Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habitat et environnement

 | 
Marie-Odile Rousset
, 
Bernard Geyer
, 
Pierre-Louis Gatier
, 
et al.

Les citernes pluviales des steppes syriennes, éléments de la conquête d’une marge aride

Bernard Geyer, Marie-Odile Rousset et Jacques Besançon

Résumé

Dans les régions à fortes contraintes d’aridité, l’approvisionnement en eau de consommation quotidienne, que ce soit pour les hommes ou les animaux, pose souvent problème et la déficience de ressources naturelles a longtemps été un frein à la conquête de nouvelles terres. L’introduction de la citerne pluviale dans des régions sèches marquées par un déficit chronique en eau a été l’une des solutions ayant permis à l’homme de s’y implanter, temporairement ou durablement. Mais c’est leur multiplication qui a rendu possible l’appropriation des terres de ces régions. La citerne, indice de rareté au moins saisonnière de l’eau, révèle une volonté de la stocker et d’en constituer des réserves, afin de pouvoir en bénéficier en période de pénurie : elle a été l’un des fondements les plus efficaces, parce que le plus aisé à mettre en œuvre, que ce soit par les nomades ou par les sédentaires, de la conquête des Marges arides de la Syrie du Nord. Ce fait se vérifie tout particulièrement pour les périodes romaine, byzantine et ayyoubide.

In regions suffering from very arid conditions, the daily water supply — be it for humans or for animals — often poses a problem, and the deficiency of natural resources has long been a hindrance to the conquest of new territories. The introduction of the rain fed cistern in dry regions marked by a chronic water deficit was one of the solutions that have allowed man to install himself there, temporarily or for good. But only after the cisterns had been multiplied, the appropriation of the territories in those regions has become feasible. Pointing to an at least seasonal scarcity of water, the cistern bears witness to the resolution to store that resource, to gather reserves in order to benefit from them in the time of need: for nomads as for permanent settlers the cistern was one of the most efficient tools — because the easiest to establish — in the conquest of the Arid Margins of Northern Syria. This fact applies in particular to the Roman, Byzantine and Ayyubid periods.

Texte intégral

INTRODUCTION

1Les besoins en eau, des hommes comme des animaux d’élevage, sont, sauf exception, quotidiens. Si les troupeaux peuvent se déplacer de manière à s’abreuver à des points d’eau éventuellement éloignés, les populations sédentaires, liées à leur terre par les travaux agricoles, doivent y pourvoir sur place ou à proximité immédiate. Or, en région steppique, l’environnement naturel n’est que rarement apte à fournir cette ressource avec régularité, et de vastes espaces ne proposent que des ressources en eau rares, tant en quantité qu’en occurrence. Le climat méditerranéen de type dégradé qui y règne (Traboulsi 1981, 2010) se traduit par une longue saison chaude (5 à 6 mois) totalement privée de pluies, alors que l’évapotranspiration potentielle atteint des valeurs très largement supérieures au total des précipitations effectives. Sous des sols minces et souvent tronqués par l’érosion, les substrats géologiques et les formations superficielles sont généralement favorables soit à l’enfouissement en profondeur de l’eau pluviale (revêtements fins éoliens, lapiaz, chapes basaltiques fissurées, couvertures alluvio-colluviales largement étalées sur les glacis), soit au ruissellement immédiat (affleurement de roches compactes, dalles superficielles cimentées). Dans les deux cas, la présence d’eau à la surface est fugace, d’autant que la sécheresse de l’air et les vents en récupèrent rapidement une large part.

  • 3 Mot russe désignant des vasques naturelles formées par dissolution, de dimensions métriques, située (...)

2En conséquence, l’accès à l’eau libre se limite à de rares points (sources) ou à de brefs moments (crues d’oueds ordinairement secs), voire à des cuvettes inutiles (lacs salés ou sebkhas). Afin de répondre aux exigences alimentaires quotidiennes, il faut être en mesure soit d’accéder aux réserves naturelles souterraines (puits), soit de stocker l’eau que délivrent les pluies discontinues, dès sa réception au sol ou après sa concentration dans les talwegs : d’où l’aménagement de barrages, de bassins, de cuvettes préexistantes (dolines, kamenitsas3 parfois transformées en « mares aménagées ») ou artificielles (birkas). Les réserves ainsi créées présentent l’inconvénient d’être affectées par l’infiltration et, surtout, par l’évaporation, outre les risques de pollution et de contamination bactériologique.

  • 4 Nous n’évoquerons pas dans cet article le cas des réservoirs terminaux des qanāts, présenté ailleur (...)

3Une autre solution aux problèmes de l’approvisionnement en région aride est fournie par la construction de citernes directement et immédiatement approvisionnées par le ruissellement4.

  • 5 Sur un peu plus de 1 000 sites archéologiques repérés lors des prospections menées dans le cadre du (...)

4Après avoir décrit l’aménagement et évoqué les principes de leur fonctionnement, nous prendrons l’exemple des Marges arides de Syrie du Nord (voir fig. p. 18). Ces zones de steppe, situées entre le Croissant fertile, peuplé précocement par des populations sédentaires, et le désert arabique, domaine des pasteurs nomades, ont connu, depuis une dizaine de millénaires, des alternances d’occupations sédentaire et nomade, en fonction des changements climatiques ou des vicissitudes historiques. Dans ce milieu fragile qu’est la steppe, de nombreux vestiges archéologiques témoignent de phases d’expansion, mais aussi de déclin du peuplement et de la mise en valeur des terres. Parmi ces traces du passé, les citernes, du fait de leur nombre5 et de la facilité de leur mise en œuvre se sont révélées avoir joué un rôle prépondérant dans les processus d’appropriation mais aussi de conquête de nouvelles terres.

FORMES DES CITERNES PLUVIALES

5Les citernes pluviales sont des cavités artificielles, d’axe vertical, qui s’ouvrent directement à la surface du sol par un orifice généralement circulaire, étroit, ordinairement mais non systématiquement coiffé par une margelle circulaire en pierre taillée, d’environ 0,80 m de diamètre (fig. 1).

La margelle

6La margelle permet d’introduire un récipient de faible contenance, accroché au bout d’une corde et de le remonter plein d’eau à la force des bras, le plus souvent sans potence ni poulie. De ce fait, la margelle porte fréquemment des traces d’usure en forme de stries verticales sur la face interne de la couronne de pierre (fig. 2). La margelle consiste souvent en un simple bloc de forme irrégulière percé d’un orifice central (fig. 3). Parfois rondes ou arrondies lorsqu’elles sont en calcaire, elles sont par contre le plus souvent en basalte lorsqu’elles sont quadrangulaires. Plus rarement, si les ressources lithiques ne sont pas suffisantes pour pouvoir façonner une margelle monolithe, celle-ci est composée d’un muret circulaire autour de l’ouverture (fig. 4), comme à la ferme byzantine de Wādī ’Iṯriyā 1 (95/69).

Fig. 1 – Schéma d’une citerne et de ses possibles aménagements complémentaires.

7Lorsqu’elle se trouve dans la cour d’une maison, la citerne est souvent associée à un abreuvoir rectangulaire, fréquemment en basalte. Dans quelques cas, l’abreuvoir, rectangulaire, carré ou avec un côté convexe qui suit l’arrondi de l’embouchure de la citerne, est creusé dans le même bloc que la margelle (fig. 5 et 6). Dans un cas, deux petits bassins rectangulaires sont disposés de part et d’autre de l’orifice. Toutes ces margelles ont été retrouvées sur des sites occupés aux époques romaine et byzantine et au début de l’époque islamique. Une margelle de même type a été publiée pour Sergilla (Abdulkarim et Charpentier 2009, fig. 3). À Rasm al‑Aḥmar 3, certaines d’entre elles portent autour de l’orifice et à l’intérieur la trace de l’encastrement de piquets de bois d’une chèvre. D’autres margelles, soigneusement taillées dans du basalte, montrent des aménagements autour de l’orifice circulaire, qui pourraient être interprétés comme des traces de fixation de potence ou de chèvre. Il s’agit de quatre petites dépressions circulaires ou cupules, disposées dans les quatre angles du bloc et reliées au trou central par de petits canaux (fig. 7). Les blocs de ce type qui ont été observés sont tous localisés dans les environs proches d’al‑Andarīn (sur des citernes à 200 m au sud du grand réservoir d’al‑Andarīn 2, sur des puits à Ḥūma et à ’Umm Qrūn), sur des sites ayant été occupés aux époques byzantine et omeyyade.

8Pour protéger l’eau des pollutions extérieures et de la lumière, l’orifice était obturé par un bouchon de pierre ou un couvercle en bois. Dans certains cas, la margelle porte la trace d’un aménagement pour l’encastrement d’un couvercle rectangulaire (à Rasm al‑Aḥmar 9, fig. 8) ou rond (Ḫirbat al‑Ǧāʿad, fig. 9).

Fig. 2 – Citerne avec margelle maçonnée à Wādī ’Iṯriyā 1 (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).

Fig. 3 – Citerne de talweg avec margelle récente (usure de cordes) sur une margelle plus ancienne (autres traces d’usure de cordes) à Rasm Ǧaʿār 5 (10/142) [cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides].

Fig. 4 – Margelle de citerne à Rasm al‑Amar 3 (02/108) [cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides].

Fig. 5 – Margelle de citerne incluant un abreuvoir à Rasm al‑Aḥmar 3 (02/108) [cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides].

Fig. 6 – Margelle incluant un abreuvoir et des « cupules » à Ḥūma (99/311) [cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides].

Fig. 7 Margelle à cupule à Ḥūma (99/311) [cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides].

Fig. 8 – Encastrement de couvercle rectangulaire à Rasm al‑Amar 9 (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).

Fig. 9 – Encastrement de couvercle rond à Ḫirbat al‑Ǧāʿad (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).

Le réservoir

9Au-dessous, la cavité s’évase progressivement par excavation dans les matériaux sous-jacents. Les citernes classiques acquièrent de ce fait une forme arrondie, de plus en plus large vers le bas : telles sont les citernes piriformes, en cloche ou en bouteille (fig. 10), dont la contenance limitée suffit en principe aux besoins d’une famille. Lorsque ceux-ci s’avèrent plus importants, les citernes se multiplient, à faible distance, ou bien s’élargissent grâce à des piliers réservés, destinés à soutenir la couverture en place et éviter qu’elle ne se brise. Dans certains cas, comme par exemple à Rasm al‑Aḥmar 3, elles peuvent présenter un plan et une section quadrangulaire (fig. 11).

10Ces citernes pluviales ont parfois été forées dans la roche en place, dure et massive (plateau central du Ǧabal Zawīya) ou plus marneuse (sud-est du Ǧabal ’Umm al‑Fuhūd), surtout si celle-ci s’est trouvée altérée (Maestrichtien) ou si elle est friable (Tortonien autour d’Idlib). Le travail a été plus facile dans les nappes de cailloutis, jadis étalées à la surface des glacis d’érosion puis scellées par une épaisse dalle conglomératique. L’épaisseur de ces dalles pléistocènes atteint plusieurs décimètres, voire plus de 1 m. La cimentation, par la combinaison de processus de dissolution et de reprécipitation du calcaire, leur confère une dureté et une résistance mécanique semblables à celle de bancs de roche en place de même épaisseur, ce qui assure à la bouche de la citerne une excellente résistance à l’érosion de surface.

11Quelle que soit leur forme, les parois internes des citernes ont été soigneusement revêtues d’un enduit destiné à les imperméabiliser. C’est la présence de cet enduit qui permet souvent de distinguer les citernes des puits ou encore des tombes, lorsque les uns ou les autres sont plus ou moins détruits ou comblés.

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT

12Le remplissage des citernes pluviales est acquis par le seul ruissellement consécutif aux averses, souvent brèves, ruissellement qui se produit simultanément et sans délai sur toute l’étendue de Faire de réception. La perte par infiltration est réduite du fait de l’intensité des pluies et surtout de l’état des surfaces : roches ou dalles décapées ou mal couvertes par un sol mince et un tapis végétal clairsemé et peu élevé.

  • 6 Les faydas (terminologie locale) sont des évasements des fonds de vallées profitant de sols d’appor (...)

13Dans ces conditions, le ruissellement en nappe (sheet flood) se produit inévitablement, même sur des pentes très faibles (glacis, versants doux, concaves et courts), et même sur des dunes lorsqu’elles sont caparaçonnées par des croûtes gypseuses. En lisière des plateaux ou des secteurs montagneux, le processus est encore plus actif et engendre rapidement tous les modes du ruissellement concentré : rigoles, ravins, oueds. Ainsi se rassemblent, dans des organismes fluviaux hérités d’époques plus arrosées, des crues pluviales qui peuvent être violentes mais sont le plus souvent brèves. On en compte cinq ou six par an qui balaient la fayda6 d’al‑Rawda, située sur le cours moyen du Wādī al‑ʿAmūr (sous 200 à 250 mm de pluies annuelles en moyenne). Nous avons observé, en zone collinaire, les effets d’un orage qui a duré moins de deux heures dans la soirée du 25 octobre 1999 et a affecté le bassin versant (± 10 km2) du Wādī al‑Fayaǧ, affluent occidental du Wādī ’Umm Miyāl avec lequel il conflue à hauteur d’al‑Saʿan. Long d’une dizaine de kilomètres, cet oued a temporairement coupé la route de Raqqa (fig. 12) et assez largement rempli le barrage d’al‑Saʿan pour la première fois depuis trois ans. Le responsable de la station météorologique locale a estimé que le total des précipitations a atteint, en ce court laps de temps, environ 40 mm.

Fig. 10 – Citerne piriforme, partiellement détruite par l’incision d’un oued (entaille d’érosion régressive), à Fāyiǧ Ṭahmāz (98/095) [cliché B. Geyer, © mission des Marges arides].

Fig. 11 – Citerne à section quadrangulaire à Rasm al‑Aḥmar 3 (cliché B. Geyer, © mission des Marges arides).

14S’agissant de citernes familiales, diverses enquêtes ont collecté des valeurs chiffrées concernant le stockage de l’eau de pluie et son utilisation. Selon M. Mainguet (1995), au Levant, une citerne de 21 600 litres de capacité (soit ± 4 m de profondeur et 3 m de diamètre dans sa plus grande largeur) suffirait à répondre durant un an aux besoins d’une famille de six personnes (consommation per capita : 10 litres par jour). De leur côté, X. de Planhol et R. Rognon (1970) estiment que 2,5 m3 par personne et par an peuvent suffire (consommation per capita : 7 litres par jour).

15En fait, la répartition des orages permet de remplir les citernes, plus ou moins complètement, à plusieurs reprises durant la saison des pluies. À ce rythme, il n’y a pas de problème dans les régions faisant partie de la steppe semi-aride qui profite de précipitations moyennes (P) de l’ordre de 400 à 500 mm/an. Par contre, si l’eau ainsi stockée sert simultanément à l’abreuvement des animaux d’élevage et se situe dans la steppe franchement aride (P < 200 mm/an), il faut impérativement multiplier les citernes. Ainsi plus de 50 citernes pluviales (dont au moins la moitié considérées comme « antiques ») ont été excavées dans le hameau de semi-sédentaires de Rasm Kandūš 1, sans compter celles repérées aux alentours du site.

16Quoi qu’il en soit, les quantités ci-dessus rapportées impliquent que l’usage de l’eau de pluie soit soumis à une sévère économie, ce qui ne va pas sans poser des questions quant à l’état sanitaire des populations qui ne disposaient que de ce type de ressource. Au début des années 2000, bien que nous n’ayons pas d’attestation d’aménagement de nouvelles citernes, les anciennes étaient encore parfois utilisées et même entretenues (fig. 13) : leurs utilisateurs répugnaient cependant à s’en servir pour la préparation du thé. « L’eau du thé » était généralement achetée et acheminée par citernes métalliques montées sur tracteur ou camion, parfois depuis l’Euphrate ou depuis les quelques puits de la steppe fournissant une eau vraiment potable (Abū al‑Ḍuhūr, ’Iṯriyā…).

Fig. 12 – Le Wādī al‑Fayaǧ, au lendemain de la crue du 25 octobre 1999 (cliché J. Besançon, © mission des Marges arides).

Fig. 13 – Citerne entretenue (1998) à Rasm al‑Fardāwī (98/038) [cliché B. Geyer, © mission des Marges arides].

CHOIX DES EMPLACEMENTS ET AMÉNAGEMENTS COMPLÉMENTAIRES

17Une citerne n’est pas creusée n’importe où : il lui faut disposer, à son amont, d’un impluvium doté d’une pente et d’une surface minimales. Aussi en trouve-t-on fréquemment en bas de versant ou, plus haut, à la sortie de petits bassins de réception faiblement imprimés sur les versants, où les effets du ruissellement ont plus ou moins mis au jour la roche en place. On améliore éventuellement le guidage en traçant une ou plusieurs rigoles d’amenée aboutissant à des trous forés dans le col de la citerne, juste au-dessous de la margelle.

18Il existe d’autres cas parmi lesquels l’implantation sur les talwegs des oueds : à Rasm al‑Fardāwī avec des citernes en lisière de talweg (fig. 13) ; à Rasm Ǧnayna 1 avec une grande citerne de talweg, carrée (fig. 14), au pied du site ; à Rasm Ǧadīda avec plusieurs citernes à usage pastoral dans le talweg et à proximité. Dans le cas où plusieurs citernes jalonnent un segment de talweg, une réactivation de l’érosion régressive peut aboutir à la destruction des unités plus en amont, comme à Fāyiǧ Ṭahmāz (fig. 10). On en connaît aussi quelques-unes qui sont localisées sur le plancher des faydas ou sur une très basse terrasse alluviale. Il devient dès lors difficile de les distinguer des puits peu profonds qui s’alimentent à la nappe d’inféroflux.

19Le ruissellement convoie inévitablement des troubles (limons et sables) qui s’accumulent dans les citernes. C’est pourquoi, dans quelques cas, un petit bassin aménagé juste avant l’orifice sert à la décantation des eaux ruisselées. L’utilisateur peut également être amené à passer le liquide au travers d’une pièce de tissu à mailles fines. Il est en tout cas nécessaire de curer les citernes plus ou moins fréquemment, afin de leur conserver leur capacité initiale. À l’occasion, on procède aussi, autant que nécessaire, à la réfection de l’enduit d’étanchéité. Cela implique la possibilité d’accéder à l’intérieur de la citerne, c’est-à-dire des systèmes pour y descendre et en remonter. Ces différents aspects d’une maintenance régulière sont parfaitement à la portée des ruraux.

20Inversement, dès lors que ces installations sont abandonnées, elles finissent, de même que toutes les cavités, par être plus ou moins entièrement colmatées. C’est ce qui advint à grande échelle durant la longue période de reflux des sédentaires, à la suite des incursions byzantines et hamdanides du Xe s. puis des invasions mongoles. Seules celles qui continuèrent à être utilisées par les nomades échappèrent à ce sort. Le retour progressif des sédentaires, à partir de la seconde moitié du XIXe s. (Al‑Dbiyat et Jaubert 2006), s’est accompagné du nettoyage de nombreuses citernes comblées.

21Par ailleurs, les citernes pluviales, ouvertes au ras du sol et parfois dépourvues de margelle comme dans le sud-est de la région de ’Iṯriyā (ex : Wādī Ṯriyān 1), attirent les animaux sauvages. Dans cette steppe désertique, on peut déceler leur existence (ou celle des puits antiques) par la présence de pigeons qui viennent s’y mettre au frais. En raison de nouveaux moyens qui permettent de se procurer de l’eau, on note de nos jours une tendance à l’abandon de citernes naguère encore utilisées : elles servent alors de décharge ou finissent par être volontairement comblées afin d’éviter les chutes accidentelles.

Fig. 14 – Citerne de talweg, carrée, au pied du site de Rasm Ǧnayna 1 (96/032) [cliché B. Geyer, © mission des Marges arides].

22Ce destin semble épargner les citernes de campagne à usage pastoral, usage longtemps souligné par la présence d’auges en pierre, mais de nos jours les pasteurs disposent d’abreuvoirs métalliques ou façonnés dans de vieux pneus, déplaçables à volonté.

  • 7 La compilation définitive, rédigée en syriaque, est attribuée à Kutama, personnage dont l’authentic (...)

23Quelle qu’en soit l’utilité (humaine ou animale), il est clair que l’eau stockée dans les citernes pluviales court un risque de contamination, notamment de nature fécale : ce qui ouvre un champ de réflexion historique quant à la propagation de certaines épidémies (p. ex. le choléra). Les Anciens étaient conscients de ces problèmes : Vitruve (De l’architecture, livre 8, chap. 6, § 14‑15, éd. L. Callebat 1973, p. 32) dit que si l’eau des citernes « prend une odeur étrangère, on est obligé d’y ajouter du sel pour la rendre plus légère ». Pline l’Ancien (Histoire naturelle, livre XXXI, chap. XXI, éd. G. Serbat 1972, p. 39) place l’eau stockée dans les citernes parmi les moins bonnes : « Quant à l’eau de citerne, les médecins avouent qu’elle ne vaut rien, et qu’elle cause des engorgements dans le ventre et au cou ; ils conviennent encore qu’il n’y en a pas où l’on trouve plus de bourbe et plus d’insectes dégoûtants. » Cependant, la nature de l’eau destinée à la consommation humaine pouvait être corrigée grâce à diverses recettes, compilées dans l’Agriculture nabatéenne7.

VARIABILITÉ DE LA DENSITÉ DES CITERNES PLUVIALES

  • 8 On en retrouve jusque dans certaines cavités sous dalle habitables, alimentées dans ce cas par ce q (...)
  • 9 Il convient de ne pas interpréter ces aménagements comme des regards d’un réseau d’adduction, leque (...)

24Lorsqu’elles sont destinées prioritairement à la satisfaction des besoins domestiques des cultivateurs sédentaires ou semi-nomades, il convient que les citernes se trouvent peu éloignées des sites habités. C’était le cas pour les « villes mortes » des massifs calcaires de Syrie du Nord, où l’on voit qu’elles jouxtaient les maisons, voire étaient englobées à l’intérieur, contre un des murs externes8. Dans les villages modernes, on en dénombre ainsi qui se distribuent au long des ruelles imperméabilisées par le piétinement9. Aux temps anciens, il est arrivé que les citernes destinées à un grand nombre de consommateurs soient regroupées dans un espace spécifique non construit (Rasm al‑Aḥmar 3, cf. ci-dessous).

  • 10 Mare artificielle.

25À l’échelle régionale, la répartition spatiale et la densité des citernes pluviales varient considérablement. En plaine, elles se font plutôt rares dès lors que la pluviosité dépasse 300 mm/an : les sédentaires y disposent de birkas10 (surtout là où les sols sont enrichis en argile par la décomposition des basaltes) et de puits soutirant une nappe phréatique logée à faible profondeur. Pourtant, en montagne, la topographie est moins propice au fonçage des puits artisanaux de sorte que les citernes redeviennent nombreuses : c’est entre autres le cas des massifs calcaires de la Syrie du Nord, qui reçoivent plus de 400 mm/an. On en trouve beaucoup sur T affleurement du Tortonien détritique (p. ex. les citernes de campagne autour d’Idlib, destinées à l’irrigation des oliveraies) aussi bien que sur le Nummulithique subrécifal (citernes villageoises).

  • 11 À peu de distance du barrage, généralement à sec, du Wādī al‑Qasṭal, nous avons remarqué un campeme (...)

26Elles jouent un rôle essentiel dans la steppe aride (P entre 300 et 200 mm/an), car les birkas se font rares (al‑Šākūsiyya 1, Tabārat al‑Zbīb 2)11 comme les puits. Toutefois il faut bien recourir à elles sur la meseta du Ǧabal al‑ʿAlā, profondément disséquée par des oueds divergents et pénalisée par la perméabilité du basalte fissuré.

27Dans la steppe désertique, plus à l’est, ainsi que sur la retombée du massif palmyrénien, elles jouent un rôle essentiel, non seulement pour les Bédouins, mais aussi pour leurs troupeaux, d’où la dissémination des citernes de campagne assez largement distribuées autour de sites saisonnièrement occupés : Rasm Abū Kaʿyran 2 et 3 ainsi que Sirrat al‑Šafā (sur ces trois sites, elles étaient toujours utilisées en 1999) ; Umm Wādī 2 ; Tilāl al‑Buma 4. Dans ce cas, elles ne sont pas coiffées de margelles. Elles voisinent avec les aménagements frustes qui retiennent l’eau dans les kamenitsas qui ornent les affleurements des calcaires oligocènes (bastion de ’Iṯriyā) ou crétacés (arc collinéen et versant nord du Ǧabal al‑Balʿas). Ces points d’eau très temporaires ont précocement attiré les chasseurs du Néolithique qui savaient déjà augmenter le volume d’eau stockée et en prolonger la durée en édifiant une levée semi-circulaire à l’aide de blocs de pierres jointoyés par de la terre : les kamenitsas et les « mares aménagées » de Tulūl al‑Ḥafyān 5 nous ont permis de collecter des pointes de flèches dites « de Byblos », datées du PPNB récent/final (Geyer et Coqueugniot 2013).

LA CITERNE, ÉLÉMENT DÉTERMINANT DE L’APPROPRIATION DE NOUVELLES TERRES

  • 12 Un secteur est considéré comme répulsif dès lors que les ressources en eau disponibles naturellemen (...)

28La citerne est donc un indice de rareté de l’eau et dénote une volonté de la stocker et d’en constituer des réserves, afin de pouvoir en bénéficier en période de pénurie. Elle fut un des moyens mis en œuvre par les hommes pour pouvoir non seulement pénétrer plus durablement mais aussi s’installer, que ce soit de manière permanente ou, plus fréquemment, temporaire, dans des secteurs secs et répulsifs12.

29Cependant, son usage quasi systématisé comme moyen d’appropriation de nouvelles terres est relativement récent et d’autres techniques d’acquisition de l’eau ont été mises en œuvre auparavant pour permettre l’accès à des zones répulsives.

30Ainsi, peut-être dès l’Épipaléolithique, en tout cas dès le Néolithique (PPN), kamenitsas et « mares aménagées » ont autorisé, dans le bastion de ’Iṯriyā et sur les contreforts des Palmyrénides, très arides, l’installation, probablement temporaire, de groupes qui pratiquaient notamment des activités cynégétiques et y trouvaient des ressources en matériaux lithiques (Geyer et Coqueugniot 2013). Au Bronze ancien, ce sont des puits qui ont permis la mise en valeur des terres, fertiles mais dépourvues de ressources en eau en accès direct, des mesetas du Ǧabal al‑Has et du Ǧabal al‑ʿAlā (Geyer 2009).

Le développement des citernes

  • 13 Une des limites de la prospection est de ne pouvoir aisément préciser la datation d’un aménagement (...)
  • 14 Dans la région des Marges arides, un seul aménagement hydraulique s’apparentant à une citerne et da (...)

31Pour autant que nous puissions en juger13, dans la steppe des Marges arides de Syrie du Nord, l’aménagement de citernes en nombre est un phénomène relativement récent, en tout cas pas antérieur à l’âge du Fer14.

  • 15 Nous remercions vivement Jacques Cazeaux qui nous a fourni la liste exhaustive des occurrences du m (...)

32C’est d’ailleurs à cette période que l’on peut attribuer le plus vraisemblablement les quelques informations relatives aux citernes, fournies par la Bible15. Ces informations, fort peu nombreuses, ne nous donnent que peu de renseignements techniques, à quelques exceptions près : une mention d’une loi obligeant à couvrir sa citerne (Exode, 21, 33‑34) ; une autre soulignant le fait qu’une citerne peut être fissurée (Jérémie, 2, 13), d’où l’on peut déduire qu’elle est probablement cimentée. Le mot désigne fréquemment une prison (Jérémie, 38), voire le séjour des morts (Jérémie, 41, 7, 9 ; Proverbes, 28, 17), parfois une cache (1 Samuel, 13, 6), occasionnellement un piège mortel (Genèse, 37, 20‑29). Elle peut également servir de point de repère dans une localisation (1 Samuel, 19, 22 ; 2 Rois, 10, 14). Elle peut être sans eau (Zacharie, 9, 11) ou boueuse (Psaume, 40, 3). Hélas, aucun de ces textes ne mentionne explicitement des citernes que l’on pourrait situer dans la campagne, encore moins dans la steppe. J. Cazeaux (comm. pers.) en conclut que, si la Bible n’apporte rien sur les dimensions, le creusement, l’alimentation, les enduits, les origines, les couvertures, elle témoigne cependant, avec plus ou moins d’anachronismes, de l’existence de citernes, et de leur emploi réel (comme point d’eau p. ex.) ou métaphorique (comme prison ou resserre).

33Parmi les 71 sites de l’âge du Fer que nous avons recensés, seuls 7 ont révélé une ou plusieurs citernes (fig. 15) Parmi ces derniers, seul un site, Ḍahrat ʿAqārib 2 (99/087a), a fourni uniquement de la céramique de l’âge du Fer (indéterminé). Un autre, Lālā 1 (10/046), était occupé à l’âge du Fer 2 mais déjà au Bronze ancien IV et au Bronze moyen II, et a livré également un peu de céramique hellénistique. Les cinq autres ont tous connu des occupations postérieures, aux époques romaine, byzantine et/ou ayyoubide. Ces résultats s’inscrivent dans ce que l’on connaît pour la partie orientale du bassin méditerranéen, où les plus anciennes citernes ont été fouillées en Palestine et datées du milieu du IVe s. av. J.‑C. (Brinker 1990, p. 10). Elles sont creusées dans la roche, avec une forme irrégulière qui s’uniformise peu à peu pour donner le type le plus répandu, en forme de bouteille ou de cloche.

34Sur les 161 sites occupés à l’époque hellénistique, seuls 27 ont révélé une ou plusieurs citernes (fig. 16) : tous sauf un ont connu des réoccupations postérieures.

  • 16 Nous employons le terme « romain tardif » pour désigner la période des IIIe et IVe siècles ap. J.-C

35Ce n’est qu’à partir de l’époque romaine (fig. 17) que le nombre de sites avec citerne(s) augmente notablement : 93 sur 368, dont 19 avec une occupation attestée uniquement pour l’époque romaine. À l’époque romaine tardive16 (fig. 18), la moitié des sites sont équipés de citernes (33 sur 67). Parmi ceux-ci, 6 sont occupés uniquement à cette période.

36Les chiffres pour l’époque byzantine (fig. 19) sont encore un peu plus élevés, avec 130 sites avec citerne(s) sur 429, dont 44 sans période plus « récente » représentée dans les ramassages de céramique.

  • 17 La prospection réalisée dans la région a révélé que celle-ci avait été largement abandonnée, en tou (...)

37Pour l’époque islamique, le nombre de citernes reflète la baisse du nombre des sites : 40 sites avec citerne(s) sur 149 pour l’époque omeyyade (fig. 20) dont 4 uniquement de cette période, 19 sur 98 pour l’époque abbasside (fig. 21), 2 sur 8 pour l’époque seljoukide17 et 72 sur 230 pour l’époque ayyoubide (fig. 22), avec 7 sites à citerne(s) occupés uniquement à cette période.

38L’occurrence des margelles de citernes (fig. 23) en fonction des périodes montre que leur proportion double à partir de l’époque omeyyade (25 % des citernes des sites occupés à cette période portent des margelles), alors qu’elle n’augmentait que peu depuis l’époque hellénistique (de 7 % à 13 %). Une des explications possibles de ce phénomène pourrait être que les sites des débuts de l’époque islamique sont concentrés dans les secteurs d’agriculture sédentaire, où les aménagements sont plus développés que dans ceux qui accueillent surtout des sites temporaires. Il se peut également que les margelles de citernes anciennes aient été réutilisées sur les sites les plus récents.

39Même s’il est évident que des citernes nous ont échappé lors de la prospection, soit parce qu’elles étaient situées à distance des sites, soit qu’elles aient été comblées ou détruites, ces chiffres sont éloquents. Dans la steppe des Marges arides de Syrie du Nord, c’est aux époques romaine, byzantine et ayyoubide que la multiplication des citernes a autorisé l’appropriation de terres situées dans des zones répulsives, bien au-delà des quelques micromilieux favorisés qui auraient pu être occupés à l’âge du Fer et surtout à l’époque hellénistique.

40Si l’on compare le pourcentage des citernes utilisées d’une période à l’autre par rapport au nombre total de sites par période (fig. 24), c’est l’époque romaine tardive qui domine nettement. Dans ce cas, seule la mention de citernes associées à un site a été prise en compte, indépendamment du nombre de citernes par site, et nous verrons plus loin qu’elles sont particulièrement nombreuses sur ceux occupés à l’époque romaine tardive dans le massif des Palmyrénides (voir infra tabl. 1). La comparaison avec le pourcentage de puits par période (fig. 25) montre que c’est également à l’époque romaine tardive que la proportion des puits est la plus faible. Le peuplement de cette période semble donc le plus dépendant des citernes pluviales.

La répartition spatiale des citernes

41Les cartes représentant la répartition spatiale des sites à citerne(s) aux différentes époques sont elles aussi éloquentes. Ainsi, les sept sites sur lesquels nous avons repéré une ou deux citernes et qui sont attestés notamment à l’âge du Fer (fig. 15) sont situés non seulement dans le quart sud-ouest de notre région, bien arrosé, mais aussi dans des contextes qui offrent, d’une part, des ressources en eau aisément disponibles (plaine de Salamya, vallées du Wādī d’al‑Hirš et du Wādī al‑Muwayliḥ, vallon de tête de réseau sur le Ǧabal al‑ʿAlā) et, d’autre part, des sols relativement fertiles. Dans ces cas, on peut considérer que la citerne n’était pas une nécessité impérative et, en tout cas, pas un élément déterminant de l’appropriation des terres.

42Il en va de même à l’époque hellénistique, même si les sites sur lesquels nous avons pu repérer des citernes sont un peu plus nombreux et si leur aménagement a pu, dans quelques rares cas, permettre des installations dans des zones à fortes contraintes. En effet, seuls trois sites (al‑Ḫāfiyya, Wādī Dbīs al‑Šarqī 2 et Fayḍat ahmāz, cf. fig. 16) sont localisés dans des secteurs qui sont à la fois peu attractifs pour la mise en valeur agricole et répulsifs du fait de trop faibles ressources en eau. Tous les autres sont implantés dans la moitié ouest de la région, dans des secteurs qui, s’ils ne sont pas tous très favorables à l’installation et à la mise en valeur, assurent des ressources minimales. Dans ces conditions, on ne saurait prétendre que les citernes aient pu jouer, sauf cas particulier, un rôle crucial dans la conquête de nouvelles terres.

43Il en va tout autrement à la période romaine. Hormis dans les secteurs les plus évidemment répulsifs – sebkhas et chotts, plateformes gypseuses, et sur le plateau calcaire d’al‑ʿAlanda où elles restent rares jusqu’à l’époque byzantine (cf. ci-dessous) – les citernes sont disséminées un peu partout (fig. 17). On note que c’est dans le quart sud-est de la région étudiée qu’elles se révèlent les plus nombreuses, secteur qui n’avait jusqu’alors été que peu ou pas occupé, alors même que les contraintes liées à l’aridité, climatique et édaphique, y sont particulièrement sévères. Cette extension dans des terres précédemment peu mises en valeur semble s’être produite durant l’ensemble de l’époque romaine et s’être densifiée dans l’extrême sud-est de notre région durant l’époque romaine tardive (fig. 18).

44Le mouvement d’appropriation des terres fondé sur l’aménagement en nombre de citernes se poursuit durant l’époque byzantine (fig. 19) avec, d’une part, une augmentation de leur proportion, de l’ordre de 10 % (8,95 % de sites avec citernes occupés uniquement à l’époque romaine tardive et 10,25 % à l’époque byzantine ; cf. fig. 24) et, d’autre part, leur multiplication dans deux secteurs jusqu’alors peu occupés : le bastion de ’Iṯriyā et le plateau d’al‑ʿAlanda. C’est bien à l’époque byzantine que le processus d’appropriation de nouvelles terres dans la steppe aride, commencé à l’époque romaine, atteint son maximum (Geyer et Rousset 2001).

Fig. 15 – Sites de l’âge du Fer associés à des citernes.

Fig. 16 – Sites d’époque hellénistique (IIe-Ier s. av. J.‑C.) associés à des citernes.

Fig. 17 – Sites d’époque romaine (Ier-IIe s. ap. J.‑C.) associés à des citernes.

Fig. 18 – Sites d’époque romaine tardive (IIIe-IVe s. ap. J.‑C.) associés à des citernes.

Fig. 19 – Sites d’époque byzantine (Ve-VIe s. ap. J.‑C.) associés à des citernes.

Fig. 20 – Sites d’époque omeyyade (VIIe-VIIIe s. ap. J.‑C.) associés à des citernes.

Fig. 21 – Sites d’époque abbasside (IXe-Xe s. ap. J.‑C.) associés à des citernes.

Fig. 22 – Sites d’époque ayyoubide (XIIe-XIIIe s. ap. J.‑C.) associés à des citernes.

Fig. 23 Occurrence des margelles de citernes en fonction des périodes.

Fig. 24 – Pourcentages des sites à citerne(s) par rapport au nombre total de sites, par période (% max citernes = pourcentage des sites à citerne[s] par rapport au nombre total de sites, pour la période considérée ; % min citernes = pourcentage des sites à citerne[s] par rapport au nombre total des sites datés de cette seule période).

Fig. 25 – Pourcentages des sites à citernes et des sites à puits par rapport au nombre total de sites, par période (% max citernes ou % max puits = pourcentage des sites à citerne[s] ou des sites à puits par rapport au nombre total de sites, pour la période considérée ; % min citernes ou % min puits = pourcentage des sites à citerne[s] ou des sites à puits par rapport au nombre total des sites datés de cette seule période).

45Les terres dévolues à l’élevage à l’époque byzantine (voir Geyer et Rousset 2001, p. 117 et fig. 3, zone III) continuent à être exploitées de la même manière à l’époque omeyyade, si l’on en croit la carte de répartition des citernes de cette période (fig. 20). La continuité d’un élevage organisé dans ce secteur est corroborée par la permanence de l’occupation de la plupart des gros bourgs avec des enclos de parcage et des marchés aux bestiaux (Rousset et Duvette 2005), comme Rasm Hawiyat al‑Šayba et Rasm al‑Aḥmar 3.

46La répartition des citernes à l’époque abbasside (fig. 21) montre deux ensembles : l’un au sud-ouest de la grande fayda centrale et l’autre, séparé du premier par une zone vide, formant une ligne orientée nord-est - sud-ouest, qui passe par le plateau d’al‑ʿAlanda. L’absence de citernes dans la zone centrale de la région s’explique par la présence des qanāts qui assuraient l’alimentation en eau des sites abbassides, avec un stockage dans les grands réservoirs terminaux (Rousset 2010). Mais le secteur entre Abū al‑Ḫanādiq et Qaṣr Ibn Wardān, sans qanāt, dépend des citernes. La ligne dessinée par la répartition des citernes orientales joint ’Iṯriyā à Qasṭal et pourrait correspondre à un ancien itinéraire entre les sites mentionnés par les auteurs arabes comme étant des étapes (Geyer et Rousset 2011). Au-delà de la région des Marges arides, vers le nord-est, la piste rejoindrait Bālis et Manbig, sièges d’importantes propriétés au début de l’époque abbasside (Rousset 2013). L’usage de la citerne, à cette époque, correspondrait aux nécessités de l’alimentation en eau sur les itinéraires et ne serait plus forcément liée à une activité d’élevage.

47Le nouveau développement de l’élevage nomade, à l’époque ayyoubide, dans la zone à l’est d’une ligne passant par ’Iṯriyā et Qasṭal, s’appuie lui aussi sur la citerne (fig. 22). Les pâturages de montagne sont appréciés, et une grande partie des sites qui se sont développés à partir de l’époque romaine et surtout à l’époque romaine tardive dans les Palmyrénides sont réoccupés, ainsi que les sites byzantins du bastion de ’Iṯriyā. En revanche, la zone qui était dévolue à l’élevage à l’époque byzantine (voir Geyer et Rousset 2001, p. 117 et fig. 3, zone III) n’a pas de citerne en activité à l’époque médiévale. Les terrains de parcours ne sont donc pas les mêmes.

DES CITERNES DANS LA STEPPE À L’ÉPOQUE ROMAINE

48Parmi les nombreux sites fondés à l’époque romaine et qui ont vu leur implantation liée directement à l’aménagement d’une citerne, nous avons choisi des exemples qui nous semblaient caractéristiques des différents modes de mise en valeur que nous avons pu rencontrer.

Des villages d’éleveurs

Wādī al‑Salma (00/110)

49Wādī al‑Salma (fig. 26 ; pour la localisation du site, cf. fig. 17) a livré de la céramique d’époque romaine et romaine tardive (présente en quantité sur de petits dépotoirs), ainsi qu’un peu de céramique d’époque omeyyade et des artefacts lithiques datant probablement du PPNB. Il s’agit, pour l’époque romaine et dans un contexte d’aridité marquée, d’un grand site (500 m de long), caractérisé par un nombre important de cavités (une vingtaine, avec leurs tas de déblais) fréquemment associées à de petits bâtiments, le tout étant plus ou moins perturbé par des cercles de pierres postérieurs. Une cavité présente un dromos à escalier. Sur le haut de la pente qui accueille le site, des ensembles répétitifs de deux ou trois cavités, délimités par un mur de 0,75 m de large formant des enclos le plus souvent quadrangulaires, sont eux aussi partiellement détruits par des cercles de pierres. À mi-versant, plusieurs bâtiments à pièces alignées, avec des murs de 0,60 à 0,75 m de large et des pièces d’environ 5 m de côté, sont eux aussi associés à des cavités et à des cercles de pierres postérieurs. Les cercles sont construits en gros blocs de dalle calcaire, souvent dans la partie creuse des anciennes cavités aux auvents effondrés. Ils ont aussi en partie réutilisé les pierres des enclos quadrangulaires.

  • 18 Pour les liens entre mares aménagées et artefacts du PPNB, voir Geyer et Coqueugniot 2013.

50Plusieurs citernes ont été repérées, dont deux très nettes avec des déblais retenus dans un cas par un muret. D’autres citernes ont été comblées. Notons la présence, d’une part, d’une mare aménagée (fig. 27) avec muret de blocs de dalle dressés, peut-être liée à l’occupation PPNB18 et réaménagée récemment avec une levée de terre et, d’autre part, d’une birka sur le bas du versant.

Fig. 26 – Plan schématique du site de Wādī al‑Salma (relevé M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides), sur une image aérienne Bing (© 2012 Microsoft Corporation).

51L’ensemble se trouve en position d’interfluve sur la surface à dalle d’un ancien glacis et sur la pente regardant vers l’est, à la faveur d’une dissymétrie de versant marquée.

52Situé dans une zone qui ne reçoit qu’entre 150 mm et 200 mm de précipitations par an, Wādī al‑Salma semble avoir accueilli des installations temporaires récurrentes qui ne pouvaient profiter que de citernes pour assurer leur approvisionnement en eau. La seule activité agricole envisageable pour ce site, implanté sur un glacis à dalle calcaire largement décapée, soumis à une aridité climatique et édaphique qui n’autorise guère la culture, est l’élevage. L’hypothèse est confortée par la présence en nombre de cavités sous dalle, associées à l’élevage itinérant (Rousset 2011, p. 127‑129).

Des fermes d’élevage dans un contexte environnemental ayant pu permettre quelques cultures

Fayḍat Marʿī 3 (97/139)

53Fayḍat Marʿī 3 (fig. 28 ; pour la localisation du site, cf. fig. 17) est un site qui a livré uniquement de la céramique d’époque romaine. Il est constitué d’un bâtiment, marqué au sol par des arases de murs en moellons de dalle calcaire et des buttes rases de leben attestant d’une élévation en brique crue. Plusieurs grandes cavités sous dalle se trouvent à proximité (fig. 29), dont une avec puits de lumière. Quelques arases de murs médiocres marquent probablement l’emplacement de bâtiments d’exploitation. Le tout est installé en bas de versant, sur une dalle de pente. Sur le sommet d’une petite butte taillée par l’érosion régressive dans le glacis qui domine le site, se trouve un cimetière, pillé, d’une douzaine de tombes.

Fig. 27 – Mare aménagée sur le site de Wādī al‑Salma (cliché B. Geyer, © mission des Marges arides).

Fig. 28 – Fayḍat Marʿī 3. Vue prise depuis la butte du cimetière : à droite, au deuxième plan, le site et à l’arrière-plan la fayda (cliché J. Besançon, © mission des Marges arides).

Fig. 29 – Fayḍat Marʿī 3. Au premier plan, traces fugaces de bâtiment et, derrière, trois cavités sous dalle (cliché J. Besançon, © mission des Marges arides).

  • 19 Type de fayda qui se développe sur des fragments du glacis fondamental, mis en relief par les incis (...)

54La seule ressource en eau identifiable est constituée par deux citernes de bas de versant, en lisière d’une fayda intercalaire19.

55Il s’agit d’une ferme isolée, occupée probablement de manière récurrente par des semi-sédentaires pratiquant l’élevage et éventuellement un peu de culture dans la fayda.

Fayḍat Marʿī 1 (97/132, 99/420)

56Fayḍat Marʿī 1 (fig. 30 ; pour la localisation du site, cf. fig. 17) n’a livré que de la céramique d’époque romaine et est fort semblable à Fayḍat Marʿī 3. Des arases de murs y dessinent les plans de bâtiments de cinq à six pièces en enfilade, et de constructions annexes. À l’emplacement des pièces, seules des buttes de leben rases attestent de superstructures de briques crues. À proximité, deux cavités sous dalle donnent à penser qu’étaient pratiquées des activités liées à de l’élevage.

57La seule ressource en eau est constituée par une citerne, aménagée à 50 m au nord du site. L’ensemble est implanté en bordure d’une fayda intercalaire, sur la pente de raccordement d’un vieux glacis à dalle, qui offrait quelques possibilités de cultures et, en tout cas, de bons pâturages saisonniers. Il s’agit là probablement d’une petite ferme, sans enclos, peut-être de semi-sédentaires.

58Dans ces deux cas, situés dans une zone qui ne reçoit actuellement qu’entre 200 mm et 250 mm de précipitations moyennes annuelles, l’élément attractif a été très probablement la présence de la fayda et les possibilités de pâture et éventuellement de culture qu’elle offrait. Mais une installation à l’écart des oueds qui entaillent ici profondément les glacis signifiait également qu’on se mettait à l’écart de la ressource que représentent les inféroflux. Dès lors, la solution la plus efficace et la plus aisée à mettre en œuvre était la citerne.

Fig. 30 – Plan schématique de Fayḍat Marʿī 1 (relevé M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides), sur une image aérienne GoogleEarth (© 2012 Google).

Des fermes d’élevage dans un contexte environnemental ne permettant pas la culture

Ǧibāl al‑Tanāhiǧ 1 (99/115)

59Ǧibāl al‑Tanāhiǧ 1 (fig. 31 ; pour la localisation du site, cf. fig. 17) a livré de la céramique d’époque romaine ainsi qu’un peu de céramique ayyoubide, provenant probablement d’une réoccupation de moindre importance. Des arases de murs (d’environ 0,75 m de large) en moellons calcaires dessinent un quadrilatère d’environ 47 m sur 45 m de côté. À l’intérieur des murs du quadrilatère, les subdivisions des bâtiments internes construits en murs plus étroits (environ 0,50 m) sont plus difficilement discernables. Aucune butte de leben n’est visible, laissant penser que les élévations étaient peu importantes. Un ensemble de quatre ou cinq cavités, associées à des tas de déblais (fig. 32) a été creusé à l’est du bâtiment principal, entre celui-ci et l’oued qui serpente au pied du site. Situé peu au sud, un de ces tas de déblais probablement produits au moment du creusement des cavités a servi de dépotoir.

60Situées également au nord du bâtiment principal, trois citernes au moins assuraient les ressources en eau nécessaires à cette implantation, probablement semi-sédentaire. L’ensemble est localisé en amont du cône de Ǧbāb Tanāhiǧ, et est implanté en rive gauche de l’oued générateur du cône, sur un replat dallé. De nombreux emplacements de tentes sont visibles aux environs, notamment au sud où se déploie la vaste surface légèrement mamelonnée d’un « plateau » intérieur. De nos jours, de nombreux troupeaux profitent de ce vaste espace de pâture.

Fig. 31 – Plan schématique de Ǧibāl al‑Tanāhiǧ 1 (relevé B. Geyer, © mission des Marges arides), sur une image aérienne Bing (© 2012 Microsoft Corporation).

Fig. 32 – Enfilade de cavités et tas de déblais à Ǧibāl al‑Tanāhiǧ 1 (cliché B. Geyer, © mission des Marges arides).

Wādī al‑Zārūb 8a (97/067, 00/109, 02/127)

61Wādī al‑Zārūb 8a (fig. 33 ; pour la localisation du site, cf. fig. 17) est daté de l’époque romaine, mais a livré un peu de céramique d’époque ayyoubide. Des murs arasés, construits en blocs de dalle bruts, dessinent le plan d’un bâtiment en L et d’un enclos enfermant deux cavités sous dalle. Une autre cavité est visible à peu de distance, au nord du bâtiment. À l’ouest du site se trouvent deux tombes à cercle, quelques arases de murs frustes, peut-être une petite birka épierrée et une petite mare sur kamenitsa.

62Seule ressource en eau « pérenne » discernable, une citerne est localisée à quelques dizaines de mètres au nord du bâtiment en L. L’ensemble est situé à l’écart de la vallée du Wādī al‑Zārūb, sur la surface d’un vieux glacis carapaçonné par une dalle calcaire conglomératique très dure. Du fait de la présence de cette dalle subaffleurante, le secteur est pauvre et ne bénéficie que d’une végétation clairsemée (fig. 34).

63Nous sommes là probablement en présence d’une ferme isolée de semi-sédentaires, qui pratiquaient l’élevage saisonnier.

64Ces deux implantations se situent dans une zone qui ne reçoit qu’entre 150 mm et 200 mm de précipitations moyennes annuelles, dans un contexte où l’aridité climatique est accentuée par une aridité édaphique liée à la lithologie (calcaire). Les possibilités de mise en culture sont donc à priori très restreintes, limitées à des micromilieux (faydas, fonds d’oueds élargis), non présents dans les environs de Ǧibāl al‑Tanāhiǧ 1, de surface très restreinte à proximité de Wādī al‑Zārūb 8a. Dans ces conditions, la seule activité agricole possible est l’élevage. Les pâturages étant eux aussi soumis à l’aridité ambiante, seul un élevage saisonnier est envisageable, ce qui renforce l’hypothèse d’un site à occupation temporaire. Comme dans les cas précédents, la citerne est l’aménagement idéal dans ce type de milieu où l’eau de surface est rare, limitée aux écoulements temporaires des oueds et aux ruissellements sur les versants.

Des citernes de campagne dans la montagne

Rasm Abū Kaʿyran 2 (99/267)

65Ce site (pour sa localisation, cf. fig. 17), qui n’a livré que de la céramique d’époque romaine tardive, est composé d’une citerne de grande taille avec des rigoles d’amenée d’eau établies le long du versant. Il s’agit d’un aménagement ancien mais curé récemment et muni d’une fermeture bétonnée. Les déblais de nettoyage recouvrent les déblais de creusement, retenus par des pierres. Cette citerne est associée à une série de citernes de talweg visibles sur les images aériennes. La plus septentrionale est située à environ 200 m au nord-est. Une autre a été observée par nous à environ 500 m au sud, puis deux autres sont visibles, sur les images aériennes, jusqu’à Rasm Abū Kaʿyran 3, ensemble de quatre citernes en enfilade sur un talweg, celle en amont étant pourvue d’un petit barrage de dérivation.

Fig. 33 – Plan du site de Wādī al‑Zārūb 8a (relevés B. Chalich, C. Duvette, J.‑C. Moncel et H. Morel, © mission des Marges arides).

Fig. 34 – Surface de glacis ancien avec dalle subaffleurante près de Wādī al‑Zārūb 8a (cliché J. Besançon, © mission des Marges arides).

Fig. 35 – Répartition des citernes dans la région de Rasm Marwān (croquis M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides), sur une image aérienne Bing (© 2012 Microsoft Corporation).

66Cette série d’une douzaine de citernes est installée sur un même oued ou non loin (le Wādī Ḥasiyya), chacune étant distante de sa voisine d’environ 500 m, à l’ouest du site de Rasm Marwān (99/269 ; fig. 35). L’ensemble citernes et site est lui-même entouré d’une zone « vide », et de la céramique romaine tardive a été retrouvée à la fois sur certaines d’entre elles et sur le site. Il s’agit donc, à cette période, d’un seul et même ensemble. Ces citernes assuraient l’alimentation en eau du bétail dont l’élevage était la raison d’être des agglomérations de la région. Le site de Rasm Marwān correspond au Kheurbet Farouane partiellement fouillé par D. Schlumberger (1951, p. 25‑26). Il s’agit d’une agglomération de 350 x 160 m, composée d’une douzaine de grandes maisons relativement espacées les unes des autres, avec des enclos rectangulaires et des pièces le long des murs. La plupart sont pourvues de cavités dans les cours. Un grand enclos est isolé au nord, ainsi qu’un grand bâtiment, d’environ 55 m de côté, au sud-est. Les citernes sont nombreuses, avec des réaménagements hydrauliques de pente postérieurs : l’acheminement de l’eau a été dégagé, avec parfois un vrai terrassement, jusqu’à la roche lisse.

67D. Schlumberger a fouillé un petit temple dans lequel il a découvert plusieurs bas-reliefs inscrits, dont celui des Génies, daté de 191 ap. J.‑C., qui indique le nom de la localité – Bet-Phasiêl –, et une autre inscription datée de 238‑239 ap. J.‑C. (Schlumberger 1951, p. 156‑158). La céramique que nous avons ramassée atteste l’occupation du site aux époques romaine, romaine tardive, byzantine, omeyyade et ayyoubide.

  • 20 Deux autres sites étudiés par D. Schlumberger ont été prospectés par la mission « Marges arides » : (...)

68Dans son étude sur « les villages montagnards » dans La Palmyrène du Nord-Ouest, D. Schlumberger souligne le fait que les citernes sont « extraordinairement nombreuses » et que « le plus petit hameau en possédait plusieurs » (Schlumberger 1951, p. 10). Cependant, à aucun moment il ne mentionne la présence des cavités à puits de lumière et dromos d’accès, que nous avons observées sur nombre de sites occupés à l’époque romaine tardive, dont ceux fouillés par lui (Rousset 2011)20. Le système d’éclairage de ces salles souterraines peut aisément être confondu avec l’embouchure d’une citerne dans la mesure où il s’agit dans les deux cas d’orifices circulaires de même diamètre. Néanmoins, la disposition et la nature des déblais associés permettent de les distinguer : ceux des citernes sont disposés en aval de l’entrée d’eau et composés de limons extraits des curages, qui recouvrent les déblais de creusement, tandis que ceux des cavités sont « pierreux et blanchâtres » car ils proviennent uniquement du creusement. Il est par conséquent fort probable que certaines des excavations interprétées par D. Schlumberger comme étant des citernes soient en fait des cavités souterraines associées aux maisons. En revanche, les citernes isolées, situées à distance de l’habitat, n’avaient pas été notées dans sa publication. Il demeure cependant que le nombre des citernes sur ces sites de montagne est important et qu’elles sont de grande taille. Le tableau ci-contre (tabl. 1) rassemble les principaux sites du Ǧabal al‑Balʿas occupés à l’époque romaine tardive et donne une idée du nombre de citernes sur les sites et dans les environs (dans un rayon d’environ 500 m autour du site). Là encore, la datation fournie par la céramique montre que l’époque romaine tardive est celle au cours de laquelle le plus grand nombre de citernes est construit, au moins pour ce qui est de l’intérieur des agglomérations. L’occupation de l’époque byzantine dans ce secteur ne s’inscrit que dans la continuité des implantations précédentes, car, d’une part, aucun site nouveau n’est construit à cette période et, d’autre part, seule une partie des sites occupés aux IIIe‑IVe siècles continue à être habitée.

69Comme l’indiquait D. Schlumberger (1951, p. 131‑133), ces citernes n’ont pu servir qu’à abreuver hommes et animaux et n’ont en aucun cas été utilisées pour l’irrigation. Il considère que c’est grâce aux citernes qu’ont pu s’établir ces villages qui abritaient « des nomades, fraîchement et à demi fixés au sol ». L’aménagement des citernes sur une grande échelle se serait effectué grâce aux concours des capitaux des grands marchands palmyréniens, la région étant dépendante de la ville de Palmyre. Cette hypothèse est confirmée par la présence, pour cette époque et dans cette partie des Marges arides, de types céramiques provenant de Palmyre (par exemple la céramique culinaire, Rousset 2010).

DES CITERNES DANS LA STEPPE À L’ÉPOQUE BYZANTINE

70À l’époque byzantine, comme à l’époque romaine, la citerne permet la survie des hommes et de leurs animaux sur différents types d’implantation, ainsi que dans des secteurs de steppe aride, jusque-là délaissés.

Des villages d’éleveurs

Rasm al‑Aḥmar 3 (95/135, 96/040, 97/110, 02/108, 04/001)

71Le très grand site de Rasm al‑Aḥmar 3 (pour sa localisation, cf. fig. 19) a été occupé aux périodes byzantine, omeyyade et abbasside. Il s’étend sur 850 m environ du nord au sud et sur 700 m environ d’est en ouest (fig. 36, plan dans Rivoal 2011b, p. 153 et dans ce volume, p. 175, fig. 5) et présente de nombreuses installations espacées, marquées au sol par des arases de murs et des buttes de terre crue. Comme à Ǧbāb Tanāhiǧ, l’ensemble de l’agglomération est fermé sur l’extérieur, soit, comme à l’est, par les murs jointifs des bâtiments ou des murs qui les relient (l’une des maisons, à l’est, a un mur large de 1,20 m qui s’appuie contre l’enclos de la maison au sud), soit par un réseau d’enclos à l’ouest et au sud. Côté sud, l’agglomération est limitée par un mur sur lequel vient se greffer le grand enclos méridional. Des masses de terre crue imposantes marquent l’emplacement de grands bâtiments. L’un d’eux, rectangulaire, orienté nord-sud et plus massif (70 x 40 m), domine le site à l’ouest : sa porte est encore en place, avec jambages et linteau ; les briques ont des joints en mortier gris bien lissé (comme à Ḫirbat al‑Ǧāʿad ci-dessous), et les murs étaient recouverts d’enduit gris. Trois cavités sous dalle subsistent au nord-est de ce gros bâtiment. Les maisons sont composées de bâtiments en brique crue (murs larges de 0,75 m), au sein d’enclos quadrangulaires en moellons de dalle. Dans la partie est de l’agglomération, plusieurs importants tas de déblais gris – des dépotoirs – ont été installés sur des structures plus anciennes.

Site

Citernes sur site

Citernes alentour

Datation céramique

Rasm Marwān (99/269)

10

13

romain (peu)
romain tardif
byzantin
omeyyade
ayyoubide (peu)

Rasm Marzūqa 1 (99/265)

13

1

romain tardif

Rasm Marzūqa 2 (99/270)

14

6

romain tardif

Sirrat al‑Šafā (98/152)

7

6

romain tardif

Ǧibāl al‑Makāmīn (99/280)

5

2

romain
romain tardif

Rasm Mardaġāna (00/282)

12

2

romain
romain tardif
byzantin
ayyoubide

Tilāl al‑Āṣīla (98/153)

1

9

romain
romain tardif
omeyyade
ayyoubide

Wādī Dbīs al‑Šarqī 2 (99/177)

14

9

hellénistique
romain
romain tardif
byzantin
omeyyade (peu)
abbasside

Rasm Kandūš (97/085)

25

6

romain
romain tardif
byzantin

Ǧibāl Abū al‑Ḍuhūr (99/278)

3

4

romain tardif
byzantin
ayyoubide (peu)

Sahl al‑Ṣawāna 2 (99/277)

10

5

romain
romain tardif
ayyoubide

Rasm Ǧdayyid (00/142)

3

0

romain
romain tardif
byzantin (peu)
ayyoubide

Rasm Ǧadīda (99/275)

5

4

?

Ruǧum al‑Ḥayya (00/139)

4

6

romain tardif
ayyoubide (peu)

Tulūl al‑Ṣamta 2 (00/135)

1

5

romain
romain tardif
byzantin (peu)
ayyoubide (peu)

Tableau 1 – Nombre de citernes observées sur les agglomérations et dans les environs proches (d’après la prospection sur le terrain et les images aériennes Bing et GoogleEarth).

72Parmi le mobilier observé ou recueilli sur le site se trouvaient une grande plaque de marbre blanc avec une bordure moulurée, brisée en de nombreux fragments, une colonnette en marbre et une base de moulin tronconique en basalte. Le dernier bâtiment au sud-est du site comportait au moins une pièce avec un sol recouvert d’une mosaïque à grosses tesselles (4 x 4 cm). Des cercles de pierres tardifs ont été construits çà et là avec les pierres remployées des structures plus anciennes, maisons et murs d’enclos.

73Au sud se trouvent deux groupes (6 et 4) de vastes citernes cubiques sur pente (fig. 11 et 36) qui, nettoyées, ont resservi il y a peu. Ces citernes, dont l’une mesure 7 x 8 m, sont enduites et certaines ont conservé leur margelle. Les margelles portent la trace de l’encastrement de piquets de bois. L’une d’elles comporte un abreuvoir carré avec un trou d’évacuation dans un angle du bassin.

74Au sud du site et accolé à lui se trouve un enclos polygonal, long de près de 500 m et couvrant une surface de quelque 11 ha. De là part vers le sud (192°) une trace de « canal » rectiligne (large de 1 m). Cette trace se poursuit également vers le site, sans affecter le mur de l’enclos.

75Un campement actuel s’installe périodiquement sur le site, à l’est, jusqu’à la limite des enclos.

76Qualifié de « village » par défaut, le site de Rasm al‑Aḥmar 3, avec sa grande taille, ses bâtiments imposants et ses citernes regroupées, s’apparenterait plus à un « bourg ». Situé dans un environnement aux fortes contraintes d’aridité, sur un glacis à dalle, avec des possibilités de cultures réduites et cantonnées à de rares micromilieux quelque peu favorisés, l’économie de l’agglomération ne pouvait être fondée que sur l’élevage, ce que confirme la présence d’un grand enclos et celle des citernes localisées non loin de ce dernier. Nous aurions là un exemple d’un centre local voué à l’élevage, peut-être un marché, à l’instar du site d’al‑Dawsa (97/082 ; Rousset et Duvette 2005, p. 490‑491 ; Duvette 2010, p. 178‑179).

Fig. 36 – Vue générale du site de Rasm al‑Amar 3 depuis la zone des citernes, vers le nord (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).

Ḫirbat al‑Ǧāʿad (96/023, 01/083, 10/120)

77Daté par la céramique de la seule période byzantine, Ḫirbat al‑Ǧāʿad (pour sa localisation, cf. fig. 19) est un grand site d’environ 600 m de long (nord-sud) par 350 m de large (est-ouest), implanté sur un replat d’interfluve taillé dans un vieux glacis à dalle, à la confluence de deux oueds (fig. 37 et dans ce même volume, Rivoal p. 179, fig. 7). L’oued de l’ouest présente un fond plat et large (fayda) favorable à la culture et porte encore des traces d’anciens labours de culture d’orge. Le glacis offre de bons parcours pour l’élevage.

78Des constructions quadrangulaires, en adobe, sont regroupées dans la partie nord-ouest de l’agglomération ; il s’agit d’une vingtaine de maisons plus ou moins jointives. Sur au moins deux d’entre elles, de hautes buttes de terre crue (de 4 m de haut) pourraient signaler la présence d’étages. Sur plusieurs grands bâtiments ont été observés des éléments de porte (deux jambages et un linteau cassé, en dalle calcaire), des tuiles plates et des couvre-joints. Un bâtiment orienté à l’est, avec des tesselles blanches de 1 x 1,3 cm, une plaque de basalte (80 x 80 x 20 cm) ainsi qu’un bloc de basalte qui a le format d’un pilier de chancel, correspond peut-être à une église. Dans la moitié sud du site, des arases de murs entourant parfois de vastes cavités sous dalle forment des enclos rectangulaires. Plusieurs grandes cavités ont été creusées au sud, dont une avec un dromos taillé dans la dalle calcaire.

79À la périphérie ouest du site ont été vus des enclos rayonnants de 20 m de largeur. D’autres enclos rectangulaires (d’environ 25 x 30 m de côté), au nord-ouest du site, sont séparés par des allées. Comme sur d’autres sites (Rousset et Duvette 2005), ces enclos groupés témoignent du rassemblement du bétail prêt à la vente dans des lieux au contact entre la zone dévolue à l’élevage (zone III) et les zones de consommation (zone I et II).

80Au moins cinq citernes permettaient d’alimenter le site, dont une avec une margelle qui porte une trace d’encastrement de couvercle circulaire et des encoches pour piquets (fig. 9). Une très grande citerne, à l’est dans l’oued, complétait le dispositif, ainsi qu’une probable birka au sud-ouest.

81Particulièrement intéressant du fait de sa périodisation – la seule époque byzantine – Ḫirbat al‑Ǧāʿad pourrait être, comme Rasm al‑Aḥmar 3, un bourg voué essentiellement à l’élevage. Sa taille, la présence de bâtiments importants, le nombre de citernes, le contexte environnemental, plaident pour cette hypothèse. Le contexte est cependant plus favorable que dans le cas de Rasm al‑Aḥmar 3, grâce à la présence de deux oueds convergents et d’une fayda, nous amenant à proposer dans ce cas précis une économie mixte, associant probablement la culture à un élevage qui reste dominant.

Fig. 37 – Vue générale du site de irbat al‑Ǧāʿad, vers le nord-est (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).

Des grandes fermes à domaine enclos

Ḫirbat Hrībǧa (97/196, 00/106)

82La ferme de Ḫirbat Hrībǧa (pour la localisation du site, cf. fig. 19) est la plus orientale des fermes à enclos de propriété, implantée sur la pente du Ǧabal Hrībǧa, au sud du Sahl ’Iṯriyā (fig. 38). L’enclos, de forme trapézoïdale, mesure entre 850 et 1 200 m d’est en ouest pour au moins 750 m du nord au sud, le mur nord ayant complètement disparu dans des labours récents. Les constructions, datées par la céramique des époques byzantine et omeyyade, sont regroupées dans l’angle sud-ouest de l’enclos, sur une surface d’environ 110 m de long, du nord au sud (plan dans Rivoal 2011a, vol. 3, fig. 75.3). Elles se composent d’un bâtiment principal en brique crue, d’environ 45 m de côté, et de deux enclos rectangulaires accolés, au nord et au sud. Le grand bâtiment correspond à un quadrilatère, dessiné par des murs puissants, en belle pierre taillée, de 1,10 m de large. Ils sont recouverts de grosses buttes de terre crue dont la hauteur conservée signale la présence probable d’un étage. Une sorte de tour carrée est accolée, à l’extérieur, contre le mur ouest du bâtiment. L’enclos nord, d’environ 60 m (est-ouest) par 30 m (nord-sud), avec des murs larges de 0,60 m, inclut une cavité dans l’angle nord-ouest et une série de six petites pièces (à coupoles ?) le long du côté nord. Il s’agit de dépendances du bâtiment principal. Un autre enclos rectangulaire, entre le bâtiment principal et le mur sud de l’enclos de territoire, de 45 x 35 m, ne comporte rien d’autre qu’un cercle de pierres tardif d’une quinzaine de mètres de diamètre. Un cimetière ancien a recouvert la butte est du grand bâtiment. Une sorte de terrasse semble avoir été aménagée à l’est de ce dernier. Outre la céramique, ont été retrouvés un fragment de vitre en gypse, des tesselles multicolores (blanc, rouge, noir), des tuiles plates et des couvre-joints, des blocs de calcaire taillé, parmi lesquels une base de colonne, avec des encoches sur les côtés. Ce matériel témoigne de la richesse relative de cette installation, située pourtant dans un environnement difficile.

Fig. 38 – Le site de Ḫirbat Hrībǧa (00/106), vu du site de Rasm Nawāf (00/107).

83L’alimentation en eau était assurée par trois citernes dont deux très belles, quadrangulaires, à l’ouest, à l’extérieur de l’enclos, et une dans l’angle nord-est du gros bâtiment, intégrée dans les constructions.

84Ḫirbat Hrībǧa est une implantation permanente, typique des fermes pionnières ou des monastères, de la zone IV d’occupation byzantine (voir Geyer et Rousset 2001, p. 118 et fig. 3), même si celles-ci ne présentent pas toutes autant d’éléments de confort et de relative richesse. Si le potentiel d’élevage semble évident dans ce secteur de basse montagne offrant de nombreux pâturages, les possibilités de culture sont plus réduites, sauf au pied du site où s’étend la vaste fayda aux sols profonds du Sahl ’Iṯriyā, développée pour l’essentiel sur le grand cône de déjection du Wādī Ḥsayya, venu du sud. De cet espace aux pentes douces, bien alimenté en eau par l’oued majeur qu’est le Wādī Ḥsayya et par plusieurs oueds locaux aux bassins-versants certes plus réduits, profitent également d’autres sites, parmi lesquels la ferme romano-byzantine de Ḫarā’ib al‑Katna 1 (95/072, 00/101) et, surtout, l’importante « résidence » byzantine de Mārīnā (95/073, 97/198, 01/032, 04/008 ; Geyer et Rousset 2011, p. 88 ; Genequand et Rousset dans ce volume, p. 209‑215). Si cette dernière, implantée sur une basse terrasse dominant de peu le plancher de la fayda, pouvait pourvoir à son alimentation en eau par l’intermédiaire de puits, il n’en va pas de même pour Ḫirbat Hrībǧa, situé sur la pente nord du Ǧabal Hrībǧa et dominant le Sahl ’Iṯriyā de près de 20 m. Dans ces conditions, les citernes se révélaient un choix plus judicieux et, surtout, plus facile à mettre en œuvre que des puits.

Des petits sites de semi-sédentaires

Wādī Ḥawyat Ġarandal 2 (01/037)

85À 14 km à l’est-nord-est de ’Iṯriyā, dans une zone exclusivement d’élevage sur collines basses molles, Wādī Ḥawyat Ġarandal 2 (pour la localisation du site, cf. fig. 19) est un petit site de semi-sédentaires ou peut-être de nomades, attesté uniquement pour l’époque byzantine (fig. 39 et 40). Il se compose d’une grande citerne avec ses déblais et d’un petit bâtiment de 17 x 14 m, en petits moellons de dalle. La construction, avec un plan en L, est composée de quatre petites pièces. Des fragments d’enduit gris dur ont été observés en surface. La citerne occupe l’espace libre au nord-est. Le fait que des déblais de celle-ci recouvrent partiellement l’angle nord-est du bâtiment implique une utilisation postérieure à l’abandon du bâtiment.

Fig. 39 – Plan schématique du petit site de Wādī Ḥawyat Ġarandal 2 (relevé M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides), sur une image aérienne Bing (© 2012 Microsoft Corporation).

Fig. 40 – Vue générale du petit site de Wādī Ḥawyat Ġarandal 2 (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).

86Wādī Ḥawyat Ġarandal 2 est un exemple typique pour deux raisons. Il fait partie des sites qui, grâce à l’aménagement d’une citerne, ont permis une installation pionnière dans un contexte environnemental très contraignant, dans un secteur où la rareté des ressources en eau interdisait jusqu’alors toute implantation, même temporaire. Une fois la citerne construite, le lieu a perdu une partie de son caractère répulsif. Dans la mesure où son entretien ne pose guère de problèmes, pas plus d’ailleurs que sa remise en état après abandon éventuel, elle correspond, grâce à la ressource en eau qu’elle propose, à un élément de transformation des potentiels du milieu naturel sur la longue durée (Geyer 2009, p. 37‑40).

Des citernes de campagne sur le piémont

Les citernes de la région de Rasm Ǧaʿār 1 (95/144, 98/206, 10/143)

87Dans l’est de la région (plateau calcaire d’al‑ʿAlanda) où, à quelques exceptions près, seules des implantations temporaires ont pu être mises en évidence, les collines de Rasm Ǧaʿār concentrent nombre de citernes, du fait de l’affleurement de marnes pliocènes et de calcaires crayeux éocènes ainsi que d’une topographie marquée (collines) facilitant la concentration des écoulements (fig. 41). Le secteur est édaphiquement et climatiquement très sec, les ressources en eau directement disponibles sont rares sinon inexistantes : seul l’élevage itinérant y est praticable. La présence de citernes dans un contexte aussi contraignant marque indubitablement la présence de nomades et de leurs campements : la céramique récoltée remonte pour l’essentiel aux périodes byzantine, omeyyade et abbasside. Le nombre, la taille imposante et inhabituelle de ces citernes – jusqu’à 17,5 m de profondeur pour des diamètres à la base pouvant atteindre 16 m–, situées dans ce que nous avons appelé la zone V d’occupation byzantine (Geyer et Rousset 2001, p. 118 et fig. 3), la seule dévolue clairement au nomadisme, donnent à penser que ces aménagements ne sont pas le fait des seuls nomades, mais qu’ils procéderaient du même plan d’aménagement global de la région, notamment à l’origine de la mise en œuvre des qanāts. Le nomadisme est attesté sur les sites de la région de Ǧaʿār, où les grandes citernes construites à l’époque byzantine continuent à être utilisées jusqu’à l’époque abbasside. De manière presque systématique, nous avons relevé des traces de campements anciens non loin de chacune des citernes. Il s’agit d’espaces épierrés avec, sur leur périphérie, un tas de petites pierres et parfois une butte plus terreuse, comme à Rasm al‑Ǧaʿār 4 (98/205 10/150, byzantin, ayyoubide), Rasm al‑Ǧaʿār 5 (98/207 10/142, byzantin, omeyyade, ayyoubide), Rasm al‑Ǧaʿār 7 (10/146, omeyyade) et Rasm al‑Ǧaʿār 10 (10/152, byzantin). Il convient d’ailleurs de souligner que nombre de ces citernes, dont notamment les plus grandes, étaient toujours utilisées lorsque nous les avons observées au début des années 2000.

Fig. 41 – Répartition des citernes dans la région de Rasm Ǧaʿār (cartographie M. Rivoal et M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).

DES CITERNES DANS LA STEPPE À L’ÉPOQUE ISLAMIQUE

Continuité de l’occupation des zones arides au début de l’époque islamique

88Les zones qui ont pu être exploitées à l’époque byzantine grâce aux citernes (zone V) continuent à être occupées à l’époque omeyyade, dans les mêmes proportions que l’ensemble de la région.

Rasm al‑Ǧaʿār 2 (98/068, 10/147)

89Le site de Rasm al‑Ǧaʿār 2 (pour la localisation du site, cf. fig. 20) correspond à un site de semi-sédentaires de l’époque omeyyade (fig. 42). Il est implanté sur le versant, au quart supérieur d’une pente douce d’une des collines calcaires de Ǧaʿār, en exposition sud - sud-ouest, dans un secteur exclusivement de parcours. Deux bâtiments, espacés d’une centaine de mètres, constitués pour l’un d’une seule pièce de 5,50 m de côté et pour l’autre de trois pièces accolées légèrement plus grandes (6 m de côté) composent ce site. Ils sont construits en blocs de croûte gypseuse, avec des murs de 0,80 m de large qui permettent de restituer des couvertures en coupoles. Les murs sont enduits de mortier.

Fig. 42 – Le petit site de Rasm al‑Ǧaʿār 2 (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).

90Plusieurs citernes, dans l’oued à 500 m au nord-est du site, ont été utilisées à l’époque omeyyade et attestent de la continuité d’une occupation de type temporaire dans ce secteur où seul l’élevage itinérant est praticable.

Citernes et aménagements militaires abbassides

91On l’a vu ci-dessus, la carte de répartition des citernes à l’époque abbasside (fig. 21) traduit un changement dans le mode de peuplement de la région et témoigne du probable abandon de l’élevage nomade. Les citernes seraient alors principalement utilisées pour l’alimentation en eau des voyageurs sur les routes allant de Qinnaṣrīn à Salamya par Abū al‑Ḫanādiq et de Bālis à Qasṭal par ’Iṯriyā. Elles sont assez régulièrement espacées, tous les 6 km environ, ce qui correspond à une parasange, c’est-à-dire à la distance que peut parcourir un soldat en une heure (Hinz 1991). Ce dispositif est ponctuellement complété, comme sur la route orientale, par des puits, intercalés entre les citernes lorsque celles-ci sont trop espacées. Les citernes auraient par conséquent pu être utilisées à l’époque abbasside dans un but militaire. Un autre élément qui renforce l’hypothèse d’un aménagement de la steppe dans un but militaire est l’aspect fortifié des constructions d’époque abbasside, qui a été observé, par exemple, à Rasm Abū Miyāl (Rousset 2010 ; Genequand et Rousset, dans ce volume, p. 233‑248).

Abū al‑Ḫanādiq 1 (93/089, 95/108, 96/059, 10/018)

92Un seul site de la prospection a été édifié sur un terrain vierge à l’époque abbasside : il s’agit du cas particulier d’Abū al‑Ḫanādiq 1 (fig. 43), un camp fortifié construit aux alentours du IXe s., qui appartient à un réseau de fortifications mis en place dans la zone frontière avec l’empire byzantin (Rousset 2013). Abū al‑Ḫanādiq 1 est situé sur la lisière intérieure de cette zone (pour la localisation du site, cf. fig. 21), sur l’axe de communication antique qui rejoint Chalcis/Qinnaṣrīn à ’Iṯriyā via al‑Andarīn (Mouterde et Poidebard 1945, p. 62).

Fig. 43 – Plan schématique du site d’Abū al‑Ḫanādiq 1 (relevés M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).

93Le site est très étendu (1 200 m du nord au sud pour 800 m d’est en ouest) et entouré de deux lignes de fortification composées chacune d’un fossé partiellement taillé dans la dalle calcaire, doublé, côté intérieur, d’un mur de brique crue. Quatre portes, encadrées de tours ou de contreforts, ouvraient vers chacun des points cardinaux. La porte nord, partiellement dégagée par une fouille clandestine, est construite en blocs de basalte remployés, comme la plupart des constructions intérieures. Celles-ci sont peu denses et correspondent, dans la partie sud, à des maisons. Elles sont plus rares dans la moitié nord du site, où subsistent plusieurs gros dépotoirs sombres, témoins de l’installation de campements saisonniers. Deux bâtiments massifs diffèrent des autres constructions intérieures. Sur la partie la plus élevée du site, entre les deux fossés, une forteresse (80 x 150 m) est construite en gros blocs de basalte équarris, formant des murs de 1,4 m d’épaisseur. Les angles sont pourvus de tours carrées de 5 x 5 m. Un deuxième grand bâtiment (70 x 120 m) correspondrait plutôt à une résidence. Plus d’une vingtaine de fûts de colonnes en remploi (dont l’une avec le chapiteau en place) montrent l’emplacement d’un probable portique. Des fragments d’enduit et de stuc ont été retrouvés en surface.

94Sur le côté ouest de la forteresse, une vingtaine de grandes citernes, de plus de 4 m de profondeur, sont regroupées dans la zone fortifiée (fig. 44). Elles devaient assurer l’alimentation en eau quotidienne des soldats et de leurs montures et permettre de subsister en cas de siège. Leur remplissage ne semble pas provenir des écoulements de surface, nécessairement restreints dans une zone peu étendue et limitée par deux fossés. Il pourrait s’agir de réserves d’eau pluviale, recueillie à partir des toits du bâtiment voisin, ou d’eau transportée depuis l’extérieur du site, grâce à des corvées. Seule une autorité – militaire, dans ce cas – pouvait entretenir et approvisionner régulièrement ce dispositif. Cette hypothèse est envisageable, notamment, si le gros des troupes qui formaient la garnison n’occupait le camp que saisonnièrement.

Fig. 44 – Vue des citernes d’Abū al‑anādiq 1 (cliché M.‑O. Roussel, © mission des Marges arides).

Un élevage nomade médiéval à grande échelle

95Une forte proportion du peuplement de l’époque ayyoubide est liée à l’élevage nomade et presque un tiers des sites est dépendant des citernes pour son alimentation en eau. Les vestiges des constructions de cette époque, nomades (cercles de pierres pour les enclos des animaux) ou sédentaires (maisons dans les régions basaltiques), témoignent d’une réoccupation ou d’un recyclage des constructions et matériaux antérieurs. Les citernes sont également réutilisées à cette période : dégagement, curage, construction et restauration de murets pour guider l’eau… Si la proportion des citernes utilisées à l’époque ayyoubide (par rapport au nombre total de sites de la période) est presque la même qu’à l’époque byzantine, en revanche, la proportion des citernes qui ont pu être construites à cette période est bien moindre : elle est de 3 % contre 10 % à l’époque byzantine (fig. 24 et 25).

96Les tas de terre crue issus de l’effondrement des constructions en adobe sont également utilisés comme cimetières, car ils sont plus faciles à creuser que le terrain environnant. Sur des ruines byzantines ou plus anciennes, ces nécropoles ne peuvent être, du fait de cette localisation particulière, que plus tardives et sont sans doute à rattacher à l’occupation médiévale.

Wādī ’Iṯriyā 1 (95/069, 97/104, 01/014)

97Dans le bastion de ’Iṯriyā, ce site de ferme byzantine avec enclos de territoire (pour la localisation du site, cf. fig. 22) appartient à un réseau d’enclos juxtaposés (Rivoal et Rousset, à paraître). Il est implanté à la confluence de deux oueds, sur la pente d’une colline aux versants totalement dénudés. La ferme se compose d’un bâtiment principal en brique crue, carré, d’environ 50 m de côté, et de murs d’enclos parfois assez épais (0,60 à 1,50 m). Au tiers supérieur de la butte de terre crue principale, des fragments de tuiles plates et de couvre-joints et un fragment de stuc ont été observés, ainsi que des tesselles blanches de 1,8 x 2 cm de côté dont la présence souligne probablement l’existence d’un étage. Plusieurs blocs taillés ont été découverts, notamment, dans la partie sud du bâtiment, dont un sarcophage ou un abreuvoir en calcaire crayeux et un seuil en calcaire, dégagés par des fouilleurs clandestins. Une citerne avec margelle maçonnée (fig. 4) est installée dans le bâtiment principal, et une autre en limite nord de l’édifice. Il y a une sorte de terrasse, surélevée par rapport à la vallée et enclose de murets, au nord, entre le site et le talweg.

98Quatre cercles de pierre, construits avec des blocs prélevés sur les murs d’enclos, ont été installés à l’intérieur des enclos de proximité. D’après la céramique qui y a été récoltée, ils dateraient de la période ayyoubide.

Ḍahrat al‑Dāliyya 1 (00/104)

99Implanté sur le flanc ouest de la butte surbaissée et à surface plane du Ḍahrat al‑Dāliyya, un lambeau de vieux glacis encroûté, ce site de campement temporaire, mais récurrent, a été fréquenté aux époques byzantine et ayyoubide, mais aussi récemment. Sur la pente, deux cavités sous dalle, avec leur tas de déblais, sont espacées de 125 m. Entre elles, de rares arases de murs très frustes en moellons de dalle, de 0,4 m environ de large, dessinent des enclos quadrangulaires. La cavité ouest semble avoir été réoccupée, avec des murs construits au moyen des blocs de dalle de l’auvent effondré. Ils forment des structures très vaguement quadrangulaires de blocs bruts de dalle dressés. Des cercles de pierres sont partiellement enterrés (fig. 45).

Fig. 45 – Cercles de pierres à Ḍahrat al‑Dāliyya 1 (cliché B. Geyer, © mission des Marges arides).

100L’approvisionnement en eau dépendait d’une citerne localisée à 200 m à l’ouest du petit site. D’autres citernes de talweg sont visibles sur les photographies aériennes, sur le même oued, à 400 m au nord-est et à 600 m au nord-ouest.

101Wādī ’Iṯriyā 1 et Ḍahrat al‑Dāliyya 1 ne sont que deux des nombreux exemples de sites romains ou byzantins dont la réoccupation à l’époque ayyoubide semble être fondamentalement liée à la présence d’une ou plusieurs citernes et non pas à celle, éventuelle, de bâtiments. Ces derniers semblent alors abandonnés (nous n’y avons pas retrouvé de céramique ayyoubide), et seules les citernes sont maintenues ou remises en état, dans le cadre d’un élevage itinérant attesté par la présence d’enclos quadrangulaires frustes ou de cercles de pierres.

CONCLUSION

102Les citernes, dont on peut considérer qu’elles sont, dans la grande majorité des cas, un indice de rareté au moins saisonnière de l’eau, font partie des ouvrages faciles à mettre en œuvre et tout aussi faciles à entretenir, à la portée de petites communautés villageoises ou nomades, à l’exception toutefois probable des plus grandes et des plus volumineuses d’entre elles. Ce type d’aménagement se révèle idéal pour l’appropriation de terres, qu’elles soient de culture ou de parcours, dans des secteurs aux ressources en eau naturelles insuffisantes ou trop difficiles d’accès. De plus il est aisément adaptable aux conditions environnementales locales (citernes de versant, de talweg, de fayda, etc.). Il a permis l’occupation, permanente ou temporaire, de secteurs jusqu’alors peu fréquentés. Afin de permettre la conquête de nouvelles terres, la citerne pluviale a donc été déclinée sous toutes ses formes, et ce au moins depuis l’époque romaine. Elle n’a cessé d’être utilisée depuis et a perduré, souvent jusqu’à nos jours, servant de points de fixation du peuplement, qu’il soit le fait de sédentaires, de semi-nomades ou de nomades.

103L’étude des citernes et de leur localisation à travers les âges confirme l’observation selon laquelle le processus de peuplement des steppes arides a repris dès l’époque hellénistique, après un recul marqué durant l’âge du Fer. Il s’est amplifié à l’époque romaine, et tout particulièrement à l’époque romaine tardive, pour culminer, du moins en termes d’occupation de l’espace, à l’époque byzantine, avec l’appropriation de terres qui jusqu’alors avaient été délaissées. À cette dernière époque, l’approvisionnement en eau des terres du Ǧabal al‑ʿAlā et des glacis au pied du Ǧabal Balʿas repose sur l’usage des puits. Plusieurs zones, pourtant occupées, ne sont approvisionnées ni par des puits, ni par des citernes. C’est le cas notamment des sites se trouvant à proximité des tertres de source et des qanāts qui en découlent, qui trouvent à s’y alimenter en eau. Ceux qui sont localisés à proximité des qanāts débouchant au nord d’al‑Andarin, sur le parcours des quatre grandes qanāts du groupe « Palmyrénides nord » et les fermes du Wādī al‑Muwayliḥ puisent leur eau dans les puits de qanāt au moyen de machines élévatoires munies de godets en céramique. Par contre, la présence de puits ou de citernes au débouché de certaines des qanāts, notamment celles prenant leur eau depuis les tertres de source ou sur les glacis de piémont des Palmyrénides, pose la question de la date de construction des grands réservoirs terminaux. La plupart n’auraient été édifiés qu’à partir de l’époque omeyyade, comme semblait l’indiquer la présence de résidences de cette époque à proximité de ces bassins (Rousset 2010, p. 259‑267). L’exemple de Rasm Abū Miyāl, au débouché du réseau formé par les qanāts d’al‑ Ṣālhiyya et de ’Umm al‑Qalaq, est particulièrement représentatif. Aux époques romaine et byzantine, la ferme de Rasm Abū Miyāl 2 est associée à une citerne et à un puits. À l’époque omeyyade, le grand site de Rasm Abū Miyāl 1 est approvisionné en eau par les qanāts et il dispose d’un réservoir terminal et d’une birka alimentés par celles-ci.

  • 21 Pour les époques romaine et byzantine, il est difficile, à cause de la densité des sites, de distin (...)

104Les fonctions de la citerne ont cependant pu différer selon les périodes. Si son rôle dans la fixation du peuplement en zones répulsives est avéré, elle peut aussi, par exemple pour les périodes abbasside et ayyoubide, avoir été principalement utilisée pour l’alimentation en eau des voyageurs sur les routes principales qui traversent la steppe et aurait eu alors une fonction première militaire21.

105Enfin, la citerne, technique d’acquisition de l’eau « sans âge » parce qu’aisément maîtrisable par de petites communautés, se révèle avoir été un des éléments de transformation des potentiels du milieu naturel sur la longue durée. Le caractère répulsif de la zone concernée par l’aménagement en est notablement réduit ; la contrainte n’est plus aussi forte au quotidien. Il en résulte une ouverture à la « colonisation », qu’elle soit permanente ou temporaire. Les conditions de l’occupation du sol, du peuplement et de la mise en valeur en sont durablement modifiées. Il n’y a aucun savoir, aucune connaissance à avoir ou à transmettre : même après des siècles d’abandon, l’évidence de la citerne s’impose, et les nouveaux occupants profitent « naturellement » d’une ressource pourtant d’origine artificielle.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Sources

Pline l’Ancien, Histoire naturelle XXXI, traduction et édition G. Serbat, Paris, 1972.

Vitruve, De l’architecture VIII, texte établi, traduit et commenté par L. Callebat, Paris, 1973.

Travaux

Abdulkarim M., Charpentier G. 2009, « La gestion de l’eau dans un village des campagnes de la Syrie du Nord », in M. Al‑Dbiyat et M. Mouton (éd.), Stratégies d’acquisition de l’eau et société au Moyen-Orient depuis l’Antiquité : études de cas, BAH 186, Beyrouth, p. 149‑156.

Al‑Dbiyat M., Jaubert R. 2006, « Le repeuplement sédentaire des marges arides à l’époque contemporaine (1848‑1960) », in R. Jaubert et B. Geyer (dir.), Les marges arides du Croissant fertile. Peuplements, exploitation et contrôle des ressources en Syrie du Nord, TMO 43, série Conquête de la steppe 2, Lyon, p. 71‑79.

Besançon J., Geyer B. 2006, « Contraintes écogéographiques et modes d’occupation du sol », in R. Jaubert et B. Geyer (dir.), Les marges arides du Croissant fertile. Peuplements, exploitation et contrôle des ressources en Syrie du Nord, TMO 43, série Conquête de la steppe 2, Lyon, p. 11‑53.

Bianquis Th. 1991, « Pouvoirs arabes à Alep aux Xe et XIe siècles », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée 62, p. 49‑59.

Braemer F., Geyer B., Castel C., Abdulkarim M. 2010, « Conquest of new lands and water systems in the western Fertile Crescent (Central and Southern Syria) », Water History 2/2, p. 91‑114.

Brinker W. 1990, Wasserspeicherung in Zisternen : ein Beitrag zur Frage der Wasserversorgung früher Städte, Braunschweig.

Castel C, Archambault D., Awad N., Barge O., Boudier T., Brochier J. É., Cuny A., Gondet S., Herveux L., Isnard F., Martin L., Quenet R., Sanz S., Vila E. 2008, « Rapport préliminaire sur les activités de la mission archéologique franco-syrienne dans la micro-région d’al‑Rawda (Shamiyeh) : quatrième et cinquième campagnes (2005 et 2006) », Akkadica 129/1, p. 5‑54.

Duvette C. 2010, « Habitat byzantin dans la steppe : maisons et villages de terre », in P.‑L. Gatier, B. Geyer et M.‑O. Rousset (éd.), Entre nomades et sédentaires. Prospections en Syrie du Nord et en Jordanie du Sud, TMO 55, série Conquête de la steppe 3, Lyon, p. 174‑207.

El-Faïz M. 2005, Les maîtres de l’eau : histoire de l’hydraulique arabe, Arles.

Fahd T. (éd.) 1998, L’agriculture nabatéenne, t. 3, Damas.

Geyer B. 2009, « Pratiques d’acquisition de l’eau et modalités de peuplement dans les marges arides de la Syrie du Nord », in M. Al‑Dbiyat et M. Mouton (éd.), Stratégies d’acquisition de l’eau et société au Moyen-Orient depuis l’Antiquité : études de cas, BAH 186, Beyrouth, p. 25‑44.

Geyer B., Coqueugniot É. 2013, « Occupation du sol et conquête territoriale durant le Néolithique dans les marges arides de Syrie du Nord », Syria 90, p. 159‑176.

Geyer B., Rousset M.‑O. 2001, « Les steppes arides de la Syrie du Nord à l’époque byzantine ou “la ruée vers l’est” », in B. Geyer (éd.), Conquête de la steppe et appropriation des terres sur les marges arides du Croissant fertile, TMO 36, série Conquête de la steppe 1, Lyon, p. 111‑121.

— 2011, « Déterminants géoarchéologiques du peuplement rural dans les marges arides de Syrie du Nord aux VIIe-IXe siècles », in A. Borrut, M. Debié, A. Papaconstantinou, D. Pieri et J.‑P. Sodini (éd.), Le Proche-Orient de Justinien aux Abbassides. Peuplement et dynamiques spatiales, Bibliothèque de l’Antiquité tardive 19, Turnhout, p. 77‑92 et p. 369‑374.

Hinz W. 1991, « Farsakh », Encyclopédie de l’Islam 2, vol. II, p. 812‑813.

Jaubert R., Debaine Fr., Besançon J., Dbiyat M., Geyer B., Gintzburger G., Traboulsi M. 1999, Land use and vegetation cover in the semi-arid and arid areas of Aleppo and Hama provinces (Syria), Cahiers du GREMMO, hors série, Lyon.

Mainguet M. 1995, L’homme et la sécheresse, Collection Géographie, Paris.

Mouterde R., Poidebard A. 1945, Le limes de Chalcis. Organisation de la steppe en haute Syrie romaine, BAH 38, Paris.

Planhol X. de, Rognon P. 1970, Les zones tropicales arides et subtropicales, Paris.

Rivoal M. 2011a, La vie rurale en Syrie centrale à la période protobyzantine (IVe-VIIe siècles), thèse de doctorat, université Lumière Lyon 2.

— 2011 b, « Entre steppe et plateaux basaltiques : l’occupation de la Syrie centrale à la période byzantine », Syria 88, p. 141‑163.

Rivoal M., Rousset M.‑O. (à paraître), « Les aménagements agricoles dans les marges arides de Syrie du Nord (Ve‑Xe s.) : des témoins des modalités d’appropriation et d’exploitation des campagnes », in A. Delattre, M. Legendre et R. Sijpesteijn (éd.), Authority and control in the countryside, Late Antiquity and Early Islam : Continuity and change in the Mediterranean 6th10th century, Studies in Late Antiquity and Early Islam 25, Princeton.

Rousset M.‑O. 2010, « Deux assemblages de céramique hellénistique et romaine », in P.‑L. Gatier, B. Geyer et M.‑O. Rousset (éd.), Entre nomades et sédentaires. Prospections en Syrie du Nord et en Jordanie du Sud, TMO 55, série Conquête de la steppe 3, Lyon, p. 127‑145.

— 2011, « Le peuplement de la steppe de Syrie du Nord entre le IIe s. av. et le IVe s. ap. J.‑C. », Syria 88, p. 123‑139.

— 2013, « Traces of the Banu Salih in the Syrian steppe? The fortresses of Qinnasrin and Abu al‑Khanadiq », Levant 45, p. 69‑95.

Rousset M.‑O., Duvette C. 2005, « L’élevage dans la steppe à l’époque byzantine », in J. Lefort, C. Morrisson et J.‑P. Sodini (éd.), Les villages dans l’empire byzantin, IVe‑XVe siècle, Réalités byzantines 11, Paris, p. 485‑494.

Schlumberger D. 1951, La Palmyrène du Nord-Ouest, BAH 49, Beyrouth.

Tölle-Kastenbein R. 1990, Antike Wasserkultur, Beck’s Archäologische Bibliothek, Munich.

Traboulsi M. 1981, Le climat de la Syrie : exemple de dégradation vers l’aride du climat méditerranéen, thèse de 3cycle, université Lumière Lyon 2.

— 2010, « Les précipitations dans les marges arides de la Syrie du Nord », in P.‑L. Gatier, B. Geyer et M.‑O. Rousset (éd.), Entre nomades et sédentaires. Prospections en Syrie du Nord et en Jordanie du Sud, TMO 55, série Conquête de la steppe 3, Lyon, p. 73‑95.

Notes

3 Mot russe désignant des vasques naturelles formées par dissolution, de dimensions métriques, situées généralement sur des roches calcaires massives. Elles retiennent souvent les eaux de ruissellement, autorisant la formation de petites mares temporaires.

4 Nous n’évoquerons pas dans cet article le cas des réservoirs terminaux des qanāts, présenté ailleurs (voir en dernier lieu Rousset 2010).

5 Sur un peu plus de 1 000 sites archéologiques repérés lors des prospections menées dans le cadre du programme des « Marges arides de la Syrie du Nord », 246 se sont révélés comporter une ou plusieurs citernes.

6 Les faydas (terminologie locale) sont des évasements des fonds de vallées profitant de sols d’apport, profonds et bien irrigués par les eaux de ruissellement, localisés soit à la confluence des oueds, soit sur des replats structuraux ou autour des dépressions endoréiques.

7 La compilation définitive, rédigée en syriaque, est attribuée à Kutama, personnage dont l’authenticité n’est cependant pas assurée. Elle a été traduite en arabe par Ibn Wahšiyya au Xe s. et concerne tous les aspects de l’agriculture, du IIIe au Vf s. de notre ère, et notamment l’hydraulique. Voir à ce sujet Fahd 1998 et, plus récemment, El-Faïz 2005, p. 47-49 et tableau p. 359-362.

8 On en retrouve jusque dans certaines cavités sous dalle habitables, alimentées dans ce cas par ce qu’il est convenu d’appeler un « puits de lumière ».

9 Il convient de ne pas interpréter ces aménagements comme des regards d’un réseau d’adduction, lequel il est vrai tend à les remplacer dès lors que l’État a édifié un château d’eau.

10 Mare artificielle.

11 À peu de distance du barrage, généralement à sec, du Wādī al‑Qasṭal, nous avons remarqué un campement temporaire de semi-nomades qui avaient mis en place une pseudo-birka constituée d’une nappe plastique entourée d’une levée de terre, alimentée par camion-citerne.

12 Un secteur est considéré comme répulsif dès lors que les ressources en eau disponibles naturellement ne permettent pas de s’y installer durablement (Besançon et Geyer 2006).

13 Une des limites de la prospection est de ne pouvoir aisément préciser la datation d’un aménagement dès lors que le site auquel il est associé est multipériode.

14 Dans la région des Marges arides, un seul aménagement hydraulique s’apparentant à une citerne et daté de l’âge du Bronze ancien IV a été identifié, sur le site d’al‑Rawda. Appelé « puits-citerne » faute d’avoir pu en préciser le fonctionnement, cet aménagement enduit d’argile, unique en son genre dans la région, comporte, à près de 5 m sous la surface et après un puits d’accès, trois alvéoles contenant chacune un petit bassin d’une contenance de l’ordre d’une centaine de litres (Castel et al. 2008, Braemer et al. 2010). Le seul parallèle qui nous soit connu se trouve sur l’acropole de Samos où a été mise au jour une citerne à « chambres » datée de l’époque hellénistique, mais qui aurait été aménagée sur l’emplacement d’un puits (Brunnen) plus ancien (Tölle-Kastenbein 1990, p. 110).

15 Nous remercions vivement Jacques Cazeaux qui nous a fourni la liste exhaustive des occurrences du mot hébreux bôr (citerne). Ces occurrences sont dans : Genèse, 37 ; 40, 15 ; 41, 14. Exode, 12, 24 ; 21, 33-34. Lévitique, 11, 36. Deutéronome, 6, 11. 1 Samuel, 13, 6 ; 19, 22. 2 Samuel, 23, 16, 19-20. 2 Rois, 10, 14 ; 18, 31. Isaïe, 14, 15, 19 ; 24, 22 ; 36, 16 ; 38, 18 ; 51, 1. Zacharie, 9, 11. Jérémie, 2, 13 ; 37-38 ; 41, 7, 9. Ézéchiel, 26, 20 ; 31, 14, 16 ; 32, 18, 23-27. Psaume, 7, 16 ; 28, 1 ; 30, 4 ; 40, 3 ; 86, 5 ; 88, 7 ; 143, 7. Néhémie, 9, 25. Proverbes, 1, 12 ; 5, 15 ; 28, 17. Qohélett (Écclésiaste), 12, 6. Lamentations, 3, 53. 1 Chroniques, 11, 17-22.

16 Nous employons le terme « romain tardif » pour désigner la période des IIIe et IVe siècles ap. J.-C.

17 La prospection réalisée dans la région a révélé que celle-ci avait été largement abandonnée, en tout cas par les sédentaires mais aussi, apparemment, par les nomades, à partir du milieu du Xe s. (Geyer et Rousset 2011, p. 86). Les raids byzantins et surtout la politique des Hamdanides ont pu entraîner l’exode des populations. Ces derniers ont pourchassé les tribus bédouines de la steppe et ont réorienté son économie agricole vers les céréales, au détriment de l’arboriculture (Bianquis 1991, p. 53-54), détruisant ainsi une ressource pérenne pour une culture spéculative bien incertaine en milieu aride.

18 Pour les liens entre mares aménagées et artefacts du PPNB, voir Geyer et Coqueugniot 2013.

19 Type de fayda qui se développe sur des fragments du glacis fondamental, mis en relief par les incisions des oueds et sur lequel ont pu s’organiser des petits réseaux fluviatiles autonomes. Ceux-ci ont façonné des cellules de planation remblayées par le décapage des sols environnants (Besançon et Geyer 2006).

20 Deux autres sites étudiés par D. Schlumberger ont été prospectés par la mission « Marges arides » : celui de Hassan Madhour (Rasm Marzūqa 1,99/265) et celui de Marzouga (Rasm Marzūqa 2, 99/270).

21 Pour les époques romaine et byzantine, il est difficile, à cause de la densité des sites, de distinguer les itinéraires principaux en se fiant à la seule répartition des points d’eau.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 2 – Citerne avec margelle maçonnée à Wādī ’Iṯriyā 1 (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 3 – Citerne de talweg avec margelle récente (usure de cordes) sur une margelle plus ancienne (autres traces d’usure de cordes) à Rasm Ǧaʿār 5 (10/142) [cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides].
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 4 – Margelle de citerne à Rasm al‑Amar 3 (02/108) [cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides].
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 5 – Margelle de citerne incluant un abreuvoir à Rasm al‑Aḥmar 3 (02/108) [cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides].
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 6 – Margelle incluant un abreuvoir et des « cupules » à Ḥūma (99/311) [cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides].
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 7 Margelle à cupule à Ḥūma (99/311) [cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides].
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Fig. 8 – Encastrement de couvercle rectangulaire à Rasm al‑Amar 9 (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 9 – Encastrement de couvercle rond à Ḫirbat al‑Ǧāʿad (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 10 – Citerne piriforme, partiellement détruite par l’incision d’un oued (entaille d’érosion régressive), à Fāyiǧ Ṭahmāz (98/095) [cliché B. Geyer, © mission des Marges arides].
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 11 – Citerne à section quadrangulaire à Rasm al‑Aḥmar 3 (cliché B. Geyer, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 12 – Le Wādī al‑Fayaǧ, au lendemain de la crue du 25 octobre 1999 (cliché J. Besançon, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 13 – Citerne entretenue (1998) à Rasm al‑Fardāwī (98/038) [cliché B. Geyer, © mission des Marges arides].
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 14 – Citerne de talweg, carrée, au pied du site de Rasm Ǧnayna 1 (96/032) [cliché B. Geyer, © mission des Marges arides].
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 15 – Sites de l’âge du Fer associés à des citernes.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 16 – Sites d’époque hellénistique (IIe-Ier s. av. J.‑C.) associés à des citernes.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 17 – Sites d’époque romaine (Ier-IIe s. ap. J.‑C.) associés à des citernes.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 18 – Sites d’époque romaine tardive (IIIe-IVe s. ap. J.‑C.) associés à des citernes.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 19 – Sites d’époque byzantine (Ve-VIe s. ap. J.‑C.) associés à des citernes.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 20 – Sites d’époque omeyyade (VIIe-VIIIe s. ap. J.‑C.) associés à des citernes.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 21 – Sites d’époque abbasside (IXe-Xe s. ap. J.‑C.) associés à des citernes.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 22 – Sites d’époque ayyoubide (XIIe-XIIIe s. ap. J.‑C.) associés à des citernes.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 23 Occurrence des margelles de citernes en fonction des périodes.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 24 – Pourcentages des sites à citerne(s) par rapport au nombre total de sites, par période (% max citernes = pourcentage des sites à citerne[s] par rapport au nombre total de sites, pour la période considérée ; % min citernes = pourcentage des sites à citerne[s] par rapport au nombre total des sites datés de cette seule période).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 25 – Pourcentages des sites à citernes et des sites à puits par rapport au nombre total de sites, par période (% max citernes ou % max puits = pourcentage des sites à citerne[s] ou des sites à puits par rapport au nombre total de sites, pour la période considérée ; % min citernes ou % min puits = pourcentage des sites à citerne[s] ou des sites à puits par rapport au nombre total des sites datés de cette seule période).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 26 – Plan schématique du site de Wādī al‑Salma (relevé M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides), sur une image aérienne Bing (© 2012 Microsoft Corporation).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 27 – Mare aménagée sur le site de Wādī al‑Salma (cliché B. Geyer, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 28 – Fayḍat Marʿī 3. Vue prise depuis la butte du cimetière : à droite, au deuxième plan, le site et à l’arrière-plan la fayda (cliché J. Besançon, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 29 – Fayḍat Marʿī 3. Au premier plan, traces fugaces de bâtiment et, derrière, trois cavités sous dalle (cliché J. Besançon, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 30 – Plan schématique de Fayḍat Marʿī 1 (relevé M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides), sur une image aérienne GoogleEarth (© 2012 Google).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 31 – Plan schématique de Ǧibāl al‑Tanāhiǧ 1 (relevé B. Geyer, © mission des Marges arides), sur une image aérienne Bing (© 2012 Microsoft Corporation).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 32 – Enfilade de cavités et tas de déblais à Ǧibāl al‑Tanāhiǧ 1 (cliché B. Geyer, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 33 – Plan du site de Wādī al‑Zārūb 8a (relevés B. Chalich, C. Duvette, J.‑C. Moncel et H. Morel, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 34 – Surface de glacis ancien avec dalle subaffleurante près de Wādī al‑Zārūb 8a (cliché J. Besançon, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 35 – Répartition des citernes dans la région de Rasm Marwān (croquis M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides), sur une image aérienne Bing (© 2012 Microsoft Corporation).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 36 – Vue générale du site de Rasm al‑Amar 3 depuis la zone des citernes, vers le nord (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 37 – Vue générale du site de irbat al‑Ǧāʿad, vers le nord-est (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 38 – Le site de Ḫirbat Hrībǧa (00/106), vu du site de Rasm Nawāf (00/107).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 39 – Plan schématique du petit site de Wādī Ḥawyat Ġarandal 2 (relevé M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides), sur une image aérienne Bing (© 2012 Microsoft Corporation).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 40 – Vue générale du petit site de Wādī Ḥawyat Ġarandal 2 (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 41 – Répartition des citernes dans la région de Rasm Ǧaʿār (cartographie M. Rivoal et M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 42 – Le petit site de Rasm al‑Ǧaʿār 2 (cliché M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 43 – Plan schématique du site d’Abū al‑Ḫanādiq 1 (relevés M.‑O. Rousset, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 44 – Vue des citernes d’Abū al‑anādiq 1 (cliché M.‑O. Roussel, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 45 – Cercles de pierres à Ḍahrat al‑Dāliyya 1 (cliché B. Geyer, © mission des Marges arides).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/476/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.