Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Rapport sur les travaux de la mission archéologique syro-française à Ashara-Terqa en 2007 (TQ27)

p. 385-398


Texte intégral

INTRODUCTION

1Les opérations de 20071 ont été concentrées, à Terqa, principalement sur le chantier F (fig. 1), avec une courte opération sur le chantier C. Dans le chantier F, trois objectifs principaux ont été poursuivis. Il s’agissait tout d’abord de continuer l’étude du quartier de maisons de la phase III (fin DA III-Akkad-Shakkanakku), plus particulièrement dans les parties périphériques du chantier, afin de les démonter et de dégager la surface la plus grande possible pour étudier ensuite les niveaux plus anciens. Là où cette étude avait déjà été menée à bien, nous avions l’intention de continuer la fouille des constructions plus anciennes du niveau IV dont quelques rares structures avaient commencé à apparaître lors de la dernière saison. Enfin, nous espérions pouvoir, sous les couches les plus anciennes, atteindre le sol vierge afin de récolter des informations sur le processus de création de la toute première ville.

2Enfin, dans le chantier C, après le sondage réalisé en 2006 et qui avait livré surtout des niveaux islamiques, nous espérions pouvoir compter sur la collaboration de Stephen A. McPhillips (Ph. D., université de Sydney), pour faire une évaluation du matériel céramique d’époque islamique et peut-être reprendre, si besoin était, l’étude des niveaux de ces périodes en examinant les sections, ou bien en élargissant le sondage.

LA TOMBE 1303 DANS LA MAISON 10 (PHASE III)

3Dans la plupart des secteurs étudiés cette année, la fouille des bâtiments de la phase III avait déjà atteint le niveau des fondations, et il s’agissait principalement de continuer le démontage des murs et la fouille des couches de remplissage et de nivellement sous les sols et les murs pour atteindre les niveaux plus anciens. Toutefois, les opérations générales de nettoyage au début de la saison nous ont amenés à découvrir, juste sous le sol d’une des maisons de la phase III (locus k270, maison 10), une sépulture d’une grande qualité (fig. 2), que l’on peut dater de la phase III. 1 ou 2. La limite sud-ouest de la pièce k270, située au-delà de la fouille, nous est inconnue, mais la partie exposée montre qu’il s’agissait d’un espace ouvert, consacré à des activités de préparation de nourriture, et occupé par de nombreux tannour, dont quatre ont été dégagés (ta 1308, 1309, 1310 et 1311). La fosse de la tombe (1303), intrusive dans les couches de sols 1301 et 1305, avait en partie détruit le tannour 1456, dont la paroi avait ensuite servi à marquer la limite nord de la sépulture. Abritant le corps d’une femme d’une quarantaine d’années, souffrant d’importants défauts de dentition, cette tombe comportait, comme souvent durant cette phase, un très important matériel céramique (coupe à fruits, jarres de céramique métallique rouge et noire de toutes tailles, coupes, etc.), un œuf d’autruche (fig. 3 et 4), retrouvé en très bon état, muni d’une base et d’un col décorés de triangles de nacre collés au bitume2, et des grandes épingles en bronze. La tête était couverte d’une parure composée de pendentifs en os, et de perles en fritte. D’autres perles en pierre translucide et en lapis-lazuli complétaient ce bel ensemble. Le décor de la coupe à fruits est particulièrement intéressant (fig. 53) : incisé tout autour du pied, il représente une scène complexe, avec un groupe de capridés associés à deux motifs semblant symboliser les rayons du soleil ou bien la pluie tombant du ciel, et un homme tendant la main vers le tronc d’un grand arbre. Un gigantesque oiseau, debout derrière l’homme et tourné vers lui, semble le protéger du troupeau de capridés en tournant sa tête vers l’arrière et en lançant de sa bouche un jet représenté par un long trait. Encore une fois, on peut noter la richesse des tombes de cette époque (Terqa phase III), bien qu’elles soient associées à un habitat d’allure très modeste, et surtout souligner l’exceptionnelle cohérence de la tradition funéraire (tombes en pleine terre, disposition du corps, quantité des céramiques, type des bijoux et des objets en métal, présence d’un œuf d’autruche, etc.), alors que, pour les autres périodes, les pratiques sont habituellement beaucoup plus variées.

Image 1000000000000478000003254B4A026C.jpg

Fig. 1 – Plan général du chantier F à la fin de la saison 2007

Image 10000000000001E10000016C606DF837.jpg

Fig. 2 – La tombe 1303, phase III

Image 10000000000001E4000001B9B7F9C4D3.jpg

Fig. 3 – L’œuf d’autruche de la tombe 1303 in situ

Image 100000000000017F00000229673F32F2.jpg

Fig. 4 – L’œuf d’autruche de la tombe 1303 restauré

Image 10000000000003960000052EF864A8DE.jpg

Fig. 5 – La « coupe à fruits » de la tombe 1303, et détails du décor

STRATÉGIE ET RÉORGANISATION DES LOCI

4Dans l’ensemble du chantier, la stratégie de la fouille de 2006 avait surtout consisté à dégager l’espace le plus étendu possible pour pouvoir étudier de façon efficace et confortable, lors des saisons suivantes, l’architecture et la stratigraphie des niveaux les plus anciens de Terqa4. Ainsi, nous avions démonté pratiquement tous les murs des maisons 4, 5, 6, 7 et 8, ainsi que la partie nord-est de la maison 3 (fig. 1 et 6), dégageant ainsi un grand espace en L d’une superficie d’environ 350 m2 où l’exploration des niveaux anciens a pu être menée de façon graduelle et différenciée : nous avons choisi de descendre plus rapidement dans la partie sud (k289), juste au nord de la grande coupe est-ouest marquant la limite du chantier au bord du jardin public, cette grande section nous gardant le souvenir visuel de la séquence stratigraphique (fig. 7 et 8). La fouille s’étage ensuite des niveaux les plus anciens aux plus récents vers le nord-ouest (k264, k274 et k287) et le nord-est (k280 et k275). Nous n’avions pas, au début de la saison, l’intention d’élargir cet espace, qui respectait l’intégrité de la maison 2 de la phase III.

Image 100000000000030C000001F4DEC5D130.jpg

Fig. 6 – Chantier F, vue générale des secteurs fouillés, à la fin de la saison 2007

Image 1000000000000229000001A17ABA1512.jpg

Fig. 7 – Section sud dulocus k289

Image 100000000000030F000002486751F502.jpg

Fig. 8 – Section sud du locus k289

LES TOMBES EN PIERRE 1428 DANS LE LOCUS K288

5Nous avons toutefois, dès le début de la saison, dû modifier légèrement notre stratégie, et élargir la fouille, au nord-est, à une partie de l’espace de cette maison 2 (anciens loci k149, k150, k165 et k182, regroupés en un nouveau locus k288, fig. 1), pour comprendre la raison d’être d’un imposant tas de pierres de gypse, qui apparaissait, dans la section le long de la limite sud-ouest de la maison, juste sous ses fondations de la phase III. D’autres pierres du même type apparaissaient aussi juste sous les sols dans toute la partie sud de la maison. Nous avons donc décidé d’en démonter les murs, ne conservant que le grand mur nord-est et celui du sud-est.

6C’est ainsi que nous avons pu dégager une imposante construction en pierres (1428, fig. 9, 10 et 11), qui s’est révélée être une sorte d’hypogée composé de plusieurs tombes avec des voûtes en encorbellement. L’ensemble avait été pillé dans l’Antiquité, comme le montraient les voûtes partiellement effondrées, mais dont certaines parties étaient encore en place, et encore par endroits doublées de djuss. La fouille de chaque tombe n’a pu être, cette année, que partielle, en raison de la présence des énormes blocs de gypse provenant des voûtes effondrées, que nous avons préféré laisser en place jusqu’à la prochaine saison : la seule solution, pour fouiller complètement cette structure complexe, sera d’en démonter au moins la moitié pour l’étudier en coupe, et nous avons reporté cette opération à une autre année pour nous laisser le temps de mettre en place une reconstitution en 3D de l’ensemble, avant fouille complète et éventuel démontage.

7Du point de vue stratigraphique, la situation est assez claire : la section (fig. 12) au sud-ouest montre clairement que la tombe est intrusive dans les couches accumulées au-dessus des structures détruites de la phase IV, mais qu’elle a été construite durant la période la plus récente attestant le processus d’accumulation entre les phases IV et III, période que nous numérotons en IV. 0. Les fondations des murs de la maison 2, construite au début de la phase III, touchent et chevauchent les pierres des tombes, et les sols de cette même phase sont installés juste au-dessus, une des pierres trouant même le sol le plus ancien (cote 189). Nous ne pouvons évaluer exactement la durée qui s’est écoulée entre la construction de ces tombes monumentales, à la fin de la phase IV. 0, et la construction du quartier de maisons de la phase III, mais il est clair que, si elles avaient été complètement enterrées, l’érosion les avait en partie découvertes et les maçons de la phase III les avaient sciemment ensevelies dans les fondations et sous les sols des nouvelles constructions. Notons toutefois que, s’il est clair que ces tombes ont été au moins partiellement enterrées, nous ne pouvons savoir, en raison d’une possible érosion des sols et couches supérieures de la phase IV. 0, si une partie de la superstructure était visible à la surface, ou bien si elles étaient complètement enterrées.

8La situation générale de ces tombes correspond exactement à celle qu’a décrite André Parrot5 lorsqu’il a fouillé les grandes tombes du même type à Mari, sous le temple d’Ishtar. Les tombes de Terqa ont sans doute été construites à la même époque, et dans les mêmes conditions, à ceci près que nous n’avons pour l’instant trouvé, dans les niveaux plus anciens, aucune construction en pierre d’où auraient pu provenir, comme à Mari, les blocs récupérés et utilisés pour les construire.

9La signification sociale et idéologique de ce type de tombes reste un sujet de discussion : A. Parrot y avait vu les vestiges des sépultures d’anciens rois de Mari. Cette interprétation pourrait évidemment s’étendre à Terqa : bien qu’à cette époque (sans doute dans la première partie du DA III), la cité ait été, du point de vue politique, dans la mouvance de Mari, son caractère de métropole religieuse pourrait y justifier la présence de sépultures royales. Toutefois, on comprend mal, à Terqa comme à Mari, une telle pratique durant une phase intermédiaire très probablement marquée par une vacance ou un grand affaiblissement du pouvoir. On pourrait donc plutôt penser à des tombes de chefs locaux – nomades ou semi-nomades – dont le pouvoir s’affirmerait ainsi sur la région lors d’une phase de mutation et de réorganisation6.

LA PHASE IV. 0/1 DANS LE LOCUS K287 ET LA TOMBE 1390

10Dans la partie nord-ouest du secteur fouillé cette année, nous avons terminé le démontage des fondations des murs des maisons de la phase III, et regroupé tout l’espace des anciens loci k273, k278, k279, k281 à k284 en un seul grand locus k287 d’environ 125 m2 (fig. 1). La fouille a confirmé la présence d’une importante couche de nivellement (1322 +), pour la préparation des constructions de la phase III, avec des traces d’occupation temporaire (tannour, foyers, ossements animaux, etc.), peut-être consécutives aux activités de construction (chantier), sans structures architecturales définies. Sous ce niveau, et scellée par la couche 1322+, nous avons rencontré une série de couches (1356+) marquées par une accumulation de matériaux (briques cassées, terre, cendres, etc.), sans doute à associer à la destruction de structures plus anciennes et à la réoccupation épisodique de l’espace pour des activités artisanales ou d’occupation temporaire. Lambeaux de sols, foyers, tannour, installations utilisant de l’eau (structures en djuss), se succèdent ou se juxtaposent sur l’ensemble de l’espace, sans qu’il soit possible d’y voir une organisation structurée ni d’en trouver les limites marquées par d’éventuels murs. On doit donc postuler une longue phase d’abandon de cet espace, ayant généré une accumulation d’une épaisseur variant, selon les endroits, entre 70 cm et 1,20 m d’épaisseur, de la cote 189 (sols les plus anciens de la phase III) jusqu’à la cote 187,80 environ. C’est à ce niveau que le haut des restes de plusieurs murs de la phase IV a été repéré, notamment les murs 1416, 1429, 1435 et 1437, mais sans permettre encore de restituer un plan cohérent. Cet espace a toutefois livré quelques objets intéressants : des épingles en bronze, des fragments de figurines, et surtout une représentation d’assez grandes dimensions d’un lion en argile, relevant, par sa taille (12,5 × 8 cm) et par le détail de sa crinière bouclée et de la queue, plus de la catégorie des statuettes que de celle des figurines7.

Image 10000000000001E4000001430F75F9A5.jpg

Fig. 9 – Tombes en pierres 1428, vue générale vers l’est

Image 10000000000001E20000016D9E239B26.jpg

Fig. 10 – Tombes en pierre 1428, partie centrale de la voûte effondrée, vue vers l’ouest

Image 10000000000001E40000016EDDF7F337.jpg

Fig. 11 – Tombes en pierre 1428, vue vers le sud-est

Image 1000000000000284000001DD8F41C529.jpg

Fig. 12 – Section nord-ouest - sud-est, au sud des tombes 1428

11Par ailleurs, c’est dans la partie ouest de ce même locus, pas très loin des restes du mur 1437, qu’est apparue, sous l’emplacement d’un des murs de la phase III, creusée dans les couches finales de destruction et d’occupation sporadique de la phase IV (mais scellée par la reconstruction de la phase III), une marmite contenant un squelette de nourrisson, dans un contexte d’activités de cuisine et de préparation de nourriture (tannour, foyers, installation faite d’un lit de tessons, recouverts d’une épaisse couche de djuss).

12Une autre tombe (1390, cotes 187,78 à 187,37), dans une position stratigraphique semblable à la précédente, était particulièrement intéressante : elle contenait le corps, en position hypercontractée, d’un homme robuste d’une cinquantaine d’années, entouré d’une quarantaine de jarres (fig. 13) de toutes dimensions, de toutes qualités (céramiques métalliques rouges et noires, céramiques fines et communes) et de tous types (bouteilles, jarres fermées, ouvertes, coupes, etc.). Elle comportait aussi deux œufs d’autruche munis d’une base et d’un col en céramique décorés de bitume et de coquille, des épingles en bronze, de nombreuses perles (or, lapislazuli, cornaline, fritte), une bague (ou petite parure de coiffure) en or décorée d’un motif géométrique incisé et surtout un élément de parure en or, sans doute initialement collé (traces de bitume) et cloué (deux petits trous) sur un support, décoré d’un motif floral au repoussé8.

Image 10000000000002BB000002126CA79AC0.jpg

Fig. 13 – La tombe 1390, vue générale, en cours de fouille

13Cette sépulture exceptionnelle se trouvait sous l’emplacement de la maison 6 de la phase III (cote minimale 188,17). Toutefois, il nous semble qu’elle est plus ancienne : le sol en djuss de la pièce, intact au-dessus de l’emplacement de la fosse, aurait certes pu être réparé après l’enfouissement, et nous pourrions n’avoir pas repéré la fosse, mais la profondeur de cette dernière serait inhabituelle (80 cm) et un des murs de la maison la recouvrait en grande partie. En outre, la position hypercontractée du corps correspond à une disposition que nous avons jusqu’ici rencontrée plusieurs fois dans des sépultures de la phase IV, mais jamais durant la phase III. Enfin, la richesse de la tombe est frappante et la distingue très nettement de toutes celles que nous avons retrouvées dans ce quartier de petites maisons. Ainsi, bien que le matériel et la disposition générale soient assez semblables, à premier examen, à ceux des tombes de la phase III (présence d’œuf d’autruche, très nombreuses céramiques de toutes dimensions au centre et tout autour, épingles en bronze) nous préférons dater cette sépulture de fin de la phase IV (IV. 0 ou IV. 1), portant peut-être la marque d’une transition, dans les pratiques funéraires, entre les deux périodes. Elle serait ainsi à peu près contemporaine des grandes sépultures en pierre. Le haut de la tombe ayant été légèrement perturbé dans l’Antiquité (la jarre la plus élevée était cassée et une partie du crâne avait disparu), il nous est impossible de savoir si cette sépulture, installée dans un espace ouvert, avait comporté une couverture ou un marqueur quelconque, la situant dans le paysage à côté de l’hypogée de pierre.

LA PHASE IV. 1/2 DANS LES LOCI K264 ET K274, ET LA TOMBE 1329

14Une autre opération a consisté à fouiller, dans les loci k264 et k274, les espaces clairement identifiés comme relevant de la phase IV. La fouille de l’an passé nous avait permis de mettre au jour quelques murs de cette phase IV et de supposer l’existence d’une porte entre 264 et 274, en raison de la présence d’une crapaudine, au coin nord-est de k264. La porte a pu être repérée, dans le mur 1414. Le nettoyage de la section entre k287 et k264 nous a par ailleurs permis de confirmer la présence de deux murs parallèles, orientés nord-ouest - sud-est, 1454 et 1455, alors qu’un troisième mur, 1317, orienté nord-est - sud-ouest, passe au milieu du locus et arrive en partie en face de la porte. Ces murs n’ont évidemment pas tous fonctionné en même temps, et il est probable que la porte dans le mur 1414 a été murée au moment de la construction du mur 1317, qui en rendait l’usage très malcommode. Une brique du blocage de la porte est identique à celles du mur 1317.

15Quant au locus k274, il s’agit d’une pièce ou d’un espace ouvert de la phase IV, bien déterminé au moins sur trois côtés (murs 1414, 1415, et 1419). Sa limite nord-est doit se trouver sous l’hypogée de pierre 1428. Cet espace avait été perturbé par plusieurs tombes dont l’une (1194) avait été dégagée l’an passé et une autre cette année (1329), mais, sur sa périphérie, il nous a livré une série de sols et de remplissages marqués par des activités de cuisine et de stockage (marmites, tannour, céramique grossière). Parallèle au mur sud-est et à environ 40 cm de distance se trouvait une sorte de banquette en blocs de pisé d’environ 3 m de long, dont on peut supposer qu’elle appartenait à un dispositif destiné à stocker ou à entreposer denrées ou récipients. Tout cet espace a livré une grande quantité de céramiques, certaines entières, d’autres retrouvées sous la forme de tessons écrasés et disposés plus ou moins à plat sur des surfaces successives en terre battue.

16Les tombes étaient scellées par la couche de destruction/abandon et par les constructions de la phase III (sols III à environ 189), et celle de cette année (1329, cote max. 187) avait sans doute été perturbée par celles découvertes l’an passé (cotes 187,5 à 187). La tombe 1329 (fig. 14), qu’il faut donc dater de la phase IV, était à peu près au centre du locus, et elle avait été installée dans une fosse de grandes dimensions (environ 2 m sur 2,5 m). Du corps n’était préservée qu’une partie des os des jambes, et il semble avoir été associé à des nattes enroulées (fig. 15) qui en marquaient les limites au nord et le recouvraient partiellement. L’utilisation de nattes dans les tombes est aussi attestée à Ur. Le matériel était beaucoup moins abondant que dans les tombes de la phase III, mais néanmoins fort intéressant : une dizaine de céramiques de tailles et qualité différentes, une épingle et des lames en bronze, une grande tête de lance en bronze9 (fig. 16), des perles de lapis-lazuli et de cornaline, un anneau en fritte ou en coquille, etc.

La phase IV. 1/2 dans les loci k271, k275 et k280

17Dans le locus k280, ayant atteint le niveau des fondations IV. 1 et exposé un sol IV. 2 l’an passé, nous avons peu fouillé cette année, nous contentant d’essayer de mieux comprendre l’organisation de l’espace et ses limites. Il est bien déterminé au moins sur trois côtés par des murs (1415, 1284, et 1364), et il était sans doute fermé au nord-est par un autre mur (1387), qui n’a pu être exploré, étant en partie recouvert par l’hypogée en pierre. Rappelons que les sols de la phase IV fouillés dans ce locus l’an passé avaient livré de nombreuses traces d’activités de préparation de nourriture (foyers, cendres), mais aussi une importante collection de « balles de fronde » trouvées, les unes en un tas bien délimité, et d’autres éparses dans le locus.

18La partie sud-est du locus, entre le mur 1364 et la section limitant la fouille, faisait probablement partie d’un vaste espace ouvert, parsemé de tannour et de foyers. La section, nettoyée, montre clairement la succession de ces couches, et confirme la présence du mur 1387.

19L’espace k275 communiquait avec k280 par une ouverture dans le mur 1387. La phase IV. 1 était marquée, au nord du locus, par les restes d’un grand four, et la phase IV. 2 a livré de nombreux foyers et tannour10. Il devait s’agir d’un espace ouvert, surtout utilisé à des activités de cuisine : il a livré des sols parsemés de céramiques entières ou brisées, avec en particulier des couvercles de marmites ou de tannour en très bon état.

Le locus k289 et le sondage vers le sol vierge

20Nous avons, en début de saison, terminé le démontage des murs de la phase IV. 1/2 exposés dans ce locus, afin de le mettre à plat pour chercher plus commodément les structures plus anciennes. Dans cet esprit, nous avons réuni les loci k229, k250 et k285 en un seul locus k289. Rappelons que c’est dans ce locus que nous atteignons les couches les plus anciennes du tell d’Ashara et que nous pensions, à la fin de la saison 2006, avoir atteint le sol vierge dans un petit sondage (k286) au coin sud-est du locus. La fouille de cette année nous a permis de préciser ces données, et tout d’abord de mettre au jour un ensemble cohérent de structures très différentes de celles de la phase IV, et séparées de cette dernière par une couche de nivellement (fig. 17).

21Les structures de ce que nous appellerons donc la phase V ne sont préservées que sur quelques lits de briques pour les murs (2 ou 3 au maximum). Sous le nivellement, on distingue au moins trois sols successifs : le premier est marqué par la présence d’un lit de briques crues, qui recouvre presque tous les espaces que nous avons fouillés. En dessous, une couche de terre battue atteste encore une fois des activités de cuisine, avec de nombreux foyers, des briques cuites ou brûlées posées à plat, ainsi que des tessons lités. Cette couche de sols successifs abrite, à son niveau le plus profond, deux tannour superposés (cotes 185,80 et 185,50), posant directement sur une couche de terre brune, fine, semblant stérile (fig. 18). Dans le coin sud-est du locus, nous avons continué à descendre dans cette couche pour nous assurer qu’il s’agissait bien du sol vierge, mais, 25 cm plus bas, nous avons trouvé, au milieu de cette couche apparemment stérile, une petite installation en galets (1441, cote 185,35) formant une sorte de coupe, sans aucun doute de nature anthropique. Par ailleurs, dans d’autres parties du sondage, la couche a livré quelques très petits fragments de tessons. Il conviendra donc de continuer ce sondage l’an prochain.

Image 1000000000000291000001EC4279341B.jpg

Fig. 14 – La tombe 1329, vue de la partie centrale

Image 1000000000000291000001F130A76696.jpg

Fig. 15 – Tombe 1329, les nattes recouvrant en partie la tombe

Image 10000000000001DA000001691DE25E87.jpg

Fig. 16 – Tombe 1329, tête de lance en bronze

Image 100000000000031000000251E424A3FC.jpg

Fig. 17 – Murs et sols de la phase V (au premier plan) et IV

Image 100000000000030A000002440F5C9A4D.jpg

Fig. 18 – Locus k289, les couches les plus anciennes

LE CHANTIER C

22Une autre opération a été menée, pendant une dizaine de jours, dans le chantier C, sur le bord du tell au-dessus de l’Euphrate : il s’agissait de reprendre la fouille d’un sondage commencé il y a deux ans au nord du chantier (fig. 19), afin de chercher la continuation des murs du quartier du temple de Ninkarrak et de la maison de Puzurum. Cette opération avait permis de fouiller d’importants niveaux islamiques, assez riches en céramique et en restes d’activités artisanales. Nous avons invité Stephen A. McPhillips (Ph. D université de Sydney), spécialiste de céramique islamique, à venir réétudier la stratigraphie de ce sondage et le matériel qui en était issu. Il a pu identifier des céramiques de la plupart des époques de l’histoire islamique, et étudier un niveau de dépôts provenant d’un atelier de potier.

CONCLUSIONS

Image 100000000000030A0000024BF8AA6D36.jpg

Fig. 19 – Chantier C, étude des niveaux islamiques

23Les résultats atteints cette année à Terqa sont particulièrement importants du point de vue stratigraphique et historique. Nous avons mis en évidence une occupation très spécifique, à la fin de la phase IV et juste avant le début de la phase III, marquée par des installations funéraires de grande ampleur, avec la grande tombe en pierres et la tombe 1390. La ressemblance avec la situation sans doute contemporaine à Mari est très intéressante.

24Pour les phases les plus anciennes, nous avons mis en évidence l’existence d’une phase V (probablement débuts du III e millénaire av. J.-C.), clairement distincte de la phase IV, et qui a fait l’objet d’un nivellement – au moins dans cette partie du chantier – particulièrement sévère puisque les constructions ne sont préservées que sur quelques lits de briques, et que la phase de destruction entre le haut de ces structures et les sols de la phase IV ne dépasse pas une cinquantaine de centimètres. La coupe de la grande section qui surplombe le locus k289 (fig. 7 et 8) au sud nous offre un excellent résumé et illustration de la stratigraphie et des phases successives que nous avons identifiées dans le chantier F.

25Ces résultats devront maintenant être exploités lors des prochaines saisons, en élargissant la fouille de ces niveaux les plus anciens, encore si mal connus dans cette région du Moyen-Euphrate, afin de mieux comprendre l’urbanisme et l’architecture. Surtout, la récolte d’une quantité maximale de matériel bien stratigraphié permettra d’approfondir notre connaissance de la culture matérielle de ces périodes et servira ainsi de référentiel solide pour réexaminer la chronostratigraphie de sites ayant fourni une séquence moins complète.

26Rappelons enfin que Terqa reste le principal site donnant des renseignements sur la période de Hana, après la destruction de Mari : le litige qui opposait la direction des Antiquités à un villageois, concernant la propriété du chantier C, est maintenant réglé, et on pourra, à partir de la saison prochaine, envisager de reprendre la fouille en particulier au sud du temple de Ninkarrak, secteur dont l’étude devrait nous permettre de mieux comprendre le passage de l’époque du règne de Zimri-lim à celle de l’arrivée au pouvoir des premiers rois de Hana.

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

BIBLIOGRAPHIE

Margueron J.-Cl.
2007 « Réexamen des niveaux inférieurs du secteur du temple d’Ishtar de Mari », Akh Purattim 1, série « Akh Purattim – les rives de l’Euphrate », Mémoires d’archéologie et d’histoire régionales interdisciplinaires, Lyon, p. 129-147.

Parrot A.
1938 « Les fouilles de Mari. Quatrième campagne (hiver 1936-37) », Syria 19, p. 1-29.
1956 Le temple d’Ishtar, Mission archéologique de Mari 1, Paris.

10.2307/1357712 :

Porter A.
2002 « The Dynamics of Death : Ancestors, Pastoralism, and the Origins of a Third-Millennium City in Syria »,
Bulletin of the American Schools of Oriental Research 325, p. 1-36.

10.3406/ktema.2005.947 :

Rouault O.
2005 « Pratiques funéraires et identité culturelle : le cas de Terqa à la fin du Bronze ancien et au Bronze moyen », Ktema 30, p. 55-60.
2014 « Le Moyen-Euphrate vu depuis la région de Terqa au III e millénaire avant notre ère », in Mari, ni est ni ouest, Syria, suppl. 2, Beyrouth, p. 247-261.

Notes de bas de page

1 Le codirecteur de la mission, Y. al Showan, a apporté son soutien à nos travaux et la direction générale des Antiquités de Deir-ez-Zor nous a aidés à financer le coût de la main-d’œuvre. Pour la composition de l’équipe de 2007, voir l’article d’O. Rouault et M. Gr. Masetti-Rouault, dans ce volume, p. 303-304.

2 Voir aussi l’article de P. Poli, dans ce volume, p. 402-403, fig. 2.

3 Voir aussi l’article de P. Poli, dans ce volume, p. 401-402, fig. 1.

4 Pour une mise au point récente concernant la chronostratigraphie de Terqa, voir Rouault 2014.

5 Parrot 1938, p. 2-8 et pl. II ; Parrot 1956, p. 10-11 ; Margueron 2007.

6 Porter 2002. C’est de la même façon que nous avons proposé d’interpréter la « tombe à galets » retrouvée dans une position stratigraphique très comparable, construite durant la phase III. 0, et retrouvée juste sous les sols et incluse dans les fondations du bâtiment paléobabylonien de la phase II (voir Rouault 2005).

7 Pour cet objet, voir l’article de P. Poli, ce volume, p. 403 fig. 5.

8 Pour ces deux objets, voir l’article de P. Poli, dans ce volume, p. 401-403 et fig. 3 et 4. Une parure en or presque identique a été trouvée en 2006 à Mari (article de P. Butterlin, dans ce volume, p. 233 fig. 7d).

9 Voir l’article de P. Poli, dans ce volume, p. 400-401.

10 Une tombe (1449) a été repérée en fin de saison dans la section sous le mur 20F41 de la phase III. Une partie du crâne et des objets en bronze étaient visibles et ont été soigneusement recouverts à la fin de la saison : la fouille nécessitera le démontage du mur, et cette opération ne pourra être réalisée avant la prochaine saison.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.