Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habitat et environnement

 | 
Marie-Odile Rousset
, 
Bernard Geyer
, 
Pierre-Louis Gatier
, 
et al.

La céramique du château de Šumaymīs : de l’installation de l’âge du Bronze à la citadelle mamelouke

Marie-Odile Rousset et Yves Calvet

Résumé

Le château de Šumaymīs ou de Salamya est connu en tant que forteresse médiévale, mentionnée dans les chroniques ayyoubides et mameloukes. La prospection archéologique a permis de mettre en évidence d’autres périodes d’occupation, plus anciennes, attestées par la céramique. Cet article présente le matériel collecté sur le site : la datation des céramiques s’étale entre l’âge du Bronze moyen et l’époque ottomane.

From Ayyubid and Mameluk chronicles, the castle of Šumaymīs or Salamya was known as a medieval fortress. Other earlier periods of occupation are attested by the pottery collected in the course of the archaeological survey. This article presents the material that has been gathered on the site : the pottery dates from the Middle Bronze Age to the Ottoman Period.

Texte intégral

INTRODUCTION

1La citadelle de Šumaymīs, à 4,5 km au nord-ouest du centre-ville de Salamya, est construite au sommet d’un cône d’environ 450 m de diamètre à la base, qui domine la plaine environnante d’une soixantaine de mètres (fig. 1). La plateforme sommitale ovale, d’environ 53 x 82 m, est entourée d’un fossé (l’ensemble mesure 156 x 128 m à l’extérieur du fossé). Ce relief est la conséquence, notamment, de la particularité géologique du Ǧabal al‑ʿAlā : ce massif est une mesa, plateau coiffé d’une nappe de basalte issue d’un épanchement de lave d’origine fissurale. Il en résulte une dalle très résistante, qui n’excède pas quelques mètres d’épaisseur et qui scelle des strates calcaires plus meubles. Le piton de Šumaymīs (altitude 560 m), butte-témoin détachée du Ǧabal al‑ʿAlā, a ainsi été protégé par un chapeau de basalte, comme les collines environnantes, à l’est, au sud et à l’ouest. Cet ensemble forme l’extrémité sud du Ǧabal al‑ʿAlā et domine à la fois la plaine de Salamya et la région de la steppe à l’est. Il s’agit par conséquent d’une position éminemment stratégique.

Fig. 1 – Vue aérienne de la citadelle de Šumaymīs (cliché B. Geyer. © mission des Marges arides).

  • 3 Max von Oppenheim, en 1899, en a pris quatre clichés photographiques non publiés et en a fait une b (...)
  • 4 La stratigraphie est très sommairement décrite par Ibrahim Shaddoud dans sa thèse : « Il y a beauco (...)

2Élément marquant du paysage de Salamya, la citadelle de Šumaymīs a été visitée par certains des savants et voyageurs qui ont parcouru le Proche-Orient, mais sans avoir jamais été complètement décrite3 avant l’étude architecturale entreprise en 2002 par Janusz Bylinski (2004, 2006) qui en a dressé un premier plan. Plusieurs sondages archéologiques ont été réalisés entre 2004 et 2010 par Ibrahim Shaddoud (DGAMS), deux sur le cône calcaire, dans le but de découvrir la rampe d’accès à la forteresse, et un autre, de 80 m de long, à l’intérieur de la citadelle. Ces fouilles auraient confirmé sa fondation à l’époque ayyoubide et permis de trouver de la céramique mamelouke4.

3La citadelle de Šumaymīs apparaît pour la première fois, dans les textes médiévaux, par la mention de sa destruction lors du tremblement de terre de 1157 qui a dévasté la Syrie centrale. Elle n’est refortifiée qu’en 1231 par Šīrkūh II, maître de Homs, qui en achève la construction en un an. Comme celles de Rahba et de Palmyre, également en sa possession, elle est construite à l’écart de la ville, pour en éloigner le siège de l’autorité (Bylinski 1999, p. 161‑162). Elle fut restaurée par le sultan mamelouk Baybars, à la suite de sa destruction par les Mongols en 1261, puis elle resta en activité jusqu’à l’époque ottomane, où elle est mentionnée comme une possession druze, au XVIIe siècle.

4Les vestiges conservés montrent que la colline a été retaillée vigoureusement, d’une part, pour creuser le fossé qui entoure la forteresse et, d’autre part, pour trouver le basalte non altéré et fonder sur lui le mur de l’enceinte polygonale à redans. Des pièces voûtées subsistent sur les côtés ; leurs fentes de tir sont détruites. La partie centrale est occupée par un bâtiment rectangulaire, d’environ 30 x 35 m de côté. L’alimentation en eau était assurée par un grand puits très profond, au sud-est, qui devait atteindre la nappe phréatique sous la plaine. De gros blocs issus de la coulée de basalte sont visibles à la base des murs, construits en petits blocs de basalte équarris, liés par un mortier blanc abondant. La construction s’est faite en banchées, avec des lits de mortier et de pierres horizontaux. L’analyse des éléments architecturaux par Janusz Bylinski (2004, p. 152‑155 ; 2006, p. 243‑250) lui a permis de distinguer quatre types de maçonnerie, qui pourraient correspondre à quatre périodes de construction différentes. Il attribue la plus récente, préservée seulement dans les parties hautes des murs, à l’époque de Baybars (1261), et la précédente, décrite ci-dessus, qui utilise de nombreux remplois, à Šīrkūh II (1230). En revanche, il ne propose aucune datation pour les murs du bâtiment central, en blocs grossiers dont les larges interstices sont remplis de pierres plus petites. Pour lui, les maçonneries de gros blocs pourraient correspondre aux fondations de Šīrkūh II ou à l’époque romaine tardive, ou encore à l’âge du Bronze (d’après nos datations dont il a été informé).

5Le matériel céramique recueilli lors de notre prospection, le 3 novembre 2000, et présenté dans le cadre de cet article, confirme les datations apportées par les textes pour les périodes récentes. Il contient également des éléments plus anciens, représentatifs de trois phases d’occupation antérieures : à l’âge du Bronze moyen, aux époques hellénistique et romaine (IIIe siècle av. J.‑C.-Ier siècle ap. J.‑C.), et durant les périodes byzantine et omeyyade, c’est-à‑dire entre le Ve et le VIIIe siècle.

LA CÉRAMIQUE RÉCOLTÉE LORS DE LA PROSPECTION

Céramique de l’âge du Bronze moyen

  • Fig. 2.1 (00.300.70) : haut de jarre de stockage. Pâte chamois à gros dégraissant sableux.

  • Fig. 2.2 (00.300.71) : haut de pot. Pâte chamois fine. Dégraissant : sable blanc.

  • Fig. 2.3 (00.300.72) : haut de pot. Pâte rouge fine. Dégraissant : sable blanc.

  • Fig. 2.4 (00.300.73) : haut de bol (ou peut-être de couvercle). Pâte jaune vert. Dégraissant : sable fin.

  • Fig. 2.5 (00.300.74) : haut de jarre. Pâte chamois à dégraissant sable blanc.

  • Fig. 3.1 (00.300.75) : haut de grand bol. Pâte ocre clair à cœur gris. Dégraissant : sable blanc.

  • Fig. 3.2 (00.300.76) : haut de vase fermé. Pâte jaune. Dégraissant : sable fin.

  • Fig. 3.3 (00.300.77) : haut de bol. Pâte ocre rose. Dégraissant sable blanc.

  • Fig. 3.4 (00.300.78) : haut de bol (ou couvercle ?). Pâte grise à cœur ocre, extérieur verdâtre. Dégraissant sable blanc.

  • Fig. 3.5 (00.300.79) : haut de bol. Pâte rouge à intérieur rouge et extérieur jaune. Dégraissant : sable blanc.

  • Fig. 3.6 (00.300.80) : haut de grand bol. Pâte verdâtre pâle à gros dégraissant sableux.

  • Fig. 3.7 (00.300.50) : haut de pot. Pâte sableuse fine à surface jaune pâle.

  • Fig. 3.8 (00.300.81) : fond de vase fermé. Pâte chamois. Dégraissant sable blanc.

  • 5 Pour un corpus détaillé de la céramique de l’âge du Bronze en Syrie, voir Al‑Maqdissi, Matoïan et N (...)

6Cet ensemble est bien datable de l’âge du Bronze moyen II (début du IIe millénaire avant l’ère chrétienne), même si le corpus des tessons de l’âge du Bronze recueillis est très réduit. S’il constitue une preuve assurée de l’occupation du site au Bronze moyen, il ne peut fournir plus d’information à cet égard5.

Fig. 2 – Šumaymīs. Céramiques de l’âge du Bronze moyen II (dessin H. Morel).

Sigillées et vaisselle fine

  • Fig. 4.1 (00.300.27) : bord d’assiette. Pâte orangé rose, sableuse, inclusions minérales moyennement fines, rouge-orangé. Engobe rouge foncé, avec des traces d’usure. Il s’agit probablement d’une forme de black slip predecessor, qui peut être engobée aussi bien en noir qu’en rouge. Elle a été datée, à Antioche, de la fin IVe au début du IIe siècle av. J.‑C. (Waagé 1948, pl. I, forme 1). À Tell Anafa, elle est datée entre 125 et 75 av. J.‑C. (Berlin 1997, p. 278).

  • Fig. 4.2 (00.300.28) : fragment de bol en sigillée orientale A à décor moulé. Pâte jaune pâle, engobe orange. Décor de palmette. Cette forme a été produite entre le Ier siècle av. J.‑C. et le Ier siècle ap. J.‑C. (Atlante 1985, p. 25 et pl. IV.2, forme 24).

  • Panse de sigillée orientale A (00.300.29). Production généralement datée entre le Ier siècle av. et le Ier siècle ap. J.‑C.

  • Fragment de partie inférieure d’assiette plate (00.300.30). Pâte jaune pâle, engobe orange. Probablement un fragment d’une forme d’assiette en sigillée orientale A de type Atlante 37 daté de la deuxième partie du Ier siècle ap. J.‑C. (Atlante 1985, p. 31 et pl. V).

  • Fig. 4.3 (00.300.2) : pied d’unguentarium. Pâte orange fine. Ce type de vase fusiliforme a été retrouvé dans des contextes datés à partir du début du IIIe siècle av. J.‑C. et il existe de nombreuses variantes régionales (Anderson-Stojanovic 1987, p. 109).

  • Fig. 4.4 : fond d’assiette à pied annulaire légèrement marqué (00.300.31). Il s’agit de sigillée dite phocéenne, dont l’afflux majeur au Proche-Orient se situe entre le milieu du Ve et le milieu du VIe siècle (Hayes 2001, p. 275‑282).

Fig. 3 – Šumaymīs. Céramiques de l’âge du Bronze moyen II (dessin H. Morel).

Céramique à glaçure turquoise sur pâte siliceuse

  • Fig. 4.6 (00.300.4) : fragment de forme fermée décoré. Pâte siliceuse grossière, décor peint en noir et cobalt sous glaçure transparente, craquelée. Probablement d’époque mamelouke.

  • Fig. 4.7 (00.300.5) : fond d’écuelle. Pâte siliceuse pas très fine. Décor peint en noir sous glaçure turquoise irisée.

  • Petit fragment de panse (00.300.6). Pâte siliceuse moyennement fine. Décor peint en noir sous glaçure turquoise. Ces deux fragments appartiennent aux productions des ateliers de Raqqa, datées de la fin du XIIe‑milieu XIIIe siècle (Tonghini 1998, p. 46‑47 ; Milwright 2005, p. 211).

Fig. 4 – Šumaymīs. Céramiques fines et glaçurées (dessin H. Morel).

Céramique à glaçure turquoise sur pâte argileuse claire

7Fig. 4.5 (00.300.14) : col de jarre. Pâte sableuse verdâtre (2.5Y 7/4). Glaçure turquoise, intérieure et extérieure avec des gouttes plus épaisses sur le bord de la lèvre. Ce type de bord est connu, dans la vallée de l’Euphrate, dans des contextes datés du milieu du XIIIe siècle (Rousset 1996, t. I p. 228 et t. II pl. 28, fig. 262). Mais il pourrait s’agir également de céramique glaçurée d’époque romaine (Römer-Strehl 2005, fig. 524).

Céramique à glaçure monochrome sur pâte argileuse rouge orangé

8Dans le cas des céramiques glaçurées sur pâte argileuse rouge orangé, on note une évolution de la texture et de la couleur de la pâte, en partie due à la cuisson. D’une dominante rouge brique pour les vases d’époque ayyoubide, la pâte s’éclaircit au cours du temps pour devenir plutôt orange à l’époque moderne.

  • Fig. 4.10 (00.300.10) : panse. Pâte orange clair. Engobe blanc épais. Glaçure intérieure vert kaki, mate.

  • Fig. 4.11 (00.300.8) : panse. Pâte orange vif. Engobe blanc épais. Glaçure intérieure vert pomme vif, brillante.

  • Fig. 4.8 (00.300.11) : épaule de vase fermé. Pâte rouge brique avec des vacuoles. Engobe blanc extérieur avec des coulures à l’intérieur. Glaçure verte avec quelques points noirs sur l’extérieur. Glaçure jaune transparente à l’intérieur.

  • Fig. 4.9 (00.300.12) : fragment d’anse plate (de 3,3 cm de largeur). Pâte rouge brique avec des vacuoles. Engobe blanc. Glaçure verte avec quelques points noirs.

  • Fig. 4.12 (00.300.13) : bord d’assiette. Pâte rouge brique avec des vacuoles et des grains de calcite. Engobe blanc qui se prolonge en coulures sur l’extérieur. Glaçure irisée, vert pâle, avec des petits points noirs, à l’intérieur.

  • Fig. 4.13 (00.300.22) : bord d’assiette. Pâte rouge orangé. Glaçure jaune posée directement sur la pâte, sans décor peint.

  • Fragment d’anse à section ovale d’une forme fermée (00.300.15, 2 cm de largeur). Pâte beige avec des inclusions minérales fines et blanches, glaçure verte plus épaisse dans les creux, craquelée (presque « cristallisée ») et irisée, présente à l’intérieur et à l’extérieur du vase.

  • Panse à paroi épaisse (00.300.26). Pâte brun rouge, grossière. Glaçure vert foncé, mate, posée directement sur la pâte, sur la face interne du tesson. Probablement ottoman.

Céramique glaçurée à décor peint à l’engobe

9Cette catégorie de céramiques ne concerne que des formes ouvertes qui font partie de la vaisselle de table. La technique de décor particulière apparaît aux environs du milieu du XIIe siècle (Pringle 1984, p. 103) et perdure jusqu’à nos jours dans les plats à mezzé, en céramique, voire en matière plastique. Sa présence à Šumaymīs illustre une des avancées les plus orientales de ces productions, répertoriées dans la partie levantine du Bilād al‑Šām. La pâte, rouge brique à orange, est l’une des caractéristiques des régions occidentales. Seuls de très rares exemplaires sont connus dans la vallée de l’Euphrate. La variété des formes illustre la multiplicité des ateliers de fabrication de cette catégorie de céramique.

  • Fig. 5.1 (00.300.16) : bord d’écuelle. Pâte rouge brique, bien cuite. Décor peint à l’engobe et recouvert de glaçure jaune pâle transparente.

  • Fig. 5.2 (00.300.17) : bord d’écuelle. Pâte rouge brique. Restes d’une large trace d’engobe sur une partie du tesson. Le reste est recouvert d’une glaçure jaune transparente.

  • Fig. 5.3 (00.300.18) : bord d’écuelle. Pâte rouge brique. Décor peint à l’engobe (disparu) qui a été recouvert d’une glaçure jaune transparente légèrement irisée.

  • Fig. 5.4 (00.300.19) : bord d’écuelle. Pâte rouge brique. Décor peint à l’engobe encore conservé sur une partie du tesson. L’ensemble est recouvert d’une glaçure jaune transparente.

  • Fig. 5.6 (00.300.21) : bord d’écuelle. Pâte rouge brique, bien cuite. Décor de lignes, peint à l’engobe et recouvert de glaçure jaune pâle transparente, légèrement irisée.

  • Fig. 5.7 (00.300.24) : fond d’écuelle. Pâte rouge brique avec quelques grains de calcite. Décor peint à l’engobe et recouvert de glaçure jaune pâle transparente, en partie disparue aux endroits où il y avait de l’engobe. Quelques points verts dans la glaçure.

  • Fig. 5.5 (00.300.25) : panse d’écuelle. Pâte rouge brique, décor peint à l’engobe et recouvert de glaçure vert pâle transparente.

Fig. 5Šumaymīs. Céramiques à décor peint à l’engobe sous glaçure transparente (dessin H. Morel).

Céramique à décor moulé

10La « gourde de pèlerin » est une forme particulière, composée de deux disques plats à décor moulé reliés par une bande de 5 à 10 cm de largeur, non décorée. Elle comporte un goulot, encadré par deux petites anses rondes. Cette forme apparaît à l’époque mamelouke et l’un des ateliers de production serait situé à Damas (Sauvaget 1932).

  • Fig. 6.1 (00.300.3) : fragment de gourde. Pâte très fine, jaune pâle. Décor moulé.

  • Fig. 6.2 (00.300.1) : fragment de gourde. Pâte jaune pâle avec des petits points orange et gris, surface légèrement plus claire. Décor moulé.

Céramique modelée

11Ce type de céramique est réalisé à partir d’une pâte grossière, dont l’extérieur est soigneusement lissé. Le plus souvent, il porte un décor de motifs pseudo-géométriques, peint en noir, brun, rouge ou lie de vin la différence de couleur étant le plus souvent due à la cuisson. Sur les sites du Bilād al‑Šām occidental, de Tilbeshar à Ayla, ce type de décor est associé au décor peint à l’engobe sous glaçure transparente (fig. 3). Il semble apparaître vers la deuxième moitié du XIIe siècle et reste prisé au moins jusqu’à la fin du XIIIe siècle (Johns 1998, p. 65‑93). Il est associé à des céramiques modelées non décorées, cependant beaucoup moins abondantes.

Fig. 6 – Šumaymīs. Céramiques moulées et modelées (dessin H. Morel).

  • Fig. 6.3 (00.300.51) : bord de grand pot avec un tenon plaqué sous le bord. Pâte beige rosé, sableuse, avec de nombreux grains fins de calcite. Céramique modelée recouverte d’un enduit blanc.

  • Fig. 6.6 (00.300.52) : bord de forme fermée. Pâte modelée, grossière, sableuse avec des traces de peinture noire à l’extérieur.

  • Fig. 6.5 (00.300.54) : bord légèrement évasé de jarre. Pâte modelée, grossière, sableuse.

  • Fig. 6.7 (00.300.57) : panse. Pâte modelée, grossière, sableuse avec un décor peint en noir à l’extérieur.

    • 6 Information Hélène Renel (UMR 8167, laboratoire Islam médiéval).

    Fig. 6.4 (00.300.68) : fragment de panse de grosse jarre. Pâte rouge brique. Peinture extérieure mince, d’épaisseur irrégulière, brune, passée au pinceau dans plusieurs directions différentes. Des grandes jarres avec ce type de décor ont été retrouvées à Šaʿarā, en Syrie du Sud, dans des contextes de l’époque ottomane6.

  • Fond de jarre, à pied légèrement annulaire marqué par un bourrelet (00.300.69). Pâte orange, à grosses inclusions minérales (grises et calcite). Ces éléments sont caractéristiques des jarres modernes.

Fig. 7 – Šumaymīs. Céramiques communes (dessin H. Morel).

Céramiques de cuisson

  • Fig. 7.1 (00.300.32) : bord de pot de cuisson à col. Lèvre repliée sur l’extérieur en triangle typique de l’époque romaine. Pâte fine brun rouge. Cette forme est datée de la seconde moitié du IIe siècle à la fin du IVe siècle ap. J.‑C. (Vokaer 2011, type A2).

  • Bord de pot de cuisson à col, légèrement évasé (00.300.33). Lèvre épaissie à l’extérieur d’un bourrelet arrondi. Pâte fine, rouge. Il pourrait s’agir d’une forme d’époque romaine (Harper 1980, p. 336, fig. 58 ; Wilkinson 2004, fig. 6.45).

  • Bord de casserole à lèvre arrondie et épaissie à l’extérieur d’un bourrelet arrondi (00.300.34, diamètre externe 24 cm). Pâte rouge grossière.

12Une forme de marmite est bien représentée à Šumaymīs et dans la région des marges arides en général. Il s’agit d’une marmite globulaire sans col, à lèvre complètement repliée sur l’extérieur. Elle comporte des anses horizontales relevées et le fond, à l’intérieur, est partiellement glaçuré, probablement pour éviter aux aliments de trop « attacher » durant la cuisson. Cette forme est répandue, à côté d’autres formes de cuisson, de la Palestine à la Syrie de l’Est. Elle est toutefois beaucoup moins abondante sur les sites levantins. Elle apparaît dans le courant du XIIe siècle (Rousset 1996, t. I, p. 320).

  • Fig. 7.2 (00.300.37) : bord de pot de cuisson globulaire sans col. Pâte grossière brune.

  • Fig. 7.3 (00.300.35) : bord de pot de cuisson globulaire sans col. Pâte fine rouge.

  • Fig. 7.4 (00.300.36) : bord de pot de cuisson globulaire sans col. Pâte grossière rouge.

  • Fig. 7.5 (00.300.38) : bord de poêle ou de casserole à lèvre arrondie et amincie (diamètre externe 23 cm). Il y avait une sorte d’anse horizontale ronde collée sur l’extérieur. Pâte grossière, avec des traces d’une glaçure transparente jaunâtre à l’intérieur.

Céramique commune

  • Fig. 7.8 (00.300.40) : bord d’amphore. Pâte lourde, fine, rouge orangé, intérieur clair, avec des inclusions minérales petites et blanches. Il pourrait s’agir d’un fragment d’amphore LRA2 A ou B, courante entre le Ve et le VIe siècle (Pieri 2005, p. 86‑88).

  • Fig. 7.9 (00.300.42) : bord d’amphore de Syrie du Nord ou de Zeugma. Pâte jaune pâle, inclusions minérales variées. Ce type d’amphore à huile a été utilisé entre le IVe et le VIIIe siècle (Konrad 2001a, p. 164 et fig. 5.1). À Qsayr al‑Sayla, il a été retrouvé dans des contextes de la deuxième moitié du VIe et du début du VIIe siècle (Konrad 2001b, p. 78 et pl. 85, fig. 6‑7 ; même datation chez Reynolds 2005, fig. 158).

  • Fig. 7.10 (00.300.41) : bord de jarre ? Pâte beige à verdâtre sableuse, légère, friable, avec des petits points orange. À Déhès, un bord similaire est daté des VIIIe‑IXe siècles (Orssaud 1980, p. 239, fig. 304 type 7 et p. 241).

  • Col de jarre (?) droit à lèvre épaissie et arrondie sur l’extérieur (00.300.48). Pâte sableuse fine, verdâtre.

  • Fig. 7.7 (00.300.49) : col de jarre. Pâte sableuse, rose orangé, extérieur jaune pâle.

  • Bord de jarre, légèrement rentrant, à lèvre de profil carré, repliée sur l’extérieur et aplatie (00.300.50, diamètre extérieur 21 cm). Pâte sableuse fine, verdâtre.

  • Bord de jarre à lèvre épaissie sur l’extérieur (00.300.62). Pâte beige orangé, inclusions minérales (grises et blanches) moyennes. Surface orange lissée. Il pourrait s’agir là d’un exemple du type de céramique caractéristique des niveaux de la fin du VIIe siècle à al‑Hāḍir (Rousset 2012, p. 93, fig. 16).

  • Fig. 7.11 (00.300.66) : fond de jarre. Pâte jaune verdâtre, pâle, avec quelques petites vacuoles, plutôt fine. Surface extérieure légèrement plus claire. Le profil extérieur de la base, avec plusieurs ressauts concentriques, a été retrouvé à maintes reprises, lors de la prospection dans les marges arides de Syrie du Nord, associé à du matériel daté de la période ayyoubide.

  • Bord de large bassin à lèvre épaissie sur l’extérieur marquée d’une rainure sur le dessus (00.300.43). Pâte sableuse fine, verdâtre. Un profil similaire a été retrouvé à Déhès dans des niveaux des VIIIe‑IXe siècles (Orssaud 1980, p. 243, type 8).

  • Fig. 7.6 (00.300.45) : bord d’écuelle. Pâte sableuse, rose orangé, extérieur jaune pâle, avec quelques vacuoles.

  • Bord d’écuelle (00.300.44). Pâte sableuse, rose orangé, extérieur jaune pâle. Forme proche de la fig. 7.6.

  • Bord d’écuelle (00.300.46). Pâte sableuse, rose orangé, extérieur jaune pâle. Forme proche de la fig. 7.6 (diamètre extérieur 18 cm).

  • Petit fond plat (6 cm de diamètre) détaché du support de tournage à la ficelle (00.300.65). Pâte orangé rose, inclusions minérales très fines, blanches et rouge orangé.

CONCLUSION

13À Šumaymīs, les constructions les plus récentes ont détruit ou masqué les phases d’occupation plus anciennes. C’est pourquoi il nous a paru utile de présenter le matériel céramique recueilli sur le site durant la prospection, seul témoin de cette histoire. Presque aucun vestige ne subsiste des périodes anciennes (Bylinski 2006) ; cependant, on peut émettre des hypothèses sur la nature des peuplements successifs par analogie avec des sites de position similaire, observés ailleurs dans la région.

14La présence de la céramique indique clairement qu’il y a eu une occupation à l’âge du Bronze moyen, mais on dispose de peu d’éléments pour déterminer quelle en était la nature. À cette époque, la colline naturelle de Šumaymīs était peut-être déjà fortifiée et elle pourrait s’intégrer dans le réseau de fortifications de la bordure est du Ǧabal al‑ʿAlā, mis en évidence lors de la prospection effectuée dans les Marges arides de Syrie du Nord, de 1995 à 2002. Il s’agit d’un alignement de forteresses situées à peu près tous les 17 km (Calvet 2002, p. 105 ; Geyer et al. 2007 ; Rousset et Duvette 2015, p. 257‑259), soutenues à l’est par des fortins selon une ligne nord-sud et, plus loin à l’est, par des tours, constituant des postes avancés permettant probablement d’échanger des signaux optiques d’un établissement à l’autre. Cet ensemble est caractérisé par la présence, sur chaque site, d’assemblages céramiques du Bronze moyen. L’absence de vestiges archéologiques du Bronze moyen clairement identifiés comme tels à Šumaymīs ne permet pas d’affirmer que ce site appartiendrait à ce système défensif, mais l’emplacement et la configuration de cette colline escarpée et isolée devaient pouvoir présenter des conditions idéales pour un ouvrage militaire. Mais cela ne reste évidemment qu’une hypothèse.

  • 7 Il s’agit d’une tour carrée (environ 5 m de côté), avec un glacis conservé sur trois faces et des b (...)

15Quelle pouvait être la nature de l’occupation entre le IIIe siècle av. J.‑C. et le Ier siècle ap. J.‑C. ? Certains des sites sur lesquels nous avons retrouvé de la céramique hellénistique sont des tells de l’ouest de la région prospectée. Sur ce type de sites, les cas sont rares où des structures sont visibles, et encore plus rares les exemples pour lesquels on pourrait esquisser un semblant de chronologie relative entre les diverses constructions. Cependant, dans le secteur à l’est des anciens marais du Matih, plusieurs petits tells (entre 60 et 150 m de diamètre), relativement coniques, posés sur une éminence naturelle ou sur un tel plus ancien, ont une occupation finale à l’époque hellénistique et/ou romaine (Rousset 2011, p. 129‑130). Répartis sur une ligne, tous les 2,5 à 3 km, ils sont visibles les uns des autres. Ces sites peuvent avoir été des tours de guet, à l’image de l’unique exemple conservé pour cette époque, plus au sud, à l’extrémité est de la mesa basaltique7. Peut-être y avait‑il une installation similaire à Šumaymīs aux époques hellénistique et romaine ? Vu la nature même du site, la fonction la plus probable d’un établissement à Šumaymīs est la surveillance de la région autour de Salamya et la protection de la ville.

16Durant les périodes byzantine et omeyyade, c’est-à‑dire entre le Ve et le VIIIe siècle, la région est occupée de la manière la plus intensive qu’elle ait jamais connue (Geyer, Rousset 2001). Or les positions de hauteur ne sont pas les plus favorisées, la mise en valeur de la région étant avant tout agricole et les aspects militaires réduits au minimum (Geyer 2000). Lors de son étude architecturale, Janusz Bylinski a émis l’hypothèse que le bâtiment de 35 m de côté, au centre de la citadelle, pourrait avoir été érigé sur un fortin plus ancien, romain ou byzantin (Bylinski 2006, p. 248). Le module de ce bâtiment est à rapprocher des mesures les plus utilisées dans les constructions omeyyades. Cependant, il n’y a pas d’exemple de fortification omeyyade dans la région des Marges arides, et ce type d’édifice est extrêmement rare ailleurs dans le Bilād al‑Šām (Genequand 2006). En revanche, on sait par les textes que les princes omeyyades et du début de l’époque abbasside s’étaient beaucoup investis dans la région de Salamya (Geyer, Rousset 2011, p. 90). Par exemple, Ṣāliḥ b. ʿAbd Allah b. al‑ʿAbbās, nommé gouverneur du sud et du centre de la Syrie en 758, s’installa à Salamya et s’appliqua à reconstruire la ville (Kramers, Daftary 1994). S’il n’était pas occupé, peut-être cet endroit a‑t-il été utilisé comme carrière à un moment où l’on a beaucoup construit dans la région ?

17Quel pouvait être le type de construction détruite par le tremblement de terre de 1157 ? Là encore, il est possible d’établir certains parallèles avec d’autres sites des Marges arides. La période des XIe‑XIIe siècles est l’une des moins bien représentées dans la région, avec moins d’une dizaine de sites répertoriés. Il s’agit pour la plupart de gros bourgs, connus par ailleurs par les textes comme des étapes sur les routes, excepté dans le cas de Tall al‑Halawa. Sur ce dernier, l’occupation médiévale a réinvesti une forteresse plus ancienne (hellénistique ?), réutilisant cette position stratégique. Cette citadelle et celle de Šumaymīs pourraient avoir appartenu à un même système de défense arrière mis en place au début de la période des Croisades, entre autres pour protéger l’itinéraire d’Alep à Damas par la steppe.

18À l’époque ayyoubide, Šumaymīs fait partie du domaine de Šīrkūh II, avec les forteresses de Palmyre et de Rahba. Elles sont en relation étroite avec la steppe, protègent les populations sédentaires des invasions turcomanes puis mongoles et surveillent les nombreuses tribus d’éleveurs qui nomadisent dans cette région.

19Enfin, Qalʿat Šumaymīs est le seul site sur lequel nous ayons trouvé un véritable assemblage céramique de l’époque mamelouke, semblable à celui d’Apamée (Vezzoli 2011), associant les décors peints à l’engobe sous glaçure, les glaçures monochromes, les gourdes à décor moulé, céramiques de luxe en pâte siliceuse, céramiques modelées à décor peint et pots de cuisson à lèvre repliée sur l’extérieur. Seuls de rares fragments sur les quelques localités occupées en continu ou sur une poignée de sites de nomades attestent de cette période dans la région des Marges arides. Šumaymīs appartenait à l’une des marches de la province de Damas et était le principal point de peuplement de la steppe à l’époque mamelouke.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Al‑Maqdissim., Matoïan V, Nicolle C. 2002, Céramique de l’âge du Bronze en Syrie. I, La Syrie du Sud et la vallée de l’Oronte, BAH 161, Beyrouth.

— 2007, Céramique de l’âge du Bronze en Syrie. II, L’Euphrate et la région de Jézireh, BAH 180, Beyrouth.

Anderson-Stojanovic V. R. 1987, « The Chronology and Function of Ceramic Unguentaria », American Journal of Archaeology 91/1, p. 105‑122.

Atlante = G. Pugliese (dir.) 1985, Atlante delle forme ceramiche II. Ceramica fine romana nel bacino mediterraneo (tarda ellenismo eprimero impero), suppl. 2, Encyclopedia dell arte antiqua classica e orientale, Rome.

Berlin A. 1997, « The Plain Wares », in S. C. Herbert (éd.), Tel Anafa II, i : The Hellenistic and Roman Pottery, Journal of Roman Archaeology, Supplementary Series 10/11, i, p. ix‑211.

Bietak M. 2002, The Middle Bronze Age in the Levant. Proceedings of an International Conference on MB IIA Ceramic Material, Vienna 24th‑26th January 2001, Denkschriften der Gesamtakademie XXVI, Vienne.

Burton R., Drake C. 1872, Unexplored Syria, 2 vol., Londres.

Bylinski J. 1999, « Qalʿat Shirkuh at Palmyra : A medieval Fortress reinterpreted », Bulletin d’études orientales 51, p. 151‑208.

Bylinski J. 2004, « Three Minor Fortresses in the Realm of Ayyubid Rulers of Homs in Syria. Shumaimis, Tadmur (Palmyra) and Al‑Rahba », in N. Faucherre, J. Mesqui et N. Prouteau (éd.), La fortification au temps des Croisades, Archéologie et culture, Rennes, p. 151‑164.

Bylinski J. 2006, « Exploratory Mission to Shumaymis‑2002 », in H. Kennedy (éd.), Muslim Military Architecture in Greater Syria. From the Coming of Islam to the Ottoman Period, History of Warfare 35, Leyde-Boston, p. 243‑250.

Calvet Y. 2002, « Early Middle Bronze Age Sites in the area of Salamiyah (Syria) », in M. Bietak (éd.), The Middle Bronze Age in the Levant. Proceedings of an International Conference on MB IIA Ceramic Material, Vienna 24th‑26th January 2001, Denkschriften der Gesamtakademie XXVI, Vienne, p. 103‑112.

Genequand D. 2006, « Umayyad Castles : The Shift from Late Antique Military Architecture to Early Islamic Palatial Building », in H. Kennedy (éd.), Muslim Military Architecture in Greater Syria. From the Coming of Islam to the Ottoman Period, History of Warfare 35, Leyde-Boston, p. 3‑25.

Geyer B. 2000, « Des fermes byzantines aux palais omayyades, ou l’ingénieuse mise en valeur des plaines steppiques de Chalcidique », in L. Nordiguian et J.‑Fr. Salles (éd.), Aux origines de l’archéologie aérienne, A. Poidebard (1878‑1955), Beyrouth, p. 109‑122.

Geyer B., Rousset M.‑O. 2001, « Les steppes arides de la Syrie du Nord à l’époque byzantine ou “la ruée vers l’est” », in B. Geyer (éd.), Conquête de la steppe et appropriation des terres sur les marges arides du Croissant fertile, TMO 36, série Conquête de la steppe 1, Lyon, p. 111‑121.

— 2011, « Déterminants géoarchéologiques du peuplement rural dans les marges arides de Syrie du Nord aux VIIe‑IXsiècles », in A. Borrut, M. Debié, A. Papaconstantinou, D. Pieri et J.‑P. Sodini (éd.), Le Proche-Orient de Justinien aux Abbassides. Peuplement et dynamiques spatiales, Bibliothèque de l’Antiquité tardive 19, Turnhout, p. 77‑92 et p. 369‑374.

Geyer B., Al‑Dbiyat M., Awad N., Barge O., Besançon J., Calvet Y., Jaubert R. 2007, « The Arid Margins of Northern Syria : Occupation of the Land and Modes of Exploitation in the Bronze Age », in D. Morandi Bonacossi (éd.), Urban and Natural Landscapes of an Ancient Syrian Capital. Settlement and Environment at Tell Mishrifeh/Qatna and in Central-Western Syria. Proceedings of the International Conference held in Udine, 9‑11 December 2004, Studi Archeologici su Qatna 1, Udine, p. 269‑281.

Hayes J. W. 2001, « Late Roman Fine Wares and their Successors : A Mediterranean Byzantine Perspective (with Reference to the Syro-Jordanian Situation) », in E. Villeneuve et P. Watson (éd.), La céramique byzantine et proto-islamique en Syrie-Jordanie (IVe‑VIIe siècles ap. J.‑C.), BAH 159, Beyrouth, p. 275‑282.

Harper R. P. 1980, « Athis-Neocaesareia-Qasrin-Dibsi Faraj », in J.‑Cl. Margueron (éd.), Le Moyen Euphrate, zone de contacts et d’échanges. Actes du colloque de Strasbourg, 10 au 12 mars 1977, Travaux du Centre de recherches sur le Proche-Orient et la Grèce antique 5, Leyde, p. 327‑348.

Johns J. 1998, « The rise of Middle Islamic Hand-Made Geometrically-Painted Ware in Bilād al‑Shām (11th‑13th Centuries A. D.) », in R.‑P. Gayraud (éd.), Colloque international d’archéologie islamique, Textes arabes et études islamiques 36, Le Caire, p. 65‑93.

Konrad M. 2001a, « Umayyad Pottery from Tetrapyrgium (Qseir as-Seileh), North Syria. Traditions and Innovations », in E. Villeneuve et P. Watson (éd.), La céramique byzantine et proto-islamique en Syrie-Jordanie (IVe‑VIIIe siècles ap. J.‑C.), BAH 159, Beyrouth, p. 163‑191.

Konrad M. 2001b, Resafa V. Der spätrömische Limes in Syrien. Archäologische Untersuchungen an den Grenzkastellen von Sura, Tetrapyrgium, Cholle und in Resafa, Mayence.

Kramers J. H., Daftary F. 1994, « Salamiyya », Encyclopédie de l’Islam 2, p. 952‑955.

Milwright M. 2005, « Ceramics from the Recent Excavations near the Eastern Wall of Rafiqa (Raqqa), Syria », Levant 37, p. 197‑219.

Musil A. 1928, Palmyrena, A Topographical Itinerary, New York.

Orssaud D. 1980, « Déhès (Syrie du Nord), campagnes I‑III (1976‑1978). La céramique », Syria 57, p. 234‑236.

Pieri D. 2005, Le commerce du vin oriental à l’époque byzantine (Ve‑VIIsiècles), BAH 174, Beyrouth.

Pringle D. 1984, « Thirteenth-century pottery from the monastery of St. Mary of Carmel », Levant 16, p. 91‑111.

Reynolds P. 2005, « Levantine Amphorae from Cilicia to Gaza : A Typology and Analysis of Regional Production Trends from the 1st to 7th Centuries », in J. M. Gurt i Esparraguera, J. Buxeda i Garrigós et M. A. Ontiveros (éd.), LRCW1. Late Roman Coarse Wares, Cooking Wares and Amphorae in the Mediterranean : Archaeology and Archaeometry, BAR International Series 1340, Oxford, p. 563‑611.

Romer-Strehl Chr. 2005, « Untersuchungen zur Keramik der seleukidischen und partisch-römischen Zeit von Tall Seh Hamad », in H. Kühne (éd.), Magdalu/Magdala. Tall Sheh Hamad von der postassyrischen Zeit bis zur römischen Kaiserzeit, Berichte der Ausgrabung Tall Seh Hamad/Dur Katlimmu 2, Berlin, p. 197‑312.

Rousset M.‑O. 1996, Contribution à l’étude de la céramique islamique, analyse du matériel archéologique de Rahba-Mayadin (Syrie, vallée de l’Euphrate), thèse de doctorat, université Lumière Lyon 2, disponible sur http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00280710/fr/ [consulté en sept. 2015].

— 2011, « Le peuplement de la steppe de Syrie du Nord entre le IIs. av. et le IVs. ap. J.‑C. », Syria 88, p. 123‑139.

— 2012, « La céramique », in M.‑O. Rousset (éd.), Al‑Hadir. Étude archéologique d’un hameau de Qinnasrin (Syrie du Nord, VIIe‑XIIe siècles), TMO 59, série Qinnasrin 1, Lyon, p. 73‑118.

Rousset M.‑O., Duvette C. 2015, « Un village médiéval dans une forteresse de l’âge du Bronze : Qal’at al‑Rahiyya », in B. Geyer, V. Matoïan et M. Al‑Maqdissi (éd.), De l’île d’Aphrodite au Paradis perdu, itinéraire d’un gentilhomme lyonnais. En hommage à Yves Calvet, Ras Shamra-Ougarit XXII, Louvain, p. 245‑274.

Sauvaget J. 1932, Poteries syro-mésopotamiennes du XIVe siècle, Documents d’études orientales de l’Institut français de Damas 1, Paris.

Shaddoud I. 2014, Céramiques des forteresses croisées, ismaéliennes, ayyoubides et mameloukes de Syrie du Nord, thèse de doctorat, université d’Aix-Marseille.

Tonghini C. 1998, Qalat Jabar Pottery : A Study of a Syrian Fortified Site of the Late 11th‑14th Centuries, British Academy Monographs in Archaeology 11, New York.

Vezzoli V. 2011, « Preliminary considerations on ceramic productions of the islamic period from the middle Orontes region : a representative assemblage from Apamea », AlRafidan 32, p. 258‑275.

Vokaer A. 2011, La Brittle Ware en Syrie. Production et diffusion d’une céramique culinaire de l’époque hellénistique à l’époque omeyyade, Fouilles d’Apamée de Syrie 2, Bruxelles.

Van Berchem M., Fatio E. 1914, Voyage en Syrie, Le Caire.

Von Oppenheim M. 1901, « Bericht über eine im Jahr 1899 ausgeführte Forschungsreise in der Asiatischen Türkei », Zeitschrift der Gesellschaft für Erdkunde zu Berlin 36, p. 69‑99.

Waagé F. O. 1948, Antioch on the Orontes IV. I, Ceramics and Islamic Coins, Princeton-Londres.

Wilkinson T. J. 2004, Excavations at Tell esSweyhat, Syria, vol. 1. On the margin of the Euphrates, Settlement and Land Use at Tell esSweyhat and in the Upper Lake Assad Area, Syria, Oriental Institute Publications 124, Chicago.

Notes

3 Max von Oppenheim, en 1899, en a pris quatre clichés photographiques non publiés et en a fait une brève description (Von Oppenheim 1901, p. 75). Max Van Berchem et Edmond Fatio qui l’ont visitée en 1895 (1914, p. 171‑173) livrent une description de l’entrée : « La partie la moins ravagée de son enceinte est celle où se trouvait la porte d’entrée ; c’est une haute baie en plein cintre, percée dans le front sud et flanquée de deux saillants carrés, à faible relief. Ses piédroits sont sculptés grossièrement ; c’est le seul morceau décoratif que nous ayons trouvé dans la forteresse. » Alois Musil y est monté en 1912, mais n’en dit pas plus (Musil 1928, p. 48). Burton et Drake (1872, II, p. 164‑166) mentionnent un édifice plus ancien que l’époque romaine.

4 La stratigraphie est très sommairement décrite par Ibrahim Shaddoud dans sa thèse : « Il y a beaucoup de remblais parfois plus de 2m ; j’ai distingué quelques sols en place au-dessus de la roche-mère qui, selon moi, correspondent à la phase de construction des bâtiments ordonnée par le roi de Homs, Asād al‑Dyn Šāyrkwh al‑Ṯāny, en 1227 » (Shaddoud 2014, p. 16). La céramique présentée est datée des XIIIe‑XIVe siècles sans autre discussion.

5 Pour un corpus détaillé de la céramique de l’âge du Bronze en Syrie, voir Al‑Maqdissi, Matoïan et Nicolle 2002 et 2007, ainsi que Bietak 2002.

6 Information Hélène Renel (UMR 8167, laboratoire Islam médiéval).

7 Il s’agit d’une tour carrée (environ 5 m de côté), avec un glacis conservé sur trois faces et des bâtiments au sud (Ruǧum al‑Ḫarāhiğ 1, 99/238). Le matériel récolté date de l’âge du Bronze ancien IV et de l’époque hellénistique.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Vue aérienne de la citadelle de Šumaymīs (cliché B. Geyer. © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/477/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 2 – Šumaymīs. Céramiques de l’âge du Bronze moyen II (dessin H. Morel).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/477/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 3 – Šumaymīs. Céramiques de l’âge du Bronze moyen II (dessin H. Morel).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/477/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 4 – Šumaymīs. Céramiques fines et glaçurées (dessin H. Morel).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/477/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 5Šumaymīs. Céramiques à décor peint à l’engobe sous glaçure transparente (dessin H. Morel).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/477/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 6 – Šumaymīs. Céramiques moulées et modelées (dessin H. Morel).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/477/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 7 – Šumaymīs. Céramiques communes (dessin H. Morel).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/477/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

Auteurs

CNRS, UMR 5133 - Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.