Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Akh Purattim 3

 | 
Jean-Claude Margueron
, 
Olivier Rouault
, 
Pascal Butterlin
, 
et al.

Mari et sa région

Mari : rapport préliminaire sur la 34e campagne (1998)

Jean-Claude Margueron, Mahmoud Bendakir, Dominique Beyer, Chiara Dezzi Bardeschi, Emmanuelle Capet, Béatrice Muller, Mohammed Muftah et Malou Schneider

Texte intégral

1Arrivés à partir du 15 septembre, les membres de la mission ont été réunis sur le site dès le 18, et le 20 le travail effectif pouvait commencer sur deux des chantiers. Il s’est poursuivi sans interruption jusqu’au 27 octobre. Les retours se sont effectués pour la plupart des membres le 3 novembre.

COMPOSITION DE LA MISSION

2La mission a compté 27 membres pour des durées variables :

  • archéologues : V. Bader, D. Beyer, M.-Cl. Boileau, E. Capet, Ch. Dezzi bardeschi, J.-L. Montero Fenollós, M. Muftah, B. Muller-Margueron, M. Schneider ;

  • archéologues stagiaires : B. Chiti, F. Kleitz, N. Margueron, L. Martzolff ;

  • archéologues stagiaires (Alcatel) : D. Bertrand, B. Lauth, A. Hurstel, J. Hurstel ;

  • architectes de fouille : Ch. Boyer de Bouillane, J. Troussel ;

  • architecte/restauration : M. Bendakir ;

  • dessinatrice : A. Horrenberger ;

  • ostéologie et intendance : M. Jean-Marie ;

  • physiciens (paléomagnétisme) : Y. Gallet, A. Genevey ;

  • représentant des Antiquités : N. Doubal.

3Le temps, particulièrement clément, a permis un travail très régulier.

OBJECTIFS DE LA CAMPAGNE (fig. 1)

  • Approfondir la connaissance de l’enceinte intérieure repérée en 1997 (chantier J, B. Muller-Margueron) ;

  • poursuivre l’exploration stratigraphique au centre du tell (chantier H, M. Muftah) avec l’étude du contact Ville I/Ville II ;

  • poursuivre l’étude de l’évolution d’un quartier de la ville (chantier F, E. Capet) ;

  • poursuivre l’étude du secteur des temples de la Ville II, en particulier celle du temple de Ninhursag (chantier G, D. Beyer) ;

  • étendre vers l’ouest les recherches dans le secteur des palais (chantier P, M. Schneider).

4Ainsi, concernant la fouille proprement dite, les recherches ont été conduites parallèlement dans les Villes I, II et III. Au plus fort de l’activité, six chantiers ont été à l’œuvre (fig. 1).

5En outre, le programme comportait la poursuite des travaux de restauration dans l’Enceinte Sacrée (M. Bendakir).

6Enfin avec le laboratoire de paléomagnétisme de l’Institut de physique du globe (Y. Gallet et A. genevey), une opération de prélèvements d’échantillons de terre crue (briques) et cuite doit être conduite dans tous les niveaux de la cité et étendue aux sites de Doura, Terqa, tell Masaïkh et Mashnaqa en accord avec les directeurs de ces missions.

Fig. 1 – Plan du site avec emplacement des chantiers fouillés en 1998
Le domaine archéologique de la cité de Mari est divisé en 15 zones rectangulaires – 250 m en abscisse et 500 m en ordonnée – numérotées de I à XV ; chaque zone est subdivisée en carrés de 10 m de côté, 25 d’ouest en est, désignés par les lettres de l’alphabet (sauf I), et 50 du sud au nord, numérotés de 1 à 50. Un carré de fouille est donc désigné par un chiffre romain donnant la zone, puis une lettre de l’alphabet (excepté I) associée à un numéro de 1 à 50 ; chaque carré est alors subdivisé en 4 quadrants : NO, NE, SO et SE, de façon à faciliter l’enregistrement des faits de fouille et des objets. Tout l’enregistrement repose sur ce carroyage. Les grands secteurs de recherche sont définis par une lettre A, B, C,… (chantier A,…), qui se surajoute au système précédent pour faciliter les localisations, mais qui ne servent jamais à l’enregistrement.

UN QUARTIER DE LA VILLE (chantier F)1

  • 1 Barbara Chiti secondait Emmanuelle Capet et Chiara Dezzi Bareschi sur ce chantier.

7Ont été rouverts cette année les carrés III F 1, III G 1 et III H 1 et des jonctions ont été assurées avec le carré III J 1. L’objectif de cette tranchée de 70 m de long qui relie la limite occidentale du palais au quartier dit présargonique est d’établir la stratigraphie urbaine de cette partie du site ; quand l’étude en sera achevée, on aura une coupe de plus de 700 m de long sur la ville.

8Dans les carrés retenus cette année, les recherches des années antérieures avaient mis en évidence :

  • l’existence d’un réseau de fondations appartenant à un édifice de l’époque du palais ; certaines d’entre elles avaient été profondément enfoncées ;

  • l’existence d’un second réseau de fondations, moins clairement constitué et encore incomplètement délimité, qui avait été perturbé par le précédent mentionné ; le niveau construit de ce second réseau a complètement disparu (fig. 2).

9Les fouilles conduites durant la présente campagne ont été rendues ardues par l’exceptionnelle imbrication de ces niveaux de fondation qui ont fait disparaître l’essentiel des niveaux d’occupation, dont on ne retrouve que des lambeaux, le plus souvent difficiles, sinon impossibles, à relier : un tannour par-ci, un reste de sol par-là, ne permettent pas de reconstituer de façon précise l’ensemble des niveaux qui se sont succédé et qui ont été véritablement hachés par les différentes fondations ainsi que par des tombes particulièrement nombreuses appartenant, elles aussi, à des occupations différentes.

10On retiendra cependant, provisoirement et en l’attente d’une synthèse qui ne pourra être tentée que lorsque les niveaux de cette période auront été fouillés dans l’ensemble des carrés de la tranchée, quelques constatations qui permettent de mettre un peu d’ordre dans un ensemble très confus.

Fig. 2 – Chantier F : plan schématique (fondations)

Les phases reconnues

11La Ville III apparaît ainsi constituée des phases suivantes.

  • Le sommet de ruines appartenant peut-être à la Ville II n’a été atteint que dans le carré III F 1 ; lors de la prochaine campagne il conviendra de mieux définir ce niveau, connu de façon encore incomplète ; il se situe vers l’altitude de 178 m et a fourni quelques murs encore insuffisamment cernés, conservés sur six assises, avec un module de briques de 44 × 44 × 9/11 ou 30/33 × 18/20 cm, d’une argile jaune sans inclusions, à larges joints. Leur base avait été réparée à l’aide fragments de tabuq. Ce niveau fut incendié puis abandonné et a livré un abondant matériel céramique. L’usure fut lente et les espaces exposés aux pluies montrent des accumulations litées de boue. Il n’est pas possible de dire maintenant s’il s’agit du dernier niveau de la Ville II ou du premier niveau de la Ville III.

    • 2 Fouille de 1993 : Margueron et al. 2007a, p. 24-26 ; 1995 : Margueron et al. 2007c, p. 45 et fig. 1 (...)

    Le niveau d’occupation suivant est marqué par la suite orientale de l’installation du potier repérée en III E 1 en 1993 et 19952 ; deux phases distinctes caractérisent cette installation comme il avait déjà été observé en III E 1 ; il se pourrait que se soient étendus en III F 1 des aménagements qui se trouvaient à ciel ouvert, comme la réserve d’argile, une zone de déchets et peut-être un appentis de protection.

12Cependant on peut se demander si une rue de direction nord-nord-ouest - sud-sud-est et de trois mètres de large ne longeait pas du côté oriental la fabrique du potier lors du second état ; si cette possibilité devait se confirmer, alors il faudrait peut-être renoncer à la thèse de l’espace ouvert dépendant de l’installation pour la première phase ; cependant cette explication n’est peut-être pas la bonne car au niveau suivant les murs qui épousent la même direction et recouvrent en particulier le mur oriental de la maison du potier semblent former un réseau qui ne laisse pas de place pour une rue ; la situation est donc encore incertaine.

13La partie orientale du carré III F 1 était occupée par une curieuse construction où deux piliers à feuillure réunis par des murets pourraient avoir joué un rôle dans l’espace occupé par le potier si celui-ci s’étendait jusque là ; deux espaces ont pu être définis et la présence d’une succession de crapaudines de gypse protégées par les piliers à feuillure permet de situer une porte qui a fonctionné sans doute un certain temps pour donner accès à l’un de ces espaces à partir de l’est. Le sol se situe à 179,20 m.

14La ruine de ce niveau a donné une épaisse couche de murs lessivés selon une pente générale est-ouest ; un mur effondré en III H 1 pourrait appartenir aussi à cette première phase de l’occupation Shakkanakku. Celle-ci ne paraît pas alors avoir été très riche. On peut même se demander si une occupation qui peut apparaître pour le moment comme assez lâche ne signifierait pas une période transitoire liée à la reconstruction du palais lors de la phase intermédiaire entre le palais de la Ville II et le Grand Palais Royal de la Ville III (fig. 3).

Fig. 3 – Chantier F (III F 1) : niveau ruiné et lessivé du début de la période des Shakkanakku, vue vers le sud-ouest

  • La phase suivante est marquée par le réseau de fondations définies comme étant celles du « niveau inférieur » par rapport à celles du bâtiment de surface ; on retrouve un certain nombre de murs en III F 1 et un grand mur de direction ouest-est qui part de l’angle nord-est de III F 1 et continue au pied de la berme septentrionale en III G 1, puis en III H 1 ; d’autres fragments de ce réseau apparaissent au milieu des mêmes carrés. Il n’est pas possible pour l’instant de dessiner avec précision le plan de ces fondations. Il est vraisemblable cependant que les tombes d’époque Shakkanakku retrouvées en assez grand nombre dans ce secteur soient à associer à ce réseau ; quand le dégagement sera achevé, ces tombes permettront peut-être de définir l’espace occupé par les maisons disparues de ce niveau. Cependant il n’est pas encore certain qu’un seul niveau d’occupation caractérise les restes que nous rassemblons en une seule phase du fait de leur nature.

  • La phase suivante semble avoir été celle du réseau des fondations de la Grande Résidence dont il a été rendu compte lors des campagnes précédentes.

Les tombes

15Un assez grand nombre de tombes a été exhumé. Certaines d’entre elles sont particulièrement pauvres, dépourvues de matériel, des nattes ou roseaux enveloppant le défunt recroquevillé et couché sur le côté ; elles indiquent peut-être l’existence de périodes de misère ou de quasi-abandon, à moins qu’il ne s’agisse des inhumations des ouvriers travaillant dans cette zone dévolue aux travaux préparatoires du chantier du palais (fabrication ou stockage des briques). L’absence de tout mobilier pour ces tombes ne permet pas une datation précise ; il en va de même pour une inhumation effectuée dans une grande jarre (III F 1 NO T-3). Quant à III F 1 NE T-2, il s’agit de la tombe d’un nouveau-né, sinon même d’un fœtus, qui est indatable.

16En revanche les inhumations de l’époque des Shakkanakku qui se situent à une profondeur voisine dans tout le secteur sont assez riches. Certaines tombes sont en pleine terre, d’autres sont des sarcophages en terre cuite, d’autres encore cumulent un caveau réalisé avec des murs en briques crues et un sarcophage en terre cuite placé à l’intérieur.

17Le mobilier de ces tombes est toujours composé de céramiques, et nombreuses sont celles qui contenaient aussi des objets en bronze. La plus riche est III F 1 SE T-3 située dans l’angle sud-est du carré et dont le squelette n’a pas été dégagé parce qu’enfoncé dans la berme méridionale ; outre une tête d’âne et un mouton couché sur le flanc, une coupe et un vase, on y a retrouvé les objets en cuivre/bronze suivants : une épingle, deux plaques – une circulaire et en forme de coupelle, une autre plus ou moins quadrangulaire –, toutes les deux avec des trous destinés à les fixer sur un support (tissu ou cuir), deux bracelets, un diadème, une hache et deux anneaux en argent. L’intérieur de la tombe était tapissé d’une autre substance végétale. Une autre tombe (III G 1 NE T-1), dans un sarcophage, contenait des vases et coupes, une pointe de flèche et un anneau en argent. Dans III H 1 NO T-2, composée aussi d’un sarcophage installé dans une tombe construite, on a recueilli de la céramique et un anneau en argent ; III H 1 SO T-2 a fourni, outre la céramique, une épingle à enroulement ; III H 1 SE T-3 était une tombe construite, dépourvue de matériel.

  • 3 Margueron 2004, fig. 413 (I. Weygand) p. 420.

18La récolte en objets situés hors tombe a été assez maigre. On notera cependant la présence d’une pointe de lance sur la première assise de fondation d’un mur du carré H (III H 1 NE 49), de très nombreuses figurines fragmentaires animales ou humaines ; on remarquera particulièrement les figurines féminines qui entrent dans des séries parfaitement connues pour cette époque3. Enfin, trois tablettes dont une très fragmentaire proviennent d’un niveau de comblement du carré III H 1 et deux scellements imprimés ont été retrouvés dans des conditions identiques, l’un en III F 1, l’autre en III G 1.

E. C.

Carré III H 1

19La fouille concernait les niveaux antérieurs à la résidence de la Ville III. Les éléments d’un réseau de fondation plus ancien ont été mis au jour, altérés par le plus récent. Parmi les sépultures retrouvées sous les fondations, deux étaient en pleine terre et trois dans un coffrage de briques crues dont deux avec un sarcophage. Les trois tombes construites étaient riches en céramiques ; à proximité de l’une d’elles se trouvait une plateforme en briques crues similaire à d’autres déjà dégagées dans le chantier F. Sous les tombes apparaissent deux couches du début de la Ville III. Le premier assez modeste, conservé sur 30 cm, comporte trois murs, des tannour, des cuvettes rectangulaires et une banquette avec des céramiques de cuisson. Une couche riche en céramiques couvre le second niveau où seul un dépôt de briques sur un chantier – plutôt qu’un écroulement – dans le quadrant nord-ouest et quelques murs ont été dégagés (fig. 4). Il n’y a pas de hiatus véritable entre les Villes II et III.

Ch. D. B.

SECTEUR DES TEMPLES (CHANTIER G)

20Les travaux ont porté cette année sur trois carrés différents : IX B 45 et 46 concernaient, comme en 1997, le secteur du Lieu Très Saint (LTS) du temple de Ninhursag niveau III (ex-niveau IV d’A. Parrot) et ses couches profondes, IX A 46 était consacré à son environnement ouest (fig. 5).

Carré IX A 46

  • 4 Cf. le plan A 102 de Jean Brusson, de décembre 1954 : Parrot 1955, p. 204, fig. 10, mais bien mieux (...)

21La fouille de ce nouveau carré, plus exactement de ses deux quadrants nord, en bordure de la façade sud de la terrasse du temple aux Lions, a été confiée à François Kleitz. Après le dégagement des nombreux déblais accumulés dans ce secteur, il s’agissait de retrouver les vestiges des dépendances du temple mis en évidence par André Parrot4. L’un des objectifs était aussi de tenter de comprendre les raisons de l’épaisseur inhabituelle et du tracé trapézoïdal tout aussi inhabituel du mur ouest du LTS. Rappelons que l’orientation générale du LTS est en contradiction avec l’orientation de l’ensemble des autres espaces du temple et de ses dépendances. L’état de conservation des murs délimitant l’espace dégagé par A. Parrot n’a malheureusement pas pu permettre des observations très précises. En bordure de ces deux murs d’orientation voisine, nord-nord-est - sud-sud-ouest, qui se prolongent sous la terrasse du temple aux Lions, ont été retrouvés, dans une couche très cendreuse, toute une série de tannour, en deux phases successives, suggérant que cette dépendance du temple avait servi de cuisine (fig. 6). Plus à l’ouest, l’amorce d’un nouveau mur, de même orientation, semble dessiner l’amorce d’un couloir, large de 1,80 m environ. La fouille n’a pu y être menée profondément.

Fig. 4 – Chantier F : vue d’ensemble de III H 1. En arrière-plan : fondations de la résidence et tombe NO T-2 ; au premier plan : amoncellement de briques sans doute en attente de pose sur les fondations de la Ville III, à peine dégagé par la fouille. Vue vers le sud

Fig. 5 – Chantier G : plan schématique, niveau III en IX A 46 (Ville II), niveaux IV en IX B 45 et V en IX B 46 (Ville I)

Carré IX B 45

22C’est Laetitia Martzolff qui a eu la charge de ce carré pour poursuivre la recherche en profondeur sous la partie ouest de la façade sud du LTS, en fonction de la section opérée l’an dernier dans l’axe de l’escalier, la partie est subsistant en témoin. Les vestiges d’un nouveau mur de leben, orienté nord-nord-est - sud-sud-ouest, passant au centre du carré, sont assez rapidement repérés, avec retour vers l’ouest en bordure de la limite nord du carré (fig. 7). Ces murs pourvus d’un enduit appartiennent de toute évidence à un nouveau niveau architectural, auquel on attribuera le no IV. La compréhension de ce secteur, dont la fouille s’est étendue assez profondément (173,20 env.), a été rendue particulièrement délicate par la présence d’un nombre important de pierres de gypse. Celles-ci dessinent une sorte de massif encastré dans le mur 2, à la jonction entre les quadrants nord-ouest et sud-ouest. Les recherches ultérieures ont pu montrer qu’il s’agissait en fait des vestiges d’une canalisation, en relation très certainement avec le niveau III (Ville II).

Carré IX B 46

23Au cœur des vestiges du LTS de Ninhursag, nous avons poursuivi les recherches en profondeur dans la partie est des quadrants nord-est et sud-est, dans un sondage de 3 m de largeur limité au nord par le mur du LTS, à l’emplacement de la découverte de l’important dépôt en 1997. Sous le niveau de ce dépôt de fondation, une épaisse (1 m env.) couche argileuse avec nombreux leben correspond visiblement à un comblement entre fondations. En dessous, une couche tout aussi épaisse de terre gravillonneuse. Ces deux couches de comblement comprenaient d’assez nombreux ossements animaux ainsi que des matières osseuses, de caprinés comme de cervidés, révélant une pratique rituelle de fondation. Plus inhabituelle dans ce contexte, une série de fragments de plâtre avec traces de peinture, dans la zone sud du sondage. Le sommet de la couche gravillonneuse (175,20) correspond au sommet d’un nouveau niveau (que l’on appellera ici niveau IV) de murs de leben mal conservés. Un mur, pourtant, dans l’angle sud-est du sondage, conserve encore partiellement une élévation de 2 m, avec un nouveau sol (173,10 env.), à la base d’une couche argileuse. Ce niveau IV, qui doit correspondre aux vestiges mis au jour en IX B 45, a sans doute été ainsi arasé et comblé par les bâtisseurs du temple du niveau III. Il reposait lui-même sur les vestiges d’un niveau V, matérialisé dans le sondage par un épais mur est-ouest dont on ne connaît pas les limites, ni l’épaisseur totale, car elle excède 1,45 m : mur ou élément de terrasse ? Contre sa face sud (fig. 8), un massif de leben, sans doute une banquette, avec un système de degrés encore peu clair. Un sol cendreux était en relation avec ce mur à 172,64. Le matériel retrouvé est malheureusement d’une grande pauvreté. Ce niveau V appartient incontestablement à la Ville I, sans doute le niveau IV également, qui semble s’être terminé par un abandon. Aucun caractère sacré n’apparaît ici de manière évidente, au moins pour l’instant, mais il reste vraisemblable.

D. B.

Fig. 6 – Chantier G (IX A 46) : batterie de tannour, vue vers le nord-ouest

Fig. 7 – Chantier G (IX B 45) : mur du niveau IV à l’arrière-plan et vestiges de canalisation de gypse. Vue vers le nord

Fig. 8 – Chantier G (IX B 46) : mur (ou terrasse) du niveau V à l’arrière-plan ; devant, massif de leben pourvu de marches. Vue vers le nord-est

STRATIGRAPHIE AU CENTRE DU TELL (CHANTIER H)

  • 5 Margueron et al. 2007c, p. 55.
  • 6 M. Muftah et B. Muller dans Margueron et al. 2007b, p. 18-34.
  • 7 En réalité un complexe administratif relié au palais et gérant les temples du secteur, cf. Marguero (...)

24La réouverture de ce chantier, tardivement réalisée du fait de l’absence de son responsable, Mohammed Muftah, a cependant donné des résultats de grand intérêt. Commencé en 19955, il a pour premier objectif de vérifier la stratigraphie observée en Pec en 19946 et en second lieu, de resituer de façon sûre la fouille conduite par André Parrot entre 1961 et 1964 au pied septentrional de la Haute Terrasse (Ville III) et définie par lui-même comme étant les « dépendances du temple de Dagan »7 du milieu du IIIe millénaire (i.e. Ville II). Pour réaliser le premier objectif, on a poursuivi le sondage profond en III Y 2 NE et pour engager le second, une extension de la zone fouillée a été effectuée à l’est du sondage conduit jusqu’à présent en III Z 3 SO et III Z 2 NO.

Le sondage profond

25La poursuite de la définition des premiers niveaux de la Ville I a permis d’atteindre, après avoir traversé plusieurs strates caractérisées par un mur associé à un sol (parfois un sol seul), la première installation urbaine à la cote 171,30, c’est-à-dire à une altitude pratiquement identique à celles repérées jusqu’à maintenant dans les différents sondages, au nombre de six et distants de plusieurs centaines de mètres, qui ont atteint le sol vierge. Il y a donc là une nouvelle confirmation du fait que Mari est une ville fondée et dont la naissance et l’organisation relèvent, non de la lente maturation d’une agglomération villageoise, mais d’une création ex nihilo du fait de la volonté d’une autorité politique.

26Cependant ce sondage, au fur et à mesure de son approfondissement, s’est, comme il se doit, rétréci et la superficie dégagée du premier niveau ne dépasse pas quelques mètres carrés ; dans ces conditions, si on a pu reconnaître un mur et un sol, tous deux fragmentaires, il n’est pas possible de savoir en toute certitude si la nature des premières installations est différente ou identique à ce qui a pu être observé dans le chantier Pec ; cependant un indice, l’absence de couches charbonneuses, permet de penser que l’on n’est pas dans le même contexte et que la zone d’activités artisanales repérée sous l’Enceinte Sacrée ne se poursuivait pas jusqu’ici. Un élargissement du sondage s’impose donc pour confirmer ou infirmer cette conclusion provisoire.

Extension latérale

27Cette extension de la zone de recherche à l’est du sondage a été réalisée à partir du niveau dégagé par André parrot entre 1961 et 1964, par l’incorporation d’une bande correspondant à un demi-quadrant sud-ouest et nord-est des carrés III Z 3 et III Z 2. Seuls les deux premiers niveaux ont été reconnus cette année :

    • 8 Beyer 2007, p. 236-244. Ses constatations vont dans le sens d’une destruction de Mari par Naram-Sîn (...)

    Le niveau 0, qui correspond au niveau dégagé par André Parrot et qui a été en grande partie détruit et partiellement réenseveli depuis 1964, a permis de retrouver l’angle d’une pièce repérée par le premier fouilleur. Grâce à cela, il est maintenant possible d’accrocher en toute certitude le plan de la fouille 1961-1964 au sondage H, ce qui était un des objectifs de cette recherche.
    Deux sols successifs ont été repérés ainsi que les restes d’une plate-forme recouverte de juss appuyée contre le mur nord-ouest.
    Il convient d’abaisser la date avancée par André Parrot et de fixer l’ensemble de l’installation à l’époque agadéenne8, sans qu’il soit possible de dire si elle existait déjà à la fin du DA III.

    • 9 Fouille de 1995 : Margueron et al. 2007c, p. 55 ; Beyer 2007, p. 231-260, en particulier no 7 p. 24 (...)

    Le niveau 1, lui, appartient sans doute au DA III final. On a retrouvé au nord un sol parsemé de tessons, dans lequel une grande vasque avait été insérée ; un peu au sud, un petit muret fait à l’aide de tabuk cassés de direction nord-est - sud-ouest, enfin au sud un mur de briques crues. Cet ensemble pourrait avoir constitué à l’origine une cour avec un portique.
    Ce niveau a donné, comme en 1995 et 19979, des fragments de scellements avec empreintes de sceaux (III Z 2 NO 3 à 45). On signalera en outre une pointe de lance en bronze (III Z 3 SO 2), une plaque rectangulaire en bronze (III Z 3 SO 3), un cylindre en fritte (III Z 3 SO 7), une figurine féminine (III Y 2 NE 115) et un ciseau en bronze (III Z 3 SO 9).

L’ENCEINTE INTÉRIEURE (CHANTIER J)10

  • 10 Juan-Luis Montero Fenollós, qui effectuait alors son premier stage à Mari, est associé à ce rapport

28Engagé en 1997, ce chantier avait permis de repérer l’existence d’une enceinte intérieure encore présente par sa fondation. Une fouille traditionnelle conduite en VIII F 23 et VIII F 24 avait précisé l’appartenance de ce mur d’enceinte à la Ville III. On avait ensuite cherché à suivre la face interne de ce mur de fondation en direction de l’ouest pour définir la nature de son tracé ; en dépit d’une lacune importante provoquée par un wadi, c’est sur une centaine de mètres que le mur a été retrouvé ; de plus, au sud du débouché du wadi s’étendait une sorte de plate-forme, très incomplète, qui avait pu supporter une porte percée dans le système défensif.

29Trois objectifs motivaient la reprise des travaux dans ce secteur. Tout d’abord, terminée dans des pluies diluviennes et dans la boue, la campagne de 1997 n’avait pas donné les limites méridionales de la plateforme et il semblait possible d’obtenir une précision plus grande. Ensuite un sondage en pointe d’épingle, réalisé à l’aplomb de la face intérieure de la fondation de l’enceinte de la Ville III en VIII F 24, avait montré quelques indices d’un mur inférieur en pierre dont on pouvait se demander s’il appartenait lui aussi à un système défensif. Enfin, il semblait intéressant de poursuivre la recherche concernant le tracé du mur vers l’ouest, mais peut-être aussi vers l’est.

Recherche du tracé de la fondation du mur de la Ville III (fig. 9)11

Chantier J-2

  • 12 Dans cette livraison, B. Muller dans le rapport de 1997, p. 14.

30Les extensions réalisées à la fois vers l’ouest et vers l’est ont permis de suivre la face interne du mur sur plus de 150 m et de repérer son tracé qui définit la limite méridionale de la ville. Celui-ci est moins rectiligne qu’il ne semble au premier abord12, et l’on peut supposer une implantation grossièrement polygonale.

31Vers l’ouest, la recherche a été conduite, jusqu’à la limite d’un déblai Decauville datant des premières années des fouilles d’A. Parrot, par la tranchée longitudinale ainsi que par sept tranchées perpendiculaires. Vers l’est, le mur a été suivi avec succès jusqu’à la route moderne qui permet de monter sur le site et qui se trouve dans le prolongement de la rue antique qui desservait le quartier des temples ; au-delà, rien de net ne s’est dessiné.

  • 13 Angle de jonction de la plate-forme et du mur en VII Z 29 ; tranchées transversales 1 et 2, respect (...)

32En revanche, il a été particulièrement difficile d’établir avec certitude l’épaisseur du mur : la fouille des carrés VIII F 23 et VIII F 24 avait donné en 1997 une valeur de 6,10 m ; cependant les autres tentatives d’évaluation, tout au long du mur reconnu, donnaient des valeurs différentes ; il devint bientôt évident que les variations venaient de ce que l’érosion qui s’était exercée vers la base du tell avait en quelque sorte festonné la limite sud du mur et qu’à aucun endroit on n’avait retrouvé sa largeur véritable. Des résultats convergents en plusieurs endroits13 aboutissent à une mesure de 8,50 m. Il n’est pas sans intérêt de remarquer que l’épaisseur finale du mur de l’enceinte extérieure de la Ville III retrouvé en 1997 atteignait, sans le glacis, 9 m.

Fig. 9 – Plan schématique des éléments du rempart et de la moitié occidentale de la porte (Ville III) mis au jour en 1997 et 1998 (d’après Margueron 2004, fig. 323 p. 345, modifications après réanalyse)

Chantier J-3

33Les recherches ont été poursuivies aussi dans l’excroissance méridionale qui se trouve au débouché de la rue arrière du palais. Repérées à la fin de la campagne de 1997, ces fondations semblaient former une plate-forme dont toute une partie aurait été emportée par l’érosion provoquée par le wadi, mais dont certaines limites paraissaient avoir été repérées malgré les mauvaises conditions de la fin de la campagne. Cependant la reprise de la fouille devait montrer, là encore, que l’on avait souvent été conduit à voir des limites de fondation là où il n’y avait que des ruptures dues à l’érosion. Les recherches ont donc été reprises et l’on est arrivé à délimiter approximativement l’extension nord-ouest - sud-est des fondations de la partie occidentale d’une porte monumentale. Il n’est plus possible de connaître avec exactitude sa largeur à cause du wadi, mais sa profondeur est assurée sur 29 m (fig. 10).

34Rien n’a été retrouvé des superstructures ; toutefois la fondation de cette porte permet de la ranger parmi les plus imposantes de toutes celles connues pour le Bronze Moyen ; il paraît raisonnable de la restituer sous la forme d’une porte à double tenaille, la largeur du passage pouvant se situer autour de 5 m (deux battants de 2,50 m) selon les pratiques fréquentes de l’époque (cf. fig. 9).

Fig. 10 – Fondation du montant occidental de la porte du rempart intérieur de Ville III (chantier J-3), vue d’ensemble vers le nord-est

La reprise de la fouille en VIII F 24 et l’extension en VIII E 24 et VIII E 25

35Reprendre le sondage de 1997 impliquait de l’élargir et d’ouvrir partiellement les carrés VIII E 24 (portion de quadrant NE) et VIII E 25 (demi-quadrant SE) afin de pouvoir travailler dans un espace suffisant pour obtenir des informations claires.

36C’est ainsi qu’un très beau mur sur fondation de pierre a été retrouvé sous la fondation du mur de la Ville III, sur lequel nous reviendrons au paragraphe prochain.

  • 14 B. Muller et M. Muftah dans Margueron et al. 2007b, p. 18-34, en particulier fig. 15 et 16, p. 26 e (...)

37La fouille stratigraphique conduite dans l’espace qui jouxtait la face interne du mur a été d’un très grand intérêt (fig. 11 et 12). Elle a permis d’observer la présence d’une succession de sols cendreux et très noirs entrelardés de couches argilo-sableuses, tout à fait semblable à la succession stratigraphique observée au chantier Pec en 199414 ; la similitude des situations a été confirmée par la découverte, en particulier, d’un gros foyer profond (VIII F 24 NO 55, fig. 13) où des feux intenses avaient été conduits et qui avait manifestement donné naissance à cette stratigraphie cendreuse ; d’autre part plusieurs fragments de céramiques en forme de tuyère et des fragments de creuset avec restes incrustés de cuivre ou de bronze confortent la vocation métallurgique du secteur sur une longue période. Or, le sommet de ce foyer se trouvait associé à un sol qui venait s’appliquer contre la face interne du mur à la hauteur du sommet de la fondation en pierre.

Fig. 11 – Chantier J-1, coupe architecturale (cf. plan fig. 12) et stratigraphique (paroi sud-est de la tranchée transversale à l’enceinte de Ville III).
Relevés B. Muller et Ch. de Bouillane

Fig. 12 – Résultats finaux (Ville I) du chantier J-1 : bordure nord de l’enceinte intérieure en VIII F 24 et VIII E 24 avec son soubassement de pierre tel qu’il a été mis au jour dans la tranchée transversale avec un renforcement au sud-ouest (tour). Relevés Ch. de Bouillane et Arnaud Misse. Échelle 1,25/100e

38Par-dessous on trouvait des couches archéologiques où l’architecture était soit pauvre, soit inexistante et le matériel très rare ; cependant une tombe y avait été installée (cf. fig. 12 et fig. 14) avec, comme parure et mobilier, 42 perles plates en quartz, un bol, trois coupes, un vase et une gargoulette.

39Comme à la campagne précédente, le sol primitif (couche vierge) a été retrouvé à 171,25.

Fig. 13 – Foyer VIII F 24 NO 55 (Ville I), vu vers le nord

Fig. 14 – Tombe VIII F 24 NO T-2 (Ville I) a – Situation (construite contre l’enceinte), vue vers le sud-ouest

Fig. 14-b – Exemples de céramique (vase à goulot NO 67, bols NO 71, 78 et 70)

La séquence stratigraphique : mur d’enceinte de la Ville III sur mur d’enceinte de la Ville I (cf. fig. 11)15

  • 15 Margueron 2004, p. 86-87 ; Margueron 2000, fig. 8 p. 926.

40À la suite de la découverte, en 1997, de la face interne du mur de pierre surmonté de briques crues dans les carrés VIII F 24, VIII E 24 et VIII E 25, il était nécessaire de préciser son épaisseur, car a priori rien ne prouvait de façon certaine qu’il s’agissait d’une enceinte. C’est pourquoi une tranchée longue de 8 m, large de 2 m et perpendiculaire à la face interne du mur a-t-elle été ouverte au travers des carrés VIII F 24, VIII E 24 et VIII E 23. Elle a permis les observations suivantes, consignées ici au fur et à mesure du déroulement de la fouille :

    • 16 Voir dans cet ouvrage, rapport de 1997, p. 14.
    • 17 Voir dans cet ouvrage, fig. 5 du rapport de 1997, p. 15.

    au sommet, la fondation du mur de la Ville III repérée en 1997, épaisse de 8 assises sur la face interne, s’amincit progressivement vers le sud au point que, visible sur les parois de la tranchée, elle se perd au bout de 8 m lorsqu’elle n’a plus que 2 ou 3 assises complètement désagrégées à cause de la proximité de la surface (fig. 15) ; il est donc certain que ce mur faisait au moins 8 m d’épaisseur et non 6,10 m comme on avait cru pouvoir l’établir précédemment au même endroit16 ; en outre, il est désormais clair que les tombes dégagées en 1997 à ce qu’on croyait avoir été l’aplomb extérieur du mur, n’ont aucun rapport avec celui-ci17 ;

    • 18 On la retrouvera en 1999 dans la tranchée stratigraphique ménagée dans le mur à l’emplacement de la (...)

    une couche de terre argilo-sableuse beige clair d’une dizaine de centimètres, mais en fait assez irrégulière, s’étendait à la base de cette fondation du mur de la Ville III ; il est possible qu’elle ait servi comme lit de pose de la première assise du mur18 ;

  • puis est apparu un mur de briques crues d’un tout autre format (environ 40 × 20 × 8 cm) conservé sur 5,30 m environ mais large en réalité de 7,50 m (arasement de la bordure méridionale) qui reposait directement sur un blocage de grosses pierres de gypse ;

  • ce dernier, atteignant 1,60 m de haut sur la face interne, grâce à une surélévation dans la partie méridionale dépassait 2 m sur la face externe, où les pierres étaient particulièrement bien agencées.

41Ainsi ce mur de défense, avec une épaisseur de 7,50 m, a-t-il encore été retrouvé sur une hauteur, fondation et premières assises comprises, de 2,20 m.

Fig. 15 – Extrémité sud-ouest de la tranchée perpendiculaire au rempart intérieur : deux assises du mur de Ville III sont nettement visibles dans la paroi longitudinale, au-delà de la largeur de 6,10 m dégagée brique à brique. Vue vers l’ouest

Les débuts de la Ville I

42Ces différentes observations permettent de préciser le processus de formation des premiers niveaux de la ville.

  • Sur la surface d’origine ont été apportés des matériaux destinés à fabriquer les briques pour les édifices ; des constructions provisoires ont aussi été édifiées pour la main-d’œuvre réquisitionnée pour ces travaux gigantesques. Peut-être aussi des terres rapportées et pratiquement vierges de tout artefact ont-elles été installées de façon à surélever le niveau d’occupation. Cette première phase a pu durer pendant une assez longue période puisqu’il fallait construire toute la ville.

  • Sur le niveau ainsi obtenu, à près de 1 m au-dessus de la surface primitive, a été creusée la tranchée dans laquelle a été insérée la fondation en pierre de l’enceinte. La tranchée de fondation n’a pas pu être repérée du côté de la face méridionale, soit que la pente des couches ne l’ait pas rendue indispensable sur toute la largeur de l’enceinte, soit que la perception stratigraphique n’en ait pas été possible à cet endroit.

    • 19 Margueron 2004, p. 93-94 ; B. Muller et M. Muftah dans Margueron et al. 2007b, p. 18-34.
    • 20 Margueron 2004, p. 89-92 ; Margueron 2007a.

    Du côté de la cité et donc de la face interne du mur a alors été installé un atelier de métallurgie, tout à fait comparable à celui qui a déjà été dégagé en Pec19. Cette découverte met l’accent sur l’une des vocations de la cité à ses débuts en montrant toute son importance puisqu’on retrouve cette activité en deux points de la ville alors que des portions de la Ville I n’ont été dégagées (jusqu’en 1998 inclus) qu’en quatre endroits (sous le temple d’Ishtar20, chantiers B, Pec, J).

43La tombe n’appartient pas à la période de construction de la cité : comparable à celles qui ont été trouvées en Pec dans les niveaux supérieurs de la Ville I, elle est certainement en rapport avec la phase active de la première cité et a été aménagée contre la fondation de pierre du mur de défense.

V. Conclusion

44Quant à la date de ce mur d’enceinte, sa position stratigraphique, son étroite association avec le foyer métallurgique et le matériel récupéré, sa structure enfin – en particulier l’intense utilisation de la pierre tout comme le format des briques – ne permettent que son rattachement à la Ville I.

  • 21 Les références à des considérations plus synthétiques ont déjà été données ici dans le rapport de 1 (...)

45Une question importante n’a pas trouvé sa solution, à savoir : où se trouve l’enceinte de la Ville II ? En dépit de cette lacune, le chantier J a donné des informations très fécondes21.

B. M.

UN QUARTIER DE LA VILLE III (CHANTIER K)22

  • 22 Pour un plan schématique d’ensemble du chantier, on se reportera, ici, au rapport de 1999, fig. 13, (...)

46En 1998, dans l’aire à l’est du Grand Palais, un effondrement de terrain a mis au jour une portion de sol carrelé et une cavité dans laquelle se trouvait une sépulture en jarre (III Z 10 SE T-2). Le gardien du site y a aussi recueilli un vase en bronze (surf. 98 K-4), deux jarres (surf. 98 K-1 et-2) et une coupe en terre cuite (surf. 98 K-3). Ces découvertes fortuites furent à l’origine de l’ouverture d’un sondage dans III Z 10 SE, par la suite étendu sur deux autres quadrants (III Z 10 SE et III Z 9 NE), couvrant une surface totale de 15 m nord-sud sur 5 m est-ouest. L’objectif était de dégager ce secteur exposé aux intempéries et aux risques de pillage, la découverte du vase en bronze laissant entrevoir l’existence d’un secteur riche. L’érosion des vestiges proches de la surface (conservés sur 0,30 m au sud et au niveau du sol ou des fondations au nord) ainsi que la présence de puits clandestins d’époques indéterminées ont rendu la lecture du contexte difficile.

47Sur les six pièces mises au jour, deux ont été entièrement fouillées (loci 1-2) et trois partiellement (loci 3, 4 et 5). En raison de l’absence de passage et d’une légère différence d’orientation des murs et des finitions architecturales entre les pièces sud (loci 3-5) et nord (loci 1-2), nous serions en présence de deux unités mitoyennes datant de la période amorite (Ville III), comme le corrobore la découverte de briques estampillées et d’un lot de tablettes cunéiformes (fig. 16 à 18).

L’unité septentrionale

48L’unité septentrionale comporte deux sous-phases architecturales dont la plus ancienne est attestée par un sol dans les loci 1 et 2 (180,82-180,87). La seconde est signalée par les réparations à la base des murs (en briques cuites) et l’exhaussement du sol dans le locus 2 (181,20). Une installation adventice qui encombre le passage reliant les loci 1 et 2 (III Z 9 NE 3) daterait soit de cette dernière phase, soit d’une phase ultérieure, le manque d’éléments ne permettant pas de conclure.

Fig. 16 – Chantier K : plan schématique

Locus 1

49Le locus 1 (3,50 × 5,30 m), qui a largement souffert de l’érosion, communique au sud-est avec le locus 2 par un passage muni d’une crapaudine constituée d’un coffre en briques cuites. Un autre passage près de l’angle nord-ouest, indiqué par une crapaudine taillée dans une pierre (III Z 10 SE 4), est désaxé par rapport au précédent. Le sol est constitué d’un carrelage de briques cuites de 34-35 × 34-35 × 6 cm (180,82). Deux trous au sol (paroi ouest, mur 2), marquent l’emplacement d’une installation disparue, probablement en bois. Certains des objets retrouvés dans la cavité de la sépulture III Z 10 SE T-2 y sont probablement tombés suite à l’effondrement du sol : un clou architectural, deux pierres à meule et un poids en pierre. Au nord de cette pièce, se dessine un autre espace dont les contours n’ont pas été précisés. Sur son sol inégal de terre battue et briques cuites (181,15-181,20) se trouvent deux foyers, l’un rectangulaire, l’autre circulaire, et plusieurs récipients en terre cuite.

Fig. 17 – Chantier K : début du dégagement dans le quadrant III Z 10 avec, au premier plan, la sépulture III Z 10 SE T-2 dans le sol carrelé du locus 1, qui a provoqué l’effondrement ayant justifié la fouille. Vue vers le nord-est

Fig. 18 – Chantier K : vue d’ensemble, vers le sud, du niveau d’arasement amorite

Locus 2

  • 23 Détail dans Margueron 2004, fig. 417 et 418, p. 440 et 441.

50Des deux sols superposés du locus 2 (3,90-4 × 4 m), seul le plus récent, constitué d’un carrelage de briques cuites de 23 × 34 × 6 cm, a été fouillé. Quatre briques (III Z 9 NE 5 à 8) portent une inscription estampillée au nom de Zimri-Lim (fig. 19)23. Une jarre (III Z 9 NE 14), dont le bord affleure au niveau du sol et est fermé par une brique cuite, contenait deux gobelets et une bouteille. Outre des éclats de silex, plusieurs céramiques gisaient sur le sol. En plus de l’accès nord vers le locus 1, deux passages mènent à l’est et à l’ouest vers des espaces hors du périmètre de sondage. Celui menant vers l’est est équipé d’une crapaudine entaillée dans le seuil. Ces passages, tous indiqués par un seuil en pierre, sont placés près des angles de la pièce, comme dans le locus 1.

  • 24 Ces tablettes sont en cours d’étude, cf. Cavigneaux et Colonna d’Istria 2009, p. 52-53.

51En III Z 9 SO, un peu au-delà de la limite ouest du sondage, le nettoyage de la paroi a mis au jour, plaquées contre la face ouest du mur 4, un lot de tablettes cunéiformes dont 28 rectangulaires et 21 lenticulaires, entières ou fragmentaires (III Z 9 SO 1 à 44) englobées dans une couche d’argile compacte de 20 cm d’épaisseur maximum (fig. 20). Après avoir constaté qu’elles appartenaient à un lot bien plus important à l’ouest du locus 2, le dépôt a été scellé et sa fouille reportée à la campagne suivante24.

L’unité méridionale

52Dans l’unité méridionale, un sol en terre battue, découvert dans les loci 3 (181,36) et 4 (181,34), correspondrait à celui plus récent de l’unité septentrionale. Le locus 4 partiellement fouillé (2 × 2,10 m) a livré un pendentif triangulaire en argent (III Z 9 SE 4) et des fragments de cuivre. À la limite est du sondage dans le mur 7, un passage conduit vers le sud (hors du chantier) ; c’est le seul passage identifié dans cette unité. Les informations disponibles sont insuffisantes pour permettre d’avancer des hypothèses quant à son organisation.

53Les murs de l’ensemble, conservés sur une faible hauteur, sont bâtis en briques crues sur une épaisseur de 0,80 m, à l’exception du mur 3 (0,70 m). On ne distingue le format des briques, très variable, qu’au niveau du sol. Les dimensions les plus fréquentes sont présentées ci-contre.

Fig. 19 – Chantier K : détail du sol carrelé du locus 2, avec les briques cuites estampillées au nom de Zimri-Lim

Fig. 20 – Chantier K : détail du lot de tablettes en III Z 9 SO, plaquées contre la face ouest du mur 4

54L’appareil est irrégulier avec des joints très serrés (murs 4 et 7) ou larges (murs 1, 5 et 8). Les murs sont revêtus d’un enduit fin clair de 3 à 5 cm d’épaisseur (murs 6 et 8) ou plus épais (6 à 8 cm) rougeâtre (mur 4). La base des murs bordant le carrelage des loci 1 et 2 est équipée d’une plinthe en briques cuites de chant.

Conclusion

55Les deux habitations de la période amorite, mises au jour sur une portion réduite, s’insèrent dans un quartier très proche de la limite orientale du Grand Palais. L’unité au nord est jusqu’à présent le seul contexte de la Ville III à avoir fourni un lot de tablettes et des briques portant une inscription du roi Zimri-Lim en dehors du Grand Palais, ce qui en dénote la richesse et suggérerait une fonction spécifique dévolue à cette habitation.

Ch. D. B.

LES PALAIS DES VILLES II ET III : FAÇADE NORD ET PORTE (CHANTIER P)

  • 25 Recherches conduites par Malou Schneider, assistée de Nathalie Margueron.

56C’est dans les carrés III P 11 et III Q 11 que les recherches ont été conduites cette année dans la foulée des résultats de 199725. Les objectifs ici sont les mêmes que l’an passé. Il s’agit de définir la nature des installations appartenant aux niveaux supérieurs (P-0 et P-1) du palais de la Ville II. Pour les atteindre, il est nécessaire de passer au travers des fondations de la bordure orientale du palais de la Ville III.

57Dans le carré III Q 11 où l’on avait atteint en 1997 le sommet arasé du mur du palais de la Ville II, la recherche a surtout porté sur l’organisation du couloir dont seule la partie supérieure avait été repérée. Dans le carré III P 11, après l’étude de l’infrastructure du palais de la Ville III, on a atteint le sommet arasé du palais du milieu du IIIe millénaire (Ville II).

Le palais de la Ville III

58C’est surtout en III P 11 que les infrastructures de ce palais ont été étudiées ; comme à l’accoutumée, on a retrouvé les murs et l’importante couche de galets qui sépare les Villes II et III ; la réfection du mur de façade a aussi été mise au jour avec l’exhaussement du sol de la rue septentrionale. Il a été possible également de préciser certaines caractéristiques de la canalisation qui sort du palais et traverse la rue ; à en juger d’après l’appareil en limite du mur, il semblerait qu’elle ait été soit arrêtée à cet endroit, soit réparée pour une raison qui ne ressort pas clairement.

Le niveau intermédiaire (« Palais Fantôme »)

  • 26 Pour une vue d’ensemble de ce niveau, Margueron 2004, p. 367-371 et fig. 355 à 359.

59Il apparaît comme toujours de manière fugace sous la couche de galets ; cette fois, on le repère en premier lieu dans le prolongement de la petite canalisation (identifiée en 1997 en III Q 11) qui reposait sur le sommet arasé du mur nord, grâce aux traces laissées sur le sommet du même mur en III P 11. On le retrouve aussi sous la forme d’assises de briques crues qui indiquent la présence de murs sans qu’il soit possible de définir précisément ceux-ci26.

Le palais de la Ville II

  • 27 Pour un plan du secteur dans son contexte, Margueron 2004, fig. 189 p. 206, et 194 p. 210.

60Le système de circulation repéré dans le mur d’enceinte en III Q 11 a été analysé minutieusement ; le premier espace constitue un vestibule sur lequel ouvre un escalier dont deux marches ont été retrouvées ; il se confirme donc que cette circulation est un moyen ascensionnel qui permettait de rejoindre le sommet du mur antique à l’endroit qui apparaît comme le bastion occidental de la porte d’entrée27 (fig. 21).

61La liaison avec les installations dégagées dans le nord du carré III P 11 se fait cependant encore assez mal et de nouvelles recherches devront être entreprises pour clarifier la situation. En revanche, au sud, une pièce de belles dimensions, le locus 9, a été repérée et en partie fouillée. Son accès n’est pas encore certain, mais il est déjà important de noter que, pour la première fois dans ce secteur, sont apparues les traces d’un violent incendie : la pièce a été comblée par une grande quantité de décombres brûlés et les murs portent la trace de cet incendie.

62Le problème posé par cette situation se trouve dans le fait que, jusqu’à maintenant, c’est le niveau P-1 du palais (et non l’état final P-0) qui a conservé les traces de cet incendie, quand il n’a pas été modifié, c’est-à-dire remis en état pour donner P-0. Faut-il alors penser qu’ici les travaux de restauration qui ont été conduits dans l’ensemble du palais n’ont pas eu lieu, ou n’ont pas été achevés ? La suite donnera peut-être l’explication d’une situation qui n’est pas très claire pour le moment.

PALAIS DE LA VILLE II : L’ESPACE CENTRAL DE L’ENCEINTE SACRÉE (CHANTIER P)

  • 28 Réalisés par Mahmoud Bendakir.

63Il n’y a pas eu ici de véritable fouille, mais les travaux de restauration28 ont conduit à quelques découvertes intéressantes (fig. 22).

64Tout d’abord, placé dans l’épaisseur du mur méridional de l’espace central et à côté de la porte menant à la grande salle du Lieu Très Saint, a été recueilli un clou de fondation enfoncé verticalement dans l’habituel anneau pourvu d’une tige. L’observation doit être rapprochée de trouvailles identiques réalisées par André Parrot dans les murs du temple d’Ishtar.

Fig. 21 – Chantier P, façade nord et porte (Ville II) : plan schématique

65Ensuite les allées bitumées installées le long des murs ouest et est ont montré qu’il y avait eu une réfection en cours d’usage et donc que deux phases, dont il n’est pas possible de définir la durée, avait marqué le niveau P-2 ; le bassin placé au milieu de la paroi ouest montrait les mêmes marques de réfection.

  • 29 Margueron 2004, pl. 41 p. 266.

66Plus intéressante, mais aussi plus difficile à expliquer, l’observation qui a été faite lors de la réfection du mur nord : il est, en effet, apparu qu’un véritable niveau antérieur de l’allée bitumée se trouvait engagé sous le mur29, c’est-à-dire en fait sous l’enduit du mur, et que ce niveau avait conservé la trace du décor en niches et redans qui avait orné ce mur avant d’avoir été ôté pour réfection. Des perles en cornaline et un fragment de lapis-lazuli ont été recueillis le long de la bordure sud de l’allée bitumée.

67L’enlèvement de ce qui restait de la partie occidentale du contrefort élevé dans l’Antiquité contre le mur septentrional a permis de retrouver le décor de niches et redans qui avait été appliqué sur ce mur comme sur les autres.

68Enfin une canalisation qui provient de la salle XXII a été repérée sous le seuil de la porte ; il n’a pas été possible d’en connaître l’origine.

J.-Cl. M.

ARCHÉOMÉTRIE30

  • 30 Prospection sous la conduite d’Yves Gallet et Agnès genevey.

69Un accord de coopération entre la mission archéologique de Mari et le laboratoire d’archéomagnétisme de l’Institut de physique du globe a conduit, à Mari et dans des sites voisins de l’Euphrate ou de la vallée du Khabur et avec l’assentiment des responsables de ces sites (Terqa, Doura-Europos, Masaïkh, Mashnaqa…), au prélèvement de briques crues et d’argiles cuites (briques, carreaux, tessons…) dans le but d’étudier le paléomagnétisme de cette région entre la fin du Néolithique et le premier millénaire avant J.-C. Cette opération devrait être poursuivie l’an prochain.

J.-Cl. M.

Fig. 22 – Chantier P, espace central de l’Enceinte Sacrée : plan schématique

TRAVAUX DE RESTAURATION31

  • 31 Travaux menés sous la conduite de Mahmoud Bendakir.

70Toujours en accord et en coopération avec le CRATerre de l’École d’architecture de Grenoble, les travaux de restauration dans l’Enceinte Sacrée du palais du IIIe millénaire (Ville II) ont été poursuivis. Ils ont été financés par l’Association des amis de Mari pour la sauvegarde du site (AAMSS).

71Les réparations effectuées en 1997 ont été riches d’enseignement. En effet, la réfection partielle du mur oriental du couloir LXI a parfaitement résisté, les poussées venues de l’est ont été contenues, les pressions verticales ont été bien assises et le résultat peut être considéré comme excellent ; mais le mur méridional de XLVI (le Lieu Très Saint) n’avait pas révélé avant la consolidation l’existence d’une fissure verticale au-dessus du sillon d’érosion ; aussi la partie qui se trouvait au-dessus de la réparation a-t-elle cédé, tandis que la partie réparée restait bien en place. Il faudra donc trouver le moyen de réparer cette section et veiller à mieux discerner l’existence éventuelle de fissures avant d’entreprendre les réparations dans la partie inférieure des murs.

72Cette année, ce sont les murs de l’espace central de l’Enceinte Sacrée qui ont été réparés ; les premiers éléments d’un système destiné à drainer l’ensemble de cet espace ont été aménagés en attendant qu’il soit trouvé une solution techniquement satisfaisante pour installer une couverture sur cet espace central afin de protéger les réparations qui viennent d’être faites.

J.-Cl. M.

PRINCIPALES CONCLUSIONS

73Cette campagne a consolidé les résultats obtenus en 1995 et 1997.

  • La division du tell Hariri en trois grandes phases urbaines parfaitement superposées et différenciées, marquant de réelles ruptures (Ville I, II et III) se confirme partout, aussi bien dans l’étude d’un des quartiers de la cité (chantier F) que dans la fouille stratigraphique du chantier H. Cette constatation doit conduire à un réexamen des bases de l’urbanisme.

  • La base de la cité a de nouveau été atteinte et confirme l’absence de toute installation villageoise antérieure.

  • L’enceinte intérieure a pu être étudiée de façon plus approfondie. On sait qu’elle existe dès la fondation de la cité avec une largeur de 6 m et qu’un imposant socle de pierre en constitue la base. Si la phase de la Ville II n’a pas été repérée, en revanche la ligne de défense de la Ville III avec d’imposantes fondations a pu être suivie sur plus de 150 m et la base d’une porte monumentale a pu être définie.

  • Les recherches conduites sous le Lieu Très Saint du temple de Ninhursag montrent que les constructeurs de la Ville II sont allés très profondément ancrer les murs de la partie la plus sacrée de l’édifice, à plus de 4 m semble-t-il, sans doute pour ôter toute impureté sous le siège de la divinité : c’est une information particulièrement précieuse concernant le sacré qui nous est ainsi fournie.

  • La nouvelle fouille du chantier K en milieu urbain (Ville III) a livré un lot de tablettes datées de la phase finale de l’histoire de Mari, les premières trouvées en nombre hors du contexte palatial, ce qui prouve que l’administration palatiale n’était pas la seule à faire usage de l’écrit, comme cela a parfois été avancé.

  • Quant aux palais, ils continuent de se dévoiler et de montrer la richesse de l’architecture palatiale de la Ville II et de la Ville III.

J.-Cl. M.

Notes

1 Barbara Chiti secondait Emmanuelle Capet et Chiara Dezzi Bareschi sur ce chantier.

2 Fouille de 1993 : Margueron et al. 2007a, p. 24-26 ; 1995 : Margueron et al. 2007c, p. 45 et fig. 14 p. 47.

3 Margueron 2004, fig. 413 (I. Weygand) p. 420.

4 Cf. le plan A 102 de Jean Brusson, de décembre 1954 : Parrot 1955, p. 204, fig. 10, mais bien mieux reproduit dans MARI 8, 1997, p. 47, fig. 42.

5 Margueron et al. 2007c, p. 55.

6 M. Muftah et B. Muller dans Margueron et al. 2007b, p. 18-34.

7 En réalité un complexe administratif relié au palais et gérant les temples du secteur, cf. Margueron 2007c, p. 245-259.

8 Beyer 2007, p. 236-244. Ses constatations vont dans le sens d’une destruction de Mari par Naram-Sîn et non par Sargon, voir à ce propos Margueron 2004, p. 308-312.

9 Fouille de 1995 : Margueron et al. 2007c, p. 55 ; Beyer 2007, p. 231-260, en particulier no 7 p. 242 et no 12 p. 246. Fouille de 1997 : article de J.-Cl. Margueron et al. dans cette livraison, p. 9-27 ; Beyer 2007, en particulier no 4 p. 237-240 et no 9 p. 242-244. Voir encore Margueron 2004, fig. 285 p. 296 (D. Beyer), no 3 (= no 4) et no 10 (= no 7).

10 Juan-Luis Montero Fenollós, qui effectuait alors son premier stage à Mari, est associé à ce rapport.

11 Margueron 2004, p. 345-346 et fig. 323.

12 Dans cette livraison, B. Muller dans le rapport de 1997, p. 14.

13 Angle de jonction de la plate-forme et du mur en VII Z 29 ; tranchées transversales 1 et 2, respectivement en VII Y 30 et VII X-Y 31.

14 B. Muller et M. Muftah dans Margueron et al. 2007b, p. 18-34, en particulier fig. 15 et 16, p. 26 et 27.

15 Margueron 2004, p. 86-87 ; Margueron 2000, fig. 8 p. 926.

16 Voir dans cet ouvrage, rapport de 1997, p. 14.

17 Voir dans cet ouvrage, fig. 5 du rapport de 1997, p. 15.

18 On la retrouvera en 1999 dans la tranchée stratigraphique ménagée dans le mur à l’emplacement de la porte en J-3 où, par endroits, elle se subdivise en deux avec une partie supérieure nettement sableuse et une partie inférieure plus argileuse.

19 Margueron 2004, p. 93-94 ; B. Muller et M. Muftah dans Margueron et al. 2007b, p. 18-34.

20 Margueron 2004, p. 89-92 ; Margueron 2007a.

21 Les références à des considérations plus synthétiques ont déjà été données ici dans le rapport de 1997.

22 Pour un plan schématique d’ensemble du chantier, on se reportera, ici, au rapport de 1999, fig. 13, p. 66, ou à Margueron 2004, fig. 434 p. 456 ; voir également p. 455 et fig. 433.

23 Détail dans Margueron 2004, fig. 417 et 418, p. 440 et 441.

24 Ces tablettes sont en cours d’étude, cf. Cavigneaux et Colonna d’Istria 2009, p. 52-53.

25 Recherches conduites par Malou Schneider, assistée de Nathalie Margueron.

26 Pour une vue d’ensemble de ce niveau, Margueron 2004, p. 367-371 et fig. 355 à 359.

27 Pour un plan du secteur dans son contexte, Margueron 2004, fig. 189 p. 206, et 194 p. 210.

28 Réalisés par Mahmoud Bendakir.

29 Margueron 2004, pl. 41 p. 266.

30 Prospection sous la conduite d’Yves Gallet et Agnès genevey.

31 Travaux menés sous la conduite de Mahmoud Bendakir.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Plan du site avec emplacement des chantiers fouillés en 1998Le domaine archéologique de la cité de Mari est divisé en 15 zones rectangulaires – 250 m en abscisse et 500 m en ordonnée – numérotées de I à XV ; chaque zone est subdivisée en carrés de 10 m de côté, 25 d’ouest en est, désignés par les lettres de l’alphabet (sauf I), et 50 du sud au nord, numérotés de 1 à 50. Un carré de fouille est donc désigné par un chiffre romain donnant la zone, puis une lettre de l’alphabet (excepté I) associée à un numéro de 1 à 50 ; chaque carré est alors subdivisé en 4 quadrants : NO, NE, SO et SE, de façon à faciliter l’enregistrement des faits de fouille et des objets. Tout l’enregistrement repose sur ce carroyage. Les grands secteurs de recherche sont définis par une lettre A, B, C,… (chantier A,…), qui se surajoute au système précédent pour faciliter les localisations, mais qui ne servent jamais à l’enregistrement.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4404/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Légende Fig. 2 – Chantier F : plan schématique (fondations)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4404/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 3 – Chantier F (III F 1) : niveau ruiné et lessivé du début de la période des Shakkanakku, vue vers le sud-ouest
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4404/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 4 – Chantier F : vue d’ensemble de III H 1. En arrière-plan : fondations de la résidence et tombe NO T-2 ; au premier plan : amoncellement de briques sans doute en attente de pose sur les fondations de la Ville III, à peine dégagé par la fouille. Vue vers le sud
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4404/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 5 – Chantier G : plan schématique, niveau III en IX A 46 (Ville II), niveaux IV en IX B 45 et V en IX B 46 (Ville I)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4404/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 6 – Chantier G (IX A 46) : batterie de tannour, vue vers le nord-ouest
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4404/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 7 – Chantier G (IX B 45) : mur du niveau IV à l’arrière-plan et vestiges de canalisation de gypse. Vue vers le nord
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4404/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 8 – Chantier G (IX B 46) : mur (ou terrasse) du niveau V à l’arrière-plan ; devant, massif de leben pourvu de marches. Vue vers le nord-est
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4404/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 9 – Plan schématique des éléments du rempart et de la moitié occidentale de la porte (Ville III) mis au jour en 1997 et 1998 (d’après Margueron 2004, fig. 323 p. 345, modifications après réanalyse)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4404/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 10 – Fondation du montant occidental de la porte du rempart intérieur de Ville III (chantier J-3), vue d’ensemble vers le nord-est
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4404/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 11 – Chantier J-1, coupe architecturale (cf. plan fig. 12) et stratigraphique (paroi sud-est de la tranchée transversale à l’enceinte de Ville III).Relevés B. Muller et Ch. de Bouillane
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4404/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Légende Fig. 12 – Résultats finaux (Ville I) du chantier J-1 : bordure nord de l’enceinte intérieure en VIII F 24 et VIII E 24 avec son soubassement de pierre tel qu’il a été mis au jour dans la tranchée transversale avec un renforcement au sud-ouest (tour). Relevés Ch. de Bouillane et Arnaud Misse. Échelle 1,25/100e
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4404/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Fig. 13 – Foyer VIII F 24 NO 55 (Ville I), vu vers le nord
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4404/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 14 – Tombe VIII F 24 NO T-2 (Ville I) a – Situation (construite contre l’enceinte), vue vers le sud-ouest
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4404/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 14-b – Exemples de céramique (vase à goulot NO 67, bols NO 71, 78 et 70)
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4404/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 15 – Extrémité sud-ouest de la tranchée perpendiculaire au rempart intérieur : deux assises du mur de Ville III sont nettement visibles dans la paroi longitudinale, au-delà de la largeur de 6,10 m dégagée brique à brique. Vue vers l’ouest
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4404/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 16 – Chantier K : plan schématique
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4404/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 17 – Chantier K : début du dégagement dans le quadrant III Z 10 avec, au premier plan, la sépulture III Z 10 SE T-2 dans le sol carrelé du locus 1, qui a provoqué l’effondrement ayant justifié la fouille. Vue vers le nord-est
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4404/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 18 – Chantier K : vue d’ensemble, vers le sud, du niveau d’arasement amorite
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4404/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 19 – Chantier K : détail du sol carrelé du locus 2, avec les briques cuites estampillées au nom de Zimri-Lim
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4404/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 20 – Chantier K : détail du lot de tablettes en III Z 9 SO, plaquées contre la face ouest du mur 4
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4404/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4404/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 21 – Chantier P, façade nord et porte (Ville II) : plan schématique
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4404/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 22 – Chantier P, espace central de l’Enceinte Sacrée : plan schématique
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/4404/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 263k

Auteurs

CRATerre (Centre de recherche et d’application pour la construction en terre), Grenoble (m.bendakir@voila.fr)