aide à l’amélioration du premier document.

UN BORNAGE ROMAIN AU ǦABAL AL-BALʿAS

2Rappelons en deux mots les circonstances de la découverte du bloc inscrit par D. Schlumberger, à l’époque où cet archéologue menait des recherches en « Palmyrène du Nord-Ouest » et particulièrement dans le Ǧabal al‑Balʿas.

  • 3 Schlumberger 1939, p. 45 et no 1 (voir id., 1951, p. XII, sur la chronologie de ses travaux).
  • 4 Ibid.
  • 5 Waddington 1870, p. 610, no 2632; Perthuis 1896. p. 43. Sur Waddington, voir Perrot 1909.

3Dans ce massif, en bordure de l’ancienne piste de Salamya (Salamié) à Palmyre qui le traverse du nord-ouest au sud-est, deux sites très proches l’un de l’autre ont été décrits par de très rares voyageurs ou archéologues. L’un des deux sites se trouvait « au col même, à cheval sur le partage des eaux, (...) d’étendue très restreinte », et cependant D. Schlumberger y observait les ruines, qu’on peut juger importantes en surface, de « deux habitations ou khans à cour centrale, dont le plus nettement visible [constituait] un rectangle de 55 x 65 m, [ainsi que] deux bâtiments carrés très petits (environ 5 x 5 m), quelques vestiges de murs isolés » et une ou deux citernes3. L’autre secteur était situé « à quelque 500 m de là, et déjà sur le versant d’Aguerbate [ʿAqīrbāt] »4. C’est ce seul second site qu’a fouillé D. Schlumberger en 1934, puisqu’il y avait découvert dès novembre 1933 un fragment inscrit (maintenant IGLS 5, 2550, lignes 5‑13) qui complétait un bloc déjà connu et publié par l’épigraphiste Waddington et le voyageur Perthuis5 (maintenant IGLS 5, 2550, lignes 1‑4).

Fig. 1 – Bloc trouvé à al‑ʿAmara (cliché Ahmed Hadmoun, 2010 ; amélioration G. Devilder).
Fig. 2 – Photo ancienne (1934) par D. Schlumberger du même bloc (archives Ifpo).

  • 6 Waddington 1870, p. 610.
  • 7 Perthuis 1896, p. 43. On remarquera que le livre a été publié trente ans après le voyage et que le (...)
  • 8 Schlumberger 1939, p. 44 ; voir également Schlumberger 1951, p. 2.
  • 9 Schlumberger 1939, p. 46, voir p. 45, n. 1.
  • 10 Ibid., p. 45, n. 3.

4William-Henry Waddington, père fondateur de l’épigraphie grecque et latine du Proche-Orient, avait mené ses recherches de terrain en Syrie au cours des années 1861-1863. Dans son corpus d’inscriptions, il décrit brièvement les lieux, sans distinguer les deux sites. Il parle d’une « gorge du Djebel-Bélâs, à douze heures de marche de Salamié » et ajoute que « c’est là qu’a toujours passé la route des caravanes allant de Salamié et de Kinnesrîn à Palmyre », avant de signaler des éléments de colonnes effondrées près desquels il avait vu l’inscription latine qu’il publie6. Le comte Alfred de Perthuis, qui avait voyagé dans ce secteur peu après, en 1866, venait lui aussi de Salamya, pour traverser le Ǧabal al‑Balʿas en direction du sud. Il avait suivi la même piste, qu’il décrit comme difficile et qui passait près des deux sites qu’il a bien su différencier : « Avant d’arriver au faîte, se trouve un amas de pierres et de moellons taillés, vestiges d’anciennes habitations, village ou poste militaire ; quelques centaines de mètres plus loin, on découvre, renversées sous un arbre, les ruines d’un petit monument romain, dont il reste un fragment de corniche et une pierre de taille portant une inscription latine de quatre lignes7… » W.‑H. Waddington et le comte de Perthuis ne donnent pas de toponyme, mais D. Schlumberger nomme le double site « Kheurbet el‑Bilaas » ou « Amoudân (les colonnes) », tandis que sa carte8 place immédiatement au nord de « Kh. el Bilaas », mais légèrement à l’ouest de la piste, un point qui est désigné comme « Kh. el Amara », mais dont il n’est pas question dans le texte. Une photo aérienne d’Antoine Poidebard, publiée par D. Schlumberger, prise vers le nord-ouest, donc en direction de ʿAqīrbāt, clarifie la topographie de détail, parce qu’on y voit les ruines du premier site, de part et d’autre de la piste, au premier plan et donc légèrement plus au sud et plus en altitude que le second9. Ce dernier, fouillé par D. Schlumberger, se présente sur la photo comme « une tache frangée de blanc et incluant deux arbres (...) au bord de la piste »10.

5Dans ce second site, où se trouvait le fragment inscrit vu par W.‑H. Waddington et par le comte de Perthuis, les travaux de D. Schlumberger lui ont permis de retrouver les vestiges de deux monuments détruits :

  • une grosse base qu’il nomme « cippe », sur le couronnement duquel un encastrement servait à placer un objet indéterminé et sur le dé duquel se trouvait l’inscription latine IGLS 5, 2550, gravée sur deux blocs ;

  • des éléments d’une grosse colonne de type honorifique, à savoir six tambours cylindriques, un socle ou plinthe parallélépipédique et l’assise supérieure d’un chapiteau.

6Une sorte de plate-forme carrée assez endommagée devait supporter la colonne, dont l’un des tambours était orné d’un cartouche inscrit en grec (maintenant IGLS 5, 2551). Cette inscription honorifique qui mentionne les empereurs Nerva et Trajan indique que la colonne devait porter leurs statues, ce qui est confirmé par des mortaises au sommet du chapiteau. Enfin, dans la fondation du « cippe », D. Schlumberger a découvert un grand bloc inscrit en latin qu’il décrit comme la partie inférieure d’une stèle de calcaire (dimensions : h. 152 cm, l. 77 cm, ép. 38 cm). Divers petits fragments épars ont aussi été retrouvés aux alentours et transportés au musée de Damas. Inscrits en latin, parfois jointifs entre eux, ils constituent aux yeux de D. Schlumberger la partie supérieure de la même stèle. Et, de fait, le tracé et la dimension (6 à 9 cm) de leurs lettres, de même que la largeur de l’ensemble qu’ils forment, après collage, semblent s’accorder parfaitement avec les mesures du bloc trouvé en fondation. D. Schlumberger restitue ainsi une stèle inscrite unique (maintenant IGLS 5, 2549).

  • 11 L’état des connaissances sur ces inscriptions se trouve dans Decourt 2009, avec l’essentiel de la b (...)

7Pour résumer, on connaissait trois inscriptions en provenance du deuxième site11 :

  • IGLS 5, 2549, en latin, stèle qui indique que l’empereur Trajan a rétabli, à une date qu’on fixe en 102 ap. J.‑C., des bornes ;

  • IGLS 5, 2550, en latin, « cippe » qui indique que l’empereur Antonin le Pieux a rétabli, en décembre 153 ap. J.‑C., « les bornes de la Palmyrène » (fines regionis Palmyrenae) ;

  • IGLS 5, 2551, en grec, sur la colonne, inscription qui honore Nerva et Trajan.

  • 12 Seyrig 1959, p. 190; Balty et Balty 1981, p. 50‑51; Gatier 2001, p. 92‑93.

8Signalons au passage une erreur des éditeurs du volume 5 des IGLS (Louis Jalabert et René Mouterde, avec la collaboration de Claude Mondésert). Ces auteurs indiquent à tort que l’inscription IGLS 5, 2549 était gravée sur un « cippe » et que l’inscription IGLS 5, 2550 était gravée « sur une des faces du cippe décrit ci-dessus [= IGLS 5, 2549] ». Il s’agit bien, en fait, de deux supports différents : une stèle et une base ou « cippe ». Quoi qu’il en soit, alors que le texte IGLS 5, 2550 est complet, deux des inscriptions, IGLS 5, 2549 et 2551, présentent des lacunes considérables. C’est pourquoi la redécouverte du bloc inférieur de la stèle IGLS 5, 2549 est bienvenue. En effet, c’est là que se trouvait mentionné le nom incomplet d’une cité qui était concernée par le bornage de Trajan. Les propositions de restitutions sont donc diverses, à la recherche du nom d’une ou de deux cités avec qui Palmyre voisinerait en ce point12.

L’INSCRIPTION LATINE IGLS 5, 2549

9Le premier bénéfice de cette redécouverte est d’apporter des informations sur la présentation matérielle du texte que l’on ne connaissait que par l’unique photo très sombre et le dessin fac-similé publiés par D. Schlumberger.

Histoire d’un bloc

10On constate que la pierre n’a pas été endommagée entre le moment de sa découverte en 1934 et celui de la photo de 2010. Il est probable que le bloc est resté enterré pendant cette période, la face inscrite dissimulée, et qu’il n’a été mis au jour que récemment, peut-être à la suite des travaux qui ont transformé la piste du Ǧabal al‑Balʿas en route à grande circulation. Les deux sites voisins ont été largement bouleversés, mais le second, celui qui a été fouillé par D. Schlumberger, est certainement al‑ʿAmara, un peu à l’écart de la nouvelle route. Le bloc inférieur de la stèle IGLS 5, 2549, n’a guère dû bouger de place depuis 1934.

  • 13 Schlumberger 1939, p. 68‑69.

11La question de l’histoire du bloc est complexe. D. Schlumberger considérait en effet que son texte avait été martelé, ce que la photo confirme en montrant cependant des destructions malhabiles et peu systématiques plutôt qu’un martelage en règle. De plus les lettres des fragments du haut de la stèle n’ont pas connu ce type d’agression puisque, dans le cas de la portion supérieure de la pierre, c’est le bloc lui-même qui a été débité en petits morceaux sans martelage du texte. Une éventuelle partie disparue de la stèle, entre ces fragments et le bloc inférieur, est difficile à estimer. D. Schlumberger pensait que ces diverses destructions étaient antiques, qu’elles avaient eu lieu entre 102 et 153 ap. J.‑C. et il les mettait au compte de révoltés au moment du grand soulèvement de 116, au cours de la guerre parthique de Trajan. Constatant que l’inscription de la colonne, contemporaine de celle de la stèle, n’avait pas souffert, alors qu’il suffisait d’une simple échelle pour l’atteindre, D. Schlumberger concluait que « les mutilateurs n’étaient sans doute qu’un parti de cavaliers, qu’un rezzou de Bédouins d’obédience palmyrénienne »13. Cette explication est bien peu crédible et aucun témoignage ne se présente pour confirmer que la révolte de 116, limitée qu’elle fut aux communautés juives de la diaspora et aux régions occupées par Trajan à l’occasion de la guerre parthique, ait concerné la province de Syrie.

  • 14 Ibid., p. 48, fig. 4, au centre. Il ne s’agit pas d’un relevé puisque le « cippe » est présenté com (...)

12Ajoutons qu’on s’étonnerait qu’en 153 les responsables publics de la construction du « cippe » eussent montré aussi peu de respect envers une inscription officielle érigée seulement une cinquantaine d’années auparavant, pour la remployer dans des fondations. Les dégradations de cette stèle sont trop différentes entre elles pour être le résultat d’une seule intervention et le bris systématique de sa partie haute fait penser à des démolitions plus récentes. Il faut aussi considérer que la reconstitution des fondations du « cippe » qui apparaît sur le dessin de D. Schlumberger14 s’accorde mal avec l’état de bouleversement du site et des blocs que montrent les photos. Sur le dessin, le bloc qui nous intéresse figure de guingois, presque en surface, et on peut douter de sa présence effective dans la fondation du « cippe » de 153. Il semblerait que le bris de la stèle et les différentes opérations de vandalisme (hormis le martelage à proprement parler, qui lui, semble antique) n’ont pas été perpétrés dans l’Antiquité, mais plutôt dans la période 1861‑1934. C’est alors que les premières découvertes épigraphiques des voyageurs européens ont pu amener la curiosité des gens du pays vers des pierres inscrites prometteuses de trésors cachés. Force est de conclure que, dans l’Antiquité, la stèle IGLS 5, 2549 était visible – à côté de la colonne qui lui était contemporaine et qui portait les statues impériales et à côté du « cippe » – pour ceux qui circulaient entre Palmyre et Salamya par la route du Ǧabal al‑Balʿas. De même, sur d’autres routes, des nids de milliaires font voisiner des bornes diverses inscrites sous des empereurs différents. On peut ainsi présumer que les deux inscriptions latines portaient des textes assez proches l’un de l’autre. En conséquence, le verbe restituere employé dans les inscriptions IGLS 5, 2549 et 2550 ne signifie probablement pas qu’on a posé des pierres nouvelles pour remplacer celles qui avaient été détruites, mais qu’on a procédé à une nouvelle opération de bornage.

Remarques sur le texte

  • 15 Ibid., p. 53 ; les huit premières lignes, composées des fragments conservés à Damas, sont numérotée (...)

13Schlumberger numérotait de a à g les sept lignes finales du texte qui nous intéresse ici (IGLS 5, 2549)15. Il lisait et restituait ainsi ces lignes :

14[….] I [….|….a]ṛua ciuitaṭ[..|….]enorum per Iụ[l|iu]m Quadratum le[g(atum) | Au]g(usti) pro pr(aetore) et Postu[m|iu]m Acili[an]um p[ro]c̣(uratorem)[ug(usti)] | restituit.

  • 16 Decourt 2009, p. 97.

15L’édition des IGLS reprend le texte de D. Schlumberger, sans différence notable, et fournit une traduction. Nous donnons ici une autre traduction16, en mettant en italique ce qui appartient à la partie supérieure du texte (1‑8) et en romain la portion retrouvée (a-g) :

16« L’empereur César, fils du divin Nerva Auguste, Trajan Auguste Germanicus, très grand pontife, investi de la puissance tribunicienne pour la sixième fois, père de la patrie, quatre fois consul, consul désigné pour une cinquième fois, a rétabli les bornes entre (?) ... et les champs de la cité des…, par (les soins) de Julius Quadratus, légat d’Auguste propréteur, et Postumius Acilianus, procurateur d’Auguste. »

  • 17 Seyrig 1959, p. 190 (= 1966, p. 69) : « La restitution du nom de Palmyre est très compatible avec l (...)
  • 18 Voir ici-même l’article de P.‑L. Gatier sur la borne d’Androna/Andrôna. En revanche, l’inscription (...)
  • 19 Seyrig 1959, p. 190 (= 1966, p. 69), aux l. 7‑8 de la portion supérieure de la stèle, [fines inter (...)

17La question principale que pose le texte concerne les lignes b et c. En examinant la photo, faute d’observation directe de la pierre, on doit reconnaître, ligne b, que les deux premières lettres visibles sont V et A, et que le R qui les précéderait, et dont D. Schlumberger devine la barre oblique inférieure, est assez bien assuré. Cependant, la restitution [a]ṛua, « les champs », ne semble attestée par aucun exemple comparable et elle peut être rejetée. Ensuite, à la fin de la même ligne b, on lirait CIVIṬẠṬỊP̣, plutôt que CIVITAṬ de D. Schlumberger. Au début de la ligne c suivante, la barre oblique inférieure d’un R est possible. On aurait ainsi des éléments de restitution de ciuitati [al|my]ṛenorum, ce qui n’est pas très éloigné d’une proposition d’H. Seyrig17. Si cette lecture est exacte, la borne de 102 ap. J.‑C., tout comme celle de 153, ne fixerait pas la limite entre deux cités ou du moins ne désignerait pas les deux cités en question, mais établirait simplement les limites de Palmyre, sans nommer de voisin. D’autres exemples montrent le même procédé18. Mais, autre hypothèse, on pourrait aussi penser, avec H. Seyrig, que le nom d’une seconde cité se trouvait dans la lacune au-dessus de la mention de Palmyre ; pour H. Seyrig, il s’agissait d’Épiphanie-Hama19. Toutefois, l’exemple de l’inscription de 153 montre que cette indication n’est pas nécessaire et, faute d’argument épigraphique, on se gardera de trancher et aussi de proposer une nouvelle traduction. En effet, il est clair que tout ce qui était restitué et traduit par les uns ou les autres, entre la titulature impériale du début et la mention de la cité de la ligne b, reste très hypothétique. Cette partie du texte devra être réexaminée à l’avenir. Osons à notre tour une hypothèse : au lieu de l’improbable arua à la ligne b, il y aurait la fin du nom de l’empereur Nerva [Ne]rua et il serait question d’une lettre ou d’un don fait par l’empereur Nerva à la cité (datif) de Palmyre et rétabli par Trajan, en conformité avec cette décision.

CONCLUSION

18Il faut souhaiter que le bloc inscrit qui a été récemment redécouvert puisse se conserver à l’abri de nouvelles dégradations et qu’une vérification sur place – ou, à défaut, sur les estampages que Daniel Schlumberger dit avoir réalisés – permette de contrôler les propositions de lecture présentées ici. Dès maintenant, les questions de topographie du lieu de découverte et celles de l’histoire du bloc inscrit ont été quelque peu clarifiées.

Literaturverzeichnis

BIBLIOGRAPHIE

Balty J., Balty J.‑Ch. 1981, « L’Apamène antique et les limites de la Syria Secunda », in La géographie administrative et politique d’Alexandre à Mahomet. Actes du colloque de Strasbourg, 14‑16 juin 1979, Travaux du Centre de recherche sur le Proche-Orient et la Grèce antique 6, Leyde, p. 41‑75.

Decourt J.‑Cl. 2009, « Bornes en Palmyrène », in J.‑B. Yon et P.‑L. Gatier (dir.), Choix d’inscriptions grecques et latines de la Syrie, Guides archéologiques de l’Ifpo 6, Beyrouth, p. 96‑99.

Gatier P.‑L. 2001, « “Grande” ou “Petite Syrie Seconde” ? Pour une géographie historique de la Syrie intérieure protobyzantine », in B. Geyer (éd.), Conquête de la steppe et appropriation des terres sur les marges arides du Croissant fertile, TMO 36, série Conquête de la steppe 1, Lyon, p. 91‑109.

Perrot G. 1909, « Notice sur la vie et les travaux de William-Henry Waddington », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres 53, p. 876‑938.

Perthuis (Comte de) 1896, Le désert de Syrie, l’Euphrate et la Mésopotamie, Paris.

Schlumberger D. 1939, « Bornes frontières de la Palmyrène », Syria 20, p. 43‑73.

— 1951, La Palmyrène du Nord-Ouest, BAH 49, Paris.

Seyrig H. 1959, « Caractères de l’histoire d’Émèse », Syria 36, p. 184‑192 (= Antiquités syriennes 6, Paris, 1966, p. 64‑72).

Waddington W.‑H. 1870, Inscriptions grecques et latines de Syrie, Paris.

Yon J.‑B. 2002, Les notables de Palmyre, BAH 163, Beyrouth.

Anmerkungen

3 Schlumberger 1939, p. 45 et no 1 (voir id., 1951, p. XII, sur la chronologie de ses travaux).

4 Ibid.

5 Waddington 1870, p. 610, no 2632; Perthuis 1896. p. 43. Sur Waddington, voir Perrot 1909.

6 Waddington 1870, p. 610.

7 Perthuis 1896, p. 43. On remarquera que le livre a été publié trente ans après le voyage et que le comte de Perthuis, venant du nord, paraît inverser l’ordre des deux sites, en mentionnant d’abord celui qui se trouve au sud.

8 Schlumberger 1939, p. 44 ; voir également Schlumberger 1951, p. 2.

9 Schlumberger 1939, p. 46, voir p. 45, n. 1.

10 Ibid., p. 45, n. 3.

11 L’état des connaissances sur ces inscriptions se trouve dans Decourt 2009, avec l’essentiel de la bibliographie. Les illustrations reproduisent celles de D. Schlumberger.

12 Seyrig 1959, p. 190; Balty et Balty 1981, p. 50‑51; Gatier 2001, p. 92‑93.

13 Schlumberger 1939, p. 68‑69.

14 Ibid., p. 48, fig. 4, au centre. Il ne s’agit pas d’un relevé puisque le « cippe » est présenté complet. Voir les photos 5 et 6 des p. 49‑50.

15 Ibid., p. 53 ; les huit premières lignes, composées des fragments conservés à Damas, sont numérotées par des chiffres et, entre les deux sections, le nombre de lignes manquantes reste indéterminé.

16 Decourt 2009, p. 97.

17 Seyrig 1959, p. 190 (= 1966, p. 69) : « La restitution du nom de Palmyre est très compatible avec le calque de l’inscription où l’alignement de la fin des lignes n’est pas régulier mais dépend de ce que le lapicide a été forcé d’y mettre. » H. Seyrig gardait l’une des propositions de D. Schlumberger, [a]ua ciuitaṭ(is) [Palmyr]enorum. Il faut noter que son identification des signes de la fin de la ligne b est assez différente de la nôtre.

18 Voir ici-même l’article de P.‑L. Gatier sur la borne d’Androna/Andrôna. En revanche, l’inscription latine IGLS 5, 2552, borne qui indique la limite entre Palmyre et Émèse, nomme les deux cités. Voir Yon 2002, p. 274, liste des bornes de la Palmyrène.

19 Seyrig 1959, p. 190 (= 1966, p. 69), aux l. 7‑8 de la portion supérieure de la stèle, [fines inter Epiphaniam].

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Fig. 1 – Bloc trouvé à al‑ʿAmara (cliché Ahmed Hadmoun, 2010 ; amélioration G. Devilder).Fig. 2 – Photo ancienne (1934) par D. Schlumberger du même bloc (archives Ifpo).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/480/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 506k
Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.