Version classiqueVersion mobile

Akh Purattim 3

 | 
Jean-Claude Margueron
, 
Olivier Rouault
, 
Pascal Butterlin
, 
et al.

Mari et sa région

Mari : rapport préliminaire sur la 36e campagne (2000)

Jean-Claude Margueron, Dominique Beyer, Pascal Butterlin, Chiara Dezzi Bardeschi, Juan-Luis Montero Fenollós, Béatrice Muller et Malou Schneider

Texte intégral

1Commencée le 19 septembre, la 36e campagne de fouille de Mari a duré jusqu’au 9 novembre 2000. Malgré la tension internationale, les travaux ont pu être conduits pendant la totalité de la période sans interruption et, si les faiblesses de l’euro ont entraîné une diminution des possibilités d’action sur le terrain, des résultats substantiels ont pu être obtenus, au prix, il est vrai, d’une modification de la stratégie.

L’ÉQUIPE

2Les premiers membres de la mission, arrivés le 19 septembre à Damas, ont pu rejoindre le site le vendredi 22 et engager les travaux d’ouverture des chantiers.

3L’équipe a compté jusqu’à une trentaine de membres, mais pour des durées variables et jamais tous en même temps :

  • archéologues : D. Beyer, P. Butterlin, Ch. Dezzi Bardeschi, L. Gauvin, J.-Fr. Jet, J.-Y. Monchambert, J.-L. Montero Fenollós, M. Muftah, B. Muller-Margueron, J.-Cl. Roux, M. Schneider ;

  • archéologues stagiaires : H. al Cheikh, A. Zardi, I. Campdelacreu et, du groupe alcatel : B. Lauth, D. Bertrand, J. Hustel, A. Hurstel ;

  • ostéologie, intendance, enregistrement : M. Jean-Marie ;

    • 1 Ce rapport doit à Anne Horrenberger un grand nombre de mises au point, mises au net et montages inf (...)

    dessin : A. Horrenberger1 ;

  • architectes : Fr. Laroche-Traunecker, L. Bianco, Ch. Farges ;

  • architecte/restauration : M. Bendakir ;

  • archéomètre/paléomagnétisme : Y. Gallet ;

  • topographes : N. Quatremere, A. Plouvier ;

  • représentant de la DGAM : M. el Ali.

OBJECTIFS (fig. 1)

4Ils s’intègrent dans le programme quadriennal défini en 1999.

Ville I

5L’effort principal de cette campagne portait sur la mise au jour de niveaux de la Ville I, dont l’existence est maintenant assurée mais qui, du fait de sa position stratigraphique, était d’accès difficile et reste donc mal connue.

  • objectif majeur : la remise en activité du chantier L, avec un élargissement de deux carrés supplémentaires de 10 m de côté (VII W 49 et 50), devait permettre de passer d’une surface de fouille de 400 à 600 m2.

  • Au chantier F, le contact entre la Ville II et la Ville I a été cherché dans le secteur où a été trouvée la maquette circulaire de la campagne de 1995.

  • En P-Espace 4, il s’agissait de confirmer les informations obtenues dans les derniers jours de la fouille de 1999 par l’apparition d’un niveau de la Ville I : il était prévu de rechercher une extension horizontale de ce niveau et d’engager un sondage limité en profondeur.

Fig. 1 – Plan du site avec emplacement des chantiers fouillés en 2000
Le domaine archéologique de la cité de Mari est divisé en 15 zones rectangulaires – 250 m en abscisse et 500 m en ordonnée – numérotées de I à XV ; chaque zone est subdivisée en carrés de 10 m de côté, 25 d’ouest en est, désignés par les lettres de l’alphabet (sauf I), et 50 du sud au nord, numérotés de 1 à 50. Un carré de fouille est donc désigné par un chiffre romain donnant la zone, puis une lettre de l’alphabet (excepté I) associée à un numéro de 1 à 50 ; chaque carré est alors subdivisé en 4 quadrants : NO, NE, SO et SE, de façon à faciliter l’enregistrement des faits de fouille et des objets. Tout l’enregistrement repose sur ce carroyage. Les grands secteurs de recherche sont définis par une lettre A, B, C,… (chantier A,…), qui se surajoute au système précédent pour faciliter les localisations, mais qui ne servent jamais à l’enregistrement.

Palais, quartier Nord

6L’étude du quartier Nord du palais a été poursuivie, puisqu’elle donne des informations sur les activités artisanales de la phase P-1 du palais de la Ville II.

Système de défense

7Pour un complément d’informations sur le système défensif, deux actions différentes étaient programmées :

  • préciser le tracé de l’enceinte intérieure sur le flanc occidental de la cité en complétant les informations données par André Parrot dans le secteur du Temple d’Ishtar ;

  • compléter la fouille – inachevée en 1997 – de la tranchée C-6 dans le rempart extérieur.

Ville basse occidentale

8La nature et la date de certaines des installations de la ville basse occidentale, située entre les deux lignes de défense de la cité, devaient être définies.

Sondage sous la maison du chantier K

9Sondage effectué pour étudier le passage de la période Shakkanakku à la période amorite.

Temple de Ninhursag de la Ville II

10Poursuite des recherches.

Restauration

11Poursuite des travaux.

LES CHANTIERS ET LEURS RESPONSABLES

12Le lundi 25 septembre, quatre chantiers ont été mis en activité, ainsi que les travaux de restauration de l’Enceinte Sacrée (Mahmoud Bendakir) [fig. 1].

  • Béatrice Muller a eu la charge du chantier F avec l’aide de Lucy Gauvin ;

  • Chiara Dezzi Bardeschi a repris et poursuivi l’étude du chantier K ;

  • au chantier L ont travaillé Jean-Claude Roux, Jean-François Jet, Jean-Yves Monchambert ;

  • l’étude du chantier P-quartier Nord a été poursuivie par Malou Schneider ;

  • Juan Luis Montero a eu la charge de l’enceinte intérieure – chantier J-4 – près du temple d’Ishtar ;

  • Pascal Butterlin a poursuivi les recherches sur le rempart extérieur – chantier C ;

  • Dominique Beyer s’est à nouveau attelé au chantier G ;

  • Mohammed Muftah a repris le chantier palais-Espace 4.

J.-Cl. M.

LA LIGNE DE DÉFENSE EXTÉRIEURE (CHANTIER C)

Chantier C-6

  • 2 Rapport préliminaire dans cette même livraison, p. 11-14.

13Le chantier C-6, ouvert en 1997, a été repris en octobre 2000 : situé dans la partie nord de la ceinture à l’ouest du tell principal, il était destiné à corroborer les résultats obtenus en C-52. Le résultat est contrasté : ont été en effet mis au jour les éléments de la séquence identifiée en 1997 en C-5, mais la succession régulière des ouvrages de défense observés, où les murs venaient s’empiler les uns sur les autres, n’a pas été retrouvée. Les digues et murs superposés étaient décalés les uns par rapport aux autres en fonction de processus complexes d’érosion qui ont produit des discordances de couches très nettes. Comme en C-5, la fouille a d’abord consisté en une tranchée, large de 5 m et longue de 20 m. Une fois identifiée une situation comparable à celle de C-5 sous la surface (mur et terrassements intérieurs), la fouille a été restreinte à une tranchée de 8 m de longueur et 2 m de largeur. Ont ainsi été découverts les restes d’une digue antérieure, profondément abîmée par les fondations du mur de Ville III. Les restes du mur de Ville II, très érodés, ont été identifiés 5 m à l’ouest de celui de Ville III : il présentait, comme en C-5 un redan intérieur, large de 1 m. En poursuivant la descente, nous avons identifié sous ces vestiges les restes présumés de la digue de Ville I dont les couches dessinent un pendage inverse de celui des couches supérieures. Nous en avons déduit que nous étions cette fois à l’extérieur de la ville et, malgré un élargissement de la fouille vers l’est, nous n’avons pas retrouvé de vestiges d’un mur de pierres noyé. À 172,00, nous avons atteint des couches jaunâtres avec des fragments de briques comparables à celles du chantier C-5, mais les eaux de la nappe phréatique ont empêché la recherche plus bas et l’étude des vestiges de Ville I.

14Quatre phases ont donc été identifiées : une phase 1 présumée de Ville I, à peine étudiée ; une phase 2 avec digue et mur d’enceinte : l’ensemble semble alors se déplacer vers l’ouest et a subi une très intense érosion ; la phase 3 se caractérise par le dépôt de couches de terre verdâtre argileuse par-dessus les vestiges de Ville II, sur une épaisseur de plus de 2 m. Il s’agit probablement des terrassements initiaux de la Ville III, dans lesquels a été fondé le mur de Ville III (phase 4), large de 2 m ici et renforcé en arrière par des terrassements (phase 5). La séquence établie en C-6 rappelle bien sûr certains éléments de C-5, mais elle s’en distingue par trois caractéristiques : d’abord par la translation des murs qui ne viennent pas s’accumuler les uns pardessus les autres, ensuite par l’absence de murs de Ville I (parce que la fouille ne s’est pas assez enfoncée probablement) ; enfin, et c’est plus problématique, on n’a retrouvé aucune trace de l’élargissement du système défensif observé en C-5. Ce fait s’explique peut-être au vu du profil du terrain examiné. Les vestiges du mur de Ville III se trouvent sous la surface, en milieu de pente de la ceinture. L’érosion a visiblement été ici plus intense qu’en C-5, si bien que le mur et l’avant-mur repérés en C-5 ont tout simplement disparu.

Chantier C-7

  • 3 Margueron 2004, p. 344-345 et plan fig. 322.

15Le chantier C-7 est un sondage implanté au nord-ouest du tell dans un secteur où la ceinture s’élargit substantiellement pour dessiner une éminence grossièrement triangulaire. Jacques Depauw avait relevé là les traces, en surface, de bâtiments qui semblent avoir été des casernements : une enceinte polygonale, dotée d’une porte à l’est, délimitait une cour flanquée à l’ouest d’une série de pièces parallèles3. Un sondage de 10 m sur 4 m a été implanté dans le secteur du mur oriental du polygone, la partie occidentale étant recouverte par une épaisse végétation de tamaris et de palmiers. Les traces au sol, encore bien visibles, correspondent à un radier de galets (niveau I) épais de 20 à 30 cm, situé ordinairement sous les murs monumentaux de la Ville III. Le mur en question, large de 1,80 m, était doté de contreforts larges de 70 cm : il a naturellement complètement disparu, en même temps que tout espoir de retrouver des vestiges plus substantiels de la Ville III. Nous avons donc entamé une fouille profonde pour dater et identifier des vestiges antérieurs à la Ville III. Les restes d’un niveau arasé (niveau II) bien homogène, aux murs épais de 80 cm, ont été retrouvés : 7 loci ont été définis, dans lesquels ont été identifiés trois sols. Deux loci ont fait l’objet d’une fouille profonde qui a permis d’étudier les fondations et les terrassements qui ont accompagné la construction du bâtiment. Ce niveau repose sur 1,40 m de couches détritiques (niveau III), identifiées dans le locus 1 où, là encore, la présence de la nappe phréatique a empêché de poursuivre la recherche (à 171,05).

16C’est donc le niveau II qui mérite une présentation plus développée : sept pièces d’un bâtiment aux fonctions non déterminées ont été identifiées. L’édifice a été doté de fondations d’autant plus conséquentes que l’on progresse vers le sud et l’ouest. Trois sols ont été identifiés, qui ont subi de modestes remaniements. On distingue : une phase II-a (fig. 2-a) avec un sol de terre et deux jarres enfoncées dans le sol, une phase II-b (fig. 2-b), marquée par la division du locus 1-3 en deux loci. L’ensemble a, semble-t-il, brûlé : des leben brûlés recouvrent le sol, ainsi qu’une couche de terre noirâtre et cendreuse (locus 6), l’enduit des murs était lui aussi ponctuellement brûlé (loci 2, 3 et 6). Ces couches de débris brûlés ont été scellées par la chute des murs et par une épaisse couche de terre « lébéneuse », nivelée au moment de la construction des casernements de la Ville III. Le matériel recueilli dans le niveau II est très peu abondant : notons surtout une belle pointe de lance de section carrée datée de la Ville II. Sa présence pourrait donner une information sur les fonctions d’un édifice qui aurait pu être le précurseur en Ville II des installations militaires de Ville III. L’indice est ténu mais on a en tout cas acquis la certitude de l’existence de niveaux de Ville II dans le tell nord-ouest.

P. B.

Fig. 2 – Chantier C-7 (enceinte extérieure) : plan schématique des niveaux II-a et II-b, carré I O 37

UN QUARTIER DE LA VILLE (CHANTIER F)4

  • 4 Lucy Gauvin est associée à ce rapport, à la préparation duquel elle a participé par son aide effica (...)
  • 5 I. Weygand dans Margueron et al. 2007c, p. 45-50.

17Un chantier trop exigu, aux données architecturales rares, à la stratigraphie parfois serrée, truffée de tombes dont une abondamment pourvue de céramiques, une « maquette architecturale » enfin, voilà une façon de résumer les résultats de la campagne de 2000 sur ce chantier. Le principal objectif étant de définir le contact avec la Ville I, autant sous les maisons que sous la rue5, seule une partie de la surface des deux carrés III D 1 et III E 1 a été fouillée (fig. 3-a), amputée de surcroît par des vestiges postérieurs, soit trop massifs pour être enlevés, soit gardés en témoins.

  • 6 J.-Cl. Margueron avec la collaboration N. Bresch, à paraître.
  • 7 I. Weygand dans Margueron et al. 2007c, p. 45-50 ; Muller et Weygand 2007, en particulier p. 135-13 (...)
  • 8 Cf. rapports préliminaires, chantier F, I. Weygand dans Margueron et al., respectivement 1997, 2007 (...)

18Les dernières recherches sur l’urbanisme et la stratigraphie de Mari, concrétisées par deux grandes coupes au travers du tell incluant les données fournies par les fouilles de 1933 à 20046, permettent d’embrasser à vaste échelle les processus de construction et l’évolution de la ville. C’est dans ce cadre que cette partie du chantier F devient plus compréhensible, ce qui nécessite de moduler certaines interprétations, même lorsqu’elles ont déjà été exposées7. Par ailleurs des vérifications topographiques ainsi que la mise en place de la grande coupe est-ouest, qui passe par le secteur qui nous occupe ici, a abouti à des réaménagements altimétriques : ainsi les cotes doivent-elles être remontées, selon les carrés et les campagnes, de 5 à 35 cm. C’est cette dernière valeur qui est à appliquer aux carrés III D 1 et III E 1 pour les campagnes de 1991, 1993 et 19958, un réajustement de 26 cm ayant été opéré dès le début de la campagne de 2000. C’est avec les cotes réajustées que nous raisonnerons ici. Les résultats seront exposés dans le sens de l’enfoncement progressif de la fouille.

La maison à l’Autel domestique (Ville II) : base des fondations et sous-sol

  • 9 I Weygand dans Margueron et al. 2007c, p. 48-50.
  • 10 I. Weygand dans Margueron et al. 1997, fig. 36 p. 42.
  • 11 I. Weygand dans Margueron et al. 2007c, fig. 15 et 18 p. 47 et 49.

19Le rapport préliminaire de 19959 avait fait état, sous le locus 8 contigu à la pièce 6 à l’autel domestique10, d’un niveau d’habitat inférieur, repéré en réalité dans l’espace qui le jouxte à l’est (locus 10, sous le locus 911), niveau auquel aurait été associée la maquette III E 1 NO 84.

20Or les résultats de la fouille de 2000 nous ont fait réexaminer les données et remettre en question ce niveau d’habitat inférieur (fig. 3).

Murs et fondations

  • 12 I. Weygand dans Margueron et al. 2007a, p. 26 et 28.
  • 13 Tout comme sur le cliché de la fig. 16, p. 49 du rapport préliminaire de 1995 (Margueron et al. 200 (...)
  • 14 Cf. fig. 18 p. 49 du rapport préliminaire de 1995 (Margueron et al. 2007c).

21Les murs des loci 6 et 8 avaient été précédemment notés comme enduits, de même que AD (trois couches dans le passage vers le locus 712) ; en revanche ni la face orientale de AC, ni AE (conservé juste au niveau du sol du locus 7) ne l’étaient. Cette anomalie s’explique par le fait que ce qui avait été mis au jour, ce n’était pas les faces concernées de ces deux murs, érodées ou abîmées pour des raisons qui nous échappent : on le voit bien sur la fig. 413. Ce qui apparaît également très nettement sur ces clichés, c’est l’exacte continuité de la face orientale de AF avec celle du mur 12 que nous avions cru représenter une phase antérieure : le mur 12 n’est-il pas alors, tout simplement, la base du mur AC ? De même le mur 1314 n’est-il que la bonne face, en profondeur, du mur AE, avec un décrochement en saillie à l’angle nord du locus 10 plus compatible avec un niveau de fondation que d’occupation.

  • 15 Celle des « murs » 12 et 17 n’est pas plane. C’est pourquoi on peut se demander si ce que nous avio (...)
  • 16 Il faut néanmoins noter l’anomalie un peu déroutante constituée par trois tannour et une zone de ce (...)

22La base du mur AC-AF/12 a été retrouvée en 2000 à 176,40 en moyenne, celle du mur U’ à 176,74 ; le mur AD s’est vu prolongé de deux longueurs de briques et sa base a été observée à 176,79 ; la face nord de AB était pourvue d’un empattement (sommet à 177,10 environ) qui a fait croire que sa base était atteinte, mais en réalité celle-ci est constituée par le « mur » 17, formé d’un seul rang de briques pas très bien alignées, sur deux assises (base : 176,35 en moyenne) qui, au contraire de AB, est parfaitement dans le prolongement du bord septentrional du mur AE et s’arrête à la limite réelle du mur AA du côté ouest : les fondations restituent ainsi la cohérence de plan qui avait souvent fait défaut en élévation. Excepté W (base : 177,03), la base des murs se situe entre 176,80 et 176,3515. Notons que le format, la couleur et la texture des briques sont extrêmement variables d’un mur ou même d’une partie de mur à l’autre16.

Sols

23Rappelons simplement ici que les campagnes de 1993 et de 1995 avaient mis au jour des sols nettement définis dans les loci 6 et 7 : en juss dans le locus 6 (177,20) et en terre battue dans le locus 7, qui suivait une pente descendante vers l’ouest (177,59 à 177,45), particulièrement perceptible dans le passage et aboutissant à la pierre de seuil qui marquait en réalité une marche destinée à rattraper la dénivellation avec le locus 6. Le sol du locus 8 était aussi en pente, descendant du sud vers le nord (177,84 à 177,57). La déclivité générale va donc vers le nord-ouest.

24La fouille de 2000 s’est donc partout attachée au sous-sol.

Sous-sol (couches d, e, f)

  • 17 Cf. article de B. Muller dans cette même livraison.

25Un certain nombre de couches, ayant pour base des surfaces plus ou moins tassées, plus ou moins homogènes, initialement prises pour de véritables sols d’occupation, ont été décelées. Les surfaces d-5 et e-1 ont revêtu une importance particulière, la première scellant la maquette de 1995 (III E 1 NO 84), la seconde celle de 2000 (III D 1 NE 11517). L’épandage de tessons appartient à la couche f (fig. 5). Par ailleurs trois tombes pauvres (III E 1 NO T-4 dans la couche d, III D 1 NE T-3 dans la couche e et III E 1 NE T-4 dans la couche f) peuplent le sous-sol respectivement des loci 8 et 6 (les deux dernières un peu imbriquées l’une dans l’autre).

Organisation architecturale

  • 18 Il est vrai que la petite crapaudine de pierre III E 1 NO 92, laissée in situ en témoin jusqu’à la (...)

26Malheureusement rien de décisif ne s’est précisé. La porte que l’on avait cru déceler entre les loci 7 et 9, déjà douteuse à cause de son exiguïté (largeur 50 cm), est d’autant moins plausible que non seulement on se trouve au niveau des fondations, mais encore que son emplacement, qui vient buter contre AD, n’est pas fonctionnel18. D’autre part si communication il y avait eu entre les loci 6 et 8, ce ne pouvait être qu’au sud, dans la zone non fouillée. Or la présence d’une maquette architecturale enfouie sous chacun de ces deux espaces pose la question de leur appartenance à la même maison.

Les couches de préparation à la Ville II (refondation) [couches g et h]

27La couche g, épaisse d’une soixantaine de centimètres (sommet à 176,20 au nord, 175,80 au sud), est constituée d’une terre à brique tassée dépourvue d’inclusions, posée sur une couche charbonneuse stratifiée : couche rapportée, destinée à élever le niveau d’aménagement de la nouvelle cité. Cette couche g est donc à la jonction des Villes I et II : elle est marquée par les travaux liés à la reprise de l’activité urbaine.

  • 19 La forme allongée et carénée des bouteilles à goulot est censée être typique du DA (EJ) IIIb (Ville (...)

28La couche h a donné des briques de format hétéroclite disposées comme un dallage (h-1, cotes extrêmes : sommet à 175,64, base à 175,35) qui a pu servir à égaliser une zone sous laquelle une surface charbonneuse (h-2) était couverte de tessons et de céramiques19 (fig. 6).

Fig. 3 – Chantier F (III D 1 et III E 1), le niveau architectural (couches d, e, f) de la « maison à lAutel domestique » (Ville II)
a
Plan de synthèse des campagnes 1991, 1993, 1995, 2000

Fig. 3-b Plan schématique du rapport de 1995 revu

Fig. 4 Chantier F, III E 1-III D 1, fin de fouille de 1995 vers le sud-est : on voit bien la continuité entre le mur 12 et le mur AC-AF

Fig. 5 – Épandage de céramiques et de tessons en III E 1
a – Extension maximale vers l’ouest (traversée par le puisard III E 1 NO 1), vue vers le nord
b – Extension maximale vers le sud, le long de la fondation 12 (mur AC démonté), vue vers le nord ;
la zone qui s’étendait sur près de 2 m le long du mur 17 n’a pas encore été mise au jour
c – Exemples de profils : coupe et bouteille

  • 20 J.-Y. Monchambert dans Margueron 2004, fig. 164 p. 189, en particulier pour le no 17, qui représent (...)

29Cinq tombes proviennent de ces couches. Excepté III D 1 NE T-5, elles sont pourvues de mobilier céramique. Se détache nettement du lot, tant par sa couverture de brique crue que par son matériel – 20 vases, un anneau d’argent, 12 perles, une pointe de javeline et un poignard en cuivre/bronze – la tombe III E 1 SO T-9. Cette céramique renvoie également au DA III20.

À la base du chantier : niveau d’arasement de la Ville I (couche i)

30Sous la couche h-3, également charbonneuse – tout cela donnait l’impression de dépotoirs –, nous avons fait commencer la couche i à des lambeaux de sol de décomposition de leben, parsemé d’inclusions de charbon de bois et de petites cavités (175,20) et à l’arasement (175,12) d’un nouveau mur (no 20), fait de briques sableuses jaunes de grand format (50 × 24 à 26 × 7 cm) jointoyées grossièrement (fig. 7). Ce n’en était pas fini pour autant avec les vestiges disparates : nouvelle portion de « dallage » de briques crues à 174,92, quatre nouveaux dépotoirs (base : 174,90-174,80, couche i-1) remplis de restes de combustions, d’ossements, de tessons, et plus rarement de céramiques plus ou moins complètes. Des briques apparaissent aussi de-ci de-là, une couche de terre à brique et de terre cendro-charbonneuse (couche i-2, 174,90 à 174,60 environ) ainsi que des tannour, mais on ne peut guère parler d’architecture – en tout cas jusqu’à 174,50 (le sondage le plus profond, restreint au sud à une bande est-ouest large de 1,50 m, a atteint la cote de 174,34).

Fig. 6 Chantier F, III D 1 NO-SO III E 1 NE-SE, couche h (niveau préparatoire à la Ville II)
a
« Dallage » irrégulier de briques crues (bourrage, couche h-1). Vue vers le nord
b
Bouteilles à goulot presque complètes III E 1 SO 244 et III D 1 NE 199, provenant toutes deux de la surface charbonneuse h-2

Fig. 7 Chantier F, III D 1 NO-SO III E 1 NE-SE, couche i (niveau darasement de la Ville I).
Seule la tombe III D 1 NE T-7 est en couche h

  • 21 Quelques profils eux aussi, s’apparentent à la céramique recueillie dans la couche f (épandage de t (...)

31Apparemment, la nature de la couche i ne change pas fondamentalement par rapport à celles qui lui ont succédé immédiatement21. Cependant, s’il est permis de s’appuyer sur des travaux encore inédits, la grande coupe est-ouest met en évidence que, dans les carrés III D 1 et III E 1, c’est bien autour de la cote 175 que s’opère la rupture stratigraphique qui marque l’arasement de la Ville I.

Conclusion

32Le contact entre les Villes II et I n’est pas aussi radical que dans les chantiers Pec, J ou L. Si l’on observe, ici aussi, la pratique du remblai (couche g), il semble qu’elle a été précédée d’une opération de comblement volontaire, comme si en cet endroit le niveau de démarrage des travaux de mise à niveau de la base de la Ville II avait eu besoin d’être comblé et non nivelé ; mais peut-être ce comblement a-t-il été rendu nécessaire par un surcreusement accidentel lors de l’opération de nivellement : les trop faibles dimensions du sondage ne permettent guère de se prononcer.

B. M.

LES TEMPLES (CHANTIER G)

33Plusieurs objectifs ont été réalisés dans les différents secteurs explorés précédemment. On n’en donnera ici que les éléments les plus marquants (fig. 8).

Carré IX C 46 : étude de la partie nord-est du Lieu Très Saint (LTS) de Ninhursag

34Un examen détaillé du mur nord du LTS a été réalisé pour tenter de comprendre le raccord entre le mur du LTS et le long mur du sanctuaire nord mis en évidence en 1999. L’examen de l’appareil des murs y a été rendu difficile en raison de la présence du puissant réseau des fondations de pierres du Sahuru (fig. 9 et 10). Sous ces pierres, les leben du mur nord semblent montrer une face nord du mur, qui n’aurait eu alors qu’1,90 m d’épaisseur initialement, avant que le mur ne soit amalgamé à celui du grand complexe nord-est, avec ce plan trapézoïdal si particulier. Les pierres du Sahuru ont non seulement entamé profondément la jonction de ces deux murs, mais aussi coupé le podium central du LTS, dont on étudie également les différentes phases de réfection avec banquettes et barcasses. À l’est de ce dispositif, les différents états du sol du LTS ont été également précisés, avec des installations que nous n’évoquerons pas ici, faute de place. On notera l’utilisation de dallages de leben.

Carré IX D 47 et berme sud-est de IX D 48

35Des travaux complémentaires dans le secteur du grand bâtiment cultuel nord-est ont permis de préciser quelques points. Dans le quadrant SE de IX D 47 (fig. 11 et 12), un dallage de leben a été mis en évidence à la base du niveau III, recouvrant une canalisation de pierres de gypse qui passait sous les deux portes. Plus au nord, l’organisation des murs a pu être précisée malgré l’étroitesse des sondages, de même que les phases de réparations de la façade nord-ouest. Mais l’exploration du bâtiment plus à l’est s’avère nécessaire pour une compréhension de l’ensemble.

Fig. 8 – Chantier G : plan schématique d’ensemble des fouilles de 2000

Fig. 9 – Chantier G : plan des vestiges des murs de pierres du Sahuru à l’intérieur de la masse du mur nord du LTS de Ninhursag

Fig. 10 – Chantier G : les fondations de pierre du Sahuru, vues vers le nord-ouest

Fig. 11 Chantier G : plan du carré IX D 47 montrant le secteur de lentrée du complexe cultuel nord-est

Fig. 12 – Chantier G : en IX D 47, la porte et le dallage de leben recouvrant la canalisation de gypse. Vue vers l’ouest

Carrés VIII Z 46-47, IX A 46-47

  • 22 Parrot 1955, p. 204, fig. 10, et Margueron et al. 1997, p. 47, fig. 42.

36Dans ce secteur, en bordure de la terrasse du temple aux Lions, à l’ouest du Lieu Très Saint de Ninhursag, l’étude des murs retrouvés initialement par André Parrot a été poursuivie. On y voit, ici également, plusieurs états. Aucun lien clair n’a pu être établi avec le long mur à redents, d’une phase relativement tardive (Shakkanakku), que l’on distingue plus au sud sur le plan A 102 de Jean Brusson de 195422.

D. B.

L’ENCEINTE INTÉRIEURE (CHANTIER J-4)

  • 23 Parrot 1956, p. 46-47, fig. 37 et pl. VIII.

37Afin de compléter les travaux archéologiques sur l’enceinte intérieure de la ville, réalisés entre 1997 et 1999, un nouveau chantier (J-4) a été ouvert en 2000 pour réétudier la section de la ligne de défense mise au jour par André Parrot près du temple de la déesse Ishtar. D’après lui, il s’agissait d’une muraille de briques crues, élevée sur un soubassement de dalles de pierre. Épaisse de 5,60 m, elle serrait de près le sanctuaire d’Ishtar23

  • 24 Voir dans cette livraison, rapport de la campagne de 1999, p. 60-64.

38Cinq sondages ont été réalisés (J-4-a à-e) dans ce secteur fouillé en 1934 (fig. 13). L’objectif était de vérifier la présence de la succession stratigraphique très claire de trois phases de l’enceinte intérieure établie en 199924. En se superposant sur celui de la Ville I, le mur de la Ville II a utilisé ce dernier comme soubassement. C’est le mur de la Ville III qui est décalé de 6 m vers l’extérieur par rapport à celui de la Ville II. Cette séquence a-t-elle existé à l’identique dans le secteur du temple d’Ishtar, où l’enceinte s’infléchit légèrement vers l’est ?

39Les opérations réalisées ont permis de faire les observations suivantes.

Fig. 13 – Chantier J-4, raccordé à la fouille d’André Parrot sous le niveau du temple d’Ishtar : plan schématique des différents sondages (relevé Lucia Blanco)

Enceinte

40L’enceinte est composée de deux murs en brique crue superposés, qui sont de périodes différentes. Grâce aux coupes stratigraphiques du sondage J-4-e, on a pu étudier la séquence des murs (fig. 14). Le mur supérieur date de la Ville III et possède une épaisseur de 8,60 m et un appareil bien régulier (module des briques : 47 × 40 cm ; 46 × 46 cm ; 45 × 21 cm, etc.). Le mur inférieur présente un sommet avec une pente prononcée vers l’extérieur de la ville, à cause semble-t-il d’une forte érosion. Entre ces deux murs, il y avait une couche de nivellement de terre argileuse et des briques. La maçonnerie est très irrégulière. Le mur de la Ville I n’est pas présent dans ce secteur.

Plate-forme de dalles de pierre et temple d’Ishtar

  • 25 Parrot 1956, pl. II et III.
  • 26 Parrot 1956, pl. II. Ce niveau e correspond en réalité à la première phase de construction, c’est-à (...)

41Au-dessous de l’enceinte en briques, il y avait des blocs de gypse de grandes dimensions, qui nous rappelaient les fondations en gros blocs du mur d’enceinte de la Ville I. Mais il est fort probable qu’ils faisaient partie du soubassement fouillé par A. Parrot sous la cella 18 du temple d’Ishtar, étant donné que la muraille de la Ville I n’est pas attestée dans ce secteur de la cité25. Cette plate-forme était composée de quatre assises dans son rebord oriental. Près de celle-ci il y avait un mur de blocs en gypse de différentes dimensions qui doit compléter une des salles du temple d’Ishtar (niveau « e » d’A. Parrot)26.

Fig. 14 – Chantier J-4 : paroi sud du sondage J-4-e (relevé J.-L. M.) mettant en évidence la superposition des enceintes de Ville II et de Ville III

Installations de la Ville I

42Le sondage J-4-b a permis d’attester qu’en dessous du mur de la Ville II il y avait des couches de couleur grise et du charbon de bois, indices d’activités liées au feu. De fait, deux fours de phases différentes (peut-être de potier) ont été dégagés dans ce secteur, où la fouille a été arrêtée à la cote 171,50, à cause du niveau de la nappe phréatique.

  • 27 Margueron 2004, p. 90-91 l’attribue à la phase 2, c’est-à-dire à « un niveau intermédiaire entre le (...)

43En résumé, les cinq opérations menées à bien au chantier J-4 ont permis de vérifier qu’il y a bien un décalage entre le tracé de l’enceinte de la Ville II (suivie de celle de la Ville III) et celle de la Ville I, qui doit se trouver à l’ouest de celle fouillée par A. Parrot près du temple d’Ishtar. Ce système défensif a été construit sur des couches cendreuses avec des installations à feu (deux fours) associées à des activités artisanales de la Ville I de Mari, comme celles attestées aussi dans les chantiers L et Pec. Reste encore à résoudre la fonction et la datation exacte de la grande plate-forme ou soubassement en blocs de gypse, déjà fouillée par A. Parrot. Par sa position stratigraphique, une date dans la première moitié de la Ville I semble cohérente27.

J.-L. M. F.

LA MAISON PALÉOBABYLONIENNE (CHANTIER K)

  • 28 Nous reproduisons ici le plan schématique, déjà publié dans Margueron 2004, fig. 434 p. 456, parce (...)

44La campagne visait à préciser la transition des Villes II à III par un sondage stratigraphique dans les quadrants III Z 9 NE et IV A 9 NO, à savoir une large part du locus 2, le locus 9 du bâtiment aux Tablettes (unité Nord) et une portion de la rue. Ce sondage a mis au jour l’entrée du bâtiment, son réseau de fondations, onze tombes sous le locus 2 et des vestiges de la Ville II (fig. 1528 et 16).

Fig. 15 – Chantier K : plan schématique du niveau paléobabylonien

Fig. 16 – Chantier K : coupe schématique AA’ au travers de la maison aux Tablettes et de la rue

Le bâtiment aux Tablettes

Locus 9

45Le locus 9 (1,80 × 1,90 m) apparaît comme le vestibule d’entrée du bâtiment, confirmant l’existence de deux unités distinctes, nord et sud, avec deux accès indépendants. Un seuil de 1 m de large en briques cuites (181,32) en recouvre un plus ancien en pierre (181,24) doté à l’angle nord-est d’une crapaudine en brique cuite (III Z 9 NO 39). Des deux sols attestés dans le vestibule, le plus récent est formé de terre compactée (181,20) et par endroits de briques cuites. À l’angle sud-est, une installation (IV A 9 NO 15, fig. 17), enfoncée dans le sol, est constituée d’une brique cuite (34 × 34 × 7 cm) percée au centre et pourvue d’un bouchon de terre cuite reposant sur une jarre au sommet tronqué contenant deux gobelets. Une rigole issue du trou central vers l’angle nord-ouest et la base des murs de l’angle sud-est est protégée par des briques cuites et des tessons. À l’est du passage vers le locus 2, sur le sol plus ancien à 180,74, affleure une jarre (III Z 9 NO 14), contenant quatre scellements (NO 42-45) dont deux de porte, similaire à celle retrouvée de l’autre côté du passage dans le locus 2 (III Z 9 NE 175). Le remblai sous le dallage contenait plusieurs tablettes (IV A 9 NO 2-13, NO 32).

Locus 2

  • 29 Margueron 2004, fig. 435-3 et-4 p. 457 (M. Jean-Marie) : tombes en jarre III Z 9 NE T-1 à T-7 et to (...)
  • 30 Margueron 2004, fig. 171 p. 193-1 et-2 (M. Jean-Marie).

46Dans le locus 2, les briques cuites isolées attestant un sol plus ancien (180,87) sont recouvertes d’un remblai contenant des tablettes (III Z 9 NE 20-29). Les onze tombes dégagées sous ce sol (fig. 18), dont dix en jarre, étaient recouvertes d’un bourrage composé d’argile compacte, de briques crues et cuites, de pierres et de nombreuses céramiques, de tablettes, de quatre scellements (III Z 9 NE 228-230 et NE 363), d’une plaquette figurée (NE 177) et de deux aiguilles en os (NE 70-71). Les sommets des sept tombes en jarre situées dans la zone ouest (III Z 9 NE T-1 à T-7), à 1 m de profondeur, sont orientés vers l’est, excepté NE T-7. Celle-ci ainsi que NE T-3 sont dépourvues de mobilier funéraire. Les autres possèdent de nombreuses céramiques, disposées à l’intérieur et à l’extérieur des jarres. Plus profondément (178,32-178,77), deux autres tombes en jarre (NE T-9 et T-10) ont un mobilier plus modeste composé de céramiques disposées à l’extérieur. Contre la fondation du mur 3, la tombe NE T-8 (0,75 × 1,30 m) en coffrage de briques crues (20 × 35 × 10 cm) et couverte de briques placées en oblique est antérieure aux sépultures NE T-1 à NE T-7. Son type renvoie à la période Shakkanakku-amorite (Ville III)29. À 2,50 m de profondeur, la sépulture en jarre NE T-11, située sous NE T-8 et en partie sous la fondation du mur 3, est la plus ancienne (Ville II). Son riche mobilier situé à l’extérieur comprend de nombreuses céramiques, dont deux petites jarres surmontées d’une troisième, couverte par une corne de cervidé, un œuf d’autruche sur son support incrusté et plusieurs objets en cuivre dont deux javelines, une lampe, un bol hémisphérique, une louche, un gobelet à parois droites et un poignard30. Un scellement (III Z 9 NE 373) a été retrouvé tout près des jarres. L’emplacement des sépultures suggère la séquence chronologique suivante : NE T-11, 9, 10, 8, 7, 4, 2, 3, 1, 6, 5.

Fondations

47Le bâtiment aux Tablettes repose sur un réseau de fondations de 1,50 à 1,60 m de profondeur, chaînées aux angles et dont l’épaisseur varie, du sommet à la base, de 1,10 à 1,30 m. La tranchée de fondation du mur oriental de la maison, donnant sur la rue (mur 11), large de 1,40 m, est comblée de tessons, de pierres et de briques cassées. Le mur de fondation, qui ne remplit pas toute sa tranchée, est distant de 40 cm du rebord de celle-ci côté rue et de 20 cm du rebord interne. Le long de la rue, les fondations présentent une semelle double au sud et une semelle simple au nord (fig. 19).

Vestiges de la Ville II

  • 31 III Z 9 NE T-9 et T-10, en jarre, sont amorites.

48Le sondage en profondeur a révélé des constructions antérieures au bâtiment amorite, arasées par ce dernier. Sous le locus 2 apparaît une couche de terre cendreuse (base à 179,34), coupée par la fosse des tombes III Z 9 NE T-1 à 7 ; une couche de terre brunâtre (178,35-178,65) contenant les tombes NE T-9 à T-11 est marquée à sa base par une couche irrégulière verdâtre31 ; une couche de terre rougeâtre (177,80-178,30) contenait des éboulis de briques crues, une cuvette en terre cuite (NE 405, diam. 0,22 cm), un bassin en argile (NE 406, diam. 0,50 m), un muret de briques crues et une fosse rectangulaire (NE F-3). Au fond (177,02), un mur orienté nord-ouest - sud-est (177,28-177,44) a été mis au jour sur deux assises de briques de 18 × 32-33 × 8 cm ; les gobelets à base pointue associés le datent de la Ville II. Dans la rue, le mur de fondation α (180,20-180,89) transversal, antérieur à la fondation du mur 11 qui le chevauche, passe sous l’entrée du bâtiment et se poursuit sous le locus 9, où il est conservé sur une hauteur plus faible. Dessous, une couche de terre brunâtre (179,76-180,17), qui contient un éboulis de briques crues et se poursuit sous les fondations du locus 9, coïncide avec celle observée sous le locus 2. Plus bas, une grande jarre (IV A 9 NO 23, 179,00-179,91) contient des tessons akkadiens, une perle (NO 34), un petit personnage en mosaïque de nacre (NO 35) et quatre cornes de chèvres (NO 36) ; le mur β, situé à l’extrémité est (179,27-179,65, au nord, 179,16-179,45 au sud), est coupé par une fosse remplie de cendre. Ce mur dépourvu d’enduit est parallèle à la fondation du mur amorite 11 et comporte six assises de briques de 18 × 36 × 10 cm. Le mur de fondation α constituerait un barrage de la rue ou bien attesterait un réseau de fondation plus ancien, de même que le mur β probablement. Les couches antérieures à ce réseau de fondation sont représentées par la surface γ plâtrée, en pente du sud (178,62) vers le nord (178,32) et par le bassin δ (177,83-178,00, 1 × 1,40 m) construit en briques crues revêtues de plâtre.

Fig. 17 – Chantier K : l’installation IV A 9 NO 15 à l’angle sud-est du locus 9. Vue vers l’est

Fig. 18 – Chantier K : les jarres funéraires III Z 9 NE T-1 à T-7, sous le sol le plus ancien du locus 2. Vue vers le nord

Fig. 19 – Chantier K : sondage dans la rue avec la fondation à double semelle du mur 11 de la Ville III, la surface γ plâtrée, en pente du sud vers le nord et le bassin plâtré δ occupant l’aire sud (à gauche) du sondage. Vue vers le sud-ouest

Conclusion

49Les deux sous-phases architecturales et les sépultures III Z9 NE T-1 à 10 témoignent d’une longue occupation du bâtiment aux Tablettes pendant la Ville III. Comme dans le chantier F, le passage entre les Villes II et III se traduit par des remaniements et l’implantation d’importantes fondations sur des vestiges plus modestes et des sépultures (III Z 9 NE T-11 et IV A 9 NO 23).

Ch. D. B.

LES PREMIERS NIVEAUX DE LA CITÉ (CHANTIER L)

  • 32 Trois secteurs ont été répartis entre Jean-Yves Monchambert, Jean-Claude Roux et Jean-François Jet.
  • 33 Rapport de 1999 et références aux fouilles d’André Parrot dans cette même livraison, p. 69-72.

50La reprise du chantier L32 a fait partie des priorités de cette campagne. En 1999, la réapparition attendue du sommet de la Ville I sous le Souk du quartier dit présargonique a conduit en effet à étendre le chantier sur une superficie de quelque 600 m2, afin de définir les caractéristiques urbaines et architecturales de cette première ville encore si mal connue33.

51Pour cela, il fallait reprendre le dégagement d’une partie du quartier du Souk de la Ville II, resté inachevé l’an passé, et étendre la fouille dans les deux carrés situés à l’ouest de l’espace déjà retenu, de façon à couvrir l’ensemble du quartier entre les deux rues qui délimitaient le Souk.

Ville II

  • 34 Margueron 2004, plans schématiques fig. 131 p. 161 et restitution fig. 132 p. 162.

52L’effort a d’abord porté sur les deux nouveaux carrés, VII W 49 et 50, de façon à atteindre partout le niveau de la Ville I dégagé en 1999 et à obtenir une vue globale de ce niveau. Les fondations de la Ville III et les deux phases de la Ville II reconnues en 1999 ont été observées sur l’ensemble du secteur fouillé. Quelques rectifications ont été apportées au plan levé à l’époque de la première fouille de ce quartier de la Ville II : elles ne mettent pas en cause la fonction que l’on a pu y reconnaître34. Plusieurs tombes qui appartiennent dans l’ensemble à la Ville II ont été fouillées.

53Une installation plâtrée avec des conduits intérieurs, semblable à celle dégagée en 1999, qui se trouvait au croisement de quatre murs d’une « boutique », a fait l’objet de soins attentifs avec l’espoir qu’elle révélerait sa fonction. Le résultat reste aléatoire : la moitié environ de l’installation a été préservée afin que cette étude puisse être poursuivie, mais on ne voit toujours pas à quoi pouvait servir cette « tuyauterie » installée à l’intérieur d’une intersection de murs et à 1 m environ au-dessus du sol.

Ville I (fig. 2035)

  • 35 Les plans schématiques, provisoires, sont susceptibles d’être modifiés au fil des campagnes.

54Celle-ci a été retrouvée, comme prévu, sous les parties déjà mises au jour de la Ville II. Les jonctions avec les murs dégagés en 1999 ont été réalisées. Cependant il n’a pas été facile de retrouver tous les arasements de murs, et les travaux de raclage du sol ont demandé beaucoup de temps. Une première approche permet de proposer pour certains secteurs deux phases architecturales – deux réfections totales ou simples réajustements dans le même niveau ? Le plan proposé doit donc être considéré comme provisoire.

  • 36 Pec : cf. B. Muller et M. Muftah dans Margueron et al. 2007b, p. 18-31 ; chantier B : cf. Margueron(...)
  • 37 Voir dans cette livraison, les campagnes de 2001-2004, p. 115-120 (2001), 137-144 (2002), 162-172 ( (...)

55Il apparaît néanmoins que l’architecture dégagée est totalement différente de celle qui sera mise en œuvre par la suite à Mari. On retrouve les mêmes caractéristiques qu’au chantier Pec ou dans le sondage en cours du palais P-Espace 4 (voir ci-dessous) ou encore dans les niveaux inférieurs du chantier B36. Les murs sont de faible épaisseur et délimitent des espaces qui peuvent avoir une certaine étendue. Dans l’ensemble de la superficie dégagée, on ne voit pour le moment se dessiner aucun axe de circulation et l’impression domine que l’on est présence d’une seule unité dont les limites ne sont pas réellement connues sur l’ensemble des 600 m2 de la fouille. Mais la poursuite de l’exploration changera cette impression37.

Fig. 20 – Chantier L : plan schématique des vestiges de la Ville I mis au jour en 2000

  • 38 Margueron 2004, fig. 81 p. 108.

56Il est en tout cas certain que le secteur étudié est constitué pour la plus grande partie d’espaces à vocation domestique : plus d’une dizaine de tannour ont été dénombrés ainsi que des foyers assez modestes, des dépotoirs contenant des déchets de cuisine, des cendres, des os et de la céramique cassée. On notera aussi la présence d’un très beau four de potier dont la chambre de chauffe est particulièrement bien conservée38.

Conclusions

57Ce chantier, qui n’en est encore qu’à ses débuts, fournit néanmoins déjà des renseignements de grande importance.

  • Le nivellement accompagné d’un arasement de la Ville I, déjà observé ailleurs sur le site et en particulier sous le palais P (Ville II), est parfaitement confirmé. Il étaie la thèse d’un abandon suivi d’un réaménagement total ; les caractéristiques architecturales vont dans le même sens. Il est impossible de savoir de combien la Ville I a été diminuée en hauteur : la présence de tombes dans le palais P-Espace 4 et au sommet de Pec plaide en faveur d’un arasement très important.

    • 39 Développement, coupe et schéma : Margueron 2004, p. 142-143 et fig. 114 à 116.

    Les travaux d’infrastructure de la Ville II : les observations concernant la rue nord-est permettent de les apprécier à leur juste valeur. apparemment, c’est à une organisation tout à fait nouvelle qu’ont procédé les constructeurs : la rue a été complètement aménagée à une profondeur supérieure à 2 m. Les murs de fondation de la maison du Souk ont été élevés à l’air libre ; du côté du Souk c’est un véritable mur de terrassement qui a été édifié, avec un fruit destiné à contenir les poussées. La rue a été ensuite comblée à l’aide de couches alternées de graviers et de terres cendreuses, de façon à faciliter l’absorption des eaux de pluie39.

    • 40 Illustré dans Margueron 2004, pl. 30 p. 54 et fig. 69 p. 100.

    La datation de la Ville I au DA I se trouve se trouve aussi confirmée par la découverte d’un vase en scarlet ware qui reposait sur l’un des premiers sols reconnus40.

J.-Cl. M.

LE PALAIS-QUARTIER NORD (CHANTIER P)

  • 41 Voir rapport p. 72-74 dans cette livraison. Malou Schneider a continué à assurer la responsabilité (...)

58Le carré III P 10 n’avait été que partiellement fouillé en 199941. Il fallait donc le reprendre. Le sol de P-1 a été retrouvé sur l’ensemble du carré. On est manifestement en présence de locaux où se pratiquaient des activités artisanales. Ensuite la fouille a été engagée dans le carré III Q 10, de façon à assurer la jonction entre ce secteur et la porte du palais qui s’étend à l’est. L’étude du foyer qui, en III P 11, avait peut-être servi à chauffer des silex a été complétée ; une fosse remplie de tessons lui était associée. Ont été ainsi mieux cernés ou bien définis les loci 10, 11, 13, 14 et 15 (fig. 21).

Locus 10

59L’enlèvement de l’escalier de descente qui occultait une partie du foyer a permis de fouiller l’ensemble de l’installation, de retrouver un grand nombre de silex, de définir la présence d’un dépôt de tessons vraisemblablement liés à ce foyer et de bien préciser que cette installation passait sous le niveau de P-1, c’est-à-dire qu’il appartenait très vraisemblablement à la phase P-2.

Locus 11

  • 42 Beyer 2007 : no 13 = III P 10 NO 33 p. 246-247 (Margueron 2004, fig. 285-5 p. 296) et suivants, p.  (...)

60Partiellement fouillé en 1999, son sol incendié a été entièrement dégagé. Outre divers produits liés à une activité artisanale, on y a trouvé quelques tablettes de la Ville II et des fragments de scellements de porte ou de jarre avec l’empreinte de sceaux de très belle qualité42. L’analyse des murs et des parois de bermes a permis de repérer les traces du niveau P-0. La crapaudine présente à l’angle du montant ouest de la porte 11-13 pourrait marquer le niveau de réoccupation à la phase P-0.

Locus 12

61Aucune fouille n’a été conduite dans ce locus bien dégagé en 1999 (fig. 22) ; mais il convient maintenant de souligner que la ligne d’arrêt de l’enduit plâtré, que l’on a observée sur la paroi nord et dans la niche, marque exactement la limite de la réoccupation de P-0.

Locus 13

62La partie orientale de la pièce qui se trouvait en III Q 10 a été fouillée ; elle présente, elle aussi, des caractéristiques d’un violent incendie qui a brûlé ses parois ; le comblement partiel de la pièce par les décombres de l’incendie laisse la possibilité d’un sol P-0, quelque 70 cm au-dessus du sol P-1.

Locus 14

63Belle pièce en relation directe avec le couloir de l’entrée, elle a été en partie mangée par la canalisation nord-sud d’évacuation des eaux du GPR (Grand Palais Royal du début du IIe millénaire). Sa fouille a fourni des données importantes. Ses murs, en particulier le mur nord, portaient sur un enduit brûlé les restes d’un second enduit non brûlé ; le mur sud, quant à lui, montre clairement, à l’est de la porte vers le locus 15, une séquence (verticale) avec la base portant encore de l’enduit très brûlé, puis un niveau d’usure correspondant à un sol, puis un mur brûlé mais dont les restes d’enduit ne l’étaient pas. La surface du sol était assez irrégulière et plongeait du nord vers le sud ; un niveau charbonneux était recouvert par un sol argileux sans trace d’incendie qui surmontait l’ensemble.

Locus 15

  • 43 Comme en salle 68 par exemple.

64Cette pièce étroite et allongée donnait sur le locus 14. L’incendie a fortement marqué les parois, mais certaines d’entre elles laissent voir les restes d’enduit non brûlé sur le mur brûlé43.

Conclusions

  • Pour la première fois dans cette série de palais de la Ville II, des tablettes ont été retrouvées sur un sol précis caractérisé par un incendie attribuable à la phase P-1 ; si des noms accompagnent ces tablettes, une datation précise pourra être proposée après leur déchiffrement ; toutefois le petit nombre de celles-ci (16 numéros d’inventaire pour les tablettes entières et les fragments) ne laisse pas un grand espoir.

Fig. 21 – Chantier P-quartier Nord : plan schématique

Fig. 22 – Chantier P-quartier Nord : installation artisanale du locus 12, vue vers le nord-est

    • 44 Développement dans Margueron 2004, p. 301-312 ; Margueron 2007d.
    • 45 En particulier Ishqi-Mari (Naguère lu Lamgi-Mari), mais aussi Iddin-Eshtar, cf. Beyer 2007, en part (...)

    En revanche la présence de sceaux inscrits, parfois royaux, associés aux tablettes sur le sol de P-1, peut être considérée comme une donnée plus sûre pour la fixation chronologique précise de ce niveau. C’est en général à Sargon que l’on attribue la destruction du palais, sans doute à tort ; il semble certain en effet, pour des raisons archéologiques, stratigraphiques et de cohérence historique, que Naram-Sîn ait été le véritable destructeur de la Ville II de Mari44. Dans ces conditions, il va être possible de fixer dans le temps pour la première fois certains des rois de Mari45. Mais pour cela il faut attendre les résultats de l’analyse épigraphique.

  • Pour la première fois aussi a été reconnue dans le quartier Nord la succession P-1/P-0. En effet, si l’existence d’un niveau incendié ne faisait aucun doute, la présence d’un niveau P-0 marquant une réoccupation du palais peu après sa destruction par le souverain agadéen est absolument attestée dans les espaces fouillés cette année. Cette réoccupation s’accompagne d’un exhaussement du niveau de sol, en général entre 0,50 et 1 m ; l’existence de ce sol, pratiquement impossible à voir lors de la fouille, apparaît clairement sur les murs, en particulier pour le locus 14 et dans les parois (locus 11). Ce qui a rendu parfois sa détection difficile, c’est la proximité du niveau d’arasement des murs du palais, soit pour la construction du palais intermédiaire, soit pour celle du Grand Palais Royal.

J.-Cl. M.

LE PALAIS-ESPACE 4 (CHANTIER P)

65Ouvert pendant une vingtaine de jours seulement du fait de l’arrivée tardive de son responsable, Mohammed Muftah, ce chantier a néanmoins donné des informations de grand intérêt.

Niveau I

  • 46 Dans cette même Livraison, p. 75-78.
  • 47 Plan dans Margueron 2004, fig. 66 p. 95.

66Le sondage de 199946, placé dans l’angle nord-est de l’Espace 4, avait atteint la strate la plus récente conservée de la Ville I sous la forme d’une tombe et de petits murs au tracé courbe définissant deux petits espaces, peut-être voués à des activités artisanales ; un foyer était associé à ces installations. Une fosse de grand diamètre et un puits occupaient une partie importante du sondage du côté sud47.

Niveau II

67Un second niveau a été reconnu à près de 80 cm sous le premier (III T 6) ; dans le locus 1, déjà mis au jour, un autre foyer, de forme carrée, se trouvait sous le premier. Le fond du puits III T 6 SE F-3 a été atteint ; il contenait les restes disloqués d’un squelette humain et des fragments de céramiques dans lesquels il est impossible de reconnaître une jarre funéraire ou du mobilier de tombe. L’impression domine d’une chute accidentelle au fond d’un puits de fouilleurs clandestins. Quant à la fosse, dont le fond n’a pas été atteint lors de l’arrêt de la fouille, on ne saurait y reconnaître non plus une tombe : en raison de ses dimensions (diamètre 2,60 m), il se pourrait que l’on ait affaire à une fosse-silo construite, d’après son niveau de départ, lors de la phase d’abandon qui a suivi l’occupation de la Ville I.

Extension : niveaux I et II (fig. 23)

68Une extension de la zone fouillée a été réalisée en III T 6 SO et III T 5 NO. On y a défini le niveau I-phase 1 de la Ville I. Une grande pièce rectangulaire de 6 m sur 3,40 m a été partiellement dégagée (locus 4) : une porte pourvue d’une crapaudine était percée près de l’extrémité sud de son mur oriental et peut-être une autre dans le mur méridional. Un premier sol était doté d’un foyer situé au centre ; un second sol était jonché d’une grande quantité de matériel, en particulier céramique, qui était entièrement scellé par le sol supérieur (fig. 24). Il n’est pas encore possible de savoir si d’autres pièces composaient la maison.

  • 48 Margueron 2004, pl. 31 p. 54.

69Un petit bol Ninive V gris et à incisions a été retrouvé sur le second sol48.

Fig. 23 – Chantier P-sondage sous l’Espace 4 : plan schématique du niveau I de la Ville I

Fig. 24 – Chantier P-sondage sous l’Espace 4 : locus 4 vu vers l’ouest, avec céramiques écrasées sur le sol 2 (niveau II)

Conclusion

  • 49 Parrot 1954, p. 77 ; Lebeau 1985, p. 94 et pl. XXIV-23, XXVII-10 et XXVIII-12.
  • 50 Cf. ci-dessus, p. 103 et note 40.

70Cette céramique Ninive V est d’un grand intérêt pour la datation de la Ville I. André Parrot avait déjà retrouvé deux petits bols de facture identique dans le sondage qu’il avait pratiqué sous le temple de Shamash en 1953 ; de plus quelques tessons identiques avaient été retrouvés dans les niveaux inférieurs du chantier B49. Cette nouvelle découverte est importante, puisqu’il s’agit d’un vase entier cette fois, stratigraphiquement bien situé dans les niveaux supérieurs conservés de la Ville I : ajoutée à la découverte du vase du type scarlet ware du chantier L50, elle ancre définitivement celle-ci dans les périodes anciennes du DA.

J.-Cl. M.

DÉCOUVERTES ARCHÉOLOGIQUES LIÉES À LA RESTAURATION

71Les travaux de restauration, conduits sous la responsabilité et avec les subsides de l’Association des amis de Mari pour la sauvegarde du site (AAMSS) et réalisés grâce à Mahmoud Bendakir, ont concerné cette année la grande salle 46 et la salle 45 de l’Enceinte Sacrée. Le nettoyage de la base des murs et le creusement des drains destinés à leur assainissement ont été réalisés dans un premier temps.

72Ces travaux conduits à la base des murs ont donné lieu à plusieurs découvertes archéologiques concernant les installations anciennes du niveau P-2.

    • 51 Dans cette même livraison, p. 48-49

    Tout d’abord il s’est confirmé que deux phases majeures de réfection des sols – déjà reconnus dans l’espace central en 199851 – avaient rythmé l’évolution du secteur, certains aménagements ayant pu prendre place entre celles-ci. Les deux sols avaient été plâtrés, mais il ne reste que de rares lambeaux de ces aménagements, dans l’angle sud-est de 46 et en 45, autour du podium.

    • 52 Plan dans Margueron 2004, fig. 177 p. 199.

    Tout au long du mur nord de la salle 46, et perpendiculairement à lui, avait été installée une série de longues dalles de gypse, parallèles les unes aux autres, parfois accolées, parfois séparées. Deux trous circulaires, d’un diamètre voisin de 40 cm, créent une division ternaire. À l’extrémité orientale deux coffres, l’un en pierre, l’autre en terre argileuse, très arasés, contenaient encore des perles en cornaline et en lapis-lazuli, ainsi que des feuilles d’or52.

    • 53 Pour des exemples comparables, Margueron 2004, fig. 251 p. 262.

    Dans l’angle sud-est du montant oriental de la porte occidentale 46/27 et dans l’angle sud-ouest du montant occidental de la porte orientale 46/27, ont été trouvés deux clous de fondation, fichés verticalement au travers de l’anneau habituel, accompagnés de deux plaquettes de pierre53.

  • L’étude de l’environnement du podium en 46 a permis de retrouver les différents sols, un petit bassin sur la face sud et un grand nombre de perles en lapis-lazuli, cornaline et cristal de roche ; certaines sont particulièrement grosses ; des feuilles d’or leur étaient associées ainsi qu’une grosse perle en or. Il semble que ce matériel précieux ait été volontairement incorporé dans la terre qui recouvrait le premier sol. deux perforations verticales, sans doute des trous de poteau, ont été repérées dans la partie septentrionale du podium et une autre hors de celui-ci vers le sud.

J.-Cl. M.

CONCLUSIONS : APPORTS NOUVEAUX DE LA 36e CAMPAGNE

73Les informations nouvelles tirées de la documentation provenant de la 36e campagne de fouille concernent :

  • l’histoire du site ;

  • l’urbanisme de la cité ;

  • les pratiques rituelles liées à l’acte de fondation.

L’histoire de Mari

  • Fixation de la fin de la Ville I : un vase de scarlet ware et un de Ninive V permettant de dater de la fin du DA I ou du début du DA II les phases tardives de la Ville I repérées en fouille.

    • 54 Étude des empreintes en cours dans Beyer 2007, celles d’Ishqi-Mari reproduites également dans Margu (...)

    Fixation de la fin de la Ville II et de la destruction du palais P-1 grâce aux empreintes de sceaux royaux retrouvées sur le sol incendié, le nom des rois devant permettre de situer dans le temps certains des souverains de Mari connus par des inscriptions, mais que l’on ne savait placer dans la chronologie. Il nous faudra revenir sur ces données nouvelles d’une grande importance pour l’histoire de la période54. Ainsi deux étapes importantes de la vie de Mari sont-elles désormais bien définies.

    • 55 Publication à paraître sous la direction d’Antoine Cavigneaux. Rapport préliminaire dans Cavigneaux (...)

    De nouvelles données sur l’histoire de la période de la dynastie amorite sont à attendre de l’exploitation des tablettes retrouvées dans la maison du chantier K55. En outre la pratique de l’écriture se trouve ainsi attestée hors des palais, contrairement à ce qui a été avancé de façon bien inconsidérée.

L’urbanisme de la cité

  • L’ampleur des travaux engagés lors de la construction de la Ville II est attestée sur tous les chantiers.

  • La rue du Souk met en évidence l’existence d’un urbanisme raffiné qui prend en considération aussi bien la structure de la ville que l’organisation d’un système d’élimination des eaux de pluie.

74Ce sont là de grandes découvertes concernant la façon dont les habitants du monde syro-mésopotamien pensaient la ville au milieu du IIIe millénaire ; elles obligeront à regarder d’un œil nouveau l’urbanisme des grandes cités orientales depuis leurs origines.

Les pratiques rituelles liées à la fondation

75La nouvelle « maquette » circulaire permet maintenant, grâce à sa position stratigraphique, de lier cet objet à des pratiques de fondation urbaine spécifiques de la Ville II.

76Le concept de cité nouvelle, fondée ou refondée, s’enrichit ainsi d’un bagage rituel qui fait intervenir chez les fondateurs à la fois des concepts de l’ordre du religieux et une réflexion sur la signification de la ville dans l’univers social.

J.-Cl. M.

Notes

1 Ce rapport doit à Anne Horrenberger un grand nombre de mises au point, mises au net et montages infographiques des plans et relevés de parois.

2 Rapport préliminaire dans cette même livraison, p. 11-14.

3 Margueron 2004, p. 344-345 et plan fig. 322.

4 Lucy Gauvin est associée à ce rapport, à la préparation duquel elle a participé par son aide efficace, sur le chantier et dans les travaux récapitulatifs. Je remercie Anne Horrenberger d’avoir réalisé le délicat montage de la dizaine de plans nécessaires à l’élaboration de la fig. 1.

5 I. Weygand dans Margueron et al. 2007c, p. 45-50.

6 J.-Cl. Margueron avec la collaboration N. Bresch, à paraître.

7 I. Weygand dans Margueron et al. 2007c, p. 45-50 ; Muller et Weygand 2007, en particulier p. 135-136 et fig. 13 p. 143.

8 Cf. rapports préliminaires, chantier F, I. Weygand dans Margueron et al., respectivement 1997, 2007a et 2007c.

9 I Weygand dans Margueron et al. 2007c, p. 48-50.

10 I. Weygand dans Margueron et al. 1997, fig. 36 p. 42.

11 I. Weygand dans Margueron et al. 2007c, fig. 15 et 18 p. 47 et 49.

12 I. Weygand dans Margueron et al. 2007a, p. 26 et 28.

13 Tout comme sur le cliché de la fig. 16, p. 49 du rapport préliminaire de 1995 (Margueron et al. 2007c), où la face sud du mur AD (au premier plan, à droite) n’est pas du tout rectiligne et le mur AC qui lui est perpendiculaire (plan médian) ne retrouve sa face véritable que dans sa portion méridionale.

14 Cf. fig. 18 p. 49 du rapport préliminaire de 1995 (Margueron et al. 2007c).

15 Celle des « murs » 12 et 17 n’est pas plane. C’est pourquoi on peut se demander si ce que nous avions pris pour une installation de briques sous la base du mur W ne serait pas un chicot de base réelle de fondation, tant son altitude coïncide (176,32).

16 Il faut néanmoins noter l’anomalie un peu déroutante constituée par trois tannour et une zone de cendres, prises en « sandwich » entre la base de AB du côté sud et le « mur » 17 : ces installations, que sur le moment déjà l’observation avait décelées comme temporaires (la paroi de III E 1 NO 93 était très peu cuite, comme si le four avait très peu servi), sont très localisées. Par ailleurs, si elles correspondaient à un véritable niveau d’occupation, on aurait retrouvé celui-ci à la même altitude de 177,10 au-dessus des murs 12, 13 et 14, ce qui n’est pas le cas – leur arasement se situe autour de 177,15 et le sol (de chantier en l’occurrence) de ce qui avait été enregistré comme le locus 10, pourvu du foyer III E 1 NE 63, est plus bas (176,80 environ). Un autre fait à noter est l’épandage d’une couche de tessons d’une épaisseur maximale d’une quarantaine de centimètres (176,20 à 176,60), préalable à l’édification de ces fondations et sur laquelle le mur 12 a même été partiellement posé. Cette couche s’étendait le long de AC/12 et en partie sous AB (mais non sous 17) [fig. 5]. Un certain nombre de formes complètes, bols et coupes en particulier, sont typiques du DA IIIb (ou EJ IIIb), c’est-à-dire de la Ville II (cf. Lebeau 1985 pl. IX-10 pour la bouteille et pl. XI-8 pour la coupe).

17 Cf. article de B. Muller dans cette même livraison.

18 Il est vrai que la petite crapaudine de pierre III E 1 NO 92, laissée in situ en témoin jusqu’à la fin de la fouille, a contribué à nous induire en erreur même si nous doutions qu’elle fût en place.

19 La forme allongée et carénée des bouteilles à goulot est censée être typique du DA (EJ) IIIb (Ville II), cf. Lebeau 1985, pl. X-11. Cependant au chantier L en 2002, la tombe double VII Y 49 SE T-1 et T-2 livrait un exemplaire de ce type à côté d’un autre vase à goulot, trapu et pansu cette fois, typique de la Ville I (cf. Muller 2008, p. 461).

20 J.-Y. Monchambert dans Margueron 2004, fig. 164 p. 189, en particulier pour le no 17, qui représente la jarre à panse carénée et décor incisé sur l’épaule III E 1 S0 222. Par ailleurs, cliché de la tombe et dessin de tout le mobilier dans Margueron 2004, fig. 171 p. 193 (M. Jean-Marie).

21 Quelques profils eux aussi, s’apparentent à la céramique recueillie dans la couche f (épandage de tessons) avec, en particulier, un fragment de « brasero à languettes » (III E 1 SO 251 dans le dépotoir SO 248) comme il a pu s’en trouver dans le temple d’Ishtar ou ceux d’Ishtarat et de Ninni-zaza.

22 Parrot 1955, p. 204, fig. 10, et Margueron et al. 1997, p. 47, fig. 42.

23 Parrot 1956, p. 46-47, fig. 37 et pl. VIII.

24 Voir dans cette livraison, rapport de la campagne de 1999, p. 60-64.

25 Parrot 1956, pl. II et III.

26 Parrot 1956, pl. II. Ce niveau e correspond en réalité à la première phase de construction, c’est-à-dire au bâtiment aux Fondations de pierre, auquel est associée la plate-forme, cf. Margueron 2007a, en particulier p. 133 et fig. 6 p. 136 = Margueron 2004, fig. 56 p. 90.

27 Margueron 2004, p. 90-91 l’attribue à la phase 2, c’est-à-dire à « un niveau intermédiaire entre le bâtiment [aux Fondations de pierre, phase 1] et le niveau d [phase 3] » – la phase la plus récente retrouvée de la Ville I étant constituée par les tombeaux de pierre (phase 4).

28 Nous reproduisons ici le plan schématique, déjà publié dans Margueron 2004, fig. 434 p. 456, parce qu’y figure l’emplacement de la coupe, ici fig. 16, et parce qu’y ont été ajoutés les numéros de loci.

29 Margueron 2004, fig. 435-3 et-4 p. 457 (M. Jean-Marie) : tombes en jarre III Z 9 NE T-1 à T-7 et tombe à coffrage de leben NE T-8.

30 Margueron 2004, fig. 171 p. 193-1 et-2 (M. Jean-Marie).

31 III Z 9 NE T-9 et T-10, en jarre, sont amorites.

32 Trois secteurs ont été répartis entre Jean-Yves Monchambert, Jean-Claude Roux et Jean-François Jet.

33 Rapport de 1999 et références aux fouilles d’André Parrot dans cette même livraison, p. 69-72.

34 Margueron 2004, plans schématiques fig. 131 p. 161 et restitution fig. 132 p. 162.

35 Les plans schématiques, provisoires, sont susceptibles d’être modifiés au fil des campagnes.

36 Pec : cf. B. Muller et M. Muftah dans Margueron et al. 2007b, p. 18-31 ; chantier B : cf. Margueron 1984, p. 22.

37 Voir dans cette livraison, les campagnes de 2001-2004, p. 115-120 (2001), 137-144 (2002), 162-172 (2003) et 193-197 (2004).

38 Margueron 2004, fig. 81 p. 108.

39 Développement, coupe et schéma : Margueron 2004, p. 142-143 et fig. 114 à 116.

40 Illustré dans Margueron 2004, pl. 30 p. 54 et fig. 69 p. 100.

41 Voir rapport p. 72-74 dans cette livraison. Malou Schneider a continué à assurer la responsabilité de ce chantier.

42 Beyer 2007 : no 13 = III P 10 NO 33 p. 246-247 (Margueron 2004, fig. 285-5 p. 296) et suivants, p. 248-258. Pour l’empreinte de sceau d’Ishqi-Mari, voir aussi Margueron 2004, fig. 300 p. 311.

43 Comme en salle 68 par exemple.

44 Développement dans Margueron 2004, p. 301-312 ; Margueron 2007d.

45 En particulier Ishqi-Mari (Naguère lu Lamgi-Mari), mais aussi Iddin-Eshtar, cf. Beyer 2007, en particulier p. 255-258.

46 Dans cette même Livraison, p. 75-78.

47 Plan dans Margueron 2004, fig. 66 p. 95.

48 Margueron 2004, pl. 31 p. 54.

49 Parrot 1954, p. 77 ; Lebeau 1985, p. 94 et pl. XXIV-23, XXVII-10 et XXVIII-12.

50 Cf. ci-dessus, p. 103 et note 40.

51 Dans cette même livraison, p. 48-49

52 Plan dans Margueron 2004, fig. 177 p. 199.

53 Pour des exemples comparables, Margueron 2004, fig. 251 p. 262.

54 Étude des empreintes en cours dans Beyer 2007, celles d’Ishqi-Mari reproduites également dans Margueron 2004, fig. 300 p. 311 ; résumé de l’état de la question p. 308-311 ; discussion dans Butterlin 2007a, p. 228-232.

55 Publication à paraître sous la direction d’Antoine Cavigneaux. Rapport préliminaire dans Cavigneaux et Colonna 2009, p. 52-53.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Plan du site avec emplacement des chantiers fouillés en 2000Le domaine archéologique de la cité de Mari est divisé en 15 zones rectangulaires – 250 m en abscisse et 500 m en ordonnée – numérotées de I à XV ; chaque zone est subdivisée en carrés de 10 m de côté, 25 d’ouest en est, désignés par les lettres de l’alphabet (sauf I), et 50 du sud au nord, numérotés de 1 à 50. Un carré de fouille est donc désigné par un chiffre romain donnant la zone, puis une lettre de l’alphabet (excepté I) associée à un numéro de 1 à 50 ; chaque carré est alors subdivisé en 4 quadrants : NO, NE, SO et SE, de façon à faciliter l’enregistrement des faits de fouille et des objets. Tout l’enregistrement repose sur ce carroyage. Les grands secteurs de recherche sont définis par une lettre A, B, C,… (chantier A,…), qui se surajoute au système précédent pour faciliter les localisations, mais qui ne servent jamais à l’enregistrement.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4413/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Légende Fig. 2 – Chantier C-7 (enceinte extérieure) : plan schématique des niveaux II-a et II-b, carré I O 37
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4413/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende Fig. 3 – Chantier F (III D 1 et III E 1), le niveau architectural (couches d, e, f) de la « maison à lAutel domestique » (Ville II)a Plan de synthèse des campagnes 1991, 1993, 1995, 2000
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4413/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Légende Fig. 3-b Plan schématique du rapport de 1995 revu
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4413/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 4 Chantier F, III E 1-III D 1, fin de fouille de 1995 vers le sud-est : on voit bien la continuité entre le mur 12 et le mur AC-AF
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4413/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 5 – Épandage de céramiques et de tessons en III E 1a – Extension maximale vers l’ouest (traversée par le puisard III E 1 NO 1), vue vers le nordb – Extension maximale vers le sud, le long de la fondation 12 (mur AC démonté), vue vers le nord ;la zone qui s’étendait sur près de 2 m le long du mur 17 n’a pas encore été mise au jourc – Exemples de profils : coupe et bouteille
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4413/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 6 Chantier F, III D 1 NO-SO III E 1 NE-SE, couche h (niveau préparatoire à la Ville II)a « Dallage » irrégulier de briques crues (bourrage, couche h-1). Vue vers le nordb Bouteilles à goulot presque complètes III E 1 SO 244 et III D 1 NE 199, provenant toutes deux de la surface charbonneuse h-2
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4413/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 7 Chantier F, III D 1 NO-SO III E 1 NE-SE, couche i (niveau darasement de la Ville I).Seule la tombe III D 1 NE T-7 est en couche h
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4413/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 8 – Chantier G : plan schématique d’ensemble des fouilles de 2000
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4413/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 9 – Chantier G : plan des vestiges des murs de pierres du Sahuru à l’intérieur de la masse du mur nord du LTS de Ninhursag
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4413/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 10 – Chantier G : les fondations de pierre du Sahuru, vues vers le nord-ouest
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4413/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 11 Chantier G : plan du carré IX D 47 montrant le secteur de lentrée du complexe cultuel nord-est
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4413/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 996k
Légende Fig. 12 – Chantier G : en IX D 47, la porte et le dallage de leben recouvrant la canalisation de gypse. Vue vers l’ouest
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4413/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 13 – Chantier J-4, raccordé à la fouille d’André Parrot sous le niveau du temple d’Ishtar : plan schématique des différents sondages (relevé Lucia Blanco)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4413/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 14 – Chantier J-4 : paroi sud du sondage J-4-e (relevé J.-L. M.) mettant en évidence la superposition des enceintes de Ville II et de Ville III
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4413/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 15 – Chantier K : plan schématique du niveau paléobabylonien
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4413/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 16 – Chantier K : coupe schématique AA’ au travers de la maison aux Tablettes et de la rue
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4413/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 17 – Chantier K : l’installation IV A 9 NO 15 à l’angle sud-est du locus 9. Vue vers l’est
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4413/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 18 – Chantier K : les jarres funéraires III Z 9 NE T-1 à T-7, sous le sol le plus ancien du locus 2. Vue vers le nord
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4413/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 19 – Chantier K : sondage dans la rue avec la fondation à double semelle du mur 11 de la Ville III, la surface γ plâtrée, en pente du sud vers le nord et le bassin plâtré δ occupant l’aire sud (à gauche) du sondage. Vue vers le sud-ouest
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4413/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 20 – Chantier L : plan schématique des vestiges de la Ville I mis au jour en 2000
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4413/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 21 – Chantier P-quartier Nord : plan schématique
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4413/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 22 – Chantier P-quartier Nord : installation artisanale du locus 12, vue vers le nord-est
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4413/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 23 – Chantier P-sondage sous l’Espace 4 : plan schématique du niveau I de la Ville I
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4413/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 24 – Chantier P-sondage sous l’Espace 4 : locus 4 vu vers l’ouest, avec céramiques écrasées sur le sol 2 (niveau II)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4413/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 178k

Auteurs

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search