Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habitat et environnement

 | 
Marie-Odile Rousset
, 
Bernard Geyer
, 
Pierre-Louis Gatier
, 
et al.

Un moine dans la steppe syrienne. Deux étapes d’Alexandre l’Acémète

Pierre-Louis Gatier et Marie-Odile Rousset

Résumé

Deux précisions topographiques peuvent être apportées au récit hagiographique byzantin de la Vie d’Alexandre l’Acémète. D’une part, il apparaît que, dans la ville de Chalcis, le sanctuaire païen que le saint aurait détruit et dans les ruines duquel il se serait installé doit être placé sur le tell-acropole de Qinnasrin plutôt qu’à Nabi ʿIs. D’autre part, un couvent d’anciens brigands fondé par Alexandre doit être identifié aux ruines de Tall Mrāġā al‑Šamālī 1 dans la steppe orientale.

Two topographic precisions can be added to the Byzantine hagiography Life of Alexander Akoimetos. On one hand, it seems that the pagan sanctuary in the town of Chalcis that the saint is said to have destroyed and in the ruins of which he presumably dwelt, must be sought on the tell-acropolis of Qinnasrin rather than at Nabi ʿIs. On the other hand, the monastery of former brigands which Alexandre founded can be identified in the ruins of Tall Mrāġā al‑Šamālī 1 in the eastern steppe.

Texte intégral

  • 3 Vie d’Alexandre l’Acémète (éd. de Stoop), ci-après Vie d’Alexandre ; voir la traduction de Baguenar (...)

1Alexandre, dit l’Acémète (ἀκοίμητος), « celui qui ne prend pas de repos, celui qui ne dort pas », a instauré un type particulier de monachisme cénobitique. En effet, sous sa direction, des règles se constituent progressivement pour entretenir une prière continuelle que les moines récitent en se relayant nuit et jour. Le mouvement monastique des Acémètes se caractérise également par un refus des richesses et de l’accumulation, donc par une limitation des travaux et particulièrement de l’activité agricole. Alexandre, originaire de la province tardo-antique des îles, dans la mer Égée, avait reçu son éducation à Constantinople où il avait servi ensuite comme membre du bureau du préfet du prétoire. Il avait alors distribué ses biens aux pauvres avant de partir, vers 378‑379 ou vers 387, en Syrie, au monastère de l’archimandrite Élie qui se situait peut-être dans le territoire de Chalcis, puis de s’établir dans la région jusqu’aux années 427‑428. Seul le récit hagiographique que constitue sa Vie grecque3 permet d’éclairer son activité monastique en Syrie, avant son retour vers Constantinople où il passe ses ultimes années et accède à une certaine célébrité, dont témoignent d’autres sources.

  • 4 Gatier 1995.

2Nous avons, il y a quelques années, examiné ce texte pour en tirer des informations historiques, mais aussi pour préciser son contexte chronologique et topographique4. Chez les Modernes, Alexandre était réputé pour son caractère gyrovague, ce qui est largement exagéré, comme nous pensons l’avoir montré. Il n’en reste pas moins vrai que son activité monastique syrienne s’est déployée dans plusieurs sites qui, hormis Antioche, se situent pour la plupart dans la steppe ou en bordure de l’Euphrate, entre Chalcis, Anasartha, Barbalissos, Résapha, Oresa, Palmyre et Émèse.

  • 5 Voir cependant les remarques pertinentes de G. W. Bowersock (2000, p. 256‑258), concernant la Vie s (...)
  • 6 En particulier Rousset 2013, pour une synthèse.

3La Vie d’Alexandre vise avant tout à prouver que son héros est bien un saint incontestable, à grand renfort de merveilleux, miracles, fondations chrétiennes, conversions et exploits. Mais elle est riche de realia et d’indications précises et, en cela, elle appartient à la catégorie peu fournie des sources textuelles protobyzantines sur la région des marges arides. S’il n’est pas question ici de reprendre ou de répéter notre analyse ancienne, dont nous considérons qu’elle garde largement sa pertinence5, il est possible, grâce aux prospections de terrain de la mission des Marges arides et aux travaux de la mission syro-française de Qinnasrin6, l’antique Chalcis (Y. Kanjou, M.‑O. Rousset), de fournir des précisions pour deux des étapes d’Alexandre, d’une part la ville de Chalcis et d’autre part un monastère dont le nom ne figure pas dans la Vie, laquelle le présente comme celui d’anciens brigands convertis.

ALEXANDRE À CHALCIS

  • 7 Gatier 1995, p. 439‑440 et 444‑446.
  • 8 Vie d’Alexandre, 9 : ... τὸν ἐπίσημον αὐτῶν ναόν.
  • 9 Vie d’Alexandre, 10‑13.
  • 10 Vie d’Alexandre, 11 : ... τοὺς πατρῴους θεοὺς...
  • 11 Seyrig 1934, pl. XXI ; Seyrig 1970, p. 94‑95.

4Alexandre l’Acémète aurait, selon la Vie, fait deux séjours à Chalcis. À dire vrai, le premier séjour ne peut être identifié que parce qu’il y est question de la conversion du païen Rabboula, futur évêque d’Édesse, dont on sait par d’autres sources qu’il était originaire de Chalcis7. L’épisode qui nous intéresse est celui de l’incendie du principal temple païen de la ville par Alexandre, ermite de retour d’un long séjour de solitaire dans le « désert » pendant sept ans. Des précisions sur le bâtiment sont données par le texte grec. D’une part, il est dit qu’il s’agit « du plus remarquable de leurs temples »8. D’autre part il est rapporté que les habitants furieux puis un notable, Rabboula lui-même, y montent depuis la ville, ce qui indique que le temple est sur une hauteur, situation qui permet à l’hagiographe de comparer Alexandre avec le prophète Elie sur le Carmel9. Enfin, Rabboula, quand il prend la parole, parle du culte des « dieux ancestraux » dans ce templel10, ce qui témoigne de la vénération de divinités locales traditionnelles plus ou moins hellénisées. Une statue de divinité solaire, en basalte, avait été retrouvée à Qinnasrin en 1919. Conservée au musée de Damas, elle a été publiée par Henri Seyrig11. Il pourrait éventuellement s’agir de l’un des dieux ancestraux de Chalcis.

  • 12 Rousset 2013, p. 328.
  • 13 Graffin 1981‑1982.

5Quoi qu’il en soit, il faut situer le temple de préférence sur le tell-acropole qui, au sud de la ville antique, la domine en la prolongeant12. Ce tell connaît d’importants aménagements pendant l’Antiquité tardive, mis en lumière par les recherches récentes, en particulier les prospections géomagnétiques. On y constate l’édification, à l’est, d’une porte d’entrée monumentale qui donne sur la ville basse et, dans l’angle sud-est, d’un monument circulaire de type martyrion, entouré d’une sorte de téménos rectangulaire. Du fait de l’emplacement du bâtiment, le seul sanctuaire chrétien reconnu sur le site, l’hypothèse d’y voir le successeur du temple, une église construite sur la montagne de Chalcis et chantée par Balaï13, paraît la meilleure.

  • 14 Gatier 1995, p. 445‑446.
  • 15 Rousset 2013, p. 334‑335.

6En effet, le site de Nabi ʿIs, petit sanctuaire isolé bâti au XIIe s. sur le point culminant de la montagne, au nord de Qinnasrin, qui avait été proposé naguère14, semble dorénavant exclu. D’une part, il est assez éloigné de la ville et se prête difficilement au va-et-vient des habitants montant s’expliquer avec le moine incendiaire ; d’autre part, il ne recouvre aucunement les restes d’un temple romain, car le petit tell sur lequel il est édifié ne peut être antérieur au début de l’époque islamique15. Seule sa position éminente l’avait fait choisir, mais les travaux récents, en particulier en reconstituant l’emprise de la ville, montrent que le principal temple romain avait de bonnes chances d’être sur le tell-acropole.

LE MONASTÈRE DES BRIGANDS

7La Vie d’Alexandre évoque la fuite du saint hors de Chalcis, à l’issue du premier séjour dans la ville. L’étape suivante est marquée par la fondation d’un couvent.

  • 16 On retrouve là un thème fréquent de l’hagiographie antique, le topos du refus du pouvoir épiscopal (...)
  • 17 La Vie d’Alexandre, 41‑42, raconte le second séjour d’Alexandre à Chalcis, plusieurs années après l (...)
  • 18 Il s’agit de la steppe, voir Gatier 1995, p. 443‑444.
  • 19 Vie d’Alexandre, 24 : Καὶ ἀπελθὼν εἰς τὴν ἔρημον δύο ἡμερῶν ὁδόν, εὗρεν τόπον λῃστρικόν, ἐν ᾧ ἦν τι (...)
  • 20 Vie d’Alexandre, 25 : Καὶ οὕτως θερμῶς προσῆλθον τῇ πίστει, ὡς τὸν λῃστρικὸν ἐκεῖνον οἶκον ποιήσαντ (...)

8Il est expliqué que la population (en fait les dèmes) de Chalcis cherchait à le nommer évêque, mais qu’il préféra s’enfuir16, de nuit dans une corbeille descendue du rempart à la manière de saint Paul17. « Et, après avoir marché pendant deux jours vers le désert18, il trouva un repaire de brigands dans lequel se trouvait un chef de bande qui avait trente canailles sous ses ordres19. » Alexandre, selon son biographe, avait appris les méfaits des brigands et il avait prié Dieu pour eux. Il rencontra alors le chef des brigands, le convainquit puis le baptisa. Celui-ci mourut quelques jours après. Du coup, les trente brigands se firent également baptiser. « Et ils embrassèrent la foi si chaleureusement que de ce repaire de brigands ils firent un monastère et y demeurèrent en servant le Seigneur de tout leur cœur, de sorte qu’en peu de temps ils furent reconnus dignes aux yeux de Dieu. Le bienheureux Alexandre, les voyant vigoureux dans la foi au point de pouvoir en édifier d’autres, établit sur eux un higoumène, les affermit davantage encore dans la foi, leur fit ses adieux, formula une prière et se mit en route avec joie20. »

  • 21 Gatier 2001, p. 448.
  • 22 Vie d’Alexandre, 26.

9Le texte offre l’un des lieux communs les plus habituels de la littérature hagiographique de type monastique, celui de la conversion d’un chef des brigands, héritier lointain du bon larron des Évangiles. Cependant, comme nous l’avions proposé naguère21, la mention des brigands sert surtout à évoquer leur repaire, c’est-à-dire, conformément à un autre lieu commun, la grotte. Nous avions suggéré qu’à deux jours de marche de Chalcis, soit entre 60 et 90 km, devait se trouver un monastère qui conservait la tradition d’avoir été fondé par Alexandre l’Acémète autour d’une grotte. Nous avions proposé le choix, à partir des cartes disponibles et avant d’avoir examiné le terrain, soit d’un site à proximité de Zabad, à environ 75 km de Chalcis, soit d’un site près d’al‑Ḥammām, en suggérant de préférence Mrāġā, à environ 12 km au sud d’al‑Ḥammām, c’est-à-dire à peu près à 92 km de Chalcis. Dans les deux cas la route du désert passe par Anasartha-Ḫanāṣir, qui serait une étape à environ 50 km de Chalcis et 18 d’al‑Ḥammām. La mission des Marges arides de 2010 a permis de vérifier sur les lieux ces hypothèses et de retenir définitivement la candidature de Mrāġā, ou plus précisément de la colline de Tall Mrāġā al‑Šamālī, au sud de la sebkha du même nom. Selon la Vie, Alexandre met deux jours également pour aller du monastère des brigands à l’Euphrate22, ce qui place ce monastère à mi-chemin entre Chalcis et le lieu où le fleuve se traverse aisément, c’est-à-dire Barbalissos-Meskéné. Et de fait, il y a à peu près 80 km de Tall Mrāġā al‑Šamālī à Meskéné, en passant à l’est du Ǧabal Šbayṭ, et légèrement plus en passant à l’ouest.

  • 23 Tall Mrāġā al‑Šamālī 1 (95/151, 97/07, 98/04, 10/131) ; lat. 35° 33’ 22” ; long. 37° 40’ 02”. Besan (...)
  • 24 Selon Mouterde et Poidebard 1945, p. 87, « la plateforme s’élève à 35 mètres au-dessus de la steppe (...)
  • 25 Besançon et al. 2000 ; Besançon et Geyer 2006, p. 35.

10Dans une zone de sources artésiennes aujourd’hui taries23, au nord-est de ʿAyn al‑Zarqa, Tall Mrāġā al‑Šamālī se détache d’un paysage relativement plat, qui a été labouré dans la période récente pour installer de grandes plantations d’atriplex (fig. 1). Cette colline n’est pas exactement un tell (artificiel) au sens archéologique du terme. Grossièrement conique, d’environ 250 m de diamètre à la base et 65 m au sommet, pour une hauteur24 d’environ 15 m, elle conserve une dépression circulaire dans sa partie nord-ouest. Son profil est typique des tertres qui se sont formés autour de sources artésiennes, dont l’eau a déposé peu à peu les minéraux qu’elle avait soustraits aux couches géologiques sous-jacentes25. Ce tertre de source est constitué de bancs calcaro-gypseux et de travertins.

Fig. 1 Plateforme et tertres de Mrāġā vus depuis le nord-ouest (cliché B. Geyer, © mission des Marges arides).

11Le site lui-même se trouve sur la partie haute du tertre, sur ses pentes est et sud, et il se prolonge dans la plaine, à son pied (fig. 2 et 3). Un bâtiment de 57 x 45 m est construit sur le sommet plat. De plan rectangulaire, il se compose de plusieurs pièces maçonnées, au sud, maintenant visibles sous la forme de buttes de brique crue, vestiges des murs qui reposaient sur des bases en petits moellons de travertin. On distingue notamment une butte rectangulaire, de 26 x 9 m, à l’est, au pied de laquelle des fragments de tuiles plates et de couvre-joints ont été observés. Une butte ronde, dans le même alignement, à l’ouest, est surmontée de nombreuses tombes anciennes (fig. 4). Dans la partie nord, un espace enclos jouxte ces bâtiments. Un mur arasé en petits blocs de travertin est conservé sur le haut du tertre, à l’est ; en face, du côté ouest, il n’y a pas de trace de mur, mais la couronne du tertre a pu être retaillée du côté intérieur. La vasque de l’ancienne source, tarie, se trouve dans cet espace (fig. 5).

Fig. 2 – Le site de Tall Mrāġā al‑Šamālī 1 et les cavités, vus du sud-ouest (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).

12Une rampe d’accès semble avoir été aménagée sur le flanc oriental de la colline, le moins abrupt. Sa surface a été épierrée sur 25 m de large ; elle pourrait avoir été délimitée par un mur qui n’est plus visible, sauf à la jonction avec le mur sud des bâtiments. Cette rampe en provenance du nord oblique vers le bâtiment lorsqu’elle atteint la base de la colline. Elle aboutit au mur de l’enclos septentrional.

  • 26 Destructions observées en 2010, probablement effectuées lors de la construction de la route Palmyre (...)

13Sur la pente sud, une plateforme a été aménagée en contrebas des bâtiments (fig. 6). Elle est soutenue par un mur de terrasse, aujourd’hui arasé, de 1 m de large. Sur cet espace quadrangulaire, d’environ 40 m de longueur sur 20 m de largeur, s’ouvrent deux cavités creusées dans le tertre, aménagées à la base du mur sud. C’est certainement leur présence qui a donné naissance au toponyme, Mrāġā, qui signifie « grottes ». Ces grottes, ouest et est, ont été largement détruites par l’intervention de bulldozers, et elles sont en partie écroulées26. La grotte ouest était rectangulaire et ses murs sont recouverts d’une maçonnerie de petits moellons de pierre (d’environ 15 à 20 cm de côté) liés au mortier de chaux (fig. 7). Il pourrait y avoir eu une pièce rectangulaire en avant de cette cavité, comme semblent l’indiquer les traces d’enduit contre le mur sud du bâtiment supérieur. L’un au moins des côtés de la cavité orientale était construit de gros blocs de pierre taillée (fig. 8 et 9). Au pied sud du tertre, une excavation circulaire, entourée de déblais anciens, pourrait marquer l’emplacement d’un puits effondré.

Fig. 3 – Croquis du site de Tall Mrāġā al‑Šamālī 1, d’après les notes de terrain et les images satellitaires Bing (dessin M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).

  • 27 Besançon et Geyer 2006 ; Besançon et al. 2000.
  • 28 Artefacts lithiques ramassés le 11/04/1997. Geyer et Coqueugniot 2013, p. 165, fig. 5.
  • 29 Rousset 2011, p. 129.

14Comme la plupart des tertres de source de la région des Marges arides, Tall Mrāġā al‑Šamālī a été l’un des plus anciens emplacements choisi par l’homme pour s’installer27. En effet, des artefacts lithiques témoignent d’une occupation au Kébarien géométrique28. Toutefois, la céramique la plus ancienne, qui est aussi la plus abondante, est byzantine, des VeVIe s. Elle comporte notamment des fragments de sigillée tardive phocéenne de forme Hayes 3F et d’amphore LRA1. Quelques tessons témoignent aussi d’une activité à l’époque islamique, aux VIIIe-Xe s. et aux XIIeXIIIe s. : il s’agit alors d’une occupation nomade qui réutilise probablement les cavités aménagées29. Les tombes du cimetière pourraient appartenir à cette période. De rares fragments de basalte ont également été vus (outils ?).

Fig. 4 – Le cimetière : vue vers l’ouest prise du haut du bâtiment principal (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).

Fig. 5 – La vasque vue du haut du bâtiment principal (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).

Fig. 6 – La plateforme de la pente sud (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).

Fig. 7 – La cavité maçonnée sous la butte principale, à l’ouest (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).

Fig. 8 – La cavité-grotte est du site de Tall Mrāġā al‑ Šamālī 1 (cliché B. Geyer, © mission des Marges arides)

Fig. 9 – Intérieur de cette cavité (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).

  • 30 Photographies no 33365 et no 33366 du 22 septembre1958.

15Au sud-ouest du tertre s’étend un enclos polygonal, d’environ 675 x 475 m, bien visible sur les photographies aériennes anciennes30, composé de plusieurs espaces juxtaposés (fig. 3). Dans la partie nord, les murs arasés, de 0,60 m de large, en blocs bruts de croûte ou de dalle calcaire, semblent former des quadrilatères jusqu’au site lui-même. Il s’agirait d’enclos ou de jardins irrigués ; une vasque de travertin, dans cette partie, pourrait avoir fourni l’eau nécessaire aux cultures.

  • 31 Mouterde et Poidebard 1945, p. 86‑87 et pl. 56/1.
  • 32 Littéralement des « sillons ».

16Le site a été interprété par les pères R. Mouterde et A. Poidebard comme un poste de garde31. La description qu’ils en font et le plan qu’ils en donnent correspondent à peu près à nos observations. Ils mentionnent cependant sur la plateforme sommitale « vers l’E., dans un dévallonnement, cinq strigae32 », et ils n’ont pas vu les grottes.

  • 33 Ibid., p. 87 : « observatoire à vues étendues entre le Ǧebel Šbeyṭ et le Ǧebel Isriyé ».

17Plusieurs éléments sont caractéristiques des monastères observés dans la steppe syrienne : la voie d’accès, la position dominante33, une réserve d’eau proche – d’ordinaire une citerne, ici la source artésienne en tiendrait lieu – et un enclos agricole pour les terres assurant la survie de la communauté. La butte de terre crue la plus haute, correspondant à un bâtiment rectangulaire orienté (dont les petits côtés se situent à l’ouest et à l’est), sur laquelle nous avons retrouvé des fragments de tuiles en terre cuite, pourrait être l’église du couvent. Ajoutons, en ce qui concerne le récit de la Vie d’Alexandre, que la présence de la grotte aménagée offre un élément décisif pour l’identification du monastère. C’est probablement là que les moines montraient aux visiteurs la caverne primitive et le tombeau du fondateur vénéré, le chef des brigands. La présence d’une source devait également évoquer à ces mêmes visiteurs les baptêmes à l’origine du monastère. En outre, les dimensions moyennes du couvent correspondent à ce qui semble envisageable pour la trentaine de moines du noyau primitif.

CONCLUSION

18La réalité et le contenu des deux séjours d’Alexandre l’Acémète à Chalcis sont probablement sujets à caution. Cependant, la présence du moine dans la région des Marges arides semble peu contestable, et les informations que comporte sa Vie sont précieuses. Ce document qui, dans l’état où il est conservé, souffre d’oublis ou de soustractions en nombre, permet pourtant de localiser la plupart des sites syriens où était implanté le souvenir d’un saint très controversé.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Sources

Vie d’Alexandre l’Acémète, texte gr. et trad, latine E. de Stoop, Patrologia orientalis 6/5, Paris, 1911, p. 645‑705.

Travaux

Baguenard J.‑M. 1988, Les moines acémètes. Vies des saints Alexandre, Marcel et Jean Calybite, Spiritualité orientale 47, Bégrolles-en-Mauges.

Besançon J., Geyer B. 2006, « Contraintes écogéographiques et modes d’occupation du sol », in R. Jaubert et B. Geyer (éd.), Les marges arides du Croissant fertile. Peuplements, exploitation et contrôle des ressources en Syrie du Nord, TMO 43, série Conquête de la steppe 2, Lyon, p. 11‑53.

Besançon J., Geyer B., Muhesen S., Rousset M.‑O. 2000, « Les plateformes gypseuses et les tertres de sources de la région de ʿAyn al‑Zarqa (Syrie du Nord) », Bulletin de l’Association de géographes français 77 /1, p. 10‑16.

Bowersock G. W. 2000, « The Syriac Life of Rabbula and Syrian Hellenism », in P. Rousseau et T. Hägg (éd.), Greek Biography and Panegyric in Late Antiquity, Berkeley, p. 255‑272.

Caner D. 2002, Wandering, Begging Monks: Spiritual Authority and the Promotion of Monasticism in Late Antiquity, The Transformation of the Classical Heritage 33, Berkeley-Los Angeles.

Gatier P.‑L. 1995, « Un moine sur la frontière, Alexandre l’Acémète en Syrie », in A. Rousselle (éd.), Frontières terrestres, frontières célestes dans l’Antiquité, Perpignan, p. 435‑457.

— 2001, « “Grande” ou “Petite Syrie Seconde” ? Pour une géographie historique de la Syrie intérieure protobyzantine », in B. Geyer (éd.), Conquête de la steppe et appropriation des terres sur les marges arides du Croissant fertile, TMO 36, série Conquête de la steppe 1, Lyon, p. 91‑109.

Geyer B., Coqueugniot É. 2013, « Occupation du sol et conquête territoriale durant le Néolithique dans les marges arides de Syrie du Nord », Syria 90, p. 159‑176.

Graffin F. 1981‑1982, « Poème de Mar Balai pour la dédicace de l’église de Qennesrin », Parole de l’Orient 10, p. 103‑121.

Mouterde R., Poidebard A. 1945, Le limes de Chalcis. Organisation de la steppe en haute Syrie romaine, BAH 38, Paris.

Rousset M.‑O. 2011, « Le peuplement de la steppe de Syrie du Nord entre le IIe s. av. et le IVe s. ap. J.‑C. », Syria 88, p. 123‑139.

— 2013, « De Chalcis à Qinnasrin », in G. Charpentier et V. Puech (éd.), Villes et campagnes aux rives de la Méditerranée ancienne. Hommages à Georges Tate, Topoi suppl. 12, Lyon, p. 311‑340.

Seyrig H. 1934, « Bas-reliefs monumentaux du temple de Bêl à Palmyre », Syria 15, p. 155‑186.

— 1970, « Antiquités syriennes 89 : les dieux armés et les Arabes en Syrie », Syria 47, p. 77‑100.

Notes

3 Vie d’Alexandre l’Acémète (éd. de Stoop), ci-après Vie d’Alexandre ; voir la traduction de Baguenard 1988, qui est ici reprise et modifiée ; Caner 2002 donne une traduction anglaise.

4 Gatier 1995.

5 Voir cependant les remarques pertinentes de G. W. Bowersock (2000, p. 256‑258), concernant la Vie syriaque de Rabboula.

6 En particulier Rousset 2013, pour une synthèse.

7 Gatier 1995, p. 439‑440 et 444‑446.

8 Vie d’Alexandre, 9 : ... τὸν ἐπίσημον αὐτῶν ναόν.

9 Vie d’Alexandre, 10‑13.

10 Vie d’Alexandre, 11 : ... τοὺς πατρῴους θεοὺς...

11 Seyrig 1934, pl. XXI ; Seyrig 1970, p. 94‑95.

12 Rousset 2013, p. 328.

13 Graffin 1981‑1982.

14 Gatier 1995, p. 445‑446.

15 Rousset 2013, p. 334‑335.

16 On retrouve là un thème fréquent de l’hagiographie antique, le topos du refus du pouvoir épiscopal par le moine ou le philosophe et de la contrainte exercée sur lui pour qu’il l’accepte.

17 La Vie d’Alexandre, 41‑42, raconte le second séjour d’Alexandre à Chalcis, plusieurs années après le premier, mais cette fois la ville est expressément nommée. Le moine est envoyé en relégation à Chalcis par les autorités religieuses et militaires d’Antioche, mais il s’échappe de nuit sous un déguisement. Cette seconde évasion de Chalcis pose la question de la répétition volontaire ou non de l’épisode précédent (d’une authenticité problématique) et peut-être celle des confusions ou des stratégies du biographe.

18 Il s’agit de la steppe, voir Gatier 1995, p. 443‑444.

19 Vie d’Alexandre, 24 : Καὶ ἀπελθὼν εἰς τὴν ἔρημον δύο ἡμερῶν ὁδόν, εὗρεν τόπον λῃστρικόν, ἐν ᾧ ἦν τις ἀρχιλῃστὴς ἔχων ὑφ’ ἑαυτὸν λοιμοὺς ἄνδρας τριάκοντα...

20 Vie d’Alexandre, 25 : Καὶ οὕτως θερμῶς προσῆλθον τῇ πίστει, ὡς τὸν λῃστρικὸν ἐκεῖνον οἶκον ποιήσαντας μοναστήριον, μένειν ἐν αὐτῷ δουλεύοντας τῷ κυρίῳ ἐν ὅλῃ καρδίᾳ αὐτῶν, ὡς ἐν ὀλίγῳ χρόνῳ εὑρεθῆναι αὐτοὺς τιμίους παρὰ τῷ θεῷ· δὲ μακάριος Ἀλέξανδρος θεασάμενος αὐτοὺς δυνατοὺς ὄντας ἐν τῇ πίστει ὡς δύνασθαι καὶ ἑτέρους οἰκοδομεῖν, καταστήσας αὐτοῖς ἡγούμενον καὶ στηρίξας ἐπιπλεῖον ἐν τῇ πίστει, συνταξάμενος αὐτοῖς καὶ ἐπευξάμενος, ἐξῆλθεν εἰς τὴν ὁδὸν αὐτοῦ χαίρων.

21 Gatier 2001, p. 448.

22 Vie d’Alexandre, 26.

23 Tall Mrāġā al‑Šamālī 1 (95/151, 97/07, 98/04, 10/131) ; lat. 35° 33’ 22” ; long. 37° 40’ 02”. Besançon et Geyer 2006, p. 40, fig. 20.

24 Selon Mouterde et Poidebard 1945, p. 87, « la plateforme s’élève à 35 mètres au-dessus de la steppe ».

25 Besançon et al. 2000 ; Besançon et Geyer 2006, p. 35.

26 Destructions observées en 2010, probablement effectuées lors de la construction de la route Palmyre-Alep qui passe au pied du site.

27 Besançon et Geyer 2006 ; Besançon et al. 2000.

28 Artefacts lithiques ramassés le 11/04/1997. Geyer et Coqueugniot 2013, p. 165, fig. 5.

29 Rousset 2011, p. 129.

30 Photographies no 33365 et no 33366 du 22 septembre1958.

31 Mouterde et Poidebard 1945, p. 86‑87 et pl. 56/1.

32 Littéralement des « sillons ».

33 Ibid., p. 87 : « observatoire à vues étendues entre le Ǧebel Šbeyṭ et le Ǧebel Isriyé ».

Table des illustrations

Légende Fig. 1 Plateforme et tertres de Mrāġā vus depuis le nord-ouest (cliché B. Geyer, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/479/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 2 – Le site de Tall Mrāġā al‑Šamālī 1 et les cavités, vus du sud-ouest (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/479/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 3 – Croquis du site de Tall Mrāġā al‑Šamālī 1, d’après les notes de terrain et les images satellitaires Bing (dessin M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/479/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 4 – Le cimetière : vue vers l’ouest prise du haut du bâtiment principal (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/479/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 5 – La vasque vue du haut du bâtiment principal (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/479/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 6 – La plateforme de la pente sud (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/479/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 7 – La cavité maçonnée sous la butte principale, à l’ouest (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/479/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 8 – La cavité-grotte est du site de Tall Mrāġā al‑ Šamālī 1 (cliché B. Geyer, © mission des Marges arides)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/479/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 9 – Intérieur de cette cavité (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/479/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.