Version classiqueVersion mobile

Habitat et environnement

 | 
Marie-Odile Rousset
, 
Bernard Geyer
, 
Pierre-Louis Gatier
, 
et al.

Temples romains et mausolées de la Syrie centrale (2)

Pierre-Louis Gatier et Marie-Odile Rousset

Résumé

Trois édifices qui ont été retrouvés et relevés par la mission des Marges arides sont examinés ici. Ils sont tous les trois attribués à la période romaine. À al‑Qasṭal al‑Šamālī 1, un bâtiment carré pourrait être un mausolée-tour. De même, à Qubbat ʿAbla 1, on observe des vestiges qu’on pourrait attribuer à une tour funéraire. À Rasm Ǧdayyid, les restes d’une construction rectangulaire seraient ceux du petit temple (ou chapelle) d’un sanctuaire rural. En l’absence de fouilles et vu la destruction des bâtiments, ces attributions restent des hypothèses de travail.

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 3 Gatier et Rousset 2010.

1Nous avons présenté dans un premier article3 une petite série de bâtiments religieux ou funéraires de la période romaine situés dans la zone des Marges arides de Syrie du Nord. Nous y montrions leur caractère exceptionnel, qui tranchait sur celui des nombreuses maisons d’habitation ou des constructions d’usage agricole de l’époque, ou encore sur celui des tombeaux ordinaires. Ainsi, des temples ont été identifiés à ʿArfa, à Ḫirbat al‑Hibaṭ, à Šayḫ Hlāl et probablement à Abū ʿAǧwa 1, de même qu’un mausolée imposant à Mṣayṭba. Il s’agissait de constructions de prestige, dont les restes, bien que très mal préservés, témoignaient de la prospérité nouvelle des élites ou d’une volonté d’afficher leur présence et leur puissance dans les campagnes. Si la question du financement des sanctuaires de la période romaine par les grands propriétaires, les communautés rurales, l’autorité civique ou tout autre groupe, reste complexe, les mausolées parlent quant à eux un langage plus clair en manifestant ostensiblement la richesse et le pouvoir du grand propriétaire terrien.

2Nous poursuivons et achevons ici cette enquête avec trois sites et bâtiments qui sont également exceptionnels pour la région et qui datent, probablement ou certainement, de l’époque romaine. Bien qu’ils ne soient pas d’interprétation facile et qu’ils suscitent des difficultés, nous avons des raisons de les ranger eux aussi dans la catégorie des constructions religieuses et funéraires. Enfin, nous en profitons pour donner des compléments d’information sur les sites de Mṣayṭba et de ʿArfa dont nous avons traité dans l’article précédent.

LA TOUR D’AL-QASṬAL AL-ŠAMĀLĪ 1

  • 4 Mouterde et Poidebard 1945, p. 99, donnent 12 km pour cette distance et ils placent le site à 5 km (...)

3Al‑Qasṭal al‑Šamālī 1 (97/80, 00/75, 02/104), à 14 km au nord-est de ʿAqīrbāt4 et à 34 km au sud-ouest de ’Iṯriyā, est un vaste site caractérisé par les restes visibles d’un bâtiment connu par les travaux d’Alois Musil et par ceux de René Mouterde et Jean Lauffray, que nous nommerons « la tour ».

  • 5 Callot 2010, p. 272 no 4, p. 279 no 45‑46, p. 281 no 53, 55‑56, p. 282 no 62, p. 283 no 74.

4Lors des trois passages de la mission des Marges arides à al‑Qasṭal al‑Šamālī 1, un plan de l’état des vestiges de la tour a été réalisé et des collectes de céramique opérées. L’ensemble du site, vers le centre duquel la tour est située, est très grand, s’étendant sur 1 200 m nord-sud et 700 m est-ouest, sans compter les enclos de jardins et les aménagements extérieurs, tandis que le village moderne dissimule sa partie nord. Les ruines, entièrement labourées, s’étalent de nos jours sur 800 x 700 m au sud du village actuel. À l’intérieur d’une enceinte très partiellement conservée, composée de murs de pierres à double parement et renforcée par un fossé extérieur, on reconnaît des constructions très denses, bâtiments en brique crue ou en pierre taillée. À l’extérieur de ce mur, des enclos quadrangulaires et des cavités sous dalle attestent de la pratique de l’élevage et du jardinage. La tour d’al‑Qasṭal al‑Šamālī 1 est aujourd’hui située au nord de la route asphaltée et à la limite du village actuel et du champ de ruines (fig. 1). Cependant, les photographies aériennes prises en 1958 montrent qu’elle se trouvait, à cette époque où seules une douzaine de maisons occupaient les lieux, à l’intérieur même du champ de ruines, plus précisément en bordure de sa moitié nord. La céramique ramassée à proximité de la tour témoigne d’une occupation continue de l’époque byzantine à nos jours, alors que la datation des monnaies5 et de la céramique provenant des ruines au sud du bâtiment s’étend de l’époque romaine à la période abbasside. On peut supposer que l’implantation se serait développée vers le nord, et la tour située en périphérie du site romain se serait retrouvée à l’intérieur du site plus tardif occupé à partir du Ve s.

  • 6 Musil 1928, p. 48‑52.
  • 7 Dans le présent article, les dimensions des blocs sont données dans l’ordre suivant : hauteur x lar (...)
  • 8 Musil 1928, p. 49, mais sur le plan, p. 48, toutes les portions de murs représentées sont rectilign (...)

5Le samedi 17 octobre 1908, Alois Musil, en route depuis ʿAqīrbāt vers de ’Iṯriyā, arrive à 14h40 au site d’« al‑Ḳasṭal », d’où il repart au bout de deux ou trois heures, semble-t-il. Malgré une pluie glaciale et des conditions de sécurité qui poussent ses accompagnateurs à ne pas s’attarder, il peut brièvement examiner, décrire et dessiner les ruines, fournissant ainsi les premières informations détaillées sur le site6. Les pages que le célèbre orientaliste et voyageur tchèque consacre à al‑Qasṭal al‑Šamālī 1 contiennent un plan général, où figurent la tour ainsi que divers alignements de murs extérieurs, les uns à l’est s’appuyant sur celle-ci, les autres plus au sud et détachés, dans un secteur où sont représentées également des bases de colonnes. Pour lui, la tour, qu’il ne désigne jamais sous ce terme, est une forteresse. C’est probablement l’étymologie du toponyme, issu du latin castellum, qui lui a dicté cette explication. A. Musil cite d’assez nombreuses sources arabes, depuis al‑Balāḏurī et al‑Ṭabarī jusqu’à Abū l-Fidā’, qui mentionnent – pour des épisodes allant depuis la conquête musulmane jusqu’à l’époque mamelouke – un lieu nommé « al‑Ḳasṭal », mais, comme le toponyme n’est pas rare, A. Musil ne pense pas que tous ces textes concernent le même site (celui qui nous intéresse ici), et il discute de leur attribution à tel ou tel « al‑Ḳasṭal » sur la base – que nous ne commenterons pas - des distances entre divers sites et des vitesses des déplacements. Quoi qu’il en soit, aucun de ces textes ne semble signaler une forteresse. A. Musil a vu, au nord-est de la tour, un vaste bâtiment avec une cour bordée d’une colonnade et, probablement à proximité, au sud, une construction en énormes blocs (0,72 x 2,80 x 0,50 m) juste dégrossis7. Plus au sud de la tour, A. Musil a repéré les fondations d’une église qu’il dit de plan circulaire8, avec des colonnes en basalte. Il donne les relevés de trois de ces colonnes, dont deux comprennent des chapiteaux byzantins ornés de médaillons crucifères, auxquels s’ajoutent les dessins de deux de ces médaillons et d’un chrisme qui semble avoir décoré un bloc parallélépipédique. Il identifie un bâtiment situé à côté de cette église à un monastère qui remploie une belle (« handsome ») construction antérieure et qui présente au sud les restes d’une large porte.

Figure 1 – Image aérienne Bing de la tour d’al‑Qasṭal al‑Šamālī 1 (dans le cercle blanc) et du site au sud.

  • 9 Mouterde et Poidebard 1945, p. 99‑102, avec les pl. LXHI‑LXIV (cinq photos au sol de R. Mouterde) e (...)
  • 10 Ibid., p. XI. Voir, p. 101, une brève note de J. Lauffray.
  • 11 Mouterde et Poidebard 1945, pl. LXIII/2. Nous n’avons pas pu repérer ces bâtiments.

6Dans leur ouvrage sur Le limes de Chalcis paru en 1945, les pères René Mouterde et Antoine Poidebard consacrent au site qu’ils nomment simplement Qasṭal quelques pages précieuses9. Elles résultent du séjour de R. Mouterde dans le site et à Tamak, du 24 au 26 septembre 1942, et de relevés et observations dus à l’architecte Jean Lauffray et effectués à une date imprécise, probablement dans les années 1942‑194310. Le père Mouterde donne un croquis d’une partie du site sur lequel il fait figurer le plan de la tour, réalisé par J. Lauffray, qu’il nomme « le borg ». Par rapport à A. Musil, son plan néglige toute la zone méridionale du site, hormis l’emplacement d’une citerne à une cinquantaine de mètres au sud de la tour. R. Mouterde se contente de confirmer les informations de son prédécesseur et de noter la présence de colonnes de basalte et d’un chapiteau en calcaire ; il conteste les distances fournies par A. Musil, sans cependant les préciser, et il note la présence de linteaux et piédroits lisses. En revanche, il inclut dans son plan les restes d’une construction trapézoïdale à environ 60 m au nord-ouest de la tour, qu’il nomme les « cantonnements (?) » et dont il publie une photo de la porte arasée, de 4 m de large, qui ouvre dans le mur nord entre deux saillants11 L’ensemble du bâtiment mesure plus de 80 m, d’est en ouest, sur 15 à 25 m, du nord au sud.

  • 12 Voir ibid., p. 100, le relevé d’une meurtrière, et, p. 101, le profil d’une corniche.
  • 13 Ibid., p. 102.

7En ce qui concerne la tour, il est clair que, pour R. Mouterde comme pour J. Lauffray, le bâtiment en calcaire, de 18,50 m du nord au sud sur 20 m d’ouest en est, se définit comme un « château fortifié ». À leurs yeux, seule la construction carrée qui constitue son angle sud-ouest, qui « domine la ruine de ses trois étages » et qui est occupée entièrement par un escalier de pierre à noyau rectangulaire, est considérée comme une tour. Il restait en 1942 deux étages de cette portion du bâtiment et l’amorce d’un troisième. On pouvait y reconnaître des corniches internes destinées à porter des paliers en bois et des ouvertures dans le mur ouest désignées comme des meurtrières12. Une coupe est-ouest rend compte des élévations et montre que les assises inférieures de l’ensemble du « château » s’élargissent ; ainsi, « le fruit qui en résulte forme autour du château un piétement en glacis », qu’il compare sommairement à celui de diverses tours byzantines de Syrie. J. Lauffray propose de dater la construction entre le IVe et le VIe s.13.

  • 14 Ibid., p. 99 et pl. LXIII-LXV.
  • 15 Id., p. 99, note 1.
  • 16 J. Lauffray dans Mouterde et Poidebard 1945, p. 101 et pl. LXV.

8La tour, dont l’angle sud-ouest à escalier est maintenant largement détruit, était conservée sur une hauteur plus importante jusqu’en 1983. R. Mouterde et A. Poidebard estiment qu’elle atteignait 20 m de hauteur14, ce qui semble exagéré vu l’épaisseur des murs. Elle est édifiée en gros blocs de calcaire taillé (du Danien, Crétacé supérieur) de 0,55 x 1,65 x 0,60 m pour la base et de 0,60 x 1,30/1,60 x 0,45 m pour l’élévation15. Les murs, épais de 1 m, s’élargissent à leur base jusqu’à 1,75 m. De plan rectangulaire, de 20 x 18,50 m, la tour est composée de trois pièces rectangulaires, à l’est, et d’une aile occidentale qui comporte une pièce rectangulaire avec, dans l’angle sud-ouest, la cage d’escalier16 (fig. 2). L’escalier est à noyau rectangulaire et le mur de chaque palier est percé de « meurtrières » ou simplement d’ouvertures. L’accès à la tour s’effectuait, semble-t-il, par le petit côté de la pièce centrale, à l’est. Celle-ci distribuait les pièces latérales. Des départs de murs vers 1’extérieur, au sud et à l’ouest, suggèrent d’autres pièces accolées à cette partie. J. Lauffray avait remarqué que les pièces étaient couvertes de voûtes en berceau en briques cuites avec doubleaux de pierres ; les derniers vestiges de ces voûtes peuvent encore s’observer à l’est et à l’ouest. Nous avons retrouvé de nombreuses tuiles plates et des couvre-joints à proximité de la tour, ainsi que des fragments de décor, des tesselles de mosaïque et des placages de marbre gris et blanc. Ils pourraient provenir de l’église observée par A. Musil, même si l’emplacement possible de ce bâtiment paraît se placer un peu plus au sud, de l’autre côté de la route goudronnée, là où se dressent deux montants de porte en pierre soigneusement taillés.

  • 17 Rousset 2011, p. 137.
  • 18 Schlumberger 1951, p. 44‑50, pour les fortins de Palmyrène ; Gregory 1995‑1997 ; Konrad 2001 ; comm (...)
  • 19 Clauss-Balty 2002.
  • 20 Clauss-Balty 2002, p. 158 (tour de Šaq al‑Ḥamām, 9,10 x 9,54 m) et 165 (tour no 120 de Ḥalabiyya, 1 (...)
  • 21 Certaines tours funéraires ont des escaliers angulaires ; Clauss-Balty 2002, p. 168.
  • 22 Will 1949a et 1949b; Henning 2013.
  • 23 Clauss-Balty 2002, p. 172‑177.

9Avec toutes les précautions nécessaires, vu l’état de conservation des vestiges de la tour (fig. 3), on pourrait se demander s’ils n’appartiennent pas à un monument funéraire17 plutôt qu’à une forteresse. En effet, si l’on connaît quelques fortins romains ou byzantins dont le plan est approximativement carré, sans recevoir de renforcements ou tours d’angle, ils sont tous organisés autour d’une cour centrale et ne sont donc ni entièrement occupés par des salles au rez-de-chaussée ni développés en hauteur sur trois étages18. Ce qui était interprété comme un glacis ressemble beaucoup à un soubassement à trois ou quatre degrés du type commun aux tours funéraires19, mais érodé. Les dimensions de la tour d’al‑Qasṭal al‑Šamālī 1 sont importantes et supérieures aux plus grandes tours funéraires de la région de l’Euphrate20. Ces dimensions considérables expliqueraient une autre particularité, qui n’est cependant pas exceptionnelle, à savoir le choix d’un escalier placé dans un angle21, de préférence à l’escalier central, le plus fréquent dans les tours funéraires de Palmyre22 et de la vallée de l’Euphrate. Il ne s’agit donc pas d’une tour funéraire du type palmyrénien ou de celui de l’Euphrate, même si l’on n’est pas éloigné du cas d’une tour à chambres aménagées dans le soubassement. On penserait donc à un mausolée-tour, selon la typologie de Pascale Clauss-Balty23, plutôt qu’à une tour funéraire au sens strict du terme. On ne peut exclure un usage secondaire de cette construction, remployée comme château ou résidence fortifiée à l’époque islamique, ce qui aurait été à l’origine du toponyme actuel et de certains des récits rapportés par A. Musil.

Figure 2 – Plan de la tour d’al‑Qasṭal al‑Šamālī 1 (C. Duvette, H. Morel, S. Sanz ; relevé effectué en 2002).

Figure 3 – Vue de la tour d’al‑Qasṭal al‑Šamālī 1 (cliché B. Geyer, © mission des Marges arides).

LA TOUR DE QUBBAT ʿABLA 1

  • 24 Butler 1920, p. 64.

10Le site de Qubbat ʿAbla (00/286), à 10 km au nord-ouest de Qaṣr Ibn Wardān et à 17 km au sud-ouest d’al‑Andarīn, est installé au pied nord de la coulée de basalte du Ǧabal ’Umm Kamal, extension vers l’ouest du Ǧabal ʿAyza. Cette situation est favorable à l’agriculture irriguée, avec des sols enrichis par des apports basaltiques et fertiles. Les constructions s’étalent sur des interfluves sur dalle calcaire qui s’étendent vers 1 ouest en direction de la vallée du Wādī al‑Salīla. Le site n’a pas suscité beaucoup d’intérêt jusqu’à maintenant : Butler mentionne un grand bâtiment érigé en gros blocs de calcaire qui n’est pas une église, ainsi qu’une petite tour également en calcaire, l’ensemble trop mal conservé pour qu’on puisse en dresser un plan24.

11Au sud-ouest et à la lisière d’un site de village antique (Qubbat ʿAbla 2), recouvert partiellement par un village récent, se trouve un édifice isolé et ruiné (Qubbat ʿAbla 1), en position dominante. De nos jours, cette construction s’apparente plus à un tas de blocs qu’à une tour (fig. 4). Ces blocs de calcaire fin mesurent environ 0,50 x 0,85 (parfois un peu plus) x 0,45 m. Il n’y a pas de mortier visible. Les blocs sont parfois irréguliers, retaillés dans les angles pour pouvoir ajuster les assises, avec des retouches au moment de la pose, afin d’adapter les blocs les uns aux autres. Cette technique de construction est bien connue ailleurs, en particulier dans les villages du Massif calcaire de la Syrie du Nord. Cependant, du fait des destructions, aucun parement, aucun mur construit n’est plus visible ici, sauf, du côté sud, les restes d’une voûte ou d’un arc de décharge surmonté de quatre assises de blocs (fig. 5). La tour est apparemment pleine, et l’emprise des blocs au sol mesure environ 15 m de côté.

12La tour est construite dans le même matériau qu’un autre bâtiment dans le village, à 400 m de là (fig. 6). Le plan de ce grand bâtiment est encore en partie visible, rectangulaire, de 30 m par 40 m, avec des murs de 0,65 m de large. Des pièces de tailles diverses sont disposées sur une ou deux rangées, sur trois côtés d’une cour. Il est difficile de déterminer si le bâtiment et la tour sont contemporains, la tour étant très disloquée. L’un de ces édifices peut fort bien avoir remployé les pierres de l’autre, puisque ces deux constructions sont les seules en calcaire, les autres bâtiments du site étant construits en moellons de basalte. En tout cas, il paraît certain que ce sont les deux édifices signalés par H. C. Butler.

13Parmi les éléments mobiliers observés sur l’ensemble du site, il y avait un moulin biconique, ainsi qu’une auge rectangulaire, une porte sculptée et un couvercle de sarcophage, tous en basalte. Une colonne a également été notée, ainsi que des tuiles plates. Il est difficile de dater les constructions, car la céramique retrouvée sur le site, encore occupé actuellement, s’étale entre la fin de l’époque hellénistique et l’époque ayyoubide. Les tessons étaient beaucoup plus rares autour de la tour, et nous n’avons ramassé sur cette zone que quelques rares fragments, datables des époques romaine, byzantine et ayyoubide. De nombreux blocs de calcaire taillé, provenant des deux édifices de Qubbat ʿAbla qui avaient été construits dans ce matériau, ont été remployés dans les constructions plus récentes, en soubassement ou comme montants de porte, sur le site même ou sur des sites voisins (comme à Nahr al‑’Usūd, site omeyyade et abbasside à 5 km de Qubbat ʿAbla).

Figure 4 – La tour de Qubbat ʿAbla 1 (00/286a) vue du nord - nord-est (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).

Figure 5 – La face sud de la tour de Qubbat ʿAbla 1 (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).

Figure 6 – L’aile est du grand bâtiment de Qubbat ʿAbla 2 (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).

  • 25 Le phénomène d’appropriation et de destruction à la période protobyzantine des tombeaux monumentaux (...)

14L’emploi d’un calcaire fin est exceptionnel dans ce secteur où le matériau généralement utilisé est plutôt le basalte. Il dénote la volonté de construire un bâtiment hors du commun. L’hypothèse, qu’on pourrait formuler avec toute la prudence nécessaire, est celle de la présence, à une époque qui ne peut être que romaine, d’une tour funéraire signalant le tombeau d’un grand propriétaire sur ses terres. Cette tour aurait été démantelée au plus tôt à la période byzantine, et une partie de ses pierres aurait été remployée dans la construction d’une grande maison, résidence des nouveaux propriétaires ou simple grosse maison rurale25. Le toponyme lui-même fait référence à un édifice funéraire, puisqu’en arabe, qubba désigne un mausolée à coupole. ʿAbla est un personnage de conte célèbre au Proche et au Moyen-Orient comme partenaire de ʿAntar, et le site de Iṣṭabl ʿAntar (« les étables de ʿAntar ») se trouve à seulement 8,5 km de Qubbat ʿAbla.

RASM ǦDAYYID

  • 26 Schlumberger 1951.

15Situé sur le flanc nord-ouest du Ǧabal ’Umm al‑Fuhūd, sous-ensemble du Ǧabal Bilʿas, sur l’apex d’un cône ancien défoncé par les oueds, Rasm Ǧdayyid (00/142, 10/59) est actuellement vide d’habitants permanents. Sur la bordure nord de la Palmyrène26, le site montre les restes d’un village antique d’éleveurs semi-sédentaires, de grande taille pour ce secteur (fig. 7) qui reçoit moins de 200 mm de précipitations par an en moyenne. Nous pensons y avoir retrouvé les restes d’un sanctuaire.

Figure 7 – Vue générale du site de Rasm Ǧdayyid (cliché B. Geyer, © mission des Marges arides).

16Les vestiges du village, installés dans une zone de concentration des écoulements, s’étendent à l’ouest d’un oued, sur 350 m de long (fig. 8). Profitant de la présence d’une corniche naturelle, plusieurs cavités ont été creusées. Intégrées aux maisons ou à proximité de celles-ci, elles ouvrent vers l’Orient. Des arases de murs qui subsistent en avant des accès dessinent des petits bâtiments d’une ou deux pièces, tandis que des maisons de taille plus importante sont installées au-dessus, à l’ouest, sur des replats. Ce sont des constructions carrées, de 35 m de côté, avec des pièces carrées de 5 x 5 m, juxtaposées sur les côtés d’une cour. Parfois, d’autres pièces plus vastes sont visibles, comme une pièce de 8,50 m de longueur dans la maison la plus méridionale. Les murs, de 0,80/0,85 m de large, qui sont bâtis en blocs bruts de roche à peine débités, supportaient des élévations de brique crue. De volumineux tas des déblais de creusement s’observent en avant des cavités, à l’est. Certaines des grandes cavités groupées dans la partie nord sont séparées par de gros murs. Une autre, au sud de ce groupe, comporte un dromos d’accès et des piliers intérieurs. Quelques cercles de pierres postérieurs aux maisons ferment les cavités écroulées, les réutilisant ainsi comme enclos à bétail.

17Un cimetière avec des tombes anciennes et modernes est implanté sur l’apex. De nos jours, un campement moderne de nomades s’installe en saison non loin de là, à l’est de l’oued. Au nord de ce cimetière se trouvent les ruines d’un bâtiment avec une butte de terre crue et un enclos ancien. Il existe d’autres tombes sur le plateau, à l’ouest.

  • 27 Voir Geyer et Coqueugniot 2013, p. 166 et n. 17, sur ce type de vasque naturelle.
  • 28 Voir Geyer et Coqueugniot 2013, p. 170‑173, sur ce type d’aménagement.

18Plusieurs citernes de talweg et de versant assuraient la collecte et le stockage de l’eau de pluie dans ou à proximité des maisons. Parmi elles, une grande citerne de versant, au sud, a été réaménagée extérieurement et enduite récemment de ciment. Elle a un plan en forme de trèfle, avec une rigole d’amenée d’eau et un impluvium sur pente (fig. 9). D’autres aménagements liés à l’eau ont été utilisés, comme une kamenitsa27, sur le plateau au nord-ouest. Sur les oueds au sud-est du site plusieurs mares ont été aménagées, par la construction de petits barrages en arc de cercle. Elles pourraient avoir existé déjà au PPNB28 et avoir été nettoyées et réutilisées au moment de l’occupation du village. Elles ont pu servir alors de complément pour abreuver les animaux. Le site est daté, par la céramique, du Ier au IVe s. de notre ère, avec une réoccupation à l’époque médiévale qui pourrait correspondre à la réutilisation des cavités écroulées.

Figure 8 – Schéma du site de Rasm Ǧdayyid, d’après les croquis de terrain et les images satellitaires (M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).

Figure 9 – Citerne de versant, dans la partie sud du site de Rasm Ǧdayyid (10/059) [cliché B. Geyer, © mission des Marges arides].

19Sur le haut de la croupe qui domine l’agglomération, à l’ouest des cavités, un espace a été épierré jusqu’à la roche nue et lisse (fig. 10), pour constituer une sorte de place ovale, d’environ 14 m nord-sud sur 8 m est-ouest. Au nord de cette place, un amoncellement de gros blocs équarris plus ou moins parallélépipédiques témoigne d’une construction quadrangulaire, aujourd’hui écroulée, d’environ 6 x 4 m, dont le petit côté sud devait comporter l’ouverture. On devait y accéder par la zone épierrée et pentue au sud-est, qui servait également d’impluvium à la citerne décrite ci-dessus (fig. 11). Cette construction, élevée directement sur la roche, dans une zone dégagée qui surplombe le village, pourrait être un petit temple. Au sud de ces vestiges, sur la place épierrée, se trouve un gros bloc (fig. 12) ; il s’agit d’une pierre parallélépipédique, de 1 m par 1,40 m de côté et d’une cinquantaine de centimètres de hauteur. Sa face supérieure a été creusée en ménageant un rebord sur le pourtour, de façon à former une cuvette rectangulaire peu profonde (environ 5 cm), dont le fond assez peu uniforme comporte une cupule au centre et une autre dans un angle. Dans l’angle opposé, à l’extrémité du long côté, un conduit d’évacuation semble avoir été creusé. On proposera pour cette pierre à cupules un usage rituel, peut-être d’autel à libations. Si l’on nous suit, le petit temple, l’espace aménagé qui l’entoure et la pierre à cupules appartiendraient à un sanctuaire d’époque romaine (fig. 13).

Figure 10 – Le sanctuaire de Rasm Ǧdayyid, vu de l’ouest (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).

  • 29 Voir Geyer, Rousset et Besançon dans ce volume, fig. 26 et 35.
  • 30 Schlumberger 1951, p. 13‑44.

20À Rasm Ǧdayyid, la disposition des maisons par rapport à l’oued est semblable à celle d’autres installations, comme Wadi al‑Salma ou Rasm Marwan29. Dans ce dernier cas, comme à Rasm Marzūqa 1 (99/265) et à Rasm Marzūqa 2 (99/270), les sanctuaires fouillés par D. Schlumberger dominaient l’agglomération et se trouvaient à l’ouest de cette dernière. Par rapport aux sanctuaires des villages qu’il a étudiés30, qui disposent tous de constructions annexes, celui de Rasm Ǧdayyid serait beaucoup plus sommaire et ne comporterait qu’un seul bâtiment.

RETOUR SUR MṢAYṬBA ET SUR ʿARFA

  • 31 Gatier et Rousset 2010, p. 161‑163.
  • 32 Lauffray 1944, fig. 4 et p. 48‑51.

21Nous avions omis de signaler, dans notre article précédent31, le plan de Mṣayṭba réalisé par l’architecte Jean Lauffray32. Ce dernier restitue deux loculi de 0,97 m puis 0,74 m x 2,74 m, pour une profondeur totale de 1,75 m, superposés au centre du tombeau, et il mentionne que la cavité souterraine a été creusée par un paysan du voisinage. Il n’a pas vu d’escalier.

  • 33 Gatier et Rousset 2010, p. 149‑158.

22À 4 km au nord-ouest de ʿArfa33 se trouve le grand site de Zabādī 2 (02/44), très détruit par les labours, où la céramique témoigne d’occupations romaine, byzantine, omeyyade et ottomane. Les restes d’un petit monument écroulé, en beaux blocs de calcaire taillés, où l’on distingue les montants d’une porte axiale, nous ont semblé pouvoir appartenir à un tombeau. Le lien entre ce site et celui, voisin, de ʿArfa, de même que l’éventualité d’un remploi des blocs en provenance du temple de ʿArfa restent hypothétiques.

Figure 11 – Accès au sanctuaire de Rasm Ǧdayyid (cliché B. Geyer, © mission des Marges arides).

Figure 12 – Pierre d’autel de Rasm Ǧdayyid (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).

Figure 13 – Le sanctuaire de Rasm Ǧdayyid vu du sud. Au premier plan l’autel, puis la place épierrée, puis la chapelle (cliché B. Geyer, © mission des Marges arides).

CONCLUSION

  • 34 Callot et Gatier 1999.

23Nous avons présenté ici trois édifices d’époque romaine, datés par le contexte environnant, dont deux présentent la particularité d’être construits en grand appareil de calcaire, en apparence avec des assises régulières. Ils se distinguent assez nettement, par ce matériau et cette technique de construction, des bâtiments plus modestes et moins élaborés qu’ils côtoient. Le troisième, qui était bâti avec des techniques plus simples, est lui aussi assez différent des constructions voisines. Tous les trois sont situés à la périphérie des établissements contemporains voisins. Nos propositions d’y voir deux constructions funéraires et un temple auront besoin d’être confirmées par des informations complémentaires obtenues, souhaitons-le, par des fouilles. Au total, les deux articles que nous avons consacrés aux temples et aux mausolées ne suffisent certainement pas à recenser l’ensemble de ces bâtiments dans l’espace étudié, d’autant que la plupart d’entre eux devaient avoir un aspect plus banal. Ils permettent seulement d’ajouter quelques exemplaires aux séries connues. On constate toutefois que, comme ailleurs en Syrie34, le réseau des sanctuaires païens d’époque romaine est infiniment moins serré que celui des églises chrétiennes de la période byzantine. Par ailleurs, il semble que les modèles architecturaux connus dans les régions voisines, l’Émésène, l’Apamène ou la Palmyrène, avaient une diffusion large et ont été repris dans la zone des marges arides. Cependant, des recherches complémentaires sur certains monuments, comme le mausolée de Mṣayṭba ou celui d’al‑Qasṭal al‑Šamālī 1, permettraient peut-être de rendre compte de leurs caractères originaux et donc de l’adaptation de ces modèles.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Butler H. C. 1907‑1920, Syria. Division II, Ancient architecture in Syria. Section B, Northern Syria, Publications of the Princeton Archaeological expeditions to Syria in 1904‑1905 and 1909, 2 vol., Leyde.

Callot O. 2010, « Monnaies trouvées dans les “Marges arides” (Syrie) », in P.‑L. Gatier, B. Geyer et M.‑O. Rousset (éd.), Entre nomades et sédentaires. Prospections en Syrie du Nord et en Jordanie du Sud, TMO 55, série Conquête de la steppe 3, Lyon, p. 271‑287.

Callot O., Gatier P.‑L. 1999, « Des dieux, des tombeaux, des donateurs : le réseau des sanctuaires en Syrie du Nord », Topoi 9, p. 665‑688.

Clauss-Balty P. 2002, « Les tours funéraires du Djebel Baghoûz dans l’histoire de la tour funéraire syrienne », Syria 79, p. 155‑194.

Gatier P.‑L., Rousset M-O. 2010, « Temples romains et mausolées de la Syrie centrale (1) », in P.‑L. Gatier, B. Geyer et M.‑O. Rousset (éd.), Entre nomades et sédentaires. Prospections en Syrie du Nord et en Jordanie du Sud, TMO 55, série Conquête de la steppe 3, Lyon, p. 147‑167.

Geyer B., Coqueugniot É. 2013, « Occupation du sol et conquête territoriale durant le Néolithique dans les marges arides de Syrie du Nord », Syria 90, p. 159‑176.

Gregory Sh. 1995‑1997, Roman Military Architecture on the Eastern Frontier, vol. 1‑3, Amsterdam.

Gschwind M., Hasan H. 2008, « Das römische Kastell Qreiye-ʿAyyāš, Provinz Deir ez-Zor, Syrien », Zeitschrift für Orient-Archäologie 1, p. 316‑334.

Henning A. 2013, Die Turmgräber von Palmyra. Eine lokale Bauform im kaiserzeitlichen Syrien als Ausdruck kultureller Identität, Orient Archäologie 29, Rahden.

Konrad M. 2001, Resafa V. Der spätrömische Limes in Syrien, Archäologische Untersuchungen an den Grenzkastellen von Sura, Tetrapyrgium, Cholle und in Resafa, Mayence.

Lauffray J. 1944, « Monuments funéraires chrétiens de Zebed », Bulletin d’études orientales 10, p. 39‑55.

Mouterde R., Poidebard A. 1945, Le limes de Chalcis. Organisation de la steppe en haute Syrie romaine, BAH 38, Paris.

Musil A. 1928, Palmyrena. A Topographical Itinerary, New York.

Rousset M.‑O. 2011, « Le peuplement de la steppe de Syrie du Nord entre le IIe s. av. et le IVe s. apr. J.‑C. », Syria 88, p. 123‑139.

Schlumberger D. 1951, La Palmyrène du Nord-Ouest, BAH 49, Paris.

Will E. 1949a, « La tour funéraire de Palmyre », Syria 26, p. 87‑116 (= Will 1995, p. 597‑628).

— 1949b, « La tour funéraire de la Syrie et les monuments apparentés », Syria 26, p. 258‑312 (= Will 1995, p. 629‑686).

— 1995, De l’Euphrate au Rhin. Aspects de l’hellénisation et de la romanisation du Proche-Orient, BAH 135, Beyrouth.

Notes

3 Gatier et Rousset 2010.

4 Mouterde et Poidebard 1945, p. 99, donnent 12 km pour cette distance et ils placent le site à 5 km au sud-est de la piste ’Iṯriyā-ʿAqīrbāt.

5 Callot 2010, p. 272 no 4, p. 279 no 45‑46, p. 281 no 53, 55‑56, p. 282 no 62, p. 283 no 74.

6 Musil 1928, p. 48‑52.

7 Dans le présent article, les dimensions des blocs sont données dans l’ordre suivant : hauteur x largeur x profondeur.

8 Musil 1928, p. 49, mais sur le plan, p. 48, toutes les portions de murs représentées sont rectilignes, orientées est-ouest ou nord-sud. S’agirait-il, plutôt que d’un plan centré circulaire d’un type très rare, de la simple abside semi-circulaire d’une église de plan basilical ?

9 Mouterde et Poidebard 1945, p. 99‑102, avec les pl. LXHI‑LXIV (cinq photos au sol de R. Mouterde) et LXV (plan de la tour par J. Lauffray). Malheureusement aucune photo aérienne n’est publiée.

10 Ibid., p. XI. Voir, p. 101, une brève note de J. Lauffray.

11 Mouterde et Poidebard 1945, pl. LXIII/2. Nous n’avons pas pu repérer ces bâtiments.

12 Voir ibid., p. 100, le relevé d’une meurtrière, et, p. 101, le profil d’une corniche.

13 Ibid., p. 102.

14 Ibid., p. 99 et pl. LXIII-LXV.

15 Id., p. 99, note 1.

16 J. Lauffray dans Mouterde et Poidebard 1945, p. 101 et pl. LXV.

17 Rousset 2011, p. 137.

18 Schlumberger 1951, p. 44‑50, pour les fortins de Palmyrène ; Gregory 1995‑1997 ; Konrad 2001 ; comme le fort de Qreiye (Gschwind et Hasan 2006), la plupart des fortins ont une surface au sol bien supérieure à celle de la tour d’al‑Qasṭal al‑Šamālī 1.

19 Clauss-Balty 2002.

20 Clauss-Balty 2002, p. 158 (tour de Šaq al‑Ḥamām, 9,10 x 9,54 m) et 165 (tour no 120 de Ḥalabiyya, 10,40 x 10,40 m).

21 Certaines tours funéraires ont des escaliers angulaires ; Clauss-Balty 2002, p. 168.

22 Will 1949a et 1949b; Henning 2013.

23 Clauss-Balty 2002, p. 172‑177.

24 Butler 1920, p. 64.

25 Le phénomène d’appropriation et de destruction à la période protobyzantine des tombeaux monumentaux d’époque romaine a été mis en évidence dans l’Antiochène, voir Callot et Gatier 1999.

26 Schlumberger 1951.

27 Voir Geyer et Coqueugniot 2013, p. 166 et n. 17, sur ce type de vasque naturelle.

28 Voir Geyer et Coqueugniot 2013, p. 170‑173, sur ce type d’aménagement.

29 Voir Geyer, Rousset et Besançon dans ce volume, fig. 26 et 35.

30 Schlumberger 1951, p. 13‑44.

31 Gatier et Rousset 2010, p. 161‑163.

32 Lauffray 1944, fig. 4 et p. 48‑51.

33 Gatier et Rousset 2010, p. 149‑158.

34 Callot et Gatier 1999.

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Image aérienne Bing de la tour d’al‑Qasṭal al‑Šamālī 1 (dans le cercle blanc) et du site au sud.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/478/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Figure 2 – Plan de la tour d’al‑Qasṭal al‑Šamālī 1 (C. Duvette, H. Morel, S. Sanz ; relevé effectué en 2002).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/478/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Figure 3 – Vue de la tour d’al‑Qasṭal al‑Šamālī 1 (cliché B. Geyer, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/478/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 4 – La tour de Qubbat ʿAbla 1 (00/286a) vue du nord - nord-est (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/478/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Figure 5 – La face sud de la tour de Qubbat ʿAbla 1 (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/478/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Figure 6 – L’aile est du grand bâtiment de Qubbat ʿAbla 2 (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/478/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Figure 7 – Vue générale du site de Rasm Ǧdayyid (cliché B. Geyer, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/478/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 8 – Schéma du site de Rasm Ǧdayyid, d’après les croquis de terrain et les images satellitaires (M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/478/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 9 – Citerne de versant, dans la partie sud du site de Rasm Ǧdayyid (10/059) [cliché B. Geyer, © mission des Marges arides].
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/478/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Figure 10 – Le sanctuaire de Rasm Ǧdayyid, vu de l’ouest (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/478/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 11 – Accès au sanctuaire de Rasm Ǧdayyid (cliché B. Geyer, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/478/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure 12 – Pierre d’autel de Rasm Ǧdayyid (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/478/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Figure 13 – Le sanctuaire de Rasm Ǧdayyid vu du sud. Au premier plan l’autel, puis la place épierrée, puis la chapelle (cliché B. Geyer, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/478/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search