Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Le palais assiégé : hypothèse de reconstruction d’un côté du palais néo-assyrien de tell Masaïkh

p. 409-410


Texte intégral

1Une œuvre d’architecture n’existe qu’en trois dimensions. Or les restes archéologiques, surtout mésopotamiens, n’offrent généralement que le plan de la structure bâtie. Parfois il ne reste que les fondations qui ne dépassent pas le niveau du sol. Les murs ne s’élèvent pas au-dessus de la tête des visiteurs. Les plafonds et les toits, sauf dans de très rares cas, viennent à manquer. Il est donc difficile de juger la qualité spatiale d’un volume en ruines (si « volume » il est). On ne peut avoir la sensation, que l’on possède par contre à Pompéi ou en Égypte pharaonique, que l’on se promène dans un espace fermé, un intérieur qui vous accueille, qui a été conçu et construit précisément pour servir d’écrin ou d’abri pour un habitant. Autant la structure du plan, l’agencement des espaces, à même le sol, se découvrent facilement, autant l’imbrication des formes ne peut-être qu’imaginée, et ce en supposant, parfois à partir de données peu fiables ou démontrables, la hauteur de tous les murs.

2Selon M. Gr. Masetti-Rouault, que nous remercions de nous avoir donné la possibilité de découvrir le site de tell Masaïkh, le palais néo-assyrien fortifié qui surplombe la ville basse, elle aussi entourée de murailles – le thème des murailles sera discuté lors de la mission en 2009 –, pose un problème (un, au moins) : les fouilles ont mis au jour des structures, internes et externes, qui jurent avec le reste de la construction, et dont la fonction, la raison, ne semblent pas évidentes, vu que leur construction, qui doit être postérieure au projet et à la construction du niveau principal du palais, s’imbrique mal avec le bâti et rend inutile une partie, essentielle, du point de vue fonctionnel et symbolique, de l’édifice principal.

3C’est pour cette raison que nous décidâmes de réfléchir sur ces deux éléments, déjà fouillés, dont la fonction a été bien mise en évidence par M. Gr. Masetti-Rouault : une rampe, malencontreusement engoncée dans toute la longueur et la largeur de la chambre privée du gouverneur (espace « domestique » fort allongé – comme dans tous les palais néo-assyriens fouillés jusqu’à présent), et une structure massive, entièrement construite en brique, qui recouvre et annule toute une partie de la zone nord du palais, que l’on peut interpréter comme une base élevée, et à laquelle on n’accède, semble-t-il, qu’à partir des parois intérieures ou des contreforts des casemates adossées à la muraille extérieure, et de la rampe intérieure.

4Bien que le hasard de la fouille eût en partie endommagé la rampe (son caractère incongru fit que, lors de son dégagement, elle fut confondue avec un remblai), le début de la montée est encore bien visible. La rampe, en terre lisse battue, parfaitement pressée, présente une pente de 27 %, ce qui est beaucoup (selon les standards modernes) : l’ascension, encore aujourd’hui, débute rudement. La montée ne se faisait pas d’un seul trait, mais un palier assez long, à mi-chemin, devait permettre de « souffler ». La rampe reprend ensuite avec la même inclinaison jusqu’à un second palier, placé à l’extérieur, à partir duquel elle devait tourner en angle droit et se diriger vers le haut de la structure massive, que l’on désigne, aujourd’hui, sous le nom commode de « tour » (son volume ressemble en effet à une tour médiévale) mais aussi, à cause sans doute de son ouverture au paysage et de sa situation surélevée par rapport au palais, sous le nom de « ziggurat ». L’état de la fouille ne permet malheureusement pas d’être sûr de la forme et de la direction du tronçon final de la rampe.

5Celle-ci finit à la même hauteur que le plafond de la salle du Trône voisine et que celle, peut-on penser, de la plupart des espaces intérieurs du palais. Il était donc constructivement nécessaire que la salle de la rampe fût plus haute – car, sinon, il aurait été impossible d’arriver droit au bout (de plus, des gouverneurs comme Nergal-eresh ne devaient certainement pas s’incliner, et encore moins ramper !) –, ou que le plafond eût été surélevé.

6Il est vrai que l’on pourrait aussi imaginer – cette hypothèse a été émise – que la salle de la rampe eût pu être découverte, à ciel ouvert ; mais l’absence de toit et la très forte pente de la rampe auraient facilité que les eaux des pluies, rares mais violentes, se fussent engagées à l’intérieur du palais. Les structures en briques crues, même recouvertes de stuc, n’auraient pas tenu longtemps.

7Or les parois latérales de la salle de la rampe sont doubles ou ont été doublées ; ceci eut constitué un effort inutile si la salle n’avait pas été couverte par des poutres en bois dont les côtés eussent été soutenus par – ou enfoncés dans – des murs mitoyens. Nous croyons donc que ce renforcement, tout au long des murs qui longent la rampe, ne s’explique que par une raison, une nécessité fonctionnelle : soutenir les nouvelles poutres du plafond surélevé ; de combien ? D’au moins deux mètres ou deux mètres et demi, afin de libérer un passage vers le palier extérieur. Si le besoin de surélever les murs longitudinaux s’est fait sentir, c’est certainement du fait que le plafond de la salle n’était guère plus haut que la partie supérieure du « bastion » (terme qui sera révisé en 2009). Car pouvait-il être bien plus bas – ce qui aurait exigé une surélévation des murs assez importante, quoique faisable, certes ? La salle du Trône a une trentaine de mètres de long et six mètres de large ; afin d’éviter une impression trop oppressante, il devait être nécessaire que la hauteur fût, plus ou moins, de cinq mètres. Ainsi, l’aspect solennel que l’on peut supposer devait posséder un espace « royal » ou de fonction, représentatif – bien qu’il s’agît du palais, non d’un monarque, mais d’un gouverneur qui, selon M. Gr. Masetti-Rouault, devait néanmoins se croire un roi et se comporter comme tel –, exigeait que le plafond ne fût pas trop bas, tenu compte de la longueur et la largeur de la salle. Or le niveau du sol se trouve à quatre mètres soixante de la partie supérieure du « bastion » ou de la « tour » ; cette hauteur doit certainement correspondre à celle des salles du palais – en effet, une hauteur inférieure aurait rendu l’intérieur du palais psychologiquement incommode, et une hauteur bien supérieure eût rendu inutile le fait de surélever les murs.

8Cette hauteur, d’au moins cinq mètres – car il faut compter que la partie supérieure du « bastion » a pu s’éroder au cours des millénaires –, coïncide assez bien, d’ailleurs, avec celle de la plupart des palais néoassyriens connus – si les relevés de ceux-ci, souvent du xixe siècle, sont justes.

9Tout le palais devait-il posséder la même hauteur ? On peut penser que des espaces secondaires ou de service devaient être moins hauts. Ainsi, par exemple, la salle des « cuisines », placée dans le prolongement de la salle de la rampe, aurait bien pu être plus basse, surtout parce qu’une salle voisine, ne disposant d’aucune sortie à l’extérieur, de petite taille mais sans doute symboliquement importante – les murs étaient recouverts de peintures1 –, ne pouvait être éclairée que par des ouvertures supérieures. Sinon, elle aurait été plongée dans l’obscurité la plus totale et on se demande alors pourquoi y avoir apposé des décors que seuls des yeux « non humains » auraient pu contempler. Or ces ouvertures pour capter la lumière du jour ne pouvaient être placées que si le plafond de la salle voisine (des cuisines) était plus bas que celui de la salle aux peintures.

10On peut donc émettre l’hypothèse que certains traits structuraux, qui ne pouvaient pas être gratuits (comme le redoublement des murs, ou le développement de la rampe dans la salle), permettent aujourd’hui, si l’on applique du moins une logique structurale moderne, de retrouver une donnée essentielle, pour reconnaître et comprendre l’hypothétique agencement des volumes du palais, que la fouille n’offre pas : la hauteur du palais – ou, du moins, une hauteur qui paraît sensée, « raisonnable » –, grâce à laquelle une reconstruction des différents volumes est possible, reconstruction qui pourrait, par la suite, aider à fouiller de façon encore plus précise, à la recherche d’une architecture monumentale qui était aussi un lieu où vivre, d’un espace à la fois représentatif et habitable.

Notes de bas de page

1 Sur les peintures murales, voir dans ce volume, la contribution de P. Poli, p. 352 et fig. 8 ; p. 406 et n. 26 ; St. Castandet et R. Chapoulie, p. 455-462.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.