Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habitat et environnement

 | 
Marie-Odile Rousset
, 
Bernard Geyer
, 
Pierre-Louis Gatier
, 
et al.

Étude microrégionale du site PPNB récent/final de Ḏahrat Al‑Ǧdayda (Syrie). Contexte environnemental, mode d’implantation et activités de subsistance

Marie-Laure Chambrade

Résumé

Les prospections des Marges arides de la Syrie du Nord ont révélé l’existence d’une importante occupation au Néolithique précéramique tardif dans la région. L’essentiel des sites, datés du PPNB récent/final, correspond très probablement à des implantations à caractère temporaire ou saisonnier. L’hypothèse d’une occupation sédentaire a toutefois pu être proposée pour trois établissements. L’un d’entre eux, Ḏahrat al‑Ǧdayda, est un tell localisé dans le sud de la région et le site néolithique qui a livré la quantité de matériel la plus conséquente. L’étude environnementale microrégionale a permis de conforter l’hypothèse formulée et de mettre en lumière les possibilités en termes d’activités de subsistance. Les limites du territoire économique établies, les potentiels et les contraintes des unités géomorphologiques identifiées sont évalués et mis en perspective avec les pratiques agro-pastorales.

The surveys in the Arid Margins of Northern Syria have revealed in that region the existence of substantial occupation in the late pre-ceramic Neolithic. The majority of the sites dating to the late/final PPNB is very likely to correspond to temporary or seasonal installations. In the case of three settlements, at any rate, the hypothesis of a permanent occupation has been proposed. One of them, ahrat al‑Ǧdayda, a tell situated in the south of the region, is the Neolithic site which has provided the most important quantity of material. The micro-regional environmental study has underlined the hypothesis and has shed light on the possibilities of getting at the necessary means of subsistence. Once the limits of the economic territory were recognized, the potentials and restrictions of the identified geo-systems have been evaluated and put in line with the agro-pastoral practices.

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 2 Je remercie B. Geyer et É. Coqueugniot (UMR 5133 - Archéorient, université Lumière Lyon 2 – CNRS) q (...)
  • 3 Seul le site de Tell Chehab (PPNA), repéré par F. Hours (Hours et al. 1994) sur le contrefort occid (...)

1Les campagnes de prospection du programme pluridisciplinaire des Marges arides de la Syrie du Nord ont permis d’inventorier plus de 1 000 sites archéologiques, datés du Paléolithique à l’époque islamique, et ont notamment révélé une occupation importante à l’époque néolithique (près de 60 sites ont été reconnus pour l’ensemble du Néolithique)2. Ces vastes étendues steppiques n’ayant pas attiré jusqu’alors les projets de recherche en archéologie préhistorique, il en résultait une image lacunaire du Néolithique en Syrie aride3. Ces découvertes permettent d’aborder la question de l’occupation des marges internes du Croissant fertile, zone de transition entre les terres intensivement cultivées et les steppes arides préférentiellement vouées au pastoralisme, durant la période de développement des activités agro-pastorales.

  • 4 Cette isohyète correspond à la limite théorique de pratique des cultures pluviales (ou cultures sèc (...)

2Alors que la région des Marges arides est entièrement incluse dans la zone de variation interannuelle de l’isohyète des 200 mm de précipitations moyennes annuelles4 et est donc soumise à de fortes contraintes bioclimatiques, les caractéristiques topographiques, hydrologiques, géologiques et pédologiques locales diminuent ou, au contraire, accentuent localement ces contraintes (Jaubert et Geyer 2006, p. 7 ; Besançon et Geyer 2006). Cette variété des conditions locales est à l’origine d’une mosaïque de micromilieux aux potentiels et aux contraintes tout autant diversifiés en termes de mode d’occupation et de mise en valeur des territoires.

  • 5 La microrégion correspond, dans le cadre de ce travail, au territoire économique du village, consid (...)

3Dans ce contexte se pose la question de la possible existence d’une occupation sédentaire durant le Néolithique précéramique dans la région : les indices archéologiques collectés, notamment, sur le site de Ḏahrat al‑Ǧdayda semblent confirmer cette hypothèse (Geyer et Coqueugniot 2013). En l’absence de fouilles archéologiques permettant de valider ou d’infirmer cette proposition, une étude environnementale microrégionale5 a été conduite, afin d’alimenter les réflexions préliminaires concernant Ḏahrat al‑Ǧdayda. La mise en commun des connaissances archéologiques et de celles apportées par l’analyse environnementale a pour objectif de déterminer s’il est effectivement possible que ce site ait pu connaître une occupation de type sédentaire au PPNB – les possibilités d’accès à une ressource en eau pérenne posent notamment question – et quelles étaient les opportunités offertes par le milieu environnant en termes d’activités de subsistance.

LE PPNB TARDIF DANS LES MARGES ARIDES ET LE SITE DE ḎAHRAT AL‑ǦDAYDA

  • 6 Sauf cas particuliers, les assemblages PPNB récoltés lors des prospections n’ont pas permis à É. Co (...)

4L’occupation néolithique des Marges arides devient surtout significative aux PPNB récent/final6 (7500-6500 av. J.‑C.), parallèlement à une extension de l’occupation qui caractérise l’ensemble de la Syrie aride (Akkermans et Schwartz 2009, p. 57‑58). Cette occupation est essentiellement concentrée dans le sud-est de la région : les contreforts du Ǧabal ’Iṯriyā et les glacis de piémont du Ǧabal al‑Balʿas (fig. 1).

Fig. 1 – Contexte topographique et pluviométrique du sud des Marges arides (M.‑L. Chambrade).

  • 7 Voir dans ce même volume : pour al-Qasṭal al‑Samālī 3, Genequand et Rousset, p. 231‑232 ; pour la t (...)

5Plusieurs faciès d’occupation ont pu être mis en évidence grâce à l’étude du matériel lithique : des sites liés aux activités cynégétiques, des ateliers de débitage primaire du silex et des sites d’habitat, caractérisés par un macro-outillage diversifié et par la variété des activités domestiques (Coqueugniot 2011, p. 26). La grande majorité de ces implantations a très probablement connu une fréquentation à caractère temporaire, mais trois d’entre elles semblent correspondre à des sites d’habitat occupés durablement. L’un d’eux – Ḏahrat al‑Ǧdayda – est localisé dans le sud des Marges arides (fig. 1), dans un secteur riche en vestiges archéologiques datés du Néolithique jusqu’aux périodes islamiques (fig. 2) et encore occupé de nos jours7. Ce lieu a retenu notre attention pour deux raisons : son occupation quasi continue depuis la Préhistoire, ainsi que l’abondance et la variété des vestiges et du matériel PPNB repérables en surface.

6Le site de Ḏahrat al‑Ǧdayda est une éminence artificielle d’une superficie d’environ 8 ha. C’est également le site néolithique qui a, de loin, livré le plus de matériel. L’assemblage récolté est constitué d’un outillage abondant et diversifié – lames retouchées, grattoirs, burins, pointes de flèches, etc. – taillé à partir de silex aux couleurs variées (rose-mauve, gris-brun sombre, brun clair et plus rarement crème) et d’obsidienne. Des fragments de vaisselle blanche et de matériel de mouture en calcaire et en basalte complètent cet assemblage.

  • 8 Étant donnée la nature du substratum local, un calcaire crayeux et non gypseux (Ponikarov 1966), no (...)

7Par ailleurs, des éléments témoignant de l’existence de structures construites ont été retrouvés sous la forme de fragments de sol et/ou de mur de chaux ou de plâtre8 à enduits beiges et rouges. Ces enduits colorés rappellent ceux de Tell Aatne (Coqueugniot 1982) et de Ramad (de Contenson 2000) ; ils confirment l’attribution du site au PPNB tardif (É. Coqueugniot, comm. pers.). Un tel investissement architectural suggère en outre une occupation permanente. Selon cette hypothèse et la période chronologique proposée, l’économie de subsistance aurait reposé à Ḏahrat al‑Ǧdayda sur l’agriculture plutôt que sur l’exploitation préférentielle ou exclusive de ressources sauvages. Il est également à noter qu’É. Coqueugniot (comm. pers.) a relevé une proportion non négligeable de pointes de flèches au sein de l’assemblage lithique.

Fig. 2 – Relevés du site de Ḏahrat al‑Ǧdayda et de l’occupation historique du secteur (M.‑L. Chambrade et H. Saad).

LE CONTEXTE ENVIRONNEMENTAL À LA FIN DU PPNB DANS LE SECTEUR DE ḎAHRAT AL‑ǦDAYDA

Climat actuel et passé

8La Syrie connaît un climat méditerranéen, à saisons sèche et humide, qui, une fois passés les obstacles que représentent les reliefs côtiers, se dégrade progressivement vers l’est et le sud du pays, tandis que les caractères extrêmes du climat sont amplifiés (Traboulsi 1981). Cette dégradation climatique, caractérisée notamment par une diminution des précipitations, l’accentuation de leur irrégularité et l’allongement de la saison sèche, impose certaines contraintes aux modes de vie et de subsistance, contraintes qui peuvent être accentuées ou au contraire atténuées par les caractéristiques du milieu.

9Dans les Marges arides en général, les précipitations annuelles moyennes sont comprises entre plus de 300 mm à l’ouest et moins de 150 mm à l’est, et entre 200 et 250 mm dans le secteur de Ḏahrat al‑Ǧdayda en particulier (Traboulsi 2010 ; fig. 1). Ces faibles précipitations sont en outre caractérisées par une forte variabilité intra et interannuelle, notamment en automne et au printemps, périodes durant lesquelles elles sont les plus indispensables à l’agriculture pluviale (Traboulsi 2010, p. 85). La région constitue ainsi une zone de transition entre les domaines bioclimatiques méditerranéen et désertique, un espace de contact sans cesse fluctuant entre le domaine des cultivateurs sédentaires et celui des pasteurs nomades (Geyer et al. 2006, p. 56). Le secteur de Ḏahrat al‑Ǧdayda est, par ailleurs, situé au cœur de la zone de variation de l’isohyète des 200 mm de précipitations, ce qui a pour conséquence, d’un point de vue strictement climatique, de rendre aléatoires et imprévisibles, d’une année à l’autre, tant le succès des cultures pluviales que la qualité des pâturages printaniers.

10Qu’en était-il durant la première moitié de l’Holocène et plus particulièrement au PPNB récent/final ? Le régime climatique de type méditerranéen que connaît de nos jours le Proche-Orient aurait commencé à se mettre en place au cours du Tardiglaciaire (17000-11000 av. J.‑C. ; Issar et Zohar 2007, p. 53). La région a ensuite connu une série d’oscillations climatiques plus ou moins marquées, depuis l’épisode sec et froid du Dryas récent (11000-9500 av. J.‑C.). La plus significative de ces oscillations, dans le cadre chronologique qui nous intéresse, est l’Optimum climatique holocène. Les bornes de cette longue période d’amélioration climatique varient selon les études et les régions du Levant concernées (cf. notamment Bar-Matthews et al. 1999 et 2003 ; Develle et al. 2010 ; Migowski et al. 2006 ; Verheyden et al. 2008), mais les PPNB récent et final se situent dans tous les cas au cœur de cet optimum.

  • 9 Selon les travaux de H. P. Affek et al. (2008) sur les mêmes spéléothèmes, les températures moyenne (...)

11Durant l’Optimum climatique holocène, les précipitations auraient été d’environ 20 % supérieures aux actuelles (Bar-Matthews et al. 2003, p. 3196 ; Jones et al. 2007, p. 472) et la température moyenne a été estimée par S. McGarry et al. (2004), d’après les données de la grotte de Soreq (Israël), entre 14 et 17 °C, au lieu des 18 °C actuels9. Or, dans les régions arides, une augmentation des précipitations, même faible, conduit à amoindrir leur irrégularité intra- et interannuelle et à sécuriser ainsi les cycles agricoles. Si l’on applique ces 20 % d’augmentation aux précipitations actuelles de Ḏahrat al‑Ǧdayda, avec toutes les réserves qu’une telle démarche comporte, le secteur aurait pu recevoir des précipitations annuelles moyennes comprises entre ca 240 et 290 mm durant le PPNB tardif. Une telle pluviosité est suffisante pour la culture de l’orge, céréale la mieux adaptée à l’aridité, mais elle reste en théorie inférieure aux besoins en eau du blé et des légumineuses (Willcox 2005), notamment de ces dernières qui sont particulièrement sensibles au stress abiotique que peut provoquer la sécheresse (Herveux 2007, p. 159). Nous verrons ultérieurement dans quelle mesure les conditions locales du milieu ont pu compenser cette « insuffisance » des précipitations.

Les grands ensembles du relief

Le Ǧabal al‑Balʿas

  • 10 Cf. infra : Les vallées alluviales majeures.
  • 11 Sites fouillés par la mission Babas dirigée par Fr. Abbès (UMR 5133 – Archéorient) et Th. Yartah (D (...)

12Massif septentrional de la chaîne calcaire des Palmyrénides Nord, le Ǧabal al‑Balʿas, dont l’altitude ne dépasse guère 1 200 m, constitue le relief de commandement des glacis (cf. infra) et le principal lieu d’origine des cours d’eau de la région des Marges arides en général, et du secteur de Ḏahrat al‑Ǧdayda en particulier10. Autrefois couvert d’une steppe arborée à Pistacia atlantica, comme en témoignent les données archéobotaniques des sites néolithiques fouillés dans ce secteur11, ses pentes sont de nos jours largement dénudées et décapées (fig. 3). Outre les formations superficielles localement conservées dans des modelés typiques des karsts, celles-ci couvrent principalement les bas de versants et les fonds de vallées, entraînées par des processus érosifs naturellement liés aux fortes déclivités et à l’intensité des épisodes pluvieux, mais aussi amplifiés par la dégradation d’origine anthropique de la végétation qui couvrait le massif. Néanmoins, l’essentiel de ces processus pourrait remonter à la fin du Pléistocène (Besançon et Geyer 2006, p. 24), en tout cas certainement avant le PPNB récent dans certains cas – nous y reviendrons.

Fig. 3 - Pistachiers reliques sur les pentes du Ǧabal al‑Balʿas (cliché M.‑L. Chambrade).

13Dans un tel contexte édaphique, les mises en culture sont envisageables là où se concentrent les formations superficielles, essentiellement les couloirs alluviaux, ce qui leur permet également de bénéficier d’un complément d’humidité. Mais le Ǧabal al‑Balʿas est avant tout une terre d’élevage qui fournit de bons pâturages naturels de graminées, et notamment d’orge, dont profitent encore les pasteurs de la région. D. Schlumberger (2010, p. 178) décrivait ainsi les Palmyrénides du Nord au début des années 1950 : « La région apparaît comme prédestinée à l’élevage : pour en apprécier les possibilités, il faut y avoir vu, au printemps et jusqu’au début de l’été, le magnifique fourrage, l’herbe tellement plus drue que celle des plaines pierreuses. » Au début du XXe siècle, le Ǧabal al‑Balʿas était de fait parcouru par les tribus moutonnières. Celles-ci passaient l’été dans la zone cultivée, où les troupeaux paissaient les chaumes, puis rejoignaient la montagne nord palmyrénienne en hiver (Métrai 2006, p. 83).

14Enfin, le Ǧabal al‑ Balʿas est riche en matières premières lithiques : des bancs de silex, le plus souvent de très bonne qualité, et de phosphates, contenus dans les calcaires et les marnes crétacés (Dubertret 1963 ; Ponikarov 1966). Le silex le plus caractéristique du Balʿas est rose/mauve, de texture particulièrement fine et fréquemment mis à profit par certaines communautés néolithiques ayant occupé la montagne (Abbès 2005).

Les glacis

15Ḏahrat al‑Ǧdayda est localisé dans le secteur des glacis de piémont des Palmyrénides, en position intermédiaire entre ces interfluves et la vallée du Wādī al‑Qasṭal (fig. 1). Le tell est plus précisément situé à 1 km au sud-est de ce cours d’eau, en rive droite d’un de ses affluents secondaires (fig. 2).

  • 12 Les faydas (terminologie locale) sont des évasements des fonds de vallées profitant de sols d’appor (...)

16Les glacis étagés du sud des Marges arides, mis en place au cours des cycles morphoclimatiques quaternaires, s’abaissent en pente douce depuis le piémont du Ǧabal al‑Balʿas jusqu’au centre de la région, à une quarantaine de kilomètres au nord, où la grande fayda centrale12, qui ne dépasse guère les 300 m d’altitude, les recouvre de ses dépôts (Besançon et Geyer 2006, p. 21). L’altitude des glacis de la microrégion de Ḏahrat al‑Ǧdayda est, quant à elle, comprise entre 540 et 730 m.

  • 13 Encroûtement formé par l’alternance de processus de dissolution et de recristallisation, qui s’est (...)
  • 14 Cf. Besançon et Geyer 2006 pour une description détaillée des glacis des Marges arides.
  • 15 W. Deiri (1990, p. 105) a pu observer un pistachier relique sur le Ǧabal al‑Ḥaṣ, ce qui appuierait (...)

17Ces glacis sont fréquemment caparaçonnés d’une dalle conglomératique calcaire dure et compacte13. Leur surface ainsi imperméabilisée favorise l’évaporation tandis que les incisions présentes dans la dalle sont propices à l’infiltration des eaux de pluie qui alimentent alors les inféroflux et les nappes phréatiques14. Leurs sols sont souvent pauvres et édaphiquement secs. Par ailleurs, la végétation qu’ils accueillent est une steppe herbacée à couverture très discontinue, dégradée par les effets d’une longue exploitation par l’homme. Est-il possible que le secteur de Ḏahrat al‑Ǧdayda ait accueilli une steppe arborée au PPNB ? A. Sankary (1982) et W. Deiri (1990) proposent que la forêt à pistachiers ait occupé les mesas de l’ouest et du nord des Marges arides15. Les études archéobotaniques menées sur les sites néolithiques de la vallée de l’Euphrate démontrent que la steppe arborée, à couvert plus ou moins dense, s’étendait dans des secteurs où, tout comme à Ḏahrat al‑Ǧdayda, les précipitations moyennes sont actuellement comprises entre 200 et 250 mm (Willcox et al. 2009). Les reliquats de steppe arborée se rencontrent à partir de 800 m d’altitude dans le Ǧabal al‑Balʿas, mais il semble que les étages de la végétation, et notamment celui de la steppe arborée, étaient plus bas que de nos jours au début de l’Holocène (Willcox et al., à paraître). En prenant en considération l’altitude et les précipitations, le secteur de Ḏahrat al‑Ǧdayda aurait potentiellement pu accueillir une steppe arborée. Toutefois, les conditions édaphiques des glacis ne sont guère favorables à son développement, et il est possible que les arbres n’aient pu coloniser que les secteurs aux sols plus profonds et mieux humidifiés (vallées des oueds, faydas, etc.) et peu les versants, situation que l’on peut observer actuellement dans le Ǧabal al‑Balʿas.

  • 16 Vasques naturelles formées par dissolution, de dimensions métriques, situées généralement dans des (...)
  • 17 Nous ne savons pas si de tels abris ont été creusés au PPNB. Des citernes ont pu être aménagées de (...)

18Les glacis du sud-est des Marges arides ne correspondent pas à des milieux favorables aux mises en culture. Ils n’ont, et il semble qu’ils n’aient jamais eu, qu’une vocation pastorale (Geyer 1998, p. 3). Le pastoralisme y est en outre favorisé par les possibilités d’aménagements des affleurements de la dalle calcaire. Sa mise à nue par l’érosion hydrique qui, pour l’essentiel, est ancienne comme dans le cas du Ǧabal al‑Balʿas, permet d’avoir accès à des points d’eau grâce aux kamenitsas16 et offre la possibilité, à la périphérie des glacis, de réaliser des abris, pour les hommes comme pour les animaux, par creusement et dégagement des horizons sous-jacents17.

19Les pentes de raccordement entre les glacis et les fonds des vallées présentent des potentiels plus élevés pour la mise en culture que les glacis proprement dits : nous le verrons dans la partie consacrée à l’étude microrégionale.

Les vallées alluviales majeures

20Le secteur de Ḏahrat al‑Ǧdayda est drainé par trois oueds méridiens : les Wādī al‑Qasṭal, al‑ʿAmūr et al‑ʿAzīb, principaux cours d’eau de la région, prenant naissance sur les pentes du Ǧabal al‑Balʿas (fig. 1). Les réseaux hydrographiques ont été façonnés à des périodes anté-holocènes, et les vallées de ces oueds majeurs sont ponctuées de terrasses alluviales dont seule la plus récente n’est pas consolidée, terrasses propices à la culture du fait des limons qui les recouvrent (Besançon et Geyer 2006, p. 29). Le long des oueds de la région se succèdent également quelques faydas. Ces micromilieux sont en règle générale particulièrement favorables aux mises en culture du fait du complément d’eau délivré par les crues des oueds. Celles-ci stagnent et imprègnent les sols d’apport, fertiles et épais, de ces surfaces planes, parfois vastes (Besançon et Geyer 2006, p. 24). Leurs potentiels agricoles sont toutefois inégaux, car ils dépendent de leur étendue, de la nature des dépôts, de leur localisation au sein du réseau hydrographique et de la présence ou non de dépôts quaternaires encroûtés (cf. ibid.).

  • 18 L’une de ces sources, active au début des années 2000, est localisée à un peu moins de 4 km au nord (...)
  • 19 Ce phénomène a pu être observé en fin de saison sèche en divers endroits du lit des trois oueds pré (...)

21L’intensification de l’irrigation et la multiplication des pompages au cours du XXe siècle ont abouti à un amenuisement des ressources en eau, de surface et souterraine, lequel a conduit à l’intermittence des écoulements de cours d’eau naguère probablement pérennes, du moins pour les plus importants d’entre eux. Mais la plupart des organismes hydrographiques de la région fonctionnaient déjà, par le passé et dès les débuts de l’Holocène, au rythme du régime des précipitations et n’étaient donc actifs qu’en saison humide, de manière temporaire, car régis par les épisodes pluvieux. Ces écoulements ont pu en revanche se maintenir plus longuement que de nos jours, comme ce fut par exemple le cas autrefois dans la section amont du Wādī al‑Qasṭal grâce à la présence de sources pérennes18 (Geyer 1999), hypothèse d’autant plus probable en période d’optimum climatique. De plus, ces réseaux hydrographiques ne sont pas totalement à sec le reste du temps. En effet, les mouilles présentes dans les talwegs constituent des bassins naturels, en eau de quelques jours à plusieurs semaines. Mais il faut surtout noter l’existence de sous-écoulements susceptibles de durer longtemps après les pluies, pendant toute ou partie de la saison sèche, tant qu’ils demeurent alimentés par les nappes phréatiques19. Ces inféroflux accroissent donc sensiblement la disponibilité en eau, dans une région où les écoulements de surface sont intermittents et les sources dispersées. R. Jaubert et al. (2002) ont souligné l’importance de ces sous-écoulements, de nos jours comme par le passé. Il est en effet attesté que les nappes d’inféroflux étaient exploitées dès l’Antiquité, au moyen d’aménagements hydrauliques tels des puits et des galeries drainantes souterraines (qanāts), pour l’alimentation en eau domestique et l’irrigation. En outre, les précipitations, considérées comme ayant été, au PPNB, supérieures aux actuelles, probablement moins irrégulières et mieux réparties au sein de la saison humide, la présence d’un couvert végétal plus dense favorisant les infiltrations et les faibles ponctions dans les nappes superficielles, ont alors très certainement amélioré les dotations de ces nappes d’inféroflux.

22Grâce, d’une part, aux inféroflux et aux sources et, d’autre part, aux faydas ainsi qu’à la présence de terrasses limoneuses, les vallées alluviales sont des milieux favorables à la mise en valeur et facilitent l’accès à une ressource indispensable quotidiennement, l’eau. Nous reviendrons sur les modalités de cet accès à Ḏahrat al‑Ǧdayda.

ÉTUDE MICRORÉGIONALE

23Dans le cadre de cette étude microrégionale, nous avons fait le choix de nous appuyer sur une méthode de type Site Exploitation Territory développée par E. S. Higgs et C. Vita-Finzi (Higgs et Vita-Finzi 1972 et 1975 ; Vita-Finzi et Higgs 1970). Cette démarche a été régulièrement reprise depuis les années 1970 (e.g. Findlow et Ericson 1980 ; Hunt 1992) et notamment au cours de cette dernière décennie (e.g. Arroyo 2009 ; Ullah 2011). Les méthodes appliquées ont été affinées et leur mise en œuvre facilitée par les progrès des SIG et la généralisation de leur emploi.

Définition du territoire microrégional20

  • 20 Pour plus de précisions sur les fondements et les étapes de la méthode employée, voir Chambrade 201 (...)
  • 21 Nous avons conservé le rythme de marche de référence de 5 km/h sur terrain plat proposé par E. S. H (...)
  • 22 La topographie est l’une des composantes les plus stables de l’environnement à l’échelle humaine, q (...)

24À la suite d’E. S. Higgs et C. Vita-Finzi (1972), les limites du territoire économique microrégional ont été établies sur la base d’exemples ethnographiques ayant démontré que, au-delà d’une certaine distance et/ou temps de marche, l’exploitation quotidienne des ressources et/ou des terres arables ou pastorales n’est plus rentable économiquement. Ces limites varient en fonction du type d’activité de subsistance principale : chasse-cueillette, mise en culture et élevage. Elles sont exprimées en temps de marche depuis le site21 et ont été modélisées grâce à un logiciel de SIG et en fonction de la contrainte que représente la topographie sur les temps de déplacement22. Dans le cas de Ḏahrat al‑Ǧdayda, nous partons de l’hypothèse formulée à partir des indices archéologiques récoltés : celle d’une communauté villageoise sédentaire pratiquant l’agriculture.

  • 23 Il est évidemment probable que certaines ressources aient été récoltées bien au-delà de ces limites (...)
  • 24 A. Bevan et al. (2003, p. 230) soulignent le fait que les distances peuvent varier du simple au dou (...)
  • 25 On ne sait pour l’instant que peu de choses sur les stratégies pastorales pratiquées sur les sites (...)
  • 26 En régions à climat de type méditerranéen, les animaux pâturent de 8 à 13 heures par jour selon le (...)
  • 27 Cette information n’est probablement pas considérée comme pertinente dans le cadre de ces études, n (...)
  • 28 Nous n’avons pas trouvé de référence appropriée pour le Proche-Orient mais, dans les trois cas ment (...)

25Comme la chasse et la cueillette ne sont pas complètement abandonnées à la fin du PPNB, un premier territoire considéré comme le territoire de collecte est délimité à deux heures de marche depuis le site23 (Lee 1969 ; Binford 2001 ; Arroyo 2009). Les études consultées, sur la relation entre la production et la distance au village dans le cadre d’une économie rurale traditionnelle (Chisholm 1968 ; Wagstaff et Augustson 1982 ; Bevan et al. 2003), permettent de proposer deux rayons, respectivement fixés à trente minutes et une heure de marche24, pour délimiter les territoires culturaux. Concernant le territoire pastoral, nous partons de l’hypothèse d’un parcage des troupeaux sur le lieu d’habitat et de la pratique d’un élevage sur parcours25. E. S. Higgs et C. Vita-Finzi n’ont pas défini de limite spécifique au territoire pastoral. Cette distinction se révèle pourtant importante, car les besoins et les contraintes liés à l’élevage diffèrent fortement de ceux qui prévalent pour les mises en culture. Plusieurs facteurs peuvent en effet influencer les aires de pâturage : l’accès régulier à des points d’eau, les conflits d’espaces entre les terres dévolues aux mises en culture et celles dédiées aux pâturages, la présence d’autres campements ou villages à proximité (Coppolillo 2000, p. 533). Nous ajouterons un facteur essentiel : la variabilité, dans l’espace et en fonction des saisons, de la quantité et de la qualité de la végétation palatable. La taille des territoires pastoraux peut donc varier fortement en fonction de ces paramètres, mais le déplacement du lieu de parcage à la pâture ne doit, dans tous les cas, pouvoir excéder deux à trois heures, au risque de réduire celui consacré à cette dernière26. Bien que nous n’ayons trouvé que très peu de références concernant les rayons de pâturage dans les études sur les systèmes pastoraux traditionnels27, les études consultées (Coppolillo 2000 ; Sanon et al. 2007 ; Toro-Mujica et al. 201228) nous ont conduits à faire le choix de deux rayons limités à trente minutes et deux heures de marche.

Cartographie des unités géomorphologiques et évaluation de leurs potentiels

  • 29 Nous avons circulé avec O. Barge (UMR 5133 – Archéorient) dans la microrégion d’al-Rawda, site du B (...)

26Le territoire ainsi modélisé (fig. 4), il s’agit ensuite d’identifier, de cartographier, et de décrire les unités géomorphologiques29 qui le composent, afin d’évaluer leurs potentiels et/ou leurs facteurs limitants pour la conduite des activités agro-pastorales. L’eau et les sols sont les deux ressources fondamentales qui conditionnent les possibilités de mises en valeur agricoles. Mais l’hydrologie, les supports édaphiques et le couvert végétal sont des composantes dynamiques du milieu, dont la dégradation, tout comme la régénération, peuvent se produire non seulement à l’échelle de l’histoire de l’Homme mais également à plus court terme. Nous sommes donc confrontés à la difficulté d’en restituer les caractéristiques qui prévalaient il y a plus de 8 000 ans.

27Nous avons fondé l’évaluation qualitative des potentiels des unités cartographiées sur plusieurs descripteurs. Pour pallier la difficulté exposée précédemment, certains de ces descripteurs sont relatifs à des composantes statiques et nous nous appuyons surtout sur une comparaison des potentiels des formes du relief plutôt que sur une description détaillée de leurs caractéristiques individuelles, pour laquelle nous manquons d’éléments.

Fig. 4 – Limites des territoires microrégionaux de Ḏahrat al‑Ǧdayda (M.‑L. Chambrade).

28Les facteurs pris en compte pour l’évaluation des potentiels de mise en culture sont :

  • les pentes ;

  • le risque d’inondation ;

  • l’eau complémentaire mobilisable par les végétaux ;

  • le potentiel global des sols.

  • 30 Des pentes trop fortes peuvent constituer un facteur limitatif aux mises en culture. Selon J. Tarle (...)

29Le relief et le modelé n’ont guère évolué, dans leurs grandes lignes, au cours de l’Holocène. La pente peut donc être considérée comme un facteur stable30 tout comme la répartition dans l’espace du risque d’inondation. De même, ce risque peut être considéré comme peu variable à l’échelle de l’Holocène dans la mesure où le régime des unités hydrographiques est influencé par la saisonnalité des précipitations.

30L’eau complémentaire mobilisable par les végétaux traduit les possibilités d’accès des plantes à l’eau des nappes phréatiques, non encore surexploitées au Néolithique, et aux nappes de sous-écoulement. Enfin, les potentiels agronomiques des supports édaphiques sont évalués selon leur fertilité, leur épaisseur, leur capacité de rétention en eau et leur éventuel encroûtement. Ils constituent une ressource complexe et délicate à décrire dans le détail et pourtant l’une des plus essentielles. Néanmoins, la pédogenèse est très lente sous les conditions climatiques actuelles, et les sols évolués sont des héritages de périodes plus humides, leurs caractéristiques globales et leur répartition devaient donc être relativement semblables au schéma actuel.

31Les facteurs pris en compte pour le pâturage sont :

  • la pente ;

  • le risque d’inondation ;

  • la disponibilité des pâtures.

32Nous ne revenons pas sur les deux premiers facteurs, abordés ci-dessus. Il s’agit pour le troisième de dresser un schéma global des différences de densité de la végétation et des possibilités d’accès selon les sols et les saisons.

Description des unités géomorphologiques

33La dissection qu’ont subie les glacis par les nombreux cours d’eau qui prennent naissance dans les Palmyrénides confère à la microrégion un relief assez perturbé. L’action des cours d’eau est également en grande partie à l’origine de la mosaïque de formes d’érosion qui composent la microrégion (fig. 5). Celles-ci étant nombreuses, elles ont été regroupées, pour leur description, en trois principaux ensembles : les modelés d’aplanissement ou interfluves, les formes liées à la dynamique fluviatile et les formes de raccordement entre les interfluves et les zones dépressionnaires.

34Les interfluves – les glacis –, tous types confondus excepté les glacis-terrasses (cf. infra), dominent largement (70 % du territoire). Viennent ensuite les formes liées à la dynamique fluviatile : les faydas, les glacis-terrasses, les terrasses et les cônes. Ces deux derniers types posent deux problèmes. D’une part, ces formes peuvent être de faible étendue et, dans ce cas, certaines de celles qui n’ont pu être cartographies sur le terrain ont pu nous échapper par la suite sur les photographies aériennes et les images satellites et/ou ne sont pas repérables. D’autre part, certains cônes et terrasses ont été édifiés postérieurement à l’occupation de Ḏahrat al‑Ǧdayda, information que nous ne possédons pas pour tous les espaces cartographiés. Les anciens poljés représentent également 10 % du territoire économique, les formes de raccordement entre les zones dépressionnaires et les interfluves 6 % et, enfin, les contreforts du Ǧabal al‑Balʿas sont présents au sud-est de la microrégion, mais n’y tiennent qu’une place minime (4 %).

Les contreforts du Ǧabal al‑Balʿas

35Le Ǧabal al‑Balʿas n’occupe qu’une place très secondaire au sein de la microrégion, mais son rôle est essentiel en tant que relief de commandement et secteur d’origine des principaux cours d’eau de la microrégion. Déjà décrit supra, rappelons simplement que le massif est et était probablement avant tout une terre d’élevage qui fournit de bons pâturages de printemps. La présence d’une steppe arborée a pu se révéler attractive pour la cueillette de fruits sauvages, traditionnellement consommés sur les sites PPN de Syrie intérieure, et pour la récolte de bois. Ses nombreux gisements de matières premières minérales ont également pu être une bonne raison de fréquentation du massif.

Les modelés d’aplanissement ou interfluves

  • 31 À propos des mares aménagées, voir Geyer 2009 et Geyer et al 2014.

36Cette catégorie regroupe les glacis et leur forme dégradée (fig. 5), hormis les glacis secondaires (cf. infra). Rappelons, d’une part, que ces surfaces n’ont probablement jamais eu qu’une vocation pastorale (Geyer 1998, p. 3) et que, d’autre part, les kamenitsas y offrent nombre de points d’eau pour abreuver les troupeaux en saison humide, aisément aménageables pour en augmenter les capacités31.

37Les glacis peuvent être fortement dégradés à leur périphérie, phénomène qui concerne des étendues de plus en plus vastes à mesure que l’on se rapproche des Palmyrénides. Ils ont dans ce cas des pentes parfois assez fortes (fig. 6) et leurs surfaces présentent des évasements et des ensellements. Les contacts avals sont généralement assez peu marqués et peuvent évoluer en glacis secondaire ou en pentes de raccordement. La dalle calcaire est présente mais souvent en partie démantelée et les matériaux fins ont le plus souvent été exportés. Les potentiels agropastoraux de ces glacis dégradés sont proches de ceux des glacis décrits précédemment, voire moindres.

Fig. 5 – Unités géomorphologiques du territoire économique de Ḏahrat al‑Ǧdayda (M.‑L. Chambrade).

Fig. 6 – Valeur des pentes en pourcentage dans la microrégion de Ḏahrat al‑Ǧdayda (M.‑L. Chambrade).

Les formes liées à la dynamique fluviatile

  • 32 Une étude géomorphologique plus poussée reste à mener mais elle correspondrait aux terrasses Q0a de (...)

38Il s’agit des fonds d’oueds, des terrasses alluviales, des glacis-terrasses, des cônes alluviaux et des faydas (fig. 5). La dimension et l’ampleur des terrasses bordant du Wādī al‑Qasṭal à proximité du site, invitent à penser que leur genèse remonte au moins en partie à la première moitié de l’Holocène32. Si les formations qui constituent ces terrasses sont composées essentiellement de galets à l’amont, leurs parties médianes et avales sont tapissées de limons constituant des milieux à potentiel agronomique non négligeable. Leur proximité avec le cours d’eau offre par ailleurs des possibilités d’irrigation. Mais ces terrasses sont susceptibles d’être noyées par les crues, exceptionnellement pour les plus anciennes ou plus régulièrement pour les plus récentes, moins élevées, ce qui offre certes l’avantage d’humidifier les sols mais aussi un danger de destruction des cultures. Certaines terrasses, d’origine plus ancienne (anté-holocène), sont perchées. Elles sont parfois encroûtées et ont subi une évolution en glacis. Ces glacis-terrasses représentent des surfaces limoneuses à bons potentiels culturaux, mais moindres que les terrasses, car elles sont surélevées par rapport aux nappes phréatiques et doivent le plus souvent être épierrées du fait des encroûtements fréquemment démantelés.

39Les cônes de déjection présentent les mêmes potentiels et contraintes que les terrasses. Les petits cônes présents au nord de la microrégion n’ont pas été datés, mais le vaste cône au sud-est est de genèse au moins en partie antérieure au PPNB récent car le site de Ḏahrat al‑Turkumāniyya 5 (fig. 1), daté du PPNB, est implanté sur sa surface.

40Deux vastes faydas (212 et 297 ha) sont présentes le long des Wādī al‑ʿAmūr et al‑ʿAzīb (fig. 5), et constituent des micromilieux particulièrement favorables aux cultures pluviales (cf. supra). Trois faydas intercalaires, de dimensions modestes (d’une dizaine à une cinquantaine d’hectares), sont également visibles au nord de la microrégion (fig. 5). Mais leurs potentiels culturaux sont moindres, car elles ne bénéficient que de l’apport en eau de courts organismes hydrographiques ayant incisé les glacis qui les surplombent.

Les ex-poljés

  • 33 Nous n’avons pu effectuer de travail de terrain dans ce secteur.

41La plaine de ʿAqῑrbāt, perchée à plus de 670 m d’altitude, paraît être l’héritière d’un ancien poljé (Besançon et Geyer 2006, fig. 5, p. 19). Elle est traversée par le Wādī al‑Qasṭal qui en assure le drainage. Cette plaine fertile, aux sols évolués argileux et rubéfiés, abrite de nos jours un paysage d’openfield, autorisé par la qualité de ses sols et les pompages dans la nappe phréatique. D’après les images satellites à haute résolution disponibles grâce à Google Earth©33, ses potentiels culturaux semblent meilleurs dans sa partie occidentale qu’au sein du territoire de Ḏahrat al‑Ǧdayda. La cuvette située au sud-est de la microrégion, qu’un chaînon du Ǧabal al‑Balʿas sépare de la plaine de ʿAqῑrbāt, pourrait être de même un ancien poljé, drainé par un affluent du Wādī al‑Qasṭal et par le Wādī al‑ʿAmūr. Les sols y paraissent d’assez bonne qualité.

Les formes de raccordement entre les interfluves et les zones dépressionnaires

42La catégorie des formes de raccordement regroupe les glacis secondaires, les pentes de raccordement et les contacts abrupts (fig. 5). Les glacis secondaires sont des surfaces légèrement vallonnées qui établissent parfois le contact entre les interfluves et les formes alluviales. Façonnés et mis en place par des écoulements diffus, ils sont généralement recouverts d’un tapis assez épais de particules fines, même s’il subsiste des matériaux grossiers en quantité variable à leur surface. Leurs potentiels culturaux sont meilleurs que ceux des glacis, mais ils présentent un risque d’érosion hydrique des sols.

43Les pentes de raccordement s’intercalent entre les glacis ou leurs formes dégradées et les zones basses. Ces surfaces ont des pentes moyennes (fig. 6) et sont recouvertes de colluvions. Leurs potentiels culturaux sont assez semblables à ceux des glacis secondaires, et elles sont particulièrement sujettes aux effets du ruissellement du fait de leur pente et de la faible densité du couvert végétal.

44Les contacts abrupts sont des pentes de raccordement aux valeurs plus fortes que les formes précédentes (fig. 6), avec parfois la dalle calcaire mise à nu. Ils ont un potentiel cultural nul et un potentiel pastoral très faible ou nul, mais offrent la possibilité de creuser les abris évoqués plus haut.

Activités de subsistance et potentiels des unités géomorphologiques

  • 34 Des structures, attribuées au PPNB et considérées comme des barrages délimitant des bassins d’irrig (...)

45Les glacis, les glacis dégradés et les contacts abrupts ont les caractéristiques édaphiques les moins propices aux mises en culture (fig. 8 et 9). Les terrasses réunissent les conditions édaphiques les plus favorables, dans le périmètre des territoires culturaux, notamment pour le blé et les légumineuses, mais présentent pour certaines un risque d’inondation lors de la saison humide (fig. 7). Leur exploitation pourrait impliquer la construction de murets protecteurs qui auraient également pu permettre de détourner une partie des écoulements et retenir l’eau, offrant ainsi des possibilités d’irrigation des cultures, éventualité envisageable en cette haute période du PPNB34. Des murs ayant pu avoir l’une ou l’autre de ces fonctions ont été relevés près de Ḏahrat al‑Ǧdayda le long du Wādῑ al‑Qasṭal (fig. 2), mais, sans datation avérée, ils peuvent tout aussi bien être associés aux occupations postérieures. L’étendue de ces terrasses alluviales reste par ailleurs limitée. Les glacis-terrasses, perchés, sont à l’abri des inondations (fig. 7), mais nécessitent d’être épierrés par endroits, et l’eau y est plus difficilement mobilisable par les végétaux (fig. 8). Ils conviendraient donc plutôt à l’orge et, éventuellement, au blé, avec plus de réserves. Les faydas constituent les terroirs idéaux pour les cultures pluviales sensibles au stress hydrique, mais elles sont situées à plus d’une heure de marche de Ḏahrat al‑Ǧdayda (fig. 8 et 9). Les glacis secondaires et les pentes de raccordement connaissent des conditions édaphiques à potentiel moindre que les terrasses et les faydas, mais offrent en revanche les plus vastes espaces cultivables au sein des territoires culturaux (fig. 8 et 9). Ils sont de nos jours mis à profit pour les cultures d’orge ; cependant, lors d’années trop sèches, il arrive que l’orge ne parvienne pas à maturité. La culture n’est alors pas complètement perdue, puisqu’elle est, dans ce cas, pâturée sur pied (fig. 10).

Fig. 7 – Risque d’inondation dans la microrégion de Ḏahrat al‑Ǧdayda (M.‑L. Chambrade).

Fig. 8 – Eau complémentaire mobilisable par les végétaux dans la microrégion de Ḏahrat al‑Ǧdayda (M.‑L. Chambrade).

Fig. 9 – Potentiel global des sols dans la microrégion de Ḏahrat al‑Ǧdayda (M.‑L. Chambrade).

Fig. 10 – Orge pâturée sur pied près de Ḏahrat al‑Ǧdayda (cliché M.‑L. Chambrade).

  • 35 Cette hypothèse est plausible du fait de la mise en évidence, au PPNB à Halula, d’une alimentation (...)

46Les espaces favorables à la pâture en saison humide ne manquent pas à proximité de Ḏahrat al‑Ǧdayda (fig. 11). Les kamenitsas sur les glacis et les mouilles dans les lits des cours d’eau permettent en outre de satisfaire l’abreuvement des troupeaux durant les parcours. Lors de la saison sèche, la situation est fort différente. Bien que la végétation ait été probablement moins dégradée au PPNB que de nos jours, le poids de la sécheresse était effectif, réduisant la biomasse (fig. 12) et la variété des espèces palatables et ne facilitant pas l’accès à l’eau, si ce n’est grâce aux inféroflux et aux éventuelles sources de débordement de nappes. Les chaumes sont toujours une solution pour prolonger la période de pâture printanière, mais le cœur de l’été devait être une période critique, pour laquelle les ovicaprinés sont les plus adaptés, notamment les chèvres. Mais il ne peut être exclu qu’une solution fourragère ait été adoptée35, assurant la stabilité de l’alimentation des troupeaux à l’année.

Fig. 11 – Potentiels pastoraux en saison humide dans la microrégion de Ḏahrat al‑ Ǧdayda (M.‑L. Chambrade).

  • 36 Communication personnelle de M. Al‑Dbiyat (Ifpo, Damas).
  • 37 Certaines de ces plantes sont aujourd’hui encore utilisées par les pasteurs nomades de la région, p (...)
  • 38 Cf. supra : Les glacis.

47Concernant la cueillette et la chasse, activités qui perdent de leur importance mais perdurent toutefois tout au long du PPNB, nous sommes à Ḏahrat al‑Ǧdayda dans le domaine de la steppe. Ces étendues conviennent aux mammifères et à l’avifaune steppiques, couramment rencontrés sur les sites PPNB, notamment aux équidés et aux gazelles, qui étaient encore présentes dans la région dans les années 195036. Les activités cynégétiques, dont la place dans l’économie de subsistance ne serait pas négligeable, d’après l’abondance des pointes de flèches au sein des assemblages, pouvaient donc être pratiquées au sein de la microrégion. La végétation steppique, composée de tout un panel de plantes à usages divers37, pouvait fournir les produits de la cueillette, avec peut-être quelques réserves pour les fruits de la steppe arborée (Pistacia atlantica, Amygdalus sp., etc.) couramment rencontrés sur les sites PPN, pour les raisons déjà évoquées38.

Fig. 12 – Potentiels pastoraux en saison sèche dans la microrégion de Ḏahrat al‑Ǧdayda (M.‑L. Chambrade).

Les modalités de l’accès à l’eau

  • 39 Le fonçage de puits est attesté à Chypre dès le PPNB ancien (voir notamment Guilaine et al. 1999 et (...)

48La nature de l’approvisionnement en eau de Ḏahrat al‑Ǧdayda pose une question du fait qu’il n’y a pas de nos jours de ressource en eau de surface pérenne dans le secteur. L’eau y est pourtant présente et ne manque pas, ou tout du moins ne manquait pas à des périodes de plus importante pluviosité. Mais cette eau est à chercher sous la surface, comme nous le montre la présence de sols hydromorphes et d’une qanāt. Ce sol hydromorphe pourrait être un indicateur de l’existence d’une source et/ou être dû à la stagnation de l’eau dans des cuvettes après les pluies, entretenue par une nappe de sous-écoulement ou superficielle, comme le confirme la présence de la qanāt. Nous supposons donc que les villageois de Ḏahrat al‑Ǧdayda ont pu exploiter cette nappe, d’accès relativement aisé, grâce à des puits creusés à faible profondeur39, ou éventuellement grâce à une source. L’eau retenue dans les cuvettes à la suite des épisodes pluvieux (fig. 13) pouvait également fournir un complément, mais, dans ce cas, peut-être à destination du cheptel. L’écoulement du Wādī al‑Qasṭal et de ses inféroflux, probablement plus durable que de nos jours, a également pu être mis à contribution, ce cours d’eau n’étant situé qu’à 1 km à l’ouest du site.

Fig. 13 – Cuvette inondée et butte témoin en arrière-plan à Ḏahrat al‑Ǧdayda (cliché O. Barge).

SYNTHÈSE ET RÉFLEXIONS

49L’hypothèse d’une occupation ponctuelle ou temporaire est très probablement à exclure à Ḏahrat al‑Ǧdayda du fait de la présence de vestiges architecturaux, qui témoignent d’un certain degré d’investissement mis en œuvre dans la construction du bâti, et de la diversité de l’outillage. Les indices archéologiques récoltés vont en effet préférentiellement dans le sens d’une occupation à caractère durable : permanente, comme cela a été proposé (Geyer et Coqueugniot 2013), ou bien semi-permanente. En effet, la diversité de l’outillage et le bâti construit ne constituent pas à eux seuls une preuve de sédentarité comme l’ont démontré les fouilles du site de Qdeir 1 dans la cuvette d’al‑Kowm, considéré comme un camp de pasteurs semi-nomades (Aurenche et Cauvin 1982 ; Stordeur 1993 ; Stordeur et Wattez 1998).

50Néanmoins, dans le cadre de notre étude doctorale (Chambrade 2012), nous avons relevé plusieurs critères communs au choix d’implantation des sites néolithiques précéramiques à occupation sédentaire, critères qui se vérifient à Ḏahrat al‑Ǧdayda. Il s’agit en premier lieu de l’accès à une ressource en eau pérenne, dans le cas présent une nappe superficielle et/ou une source. Les secteurs montagneux ont été évités et le choix se portait de préférence sur les vallées alluviales, ici celle d’un affluent du Wādī al‑Qasṭal. Outre la proximité de terroirs à fort potentiel agronomique, tout en se prémunissant des crues du cours d’eau principal, cette localisation près d’un couloir alluvial majeur facilite la circulation. Enfin, l’un des critères majeurs de choix de lieu d’implantation des communautés villageoises PPNB mis en évidence est une localisation à l’interface entre au moins deux milieux complémentaires, adaptés à la variété des besoins et aux activités de subsistance.

  • 40 Cette étude repose sur un modèle qui combine notamment une estimation du nombre d’habitants, fondée (...)

51À petite échelle, Ḏahrat al‑Ǧdayda est localisé dans un secteur de glacis, mais à proximité du Ǧabal al‑Balʿas. À grande échelle, le site est implanté en position intermédiaire entre ces glacis, qui offrent principalement – si ce n’est exclusivement – des possibilités pastorales, et des formes alluviales à bon potentiel agronomique. Au sein du territoire cultural, ces dernières sont peu étendues et n’occupent que 8 % (536 ha) de l’espace total. Leur proportion est un peu plus élevée dans le cas du territoire cultural restreint, mais elle n’atteint que 15 % (ca 200 ha). Les surfaces plus favorables à l’élevage qu’aux mises en culture sont donc majoritaires à proximité du site, cependant pouvaient-elles tout de même s’avérer suffisantes pour satisfaire les besoins de la communauté villageoise de Ḏahrat al‑Ǧdayda ? Les données archéologiques à Ḏahrat al‑Ǧdayda sont trop peu nombreuses pour apporter une réponse, mais les études conduites à Halula, village de la vallée de l’Euphrate occupé du PPNB moyen au PN (Molist et al. 2004, p. 48), peuvent nous donner quelques éléments de réflexion. Ferrio et al. (2012) ont évalué à 160 ha la superficie de terres arables nécessaire à l’alimentation des villageois au PPNB40. Les situations de Halula et de Ḏahrat al‑Ǧdayda ne peuvent être strictement comparées en ce qui concerne notamment le rendement des cultures, du fait du peu d’éléments attestés concernant Ḏahrat al‑Ǧdayda et d’environnements différents d’un cas à l’autre. Néanmoins, Halula est un des villages PPNB les plus importants de Syrie, et ces deux sites ont une superficie sensiblement similaire (8,4 ha pour Halula et 8 ha pour Ḏahrat al‑Ǧdayda). Avec toute la prudence requise quant à ces comparaisons, nous pouvons prendre en considération le fait que les superficies aux meilleurs potentiels agronomiques du territoire cultural de Ḏahrat al‑Ǧdayda, tout du moins dans son extension maximale (fig. 4), ont pu être suffisantes pour satisfaire les besoins des villageois. Cette proposition est à nuancer car l’exploitation des terrasses alluviales, aux potentiels les plus élevés et qui occupent près de 30 % de ces superficies, a pu nécessiter la construction d’aménagements pour l’irrigation ou en prévention des crues, dont on ne peut attester la mise en œuvre dans la région à la fin du PPNB. Mais les glacis-terrasses, aux conditions édaphiques certes moins à même de compenser l’aridité climatique que les terrasses, sont à l’abri des inondations et occupent 450 ha au sein du territoire cultural. Enfin, les glacis secondaires, aux potentiels agronomiques moindres que ceux des terrasses et des glacis-terrasses, totalisent près de 2 000 ha et accueillent de nos jours des cultures d’orge, avec cependant un risque de succès aléatoire d’une année à l’autre. En partant de l’hypothèse que ces trois types de terroirs aux potentiels très élevés à moyens aient été mis à profit à Ḏahrat al‑Ǧdayda, on peut envisager un usage complémentaire de ces terroirs, comme cela a été proposé à Halula (Ferrio et al. 2005 et 2012) : de petites parcelles dédiées aux cultures les plus sensibles à la sécheresse, telles les légumineuses sur les terrasses alluviales, et une culture extensive des céréales sur les glacis-terrasses et les glacis secondaires. Il faut toutefois garder à l’esprit que ce scénario « idéal » reste hypothétique et que la région est et était marquée par une aridité climatique qui impose ses contraintes et ses limites.

  • 41 Abbès 2009. Étude archéozoologique menée par L. Gourichon (CEPAM – UMR 7264, CNRS). Précisons toute (...)
  • 42 Gourichon 2004. Al-Kowm 2 (PPNB final) est un village localisé dans un secteur recevant de nos jour (...)

52Si l’hypothèse d’une implantation sédentaire est confirmée à terme à Ḏahrat al‑Ǧdayda, une activité agricole devait donc assurer la subsistance des villageois, comme cela est le cas des villages PPNB récent, l’apport des produits de la chasse et de la cueillette diminuant progressivement au cours du PPNB. Mais rappelons la forte proportion des pointes de flèches au sein des artefacts récoltés. Comme le démontre l’exemple du site PPNB moyen/récent de Wadi Tumbaq 1 dans le Ǧabal al‑Balʿas (Abbès 2007 et 2009), l’importance des pointes de flèches dans l’outillage n’est pas nécessairement significative d’une prépondérance de la chasse au sein des activités de subsistance, les assemblages fauniques s étant révélés dominés par des restes de caprinés domestiques41. Il est néanmoins possible que l’acquisition de produits camés – par prédation et/ou production – ait joué un rôle non négligeable à Ḏahrat al‑Ǧdayda, comme cela aurait été le cas à al‑Kowm 242. Cette importance de l’exploitation de la faune ne constituerait qu’une part des stratégies d’adaptation des communautés du PPNB tardif aux contraintes imposées par l’aridité climatique. Nous proposons donc, comme pour al‑Kowm, que le choix du lieu d’implantation des villageois de Ḏahrat al‑Ǧdayda ait pu être guidé par l’accès à des terroirs aux potentiels complémentaires, afin d’augmenter les possibilités agro-pastorales au sein d’un environnement climatiquement contraignant. L’importance de l’exploitation de la faune aurait pu aider, dans ce contexte, à assurer une certaine stabilité économique au regard du caractère aléatoire des cultures annuelles.

CONCLUSION

53L’attractivité du secteur de Ḏahrat al‑Ǧdayda et la possibilité d’une occupation sédentaire au PPNB ne se révèlent pas d’emblée avec évidence. Pourtant, les indices appuyant cette hypothèse apparaissent dès l’observation attentive des composantes paysagères. Il est en effet envisageable qu’une communauté villageoise ait pu s’installer à Ḏahrat al‑Ǧdayda, avec peut-être la nécessité d’un minimum de connaissances techniques pour accéder à la ressource en eau permanente qu’offrent les nappes superficielles, connaissances qui étaient maîtrisées à cette période, et en adaptant les activités agro-pastorales aux conditions édaphiques et climatiques.

  • 43 Précisons à ce propos qu’un environnement steppique aride convient mieux aux ovicaprinés qu’aux sui (...)

54Si la microrégion de Ḏahrat al‑Ǧdayda offre avant tout de bons potentiels pastoraux43, l’analyse détaillée des potentiels et des contraintes des milieux a démontré que des pratiques culturales diversifiées et complémentaires ont pu être mises en œuvre et satisfaire les besoins de la communauté, sous réserve là aussi de l’application de certaines techniques.

55Ḏahrat al‑Ǧdayda ne serait ainsi pas le premier exemple de village néolithique localisé dans un secteur aux conditions climatiques et édaphiques sévères, comme le prouve le site d’al‑Kowm 2.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Abbès Fr. 2005, Bal’as. L’occupation des zones arides durant la néolithisation, Rapport de la mission archéologique franco-syrienne, non publié.

— 2007, Bal’as. L’occupation des zones arides durant la néolithisation, Rapport de la mission archéologique franco-syrienne, non publié.

— 2009, Bal’as. L’occupation des zones arides durant la néolithisation, Rapport de la mission archéologique franco-syrienne, non publié.

Affek H. P., Bar-matthews M., Ayalon A., Matthews A., Eiler J. M. 2008, « Glacial/interglacial temperature variations in Soreq cave speleothems as recorded by “clumped isotope” thermometry », Geochimica et Cosmochimica Acta 72/22, p. 5351‑5360.

Akkermans P. P. M. G., Schwartz G. M. 2009, The Archaeology of Syria. From complex hunter-gatherers to early urban societies (ca 16000-300 BC), 5e éd., Cambridge World Archaeology, Cambridge.

Arroyo A. B. M. 2009, « The use of optimal foraging theory to estimate Late Glacial site catchment areas from a central place : The case of Eastern Cantabria, Spain », Journal of Anthropological Archaeology 28/1, p. 27‑36.

Aurenche O., Cauvin M.‑Cl. 1982, « Qdeir 1, Campagne 1980. Une installation néolithique du VIIe millénaire », Cahiers de l’Euphrate 3, p. 51‑77.

Bailey G. N., Davidson I. 1983, « Site exploitation territories and topography : Two case studies from Palaeolithic Spain », Journal of Archaeological Science 10/2, p. 87‑115.

Balstrom T. 2002, « On identifying the most time-saving walking route in a trackless mountainous terrain », Danish Journal of Geography 102, p. 51‑58.

Barge O. (à paraître), « Géomorphologie », in C. Castel, O. Barge, N. Awad et M. Al‑Maqdissi (dir.), Des villes neuves aux franges du désert de Syrie à la fin du IIIe millénaire : travaux de la mission archéologique franco-syrienne d’al‑Rawda 2002-2008 ; travaux de la mission syrienne de Tell Sha’irat 2007-2008 et Tell Es Sour 2009, Lyon.

Barge O., Chataigner Chr. 2004, « Un SIG pour l’analyse des approvisionnements : l’exemple de l’obsidienne en Arménie », Revue d’archéométrie 28, p. 25‑33.

Bar-Matthews M., Ayalon A., Kaufman A., Wasserburg G. J. 1999, « The Eastern Mediterranean paleoclimate as a reflection of regional events : Soreq cave, Israel », EPSL 166, p. 85‑95.

Bar-Matthews M., Ayalon A., Gilmour M., Matthews A., Hawkesworth C. J. 2003, « Sea-land oxygen isotopic relationships from planktonic foraminifera and speleothems in the Eastern Mediterranean region and their implication for paleorainfall during interglacial intervals », Geochimica et Cosmochimica Acta 67, p. 3181‑3199.

Bell T., Lock G. 2000, « Topographic and cultural influences on walking the ridgeway in later prehistoric times », in G. Lock (éd.), Beyond the map : Archaeology and spatial technologies, Amsterdam, p. 85‑100.

Besançon J., Geyer B. 2003, « La géomorphologie de la basse vallée de l’Euphrate syrien. Contribution à l’étude des changements de l’environnement géographique au Quaternaire », in B. Geyer et J.‑Y. Monchambert (éd.), La basse vallée de l’Euphrate syrien du Néolithique à l’avènement de l’islam : géographie, archéologie et histoire, vol. 1, BAH 166, Beyrouth, p. 7‑59.

— 2006, « Contraintes écogéographiques et modes d’occupation du sol », in R. Jaubert et B. Geyer (éd.), Les marges arides du Croissant fertile. Peuplements, exploitation et contrôle des ressources en Syrie du Nord, TMO 43, série Conquête de la steppe 2, Lyon, p. 11‑53.

Besançon J., Sanlaville R 1981, « Aperçu géomorphologique sur la vallée de l’Euphrate syrien », Paléorient 7/2, p. 5‑18.

— 1985, « Le milieu géographique », in P. Sanlaville (éd.), Holocene settlement in North Syria. Résultats de deux prospections archéologiques effectuées dans la région du Nahr Sajour et sur le Haut-Euphrate syrien, BAR International Series 238, Archaeological Series 1, Lyon, p. 7‑22.

Betts A., Tarawneh M. 2010, « Changing patterns of land use and subsistence in the Badiyat al‑Sham in the Late Neolithic and Chalcolithic periods : New data from Burqu and Bayir », in M. Al‑Maqdissi, Fr. Braemer et J.‑M. Dentzer (éd.), Hauran V. La Syrie du Sud du Néolithique à l’Antiquité tardive. Actes du colloque de Damas, 2007, vol. 1, BAH 191, Damas, p. 69‑80.

Bevan A., Frederick C., Krahtopoulou A. 2003, « A digital Mediterranean countryside : GIS approaches to the spatial structure of the post-medieval landscape on Kythera (Greece) », Archeologia e calcolatori 14, p. 217‑236.

Binford L. R. 2001, Constructing frames of reference. An analytical method for archaeological theory building using hunter-gatherer and environmental data sets, Los Angeles.

Bogaard A. 2005, « “Garden Agriculture” and the nature of early farming in Europe and the Near East », World Archaeology 37/2, p. 177‑196.

Bourbouze A., Donadieu R. 1987, L’élevage sur parcours en régions méditerranéennes, Options méditerranéennes, Montpellier.

Chambrade M.‑L. 2012, Dynamique spatio-temporelle et environnement des sites néolithiques précéramiques de Syrie intérieure, thèse de doctorat, université de Franche-Comté, Besançon.

Chisholm M. 1968, Rural settlement and land use. An essay in location, 2e éd., Londres.

Contenson H. de 2000, Ramad. Site néolithique en Damascene (Syrie) aux VIIIe et VIIe millénaires avant l’ère chrétienne, BAH 157, Beyrouth.

Coppolillo P. B. 2000, « The Landscape Ecology of Pastoral Herding : Spatial Analysis of Land Use and Livestock Production in East Africa », Human Ecology 28/4, p. 527‑560.

Coqueugniot E. 1982, « Tell Aatné, un nouveau site précéramique en Syrie », Paléorient 8/2, p. 91‑98.

— 2011, « Apport des industries lithiques à la connaissance de l’occupation des marges arides (Syrie), du Paléolithique supérieur au Bronze ancien (premières observations) », Syria 88, p. 23‑30.

Deiri W. 1990, Contribution à l’étude phyto-écologique et de la potentialité pastorale en Syrie aride, thèse de doctorat, université Montpellier 2.

Develle A.‑L., Herreros J., Vidal L., Sursock A., Gasse F. 2010, « Controlling factors on a paleo-lake oxygen isotope record (Yammoûneh, Lebanon) since the Last Glacial Maximum », Quaternary Science Reviews 29/7‑8, p. 865‑886.

Dubertret L. (dir.) 1963, Lexique stratigraphique international, vol. III., Asie, fasc. 10 cl, Liban, Syrie, Jordanie, Paris.

Eastman J. R. 1999, Guide to GIS and image processing, Worcester.

Ferrio J. P., Araus J. L., Buxó R., Voltas J., Bort J. 2005, « Water management practices and climate in ancient agriculture : inferences from the stable isotope composition of archaeobotanical remains », Vegetation History and Archaeobotany 14/4, p. 510‑517.

Ferrio J. R, Arab G., Buxô R., Guerrero E., Molist M., Voltas J., Araus J. L. 2012, « Agricultural expansion and settlement economy in Tell Halula (Mid-Euphrates valley) : A diachronic study from early Neolithic to present », Journal of Arid Environments 86, p. 104‑112.

Findlow F. J., Ericson J. E. (éd.) 1980, Catchment analysis : Essays on prehistoric resource space, Anthropology UCLA vol. 10/1 et 2, Los Angeles.

Fujii S. 2007, « PPNB Barrage Systems at Wadi Abu Tulayha and Wadi ar-Ruweishid ash-Sharqi : A Preliminary Report of the 2006 Spring Season of the Jafr Basin Prehistoric Project, Phase 2 », ADAJ 51, p. 403‑427.

2009, « A Half-Buried Cistern at Wadi Abu Tulayha : A Key to Tracing the Pastoral Nomadization in the Jafr Basin, Southern Jordan », in B. Finlayson et G. Rollefson (éd.), Jordan’s Prehistory : Past and Future Research, Amman.

Fujii S., Adachi T., Quintero L. A., Wilke P. J. 2011, « Wādī Ghuwayr 106 : A Neolithic Barrage System in the North-Eastern Al‑Jafr Basin », ADAJ 55, p. 189‑211.

George P., Verger F. 2000, Dictionnaire de la géographie, 6e éd., Paris.

Geyer B. 1998, « Géographie et peuplement des steppes arides de la Syrie du Nord », in M. Fortin et O. Aurenche (éd.), Espace naturel, espace habité en Syrie du Nord (10e-2millénaires av. J.‑C.). Actes du colloque de Laval, Québec, 5‑7 mai 1997, TMO 28, BCSMS 33, Lyon-Toronto, p. 1‑8.

— 1999, Rapport sur les missions de printemps et d’automne 1999, Mission de prospection « Marges arides de la Syrie du Nord », non publié.

— 2009, « Pratique d’acquisition de l’eau et modalités de peuplement dans les marges arides de Syrie du Nord », in M. Al‑Dbiyat et M. Mouton (dir.), Stratégies d’acquisition de l’eau et société au Moyen-Orient depuis l’Antiquité, BAH 186, Beyrouth, p. 25‑43.

Geyer B., Besançon J., Rousset M.‑O. 2006, « Les peuplements anciens », in R. Jaubert et B. Geyer (éd.), Les marges arides du Croissant fertile. Peuplements, exploitation et contrôle des ressources en Syrie du Nord, TMO 43, série Conquête de la steppe 2, Lyon, p. 55‑69.

Geyer B., Coqueugniot É. 2013, « Occupation du sol et conquête territoriale durant le Néolithique dans les marges arides de Syrie du Nord », Syria 90, p. 159‑176.

Geyer B., Chambrade M.‑L., Coqueugniot É. 2014, « Water Quest and subsistence strategies during the Neolithic in the Arid Margins of Northern Syria », in D. Morandi Bonacossi (éd.), Settlement dynamics and human landscape interaction in the steppes and deserts of Syria, Studia Chaburensia 5, Wiesbaden, p. 1‑31.

Gourichon L. 2004, Faune et saisonnalité. L’organisation temporelle des activités de subsistance dans l’Épipaléolithique et le Néolithique précéramique du Levant Nord (Syrie), thèse de doctorat, université Lumière Lyon 2, disponible sur : http://theses.univ-lyon2.fr/documents/lyon2/2004/gourichon_l/download [consulté en 10/2015].

Guilaine J., Briois F., Carrère L., Coularou J., Crubezy E., Manen C., Perrin T., Vigne J.‑D. 1999, « Shillourokambos (Chypre) », Bulletin de Correspondance Hellénique 123/2, p. 541‑544.

Guilaine J., Briois F., Vigne J.‑D. (dir.) 2011, Shillourokambos : un établissement néolithique pré-céramique à Chypre. Les fouilles du secteur 1, Paris-Athènes.

Harris D. R. 2002, « Development of the agro-pastoral economy in the Fertile Crescent during the Pre-Pottery Neolithic period », in R. T. J. Cappers et S. Bottema (éd.), The dawn of farming in the Near East, SENPSE 6, Berlin, p. 67‑83.

Herveux L. 2007, Le phénomène agricole à l’âge du Bronze au Proche-Orient (3000-1200 av. J.‑C.), thèse de doctorat, université Paris 1.

Higgs E. S., Vita-Finzi C. 1972, « Prehistoric economies : a territorial approach », in E. S. Higgs (éd.), Papers in economic Prehistory, Cambridge, p. 27‑36.

1975, « Appendix A. Site catchment analysis : A concide guide to fields methods », in E. S. Higgs (éd.), Papers in economic Prehistory 2. Palaeoeconomy, Cambridge, p. 223‑224.

Hours F., Aurenche O., Cauvin J., Cauvin M.‑C., Coppeland L., Sanlaville P. 1994, Atlas des sites du Proche-Orient (14000-5700 B. P.), TMO 24, vol. 1, Lyon.

Hunt E. D. 1992, « Upgrading site-catchment analyses with the use of GIS : Investigating the settlement patterns of horticulturists », World Archaeology 24/2, p. 283‑309.

Issar A. S., Zohar M. 2007, Climate change Environment and History of the Near East, 2e éd., Berlin-New York.

Jaubert R., Geyer B. 2006, « Introduction », in R. Jaubert et B. Geyer (dir.), Les marges arides du Croissant fertile. Peuplements, exploitation et contrôle des ressources en Syrie du Nord, TMO 43, série Conquête de la steppe 2, Lyon, p. 6‑10.

Jaubert R., Geyer B., Debaine Fr., Al‑Dbiyat M. 2002, « L’exploitation des eaux de subsurface des marges arides de Syrie : dégradation ou transformation ? », Sécheresse 13/1, p. 43‑50.

Jones M. D., Roberts C. N., Leng M. J. 2007, « Quantifying climatic change through the last glacial‑interglacial transition based on lake isotope palaeohydrology from central Turkey », Quaternary Research 67, p. 463‑473.

Kuijt L., Finlayson B., MacKay J. 2007, « Pottery Neolithic landscape modification at Dhra’ », Antiquity 81, p. 106‑118.

Lee R. B. 1969, « !Kung Bushmen subsistence. An inpout-output analysis », in A. P. Vayda (éd.), Environment and cultural behavior, New York, p. 47‑79.

Mc Garry S., Bar-Matthews M., Matthews A., Vakes A., Schilman B., Ayalon A. 2004, « Constraints on hydrological and paleotemperature variations in the Eastern Mediterranean region in the last 140 ka given by the dD values of speleothem fluid inclusions », Quaternary Science Reviews 23, p. 919‑934.

Métral Fr. 2006, « Transformations de l’élevage nomade et économie bédouine dans la première moitié du vingtième siècle », in R. Jaubert et B. Geyer (éd.), Les marges arides du Croissant fertile. Peuplements, exploitation et contrôle des ressources en Syrie du Nord, TMO 43, série Conquête de la steppe 2, Lyon, p. 81‑101.

Migowski C., Stein M., Prasad S., Negendank J. F. W., Agnon A. 2006, « Holocene climate variability and cultural evolution in the Near East from the Dead Sea sedimentary record », Quaternary Research 66, p. 421‑431.

Molist M., Anfrus J., Cruells W., Clop X., Sana M. 2004, « Estudio del asentamiento de Tell Halula (valle del Éufrates, Siria) : aportaciones para el estudio de la emergencia de las sociedades agricolas en el Proximo Oriente », Bienes culturales. Revista del instituto del patrimonio histôrico espahol, vol. 3, p. 45‑62.

Murrieta-Flores P. 2010, « Travelling in a prehistoric landscape : Exploring the influences that shaped human movement », in B. Frischer, J. Webb Crawford et D. Roller (éd.), Making history interactive. Computer applications and quantitative methods in archaeology (CAA). Proceedings of the 37th international conference (Williamsburg, Virginia, March 22‑26, 2009), BAR International Series 2079, Oxford, p. 258‑276.

Nishiaki Y. 2009, « Excavation of a 9 000-year-old water well in Mesopotamia », Kakenhi News l, p. 5.

Pearson J. A., Buitenhuis H., Hedges R. E. M., Martin L., Russell N., Twiss K. C. 2007, « New light on early caprine herding strategies from isotope analysis : A case study from Neolithic Anatolia », Journal of Archaeological Science 34/12, p. 2170‑2179.

Peltenburg E., Colledge S., Croft P., Jackson A., McCartney C., Murray M. A. 2000, « Agro-pastoralist colonization of Cyprus in the 10th millennium B. P. : initial assessments », Antiquity 74, p. 844‑853.

Ponikarov V. P. (éd.) 1966, The geological map of Syria, Scale 1:200,000, Sheet I‑37‑XX (Salamiyeh), Department of Geological and Mineral Research, Ministry of Industry, Syrian Arab Republic [avec notice explicative].

Rigot J.‑B. 2003, Environnement naturel et occupation du sol dans le bassin versant du lac Jabbûl (Syrie du Nord) à l’Holocène, thèse de doctorat, université Lumière Lyon 2.

Sankary A. 1982, Flora of the Syrian Steppe, Alep.

Sanon H. O., Kaboré-Zoungrana C., Ledin I. 2007, « Behaviour of goats, sheep and cattle and their selection of browse species on natural pasture in a Sahelian area », Small Ruminant Research 67/1, p. 64‑74.

Schlumberger D. 2010, « Texte 2 : La Palmyrène du Nord-Ouest (conclusion) », in M. Gelin (éd.), Daniel Schlumberger. L’Occident à la rencontre de l’Orient, Ifpoche 2, Damas, p. 177‑197, disponible sur : http.//ifpo.revues.org/1406 [consulté en 09/2015].

Scott P. A., Christie C. J. 2004, « “Optimal” speed-load combinations for military manœuvres », IJIE 33/1, p. 63‑68.

Stordeur D. 1993, « Sédentaires et nomades du PPNB final dans le désert de Palmyre (Syrie) », Paléorient 19/1, p. 187‑204.

— (dir.) 2000, El Kowm 2. Une île dans le désert, la fin du Néolithique précéramique dans la steppe syrienne, Paris.

Stordeur D., Wattez J. 1998, « À la recherche de nouvelles clés. Étude géoarchéologique à Qdeir 1, PPNB final, désert syrien », Cahiers de l’Euphrate 8, p. 115‑138.

Tarlet J. 1985, La planification écologique. Méthodes et techniques, Géographia 5, Paris.

Tornero Dacasa C. 2011, Estrategias de explotación, gestión y apropiación del ganado en las primeras sociedades campesinas del valle medio del Éufrates. Integración de los análisis biogequímicos al estudio arqueofaunístico del yasimiento de tell Halula (Valle medio del Éufrates, República Árabe de Siria), thèse de doctorat, Universitat Autònoma de Barcelona.

Toro-Mujica P., Garcia A., Gômez-Castro A., Perea J., Rodriguez-Estévez V., Angôn E., Barba C. 2012, « Organic dairy sheep farms in south-central Spain : Typologies according to livestock management and economic variables », Small Ruminant Research 104/1‑3, p. 28‑36.

Traboulsi M. 1981, Le climat de la Syrie : exemple de dégradation vers l’aride du climat méditerranéen, thèse de 3e cycle, université Lumière Lyon 2.

— 2004, Les précipitations au Proche-Orient : variabilité spatio-temporelle et relations avec la dynamique de l’atmosphère (1960-1961/1989-1990), thèse de doctorat, université de Bourgogne, Dijon.

— 2010, « Les précipitations dans les marges arides de la Syrie du Nord », in P.‑L. Gatier, B. Geyer et M.‑O. Rousset (éd.), Entre nomades et sédentaires. Prospections en Syrie du Nord et en Jordanie du Sud, TMO 55, série Conquête de la steppe 3, Lyon, p. 73‑95.

Ullah I. I. T. 2011, « A GIS method for assessing the zone of human-environmental impact around archaeological sites : A test case from the Late Neolithic of Wadi Ziqlâb, Jordan », Journal of Archaeological Science 38/3, p. 623‑632.

Verheyden S., Nader F. H., Cheng H. J., Edwards L. R., Swennen R. 2008, « Paleoclimate reconstruction in the Levant region from the geochemistry of a Holocene stalagmite from the Jeita cave, Lebanon », Quaternary Research 70, p. 368‑381.

Vita-Finzi C., Higgs E. S. 1970, « Prehistoric economy in the Mount Carmel area of Palestine : Site catchment analysis », Proceedings of the Prehistoric Society 36, p. 1‑37.

Wagstaff M., Augustson S. 1982, « Traditional land use », in C. Renfrew et M. Wagstaff (éd.), An island polity. The archaeology of exploitation in Melos, Cambridge, p. 106‑133.

Willcox G. 2005, « The distribution, natural habitats and availability of wild cereals in relation to their domestication in the Near East : multiple events, multiple centres », Vegetation History and Archaebotany 14, p. 534‑541.

Willcox G., Buxo R., Herveux L. 2009, « Late Pleistocene and early Holocene climate and the beginnings of cultivation in Northern Syria », Holocene 19/1, p. 151‑158.

Willcox G., Barge O., Herveux L. (à paraître), « Végétation actuelle : ressources et potentiels », in C. Castel, O. Barge, N. Awad et M. Al‑Maqdissi (dir.), Des villes neuves aux franges du désert de Syrie à la fin du IIIe millénaire : travaux de la mission archéologique franco-syrienne d’al‑Rawda 2002-2008 ; travaux de la mission syrienne de Tell Sha’irat 2007-2008 et Tell Es Sour 2009, Lyon.

Zohary M. 1973, Geobotanical foundations of the Middle East, 2 vol., Geobotanica Selecta 3, Stuttgart.

Zohary M., Hopf M. 2000, Domestication of plants in the Old World : The origin and spread of cultivated plants in West Asia, Europe and the Nile Valley, 3e éd., New York.

Notes

2 Je remercie B. Geyer et É. Coqueugniot (UMR 5133 - Archéorient, université Lumière Lyon 2 – CNRS) qui m’ont communiqué des documents inédits du programme Marges arides de la Syrie du Nord, notamment les bases de données contenant les datations de l’ensemble des vestiges repérés en prospection, ainsi que les données matérielles, chronologiques et typologiques relatives aux sites préhistoriques. Je remercie également le réseau doctoral Universités françaises/Ifpo pour son soutien financier. Mes remerciements chaleureux vont à H. Saad et M. Rivoal, coresponsables de la mission syro-française « Lisière occidentale de la steppe syrienne (Mohafazat de Hama) » et amis, qui ont grandement contribué à la réalisation du travail de terrain effectué dans le secteur de Ḏahrat al-Ǧdayda notamment. Je tiens aussi à remercier les rapporteurs dont les relectures attentives ont permis d’améliorer cet article. Enfin, j’ai une pensée toute particulière pour les villageois de Qasṭal et leur accueil toujours si chaleureux.

3 Seul le site de Tell Chehab (PPNA), repéré par F. Hours (Hours et al. 1994) sur le contrefort occidental du Ǧabal al-Balʿas (fig. 1) et sur lequel les informations restent très succinctes, était connu dans la région.

4 Cette isohyète correspond à la limite théorique de pratique des cultures pluviales (ou cultures sèches). La localisation de l’isohyète des 200 mm est très fluctuante selon les années, du fait de l’importante variabilité inter-annuelle des précipitations. À la latitude de Ḏahrat al-Ǧdayda, son tracé varie de près de 200 km d’ouest en est entre une année très arrosée (1966-1967) et une année très déficitaire (1972-1973) [Traboulsi 2004].

5 La microrégion correspond, dans le cadre de ce travail, au territoire économique du village, considéré comme exploité régulièrement. La définition de ses limites est inspirée des travaux de E. S. Higgs et C. Vita-Finzi (1972) et se fonde sur des exemples ethnographiques (cf. infra : « Définition du territoire microrégional »).

6 Sauf cas particuliers, les assemblages PPNB récoltés lors des prospections n’ont pas permis à É. Coqueugniot, en charge de leur étude, de différencier les PPNB récent et final.

7 Voir dans ce même volume : pour al-Qasṭal al‑Samālī 3, Genequand et Rousset, p. 231‑232 ; pour la tour d’al-Qasṭal al‑Samālī 1, Gatier et Rousset, p. 106‑110.

8 Étant donnée la nature du substratum local, un calcaire crayeux et non gypseux (Ponikarov 1966), nous pensons qu’il s’agit de chaux plutôt que de plâtre, lequel nécessite du gypse. Mais seules des analyses physico-chimiques permettraient de confirmer cette hypothèse.

9 Selon les travaux de H. P. Affek et al. (2008) sur les mêmes spéléothèmes, les températures moyennes auraient été semblables ou légèrement supérieures aux actuelles au début de l’Holocène. Mais les auteurs signalent que leurs méthodes d’analyses isotopiques, bien qu’apparemment concluantes, sont expérimentales et demandent des tests complémentaires.

10 Cf. infra : Les vallées alluviales majeures.

11 Sites fouillés par la mission Babas dirigée par Fr. Abbès (UMR 5133 – Archéorient) et Th. Yartah (DGAMS, Damas). Des restes de Pistacia atlantica y ont été retrouvés en grande quantité, accompagnés de Rhamnus sp., de Crataegus sp. et d’Amygdalus sp. (G. Willcox, comm, pers.), espèces typiques de la steppe arborée proche-orientale.

12 Les faydas (terminologie locale) sont des évasements des fonds de vallées profitant de sols d’apport, profonds et bien irrigués par les eaux de ruissellement, localisés soit à la confluence des oueds soit sur des replats structuraux ou autour des dépressions endoréiques.

13 Encroûtement formé par l’alternance de processus de dissolution et de recristallisation, qui s’est endurci avec le temps, et couronne un horizon meuble.

14 Cf. Besançon et Geyer 2006 pour une description détaillée des glacis des Marges arides.

15 W. Deiri (1990, p. 105) a pu observer un pistachier relique sur le Ǧabal al‑Ḥaṣ, ce qui appuierait cette proposition, d’autant plus vraisemblable en période d’optimum climatique.

16 Vasques naturelles formées par dissolution, de dimensions métriques, situées généralement dans des roches calcaires massives. Elles retiennent souvent les eaux de ruissellement, autorisant la formation de petites mares temporaires (Geyer 2009).

17 Nous ne savons pas si de tels abris ont été creusés au PPNB. Des citernes ont pu être aménagées de la même façon, mais concernent, avec plus de certitude, des périodes plus tardives (Geyer 2009).

18 L’une de ces sources, active au début des années 2000, est localisée à un peu moins de 4 km au nord du site.

19 Ce phénomène a pu être observé en fin de saison sèche en divers endroits du lit des trois oueds précités. L’eau se trouvait à quelques centimètres seulement de la surface, dans les alluvions.

20 Pour plus de précisions sur les fondements et les étapes de la méthode employée, voir Chambrade 2012.

21 Nous avons conservé le rythme de marche de référence de 5 km/h sur terrain plat proposé par E. S. Higgs et C. Vita-Finzi (1972, p. 31). Ce rythme est celui d’un marcheur moyen sans charge ou avec une charge légère (5 kg maximum) et d’un marcheur aguerri portant une charge de 30 kg (Balstrøm 2002 ; Scott et Christie 2004 ; Murietta-Flores 2010). Nous partons du postulat que les hommes du Néolithique étaient de bons marcheurs étant donné qu’il s’agissait de leur unique moyen de déplacement et que l’exploitation économique de leur territoire suppose qu’ils disposaient d’un minimum de charge (outils, contenants, divers fruits de la collecte transportés jusqu’au lieu d’habitat).

22 La topographie est l’une des composantes les plus stables de l’environnement à l’échelle humaine, qui permet de ne s’appuyer que sur un minimum d’extrapolations du contexte préhistorique (Bailey et Davidson 1983, p. 94). De plus, « topography is a fundamental component of the mechanics of movement » (Bell et Lock 2000, p. 88) et en conséquence un paramètre essentiel à prendre en compte pour l’élaboration de la cartographie des limites territoriales évaluées en temps de marche. Les limites territoriales ont été modélisées sur la base de la méthode employée par O. Barge et Chr. Chataigner (2004), à partir d’un MNT d’une résolution de 25 m édité sur la base de la vectorisation des données de la carte topographique au 1/50000e (édition syrienne).

23 Il est évidemment probable que certaines ressources aient été récoltées bien au-delà de ces limites, mais elles ne concernent pas dans ce cas un approvisionnement quotidien.

24 A. Bevan et al. (2003, p. 230) soulignent le fait que les distances peuvent varier du simple au double selon la répartition et la disponibilité des terres arables autour du lieu d’habitat, i.e. en fonction des potentiels des milieux environnants.

25 On ne sait pour l’instant que peu de choses sur les stratégies pastorales pratiquées sur les sites proche-orientaux au PPNB. Diverses propositions ont été faites, telles celles d’un contrôle et d’un gardiennage des troupeaux dans les environs du site d’habitat (Bogaard 2005) ou, au contraire, d’un regroupement des troupeaux uniquement à certains moments de l’année, lesquels sont laissés libres de leur mouvement le reste du temps (Betts et Tarawneh 2010), ou encore celle d’un mixte des deux pratiques selon les espèces (Harris 2002). Les mesures de carbone et de nitrogène isotopiques contenus dans le collagène des ossements permettent de connaître le type d’alimentation et donc d’appréhender certains aspects des techniques pastorales mises en œuvre, mais ces méthodes d’analyse n’ont été jusqu’à présent que peu appliquées sur le matériel des sites PPNB proche-orientaux (Pearson et al. 2007 ; Tomero Dacasa 2011). Dans l’attente de nouvelles informations, ainsi que de réflexions plus approfondies et en concertation avec des archéozoologues, nous avons pris en considération les études ethnographiques consultées et les pratiques observées de nos jours dans la région.

26 En régions à climat de type méditerranéen, les animaux pâturent de 8 à 13 heures par jour selon le système pastoral adopté, la saison (durée du jour, température maximale de la journée) et la disponibilité en herbe (Bourbouze et Donadieu 1987, p. 39‑40).

27 Cette information n’est probablement pas considérée comme pertinente dans le cadre de ces études, notamment du fait de l’extrême variabilité, d’un cas de figure à un autre, des paramètres qui influencent les parcours.

28 Nous n’avons pas trouvé de référence appropriée pour le Proche-Orient mais, dans les trois cas mentionnés, le régime climatique est à double saison, sèche et humide, et la végétation est essentiellement composée d’herbacées annuelles accompagnées de pérennes, tout comme dans la steppe syrienne.

29 Nous avons circulé avec O. Barge (UMR 5133 – Archéorient) dans la microrégion d’al-Rawda, site du Bronze ancien, pour en dresser la carte des géosystèmes (Barge, à paraître). Le site de Ḏahrat al-Ǧdayda se situe à une dizaine de kilomètres au sud d’al-Rawda (fig. 1). L’environnement microrégional de ces sites est relativement similaire, nous nous sommes donc inspirés, avec l’accord d’O. Barge que nous remercions, d’une partie du travail élaboré à cette occasion.

30 Des pentes trop fortes peuvent constituer un facteur limitatif aux mises en culture. Selon J. Tarlet (1985), celles-ci deviennent pratiquement impossibles lorsque les valeurs des pentes sont supérieures à 30 %. Néanmoins, d’après M. Zohary (1973) et M. Zohary et M. Hopf (2000), des pentes supérieures à 30 % n’imposeraient pas de sérieuses restrictions à la culture traditionnelle, i.e. sans mécanisation, de la plupart des céréales et des légumineuses. Nous admettrons toutefois que les secteurs aux pentes supérieures à 30 % ne constituent pas des terroirs favorables aux mises en culture du fait du risque important d’érosion par ruissellement, parfois de l’absence de sols sur les pentes les plus abruptes, et de la nécessité d’adapter les techniques agricoles par l’aménagement de terrasses, par exemple. Des travaux de terrassement permettent en effet de compenser la contrainte représentée par la pente et de limiter l’érosion, mais il n’y a pas, à notre connaissance, d’indices d’une telle pratique avant le PN (Kuijt et al. 2007).

31 À propos des mares aménagées, voir Geyer 2009 et Geyer et al 2014.

32 Une étude géomorphologique plus poussée reste à mener mais elle correspondrait aux terrasses Q0a de la vallée de l’Euphrate syrien et de la cuvette du lac al-Ǧabbūl, édifiées durant l’optimum holocène et donc, pour partie, avant le PPNB récent (Besançon et Sanlaville 1981 et 1985 ; Besançon et Geyer 2003 ; Rigot 2003). Certaines terrasses des oueds originaires du Ǧabal al-Balʿas sont en effet antérieures à l’occupation de Ḏahrat al-Ǧdayda, d’après la localisation d’un site daté de la même période – Gabal’Umm al‑Fuhūd 1 (fig. 1) – sur l’une d’elles (information issue de la base de données Marges arides).

33 Nous n’avons pu effectuer de travail de terrain dans ce secteur.

34 Des structures, attribuées au PPNB et considérées comme des barrages délimitant des bassins d’irrigation, ont été identifiées dans le bassin d’al-Ǧafr en Jordanie (Fujii 2007 et 2009 ; Fujii et al. 2011).

35 Cette hypothèse est plausible du fait de la mise en évidence, au PPNB à Halula, d’une alimentation des cheptels en partie fournie par l’homme et non pâturée en contexte naturel (Tomero Dacasa 2011, p. 700‑701). Ce site est occupé à partir du PPNB moyen, autour de 7800 av. J.‑C.

36 Communication personnelle de M. Al‑Dbiyat (Ifpo, Damas).

37 Certaines de ces plantes sont aujourd’hui encore utilisées par les pasteurs nomades de la région, pour la composition de tisanes ou encore comme le chnan qui, une fois brûlé, sert à laver le linge.

38 Cf. supra : Les glacis.

39 Le fonçage de puits est attesté à Chypre dès le PPNB ancien (voir notamment Guilaine et al. 1999 et 2011 ; Peltenburg et al. 2000) et à partir du PPNB récent sur le continent (Nishiaki 2009).

40 Cette étude repose sur un modèle qui combine notamment une estimation du nombre d’habitants, fondée sur la superficie du site et des critères ethnoarchéologiques, et du rendement des cultures évalué à partir de l’analyse des assemblages archéobotaniques.

41 Abbès 2009. Étude archéozoologique menée par L. Gourichon (CEPAM – UMR 7264, CNRS). Précisons toutefois que, du fait de l’importante perturbation des niveaux d’occupation PPNB, il est possible qu’une partie de l’assemblage faunique soit postérieure. Le matériel lithique est en revanche daté avec certitude (Fr. Abbès, comm. pers.).

42 Gourichon 2004. Al-Kowm 2 (PPNB final) est un village localisé dans un secteur recevant de nos jours en moyenne moins de 150 mm de précipitations annuelles. Voir Stordeur 2000 pour des précisions sur ce site.

43 Précisons à ce propos qu’un environnement steppique aride convient mieux aux ovicaprinés qu’aux suidés et aux bovins, espèces traditionnellement exploitées sur les sites PPNB proche-orientaux.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Contexte topographique et pluviométrique du sud des Marges arides (M.‑L. Chambrade).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/475/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 2 – Relevés du site de Ḏahrat al‑Ǧdayda et de l’occupation historique du secteur (M.‑L. Chambrade et H. Saad).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/475/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 3 - Pistachiers reliques sur les pentes du Ǧabal al‑Balʿas (cliché M.‑L. Chambrade).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/475/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 4 – Limites des territoires microrégionaux de Ḏahrat al‑Ǧdayda (M.‑L. Chambrade).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/475/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 5 – Unités géomorphologiques du territoire économique de Ḏahrat al‑Ǧdayda (M.‑L. Chambrade).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/475/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 6 – Valeur des pentes en pourcentage dans la microrégion de Ḏahrat al‑Ǧdayda (M.‑L. Chambrade).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/475/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 7 – Risque d’inondation dans la microrégion de Ḏahrat al‑Ǧdayda (M.‑L. Chambrade).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/475/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 8 – Eau complémentaire mobilisable par les végétaux dans la microrégion de Ḏahrat al‑Ǧdayda (M.‑L. Chambrade).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/475/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 9 – Potentiel global des sols dans la microrégion de Ḏahrat al‑Ǧdayda (M.‑L. Chambrade).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/475/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 10 – Orge pâturée sur pied près de Ḏahrat al‑Ǧdayda (cliché M.‑L. Chambrade).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/475/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 11 – Potentiels pastoraux en saison humide dans la microrégion de Ḏahrat al‑ Ǧdayda (M.‑L. Chambrade).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/475/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 12 – Potentiels pastoraux en saison sèche dans la microrégion de Ḏahrat al‑Ǧdayda (M.‑L. Chambrade).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/475/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 13 – Cuvette inondée et butte témoin en arrière-plan à Ḏahrat al‑Ǧdayda (cliché O. Barge).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/475/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

Auteur

Université Lumière Lyon 2, UMR 5133 - Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.